Navigation – Plan du site
2016

Aveline-Dubach N., Sue-Ching Jou, Hsin-Huang M.-H. (eds), 2014, Globalisation and new intra-urban dynamics in Asian Cities, Taipei, National Taiwan University Press, 459 p.

Denise Pumain

Texte intégral

1Une quinzaine d’auteurs émanant d’une douzaine d’institutions universitaires prestigieuses en France et en Asie ont relevé le défi de caractériser les changements observés dans les villes d’Asie au cours des dernières décennies. L’hypothèse centrale de cet ouvrage est que la « globalisation », entendue comme « le passage d’un processus d’intégration économique fondé sur les échanges commerciaux entre des États vers un processus animé par des réseaux d’entreprises mondialisés pour la production, la distribution et la finance » (p. 30, ma traduction) a d’importants retentissements sur les dynamiques internes aux villes asiatiques. Ces effets sont d’autant plus sensibles que le décollage urbain et économique dans ces régions a été relativement tardif et très rapide.

2L’ouvrage réussit une démonstration assez convaincante en abordant quatre thèmes dans une quinzaine de chapitres organisés en quatre grandes parties. La première concerne des programmes de régénération urbaine fondés sur la valorisation du patrimoine architectural et culturel, analysés très finement dans des quartiers de Taipei. La deuxième partie pose la question des marges de manœuvre possibles pour des villes « de second rang », assez rarement évaluées par rapport à l’abondante littérature consacrée aux « villes mondiales ». Une variété d’orientations émerge de la comparaison des cas de Kaohsiung à Taiwan, qui bénéficie de la décentralisation industrielle, de Penang en Malaisie, qui s’est d’abord développée à partir de zones franches en s’appuyant sur sa proximité aux frontières internationales et sa position dans le détroit de Malacca, ou de Surabaya en Indonésie. Une belle analyse multi-scalaire des situations géographiques de ces villes est ainsi réalisée par Manuelle Franck et Nathalie Fau. Sophie Buhnik quant à elle montre les effets contrastés du contexte de déclin démographique sur la croissance des quartiers de l’agglomération d’Osaka. La ville accueille d’importantes firmes mondiales mais demeure « dans l’ombre de Tokyo ». Pour tous ces exemples est souligné l’effet déterminant des politiques territoriales, nationales ou locales, qui semble bien constituer une spécificité du modèle asiatique du développement urbain. Le contexte d’une certaine décentralisation de la planification court cependant en filigrane dans plusieurs chapitres du livre, que ce soit par Liling Huang à propos du patrimoine culturel, vu par les gouvernements comme une ressource pour l’attractivité des villes mais aussi revendiqué par d’autres acteurs pour ses qualités esthétiques et identitaires, ou encore dans le dernier chapitre à propos des classes moyennes émergentes étudiées par Yatan Hsiao et Hsin-Huang Michael Hsiao. La troisième partie apporte une explication plus détaillée des processus gouvernant ces évolutions sous la pression de conjonctures mondiales. Une attention particulière est apportée à la propriété du sol et à la répartition des revenus qui en proviennent du fait de l’accroissement considérable des prix fonciers au cours des deux ou trois dernières décennies. Sous l’apparente similitude des formes urbaines, des processus fort différents sont à l’œuvre selon que la rente foncière échoie à l’État, comme à Hong Kong, Singapour et en Chine, ou bien à des opérateurs privés comme au Japon. Le véritable remembrement urbain conduit par ces opérateurs à Tokyo amène Natacha Aveline à considérer que le sol urbanisable devient un capital financier pouvant susciter des bulles explosives par sa trop grande rapidité de valorisation. Une quatrième partie de l’ouvrage examine enfin les conséquences sociales de ces transformations, qui retentissent diversement sur les espaces publics et la vie quotidienne de différents groupes sociaux, qu’il s’agisse des difficiles trajectoires des migrants pauvres sans hukou en Chine observés par Laurence Roulleau-Berger ou des conflits d’usage bien analysés notamment à Hanoi par Sylvie Fanchette et à Delhi par Véronique Dupont.

3Cet ouvrage qui résulte de collaborations actives entre des laboratoires du CNRS, de l’IRD et de l’INALCO et des chercheurs de Taiwan a le double intérêt de porter à la connaissance du public international des recherches francophones nombreuses (21 laboratoires du CNRS sur 93 consacrent d’importants travaux aux pays asiatiques) et de confronter les points de vue et les centres d’intérêt de chercheurs occidentaux et asiatiques sur ce phénomène assez extraordinaire du développement urbain récent des villes d’Asie. Il jette un regard enrichi d’apports pluridisciplinaires sur des processus multi-scalaires qui traversent ces villes. Surtout, il est innovant par l’attention qu’il porte à l’économie de l’espace urbain, en montrant comment s’établissent concrètement les liens entre les formes urbaines réalisées, les populations concernées localement, les systèmes de gouvernance à divers niveaux territoriaux et les jeux de la grande et moins grande finance internationale et des réseaux que construisent les entreprises transnationales. Les chapitres introductifs rédigés par Natacha Aveline, qui replacent ces processus dans les courants d’analyse de la recherche internationale, sont particulièrement éclairants. Demeure une diversité des approches entre les contributeurs, les chercheurs de Taiwan se situant davantage dans la continuité de thématiques américaines tandis que les chapitres rédigés par des francophones révèlent d’autres inspirations, plus éclectiques mais souvent aussi plus géographiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denise Pumain, « Aveline-Dubach N., Sue-Ching Jou, Hsin-Huang M.-H. (eds), 2014, Globalisation and new intra-urban dynamics in Asian Cities, Taipei, National Taiwan University Press, 459 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 13 octobre 2016, consulté le 29 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/27804

Haut de page

Auteur

Denise Pumain

Université Paris 1, UMR Géographie-cités
pumain@parisgeo.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page