Navigation – Plan du site
2016
792

Analyse de la dimension spatiale des conflits homme/faune sauvage dans la réserve de développement durable de la rivière Uatumã (Amazonas, Brésil)

Analyzing the spatial dimension of the human/wildlife conflicts in the Sustainable Development Reserve of Uatumã (Amazonas, Brasil)
Guillaume Marchand

Résumés

Depuis les années 1990, un grand nombre de disciplines scientifiques s’intéressent aux conflits entre humains et faune sauvage, ce qui pourrait être résumé à toute forme d’interaction ayant un impact négatif pour l’une ou l’autre des parties. Le présent article vise à mettre en évidence la dimension spatiale de ces conflits à partir d’une recherche menée dans la Réserve de développement durable de la rivière Uatumã, une aire protégée habitée de l’État d’Amazonas au Brésil. Des enquêtes approfondies auprès de 58 personnes ont permis de recenser, entre janvier 2011 et janvier 2013, 258 interactions négatives avec la faune sauvage. Celles-ci ont débouché sur des dégâts matériels relativement importants (35,3 % des cultures de subsistance ont été perdus ainsi que 25,5 % des animaux de ferme) et provoqué l’abattage de 283 animaux sauvages, dont certains appartiennent à des espèces menacées localement d’extinction (jaguars, loutres géantes). Une grande partie de notre argumentaire vise à montrer comment ces conflits proviennent d’une part de la façon dont l’espace est organisé (des changements récents dans les modalités d’habitat favorisent les attaques d’animaux sauvages), d’autre part d’un certain nombre de critiques faites par les populations locales à l’encontre de la requalification de leur territoire en aire protégée, ainsi que d’un ensemble de représentations individuelles et collectives quant à la « juste place » des animaux sauvages.

Haut de page

Notes de l’auteur

Nous exprimons notre plus profonde gratitude à la Coordenação de Aperfeiçoamento de Pessoal de Nível Superior (CAPES) pour la bourse de professeur visitant étranger qui nous a été concédée entre septembre 2011 et 2013 et sans laquelle il n’aurait pas été possible de réaliser cette recherche. Un grand merci au CEUC et à l’équipe du secteur « pesquisa e monitoramento » pour l’appui logistique lors des allers/retours sur le terrain. Des remerciements vont également aux communautaires pour leur infinie patience face aux assauts répétés des chercheurs et aux relecteurs anonymes de ce papier pour leurs différents commentaires constructifs.

Texte intégral

Introduction

1L’histoire de l’humanité regorge d’exemples de luttes plus ou moins organisées et violentes contre divers animaux parce qu’ils menaçaient les productions agricoles, attentaient à la vie humaine ou se montraient compétitifs pour l’accès à certaines ressources naturelles (De Planhol, 2004). Ces luttes s’intensifièrent particulièrement à partir de l’époque moderne, où les méthodes mises en œuvre pour venir à bout d’espèces jugées nuisibles (battues, empoisonnements de carcasses, primes à l’abattage et au piégeage…) gagnèrent en efficacité, conduisant au fil des années certaines populations animales à l’extinction comme ce fut le cas pour le loup gris (Canis lupus) en France (Moriceau, 2007) ou le thylacine (Thylacinus cynocephalus) en Tasmanie (Woodroffe et al., 2005a). Avec l’avènement de l’actuel paradigme écologiste dans les années 1970, certains des nuisibles d’autrefois devinrent dignes de protection, obligeant les populations qui avaient l’habitude de les pourchasser plus ou moins librement à une nouvelle forme de cohabitation forcée. Dans les années 1990, la biologie de la conservation a sérieusement commencé à s’intéresser aux problèmes posés par ce voisinage, partant du principe que si des populations amenées à cohabiter avec des animaux sauvages développaient une certaine hostilité à leur encontre, il y avait peu de chance que les efforts mis en œuvre pour leur protection ou celle de leurs écosystèmes soient couronnés de succès. Ils furent à partir de ce moment désignés sous l’expression human-wildlife conflicts, le but étant d’analyser leurs causes, leurs mécanismes et leurs conséquences afin de trouver des solutions qui puissent faciliter une coexistence pacifiée entre les deux parties (Woodroffe et al., 2005b). Dès lors, ces conflits n’ont eu de cesse de susciter un nombre croissant d’études, contenant pour certaines d’entre elles des appels aux sciences humaines et sociales afin d’apporter des éclairages nouveaux à leur compréhension (Dickman, 2010).

2Dans cet article, nous nous proposons d’analyser leur dimension spatiale à partir de l’exemple de la Réserve de développement durable de la rivière Uatumã située dans l’État de l’Amazonas au Brésil. À partir d’enquêtes et observations menées localement, il s’agit de montrer comment les conflits recensés sur place entre 2012 et 2013 s’enracinent dans : la façon dont l’espace est organisé (des changements récents dans les modalités d’habitat favorisent les attaques d’animaux sauvages), un certain nombre de critiques faites par les populations locales à l’encontre de la requalification de leur territoire en une aire protégée, ainsi qu’un ensemble de représentations individuelles et collectives quant à la « juste place » des animaux sauvages.

Les conflits homme/faune sauvage : quelques éléments de définition

  • 1 C’est-à-dire qu’ils évoluent à l’air libre et que leurs mouvements ainsi que leur reproduction ne s (...)

3Les conflits homme/faune sauvage correspondent à une situation où les activités des groupes humains et de la faune sauvage entrent en compétition, perturbant de différentes manières et selon différents degrés d’intensité les conditions d’existence des deux parties. Théoriquement, l’expression « faune sauvage » fait référence tant aux vertébrés qu’aux invertébrés évoluant en liberté1. Toutefois, les travaux en cours dans ce domaine s’intéressent plus facilement aux premiers, avec une certaine préférence pour les espèces dites « charismatiques ». Celles-ci correspondent généralement à des mammifères ou des oiseaux, de plus ou moins grande taille, largement connus du grand public et auxquels sont associés de fortes valeurs symboliques et affectives (Lorimer, 2007). Ce choix n’est pas anodin, puisque ces espèces ont tendance, plus que les autres, à provoquer des débats au sein d’une société. Comme le rappelle Dickman (2010), même si les babouins (Papio spp.) et les éléphants (Loxodonta africana) africains provoquent des dégâts sensiblement moindres que les rongeurs ou les invertébrés, ce sont les premiers qui suscitent le plus d’antagonismes quand il s’agit de déterminer le sort à leur réserver. Ainsi, pour les chercheurs qui s’intéressent à la dimension humaine des conflits – autrement dit à la façon dont ils sont vécus, perçus, et comment certains facteurs sociétaux peuvent en expliquer les variations – ces espèces charismatiques constituent des objets d’étude par excellence.

  • 2 Voir à ce titre les informations relayées par le site Internet ouvertement lycophile « la buvette d (...)

4Pour reprendre la terminologie employée par Micoud (2010), les conflits homme/faune sauvage sont provoqués par des espèces animales « emmerdantes », ou dans un langage plus soutenu « des espèces à problème », qui viennent perturber le « bel ordonnancement du monde » que les sociétés humaines s’évertuent à maintenir via l’administration des milieux qu’ils ont plus ou moins transformés. Les destructions de cultures agricoles ou forestières par des herbivores/frugivores, les attaques de carnivores sur des animaux d’élevage ou des personnes, les blessures et décès provoqués par des collisions sur les routes ainsi que la compétition pour l’accès à certaines ressources (eau, produits forestiers ligneux ou non ligneux, poissons…) sont autant de manifestations de ces troubles à l’ordre. Bien qu’il n’y ait pas de recensements précis et systématiques à l’échelle mondiale quant aux dégâts provoqués par la faune sauvage sur les activités humaine, les chiffres obtenus aux échelles nationales ou régionales démontrent qu’ils sont loin d’être négligeables. Lamarque et al. (2010) rappellent, par exemple, qu’au début des années 2000, 29 000 états-uniens étaient blessés chaque année sur les routes par des collisions avec des cervidés. Löe et Roskaft (2004) estiment, sur l’ensemble du 20ème siècle, à 12 600 le nombre de personnes ayant péri sous les crocs ou les griffes de tigres (Panthera tigris) eurasiatiques. En France, les indemnisations payées aux éleveurs en cas de prédations perpétrées par des loups se situaient autour de 1,55 million d’euros en 2011 (Ministère de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie, 2013). Certes, si on les comparait à d’autres aléas auxquels les populations humaines ont été régulièrement soumises au cours de leur histoire (guerres, événements climatiques extrêmes, épidémies, crises économiques ou incivilités), ces différentes dégradations et leurs coûts pourraient être fortement relativisés. D’ailleurs, cela constitue l’un des piliers de l’argumentaire des défenseurs des espèces problématiques2. Bien que cette relativisation soit largement recevable, les problèmes évoqués antérieurement suscitent différentes crispations au sein des sociétés qui peuvent perturber la paix sociale et la mise en place de stratégies environnementales efficaces. Par conséquent, les chercheurs et les ONG travaillant dans ce domaine ont bien compris qu’il était nécessaire de ne pas les déconsidérer et déployer des moyens afin de les réduire. Le lecteur aura compris à la suite de ces quelques lignes que le terme « conflit » utilisé dans la littérature scientifique se réfère tant aux interactions négatives entre humain et faune sauvage qu’aux réactions plus ou moins violentes qu’elles provoquent chez différents acteurs sociaux (débats, revendications auprès des pouvoirs publics, ressentiments vis-à-vis des animaux concernés et ceux qui les défendent).

5Pour rétablir l’ordre perturbé par un ou plusieurs animaux, la solution généralement la plus prisée demeure le contrôle létal, autrement dit l’abattage sélectif, arbitraire ou préventif des présumés coupables. L’expression « présumés coupables » est ici volontaire car dans le domaine des conflits homme/faune sauvage, la réputation d’une espèce, peu importe qu’elle soit fondée ou non, est largement suffisante pour déclencher des campagnes d’abattage ou de régulation (voir à ce sujet les polémiques autour des prédations des petits mustélidés sur le gibier et l’élevage dans la thèse de doctorat de Delfour datée de 2011). Si le contrôle létal a la faveur des sociétés humaines, c’est parce qu’il est en apparence moins coûteux que la mise en place de stratégies de prévention et donne la sensation d’un résultat immédiat puisqu’il contribue, au moins durant quelques jours ou quelques mois, à l’effarouchement de la faune fauteuse de troubles (Treves et Naughton-Treves, 2005). Il est également prisé pour être profitable sur le plan économique (consommation ou vente des animaux abattus par les populations locales, vente des droits de chasse à des élites urbaines ou étrangères…) mais aussi parce qu’il apaise les esprits courroucés des personnes qui s’estiment lésées par la faune sauvage, leurs défenseurs ainsi que les pouvoirs publics (Manfredo, 2015). En ce sens, l’abattage légal ou illégal est avant tout un exutoire. Si, comme le rappelle Laslaz (non daté), tous les conflits environnementaux comportent une dose de violence verbale ou physique entre les parties prenantes, celle-ci est beaucoup plus prononcée dans le cas des conflits homme/faune sauvage, surtout que les populations humaines semblent avoir plus de difficultés à accepter des risques d’origine animale que ceux résultants de phénomènes anthropiques, climatiques ou épidémiologiques (Ogada, 2015).

6Les chiffres disponibles quant à l’impact environnemental des mesures de contrôle létal sont également rares, toutefois, ils semblent, eux aussi, loin d’être négligeables. Par exemple, Inskip et Zimmermann (2009) rappellent que 47 % de la mortalité des guépards (Acinonyx jubatus), 46 % de celle des lynx eurasiens (Lynx lynx) et 50 % de celle des tigres sont liées à des abattages dits de « représailles » (retaliatory killing). Outre les risques que le contrôle létal fait peser sur les populations d’espèces problématiques, surtout lorsqu’elles sont menacées d’extinction, certains auteurs rappellent qu’il peut avoir également une incidence sur la santé des écosystèmes via le phénomène de « cascade trophique » (Woodroffe et al., 2005a). Certains des animaux régulièrement abattus pour être problématiques appartiennent à des espèces « clés de voûte » (keystone species) qui influencent fortement la structure des écosystèmes dans lesquels elles évoluent. L’exemple le plus fréquemment cité est celui du parc de Yellowstone où la réintroduction des loups a permis le retour d’un certain nombre d’espèces animales et végétales (peupliers, castors, oiseaux nidificateurs et nécrophages) qui avaient progressivement été évincés du paysage local suite à la disparition de ce grand carnivore, démontrant que sa présence était essentielle au maintien de la biodiversité locale (Urbanik, 2012). Pour l’ensemble des questions environnementales que les mesures de contrôle létal soulèvent, les études sur les conflits homme/faune sauvages cherchent à promouvoir d’autres manières de les désamorcer ou de les solutionner et, dans ce domaine, les questions spatiales occupent une place de premier plan.

7La dimension spatiale des conflits homme/faune sauvage est triple dans le sens où elle intervient pour en expliquer les causes, comprendre leur nature et semble pouvoir contribuer à les résoudre. En ce qui concerne les causes, Johansson (2009) rappelle que tout conflit naît d’une transgression spatiale : soit lorsque les animaux sauvages sortent de la place réelle ou symbolique qu’une société lui a assignée, soit lorsque l’homme envahit ou s’aventure dans les espaces occupés par les animaux sauvages. Outre l’idée de transgression, ce phénomène s’apparente à une compétition pour l’espace (une portion de terrain) ou pour différents objets localisés en son sein (sources d’eau, bancs de poissons, arbres fruitiers…). En ce qui concerne l’analyse de la nature des conflits, un certain nombre de géographes (Benhammou, 2007 ; Mounet, 2007 ; Poinsot, 2008) et d’anthropologues (Collomb, 2009 ; Luxereau, 2004 ; Galhano-Alves, 2003) ont démontré que celle-ci est étroitement liée à la façon dont différentes sociétés occupent, s’approprient et vivent l’espace. Mais cela est aussi dû à la manière dont différents facteurs internes (dissensions entre groupes d’intérêts divers, changements dans l’histoire naturelle locale) ou externes (décisions politiques au niveau national ou international, importation de nouveaux modes de pensée) viennent modifier ce rapport particulier à l’espace. Enfin, pour ce qui a trait à la recherche de solutions, bon nombre de dispositifs mis en œuvre ont une logique spatiale. Certains sont destinés à être appliqués à l’échelle locale et visent à maintenir les animaux problématiques à distance des installations humaines (répulsifs sonores, olfactifs et visuels, barrières naturelles ou artificielles). D’autres, pensés à plus petite échelle, comme les zonages régionaux ou micro-régionaux, cherchent à analyser les propriétés physiques, sociales et environnementales de l’espace afin de le découper en zones plus ou moins favorables à la présence d’animaux problématiques (Linell et al., 2005 ; Bobbé, 2006). L’ensemble de ces procédés amène notamment le WWF (2008) à défendre l’idée que l’aménagement de l’espace constituerait le principal instrument de réduction des conflits homme/faune sauvage. En raison de l’importance des questions spatiales pour la compréhension de ce phénomène, nous avons choisi de les mettre en exergue dans notre analyse de la situation rencontrée dans la Réserve de développement durable de la rivière Uatumã (que nous abrégerons pour le reste de l’article à RDS Uatumã afin de respecter son acronyme officiel) située en Amazonie brésilienne.

Le terrain d’étude : la Réserve de développement durable de la rivière Uatumã

  • 3 Le terme « unités de conservation » désigne, au Brésil, les aires protégées destinées prioritaireme (...)
  • 4 Les deux projets ont bénéficié du programme pilote pour la protection des forêts tropicales du G-7 (...)
  • 5 Nom donné aux populations qui occupent les rives des différents cours d’eau amazoniens et dont la s (...)
  • 6 Alors que dans les années 1980 et 1990, les politiques de réforme agraire et celles liées à la cons (...)
  • 7 RESEX et RDS appartiennent au type VI de la typologie des aires protégées définie par l’Union inter (...)

8La RDS Uatumã est une unité de conservation d’usage durable3 qui fut créée en 2004 par le gouvernement de l’État de l’Amazonas. La délimitation de cette aire protégée s’inscrit dans la poussée conservationniste brésilienne qui a caractérisé la fin des années 1990 et le début des années 2000 (Lima, 2002). Dans le cadre des préparatifs à la mise en place des projets Corredores ecológicos et Áreas protegidas da Amazônia4 qui visaient à la création de nouvelles aires protégées et leur mise en réseau sur le sol amazonien, la zone actuellement occupée par la RDS Uatumã avait fait l’objet de diverses prospections dès 1997. Le but principal était d’endiguer les dégradations environnementales liées au barrage hydroélectrique de Balbina, situé en amont et dont la construction entre 1981 et 1989 avait eu de sérieuses conséquences sur la faune et la flore aquatique du bas Uatumã (Fearnside, 1989). Il s’agissait également de protéger la biodiversité locale de la progression désordonnée des activités minières, agricoles et forestières qui fut concomitante à la création du barrage. L’idée d’établir une réserve dans cette région poursuivait, en outre, un objectif social puisqu’elle devait donner une sécurité foncière aux populations ribeirinhas5 qui vivaient sur place et devait faciliter l’accès à certains programmes gouvernementaux (crédits ruraux de la réforme agraire6, aides à l’installation d’écoles et de professeurs, allocations familiales, etc.). Elles furent, à ce titre, consultées à plusieurs reprises pendant le processus de démarcation. Après diverses péripéties pour définir le statut à donner à la zone, les pouvoirs publics hésitaient entre une Réserve extractiviste (RESEX) et une Réserve de développement durable (RDS), le choix se porta finalement, en 2003, sur la deuxième option en raison de sa plus grande souplesse sur le plan foncier7. En effet, le statut de RDS autorisant la propriété privée en son sein, le gouvernement de l’Amazonas n’avait donc pas à désapproprier l’entreprise forestière Precious Wood Amazon et un certain nombre de latifundiaires installés dans la région, ce qui aurait pu provoquer divers conflits juridiques avec eux. En avril 2004, les ribeirinhos qui allaient être inclus dans la RDS donnèrent leur accord pour son implantation et, deux mois plus tard, elle fut officiellement délimitée, totalisant 424 430 hectares à cheval sur les municipalités de São Sebastião do Uatumã et Itapiranga (SDS, 2009).

  • 8 En portugais : Centro Estadual de Unidades de Conservação do Amazonas. En mai 2015, dans le context (...)
  • 9 En portugais : Instituto de conservação e de desenvolvimento sustentável do Amazonas.

9Comme le prévoit la législation encadrant les unités de conservation, les habitants de la RDS Uatumã sont soumis à différentes règles d’usage de la faune et de la flore qui ont été consignées dans un plan de gestion qui fut finalisé en 2009. Le respect de ces règles est soumis au contrôle des deux gestionnaires de la réserve : le Centre des unités de conservation de l’État de l’Amazonas (CEUC8), organe gouvernemental, et l’Institut de conservation et de développement durable de l’Amazonas (IDESAM9), une ONG. Ce plan de gestion ne fait référence aux conflits homme/faune sauvage qu’à une seule reprise, relatant les plaintes formulées par les populations locales au sujet d’une augmentation des dégâts provoqués dans les cultures annuelles depuis la création de la RDS (SDS, 2009, p. 134). Cependant, rien n’est dit sur la manière de gérer ce problème dans les pages consacrées aux actions à développer au sein de la réserve. Cette lacune est tout à fait illustrative de la situation brésilienne, dans le sens où les pouvoirs publics et les ONG environnementales méconnaissent ou ignorent cette question (Marchand, 2012b ; Marchini et Crawshaw, 2015). Trois explications peuvent être avancées quant à ce relatif désintérêt brésilien pour les conflits. Premièrement, parce que bon nombre d’acteurs de la conservation considèrent que la législation environnementale en vigueur est suffisante pour éviter les abattages abusifs d’espèces problématiques. La loi sur la faune de 1967 (loi n° 5.197) et celle des crimes environnementaux de 1998 (loi n° 9.605), valable pour tout le territoire national, interdisent théoriquement toute forme d’abattage d’un spécimen sauvage autochtone, sauf dans deux situations précises : lorsqu’une personne chasse pour « assouvir sa faim ou celle d’un membre de sa famille » et quand cet animal provoque différents dommages ou atteint à la vie humaine, mais, le cas échéant, une autorisation préalable d’un organe compétent est nécessaire. En raison du caractère vague du premier cas de figure (à partir de quand peut-on considérer qu’un abattage est réellement motivé par la faim et réalisé en l’absence d’autres alternatives alimentaires ?) et bureaucratique du second, de nombreuses suspicions pèsent sur l’efficacité de la législation quant à la protection de la faune sauvage (Surgik, 2006). Deuxièmement, parce que ces mêmes personnes considèrent les problèmes socioéconomiques liés à la faune sauvage comme anecdotiques, ce qui est faux comme nous le verrons dans la suite de cet article, ou sont aveuglées par une vision romantique des populations traditionnelles les assimilant à des « gardiens de la forêt » vivant en parfaite harmonie avec la nature (Sampaio, 2012). Troisièmement, parce que peu de travaux scientifiques ont été produits dans ce domaine, surtout en Amazonie, hormis quelques études sur les conflits avec les jaguars (panthera onca ; Marchini et Mc Donald, 2012), les loutres géantes (Pteronura brasiliensis ; Rosas-Ribeiro et al., 2012), les caïmans noirs et les caïmans à lunettes (Melanosuchus niger et Caiman crocodilus ; Zucco et Tómas, 2004), et enfin l’inie de Geoffroy appelé plus communément dauphin rose de l’Amazone ou simplement boto (Inia geofrensis ; Loch et al., 2009).

  • 10 Comme ni le terme de conflit, ni celui de vertébré n’auraient fait sens pour les populations interr (...)

10C’est justement en raison de ce manque d’informations et des plaintes formulées par les populations locales que nous avons été conviés par des membres du CEUC à développer une recherche sur les conflits homme/faune sauvage dans la RDS Uatumã. Nos observations se sont cantonnées à la partie sud de la réserve, plus facile d’accès, car nos ressources pour réaliser ce travail étaient limitées. Par conséquent, nos conclusions concerneront davantage cette zone, même s’il est possible de considérer qu’elle est assez représentative de ce qui se passe dans le reste de la RDS. Entre janvier 2012 et juin 2013, nous avons visité trois fois cette zone, totalisant plus de 30 jours de terrain. En juin 2012 et janvier 2013, un questionnaire a été appliqué, celui-ci étant divisé en deux parties. La première visait à recueillir des informations sur le profil socioéconomique des personnes interrogées ainsi que leurs opinions sur les problèmes rencontrés avec la faune locale. La deuxième partie cherchait à faire un recensement rétrospectif de tous les problèmes causés par la faune sauvage durant les douze derniers mois en détaillant les circonstances des conflits (lieu, saison), les dégâts enregistrés, les espèces incriminées ainsi que les moyens mis en œuvre pour les résoudre. Dans les deux cas, nous demandions aux personnes interrogées de ne faire état que des problèmes liés aux vertébrés10, les réclamations des habitants de la RDS évoquées précédemment ayant davantage concerné ce groupe taxonomique. Ce questionnaire a été appliqué dans cinq communautés (Fig.1) selon une méthode d’échantillonnage pragmatique. Comme le nombre de foyers dans ces communautés était réduit (total de 72 selon le plan de gestion de la RDS), il était prévu de tous les inclure dans l’enquête, à raison d’une personne interrogée par foyer (préférentiellement le chef de famille). Toutefois, comme certains foyers étaient inoccupés et que certaines personnes refusaient de répondre à l’enquête, le nombre total d’enquêtés a été arrêté à 58 personnes.

Figure 1 : Localisation de la RDS Uatumã et des communautés étudiées

Figure 1 : Localisation de la RDS Uatumã et des communautés étudiées
  • 11 Le programme Bolsa Floresta (Bourse Forestière) est propre au gouvernement de l’État de l’Amazonas (...)

11Ces 58 personnes sont majoritairement des hommes (84,5 % de l’échantillon). Nous avons volontairement privilégié le dialogue avec eux car, en raison de la traditionnelle division sexuelle des tâches dans les communautés ribeirinhas, ils se voient chargés des activités de chasse, de pêche et de défrichement, et par conséquent ils sont plus susceptibles de rencontrer des animaux sauvages que leurs épouses. De plus, ce sont eux qui sont le plus souvent appelés à résoudre les problèmes que la faune provoque. Quand ils étaient absents ou refusaient l’enquête, leurs épouses nous ont répondu. L’économie des foyers interrogés repose sur un triptyque composé par l’agriculture (89,7 % des personnes la pratiquent), la pêche (96,6 %) et l’élevage de gallinacés, anatidés et suidés (60,3 %), principalement à des fins de subsistance. Dans 29,3 % des cas, au moins un membre du foyer possède un emploi salarié en dehors du secteur agricole. Des compléments de revenus sont également assurés par les allocations familiales (56,9 % des ménages y ont accès) ainsi que les paiements pour service environnementaux via le programme Bolsa floresta11 (74,1 %). Ces ressources financières complémentaires permettent notamment l’accès à des aliments industrialisés, de plus en plus prisés, mais une part importante de la subsistance des ménages dépend encore des productions et des ressources locales, plus particulièrement la farine de manioc et les poissons qui constituent la base de l’alimentation quotidienne. D’une manière générale, les personnes interrogées demeurent pauvres : le revenu mensuel moyen par ménage est de 712,24 R$ (soit 277,77 € avec un minimum relevé de 58,5 € et un maximum de 1170 €), ce qui ramené per capita donne 151,86 R$ (59,22 €), le seuil d’extrême pauvreté étant fixé par le gouvernement brésilien à 70 R$ (27,30 €) par tête.

Situation des conflits homme/faune sauvage dans la partie sud de la RDS Uatumã

Panorama des conflits rencontrés

  • 12 Pour rappel, certaines enquêtes ont commencé en juin 2012 et le comptage des conflits était rétroac (...)

12Au total, entre juin 201112 et janvier 2013, ce sont 258 interactions négatives entre humains et animaux sauvages qui nous ont été reportées (Tab.1). En moyenne, sur une période de 12 mois, un habitant de la zone Sud de la RDS Uatumã est impliqué dans 4,4 interactions négatives avec la faune. Il est envisageable que ce chiffre soit inférieur à la réalité, nos interlocuteurs n’ayant probablement pris la peine de ne mentionner que les interactions qui, en raison des dégâts provoqués ou de leur impact psychologique, méritaient de l’être. Par exemple, de nombreux oiseaux frugivores attaquent quotidiennement les arbres fruitiers aux abords des maisons et pourtant aucun informateur n’a pris la peine de le notifier (nous expliquerons pourquoi en fin d’article).

13Les problèmes les plus fréquemment évoqués sont relatifs à la destruction des filets de pêche avec 32,9 % des citations (Fig.2), des cultures (24 %) ou à la prédation des oiseaux de basse-cour (23,3 %). Ce sont ces trois formes de préjudice qui concentrent la plupart des doléances déposées auprès des gestionnaires de la réserve. Dans une moindre mesure, les personnes interrogées ont fait état de captures accidentelles (7,4 % des problèmes cités) car elles peuvent entraîner des dégâts encore plus conséquents sur les filets que les simples rapines de poisson : les filets utilisés ayant des mailles très fines et étant relativement fragiles, l’animal pris au piège peut, en se débattant, les rendre inutilisables.

Figure 2 : Destructions d’un filet de pêche par des prédateurs fluviaux (communauté Deus Ajude)

Figure 2 : Destructions d’un filet de pêche par des prédateurs fluviaux (communauté Deus Ajude)

Cliché : G. Marchand, 2013.

14Le fait que les attaques sur les porcins ou les bovins soient peu communes (4,7 %) est inhérent à la rareté de ces animaux dans la partie sud de la RDS. La rareté de l’élevage bovin s’explique par ses coûts d’investissement initiaux, ceux-ci étant hors de portée pour la plupart des ménages, mais aussi par les règles de la RDS : l’ouverture de nouvelles pâtures étant interdite par le plan de gestion, seules les familles ayant démarré cette activité avant 2009 peuvent continuer à l’exercer. Les attaques sur les animaux domestiques et les humains le sont encore plus (respectivement 2,70 % et 1,90 %). Dans le premier domaine, il s’agit principalement de prédations de jaguars et de pumas (Puma concolor) sur des chiens domestiques effectuées de nuit et à proximité des domiciles (Fig.3). Deux agressions sur des chiens ont également été attribuées à des loutres géantes, bien qu’aucune blessure ne leur ait été infligée. Les loutres les avaient encerclés en émettant de nombreux cris, ce qui a été interprété par leurs propriétaires comme le signe d’une attaque imminente et les mustélidés ont été mis en fuite. Interrogés à ce sujet, des spécialistes de l’animal y voient une probable manifestation de curiosité plus qu’une forme d’agression (F. Rosas, communication personnelle, 2013). Toutefois, des cas d’agression d’animaux domestiques ont déjà été relevés dans la littérature scientifique chez d’autres espèces de loutres (Bélanger et al., 2011), ainsi, il est effectivement possible que celles mentionnées ici aient cherché à attaquer ces chiens. Dans le second domaine, aucun accident impliquant une mort humaine n’a été enregistré sur la période d’observation. Dans les rapports qui nous ont été faits, nos interlocuteurs se sont sentis menacés lors d’une rencontre fortuite avec des loutres géantes et des grands félins, espèces ayant une réputation de férocité dans la culture ribeirinha. À noter que les loutres ont été abattues, alors que les félins ont été mis en fuite.

Tableau  : Type de conflits homme/faune sauvage enregistrés dans la partie sud de la RDS Uatumã (janvier 2011-janvier 2013)

  • 13 Parfois l’identité de l’agresseur n’était pas connue de nos interlocuteurs, c’est notamment le cas (...)

Amaro

Bom Jesus

Caioé Grande

Deus Ajude

Jacarequara

Total

Principales espèces ou groupes d’espèces incriminés13

N

% cit.

N

% cit.

N

% cit.

N

% cit.

N

% cit.

N

% cit.

Destruction des filets de pêche

8

25,00

11

31,40

22

40,00

21

31,80

23

32,90

85

32,90

Inie de Geoffroy ou dauphin rose de l’Amazone (58,1 %), caïman à lunettes (19,8 %), loutre géante (15,1 %).

Destruction de cultures

10

31,30

5

14,30

17

30,90

14

21,20

16

22,90

62

24,00

Pécari à collier (52 %), agoutis (20 %), Cabiais (9,3 %).

Attaques sur les oiseaux de basse-cour

10

31,30

13

37,10

11

20,00

12

18,20

14

20,00

60

23,30

Rapaces (45 %), opossums (18,6 %), caïmans (17,2 % dont 10,6 % pour le caïman à lunettes et 3,9 % pour le caïman noir).

Capture accidentelle d’animaux sauvages dans les filets de pêche

0

0,00

4

11,40

0

0,00

5

7,60

10

14,30

19

7,40

Caïman à lunettes (68,4 %), sotalie (dauphin) de l’Amazone (15,8 %), loutre géante (10,5 %).

Attaques sur les bovins et les porcins

3

9,40

1

2,90

1

1,80

4

6,10

3

4,30

12

4,70

Jaguar (46,20 %), grands félins (23,10 %), puma (23,10 %).

Attaques sur les canidés et équidés

0

0,00

1

2,90

3

5,50

1

1,50

2

2,90

7

2,70

Grands félins (57,20 % dont 28,6 % attribués au seul jaguar), loutre géante (28,6 %), pécari à collier (14,3 %).

Abattages de « régulation » (espèces dangereuses)

0

0,00

0

0,00

1

1,80

3

4,50

1

1,40

5

1,90

Caïman à lunettes (80 %), jaguar (20 %).

« Menaces » envers les humains

1

3,10

0

0,00

0

0,00

2

3,00

1

1,40

4

1,60

Loutre géantes (50 %), jaguar (25 %), grands félins (25 %).

Animaux sauvages trouvés morts (suite à une action humaine)

0

0,00

0

0,00

0

0,00

4

6,10

0

0,00

4

1,60

Inie de Geoffroy (75 %), sotalie de l’Amazone (25 %).

Total

32

100

35

100

55

100

66

100

70

100

258

100

Figure 3 : Chien domestique ayant échappé à une attaque de félin (communauté Caioé Grande)

Figure 3 : Chien domestique ayant échappé à une attaque de félin (communauté Caioé Grande)

Cliché : G. Marchand, 2013.

15Les dommages provoqués par les différents conflits sont synthétisés dans le tableau 2. Ceux-ci sont relativement importants si l’on considère le niveau de pauvreté des populations locales. À titre d’exemple, les destructions de filets de pêche ont un coût moyen de 193,5 R$ (75,46 €) ce qui représente environ 26 % d’un salaire mensuel moyen local. Les pertes concernant les cultures ou les ateliers d’élevage se rapprochent des valeurs enregistrées dans les campagnes africaines ou asiatiques, régions où les conflits homme/faune sauvage sont parmi les plus intenses (Distefano, 2005 ; Lamarque et al., 2010). Le caractère relativement important des dommages enregistrés dans la RDS Uatumã est en partie expliqué par le manque d’investissement de ses habitants dans la prévention des conflits. Toutefois, pour leur défense, il semble utile de préciser qu’ils ne reçoivent presque aucune orientation dans ce domaine de la part des acteurs de la conservation, ni aucune aide financière de la part des pouvoirs publics.

Tableau  : Principaux dégâts provoqués par la faune sauvage dans la partie sud de la RDS Uatumã (janvier 2011-juin 2013)

  • 14 Comme certains de nos interlocuteurs ne maîtrisent pas les mathématiques et les pourcentages, il le (...)
  • 15 Calculé en fonction de la taille moyenne du cheptel sur les douze derniers mois.
  • 16 Dans les valeurs minimales données, il peut apparaître parfois la valeur zéro, ce qui signifie que (...)
  • 17 Calculé en fonction du prix d’achat du filet lorsque celui-ci a été détruit ou des coûts de réparat (...)

Amaro

Bom Jesus

Caioé

Deus Ajude

Jacarequara

Total

Pourcentage moyen des pertes agricoles14

43,2 % (min. 11,54 %, max. 88,9 %)

38,8 % (min. 10 % ; max. 90,9 %)

25,9 % (min. 0 % ; max. 80 %)

36,1 % (min. 1,9 % ; max. 80 %)

37,4 % (min. 6,2 ; max. 100 %)

35,3 %

Pourcentage moyen des oiseaux de basse-cour victimes de prédateurs15

5,3 % (min. 0 %16 ; max. 17,1 %)

24,3 % (min. 0 % ; max. 66 %)

30,9 % (min. 0 % ; max. 66,7 %)

27,4 % (min. 0 % ; max. 66,67 %)

32,5 % (min. 0 % ; max. 80 %)

24,1 %

Pourcentage moyen des porcins et bovins victimes de prédateurs

24,1 % (min. 14,8 % ; max. 33,3 %)

24,4 % (min 13,3 % ; max. 40 %)

1 animal blessé seulement

NSA

59,5 % (min. 14,3 ; max. 92,7 %)

27 %

Pertes financières moyennes liées à la destruction des filets de pêche17

148,7 R$ (soit 57,99 € ; min. 39 € et max. 187,2 €)

124,5 R$ (soit 8,55 € ; min. 7,8 € et max. 97,5 €)

222,4 R$ (soit 86,74 € ; min. 0 € et max. 210,6 €)

231 R$ (soit 90,09 € ; min. 7,8 € et max. 507 €)

181,4 R$ (soit 70,75 € ; min. 0 € et max. 312 €)

193,50 R$ (soit 75,46 €)

Pertes financières moyennes liées à des captures accidentelles

NSA

22,5 R$ (soit 8,7 € ; min. 0 € et max. 19,5 €)

NSA

31 R$ (soit 12,09 € ; min. 0 € et max. 23,4 €)

20 R$ (soit 7,8 € ; min. 0 € et max. 19,5 €)

23,42 R$ (soit 9,13 €)

  • 18 L’expression fréquemment utilisée en portugais pour décrire cette situation est « as cercas não com (...)

16Pour les parcelles cultivées, 17,7 % des personnes interrogées se contentent de défricher en coupe rase aux abords des cultures considérant que les espèces forestières seront freinées dans leurs élans par cet espace ouvert. Au vu des résultats obtenus, la technique ne semble pas atteindre les effets escomptés. Seulement 11,3 % des personnes interrogées ont cherché à les protéger par des clôtures, généralement en bois, mais ont rapidement abandonné considérant qu’elles étaient inefficaces : elles empêchaient les invasions des pécaris (Pecari tacaju et Tayassu pecari) et des cervidés (Mazama spp.) mais pas des rongeurs (agoutis ; Dasyprocta spp.) qui réussissaient à creuser et à passer par dessous. De plus, comme elles demandaient un investissement conséquent en temps de travail pour un lopin de terre qui n’allait être utilisé que pour une courte période (généralement 2 à 3 ans), elles n’étaient pas considérées comme rentables18. Il en est de même pour l’élevage, les animaux sont livrés à eux-mêmes une grande partie de la journée et parfois de la nuit, surtout en ce qui concerne les porcs domestiques et les canards. Si 65 % des éleveurs confinent leurs poules et leurs poussins dans des poulaillers durant la nuit, ceux-ci sont très rudimentaires, les protégeant assez mal contre les prédations d’opossums, de chauve-souris et de serpents qui parviennent aisément à y pénétrer (Fig.4). La prévention est plus importante dans le domaine de la pêche. En réaction aux attaques des prédateurs fluviaux sur les filets, 91,4 % des personnes interrogées ont déclaré avoir changé leurs habitudes de pêche, cela consiste notamment à réduire le temps de mouillage des filets, à les surveiller de près ou encore à observer les mouvements des espèces problématiques afin de les éviter. Toutefois, malgré ces précautions, le risque de dégradation est encore présent.

Figure 4 : Exemple d’abris pour le confinement nocturne des oiseaux de basse-cour (communauté Caioé Grande)

Figure 4 : Exemple d’abris pour le confinement nocturne des oiseaux de basse-cour (communauté Caioé Grande)

Cliché : G. Marchand, 2013.

  • 19 En ce qui concerne les serpents, les dégâts provoqués sont relativement faibles comparés à d’autres (...)
  • 20 Nom populaire donné à certains représentants de la famille des accipitridae.

17Lorsqu’un de nos interlocuteurs fait face à un problème lié à un animal sauvage, des techniques de mises en fuite non létales peuvent être utilisées. Par exemple, après une ou plusieurs attaques sur des parcelles agricoles, des chiens domestiques peuvent être laissés sur place afin d’éviter qu’elles se répètent (41,9 % des cas), différents répulsifs visuels ou sonores (épouvantails, tirs de semonce ou de feux d’artifices) peuvent également être utilisés (32,3 %). Certaines techniques d’effarouchement sont plus violentes et présentent un risque de blessure pour les animaux pris sur le vif, c’est le cas des harpons artisanaux (« artes » en portugais) lancés dans l’eau ou des coups de machette portés à la surface pour effrayer les dauphins roses ainsi que les loutres géantes (techniques utilisées dans 15,3 % des cas où ces espèces se sont approchées des filets). Sur l’ensemble des interactions négatives recensées, les tentatives d’abattage interviennent dans 36,4 % des cas. Ce chiffre est plus important pour les problèmes liés à l’agriculture (59,7 %) car les principales espèces problématiques sont appréciées pour leur chair (pécaris, agoutis, daguets, paca). La comestibilité de l’animal constitue souvent un facteur décisif d’abattage. Ainsi, les inies de Geoffroy et les loutres ont souvent la vie sauve pour avoir une chair peu attractive et mal odorante, à l’inverse du caïman à lunettes plus largement consommé. Un autre facteur d’abattage fréquemment mentionné est la dangerosité, si l’espèce rencontrée représente un risque pour l’espèce humaine, elle sera plus facilement éliminée : les caïmans, les grands félins et les serpents sont les plus visés19. Si, au vu des résultats obtenus, les tentatives d’abattages paraissent assez faibles, il ne faut pas perdre de vue que dans la plupart des cas, les attaques perpétrées par la faune sauvage sont très souvent furtives et pratiquées en dehors de toute présence humaine, ce qui réduit les possibilités d’élimination. D’ailleurs, les habitants de la RDS nous ont bien précisé que si les conditions avaient été propices, ils y auraient davantage eu recours. En revanche, seulement 29,3 % des personnes interrogées ont évoqué la législation sur la faune comme un facteur dissuasif d’abattage, ce qui semble indiquer que les populations la craignent finalement peu, en dépit de sa rigidité et de sa place au cœur de différents arguments visant à critiquer la politique de conservation brésilienne. Au final, ce sont 283 animaux qui ont été volontairement éliminés sur la période étudiée, le chiffre est supérieur au nombre d’interactions négatives recensées (258) car des expéditions punitives sont parfois organisées contre les espèces présumées coupables, au cours desquelles plusieurs spécimens peuvent être tués. Les espèces les plus fréquemment abattues comme les pécaris à collier (92 individus), les agoutis (60), les caïmans à lunettes (51), les rapaces tauató20 (30) ou les opossums (18), ne sont pas considérées comme menacées localement, bien que leurs effectifs réels soient assez mal connus. En revanche, considérant que cinq jaguars ont été abattus – voire peut-être plus si l’on considère que dans cinq autres cas l’identité du félin n’a pas été clairement établie – la situation est plus critique car l’espèce est menacée dans cette région (SDS, 2009). Il en va de même pour les loutres géantes et les dauphins roses pour lesquels les risques d’extinction régionale sont accrus (2 abattages et 1 individu décédé suite à une prise accidentelle pour les premières ; 1 abattage et 4 individus retrouvés morts dans les filets ou avec des blessures suspectes pour les seconds).

Distribution des conflits et leurs causes spatiales

  • 21 Au vu du temps dont nous disposions et faute de pouvoir à chaque fois demander aux personnes interr (...)

18Une partie du travail de terrain effectué a consisté à faire des relevés GPS des lieux où ont été signalés des conflits homme/faune sauvage afin de les cartographier. Les figures 5 à 7 présentent les résultats obtenus pour les principaux problèmes évoqués par les populations locales21. Nous nous proposons dans cette partie de fournir des éléments d’explication quant à la distribution des conflits et leurs causes spatiales. Faire cela de manière très précise demanderait une multitude de données agro-écologiques (état de la végétation, qualité de l’eau, densité des différentes populations animales…) et éco-éthologiques (habitudes spatiales des espèces problématiques, capacité d’adaptation à certaines nuisances ou altération du milieu, préférence alimentaires…) qui ne sont pas disponibles dans le cas de la RDS Uatumã. Ainsi, nous ne donnerons ici que quelques principes fondamentaux fondés sur notre expérience de terrain et les dires des acteurs locaux.

19En ce qui concerne les conflits autour de la pêche, leur distribution est fortement liée au régime hydrographique (Fig.5). 80 % des interactions négatives avec des prédateurs fluviaux (dauphins roses, caïmans, loutres géantes) recensées ont eu lieu durant la période de crue de la rivière Uatumã (entre avril et juin). Pendant cette période, ces animaux quittent les lacs ou les cours d’eau principaux, où ils s’étaient établis durant la saison sèche, pour investir les bras de rivière secondaires et les forêts inondées (igapós). Ce mouvement suit celui de leurs proies, les poissons venant à cette époque s’alimenter ou se reproduire dans ces eaux plus calmes. Le problème est que ces prédateurs envahissent alors l’espace occupé et quotidiennement utilisé par les habitants de la RDS, ceux-ci ayant choisi de s’établir le long de ces cours d’eau secondaires car la navigation y est moins risquée mais aussi parce que cela permet de contrôler plus aisément l’accès aux ressources naturelles. Comme cette invasion coïncide avec l’époque où la pêche de subsistance est rendue plus délicate par l’augmentation du volume d’eau, les populations locales réagissent d’autant plus négativement à la dégradation de leurs filets ou aux rapines de poissons capturés. La plupart des interactions négatives avec les prédateurs fluviaux ont lieu aux abords des villages car, en raison des difficultés imposées par la crue, nos interlocuteurs tendent à privilégier la pose des filets dans ces espaces, le but étant de réduire l’effort de pêche car son issue est largement incertaine. À noter qu’en période de décrue, nos informateurs peuvent pêcher également aux abords des villages mais ils privilégient alors l’utilisation d’autres instruments de pêche (harpons, lignes) qui n’attirent pas la curiosité des prédateurs fluviaux et limitent les interactions négatives avec ces derniers.

Figure 5 : Distribution des attaques sur les filets de pêche (janvier 2011-juin 2013)

Figure 5 : Distribution des attaques sur les filets de pêche (janvier 2011-juin 2013)

20Les attaques de filets près des villages sont plutôt le fait des botos (inies de Geoffroy), espèce moins craintive et élusive que les deux autres et qui n’hésite pas à s’approcher au plus près des pontons des habitations. Celles qui se produisent dans des zones plus éloignées des villages sont dues aux mouvements pendulaires des habitants entre ces derniers et leurs lopins de cultures annuelles (les roçados). La distance moyenne entre les villages et les parcelles cultivées qui ont été recensées varie de 1,94 km pour Caioé Grande à 3,71 km pour Jacarequara. La pose des filets se fait tôt le matin en se rendant dans les roçados et le poisson est récupéré au retour avant que le soleil soit à son zénith. En raison du long mouillage des filets, les risques d’attaques sur ces derniers sont accrus.

Figure 6 : Distribution des attaques sur les cultures (janvier 2011-juin 2013)

Figure 6 : Distribution des attaques sur les cultures (janvier 2011-juin 2013)

21Un des éléments permettant d’expliquer les causes des destructions de cultures annuelles (Fig.6) tient justement à la tendance des habitants de la RDS à séparer leur lieu de vie (le village communautaire) et les zones de cultures. Ce phénomène a également été observé en d’autres régions de l’Amazonie fluviale et forestière (Eloy et al., 2015). Lors de notre séjour sur place, nous avons pu constater que de nombreux ménages avaient récemment choisi de quitter leurs anciens terrains, qui étaient situés plus en amont sur les rives des cours d’eau secondaires, afin de s’installer dans des hameaux communautaires, établis, eux, à proximité des embouchures avec les rivières principales (Uatumã et Jatapu). Ce mouvement a notamment été facilité par l’arrivée en 2009 des « crédits habitation » de l’Institut national de colonisation et de réforme agraire (INCRA) destinés à construire de nouvelles résidences via un financement à faible taux d’intérêt. En se déplaçant de la sorte, ces familles espéraient faciliter la scolarisation des enfants, leurs déplacements vers les villes voisines, accroître leur sécurité et avoir une vie sociale plus active. Sur les anciens terrains, la maison jouxtait les roçados et permettait de les défendre plus efficacement contre les incursions de divers herbivores, alors que la résidence dans les villages augmente la distance entre les deux et rend la présence humaine beaucoup plus lâche, laissant désormais le champ libre à une grande variété de visiteurs. Il est intéressant de rappeler que la propre configuration des zones de cultures dans la RDS Uatumã est, d’une manière générale, propice à la pénétration d’herbivores forestiers. Ces espaces constituent la plupart du temps de petites clairières n’excédant pas 1 ou 2 hectares dans une large matrice composée de végétation primaire ou secondaire, ce qui facilite la circulation des espèces sauvages en leur sein.

Figure 7 : Distribution des attaques sur les animaux d’élevage (janvier 2011-juin 2013)

Figure 7 : Distribution des attaques sur les animaux d’élevage (janvier 2011-juin 2013)

22Enfin, pour les prédations sur les animaux d’élevage (Fig.7), plusieurs causes spatiales peuvent être avancées, mais le principal facteur explicatif demeure sans conteste leur libre divagation, comme mentionné précédemment. En ce qui concerne les porcs domestiques, les quelques familles en possédant les laissent livrés à eux-mêmes sur leurs anciens terrains car ils ne sont pas acceptés aux abords des villages. Leur protection est confiée à des chiens qui ne constituent que de bien piètres défenseurs face à des félins faisant plusieurs fois leur poids. Les bovins quant à eux sont un peu plus surveillés, certains habitants de la RDS employant des vachers, mais les pratiques de contention du troupeau sont très rares. D’une manière générale, les lieux où les bovins et les porcs paissent ne sont jamais très éloignés d’espaces forestiers ou de capoeiras (bosquet de végétation secondaire) qui offrent un excellent point d’appui aux jaguars et aux pumas pour lancer leurs attaques. Selon Carvalho et al. (2015), celles-ci sont plus susceptibles de se produire lorsque moins de 200 m séparent les pâturages des bordures forestières, dans beaucoup de terrains que nous avons visités, la distance entre les deux est sensiblement moindre. Pour les oiseaux de basse-cour (poules, canards, dindes), la majorité des personnes s’étant installées dans les villages les ont emportés avec elles, ce qui explique la très forte concentration des attaques en ces lieux. Le fait qu’elles soient perpétrées en grande partie par des rapaces (45 % des cas cités) pourrait être favorisé également par la configuration paysagère. Les espaces villageois sont plus ouverts que les habitations isolées, ce qui semble offrir des conditions idéales d’attaque aux rapaces. À Amaro où le paysage est relativement fermé, les rapaces sont impliqués dans seulement 30 % des prédations alors que ce chiffre est plus important dans les villages aux paysages plus ouverts comme Bom Jesus (84,6 %) ou Caioé (54,5 %). Comme la taille des cheptels ne présente pas de grande variation entre ces trois localités (respectivement 34, 41,11 et 24,6 animaux par habitant), ni les techniques d’élevage, le degré d’ouverture du paysage semble être un facteur plus discriminant.

La requalification du territoire en aire protégée, source de conflits avec la faune sauvage

23La littérature récente au sujet des conflits homme/faune sauvage insiste sur le fait qu'ils s’inscrivent dans des conflits socio-environnementaux plus larges (Madden, 2004 ; Dickman, 2010 ; Manfredo, 2015). Les projets de requalification territoriale, tels que la mise en place d’aires protégées, sont particulièrement propices à ce type de conflits car ils visent à modifier substantiellement le rapport de différents groupes d’acteurs à l’espace (par exemple en interdisant ou en règlementant certaines pratiques), chose qu’ils peuvent vivre de diverses manières voire rejeter avec plus ou moins de véhémence (Laslaz, 2005 , Dupré, 2007).

24À l’inverse de nombreuses autres aires protégées amazoniennes (Marchand, 2012a), le processus de création de la RDS Uatumã en lui-même ne semble pas avoir été conflictuel. Certes, les conditions d’émergence de cette unité de conservation demeurent floues : les organes officiels laissent entendre que la RDS émane d’une demande locale, alors que les populations insinuent que le gouvernement fédéré est à l’origine du projet et qu’elles n’ont eu, au final, que très peu de marge de manœuvre dans le processus de discussion. Cependant, elles avaient la possibilité de s’y opposer durant les différentes réunions consultatives mais ne l’ont pas fait, pour les raisons exprimées précédemment. Si le processus de démarcation de la réserve a été réalisé sans heurt et que, dans l’ensemble, les populations locales lui reconnaissent une utilité, cela ne les empêche pas d’émettre des critiques à son égard ou à l’encontre des acteurs de la conservation, les rendant en quelque sorte responsables des problèmes rencontrés avec les animaux.

  • 22 ONG formée par des chercheurs spécialistes des lamantins (Trichechus spp.) qui lutte activement dan (...)
  • 23 En portugais : Instituto brasileiro do meio ambiente e dos recursos naturais renováveis.
  • 24 En portugais : Instituto de proteção ambiental do Amazonas.
  • 25 La RDS Uatumã, au moment de l’enquête, ne possédait toujours pas de réseau de distribution d’énergi (...)

25Les relations avec les acteurs de la conservation varient en fonction des actions qu’ils conduisent sur place mais aussi de leurs prérogatives dans la RDS. Elles sont plutôt cordiales et pacifiques avec le CEUC, l’IDESAM et d’autres ONG (Associação amigos do peixe-boi22) qui développent localement un certain nombre de projets à vocation socio-environnementale (protection des tortues aquatiques, monitoring participatif, exploitation forestière collective). L’implication dans ces projets est vue positivement par les habitants de la RDS car ils contribuent, entre autres, à l’économie des ménages (salaires et per diem payés à certains participants) et à la vie communautaire (inclusion des jeunes générations, organisation de rencontres et de festivités). La nature plutôt cordiale des relations avec les entités susnommées est également due au fait qu’elles n’ont pas de pouvoir de police et qu’elles sont relativement conciliantes lorsque les résidents de la RDS portent atteinte à la législation environnementale. La situation est plus tendue avec l’Institut brésilien de l’environnement (IBAMA23) et l’Institut de protection de l’environnement de l’Amazonas (IPAAM24) pour des raisons exactement inverses : ces organes sont chargés de punir les crimes environnementaux (même s’ils le font rarement), sont peu impliqués dans la vie locale et sont fréquemment accusés de perturber la mise en œuvre de certains projets de développement en retardant la délivrance des permis nécessaires25. Ce sont généralement ces deux entités qui sont accusées de « préférer sauver un jaguar plutôt qu’un bon chrétien » selon l’expression utilisée par certains de nos interlocuteurs.

26Une des critiques fréquemment faites à la RDS est de contribuer à la prolifération des espèces problématiques. Bien qu’aucun chiffre officiel ne soit disponible dans ce domaine, cet argument est sans doute fondé. En effet, lors de la construction du barrage de Balbina, la faune locale a été sérieusement affectée par divers processus (modification du régime et du tracé hydrographique, chasse et exploration forestière illégale). Ainsi, il est possible que la mise sous cloche de cet espace ait favorisé sa recolonisation par différentes populations animales et, par conséquent, les interactions négatives avec elles. D’un côté, les habitants de la RDS voient positivement cette recolonisation, surtout que certains d’entre eux furent traumatisés par les décès en masse de poissons lors de la construction du barrage et de ses premières années de fonctionnement. D’un autre côté, elle est problématique car elle augmente les risques d’attaques sur les filets, les cultures, les animaux domestiques ou les personnes. On retrouve ici un argument évoqué par Micoud (2010) ou Poinsot (2012) quant à l’impact de la densité de population animale sur la tolérance des sociétés humaines vis-à-vis de certaines espèces : en faible effectif, elles méritent protection, mais lorsque celui-ci augmente, elles deviennent potentiellement gênantes et doivent donc être « gérées », ce qui bien souvent consiste à l’abattage de certains individus. Pour 36,2 % de nos interlocuteurs, la meilleure solution pour résoudre les conflits reste de réduire les effectifs des espèces problématiques, il s’agit de la deuxième modalité la plus citée après l’indemnisation des préjudices subis (46,6 %). Ils sont d’autant plus enclins à cette réduction que, dans leur vision particulière du monde, le concept d’espèce menacée ne fait pas toujours sens. Premièrement, en raison de croyances religieuses. En effet, les habitants de la RDS sont de fervents catholiques ou évangéliques : pour eux, comme Dieu est à l’origine de toute chose, il est théoriquement le seul à pouvoir mettre fin à l’existence d’une espèce. Ainsi, si une espèce est plus rare localement, dans la logique ethno-écologique locale, c’est simplement parce qu’elle cherche à s’éloigner des nuisances provoquées par les hommes : elle ne disparaît pas, elle occupe simplement d’autres portions d’espace plus reculées. Deuxièmement, parce que les observations quotidiennes des habitants de la RDS vont à l’encontre de ce que les médias, les ONG et les gestionnaires de la RDS leur répètent à l’envi. Dans leurs esprits, les jaguars, les dauphins d’eau douce ou les loutres ne peuvent pas être menacés d’extinction, car des représentants de ces espèces sont régulièrement observés sur leur territoire et auraient même tendance, selon eux, à augmenter. Comme ces ribeirinhos ne connaissent pas de réalité autre que celle des environs de la rivière Uatumã, ils éprouvent des difficultés à concevoir que la situation puisse être différente en d’autres lieux et ne comprennent pas toujours pourquoi ils doivent fournir des efforts pour protéger la faune sauvage.

  • 26 Les quelques cas rencontrés d’atteinte à la Loi sur la faune concernent plutôt des tentatives de ve (...)

27En favorisant l’augmentation des populations animales sauvages, nos interlocuteurs considèrent que la mise en réserve les rend plus vulnérables aux problèmes qu’elles risquent de provoquer, surtout que dans leur optique, les règles environnementales en vigueur les privent d’un droit de défense. Selon Lescureux (2010), la cohabitation avec des espèces problématiques serait facilitée par le principe de réciprocité dont la possibilité d’abattage est l’un des tenants : les populations humaines tolèrent leur présence si elles peuvent les abattre comme bon leur semble en cas de préjudice subi. Or, dans l’optique des personnes interrogées, la création de la RDS rendrait ce droit de défense plus difficile qu’auparavant, d’une part en raison des règles environnementales relatives à ce statut, et d’autre part à cause de la présence renforcée de différents organes environnementaux. Dans la réalité, les règles relatives à l’abattage de la faune sauvage prévalent pour l’ensemble du territoire national, ainsi, le fait de vivre dans une aire protégée n’ajoute pas de contrainte supplémentaire. D’autant que les organismes environnementaux officiels, conscients que des relations pacifiées sont largement plus efficaces pour la protection des écosystèmes que les confrontations, sont plutôt conciliants sur les abattages illégaux inhérents à un conflit avec un animal. À notre connaissance, personne n’a jamais été sanctionné pour ce motif26. Outre le fait que ce type de discours fait partie d’une stratégie de victimisation relativement classique dans le domaine des conflits socio-environnementaux, celui-ci est également symptomatique du sentiment de dépossession territoriale (Mauz, 2002a ; Hill, 2015). Alors qu’avant la mise en réserve les populations locales pouvaient abattre les animaux qui leur portaient préjudices sans avoir à rendre de compte à qui que ce soit, aujourd’hui elles sont théoriquement obligées de demander une permission préalable aux autorités environnementales. Même si dans la pratique nos interlocuteurs recourent à l’abattage sans passer par ce processus d’autorisation préalable, ce qui est réellement en jeu ici c’est le contrôle sur le territoire : autrefois aux mains des ribeirinhos qui l’exerçaient en utilisant et en explorant à loisir les ressources naturelles, il leur a été confisqué au profit des gestionnaires de l’aire protégée.

  • 27 Lors de notre visite sur place, les fonds du programme Bolsa floresta avaient permis l’achat d’anim (...)

28Enfin, si nos interlocuteurs sont particulièrement critiques vis-à-vis du projet de requalification de leur territoire, c’est en grande partie parce qu’il ne tient pas ses promesses initiales. Cette catégorie d’unité de conservation étant normalement consacrée au développement durable, ses habitants estiment que le gouvernement est davantage préoccupé par les questions environnementales que socio-économiques. Les habitants de la RDS vivent dans une situation de grande pauvreté et peu d’initiatives sont réellement mises en place pour faciliter le développement des activités socioéconomiques, hormis les projets communautaires financés par le programme Bolsa floresta27. Les personnes interrogées souffrent du sentiment de télistokome formulé par Laslaz (2005) : elles ont l’impression de vivre dans un bout du monde ignoré des pouvoirs publics et, de fait, elles éprouvent de nombreuses difficultés à avoir accès à un certain nombre de services fondamentaux. Certaines écoles ferment une partie de l’année en l’absence de professeurs et l’enseignement y est de très mauvaise qualité. Les rares dispensaires médicaux ne possèdent pas de personnels dûment formés ou manquent de remèdes. Enfin, seules quelques communautés ayant reçu une aide financière pour le creusement de puits collectifs ont accès à l’eau courante toute l’année, alors que pour le reste les cours d’eaux demeurent la principale source d’approvisionnement, ce qui peut être problématique en saison sèche (eau distante ou de mauvaise qualité). Ces conditions difficiles d’existence peuvent se détériorer davantage en fonction de différents aléas économiques, politiques ou climatiques. En guise d’exemple, en 2012 et en 2013, une grande partie des récoltes a été emportée par des crues historiques de la rivière Uatumã, laissant de nombreuses familles sans ressources. Dans ce contexte particulièrement instable et défavorable, l’aléa d’origine animale constitue un problème supplémentaire favorisé par la mise en réserve et dont les populations locales se passeraient volontiers.

De la juste place de quelques espèces amazoniennes selon la perspective des habitants de la RDS Uatumã

29Nous avons vu dans la partie consacrée à la définition des conflits homme/faune sauvage que ceux-ci sont intimement liés à l’idée d’une transgression spatiale, c’est à dire lorsque des animaux quittent la juste place qu’une société leur a attribuée. Ce concept de juste place a été défini par Mauz (2002b) et dépend d’un certain nombre d’idées relatives au comportement des espèces, à leur écologie (leur habitat naturel) et leur biogéographie (leur aire « normale » de distribution), mais aussi à la façon de se représenter différents espaces. Nous proposons ici de commenter brièvement la façon dont cette juste place est définie par les habitants de la RDS Uatumã.

30On retrouve dans la façon dont les ribeirinhos interrogés définissent la juste place des animaux sauvages de nombreuses ressemblances avec les populations européennes (Bobbé, 2006). Dans la conception des ruraux du vieux continent, la division de l’espace héritée du système agraire romain tend à considérer les espaces à proximité de la domus (maison) comme le domaine exclusif des hommes ainsi que des bêtes placées sous leur protection et la silva (forêt) comme celui des espèces sauvages, l’entre-deux constitués par les terres cultivées (ager) et les terres de parcours (saltus) pouvant tolérer sous certaines conditions leur présence. La logique des ribeirinhos de la rivière Uatumã, mais cela est valable aussi pour d’autres populations agro-extractivistes amazoniennes, est semblable en ce qui concerne la façon de segmenter les espaces de terre ferme. Le sitio, petite portion de terrain qui entoure la maison où sont plantés quelques arbres fruitiers, des espèces horticoles et où divague la volaille, n’accepte pas d’animaux sauvages, hormis quelques espèces d’oiseaux et de primates (généralement de la famille Cebidae). Même si ces animaux peuvent provoquer des dégâts sur les fruitiers, ils sont généralement acceptés en raison de la sympathie que les populations locales ont à leur égard : singes et perroquets sont régulièrement capturés pour être transformés en animaux de compagnie particulièrement choyés. Les habitants leur trouvent même des excuses, alléguant que les ressources forestières se font plus rares, ce qui les obligeraient à venir voler ou quémander. Par contre, cette justification n’est en aucun cas valable pour les prédateurs de toutes sortes (marchant, volant ou rampant) qui décideraient de pénétrer dans le sitio. Selon la conception locale, ils tuent par « méchanceté » et doivent, par conséquent, être maintenus à distance.

31Dans les terres cultivées, les habitants de la RDS tolèrent différentes espèces (pacas, pécaris, daguets, tapirs), certains de nos interlocuteurs ayant déclaré que lors des semis une partie des futures récoltes était plantée pour elles (« tem a parte dos bichos »). Il ne faut pas y voir une sorte de pur altruisme interspécifique, les enquêtés ayant probablement voulu signifier que dans le calcul du rendement du roçado, ils incluaient déjà la possibilité d’en voir une partie détruite par les herbivores et les rongeurs. La tolérance à l’égard de ces animaux est également liée à la chasse opportuniste, phénomène décrit par Naughton-Treves (2002) en Amazonie péruvienne. La présence de spécimens prisés pour leur viande, à l’intérieur ou à proximité des espaces cultivés, permet de réduire significativement l’effort cynégétique, nos interlocuteurs n’aimant pas, à de rares exceptions près, s’aventurer en forêt pour aller chasser en raison des dangers qu’elle représente.

  • 28 Les populations attribuent indûment la venimosité à un grand nombre d’espèces, c’est le cas notamme (...)

32Lorsqu’ils y pénètrent, les habitants de la RDS ont pour coutume de n’abattre que les espèces assimilées à du gibier, laissant la vie sauve à la plupart des autres animaux sauvages car la forêt est « leur domaine » (« área deles »). Il en va différemment pour quelques espèces considérées dangereuses. Pour les serpents, au moins un quart des personnes interrogées pratiquent ce que Treves et Naughton-Treves (2005) nomment une « caça sanitária », autrement dit une sorte d’abattage préventif systématique d’espèces présentant un risque pour la vie humaine. Les habitants de la RDS ont dans l’ensemble une aversion pour les serpents, peu importe qu’ils soient venimeux28 ou pas. Cela est notamment dû au fait que les morsures sont relativement fréquentes lors des travaux dans les champs. Les serpents n’ont donc leur place pratiquement nulle part, certaines personnes estimant même qu’il serait préférable de les déplacer dans des réserves spéciales (sous-entendu inhabitées) ou maintenus seulement en captivité. Pour les gros félins, seulement 12 % de l’échantillon prône un abattage systématique. Pour le reste de la population, tant que les pumas ou les jaguars demeurent en forêt (leur juste place), ils ne posent pas de problème, en revanche leur incursion dans les pâtures ou aux abords des maisons sera très souvent punie ! Les rares cas où les gros félins sont poursuivis en forêt pour être abattus font suite à des attaques sur des animaux domestiques. Outre le fait que cette poursuite soit motivée le plus souvent par une soif de vengeance, dans la logique des habitants de la RDS, il est nécessaire de mettre fin à leur existence car il s’agit d’animaux habités par un esprit « assassin » (« onças assassinas ») et donc potentiellement dangereux pour les humains.

  • 29 Les légendes amazoniennes font du dauphin rose un animal pervers, celui-ci étant accusé de se métam (...)
  • 30 Dans d’autres régions amazoniennes, ces dauphins d’eau douce sont abattus pour la fabrication de di (...)

33À l’instar de la forêt, où la majorité des animaux sauvages sont à leur juste place, il en est de même pour les cours d’eau. En effet, même si les habitants de la RDS dépendent majoritairement des milieux aquatiques pour leur alimentation ou leurs déplacements, les cours d’eau et les lacs restent avant tout le domaine des espèces qui les peuplent. Toutefois, cela ne signifie pas nécessairement que ces espèces soient systématiquement dans leur bon droit. En introduisant les filets dans l’eau, les pêcheurs s’approprient temporairement une petite portion de ce milieu aquatique et n’admettent pas que différentes espèces animales s’en approchent. D’ailleurs, pour eux, les dauphins et les loutres, qui sont des animaux intelligents et presque conscients de leurs actes, attaqueraient les filets par perversité29 ! Étant mieux équipées que les humains pour attraper les poissons, ces espèces n’auraient en quelque sorte pas le sens du partage et aucune forme de pitié face aux difficultés affrontées par les pêcheurs lors de la période de crue. L’espace aquatique aux abords des villages ou des maisons isolées, là où les enfants vont se baigner et les femmes laver le linge, constitue une enclave humaine plus permanente dans ce territoire animal. Les incursions des prédateurs fluviaux y sont plus mal perçues que dans d’autres endroits. Ainsi, lorsque les dauphins roses s’en prennent aux filets laissés dans cette zone ou suivent les embarcations jusqu’à leur port d’attache, cela est ressenti comme un affront fait aux humains. Toutefois, cette espèce n’ayant pas d’utilité aux yeux des habitants de la RDS, elle n’est pas abattue pour autant30. La situation est toute autre quand il s’agit de caïmans. Comme pour les serpents, une large partie des personnes interrogées possède une profonde antipathie envers les sauriens, le caïman à lunettes étant vu de manière plus négative que le caïman noir car jugé plus agressif. Lorsque ces animaux dépassent les deux mètres de longueur, moment où ils commencent à être dangereux selon les dires de nos interlocuteurs, leur seule présence à proximité des villages est généralement sanctionnée par un abattage. À noter que des expéditions de chasse collectives peuvent être menées contre des spécimens particulièrement grands (plus de trois mètres) croisés dans des régions plus distantes. Ils sont alors qualifiés de « feras », équivalent en portugais de « bêtes féroces » et leur abattage est préventif. Au moins un quart des personnes interrogées déclarent se livrer à des abattages quasi-systématiques des caïmans de grande taille en raison du danger qu’ils représentent. Le cas échéant, leur juste place ne dépend plus seulement de la distance vis-à-vis des établissements humains mais se trouve déterminée par leur morphologie. Le seuil de deux mètres évoqué par les populations locales n’a pour ces espèces rien d’exceptionnel, cette taille correspondant peu ou prou à l’entrée dans la phase adulte. Ainsi, le contrôle létal exercé par les habitants de la RDS pourrait, s’il venait à s’intensifier, perturber la reproduction de ces sauriens.

Conclusion

34Notre objectif était de venir renforcer les travaux en cours sur les conflits homme/faune sauvage en mettant en avant leur dimension spatiale, à partir d’enquêtes réalisées dans une aire protégée brésilienne. Nous avons démontré que les différends entre hommes et animaux, mais aussi ceux entre différents groupes d’acteurs au sujet des animaux, sont fortement liés à la façon dont l’espace est utilisé, occupé, vécu et pensé. Comme le soulignait Nathalie Blanc dans son ouvrage sur la place de l’animal en ville (2000), une analyse conjointe de la matérialité des lieux, des pratiques et des représentations spatiales est nécessaire afin d’appréhender les relations homme/animal dans leur complexité, précepte que nous avons essayé de faire nôtre pour cette analyse de la situation de la RDS Uatumã.

35Ceci nous a permis de voir que les relations des habitants de cette aire protégée à la faune sauvage sont très diverses et protéiformes. Certaines espèces ne sont jamais reconnues comme problématiques en dépit des dégâts qu’elles peuvent occasionner sur les arbres fruitiers, c'est le cas notamment des oiseaux et des singes qui sont admis dans les sitios. D’autres espèces peuvent être vues d’une manière générale comme des nuisibles et en même temps faire l’objet d’une certaine tolérance en fonction du lieu et des circonstances de leurs attaques. Cela vaut, par exemple, pour les pécaris dont la présence peut être admise, voire anticipée dans les zones de culture. En revanche, la tolérance est beaucoup plus restreinte pour les espèces qui représentent à des degrés divers un danger pour la vie humaine ou les animaux placés sous leur protection comme les jaguars, les sauriens, les rapaces et les serpents. Ceci laisse planer un doute sur la possibilité de leur conservation à plus ou moins long terme si rien n’est fait pour faciliter la cohabitation avec elles (schémas de compensation financière directe ou indirecte, diffusion de méthodes de prévention des attaques).

  • 31 Pour les deux dernières RDS (Mamirauá et Uacari), les recherches menées ne concernaient pas, à prop (...)

36Bien que notre étude porte sur une petite portion d’une unité de conservation amazonienne et qu’il serait mal avisé d’en extrapoler les résultats à l’ensemble des aires protégées de cette région, la situation observée dans la RDS Uatumã n’est en rien exceptionnelle. Lors de travaux de recherche menés dans d’autres unités de conservation de l’État d’Amazonas (RDS Tupé en 2011, Uacari en 2013 et Mamirauá en 201531), nous avons rencontré sensiblement les mêmes problèmes, avec des causes et des proportions assez souvent similaires. D’une manière générale, la situation de ces différentes aires protégées est relativement préoccupante avec des taux de perte économique très largement au-dessus de ce qui peut être rencontré dans des régions où les conflits homme/faune sauvage font l’objet de tentatives d’encadrement. En guise d’exemple, en France, les chiffres avancés quant à la prédation d’ovins par les grands carnivores n’excèdent généralement pas 1 % du cheptel et, même si de véritables hécatombes peuvent être enregistrées dans certaines exploitations, les lourdes pertes restent exceptionnelles. Pour la RDS Uatumã, les victimes des grands félins parmi les porcins et les bovins représentent 27 % du cheptel. Bien entendu, la différence en termes de densité en espèces carnivores entre ces deux situations est un facteur à prendre en compte, les populations humaines amazoniennes étant exposées à une plus grande variété de prédateurs et en effectifs plus abondants que celles des campagnes françaises, toutefois, cette donnée écologique ne saurait constituer à elle seule une explication suffisante, l'encadrement politique de cette question étant à notre sens plus discriminant. L’abattage d’espèces menacées d’extinction est également un motif de préoccupation vu que les unités de conservation constituent bien souvent les derniers refuges pour leur sauvegarde. Bien que ce phénomène soit assez réduit dans notre terrain d’étude (5 jaguars, 5 inies de Geoffroy, 3 loutres géantes ont été tués volontairement ou accidentellement), il peut être supérieur dans d’autres régions : par exemple 73 jaguars sont éliminés annuellement dans la RDS Mamirauá (Ramalho, 2012). À partir de nos observations, deux principales méta-causes peuvent être avancées pour expliquer l’intensité de ces conflits dans les aires protégées amazoniennes. La première est inhérente à la cécité des pouvoirs publics à leur égard ainsi que le manque flagrant de préparation des agents gouvernementaux de la conservation pour faire face à ce phénomène. La seconde est liée aux conditions de vie particulièrement difficiles pour les populations amenées à vivre dans ces sanctuaires écologiques, ce qui peut les rendre plus ou moins intolérantes à certaines espèces problématiques. Tant que ces deux questions ne seront pas dûment considérées par les pouvoirs publics, la cohabitation entre les populations humaines et la faune sauvage continuera d'avoir des conséquences négatives pour les deux parties.

Haut de page

Bibliographie

Belanger M., Clough N., Askin N., Tan L., Wittnich C, 2011, "A Review of Violent or Fatal Otter Attacks", IUCN Otter Specialist Group Bulletin, Vol. 28, No.1, 11-16, URL : http://www.otterspecialistgroup.org/Bulletin/Volume28/Belanger_et_al_2011.pdf.

Benhammou F., 2007, Crier au loup pour avoir la peau de l’ours. Une géopolitique locale de l’environnement à travers la gestion et la conservation des grands prédateurs en France, Thèse de doctorat en sciences de l’environnement, École Nationale du Génie Rural, des Eaux et Forêt de Paris.

Blanc N., 2000, Les Animaux et la ville, Paris, Odile Jacob.

Bobbé S., 2006, "Du projet de zonage aux mesures T. Conceptions divergentes de gestion territoriale des loups dans l'arc alpin", Revue de géographie alpine, Vol. 94, No.4, 111-118.

Carvalho E.A., Zarco-González M.M., Monroy-Vilchis O., Morato R.G., 2015, "Modeling the risk of livestock depredation by jaguar along the Transamazon highway, Brazil", Basic and Applied Ecology, Vol. 16, No.5, 413-419, DOI : 10.1016/j.baae.2015.03.005.

Collomb G., 2009, "Sous les tortues, la plage ? Protection de la nature et production des territoires en Guyane", Ethnologie française, Vol. 1, Tome XXXIX, 11-21.

Delfour J., 2011 « Sauvagine » hommes et petits carnivores sauvages dits « nuisibles », partage des territoires, partage des connaissances, Thèse de doctorat en géographie, Université de Clermont-Ferrand.

De Planhol X., 2004, Le paysage animal, l’homme et la grande faune, une zoogéographie historique. Paris, Fayard.

Distefano E., 2005, Human-Wildlife Conflict worldwide: collection of case studies, analysis of management strategies and good practices, URL: http://www.fao.org/SARD/COMMON/ecg/1357/en/HWC_final.pdf.

Dickman A.J., 2010, "Complexity of conflict: the importance of considering social factors for effectively resolving human wildlife conflict", Animal conservation, Vol. 13, 458-466, DOI: 10.1111/j.1469-1795.2010.00368.x.

Dupré L., 2007, "Les conflits d'environnement : entre sites et réserves", Géographie, économie, société, Vol. 9 No.2, 121-140, DOI : 10.3166/ges.9.121-140.

Eloy L., Brondizio E. S., Do Pateo R., 2015, "New Perspectives on Mobility, Urbanisation and Resource Management in Riverine Amazônia", Bulletin of Latin American Research, No.34, 3-18, DOI: 10.1111/blar.12267.

Esterci N., Schweickardt K., 2010, "Territórios amazônicos de reforma agrária e de conservação da natureza", Boletim do Museu Paraense Emílio Goeldi. Ciências humanas., Vol. 5, No.1, 59-77, URL : http://scielo.iec.pa.gov.br/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S1981-81222010000100006&lng=pt&tlng=pt.

Fearnside Ph., 1989, "Brazil's Balbina Dam: Environment versus the legacy of the pharaohs in Amazonia", Environmental management, Vol. 13, No.4, 401-423, DOI: 10.1007/BF01867675.

Galhano Alves J.P., 2003, "Des hommes, des grands carnivores et des grands herbivores. Une approche anthropologique et comparative internationale", Anthropológicas, No.7, 75-114.

Hill C., 2015, "Perspectives of “Conflict” at the Wildlife–Agriculture Boundary: 10 Years On", Human Dimensions of Wildlife: An International Journal, Vol. 20, No.4, 296-301, DOI : 10.1080/10871209.2015.1004143.

Inskip Ch., Zimmermann A., 2009, "Human-felid conflict: a review of patterns and priorities worldwide", Oryx, Vol. 43, No.1, 18-34, DOI : 10.1017/S003060530899030X.

Johansson T., 2009, "The Spatial Dimension of Human-Wildlife Conflicts - Discoveries of New Animal Geography", in Donert K., Ari Y., Attard M., O'Reilly G., Schmeinck D. (eds.), Geographical Diversity, Proceedings of the HERODOT Conference, Ayvalik, Turkey, 28-31 May 2009, 257-265.

Lamarque F., Anderson, J., Fergusson, R., Lagrange, M., Osei-Owusu, Y., Bakker, 2010, "Les conflits humains-faune en Afrique. Causes, conséquences et stratégies de gestion", Études FAO Forêts, No. 157.

Laslaz L., 2005, Les zones centrales des Parcs nationaux alpins français (Vanoise, Écrins, Mercantour), des conflits au consensus social ? Contribution critique à l’analyse des processus territoriaux d’admission des espaces protégés et des rapports entre sociétés et politiques d’aménagement en milieux montagnards, Thèse de doctorat en géographie, Université de Savoie.

Laslaz L., "Conflit environnemental", Hypergéo, URL : http://www.hypergeo.eu/spip.php?article635 consulté le 30 septembre 2015.

Lescureux N., 2010, "Le bon, la brute et le fantôme", Annales de la Fondation Fyssen, Vol. 24, 1-18.

Lima D.M., 2002, "Éthique et politique environnementale en Amazonie Contemporaine", Lusotopie, Vol. 2002/1, 13-23.

Linnell J. D, Nilsen, E. B., Lande, U. S., Herfindal, I., Odden, J., Skogen, K., Breitenmoser, U., 2005, "Zoning as a means of mitigating conflicts with large carnivores: principles and reality", in Woodroffe R., Thrirgood S., Rabinowitz A. (eds), People and wildlife, conflict or coexistence?, Cambridge, Cambridge University Press, Zoological society of London, 162–175.

Lorimer J., 2007. "Nonhuman charisma", Environment and Planning D, Vol. 25, No.5, 911-932, DOI : 10.1068/d71j.

Löe J., Röskaft E., 2004, "Large carnivores and human safety a review", AMBIO: A Journal of the Human Environment, Vol. 33, No.6, 283-288, DOI : http://dx.doi.org/10.1579/0044-7447-33.6.283.

Loch C., Marmontel M., Simoes-Lopes P.C., 2009, "Conflicts with fisheries and intentional killing of freshwater dolphins (Cetacea: Odontoceti) in the Western Brazilian Amazon", Biodiversity and Conservation, Vol. 18, No.14, 3979-3988, DOI : 10.1007/s10531-009-9693-4.

Luxereau A., 2004, "Des animaux ni sauvages ni domestiques, les “girafes des Blancs” au Niger", Anthropozoologica, Vol. 39, No.1, 289-300.

Madden F., 2004, "Creating coexistence between humans and wildlife global perspectives and local efforts to adress human wildlife conflicts", Human Dimensions of Wildlife, No.9, 247-257, DOI : 10.1080/10871200490505675.

Manfredo M., 2015, "Essays on Human–Wildlife Conflict 10 Years after the Durban World Parks Congress: An Introduction", Human Dimensions of Wildlife: An International Journal, Vol. 20, No.4, 285-288, DOI : 10.1080/10871209.2015.1007181.

Marchand G., 2012a, "Sanctuarisation de l'Amazonie et expérimentations du développement durable à l'épreuve de l'injustice environnementale", in Blanchon D., Gardin J., Moreau S. (Org.). Justices et injustices environnementales, volume 1, Nanterre, Presses universitaires de Paris Ouest, 171-193.

Marchand G., 2012b, "Nos voisines, les bêtes : situation des conflits avec la faune sauvage dans une aire protégée de la périphérie de Manaus (Amazonas, Brésil) ", Revue Développement durable et territoire, Vol. 3, No.1, DOI : 10.4000/developpementdurable.9158.

Marchini S., Macdonald D.W., 2012, "Predicting ranchers’ intention to kill jaguars: case studies in Amazonia and Pantanal", Biological Conservation, Vol. 147, No.1, 213-221, DOI : 10.1016/j.biocon.2012.01.002.

Marchini S., Crawshaw P., 2015, "Human–Wildlife Conflicts in Brazil: A Fast-Growing Issue", Human Dimensions of Wildlife: An International Journal, Vol. 20, No.4, 323-328, DOI : 10.1080/10871209.2015.1004145.

Mauz I., 2002a. Gens, cornes et crocs, Thèse de doctorat en sciences de l’environnement, CEMAGREF, Grenoble.

Mauz I., 2002b, "Les conceptions de la juste place des animaux dans les Alpes françaises", Espaces et sociétés, No.110-111, 129-145.

Menegaldo L.R., Pereira H.D.S., Ferreira, A.D.S., 2013, "Sociocultural interactions with wild fauna in a conservation unit at the Amazon : gender and generational relations", Boletim do Museu Paraense Emílio Goeldi. Ciências Humanas, Vol. 8, No.1, 129-151, URL : http://dx.doi.org/10.1590/S1981-81222013000100008.

Micoud A., 2010, "Sauvages ou domestique, des catégories obsolètes", Sociétés, No.108, 99-107.

Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, 2013, Plan national d’action loup, 2013-2017.

Mounet C., 2007, Les territoires de l’imprévisible. Conflits, controverses et “vivre ensemble” autour de la gestion de la faune sauvage. Le cas du loup et du sanglier dans les Alpes françaises, Thèse de doctorat en géographie, Université Grenoble 1 - Joseph Fourier.

Moriceau J.-M., 2007, Histoire du méchant loup : 3000 attaques sur l’homme en France XVème-XXème siècle. Paris, Fayard.

Naughton-Treves L., 2002, "Wild Animals in the Garden: Conserving Wildlife in Amazonian Ecosystems", Annals of the Association of American Geographers, Vol. 92, No.3, 488-506, DOI : 10.1111/1467-8306.00301.

Ogada M., 2015, "HWC 2003 + 10 Years: Carnivore–Livestock Conflicts, Tourism, Donors, compensation: What About the Human Dimensions ?", Human Dimensions of Wildlife : An International Journal, Vol. 20, No.4, 329-332, DOI : 10.1080/10871209.2015.1007180.

Poinsot Y., 2008, "Les enjeux géographiques d’une gestion durable de la faune sauvage en France", Annales de Géographie, No.663, pp. 26-47.

Poinsot Y., 2012, "Quels facteurs géographiques prendre en compte pour mieux gérer la grande faune ?", Natures Sciences Sociétés, Vol. 20, No.2, 157-166, URL : www.cairn.info/revue-natures-sciences-societes-2012-2-page-157.html.

Ramalho E.E., 2012. Jaguar (Panthera onca) population dynamics, feeding ecology, human induced mortality, and conservation in the várzea floodplain forests os Amazonia, Thèse de doctorat en Philosophie, University of Florida.

Rosas‐Ribeiro P.F., Rosas F.C., Zuanon, J., 2012, "Conflict between fishermen and giant otters Pteronura brasiliensis in Western Brazilian Amazon", Biotropica, Vol. 44, No.3, 437-444. DOI : 10.1111/j.1744-7429.2011.00828.x.

Sampaio S.M.V.D., 2012, “Uma floresta tocada apenas por homens puros...” ou do que aprendemos com os discursos contemporâneos sobre a Amazônia, Thèse de doctorat en éducation, Universidade Federal do Rio Grande do Sul.

Secretaria de desenvolvimento Sustentável do Amazonas (SDS), 2009, Plano de manejo da Reserva de Desenvolvimento Sustentável do Uatumã, vol. 1 e 2., Itapiranga, São Sebastião do Uatumã, Secretaria de Desenvolvimento Sustentável do Amazonas.

Surgik A.C.S., 2006, Efeitos das leis conservacionistas sobre a biota, os recursos hídricos e a população humana da área proposta para a APA do Alter do Chão, Santarém, Pará, Thèse de doctorat en Biologie Tropicale et Ressources Naturelles, INPA/UFAM.

Treves A., Naughton-Treves L., 2005, "Evaluating lethal control in the management of human-wildlife conflict", in Woodroffe R., Thrirgood S., Rabinowitz A. (eds), People and wildlife, conflict or coexistence ?, Cambridge, Cambridge University Press, Zoological society of London, 86-106.

Urbanik J., 2012, Placing Animals: An Introduction to the Geography of Human-Animal Relations, Lanham, Rowman & Littlefield Publishers.

Woodroffe R., Thrirgood S., Rabinowitz A. (eds), 2005a, People and wildlife, conflict or coexistence? Cambridge, Cambridge University Press, Zoological society of London.

Woodroffe R., Thrirgood S., Rabinowitz A., 2005b, "The impact of human-wildlife conflict on natural systems" in Woodroffe R., Thrirgood S. et Rabinowitz A. (eds), People and wildlife, conflict or coexistence? Cambridge, Cambridge University Press, Zoological society of London, 1-12.

Zucco C.A., Tomás W., 2004. "Diagnóstico do conflito entre os pescadores profissionais artesanais e as populações de jacarés (Caiman yacare) e ariranhas (Pteronura Brasiliensis) no Pantanal", IV Simpósio sobre recursos naturais e sócio-econômicos do Pantanal, Corumba (Mato Grosso do Sul), 23-26 nov, 2004.

Haut de page

Notes

1 C’est-à-dire qu’ils évoluent à l’air libre et que leurs mouvements ainsi que leur reproduction ne sont pas sous le contrôle permanent des sociétés humaines.

2 Voir à ce titre les informations relayées par le site Internet ouvertement lycophile « la buvette des alpages » (http://www.buvettedesalpages.be/2014/03/oui-les-degats-des-loups-sur-l-elevage-sont-tres-importants.html). Les chiffres avancés imputent au loup la disparition de 0,09% du cheptel ovin français soit largement moins que les morts liés à des maladies, parasites et accidents de parcours (10%). Dans un même registre, Marchini (2008), scientifique brésilien mais aussi acteur engagé dans la conservation du jaguar (Panthera onca), rappelle que cette espèce tue sensiblement moins d’humains que les moustiques, les abeilles ou les chiens domestiques.

3 Le terme « unités de conservation » désigne, au Brésil, les aires protégées destinées prioritairement à la protection de l’environnement, se distinguant des territoires indigènes ou quilombolas, autres aires protégées qui privilégient, avant tout, les questions ethniques et culturelles. Les premiers espaces sont soumis à un cahier des charges formalisé et très strict en matière d’usage des ressources naturelles via le plano de gestão (plan de gestion), alors que dans les seconds, sa mise en place est soumise au bon vouloir des populations. Les unités de conservation sont régies par la loi n°9.985 dite du Sistema Nacional de Unidades de Conservação promulguée en juillet 2000.

4 Les deux projets ont bénéficié du programme pilote pour la protection des forêts tropicales du G-7 (PPG-7) pour leur financement et ont été portés par le ministère de l’environnement brésilien. Le projet Corredores ecológicos s’inspirait de l’écologie des paysages pour lutter contre la fragmentation des écosystèmes amazoniens et ceux de la Forêt Atlantique. L’idée principale de ce projet était de connecter entre elles différentes aires protégées en promouvant dans les espaces interstitiels des formes d’occupation de l’espace favorisant la circulation des espèces animales et végétales. Sept corridors écologiques étaient initialement prévus lors de la mise en place du projet en 2001, mais seulement deux d’entre eux ont fait l’objet de discussions plus avancées: le corridor central amazonien et le corridor central de la Forêt Atlantique prévus pour couvrir une surface respective de 70 millions et 12 millions d’hectares. Toutefois, le projet semble avoir été abandonné depuis 2007. Le programme Áreas protegidas da Amazônia (ARPA) a eu plus de succès puisqu’il a permis, depuis 2002, la consolidation ou la création de 95 unités de conservation, totalisant plus de 52 millions d’hectares sous divers régimes de protection.

5 Nom donné aux populations qui occupent les rives des différents cours d’eau amazoniens et dont la survie dépend majoritairement de leurs ressources et des cycles de crue/étiage. Les ribeirinhos appartiennent à la catégorie des populations traditionnelles, terme qui caractérise des groupes sociaux ayant un rapport particulier à un territoire donné et qui peuvent à ce titre revendiquer certains droits dans le domaine foncier ou pour l’accès à certaines ressources (Santilli, 2005).

6 Alors que dans les années 1980 et 1990, les politiques de réforme agraire et celles liées à la conservation environnementale appartenaient à deux registres distincts, voire s’opposaient, à la fin des années 1990, une tentative de rapprochement fut mise en œuvre (Esterci et Schweickardt, 2010). La première unité de conservation à bénéficier des avantages prévus par la réforme agraire (crédits installation et habitation) fut la RESEX du Moyen Juruá dans l’État de l’Amazonas (municipalité de Carauari) puis ce fut le tour d’autres unités de conservation, si bien que dans cet État, la politique de création d’aires protégées est qualifiée par une grande diversité d’acteurs de « réforme agraire écologique ».

7 RESEX et RDS appartiennent au type VI de la typologie des aires protégées définie par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), autrement dit, des espaces davantage orientés vers la gestion durable des ressources naturelles alors que les autres visent plutôt la préservation. Ces deux types d’unités de conservation présentent de nombreuses similitudes, elles sont toutes deux destinées à la protection de populations traditionnelles et prévues pour que les ressources soient gérées collectivement. Toutefois, les principales différences se font sur la possibilité d’abriter des propriétés privées et des activités minières, choses permises pour les RDS et interdites pour les RESEX.

8 En portugais : Centro Estadual de Unidades de Conservação do Amazonas. En mai 2015, dans le contexte de crise économique brésilienne, ce centre a été refondu avec celui dédié aux changements climatiques (CECLIMA) pour former le Département des changements climatiques et unités de conservation (DEMUC), dans l’optique de réduire les ressources humaines et financières allouées à ces deux questions. Comme la dénomination en vigueur au moment de l’enquête était encore CEUC, nous avons conservé cet acronyme pour le présent article.

9 En portugais : Instituto de conservação e de desenvolvimento sustentável do Amazonas.

10 Comme ni le terme de conflit, ni celui de vertébré n’auraient fait sens pour les populations interrogées, nous leur avons demandé d’évoquer seulement les problèmes et dégâts causés par des animaux sauvages (« bichos » dans le vocabulaire local, le terme « animal » étant réservé aux animaux domestiques, voir Menegaldo, 2013) et non ceux provoqués par des « insectes » (insetos). Bien que dans la logique taxonomique occidentale les insectes ne composent qu’une partie des invertébrés terrestres, dans le langage courant des ribeirinhos, le mot inseto sert bien souvent à tous les désigner.

11 Le programme Bolsa Floresta (Bourse Forestière) est propre au gouvernement de l’État de l’Amazonas et géré par la Fundação Amazônia Sustentável. Chaque famille reçoit 50 R$ par mois (19,5 €), soit autour de 8 % du salaire minimum brésilien au moment de l’enquête. Pour recevoir ce revenu, elles doivent s’engager à ne plus déboiser de la forêt primaire, participer à des programmes d’éducation environnementale et éviter l’absentéisme scolaire de leurs enfants. En plus de ce paiement pour service environnemental par famille, le programme Bolsa Floresta finance différents projets associatifs et communautaires.

12 Pour rappel, certaines enquêtes ont commencé en juin 2012 et le comptage des conflits était rétroactif sur une période de 12 mois, par conséquent, la période de recensement débute en juin 2011.

13 Parfois l’identité de l’agresseur n’était pas connue de nos interlocuteurs, c’est notamment le cas pour les attaques de grands félins. Les personnes interrogées ont parfois seulement fait mention à une « onça » ce qui peut correspondre au jaguar ou au puma, le cas échéant, nous avons utilisé l’appellation générique « grands félins ». Dans d’autres cas, les dénominations locales ne correspondaient pas à la taxonomie scientifique et il était impossible d’identifier les espèces, nous les avons également regroupé sous un terme générique comme, par exemple, « rapaces ».

14 Comme certains de nos interlocuteurs ne maîtrisent pas les mathématiques et les pourcentages, il leur a été demandé de faire une estimation de la production que la parcelle aurait générée si elle n’avait pas été visitée par des herbivores et une autre estimation de ce qui avait été perdu. Puisque dans le vocabulaire local chaque production possède une unité de mesure différente, afin d’harmoniser les évaluations de nos interlocuteurs, celles-ci ont été converties en monétaire (en utilisant le prix de vente moyen des produits détruits).

15 Calculé en fonction de la taille moyenne du cheptel sur les douze derniers mois.

16 Dans les valeurs minimales données, il peut apparaître parfois la valeur zéro, ce qui signifie que la personne a pu intervenir avant que l’animal ne commette son forfait.

17 Calculé en fonction du prix d’achat du filet lorsque celui-ci a été détruit ou des coûts de réparation estimé par les enquêtés.

18 L’expression fréquemment utilisée en portugais pour décrire cette situation est « as cercas não compensam ».

19 En ce qui concerne les serpents, les dégâts provoqués sont relativement faibles comparés à d’autres groupes taxonomiques ou à d’autres espèces. Par exemple, les anacondas (Eunectes murinus) sont impliqués dans seulement 6,6 % des attaques d’oiseaux de basse-cour et 6,9 % des morts enregistrées parmi eux, toutefois, ils sont largement détestés, notamment en raison des nombreuses histoires d’attaques, plus ou moins fabuleuses, sur des humains.

20 Nom populaire donné à certains représentants de la famille des accipitridae.

21 Au vu du temps dont nous disposions et faute de pouvoir à chaque fois demander aux personnes interrogées de nous accompagner sur les lieux où se sont déroulées des interactions négatives entre humains et faune sauvage, nous leur avons demandé de nous les décrire le plus fidèlement possible afin que nous puissions nous y rendre avec nos guides. Toutefois, lorsqu’il était impossible de connaître l’endroit exact des conflits, nous avons utilisé la toponymie locale, celle-ci étant très diversifiée et permettant une localisation relativement précise.

22 ONG formée par des chercheurs spécialistes des lamantins (Trichechus spp.) qui lutte activement dans cette région pour la conservation de différents mammifères aquatiques. Les actions développées sont généralement éducatives (distribution de bandes dessinées, peluches, casquettes promouvant la protection des espèces) et les populations locales sont associées à des opérations de sauvetage, de comptage ou de réintroduction des siréniens.

23 En portugais : Instituto brasileiro do meio ambiente e dos recursos naturais renováveis.

24 En portugais : Instituto de proteção ambiental do Amazonas.

25 La RDS Uatumã, au moment de l’enquête, ne possédait toujours pas de réseau de distribution d’énergie électrique, un programme national ayant été lancé en ce sens lors du second mandat du président Luís Inácio da Silva. Dans cette aire protégée, l’implantation du projet avait été retardée pour des raisons bureaucratiques, les permis n’ayant pas été libérés par l’IBAMA en alléguant que cela génèrerait de nouveaux déboisements. Pour leurs besoins en électricité, les communautés visitées utilisaient des générateurs thermiques, une petite partie du combustible étant fournie par les municipalités qui englobent la RDS (notamment pour le fonctionnement des écoles), le reste étant à la charge des habitants.

26 Les quelques cas rencontrés d’atteinte à la Loi sur la faune concernent plutôt des tentatives de vente de viande de brousse en dehors des limites de la réserve, la vente étant tolérée quand elle est réalisée entre des habitants de la RDS. Les sanctions appliquées sont assez légères et conduisent rarement à de la prison ou des amendes trop lourdes, les peines alternatives comme l’exercice d’un travail d’intérêt communautaire sont généralement préférées.

27 Lors de notre visite sur place, les fonds du programme Bolsa floresta avaient permis l’achat d’animaux d’élevage et de rations alimentaires pour les nourrir, des semences et des outils pour des plantations communautaires, ainsi que du matériel de construction pour la rénovation de certains bâtiments communs.

28 Les populations attribuent indûment la venimosité à un grand nombre d’espèces, c’est le cas notamment de la jiboia (Boa constrictor) qui est accusée, à tort, d’être venimeuse une partie de l’année (entre mai et juin). Un autre exemple est fourni par la jararaca da água (Helicops angulatus) qui en raison de sa ressemblance morphologique avec le fer de lance commun (Bothrops atrox), espèce qui possède un venin relativement puissant, est particulièrement crainte des ribeirinhos et, conséquemment, vivement pourchassée (Ermelinda Oliveira, communication personnelle, 2014).

29 Les légendes amazoniennes font du dauphin rose un animal pervers, celui-ci étant accusé de se métamorphoser en humain afin de séduire les jeunes filles lors des bals populaires, voire de les mettre enceinte. Cet animal serait également capable d’harceler les femmes et les jeunes filles durant leurs menstruations, d’ailleurs il leur est souvent interdit de naviguer seules dans ces périodes.

30 Dans d’autres régions amazoniennes, ces dauphins d’eau douce sont abattus pour la fabrication de divers aphrodisiaques ou pour servir d’appâts afin de pêcher la piracatinga (Calophysus macropterus) poisson non-consommé par les populations brésiliennes mais dont l’exportation en Colombie est particulièrement lucrative (Loch et al., 2009). L’augmentation de la demande colombienne pour cette espèce est considérée actuellement comme la principale cause de réduction des effectifs de l’Inie de Geoffroy.

31 Pour les deux dernières RDS (Mamirauá et Uacari), les recherches menées ne concernaient pas, à proprement parler, les conflits homme/faune sauvage mais nous avons discuté, à nos moments libres, avec les populations locales à ce sujet.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Localisation de la RDS Uatumã et des communautés étudiées
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27807/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Figure 2 : Destructions d’un filet de pêche par des prédateurs fluviaux (communauté Deus Ajude)
Crédits Cliché : G. Marchand, 2013.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27807/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 3 : Chien domestique ayant échappé à une attaque de félin (communauté Caioé Grande)
Crédits Cliché : G. Marchand, 2013.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27807/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Figure 4 : Exemple d’abris pour le confinement nocturne des oiseaux de basse-cour (communauté Caioé Grande)
Crédits Cliché : G. Marchand, 2013.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27807/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Figure 5 : Distribution des attaques sur les filets de pêche (janvier 2011-juin 2013)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27807/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Titre Figure 6 : Distribution des attaques sur les cultures (janvier 2011-juin 2013)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27807/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Titre Figure 7 : Distribution des attaques sur les animaux d’élevage (janvier 2011-juin 2013)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27807/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 729k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Marchand, « Analyse de la dimension spatiale des conflits homme/faune sauvage dans la réserve de développement durable de la rivière Uatumã (Amazonas, Brésil) », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Environnement, Nature, Paysage, document 792, mis en ligne le 08 novembre 2016, consulté le 30 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/27807 ; DOI : 10.4000/cybergeo.27807

Haut de page

Auteur

Guillaume Marchand

Professeur visitant étranger, Centre des Sciences de l’Environnement, Université Fédérale de l’Amazonas, gaelmarch@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page