Navigation – Plan du site

Pour une géographie engagée

Yves Guermond

Résumé

La réflexion sur l’organisation de l’espace conduit à s’interroger sur les inégalités spatiales, ce qui aboutit nécessairement à une implication dans le débat citoyen. La géographie doit aider à trouver les voies d’une insertion dans la mondialisation tout en sauvegardant les capacités d’initiative géographique locale. Elle doit aussi s’élargir à l’analyse globale du monde et retrouver sa place dans la cosmographie.

Haut de page

Texte intégral

1Mon premier contact avec un milieu non européen à la fin de mes années de fac fut avec la vallée du Niger. Dans le dépaysement créé par les envols de pélicans au-dessus des marécages, les couchers de soleil derrière les monts rectilignes et la dune rose de Gao, j’ai découvert ce qui a marqué toute ma vie de géographe, la proximité avec les paysans maliens. Au fil des conversations sur la terre, sur les joies et les soucis, sur l’avenir, je me suis retrouvé comme avec des paysans normands. Ces images ne m’ont jamais quitté. J’ai compris que par-delà - ou plutôt au-dessous – du placage des frontières, des politiciens et des managers, il n’y avait qu’un seul monde, et que c’était ce monde-là qu’il fallait comprendre, et qu’on n’avait jamais fini de comprendre. « L’équilibre des sociétés n’est instable que par la gêne imposée aux individus dans leur franche expansion » écrivait Elisée Reclus. Ce qui crée les différences, ce sont les structures spatiales, qui sont un mélange de relations avec les conditions naturelles et l’organisation sociale et géopolitique.

2On quitte ainsi le domaine de la description des régions, qui a longtemps caractérisé, depuis Strabon, le travail géographique aux yeux du public et des agences de voyage, pour entrer dans une réflexion sur l’organisation de l’espace. « Il ne faut pas se contenter de travaux descriptifs isolés », mais le géographe doit « traiter des relations et des lois générales, seules à même d’en faire une science et de lui donner son unité » (Karl Ritter, 1852).

3Cette réflexion sur l’organisation de l’espace conduit vite à s’interroger sur les inégalités spatiales. « Il y a beaucoup d’inégalités sur lesquelles nous sommes totalement ignorants, car elles n’affectent pas directement notre vie quotidienne et ne nous sont pas rapportées par les media. Beaucoup se développent dans d’autres pays, mais plusieurs peuvent aussi bien avoir lieu dans notre propre ville, dans des quartiers que nous ne visitons jamais et chez des habitants avec qui nous n’avons aucun contact » (Coates et al., 1977). Les facteurs qui les expliquent et les renforcent sont difficiles à évaluer, car ils dépendent de l’évolution dans le temps du système spatial. Les modèles d’interaction et les modèles de simulation offrent chaque jour de nouvelles possibilités d‘analyse, mais il faut souvent sortir de l’appareillage statistique officiel pour débusquer les causes profondes de ces évolutions. Pourquoi la concentration des hauts revenus dans les grandes métropoles, pourquoi le maintien de l’échange inégal au niveau mondial, pourquoi l’inégalité dans l’accès au transport et aux conditions de transport ? Ces recherches conduisent nécessairement à une implication dans le débat citoyen. On ne peut pas imaginer un géographe dégagé de ce débat, mais cette implication comporte nécessairement, à un moment ou à un autre, et selon les fluctuations politiques, une liaison avec les différents pouvoirs, dont l’organisation de l’espace est justement une préoccupation permanente.

4La discipline peut ainsi devenir facilement un auxiliaire technique du pouvoir par son travail d’expertise. Nicolas Verdier (2015) rappelle ainsi la fonction de « géographe du roi » dans la France du XVI° au XIX° siècles, qui s’est maintenue, moins officiellement, dans les régimes modernes. Les fonctions techniques peuvent alors prendre facilement le pas sur le recul critique. Le « discours d’expert » est toujours sollicité, dans les situations de conflit, soit par les pouvoirs publics, soit par les media. Dans tous les conflits spatiaux la géographie est en première ligne, car elle détient les deux bouts de la corde : l‘espace physique avec ses rugosités, ses insuffisances, ses fragilités, et l’espace des hommes et des femmes, avec leurs craintes, leurs incertitudes, leurs espoirs toujours déçus, leurs faiblesses, mais aussi leur volonté. Qu’il s’agisse d’une ligne à grande vitesse, d’un aéroport, d’une rocade de contournement, d’une zone d’activité, d’un champ d’éoliennes, le débat, après avoir traîné pendant des années dans les dossiers et les commissions à l’abri du public, arrive à la médiatisation au dernier moment, quand un choix impossible est demandé à l’expert entre l’exigence environnementale et l’exigence agricole à l’échelle locale, et l’exigence géographique à l’échelle globale. Cette échelle globale est elle-même mise en question, suspectée d’être le signe d’une adaptation à la « mondialisation néo-libérale ». Là se trouve sans doute le créneau d’action spécifique du géographe, trouver les voies d’une insertion dans la mondialisation tout en sauvegardant les capacités d’initiative géographique locale, en bref maintenir vivantes et effectives les possibilités démocratiques dans un monde global où la démocratie risque de perdre pied. Ce serait l’apport de la géographie à l’éternel problème de la conciliation du progrès technique et du progrès des valeurs.

5Il est raisonnable d’attendre de la géographie qu’elle utilise mieux les analyses d’évolution des systèmes spatiaux pour augmenter sa capacité de prévision. Certes « les formes produites ne sont pas entièrement déterminées par les interactions élémentaires. Les systèmes complexes connaissent des phases au cours desquelles plusieurs avenirs sont envisageables » (Pumain et al., 1989), ce qui conduit, par exemple, à prendre avec suspicion les modèles climatiques véhiculés par la grande presse. La capacité de prévision a cependant été insuffisamment employée jusqu’à maintenant, sauf un peu à la fin de la guerre 1914-1918, à la mort de Vidal de la Blache. On peut regretter l’absence de géographes dans les équipes des accords Sykes-Picot en 1916, qui ont contribué à créer l’instabilité du Moyen-Orient, dont nous subissons les tristes contrecoups encore maintenant. La recomposition des territoires africains après la décolonisation aurait sans doute pu profiter, de la même façon, d’une assistance géographique internationale. De même que la géographie peut être un facteur de justice socio-spatiale dans les situations nationales, elle doit pouvoir être un facteur d’équilibre international. « L’ordre et le chaos ne sont pas dans la nature, mais dans l’esprit humain. Il est facile de démontrer que l’ordre ne dépend pas de la géométrie de ce que nous observons, mais du cadre organisationnel dans lequel nous le plaçons » (Peter Haggett, 1990).

6La perspective d’une géographie limitée au contrôle et à la réalisation des équilibres socio-spatiaux, quoiqu’essentielle et gratifiante, est aussi un peu réductrice. Depuis les origines, et jusqu’au XIX° siècle (Humboldt, 1855) la géographie a été incluse dans la cosmographie. Nous sommes maintenant dans une époque où le monde extra-terrestre est de plus en plus exploré, et aucun programme géographique ne lui accorde la moindre attention dans l’enseignement. Rien sur les planètes du système solaire, ni sur l’organisation des réseaux de circulation entre les planètes, ni sur la circulation des déchets spatiaux. Le cosmos, par les conflits (et peut-être aussi hélas les accidents) qu’il va générer, va devenir une préoccupation de plus en plus importante de nos sociétés, et devenir indispensable à toute réflexion géopolitique. J’avais essayé (Cybergeo, 2009) de proposer une séquence cosmographique, de la 6ème à la terminale, dans l’enseignement de la géographie, mais je dois avouer que cet article a fait un flop et n’a été consulté qu’une seule fois… Il faut dire qu’au niveau de la recherche aucun géographe n’a encore été associé à l’équipage d’une capsule spatiale. Ce nouveau bond en avant serait, pour la géographie, une manière de retour aux sources…

Haut de page

Bibliographie

Coates B.E., Johnston R.J., Knox P.L., 1977, Geography and Inequality, Oxford University Press.

Haggett P., 1990, The Geographer’s Art, Oxford. Basil Blackwell.

Humboldt A. von, 1855. Cosmos. Paris Gide et J.Baudry

Pumain D., Sanders L., Saint-Julien T., 1989, Villes et auto-organisation, Paris. Economica

Reclus E., 1905, Préface de l’Homme et la Terre, Paris. Librairie Universelle.

Ritter K., 1852, Introduction à la géographie générale comparée, Traduction et notes par D. et G. Nicolas-Obadia, 1974, Paris. Les Belles Lettes.

Verdier N., 2015, "Entre diffusion de la carte et affirmation des savoirs géographiques en France", L’Espace Géographique, Tome 44, No.1, 38-56.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Guermond, « Pour une géographie engagée », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Les 20 ans de Cybergeo, mis en ligne le 16 février 2016, consulté le 01 octobre 2016. URL : http://cybergeo.revues.org/27512

Haut de page

Auteur

Yves Guermond

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page