Navigation – Plan du site
2016

Chartier D., Rodary E. (dir.), 2016, Manifeste pour une géographie environnementale, Paris, Presses de Sciences Po, 412 p.

Émilie Lavie

Texte intégral

1L’ouvrage écrit sous la direction de Denis Chartier et Estienne Rodary est à la fois un recueil de chapitres collectifs et un essai de géographes cherchant à donner sa place à la géographie de l’environnement dans le paysage disciplinaire français. Dans un contexte politico-scientifique peu enclin à accorder de l’intérêt aux enjeux environnementaux à moins de les présenter sous la forme de catastrophes, quelques écrits écolo-sceptiques depuis deux décennies – avec en point d’orgue la publication de l’ouvrage Le Ciel ne va pas nous tomber sur la tête sous la direction de Sylvie Brunel et Jean-Robert Pitte (2010) – ont quelque peu cristallisé les incompréhensions de nombre de géographes s’intéressant aux dynamiques environnementales. C’est donc en partie en réponse à leurs collègues, mais aussi de manière plus générale pour mettre en exergue l’importance de valoriser l’environnement en sciences humaines en général et en géographie en particulier, que le colloque Géographie, écologie, politique : un climat de changement s’est tenu à Orléans en septembre 2012. Le présent ouvrage se veut à la fois une sélection de communications et une synthèse des débats qui s’y sont tenus.

Positionnements : l’introduction

2L’introduction (p. 3-56) – intitulée de la même manière que le colloque, Géographie, écologie, politique : un climat de changement – a été rédigée par les directeurs de l’ouvrage, Denis Chartier et Estienne Rodary. Elle se compose d’une mise en contexte et de pistes de réflexions, notamment sur la place du déterminisme et de la politique dans la géographie de l’environnement. Les contributions ne sont pas présentées l’une après l’autre mais appelées dans la structure du texte. S’y mêlent des prises de position sur le rôle de la politique en géographie de l’environnement, comme le refus d’utiliser la science pour justifier des actions néfastes sur les ressources, ou encore sur l’intérêt de la political ecology. Pour les auteurs, les géographes ont du mal à dépasser la « barrière sanitaire vis-à-vis du politique comme si cette introduction et la nécessité réflexive qu’elle impose procédaient d’une forme de contamination du monde scientifique et du monde disciplinaire » (p. 27).

3Le dernier quart de l’introduction s’arrête sur les objectifs généraux de cet ouvrage, à travers « sept positionnements théoriques qui nous semblent essentiels à la construction d’une géographie environnementale » (p. 30). Ainsi, outre proposer une contribution alternative à une géographie écolo-sceptique, l’intérêt n’est pas tant de relier géographies humaine et physique – l’inutilité de les opposer est évidente dans chacun des textes – mais plutôt la politique, la géographie et l’écologie (p. 30). Les cinq premiers positionnements sont conformes aux postures des political ecologists. Il s’agit d’une géographie 1) cosmopolitique, qui « pens[e] les politiques de la crise de la modernité et les objectifs d’un monde commun » (p. 31) ; 2) postdéterministe, où en dépassant le clivage déterminisme/possibilisme on contribue à « réintroduire la question des limites de l’action humaine et de reconcevoir les notions de progrès, de développement ou de croissance » (p. 32) ; 3) d’un monde rugueux, non homogène ; d’une science 4) située, en partie via le placement des objets d’étude dans un cadre spatial, temporel et scientifique 5) et de la justice, notamment sociale. Plus originaux, les deux derniers positionnements interrogent aussi le chercheur en tant qu’individu. Le géographe devrait donc être 6) sensible, en faisant appel aux émotions du chercheur, qui peuvent se conjuguer avec son objectivité, et 7) et lâcher-prise, loin de la classique « science de la maîtrise de l’espace et des territoires » (p. 41), afin de « renforcer l’empathie » (p. 43).

4Un peu longue (33 p. hors bibliographie) et complexe, cette introduction est assez à l’image de l’ouvrage : à la fois passionnante et parfois peu digeste. Le style est très littéraire, à tel point que par moments on se demande si la thèse explicitée est défendue ou critiquée, mais c’est peut-être voulu. Elle donne le ton : une nécessaire « révision en profondeur des schémas épistémologiques de la géographie » (p. 33) et une « entreprise : bousculer la géographie pour que ceux qui s’en réclament puissent être acteurs d’une réponse à ce qui a été déclenché » (p. 45).

Première partie : « Premières charges »

5La première partie de l’ouvrage (p. 59-100) est composée de deux chapitres qui se font écho, assez indissociables de l’introduction et de la philosophie générale de l’ouvrage. Le premier critiquant la posture des membres de la Société de Géographie, le second donnant les marques des chapitres suivants : la (trop faible) place de la political ecology dans la géographie française de l’environnement.

6Ainsi, Antimathusianisme ou Darwinisme ? Des limites d’une géographie anti-écologiste à une politique des limites géographiques (chap. 1, p. 59-77) est signé de Christophe Grenier. Marqué par la critique des anti-écologistes, il invite aussi le lecteur (mais aussi sûrement les géographes ciblés : G. Rossi, Ph. Pelletier, Y. Veyret, S. Brunel et J.-R. Pitte voire J. Lévy), à relire Malthus et Darwin. L’auteur dénonce chez ses collègues, sous couvert d’une critique de la conservation, un soutien implicite aux échanges commerciaux libéraux et aux pillages des ressources naturelles. Le style, un peu condescendant et méprisant, est finalement assez jouissif. Le chapitre suivant, de Baptiste Hautdidier, s’intitule Quelque part entre Toutatis et Gaïa. La Géographie française peut contribuer aux questions de l’écologie (chap. 2, p. 79-100). Cette affirmation est argumentée à partir d’une part d’une synthèse issue de la recherche des mots clés depuis l’année 1980 dans deux revues françaises, une étasunienne et une britannique ; d’autre part à travers l’exemple du pastoralisme comme objet de recherche de la new ecology. On peut reprocher à l’auteur de ne tirer ses conclusions qu’à partir de quatre revues, on peut aussi trouver le passage sur le pastoralisme réservé à des initiés ; ces bémols ne remettent pas en cause l’intérêt de ce chapitre qui propose une passionnante introduction sur l’épistémologie de la relation entre les géographes et leur environnement, les paradigmes divergeant entre géographies humaine et physique, et une critique – raisonnée sur la forme mais réelle sur le fond – faite à l’ouvrage de S. Brunel et J.-R. Pitte (2010). De conclure finalement que la géographie française s’est quelques peu isolée et a pris tardivement et en marche le train de l’ouverture à la recherche environnementale.

7Cette première partie est une suite à l’introduction, engagée et posant les jalons d’une posture générale d’un courant en développement en France.

Deuxième partie : « Histoire des occasions manquées »

8La deuxième partie réexplore les travaux des géographes ayant travaillé sur les relations entre les hommes et leur environnement. En ressort l’idée que la place de la fibre politique chez les scientifiques était déjà très importante au XIXe siècle. Le credo de ces sept chapitres est que « pour se renouveler, la géographie a tout intérêt à puiser dans l’histoire de ses occasions manquées » (p. 166). Ainsi, les textes se répondent, croisent les concepts et les auteurs, demandant au lecteur une certaine gymnastique entre les chapitres, à la fois fatigante et stimulante.

9Alors que son ouvrage L’Imposture écologiste (1993) fait partie des références critiquées dans le chapitre 1 (p. 61-63, 65-67, 69), on ne s’attendait pas à voir le même Philippe Pelletier signer un texte ici. Il est pourtant l’auteur de Pourquoi Élisée Reclus a choisi la Géographie et non l’Écologie (chap. 3, p. 103-124). Il y dresse une histoire des relations entre sciences naturelles et sciences humaines, notamment via une longue analyse de ce que fut l’écologie selon Haeckel et pourquoi Reclus s’en éloigna. Il démontre surtout que les liens entre science et politique, ainsi qu’entre environnement et géographie des pouvoirs, ne sont pas seulement des enjeux actuels, mais avaient déjà été saisis par É. Reclus.

(Re)lire les naturalistes anglophones et allemands

  • 1 s’appuyant sur les travaux de Raumulin, 1984, p. 813.

10Certaines contributions auraient peut-être pu être écrites ensemble ou du moins mieux se répondre. C’est le cas de Géographie-Ecologie. Occasions manquées et opportunités (chap. 4, p. 125-140), de Patrick Matagne (à notre avis un des plus accessibles) et Trouver le bord du milieu. Les occasions manquées d’une écologie politique de la limite de Pierre-Olivier Garcia et Jérémy Grangé (chap. 6, p. 165-184). Tous les trois abordent entre autres occasions manquées, celle de l’oubli de la notion de Raubwirtschaft « qui définit une économie de pillage, le rapt économique » (p. 126), développée par Friedrich Ratzel. Son abandon par la géographie « a empêché la discipline de développer sa propre identité tout au long du XXe siècle et l’a obligée à se situer par rapport à d’autres disciplines » (Matagne, p. 137)1. Une « mise en dialogue » (Garcia, Grangé, p. 179) entre Jean Bruhnes, défenseur de la Raubwirtschaft, et William Bunge, géographe américain radical et communiste engagé, est ici proposée ; même si l’exercice peut paraître superficiel, cela a le mérite de proposer un autre regard sur la question des limites en géographie. Leur faisant écho, le texte de Jean-Marc Zaninetti et Kent Mathewson, La contribution singulière de Carl Sauer à l’émergence d’une sensibilité écologique en géographie (chap. 8, p. 205-225), ouvre un pont de plus entre les recherches passées (sur la conservation, les liens disciplinaires, la critique du capitalisme) et les enjeux actuels. Leurs auteurs offrent un regard certes subjectif, mais passionnant, sur les controverses internes à la géographie américaine de la première moitié du siècle dernier.

11En conclusion de cette partie historique, Christian A. Kull et Simon P. J. Batterbury proposent une synthèse du développement de l’écologie politique et de la géographie de l’environnement dans le monde anglophone, comme l’explicite le titre : La géographie face aux défis environnementaux dans le monde anglophone (chap. 9, p. 227-255). Il y est question de la manière dont les universités britanniques, américaines et australiennes se saisissaient des questions relatives à la dégradation de la planète, alors que la géographie française a délaissé les questions environnementales en même temps qu’elle a rejeté l’école classique.

12Cette sous-partie historico-épistémologique sur l’engagement des géographes, quoique très instructive, est écrite avec un style parfois complexe et demande de vrais prérequis sur l’histoire des courants et des auteurs en géographie. Elle sera, en fonction du lecteur, une synthèse bienvenue, une découverte d’une branche en fort développement, ou encore une prise de distance sur des controverses scientifiques ou citoyennes.

Une biogéographie de l’animal et du végétal qui innove

13Dans cette deuxième partie, très marquée par les analyses des discours de géographes et naturalistes dans l’histoire des relations hommes-nature et de pouvoir, deux textes interpellent. Abordables, simples sans être simplistes, ils proposent une épistémologie par l’exemple, plutôt convaincante.

14Il s’agit d’une part de celui de Farid Benhammou : Une Histoire contemporaine de la Géographie française de l’animal (chap. 5, p. 141-163). Une première partie s’intéresse à la place de l’animal dans les écrits d’Élisée Reclus et de Marcel Prenant (voire d’Emmanuel de Martonne), comme exceptions dans une géographie qui aurait oublié la faune sauvage (Blanc, Cohen, 2002). La suite – que l’on aurait mieux imaginée dans la première partie de ce manifeste : Premières charges – évoque l’ouvrage Paysage animal de Xavier de Planhol (2004), auquel l’auteur attribue la paternité de celui de Sylvie Brunel et Jean-Robert Pitte (2010), tant son « positionnement est outrancièrement anthropocentré » (p. 150), le jugeant même « préoccupant » par sa justification de la destruction du loup par exemple (p. 151). La dernière partie, enfin, dresse un panorama du développement d’une géographie de l’animal en France au XXIe siècle, illustration de l’enjeu social et politique de la géographie de l’environnement. D’autre part, dans Forêts versus savanes. L’héritage d’un forestier colonial en Écologie et Géographie tropicale de l’Afrique de l’Ouest (chap. 7, p. 185-204), Aziz Ballouche nous permet de (re)découvrir les travaux du botaniste forestier André-Marie Aubréville, ses apports à la phytogéographie comme leur intégration à des discours politiques en période coloniale. Surtout, il reconnaît ici chez l’ingénieur forestier la défense du « caractère profondément anthropique des paysages de savane en Afrique » (p. 189), les prémices de la caractérisation contemporaine des savanes comme paysage culturel.

Troisième Partie : « Mises en dialogues actuelles »

15À cette partie proposant un catalogue de contributions éclectiques est consacrée la moitié de l’ouvrage. Une double orientation semble être donnée à cette mise en dialogues : d’une part une histoire des branches de la géographie physique qui ont évolué vers la géographie de l’environnement en France et leurs relations avec la political ecology ; d’autre part la question des relations entre savoirs et pouvoirs dans cette branche en construction.

De la géographie physique à la géographie environnementale

16Les chapitres 10, 11 et 13 ne sont pas une critique ouverte des travaux de S. Brunel et J.-R. Pitte (2010), mais plutôt un appel à repenser la place de l’environnement dans les sciences, notamment celle du paysage (écologie du paysage, waterscape par ex.). David Blanchon, dans son texte Radical political ecology et water studies. Quels apports pour la géographie de l’environnement en France ? (chap. 10, p. 257-278), Frédéric Alexandre et Alain Génin, dans leur chapitre Biogéographie. De la marginalisation à une science de l’environnement interdisciplinaire (chap. 11, p. 279-304), ainsi qu’Emmanuèle Gautier et Pierre Pech, avec leur contribution La reconstruction d’une « géographie naturaliste » (chap. 13, p. 325-344), signent une histoire de leurs branches respectives de la géographie physique (à savoir hydrogéographie, biogéographie et géomorphologie) et puisent dans l’histoire les éléments qui expliquent la situation de déprise connue au début des années 1980. Des trajectoires conjointes ou plus éloignées, ne suivant pas exactement la même chronologie, se détachent de la lecture de ces trois chapitres. Dès lors, les bases sont posées (approche systémique, emprunts aux théories anglo-saxonnes, métrologie, etc.) pour expliquer les défis d’aujourd’hui (comme le classement dans les nomenclatures, la place de la géographie environnementale dans les sciences humaines et sociales), les enjeux, et l’actualité des recherches en environnement. Sébastien Caillault, dans un chapitre faisant la liaison entre biogéographie et gestion, propose dans Les échelles du feu de la brousse. Une exploration géographique des dynamiques environnementales à l’ouest du Burkina Faso (chap. 12, p. 305-324) une analyse plus précise et appliquée des échelles de gestion et de gouvernance. À travers la remise en question des approches de la gestion des ressources « forêt » et « feux », il interroge la place laissée aux savoirs et initiatives locaux dans la gestion de l’environnement, faisant le lien avec la question de la diffusion des savoirs, enjeux des textes suivants.

Savoirs et pouvoirs

17Même si l’ensemble de cette troisième partie aborde la question des savoirs et pouvoirs, deux auteurs s’y sont particulièrement intéressés. Avec leurs nombreuses références à Claude Raffestin (1980) et leurs contributions s’intégrant clairement dans le champ de la political ecology, les chapitres 14 et 15 discutent de l’accès à l’information scientifique, de la diffusion des savoirs et des pouvoirs induits par cette (non-)diffusion. Ainsi, État, information environnementale et pouvoir. Ce que change l’internet en Argentine, en Bolivie et au Brésil de Pierre Gautreau (chap. 14, p. 345-372) et Pour une « géographie du pouvoir ». L’apport d’une expérience pluridisciplinaire autour de la question de la pollution médicamenteuse (chap. 15, p. 373-400) de Frédérique Blot, présentent des résultats de programmes de recherche à la fois bien documentés et originaux, ouvrant la voie à de nouvelles trajectoires dans la géographie de l’environnement.

  • 2 citant Bourg et al., 2013.

18Enfin, l’ouvrage se termine par un chapitre à la fois ardu et difficilement classable (par rapport aux autres contributions) : Résilience, démodernisation forcée et changement climatique (chap. 16, p. 401-426). Olivier Soubeyran, à travers un parallèle entre le contexte sécuritaire de l’après 11 septembre 2001 et gestion de la crise Katrina de 2004, jongle avec les concepts de résilience et d’immunité territoriale, concluant que « nous passerions d’une société du risque à une société de la menace » (p. 421)2.

Conclusion

19L’ouvrage est un essai et il correspond bien aux attendus : prises de position (notamment politique), déconstruction des discours, etc. Au-delà des prérequis nécessaires à la compréhension de plusieurs des textes, on regrettera le style très travaillé, marqué d’un vocabulaire soutenu, des phrases longues, avec incises (et divagations ?). Tout ceci lui donne un côté élitiste, excluant même. Les lecteurs ciblés sont bien évidemment les pairs scientifiques et en ce sens le contrat est respecté ; mais en étant peu accessible sur la forme aux étudiants de licence, voire même de master, il peut perdre en utilité.

20L’ouvrage était attendu par certains géographes de l’environnement, déçus de l’écolo-scepticisme de leurs collègues de la Société de Géographie. Il fédère la plupart des branches et le casting est pour le moins éclectique. Même si la plupart des auteur.e.s ont déjà produit des articles de référence sur les thématiques développées ici, l’ouvrage a le mérite de collecter et de synthétiser des approches communes. Il fallait oser l’écrire, maintenant il faut en diffuser l’idée centrale, à savoir le soutien d’une refonte des postures : « les géographes doivent abandonner une position surplombante pour accepter que leur discipline soit transformée par l’environnement, seul moyen pour elle d’être scientifiquement et politiquement pertinente » (4° de couverture).

21On attend donc une version vulgarisée ou le manuel universitaire qui synthétisera une posture pas si singulière des géographes.

Haut de page

Bibliographie

Blanc N., Cohen M., 2002, "L’Animal, une figure de la géographie contemporaine", Espaces et Sociétés, n 110-111, 25-40.

Bourg D., Joly P.-B., Kaufman A. (dir.), 2013, Du risque à la menace. Penser la catastrophe, Paris, PUF, 282 p.

Brunel S., Pitte J.-R. (dir.), 2010, Le Ciel ne va pas nous tomber sur la tête, Paris, JC Lattès, 353 p.

Levy J., 2008, "Les natures de l’humanité", in Lévy J. (dir), L’Invention du Monde. Une géographie de la mondialisation, Paris, Presses de Sciences Po, 275-297.

Pelletier P., 1993, L’imposture écologiste, Montpellier, Reclus, 205 p.

Planhol (de) X., 2004, Le Paysage animal. L’homme et la grande faune : une zoogéographie historique, Paris, Fayard, 1127 p.

Raffestin C., 1980, Pour une géographie du pouvoir, Paris, Litec, 250 p.

Raumulin J., 1984, "L’Homme et la destruction des ressources naturelles : la Raubwirtschaft au tournant du siècle", Annales. Economies, Sociétés, Civilisations, vol. 39, n° 4, 798-819.

Rossi G., 2000, L’Ingérence écologique, Environnement et développement rural du Nord au Sud, Paris, CNRS Editions, Coll. Espaces et Milieux, 246 p.

Veyret Y., 2010, "Ecocatastrophisme et développement durable", in Brunel S., Pitte J.-R. (dir.), Le Ciel ne va pas nous tomber sur la tête, Paris, JC Lattès, 29-54.

Haut de page

Notes

1 s’appuyant sur les travaux de Raumulin, 1984, p. 813.

2 citant Bourg et al., 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie Lavie, « Chartier D., Rodary E. (dir.), 2016, Manifeste pour une géographie environnementale, Paris, Presses de Sciences Po, 412 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 02 septembre 2016, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/27767

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page