Navigation – Plan du site
Les métiers de la ville

La fabrique des urbanistes. Une identité professionnelle controversée ?

The making of urbanists. A controversial professional identity?
Laurent Matthey et Christophe Mager

Résumés

Ce texte de débat s’intéresse à l’identité professionnelle des urbanistes à un moment singulier de l’histoire de la discipline, celui de l’avènement d’une nouvelle professionnalité dans le champ de la pratique. Les auteurs cherchent à comprendre, dans un contexte caractérisé par 1) une mutation des institutions et outils de la production urbaine ; 2) une refondation des cursus susceptibles de conduire au titre d’urbaniste, comment les acteurs historiques de la profession s’organisent pour défendre une conception de la pratique professionnelle conforme à leur cursus de formation – singulièrement axée sur le projet, considéré notamment comme un art de la représentation graphique. La discussion porte sur la République et canton de Genève en Suisse, laboratoire d’une flexibilisation de l’urbanisme, dont l’Institut d’architecture a récemment été fermé, laissant le champ aux spécialistes des sciences sociales de l’aménagement en matière de formation des professionnels de la fabrique des territoires urbains. Les auteurs montrent comment un discours sur la déprofessionnalisation a été créé, principalement par des acteurs individuels et peu relayés par les associations professionnelles, qui vise à protéger la licence (au sens d’Everett Hughes) octroyée aux architectes-urbanistes de faire la ville. Les auteurs mobilisent un matériau recueilli dans le cadre de deux enquêtes, dont l’une en cours, consacrées pour la première aux transformations de métiers de l’urbanisme et, pour la seconde, aux nouvelles filières de formation aux métiers de la fabrique des territoires.

Haut de page

Texte intégral

Une identité professionnelle en crise ?

Rien ne marque l’homme comme la profession. Le travail quotidien détermine le régime ; plus encore que les organes, il contraint les idées, les sentiments, les goûts à s’adapter. Habitudes du corps, habitudes de l’esprit, habitudes du langage, tout concourt à donner à chacun de nous la physionomie professionnelle. Entre personnes de même profession on se connaît, on se recherche, on se fréquente, par nécessité et par choix ; par suite, on s’imite (Goublot, 2010 [1925], p. 23).

1Cela fait bientôt quinze ans que nous nous intéressons à la ville, à ceux qui la pensent, la conçoivent et la réalisent. Depuis un peu moins d’une dizaine d’années, nous nous attachons plus spécifiquement à comprendre le travail de ceux que nous avons pris la mauvaise habitude d’appeler, dans un hommage soutenu à Jean-Luc Godard, les "professionnels de la profession", c’est-à-dire des personnes dont l’activité est de faire, au sens le plus littéral, la ville. La compagnie de ces professionnels nous est devenue familière et nous nous surprenons parfois à nous considérer comme leurs confrères – autrement dit comme des personnes un peu différentes de ce que nous sommes effectivement : des universitaires qui prétendent réfléchir à l’exercice de l’urbanisme. À notre décharge, nous devons avouer que nous n’avons jamais rencontré un urbaniste praticien qui parvienne à nous donner une définition univoque et claire de ce qu’est sa profession. Pour certains, un urbaniste est un super coordinateur. Pour d’autres, il est la personne capable de projeter, c’est-à-dire d’anticiper, un devenir et de traiter, par la forme urbaine, un problème social. Pour d’autres encore, il est un homme de l’art (autrement dit, le plus souvent : un architecte) qui maîtrise les règlements de la production urbaine et sait s’effacer pour penser la grande échelle et le collectif. Ce flou sur l’identité d’une profession nous a toujours étonné ; d’autant que les associations professionnelles émettent, presque en flux continu, des indications qui permettent d’identifier qui est ou n’est pas membre de la corporation.

2D’ailleurs, cette définition incertaine n’est pas propre aux seuls hommes et femmes de l’art, à ceux qui, aliénés à la pratique, peineraient à développer une perception d’ensemble de la diversité d’une profession. Elle est, en quelque sorte, mise en jeu dans les études urbaines anglo-saxonnes qui ne recourent pourtant que très rarement au vocable urbanisme et travaillent plutôt à partir d’un couple urban planning et urban design ; le premier terme renvoyant à l’activité de planification et coordination, le second au travail de projétation et de propositions formelles. Or, les débats consistant à clarifier la place du design par rapport au planning, la complémentarité (ou non) de l’un et l’autre, leur identité propre ou non constituent une ligne thématique forte des réflexions épistémologiques sur les métiers du territoire et de l’urbain (Van Assche, Beunen, Duineveld et de Jong, 2012 ; Banerjee, 2011 ; Gunder, 2011 ; Cuthbert, 2010 ; Childs, 2010). De même, la place de la théorie dans l’urban planning et design donne lieu à des débats très vifs, souvent profonds et quasiment toujours très informés des théories des sciences sociales (Palermo, 2014 ;Cuthbert, 2007 ; Madanipour, 2006). On se penche également sur une supposée crise d’identité dans le domaine de la planification (McClendon, 2003), conduisant à questionner les rapports de la recherche, de la pratique et de la profession (Myers et Banerjee, 2005) ou bien encore le rapport de la profession à la pratique, le métier étant bien souvent exercé par des personnes formées dans d’autres domaines (Dalton, 2003).

3En somme, en nous confrontant à la littérature scientifique d’un espace linguistique et culturel pour nous allogène, nous avons souvent eu le sentiment d’entendre dialoguer nos professionnels de la profession, ces gens qui ont pour métier de faire advenir la ville, mais qui s’affrontent à leurs "collègues" dès lors qu’il s’agit de dire ce qu’est précisément leur métier. Car, bien souvent, la pierre d’achoppement réside dans la part du planning ou du design dans le juste exercice de la profession. Cette incertitude se manifeste bien sûr aussi dans la littérature scientifique de notre espace linguistique. Les travaux sont nombreux qui aspirent à comprendre l’identité des urbanistes (Blais, 200 ; Chapuis, 2014) ou à rendre compte de l’institution de la pratique en tant que profession (Verpraet, 2005 ; Biau et Tapie, 2009 ; Blanc, 2010) ou encore à saisir l’émergence de nouveaux métiers dans le champ de production urbaine (Claude, 2006). Les approches par la transformation des registres de l’exercice du métier (Jeannot, 2005 ; Chadouin, 2007 ; Lévy, 2013) et les nouvelles professionnalités (Girault, 2015) sont de ce point de vue particulièrement éclairantes, dans la mesure où elles ouvrent un champ neuf sur les compétences, les habiletés et les aptitudes qui sont au cœur des métiers du territoire et ouvre un questionnement ample sur le sens attribué aux pratiques professionnelles (Girault, 2015).

4On peut bien sûr se demander si, dans cet état généralisé de "controverse", ne se rejoue pas une situation analogue à celle observée à la fin du XIXe siècle, quand des équipes interdisciplinaires pilotées par des ingénieurs faisaient irruption dans la chaine de la production urbaine, prétendant pouvoir solutionner les maux de la ville moderne, que les architectes ne parvenaient plus à résoudre. La vive réaction des détenteurs historiques de l’art de bâtir (les architectes donc) a abouti à la formalisation d’une pratique nouvelle qui prendra, en 1910, le nom d’urbanisme. Car comme l’a montré Maurice Blanc (2010, p. 131), il s’agissait bien alors pour les architectes de "constituer un monopole" qui protège la profession des nouveaux venus (notamment les ingénieurs) dans l’art de bâtir les villes. De fait, la question de la délimitation du périmètre des métiers de l’urbanisme n’est pas neuve. Mais cette question de la professionnalité prend un intérêt nouveau à un moment où les intervenants du projet urbain sont de plus en plus nombreux et hétérogènes. Aux architectes, ingénieurs, économistes des premiers temps, s’ajoutent désormais des acteurs issus des domaines des études urbaines, de l’agriculture, de l’action sociale de proximité, de l’animation socio-culturelle ou de la communication.

La profession et ses métiers : entre "barrière et niveau" ?

La profession et la "division morale du travail"

5La difficulté qu’ont nos professionnels de la profession à définir ce qu’est précisément un urbaniste et la facilité avec laquelle ils définissent ceux qui n’en sont pas laisse supposer qu’il persiste à y avoir une certaine actualité aux travaux de Everett Hughes. Ce dernier expliquait, en 1951, que "le concept des professions dans notre société n’est pas tant un concept descriptif qu’un jugement de valeur" (cité par Champy, 2012, p. 49). Ce postulat a amené Hughes à une approche profanatrice des professions, puisqu’il s’agit pour lui de "regarder [l]es professions considérées comme respectables de la même façon que l’on regarde habituellement des métiers qui ne bénéficient pas de la même réputation" (Champy, 2012, p. 51). Florent Champy explique bien comment le tournant initié par Hughes a conduit à s’intéresser à la division du travail à l’origine notamment de l’opposition : profession versus métier. Deux régimes de division du travail ont ainsi été identifiés par la sociologie des professions. Celui de la "division technique du travail" et celui de la "division morale du travail" (Champy, 2012, p. 52-53). Le premier renvoie à une maîtrise des savoirs et des savoir-faire. Le second fait référence à l’inégale désidérabilité des tâches. Dans ce schéma analytique, Hughes et ses épigones ont travaillé à comprendre les interactions à l’origine d’une distribution du travail, elle-même productrice d’une hiérarchisation des métiers (ceux qui réussissent devenant des professions). Par exemple, l’urbanisme est pratiqué par un ensemble ample de métiers, mais les urbanistes (ou ceux qui pensent pouvoir prétendre à cette appellation) ont une définition plus restreinte du core business. Ainsi, on retrouve chez certains de ces praticiens l’idée d’un continuum, procédant d’une division du travail urbanistique, entre les métiers exerçant des tâches plus ou moins nobles et qualifiées (comme par exemple calculer des zones de contrainte ou "rédiger les réponses aux appels d’offre" – témoignages de géographes employés dans des bureaux d’urbanisme) et les professionnels assumant le volet le plus créatif ("trouver l’idée", "esquisser le concept") ou le plus consommateur de capital social de l’activité ("rencontrer des clients" ou "animer des séances à gros enjeux" comme l’explique un architecte-urbaniste).

6Dans l’institution des métiers en profession, deux leviers clés ont plus précisément été identifiés par Hughes et ceux qui ont poursuivi son œuvre : la "licence" et le "mandat". La "licence" fait référence à "l’ensemble des tâches pour lesquelles un métier est parvenu à faire reconnaître sa compétence" (Champy, 2012, p. 54) ; le mandat renvoie à "l’autonomie qui est laissée aux membres de la profession pour définir la façon dont doivent être exécutées les tâches" (Champy, 2012, p. 54). Une profession dominante tentera d’obtenir le mandat permettant de "définir les comportements que devraient adopter les autres personnes à l’égard de tout ce qui touche à [son] travail" (Champy, 2012, p. 51). Le mandat s’exerce le plus souvent de manière très institutionnelle. Ainsi, en Suisse, l’affiliation (sur dossiers), à titre de membre ordinaire, à la Fédération suisse des urbanistes (FSU) permet de se prévaloir du titre d’"urbaniste FSU", sorte de brevet de légitimité.

7Mais le mandat peut – et c’est notre hypothèse – activer aussi des modalités plus informelles. Affirmer, par exemple, que les nouveaux arrivants dans le champ de la pratique professionnelle "n’ont pas le niveau" est une manière de réguler la manière dont une tâche doit être exécutée, une profession exercée. L’affirmation en question est, en effet, à l’origine d’une construction sociale de la réalité qui est possiblement régulatrice – et qui filtre sans doute efficacement qui peut exercer sur le marché.

"La barrière et le niveau" (Edmond Goublot)

8Il existe donc un moyen plus flou d’exercer un "mandat" au sens de Hughes. Ce moyen peut être pensé au regard des travaux – certes anciens – d’Edmond Goublot (1925). Cherchant à comprendre les processus à l’origine des classes sociales, Goublot identifiait une double dynamique dans l’institution d’une démarcation sociale : la "barrière" et le "niveau", dont il rendait compte dans un langage imagé :

Toute démarcation sociale est à la fois barrière et niveau. Il faut que la frontière soit un escarpement, mais qu’au-dessus de l’escarpement il y ait un plateau. Au-dedans d’elle-même, toute classe est égalitaire ; elle n’admet ni pentes ni sommets (Goublot, 2010 [1925], p. 7).

9Une fois l’"escarpement" franchi, il persiste en effet à y avoir de nombreux rituels de différenciation qui permettent de poser un "niveau" – et ceux qui l’ont. Ces processus de différenciation nécessitent que l’on s’intéresse aux caractéristiques culturelles mobilisées par les acteurs pour identifier les membres et les non-membres d’un ensemble donné. Goublot, dont l’objet d’étude était la bourgeoisie française de son temps, a montré le rôle joué par le baccalauréat dans l’institution du niveau de la classe sociale en question. Par son intermédiaire, la bourgeoisie parvient par ailleurs à s’élever au rang de dépositaire du bon goût culturel. Et la maîtrise du bon goût permet d’identifier, de manière imperceptible, les biens nés et ceux "qui n’en sont pas", bien qu’ils fréquentent le monde. La barrière franchie, il reste donc un terrain incertain qui permet de distinguer les légitimes et les illégitimes.

10C’est cette grille de lecture que nous avons souhaité appliquer à l’analyse des relations de travail entre les métiers de l’urbanisme. Car, comme nous l’avons écrit précédemment, les professionnels que nous rencontrons au quotidien sont beaucoup plus prompts à dire qui n’est pas urbaniste, qu’à définir de manière univoque et claire ce qu’est un urbaniste. Ceux qui sont perçus comme illégitimes sont souvent ceux qui ne maîtrisent pas une certaine culture, qui n’usent pas de manière fluide de certains outils ; ceux qui n’ont pas suivi un long parcours de socialisation par lequel on a intériorisé l’habitus d’un groupe professionnel, c’est-à-dire son hexis (un répertoire de gestes), son eïdos (des schèmes logiques), son ethos (un modèle normatif intériorisé) ; ceux, très souvent, qui ne savent pas dessiner – et qui ne viennent pas de l’architecture urbaine.

Le lieu d’où nous parlons

  • 1 La Suisse est organisée en trois niveaux institutionnels. La Confédération, les cantons (au nombre (...)

11Il nous a semblé pertinent de traiter cette question dans un contexte caractérisé par une modification substantielle des conditions d’exercice du métier, c’est-à-dire un moment où d’anciennes façons de faire disparaissent dans le même temps que la formation des gens de l’art est repensée du tout au tout, tant dans son architecture institutionnelle que dans son contenu. Un moment où, de surcroît, la demande sociale d’urbanistes est forte. Ce contexte, qui a tout d’une situation théorique de laboratoire, a pourtant une existence dans une portion restreinte de la surface terrestre : Genève, République et canton1 d’environ 475 000 habitants de la Confédération helvétique pour une surface d’environ 282 km2, qui connaît, en raison de son dynamisme économique et démographique, des problèmes de planification et de développement qui excèdent de beaucoup ses frontières politiques.

  • 2 Parlement de la République et canton de Genève.

12Nous mobiliserons ci-après assez librement (il s’agit de débattre) le matériau recueilli dans une enquête sur les métiers de l’urbanisme conduite en 2013 ainsi que les résultats intermédiaires d’une enquête consacrée aux formations en urbanisme et aménagement en Suisse. Ces deux enquêtes procèdent par entretiens non directifs réalisés auprès de praticiens du territoire valdo-genevois (allant de Genève jusqu’au district vaudois de Nyon), conversations de terrain et des observations participantes de séances de travail mettant en contact représentants d’associations professionnelles, personnels d’organismes de formation et agents de la fonction publique. S’y ajoute une analyse de documents d’urbanisme et une analyse des procès-verbaux du Grand conseil genevois2.

13Nous procéderons en trois temps, avec pour objectif de rendre compte d’une transformation et d’interpréter ses incidences possibles sur la définition du périmètre d’une profession. D’abord, nous expliciterons ce contexte particulier qui fait de Genève le laboratoire singulier d’un urbanisme flexible réputé être sans urbaniste (sections 4 et 5). Dans un deuxième temps, nous nous attacherons à montrer les leviers permettant de contrôler la crédibilité des gens du métier et leur légitimité à se dire urbaniste en posant des indicateurs ad hoc de niveau – notamment la maîtrise du dessin (section 6). Enfin, nous questionnerons la crainte diffuse d’une perte de légitimité des urbanistes dans la fabrique urbaine : les gens de l’art paraissant attaqués tant par des métiers de la planification que de l’architecture (section 7).

Le tournant flexibiliste de l’urbanisme : le cas genevois

Une nouvelle gouvernance et de nouveaux outils d’urbanisme

14Depuis le début du XXIe siècle, la République et canton de Genève connaît une croissance économique et démographique relativement importante, se traduisant presque systématiquement de manière défavorable entre le taux de croissance de la population et le taux de croissance du parc résidentiel, occasionnant de fortes tensions sur le marché du logement. Ainsi le taux de vacance des logements s’est-il effondré au début des années 2000 pour passer à 0,15 % en 2004, loin des 1,5 % usuellement considérés comme synonymes d’un marché du logement fluide (0,41 % en 2015). Pressées d’éponger le déficit de logements, les autorités souhaitent bâtir vite, en redéploiement urbain (politiques de densification) ou en extension (politiques de déclassement de zones agricoles). De nouveaux outils de gouvernance ont alors été progressivement mis en place.

15La forte disjonction entre région institutionnelle (la République et canton de Genève) et région fonctionnelle (Genève est une métropole transfrontalière qui s’étend sur le canton de Vaud et la France) a conduit à l’émergence d’un ambitieux accord de planification transfrontalière, le projet d’agglomération franco-valdo-genevois, rebaptisé en 2012, projet du Grand Genève.

16Parallèlement, les autorités cantonales se sont attachées au chantier des outils d’urbanisme réputés trop rigides. Un certain nombre de réformes ont été entreprises dans le but de flexibiliser la production urbaine, de l’adapter aux incertitudes de la planification en régime libéral ou bien encore de ménager une part plus grande à la créativité de certains acteurs de la fabrique urbaine (faisant dire à certains que l’État se complait désormais dans une forme d’"urbanisme juridique" – Van der Poel, 2014). La réforme de l’outil "Plan localisé de quartier" (Matthey 2014) – initiée en 2013 – est emblématique de cette tendance, comme l’est la définition de périmètre de dérogations aux règlements d’urbanisme, notamment en matière de gabarits, au cœur du plus grand projet urbain de l’agglomération, le projet Praille-Acacias-Vernets (Matthey, 2015). Dans ces deux cas, il s’agit en effet de ménager une marge plus grande aux ajustements, au plus près du terrain, en allégeant certaines contraintes administratives apparaissant soudainement comme sources d’un "urbanisme de fonctionnaire" (un témoin architecte).

Une transformation des institutions et des processus de l’urbanisme

17Cette refonte s’est accompagnée d’une transformation des structures institutionnelles de l’urbanisme. L’histoire de la Commission d’urbanisme genevoise est, de ce point de vue, tout à fait exemplaire. Fondée au début des années 1930, la Commission d’urbanisme (alors appelée Commission du plan d’extension) avait initialement pour mission de produire la ville à venir, résolument moderne tant ses membres partageaient une même doctrine architecturale et urbaine. La Commission d’urbanisme disposait alors d’un pouvoir qui en faisait le lieu d’une activité transitive au sens où elle était source d’une transformation de la réalité matérielle qu’est la ville. Très lentement (sur plusieurs décennies), les fonctions de la Commission se sont modifiées et nombre de ses prérogatives sont déléguées à des services spécifiques de l’État. Dans le même temps, de nouveaux "métiers" (par exemple, des promoteurs, des spécialistes de la communication en urbanisme) sont intégrés à la Commission – procédant en cela du même mouvement que celui identifié par Joye et Kaufmann (1998) dans la production des documents de planification cantonale qui tendent à associer de plus en plus les bureaux privés. Mais l’année 2010 marque un temps de radicalisation, selon certains témoignages. Le ministre alors en charge de l’urbanisme décide alors d’élargir plus encore le spectre des professions qui y étaient représentées, notamment en direction des métiers de la construction, en procédant au "remplacement des urbanistes par des entrepreneurs ou des gens des associations" (témoignage d’un ancien membre de la commission).

18Simultanément, après des années de vacance du poste, l’État s’est à nouveau doté, en 2010, d’un architecte cantonal, compris comme un "acteur-réseau" (Marti, 2005). Celui-ci soit être capable de faire dialoguer des mondes hétérogènes, soucieux de promouvoir une nouvelle qualité urbaine et habile à diffuser une culture de l’architecture auprès d’un large public, au premier rang duquel se trouvent les hommes et les femmes politiques. Cette nouvelle conception du rôle et des missions de l’architecte cantonal rompt avec la tradition d’un haut fonctionnaire fortement impliqué dans le volet opérationnel de la fabrique urbaine. Les compétences en matière de communication, l’appréhension de l’architecture en tant que culture, la volonté de faire du titulaire du poste un facilitateur des interactions entre les différents mondes de la fabrique de la ville traduisent aussi une conception d’un État plus souple, habile à réserver des marges de manœuvre plus subtiles aux acteurs privés et associatifs.

19Parallèlement à ces transformations institutionnelles a émergé une certaine volonté de réorganiser les procédures de l’administration et de standardiser les "façons de faire", notamment en matière de concertation et participation. La standardisation permettant sans doute une plus grande interchangeabilité des équipes de projet, convergeant avec l’urbanisme de coalisation promu par la nouvelle gouvernance urbaine. La conduite des projets urbains au gré d’objectifs et d’opportunités conduisant à l’émergence de "coalitions formelles ou informelles d’intérêts ou d’acteurs" (Jaquier, 2008) souvent labiles, puisque se reconfigurant au gré des différentes opportunités. Cette transformation généralisée des paramètres de fonctionnement de la fabrique urbaine impacte les conditions d’exercice du métier d’urbaniste, appelé à accueillir de nouveaux profils dans la corporation. D’autant que, presque dans le même temps, les modalités de formation des gens de l’art se sont également transformées dans le canton.

La naissance d’un mythe : Genève, un urbanisme sans urbanistes

20Comme nous l’avons vu précédemment, être urbaniste nécessite d’avoir fait les études idoines ou d’avoir complété des études dans un autre champ disciplinaire par une expérience significative dans le domaine de l’urbanisme. Le cursus suivi (et son curriculum caché) prend une part certaine dans la construction des identités professionnelles des urbanistes suisses. On peut donc comprendre que le projet (né à l’automne 1991) de réorganisation de la formation des architectes dans le périmètre de la métropole lémanique (Leresche, Joye-Cagnard, Benninghoff et Ramuz, 2012) ait donné lieu à des débats politiques très âpres et ait été vécu par certains comme l’annonciation d’une déprofessionnalisation – à plus forte raison que la Suisse a longtemps été caractérisée par la faible mobilité géographique des diplômés, travaillant le plus souvent dans le canton dans lequel ils avaient été formés.

La fermeture de l’école d’architecture : le traumatisme inaugural

  • 3 Genève et Lausanne sont les villes capitales de deux cantons différents : le canton de Genève, le c (...)

21Le projet en question, lancé à l’initiative des recteurs de l’Université de Genève et de l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL)3, consistait en la mise en œuvre d’un programme commun aux deux institutions en matière de formation des architectes. Les deux premières années devait se dérouler dorénavant à Lausanne, les troisième et quatrième années, au choix, selon que l’on s’oriente sur l’architecture (Lausanne) ou l’architecture urbaine (Genève). Cette réorganisation a minima, qui sauvait une école d’architecture genevoise confrontée depuis quelques années à une chute de ses effectifs (Leresche, Joye-Cagnard, Benninghoff et Ramuz, 2012), n’était toutefois pas du goût de la Confédération, plutôt partisane d’une solution plus radicale. La Confédération a donc pris l’initiative d’encourager le canton de Genève à faire quelques 10 millions d’économie supplémentaires en transférant purement et simplement l’architecture à l’École polytechnique fédérale de Lausanne. La pression des autorités fédérales a suscité, du côté genevois, des réactions courroucées.

22C’est dans ce contexte qu’émerge la proposition de la transformation de l’école d’architecture de l’Université de Genève en un institut de recherche spécialisé dans les questions de l’urbanisme et de la rénovation environnementale. La révision de la loi sur l’Université devant permettre la création de l’Institut en question a donné lieu à des passes d’armes dont les reliquats s’agrègeront par la suite dans un mythe, celui du risque d’un "urbanisme sans urbanistes" (Bofill, Véron, 1995, p. 87). Car, si les adversaires du maintien de l’architecture à Genève déclinent des arguments qui traitent d’une supposée faiblesse de la qualité architecturale genevoise, du peu de retentissement international de la recherche qui est conduite à l’École d’architecture de l’Université de Genève ou encore du nombre restreint des étudiants qui y sont formés, les partisans de cette institution cherchent à démontrer l’excellence de l’école genevoise, dont les enseignants conçoivent et réalisent des projets dans de très grandes métropoles étrangères. Ils soulignent sa créativité, notamment du point de vue de la recherche urbanistique. Plus fondamentalement, l’idée d’avoir des gens du métier formés près de chez soi commence à poindre comme un argument de développement territorial. Abandonner la formation des architectes et urbanistes à Genève, serait prendre le risque d’une déprofessionnalisation et d’une dépendance à l’égard de cette haute école fédérale qu’est l’EPFL.

Le moment névrotique : l’émergence de nouveaux acteurs de la formation aux métiers de l’urbanisme

23Mis en sommeil durant les quelques années de fonctionnement de l’Institut d’architecture de l’Université de Genève, le mythe en question diffuse à une échelle élargie lors de la liquidation dudit Institut. Cette liquidation se fait au profit d’un Institut des sciences de l’environnement, entérinant selon certains la prééminence de la question environnementale sur la question urbaine et l’hégémonie d’une nouvelle doctrine aménagiste, celle du développement durable. Or, cette nouvelle doctrine aménagiste et la nouvelle doxa projectuelle qui l’accompagne semblent avoir avivé le sentiment de déprofessionnalisation ressenti par les professionnels de la profession. D’un côté, le développement urbain durable est supposé ménager une part plus grande aux savoirs et pratiques "hétérodoxes" dans la fabrique de la ville. Il s’agirait désormais non plus de "faire la ville" mais de "faire avec la ville" (Jaquier, 2008). De l’autre, une nouvelle doctrine du projet urbain s’est diffusée à peu près au moment où le développement urbain durable émergeait. Cette nouvelle doxa est plus gestionnaire dans son principe (Lévy, 2006 ; Matthey, 2015b). Elle prend acte de l’effacement de la séquence programmation-conception-réalisation devant une architecture plus complexe, tout en boucles de rétroaction et en systèmes d’acteurs différenciés. La production urbaine ayant perdu de sa linéarité, le travail urbanistique devient celui d’une bonne articulation du phasage du projet (moment de définition stratégique, de portage politique, de pilotage technique ou finalement de réalisation).

24Or, c’est précisément au moment de la diffusion de cette nouvelle doctrine aménagiste et de cette nouvelle doxa projectuelle que le champ des formations en lien avec la production urbaine est investi, dans l’arc lémanique, par des acteurs issus de la géographie, de l’économie, de la politologie ou du droit. En 2002, un diplôme d’études supérieures spécialisées (DESS) en "développement urbain durable, gestion des ressources et gouvernance" est créé à l’Université de Lausanne, transformé en 2007 en Master of advanced studies en "urbanisme durable". En parallèle, une filière "urbanisme durable et projet urbain" est créée dans la spécialisation en "études urbaines" du master ès sciences en géographie de cette même université, qui deviendra, en 2015, une spécialisation en "urbanisme durable et aménagement des territoires". Dans le même mouvement, les géographes des Universités de Genève et de Neuchâtel ainsi que les paysagistes de la Haute École du paysage de Genève se sont associés pour, comme le déclame le quotidien régional La Tribune de Genève (édition du 25 mars 2014), "forme[r] des urbanistes et comble[r] une grande lacune", "[l]’Université lan[çant] un master […] très attendu à Genève et en Suisse romande". En moins de dix ans, les modalités de production des urbanistes et des professionnels de la fabrique des territoires ont été radicalement renversées.

25Les administrations et les bureaux engageant les personnes formées au plus près des enjeux à traiter au quotidien et des nouvelles doctrines d’aménagement, des profils auparavant plus marginaux sont arrivés en masse dans le champ d’activités de la profession urbanistique. L’effet de remplacement paraît même plus fort dans certains services de l’État. Afin d’alléger les dépenses publiques, des postes n’avaient parfois pas été remis mécaniquement au concours au départ du titulaire. L’administration s’est ainsi trouvé fort démunie lorsqu’il a fallu initier les grands projets dont Genève avait tant besoin pour produire des logements, donnant lieu à un lourd effort de rattrapage, pas loin de 40 postes en lien avec l’urbanisme étant créés entre 2009 et 2014. Or plus des deux-tiers des profils recrutés étaient issus de formations historiquement en marge de la profession.

Stabiliser un monde qui change4

L’épreuve du dessin

26L’arrivée massive de nouveaux profils – tant dans l’administration, que dans les bureaux – provenant d’autres disciplines que l’architecture, dotés donc de compétences différentes, a accru, chez les personnes formées au plus près des protocoles de la corporation, le sentiment d’une déprofessionnalisation de la profession. Ce sentiment se révèle particulièrement avivé autour de la conception de ce qu’est un projet en matière d’urbanisme. Comme nous le relevions ailleurs (Matthey 2015) deux conceptions organisent les interactions entre les "professionnels de la profession". D’un côté, on le conçoit comme l’articulation de phases dans le temps (un processus à administrer) ; de l’autre comme une intentionnalité à spatialiser par l’intermédiaire du dessin.

27La maîtrise de l’art du dessin semble s’être progressivement constituée comme le signe a minima d’une appartenance à la corporation, l’équivalent d’une épreuve permettant de discriminer les praticiens légitimes dans le champ ; une manière de trancher la capacité des intervenants à passer du discours à la pratique. Or, dans un processus qui confine à celui décrit par Goublot, la veille maintenue sur les nouveaux venus laisse apparaître des défaillances du point de vue de ce "fondamental" de l’urbanisme. Les nouveaux venus ne maîtrisent pas la culture à l’origine de la profession ; ils sont des parvenus ("ils ne seront jamais urbanistes" affirme un informateur).

28Les revendications autour d’une maîtrise de l’art du dessin de projet participent sans doute d’une volonté de refondation de la profession, très ancrée dans les savoirs et pratiques du projétateur ; elles sont révélatrices :

du malaise d’une profession confrontée, en ce début de XXIe siècle, au même ‘péril’ que celui qui l’avait instituée comme corporation. De manière similaire au processus décrit par Blanc […], l’émergence de nouveaux métiers de l’urbanisme, les nouvelles façons de faire qui tendent à se diffuser et la construction d’une nouvelle hiérarchie des compétences semblent aujourd’hui ressentis comme un risque de déprofessionnalisation. […] Dans le contexte genevois, cette tension entre déprofessionnalisation et reprofessionnalisation est avivée par la difficulté supposée à produire du logement. D’aucuns accusent alors le nouveau mode d’organisation des services, la prétendue absence de ‘gens du métier’" (Matthey, 2015, s.p.)

29Plus précisément, la maîtrise de l’art du dessin de projet participe d’une synecdoque. Elle est indicatrice d’une certaine compétence à faire du projet, à penser par et dans l’espace.

Une régulation par les individus plutôt que par les associations professionnelles ?

30Ce qui doit ici interpeller est que le discours des acteurs individuels diffère de celui des associations professionnelles. Du point de vue des transformations des profils et des formations, ces dernières déploient un registre qui relève du constatif. Il existe des formations, en Suisse, qui couvrent le volet plutôt programmatique, d’autres qui déploient un souci plus grand de l’opérationnel. "Aucune ne peut prétendre répondre à tous les besoins du marché" relève un cadre de la FSU très impliqué dans le suivi des formations.

31Ce registre constatif, porté par certains des cadres de l’association professionnelle des urbanistes, emprunte une modalité plus inquiète dans Collage, la revue de la Fédération suisses des urbanistes. L’étude des thèmes traités par la revue durant ses vingt ans d’existence est ici révélatrice. L’occurrence des numéros traitant de la profession, des transformations des conditions d’exercice du travail de l’urbaniste s’accroît. Comme le relèvent deux membres de la rédaction francophone de la revue, depuis le début du millénaire, on s’interroge sur les métiers et les instruments de l’aménagement : "Ces interrogations sont le reflet d’une crise d’identité" expliquent-ils. Le discours des individus est par contre beaucoup moins consensuel, à plus forte raison qu’ils sont actifs dans la République et canton de Genève. Un membre d’un bureau d’architecture et urbanisme note ainsi :

On met sur le marché des gens que je n’engagerais pas dans mon bureau. Pas parce qu’ils sont inintéressants, mais parce qu’ils n’ont pas les compétences requises pour faire du projet et qu’ils ne sont pas dans des logiques opérationnelles non plus.

32L’intéressant est que le niveau est posé de manière bien plus efficace par des individus dotés des fortes personnalités que par les associations professionnelles. Ce constat peut exprimer différentes choses. D’abord, il rend compte d’une défiance assez répandue des personnes dites de la base pour les organes dits dirigeants des associations représentatives. Ensuite, il exprime le pouvoir de conviction de certains individus ou agences qui fonctionnent comme des leaders d’opinion. Enfin, il manifeste l’insaisissable puissance de la rumeur dans la construction de la réalité d’une profession. En somme, la rumeur est un exceptionnel outil de régulation du champ dans la mesure où elle permet de construire le problème de manière diffuse, sans souci de la démonstration et qu’elle parle à ce qui fait réagir : l’émotion. Avant d’être institutionnelle, la régulation du champ procède ainsi de logiques très informelles, dont la rumeur est un puissant adjuvant : par d’innombrables anecdotes ou jugements de valeur, on accrédite un mouvement, inscrit dans la durée, de déprofessionnalisation de l’activité, qui met en danger la collectivité dans son ensemble.

Une fragilisation de la place des architectes-urbanistes ?

33Ce texte s’ouvrait sur un étonnement. Les professionnels de l’urbanisme suisse peinent à définir ce qu’est précisément un urbaniste, mais certains d’entre eux sont très prompts à définir qui est et qui n’est pas urbaniste. Ce constat est mis en tension par le couple design et planning mobilisé par les anglophones pour penser la fabrique des territoires. Chez les professionnels que nous fréquentons au quotidien, un urbaniste, un vrai, est une personne maîtrisant l’art du design, du projet en tant que spatialisation, par le dessin, d’une intention.

34Cette propension à décréter qui est – et qui n’est pas – urbaniste conduit à s’intéresser au fonctionnement du champ de la pratique professionnelle, singulièrement du point de vue de la division du travail qui existe entre les différents métiers (architectes, paysagistes, géographes, sociologues, etc.) et le pouvoir différentiel qu’ont ces métiers de définir l’urbanisme du point de vue de sa licence ou de son mandat. Or, le mandat peut s’exercer formellement au moyen des associations professionnelles, mais aussi informellement par l’intermédiaire de la rumeur sinon de la médisance : dire qu’un tel ou tel issu de telle ou telle filière est ou n’est pas urbaniste sans autre critère d’évaluation est un mode de régulation comme un autre d’exercice de la pratique.

35Notre hypothèse était que cette modalité s’avivait quand les conditions d’exercice de ladite pratique se transformaient et que les cadres d’accréditations n’avaient pas encore été adaptés. Le cas genevois est en la matière particulièrement éclairant. En très peu de temps, les conditions de production de la ville se sont transformées tant du point de vue des outils de gouvernance que d’urbanisme. Les institutions encadrant la production urbaine ont été transformées. Le profil du plus au haut fonctionnaire en matière d’architecture urbaine réinventé. Les paramètres définissant les modalités d’exercice de l’urbanisme ont ainsi changé.

36Parallèlement, les filières de formation des urbanistes ont été bouleversées par la transformation de l’École d’architecture puis la fermeture de l’Institut d’architecture. Les disciplines auparavant ancillaires de l’architecture ont pu alors définir de nouveaux cursus en lien avec le développement urbain durable et une conception plus processuelle ainsi que gestionnaire du projet. L’arrivée massive de ces nouveaux profils dans les administrations, les bureaux et autres agences bouleverse la hiérarchie des métiers et déstabilise les masses relatives des effectifs disciplinaires et le poids quantitatif de cultures de projets auparavant marginales. Ce contexte produit un discours centré sur le risque de déprofessionnalisation, qui n’est qu’un moment d’invention d’une nouvelle professionnalité, dans laquelle s’inscrit la propension des professionnels de la profession à définir par exclusion ce qu’est un urbaniste.

37Cette propension est peut-être révélatrice d’une relative fragilisation des urbanistes-architectes dans la fabrique du territoire, à un moment où ils sont attaqués sur deux fronts : celui d’un urbanisme de projet plutôt gestionnaire, celui d’une volonté de flexibiliser la fabrique de la ville en recourant à la figure messianique d’un architecte qui produirait de la qualité urbaine sui generis.

Haut de page

Bibliographie

Anselin L., Nasar J., Talen E., 2011, "Where Do Planners Belong? Assessing the Relationship between Planning and Design in American Universities", Journal of Planning Education and Research, Vol.31, No.2, 196-207.

Banerjee T., 2011, "Response to ‘Commentary: Is Urban Design Still Urban Planning? Whither Urban Design? Inside or Outside Planning?’", Journal of Planning Education and Research, No.31, 208-10.

Biau V., Tapie G., 2009, La fabrication de la ville : métiers et organisations, Marseille, Éditions Parenthèses.

Blais J.-P., 2000, "Comment peut-on être urbaniste ?", Les Annales de la recherche urbaine, No.88, 73-76.

Bofill F., Véron N., 1995, L’architecture des villes, Paris, Odile Jacob.

Blanc M., 2010, "Métiers et professionnels de l’urbanisme. L’ingénieur, l’architecte et les autres", Espaces et sociétés, Vol.2, No.142, 131-150.

Chadoin O., 2007, Être architecte : les vertus de l’indétermination. De la sociologie d’une profession à la sociologie du travail professionnel, Limoges, Presses universitaires de Limoges.

Champy F., 2012, La sociologie des professions, Paris, Presses universitaires de France.

Chapuis J.-Y., 2014, Profession urbaniste, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Claude V., 2006, Faire la ville : les métiers de l’urbanisme au XXe siècle, Marseille, Éditions Parenthèse.

Childs M.C., 2010, "A Spectrum of Urban Design Roles", Journal of Urban Design, Vol.15, No.1, 1-19.

Cuthbert A.R., 2010, "Whose Urban Design?"Journal of Urban Design, Vol.15, No.3, 443-448.

Cuthbert A.R., 2007, "Urban Design. Requiem for an Era: Review and Critique of the Last 50 years", Urban Design International, Vol.12, No.4, 177-223.

Cuthbert A.R., 2001, "Going Global: Reflexivity and Contextualism in Urban Design Education", Journal of Urban Design, Vol.6, No.3, 297-316.

Forsyth A, 2007, "Innovation in Urban Design: Does Research Help?", Journal of Urban Design, Vol.12, No.3, 461-73.

Frébault J., Pouyet B, 2006, Renforcer les formations à l’urbanisme et l’aménagement, Paris, Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche & Ministère de l’équipement, des transports, du logement, du tourisme et de la mer.

Gleye P.H., 2015, "City Planning Versus Urban Planning. Resolving a Profession’s Bifurcated Heritage", Journal of Planning Literature, Vol.30, No.1, 3-17.

Girault M., 2015, L’évolution des professionnalités et métiers de l’urbain vue par des praticiens. Quels enseignements pour les formations ? Apports par enquête sur la région urbaine Lyon-Saint-Etienne et à l’échelle nationale, Lyon, LabEx IMU.

Goblot E., 1925 [2010], La barrière et le niveau : étude sociologique sur la bourgeoisie française modern, Paris, Presses universitaires de France.

Grubbauer M., Steets S., 2014, "The Making of Architects. Knowledge Production and Legitimation in Education and Professional Practice", Architectural Theory Review, Vol.19, No.1, 4-9.

Gunder M., 2011, "Is Urban Design Still Urban Planning? An Exploration and Response", Journal of Planning Education and Research, Vol.31, No.2, 184-195.

Hoppenfeld M., 1960, "The Role of Design in City Planning", Journal of the American Institute of Planners, Vol.26, No.2, 98-103.

Jacquier C, 2008, La gouvernance urbaine :entre complications et complexités, comment s’orienter ? Communication présentée au colloque Vers une nouvelle gouvernance des territoires, Reims Intergroupe Urbain-Logement au Parlement Européen.

Jeannot G., 2005, Les métiers flous : travail et action publique, Toulouse, Octarès.

Leresche J.-P., Joye-Cagnard F., Benninghoff M., Ramuz R., 2012, Gouverner les universités. L’exemple de la coordination Genève-Lausanne (1990-2010), Lausanne, Presses polytechniques universitaires romandes.

Lévy A., 2006, "Quel urbanisme face aux mutations de la société postindustrielle ?", Esprit, No.11, 61-75.

Lévy L., 2013, L’improvisation en aménagement du territoire : d’une réalité augmentée aux fondements d’une discipline pour l’action? Enquête sur un projet interdépartemental (le pôle Orly), Thèse de doctorat, Université de Grenoble, France.

Madanipour A., 2006, "Roles and Challenges of Urban Design", Journal of Urban Design, Vol.11, No.2, 173-193.

Marti P., 2005, Architecte cantonal : un acteur réseau, Genève, Fondation Braillard architectes.

Matthey L., 2015, "Malaise dans la profession. Les urbanistes suisses face aux transformations de leur métier", Métropolitiques, http://www.metropolitiques.eu/Malaise-dans-la-profession.html.

Matthey L., 2014, "L’urbanisme qui vient", Cybergeo. European Journal of Geography, Débats, Les valeurs de la ville, https://cybergeo.revues.org/26562.

McClendon B.W., Erber E., McCoy M., Stollman I., 2003, "A Bold Vision and a Brand Identity for the Planning Profession", Journal of the American Planning Association, Vol.69, No.3, 221-232.

Myers D., Banerjee T., 2005, "Toward Greater Heights for Planning. Reconciling the Differences between Profession, Practice, and Academic Field", Journal of the American Planning Association, Vol.71, No.2, 121-129.

OPQU (Office professionnel de qualification des urbanistes), 2006, Le métier d’urbaniste. Domaines d’activité, fonctions et compétences, Paris, Le Moniteur.

Palermo P.C., 2014, "What ever is happening to urban planning and urban design? Musings on the current gap between theory and practice", City, Territory and Architecture, Vol.1, No.1, 7.

Robbins, E., 1994, Why Architects Draw, Cambridge, MA, MIT Press.

Rodwin L., Sanyal B., 2000, The Profession of City Planning. Changes, Images and Challenges: 1950-2000, New Brunswick, NJ, Center for Urban Policy Research.

Steiner F., 2011, "Commentary. Planning and Design – Oil and Water or Bacon and Eggs?", Journal of Planning Education and Research, Vol.31, No.2, 213-216.

Van der Poel C., 2014, Émergence du storytelling dans la planification urbaine, quelques exemples genevois, Mémoire de Master of Advanced Studies en Urbanisme durable, Université de Lausanne, Suisse.

Van Assche, K., Beunen R., Duineveld M., de Jong H., 2012, "Co-evolutions of planning and design. Risks and benefits of design perspectives in planning systems", Planning Theory, Vol.12, No.2, 177-98.

Viala L. (dir.), 2014, L’urbanisme en partage, Montpellier, Éditions de l’Espérou.

Verpraet G., 2005, Les professionnels de l’urbanisme : socio-histoire des systèmes professionnels de l’urbanisme, Paris, Anthropos.

Haut de page

Notes

1 La Suisse est organisée en trois niveaux institutionnels. La Confédération, les cantons (au nombre de 26) et les communes (au nombre de 2324 au 1er janvier 2015). En matière d’aménagement, la Confédération édicte les grands principes, principalement en matière d’économie du sol. Les cantons développent des stratégies d’aménagement du territoire et de développement urbain conformes aux principes légaux édictés par la Confédération. Les communes planifient les affectations.

2 Parlement de la République et canton de Genève.

3 Genève et Lausanne sont les villes capitales de deux cantons différents : le canton de Genève, le canton de Vaud. Elles sont distantes d’approximativement 60 kilomètres.

4 Nous reprenons ici une partie de l’argumentaire précédemment publié par Matthey (2015), en l’amendant et le complétant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Matthey et Christophe Mager, « La fabrique des urbanistes. Une identité professionnelle controversée ? », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, Les métiers de la ville, mis en ligne le 06 avril 2016, consulté le 24 mai 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/27553

Haut de page

Auteurs

Laurent Matthey

Département de géographie et environnement
Université de Genève
Laurent.Matthey@unige.ch

Articles du même auteur

Christophe Mager

Institut de géographie et durabilité
Université de Lausanne
Christophe.Mager@unil.ch

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page