Navigation – Plan du site
2016

Miossec J.-M., 2013, Rivages d’Europe. Personnalité et avenir d’un continent ouvert, Paris, L’Harmattan, 851 p.

Régis Darques

Texte intégral

1En ces temps de « crise » permanente où processus d’intégration et mécanismes de désintégration semblent de plus en plus intimement liés, l’Europe en marche ne cesse d’interroger. Et qui parle mieux d’Europe que l’Union européenne elle-même ? À travers ses différents dispositifs de financement, grâce à son puissant appareil administratif et à ses relais nationaux, une littérature considérable sur la vie de l’UE voit le jour quotidiennement. Le flot d’informations est continu mais le plus souvent illisible, enrobé dans un jargon technocratique insaisissable. Comment prendre du recul et appréhender ce monstre de complexité qu’est devenu l’Union européenne ?

2L’ambition de Jean-Marie Miossec est de proposer une réflexion synthétique sur ce vaste ensemble économique et politique créé au lendemain de la « seconde guerre civile européenne ». L’auteur adhère de toute évidence à ce projet ambitieux et justifie son adhésion par une analyse de fond. Pour cela, 850 pages et 134 figures ne sont pas de trop. Le travail d’investigation, de création de cartes, de compilation de renseignements est énorme et l’esprit de synthèse déployé est remarquable d’efficacité. Comment en effet expliquer le mouvement qui a conduit des États multiples, constitués de territoires hétéroclites, habités par des populations culturellement et socialement composites à se rassembler sous une même bannière ?

3Jean-Marie Miossec ne se satisfait pas des réponses toutes faites. Aux cadres établis, l’auteur préfère substituer une vision personnelle, cohérente et argumentée. À ses yeux, les rivages de l’Europe transcendent les limites récentes de la Communauté et de l’Union, à la fois dans le temps et dans l’espace. Pour cerner les conditions d’émergence de l’idée, il ne faut pas hésiter à scruter les temps anciens. Ce regard rétrospectif permet de mieux comprendre à quel point les limites spatiales actuelles sont étroites. Autrement dit, l’Europe en tant que concept déborde systématiquement des frontières qu’on lui fixe. Elle les transcende. L’auteur fait donc exploser les cadres d’investigation habituels, condition sine qua non pour permettre l’éclosion d’un regard critique.

4Au cours des dernières années, la plupart des travaux de géographie sur l’Europe ont eu recours à une cartographie statistique« standardisée », surdéterminée par les maillages administratifs, au risque de créer des illusions de continuité spatiale. Jean-Marie Miossec préfère quant à lui une approche moins systématique, davantage respectueuse de la diversité des territoires européens. Aux analyses quantitatives « conformes », issues du traitement de données statistiques officielles, il oppose une géographie culturelle qui permet de restaurer la légitimité des territoires locaux.

5Ce positionnement original permet à l’auteur d’intégrer dans son travail les régions périphériques que nombre d’études « éliminent » par commodité. L’Orient, qu’il soit russe, balkanique, turc, est-européen ou sud-méditerranéen est un horizon proche. Rien d’étonnant à ce que les transitions post-communistes et les printemps politiques aient interféré et continuent de perturber le processus d’expansion. Les marges européennes ne sont donc pas des espaces à marginaliser dans la mesure où les événements qui s’y produisent affectent directement le cœur de l’Union. C’est là que se joue l’avenir du continent. L’espace ainsi analysé est composite, à géométrie variable. Les frontières floues, multiples et chevauchantes, se muent en rivages au prix d’un retournement de perspective : pour ce spécialiste des littoraux qu’est Jean-Marie Miossec, le rivage n’est pas une ligne fixe mais un espace tampon aux contours incertains.

6Ce flou volontaire permet d’éviter l’effet « boîte » dont souffrent tant de publications sur l’espace européen. On attend généralement de la géographie qu’elle « localise », discrétise et trace des lignes de rupture qui permettent de caractériser les territoires autant que de les identifier. Ici, rien de tel. Certes, les analyses s’appuient souvent sur des données nationales, pesées et comparées avec dextérité. Mais le lecteur sent bien que ces cadres correspondent peu –pour ainsi dire trahissent – l’approche transnationale souhaitée par l’auteur.

7La structure de l’ouvrage s’en ressent, de bout en bout. Le livre s’articule autour de deux mouvements. Le premier (chapitres un et deux) présente le cadre d’étude à la fois d’un point de vue géohistorique et géoculturel. L’émergence et la diffusion de l’idée d’Europe, les modalités de la fragmentation, l’enjeu des relations qui se nouent en périphérie, les liens entre « noyaux » européens et la manière dont ils appréhendent leur place dans l’ensemble sont autant de sujets abordés. Le second mouvement (chapitres trois et quatre) porte plus spécifiquement sur la maison Europe telle qu’elle s’est construite après-guerre. C’est ici que le cœur du sujet est atteint et que l’engagement motivé de l’auteur se manifeste le plus clairement. Les différentes étapes qui ont conduit à l’avènement de l’UE sont décryptées pas à pas. Traité après traité, crise après crise, le processus est déconstruit, seul moyen de lui redonner sens.

8Un des traits essentiels de cet ouvrage réside dans la capacité de l’auteur à mobiliser des connaissances variées et étendues. La géographie de Jean-Marie Miossec est fondamentalement une géopolitique, mais le lecteur trouvera sa lecture égayée par de nombreuses références à des sujets de géologie, littérature, ethnologie, archéologie ou musique. Par la forme autant que par le fond, cet ouvrage se démarque des publications issues de programmes financés par les institutions elles-mêmes. Les analyses statistiques à la chaîne et les cartographies thématiques « plates » habituellement proposées sont volontairement laissées de côté.

9Certains orientalistes ne manqueront pas d’objecter qu’en dépit d’un positionnement ouvert, l’auteur ne va pas jusqu’à remettre en question la prépondérance occidentale dans le processus de construction. En effet, la présence multiséculaire ottomane et russe en Europe centrale fait voler en éclats les conceptions étroites promues actuellement à Bruxelles – celles qui installent tous les centres de gravité à l’Ouest. Dans cette perspective, les marges slaves et turques échappent à leur statut de voisinage pour se hisser au rang de noyaux constitutifs. L’opposition historique Europe de l’Ouest / Europe de l’Est, structurante au cours du dernier demi-siècle, mériterait en effet d’être largement revisitée : la disparition du rideau de fer et l’effondrement des régimes communistes ne sont pas forcément porteurs des révolutions démocratiques que l’on imagine volontiers.

10Au final, la publication de cet essai ne peut qu’être saluée. Étudiants et passionnés trouveront ici matière à de nombreuses réflexions et n’hésiteront pas à puiser dans l’abondante bibliographie pour satisfaire leur curiosité. Le lecteur ne se laissera pas impressionner par l’épaisseur de l’ouvrage, peu conforme aux standards éditoriaux actuels. Une plume alerte, de multiples illustrations et la structure même du discours permettent d’échapper à certaines lourdeurs caractéristiques des manuels universitaires. En posant de justes questions sur ce « géant économique, géant culturel, géant sportif, nain politique », Jean-Marie Miossec redynamise les débats atones de ces dernières années… pour le plaisir de tous.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Régis Darques, « Miossec J.-M., 2013, Rivages d’Europe. Personnalité et avenir d’un continent ouvert, Paris, L’Harmattan, 851 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 25 janvier 2016, consulté le 25 juillet 2016. URL : http://cybergeo.revues.org/27472

Haut de page

Auteur

Régis Darques

CNRS UMR 5281 ART-Dev, Montpellier, France
regis.darques@univ-montp3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page