Navigation – Plan du site
2016
794

Agriculture paysanne et stratégies d’adaptation au changement climatique au Nord-Bénin

Rural agriculture and adaptation strategies to the climate change in North Benin
Jean Bosco K. Vodounou et Yvette Onibon Doubogan

Résumés

L’adaptation aux aléas et la gestion du risque sont partout pris en compte dans les systèmes agraires traditionnels. En effet, le changement climatique global se traduit localement par plusieurs évolutions qui modifient les conditions de production. La présente étude s’intéresse à la compréhension des stratégies développées par les producteurs en situation de changements climatiques, de ses effets perceptibles dans le paysage agraire et les mesures mises au point pour y faire face. Elle s’est basée sur un échantillon de 270 producteurs dans diverses zones agro-écologiques du Nord-Bénin. L’impact du changement climatique sur l’agriculture est multiple et pèse sur les personnes, le capital des exploitations et les résultats (systèmes d’élevage et de culture moins productifs). Pour faire face à ces impacts, les producteurs mettent en place des systèmes d’adaptation. Ils commencent en général par modifier leurs pratiques culturales. En effet, les agriculteurs changent de variétés (recherche de précocité comme facteur d’adaptation à la baisse de pluviométrie), voire d’espèces cultivées pour privilégier des cultures plus rustiques. Les pratiques culturales évoluent également aussi bien sur le plan des dates de réalisation que des techniques employées (abandon du travail du sol dans certains cas par exemple). L’utilisation des moyens de production (travail, intrants) est raisonnée pour tenir compte des risques : cela se traduit dans certains cas par l’extensification, ailleurs par la concentration des moyens sur des espaces « plus sûrs » (du point de vue de l’eau disponible notamment). Une autre voie d’adaptation explorée par les producteurs est basée sur le développement de nouvelles activités agricoles pour tenter de répartir les risques et/ou de s’adapter aux nouvelles conditions de production : introduction de nouvelles spéculations, implantation de cultures vivrières par certains éleveurs, pratique de l’élevage par les agriculteurs, développement du maraîchage et du petit élevage puis transformation des produits.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Il faut comprendre ici par «développement humain » une évolution de l’Homme du point de vue classe (...)

1Les conditions de production agricole sont rendues de plus en plus difficiles par les aléas climatiques (Caquet, 2014 ; Chanzy, 2015). Actuellement, les changements climatiques sont au centre des préoccupations aussi bien des acteurs scientifiques que des décideurs politiques au niveau mondial (Ali, 2010 ; Niang, 2009) car ils constituent un des nombreux obstacles au développement humain1 (Boko, 1988 ; Brown, Crawford, 2008). Les variabilités climatiques ont un impact direct sur la production agricole, puisque les systèmes agricoles dépendent en partie de la nature du climat (Boko et al., 2007 ; Mertz et al., 2009). Cet impact est particulièrement important dans les pays en développement où l’agriculture est à 100 % pluviale sans aucune alternative d’irrigation et constitue la principale source d’emplois et de revenus pour la majorité de la population (Agossou, 2012 ; Delille, 2011 ; Enete, Onyekuru, 2011). Le construit social et les contraintes économiques qui sont à la base des inégalités d’accès aux ressources de production sont renforcées par la modification du climat (Bridge, 2012, Bryant et al., 2000).

2Le Bénin, pays côtier, n’échappe pas à ces changements climatiques et à leurs effets socio-environnementaux (Brown, Crawford, 2008 ; FIDA, 2008). Cette évolution du climat est préjudiciable à l’économie du pays qui repose essentiellement sur l’agriculture (Gbetibouo, 2009 ; Wethe, 2009 ; UICN, 2011). Les variabilités climatiques et leurs conséquences socio-environnementales sont encore plus perceptibles à l’échelle locale (Paturel et al., 1995 ; Rabourdin, 2005, Smit, Skinner, 2002). Le faible rendement agricole dépend à la fois du système climatique complexe du continent africain et de l’interaction de ce système avec les défis socio-politiques comme la gouvernance et ceux socio-économiques tels que la pauvreté endémique, l’accès limité aux marchés des capitaux et aux marchés mondiaux d’écoulement des produits, la dégradation de l’écosystème, les catastrophes et conflits complexes ainsi que l’urbanisation qui pourraient miner la capacité des communautés à s’adapter aux changements climatiques (Boko et al., 2007 ; FAO, 2008).

3Les nombreuses recherches effectuées sur la thématique de la stratégie d’adaptation au changement climatique au Bénin ont abordé les systèmes d’adaptation développés par les populations (Afouda, 1990 ; Agossou et al., 2012 ; Boko, 1988 ; Gnanglé et al., 2011 ; Guibert, et al., 2010). De même, la question de sécurité alimentaire a été traitée par de nombreux chercheurs tant au niveau national qu’international (Gnanglé et al. 2011 ; Dugué et al., 2012 ; Mertz et al., 2009 ; Mbow et al., 2008 ; Smit, Skinner, 2002). Mais la recherche sur la caractérisation des stratégies d’adaptation en lien avec la sécurité alimentaire reste encore très peu connue. C’est le fondement de la présente étude.

4Ainsi, le présent travail vise à analyser la gestion de la sécurité alimentaire au Nord-Bénin à travers les stratégies développées par les producteurs en situation de crise climatique. En effet, les populations béninoises sont confrontées à des problèmes de baisse de la production agricole (Afouda, 1990 ; Agossou et al., 2012 ; Gnanglé et al., 2011 ). Cette production n’arrive toujours pas à assurer la sécurité alimentaire qui est également mise à mal par les conditions particulièrement difficiles du climat. Dans ces conditions, les producteurs sont parfois obligés ou contraints de développer des stratégies en vue d’améliorer leur production. Ainsi, dans le contexte des changements climatiques, les producteurs béninois développent des adaptations visant à réduire leur vulnérabilité ou à améliorer leur résilience face à des changements observés ou prévus au niveau du climat à travers de nouveaux systèmes de production. Ces systèmes sont à améliorer et partager entre les communautés afin de garantir la sécurité alimentaire. La caractérisation des stratégies d’adaptation permet de comprendre les ressentis des populations face au changement climatique.

5Les enquêtes de terrain et leur exploitation ont abouti à des résultats qui permettent de répondre à l’objectif énoncé. Afin de bien comprendre ces résultats, nous présenterons tout d’abord dans une première partie le cadre de l’étude avant de développer dans un second temps la méthodologie suivie. A ce stade, l’analyse des résultats sera abordée en relation avec l’objectif annoncé. Elle sera prolongée par une discussion qui tentera de montrer que ces conclusions ne concernent pas seulement la région étudiée.

Présentation du terrain d’étude

6Le secteur d’étude couvre une superficie de 83727 km² et compte quatre départements (Alibori, Atacora, Borgou et Donga). Il représente environ 65 % du territoire national. Les terres cultivables dans cette partie sont estimées à 46049 km² et représentent donc plus de 50 % de la surface de ces départements. Par ailleurs, le dernier recensement de la population en 2013 indique que cette partie abrite près de 3,4 millions d’habitants sur les 10 millions environ que compte le Bénin, soit 1/3 du total de la population.

7Il est caractérisé par deux unités morphologiques : la pénéplaine cristalline et la chaîne de l’Atacora. Sur cette pénéplaine granito-gneissique s’observe, principalement au sud du parallèle 10° (latitude de N’Dali), toute une série de collines isolées où la roche apparaît à nu ; leur dénivellation n’excède guère 200 m. La plupart de ces alignements de collines sont orientés sensiblement nord-sud. Ce sont, du nord au sud, les collines de Bembèrèkè, de Kalalé, de Nikki, de Ouari-Maro. Le plateau de grès de Kandi se situe dans le nord et le nord-est entre Ségbana et Kandi jusqu’au fleuve Niger ; c’est un plateau d’altitude moyenne de 250 m. Légèrement incliné vers la plaine alluviale du Niger à laquelle il se raccorde de manière insensible, ce plateau est parsemé d’une multitude de petites buttes à très faible dénivellation. Quant au massif de l’Atacora, d’altitude comprise entre 400 m et 700 m, localisé dans le nord-ouest, il constitue le château d’eau du pays dans la mesure où plusieurs fleuves y prennent leur source. Les plaines sédimentaires du nord descendent progressivement vers le bassin du Niger dont le lit est situé à la une altitude de 160 m.

8Les traits caractéristiques des types de végétation du Bénin découlent de la situation géographique du pays à l’intérieur du hiatus dahoméen, encore appelé « Dahomeen Gap ». Il se traduit par une interruption des denses forêts sempervirentes que connaissent les pays voisins comme le Nigéria et plus loin le Ghana. C’est dire qu’en dépit de sa position géographique apparemment favorable, le Bénin n’est pas un pays forestier. Cependant, il est couvert à près de 65 % par une végétation arborée (Afouda, 1997 ; Ogouwalé 2006). Il s’agit, pour l’essentiel, de végétations sub-équatoriales ou dérivées. Cette végétation est constituée pour l’essentiel de savane arbustive, arborée et par endroit boisée, qui sont souvent les domaines classés. La pression démographique a transformé ces formations en espace de cultures et jachères dans sa grande partie.

9L’économie des départements de l’Alibori et du Borgou est essentiellement agricole avec une large part accordée aux cultures vivrières (sorgho, mil, maïs, fonio, riz, manioc, igname), aux oléagineux (arachides), aux légumineuses (pois d’angole) et aux potagers (oignons). L’agriculture industrielle porte essentiellement sur le coton avec l’implantation de certains établissements industriels comme les usines d’égrenage de coton. L’élevage de gros bétail est très répandu et la pêche très développée. Les atouts touristiques sont fournis par le parc W du Niger et doublés de la zone cynégétique de la Djona où l’on peut chasser et photographier une faune variée pendant la saison touristique. Les palais royaux, la fête de la Gani, le folklore, etc. sont d’autres éléments participant à l’attrait touristique.

10Le département de l’Atacora consacre ses efforts surtout dans les activités agricoles (74 % des actifs du département y sont employés [Gnanglé et al., 2011]). Grâce à la ténacité et au courage répétés des populations rurales, le département est considéré comme le grenier du pays en sorgho, fonio et riz malgré les conditions pédologiques particulièrement difficiles puisqu’on se trouve dans une zone de montagne. Dans le département de la Donga, le système de production est essentiellement basé sur la culture du maïs, du sorgho, du mil, du coton, du manioc, du niébé, de l’igname et de l’arachide. L’agriculture reste dominante (46 %) ainsi que le commerce (39 %), (Afouda, 1990) ce qui permet à Djougou, Bassila et Ouaké de servir de lieu d’échange et de rencontre de divers produits agricoles et artisanaux. La figure 1 présente la situation géographique des départements d’étude ainsi que les communes d’enquête.

Figure 1 : Situation géographique du secteur d’étude

Figure 1 : Situation géographique du secteur d’étude

Démarche méthodologique

11Afin de mettre en évidence les stratégies d’adaptation des paysans au climat, des données ont été collectées et traitées d’une part sur le climat, d’autre part dans le domaine socio-économique. La collecte de données a combiné les méthodes quantitatives et qualitatives. Les méthodes d’étude de la variabilité pluviométrique à travers les paramètres de tendance centrale, de dispersion et l’indice standardisé des précipitations ont été utilisées pour traiter et organiser les données climatiques obtenues. Un GPS a été utilisé pour le positionnement géographique des localités parcourues. En ce qui concerne les données socio-économiques, elles ont été consignées sur des grilles d’observation et des questionnaires. L’analyse de ces données est faite au moyen de deux indices calculés, à savoir le Facteur de Consensus Informateur (FCI) et le Niveau de Fidélité (NF). Ces outils et méthodes ont permis de comprendre les variabilités climatiques du secteur d’étude et d’appréhender les ressentis des populations face au changement climatique ainsi que les résiliences développées.

Méthode d’étude de la variabilité pluviométrique

12En ce qui concerne les données climatiques, elles ont été obtenues à l’Agence pour la Sécurité et la Navigation Aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA). Ces données couvrent la période allant de 1965 à 2010. Quant aux traitements visant à montrer la variabilité pluviométrique, ils ont porté principalement sur la détermination des paramètres de tendance centrale, de dispersion et la mise en évidence des tendances.

Paramètres de tendance centrale

13La moyenne arithmétique a été calculée sur une série de 46 ans. Elle s’obtient en faisant la somme des valeurs distinctes qui ont été observées, chacune d’elles étant affectée d’un poids égal à sa fréquence (Vessereau, 1947). La moyenne a permis d’identifier les différents rythmes pluviométriques qui indiquent la tendance à la baisse ou à la hausse des pluies ; les champs moyens permettent d’identifier les périodes excédentaires et celles déficitaires. Ainsi, l’analyse de ces données ont permis de caractériser l’évolution de la pluviométrie.

Paramètres de dispersion

14Les paramètres de dispersion sont calculés à partir du paramètre fondamental de tendance centrale qu’est la moyenne. Ces paramètres de dispersion sont l’écart-type et le coefficient de variation. Le Coefficient de variation est le moyen le plus utilisé pour tester et quantifier la variabilité d’une réalité ou d’un phénomène statistique. C’est le rapport de l’écart-type à la moyenne, exprimé en pourcentage (Vissin, 2007 ; Houndénou, 1999). Le coefficient de variation permet d’établir la comparaison des degrés de variabilité de la pluviosité dans l’espace. L’écart type est utilisé pour évaluer la dispersion absolue des valeurs autour de la valeur centrale (Vissin, 2007). Toutefois, les paramètres de dispersion ne suffisent pas à eux seuls pour mesurer la variabilité car ils ne décrivent pas l’évolution temporelle des séries pluviométriques et hydrométriques (Vissin, 2007). Ainsi, pour mieux caractériser la variabilité l’usage de l’indice standardisé des précipitations est nécessaire.

Indice standardisé des précipitations ou (SPI)

15A partir de l’écart type, l’indice standardisé des précipitations ou Standardized Precipitations Index (SPI) représentant les anomalies centrées réduites pluviométriques interannuelles, a été calculé (Bergaoui, Alouini, 2001). Les anomalies se calculent par la formule suivante :

SPI = indice standardisé des précipitations / anomalie centrée réduite pour l’année i
X̅ = moyenne de la série
= écart-type de la série

16Le tableau 1 présente les différentes classes de la sécheresse en fonction du SPI.

Tableau 1 : Classification de la sécheresse en rapport avec la valeur du SPI

Classes du SPI

Proportion de sécheresse / humidité

SPI > 2

Humidité extrême

1< SPI < 2

Humidité forte

0 < SPI < 1

Humidité modérée

-1 < SPI < 0

Sécheresse modérée

-2 < SPI < -1

Sécheresse forte

SPI < -2

Sécheresse extrême

Source : Bergaoui et Alouini, 2001

17L’indice standardisé des précipitations a été retenu pour déterminer les indicateurs des variations pluviométriques et spécifiquement les années marquées par un excédent ou un déficit pluviométrique dans le secteur d’étude.

Collecte et analyse des données socio-économiques

18L’obtention de données socio-économiques adaptées a exigé un travail spécifique qui va être décrit ici avant de détailler les traitements effectués.

Échantillon et enquête

19Dans un premier temps, le choix des communes d’enquête s’est appuyé sur les résultats d’une étude réalisée dans le cadre de la mise en place du programme national d’adaptation aux changements climatiques (PANA-Bénin, 2008) et de la vision du projet Perceptions, Adaptations et Accompagnements des Populations face aux changements Climatiques Environnementaux et Sociaux (PAAPCES). Ont ainsi été retenues les communes appartenant aux zones les plus vulnérables aux manifestations du changement climatique.

20Dans un second temps, l’échantillon a été construit en tenant compte de plusieurs critères : le découpage administratif, l’insécurité alimentaire, l’âge et le nombre d’années vécu dans le milieu. Sur le plan administratif, le Bénin compte 4 niveaux de découpage administratif (Département, Commune, Arrondissement et Village), dont la première unité est le département et la plus petite le village. Ainsi, onze (11) communes et trente-quatre (34) villages ont servi de cadre pour la collecte des données sur le terrain. Les villages et communes retenus ont été sélectionnés sur la base de la récurrence de l’insécurité alimentaire qui sévit dans ces localités où chaque année le gouvernement doit intervenir en apportant des vivres aux populations. Leur répartition se présente comme suit : six (6) communes dans les départements de l’Atacora et de la Donga ; cinq (5) communes dans le Borgou et l’Alibori (figure 1).

21Le choix des personnes enquêtées est fait sur la base de leur âge par observation de leurs conditions physiques avant une confirmation par la donnée “âge réel”. Ainsi, les producteurs de moins de 40 ans sont systématiquement exclus. La passation de l’enquête proprement dite s’est effectuée auprès des producteurs. Ces derniers ont été sélectionnés sur la base de la superficie emblavée. En effet, les producteurs pris en compte ont été ceux qui avaient une exploitation d’au moins 2 ha et qui faisaient des cultures associées. Les exploitations de moins de 2 ha ne subissent pas, au même titre, les contraintes liées aux exigences des variabilités climatiques car les pressions sur les activités sont moindres.

22Pour la construction de l’échantillon, neufs producteurs sont enquêtés par village. Les agriculteurs enquêtés sont ainsi au nombre de 300, mais seulement 270 d’entre eux (dont 60 % d’hommes et 40 % de femmes à cause de leur disponibilité et des pesanteurs sociologiques comme par exemple le système patriarcal d’accès à la terre) ont fait l’objet de traitements compte tenu des critères de superficie emblavée et de la qualité des réponses obtenues. Les personnes interrogées ont au moins 40 ans et ont vécu plus de 20 ans dans le village. L’enquête elle-même a consisté à passer un questionnaire structuré (joint en annexe) portant essentiellement sur le ressenti des changements et les stratégies d’adaptation adoptées (saison, importance des précipitations, calendrier agricole, nouvelles spéculations introduites, spéculations abandonnées…).

23Enfin, des entretiens de groupe ont été menés ainsi que des entretiens semi-directifs avec un échantillon à choix raisonné de personnes-ressources et des groupes de personnes fortement impliquées dans la production agricole comme les structures d’encadrement. Elle a permis d’identifier les formes d’adaptation et d’évaluer la récurrence des critères caractéristiques des stratégies d’adaptation (nombre de fois où l’indicateur a été cité).

Exploitation des données collectées

24Les informations collectées ont fait l’objet d’un dépouillement, effectué à l’aide du logiciel Sphinx Plus pour identifier les caractéristiques des indicateurs de changement et d’impact climatique, ainsi que les stratégies adoptées par les populations. Ce dépouillement a en effet conduit essentiellement à l’établissement de tableaux de fréquences en raison de la forme des questions. Trois types d’indicateurs ont été construits afin de pouvoir répondre à l’objectif poursuivi. Ainsi, les variables ont été regroupées et analysées sur la base des trois types d’indicateurs. Ces indicateurs portaient d’une part sur le changement et l’impact climatiques sur les populations et l’agriculture, d’autre part sur les stratégies d’adaptation pour assurer la sécurité alimentaire.

25Pour l’analyse des résultats obtenus à partir des trois indicateurs construits, deux indices ont été calculés, à savoir :

26- le Facteur de Consensus Informateur (FCI) ou (Informant Consensus Factor (FIC) définit par Heinrich et al., 1998, in Canales et al., 2005) a permis d’apprécier la diversité et la consistance des indicateurs de changement, d’impact et d’adaptation aux changements climatiques. Il est calculé comme suit :

Avec Nur : nombre de citations dans chaque catégorie d’indicateurs (de changement, d’impact et d’adaptation) et
Nt : nombre de variantes dans chaque catégorie.

27La valeur du FCI varie entre 0 et 1 et indique un consensus élevé lorsqu’il tend vers 1 (Dembélé et al., 2015).

28- Le Niveau de Fidélité (NF) ou (Fidelity level (FL) de Friedman et al., 1986, repris par Cheikhyoussef et al., 2011) apprécie l’intensité de la relation que les populations établissent entre les facteurs de changement, d’impact et d’adaptation. Le NF est calculé à l’intérieur de chaque catégorie d’indicateur à partir de la formule :

Avec Np : nombre de personnes ayant cité un type de changement, d’impact ou d’adaptation et
N : nombre total de personnes qui s’adapte ou change de technique ou de pratique culturale.

29A partir du croisement des données climatiques et socio-économiques que l’approche méthodologique a permis de réaliser, l’analyse des résultats issus des traitements a été possible pour répondre à l’objectif du travail. Ainsi, à la suite de cette partie les résultats seront exposés à travers les caractéristiques climatiques, les impacts des changements climatiques sur l’agriculture et les producteurs, les caractéristiques techniques des stratégies d’adaptation, la caractérisation des indicateurs de stratégies d’adaptation, le réajustement des besoins et revenus complémentaires.

Résultats et discussion

30L’agriculture au Bénin est essentiellement pluviale. Dans ce travail, le regard est porté sur cet aléa pour montrer les variabilités observées. Il ne s’agit pas du seul paramètre climatique qui détermine les changements notés en rapport avec le climat, mais c’est plutôt le plus déterminant pour l’agriculture dans le milieu d’étude. Les impacts des changements climatiques sont évalués et analysés. Enfin, il est question d’identifier les stratégies développées par les producteurs pour assurer leur sécurité alimentaire.

Caractéristiques climatiques

31L’évolution globale de la pluviométrie a été analysée aux stations de Parakou, Bembèrèkè et Natitingou en raison des distances qui les séparent et de leur caractéristique (stations synoptiques : Parakou et Natitingou) et agro-climatique (Bembèrèkè). Cette analyse porte sur les données complètes disponibles.

32L’analyse de l’indice standardisé de précipitations à Parakou révèle une alternance entre les années déficitaires et celles qui sont excédentaires. En effet, entre 1965 et 2010, il est dénombré 26 années excédentaires soit 56,96 % avec des degrés d’humidité variable d’une année humide à une autre. Ainsi, les années extrêmement humides, fortement humides et modérément humides, irrégulièrement reparties entre 1965 et 2010 sont représentées respectivement par 1 année (2,17 %), 8 années (17,39 %) et 17 années (36,96 %).

33Par ailleurs, en ce qui concerne les années déficitaires, elles traduisent à degré divers les périodes de sécheresse survenues entre 1965 et 2010 à Parakou. Ainsi, 12 années présentent une sécheresse modérée, 6 années montrent une sécheresse forte et 2 années traduisent une sécheresse extrême soit au total 47,83 % (figure 2). De façon générale, il est observé dans un premier temps une série d’années déficitaires soit de 1968 à 1986 et dans un second temps une série d’années excédentaires ; en témoigne l’évolution des moyennes mobiles. En ce qui concerne l’humidité forte et l’humidité extrême, elles sont représentées respectivement par 2 et 3 années dans la série. En somme, on retient qu’à partir de la fin des années 1970, on assiste à l’amorce de séquences sèches relativement soutenues.

34A l’échelle interannuelle, l’indice standardisé de précipitations présente un caractère irrégulier de la pluviométrie au niveau de la station de Bembèrèkè sur la série de 46 ans. En effet, bien que les décennies 1970 et 1980 soient particulièrement déficitaires, la sécheresse extrême a été observée en 2009. En ce qui concerne la sécheresse forte, elle est observée sur 5 années différentes et représente 10,87 % de la série retenue pour l’étude. S’agissant de la sécheresse modérée, elle a été assez importante dans la période d’étude. Elle est intervenue pendant 16 années de façon discontinue et représente 34,78 % du nombre total d’années retenues (figure 2).

35La figure 2 met en exergue, à la station de Natitingou, trois (03) séquences de variabilité dans l’Atacora : une première séquence (S1) de 1961-1975 marquée par des pluviométries plus ou moins abondantes avec une tendance à la baisse plus ou moins faible ; une seconde séquence (S2) marquée par une baisse drastique des pluviométries de 1976-1993, avec une tendance à la baisse très prononcée et enfin une troisième séquence de 1993-2006 marquée par une remontée relative des pluviométries avec une tendance à la hausse plus ou moins faible.

Figure 2 : Variabilité interannuelle et tendances des précipitations entre 1965 et 2010

Figure 2 : Variabilité interannuelle et tendances des précipitations entre 1965 et 2010

Source : Données ASECNA, 2010

36De façon générale, il est noté une diminution progressive des quantités de pluies de 1961 à 2006. La sous-période 1961-1975 est marquée par les pluviométries excédentaires suivie d’une sous-période (1976-1993) à pluviométries déficitaires et une reprise de pluviométries excédentaires autant que déficitaires de 1994 à 2006. Ce qui confirme la récession pluviométrique à partir des années 1970, démontrée par les études antérieures de Boko (1988), Afouda (1990) et Houndénou (1999). Ces périodes excédentaires et déficitaires sont dues à des manifestations des phénomènes exceptionnels tels que les sécheresses et les excédents de pluies. La répartition moyenne de cette pluie de 1961 à 2010 est représentée sur la figure 3. On constate que le sens de baisse de la pluviométrie est du nord-est vers le sud-ouest ce qui traduit parfaitement le mouvement cyclonique de la zone ouest africaine (Houndénou, 1999 ; Ogouwalé, 2006 ; Vissin, 2007).

Figure 3 : Répartition de la pluviométrie moyenne annuelle

Figure 3 : Répartition de la pluviométrie moyenne annuelle

Source : Données ASECNA-IRD-DMN, 1961-2010

37Le Bénin jouit d’un climat tropical subhumide qui est en grande partie contrôlé par la circulation de la mousson ouest africaine (Peugeot et al., 2011 ; Le Barbé et al., 2002). Une bonne partie des précipitations annuelles est obtenue pendant la saison pluvieuse de l’été boréal. La saison sèche est caractérisée par des vents secs, poussiéreux et l’Harmattan qui a une direction nord-est – sud-ouest (Judex et al., 2009). Des cumuls annuels moyens d’environ 1400 mm sont observés sur la partie ouest entre avril et octobre. En effet, les masses d’air humides sont entraînées depuis le golfe de Guinée vers le continent, dans un flux de sud-ouest. Elles se heurtent alors aux masses d’air chaudes et sèches, poussées quant à elles par l’Harmattan, vent du nord-est. Se forment ainsi dans cette zone de convergence intertropicale des systèmes orageux qui arrosent tout le Sahel.

38A la suite de ces analyses issues des données statistiques, une évaluation des compréhensions de changement par les populations a été faite à travers 8 indicateurs qui influencent fortement la production agricole. Ces indicateurs ont fait l’objet d’une évaluation à partir des informations fournies par les populations. Ainsi, la figure 4 indique les fréquences obtenues par indicateurs.

Figure 4 : Fréquence de citation d’indicateurs

Figure 4 : Fréquence de citation d’indicateurs

Source : Données de terrain, août-septembre 2015

39Le retard des pluies (26 %) constitue l’indicateur le plus prépondérant selon les populations, suivi de la baisse de pluviosité (18 %) et de l’arrêt précoce des pluies (15 %).

40Ces conditions climatiques ont une forte influence sur la production agricole : elles entraînent de faibles rendements (insuffisance de pluie) et des pertes de cultures (inondation). Ainsi, la sécurité alimentaire n’est souvent pas garantie à cause de l’insuffisance de production et les populations sont exposées à la famine avec des conditions de vie difficiles.

Impacts des changements climatiques sur l’agriculture et les producteurs

41Pour atténuer les chocs dus aux effets des péjorations pluviométriques, les producteurs sont obligés de contrôler le niveau de risque en choisissant leurs investissements en fonction des moyens de production disponibles. En effet, 9 indicateurs d’impact ont été identifiés dans le cadre de cette étude (Figure 5). Pour atténuer les impacts, l’utilisation de la fumure ainsi que le temps et le volume de travail sont engagés selon les chances de réussite qu’ils attribuent à telle ou telle parcelle. Selon les cas, deux options ont été observées : soit les moyens de production sont concentrés sur les zones a priori plus favorables (parcelles qui ont bien démarré), soit ces moyens sont au contraire répartis, ce qui correspond à une stratégie anti-risques. Dans tous les cas le choix implique un pronostic sur la suite de l’année climatique et le risque de perte n’est pas nul.

Figure 5 : Fréquence des indicateurs d’impact

Figure 5 : Fréquence des indicateurs d’impact

Source : Données de terrain, août-septembre 2015

42L’indicateur d’impact le plus prépondérant déclaré par les populations est l’insécurité alimentaire (22 %) qui constitue la conséquence du bouleversement des dates de semis (16 %) et de la baisse de rendement (15 %). La pauvreté (14 %) est considérée comme un phénomène exaspérant et persistant au fil des années. cela provoque une démotivation des producteurs entrainant ainsi les populations dans l’endettement, l’exode rural ou tout simplement le changement d’activité. A l’issue des enquêtes, malgré le faible nombre (11 %) de réponses obtenus par questionnaire, on peut déduire que la demande d’assistance augmente. Selon les propos des enquêtés, généralement, l’assistance demandée n’est souvent pas accordée et parfois les producteurs sont considérés comme des fainéants par les donateurs locaux.

Caractéristiques techniques des stratégies d’adaptation

43La première adaptation spontanée consiste à caler le calendrier cultural sur les conditions climatiques de l’année. Dans le secteur d’étude, les dates de semis sont en général déterminées par le début des pluies. Si ce dernier est retardé, plusieurs réponses peuvent intervenir pour tenter de rattraper le retard de plus en plus fréquent des semis. La première réponse est d’abord la surcharge du travail (les semis sont répétés deux ou trois fois) avec une débauche d’énergie de la part des agriculteurs. Pour mobiliser de la main d’œuvre supplémentaire, il faut cependant disposer d’un réseau social efficace et de ressources financières et matérielles suffisantes. En effet, même quand on fait appel à l’entraide, il faut nourrir les travailleurs mobilisés et se rendre disponible pour les aider à leur tour.

44Les producteurs considèrent souvent les variétés plus précoces comme une bonne réponse au retard des pluies. Certains producteurs vont chercher des variétés à quelques dizaines ou centaines de kilomètres dans des zones traditionnellement plus sèches (variétés de mil, de sorgho, de maïs, de haricot et d’arachide dans les pays limitrophes comme le Burkina Faso et parfois au-delà). Toutefois, ces variétés sont fréquemment moins productives et/ou plus exigeantes en qualité du sol. Elles disposent de peu de temps pour produire une certaine quantité de matière sèche. Les plantes ont alors des besoins instantanés plus importants (en nutriments mais aussi en eau). Par ailleurs, arrivant à maturité avant les variétés traditionnelles, elles sont également très vulnérables aux attaques aviaires (ceci concerne les céréales et notamment le riz, le maïs, etc.).

45Face à l’aléa élevé de retard des premières pluies et ses risques associés, certains producteurs choisissent de ne pas changer leurs dates de semis, ce qui les amène à pratiquer un semis en sec (observé à Boukombé, Kouandé, Sinendé et N’dali) afin de gagner du temps au démarrage de la culture. Ils s’exposent toutefois au risque de perdre la semence en cas de première pluie isolée. Cette pratique est en général le fait de producteurs plus audacieux disposant de solutions de secours (stocks de semence, auto-assurance). A l’inverse, dans le Borgou, la pratique traditionnelle de semis de l’igname avant la saison des pluies (novembre-décembre), aujourd’hui considérée comme trop risquée compte tenu de l’incertitude sur le démarrage de la saison de pluies, est mise en difficulté. Les dates de semis selon les déclarations des populations du secteur se présentent comme suit (tableau 2).

Tableau 2 : Décalage dans le calendrier des dates de semis (début de saison)

Tableau 2 : Décalage dans le calendrier des dates de semis (début de saison)

Source : Données de terrain, août-septembre 2015

46On constate à travers le tableau 1 qui fait la synthèse du traitement des questionnaires, qu’il y a 50 ans, le début de la saison s’annoncerait vers fin mars et tout le mois d’avril. Cette période correspond aux dates de semis des premières cultures. Elle était stricte et non extensible. En effet, à partir du mois de mai les premières récoltes apparaissent et les semis de la saison suivante se préparent. Mais aujourd’hui, le constat est que cette période de début de saison est étendue sur 4 mois. Pendant cette période large de début de saison, il est évident que toutes les cultures ne peuvent plus se semer ou que les variétés traditionnelles qui ont un cycle végétatif plus long ne peuvent plus prospérer.

47Dans les systèmes traditionnellement les plus intensifs, dans certaines zones du Borgou et de l’Alibori, 100 % des agriculteurs parvenaient à réaliser deux récoltes par an. Désormais, du fait du raccourcissement de la saison des pluies et du retard d’implantation de la première culture, ils ne parviennent le plus souvent qu’à en faire une. Dans d’autres zones (Malanville), on passe parfois de deux à une récolte de riz par an. Ce changement subi dans un premier temps par les producteurs est devenu un choix stratégique d’adaptation plus souvent appliqué.

48Dans le secteur d’étude, les Peuls exploitaient quelques parcelles de cultures vivrières pour satisfaire aux besoins de leur famille. Ils disposaient de variétés précoces provenant des pays sahéliens comme le Niger et le Burkina Faso avec lesquels ils sont en contact. Ces variétés leur permettaient de faire une association de culture de mil et de niébé. Le raccourcissement de la saison des pluies a fait changer cette pratique et désormais le mil et le niébé sont cultivés en parallèle sur des parcelles différentes, ce qui a abouti à une extension importante des surfaces mises en culture au détriment des pâturages et surtout de l’entretien de la fertilité des sols. De même, les mouvements migratoires participent au partage d’expériences entre agriculteurs. C’est ainsi que certaines pratiques culturales comme les semis à plats sont devenus une réalité sur les flancs de colline.

49Ainsi, des adaptations à plus petite échelle sont également observées au niveau des systèmes de production. En effet, certains agriculteurs agissent sur l’abandon ou l’introduction, la diminution ou l’extension de certaines spéculations. Les espèces sensibles à la sécheresse laissent la place à d’autres qui sont plus rustiques. Les cultures à croissance lente et continue telles que les tubercules (manioc, igname) sont ainsi préférées aux cultures à stade critique telles que le maïs afin de limiter le risque de récolte nulle. L’impact de cette évolution est variable et pas toujours favorable en termes de résultats économiques ou écologiques.

Caractérisation des indicateurs de stratégies d’adaptation

50L’extensification est l’une des adaptations développées. En effet, les producteurs cherchent souvent à accroître les surfaces cultivées pour compenser la baisse des rendements due aux conditions climatiques actuelles. Cette stratégie suppose qu’il existe des espaces encore disponibles et qu’ils soient suffisamment fertiles. Or, une telle pratique a des conséquences souvent néfastes sur la fertilité à moyen terme. Ainsi, du fait de l’extension des surfaces cultivées, on observe partout une diminution de la réserve en terres cultivables. Par ailleurs, les superficies des jachères, même de courte durée, se réduisent et sont de plus en plus concentrées sur des terres moins fertiles. Le raccourcissement de la jachère compromet la régénération de la fertilité des sols car la production de biomasse est limitée par le manque d’eau. Certains producteurs ont progressivement mis en culture des terres marginales (francs et sommets de colline dans le département de l’Atacora) peu fertiles et y obtiennent des rendements médiocres. Les indicateurs de stratégies d’adaptation recensés dans le cadre de cette étude sont au nombre de 12. La figure 6 présente les fréquences des indicateurs de stratégies d’adaptation.

Figure 6 : Fréquence des indicateurs de stratégies d’adaptation

Figure 6 : Fréquence des indicateurs de stratégies d’adaptation

Source : Données de terrain, août-septembre 2015

51Tous ces indicateurs présentent des scores élevés car tous les enquêtés adoptent ces stratégies mais de différentes manières. Il est constaté après traitement des données que presque tous les producteurs optent pour les cultures à cycle court. Actuellement, la tendance est à l’abandon de spéculations à cycle long qui ne répondent plus au contexte climatique. Aussi, les paysans pratiquent-ils le système de cultures associées pour atténuer les risques de rendement faible. En outre, ils sont obligés de modifier leur calendrier agricole ainsi que la technique culturale, de pratiquer des semis multiples, à sec ou tardifs, et de réduire leur emblavure.

52Par ailleurs, les Facteurs de Consensus Informateur (FCI) dans chacune des catégories d’indicateurs sont supérieurs à 0,9 ; cela traduit une bonne homogénéité des points de vue. La figure 7 indique pour chaque type d’indicateur la valeur de FCI, (cf. Méthodologie).

  • 2 L’équation de la courbe de tendance (figure 7) est obtenue après paramétrage des données de terrain (...)

Figure 7 : Valeur des FCI par catégorie d’indicateur2

Figure 7 : Valeur des FCI par catégorie d’indicateur2

Source : Données de terrain, août-septembre 2015

53A travers la figure 7 on peut remarquer que l’indicateur de changement climatique a une valeur de FCI de 0,95, ce qui exprime une connaissance du phénomène à 95 % par les producteurs du secteur d’étude. Par ailleurs, les indicateurs d’impacts des changements climatiques subis (98 %) et les stratégies d’adaptation mises en place (99 %) sont presque unanimement très bien appréciés par les producteurs. Ces résultats montrent que les producteurs subissent les effets des changements climatiques et qu’ils développent des stratégies pour continuer leur activité ; c’est ce qui justifie la valeur élevée du coefficient de corrélation R = 0,982.

54De plus, le niveau de fidélité (NF) est déterminé pour 3 indicateurs dans chaque catégorie pour montrer non seulement la cohérence des déclarations mais également pour évaluer les impacts subis et les dispositions mises en place pour atténuer les chocs et assurer l’alimentation. Le tableau 2 présente les valeurs des NF.

Tableau 3 : Niveau de fidélité par catégorie d’indicateur

Type

Indicateurs

NF ( %)

Changements climatiques

Retard des pluies

90

90,67

Pluviosité en baisse

94

Arrêt précoce des pluies

88

Impact des changements climatiques

Insécurité alimentaire

89

94,67

Bouleversement des dates de semis

97

Baisse de rendement

98

Stratégies d’adaptation

Adoption de culture à cycle court

97

93,67

Abandon de certaines spéculations

86

Introduction de nouvelles spéculations

98

Source : Données de terrain, août-septembre 2015

55Les niveaux de fidélité dans les déclarations sont supérieurs à 90 % et montrent qu’effectivement s’observe une convergence de ressentis par les populations à travers les indicateurs de changement climatique les plus prépondérants. Le niveau de fidélité des déclarations sur l’impact des changements climatiques est d’environ 95 %. Celui des déclaratifs sur les stratégies d’adaptation avoisine 94 %.

56Actuellement dans le secteur d’étude, on observe un glissement général des aires de culture ou d’élevage. A l’échelle locale, il s’agit d’un déplacement vers les zones basses dans les régions de l’Atacora (mise en culture généralisée des zones de bas-fonds et de pleine inondable) ou vers les zones moins menacées par les inondations dans d’autres régions comme Malanville et Boukombé. Dans certaines situations, ce glissement de l’aire de culture implique un changement des spéculations pratiquées. Ce glissement s’observe également à plus grande échelle sur les périodes et itinéraires de transhumances qui se déplacent vers le centre et le sud dans la vallée de l’Ouémé.

Réajustement des besoins et revenus complémentaires

57Lorsque certaines années, la baisse de rendement est importante suite à une variabilité climatique, les besoins sont adaptés aux ressources disponibles. De fait, certains évènements familiaux tels que les mariages ou les cérémonies funéraires peuvent être retardés en raison des faibles recettes obtenues au cours de l’année. Il faut comprendre ici que c’est dans la production annuelle qu’une partie est vendue pour assurer les dépenses et les charges familiales. En effet, lorsque pour retard ou arrêt précoce de pluie la récolte n’est pas suffisante pour couvrir les besoins du ménage, le chef de famille peut décider de reporter les cérémonies à plus tard ou prendre l’option de s’endetter. Cette option n’est toutefois pas toujours socialement acceptable. Dans le cadre de ce travail, 10 cas de report de cérémonie ont été enregistrés par manque de moyens dû à la mauvaise récolte.

58La mise en œuvre d’activités complémentaires génératrices de revenus, agricoles ou extra-agricoles, est un mécanisme mis en œuvre par les petits producteurs pour assurer la survie de leur famille. Dans le secteur d’étude, les 89 % des enquêtés ont déclaré avoir une activité secondaire qui leur permet d’assurer les petites charges familiales. Diverses activités sont menées comme le développement du petit élevage ou de cultures maraîchères, la transformation agroalimentaire, l’artisanat, la prestation de services dans la production agricole et plus souvent le transport (taxi moto…). L’élevage de volailles, d’ovins et de caprins constituent la principale activité secondaire. Le maraîchage vient en 2ème position compte tenu de la disponibilité des terres aptes à ce genre d’activité. Il faut noter que le revenu issu de ces activités secondaires reste très faible et ne permet pas de combler la baisse de revenus.

59Les migrations pour des travaux salariés constituent une autre stratégie d’augmentation des revenus : migrations pendulaires des populations de l’Atacora vers le centre utilisées comme ouvriers agricoles et vers le Borgou comme « colons agricoles ». Ces derniers sont ainsi désignés puisqu’ils quittent leur localité pour s’exiler ailleurs afin de trouver des terres fertiles pour la production agricole. Ainsi, ils forment des colonies qui s’installent sur des terres fertiles octroyées par les autochtones avec bien sûr des redevances en nature ou en espèce à la fin de chaque année. Par ailleurs, pour éviter de vivre dans une atmosphère morose après une mauvaise saison, des jeunes gens décident d’aller au Nigéria pendant la saison sèche à la recherche de travail rémunérateur. En effet, certains s’exilent toujours pour travailler comme salariés agricoles et d’autres arrivent à s’insérer dans un emploi en ville. Il faut noter que le revenu de ces activités est très variable et qu’il dépend en particulier de l’efficacité des réseaux utilisés pour accéder à des emplois urbains ou ruraux à l’intérieur de leur pays ou à l’extérieur. La part du revenu dégagé réinvesti dans des activités productives dans la zone de départ est, elle aussi, variable et dépend du profil du migrant : sexe, âge, projets d’avenir.

Discussion

60La présente étude vise la caractérisation des stratégies d’adaptation qui permettent d’assurer une sécurité alimentaire aux populations du Nord-Bénin dans un contexte de variabilité pluviométrique. En effet, l’adaptation aux aléas climatiques et la gestion du risque sont partout pris en compte dans les systèmes agraires traditionnels. Ce constat est fait par plusieurs auteurs à travers leurs travaux. Le changement climatique global se traduit localement par plusieurs évolutions qui modifient les conditions de production (Afouda, 1990 ; Chanzy et al., 2015 ; Caquet, 2014 ; Brown, Crawford, 2008 ; Niang, 2009). Il s’agit : i) de décalages dans les calendriers climatiques (retard dans l’arrivée des pluies notamment) ; ii) de changements dans les hauteurs d’eau reçues annuellement, avec, dans de nombreuses régions, des périodes de sécheresse plus marquées et/ou plus fréquentes ; iii) de la fréquence accrue des phénomènes paroxystiques et des évènements anormaux (inondations, sécheresses, cyclones, gelées, températures anormalement élevées) ; iv) enfin, et partout, d’une très forte variabilité temporelle et spatiale au niveau local (Boko, 1988 ; Boko et al., 2007 ; Dellile, 2011 ; Enete, Onyekuru, 2011). L’analyse des précipitations, sur une période de 45 ans (1965 à 2010) aux 3 stations choisies, montre une tendance à la baisse des pluies. Ces résultats sont similaires à ceux obtenus par certaines recherches scientifiques comme celles de Agossou et al., (2012), de Boko et al., (2007) et de Gnanglé et al., (2011).

61Dans l’analyse de la manifestation actuelle du climat, 8 indicateurs ont été retenus dont les scores déclaratifs varient entre 2 % et 26 %. Ces mêmes indicateurs ont fait l’objet d’une évaluation par Brown et al., (2008) au Burkina Faso et au Ghana ainsi que par Mbow et al., (2008) au Sénégal, les indicateurs d’impact dénombrés ici sont quant à eux au nombre de 9 et ont déjà fait l’objet d’évaluation par Agossou et al., (2012), Caquet (2014), Chanzy et al., (2015) et Costanza et al., (1997) qui ont aussi montré que la variabilité climatique influence fortement les activités ainsi que les mouvements des populations.

62Ces impacts font développer des techniques d’adaptation qui ne sont que des réponses aux conséquences des changements climatiques afin d’assurer une production suffisante qui garantisse la sécurité alimentaire. Plusieurs travaux constatent également que les difficultés liées aux fluctuations climatiques sont à la base d’une dynamique de la production agricole et par conséquent de la sécurité alimentaire (FIDA, 2008 ; Gbetibouo, 2009 ; Mertz et al., 2009 ; Niang, 2009 ; Smit, 2002).

63Enfin, les Facteurs de Consensus Informateurs (FCI) ont montré des forts niveaux de consensus des populations autour des 12 indicateurs de stratégie d’adaptation identifiés. Ces taux varient entre 95 % et 99 % et témoignent de la convergence des déclarations fournies par les paysans sur les stratégies d’adaptation. Les résultats obtenus pour l’évaluation des niveaux de fidélité (NF) varient entre 91 % et 95 % ce qui conforte les statistiques des FCI. Ces indices sont utilisés en sciences sociales par plusieurs auteurs. Par exemple, Dembélé et al., (2015) ont obtenu des résultats similaires dans leur étude sur « la valeur d’usage et importance socioculturelle des savoirs endogènes sur les arbres de Carapaprocera dans la zone soudanienne au Mali ». De même, Gning et al. (2014), en appliquant cette méthode ont eu des valeurs comprises entre 88 et 100 % pour indiquer le rôle médicinal de l’arbre a khossanto dans la pharmacopée Malinké (Sénégal) tel que perçu par les populations. Ces méthodes sont aussi utilisées en médecine et les résultats obtenus sont très proches de ceux obtenus à l’issu des traitements effectués dans le cadre de cette étude. C’est le cas des auteurs comme Bergeron et Smolla (2014) qui, à partir de ces méthodes ont évalué la santé mentale des jeunes. De même, Gagnon (2006), dans le cadre du programme de maîtrise en santé communautaire a montré l’efficacité de ces méthodes à travers son étude sur la démarche participative et paritaire pour améliorer l’organisation du travail. En somme, le FCI et le NF sont des indices utilisés non seulement en sciences sociales mais également dans les sciences de l’environnement à cause de leur fiabilité à traduire les réalités du terrain.

Conclusion

64Le changement climatique est une réalité au Bénin. Les principales zones de production agricole souffrent du glissement des saisons avec des pluies tardives et de courte durée. Cette situation affecte la production agricole et la sécurité alimentaire des ménages en termes de faible rendement et d’insuffisance de vivriers. Pour y faire face, diverses stratégies sont développées allant de l’adaptation des techniques culturales, la culture extensive au développement de nouvelles activités. Certains acteurs agricoles sont poussés à l’exode vers les centres urbains et les pays voisins. Les effets du changement climatique sur l’extension de l’agriculture aggravent les inégalités d’accès aux facteurs de production et fragilisent la production agricole. Celle-ci contribue pour une part importante à la sécurité alimentaire ; or, sans une production suffisante et de qualité les populations sont exposées à toutes les difficultés. Il a été observé que les changements climatiques ont des conséquences non seulement sur l’environnement mais aussi comme sur les hommes.

65Diverses approches sont développées par les acteurs publics et privés du secteur pour aider les producteurs à faire face à ces changements. Il importe que ces approches intègrent les aspects sociaux, prenant en compte les relations de pouvoir et les différents défis des populations, -face aux effets néfastes du changement climatique-, à travers les stratégies d’atténuation, d’adaptation de technologies et de financement comme le prévoit le plan d’action de Bali à la 13ème conférence des parties de la Conférence cadre des Nations Unies pour le changement climatique (CCNUCC en 2007). L’approfondissement de ce travail serait de voir les réactions face aux changements climatiques selon les régions, le niveau d’instruction et la culture.

Haut de page

Bibliographie

Afouda F., 1990, L’eau et les cultures dans le Bénin central et septentrional : Etude de la variabilité des bilans de l’eau dans leurs relations avec le milieu et la savane africaine, Thèse de doctorat nouveau régime, Paris IV, Sorbonne, 428 p.

Agossou D.S.M., Tossou C.R., Vissoh V.P., Agbossou K.E., 2012, "Perception des perturbations climatiques, savoirs locaux et Stratégies d’adaptation des producteurs agricoles béninois", African Crop Science Journal, 20, 565 -588.

Angaut J. C., 2012, Individu et société dans l’Entraide de Pierre Kropotkine. Histoires et définitions de la philosophie sociale, Grenoble, France. Vrin, 115-128.

Bergeron L., Smolla N., 2014, L’évaluation de la santé mentale des jeunes : Que nous apprend la recherche ?, COPEP, Université de Montréal, Canada, 114 p.

Boko M., 1988, Climatologie et communautés rurales du Bénin ; Rythmes climatiques et rythmes de développement, Thèse de doctorat d’Etat ès-lettres à l’Université de Bourgogne Dijon, 608 p.

Boko M., Niang I., Nyong A., Vogel C., Githeko A., Medany M., Osman-Elasha B., Tabo R., Yanda P., 2007, "Climate Change 2007: Impacts, Adaptation and Vulnerability. Contribution of Working Group II to the Fourth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change", in Parry, M.L., Canziani, O.F., Palutikof, J.P., Van Der Linden, P.J. and Hanson C.E. (eds.), Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change, Cambridge University Press., Cambridge UK. 433 – 467.

Boyer P., 2005, "Physique et symbolique de l’arc-en-ciel" ; http://www.als.uhp-nancy.fr/conferences/dossiers/Lumiere/03-Boyer.pdf ; Consulté en août 2013, ALS, 14 p.

Bridge M., 2012, Genre et changement climatique, Le Kitactu, Institute of development studies, 114p.

Brown O. et Crawford A., 2008, "Évaluation des conséquences des changements climatiques sur la sécurité en Afrique de l’Ouest : Étude de cas nationale du Ghana et du Burkina Faso". IIDD, Canada, www.iisd.org/pdf/2008/security_implications_west_africa_fr.pdf, Consulté en mars 2013, 74 p.

Bryant R.C., Smit B., Brklacich M., Johnston R.T., Smithers J., Chiotti Q., and Singh B., 2000, "Adaptation in Canadian agriculture to climatic variability and change. Climatic Change", 45, 181–201.

Canales M., Hermandes T., Caballero J., Romo De Vivar A., Avila G., Duran A., Lira R., 2005, "Informant consensus factor and antibacterial activity of the medicinal plants used by the people of San Rafael Coxcatlan, Puebla, Mexico", Journal of Ethnopharmacology,No.97, 429-439.

Caquet T., 2014, Des systèmes innovants face au changement climatique, INRA Dept EFPA/MP ACCAF, Science & Impact. APCA-ADEME, Paris, France, 16 p.

Chanzy A., Martin G., Colbach N., Gosme M., Launay M., Loyce C., Métay A., Novak S., 2015, "Adaptation des cultures et des systèmes de culture au changement climatique et aux nouveaux usages", Institut National de la Recherche Agronomique, Centre de Recherche Val de Loi, Orléans, France, www.ea.inra.fr, 10 juillet 2015, 5 p.

Cheikhyoussef A., Ashekele H., Shapi M., Matengu K., 2011, "Ethnobotanical study of indigenus knowledge on medicinal plant use by traditional healers in Oshikoto region, Namibia", Journal of Ethnobiology and Ethnomedicine, 7-10.

Costanza R, Arge R., Groot R., Farber S., Grasso M., Hannon B., Limburg K., Naeem S., Neill R. V. O., Paruelo J., Raskin R. G., Sutton P., Belt M. V. D., 1997, "The value of the world’s ecosystem services and natural capital", Nature, No.387, 253-260.

Daily G. C., Alexander S., Ehrlich P. R., Goulder L., Lubchenco J., Matson P., Mooney H. A., Postel S., Schneider S. H., Tilman D., Woodwell G. M., 1997, "Ecosystem services: benefits supplied to human societies by natural ecosystems", Issues in Ecology, No.2, 1-16.

Delille H., 2011, "Perceptions et stratégies d’adaptation paysannes face aux changements climatiques à Madagascar : Cas des régions Sud-ouest, Sud-est et des zones périurbaines des grandes agglomérations", http://www.avsf.org/public/posts/704, Consulté en septembre 2013, 108 p.

Dembélé U., Lykke A. M., Koné Y., Témé B., Kouyaté A. M., 2015, "Use-value and importance of socio-cultural knowledge on Carapaprocera trees in the Sudanian zone in Mali", Journal of Ethnobiology and Ethnomedicine, No.11, 14 p.

Dugué M-J., Delille H., Malgrange S., 2012, "Caractérisation des stratégies d’adaptation au changement climatique en agriculture paysanne : Etude de capitalisation réalisée sur les terrains de coopération d’AVSF", Agronomes et Vétérinaires sans frontières, Lyon, France, 1-50.

Enete A.A. &Onyekuru A.N., 2011, "Challenges of Agricultural Adaptation to Climate Change: Empirical Evidence from Southeast Nigeria", Tropicultura, No.29, 243-249.

Fonds International de Développement Agricole (FIDA), 2008, Le FIDA et le changement climatique. Consultation sur la huitième reconstitution des ressources du FIDA, Rome, Italie, 27 p.

Friedman J., Yaniv Z., Palevitch D., 1986, "A preliminary classification of the healing potential of medicinal plants, based on a rational analysis of an ethnopharmacological field survey among Bedouin in the Negez desert, Israel", Journal of Ethnopharmacology, No.16, 275-287.

Gagnon J., 2006, Une démarche participative et paritaire pour améliorer l’organisation du travail, Faculté de médecine, Université Laval Québec, Canada, 114 p.

Gbetibouo G.A., 2009, "Understanding famer’s perceptions and Adaptations to Climate Change and vaiability.The case of the Limpopo Basin, South Africa", IFPRI Discussion Paper 00849,41 p.

Gnanglé C.P., Glèlè-Kakaï R., Assogbadjo A.E., Vodounnon S., Yabi J.A. et Sokpon N., 2011, "Tendances climatiques passées, modélisation, perceptions et adaptations locales au Bénin", Climatologie, Vol.8, 16 p.

Gning O. N., Sarr O., Akpo L.E., 2014, "Richesse de la pharmacopée malinké : rôle médicinal de l’arbre a Khossanto : (Kédougou, Sénégal oriental)", Journal of Applied Biosciences, No.74, 6043– 6058.

Guibert H., Allé U. C., Dimon R.O., Dédéhouanou H., Vissoh P. V., Vodouhé S.D., Tossou R.C., Agbossou E.K., 2010, Correspondances entre savoirs locaux et scientifiques : perceptions des changements climatiques et adaptations, ISDA, Montpellier, France. Cirad-Inra-SupAgro, 12 p.

Houndénou, C., 1999, Variabilité climatique et maïsiculture en milieu tropical humide. L’exemple du Bénin, diagnostic et modélisation. Thèse de Doctorat de l’Université de Bourgogne, Dijon. 390 p.

Judex M., Rohrig J., Schulz O. et Thamm H.-P. (eds), 2009, IMPETUS Atlas du Bénin. Résultats de recherche 2000 – 2007. Troisième édition. Département de Géographie, Université de Bonn, Allemagne, CD-ROM.

Le Barbé L., Lebel T., and Tapsoba D., 2002, "Rainfall variability in west Africa during the years 1950-1990", Journal of climate, No.15, 187-202.

Lykke A. M., Kristensen M. K., Ganaba S., 2004, "Valuation of local use and dynamics of 56 woody species in the Sahel”, Biodiversity and Conservation, No.13, 1961-1990.

Mertz O., Mbow C., Reenberg A., Diouf A., 2009, "Farmers’ perceptions of climate change and agricultural adaptation strategies in rural Sahel", Environmental Management, No.43, 8-16.

Mbow C., Mertz O., Diouf A., Rasmussen K., Reenberg A., 2008, "The history of environmental change and adaptation in eastern Saloum, Senegal: driving forces and perceptions", Global and Planetary Change, No.64, 3-4, 210-221.

Niang I., 2009, "Le changement climatique et ses impacts : les prévisions au niveau mondial", in : IEPF (eds.). Adaptation au changement climatique ; Liaison Énergie-Francophonie, No.85, 13-19.

Ogouwalé E., 2006, Changement climatique dans le Bénin méridionale et central : Indicateurs, scenarios et perspectives de la sécurité alimentaire. Université d’Abomey-Calavi, 320 p.

Ogouwalé E., 2004, Changements climatiques et sécurité alimentaire dans le Bénin méridional, UAC/EDP/FLASH, Abomey-Calavi, 119 p.

Paturel J.E., Servat E., Kouamé B., Boyer J.F., 1995, "Manifestation de la sécheresse en Afrique de l’Ouest non sahélienne, Cas de la Côte d’Ivoire, du Togo et du Bénin", Sécheresse, No.6,95-102.

Peugeot C., Guichard F., Bock O., Bouniol D., Chong M., Boone A., Cappelaere B., Gosset M., Besson L., Lemaître Y., Seguis L., Zannou A., Galle S., and Redelsperger J-L., 2011, "Mesoscale water cycle within the West African Monsoon", Atmos. Sci. Let., No.12, 45-50, DOI : 10.1002/asl.309.

Rabourdin S., 2005, Changement climatique. Comprendre et agir, Paris, Delachaux et Niestlé, 268 p.

Smit B., and Skinner M.W., 2002, "Adaptations options in agriculture to climate change: A typology. Mitigation and Adaptation", Strategies for Global Change, No.7, 85–114.

UICN, 2011, Rapport synthèse des études de capitalisation des connaissances, pratiques, stratégies et technologies locales d’adaptation au changement climatique au Burkina Faso, Mali et Sénégal. Version finale. Projet « Intégration de l’adaptation au changement climatique dans les stratégies de réduction de la pauvreté en Afrique de l’Ouest », 22 p.

Vessereau A.1947, La statistique, PUF, « Que sais-je ? », Paris, France, 125 p.

Vissin E.W., 2007, Impact de la variabilité climatique et de la dynamique des états de surface sur les écoulements du bassin béninois du fleuve Niger. Université de Bourgogne, France, 310 p.

Wethe J., 2009, Systèmes énergétiques : Vulnérabilité - Adaptation - Résilience (VAR), Région étudiée : Afrique sub-saharienne, Burkina Faso. HELIO International, MAAIONG-GTZ, 48 p.

Haut de page

Annexe

Caractérisation des stratégies d’adaptation au changement climatique en agriculture paysanne : Gestion de la sécurité alimentaire au nord-Bénin

1. Caractéristiques climatiques
1.1. Avez-vous l’impression que les saisons ont changé    Oui    Non
Si oui, quelles sont les changements observés ?
a) Retard des pluies
b) Pluviosité en baisse
c) Raccourcissement de la durée de la saison pluvieuse
d) Arrêt précoce des pluies
e) Diminution de la rosée
f) Fréquence de l’avortement des pluies
g) Fréquence alternance inondation/sécheresse
h) Agressivité des pluies
1.2. Avez-vous l’impression que le calendrier agricole a changé ?    Oui    Non
Si oui, Quelles sont les modifications observées ?
a) Retard dans les précipitations    Oui    Non
b) Bouleversements des dates de semis    Oui    Non
c) Abandon de certaines spéculations    Oui    Non
d) Introduction de nouvelles spéculations    Oui    Non
e) Semis multiples    Oui    Non
Autres……………………………………
1.3. Indiquer les durées des saisons
a) Saison pluvieuse : 2 mois, 3 mois,
4 mois, 5 mois, 6 mois, Autres :
b) Saison sèche [à déduire de a)]
1.4 Quel était le début de la saison pluvieuse il y a 40 ans
a) mars ; b) avril ; c) mai ; d) juin ; e) juillet
1.5 Aujourd’hui la saison démarre en quel mois ?
a) mars ; b) avril ; c) mai ; d) juin ; e) juillet ; f) aout
1.6 Quelles sont les principales spéculations il y a 40 ans ? (en début de saison)
………………………………………………………………………………………………………………………………………
1.7 Quelles sont les principales spéculations aujourd’hui ? (en début de saison)
………………………………………………………………………………………………………………………………………
1.8. Quelles sont les nouvelles spéculations (adoption de culture)
………………………………………………………………………………………………………………………………………
1.9. Quelles sont actuellement les dates de semis ?
a) mars ; b) avril ; c) mai ; d) juin ; e) juillet
1.10. Quelles sont les cultures qui sont en régression ou abandonnées
………………………………………………………………………………………………………………………………………

2. Manifestation des changements
2.1. Quelles sont les causes des semis multiples ?
a) retard des précipitations
b) irrégularité des pluies
c) destruction par les prédateurs
d) Autres……………………………………………
2.1 Indiquer le calendrier agricole actuel

N° 

Spéculation

Date de labour

Mois de semis

1

     

     

     

2

     

     

     

3

     

     

     

4

     

     

     

5

     

     

     

6

     

     

     

7

     

     

     

2.2 Indiquer le calendrier agricole d’y il a 40 ans

N° 

Spéculation

Date de labour

Mois de semis

1

     

     

     

2

     

     

     

3

     

     

     

4

     

     

     

5

     

     

     

6

     

     

     

7

     

     

     

3. Techniques d’adaptations aux fluctuations climatiques
a) recherche ou adoption de cultures à cycle court
b) semis précoces
c) semis tardifs
d) Semis multiples
e) Semis à sec
f) réduction des emblavures
g) utilisation de fertilisants chimiques (engrais)
h) Abandon de certaines spéculations
i) introduction de nouvelles spéculations
j) Système de cultures associées
k) Modification du calendrier agricole
l) Changement de technique culturale
m) Usages de fertilisants chimiques
Autres
………………………………………………………………………………………………………………………………………
3.1 Les impacts sur la production et les populations
a) baisse de rendement
b) baisse de la motivation
c) insécurité alimentaire
d) plus de difficulté à traverser la période de soudure
e) demande d’assistance pour couvrir l’année
f) recherche de prêts ou endettement
g) changement d’activité (vers zémijan)
h) exode rural
i) délinquance et banditisme
j) Bouleversement des dates de semis
k) Exaspération de la pauvreté

Autres
………………………………………………………………………………………………………………………………………

4. Identification

                                  Observations                                   

                                                                                    

                                                                                    

                                                                                    

                                                                                    

                                                                                    

Nom : …………………………………………….Prénoms…………………………………………………
Age………………………..sexe…………………………….Religion………………………………………
Profession……………………..…Nbre d’années dans le village………………………………………..
Commune………………………………………………………….Arrondissement………………………
Village……………………………………………………………Hameau…………………………………
Superficie exploitation…………………………………………………(Ha)

Haut de page

Notes

1 Il faut comprendre ici par «développement humain » une évolution de l’Homme du point de vue classe sociale, salarial et matériel. Le niveau intellectuel est un des paramètres d’évaluation ou de mesure.

2 L’équation de la courbe de tendance (figure 7) est obtenue après paramétrage des données de terrain. En effet, à la réalisation des histogrammes des indicateurs à partir des valeurs de FCI, il a été demandé l’affichage des barres d’erreur type. Aussi, étant entendu que les populations ont exprimé un sentiment de progression des manifestations de ces indicateurs et sachant aussi que ces considérations sont à classer dans les tendances lourdes, nous avons choisi une tendance logarithmique pour exprimer ces phénomènes. On aurait pu choisir la tendance linéaire mais pour notre part, cela ne correspondrait pas aux réalités observées sur le terrain. Pour mieux valider ces observations nous avons calculé le Niveau de Fidélité (NF) des déclarations faites par les populations.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Situation géographique du secteur d’étude
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27836/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende SPI = indice standardisé des précipitations / anomalie centrée réduite pour l’année i X̅ = moyenne de la série = écart-type de la série
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27836/img-2.png
Fichier image/png, 1,3k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27836/img-3.png
Fichier image/png, 1,2k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27836/img-4.png
Fichier image/png, 1,1k
Titre Figure 2 : Variabilité interannuelle et tendances des précipitations entre 1965 et 2010
Crédits Source : Données ASECNA, 2010
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27836/img-5.png
Fichier image/png, 215k
Titre Figure 3 : Répartition de la pluviométrie moyenne annuelle
Crédits Source : Données ASECNA-IRD-DMN, 1961-2010
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27836/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Figure 4 : Fréquence de citation d’indicateurs
Crédits Source : Données de terrain, août-septembre 2015
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27836/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 5 : Fréquence des indicateurs d’impact
Crédits Source : Données de terrain, août-septembre 2015
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27836/img-8.png
Fichier image/png, 22k
Titre Tableau 2 : Décalage dans le calendrier des dates de semis (début de saison)
Crédits Source : Données de terrain, août-septembre 2015
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27836/img-9.png
Fichier image/png, 13k
Titre Figure 6 : Fréquence des indicateurs de stratégies d’adaptation
Crédits Source : Données de terrain, août-septembre 2015
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27836/img-10.png
Fichier image/png, 26k
Titre Figure 7 : Valeur des FCI par catégorie d’indicateur2
Crédits Source : Données de terrain, août-septembre 2015
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27836/img-11.png
Fichier image/png, 21k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Bosco K. Vodounou et Yvette Onibon Doubogan, « Agriculture paysanne et stratégies d’adaptation au changement climatique au Nord-Bénin », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Environnement, Nature, Paysage, document 794, mis en ligne le 15 novembre 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/27836 ; DOI : 10.4000/cybergeo.27836

Haut de page

Auteurs

Jean Bosco K. Vodounou

Enseignant-Chercheur, Université de Parakou, vjeanbosco@gmail.com

Yvette Onibon Doubogan

Enseignant-Chercheur, Université de Parakou, yvette.onibon@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page