Navigation – Plan du site

Le cognac : entre identité nationale et produit de la mondialisation

Eudes Girard

Résumés

Le cognac est une eau de vie prestigieuse connue dans le monde entier et dont l'aire de production s'étend dans les Charentes. Cet article explore l'histoire de l'élaboration de cette production de ses origines médiévales jusqu'à la fixation des grandes zones de production déterminant des crus d'inégales qualités et valeurs et définissant ainsi "une géographie du cognac". L'histoire de cette eau de vie s'inscrit également au sein d'un terroir qui a vu naître et grandir de grandes figures nationales de Jean Monnet à François Mitterrand. Cet article tente ainsi d'esquisser une géographie sociale et culturelle du cognac qu'il conviendrait d'approfondir. Enfin, produit d'un terroir et marqueur de l'identité française, le cognac est aussi un produit de la mondialisation (97% du volume de production est exporté) ; les grandes évolutions du marché du cognac accompagnent ainsi les grandes mutations socioéconomiques et socioculturelles du monde.

Haut de page

Notes de l’auteur

Eudes Girard remercie la classe d'hypokhâgne du Lycée Guez de Balzac d'Angoulême pour sa collaboration à cet article

Texte intégral

1Le cognac est un produit mythique, profondément enraciné dans notre histoire nationale comme en témoignent les 300 ans de la maison Martell et les 250 ans de la maison Hennessy fêtés l’an dernier en 2015, un produit qui conforte également notre image de pays du luxe et du raffinement. Un produit élaboré dès son origine pour être exporté en Europe et dont l’aire de diffusion ne cessa de s’étendre pour rayonner dans le monde. Aujourd’hui 97% de la production est effectivement exportée et l’on mesure d’emblée à quel point la bonne santé des maisons de négoce dépendent de la conjoncture mondiale. Mais si le cognac est un produit mondialisé (dénommé Brandy dans le monde anglo-saxon) il s’inscrit également dans un terroir régional charentais bien précis sur lequel s’impose une «géographie du cognac» aboutissant à une hiérarchisation des productions selon les zones du vignoble.

2Il fait également écho à des lieux et à des hommes : la ville de cognac où est né Jean Monnet dont la famille était propriétaire de chai et négociant, Jarnac lieu de naissance de François Mitterrand et dont le grand père a lui aussi été un négociant en cognac pour la maison Pellisson avant de devenir vinaigrier. Ce sont ces liens entre un produit et son terroir que nous aimerions explorer ici dans le cadre d’une esquisse de ce qui pourrait être une sorte de «géohistoire» singulière du Cognac. Il ne s’agit donc nullement de prétendre écrire un article exhaustif sur l’histoire du Cognac.

Du brandwein au cognac

  • 1 Premier liquide très clair issu de la première distillation et qui sera distillé une seconde fois.

3Le lycée viticole de l’Oisellerie est situé à la Couronne en zone périurbaine d’Angoulême : un fast-food, au sein d’une zone d’activité commerciale, y côtoie les 33 hectares de vigne de l’exploitation du lycée : curieuse impression à vrai dire, rançon de l’étalement périurbain… La démonstration du chef d’exploitation concernant la spécificité de la conduite de la vigne en Charente n’en est pas moins limpide comme le brouillis1. Alors que dans les autres vignobles français chaque pied de vigne est espacé d’un mètre sur le rang et d’un mètre sur l’inter-rang, l’espacement concernant le vignoble de cognac y est beaucoup plus lâche : 2 mètres sur 3 mètres. Les paysages du vignoble du cognac se distinguent donc fortement des autres vignobles français. Cette plus faible densité de pieds de vigne à l’hectare permet la mécanisation de la récolte et impose surtout une autre conduite de la vigne. La quasi-totalité des bourgeons sont en effet laissés sur le pied de vigne : les rendements recueillis y sont donc très supérieurs : 120 à 130 hectolitres par hectare contre 45 à 55 hectolitres pour les autres régions viticoles. Cette recherche d’un rendement très élevé a tendance à «épuiser» plus rapidement le vignoble : la durée de vie d’une vigne en Charente est ainsi d’une trentaine d’année (on l’arrache et on replante de nouveaux plants de vigne ensuite); alors que dans le Bordelais voisin et dans d’autres régions viticoles, les pieds de vignes peuvent atteindre en revanche facilement 70 ou 80 ans.

4La limitation des rendements (contrainte imposée pour obtenir l’AOC dans les autres régions viticoles) permet effectivement d’accroître la qualité organoleptique du vin en recherchant une meilleure concentration du sucre et un degré d’alcool plus élevé. En Charente le vin produit est au contraire un vin faiblement alcoolisé (entre 8°c et 9°c) et acide…peu importe puisqu’il est destiné à être, par deux fois, distillé pour produire l’eau de vie appelée cognac

5Comme tout produit viticole le cognac est d’abord le produit d’un terroir et d’une histoire. Au moyen âge, dès le XIè et XIIè siècle, les moines des nombreuses abbayes de la région (Saint Cybard d’Angoulême, l’abbaye de Bassac dépendance de Saint Jean d’Angély, l’abbaye de Châtres à Saint Brice près de Cognac) contribuent à assécher les zones humides et à mettre en valeur les terres de landes, appelées dans le Poitou-Charentes les brandes. Ils développèrent ainsi le premier vignoble charentais. L’essentiel de la production viticole est alors exportée par l’axe de la Charente, navigable à partir d’Angoulême, notamment par des négociants hollandais très implantés dans cette région du grand Sud Ouest français appartenant alors au Royaume anglo-angevin. .

6Les tonneaux sont déchargés des gabares à Rochefort pour être rechargés sur des navires de haute-mer jusqu’aux ports flamands et d’Europe du Nord. Cependant le vin se transporte mal, se pique, et tourne au vinaigre. Pour valoriser le produit, les commerçants hollandais ont alors progressivement l’idée de le distiller : naît ainsi un nouveau produit appelé initialement «Brandwein» (de «verbranden»: brûler en Néerlandais). Cette eau de vie est initialement destinée aux navigateurs hollandais ou danois parmi les premiers grands navigateurs européens à sillonner, pendant plusieurs mois, l’Atlantique Nord. Le «Brandwein» est alors l’indispensable compagnon de voyage aussi bien pour étancher sa soif que pour désinfecter une plaie. A partir du début du XVII siècle les charentais améliorèrent sur place la technique de l’élaboration du cognac en instituant une double distillation. La production prend alors le nom de vin de Cognac, modeste ville qui ne comptait à l’époque pas plus de 3000 habitants, mais située au cœur de la zone d’extension du vignoble. L’utilisation des premiers alambics en cuivre toujours au XVIIè siècle en Charente acheva de fixer les techniques de production.

  • 2 VSOP : Very Special Old Pale : Cognac qui a vieilli au moins 4 ans mais moins de 6 ans.
  • 3 XO : Extra Old Cognac de plus de 6 ans.

7Les liens culturels économiques et politiques entre la Grande-Bretagne et les Pays Bas sont assez intenses au XVIIè siècle (à tel point que les anglais allèrent chercher leur roi au sein de la famille princière hollandaise des Orange-Nassau) et le produit, sous le terme de Brandy (déformation anglaise de «Brandwein»), se diffuse au sein de la bonne société aristocratique londonienne puis progressivement dans tout le royaume anglais. Rien d’étonnant dès lors à constater qu’au XVIIIè siècle les premières grandes maisons de négoce du cognac se développent au sein du monde anglo-saxon. En 1715 John Martell originaire de Jersey et dont le père était lui-même négociant en épices, s’implante dans la région et ouvre l’une des premières maisons de négoce du cognac. A l’époque le cognac reste un produit fortement élitiste et les premiers clients de Martell sont le duc d’Orléans, régent de France, et le roi Georges 1er d’Angleterre et d’Irlande. En 1760 Richard Hennessy après avoir longuement servi dans la brigade irlandaise de Louis XV découvre Cognac et la Charente. A l’instar de John Martell, il fonde en 1765 sa propre maison de négoce qui s’imposera progressivement comme la première maison de négoce du Cognac. Dès 1794 il organise en effet une première expédition à New York, puis en 1859, à l’issu des guerres de l’opium, c’est au tour de la Chine d’être contrainte d’ouvrir ses ports aux produits anglo-saxons et donc au cognac. La classification VSOP2/ XO3qui attestent du temps du vieillissement du cognac (classification aujourd’hui sur le point d’être redéfinie) furent également inventées au sein de cette célèbre maison de négoce dont le nom reste attaché à celui du cognac.

8La mondialisation du cognac, d’abord assurée par les hollandais en Europe, puis les anglo-saxons dans le monde, est donc intimement liée à l’origine du produit lui-même et à son processus d’élaboration. En 1938 une géographie des terroirs du cognac, affinant une première délimitation de 1909, et distinguant au sein des 75 000 hectares de vignoble répartis entre la Charente et la Charente-Maritime six crus de qualité inégale, se met en place. S’établit ainsi une hiérarchie des crus toujours d’actualité : «Grande Champagne» autour de Segonzac et «Petite Champagne» autour de Barbezieux et Jonzac sont les crus les plus renommés, «les Borderies» au nord ouest de Cognac, à partir duquel est élaborée une grande partie des cognacs de la maison Martell donnant des eaux de vie souples, rondes et florales, en constitue un troisième, puis vint «fins bois», «bon bois», et enfin «bois ordinaire» près du littoral atlantique et jusqu’à l’île de Ré, mais davantage destiné à la production de pineau ou de vin de pays que de cognac.

  • 4 L’expression est de José Lacour-Miron ancien directeur adjoint du Bureau National Interprofessionne (...)

9Au sein de cette longue histoire du cognac, la période de l’occupation occupe une place singulière. Le cognac fut effectivement l’une des productions les plus convoitées par l’armée allemande pour être envoyée auprès des officiers combattant sur tous les fronts et notamment en Russie. Face aux exigences de l’occupant, les maisons de négoce Hennessy et Martell s’organisèrent. Ces deux principales maisons de négoce que l’on présente traditionnellement comme concurrentes et rivales ne l’ont, en fait, pas toujours été. Elles surent nouer des alliances matrimoniales et commerciales pour résister à la crise des années 30 puis aux exigences de livraison de l’occupant allemand pendant la Seconde Guerre Mondiale. Alors que Paul Firino Martell était maire de Cognac une première fois entre 1929 et 1932, puis de 1935 à 1945, Maurice Hennessy resta le véritable leader des négociants de cognac. Ce dernier eut l’initiative de créer en janvier 1941 un «bureau des répartitions» permettant aux différentes maisons de cognac de répondre aux exigences commerciales de l’occupant tout en préservant leur stock d’eau de vie nécessaire à de futurs assemblages. L’occupant allemand en la personne du lieutenant Klaebisch nommé «Weinführer» dans la région de Cognac était effectivement chargé de gérer l’approvisionnement de l’intendance de la Werhmacht en cognac. Ce choix n’était nullement le fruit du hasard mais s’appuyait sur le fait que les parents du lieutenant Klaebisch avaient acquis en 1900 la maison de négoce Meukow avant qu’ils n’en soient dépossédés en tant que citoyens allemands en 1914 lorsque la guerre éclata. Gustav Klaebisch était d’ailleurs né à Cognac et connaissait fort bien les ressorts de l’économie du cognac. Pendant l’occupation les flux commerciaux furent donc accaparés au bénéfice de la Wehrmacht et les exportations vers les autres pays ne représentaient plus qu’à peine 20% du volume total de production. Pour certains historiens et acteurs économiques locaux les négociants, grâce à ce bureau de répartition, purent exercer une véritable «résistance économique passive»4. D’autres, comme le journaliste américain Kyle Jarrard du International Herald Tribune, soulignent au contraire dans son livre Cognac la saga d’un esprit (2007) que certaines maisons de cognac surent profiter des commandes de la Wehrmacht pour prospérer et s’enrichir. Quoi qu’il en soit lors de la libération, le maire de la ville Paul Firino Martell jugé trop proche des allemands et du weinführer Klaebisch, fut arrêté quelque temps, puis relâché. Son nom reste d’ailleurs aujourd’hui attaché à une artère majeure de la ville. Le comité départemental de libération avait également pensé à imposer une taxe sur les maisons de négoce qui avaient le plus répondu aux sollicitations commerciales de l’occupant mais cette dernière ne fut finalement jamais mise en place. L’après guerre n’en constitue pas moins un tournant : un nouveau maire SFIO fut élu en replacement de Paul Firino Martell, et en 1947 l’alliance commerciale des maisons Martell et Hennessy fut rompue et chacune retrouva sa totale indépendance juridique…bientôt au profit d’Hennessy. L’histoire de l’occupation, et la compromission de certains avec les allemands, reste en fait une question sensible dans le cognaçais.

  • 5 Cognac apparaît encore aujourd’hui comme un peu plus riche que les autres villes du fleuve.

10Si les principaux négociants des maisons de vente du cognac sont historiquement anglo-saxons, les familles françaises et charentaises ne restèrent pas pour autant inactives et exclus du processus. La plus ancienne maison de négoce fut d’ailleurs la maison Augier fondée en 1643 par un négociant charentais. Ainsi toute une tradition familiale de propriétaires et négociants en cognac s’implanta sur place et définit historiquement une formation sociale qui contribua à faire de Cognac une petite ville relativement riche5.

De Jean Monnet à François Mitterrand : lorsque l’histoire du cognac interfère avec celle de quelques grandes figures historiques nationales

11Lorsque l’on visite Cognac en suivant l’itinéraire pédestre proposé par l’office de tourisme l’on tombe ainsi au 3 rue Neuve des Remparts sur la maison natale de Jean Monnet, l’un des pères de la construction européenne. Jean Monnet est en effet le fils d’un viticulteur charentais Jean Gabriel Monnet qui, à partir de la reprise d’une coopérative viticole, a fondé sa propre maison de négoce de cognac en 1897 la «Jean-Gabriel Monnet and Co». Jean Monnet est donc tombé tout petit dans ce divin breuvage ...

  • 6 L’expression est d’Emilio Colombo, président du parlement européen en mars 1979 lors de la mort de (...)

12De la vente de spiritueux dans le monde «au père spirituel de la Communauté»6 il n’y a qu’un pas. Comme il le racontera lui-même dans ses mémoires, le jeune Monnet, travaillant dès son adolescence au sein de la maison familiale, voit dans l’opportunité du négoce du cognac dans le monde «un immense champ d’observation et d’échange d’idées» qui lui apprennent beaucoup «sur les hommes et sur les affaires internationales». De fait Jean Monnet, de par ses activités de négoce, est un grand voyageur à l’époque où, comme le racontera Stephan Zweig dans le monde d’hier, l’Europe était déjà un espace de transit et de flux d’hommes et de marchandises, avant qu’elle ne se referme sur elle-même avec la montée des fascismes puis, plus encore, avec la guerre froide. Jean Monnet à la suite de plusieurs voyages commerciaux entre 1904 et 1906 découvrira ainsi la City de Londres. La bonne société londonienne, amatrice de cognac, n’était plus seulement représentée par l’aristocratie, mais s’étendait désormais aux hommes d’affaires et aux financiers de la City. Les rouages complexes et la multiplicité des réseaux d’influence présents au sein de cette dernière lui fera notamment comprendre l’importance de «l’action collective» pour réaliser avec efficacité des projets commerciaux ou …politiques. Jean Monnet, au service de la maison Monnet, voyagera également au Canada, aux Etats-Unis, dans les pays scandinaves, et en Russie, faisant définitivement de lui, selon le mot de l’un de ses futurs collaborateurs Georges Berthoin, repris dans la bibliographie d’Eric Roussel, « un provincial internationaliste». Le cognac, témoin de la mondialisation de l’économie française à la Belle Epoque, a ainsi incontestablement permis à Jean Monnet de parcourir le monde et de mieux connaître les modes de pensée liées aux différentes cultures nationales, se forgeant ainsi une solide expérience des hommes et des lieux à la base de la carrière diplomatique qu’il exercera à la SDN durant l’entre-deux guerre, aux Etats-Unis pendant la Seconde Guerre Mondiale, puis en tant qu’«inspirateur» de la déclaration Schuman, en Europe.

13Le cognac Monnet n’appartient plus à la famille Monnet depuis 1963. Cette année-là, la maison de cognac Monnet fut revendue à la société allemande Scharlharberg, établie à Bingen, une façon de matérialiser concrètement le projet européen l’année même du traité de l’Elysée A la suite de multiples reventes, dont l’une a fait appartenir un temps la maison Monnet au Groupe financier CL Financial de Trinité et Tobago, le cognac Monnet appartient aujourd’hui à la société EDV SAS, contrôlé par les descendants de la famille de marchands de vin Nicolas. De même les chais Monnet à Cognac, depuis longtemps abandonnés, sont en train d’être vendus au groupe de construction Pasha, un puissant investisseur d’Azerbaïdjan, qui prévoit de les transformer en hôtel de luxe reprenant ainsi la tradition du Cognac de la Belle Epoque accueillant les acheteurs du monde entier…Les maisons du cognac, à l’image de l’histoire de la maison Monnet, ou celle de Martell qui appartient aujourd’hui au groupe Pernod Ricard, font plus que jamais partie d’une planète financière sans frontière.

14François Mitterrand est une autre grande figure de cette géohistoire du cognac. Né à Jarnac (à une quinzaine de kilomètres de Cognac) le 26 octobre 1916 et enterré dans cette même ville le 11 janvier 1996, François Mitterrand est aussi, de par son grand-père maternel Jules Lorrain, un homme de la terre charentaise; un provincial que l’on sait être monté à Paris en octobre 1934 pour y accomplir son destin, comme un Rastignac des temps modernes .

15De par son grand père maternel la genèse de la famille Mitterrand nous replonge donc dans l’histoire du cognac. Jules Lorrain a d’abord été représentant commercial en cognac en Grande Bretagne pour la maison Pellisson, avant d’acquérir lui-même au total plus de 130 hectares de vigne et de fonder en 1883 sa propre maison …de vinaigrerie à Jarnac. La malédiction de ce vin acide qui tourne naturellement au vinaigre si on ne le distille pas s’avère aussi être une malédiction sociale : les vinaigriers sont méprisés par les propriétaires et les négociants de cognac. Certes la famille Mitterrand-Lorrain n’est pas des plus pauvres et constitue même la petite bourgeoisie de Jarnac …Mais qu’est-ce qu’appartenir à la petite bourgeoisie d’une petite ville de province pour les grands négociants de Cognac habitués très tôt à traiter leurs affaires à l’international ? Dans le noir et le rouge Catherine Nay revient au sein des premiers chapitres sur la jeunesse charentaise de François Mitterrand, comme Pierre Pean le fera plus tard sur sa jeunesse parisienne. A l’institution Saint Paul d’Angoulême où François Mitterrand fait ses études et y demeure pensionnaire Catherine Nay souligne que «les fils de riches négociants de cognac ou de fabricants de papier (la principale industrie de la ville à l’époque), les rejetons des commerçants, des médecins, des notaires se mêlent aux enfants d’aristocrates désargentés et de modestes employés ( …)» François Mitterrand y fait donc pour la première fois l’expérience du groupe et de la collectivité. Comme il le racontera lui-même dans l’abeille et l’architecte, François Mitterrand semble éprouver quelques difficultés à s’y insérer. Certes le fait d’être arrivé lors du premier jour de rentrée 24 heures après les autres (à la suite d’un rhume) contribua sans doute à ses difficultés mais ne les explique que très partiellement.

16C’est dans ce que l’on perçoit, à tort ou à raison, du regard de l’autre sur soi-même que s’enracine les premières prises de conscience politique. En l’occurrence ce mépris social des fils ou petit-fils de vinaigrier par les fils de négociant de cognac a du faire partie très tôt de l’univers de François Mitterrand d’où peut-être ce besoin de justice sociale et d’affirmation d’égalité pour rabaisser le caquet des puissants que François Mitterrand trouvera plus tard dans les idées socialistes.

Un produit de luxe et un marqueur de l’identité de la France dans le monde

17Le cognac de par son histoire constitue aussi un produit de luxe et, comme tel, apparaît comme un ambassadeur de l’image de la France dans le monde. En 1971 la maison Hennessy noua une alliance commerciale avec la maison de négoce des champagnes Moët et Chandon, un autre produit phare du terroir français, pour fonder le groupe Moët Hennessy. En 1987 le rapprochement avec le maroquinier Louis Vuitton amènera à la constitution du géant du luxe à l’acronyme bien connu LVMH. Le cognac voit effectivement 97% de sa production en volume être exporté dans le monde entier (contre un peu moins de 50% pour le champagne) et occupe aujourd’hui, devant les vins de Bordeaux et le champagne, la première place à l’exportation (en valeur) au sein du secteur des vins et spiritueux. .

  • 7 White Anglo-Saxon Protestant.

18Le cognac, plus encore que le champagne, constitue donc un produit très fortement mondialisé puisqu’il s’exporte dans plus de 160 pays (sur 194 recensés et reconnus par l’ONU). Selon Jean-Marc Morel président du Bureau national interprofessionnel du cognac (BNIC) les exportations de cognac se répartissent entre: «un gros tiers des ventes vers l'Amérique du Nord (ALENA), un tiers sur l'Asie, un peu plus d'un quart sur l'Europe et sur de nouveaux pays, notamment au sein du continent africain ». La maison Martell confirme cette montée en puissance de ses propres ventes vers les pays émergents en soulignant de son côté l’intérêt croissant et récent des brésiliens pour le cognac. L’évolution des exportations montre à quel point les ventes de cognac dans le monde résonnent comme un écho des transformations socioéconomiques et sociopolitiques de ce dernier. La progression récente des ventes de cognac en Afrique subsaharienne (+ 20% en valeur entre 2013 et 2014) est en effet à mettre en relation avec la lente mais réelle émergence du continent africain sur la scène économique mondiale. La vente du cognac en Amérique s’appuie pour sa part depuis les années 90 sur l’émergence d’une classe moyenne noire soucieuse de se distinguer par ses modes de consommation des WASP7: alors que les blancs sont restés fidèles au bourbon, les noirs fêtent leur ascension sociale au cognac. Les Etats Unis restent la première destination du cognac en volume avec plus 54 millions de bouteilles expédiées en 2014. L’essor des ventes en Chine depuis 2008 (de 11 millions à plus de 25 millions de bouteilles expédiées en 2012) s’inscrit également dans l’essor de ce pays au sein de la hiérarchie des grandes puissances économiques mondiales; le cognac n’y est d’ailleurs pas consommé de la même façon qu’en France comme digestif, mais pendant tout le repas avec des sodas et des glaçons comme en Russie. Cependant la stagnation récente voire le léger reflux des ventes dans ce pays s’explique en large partie par les programmes de lutte contre la corruption mis en place par Xi Jinping depuis son accession au pouvoir à l’issu du XVIII congrès du parti communiste chinois en novembre 2012 : l’offre d’une bouteille de cognac de luxe était effectivement considérée en Chine comme l’un des gestes de corruption les plus courants…

19L’année 2015 a constitué d’ailleurs pour les deux plus importantes maisons de négoce du cognac Hennessy et Martell une année de commémoration importante. La maison Martell a effectivement célébré le tricentenaire de sa fondation le 20 et 21 mai 2015 autour de deux dîners de gala en présence de Diane Kruger ambassadrice de la maison … rien moins qu’au château de Versailles dont la maison Martell fut l’un des mécènes pour la restauration la salle des grands couverts de la reine. Décidemment l’histoire du cognac ne cesse d’interférer avec l’Histoire de France ! Cette même année 2015 constitua également les 250 ans de la maison Hennessy qui a choisi pour le célébrer de faire organiser par de grands artistes contemporains (des sculpteurs, photographes et vidéastes) une exposition itinérante sur l’histoire de la maison Hennessy et donc sur l’histoire du cognac à travers le monde…. Cette exposition de 1200 m², baptisée le Hennessy Tour 250, a commencé, tout un symbole, à Canton au printemps 2015, elle a fait le tour du monde et a été visible à Moscou puis New York et Johannesburg, pour revenir à Paris à l’automne 2015. Cette exposition itinérante souligne ainsi que le cognac, en tant que produit ô combien mondialisé, rentre aussi en résonnance avec la recomposition géographique des centres d’impulsion de notre monde contemporain.

20Le cognac nom d’une petite ville de Charente qui compte aujourd’hui près de 20 000 habitants apparaît bien être un produit universel, non pas seulement parce qu’il est vendu partout, mais aussi et surtout parce que sa propre histoire renvoie à bien des points de l’Histoire de notre monde contemporain. Le rôle singulier des anglo-saxons dans le processus de mondialisation est ainsi parfaitement illustré par l’histoire du cognac. De même les racines charentaises du socialisme mitterrandien et l’esprit fondamentalement universaliste de Jean Monnet, à la base de la construction européenne, ne peuvent peut-être pas se comprendre sans évoquer quelque part l’histoire sociale du cognac.

21La répartition des ventes et ses évolutions témoignent aussi des changements de société dans le monde : l’émergence d’une classe moyenne noire américaine depuis les années 90, ou la lutte actuelle contre la corruption en Chine ont aussi des répercutions sur les flux commerciaux du cognac. L’on pourrait presque dire que mesurer l’évolution des flux d’exportation du cognac c’est prendre le pouls du monde…S’intéresser à la géohistoire du cognac, dont cet article n’est qu’une ébauche non exhaustive mais cherche à ouvrir des pistes à approfondir, s’avère ainsi être un terrain de recherche et de réflexion particulièrement riche pour la géographie.

Haut de page

Bibliographie

Annales du Groupe de Recherches et d’Etudes Historiques de la Charente Saintongeaise, 2001, N°22.

Bernard Gilles, 2011, Le Cognac à la conquête du monde, Presses universitaires de Bordeaux.

Bernard Gilles, 2008, Le Cognac, une eau de vie prestigieuse, Presses universitaires de Bordeaux.

Biolley Gilles, 2014, "Chais Monnet grand luxe: avantage à l’Azerbaïdjan", La Charente Libre, 19/12/2014 .

Calabrese Salvatore, 2006, Cognac A liquid history, Cassel Illustrated.

Coussié Jean Vincent, 2011, Le Cognac, un produit régional, un marché mondial, auto édition, disponible dans les librairies de Cognac.

Girard Laurence, 2013, "Le Cognac français, victime collatérale de la lutte contre la corruption en Chine", Le Monde, 26/10/2013.

Jarrard Kyle, 2007, Cognac, la saga d’un esprit, éditions du Croît-Vif.

Labruyère François Julien, 2008, Cognac Story, du chai au verre, Paris, L’Harmattan.

Le Tac Monique, 2008, La naissance d’une dynastie du cognac : Richard Hennessy (1727 1800), collection témoignages, édition du Croît-Vif

Mac.Cullen Louis, 2006, Le choix de Cognac. L’établissement des négociants irlandais en eau de vie au XVIIIième siècle, collection Documentaires, édition du Croît-Vif.

Marik Andrée, 1994, "Les principaux fondateurs anglo-saxons des maisons de négoce d’eau de vie de Cognac" in : ouvrage collectif, Grands charentais, édition du Croît-Vif.

Maurin Laurent, 2011, Pour une histoire du département de la Charente, édition du Croît-Vif.

Nay Catherine, 1984, Le noir et le rouge, Paris, Grasset.

Roussel Eric, 1996, Jean Monnet, Paris, Fayard.

Sarazin Olivier, 2015, "Hennessy le goût du luxe", Sud-Ouest, 13/04/2015.

Zipprick Jörg, 2009, Die Welt des Cognacs, Umschau.

Haut de page

Notes

1 Premier liquide très clair issu de la première distillation et qui sera distillé une seconde fois.

2 VSOP : Very Special Old Pale : Cognac qui a vieilli au moins 4 ans mais moins de 6 ans.

3 XO : Extra Old Cognac de plus de 6 ans.

4 L’expression est de José Lacour-Miron ancien directeur adjoint du Bureau National Interprofessionnel du Cognac interviewé par Olivier Sarazin dans Sud-Ouest du 6/10/2014.

5 Cognac apparaît encore aujourd’hui comme un peu plus riche que les autres villes du fleuve.

6 L’expression est d’Emilio Colombo, président du parlement européen en mars 1979 lors de la mort de Jean Monnet. Les premières élections des députés européens au suffrage universel eurent lieu en juin 1979.

7 White Anglo-Saxon Protestant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eudes Girard, « Le cognac : entre identité nationale et produit de la mondialisation », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], E-Topiques, mis en ligne le 07 avril 2016, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/27595

Haut de page

Auteur

Eudes Girard

Professeur de Géographie Lycée Guez de Balzac d'Angoulême

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page