Navigation – Plan du site
2016

Elguezabal E., 2015, Frontières urbaines. Les mondes sociaux des copropriétés fermées, Rennes, PUR, 247 p. et Henry L., 2014, Habiter les beaux quartiers à Santiago du Chili, Paris, IHEAL/CREDA, 199 p.

Les torres des centres des métropoles sud-américaines, nouveau modèle du vivre ensemble ?
Thérèse Saint-Julien

Texte intégral

1Ces deux ouvrages visitent le modèle des torres, enclaves résidentielles centrales des grandes métropoles sud-américaines destinées à la résidence des ménages à hauts revenus. Retrouverait-on ici les réflexions un peu usées sur la métropole-archipel, celle des enclosures des classes aisées protégées derrière leurs murs des agressions externes, à la recherche d’une valorisation de leur statut par l’adresse, et de leur capital par le label de la fermeture ? Chacune à leur manière, les deux auteures proposent certains changements de regard sur ces objets urbains pas tout à fait nouveaux mais dont la prolifération depuis la fin du XXe siècle a beaucoup retenu l’attention. Mettant l’accent sur les dynamiques sociales qui président à l’occupation et au fonctionnement interne de ces torres, elles invitent à réviser les lectures souvent faites de ces « quartiers fermés » en général périurbains, ici situés au centre des métropoles.

2À partir du cas de Santiago du Chili, et plus précisément de l’ensemble Las Condes, l’un des plus prestigieux du centre de la métropole, Line Henry s’interroge : peut-on voir dans ce recentrement résidentiel un nouveau modèle métropolitain du mode d’habiter, en rupture avec les puissantes tendances à l’étalement urbain qui, depuis la fin des années 1970, ont pris la forme d’un urbanisme de lotissements fermés de maisons individuelles destinées aux classes moyennes et supérieures ? Pourquoi de riches Santiaguinos ont-ils préféré cette résidence centrale et en habitat collectif ?

3Pour répondre à ces questions, l’auteure va à la rencontre des milieux de l’immobilier, qui ont une grande maîtrise de ces opérations urbaines, de leur conception à leur exploitation, en passant par leur construction. Elle interroge aussi des gestionnaires de la vie quotidienne des torres et un échantillon de résidents sollicités ici pour expliquer leur choix résidentiel et le bilan qu’ils peuvent en faire postérieurement. Line Henry montre que les torres de Las Condes attirent des segments bien particuliers de la population métropolitaine aisée. Un premier concerne des étrangers, souvent locataires, cadres expatriés, fixés provisoirement dans la métropole par des firmes internationales, des ambassades et institutions internationales diverses. Le deuxième est fait de jeunes actifs diplômés, célibataires ou en couple, plus enclins à considérer de nouvelles normes environnementales et à privilégier l’urbanité offerte par la centralité de ces résidences qui, par ailleurs, tout en assurant de bonnes garanties de sécurité, n’évitent pas les désagréments d’une certaine promiscuité. Le dernier segment correspond à des seniors aisés qui refluent vers le centre, abandonnant la vie en périphérie et la maison individuelle dont la charge est devenue trop lourde avec les années.

4Pour Line Henry, cette attraction relativement segmentée n’est pas sans rappeler celle que l’on retrouve dans certains quartiers centraux des métropoles européennes, n’est pas encore lisible comme un renversement du modèle antérieur de périurbanisation de la croissance, mais comme le signe ténu de nouvelles formes de reconquête des centres. L’auteur montre combien l’existence sur ce marché d’un secteur immobilier robuste, innovateur et influent, contribue à cibler minutieusement les attentes des acheteurs et à valoriser ainsi l’image d’un nouveau modèle de pratiques urbaines centrales. Elle souligne aussi que cette image pourrait être consolidée par les attentes de nouvelles générations que le pavillon en périphérie ne fait plus nécessairement rêver, tant les distances à parcourir sont devenues grandes ; le jeu de migrations hebdomadaires ou de vacances, en général assorties de la fréquentation de résidences secondaires, compense en effet certains effets de la relative promiscuité de la vie dans les torres centrales.

5En entrant dans les torres de Buenos Aires, Eleonora Elguezabal déconstruit, de son côté, le modèle des torres vus comme un enclos protégé du dehors mettant à l’abri les classes urbaines aisées. Elle défend la thèse selon laquelle la fermeture ne doit pas être considérée comme une donnée de départ achetée une fois pour toutes, mais comme un processus à réinventer sans cesse, tant dedans et dehors restent dans une permanente et inévitable interdépendance et donc confrontation.

6Retrouvant, comme Line Henry à Santiago du Chili, une grande diversité de torres, Eleonora Elguezabal s’intéresse donc davantage aux dynamiques sociales que se déploient autour du processus de fermeture. À partir d’un riche matériau d’enquête, l’auteure remet en cause le modèle de l’enclosure résidentielle tel que ses promoteurs ont réussi à l’imposer, y compris aux observateurs issus des sciences sociales. Elle montre comment toutes les tensions sociales ordinaires se rejouent à l’intérieur des torres. D’une part, le dedans a beau chercher à se barricader pour se protéger du dehors, il reste à sa merci pour la maintenance et le fonctionnement interne de ce système fermé (gestionnaires, personnel de gardiennage, de sécurité, d’entretien et de maison, moniteurs et professeurs en tous genres, etc.). Dans ce contact permanent entre dedans et dehors, entre résidents, personnel extérieur et invisibles du travail au noir, les tensions sociales ne manquent pas de s’épanouir dans toute leur subtilité et parfois, leur brutalité. Celles-ci ne sont donc pas abolies par la fermeture, elles sont tout au plus dissimulées. Pour Eleonora Elguezabal, la contrepartie d’un entre soi sans tension entre résidents est d’autre part tout aussi chimérique. Un même choix résidentiel n’efface aucun des dissentiments voire des affrontements qu’attisent tant la problématique de la fermeture, dont les résidents peuvent avoir des représentations très différentes et donc des attentes en partie contradictoires, que les conflits inhérents à la gestion d’une co-propriété, alourdie par les exigences de fermeture et par la présence d’équipements communs, dont l’usage partagé, voire l’existence, vont rarement de soi.

7En définitive, ces deux ouvrages invitent à une lecture moins formelle et beaucoup moins binaire des formes métropolitaines de fermeture résidentielle. Ils incitent à privilégier une approche à la fois sociale, spatiale et temporelle plus multiscalaire, et à replacer toujours cette lecture dans les processus de fabrique de la ville, au cœur desquels ces aménagements et leurs contradictions ont toute leur place.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thérèse Saint-Julien, « Elguezabal E., 2015, Frontières urbaines. Les mondes sociaux des copropriétés fermées, Rennes, PUR, 247 p. et Henry L., 2014, Habiter les beaux quartiers à Santiago du Chili, Paris, IHEAL/CREDA, 199 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 07 novembre 2016, consulté le 26 mai 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/27806

Haut de page

Auteur

Thérèse Saint-Julien

CNRS/UMR Géographie-cités
therese.saint-julien@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page