Navigation – Plan du site

Pour une géographie processuelle : géo-anthroposystème et logique ternaire

Towards a processual geography: geo-anthroposystem and ternary logic
Henri Reymond et Colette Cauvin

Résumés

Que signifie, conceptuellement et opérationnellement, pour un géographe, le terme de processus ? Existe-il des structures processuelles, c’est-à-dire des structures qui génèrent, déploient et limitent un processus ? Cet article propose une réponse à ce problème en s’appuyant sur la logique ternaire antagoniste contradictoire de S. Lupasco et sur une interprétation personnelle de l’évolution technique de l’humanité.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cf. [Reymond H., 2009 ; 2011].

1Dans la succession terminologique « éléments, trame, structure, processus, système, scénario », que j’ai proposée en 1973 [Racine, Reymond, 1973], pour effectuer une synthèse analytique des phénomènes géographiques, j’avais une difficulté conceptuelle, que j’ai conservée jusqu’à la retraite, et pour établir une compréhension opérationnelle du terme processus, et pour établir une liaison compréhensible « structure-processus ». Intéressé par la logique ternaire antagoniste contradictoire de S. Lupasco dès 1981, je n’ai compris que très récemment, en 2010 je pense, qu’elle avançait une solution vérifiable et réfutable : cet auteur introduit la logique expérimentale d’une équation universelle – que j’ai expliquée du mieux que je le pouvais par ailleurs1 – concrétisant conceptuellement les structures processuelles phénoménales liées par un tiers inclus.

2Faire profiter la géographie de ce nouveau regard sur le monde m’a paru souhaitable. Cet article essaye de mettre au clair le pourquoi du comment. Nous suivrons pour cela le plan ci-après :

  1. Production écologique, distribution économique, répartition géographique.

  2. De l’éco-anthroposystème à l’anthropo-anthroposystème.

  3. L’éco-anthroposystème aujourd’hui : le géo-anthroposystème.

1. Production écologique, distribution économique, répartition géographique

3L’économie est définie comme une science de transfert aux moindres coûts de toutes les activités de la production, de la transformation, des échanges, de la distribution. Fondamentalement, elle distribue ce que l’homme lié à la nature produit pour consommer. C’est-à-dire qu’elle suit dans la biosphère le trajet de ce qu’un élément très récent de la biosphère, l’homme, impose à celle-ci pour regrouper sa production autour de ses besoins. Tous les éléments de la biosphère se nourrissent d’elle ; aucun, sauf l’homme, ne l’organise à son profit. L’homme impose à la biosphère les règles de sa maison : oikos nomos (οικος νομος). Ces règles, actuellement, sont l’accumulation prédatrice au moindre coût, de façon à distribuer très inégalement les richesses produites à partir du pillage des ressources générées par la nature, selon les cycles géographiques des saisons. Par géographique, nous voulons dire la répartition des saisons sur le globe ; nous reviendrons sur l’importance du terme « répartition ». L’économie ne s’en occupe pas, ou s’en occupe peu ; pour elle, le globe obéit à l’ordre homogène en homogénéisation croissante des désirs humains : pour tout le monde, en plus de la nourriture, bien sûr, un appartement et une auto.

  • 2 Ne pas se méprendre. Cela ne veut pas dire qu’il ne réfléchit pas en termes de système.

4L’écologie est la science qui s’occupe de la production des ressources, c’est-à-dire des cycles qui génèrent la vie. Il faut bien insister sur ce point. Quand on parle de production, on pense économie dans notre imaginaire déréglé. L’économie ne produit rien, elle est la consommation amont de notre consommation aval. Il n’y a rien d’étonnant à cela et ce n’est pas ce qui est en cause. Ce qui est en cause, ici, ce sont justement les désirs humains : la commande par une consommation aval inflationniste toujours grandissante de la consommation amont. Le lion, dit P. Rabhi [2015], ne fait pas de réserves d’antilopes. L’homme, au-delà des réserves nécessaires à la vie de ses sociétés (Joseph, le pharaon et les greniers), accumule non pour prévoir mais pour spéculer. Détruire les cycles de la vie lui importe peu pourvu qu’il en tire le maximum de profit monétaire. Les règles de la maison, son Oikos nomos (οικος νομος), contredisent de plus en plus le discours sur l’habitat Oikos logos (οικος λογος) de l’écologie. Le béton des maisons de l’homme effrite de plus en plus l’habitat de l’homme : la biosphère qui le produit comme être biosphérique ; la matière inerte du biotope urbain pervertit de plus en plus la biocénose des écosystèmes humains de la planète. C’est l’écologie, donc, pour moi, qui s’occupe de la production, au sens profond du terme : la production de la vie. Protéger cette dernière, c’est protéger l’homme qui n’existe que par elle. Aussi, il semble raisonnable d’équilibrer au mieux les règles qui régissent la maison et celles qui régissent l’habitat en soumettant celle-là à celle-ci. C’est là que la géographie peut proposer son aide, je ne dis pas, surtout pas, résoudre, seule, le problème. Je reviendrai sur ce point en conclusion. Là où l’écologie étudie la production, l’économie la distribution, la géographie se spécialise dans la répartition, c’est-à-dire la distribution dans l’espace. L’équilibre des deux maisons pour le géographe se réfléchit lieu par lieu, chaque lieu ayant précisément son nom. La géographie est une science qui localise, qui nomme ce qui est localisé2 et qui réfléchit à la pertinence spatio-temporelle de la répartition des lieux.

  • 3 Les voyages lointains par avion, extrêmement polluants, appartiennent aussi à cette attitude des ur (...)

5L’attitude économique dénoncée ci-dessus est récente. La théorie de J.H. Reichholf [1991, 1993] explique cette nouveauté : deux siècles tout au plus. Conçue pour gérer au mieux les biens rares permis par les cycles naturels, l’économie s’est trouvée brusquement en présence d’une énergie fossile excédentaire par rapport à la demande géohistorique. La maison de l’homme a été gérée, non plus par la meilleure économie de moyens, mais par un excédent croissant de consommation aval répondant à l’imaginaire d’une réserve d’énergie illimitée. Je ne développe pas ; tout le monde connaît bien cette fluctuation de l’histoire de l’humanité. J’insiste par contre sur la bifurcation qui la suit actuellement. Concrètement, la population, regroupée dans des villes de plus en plus nombreuses, a connu la croissance exponentielle que l’on sait, accompagnée de la même multiplication d’objets industriels produits en série. Nous avons donné plus haut le symbole de cette attitude : « mon appartement avec mon auto »3. Il s’agit, là, en effet, quand on parle de population, non plus de gens qu’il faut simplement loger et nourrir, mais de gens dotés chacun d’un confort réservé jadis aux princes en économie de rareté. Dans le monde actuel, toutes les populations sont des populations plus ou moins appareillées. On sait que le PIB distingue la valeur de confort des différents appareillages urbains sur le globe et la plus ou moins grande prédation générée par leur empreinte écologique. Ce PIB traduit peut-être plus ou moins bien, pays par pays, l’avancée de la transformation de la matière vivante biosphérique en matière urbaine inerte.

6Pourquoi, direz-vous, rappeler tout cela qui, peut-être à part l’explication par la théorie des excédents, est par ailleurs bien connu. Pour insister sur le fait que la science économique n’est en rien responsable. Ses équations gèrent, au mieux qu’elles le peuvent, des déséquilibres de superflu. Bien sûr, les excédents, travaillés par la science, ont permis de marcher sur la lune. Cela n’est pas en cause. La question abordée ici, aujourd’hui, est qu’il faut continuer à vivre sur la terre, une terre finie, dans ce nouveau confort réclamé par toutes les populations du monde. L’économie est indispensable pour trouver l’équilibre entre la part qu’il faut laisser à la biosphère pour se renouveler et celle qu’on peut utiliser pour vivre d’elle, avec elle. Pour ce faire, elle doit aussi considérer la répartition des ressources et des richesses et ajuster ses équations aux exigences de l’écologie. Je vais essayer d’expliquer, qu’à mon sens, la géographie offre une démarche qui permet de concilier économie et écologie.

2. De l’éco-anthroposystème à l’anthropo-anthroposystème

7Dans ce but, pour dépasser la genèse en cours de l’anthropocène que nous vivons et dont nous venons de parler indirectement, j’ai proposé pour la géographie, issu de la géohistoire de notre planète, le concept de géo-anthroposystème, c’est-à-dire une réflexion pour que la répartition des richesses soit en équilibre processuel, localement sur tout le globe, avec la répartition des ressources : une réconciliation permanente de la nature et de l’humanité. Pour cela, elle doit admettre, avec la logique ternaire de S. Lupasco [1951, 1960, 1970], que Nature et Humanité sont, non pas des éléments immuables, immuablement opposés, mais des événements hétérogènes, certes, cependant liés par leur appartenance aux mêmes processus biosphériques. Deux hétérogènes unis par une même homogénéité : l’événement Nature et l’événement Homme sont consubstantiellement biosphériques. C’est cet homogène fondamental, incontournable, que raconte la géohistoire de notre espèce, si l’on admet la théorie de l’évolution.

8Du début connu de l’humanité au XVIIIe siècle, les cycles biosphériques de l’écologie organisaient la ternarité Homme Nature. Partout existait ce que l’on peut nommer des éco-anthroposystèmes. Eco, pour écologie, « anthropo » pour homme, système pour le processus socio-technico-culturel de liaison qu’on peut schématiser de la manière suivante (figure 1).

Figure 1. Schéma éco-anthroposystémique

Figure 1. Schéma éco-anthroposystémique
  • 4 Les Korowai et les Una sont des tribus de chasseurs-cueilleurs-agriculteurs de l’Irian Jaya (Indoné (...)

9Homo geographicus organise sa vie à l’intérieur d’une proximité à grande échelle. Sa technique excellemment adaptée à son genre de vie, mais rudimentaire, le tient prisonnier du nycthémère : celui-ci lui dicte les limites d’un espace qu’il ne sait que parcourir à pied, le jour. Dans toutes les civilisations, à toutes les époques, les nuits résidentielles protègent un sommeil obligé. L’énergie libre, ainsi reconstituée, se dépense le jour à la recherche, via le travail, des obligatoires pitances. Cette recherche, Homo geographicus des premiers temps la vit sans différencier sa part écologique de la part économique. Rappelons que le Korowai4 tire le sagou des cycles écologiques et l’échange économiquement contre la pierre polie des Una. Dans le schéma cybernétique, on voit que les deux entrées – Écologie et Économie – ont été dessinées très proches. Le schéma logique insiste sur l’équilibre géographique qui accompagne leur exploitation. Géographique : le Korowai – armé, car les hôtes de son morceau de biosphère ne sont pas tous bienveillants – parcourt, à pied, son domaine terrestre, cartographiant mentalement les parties qui acceptent le mieux l’empreinte de ses besoins (dans notre cas, le sagou, les Una). Il « géographise », unissant dans ses déplacements, sans le savoir puisque pour lui ces mots n’existent pas, économie (les Una) et écologie (le sagou). Ses biens inertes – arc, sagaie, hache, filet, maison même – n’affectent en rien la biosphère.

3. L’éco-anthroposystème aujourd’hui : le géo-anthroposystème

  • 5 Cf. La transition mentale de notre modernité est exprimée dans les bandes dessinées de Quino : Mafa (...)

10Ainsi en sera-t-il à l’aune de techniques plus avancées (agriculture, éotechnique de L. Mumford, 1950) jusqu’au XVIIIe siècle européen. Techniques qui autorisent, avec les malle-poste en France, une vitesse d’extrême pointe de 16 km/h. Cette vitesse permise par le cheval au XVIIIe, le cheval le permettait déjà aux postes de l’Empire Perse. Rien n’a pour l’essentiel, dans ce monde agricole du XVIIIe à villes citadines, beaucoup changé sinon de petites modifications des grandes échelles qui imposent toujours des arrangements de proximité. À l’intérieur des limites de leurs rayons, le plus souvent très en deçà, l’humanité marche à pied. Cela jusqu’à la découverte des énergies fossiles : leur mise à disposition sous différentes formes va jusqu’à fixer dans l’imaginaire des gens du monde entier, la symbolique « appartement automobile »5. La publicité amplifie cette demande de production en matière inerte : il faut, paraît-il, économiser de l’énergie en achetant des autos. Suivant la terminologie de L. Mumford, l’éotechnique est remplacé assez brutalement par le paléotechnique. L’évolution actuelle, accélérée dans le même sens, avance le qualificatif d’anthropocène. Très en accord avec toutes les dénominations qui précèdent, je préfère parler d’anthropo-anthroposystème : l’homme (1er anthropo) ne s’intéresse qu’à lui-même (2e anthropo) via l’économie de consommation.

11Les schémas suivants (figures 2a et 2b) traduisent le fait que les cycles biosphériques n’organisent plus une ternarité Homme-Nature. La sortie du schéma cybernétique n’est plus géographique mais économique. C’est cette dernière qui, dans ses finalités, associe la géographie et l’écologie, qui, nettement séparées l’une de l’autre pour exprimer leur moderne spécificité conceptuelle (figure 2a), font partie des entrées. Des deux schémas proposés c’est celui de la logique antagoniste ternaire processuelle (figure 2b) qui explique le mieux ce qui est en cours.

Figure 2. Schéma anthropo-anthroposystémique

Figure 2. Schéma anthropo-anthroposystémique

12L’actualisation accélérée de la matière inerte d’une écuménopolis [Doxiadis, 1969], accentue les demandes à l’offre planétaire de la biosphère qui ont encore augmenté avec les besoins de sa structure phénoménale (ceintures satellitaires, robotique urbaine ergonomique…) et les désirs des humains qui l’habitent. Il est bien sûr hors de question de refuser ce qu’apportent ces nouvelles techniques. Le problème est de faire cohabiter la matière inerte, dont notre biocénose humaine actuelle et future ne peut se passer, avec la matière vivante. Pour cela, laisser parler la Terre, considérée comme sujet par la bouche de ceux qui la connaissent le mieux : les écologistes ; ouvrir, dans ce but, un dialogue processuel entre ceux-ci qui nous conservent l’offre terrestre pour nous garantir comme événements terrestres et les économistes qui calculent le coût croissant de nos désirs.

13Dialogue difficile mais dialogue inévitable. Dialogue qui permettra de coordonner les nombreuses expériences déjà en cours, en remplaçant le concept d’écuménopolis par celui de géo-anthroposystème. Ce dernier résume l’esprit et la réalisation issus d’un dialogue permanent, ternaire antagoniste contradictoire, liant l’une et l’autre, l’une avec l’autre, les cycles biosphériques de « gé » (γη) à la vie biosphérique d’anthropos (ανθρωπος). La figure 3 schématise le concept de géo-anthroposystème.

Figure 3. Schéma du géo-anthroposystème

Figure 3. Schéma du géo-anthroposystème

14On comprend, je suppose, qu’il s’agit d’une nouvelle éthique, la place me manque pour développer ce point. Par contre, je peux préciser mon rôle de géographe dans l’édification des différents géo-anthroposystèmes générés par la trame de matière inerte, une trame en cours de gestation accélérée sur notre planète. Géo-anthroposystémiquement, elle se présenterait comme une mosaïque de villes aux limites strictes ou floues déquilibres géocartographiques locaux, dont il faut réfléchir les répartitions, à grandes et moyennes échelles reliées aux infrastructures à petites échelles du réseau urbain planétaire. C’est dire clairement que, pour moi, tout géographe est un géocartographe agissant localement au contact du terrain pour faire dialoguer au mieux, en termes de systèmes spatiotemporels, jusque dans l’élaboration des villes, l’écologiste et l’économiste.

Conclusion

15L’événement biosphérique homme se déploie à l’abri de la matière inerte du biotope urbain, qu’il construit dans ce but, aux dépens de l’ensemble de la biosphère, matière vivante indispensable qui le nourrit.

16La logique ternaire de S. Lupasco rend, nous l’avons vu, compréhensible, l’évolution de ce processus en lui ajoutant une précision redoutable. Cette association contradictoire antagoniste du vivant et de l’inerte est absolument inévitable. Il nous faut obligatoirement vivre avec, nous ne pouvons que l’aménager.

17Que l’aménager ? C’est-à-dire prendre en compte cette contradiction pour que les déploiements processuels qu’elle arbitre obligatoirement, s’appuient l’un l’autre. Nous sommes retournés à la période d’Hammourabi. L’invention d’une nouvelle éthique s’impose, celle d’un dialogue processuel permanent, « sujet-terre »-« sujet-homme » : une éthique géo-anthroposystémique. Je renvoie à la conclusion de mon article de 2011 [Reymond, 2011].

18Ce dialogue avec la terre, il est hors de question que le géographe l’assume seul. Seul, il ne peut rien. À l’intérieur d’un noyau « Écologie, Économie, Géographie », sa géocartographie peut beaucoup. Au centre du noyau, bien évidemment, l’ingénieur, l’urbaniste et l’architecte : ce sont eux qui construisent.

Haut de page

Bibliographie

Doxiadis C.A., 1969, Avenir aménagement du territoire, Revue 2000. N° 12, 23-31.

Lupasco S., 1951, Le principe d’antagonisme et la logique de l’énergie (prolégomènes à une science de la contradiction), Paris, Hermann, 135 p.

Lupasco S., 1960, Les trois matières, Collection 10/18, N° 473, Paris, 187 p.

Lupasco S., 1970, La tragédie de l’énergie, Paris, Casterman Poche, 141 p.

mumford L., 1950, Technique et civilisation, Collections Esprit « La cité prochaine », Paris, Editions du Seuil, 414 p.

Rabhi P., 2015, « L’histoire d’hier : rencontre avec Pierre Rabhi », p. 160 et sq., in : Dion C. Demain : un nouveau monde en marche. Actes Sud, Domaine du possible, France, 350 p.

Racine J.B., Reymond H., 1973, L’analyse quantitative en géographie, Paris, PUF, Collection SUP, 316 p.

Reichholf J.H., 1991, Lémergence de lhomme, Paris, Champs Flammarion, Munich, 356 p.

Reichholf J.H., 1993, Lémancipation de la vie, Paris, Flammarion, 322 p.

Reymond H., 2009, « L’intérêt géographique de la logique de S. Lupasco et de la théorie de la néoténie : proposition d’un crible transdisciplinaire pour l’étude de la résilience des géosystèmes urbains », Cybergeo : European Journal of Geography, [En ligne], Systèmes, Modélisation, Géostatistiques, article 451, mis en ligne le 30 avril 2009, URL : http://cybergeo.revues.org/22397 ; DOI : 10.4000/cybergeo.22397.

Reymond H., 2011, « T-Sphère et médiance espace/étendue. L’antagoniste contradictoire et le concept de géoanthroposystème », Cybergeo : European Journal of Geography, [En ligne], Débats, Le Géosystème, mis en ligne le 10 janvier 2011, URL : http://cybergeo.revues.org/23433 ; DOI : 10.4000/cybergeo.23433.

Reymond H., Cauvin C, 2013, « La logique ternaire de Stéphane Lupasco et le raisonnement géocartographique bioculturel d’Homo geographicus », Cybergeo : European Journal of Geography, [En ligne], Systèmes, Modélisation, Géostatistiques, document 647, mis en ligne le 28 juin 2013, URL : http://cybergeo.revues.org/25954 ; DOI : 10.4000/cybergeo.25954.

Haut de page

Notes

1 Cf. [Reymond H., 2009 ; 2011].

2 Ne pas se méprendre. Cela ne veut pas dire qu’il ne réfléchit pas en termes de système.

3 Les voyages lointains par avion, extrêmement polluants, appartiennent aussi à cette attitude des urbains contemporains. Mais ils ne concernent que les vacances. C’est pourquoi, ils n’ont pas été retenus dans la symbolique de l’hyperconsommation. On peut en dire presqu’autant de la résidence secondaire.

4 Les Korowai et les Una sont des tribus de chasseurs-cueilleurs-agriculteurs de l’Irian Jaya (Indonésie).

5 Cf. La transition mentale de notre modernité est exprimée dans les bandes dessinées de Quino : Mafalda.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Schéma éco-anthroposystémique
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27725/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Figure 2. Schéma anthropo-anthroposystémique
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27725/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Figure 3. Schéma du géo-anthroposystème
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27725/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Reymond et Colette Cauvin, « Pour une géographie processuelle : géo-anthroposystème et logique ternaire », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Les 20 ans de Cybergeo, mis en ligne le 05 août 2016, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/27725

Haut de page

Auteurs

Henri Reymond

Professeur honoraire de l’Université de Strasbourg
Email : miradou1@orange.fr
Site : www.geocarto.eur

Articles du même auteur

Colette Cauvin

Professeur honoraire de l’Université de Strasbourg
Email : miradou1@orange.fr
Site : www.geocarto.eur

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page