Navigation – Plan du site
2016
764

Entre étalement et densification : une approche fine de l’urbanisation littorale sur la Côte bleue, Provence

In between urban sprawl and densification: an accurate approach of coastal urbanization in Provence
Samuel Robert

Résumés

Pour assister les politiques publiques d’aménagement du territoire et de gestion de l’environnement sur le littoral, le suivi de l’étalement urbain et la caractérisation de l’évolution des tissus urbanisés constituent un préalable indispensable. Dans cette perspective, la production de données d’occupation du sol à grande échelle est une nécessité et de nombreuses initiatives de la recherche et des pouvoirs publics ont été engagées à cet effet. En prenant pour terrain d’application le littoral de la Côte bleue, en Provence, cet article rend compte d’une expérimentation de cartographie de l’occupation du sol à grande échelle, basée sur une nomenclature urbaine à 44 classes compatible Corine Land Cover. Produite avec quatre millésimes (1998, 2003, 2008 et 2011), la base de données résultante permet la caractérisation de l’évolution récente de l’urbanisation à une échelle fine. L’étalement urbain et la densification urbaine peuvent alors être analysés avec précision. La transformation des territoires artificialisés apparaît ainsi bien supérieure à la production de nouveaux tissus urbanisés par étalement. Mais malgré cette densification, l’urbanisation pavillonnaire demeure majoritaire.

Haut de page

Texte intégral

Cet article s’inscrit dans le cadre du projet VIPLI-Med financé par le programme Littoral de la Fondation de France, et a bénéficié du soutien financier du Labex DRIIHM (OHM Littoral méditerranéen). L’auteur remercie également les relecteurs-trices de la revue Cybergéo pour leur lecture attentive et leurs commentaires.

Introduction

  • 1 Programme LACOAST, programme Corine Land Cover, Inventaire Permanent du Littoral, Observatoire nati (...)
  • 2 La notion d’espace ou de territoire artificialisé recouvre un spectre très large de situations : un (...)

1La maîtrise de l’étalement urbain et, en corollaire, la préservation des espaces naturels et agricoles constituent aujourd’hui une préoccupation des pouvoirs publics dans la plupart des pays du monde. L’extension des villes conduit en effet à une consommation des terres et à une transformation des milieux abondamment décrites dans le cadre de diagnostics et d’études prospectives, tant les conséquences environnementales et territoriales de l’urbanisation lancent de défis aux sociétés (Abrantes et al., 2010 ; Antoni et Youssoufi, 2007 ; Djellouli et al., 2010 ; Dodane et al ., 2014 ; EEA, 2006a ; Su et al., 2009 ; Tan et al., 2005). Sur les littoraux, ce phénomène est particulièrement étudié et suivi du fait de son ampleur. Il est à l’origine de pressions sur la biodiversité, bouleverse les systèmes socio-économiques préexistants, produit des déséquilibres territoriaux et génère des risques sur des milieux et des espaces à la fois rares et d’extension limitée à l’échelle de la planète (Bouyer, 2004 ; Buhot et al., 2009 ; Diodatti, 2009 ; EEA, 2006b ; Gay, 2004 ; Lebahy et Ledélézir, 2006 ; Levin et al., 2009 ; Panizza, 2004 ; Perrin, 2013). Pourtant, en dépit de nombreux dispositifs de suivi de l’occupation du sol à l’échelle des états ou de l’Union européenne1, l’étude et la compréhension de l’urbanisation littorale souffrent aujourd’hui encore d’un manque de précision. Si l’étalement urbain semble faire consensus, on ne dispose guère d’information sur la manière dont évoluent dans le temps les espaces déjà urbanisés. En outre, les protocoles de mesure et les bases de données exploitées pour mesurer le changement sont désormais discutés et il a été démontré qu’ils ne sont pas nécessairement fiables et interopérables (Bousquet et al., 2013). La question de la comparabilité des données (se base-t-on sur des sources véritablement comparables pour mesurer l’étalement urbain et les changements dans les espaces urbanisés ?) et de leur résolution à la fois spatiale, temporelle et thématique est en effet posée. Dans le cas de la France, où les politiques publiques de maîtrise de l’étalement urbain en général et de protection et de mise en valeur du littoral en particulier sont désormais bien établies (loi littoral de 1986, loi SRU de 2000, lois Grenelle de 2009 et 2010, loi ALUR de 2014), que sait-on de la manière dont ont évolué les espaces déjà urbanisés ou artificialisés2 ces dernières années ? L’étalement urbain demeure-t-il marqué ? La reconversion des tissus urbains existants est-elle en marche et si oui quelles en sont les modalités ? Répondre à ces questions suppose de s’appuyer sur un protocole de description des espaces urbains et de suivi de leurs transformations fondé sur une approche spatio-temporelle fine, intelligible pour les acteurs publics et transposable à tous les territoires.

2Dans ce cadre, cet article présente une expérimentation de cartographie diachronique de l’urbanisation littorale dont l’ambition est triple : répondre aux besoins de connaissance de ce phénomène à grande échelle, être interopérable avec d’autres bases de données d’occupation et d’usage des sols existantes, et être transposable à d’autres littoraux, voire d’autres territoires. A cette fin, une application a été réalisée en Provence, sur la Côte bleue, entre Marseille et Martigues, pour la période 1998-2011. Elle permet l’analyse du phénomène d’urbanisation sur ce littoral original qui, au sein de l’aire urbaine marseillaise, présente une urbanisation relativement faible et de grandes superficies d’espaces naturels. Alors que la loi SRU qui préconise et renforce la limitation de l’étalement urbain remonte à 2000, la cartographie produite offre plusieurs réponses à une question simple : depuis 1998, comment la Côte bleue a-t-elle évolué ?

Suivre l’évolution des espaces urbanisés littoraux à grande échelle : entre multitude, déficit d’articulation et manque de précision des initiatives

3L’étude et le suivi de l’urbanisation des territoires littoraux constituent un sujet de recherche relativement actif (Crawford, 2007 ; Daligaux et Minvielle, 2010 ; Marocco et Mininni, 2013 ; Petrov et al., 2009 ; Sparsfeld et al., 2008 ; Voiron-Canicio, 2006). Comme pour d’autres territoires, il s’agit de caractériser les structures et la dynamique de l’occupation et de l’usage du sol et de proposer des simulations du devenir possible de la tâche urbaine, à la faveur de l’essor des outils, des techniques et des méthodes d’acquisition et de traitements de données spatiales (Bhaskaran et al., 2010 ; Bohnet et Pert, 2010 ; Feranec et al., 2010 ; Jacquin et al., 2008 ; Myint et al., 2011 ; Skupinski et al., 2009). Cette activité scientifique se développe parallèlement à des programmes de production de données sur l’occupation et l’usage du sol financés par les pouvoirs publics, dont certains sont spécifiquement dédiés aux régions côtières. A l’échelon européen, la base Corine Land Cover (CLC) est incontestablement la référence en la matière (Jégou, 2009), avec quatre versions livrées à ce jour : 1990, 2000, 2006 et 2012. Décrivant les territoires européens selon une nomenclature hiérarchique à 3 niveaux, Corine Land Cover propose à l’échelle 1 : 100 000 une cartographie d’occupation et d’utilisation du sol en 44 classes, déterminées par traitement semi-automatique d’images satellitaires. Quelques années après son lancement, ce programme a donné lieu à une initiative spécifique aux zones côtières du continent consistant à proposer une cartographie de l’occupation du sol pour les années 1975-1978, à partir d’images satellitaires plus anciennes et selon une nomenclature compatible (programme LACOAST). En France, plusieurs autres bases de données permettent d’appréhender l’urbanisation littorale (Robin et al., 2005). Dès les années 1970, l’Etat décide la production de l’IPLI (Inventaire permanent du Littoral) dont le but est de livrer une cartographie de l’occupation et de l’usage du sol sur la totalité du littoral, avec une nomenclature en 39 postes basée sur la photo-interprétation de photographies aériennes (échelle d’exploitation : 1 : 25 000). Initialement conçue pour être reconduit tous les 5 ans, le premier IPLI est millésimé 1977, mais il n’a jamais été mis à jour (il est parfois fait référence à une version de 1982, mais nous n’avons jamais pu nous la procurer. En Méditerranée, il semble qu’elle n’existe pas). A partir du début des années 2000, certaines collectivités territoriales, notamment des régions comme Provence-Alpes-Côte d’Azur ou Languedoc Roussillon, décident la mise en production de bases de données d’occupation du sol sur leurs territoires. Elles recommandent l’emploi de la nomenclature et de la méthodologie Corine mais demandent son adaptation à certaines particularités locales. Les bases qui en résultent (Ocsol-PACA 1999 et 2006 ou Ocsol-LR 2000) sont élaborées en vue d’une échelle de restitution plus grande (autour du 1 : 50 000) et se révèlent donc assez utiles pour l’étude de l’urbanisation littorale en Méditerranée française. Plus récemment, enfin, des efforts de mise en cohérence entre les différentes bases d’occupation du sol disponibles sur le littoral français ont été réalisés3. Ceci a débouché sur l’établissement d’une table de correspondance entre les nomenclatures IPLI et Corine Land Cover (Vigné, 2008a) et la conception de Litto_MOS (Vigné, 2008b). Cette base de données d’occupation du sol est produite sur les départements littoraux à partir de données locales (dont les années de mise à jour s’étalent entre 2000 et 2006 selon les départements) et après harmonisation des nomenclatures avec Corine Land Cover comme référence. Il s’agit donc d’une base hybride qui tire profit des différentes productions issues des initiatives locales en vue d’offrir les données les plus à jour sur l’ensemble du littoral national.

4Ce tour d’horizon succinct des bases de données exploitables pour l’étude de l’urbanisation littorale révèle l’inégale qualité sémantique et géométrique de l’information existante. Pour suivre de façon fiable et précise les dynamiques de l’occupation du sol et en particulier celles de l’urbanisation, ces données sont inadaptées. D’une part, l’échelle est inappropriée pour saisir des changements qui n’affectent parfois que des petites portions d’espaces prises individuellement, mais qui peuvent représenter des superficies importantes lorsqu’elles sont cumulées. D’autre part, on sait depuis longtemps et il a été bien montré qu’il n’est pas correct de procéder à une mesure des changements à partir de bases de données différentes (Bousquet et al., 2014). Cela tient au fait que les bases de données produites ne sont pas systématiquement construites sur les mêmes sources. Certaines sont élaborées à partir de photographies aériennes (qui elles-mêmes peuvent être à des échelles de prise de vue différentes) et d’autres reposent sur des images satellites (issues de capteurs différents et dont la résolution spatiale peut varier). Cela tient également au fait que le protocole de production de la donnée d’occupation du sol peut différer, depuis la photo-interprétation par un opérateur humain jusqu’aux méthodes semi-automatiques voire automatiques (classifications, méthodes orientées objet, etc.), avec des échelles de saisie de l’information (notion d’unité minimale de collecte) et des nomenclatures disparates. Ainsi, même si Corine Land Cover inspire la conception de plusieurs bases de données d’occupation du sol actuellement disponibles et si une interopérabilité entre ces bases, par exemple pour établir une correspondance entre les nomenclatures IPLI et Corine, a été imaginée, il n’apparaît pas rigoureux de mesurer l’évolution d’une tâche urbaine ou les transitions entre formes d’occupations du sol à partir de données dont les modes de conception et les précisions ne sont pas identiques. Procéder à des comparaisons sur le temps long d’un même territoire tout comme comparer les évolutions enregistrées sur des territoires distincts n’est donc pas recommandé.

5Reste que le besoin d’information fine et fiable sur les dynamiques de l’urbanisation et les changements d’occupation et d’usages du sol demeure et qu’il importe d’y répondre. Ceci est manifeste dans un pays comme la France où l’évaluation de la consommation des terres et celle de la maîtrise de l’étalement urbain sont désormais inscrites à l’agenda politique. Les collectivités territoriales doivent maintenant procéder à une mesure de la consommation d’espace préalablement à l’élaboration ou à la révision d’un SCOT ou d’un PLU (Strebler, 2012), de même qu’évaluer les possibilités de densification des espaces déjà urbanisés (loi ALUR de mars 2014). Sur le littoral, où les dynamiques de transformation de l’espace sont assez rapides et où les dispositifs réglementaires contraignant l’aménagement sont nombreux, l’information requise doit être produite à grande échelle (entre le 1 : 5 000 et le 1 : 20 000) et régulièrement mise à jour. Surtout, il importe de disposer de données fiables autant sur l’étalement urbain que sur la transformation des espaces déjà urbanisés.

La Côte bleue, un cadre attractif mais contraignant pour l’essor de l’urbanisation

  • 4 Projet VIPLI-Med, financé par l’Appel d’offres 2012 « Quels littoraux pour demain ? » de la Fondati (...)

6Dans le cadre d’une recherche plus large portant sur le paysage côtier et la planification urbaine4, la Côte bleue a été choisie pour servir de support à une expérimentation de cartographie diachronique d’occupation du sol à grande échelle. Situé au nord-ouest de Marseille, ce littoral constitue un espace de transition entre la cité phocéenne à l’est, ses 850 000 habitants et son port historique, et le golfe de Fos-sur-mer, site d’une urbanisation industrialo-portuaire plus récente et plus lourde, à l’ouest. Elle correspond à la façade maritime d’un plateau calcaire appelé chaîne de la Nerthe ou encore chaîne de l’Estaque qui s’étend sur un peu moins de 30 km d’est en ouest et qui sépare la mer Méditerranée au sud et l’étang de Berre au nord (Carte 1). Quatre communes, totalisant 23 700 habitants (INSEE, RGP 2011), sont pleinement situées sur ce littoral : Sausset-les-Pins, Carry-le-Rouet, Ensuès La Redonne et Le Rove. Deux autres communes, Martigues et Marseille, n’y ont qu’une partie de leur territoire.

Carte 1 : La Côte bleue, un littoral relativement peu urbanisé au sein de l’aire urbaine marseillaise

Carte 1 : La Côte bleue, un littoral relativement peu urbanisé au sein de l’aire urbaine marseillaise

7Parvenues jusqu’à aujourd’hui à empêcher des projets d’urbanisation massifs sur leur littoral, les communes de la Côte bleue ont vu leur attrait progressivement augmenter ces dernières années. Au sein de l’aire urbaine marseillaise, elles sont reconnues pour leur cadre de vie et leurs paysages, et sont fortement recherchées comme lieux de résidence et de villégiature (Berthelot et Dubois, 2010). Des différences sensibles existent entre ces communes du point de vue de leurs spécialisations socio-économiques. Carry-le-Rouet et Sausset-les-Pins, plus touristiques et entièrement tournées vers la mer, se distinguent en effet d’Ensuès La Redonne et Le Rove, très peu touristiques et plutôt communes-dortoirs. Martigues et Marseille, qui ne sont pas entièrement situées sur la Côte bleue, ont quant à elles un peuplement plus populaire et sont plus industrielles. Pour autant, les marchés foncier et immobilier de cette portion du littoral des Bouches-du-Rhône figurent parmi les plus coûteux de l’aire urbaine, au même niveau que Cassis ou le centre-ville historique d’Aix-en-Provence (Boulay, 2011). Cette situation est d’autant plus affirmée que les dispositifs de protection de l’environnement naturel, conjugués à la réglementation nationale en matière d’urbanisme, laissent désormais peu de possibilités à l’étalement urbain. La Côte bleue est en effet un des plus vastes domaines du Conservatoire de l’espace littoral et des rivages lacustres, suite à l’action volontariste des élus locaux dès la fin des années 1970 (Gérard, 2009). A cette époque, alors que les loisirs et le tourisme de masse sont en plein essor, la Côte bleue apparaît extrêmement propice aux développements immobiliers à des fins touristiques et résidentielles, aux portes de Marseille et à quelques kilomètres de son aéroport. Par leur détermination, les élus locaux sont alors parvenus à protéger de vastes superficies d’espaces naturels à proximité même de la très grande ville et qui plus est en site proprement littoral (Photo 1). Cette spécificité a occasionné des réflexions assez poussées lors de l’élaboration du Parc national des Calanques créé en 2012 au sud de Marseille (Deboudt, 2012). Il était alors question d’incorporer une partie de la Côte bleue dans son périmètre. Mais les élus locaux s’y sont opposés, préférant échapper à l’apparition d’un nouvel acteur gestionnaire sur leur territoire et considérant qu’ils parvenaient d’ores et déjà à préserver efficacement les espaces naturels de leurs communes. Ils étaient d’ailleurs engagés dans une démarche de classement d’une zone concernant les communes de Carry-le-Rouet, Ensuès La Redonne, Gignac la Nerthe, Marseille, Les Pennes-Mirabeau et Le Rove, au titre de la loi de 1930. Cette démarche, qui fut couronnée de succès par un décret du 20 juin 2013, est venue renforcer le caractère protégé et attractif de l’ensemble de ce littoral.

Photo 1 : Panorama sur la rade de Marseille depuis les collines du Rove

Photo 1 : Panorama sur la rade de Marseille depuis les collines du Rove

En arrière-plan, la ville de Marseille et le massif des calanques. Sur la commune du Rove, plus de 80 % du territoire appartient au Conservatoire du littoral.

Cliché : S. Robert.

8Dans un tel contexte, la question de l’évolution récente de l’urbanisation se pose avec intérêt. En particulier, depuis la consécration du principe de limitation de l’étalement urbain et de densification de la ville par la loi SRU de 2000, comment les espaces urbains de la Côte bleue ont-ils évolué ? Y a-t-il encore eu extension des emprises urbaines par étalement urbain ? Les tissus urbains se sont-ils modifiés ou, au contraire, la dynamique du territoire a-t-elle été contrariée ?

Méthodologie

9Pour organiser un suivi fin et fiable de l’urbanisation de la Côte bleue depuis l’instauration des lois SRU, l’option méthodologique retenue est issue de travaux menés en relation avec le Centre régional de l’information géographique de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur (CRIGe-PACA)5. Depuis plusieurs années, un groupe de travail constitué de scientifiques et d’ingénieurs des collectivités locales, en rapport avec des bureaux d’étude, est engagé sur un chantier de conception et de mise en production d’une base de données d’occupation et d’utilisation des sols à grande échelle sur les territoires à enjeux de cette région. En 2008, il a proposé une méthodologie de cartographie de l’occupation et de l’usage des sols urbains basée sur la photo-interprétation de photographies aériennes et utilisant une nomenclature conforme avec Corine Land Cover enrichie d’un quatrième niveau (26 postes de niveau 4, contre 11 au niveau 3). Les premières expérimentations ont porté sur des espaces relativement limités et ont permis la mise en œuvre d’une nomenclature inédite pour décrire les territoires artificialisés dans l’esprit de Corine (Autran, 2007 ; Autran et Roux, 2008 ; Robert et Autran, 2012). Les premiers résultats se révélant probants à la fois sur un plan scientifique et sur un plan opérationnel, les travaux se sont ensuite développés pour conforter et affiner la version 1 de la nomenclature pour les espaces urbains et pour proposer un niveau 4 aux autres grandes catégories d’occupation et d’usage des sols (territoires agricoles, milieux semi-naturels et forestiers, zones humides, espaces en eau). Une seconde version de la nomenclature, alors nommée Ocsol-GE, et une mise à jour de la méthodologie, donnant lieu à la réalisation d’un guide méthodologique et technique précisant les modalités de mise en œuvre de la cartographie, ont alors été effectuées et finalisées en 2014. Dans le même temps, une politique de soutien du Conseil régional PACA aux collectivités souhaitant s’engager dans la mise en production de ce type de cartographie sur leurs territoires de compétence a été mise en place. L’idée était de permettre à ces collectivités de se doter de bases de données d’occupation du sol à grande échelle tout en s’assurant qu’elles adoptent un parti pris technique et une démarche de production qui permettent d’aboutir à des bases certes appropriées à leurs besoins mais comparables à l’échelon régional. Au début de 2015, plusieurs grands territoires sont couverts par une base de données d’occupation et d’utilisation des sols à grande échelle ou sont sur le point de l’être : Grand Avignon, Toulon Provence Méditerranée, Nice Côte d’Azur, Communauté du Pays d’Aix.

10Si les collectivités locales de PACA ont la possibilité de produire des bases de données d’occupation et d’utilisation du sol à grande échelle adaptées à leurs besoins ou spécificités (préoccupation d’autant plus forte qu’elles sont co-financeurs), la subvention régionale et le travail du CRIGe permettent de garantir que les cartographies soient comparables. Les bases sont donc toutes produites sur des photos aériennes type Bd-Ortho IGN ou assimilées, avec des échelles de saisie et des unités minimales de collecte identiques et selon une nomenclature de référence partagée. Si des classes spécifiques sont souhaitées, elles peuvent figurer dans la base si elles sont validées par le groupe de travail et si elles peuvent être fusionnées avec d’autres pour obtenir une base cohérente avec le référentiel régional. La seconde version de la nomenclature Ocsol-GE compte 96 postes : 44 postes de niveau 4 pour les territoires artificialisés (Tableau 1), 21 pour les territoires agricoles, 20 pour les milieux semi-naturels et forestiers, 7 pour les zones humides et 4 pour les espaces en eau.

Tableau 1 : Nomenclature Ocsol-GE, composante urbaine, version 2 (2014)

CLC (niveau 3)

OcsolGEu

Code

Intitulé

Code

Intitulé

Définition

UMC #

LMC #

111

Tissu urbain continu

1111

Tissu urbain compact

Tissu urbain continu et compact, le plus dense, qui correspond généralement au centre historique d’une agglomération. Il se caractérise par une très forte proportion "d'espaces pleins" et par un réseau viaire très resserré.

2500

10

1112

Tissu urbain aéré

Tissu urbain continu constituant l’extension urbaine périphérique dense des centres anciens, caractérisé par une structuration en îlots de bâtiments où les espaces ouverts occupent une surface non négligeable et par un réseau viaire associé large.

2500

10

112

Tissu urbain discontinu

1121

Bâti individuel dense

Tissu urbain discontinu constitué d’habitations individuelles groupées ou individualisées dans un lotissement dense.

1000

10

1122

Bâti individuel lâche

Tissu urbain constitué d'habitations individuelles sur un grand parcellaire faiblement construit, de type lotissement peu dense.

1000

10

1123

Bâti individuel dans parc paysager

Bâti individuel de grande taille sur une grande parcelle privée souvent aménagée en parc arboré et pouvant posséder ses propres équipements (de loisirs notamment), créant une forme urbaine très lâche au sein d'un contexte urbain.

1500

10

1124

Bâti collectif

Tissu urbain constitué d'immeubles d'habitations collectifs.

2500

10

1125

Bâti mixte

Forme urbaine d’habitation, intentionnelle ou non, d’espace bâti mixte dans lequel on trouve à la fois du bâti individuel et du bâti collectif.

2500

10

113*

Bâti diffus*

1131

Bâti diffus en zone agricole

Groupement d'habitations et de bâtiments annexes en zone agricole.

500

10

1132

Bâti diffus en zone naturelle

Groupement d'habitations et de bâtiments annexes en zone naturelle.

500

10

1133

Bâti isolé en zone agricole

Habitations et bâtiments annexes isolés en zone rurale.

500

10

1134

Bâti isolé en zone naturelle

Habitations et bâtiments annexes isolés en zone naturelle.

500

10

1135

Bâti léger ou informel

Bâti d'occupation précaire, temporaire et/ou sauvage, situé en dehors des terrains d'accueil prévus, édifié sur des terrains publics ou privés sans autorisation, sans planification urbaine préalable ou illégalement.

500

10

121

Zones industrielles et commerciales

1211

Zone d’activité industrielle

Espaces occupés par des activités industrielles et manufacturières, à l'exclusion de l'artisanat.

2500

10

1212

Zone d’activité commerciale

Espaces commerciaux accueillant du public.

2500

10

1213

Zone d’activité économique

Espaces occupés par des activités économiques relevant du secteur des services (logistique, bureaux, …) et de l'artisanat.

2500

10

1214

Equipements collectifs accueillant du public

Espaces occupés par des équipements collectifs accueillant du public.

1000

10

1215

Equipements collectifs n’accueillant pas du public

Espaces occupés par des équipements collectifs n'accueillant pas du public et distincts des infrastructures publiques de services techniques.

1000

10

1216

Equipements eau, énergie, TIC et déchets

Infrastructures de gestion et/ou de distribution des réseaux d'eau, d'énergie, de télécommunication, et du traitement des déchets.

1000

10

1217

Terrains vagues en zone d’activité

Terrains vacants et surfaces non bâties sans entretien, situés en zone d'activité.

1000

10

1218

Parkings en zone d’activité

Surfaces dédiées au stationnement des véhicules particuliers dans les zones d'activité ou associées aux équipements collectifs.

2500

10

1219

Espaces associés aux équipements

Espaces non bâtis directement en relation avec les équipements et associés à leur fonctionnement.

2500

10

122

Réseaux routier et ferroviaire et espaces associés

1221

Réseau routier et bâtis techniques associés

Ensemble des voies de circulation routières structurantes et des bâtis associés nécessaires au fonctionnement du réseau.

X

8

1222

Réseau ferroviaire et bâtis techniques associés

Ensemble des voies ferrées principales et des bâtis associés nécessaires au fonctionnement du réseau.

X

8

1223

Gares routières et/ou ferroviaires

Espaces des infrastructures dédiées aux déplacements des voyageurs d’une gare routière et/ou ferroviaire, organisés pour accueillir les arrivées et les départs en bus et/ou en train.

1000

10

1224

Parkings

Surfaces dédiées au stationnement des véhicules particuliers en dehors des zones d'activité.

2500

10

1225

Espaces associés aux réseaux routiers ou ferroviaires

Espaces non bâtis directement en relation avec la voirie ou insérés et associés au fonctionnement du réseau.

2500

10

123

Zones portuaires

1231

Infrastructures portuaires

Ensemble des infrastructures qui concourent au fonctionnement d'un port

1000

10

1232

Bassins portuaires

Surface en eau, protégée par des digues pour faciliter le transbordement des personnes et des marchandises, la réparation des navires ou l’activité nautique.

2500

10

1233

Gares maritimes

Espaces des infrastructures dédiées aux déplacements des voyageurs d’un port, organisés pour accueillir les arrivées et les départs par voie maritime.

1000

10

1234

Espaces associés aux zones portuaires

Espaces non bâtis directement en relation avec la zone portuaire et associés à son fonctionnement.

2500

10

124

Aéroports

1241

Espaces bâtis aéronautiques

Ensemble des bâtiments de service des aérodromes, ainsi que leurs infrastructures autres que les pistes.

1000

10

1242

Pistes aéronautiques

Ensemble des espaces de circulation consacrés aux appareils aériens, dans l'enceinte d'un aérodrome.

2500

10

1243

Gares aéroportuaires

Espaces des infrastructures dédiées aux déplacements des voyageurs d’un aéroport, organisés pour accueillir les arrivées et les départs par voie aérienne

1000

10

1244

Espaces associés aux aéroports

Espaces non bâtis directement en relation avec les aéroports et associés à leur fonctionnement

2500

10

131

Extraction de matériaux

1311

Extraction de matériaux

Extraction de matériaux de construction à ciel ouvert ou autres matériaux, y compris les bâtiments et infrastructures associés.

2500

10

132

Décharges

1321

Décharges

Décharges et dépôts de mines, des industries ou des collectivités publiques, y compris les dépôts sauvages.

2500

10

133

Chantiers

1331

Chantiers

Espaces en construction, d’excavations et de sols remaniés

2500

10

141

Espaces verts urbains

1411

Espaces verts urbains

Espaces ouverts et végétalisés au sein de l'espace urbain, aménagés ou simplement entretenus, à fonction d'agrément, et pouvant posséder des équipements pour le public de type aires de jeux.

2500

10

1412

Places

Surface le plus souvent entièrement non bâtie, généralement entourée de constructions, dont la fonction principale est de servir de lieu public.

1000

10

1413

Terrains vagues en espace urbanisé

Terrains vacants et surfaces non bâties sans entretien, situés en zone urbanisée.

1000

10

1414

Cimetières

Lieu public clos, végétalisé ou non, aménagé de tombes individuelles ou lignagères.

1000

10

1415

Jardins familiaux

Ensemble de parcelles, le plus souvent affectées à des cultures potagères, arboricoles ou horticoles.

1000

10

142

Equipements sportifs et de loisirs

1421

Espaces bâtis de sport et de loisir

Infrastructures couvertes, dédiées à la pratique du sport ou aux loisirs.

1000

10

1422

Espaces ouverts de sport et de loisir

Infrastructures, non couvertes, dédiées à la pratique du sport ou aux loisirs.

2500

10

* classe propre à Ocsol-PACA pour représenter une forme d’artificialisation fort répandue dans la région PACA.
# UMC : unité minimale de collecte en m², LMC : largeur minimale de collecte en m.

  • 6 UMC : unité minimale de collecte en m². LMC : largeur minimale de collecte en m.
  • 7 Ce guide et les annexes associées sont téléchargeables sur le site du CRIGe PACA : http://www.crige (...)

11Pour l’expérimentation menée sur la Côte bleue, la méthodologie et la nomenclature Ocsol-GE ont été appliquées sans aménagement particulier. Cependant, seuls les territoires artificialisés ont donné lieu à une cartographie de niveau 4, les autres espaces ont simplement été cartographiés au niveau 1 de la nomenclature. La nomenclature résultante est donc nommée Ocsol-GEu. Le travail a été réalisé à quatre dates de référence, correspondant aux différentes versions de la Bd-Ortho de l’IGN disponibles sur les Bouches-du-Rhône : 1998, 2003, 2008 et 2011. Il concerne entièrement quatre communes (Sausset-les-Pins, Carry-le-Rouet, Ensuès La Redonne et Le Rove) ainsi que le 16ème arrondissement de Marseille. Etablie à l’échelle 1 : 3 000, la photo-interprétation a été conduite en se conformant à la méthodologie de numérisation des unités homogènes d’occupation et d’utilisation du sol, identifiables à partir des orthophotographies (critères de taille minimale des objets à numériser (UMC et LMC6), de contexte paysager, de distances entre objets géographiques identifiables, etc.) et en ayant recours à des bases de données exogènes pour l’aide à l’interprétation, notamment pour caractériser l’utilisation des sols : Bd Topo, Bd Scan 25, application Google Street View, etc. L’exposé détaillé de la mise en œuvre de cette cartographie correspond aux recommandations rassemblées dans le guide méthodologique7 qui décrit de façon très détaillée le protocole de la numérisation et les caractéristiques des différentes catégories d’occupation et d’usage des sols, avec extraits photographiques, critères quantitatifs, etc. ; il n’est pas pertinent d’en rendre compte ici.

Carte 2 : Quatre millésimes pour révéler les changements sur une maille temporelle resserrée

Carte 2 : Quatre millésimes pour révéler les changements sur une maille temporelle resserrée

Mise en évidence des espaces ayant muté sur une partie du village du Rove

12La base de données produite avec le logiciel ArcGis se présente au format vecteur, mais peut bien évidemment être générée en mode raster. Elle se caractérise par une triple finesse, ou triple haute résolution (même si le terme n’est pas approprié à la structure vecteur) : finesse géométrique, puisque les unités homogènes d’occupation des sols distinctes sont finement délimitées dans l’espace (haute résolution spatiale), finesse thématique, puisque les territoires artificialisés peuvent être décrits jusqu’à 44 classes, et enfin finesse temporelle, puisque la base offre quatre versions de l’occupation des sols urbains sur un pas de temps court : entre 3 et 5 ans séparent les millésimes (Carte 2). Du fait de sa conception hiérarchique, la base peut restituer l’information aux différents niveaux de Corine Land Cover et est donc opérable avec la base Ocsol-PACA par exemple. Une fois produite et validée, les données ont été analysées avec des opérateurs simples d’analyse spatiale (quantification des superficies et des effectifs de polygones par classe, par commune et pour l’ensemble de la zone d’étude pour chaque année cartographiée ; intersection de couches entre les années 1998-2003, 2003-2008, 2008-2011, puis construction de matrices de transitions entre classes) en vue de caractériser les modifications intervenues dans la localisation, la répartition et la différenciation des espaces urbanisés sur la période suivie. Les structures de l’occupation du sol ont donc été décrites à chaque date pour chaque commune et les transitions entre classes d’occupation du sol ont été analysées au prisme de la dialectique étalement urbain / densification urbaine notamment. Ce faisant, la pertinence de la conception de cette base de données et son caractère approprié vis-à-vis de l’objectif de suivi et de caractérisation de l’évolution de l’urbanisation ont été évalués.

Résultats

13La base de données issue de cette expérimentation peut donner lieu à de multiples analyses. En cohérence avec les objectifs initiaux de l’étude, seule son aptitude à renseigner sur les structures et la dynamique récente de l’urbanisation est abordée. A cette fin et pour faciliter l’exposé, les résultats présentent successivement : la structure de l’urbanisation en 2011 ; l’étalement urbain entre 1998 et 2011 ; la question de la permanence et de l’évolution des espaces urbanisés sur cette même période ; et enfin celle de la reconstruction de la ville sur elle-même.

Carte 3 : Les territoires artificialisés sur la Côte bleue en 2011, au niveau 2 de Corine Land Cover

Carte 3 : Les territoires artificialisés sur la Côte bleue en 2011, au niveau 2 de Corine Land Cover

Structure de l’urbanisation

14En 2011, le territoire étudié est relativement peu urbanisé compte tenu de sa proximité à Marseille et en dépit de la présence du 16ème arrondissement de la ville (Carte 3). Les "Territoires artificialisés" au sens de Corine Land Cover concernent une superficie de 1934 ha, soit 22,6 % de la superficie totale cartographiée. Le 16ème arrondissement de Marseille pèse assez fortement sur ce résultat. Il totalise en effet plus de 40 % des territoires artificialisés pour une superficie inférieure à 17 % de la zone traitée. La singularité de cette partie de Marseille se manifeste également dans le détail des formes de l’artificialisation. En proportion de la totalité des espaces artificialisés, le 16ème présente en effet un très fort pourcentage de "Zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication" (52,5 %). Ceci s’explique par la présence d’une partie du port, des espaces logistiques et des voies de communication associées (Figure 1). A l’opposé, les quatre communes de la Côte bleue sont principalement caractérisées par des "Zones urbanisées", soit des espaces principalement résidentiels (entre 60 % et 75 %).

Figure 1 : Structure des Territoires artificialisés au niveau 2 de Corine Land Cover, en 2011, par commune (en %)

Figure 1 : Structure des Territoires artificialisés au niveau 2 de Corine Land Cover, en 2011, par commune (en %)

15Sur la totalité de la zone d’étude, les "Territoires artificialisés" tels que définis au niveau 3 de Corine Land Cover (Figure 2) sont en majorité des "Tissus urbains discontinus" (classe 112, 47 %), puis des espaces logistiques et d’activités : "Réseaux routier et ferroviaire et espaces associés" (classe 122, 15 %), "Zones industrielles et commerciales" (classe 121, 11 %), et "Zones portuaires" (classe 123, 7,5 %). Le profil fonctionnel du territoire d’étude est donc principalement résidentiel, mais la fonction productive et logistique n’est pas négligeable.

Figure 2 : Types d’espaces artificialisés en 2011 au niveau 3 de Corine Land Cover, ensemble de la Côte bleue (en % de la totalité des Territoires artificialisés)

Figure 2 : Types d’espaces artificialisés en 2011 au niveau 3 de Corine Land Cover, ensemble de la Côte bleue (en % de la totalité des Territoires artificialisés)

16En exploitant le niveau 4 de la nomenclature Ocsol-GEu, les "Tissus urbains discontinus" se répartissent en 5 types de formes urbaines dont deux sont dominantes : le "Bâti individuel dense" (classe 1121, 31 %) et le "Bâti individuel lâche" (classe 1122, 12,9 %). Les "Réseaux routier et ferroviaire et espaces associés" sont quant à eux très largement dominés par le "Réseau routier et bâtis techniques associés" (classe 1221) à hauteur de 11,1 %. Enfin, les "Zones industrielles et commerciales" consistent principalement en des "Zones d’activités économiques" (classe 1213, 7,8 %), c’est-à-dire des espaces occupés par des activités relevant du secteur des services et de l’artisanat.

Dynamique d’expansion de l’artificialisation : étalement urbain ?

17La base de données permet de rendre compte de l’étalement urbain selon différentes approches et selon diverses acceptions de ce processus. En considérant les zones d’occupation et d’utilisation du sol relevant des "Territoires artificialisés" au sens de Corine Land Cover, l’étalement urbain est envisagé de manière très englobante puisqu’il concerne aussi bien des tissus urbains résidentiels, que des espaces d’activités, des voies de communication, des espaces de loisirs, ou encore des carrières et des décharges. Il s’agit donc plutôt de l’emprise de l’artificialisation de nature urbaine. Selon cette acception, de 1998 à 2011, la zone d’étude a connu une croissance des zones artificialisées relativement mesurée : +85 ha. Compte tenu de la superficie déjà artificialisée en 1998, l’accroissement s’est élevé à +4,4 % sur la période, soit +0,35 % en moyenne annuelle. Sur la période, cette augmentation a été la plus forte au Rove (+10,4 %), soit 9 fois plus qu’à Marseille 16ème (+1,1 %), ou 8 fois plus qu’à Carry-le-Rouet (+1,33 %), (Tableau 2).

Tableau 2 : Evolution globale des territoires artificialisés (1998-2011) en %, niveau 1 Corine Land Cover

Marseille 16e

Le Rove

Ensuès La Red.

Carry-le-Rouet

Sausset-les-Pins

1,13

10,39

6,25

1,33

4,51

18Presque partout, l’extension des espaces artificialisés s’est effectuée en continuité des espaces déjà artificialisés en 1998 (Carte 4). L’apparition d’espaces artificialisés nouveaux s’est plutôt faite dans l’intérieur des terres et relativement peu à proximité de la côte, en particulier au Rove et à Ensuès La Redonne. Le principe d’urbanisation nouvelle en continuité du bâti existant a semble-t-il été respecté. Les données révèlent par ailleurs que l’artificialisation a aussi connu un certain recul, du fait de l’arrêt de l’exploitation de certaines carrières et leur réhabilitation paysagère dans les collines du nord du 16ème arrondissement de Marseille.

Carte 4 : Evolution de l’emprise spatiale des territoires artificialisés entre 1998 et 2011

Carte 4 : Evolution de l’emprise spatiale des territoires artificialisés entre 1998 et 2011

19Dans le détail, cette croissance de l’artificialisation a varié dans le temps selon les territoires. Comme l’indique la figure 3, l’extension des territoires artificialisés s’est principalement réalisée en début de période et a connu une évolution à la baisse pour les communes du Rove, d’Ensuès La Redonne et Sausset-les-Pins. A Carry le Rouet, en revanche, l’accroissement s’est ralenti et dans le 16ème arrondissement de Marseille, les taux sont allés croissants (originalité de ce secteur, l’artificialisation était même en recul entre 1998 et 2003 du fait de la réhabilitation de carrières importantes). Disposer de données sur un pas de temps assez réduit permet d’enregistrer ces spécificités.

Figure 3 : Evolution moyenne annuelle des territoires artificialisés entre 1998 et 2011 par commune (en %)

Figure 3 : Evolution moyenne annuelle des territoires artificialisés entre 1998 et 2011 par commune (en %)

20En adoptant une acception plus restrictive de l’urbanisation, c’est-à-dire en excluant des analyses les classes "Extraction de matériaux" (1311) et "Décharges" (1321), assez fortement représentées sur la Côte bleue, la "tâche urbaine" (qui comprend toutes les autres formes de territoires artificialisés) ne s’étend plus que sur 1769 ha en 2011 et n’a progressé que de +69,6 ha entre 1998 et 2011. Ainsi considéré, l’étalement urbain est alors plus faible, puisqu’il observe un rythme de +3,78 % sur la période et de +0,31 % en moyenne annuelle.

21Pour une part très importante (plus de 75 %), les territoires nouvellement artificialisés en 2011 par rapport à 1998 étaient des milieux semi naturels et forestiers en 1998. A la différence de ce qui s’est passé dans de nombreuses communes du littoral méditerranéen, ce ne sont donc pas les espaces agricoles qui ont le plus pâti de la progression de l’artificialisation, fait qui s’explique principalement par la relative faiblesse des superficies agricoles dès 1998. Les "Territoires agricoles" n’ont constitué que 17 % des espaces consommés par l’étalement urbain et les "Surfaces en eau" ont compté pour près de 7 %. Sur l’ensemble de la période considérée, l’analyse des transitions entre classes d’occupation et d’usage des sols de niveau 1 Corine Land Cover montre par ailleurs que l’avancée des territoires artificialisés sur les autres types d’espace a varié dans le temps et que deux schémas principaux sont observables (Figure 4). Pour les Territoires agricoles et les Surfaces en eau, le recul en faveur des Territoires artificialisés est allé décroissant sur l’ensemble de la période. Pour l’essentiel, les superficies perdues par ces deux catégories l’ont été entre 1998 et 2003 : plus des deux tiers des espaces agricoles consommés le sont entre 1998 et 2003 ; la proportion s’élève à neuf dixièmes pour les surfaces en eau. Pour les Milieux semi-naturels et forestiers, en revanche, la régression du fait de l’artificialisation s’est surtout effectuée entre 2003 et 2008, avec une perte de superficie nettement plus importante que dans les deux autres sous-périodes. Entre 2008 et 2011, les trois catégories ont toutes connues une réduction de leur contribution à l’artificialisation, signe que l’étalement urbain s’est ralenti. Aussi, un premier pronostic peut être avancé concernant l’évolution future. Les réserves foncières du côté des espaces agricoles étant quasi épuisées et les empiétements sur le domaine marin n’étant guère à l’agenda politique en France, l’extension spatiale future des espaces urbanisés se fera pour l’essentiel sur les milieux semi-naturels et forestiers. Ces derniers étant pour une large part fortement protégés sur cette portion du littoral provençal, le devenir des villes semble donc se jouer du côté des espaces urbains déjà constitués et sur le processus de rénovation urbaine.

Figure 4 : Les transitions en faveur des "Territoires artificialisés"

Figure 4 : Les transitions en faveur des "Territoires artificialisés"

Permanence et évolution des espaces urbanisés

22Indépendamment de leur augmentation entre 1998 et 2011, les territoires artificialisés de 2011 sont-ils similaires à ceux de 1998 ? Plus précisément, en excluant les classes de type 13 au niveau 2 de Corine Land Cover (Extraction de matériaux, décharges et chantiers), que peut-on dire de l’évolution des espaces urbanisés ? Par commodité d’analyse et d’interprétation, il est judicieux de procéder de manière progressive et de ne pas exploiter d’emblée la richesse du niveau 4 de la nomenclature Ocsol-GEu. L’étude des données agrégées au niveau 3 de Corine Land Cover montre ainsi que la structure de l’urbanisation a changé dans tous les territoires, mais sur des aspects et dans des proportions inégales (Figure 5). A Sausset-les-Pins, l’évolution a principalement été marquée par la progression des superficies des espaces dédiés aux sports et aux loisirs (classe 142, +143,6 %) et celle des "Zones industrielles et commerciales" (classe 121, +39,5 %). Au Rove, les changements ont d’abord été le fait de l’augmentation des "Espaces verts et ouverts" (classe 141, +58,26 %) et celle des "Zones industrielles et commerciales" (+18,2 %). Carry-le-Rouet s’est distingué par un fort recul des "Espaces verts et ouverts" (-51,1 %), phénomène que l’on observe aussi à Marseille (-39,2 %), alors qu’Ensuès La Redonne a d’abord enregistré une régression du "Bâti diffus" (classe 113, -35,1 %) et secondairement une progression du "Tissu urbain discontinu" (classe 112, +20,6 %) et des "Zones industrielles et commerciales" (classe 112, +17,5 %).

Figure 5 : Rapport des superficies de chaque classe de niveau 3 entre 2011 et 1998 (en %)

Figure 5 : Rapport des superficies de chaque classe de niveau 3 entre 2011 et 1998 (en %)

Un rapport positif signifie que la classe occupe une superficie supérieure en 2011.

23Incontestablement, la zone urbanisée n’est donc pas figée. Outre le fait qu’elle s’étende, elle se transforme et les types d’espaces qui la constituent se recomposent. Par conséquent, les proportions des uns et des autres changent au cours du temps et cette évolution traduit des changements de configuration qui révèlent des modes de gestion et d’aménagement de l’espace. A titre d’exemple, l’examen des zones urbanisées au sens strict (classes commençant par 11, aux niveaux 3 et 4 de la nomenclature, ou classes 11xx) est riche d’enseignement (Figure 6). Il apparaît en effet que sur la période suivie, quatre territoires sur cinq enregistrent un recul des espaces de "Bâti individuel lâche" (classe 1122), c’est-à-dire des tissus urbains caractérisés par de l’habitat individuel implanté sur de vastes unités foncières (le plus souvent arborées). De même, les superficies de "Bâti diffus en zone naturelle" (classe 1132) et de "Bâti isolé en zone naturelle" (classe 1134) régressent. Dans le même temps, tous les territoires connaissent une augmentation du "Bâti individuel dense" (classe 1121) et trois se caractérisent aussi par une croissance des espaces de "Bâti collectif" (classe 1124). En d’autres termes, en valeurs relatives, les formes d’urbanisation résidentielle les plus consommatrices d’espace sont en recul, alors que les tissus urbains plus "denses" voient leur proportion augmenter. Des formes mixtes (classe 1125), associant bâti individuel et collectif, s’affirment également et traduisent des manières nouvelles de construire la ville.

Figure 6 : Rapport des superficies des classes de niveau 4 de type 11xx entre 2011 et 1998 (en %)

Figure 6 : Rapport des superficies des classes de niveau 4 de type 11xx entre 2011 et 1998 (en %)

Un rapport positif signifie que la classe occupe une superficie supérieure en 2011.

Analyse des transitions : reconstruction de la ville sur elle-même et densification du bâti ?

24Véritable leit motiv des politiques publiques, la densification de la ville semble donc à l’œuvre dans la zone d’étude. On assiste en effet à une transformation interne de la zone artificialisée, dans des proportions assez remarquables. L’analyse de l’évolution des espaces classés en territoires artificialisés au sens du niveau 1 de Corine Land Cover en 2011 et qui étaient également artificialisés en 1998 est à ce titre très intéressant. Entre ces deux dates, 168 ha de territoires artificialisés ont changé de classe tout en restant des territoires artificialisés. En ne prenant pas en compte les espaces de type "Extraction de matériaux" et "Décharges", le total s’élève à 141 ha. Ces chiffres sont tout à fait intéressants à souligner car ils sont environ deux fois plus élevés que ceux relatifs à l’extension des territoires artificialisés (qu’il s’agisse de toutes les classes ou de tous les territoires artificialisés sans les classes 13xx). En d’autres termes, les espaces artificialisés qui sont nouveaux en 2011 par rapport à 1998 ont très majoritairement été aménagés sur des espaces précédemment artificialisés : l’urbanisation par étalement urbain a été inférieure de moitié à l’urbanisation par recomposition d’espaces déjà artificialisés.

Stabilité et mutation des territoires artificialisés de 1998

25En partant de la situation de l’artificialisation en 1998, l’examen des transitions entre classes de territoires artificialisés permet de repérer les types de tissus urbains et d’espaces urbanisés qui ont été les plus stables et ceux qui ont eu le plus tendance à muter (Tableau 3). Pour un grand nombre de classes, il n’y pas eu de transition entre 1998 et 2011, ou très peu. Ce sont des formes urbaines relativement stables correspondant par exemple à des tissus urbains anciens, de nature patrimoniale (classes 1111, 1112), à des zones occupées par des équipements publics, des infrastructures de communication ou des espaces verts urbains. A l’opposé, d’autres classes ont été très fortement touchées par des mutations. En considérant les taux de mutation, au premier rang et sans surprise arrivent les "Chantiers" (classe 1331) qui, à plus de 97 % sont devenus autre chose en 2011. En second lieu, c’est la classe 1211, "Zone d’activité industrielle", qui a le plus muté. On peut s’en étonner, mais ceci correspond au recul de l’industrie dans le quartier de l’Estaque (16ème arrondissement de Marseille). Ensuite, assez logiquement, ce sont les espaces ouverts au sein des espaces artificialisés qui ont fait l’objet de fortes mutations : les "Terrains vagues en milieux urbanisés" (classe 1413), ainsi que les "Terrains vagues en zone d’activité" (classe 1217). Suivent les espaces résidentiels peu denses : "Bâti diffus en zone naturelle" (classe 1132), "Bâti individuel lâche" (classe 1122), etc. En considérant les superficies affectées, la hiérarchie diffère : les classes qui ont le plus contribué à la densification urbaine sont les "Terrains vagues en milieux urbanisés", le "Bâti individuel lâche", puis les "Chantiers" et les "Zones d’activités industrielle".

Tableau 3 : Les territoires artificialisés de 1998 ayant le plus muté vers d’autres classes de territoires artificialisés en 2011 (part de la classe qui n’est plus dans la même classe en 2011, en %)

Classe

Taux de mutation ( %)

Superficie (m²)

1331 - Chantiers

97,61

-187 222

1211 - Zone d’activité industrielle

56,32

-175 588

1413 - Terrains vagues en espace urbanisé

52,44

-517 928

1132 - Bâti diffus en zone naturelle

35,91

-149 040

1217 - Terrains vagues en zone d’activité

31,94

-38 010

1122 - Bâti individuel lâche

13,89

-358 978

1134 - Bâti isolé en zone naturelle

13,37

-5 700

1321 - Décharges

12,94

-7 176

1213 - Zone d’activité économique

7,85

-93 386

1311 - Extraction de matériaux

7,13

-52 499

1131 - Bâti diffus en zone agricole

2,40

-2 201

1231 - Infrastructures portuaires

2,05

-29 038

1221 - Réseau routier et bâtis techniques associés

1,87

-40 061

1124 - Bâti collectif

0,86

-3 480

1222 - Réseau ferroviaire et bâtis techniques associés

0,79

-4 459

1422 - Espaces ouverts de sport et de loisir

0,58

-2 859

1224 - Parkings

0,51

-499

1121 - Bâti individuel dense

0,50

-26 221

1214 - Equipements collectifs accueillant du public

0,42

-722

1112 - Tissu urbain aéré

0,31

-1 876

Les territoires artificialisés ayant le plus bénéficié de la recomposition des espaces urbanisés

26En considérant cette fois l’artificialisation de 2011, l’examen des transitions entre classes permet la mise en évidence des catégories ayant le plus profité des transitions internes. Ce sont principalement le "Bâti individuel dense" (1121, +65,6 ha), les "Zones d’activité économique" (1213, +27,6 ha) et le "Bâti individuel lâche" (1122, +16,4 ha). En d’autres termes, la "recomposition de la ville sur elle-même" s’est faite au bénéfice d’espaces résidentiels plus denses et d’espaces d’activités économiques mixtes.

27L’examen de la classe 1121 est à cet égard très intéressant. Il s’agit d’une forme d’urbanisation dont le stock de 1998 n’a pas subi de mutation entre 1998 et 2011, d’une part, et qui a le plus bénéficié de la mutation d’autres espaces artificialisés entre 1998 et 2011, d’autre part. Concernant cette progression au sein des espaces déjà artificialisés en 1998 (Figure 7a), il apparaît qu’elle s’est principalement effectuée au dépend de formes urbaines plus lâches et d’espaces ouverts ou en devenir au sein de la matrice urbanisée : "Bâti individuel lâche" (1122), "Chantiers" (1331) et "Terrains vagues en zone urbanisée" (1413). En d’autres termes, le processus de densification urbaine est bel et bien avéré car dans le même temps, les transitions concernant la classe "Bâti individuel lâche" (1122) témoignent d’un même glissement vers des tissus résidentiels plus denses (Figure 7b). En effet, si cette forme urbaine a pour partie été transformée en "Bâti individuel dense" entre 1998 et 2011, elle a dans le même temps été augmentée par la mutation d’espaces résidentiels encore plus lâches : "Bâti diffus en zone naturelle" (1132). Incontestablement, l’ensemble de la zone étudiée a donc enregistré un mouvement de densification des espaces urbanisés à usage résidentiel.

Figure 7 : Transitions de 1xxx vers les classes 1121 (a), 1122 (b) et 1213 (c) entre 1998 et 2011, en % de la contribution à la totalité des transitions vers ces classes

Figure 7 : Transitions de 1xxx vers les classes 1121 (a), 1122 (b) et 1213 (c) entre 1998 et 2011, en % de la contribution à la totalité des transitions vers ces classes

28L’analyse de la classe 1213, quant à elle, révèle que parallèlement au phénomène précédemment décrit pour les espaces résidentiels, les tissus urbanisés à vocation économique ont également connu une évolution qui manifeste un comblement d’espaces vacants au sein des espaces artificialisés et donc de densification de la tâche urbaine (Figure 7c). En presque totalité, la progression de la classe "Zone d’activité économique" (1213) s’est en effet effectuée sur des espaces ouverts au sein de la matrice artificialisée (1413 et 1217).

Le cas spécifique de Marseille

29La spécificité du 16e arrondissement de Marseille dans les mutations mesurées mérite d’être soulignée. Cette partie de la zone d’étude enregistre en effet un peu plus de la moitié des mutations internes aux territoires artificialisés (87 ha sur les 168 ha). Plus que pour la zone d’étude toute entière, la recomposition des territoires artificialisés y a très fortement surpassé l’étalement urbain (superficie de 3,3 à 4 fois supérieure, selon que l’on considère tous les territoires artificialisés ou que l’on soustraie les décharges et les carrières). La singularité marseillaise apparaît également en ce qui concerne les transitions observées. A la différence de la totalité de la zone, ce ne sont pas les zones de "Bâti individuel dense" qui ont le plus profité des mutations internes aux espaces artificialisés, mais les "Zones d’activités économiques" (pour 25,8 ha), suivies par les "Chantiers" (19,4 ha). Ceci s’explique par la déprise industrielle de ces quartiers, autrefois caractérisés par une concentration d’établissements industriels autour de la chimie, du ciment et de la tuile (Daumalin, 2014), qui a donné lieu à partir de la fin des années 1990 à une dépollution des sites suivie par une reconversion d’une partie des terrains en zone d’activités (zone franche urbaine de Séon-Saumaty, notamment). La densification et la reconversion urbaine à des fins résidentielles n’est toutefois pas absente, puisque le "Bâti individuel dense" et le "Bâti collectif" progressent respectivement de 7,1 ha et de 2,2 ha entre 1998 et 2011. Ainsi, cet arrondissement, où s’étend la partie nord des installations portuaires du Grand Port Maritime de Marseille, demeure un territoire productif mais il a renforcé sa fonction résidentielle, avec les aménités urbaines afférentes, comme l’atteste la progression des "Espaces verts urbains" (+6,3 ha).

Conclusion

30Le suivi et l’étude de l’urbanisation littorale en vue d’appuyer les politiques publiques exigent aujourd’hui de disposer de données précises, à la fois en termes de résolution spatiale, de récurrence temporelle et de finesse thématique. Il s’agit d’un impératif évident pour relever le défi de la limitation de l’étalement urbain et disposer d’indicateurs sur la dynamique des territoires. Il s’agit également d’une nécessité pour les collectivités territoriales qui ont désormais l’obligation de produire des mesures de consommation d’espace préalablement à l’élaboration de nouveaux documents de planification urbaine.

31Dans ce contexte, l’expérimentation menée sur la Côte bleue propose une option méthodologique relativement concluante. Fondée sur les travaux d’un groupe de travail du CRIGe-PACA, elle repose sur la production d’une cartographie d’occupation du sol urbain à grande échelle, disponible à quatre dates entre 1998 et 2011. Les résultats obtenus ont été évalués sur plusieurs plans. Une confrontation avec les bases de données existantes a été effectuée afin de mesurer l’apport de la grande échelle pour appréhender le fait urbain. Incontestablement, la cartographie réalisée apporte une finesse inégalée jusqu’alors pour représenter l’occupation et l’usage des sols urbains de la zone d’étude. La délimitation des entités spatiales qui composent l’espace urbanisé est en effet plus précise à partir de photographies aériennes. Simultanément, la description du type d’occupation et d’usage du sol est plus riche, même si elle peut parfois être difficile du fait des détails perceptibles sur les photographies. Il en découle une cartographie à partir de laquelle des analyses diachroniques solides peuvent être menées. Conçue en cohérence avec la nomenclature Corine Land Cover, la nomenclature adoptée (Ocsol-GEu) présente par ailleurs l’intérêt d’être directement interopérable avec les bases Corine Land Cover existantes de même qu’elle est aisément exploitable par les usagers familiers de ces données. Concernant l’étude et la mise en évidence des dynamiques récentes de l’urbanisation sur la Côte bleue, le potentiel de la base de données s’est révélé particulièrement élevé. Sur ce littoral, il a été possible de démontrer que l’étalement urbain est très inférieur à la recomposition des espaces urbanisés. Les espaces issus d’un processus de reconversion urbaine entre 1998 et 2011 occupent en effet une superficie deux fois plus élevée que les espaces nouvellement urbanisés issus de l’étalement urbain sur des espaces agricoles ou naturels. De même, il a également été possible de montrer le processus de recomposition des espaces au sein des territoires artificialisés. La densification des espaces résidentiels, le comblement des "dents creuses" au sein de la matrice urbaine ou encore la progression des zones d’activités économiques et le recul des espaces industriels ont par exemple été mis en évidence. Ceci soulève ainsi de multiples questions sur la dynamique de l’urbanisation au sein de l’aire urbaine marseillaise. D’une part, on peut s’interroger sur la production de nouveaux paysages urbains, plus denses et plus hauts, à côté d’espaces naturels préservés. D’autre part, la question de la possibilité offerte à tous d’habiter ce littoral émerge avec, en corollaire, celle du report de la pression urbaine sur les communes voisines, notamment autour de l’étang de Berre. En tout état de cause, l’idéal pavillonnaire semble demeurer sur la Côte bleue car, même si la densification urbaine est en marche, le "Bâti individuel" s’impose comme le tissu urbain dominant. Une analyse combinée de l’évolution de l’emprise et de la composition de la tâche urbaine en relation avec l’évolution de la population serait à ce titre intéressante à conduire, comme cela a pu être fait par Antoni et Youssouf (2007).

32Du fait de la subjectivité généralement associée à la photo-interprétation, l’option méthodologique retenue pour cette expérimentation pourrait être discutée. La cartographie d’occupation du sol n’étant pas une science exacte, une telle objection est recevable. La production de la base de données a en effet nécessité un temps certain (entre 3 et 8 h pour l’interprétation d’un km²) ; des difficultés d’interprétation ont nécessité des vérifications de terrain ; divers ajustements ont été effectués dans le cadre d’un processus de "contrôle qualité" ; etc. Cependant, ces limites sont inhérentes à tout exercice de cartographie d’occupation du sol à grande échelle, qu’il résulte d’une photo-interprétation ou d’un traitement auto- ou semi-automatique. Les méthodes ne doivent pas être opposées car elles sont complémentaires. Concernant les espaces urbains, les méthodes automatiques présentent elles-aussi des faiblesses dès lors qu’il s’agit de produire une donnée à grande échelle qui ne soit pas la seule caractérisation bio-physique de la surface terrestre. L’occupation des sols est en effet une information composite qui renseigne à la fois sur les traits paysagers (occupation) et les caractéristiques fonctionnelles (utilisation) de l’espace. De ce fait, les espaces urbains et péri-urbains, qui restent particulièrement difficiles à cartographier de manière fiable, gagnent à être traités selon diverses approches. Aussi, alors que le besoin d’une information précise se fait particulièrement pressant, la méthodologie Ocsol-GE s’avère utile. En région Provence-Alpes-Côte d’Azur, plusieurs collectivités territoriales se sont d’ailleurs lancées dans la production d’une occupation du sol à grande échelle suivant cette méthodologie. Il s’agit d’une démarche intéressante à suivre autant pour ce qu’elle permettra de réaliser comme analyses ultérieures de l’évolution de l’urbanisation à grande échelle, avec des perspectives de modélisation prospective à l’instar de travaux engagés par ailleurs (Antoni, 2006 ; Houet, 2006 ; Voiron-Canicio et al., 2014), que pour observer l’appropriation de cette méthodologie par les bureaux d’étude mandatés par ces collectivités.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Abrantes P., Soulard C., Jarrige F., Laurens L., 2010, "Dynamiques urbaines et mutations des espaces agricoles en Languedoc-Roussillon (France)", Cybergeo : European Journal of Geography, No.485, 13 janvier 2010. URL : http://cybergeo.revues.org/index22869.html
DOI : 10.4000/cybergeo.22869

Antoni J.-P., Youssoufi S., 2007, "Etalement urbain et consommation d’espace. Etude comparée de Besançon, Belfort et Montbéliard", Revue Géographique de l’Est, vol. 47, No.3, 18 octobre 2011. URL : http://rge.revues.org/1433

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Antoni J.-P., 2006, "Calibrer un modèle d’évolution de l’occupation du sol urbain. L’exemple de Belfort", Cybergeo : European Journal of Geography, No.347, 19 juillet 2006. URL : http://cybergeo.revues.org/2436
DOI : 10.4000/cybergeo.2436

Autran J., 2007, "Extension de la nomenclature "Corine Land Cover" pour la description de l’occupation du sol à grande échelle", in : Les ontologies – Mythes, réalités et perspectives, Actes JFO, Sousse 2007, No.7, 115-134, URL : http://liris.cnrs.fr/gom/JFO_2007/7.pdf

Autran J., Roux C., 2008, Groupe de travail Nomenclature urbaine – Occupation du sol grande échelle, Rapport final, Fiche résumée et Annexes techniques, Aix-en-Provence, CRIGE-PACA/ENSA Marseille.

Berthelot D., Dubois J., 2010, "Quand le rapport à la mer organise les inégalités résidentielles (Ensuès la Redonne, Côte Bleue, Bouches-du-Rhône)", in : Deboudt P. (dir.), Inégalités écologiques, territoires littoraux et développement durable, Villeneuve d’Asq, Presses Universitaires du Septentrion, 133-156.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bhaskaran S., Paramananda S., Ramnarayan M., 2010, "Per-pixel and object-oriented classification methods for mapping urban features using Ikonos satellite data", Applied Geography, vol. 30, No.4, 650-665. DOI: 10.1016/j.apgeog.2010.01.009
DOI : 10.1016/j.apgeog.2010.01.009

Bohnet I. C., Pert P. L., 2010, "Patterns, drivers and impacts of urban growth—A study from Cairns, Queensland, Australia from 1952 to 2031", Landscape and urban planning, vol. 97, No.4, 239-248. DOI : 10.1016/j.landurbplan.2010.06.007

Boulay G., 2011, Le prix de la ville. Le marché immobilier à usage résidentiel dans l’aire urbaine de Marseille-Aix-en-Provence (1990-2010), Aix-en-Provence, Thèse de géographie de l’Université de Provence, 571 p.

Bousquet A., Couderchet L., Gassiat A., Hautdidier B., 2013, "Les résolutions des bases de données "occupation du sol" et la mesure du changement. Articuler l’espace, le temps et le thème", L’Espace géographique, vol. 42, No.1, 61-76

Bouyer C. (dir.), 2004, Construire ensemble un développement équilibré du littoral, Paris, DATAR/La Documentation française.

Buhot C., Gérard Y., Brulay F., Choblet C. (dir.), 2009, Tensions foncières sur le littoral. Rennes, Presses Universitaires de Rennes, Coll. Espace et Territoires.

Crawford T. W., 2007, "Where does the coast sprawl de most ? Trajectories of residential development and sprawl in coastal North Carolina, 1971-2000 ", Landscape and Urban Planning, vol. 83, No.4, 294-307. DOI : 10.1016/j.landurbplan.2007.05.004

Daligaux J., Minvielle P., 2010, "De la loi Littoral à la Gestion Intégrée des Zones Côtières", Méditerranée, No.115, Online since 01 December 2012. URL : http://mediterranee.revues.org/5122

Daumalin X., 2014, Le patronat marseillais et la deuxième industrialisation, 1880-1930, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence.

Deboudt P., 2012, "La construction territoriale du Parc national des calanques", in : Deldrève V., Deboudt P. (dir.), Le Parc national des calanques. Construction territoriale, concertation et usages, Paris, Quae, 25-51.

Diodatti C., 2009, Urbanization and tourism on the Abruzzo Coast, Roma, Aracne, Territori Sociologici TeRSo, Working Papers, 1., 38 p.

Djellouli Y., Emelianoff C., Bennasr A., Chevalier J. (dir.), 2010, L’étalement urbain. Un processus incontrôlable ?, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, Coll. Espace et territoires.

Dodane C., Joliveau T., Rivière-Honnegger A., 2014, "Simuler les évolutions de l’utilisation du sol pour anticiper le futur d’un territoire", Cybergeo : European Journal of Geography, No.689, 01 octobre 2014. http://cybergeo.revues.org/26483; DOI: 10.4000/cybergeo.26483

EEA, 2006a, Land accounts for Europe 1990-2000. Towards integrated land and ecosystem accounting, Copenhagen, European Environment Agency, EEA Report No.11.

EEA, 2006b, The changing faces of Europe's coastal areas. Copenhagen, European Environment Agency, EEA Report No.6.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Feranec J., Jaffrain G., Soukup T., Hazeu G., 2010, "Determining changes and flows in European landscapes 1990–2000 using Corine Land Cover data", Applied Geography, vol. 30, No.1, 19-35. DOI : 10.1016/j.apgeog.2009.07.003
DOI : 10.1016/j.apgeog.2009.07.003

Frankhauser P., 2005, "La morphologie des tissus urbains et périurbains à travers une lecture fractale", Revue Géographique de l'Est, vol. 45, No3-4, 10 juin 2009. http://rge.revues.org/268

Gérard Y., 2007, "Les acquisitions du conservatoire du littoral 1975-2006", in : Buhot C., Gérard Y., Brulay F., Choblet C. (dir.), Tensions foncières sur le littoral, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, Coll. Espace et Territoires, 49-59.

Gay J.-C., 2004, "Les îles artificielles de Dubaï", Mappemonde, No.4, 3 p. http://mappemonde.mgm.fr/num4/lieux/lieux04402.html

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Houet T., 2006, "Modélisation prospective de l’occupation du sol en zone agricole intensive dans la France de l’Ouest", Norois, vol. 198, No.2006/1, 13 décembre 2008, URL : http://norois.revues.org/2025 ; DOI : 10.4000/norois.2025
DOI : 10.4000/norois.2025

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Jacquin A., Misakova L., Gay M., 2008, "A hybrid object-based classification approach for mapping urban sprawl in periurban environment", Landscape and Urban Planning, vol. 84, No.152-165. DOI : 10.1016/j.landurbplan.2007.07.006
DOI : 10.1016/j.landurbplan.2007.07.006

Jégou L., 2009, "Base de données d’occupation des sols Corine Land Cover : nouvelles données et nouveaux outils", Mappemonde, No.95. http://mappemonde.mgm.fr/num23/internet/int09301.html

Lebahy Y., Le Délézir R., 2006, Le littoral agressé. Pour une politique volontariste de l’aménagement en Bretagne, Rennes, Editions Apogée.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Levin N. Elron E., Gasith A., 2009, "Decline of wetland ecosystems in the coastal plain of Israel during the 20th century: implications for wetland conservation and management", Landscape and Urban Planning, vol. 92, No.3/4, 220-232. DOI : 10.1016/j.landurbplan.2009.05.009
DOI : 10.1016/j.landurbplan.2009.05.009

Marocco F., Mininni M., 2013, "Opportunités et conflits entre l’urbanisation littorale dispersée et les espaces agricoles périurbains des Pouilles (Italie). Trois histoires de paysages", in : Perrin C. (dir.), Un littoral sans nature ? L’avenir de la Méditerranée face à l’urbanisation. Rome, Ecole Française de Rome, Coll. de l’Ecole Française de Rome, No.481, 295-314

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Myint S. W., Gober P., Brazel A., Grossman-Clarke S., Weng Q., 2011, "Per-pixel vs. Object-based classification of urban land cover extraction using high spatial resolution imagery", Remote Sensing of Environment, vol. 115, No.5, 1145-1161.
DOI : 10.1016/j.rse.2010.12.017

Perrin C. (dir.), 2013, Un littoral sans nature ? L’avenir de la Méditerranée face à l’urbanisation, Rome, Ecole Française de Rome, Coll. de l’Ecole Française de Rome, No.481.

Panizza A., Fournier J., Luchiari A., 2004, "L’urbanisation littorale au Brésil : Ubatuba (São Paulo) ", Mappemonde, No.73, 9 p. http://mappemonde.mgm.fr/num1/articles/art04107.html

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Petrov L., Lavalle C., Kasanko M., 2009, "Urban land use scenarios for a tourist region in Europe : applying the MOLAND model to Algarve, Portugal", Landscape and Urban Planning, vol. 92, No.1, 10-23. DOI : 10.1016/j.landurbplan.2009.01.011
DOI : 10.1016/j.landurbplan.2009.01.011

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Robert S., Autran J., 2012, "Décrire à grande échelle l’occupation des sols urbains par photo-interprétation. Réflexion méthodologique et expérimentation en Provence", Sud-Ouest Européen, No.33, 25-40.
DOI : 10.4000/soe.193

Robin M., Morsetti V., Pichereau D., Babillot P., Colas S., Texier C., Thuillier A., 2005, "L’information géographique de référence en zone côtière : la situation française", in : Gourmelon F., Robin M. (dir.). SIG et littoral. Paris, Lavoisier/Hermès Sciences, Traité IGAT, 49-83.

Sparfel L., Gourmelon F., Le Berre I., 2008, "Approche orientée-objet de l’occupation des sols en zone côtière", Télédétection vol. 8, No.4, 237-256.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Skupinski G., BinhTran D., Weber C., 2009, "Les images satellites Spot multi-dates et la métrique spatiale dans l’étude du changement urbain et suburbain – Le cas de la basse vallée de la Bruche (Bas-Rhin, France)", No.439, mis en ligne le 12 mars 2009. http://cybergeo.revues.org/21995 ; DOI : 10.4000/cybergeo.21995
DOI : 10.4000/cybergeo.21995

Strebler J.-F., 2012, "SCOT, économie d’espace et densité / Fiche 2", Fiches GRIDAUH "Ecriture des documents du SCOT : rapport de présentation, PADD, DOO", http://www.fedescot.org/images/pdf/fiches_gridauh/2-2-1_Economie_espace_problematique.pdf

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Su W., Gu C., Yang G., Chen S., Zhen F., 2009, "Measuring the impact of urban sprawl on natural landscape pattern of the Western Taihu Lake watershed, China", Landscape and Urban Planning, vol. 95, No.1, 61-67. DOI: 10.1016/j.landurbplan.2009.12.003
DOI : 10.1016/j.landurbplan.2009.12.003

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Tan M., Li X., Xie H., Lu C., 2005, "Urban land expansion and arable land loss in China. A case study of Beijing-Tianjin-Hebei region", Land Use Policy, 22, 187-196
DOI : 10.1016/j.landusepol.2004.03.003

Vigné P., 2008a, Démarche du basculement de la nomenclature IPLI en nomenclature Corine Land Cover (CLC), Ministère de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de l’aménagement du territoire, CETE Normandie-Centre, Rapport de la Division "Environnement, infrastructures, ouvrages d’art".

Vigné P., 2008b, Nomenclature pour la nouvelle base de données de l’occupation du sol littoral 2000-2006, Ministère de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de l’aménagement du territoire, CETE Normandie-Centre.

Voiron-Canicio C., Decoupigny F., Liziard S., Ornon A., Roussel D., Séry R., 2014, "PLUMES", https://hal.archives-ouvertes.fr/halshs-00980986/

Voiron-Canicio C., 2006, Modélisation spatio-morphologique de l'urbanisation du littoral languedocien. 15 p. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00130991/document

Haut de page

Notes

1 Programme LACOAST, programme Corine Land Cover, Inventaire Permanent du Littoral, Observatoire national de la mer et du littoral, pour n’en citer que quelques-uns.

2 La notion d’espace ou de territoire artificialisé recouvre un spectre très large de situations : une ville, un vignoble, voire une forêt comme celle des Landes sont indiscutablement le résultat de l’action humaine. Dans le cadre de cet article, le sens donné à « territoire artificialisé » est celui retenu par convention dans le champ de la cartographie de l’usage et de l’occupation des sols, en particulier dans le cadre du programme européen Corine Land Cover. Il s’agit alors des zones urbanisées (tissu urbain continu ou discontinu), des zones industrielles et commerciales, des réseaux de transport, des mines, carrières, décharges et chantiers, ainsi que des espaces verts artificialisés (espaces verts urbains, équipements sportifs et de loisirs). Ces espaces ne sont plus disponibles pour des usages tels que l'agriculture ou comme habitats naturels.

3 Voir http://www.geolittoral.developpement-durable.gouv.fr/occupation-du-sol-r6.html

4 Projet VIPLI-Med, financé par l’Appel d’offres 2012 « Quels littoraux pour demain ? » de la Fondation de France.

5 http://www.crige-paca.org/

6 UMC : unité minimale de collecte en m². LMC : largeur minimale de collecte en m.

7 Ce guide et les annexes associées sont téléchargeables sur le site du CRIGe PACA : http://www.crige-paca.org/poles-metiers/pole-metier-urbanisme/nomenclature-urbaine-a-grande-echelle.html

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : La Côte bleue, un littoral relativement peu urbanisé au sein de l’aire urbaine marseillaise
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27451/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Photo 1 : Panorama sur la rade de Marseille depuis les collines du Rove
Légende En arrière-plan, la ville de Marseille et le massif des calanques. Sur la commune du Rove, plus de 80 % du territoire appartient au Conservatoire du littoral.
Crédits Cliché : S. Robert.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27451/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Carte 2 : Quatre millésimes pour révéler les changements sur une maille temporelle resserrée
Légende Mise en évidence des espaces ayant muté sur une partie du village du Rove
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27451/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Carte 3 : Les territoires artificialisés sur la Côte bleue en 2011, au niveau 2 de Corine Land Cover
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27451/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Figure 1 : Structure des Territoires artificialisés au niveau 2 de Corine Land Cover, en 2011, par commune (en %)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27451/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 2 : Types d’espaces artificialisés en 2011 au niveau 3 de Corine Land Cover, ensemble de la Côte bleue (en % de la totalité des Territoires artificialisés)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27451/img-6.png
Fichier image/png, 60k
Titre Carte 4 : Evolution de l’emprise spatiale des territoires artificialisés entre 1998 et 2011
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27451/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Figure 3 : Evolution moyenne annuelle des territoires artificialisés entre 1998 et 2011 par commune (en %)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27451/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 4 : Les transitions en faveur des "Territoires artificialisés"
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27451/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 5 : Rapport des superficies de chaque classe de niveau 3 entre 2011 et 1998 (en %)
Légende Un rapport positif signifie que la classe occupe une superficie supérieure en 2011.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27451/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure 6 : Rapport des superficies des classes de niveau 4 de type 11xx entre 2011 et 1998 (en %)
Légende Un rapport positif signifie que la classe occupe une superficie supérieure en 2011.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27451/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure 7 : Transitions de 1xxx vers les classes 1121 (a), 1122 (b) et 1213 (c) entre 1998 et 2011, en % de la contribution à la totalité des transitions vers ces classes
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27451/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel Robert, « Entre étalement et densification : une approche fine de l’urbanisation littorale sur la Côte bleue, Provence », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 764, mis en ligne le 21 janvier 2016, consulté le 25 juin 2016. URL : http://cybergeo.revues.org/27451 ; DOI : 10.4000/cybergeo.27451

Haut de page

Auteur

Samuel Robert

Laboratoire ESPACE (UMR 7300), CNRS, Aix-Marseille Université, Université d’Avignon, Université de Nice Sophia Antipolis. Technopole de l’environnement Arbois Méditerranée, BP80, 13545 Aix-en-Provence Cedex 4
Chargé de recherche au CNRS
samuel.robert@univ-amu.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page