Navigation – Plan du site
2016
789

Les pratiques populaires à la rescousse de la salubrité urbaine : la précollecte, un service alternatif aux insuffisances du système formel de gestion des déchets à Yaoundé

Popular practices to the rescue of urban sanitation: pre-collection, an alternative service to the shortcomings of the formal waste management system in Yaounde
Jules Raymond Ngambi

Résumés

L’étude menée à Yaoundé a montré que l’offre des services d’hygiène et de salubrité dans la ville reste encore médiocre. Nous avons relevé sur le terrain qu’environ 45 % de la population a accès au service public de gestion des déchets. Face à l’échec de l’Etat d’étendre un service public de gestion des déchets dans toute la ville, les populations yaoundéennes ont mis en place un service parallèle informel d’hygiène et de salubrité pour contribuer à l’amélioration de leur cadre vie. Il s’agit de la précollecte. Cette offre alternative de services permet l’ajustement à l’évolution non maîtrisée de la ville et répond surtout aux besoins des populations pauvres. Malgré son apport important au fonctionnement du système urbain d’hygiène et de salubrité, la précollecte n’est pas toujours institutionnalisée. Elle reste négligée et stigmatisée par les pouvoirs publics. Il a été constaté lors des investigations de terrain que la précollecte constitue aujourd’hui à Yaoundé une avancée sociale et environnementale considérable et un service très apprécié par les populations (84 %). Dans les zones couvertes par le service de précollecte, on note une réduction des pollutions olfactives (86 %) et visuelles (90 %), une diminution des dépôts sauvages (97 %), des incinérations à ciel ouvert (83 %) et l’amélioration de la propreté dans le quartier (96 %). Les acteurs de la précollecte ont déjà intégré la valorisation des déchets dans leur fonctionnement à travers le tri et le compostage. Il serait important pour l’Etat de comprendre comment la précollecte se structure afin de mettre en avant les bénéfices apportés à la population. De même, l’institutionnalisation de cette activité dont l’importance n’est plus à démontrer serait nécessaire pour l’universaliser dans la ville de Yaoundé.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La gestion des déchets dans les villes africaines est dominée de nos jours par le système "Partenariat Public-Privé" (3P ou PPP) mis en place aux Etats-Unis et au Royaume-Uni dès 1970 (Bah Ranie, 2011). Cette politique des 3P se propage dans les pays en développement à partir des années 1980 (Lorrain, 1998). Lors d’un "Partenariat Public-Privé", l’Etat ou une institution étatique délègue ses fonctions à une société privée dans le cadre d’un contrat de prestations. Pour le cas du Cameroun, c’est une entreprise privée, la Société Hygiène et Salubrité du Cameroun (HYSACAM), qui est agréée pour assurer le ramassage des déchets. Malgré le recours à une expertise externe et privée, l’offre d’hygiène et de salubrité à Yaoundé reste médiocre et inégalement répartie dans l’ensemble de la ville. Le taux de collecte des déchets oscille entre 35 et 45% ( Sotamenou, 2010 ; Ngambi et al., 2011). Mais cette situation n’est pas unique à la ville de Yaoundé, car de nombreuses études réalisées à partir de 2000 dans la plupart des villes africaines montrent que les stratégies adoptées par les Etats pour gérer les déchets urbains sont peu efficaces. Ceci a favorisé, dans la plupart des villes africaines, l’initiation de divers services informels organisés par les populations afin d’assainir leur cadre de vie (Onibokun Adepoju, 2001 ; Tini, 2003 ; Ngnikam, 2002 ; Tezanou et al., 2001 ; Ngambi, 2006, 2008 ; Bontianti et al., 2008 ; Lawson et al., 2008 ; Diawara, 2009 ; Mérino, 2010 ; Sotamenou, 2012). La marginalité de certains quartiers dans l’accès au système formel de gestion des déchets a favorisé le développement d’un service parallèle de collecte des ordures auprès des ménages. Il s’agit notamment de la précollecte. C’est une opération qui consiste à rassembler les déchets dans des récipients ou des véhicules à traction humaine ou animale pour leur cheminement depuis leur lieu de production jusqu’au lieu de prise en charge par le service de collecte officiel (Chalot, 1991). Ce système permettant d’universaliser la collecte des déchets à Yaoundé a été également instauré dans d’autres villes africaines comme Dakar, Cotonou, Abidjan et Lomé (Zahrani, 2006 ; Ngnikam et Tanawa, 2006). Ce service alternatif, encore non reconnu par l’Etat au Cameroun, et bien d’autres tels les réseaux informels de distribution d’eau et d’électricité, ont été analysés par Jaglin (2010) dans les villes africaines comme l’expression d’un modèle composite dans lequel le réseau cohabite avec les extensions non conventionnelles de son propre système sociotechnique et des fonctionnalités hors réseau. Ces offres alternatives de services en milieu urbain africain et à Yaoundé en particulier, comme le souligne aussi Jaglin (2012), sont flexibles, s’adaptent à l’évolution urbaine et sont surtout destinées aux populations pauvres. A Yaoundé, la précollecte comme activité populaire et informelle reste stigmatisée par les pouvoirs publics comme dangereuse et polluante. Pourtant on se rend compte sur le terrain qu’elle a des enjeux multiples sur le plan socioéconomique, environnemental et permet surtout au système urbain de gestion des déchets de fonctionner et de limiter les risques relatifs à l’hygiène et à la salubrité. L’objectif de cette étude est de montrer le contexte d’émergence de la précollecte à Yaoundé, l’extension de cette activité, son gain social et environnemental. Une analyse sera également faite sur les contraintes limitant l’expansion de la précollecte à Yaoundé.

Méthodologie pour comprendre l’activité de la précollecte à Yaoundé

2Pour appréhender la problématique de la précollecte à Yaoundé, la méthode empirique a été utilisée. Elle s’est basée les observations et les enquêtes sur le terrain.

Les observations de terrain

3Les observations sur le terrain ont été essentielles pour examiner certains problèmes (accès des précollecteurs dans les quartiers, difficultés rencontrées par les travailleurs, identification des zones couvertes par la précollecte) et suivre de près le déroulement de la précollecte dans les quartiers. Nos sorties sur le terrain étaient parfois guidées par les chefs de quartiers, les jeunes des quartiers, ou les responsables d’associations de précollecte.

Les enquêtes par le biais d’un interlocuteur ou enquêtes qualitatives

4Des enquêtes par le biais d’un interlocuteur ou entretiens semi-directifs ont été réalisés auprès des personnes ressources publiques ou privées intervenant dans le domaine des ordures ménagères. Les personnes rencontrées occupaient des places importantes dans leur structure. Elles étaient les mieux outillées pour nous fournir les données qualitatives nécessaires à l’analyse de la situation. La technique employée a été l’enquête par interview. Nous avons travaillé dans cette phase avec les responsables des services Hygiène et Environnement des sept Communes d’Arrondissement de Yaoundé (CAY), le chef des services techniques de la Communauté Urbaine, les responsables des services Hygiène et Environnement des ministères impliqués dans la gestion des déchets et les associations de précollecte (tableau 1).

Tableau 1 : Acteurs rencontrés pendant la collecte des données sur la précollecte à Yaoundé

Acteurs

Nombre

Echelle d’action

Ministères

4

Communautaire

Syndicats

1

ONG

3

Communauté Urbaine

1

Associations, ONG, GIC

19

Communale

Municipalités locales

7

Précollecteurs indépendants

10

Source : Investigations de terrain, 2013

Les enquêtes quantitatives

5Le questionnaire est l’outil qui a permis de collecter les données dans cette phase de travail. Pour y arriver, nous avons sollicité l’appui de deux doctorants en géographie, une doctorante en sociologie et 4 étudiants en Master 2 en géographie de l’Université de Yaoundé. Il y a eu au préalable une séance de travail théorique sur les types de données et les résultats que nous escomptions obtenir. Une enquête préliminaire a été faite dans les quartiers de Bastos, Odza, Etam Bafia, Mendong, Tsinga et Dagobert pour être certains que les enquêteurs aient bien retenu les consignes et pour réajuster le questionnaire par rapport aux données recherchées. Il s’agissait entre autres de cerner les actions des précollecteurs auprès des habitants, le coût du service rendu, la perception de la précollecte par les populations. Nous avons interrogé au total 600 ménages inégalement retenus dans 26 quartiers ayant toutes les composantes sociales dans les sept arrondissements de Yaoundé. Il faut signaler que les enquêtes ont été effectuées même dans les quartiers où ne se pratique pas la précollecte. Pour un bon suivi des activités, un briefing journalier était effectué pour faire le point sur l’avancée de l’enquête et les problèmes rencontrés. Les chefs de ménages qui acceptaient de nous accorder du temps répondaient librement aux questions et l’enquêteur se chargeait de prendre des notes. Dans certains cas, les questionnaires étaient laissés et l’enquêteur revenait à une date fixée par le chef de ménage pour faire l’entretien. Il est arrivé plusieurs fois que le chef de ménage change d’avis et dans ce cas on trouvait un autre ménage pour répondre au questionnaire. Malgré le rallongement de la durée du travail dû à l’abandon ou le refus de certains chefs de ménages, l’objectif "600 questionnaires" dûment remplis et retournés aux enquêteurs a été atteint.

Contexte d’émergence de la précollecte à Yaoundé

  • 1 La précollecte n’est pas encore intégrée dans le système de gestion publique des déchets au Camerou (...)

6La précollecte 1est la première étape dans le processus de gestion des déchets urbains. Elle consiste à collecter les déchets auprès des ménages et à les acheminer vers les points de collecte agréés ou vers les dépôts sauvages, par un matériel roulant à traction animale ou humaine et par des véhicules motorisés. La mise en place des structures de précollecte à Yaoundé répond aux besoins des populations pour améliorer leur cadre de vie. La précollecte est surtout la riposte aux insuffisances des services publics de gestion des déchets afin d’apporter une solution d’ensemble efficace à la collecte des déchets auprès des ménages. L’émergence des groupes de précollecte dans la ville de Yaoundé est le résultat de l’adoption de la loi n°90/053 du 19/12/1990 portant sur les libertés d'association au Cameroun. En 1992, deux autres textes importants, la loi n° 92/006 du 14 août 1992 et le décret n° 92/455/PM du 23 novembre 1992, sont créés et rendent opérationnels les groupes d’initiatives communes (GIC) et les sociétés coopératives. La période de mise en place des textes juridiques sur les libertés d’association coïncide à cette période avec l’arrêt momentané des activités de HYSACAM, chargée de collecter, de transporter et de traiter les déchets produits à Yaoundé. Au Cameroun, la loi n’autorise pas les acteurs de la société civile (associations, ONG, GIC, etc.) à intervenir dans la gestion publique des déchets. Mais, face à la montée fulgurante de l’insalubrité urbaine, la précollecte apparait comme un palliatif pour la prise en charge d’une partie des déchets produits par les ménages. La multiplication des structures de précollecte a été également facilitée par le Programme Social d’Urgence (PSU). Ce programme bilatéral Cameroun-Banque Mondiale avait pour objectif de remédier aux problèmes d’insalubrité dans les villes de Douala et Yaoundé. La réalisation du PSU s’est appuyée sur les ONG, les GIC et les petites associations de quartier pour le curage des caniveaux, le balayage des rues et le ramassage des déchets ménagers. On dénombre en 1996 vingt-six organisations chargées de l’encadrement des éboueurs. Malheureusement, le PSU se solde par un échec cuisant. Les diverses structures intervenant dans le Programme n’ont aucune expérience et viennent juste pour bénéficier des financements gracieux offerts par les promoteurs (le financement du programme s’élève à près de 2 milliards de FCFA/an et chaque éboueur gagne 1500 F CFA/jour). Le PSU n’avait pas prévu le volet traitement des déchets. Chaque précollecteur déversait les ordures ramassées dans un lieu de son choix d’où la multiplication dans toute la ville d’un nombre impressionnant de dépôts sauvages (PS-Eau, 2002). L’émergence de la filière de précollecte a été aussi facilitée par le contexte socioéconomique. En effet, face à la rareté de l’emploi, les jeunes diplômés des universités et grandes écoles se sont retrouvés au chômage. En outre, dans les quartiers, le nombre de jeunes désœuvrés et sans formation initiale ne cessait d’augmenter. La rareté de l’emploi a amené la jeunesse à mettre en place des structures associatives de précollecte à but lucratif dans les quartiers pour tenter de résoudre leur problème de pauvreté. Dès lors, on a assisté au début des années 2000 à la création de plusieurs groupes de précollecte.

Zone d’influence de la précollecte dans la ville de Yaoundé

7Nous relevons que l’offre de prestations de précollecte reste insuffisante et inégalement répartie dans la ville de Yaoundé (figure 1). Dans les quartiers où se pratique la précollecte, 90 % des ménages enquêtés affirment avoir été en contact avec les structures de précollecte mais seulement 35 % ont adhéré au projet et payent régulièrement leur facture (Investigations de terrain, 2014). Cependant, tous les ménages sont unanimes pour dire que la précollecte est un service adéquat pour améliorer la salubrité dans leur cadre de vie et souhaitent qu’elle s’étende dans tous les quartiers non desservis par HYSACAM. Bien qu’elle soit très localisée, la précollecte est connue par 50,3 % des ménages dans l’ensemble de la ville de Yaoundé. Les personnes n’ayant pas connaissance de cette activité (49,7 %) se trouvent dans les quartiers riches, moyens et dans l’habitat collectif où le service public de gestion des déchets est plus présent (Ngambi, 2015).

Figure 1 : Couverture de la précollecte dans la ville de Yaoundé

Figure 1 : Couverture de la précollecte dans la ville de Yaoundé

8L’analyse de la figure 1, complétée par le tableau 2, montre que le service de précollecte est assuré par onze structures dans la Communauté Urbaine de Yaoundé. Cinq communes d’arrondissement sur sept sont partiellement couvertes. Dans la commune de Yaoundé 5 un seul quartier est couvert par la précollecte. A contrario, la commune d’arrondissement de Yaoundé 6 (CAY6) regroupe 54,54 % des structures de précollecte. Ceci peut se justifier par le fait que dans les années 1990, les premières expériences de précollecte ont débuté dans cette commune. La plupart des structures créées à partir de 2000 ont également leur siège social dans ladite commune ainsi que les ONG chargées d’aider les associations et GIC pour la valorisation des déchets. Les associations et GIC ayant pu pérenniser leurs activités malgré les difficultés rencontrées se trouvent également dans la CAY6. Cette unité administrative est devenue en quelque sorte un laboratoire d’expérimentation et de développement des projets d’assainissement et de valorisation des déchets dans la ville de Yaoundé.

Tableau 2 : Structures de précollecte actives dans la ville de Yaoundé

Nom de la structure, siège social et zone d’intervention

Nombre d’éboueurs

Nombre de ménages et coût des prestations

Prix par ménage

Parc du matériel

Nombre de quartiers desservis

Activités associées

ACHE,

Yaoundé 4

Yaoundé 4

8

1000-1500

500-1000

FCFA

19 paires de bottes, 4 PT, 8 BR, 10 PE et une boîte à pharmacie

Minboman 1, 2 et 3

Compostage

Construction des toilettes sèches

AJEPAN, Yaoundé 6

Yaoundé 6

3

200-300

500 FCFA

2 PP, 3BR, 6 PE

Nkol Bikok

Récupération des plastiques et métaux

CAD Melen 8, Yaoundé 6

Yaoundé 6

8

1000-1200

500-1000

FCFA

10PP ; 7 PE

Melen

Compostage

APROYSA, Yaoundé 3

Yaoundé 3

3

800-1000

200 FCA

7BR, 3PT

Ngoa Ekellé 1, 2, 3, Obili

Club des volontaires de Mvog Ada, Yaoundé 4

Yaoundé 4

9

800-1000

50 FCFA minimum

15 Blouses, 17 Casques de sécurité, 01 boîte à pharmacie, 20 paires de bottes, 6BR, 10PT

Mvog Ada

Compostage,

Curage des caniveaux, désherbage, balayage des rues

Tam-Tam Mobile, Yaoundé 6

Yaoundé 3 et 6

6

700-800

500 -1500

FCFA

6 PPT, 10 BR, 60 cache-nez, 17 blouses, 13 paires de Bottes, 15 paires de gants, 15 imperméables, 8 PE

Melen 1, Melen 3-6, 8

Etoug Ebe

Compostage

Sensibilisation et formation

ACDM,

Yaoundé 2

Yaoundé 2

6

600-800

500-1000

FCFA

6PT, Gants et bottes (nombre indéterminé)

Madagascar,Nkomkana

Compostage

Récupération métaux ferreux et non ferreux, plastiques et verre

GIC JEVOLEC, Yaoundé 6

5

300

500-1000

FCFA

4PT, 8 paires de gants, 7 paires de bottes

Mendong, Mbenda, Nkol Nzie

Récupération des métaux ferreux et non ferreux, plastiques

Sarkan Zoumounti, Yaoundé 2

Yaoundé 2

12

1000-1500

500-1000

FCFA

15PT, 3 bacs HYSACAM

Tsainga 1, 2

Ekoudou 1-7

Briqueterie centre 1-2 ; Briqueterie Est 1-4 ; Briqueterie Ouest ;

Curage des caniveaux, formation et sensibilisation, compostage, Récupération des métaux ferreux et non ferreux, plastiques

GIC VOCAPE, Yaoundé 5

Yaoundé 5

3

150

500-1000

FCFA

2 PT

Ngousso

Récupération des métaux ferreux et non ferreux, plastiques

GIC Le VERT,

Yaoundé 6

Yaoundé 3 et 6

20

2500-3000

500-1000

FCFA

30PT, 25BR, 30 blouses,

26 paires de gants, 27 paires de bottes

100 machettes,

40 cache-nez, 1 boîte à pharmacie.

Ahala, Nsam, Dakar, Obobogo, Mendong, Nsimeyong 1 et 2, Etoug Ebe 1 et 2, Efoulan, Elig Effa, Messa, Biyem-Assi, Melen 1-3

Curage des caniveaux, désherbage

Récupération des métaux ferreux et non ferreux, plastiques

Légende : Yaoundé : siège social ; Yaoundé : zone d’activités ; BR : Brouette ; PT : Porte-tout ; PE : Pelle.

Source : Associations de précollecte, 2013.

9La précollecte couvre 26 quartiers et près de 60 sections de quartiers. Les structures travaillent rarement au-delà de la municipalité où se trouve leur siège social. Seuls Tam-Tam Mobile (7 sections de quartiers) et GIC le Vert (16 sections de quartiers) ont pu étendre leurs activités dans deux communes. La plupart des associations de précollecte sont sous-équipées. Les effectifs des éboueurs sont trop faibles et très instables. Le nombre de ménages confié à un éboueur est quelquefois au-dessus de sa capacité de travail. Un éboueur débutant doit desservir 100 ménages et s’il est robuste et engagé, il peut gérer 150 ménages sans trop se fatiguer (Chef d’équipe des éboueurs Tam-Tam Mobile, enquêtes de terrain, décembre 2013.). Au-delà de 150 ménages, la qualité du travail sur le terrain se détériore (retard de ramassage, oubli de certains ménages) et la condition physique de l’éboueur se dégrade rapidement au bout de six mois de travail. Cet aspect est encore négligé par les employeurs, pourtant c’est la principale cause de démission d’un grand nombre d’éboueurs, dont le taux atteint 50 % dans certaines structures (Ngambi J, 2015).

Typologie et fonctionnement de la précollecte à Yaoundé

10Les femmes et les enfants se chargent généralement de stocker les déchets hors de la maison dans un contenant de leur choix pour qu’ils puissent être facilement accessibles aux éboueurs. Dans les quartiers, deux types de précollecte en porte-à-porte sont offerts aux Yaoundéens : la précollecte de groupe ou individuelle.

Précollecte en porte-à-porte de groupe

11Elle est pratiquée par les associations, les ONG, les regroupements des jeunes du quartier, les GIC, les PME, etc. Les déchets sont ramassés auprès des ménages et transportés par une brouette, un pousse-pousse ou une charrette à traction animale pour être acheminés dans un bac à ordures, un point de regroupement agréé ou non par la municipalité. Le contrat de prestations entre les parties prenantes peut être écrit ou verbal. Toutefois, pour être sûrs de l’engagement des ménages, 90 % des précollecteurs ont opté pour un contrat écrit et signé.

Précollecte en porte-à-porte individuelle

  • 2 Ce trafic permet aux « vider-poubelle » de revenir solliciter l’enlèvement des ordures ou l’élimina (...)

12Elle a été mise en place par les précollecteurs indépendants. Il peut s’agir d’anciens éboueurs ayant travaillé dans une structure qui a fait faillite ou ayant décidé de se mettre à leur compte, ou de jeunes des quartiers souhaitant gagner de l’argent. Ils négocient des contrats verbaux et déterminent avec les chefs de ménage la fréquence de collecte des déchets. Par exemple, dans la zone estudiantine de l’université de Yaoundé 1, une variante de précollecteur indépendant s’est développée à la fin des années 1990. Il s’agit des "vider-poubelle". Ce sont les précollecteurs spontanés. Ils n’ont pas de contrat avec un ménage. Ils parcourent les quartiers en signalant leur passage aux ménages par l’alerte "vider-poubelle". Leurs services sont payés à la tâche et immédiatement après qu’ils aient été sollicités (leur slogan : payer avant d’être servi). Cette catégorie de précollecteurs est composée à 80 % de scolaires âgés de 6 à 10 ans (Investigations de terrain, 2013). La fourchette de paiement de leurs prestations se situe entre 50 et 100 FCA. Toutefois, les "vider-poubelle" sont de moins en moins sollicités à cause de leur mode opératoire peu crédible. Les demandeurs de services des "vider-poubelle" se sont rendu compte que 50 % du volume des déchets qui leurs sont confiés n’atteignent pas les bacs à ordures ou les points de regroupements agréés (Investigations de terrain, 2013). Les "vider-poubelle" déversent les ordures dans la nature, les remettent parfois dans les poubelles des maisons environnantes ou créent intentionnellement des dépôts sauvages en bordure de route et aux alentours des habitations2.

Déroulement de la précollecte sur le terrain

13Les circuits de précollecte sont définis à l’intérieur des bidonvilles très mal dotés en voies de communication (photo 1). Les zones d’habitation s’étendent jusqu’aux sites inondables et sur les pentes fortes. Pour répondre aux sollicitations de tous les ménages, deux modes opératoires sont combinés par les précollecteurs. Premièrement, les pousse-pousse et les brouettes sont utilisés sur les pistes de 1 à 2 mètres de large et les rues carrossables qui sillonnent les quartiers. La distance entre le bac et le dernier ménage situé dans l’arrière-quartier peut dépasser 1 km. La photo 1 fait ressortir quelques dépôts à mi-chemin créés à la jonction entre les rues secondaires et parfois entre les pistes. Cette stratégie permet aux éboueurs d’être plus rapides dans le ramassage et moins épuisés.

Photo 1 : Organisation des circuits de précollecte sur le terrain

Photo 1 : Organisation des circuits de précollecte sur le terrain

14Une fois le stockage à mi-chemin terminé, les sacs d’environ 50 kg sont transportés par un porte-tout et déversés dans le bac HYSACAM le plus proche, généralement situé sur la voie principale bitumée (photo 2). Les performances d’un éboueur sont influencées par la qualité du matériel roulant qu’il utilise et l’état du terrain. Dans les villes comme Bamako, Thiès et Ouagadougou, les déchets sont transportés dans des charrettes à traction animale (Ngnikam, 2006). Les animaux peuvent tirer une charge supérieure à 500 kg. A Yaoundé, les précollecteurs utilisent uniquement des brouettes, des pousse-pousse ou porte-tout qu’ils tirent à la force de leurs bras. Un porte-tout à traction humaine ne peut pas supporter des charges dépassant 200 kg et le précollecteur lui-même ne peut pas déplacer une charge allant au-delà sur un relief accidenté (Ngambi, 2006).

Photo 2 : Transport et déchargement des sacs de déchets dans les bacs par les éboueurs, Ngambi Jules 2013
A : Eboueur Tam-Tam Mobile

Photo 2 : Transport et déchargement des sacs de déchets dans les bacs par les éboueurs, Ngambi Jules 2013 A : Eboueur Tam-Tam Mobile

: Précollecteur indépendant

B : Précollecteur indépendant

15Les porte-tout sont utilisés dans leur état d’origine (A) ou alors modifiés et adaptés par l’ajout de roues de véhicule pour supporter plus de poids (B). L’usage des bacs à ordures par la précollecte est le résultat d’une aide accordée par HYSACAM pour faciliter le travail des éboueurs et aussi pour éviter la décharge des ordures dans la nature.

16Deuxièmement, dans les zones où les pistes conduisant aux ménages sont encombrées et très étroites, le précollecteur est contraint d’utiliser la force de ses bras ou de porter sur sa tête les sacs de déchets vers une brouette, un porte-tout ou un point de stockage à mi-parcours (photo 3). Aucun éboueur n’est épargné par cet exercice physique car la précollecte se fait dans des quartiers ayant un relief collinaire.

Photo 3 : Etats des pistes et déplacement des éboueurs chargés de sacs de déchets, Ngambi Jules 2013
A : Piste parcourue par les éboueurs dans le quartier Ngoa Ekellé

Photo 3 : Etats des pistes et déplacement des éboueurs chargés de sacs de déchets, Ngambi Jules 2013 A : Piste parcourue par les éboueurs dans le quartier Ngoa Ekellé

B : Transport à la main des sacs de déchets à Etoug-Ebe

B : Transport à la main des sacs de déchets à Etoug-Ebe

17Les pistes sont difficiles d’accès et surtout sectionnées par des talus dans la plupart des quartiers spontanés où se déroulent les activités de précollecte (A). A cela s’ajoutent les constructions sur les rues et pistes qui desservent les quartiers. Ceci rend le passage plus difficile, voire impossible, même pour des brouettes et porte-tout. Le travail des précollecteurs dans ces conditions devient plus pénible (B).

Le coût du service de précollecte : des prix accessibles même pour les ménages pauvres

18D’après nos enquêtes, l’avis des Yaoundéens sur l’importance de la précollecte est très positif (84 %), et ce quelle que soit leur classe sociale. L’engagement des ménages à adhérer au projet de précollecte est aussi très significatif dans la ville de Yaoundé (67 %). Cependant tous ne consentent pas à payer le même prix pour ce service (tableau 3) : 42% des ménages souhaitent payer leur facture de précollecte à 500 FCFA tandis que 24% des ménagent proposent 1000 FCFA. Les personnes ayant proposé 200 FCFA (20%) se rencontrent dans les ménages de chômeurs et dans le milieu universitaire.

Tableau 3 : Opinion des populations sur la précollecte et consentement du prix à payer

Effectif

Prix à payer pour la précollecte

Paiement pour la précollecte

Total

Oui

Non

200

Opinion sur la précollecte

Bonne

113

2

115

Mauvaise

0

7

7

Total

113

9

122

300

Opinion sur la précollecte

Bonne

56

14

70

Mauvaise

0

13

13

Total

56

27

83

500

Opinion sur la précollecte

Bonne

135

67

202

Mauvaise

0

50

50

Total

135

117

252

1000

Opinion sur la précollecte

Bonne

101

28

129

Mauvaise

0

14

14

Total

101

42

143

Total

Opinion sur la précollecte

Bonne

405

111

516

Mauvaise

0

84

84

Total

405

195

600

Source : Enquêtes de terrain, 2013

19Les fourchettes de prix proposés par les responsables d’un ménage (hommes ou femmes) se justifient par leurs revenus plus ou moins bas et la volonté d’honorer leurs engagements envers le précollecteur à la fin du mois. Mais le coût des prestations est également fixé par rapport aux quantités de déchets qu’un ménage peut produire. Ainsi, dans une maison de 1 à 3 occupants, le montant à payer est de 500 FCFA/mois ; 1000 FCFA/mois pour 3 à 5 personnes, et 1500 FCFA/mois pour plus de 5 individus dans une maison (associations de précollecte, 2013). La population estudiantine bénéficie d’un tarif exceptionnel de 200 FCFA/mois. Selon les précollecteurs, ces prix ont été bien étudiés et ajustés aux portefeuilles des ménages pour permettre au plus grand nombre d’accéder à leurs services. Les responsables des structures de précollecte jugent que les prix de leurs prestations à Yaoundé ne permettent pas de faire fortune et les qualifient d’actions sociales et humanitaires. Néanmoins, les retombées de la précollecte permettent d’assurer un fonctionnement minimum des structures (masse salariale, renouvellement du matériel, frais de loyer, etc.) et restent la principale source de revenus de 70 % des promoteurs, les 30% restants provenant des partenaires financiers.

Quels enjeux pour l’institutionnalisation de la précollecte à Yaoundé ?

20La précollecte est en passe d’être une activité complémentaire dans le renforcement de la gestion des déchets dans l’ensemble de la ville de Yaoundé. Une institutionnalisation de cette activité permettrait des avancées importantes.

Consolider la gestion locale des déchets dans les municipalités

  • 3 Les services techniques dans les communes d’arrondissement de Yaoundé affirment n’être que des figu (...)

21Les moyens techniques, matériels et financiers qui sont les éléments indispensables pour la gestion des déchets urbains sont jusqu’à présent la propriété exclusive de la Communauté Urbaine. Mettre fin au monopole des ressources contribuerait à une meilleure intégration de toutes les Collectivités Territoriales Décentralisées dans les projets de gestion des déchets à Yaoundé. Il s’agit surtout de rendre les Communes d’Arrondissement moins dépendantes des ressources financières, techniques et matérielles qui sont essentielles à la réalisation des projets locaux de collecte et de valorisation des déchets. Ceci interpelle une fois de plus l’Etat sur les droits des Commune d’Arrondissement à bénéficier d’une partie de la taxe de développement local prévue par la loi. L’octroi de cette mesure d’accompagnement aux municipalités pour la réalisation des projets d’enlèvement des déchets au niveau local marquerait un réel transfert de compétence et donc un premier pas vers la démonopolisation3.

22De ce fait, les municipalités seront autonomes et disposeront des moyens nécessaires pour initier des collaborations avec la société civile. Il est vrai qu’au Cameroun, les questions politiques et le transfert réel du pouvoir, quels que soient le domaine et l’échelle des décisions, sont encore des sujets sensibles et complexes. Cependant, rien n’empêche les élus locaux d’innover. Par ailleurs, la loi n°2004/017 du 22 juillet 2004 sur la décentralisation, prônée par l’Etat comme le meilleur outil de la promotion du développement local, donne à toute commune le droit de concéder ses services à un tiers. Les conseils municipaux peuvent dans ce cas se permettre de créer un système de gestion des déchets négocié pour expérimenter une nouvelle gouvernance locale dans laquelle divers acteurs vont collaborer. Tous les services techniques des CAY rencontrés sont unanimes sur le rôle indéniable joué par la précollecte dans l’assainissement de leurs unités administratives et ils souhaitent établir une coopération formelle avec les associations, les ONG et les GIC apportant leur aide dans l’assainissement de la ville. Le système de gestion négocié a l’avantage de mettre en relation plusieurs intervenants avec leurs expertises riches et variées et crée une complémentarité entre les différents services. Le contrôle des ressources publiques mobilisées par les municipalités peut être garanti par la délivrance d’agréments à durée déterminée et la définition d’objectifs de travail. Le renouvellement de l’agrément sera précédé d’une évaluation des résultats obtenus par la structure, évaluation dont les critères seront préalablement définis et approuvés par les parties prenantes (Conseils Municipaux et organes représentatifs des groupes de précollecte). La mise en place d’un système de gestion des déchets négocié peut être une meilleure stratégie pour faciliter le développement des projets de précollecte/compostage et surtout de leur extension dans toute la ville de Yaoundé.

Utiliser les précollecteurs comme ambassadeurs de tri auprès des ménages

  • 4 Il peut s’agir d’un appui financier, matériel, ou encore de formations visant à étoffer leurs compé (...)
  • 5 Lors de nos investigations de terrain, les préoccupations suivantes ont constitué 90% des réponses  (...)

23Le lancement de la collecte sélective à Yaoundé résonne constamment dans les discours des personnalités publiques sans toutefois que soit indiquée la stratégie à mettre en place pour réaliser cette vaste opération. Les Yaoundéens se limitent pour l’instant à un tri intéressé sur les objets qu’ils peuvent vendre sur le marché. La formalisation d’un tri des déchets peut passer par une collaboration entre l’Etat (via les municipalités), les précollecteurs et les ménages. La présence des précollecteurs dans les zones non desservies par le service public des déchets a permis aux ménages de retrouver le sentiment d’appartenir au reste de la ville dans l’exécution de la politique d’hygiène et de salubrité. Si les municipalités fournissent aux précollecteurs les moyens4 d’assurer un travail régulier, la confiance que cela susciterait auprès des ménages serait un atout pour lancer le tri des déchets en s’appuyant sur les directives préalablement définies par les autorités publiques. La réussite d’une telle opération dépend de l’intérêt que les ménages y trouveront, et cela doit être garanti par un texte juridique5. Un arrêté municipal peut ordonner que les ménages voulant s’investir dans un minimum de tri (séparation des matières biodégradables des matières non biodégradables) bénéficieront des réductions de paiement des factures de précollecte voire de la gratuité des services. Ceci peut être également un moyen pour sensibiliser d’avantage les ménages à faire la récupération des objets valorisables qu’ils peuvent vendre aux récupérateurs. Tous les dirigeants des structures de précollecte rencontrés ont l’intention de faire de la récupération une activité à part entière si leurs moyens de travail s’améliorent et que l’Etat définit un cadre juridique pour réguler le tri des déchets au niveau des ménages.

Créer des emplois dans le domaine des déchets et contribuer à la réalisation des objectifs de lutte contre la pauvreté

24Pour répondre aux préoccupations des populations sur l’amélioration des conditions de vie, le Cameroun a élaboré un Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté (DSRP). Dans l’axe 2 du DSRP, le Gouvernement camerounais est déterminé à accélérer les réformes afin de diversifier l’économie et relever le taux de croissance aux environs de 6% en moyenne sur la période 2005 à 2015 (BIT, 2003). La réalisation de cet objectif est basée sur le développement du secteur rural : appuyer les opérateurs pour favoriser la production, assurer des revenus et la sécurité alimentaire aux populations ; l’industrie manufacturière : favoriser la compétitivité générale et appuyer l’essor des filières agroalimentaire, textile et transformation du bois pour relever la contribution de l’industrie à la croissance ; et les services : faciliter le développement du tourisme, des technologies de l’information et de la communication, des transports et des finances. Le DSRP a permis au Gouvernement du Cameroun de maintenir la stabilité macroéconomique et d’enregistrer des taux de croissance positifs. Toutefois, le profil général de croissance (moins de 4% en moyenne) est resté en dessous du niveau espéré pour résorber substantiellement la pauvreté. Le taux de pauvreté monétaire est resté quasiment stable sur la période 2001-2007, passant de 40,2 % en 2001 à 39,9 % en 2007 (Institut National de la Statistique, 2002 ; 2007). De plus, le marché du travail est toujours caractérisé par l’informel : 90,5 % en 2010 et 90,4 % en 2005. Les insuffisances du DSRP ont conduit le gouvernement à réviser sa stratégie en mettant en avant la création de richesses et d’emplois comme piliers de la réduction de la pauvreté. Si stratégie présente des qualités, elle reste focalisée sur les domaines connus sans apporter d’innovation (créer ou intégrer d’autres secteurs d’activités). Or les déchets sont acceptés de nos jours comme une ressource exploitable et peuvent contribuer à l’atteinte des objectifs de l’Etat, à savoir la création d’emplois. Les diverses activités liées aux déchets à Yaoundé et dans plusieurs autres villes camerounaises mobilisent déjà un grand nombre de travailleurs. La prise en compte de ce domaine d’activités par l’Etat dans le DSRP serait une innovation et une vaste richesse à valoriser pour faire reculer le chômage et la pauvreté. Si la formalisation des filières comme le recyclage et la méthanisation avec récupération d’énergie semble coûteuse, la consolidation de la précollecte et des filières de récupération-réparation-réutilisation est peu coûteuse et sa mise en place moins longue. Ces activités formalisées peuvent renforcer les axes du DSRP. Déjà, les structures de précollecte de Yaoundé, malgré leurs difficultés de fonctionnement et leur caractère informel, ont créé au moins 300 emplois fixes. Les précollecteurs indépendants dépassent une centaine. Ceci ne représente pas 1/10ème du potentiel d’emplois que peut générer cette activité. Dans la ville de Yaoundé, la demande de services de précollecte reste très élevée. Si on y ajoute les métiers pouvant être associés à la précollecte (compostage, récupération), en comptant sur l’appui de l’Etat, on peut arriver à la création d’au moins 4 000 emplois à Yaoundé.

Contribuer à la protection durable de l’environnement et la santé des populations

25Le déversement des déchets dans la nature à Yaoundé a conduit inévitablement à l’enlaidissement du paysage urbain (prolifération des immondices et dépôts sauvages) et à l’apparition d’inondations. Sur le plan humain, tous les Yaoundéens sont unanimes sur le fait que les immondices qui envahissent leur cadre de vie génèrent diverses nuisances. Les populations les plus affectées sont les habitants des quartiers pauvres. Les stratégies municipales pour éradiquer le déversement spontané des déchets dans la nature et la restauration de l’environnement restent insuffisantes et peu efficaces (Ngambi J. R., 2015). Pourtant, les initiatives populaires comme la précollecte ont posé des bases de réflexion qui peuvent être approfondies et exploitées par les autorités pour lancer une véritable "opération de sauvetage" de l’environnement à Yaoundé. Malgré l’extension spatiale très limitée de leurs activités, 83 précollecteurs inégalement répartis dans 11 structures contribuent chaque mois à l’élimination de 304 tonnes d’ordures dans les zones inaccessibles par le service public de déchets (tableau 4). Cette performance est loin d’être satisfaisante. Mais ceci montre que l’objectif des précollecteurs, à savoir assainir l’environnement et améliorer le cadre de vie des populations, peut être atteint si toutes les parties prenantes (Etat, populations et acteurs de la précollecte) se mobilisent.

Tableau 4 : Contribution des structures de précollecte à l’assainissement de l’environnement urbain

Nom de la structure

Fréquence de collecte/ semaine

Nombre d’éboueurs

Quantité moyenne collectée/éboueur/

jour en kg

Quantité de déchets collectés en kg

Semaine

Mois

ACHE

3

8

200

4800

19200

AJEPAN

4

3

150

1800

7200

CAD Melen 8

3

8

350

8400

33600

APROYSA

3

3

150

1350

5400

Club des volontaires de Mvog Ada

3

9

250

6750

27000

Tam-Tam Mobile

3

6

400

7200

28800

ACDM

3

6

250

4500

18000

GIC JEVOLEC

4

5

200

4000

16000

Sarkan Zoumounti

3

12

400

14400

57600

GIC VOCAPE

3

3

200

1800

7200

GIC Le VERT

3

20

350

21000

84000

Total

83

2900

76000

304000

Source : Investigations auprès des structures de précollecte, décembre 2013

26Une enquête concernant le ressenti des populations sur l’impact de la précollecte a été réalisée dans les quartiers où cette activité s’est implantée depuis au moins cinq ans. Le tableau 5 résume quelques-uns de ces impacts et le degré d’appréciation de ceux-ci par les populations. L’amélioration de la propreté et la restauration du paysage des quartiers ont été les premiers résultats indéniables des actions de la précollecte. Pour encourager l’adhésion massive des populations à la prise en charge de leur cadre de vie, des concours entre les quartiers les plus propres ont été lancés par la Communauté Urbaine depuis avril 2007. Ce sont les quartiers ayant passé des contrats avec les précollecteurs qui ont jusqu’ici été vainqueurs des quatre éditions organisées. L’incinération à ciel ouvert, une activité très pratiquée par les Yaoundéens quel que soit le milieu de résidence, a régressé de 2/3 dans la plupart des quartiers où les déchets sont confiés aux précollecteurs. L’importance pour les populations d’éviter cette pratique n’est plus à démontrer car plusieurs ménages affirment ne plus souffrir de l’inhalation des fumées et des cendres qui exposaient leurs enfants aux malaises respiratoires.

Tableau 5 : Impacts de la précollecte sur la qualité de l’environnement dans les quartiers spontanés

Eléments impactés

Ressenti des populations

Positif

Négatif

Neutre

Réduction de la pollution olfactive

86%

0%

16%

Réduction de la pollution visuelle

90%

3%

7%

Baisse des maladies

76%

10%

16%

Réduction des bêtes dans les maisons (cafards, souris, moustiques, etc.)

74%

4%

22%

Amélioration de la propreté dans le quartier

96%

0%

4%

Réduction des dépôts sauvages

97%

0%

3%

Diminution des inondations

55%

20%

25%

Curage des caniveaux et sections de cours d’eau

94%

0%

6%

Réduction des incinérations à ciel ouvert

83%

3%

10%

Source : Enquêtes de terrain, Novembre 2013

  • 6 Les déchets ne sont pas la principale cause du paludisme mais un vecteur important de cette maladie (...)

27Le curage des lits des cours d’eau comme Mfoundi, Mingoa, Tongolo, Ntem et Abiergué a contribué à la réduction des inondations. En outre, les immondices sont des lieux de prédilection de la ponte des anophèles femelles et un lieu de multiplication exponentielle des bactéries par la décomposition des déchets. Leur élimination en grand nombre devant les maisons, sur les bordures de routes, dans les caniveaux et dans les broussailles a permis une régression des maladies comme le paludisme6 qui reste la pathologie la plus répandue dans la ville de Yaoundé. L’emploi des produits toxiques comme les raticides et les insecticides (cafards, moustiques) a également baissé et les populations sensibilisées se mobilisent pour entretenir les alentours de leurs maisons (désherbage, ramassage des boites et bouteilles pouvant contenir de l’eau sale où nichent les moustiques).

Quelles sont les contraintes influençant l’extension de la précollecte à Yaoundé ?

28Les problèmes liés au fonctionnement efficace de la précollecte à Yaoundé résultent du mauvais encadrement des acteurs, de la forte dépendance des précollecteurs à des ressources externes, et de fléaux sociaux comme la corruption et un mauvais système de management des structures.

Négligence de la précollecte par les pouvoirs publics

29La précollecte dans la ville de Yaoundé reste une activité informelle et manque cruellement de l’appui des pouvoirs publics. Les promoteurs de la précollecte déplorent le manque d’engouement des services municipaux même quand ceux-ci sont sollicités pour se joindre aux campagnes d’information et de sensibilisation des populations. Pourtant les municipalités, grâce à leurs pouvoirs, peuvent servir de médiateur pour amener les populations à adhérer massivement aux projets de précollecte implantés dans leurs quartiers. Le délaissement de la précollecte par les mairies est justifié par le manque de moyens matériels et financiers. Mais au sein des Communes d’Arrondissement, il existe un service en charge de la promotion, de l’accompagnement et du développement des activités associatives. Ce service peut utiliser ses capacités humaines et relationnelles pour organiser des ateliers et des séminaires, pour assurer un encadrement technique minimum et proposer des formations aux structures de précollecte. Les moyens d’aider la précollecte à s’étendre et à mieux fonctionner ne se limiteraient donc pas aux aspects financiers et matériels. Le réel handicap serait alors le manque de volonté des administrations publiques à coopérer avec les acteurs de la précollecte pour promouvoir leurs activités. Car les autorités, en particulier municipales, paraissent toujours vouloir garder le contrôle de la gestion locale des déchets même si elles n’en ont pas les moyens.

Manque de compétences et dépendance financière

30Les associations de précollecte naissent sous l’impulsion des jeunes diplômés et des personnes licenciées à la recherche d’une activité lucrative. Aucune structure ne fait d’étude de faisabilité avant l’exécution du projet de précollecte et ne dispose de finances pouvant lui permettre de fonctionner et de rentabiliser même à moyen terme les activités. Nous n’avons enregistré aucun promoteur de la précollecte ayant suivi des études dans la gestion des déchets. Tous se sont engagés dans un domaine mal connu avec pour seul argument la volonté de travailler et de participer à l’assainissement des quartiers. Les bases fragiles de la création des structures de précollecte ne permettent pas d’autofinancer leurs activités, créant une énorme dépendance vis-à-vis des mécènes et des ménages. Ceci est la principale cause de leur échec selon nous. Le plus grand financement de la précollecte dépend des subventions intermittentes des bailleurs de fonds lors de la mise en place des projets d’assainissement. Par ailleurs, la plupart des structures sont en cessation d’activités dès que le projet arrive à son terme. Le paiement des factures des ménages ayant adhéré aux projets de précollecte sont les seules ressources régulières existantes mais elles sont très insuffisantes. Quant aux aides des municipalités, elles se limitent aux offres de prestations ponctuelles et peu rentables comme le curage des caniveaux ou l’élimination de dépôts sauvages (Ngambi, 2015).

Organisation et gestion précaire des structures

31Les opérateurs de précollecte n’ont toujours pas pu créer une instance juridique opérationnelle (syndicats, fédération) pouvant les représenter pour défendre leur cause devant l’administration. La plateforme d’échange créée depuis une dizaine d’années n’a jamais fonctionné du fait de l’absence des membres aux réunions de travail. Ceci a constitué un frein considérable aux activités de réflexion sur le devenir de la précollecte (recherche de solution pour l’extension spatiale, reconnaissance juridique du métier, mise en place des projets communs, etc.). Le problème de gestion du personnel et du matériel se pose également dans le fonctionnement des structures de précollecte. Le matériel roulant utilisé (charrettes à traction humaine et brouettes) s’abime très vite à cause de la nature du terrain (pistes mal entretenues, collines). Les éboueurs sont surchargés par un grand nombre de ménages à desservir et s’épuisent parfois avant même d’avoir parcouru tout leur circuit de ramassage. Les employeurs négligent la sécurité des précollecteurs. Ceux-ci travaillent dans des conditions précaires : manque de casque, cache-nez, gants et tenue de travail adaptés. La mauvaise tenue de la comptabilité ne permet pas de renouveler le parc matériel vétuste. Nous avons aussi constaté que plusieurs éboueurs accumulent les arriérés de salaire.

Comportements opportunistes et corruption

32La mobilisation des financements dans le cadre des projets d’assainissement et de valorisation des déchets par les bailleurs de fonds reste le moment idoine pour que les associations de précollecte puissent signer dans la transparence des contrats importants et relancer leurs activités. Les investigations menées auprès des responsables des structures ayant une expérience d’au moins sept ans ont permis de révéler une autre réalité. En prenant le cas récent du Projet d’Assainissement de Yaoundé (PADY) clôturé en novembre 2011, certains responsables chargés du volet précollecte/compostage ont fait créer des associations à leurs proches pour bénéficier de la manne financière et matérielle du projet. Ces actes soutenus par les réseaux de corruption et commis souvent en toute impunité sont lourds de conséquence pour la réussite des objectifs du projet. Ces déviances, comme le confirme une personne ressource, "asphyxient la précollecte/compostage à Yaoundé. J’ai vu les gens faire appel à leur connaissance pour monter à la hâte une association et acquérir les financements et le matériel. Nous avons déjà décrié ce problème même lors des séminaires ou réunions de collaboration. La seule réponse que nous avons eu c’est notre mise à l’écart. Nos dossiers sont rejetés et on voit émerger du jour au lendemain des associations sans aucune expérience dans les projets. La preuve c’est que même avec les subventions reçues, ces associations ont toujours été incapables de mener des activités de précollecte. Je peux le prouver. D’ailleurs le seul fait que ces associations disparaissent avant même la fin du projet en dit long car ce qui compte pour la plupart des gens c’est le profit et non la cause que nous combattons, c’est-à-dire assainir et promouvoir la valorisation des déchets dans la ville de Yaoundé" (Thierry, président d’une association de précollecte, décembre 2013). Les critères de sélection des partenaires dans des projets de précollecte/compostage mettaient un accent sur l’expérience et la connaissance du domaine d’activités. Aujourd’hui la corruption et les comportements opportunistes ont pris le pas sur les compétences. Ces fléaux sociaux engloutissent ainsi près de 60% des subventions destinées à redynamiser la filière précollecte/compostage à Yaoundé.

Paiements irréguliers des services de précollecte par les ménages

33Les populations adhèrent massivement aux projets de précollecte après les campagnes de sensibilisation. En revanche, le taux de recouvrement mensuel des frais à payer par les ménages atteint difficilement 70 % (Enquêtes de terrain, 2013). Les services de précollecte sont offerts en grande partie dans les habitats pauvres et les ménages accumulent régulièrement des factures impayées. Malheureusement, les contributions des populations restent la principale ressource financière des précollecteurs. Le manque à gagner par rapport au nombre de ménages desservis entraîne constamment la cessation d’activités des associations qui ne peuvent pas renouveler leur parc du matériel et payer leurs éboueurs.

Conclusion

  • 7 Era-D05. Mise en place de structures de pré collecte et de traitement des déchets solides urbains d (...)
  • 8 Tenmiya-D07, Projet d’appui aux petits opérateurs “transporteurs des déchets solides” du quartier d (...)

34Les municipalités n’ont toujours pas pu trouver des stratégies adéquates pour offrir aux habitants un accès équitable aux services d’hygiène et de salubrité dans la ville de Yaoundé. Comme réponse à ce manquement des pouvoirs publics, les populations ont mis en place, sans structuration anticipée, des réseaux parallèles pouvant satisfaire (en partie du moins) leurs besoins en termes de propreté et de sécurité sanitaire. Il s’agit particulièrement ici de la précollecte qui offre un service de ramassage des déchets de proximité dans les quartiers pauvres et marginalisés par le service public des déchets. Ce service alternatif, bien qu’il contribue à universaliser la collecte des déchets dans la ville de Yaoundé, n’est pas légalement reconnu par les pouvoirs publics et ne bénéficie d’aucun programme pouvant faciliter son développement. Pourtant, dans d’autres villes comme Antananarivo, avec le projet ADQua (Assainissement Durable des Quartiers), ou Lomé avec l’adoption d’un guide de contractualisation commune-opérateur de déchets, les municipalités ont favorisé la mise en place et l’accompagnement des systèmes de précollecte (Adjonou, 2008 ; Grolée et Jenn-Treyer, 2007). A Yaoundé, la présence des précollecteurs reste jusqu’à présent tolérée par les autorités publiques parce qu’ils ont démontré par leurs actions dans plusieurs quartiers une grande efficacité à pallier les insuffisances du service public d’hygiène et de salubrité. Le Programme Solidarité Eau (Ps-Eau) a initié le projet Era-D05 7 à Yaoundé mais les autorités publiques ne s’étant pas impliquées, la précollecte est demeurée une activité informelle peu ou pas encadrée. Pourtant les expérimentations menées par le Ps-Eau dans d’autres pays 8 sont dans une phase de consolidation grâce à une articulation institutionnelle, financière et technique facilité par les autorités publiques depuis près d’une décennie (Chalot, 2004). La question de la précollecte à Yaoundé concerne plusieurs enjeux importants comme la création d’emplois, la lutte contre la pauvreté, l’éradication des dépôts sauvages, et l’amélioration du cadre de vie en termes d’hygiène et de salubrité. Par ailleurs, nos investigations ont permis de découvrir qu’au-delà de leur mission d’origine (ramassage des déchets auprès des ménages), la plupart des associations, des Groupes d’Initiatives Communes (GIC) et des Organisations Non gouvernementales (ONG) de précollecte s’investissent dans les activités de valorisation des déchets à travers la récupération et le compostage. L’implication de l’Etat dans la formalisation des activités informelles est parfois perçue comme gênante pour les individus et les groupes organisés car ceux-ci peuvent perdre une partie de leur autonomie. Pour garantir une bonne transition de la précollecte vers une activité légale, des principes et règles de coopération entre les acteurs de la société civile et les pouvoirs publics doivent être établis, garantissant un cadre de travail formel adapté et adopté librement par les parties prenantes (conventions, contrats de prestations). Cette plate-forme d’échanges appuyée par un cadre juridique permettrait de garantir les intérêts (droits et devoirs) et les libertés de chaque acteur en présence.

Haut de page

Bibliographie

Adjonou K., 2008, Guide pour la contractualisation commune-opérateur, précollecte des déchets ménagers, Comité directeur interministériel pour les services essentiels et l’Union des Communes du Togo, 29 p.

Bah Ranie D., 2011, Les mutations du secteur des déchets ménagers dans la ville d’Abidjan : Emergence d’une nouvelle gouvernance ? Working paper FREE n°10, 19 p.

BIT, 2003, Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté, Bureau International du Travail, Cameroun, 60 p.

Bontianti A. et al., 2008, Gestion des déchets à Niamey, Paris, L’Harmattan, 119 p.

Chalot F., 2004, "De l’amont vers l’aval : l’émergence d’une filière de gestion des déchets adaptée aux villes africaines", In Programme Solidarité Eau, Gestion durable des déchets et de l’assainissement urbain, Cosne-sur-Loire, 45-69.

Chalot F., 1991, La commune et ses déchets, Sorman, Paris, 291 p.

Diawara A. B., 2010, Les déchets solides ménagers à Dakar : Environnement, société et gestion urbaine, Thèse de doctorat, Université de Bordeaux 3, 791 p.

Grolée J. et Jenn-Treyer V., 2007, La précollecte des déchets à Antananarivo, Madagascar, Enda Océan Indien, Antananarivo, 130 p.

Institut National de la Statistique, 2007, troisième Enquête Camerounaise Auprès des Ménages, INS, Yaoundé, 100 p.

Institut National de la Statistique, 2002, Deuxième Enquête Camerounaise Auprès des Ménages, INS, Yaoundé, 100 p.

Jaglin S., 2010, "Accès à l’eau, accès à la ville", In Jacquet P., Pachauri R. K., Tubiana L. (dir.), Villes : changer de trajectoires, Paris, Presses de Sciences Po, 183-191.

Jaglin S., 2012, "Services en réseaux et villes africaines : l'universalité par d'autres voies ?", L'Espace géographique, T.41, 51-67.

Lawson et al. (2008), Valorisation des déchets au Bénin : atouts et limites, Projet d’appui à la Gestion des Déchets à la Décentralisation-PGED, ONG DCAM-BETHESDA, Bénin, 68 p.

Merino M., 2010, Déchets et pouvoirs dans les villes africaines : l’action publique de gestion des déchets à Nairobi de 1964 à 2002, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, Pessac, 372 p.

Ngambi J.R., 2015, Déchets solides ménagers dans la ville de Yaoundé-Cameroun : De la gestion linéaire vers une économie circulaire, Thèse de doctorat, Université du Maine, 495 p.

Ngambi J.R. et al., 2011, "La prolifération des décharges sauvages et leurs impacts socio-environnementaux dans la ville de Yaoundé", International Journal Advanced Studies and Research in Africa, 2011 Vol.2, N°1, 52-58.

Ngambi J. R., 2006, Topographie et Gestion des déchets solides ménagers dans l’arrondissement de Yaoundé I, Mémoire de Maîtrise, Université de Yaoundé I, 105 p.

Ngnikam E., Tanawa E., 2006, Les villes d’Afrique face à leurs déchets, Université de Technologie de Belfort-Montbéliard, 281 p.

Ngnikam E. et al., 2002, “Evaluation of the potentialities to reduce greenhouse gases (GHG) emissions resulting from various treatments of municipal solid waste (MSW) in moist tropical climates : application to Yaounde”, Waste Management & research, Vol.20, N°6, 501-513.

Onibokun Adepoju G., 2001, La gestion des déchets urbains. Des solutions pour l’Afrique. CIRDI, Karthala, 256 p.

Ps-Eau, 2002, Déchets D05 : Mise en place de structures des déchets solides urbains dans une capitale tropicale : cas de Yaoundé, Cameroun, Rapport final, 183 p.

Sotamenou J., 2012, Gestion publique des déchets à Yaoundé, La pertinence du compostage, Editions universitaires européennes, 317 p.

Sotamenou J., 2010, "La délégation du service public de gestion des déchets solides en Afrique : A la recherche d’indicateurs de performance", 9th International conference of territorial intelligence, Strasbourg, ENTI, 13 p.

Tezanou J. et al., 2001, "Caractérisation des déchets dans la ville de Ouagadougou", Revue francophone d'écologie industrielle, Déchets Sciences et Techniques, Burkina Faso, 10 p.

Tini A., 2003, La gestion des déchets solides ménagers à Niamey au Niger : Essai pour une stratégie de gestion durable, Thèse de doctorat, Université de Lyon, 306 p.

Zahrani F., 2006, Contribution à l’élaboration et validation d’un protocole d’audit destiné à comprendre les dysfonctionnements des centres de stockage des déchets (CSD) dans les pays en développement. Application à deux CSD : Nkolfoulou (Cameroun) et Essaouira (Maroc), Thèse, INSA Lyon, 269 p.

Haut de page

Notes

1 La précollecte n’est pas encore intégrée dans le système de gestion publique des déchets au Cameroun. Dans ce cas elle reste une activité informelle initiée et menée par les populations et les acteurs de la société civile.

2 Ce trafic permet aux « vider-poubelle » de revenir solliciter l’enlèvement des ordures ou l’élimination des dépôts sauvages contre une seconde rémunération. Pour combattre leurs arnaques, les faits et mouvements des « vider-poubelle » sont surveillés par les habitants. Si un « vider-poubelle » est pris en fragrant délit, il est contraint de ramasser ou d’éliminer le dépôt sauvage qu’il a contribué à créer.

3 Les services techniques dans les communes d’arrondissement de Yaoundé affirment n’être que des figurants dans la gestion des projets d’hygiène et salubrité car tout est contrôlé par la Communauté Urbaine.

4 Il peut s’agir d’un appui financier, matériel, ou encore de formations visant à étoffer leurs compétences.

5 Lors de nos investigations de terrain, les préoccupations suivantes ont constitué 90% des réponses : « Nous n’avons pas un endroit pour jeter nos ordures donc on ne voit aucun intérêt à faire le tri » ; « Nous pouvons faire le tri si ça nous rapporte quelque chose comme un salaire ou un ramassage gratuit des ordures à nos domiciles ». Enquête réalisée dans les quartiers non desservis par le service public des déchets, Décembre 2012.

6 Les déchets ne sont pas la principale cause du paludisme mais un vecteur important de cette maladie car les dépôts sauvages constituent de grands lieux de ponte de l’anophèle femelle qui transmet le paludisme.

7 Era-D05. Mise en place de structures de pré collecte et de traitement des déchets solides urbains dans une capitale tropicale, Yaoundé (Cameroun).

8 Tenmiya-D07, Projet d’appui aux petits opérateurs “transporteurs des déchets solides” du quartier de BASRA à Nouakchott (Mauritanie) ; TechDev-D09, Maîtrise de l’amont de la filière déchets solides dans la ville de Cotonou : précollecte et valorisation (Bénin) ; Eamau-D10, Opportunités et contraintes de la gestion des déchets à Lomé : les dépotoirs intermédiaires (Togo).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Couverture de la précollecte dans la ville de Yaoundé
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27782/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Photo 1 : Organisation des circuits de précollecte sur le terrain
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27782/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Photo 2 : Transport et déchargement des sacs de déchets dans les bacs par les éboueurs, Ngambi Jules 2013 A : Eboueur Tam-Tam Mobile
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27782/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre : Précollecteur indépendant
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27782/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Photo 3 : Etats des pistes et déplacement des éboueurs chargés de sacs de déchets, Ngambi Jules 2013 A : Piste parcourue par les éboueurs dans le quartier Ngoa Ekellé
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27782/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre B : Transport à la main des sacs de déchets à Etoug-Ebe
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27782/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jules Raymond Ngambi, « Les pratiques populaires à la rescousse de la salubrité urbaine : la précollecte, un service alternatif aux insuffisances du système formel de gestion des déchets à Yaoundé », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 789, mis en ligne le 21 septembre 2016, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/27782 ; DOI : 10.4000/cybergeo.27782

Haut de page

Auteur

Jules Raymond Ngambi

Enseignant à la Filière des Métiers du Bois, de l’Eau et de l’Environnement d’Ebolowa, Université de Dschang, Cameroun
Jules.ngambi@univ-dschang.org

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page