Navigation – Plan du site
Les métiers de la ville

Transformation des métiers de la ville. Pour une redéfinition du système de l’urbanisme opérationnel

Transformation of the urban jobs. For a more effective approach of urban planning
Jean Ruegg et Florent Joerin

Résumés

Les principes de base de l’urbanisme opérationnel peinent à être appliqués dans les métiers de la ville, en particulier en Suisse. La conception du projet est encore trop souvent déconnectée des conditions de sa réalisation. Pourtant plusieurs exemples récents suggèrent qu’ils sont nécessaires. Mais ils ne sont pas suffisants pour autant. En s’appuyant sur l’éco-conception et l’analyse du cycle de vie, ce texte suggère de compléter le système de l’urbanisme opérationnel en ajoutant deux nouvelles phases à la conception et à la réalisation : la gestion du projet urbain dans sa complète temporalité et son élimination/recyclage.

Haut de page

Texte intégral

1Les métiers de la ville se transforment et vont encore se transformer. C’est indéniable, inéluctable, souhaitable aussi. Comment ? Pourquoi ? Voilà deux questions auxquelles il est plus incertain de répondre.

2Plaçons donc notre propos du côté de l’acteur public et dans un cadre qui, lui, devrait peu évoluer, celui de l’articulation nécessaire entre les phases de conception et de réalisation. Pour Boutinet (1996), la réalisation fait partie intégrante de la logique de projet. Et cette intégration est réalisée en recourant à la planification. Autrement dit, conception et réalisation ne sont pas des phases qui peuvent être accomplies selon une démarche linéaire et séquentielle. La conception ne précède pas forcément et mécaniquement la réalisation. Toute idée ou intention relevant de la conception doit plutôt être immédiatement affinée, précisée et consolidée au prisme des conditions de sa faisabilité. Ces dernières ne constituent pas cependant une contrainte inamovible, inaltérable qui s’imposerait. Elles sont au contraire à assouplir en fonction des objectifs de la conception et des marges de manœuvre disponibles.

3Cette façon de concevoir le projet urbain (ou territorial) renvoie à une démarche qui procède par itérations successives et qui s’inscrit dans la durée. Il s’agit donc d’une démarche systémique où les considérations liées à la conception et à la réalisation font système (figure 1). Elle caractérise ce que nous nommons l’urbanisme opérationnel.

Figure 1 : Le système « conception-réalisation » (à gauche) pris dans une approche itérative (à droite)

Figure 1 : Le système « conception-réalisation » (à gauche) pris dans une approche itérative (à droite)

4Ce n’est donc pas au niveau de la démarche de l’urbanisme que nous situons les transformations que les métiers de la ville sont appelés à intégrer. Nous attendons plutôt des changements dans « ce qui fait système ». La montée en puissance de la question environnementale et du développement durable tout comme la mobilisation sociale autour de nombreux projets urbains invitent à imaginer un urbanisme opérationnel qui passerait de deux à quatre composants. Aux phases de conception et de réalisation seraient ajoutées celle du recyclage ou de l’élimination du projet urbain et, surtout, une dimension transversale visant la gestion du projet urbain dans sa complète temporalité (figure 2).

Figure 2 : Le nouveau cycle de l’urbanisme opérationnel

Figure 2 : Le nouveau cycle de l’urbanisme opérationnel

5Une telle représentation présente des liens évidents avec l’éco-conception et son analyse du cycle de vie. L’éco-conception n’est cependant pas la seule source d’inspiration justifiant ce nouveau système à quatre composants.

6Dans sa thèse de doctorat consacrée à la « durabilité » des quartiers durables, Schäffer-Veenstra (2013) montre en effet qu’il ne suffit pas de construire un quartier durable pour que ses qualités et ses caractéristiques soient maintenues dans la durée. À l’exemple du quartier Kronsberg à Hanovre, elle expose notamment comment, au gré de la vente des bâtiments à un fonds d’investissement immobilier plus spéculatif, la stratégie d’entretien des espaces publics et des espaces communs a été altérée. Par souci d’économie, la qualité de la gestion de ces espaces a fortement baissé. Ce désengagement progressif du propriétaire, qui conduit graduellement à un appauvrissement de la mixité sociale des habitants, n’est alors pas sans rappeler la trajectoire de certains grands ensembles des années 1960 qui, minés par une spirale conduisant à leur relégation progressive, ont même fini par être détruits (Dufaux et Fourcaut, 2004 ; Baudin et Genestier, 2006).

7Mais l’heure n’est pas seulement à la promotion des éco-quartiers. Comme ailleurs en Europe (loi SRU « Solidarité et renouvellement urbain » de 2000 en France, par exemple), elle est aussi marquée par la lutte contre l’étalement urbain et la volonté de densifier. Ces derniers objectifs ont été récemment réaffirmés en Suisse par l’entrée en vigueur, en mai 2014, de la loi révisée sur l’aménagement du territoire. Or, celle-ci génère au moins deux phénomènes qui invitent à intégrer la gestion des différents temps du projet dans le système de l’urbanisme opérationnel.

8Le premier est celui de l’effet de la densification sur les quartiers existants. Densification et gentrification sont souvent associées (Castel, 2007). À cet égard, plusieurs associations de quartier se sont activées récemment dans l’agglomération Lausanne-Morges pour s’opposer, souvent avec succès, à des projets de densification. C’est dire que la question est sensible et que la greffe ne va pas de soi. Dans une tentative de réduire le risque de rejet, Zuppinger (2015) préconise d’établir, préalablement à tout projet de densification, une convention qui régirait les relations entre les autorités publiques, les promoteurs-développeurs et les résidents. Il insiste notamment sur les différences qui régissent une urbanisation produite simplement en empiétant sur la zone agricole (ce fut la forme dominante jusque dans les années 2000), d’une urbanisation marquée par la reconstruction de la ville sur elle-même. Cette deuxième forme caractérise précisément les politiques de densification actuelles. Pour Zuppinger (2015, p. 6), elle exige de nouvelles approches et de nouvelles compétences. En effet, trop souvent encore l’enjeu lié à l’intégration socio-territoriale des projets de densification n’est vraiment pris en compte qu’au seuil de la phase de réalisation, une fois la phase de conception bouclée. Toute marge de manœuvre ayant disparu, l’enjeu de l’intégration ne peut plus être abordé qu’en sollicitant des outils d’ingénierie sociale et de marketing visant à « vendre » le projet aux populations concernées. Or, les belles images et les outils de communication sont bien souvent insuffisants.

9Il s’agirait donc de miser sur une prise en compte des effets du projet de densification dès les toutes premières réflexions, en suivant un processus itératif tel que préconisé ci-dessus. Cette approche de gestion des projets urbains dans leur temporalité devrait permettre d’anticiper le « comportement » du projet dans le temps, dès sa conception (moment où il commence déjà à produire des effets, fussent-ils seulement virtuels) jusqu’à sa désaffectation.

  • 1 La co-propriété est plus connue en Suisse sous le terme de propriété par étage (ou PPE).
  • 2 La Suisse fut pourtant longtemps réputée pour être un pays de locataires.

10Le second phénomène plaidant pour une gestion des projets dans leur complète temporalité est celui de l’effet de la densification sur la propriété. Certains auteurs, comme Harris (2011), affirment que la densification n’est pas concevable sans la co-propriété.1 Cette proposition rencontre un certain écho en Suisse puisqu’une corrélation spectaculaire est observée entre l’essor de la propriété par étage (ou PPE) et l’augmentation du nombre de logements en propriété (Zimmermann et al., 2004).2 Or, cette corrélation coïncide temporellement avec des pratiques de densification qui s’inscrivent dans un marché immobilier très porteur, renforcé encore, en certains lieux, par un accroissement de la rareté du sol constructible imposé par l’autorité publique (Ruegg et al., 2014).

11En construisant un immeuble dense, le promoteur-développeur cherche à commercialiser un nombre important de logements en PPE. Cette formule est en effet très avantageuse pour lui. Elle lui offre un retour rapide sur son investissement et, surtout, elle lui permet de transférer le risque associé à la tenue de la propriété aux futurs acheteurs qui deviennent, par l’acte de vente, les co-propriétaires d’un bien partagé. Or, la PPE pose un enjeu de gestion dans le temps. Régie par un contrat de droit privé (Ruegg, 2000), elle invite les co-propriétaires à partager les mêmes intentions et à supporter les mêmes efforts (financiers principalement) afin de maintenir durablement la valeur et la qualité de la propriété qu’ils possèdent en commun. Cela n’est certainement pas chose facile et les exemples abondent des difficultés rencontrées pour se mettre d’accord. Des propriétaires-résidents intéressés par la conservation dans le temps de la valeur de leur bien ne partagent pas forcément les mêmes objectifs que des propriétaires-investisseurs. Ceux-ci voient en effet dans l’achat d’un appartement un simple placement spéculatif qu’ils n’hésitent pas à transférer ailleurs, au gré d’autres opportunités économiquement plus intéressantes. Si cette problématique a été repérée depuis plusieurs années (voir par exemple Foret, 1987), il est intéressant de noter qu’elle suscite un intérêt renouvelé en raison des complications induites par les co-propriétés dégradées (Simon, 2013 ; Texier, 2014). Bien sûr, la densification seule ne suffit pas à expliquer cette actualité. La structure, la provenance et les flux des capitaux d’une part, l’âge de certaines PPE qui oblige à envisager des coûts majeurs de rénovation d’autre part sont également des facteurs explicatifs pertinents des désengagements observés. Mais ces considérations justifient à nouveau, et à notre sens, que l’enjeu de la gestion dans la durée du projet urbain soit pleinement intégré au cycle de l’urbanisme opérationnel.

  • 3 SméO est un logiciel « d’aide à la planification, à la réalisation et à l’exploitation des projets (...)
  • 4 C’est le projet de société à 2000 watts retenu en Suisse et qui doit être concrétisé via la Stratég (...)

12Reste alors l’élimination et le recyclage. Dans le fond, nous avons déjà abordé cette thématique en traitant du risque de dégradation d’éco-quartiers ou d’immeubles en co-propriété mal administrés. Leur mauvaise gestion conduit souvent à préconiser leur élimination plutôt que leur recyclage. Mais il serait dommage d’arrêter là notre réflexion. Cette quatrième phase du système est sans doute celle qui doit le plus à l’éco-conception. À l’image du logiciel SméO, développé et mis gratuitement à disposition des professionnels par la Ville de Lausanne3, l’élimination et le recyclage font référence à une autre problématique émergente qui influencera grandement les métiers de la ville : la stratégie énergétique qui passe par le recours à la planification énergétique territoriale (Lavallez, 2015). Le choix des matériaux et leur mise en œuvre dans le cadre du projet urbain vont jouer un rôle considérable pour atteindre les objectifs politiques en matière de développement durable et d’économie d’énergie. Une véritable transition énergétique prend en effet appui sur le principe du négawatt, lequel se décline en trois lignes d’action : réduire la consommation par davantage de sobriété et davantage d’efficacité et remplacer les énergies fossiles par les énergies renouvelables.4 Là encore, l’internalisation des flux énergétiques invite à boucler les cycles et à recourir à la méthodologie de l’analyse du cycle de vie qui est systémique par essence. Prendre en compte l’élimination et le recyclage ne fait alors que compléter les trois phases déjà identifiées. Et ce complément constitue une suite logique de notre proposition tant les interactions sont grandes entre cette dernière phase et celles de la conception, de la réalisation et de la gestion du projet urbain dans sa complète temporalité.

13À l’heure où la conception tend à être pensée pour elle-même, sans réelle prise en compte des enjeux de la réalisation, faire reconnaître la pertinence de l’urbanisme opérationnel n’est malheureusement pas encore un fait établi. Nous en voulons pour preuve les trop nombreux concours d’architecture cadrés par des cahiers des charges minimalistes en termes de faisabilité et aussi certaines dérives technicistes dans la pratique actuelle de l’aménagement du territoire (Ruegg, 2015). Mais cette préconisation est ancienne. Elle doit aujourd’hui être renouvelée en augmentant les composants du système de l’« urbanisme opérationnel ». Notre proposition invite à intégrer les phases de la gestion et de l’élimination/recyclage. Elle doit beaucoup aux approches environnementales et à l’éco-conception. Nous avons montré cependant qu’elle tire aussi sa légitimité des difficultés rencontrées aujourd’hui dans la réalisation du projet urbain et dans l’émergence de la problématique énergétique. La lutte contre l’étalement par le biais de la densification, le projet de reconstruire la ville sur elle-même, la nécessité de revoir les pratiques urbaines en intégrant la planification énergétique territoriale invitent à très sérieusement prendre en compte les enjeux liés à la gestion des projets, à leur élimination et à leur recyclage. C’est en cela que nous voyons des changements importants pour les métiers de la ville.

Haut de page

Bibliographie

Baudin G., Genestier P., 2006, "Faut-il vraiment démolir les grands ensembles ?", Espaces et sociétés, Vol.2, No.124-125, 207-222.

Boutinet J.-P., 1996, Anthropologie du projet, Paris, PUF.

Castel J.-C., 2007, "De l’étalement urbain à l’émiettement urbain : deux tiers des maisons construites en diffus", Annales de la recherche urbaine, No.102, 89-96.

Dufaux F.,Fourcaut A. (dir.), 2004, Le monde des grands ensembles, Paris, Creaphis.

Harris D., 2011, "Condominium and the City: the rise of property in Vancouver", Law and Social Inquiry, Vol.36, No.3, 694-726.

Lavallez C., 2015, Territorialisation des politiques énergétiques dans l’agglomération franco-valdo-genevoise : la planification énergétique territoriale comme opportunité de réaménagement des zones frontières ?, Thèse de doctorat, Université de Lausanne, Institut de géographie et durabilité.

Ruegg J., 2015, "Aménager le territoire en Suisse aujourd’hui : figer ou accommoder ?", in Hanin Y. (dir.), Cinquante ans d’action territoriale, un socle, des pistes pour le futur, Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain, 267-280

Ruegg J., 2000, Zonage et propriété foncière, Paris, ADEF.

Ruegg J., Salomon Cavin J., Quincerot, R., 2014, "L’émiettement urbain ? Ville compacte et ville diffuse sont dans le même bateau", Cahiers de géographie du Québec, Vol. 58, No.165, 353-366.

Schäffer-Veenstra V., 2013, "Urban governance und nachhaltige Quartiere : Ein Beitrag zur Förderung einer dauerhaft nachhaltigen Stadentwicklung", Thèse de doctorat, Université de Lausanne, Institut de géographie et durabilité.

Simon E., 2013, "Quelques enjeux autour des copropriétés et de leur dégradation",communication au colloque Les lieux de la Ville, Nancy, France, octobre 2013.<halshs-01098315>.

Texier P., 2014, "L’expropriation des copropriétés dégradées", La revue foncière, No.2, 26-29.

Zimmermann M., Henggi M., Nieto J., 2004, Statistique suisse de la construction et des logements, investissements, dépenses et projets dans la construction en 2003-2004, Neuchâtel, Office fédéral de la statistique.

Zuppinger U., 2015, "Refaire la ville sur la ville : un autre regard sur la question", Lausanne, Document de travail non publié.

Haut de page

Notes

1 La co-propriété est plus connue en Suisse sous le terme de propriété par étage (ou PPE).

2 La Suisse fut pourtant longtemps réputée pour être un pays de locataires.

3 SméO est un logiciel « d’aide à la planification, à la réalisation et à l’exploitation des projets de construction et d’urbanisme selon les principes du développement durable » (www.smeo.ch, site consulté le 10 février 2016). Il a été développé par le Service du logement et des gérances de la Ville de Lausanne. Il est disponible à l’adresse : www.smeo.ch.

4 C’est le projet de société à 2000 watts retenu en Suisse et qui doit être concrétisé via la Stratégie énergétique 2050 de la Confédération (voir le site : www.strategieenergetique2050.ch).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Le système « conception-réalisation » (à gauche) pris dans une approche itérative (à droite)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27569/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 2 : Le nouveau cycle de l’urbanisme opérationnel
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27569/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Ruegg et Florent Joerin, « Transformation des métiers de la ville. Pour une redéfinition du système de l’urbanisme opérationnel », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, Les métiers de la ville, mis en ligne le 06 avril 2016, consulté le 17 août 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/27569

Haut de page

Auteurs

Jean Ruegg

Institut de géographie et durabilité
Université de Lausanne
jean.ruegg@unil.ch

Articles du même auteur

Florent Joerin

Institut G2C, Haute école d’ingénierie et de gestion du canton de Vaud
florent.joerin@heig-vd.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page