Navigation – Plan du site
2016

Kraft T., 2014, Figuren des Wissens bei Alexander von Humboldt. Essai, Tableau und Atlas in Amerikanischen Reisewerk, Berlin/Boston, De Gruyter, 360 p.

Laura Péaud

Texte intégral

1Les recherches portant sur l’œuvre et la vie d’Alexander von Humboldt se développent considérablement depuis une dizaine d’années, particulièrement en Allemagne. À Berlin, l’équipe de la Berlin-Brandenbourg Akademie der Wissenschaften se mobilise depuis plusieurs dizaines d’années maintenant pour favoriser la publication des écrits humboldtiens, en faisant un effort particulier depuis les années 2000 pour éditer les correspondances (voir notamment : Humboldt, 2011, 2009, 2004 ; Humboldt et Ritter, 2010). Au-delà de la publication de ses lettres ou de son journal de voyage, les travaux analytiques sur l’œuvre d’Alexander von Humboldt se multiplient également ces dernières années. On peut citer la revue en ligne Humboldt im Netz1, qui contribue grandement à mettre en avant les travaux sur Humboldt. Plusieurs thèses ou mémoires ont été récemment soutenus sur cette figure (voir notamment : Pässler, 2009 ; Péaud, 2014). Autour d’Ottmar Ette au sein de l’Université de Potsdam, plusieurs doctorants en romanistique ont en outre pris Humboldt comme objet d’étude et forment désormais un vrai pôle de recherche humboldtien. C’est le cas de Tobias Kraft, aujourd’hui à la tête de l’équipe de l’Académie des Sciences de Berlin-Brandebourg « Alexander von Humboldt auf Reisen – Wissenschaft in Bewegung »2, qui a publié en 2014 un très riche ouvrage sur les modalités de l’écriture humboldtienne.

2Si cet ouvrage très dense, écrit en allemand, intéresse en premier lieu les étudiants et les chercheurs en romanistique, nul doute que ses développements ne captiveront également les historiens des sciences ainsi que les géographes désireux de saisir un peu mieux l’œuvre complexe et gigantesque d’un des fondateurs de la géographie moderne. Tobias Kraft se penche en effet sur une partie des travaux humboldtiens, en se consacrant uniquement aux publications réalisées à la suite du voyage en Amérique effectué entre 1799-1804 en compagnie d’Aimé Bonpland. Ce voyage fonctionne chez Humboldt comme la pierre angulaire de sa carrière et de sa réflexion scientifique. Ce dernier en tire de très nombreux ouvrages, réunis en partie sous le titre général Voyage aux régions équinoxiales du Nouveau Continent, fait en 1799, 1800, 1801, 1802, 1803 et 1804 par Alexandre de Humboldt et Aimé Bonpland ; rédigé par Alexandre de Humboldt, avec deux atlas qui renferment, l’un les Vues des Cordillères des Andes et les monuments des peuples indigènes, et l’autre des cartes géographiques et physiques. Humboldt continue de publier les résultats de ce voyage jusqu’au milieu des années 1820. Ainsi, entre 1804 et 1826, avec l’ouvrage final Essai sur l’île de Cuba (1826), ce sont plusieurs publications majeures qui sont éditées en France et en Allemagne. C’est en considérant l’ensemble des travaux qui suivent ce voyage fondateur que Tobias Kraft mène une enquête philologique.

3Ce livre commence par une longue introduction, très riche, présentant la philosophie de son écriture. Tobias Kraft prend résolument le parti de se consacrer à la forme des écrits humboldtiens et fait le pari – qui est gagné – qu’une analyse en profondeur de la forme de l’écriture humboldtienne donne à comprendre plus en profondeur le sens de son œuvre américaine. Utilisant les outils de la littérature, en mobilisant notamment les apports de Roland Barthes et ceux de l’histoire des sciences, Tobias Kraft propose une vision renouvelée de l’œuvre humboldtienne. Tout d’abord, parce qu’il entend mener une réflexion sur le genre (essai, tableau ou atlas) et le sens de chacun des travaux humboldtiens, en soulevant des questions telles que : En quoi le choix d’un atlas fait-il sens ? Comment la forme de l’atlas sert-elle la démonstration scientifique de Humboldt ? Ensuite, parce qu’il compare entre elles les principales formes de l’écriture humbodltienne : l’essai, le tableau et l’atlas ; et en montrant que ces genres résonnent entre eux, se répondent et participent à l’élaboration du système humboldtien. Enfin, parce qu’il interroge ses différents écrits à l’aune de problématiques originales, comme la dimension politique des publications de Humboldt. Tout en interrogeant très précisément les textes, dans des analyses critiques toujours finement menées, Tobias Kraft s’inscrit aussi dans une approche renouvelée de l’histoire des sciences, mêlant une approche internaliste, au cœur des textes, à une approche externaliste, en ne cessant de replacer les écrits humboldtiens dans leurs contextes sociaux et politiques.

4Après une longue et précise introduction, l’ouvrage procède en six chapitres, couvrant ainsi l’ensemble des essais, tableaux et atlas de Humboldt. Les deux premiers s’intitulent « Tableau I : Physiognomie, Naturgemälde, Naturgenuss » et « Tableau II : Gesamteindruck, Pasigraphie – Pflanzengeographie ». Ces deux premiers temps s’intéressent aux ouvrages naturalistes et biogéographiques du voyage américain. Ceux-ci sont de facture relativement classique, reprenant les codes du genre naturaliste, mais avancent des interprétations originales. Humboldt construit notamment dans sa Géographie des plantes (1807) une réflexion multiscalaire, prémices de la construction de son Kosmos (1845-1859). Tobias Kraft met bien en exergue la facture classique et le contenu innovant de ses deux tableaux. Les deux chapitres suivants concernent deux recueils d’illustrations : « Atlas I : Text – Bild – Kultur. Die Vues des cordillères et monumens des peuples indigènes de l'Amérique (1810-1813) » et « Atlas II : Text – Karte – Politik. Der Atlas géographique et physique du royaume de la Nouvelle-Espagne (1811) ». Qualifier l’ouvrage Vues des cordillères et monumens des peuples indigènes de l’Amérique d’atlas peut surprendre, car il s’agit plus d’un recueil de planches et de gravures, mais pour autant, l’analyse qu’en fait Tobias Kraft est convaincante et fonctionne, cet ouvrage pouvant en effet être perçu comme un itinéraire géographique à travers les civilisations indigènes. Tobias Kraft accorde dans le chapitre « Atlas II » une importance particulière à la portée politique des travaux humboldtiens et interroge la sémiologie graphique à l’aune du discours politique et social qu’elle porte. Ce chapitre propose par exemple une interprétation nouvelle et convaincante de l’usage sur les cartes mexicaines de toponymes indigènes. Humboldt a en effet choisi de faire apparaître sur ses cartes les toponymes espagnols, en vigueur dans la Vice-Royauté du Mexique, mais aussi les toponymes indigènes datant de la période pré-coloniale. De cette façon, Humboldt redonne leurs places aux civilisations précolombiennes et, par l’apposition de ces quelques toponymes, se pose en faveur des minorités indigènes. Les deux chapitres suivants portent quant à eux sur les deux essais : « Essai I : Essai politique sur le royaume de la Nouvelle-Espagne (1808-1811/1825-1827) », puis « Essai II : Essai politique sur l’île de Cuba (1826) ». Ces deux essais ont en effet un statut à part dans l’œuvre américaine, puisqu’ils sont construits comme des monographies, l’un sur le Mexique (Nouvelle-Espagne) et l’autre sur Cuba. Ce n’est pas tant ce choix de procéder de manière idiographique qui est original, mais plutôt le fait qu’Humboldt insiste très fortement dans ces deux ouvrages sur l’aspect politique, annoncé dès le titre, de ces territoires. Jusqu’alors, cette dimension n’avait pas été tellement prise en compte dans les entreprises géographiques, ou si elle l’était, restait marginale. Au contraire, Humboldt discute très précisément les conditions politiques de ces possessions espagnoles, en allant même jusqu’à dénoncer l’esclavage dans un célèbre passage de l’Essai politique sur l’île de Cuba. Tobias Kraft parvient, dans une analyse fine de la forme et du fond, à mettre en avant les spécificités de l’écriture humboldtienne, beaucoup plus libre et enlevée, notamment sur les sujets sociaux, que dans les tableaux par exemple. Du premier au dernier chapitre, Kraft donne ainsi à voir une gradation dans le voyage américain : des objets de nature aux questions sociales, c’est bien l’ambition universaliste de couvrir le monde qui transparaît. Un excursus complète l’ouvrage : « “… und sich wissenschaftliche Kultur über so viele Berggehänge und Hochebenen verbreitet...” Von den Gefahren für europäische Forschungsreisende zur Verlässlichkeit wissenschaftlicher Institutionen in der Neuen Welt ». Il s’intéresse moins aux textes en eux-mêmes qu’à la capacité, ainsi qu’aux difficultés d’Alexander von Humboldt à interagir avec les institutions scientifiques du continent américain. Entre projets de diffusion scientifique et obstacles politiques, ce dernier chapitre permet une remise en contexte de la pratique scientifique très bienvenue. Tobias Kraft réussit ainsi à mener de front une analyse internaliste, portant sur le texte même, et une critique externaliste, permettant de mieux comprendre notamment les interactions entre l’écriture scientifique et le contexte social et politique.

5Après la conclusion, dont on peut regretter qu’elle soit si courte après un ouvrage aussi passionnant, quelques annexes utiles terminent l’ouvrage. On notera la grande utilité de l’index des personnes, qui permet véritablement une lecture aisée et fluide.

6L’ensemble de cet ouvrage est donc très convaincant et très riche, et l’on souhaite que Tobias Kraft poursuive ses investigations philologiques et critiques sur les autres travaux humboltiens. Si le voyage américain, les publications qui l’ont suivi ainsi que le journal de voyage de Humboldt sont désormais bien cernés, le pendant de cette expédition est encore assez peu analysé. En effet, le périple mené en Asie en 1829, que Humboldt considère lui-même comme complémentaire du moment américain, a été beaucoup moins travaillé. Certes, il a donné lieu à moins de publications, mais dans la mesure ou Humboldt a construit sa lecture du monde sur la comparaison des éléments relevés de part et d’autre du globe, une approche critique et globale des résultats asiatiques permettrait sans doute d’aller plus loin dans la compréhension du système humboldtien et apporterait beaucoup à l’histoire de la géographie.

Haut de page

Bibliographie

HUMBOLDT A. de, 2011, Alexander von Humboldt. Familie Mendelssohn. Briefwechsel, édité par S. Panwitz et I. Schwarz, Berlin, Akademie Verlag, 500 p.

HUMBOLDT A. de, 2009, Alexander von Humbodlt und Cotta. Briefwechsel, édité par U. Leitner, Berlin, Akademie Verlag, 702 p.

HUMBOLDT A. de, 2004, Alexander von Humboldt und die Vereinigten Staaten. Briefwechsel, édité par I. Schwarz, Berlin, Akademie Verlag, 691 p.

HUMBOLDT A. de, 1845-1859, Kosmos. Entwurf einer physischen Weltbeschreibung, Francfort-sur-le-Main, Cotta, 5 vol.

HUMBOLDT A. de, 1814-1825, Relation historique du Voyage aux régions équinoxiales du Nouveau Continent, Paris, Schoell, 3 tomes.

HUMBOLDT A. de, 1810, Vues des cordillères et monumens des peuples indigènes de l’Amérique, Paris, Schoell, 350 p.

HUMBOLDT A. de, 1807, Essai sur la géographie des plantes accompagné d’un tableau physique des régions équinoxiales, Paris, Levrault, 155 p.

HUMBOLDT A. de, RITTER C., 2010, Briefwechsel, édité par U. Päßler, Berlin, Akademie Verlag, 311 p.

PÄSSLER U., 2009, Ein « Diplomat aus den Wäldern des Orinoko »: Alexander von Humboldt als Mittler zwischen Preußen und Frankreich, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 244 p.

PEAUD L., 2014, Du projet scientifique des Lumières aux géographies nationales. France, Prusse et Grande-Bretagne (1780-1860), Thèse de doctorat en géographie, Université Lumière Lyon 2, 627 p.

Haut de page

Notes

1 http://www.hin-online.de/index.php/hin

2 « Alexander von Humboldt voyageur – La science en mouvement »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laura Péaud, « Kraft T., 2014, Figuren des Wissens bei Alexander von Humboldt. Essai, Tableau und Atlas in Amerikanischen Reisewerk, Berlin/Boston, De Gruyter, 360 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 16 août 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/27745

Haut de page

Auteur

Laura Péaud

Maître de conférences en géographie
Université Grenoble Alpes
laura.peaud@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page