Navigation – Plan du site

Une géographie sociale

Entre structures et représentations
Guy Di Méo

Résumé

La géographie sociale s’efforce de placer les rapports sociaux au cœur du procès géographique. La version qui en est donnée ici propose une méthode d’analyse de la structuration de l’espace tenant compte des vécus individuels. La notion de territorialité permet de résoudre la contradiction apparente engendrée par l’appariement de ces deux approches.

Haut de page

Texte intégral

1Une nouvelle géographie sociale a vu le jour, en France, à partir des années 1970. Pour ses promoteurs, inspirés par la pensée d’Henri Lefebvre (1974), l’espace géographique constitue le produit élaboré par les sociétés humaines avec les matériaux de la nature, au gré de leurs représentations et de leurs techniques. Dès lors, comme l’a écrit Armand Frémont (1984), une telle géographie sociale s’attache à l’analyse du jeu des « interactions entre rapports sociaux et spatiaux ». Ces interactions matérialisent les tensions, créatrices de formes géographiques, nées de la lutte des positions sociales sur l’échiquier spatial.

2Les entrecroisements des rapports sociaux et spatiaux définissent donc une grande variété de combinaisons géographiques orchestrées par la vie sociale, son histoire et son présent. Le campus universitaire, la rue, le quartier urbain et l’agglomération, le village ou la station balnéaire, le monde auquel nous appartenons forment autant de combinaisons géographiques inscrites dans un environnement particulier. Ces combinaisons qui façonnent l’espace social sont des productions matérielles et paysagères imprégnées de significations idéelles. Il s’agit de dispositifs et d’objets, naturels ou fabriqués, organisés et dotés de sens par les êtres et les groupes qui les créent, les identifient et les délimitent dans l’étendue de l’espace géographique. Ces combinaisons s’inscrivent dans les imaginaires (images mentales), dans la sensibilité (émotions, sensations), dans l’affect (inclinations, sentiments), renvoient à la raison (jugement) des individus qui les produisent et les pratiquent, qui se les représentent. Leur cognition consciente et inconsciente les organise et les mémorise comme autant de formes floues, de références, de schèmes dessinant, pour chacun et pour chacune, une sorte de géographie intérieure.

Un autre regard sur l'analyse

3Parmi les nouvelles méthodes d’analyse spatiale qui apparurent à partir des années 1970-1980, la chorématique (Brunet, 1987 ; 1990) connut un grand succès. D’autres méthodes faisaient alors appel aux ressorts de l’analyse systémique (Pumain, 1982 ; Auriac, 1983). Parmi ces courants qui accordent une large place à la notion de structure et de structuration, la version que j’ai contribué à élaborer (L’homme, la société, l’espace, 1991 ; Géographie sociale et territoire, 1998 ; L’espace social, avec Pascal Buléon, 2005 ; Introduction à la géographie sociale, 2014), inspirée par les travaux d’Alain Reynaud (1981), fait de l’espace le produit de la dynamique sociale. Mais elle tient compte également des pratiques et des représentations des agents et des acteurs sociaux habitant les lieux.

4Issue de cette réflexion, la formation socio-spatiale (FSS) modélise, sans forcément les borner, des espaces d’échelles et de formes variées. Elle décrit des agrégats de lieux inscrits dans des temporalités (matrices) et des spatialités très diverses : héritages de la longue durée ou créations quasi contemporaines ; organisés en mailles ou en réseaux. En fait, ce qui compte le plus pour entamer une analyse spatiale avec l’outil FSS, c’est l’expression (point de départ de toute investigation) d’un nom localisé, une dénomination particulière définissant une centralité plus que des limites. Le modèle de la FSS repose sur l’articulation sociale de quatre instances (géographique, économique, politique, idéologique) formant un tout. La notion d’instance ne se confond nullement avec celle d’un niveau de réalité. Ce n’est qu’une représentation virtuelle de l’une des facettes de la totalité socio-spatiale. Dans la fiction de leur séparation, les instances entretiennent entre elles de puissantes relations d’interdépendance. Elles se soudent en deux couples, autre déclinaison de la même fiction heuristique. Ces couples campent respectivement une infrastructure (géoéconomique) et une superstructure (politico-idéologique) couvrant une aire donnée, aux limites approximatives, souvent incertaines, du local aux grands espaces. L’intensité et l’harmonie des relations qui s’enchaînent entre les différentes instances traduisent le degré plus ou moins affirmé de consistance territoriale (homogénéité, cohésion et cohérence) de l’espace considéré à la lumière de l’outil de la FSS.

5Dans ce modèle, les deux instances d’infrastructure forment la matérialité du tissu géographique. Leur unité tient au fait qu’elles traduisent ensemble, dans les paysages, c’est-à-dire dans ce qui est visible et sensible, les résultats tangibles d’une action humaine permanente et concrète de transformation de la nature.

6A contrario, l’idée de superstructure participe d’une abstraction, d’un monde idéel néanmoins transcrit, de manière très visuelle, dans la matérialité des espaces. Disons que la superstructure regroupe les idées, les valeurs, les images et les mythes, les formes de pouvoir qui régissent la société dans ses espaces. Elle convoque la mémoire, les représentations sociales, d’essence culturelle, qui animent les êtres humains dans leur rencontre inévitable et créatrice avec les lieux.

7Dans ces conditions, il n’est pas aisé de se représenter les instances idéologique et politique. Elles ne nichent pas dans une improbable conscience, ou inconscient collectif. Il faut les imaginer dans l’esprit de chacun et de chacune, sous la forme de conventions sociales, de valeurs culturelles, de croyances, de rationalités, de normes, d’habitus et de sens pratique… Soit autant de dispositions à penser, à agir et à se comporter.

Un indispensable retour à l'individu

8Les instances idéologique et politique s’impriment dans l’espace social. Pour les cerner, il convient donc de procéder à une triple analyse des formes de l’espace, de ses pratiques et de ses représentations. Ce statut de la superstructure exige que la géographie sociale revienne à l’individu, à l’humain, dépositaire, en tant qu’atome du social, de l’idéologie (appelons-la, si l’on veut, la culture) et de ses fonctions opératoires. C’est dans cet esprit que je proposais, au début des années 1990 (Di Méo, 1991), l’outil de la métastructure spatiale individuelle. La MSI réunit en effet ces ensembles de schèmes mentaux et corporels (habitus, spatialités, pratiques, représentations, valeurs, capitaux divers) définissant chaque individu dans sa territorialité. Par le jeu de construction des pratiques et des représentations qui en forment la substance, les MSI unissent les individus aux espaces sociaux qu’ils incorporent. Ce sont les charpentes humaines des espaces vécus.

9Pour comprendre la notion d’espace vécu, comme d’ailleurs celle de MSI, il convient de partir des pratiques de l’espace dont l’addition forme, pour chaque être humain, son espace de vie. Ces pratiques, à la fois sociales et individuelles, épousent les déplacements concrets et singuliers d’êtres humains occupant des positions et poursuivant des objectifs personnels de nature sociale.

10La MSI additionne tous les cheminements, toutes les mobilités, toutes les fréquentations concrètes de lieux, tous les actes spatialisés (rapports spatiaux) accomplis au gré des pérégrinations de chaque individu. Elle crée de la communication et de la médiation interindividuelle. Elle tisse un entrelacs de rapports sociaux (faibles ou forts) et spatiaux (superficiels ou profonds) qui produit, dans les faits, un espace social de base au sein duquel tout individu évolue. Les pratiques contribuent aussi à éveiller et à développer, chez les sujets sociaux qui les accomplissent, un processus d’identification. C’est en effet dans le cadre de ces déplacements que se construisent des identités et des territorialités personnelles. Ce processus est évolutif, car c’est au gré des pratiques, liées à des conditions objectives d’existence susceptibles à tout moment de changer, que se modifient identités et territorialités personnelles. Pour un même sujet, les pratiques se répètent, d’un quotidien à l’autre. Elles provoquent, elles matérialisent l’interaction sociale et spatiale. Elles reformulent, reconstruisent en permanence les héritages. Elles créent aussi de la nouveauté.

11Si l’on assimile chaque pratique de l’espace à une forme de structure sociale individuellement vécue, au-delà de chacune de ces structures, la MSI traduit l’unité personnelle de l’espace vécu. Il faut en effet parler ici d’espace vécu, plus que d’espace de vie, dans la mesure où ces structures objectives sont vite débordées par les représentations et l’imaginaire, les rêveries du promeneur, solitaire ou non, libre ou contraint, qui se déplace. En effet, si l’espace de vie obéit à des règles socio-spatiales rigoureuses, bien que non dénuées de fantaisie, l’espace vécu décrit un archipel improbable où se mêlent les raisons (des logiques sociales donc) et les fantasmes de chacun. Ainsi, l’espace de vie concerne plutôt les pratiques et leurs spatialités, tandis que l’espace vécu s’associe plutôt aux représentations ; mais toujours de manière croisée, car les représentations s’imbibent des pratiques qu’elles induisent. En somme, espaces ou spatialités de vie et vécues résultent d’une sorte de cocktail de facteurs mêlant des effets intemporels et universels de nature humaine structurale, des déterminations sociales liées aux habitus, sans omettre les expressions plus libres de chaque sujet. Le dosage varie selon les individus, les circonstances et les lieux. Grossièrement, si l’espace de vie penche plus volontiers du côté des contraintes sociales, l’espace vécu reflète plutôt l’autonomie du sujet. Pour chacun et chacune, les interférences entre espaces de vie et vécu reproduisent en quelque sorte la dialectique du hasard et de la nécessité.

12Au total, l’on observe une coproduction des individus et des lieux par le truchement des pratiques. C’est en ce sens que se noue une tension fondatrice entre les espaces objectivés que dévoile la FSS et les expériences vécues d’innombrables agents et acteurs de la vie sociale. Cette tension donne naissance à une cognition mentale (acquisition structurelle de connaissances, de schèmes de perception, de pensée, d’action). Elle ménage le passage des réalités concrètes et sensibles de l’espace (repérées par les sens) aux représentations que s’en font les individus : habitants, promeneurs, etc. En retour, les représentations participent, au travers de l’action et des pratiques qu’elles charpentent, à la production concrète de l’espace social.

Entre structures et sujet : la territorialité

13Les territoires politiques (A) et les systèmes d’action qui se territorialisent (B) peuvent être observés et analysées à l’aide de l’outil des FSS. Ces entités, que dévoile la pratique aussi bien que l’analyse spatiale, entrent en tension avec les rapports spatiaux vécus par chaque acteur, agent ou habitant (C). L’intensité de ces tensions diffère selon les individus et les espaces. Elles révèlent deux niveaux de la réalité socio-spatiale. D’une part, le contexte, celui des enjeux et des déterminations collectives, (A) et (B), soit le pôle des contingences que rencontre l’action individuelle et collective située. D’autre part, le tissu des motivations, représentations et stratégies individuelles (C). Ces dernières, même si elles résultent aussi d’une genèse sociale, d’un effet de lieu ou de territoire, accordent une large place à l’autonomie, à la compétence de l’individu. Finalement, le comportement de chacune et de chacun, dans la société et dans l’espace, obéit à ces deux ensembles d’influences, à ces deux énergies.

14C’est ce faisceau de tensions, dans le triangle (A)-(B)-(C), que j’appelle la territorialité. Elle agence et articule les échelles des territoires et des réseaux que fréquente chaque individu. Elle dévoile la manière dont chacun et chacune tisse sa relation aux espaces qu’il pratique, qu’il se représente et auxquels il s’identifie. Le couple territoire/territorialité constitue un complexe géographique structurant pour la société comme pour l’espace.

Conclusion

15La géographie sociale tient compte des différentes formes de structuration de l’espace, mais aussi de ses vécus par les êtres humains socialisés qui le produisent. Il s’agit d’un structuralisme constructiviste et humaniste qui installe la mécanique des rapports sociaux et spatiaux en amont des formes culturelles qu’elle produit.

Haut de page

Bibliographie

Althusser L., 1976, Positions, Paris, Éditions sociales.

Auriac F., 1983, Système économique et espace, Paris, Économica.

Bailly A., 1977, La perception de l’espace urbain, Paris, CRU.

Berger P. et Luckmann T., 1986, La construction sociale de la réalité, Paris, Méridiens Klincksieck.

Bourdieu P., 1980, Le sens pratique, Paris, Les Éditions de Minuit.

Brunet R., 1987, La Carte, mode d’emploi, Paris, Fayard – Reclus.

Claval P., 1973, Principes de géographie sociale, Paris, Génin et Litec.

Di Méo G., 2014, Introduction à la géographie sociale, Paris, A. Colin.

Di Méo G. et Buléon P., 2005, L’espace social, Paris, A. Colin.

Di Méo G., 1998, Géographie sociale et territoire, Paris, Nathan.

Di Méo G., 1991, L’Homme, la société, l’espace, Paris, Anthropos/Économica.

Frémont A., Chevalier J., Hérin R., Renard J., 1984, Géographie sociale, Paris, Masson.

Giddens A., 1987, La constitution de la société, Paris, PUF.

Godelier M., 1984, L’idéel et le matériel, Paris, Fayard.

Goffman E., 1974, Les rites d’interaction, Paris, Les Éditions de Minuit.

Gregory D., 1978, Ideology, Science and Human Geography, London, Hutchinson.

Harvey D., 1989, The Condition of Postmodernity, Oxford, Basil Blackwell.

Lefebvre H., 1974, La production de l’espace, Paris, Anthropos.

Lévi-Strauss C., 1962, La Pensée sauvage, Paris, Plon.

Ley D., 1983, A Social Geography of the City, New York, Harper & Row.

Pumain D., 1982, La Dynamique des villes, Paris, Économica.

Raffestin C., 1980, Pour une géographie du pouvoir, Paris, Litec.

Reynaud A., 1981, Société, Espace et Justice, Paris, PUF.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guy Di Méo, « Une géographie sociale », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Les 20 ans de Cybergeo, mis en ligne le 18 août 2016, consulté le 29 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/27761

Haut de page

Auteur

Guy Di Méo

Professeur émérite à l’Université Bordeaux Montaigne - UMR PASSAGES du CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page