Navigation – Plan du site
2016
797

Matthew Flinders et la mise en cartes d’un nouvel espace indo-pacifique

Matthew Flinders and the Mapping of a New Indo-Pacific Space
Dany Bréelle

Résumés

À l’aube du dix-neuvième siècle, le capitaine de la Royal Navy Matthew Flinders fit un travail hydrographique très conséquent aux commandes du navire d’exploration l’Investigator le long des côtes australiennes. Il réalisa les cartes de son voyage pendant les guerres napoléoniennes, essentiellement lors de ses années de détention à l’île Maurice, française à l’époque et nommée Isle de France. Sur fond d’ambitions commerciales et de rivalités coloniales entre nations européennes, les cartes constituaient de plus en plus un savoir de première importance sur lequel les gouvernements et les institutions s’appuyaient pour bâtir leurs différents projets d’expansion.
Cet article montre que, en s’inscrivant d’une part dans des hauts lieux du pouvoir et du savoir londoniens et, d’autre part, dans les lieux de savoir et de sociabilité de l’élite cultivée de l’Isle de France, les cartes construites par Flinders inaugurent la mise en place d’un nouvel espace maritime intégrant les côtes australiennes à l’océan Indien et aux mers de l’Asie des moussons, et, plus globalement, aux grands espaces maritimes du monde.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’officier de la Royal Navy, Matthew Flinders (1774-1814), est commémoré en Australie pour avoir été le premier Européen à avoir fait, entre 1801 et 1803, la circumnavigation complète de la grande île-continent aux commandes de l’Investigator. Son expédition devança de quelques semaines les Français de l’expédition de Nicolas Baudin (1800-1804) dans la « découverte » de la côte sud-ouest de l’Etat actuel de South-Australia, demeurée jusqu’alors inconnue des Européens.

2À la suite de la démission pour raisons de santé de l’astronome de l’expédition, John Crossley, Flinders eut la responsabilité du travail à la fois astronomique, hydrographique et cartographique du voyage. Son travail s’inscrivait dans la lignée de celui que James Cook, son illustre prédécesseur, fit en New South Wales. Flinders avait d’ailleurs été formé à l’hydrographie et à la cartographie maritime par un des anciens élèves-officiers de Cook, William Bligh.

  • 1 Les journaux nautiques de Flinders, le journal qu’il a tenu de 1804 à 1814 ainsi que de très nombre (...)
  • 2 Cependant, c’est la France qui publia la première carte générale de l’Australie, en 1811, dans l’at (...)

3Flinders produisit, à l’issue de son voyage, un travail cartographique très important qui fut mis au service de la colonisation anglaise du continent austral1. Sa carte générale de l’Australie, que les autorités anglaises appelaient alors Terra Australis, présentait le nouveau continent dans son ensemble et indiquait les parties explorées par le navigateur (figure 1)2 :

Figure 1 : « Carte générale de la Terre australe ou Australie montrant les parties explorées entre 1798 et 1803 par M Flinders, commandant du HMS Investigator »

Figure 1 : « Carte générale de la Terre australe ou Australie montrant les parties explorées entre 1798 et 1803 par M Flinders, commandant du HMS Investigator »

Source : Flinders, M., 1814, Atlas of Terra Australis, G & W Nicol, London

  • 3 Flinders Private Journal, 13 novembre 1813.

4Cet article revisite le travail et la pensée cartographiques de Flinders entre décembre 1803 et juin 1810 alors qu’il était détenu par le gouverneur de l’Isle de France (actuelle Île Maurice, française jusqu’en décembre 1810, date à laquelle elle fut conquise par les Anglais), sur la route du retour de son voyage. Il s’appuie sur le concept des savoirs situés (Jacob, 2007). Deux types de cartes sont distingués et associés à deux espaces différents de production des savoirs, l’un anglais et émanant de Londres, l’autre de l’océan Indien émanant de la colonie française de l’Isle de France. Les cartes du premier type furent reprises dans l’Atlas of Terra Australis de Flinders. Elles répondaient aux objectifs de la politique maritime coloniale anglaise conçue dans les bureaux londoniens de l’Amirauté et de l’East India Company. Elles étaient étroitement associées à l’avancée des sciences astronomiques et nautiques en Angleterre et au contexte de compétition avec la France pour la maîtrise des mers du Sud. Le second type de cartes est représenté par une carte de Madagascar que Flinders construisit à partir d’un travail de compilation encouragé par les milieux intellectuels et sociaux qu’il fréquentait à l’Isle de France. Cette carte n’est pas répertoriée dans les listes des différents catalogues des archives nationales anglaises ou mauriciennes. Elle n’a donc pas pu être consultée3. Cependant, l’analyse des documents que Flinders utilisa pour la réaliser et des commentaires qu’il laissa dans son journal permet de saisir la méthode et la pratique cartographiques du navigateur-cartographe, ainsi que les étapes de la construction d’une telle carte avec les multiples enjeux et défis qui jalonnèrent son élaboration.

Approche et démarche théoriques

  • 4 Ces références bibliographiques ne sont qu’indicatives ; elles ne sont en aucun cas exhaustives.

5Les voyages et la vie de Matthew Flinders ont fait l’objet de nombreuses publications. Parmi ses principaux biographes, Ernest Scott (1914) fut le premier à décrire systématiquement la formation et les voyages de Flinders. Plus récemment, Miriam Estensen (2003) puis Kenneth Morgan (2016) ont retracé de façon détaillée les étapes de la vie du navigateur et rendu compte de son travail d’exploration. D’autre part, les célébrations en avril 2002 du bicentenaire de la rencontre entre Matthew Flinders et Nicolas Baudin à Encounter Bay (South-Australia), puis celles en 2003 du bicentenaire de l’escale de l’expédition de Baudin à l’Isle de France sur la route de son retour vers la France, suivie de celle inattendue de Flinders qui entraîna sa détention, ont renouvelé, à travers une démarche comparative, la place du voyage du navigateur dans l’histoire de l’Australie et des voyages scientifiques (Brown, 2004 ; Fornasiero et al., 2004 ; Nigby, 2006)4.

6D’un point de vue hydrographique et cartographique, l’un des principaux ouvrages de référence est celui de Geoffroy Ingleton (1986) qui examine le travail hydrographique et cartographique de Flinders, en faisant des parallèles avec l’expédition française de Nicolas Baudin. Enfin, les récentes publications des journaux de bord que Flinders tint sur l’Investigator (Morgan, 2015) permettront de mieux documenter l’expertise et la pratique hydrographique et cartographique du navigateur.

La carte « en train de se faire »

  • 5 Scientific practices and procedures operate in different way in different places, often in highly (...)
  • 6 Withers montre que pour concevoir la période des Lumières, il est fondamental de se pencher sur leu (...)

7En marge de ces publications, cet article se propose de repenser la fabrication des cartes de Flinders en les envisageant « en train de se faire », ou, pour reprendre la terminologie de Bruno Latour, « en action » (Latour, 1995). Il s’agit de considérer, à la suite de Michel de Certeau, « qu’un élément de carte est le postulat d’un itinéraire » (Certeau, 1990, p. 177). Aussi, pour retrouver « les coulisses » des éléments qui composent les cartes de Flinders, l’article s’est inspiré des réflexions d’auteurs anglo-saxons qui attirent l’attention sur le fait que « les pratiques et développements scientifiques opèrent différemment en différents lieux »5 et proposent de « penser géographiquement la science du dix-neuvième siècle » (Livingstone et Withers, 2011, p. 1 ; Withers, 2007, p. 9)6. Il s’appuie également sur les travaux d’auteurs français qui mettent l’accent sur la diversité des pratiques et des savoirs géographiques entre 1760 et 1860, sur la dynamique propre des lieux de savoirs, et sur les modalités et les contextes qui sous-tendent la fabrication des cartes (Besse et al., 2010 ; Jacob, 2014).

Les cartes et la géohistoire d’un espace maritime

  • 7 Christian Grataloup envisage que « l’hypothèse fondatrice d’un évènement ne peut être compris s’il (...)

8La seconde partie de cet article questionne la construction des cartes marines du voyage de Flinders en fonction de deux perspectives qui se complètent : d’une part, celle qui consiste à montrer que la construction de ces cartes est étroitement associée au monde des sciences et des techniques et aux grandes institutions royales londoniennes; d’autre part, celle spatio-temporelle qui s’inspire en partie du concept de géohistoire, tel que le conçoit Christian Grataloup, à partir du néologisme que Fernand Braudel proposa pour identifier « les temps longs de l’histoire » (Grataloup, 2015)7.

9L’analyse de la production des cartes de Flinders est ainsi replacée dans un espace-temps lié à la construction de l’Empire britannique qui se tourna vers l’Orient après la perte des treize colonies américaines. Cet espace-temps correspondait à un espace maritime où l’Australie avec ses façades ouvertes à la fois sur l’océan Indien à l’ouest, sur l’océan Pacifique à l’est, et sur les mers de l’Asie des moussons au nord, occupait une position clé. Il se structurait autour de trois composantes : « l’émergence de la précision dans la navigation et la cartographie marine » (Chapuis, 1999); la rivalité franco-britannique et les guerres napoléoniennes ; la recherche de nouvelles routes maritimes dans l’hémisphère sud entre l’océan Indien et l’océan Pacifique. Ces dernières consistaient à contourner le sud puis l’est de l’Australie pour approvisionner la nouvelle colonie de Port Jackson (Sydney, sur la côte Est de l’Australie, baptisée par Cook New South Wales) et se diriger vers les îles aux épices, puis les comptoirs de l’Inde et de la Chine, et revenir en Europe chargés de marchandises en utilisant les vents de la mousson du nord-est pour traverser l’océan Indien.

  • 8 En cela, cette approche s’apparente partiellement à la démarche d’Hélène Blais dans son étude sur l (...)

10Dans cet espace-temps, les cartes de Flinders constituèrent des outils essentiels à l’intégration de l’Australie aux îles aux épices, aux comptoirs de l’Inde et de la Chine, et à l’océan Indien8. Elles délivraient des informations géographiques et nautiques utiles aux navigateurs et aux institutions qui autorisaient et finançaient les expéditions et les voyages, et constituaient des documents clés pour la colonisation de l’Australie et son ouverture maritime au reste du monde. Ainsi, ces cartes participèrent en tant qu’ « actants » (Latour, 2006) à l’émergence des nouvelles configurations de la globalisation du commerce maritime et colonial à l’aube du dix-neuvième siècle (Gascoigne, 1998).

Les cartes dans la perspective du « spatial turn »

11La troisième partie de cet article se penche par contraste sur une carte de la partie nord de Madagascar, que Flinders n’avait jamais visitée, et qui relevait donc d’une expérience différente de celle des cartes marines de son voyage dont il avait fait lui-même l’hydrographie. En s’inspirant de la notion de « spatial turn » (Livingstone, 2003 ; Withers, 2009), elle explore les pratiques et les logiques spatiales des milieux professionnels et culturels qui animaient l’Isle de France et sa région et qui contribuèrent à la production de cette carte. Trois types de travaux ont contribué spécifiquement à notre analyse : d’une part, les travaux de Simon Schaffer sur la fabrique des sciences modernes, dans lesquels Schaffer montre que Newton construisit sa théorie sur les marées grâce à son réseau d’informateurs et sans jamais aller en mer, ni même à la plage (Schaffer et al, 2014, 2009) ; d’autre part, ceux de James McClellan III et Francois Regourd (2011) sur la manière dont les institutions françaises mirent la science au service du développement colonial ; enfin, le travail « décentré » de Lissa Roberts (2014) sur l’Isle de France et son rôle de centre régional dynamique produisant du savoir qui rompt avec une conception hégémonique des capitales. Cet article prend donc acte de l’ensemble de ces travaux pour évaluer comment les différents contextes spatiaux et temporels dans lesquels les cartes étaient produites orientèrent, à l’époque, leur réalisation et influencèrent leur configuration.

L’hydrographe de terrain et la cartographie des nouvelles façades maritimes australes

Londres comme haut lieu de centralisation du savoir maritime britannique

  • 9 Voir Morgan K., 2014, “Sir Joseph Banks as Patron of the Investigator Expedition: Geographical Know (...)
  • 10 De cette manière, les institutions londoniennes telles que l’Amirauté et son service hydrographique (...)

12La mission de Flinders était placée sous l’autorité des Lords et commissionnaires de l’Amirauté, qui travaillaient en association étroite avec l’hydrographe de l’Amirauté, Alexandre Dalrymple, la direction du bureau des longitudes et l’observatoire astronomique de Greenwich. Ces institutions londoniennes étaient aussi en contact avec les sponsors du voyage, à savoir le président de la Royal Society, Joseph Banks9, et l’East India Company. La position de Flinders au sein de ce réseau et de ses rouages (Webb, 2010) était celle d’un « praticien » (Taylor, 1966 ; Ingleton, 1986). De ce fait, au retour de son voyage, le navigateur devait reprendre ses observations hydrographiques pour exécuter tout un travail cartographique, qui devait renouveler les connaissances géographiques que les institutions anglaises et leurs théoriciens avaient de la Terre australe10.

  • 11 Pour plus de détails sur cet épisode, voir Estensen, 2003, chapitre 27 ; Brown, 2004, pp. 379-385 ; (...)
  • 12 A l’exception du dernier où Flinders énumérait les raisons qui l’avaient mené à faire escale à l’Is (...)
  • 13 The National Archives (TNA), Kew, Adm/55/76/36-88.
  • 14 Royal Greenwich Observatory Archives (RGO), Cambridge, 14/68/76.

13Cependant, ce retour en Angleterre fut retardé de plus de six ans par la détention de Flinders en Isle de France11. Le navigateur mit à profit ces années de captivité pour accompagner son travail cartographique de toute une réflexion sur sa pratique, sur ses observations, sur le fonctionnement des instruments, et sur les méthodes qu’il utilisa pour construire ses cartes du littoral australien. Il avait à sa disposition ses livres de bord, les registres généraux du navire12, le journal de bord où il inscrivait tous les résultats des observations hydrographiques (qu’il appelait son « bearing book ») et les ébauches de cartes faites pendant le voyage. Ainsi, entre 1804 et mai 1805, le navigateur compose à l’attention de l’Amirauté et de son hydrographe, Alexander Dalrymple, un long mémoire très détaillé, à la fois précis et technique, « expliquant la construction des cartes marines de l’Australie, avec des remarques sur les observations faites sur la latitude, la longitude, et les variations [de la marche des chronomètres] faites à bord du HMS Investigator, dans les années 1801, 1802, et 1803 »13. Flinders note qu’il prit l’initiative de ce gros rapport « sur la supposition que l’Amirauté décide de publier les cartes mais non le récit du voyage »14.

  • 15 Voir la transcription dans Morgan, 2015, vol. II, pp.447-48.

14Ce mémoire, dont la première version fut envoyée en 1805 à l’Amirauté, devait servir de guide à Londres pour la réalisation de ses cartes, notamment dans l’éventualité que la détention de Flinders ne se prolongeât. Il ne relevait pas directement des instructions que le navigateur avait reçues de l’Amirauté et n’était pas destiné à la publication. En le rédigeant, Flinders est donc beaucoup plus méthodique et analytique que littéraire. Il y développe les aspects hydrographiques et cartographiques qui sous-tendirent la construction des cartes de son atlas, et les problèmes méthodologiques et techniques qu’il rencontra et dut résoudre. Selon les thématiques des chapitres qu’il traite, il répond aux questions que se posaient les autorités londoniennes. Certaines, comme celles sur l’ouverture de nouveaux passages maritimes vers l’Asie et le Pacifique, intéressaient plus particulièrement Dalrymple, et d’autres, comme la fiabilité et la précision de nouveaux instruments nautiques fournis pendant le voyage, le bureau des longitudes. Par exemple, la figure 2 (voir ci-dessous) montre un extrait du chapitre 4 sur « les observations qui permirent de calculer la longitude de certains lieux des côtes australiennes (…) » où Flinders reporte les longitudes observées en février 1803 à Arnhem South Bay en rectifiant les erreurs dues aux variations de marche des montres marines de l’époque, et en les comparant avec les données obtenues par la méthode des distances lunaires. On y voit des ratures, qui témoignent d’un savoir en train de s’élaborer15. En ce sens, la pratique scientifique de Flinders s’inscrit dans la période qui prit forme à la fin du dix-huitième siècle et que Christian Licoppe a appelée « régime probatoire de l’exactitude » (Licoppe, 1996, chapitre 7).

15Ce mémoire peut être considéré à lui seul comme un « lieu de savoir » (Jacob, 2014) : il transcrit le voyage scientifique qui, quant à lui, expérimentait les savoirs et les théories des institutions savantes anglaises. Aussi, pour appréhender les cartes australiennes de Flinders, les sections suivantes s’appuient sur ce mémoire.

Figure 2 Extrait du mémoire de Flinders

Figure 2 Extrait du mémoire de Flinders

“A Memoir explaining the marks used in the charts of Australia constructed on board His Majesty’s Ship Investigator; and the manner in which the latitude, longitude, and variation of the compass were obtained, corrected, and applied in their construction, with some new facts and additional observations upon these and other nautical subjects connected with Australia”, chapitre 4, p. 33.

Source : The National Archives (TNA) ADM/55/66/54

  • 16 Les chapitres 3 et 4.

16Flinders consacre deux chapitres du mémoire16 à analyser, avec la logique et la rigueur mathématiques qui caractérisaient l’ensemble des sciences astronomiques qui suivirent les travaux de Newton, comment les latitudes et, plus particulièrement, les longitudes des points reportés sur les cartes avaient été déterminées et corrigées pour éviter les erreurs liées à des disfonctionnements des instruments et à des phénomènes optiques dus au mouvement relatif de l’observateur par rapport à l’astre qu’il observe. Par conséquent, ce mémoire témoigne des relations très étroites que le travail hydrographique des voyages de découvertes entretenait avec les sciences astronomiques et la technologie, dans un contexte où les institutions royales comptaient de plus en plus sur les cartes pour développer leurs politiques maritimes et coloniales.

  • 17 TNA Adm55/76/38.
  • 18 Nouvelle-Hollande était le nom que le navigateur Abel Tasman donna en 1644 à la terre australe, et (...)

17Aussi, dès les premières pages du mémoire, Flinders suggère le nom Australia pour nommer l’ensemble de la grande île dont il venait de faire la circumnavigation17, dans un processus de reconnaissance géographique d’un espace spécifique représenté dorénavant de façon précise et exacte, qui incorporait la Nouvelle Hollande18 et New South Wales, en contribuant en cela à « l’invention » européenne d’un cinquième continent (Grataloup, 2009).

La carte comme forme de langage pour « naviguer en toute sécurité le long des côtes sans l’aide de notes explicatives »

  • 19 Voir le chapitre 2 du mémoire de Flinders expliquant la construction des cartes marines de l’Austra (...)
  • 20 TNA Adm55/76/40.

18La production des cartes nautiques de Flinders s’inscrit dans un tournant de l’histoire de la cartographie marqué par le développement d’une cartographie de plus en plus transnationale, dont les codes de représentation et les signes conventionnels devinrent communs entre nations européennes19. Ainsi, les hydrographes anglais et français, Alexander Dalrymple et Jean-Baptiste d’Après de Mannevillette, publièrent des cartes et des atlas qui circulèrent d’une nation à l’autre, grâce au réseau des officiers qui consignaient et transmettaient leurs observations nautiques pour mettre à jour les cartes marines, dans un système d’interrelations composites, conceptualisé en sociologie des sciences par la notion « d’acteur-réseau » (Latour, 1995, chapitre5). Ces cartes servaient de guide aux capitaines, qui pouvaient à leur tour, de manière réflective, en vérifier la précision, les compléter et en rectifier les erreurs au crayon, en reportant les résultats de leurs observations dans leurs journaux de bord. Ceux-ci étaient généralement transmis au service hydrographique de leur pays, qui intégrait ces mises à jour dans les nouvelles éditions des cartes et des atlas. Lorsque les deux nations étaient en conflit, les échanges pouvaient prendre la forme de butin de guerre, comme pour les soixante-cinq copies des minutes que l’ingénieur géographe Beautemps-Beaupré construisit pendant l’expédition d’Entrecasteaux et qui furent confisquées par les autorités anglaises. Ces copies faisaient partie des cartes embarquées par Flinders pour son voyage, et il en adopta des symboles pour la construction de ses propres cartes, comme ceux qui distinguaient les routes de jour des routes de nuit, dans la mesure où « un bateau pouvait passer près de rochers, d’écueils ou d’îles basses, dans la nuit, sans les voir »20. Il reprend les symboles déjà utilisés par les navigateurs et repris par Mackenzie, pour indiquer les rochers, falaises, plages, les côtes mal connues, et la route suivie du bateau. Il les enrichit aussi, notamment en élargissant la gamme des abréviations caractérisant les fonds marins, par des symboles pour désigner les hauts fonds, les bancs, la direction des vents dominants, celle des courants et leur vitesse, qui furent à leur tour adoptés et complétés ultérieurement par d’autres hydrographes (figure 3).

  • 21 TNAAdm55/76/39.

19Dans le souci d’expliciter la précision de son information nautique, particulièrement lorsque celle-ci différait des résultats de Cook sur la côte Est de l’Australie, Flinders spécifie la méthode qui servit à calculer la position du bateau ou d’un lieu au moyen de symboles comme, notamment, un simple cercle pour indiquer « la situation du bateau à midi, d’après la latitude calculée à partir de la méridienne du midi solaire » ou un carré lorsque la position fut calculée par l’estime, ou d’autres signes, concevant ses cartes comme une forme de langage pour « naviguer en toute sécurité le long des côtes sans l’aide de notes explicatives»21. Ainsi, Flinders construisit des cartes très fiables des contours de l’Australie, qui devinrent des références incontournables pour la colonisation britannique et pour le développement de nouvelles routes commerciales australes vers l’Asie des moussons.

Des cartes de plus en plus exactes qui construisent une nouvelle région maritime

  • 22 Voir les chapitres 3 et 4 du mémoire.

20Au regard de l’histoire des sciences nautiques, le mémoire de Flinders expliquant la construction des cartes marines de l’Australie témoigne aussi du rôle actif du navigateur dans la « quatrième révolution nautique » (Bellec, 2006, p. 48)22. Celle-ci se caractérisait par l’introduction de nouvelles méthodes astronomiques et de nouveaux instruments pour calculer les coordonnées géographiques, qui furent au cœur des analyses de Flinders. Se conformant aux instructions de la direction du bureau des longitudes, Flinders utilisa les deux méthodes récentes pour déterminer les longitudes, celle astronomique des distances lunaires et celle mécanique des montres marines dans une démarche comparative et expérimentale pour évaluer leur exactitude respective et leur complémentarité.

  • 23 Voir le chapitre 5 du mémoire de Flinders expliquant la construction des cartes marines de l’Austra (...)
  • 24 Après une première année difficile où il était détenu au café Marengo puis à la maison Despaux (plu (...)
  • 25 Cette recherche à la fois théorique et expérimentale de Flinders aboutit ultérieurement à l’install (...)

21Flinders étudia aussi le problème de la déviation magnétique de l’aiguille de la boussole sous l’influence des masses métalliques à bord des bateaux qui rendaient incertains les relevés au compas et conduisaient à des inexactitudes cartographiques. Il analysa en détail « la déviation des boussoles dans la construction des cartes de l’Australie » et suggéra des solutions à ce problème23. Il mit à profit la riche vie sociale dont il bénéficia après son installation dans la plantation de Madame d’Arifat pour débattre du magnétisme avec les officiers français de l’Isle de France24. En outre, après son retour en Angleterre, l’Amirauté l’autorisa à faire une série d’expérimentations pour vérifier ses observations et déductions théoriques, en lui fournissant des navires et en lui confiant pour l’assister des officiers compétents de la Royal Navy. Ainsi, des lieux de nature et d’échelle différentes concoururent tour à tour et graduellement à la mise au point par Flinders d’un savoir important relatif au magnétisme25 : l’Investigator et les navires de la Royal Navy où il put organiser des séries d’observations, l’Isle de France où Flinders confronta ses analyses avec les points de vue et des exemples français, et les bureaux de l’Amirauté à Londres qui donnèrent à l’officier les autorisations et moyens de parachever ses expériences. Plus généralement, ces divers types de lieux se combinèrent pour rendre les relevés hydrographiques et cartographiques de Flinders de plus en plus précis et exacts.

  • 26 Voir les chapitres 6 et 7 du mémoire, sur les passages des détroits de Bass et de Torres.
  • 27 Arrowsmith A., 1800, “A chart of Basses Strait between New South Wales and Van-Diemen's Land: surve (...)

22Au regard d’une histoire diachronique des espaces maritimes, le mémoire et la pensée spatiale de Flinders nous ramènent à la géohistoire des routes maritimes qui font communiquer l’océan Indien et l’océan Pacifique par le sud et le nord de l’Australie et nous rappellent que la production cartographique de Flinders fut un travail de géographie appliqué26 : Flinders avait reçu des Lords de l’Amirauté, en accord avec les intérêts de l’East India Company, la mission d’évaluer la praticabilité et la potentialité de deux couloirs maritimes, Bass Strait, (entre la côte sud-est de l’Australie et de la Tasmanie), et Torres Strait (entre le nord-est de l’Australie et le sud de la Nouvelle-Guinée). Il s’agissait de rechercher de nouvelles voies depuis l’océan Indien vers l’Inde, la Chine et les Îles aux épices, via Port Jackson, plus sûres et rapides que les dangereuses routes autour du Cap Horn, des Îles Salomon et du nord-est de la Nouvelle Guinée, où les naufrages coûtaient la vie à beaucoup d’équipages et très cher au commerce. En 1798, Flinders et son ami George Bass avaient établi l’existence du détroit de Bass, en faisant la circumnavigation complète de l’île Van Diemen (la Tasmanie). A l’issue de leur mission, Flinders construisit la première carte européenne du détroit et de l’île Van Diemen27. La construction de cette carte s’inscrivait dans le processus évolutif que nous avons mentionné précédemment où chaque exploration européenne ramenait sa moisson d’observations que d’autres navigateurs reprenaient et complétaient ultérieurement. Par exemple, dans le texte qui accompagne la publication de cette carte, Flinders mentionne qu’il a repris des éléments des cartes faites par les capitaines Cooks et Furneaux, John Henry Cox et John Hayes, en n’en corrigeant que quelques erreurs (par exemple, l’erreur de quelques degrés dans la longitude du Cap sud-ouest calculée pendant le troisième voyage de Cook). Il ajoute prudemment à propos des observations de Hayes « je ne peux pas répondre de leur exactitude », ayant, grâce à Dalrymple, eu connaissance de cartes plus précises de la région faites par l’expédition d’Entrecasteaux confisquées par les Anglais. Dans le court mémoire qu’il rédige pour accompagner cette toute première carte du détroit de Bass, il explique, que celle-ci restait imparfaite, et les parties centrales du détroit encore inexplorées, mais que les avantages du passage de l’océan Indien au Pacifique à travers le détroit de Bass, de préférence au contournement de l’île Van Diemen, étaient considérables.

  • 28 TNA Adm55/76/69-70.
  • 29 Flinders M., 1814, “Chart of Terra Australis. Sheet V, South coast by M. Flinders, Commr. of H.M. S (...)

23Quelques années plus tard, dans son long mémoire expliquant la construction des cartes marines de l’Australie, Flinders écrit que le détroit était vite devenu une voie de passage vers Port Jackson 28 et que sa découverte de la côte méridionale de l’Australie située juste à l’ouest de ce détroit devrait amplifier son trafic. Flinders signale que le capitaine français Hamelin, de l’expédition Baudin, avait lui-même emprunté ce passage, et avait été suivi par d’autres. Il donne des informations sur sa fonctionnalité : il souligne notamment que c’était une route « beaucoup plus rapide que celle du nord-est, et celle du Cap Horn ou du Cap de Bonne Espérance, et probablement celle du détroit de Torres ». Il précise surtout les mois durant lesquels la traversée du passage était possible, soit de décembre à la fin février, pendant l’été austral, en montrant la complémentarité remarquable avec le détroit de Torres, qui n’était pas navigable durant cette saison à cause de la mousson du nord-ouest, mais, l’était lorsque le détroit de Bass ne l’était plus. Flinders rappelle aussi que sa cartographie du passage « était techniquement imparfaite, et les parties centrales du détroit encore inexplorées » du fait des contingences du voyage qui l’amenèrent à modifier son itinéraire, et ne lui laissèrent pas assez de temps pour faire les relevés qu’il envisageait d’entreprendre dans le détroit29. Il souhaitait donc y retourner pour compléter et finaliser lui-même la carte du détroit.

  • 30 TNA Adm55/76/70.
  • 31 Voir par exemple les trois minutes que Flinders fit successivement de ce passage : TNA Adm352/483 ( (...)
  • 32 Voir aussi Powell, 2010.

24Flinders travailla aussi à la cartographie « du passage entre la Nouvelle-Guinée et l’Australie appelé par M. Dalrymple le détroit de Torres »30. Il avait déjà traversé et cartographié ce détroit en 1792 lorsqu’il était sous les ordres de Bligh. Comme pour le détroit de Bass, il construisit la carte du détroit de Torres et de sa région en reprenant et continuant les séries des cartes de voyages antérieurs au sien, notamment ceux du capitaine Cook sur l’Endeavour, de Bligh sur le Bounty et la Providence, celui du capitaine Edwards sur le Pandora, et celui de Bougainville sur la Boudeuse, en comparant leurs résultats à ceux de l’Investigator, en analysant les différences dans son chapitre et en rectifiant les erreurs dans les versions successives des minutes de la carte31 (figure 3). Le travail de Flinders sur le détroit de Torres a fait l’objet d’un article de Kenneth Morgan (2015) qui montre comment Flinders reprit et améliora très significativement les cartes de ses prédécesseurs32.

Figure 3 : Le détroit de Torres (Torres Strait)

Figure 3 : Le détroit de Torres (Torres Strait)

Extrait de la carte de la côte nord de l’Australie faite en Isle de France et reprise à Londres où figurent les routes suivies par les Cook, Bligh et Flinders. Très soucieux d’exactitude, Flinders y précisait la nature de ses observations astronomiques (avec les abréviations « Amp » et « Az » pour Amplitudes et Azimuts) et la direction du navire pendant les relevés (« Head SE by E » par exemple). Il y traçait aussi le dédale des îles et des récifs qui parsemaient dangereusement le passage.

Source : Flinders, M., 1814, Atlas of Terra Australis, G & W Nicol, London (North Coast, sheet I).

25Plus généralement, Flinders sut tirer parti du travail de ses prédécesseurs et des progrès accomplis en Europe dans les sciences nautiques grâce à la fabrication d’instruments de plus en plus performants pour produire des cartes d’une remarquable précision géographique, corrigeant les erreurs des cartes antérieures et comblant les derniers grands « blancs » (Laboulais-Lesage, 2004) des cartes européennes des contours de l’Australie. Elles constituèrent des outils fondamentaux au service des institutions anglaises appuyant la colonisation de l’Australie, notamment en Australie du Sud (région des golfes nommés par Flinders golfe Spencer et golfe Saint-Vincent, du nom des premiers Lords qui se succédèrent à l’Amirauté au moment du voyage).

26Simultanément, ces cartes représentaient un savoir qui s’articulait aux volontés politiques et économiques des grandes institutions anglaises de l’époque, pour « explorer, contrôler, comprendre » (Lecoq et Chambard, 1998) selon une logique qui s’apparente aux conceptions du pouvoir des cartes théorisées notamment par Brian Harley dans les années 1980 (Harley, 1989). Elles incarnaient une forme de savoir mathématique, scientifique et technique au service des pouvoirs londoniens qui recherchaient des routes maritimes pouvant faire communiquer les parties méridionales des océans Indien et Pacifique, en les intégrant à l’espace monde et notamment aux grandes régions commerciales de l’Asie, par les passages des détroits de Bass et de Torres.

  • 33 Voir “The Scientific Crucible of Isle de France: the French Contribution to the Work of Matthew Fli (...)

27En conclusion, le travail cartographique que Flinders produisit en Isle de France résulte dans un premier temps, des observations qu’il avait accomplies au cours de sa circumnavigation des terres australes et, dans un deuxième temps, de la circulation des savoirs qui s’établit entre le navigateur, les Français et les habitants de l’Isle de France33. Ainsi, Flinders croisa son savoir maritime britannique avec celui d’officiers et de savants français, qui contribuèrent, d’une façon ou d’une autre, au développement de sa pensée scientifique, et l’incitèrent à construire une carte de Madagascar.

Le cartographe sans le terrain : La construction d’une carte de Madagascar, et l’Isle de France comme centre de production de savoirs

28Contrairement aux cartes marines de son Atlas to Terra Australis, la carte de la partie nord de Madagascar, que Flinders entreprit à l’Isle de France, faisait figurer non seulement les côtes mais aussi les routes qui menaient vers les hautes terres de l’intérieur. D’un travail d’hydrographe, Flinders passa à un travail de « géographe de cabinet » qui se fondait sur des informations collectées par des voyageurs autres que lui-même (Haguet, 2012 ; Cox, 2015).

Une carte aux multiples affectations et une géographie « positive »

  • 34 Le projet de cette société était « de se livrer en commun à l’étude des sciences, et aux charmes de (...)
  • 35 Flinders Private Journal, 20 janvier 1809.
  • 36 La Gazette nationale, ou le moniteur universel, mentionne l’adoption par la chambre des pairs du pr (...)
  • 37 Flinders, 1814, vol2, p. 352.

29Flinders entreprit la cartographie de cette partie septentrionale de Madagascar lorsqu’un officier et homme de lettres français, Barthélemy Huet de Froberville, lui demanda de l’aider à mettre au clair les journaux de voyages à Madagascar de deux Français que la Société savante de l’Isle de France, la Société d’Emulation, possédait34. Il fut encouragé dans son entreprise par ses amis et « compagnons d’infortune » (Carter, 2003) et tout spécialement le secrétaire de la Société d’Emulation, l’homme d’affaire Thomas Pitot. Pitot s’était entendu avec le géographe journaliste et critique, Conrad Malte-Brun, membre correspondant de la Société d’Emulation à Paris, pour que ce dernier publie dans sa revue les Annales des Voyages, les manuscrits sur Madagascar que la société détenait. Ainsi, bien que Paris orchestrât « la machine coloniale » (McClellan, et Regourd, 2011) en tant que centre politique, institutionnel et décisionnel envoyant en mission des savants qui faisaient remonter depuis les colonies les informations jusqu’à la capitale (Regourd, 2008), la capitalisation et le partage des savoirs relevaient aussi d’une organisation « multi-centrée » (Roberts, 2014), où l’Isle de France était un des centres dynamiques de l’océan indien. Elle était en mesure de rassembler et traiter un savoir régional relatif aux préoccupations de ses habitants grâce à ses lieux institutionnels sur lesquels s’appuya Flinders, tel le dépôt des cartes et des journaux, grâce à ses élites cultivées et leurs sociétés savantes, comme la Société d’Émulation, et grâce à ses multiples connexions commerciales avec les grands ports de l’océan indien et de l’Asie. Flinders s’appuya sur ce savoir pour construire une carte qui, en retour, exposait des savoirs utiles au négoce et aux projets culturels de ses amis. D’ailleurs, Pitot émit en janvier 1809 le souhait d’avoir une copie de la carte pour la collection de la Société d’Emulation de l’Isle de France35, ce qui soulève la question de l’éthique d’une telle carte dans la mesure où celle-ci était destinée à servir les intérêts de français et encourager la traite des noirs alors que l’Angleterre interdit celle-ci en 180736 (Gould et Bailly, 1995, chapitre 6). Cependant, Flinders appartenait au corps des officiers de la Royal Navy et comprenait que la carte de Madagascar pouvait potentiellement servir aussi les ambitions politiques et coloniales du pouvoir anglais, et commerciales de l’East India Company. En outre, cette carte pouvait aider à prévenir les naufrages qui frappaient les navires anglais empruntant le canal du Mozambique, grâce à une meilleure couverture cartographique des écueils et des îlots à proximité des côtes septentrionales malgaches. Cette carte pouvait aussi être utile au développement de Port Jackson, et Flinders avait envisagé explicitement avec le gouverneur de New South Wales, Philip King, la possibilité d’intégrer la toute nouvelle colonie britannique de Port Jackson, qui manquait de ressources en bétail, au réseau commercial de Madagascar, qui exportait des bœufs en provenance des hauts-plateaux malgaches37. Le développement d’un tel commerce impliquait d’avoir à disposition des cartes précises des régions côtières et intérieures de Madagascar. Par conséquent, la carte présentait des objectifs très polyvalents représentatifs de l’expansion coloniale européenne dont les ressorts devançaient les questions d’appartenance nationale.

  • 38 Lucile Haguet souligne en s’appuyant sur l’exemple de l’Egypte ce « passage d’une cartographie sava (...)

30Cette carte fut remise en novembre 1813 à Londres par Flinders au sous-secrétaire d’état aux colonies à la demande de ce dernier, pour l’usage du Département colonial britannique. Flinders ne disposait pas d’un « atelier » spécialisé pour la construire (Dawson, 2000) à l’instar de ceux des grandes familles de géographes-cartographes comme, par exemple, les Delisle au cours du dix-huitième siècle en France ou comme les Arrowsmith en Angleterre, un peu plus tard. Cependant, les modalités de la construction de sa carte rejoignent l’approche critique des informations sur lesquels ces professionnels se fondaient pour fabriquer de nouvelles cartes. Comme eux, Flinders sut faire jouer les relations sociales, notamment pour obtenir du service hydrographique de l’Isle de France des informations. Ces modalités reflètent aussi le développement d’une cartographie « positive », caractéristique du dix-neuvième siècle. Ainsi, les commentaires que Flinders fit dans son journal indiquent qu’il privilégia la représentation des données géographiques très concrètes utiles aux projets commerciaux des hommes d’affaires (routes, itinéraires, topographie), plutôt que les données culturelles et historiques relevant d’une cartographie plus « savante » (Haguet, 2010, 2012)38.

Le recours aux intermédiaires et aux spécialistes du réseau du savoir

31En premier lieu, Flinders passa en revue l’ensemble des cartes qui existaient déjà sur Madagascar, pour construire un fond de carte à actualiser avec les nouvelles informations qui lui étaient fournies par son entourage français. Lorsque le cartographe était géographe de cabinet, sa démarche était similaire à celle que Schaffer a décrite pour Newton, avec la notion d’ordre de l’information où le savant dépendait étroitement d’un réseau local ou mondial. Ce réseau lui fournissait des données dont Newton se réservait le droit d’évaluer la fiabilité.

  • 39 Flinders Private Journal, 15 janvier 1808.
  • 40 Flinders Private Journal, 15 janvier 1808.

32Dans le cas de la carte de Madagascar, la démarche de Flinders fut plus pragmatique et latérale. L’information ne procédait pas hiérarchiquement pour remonter jusqu’à lui, mais opérait au sein même du réseau social où Flinders vivait. Ainsi, pour consulter les cartes et rassembler des renseignements sur Madagascar, Pitot « mit tous ses amis nautiques à contribution »39 pour aider Flinders à construire « une carte de la partie nord de Madagascar pour, je l’espère, produire un travail intéressant grâce aux informations nouvelles que je possède déjà ou que j’espère recevoir de mon ami Pitot »40.

  • 41 Dans un article qui fut publié dans les Annales de voyages, Capmartin notait, à propos de la baie d (...)

33Parmi ces cartes, Flinders consulta certainement en tout premier lieu celles de d’Après de Mannevillette dont le Neptune Oriental incluait une vingtaine de cartes et de plans de Madagascar et des îles qui l’entouraient, notamment des cartes et des plans de la côte orientale et des comptoirs français mais aussi de la côte occidentale, depuis le Cap Saint Augustin au Sud, jusqu’au Cap Saint-André au nord. Cependant, les côtes situées plus au nord, notamment entre le Cap Saint-André et le Cap d’Ambre, n’étaient que sommairement cartographiées, comme le laisse apparaitre la carte du Neptune intitulée Carte réduite de l’archipel du Nord-Est de l’Isle Madagascar (figure 4). Ces déficiences étaient connues des officiers français que Flinders côtoyait, et notamment Jean Antoine Capmartin41. C’est ainsi que Flinders se concentra sur ces parties de la grande île qui avaient été imparfaitement ou incomplètement levées et cartographiées, du moins selon les nouveaux standards des sciences nautiques.

Figure 4 : Madagascar par M. d'Après de Mannevillette

Figure 4 : Madagascar par M. d'Après de Mannevillette

Carte réduite de l'archipel du nord-est de l'Isle Madagascar depuis la Ligne Equinoctiale jusqu'au 21 d 30 m, de latitude méridionale. Le Neptune Oriental, dédiée au roi, par M. d'Après de Mannevillette. Paris : Brest, 1775, planche 22. Extrait de la carte.

Source : Bibliothèque nationale de France, Département cartes et plans http://catalogue.bnf.fr/​ark:/12148/​cb40596941q

  • 42 Quénot avait participé au volet scientifique de la Campagne d’Egypte de Napoléon, dans la section m (...)

34Afin d’obtenir des observations fiables pour tracer des littoraux situés au-delà du cap Saint-André, Flinders contacta un astronome français réputé, François-Marie Quénot, qu’il sollicitait de temps à autre pour ses calculs de longitude42. Il adressa une lettre à Quénot, lui demandant de bien vouloir lui transmettre « toute information géographique et astronomique sur Madagascar et le canal du Mozambique » que l’astronome possèderait. Flinders ajoutait prestement que « Le Cap Saint-André et le Cap Ambre constituent des positions essentielles à la construction d’une carte de Madagascar, qui ne semblent pas avoir été calculées par un navigateur suffisamment compétent, à moins que cela n’ait été fait ces dernières années ».

Les limites de la transcription des voyages

  • 43 Flinders Private Journal, 1 décembre 1807.
  • 44 Flinders Private Journal, 7 décembre 1807.

35Pour cartographier l’intérieur du pays, Flinders s’appuya sur les recherches et la documentation de Froberville43 et les journaux de deux voyageurs français, M. Mayeur et M. Dumaine, que Froberville avait à sa disposition44.

  • 45 Flinders Private Journal, 27-28 janvier 1808; 11 janvier 1808.

36A partir de ces informations, il fit un premier schéma des routes empruntées par Mayeur, qu’il affina progressivement et qui devint en janvier 1808 « une carte de la partie nord de Madagascar »45. Puis, fin février 1808, Froberville lui envoya « le mémoire de Dumaine et plusieurs papiers explicatifs sur les voyages de Mayeur ». Flinders put alors achever sa carte en traçant, à côté des routes de Mayeur qu’il avait déjà dessinées, les routes de Dumaine, et en joignant un mémoire explicatif à sa carte (avril 1808).

37Cependant, les difficultés inhérentes à la construction de telles cartes furent très nombreuses : Flinders, comme les géographes de cabinet en général, traitait d’informations dont les provenances fort diverses ne relevaient pas toujours d’ingénieurs géographes ou d’observateurs chevronnés et dont il fallait évaluer l’exactitude. Ainsi, il note dans son journal personnel qu’il lui était bien difficile de tracer les routes de Dumaine, « dont les inexactitudes géographiques me causèrent bien des difficultés », et, de son côté, Froberville note dans son travail à propos des récits de Mayeur :

  • 46 British Library, Add MS 18128 1809, folio2.

Mais trouvant des récits commencés mais non terminés, cherchant en vain les conséquences naturelles des faits avancés, des désignations de routes, des noms indispensables de hautes montagnes, de grandes rivières, de villages, de stations qui manquaient pour la plupart, je ne tardais point à me voir arrêté court. (transcription originale du manuscrit de Froberville)46.

38Mayeur, qui passa les vingt dernières années de sa vie en Isle de France où il mourut en 1809, en était aussi très conscient et désolé. Dans une lettre à Froberville, il écrit :

  • 47 British Library, Add MS 18128 1809, folio2.

Je n’ai, m’écrivait-il, travaillé que pour moi. Il a toujours été loin de ma pensée qu’un jour ces chiffons informes puissent être utiles. Je ne l’ai senti qu’à la lecture des ouvrages sur Madagascar que vous avez publiés. Depuis 10 ans, je les avais oubliés. Aujourd’hui, pour suivre un autre plan, il me faudra un travail qui surpasse mes forces. Une refonte générale m’est impossible. Je ne peux pas y penser (transcription originale du manuscrit de Froberville)47.

39La lecture des écrits de Mayeur donne la mesure de ces difficultés. Ainsi, s’il nomme précisément les lieux et rivières du littoral malgache, il n’en est pas de même pour l’intérieur, où les formes et les éléments du paysage étaient définis de façon très générale. Mayeur mentionne par exemple « un bouquet de bois », « une montagne », « des boues et des marécages », mais sans les délimiter géographiquement. 

40Par conséquent, la carte de Madagascar de Flinders relève d’une cartographie d’itinéraires représentant les voies de pénétration que des voyageurs avaient suivies et qui étaient entourées de zones géographiques très globalement définies et manquant de précision.

41Notons enfin que Flinders n’était pas le seul cartographe à travailler sur Madagascar : Le Parisien Pierre Lapie élabora, à peu près à la même époque et en se fondant vraisemblablement sur les mêmes récits de voyages que Flinders, une carte générale de Madagascar qui fut publiée dans les Annales des voyages en 1810. La cartographie de Madagascar continua de progresser après le départ de Flinders de l’Isle de France, qui devint anglaise. Significativement, le cartographe français Jean Baptiste Lislet Geoffroy, nommé hydrographe en chef du service hydrographique de Maurice, et qui était par ailleurs l’un des membres fondateurs de la Société d’Emulation, fut chargé par le premier gouverneur anglais de produire une carte de l’archipel du nord-est de Madagascar, qui fut gravée sous la direction d’Arrowsmith (figure 5), le cartographe attitré de l’Atlas to Terra Australis de Flinders. L’ensemble de ces cartes témoigne des progrès spectaculaires de la cartographie simultanément française et anglaise au début du dix-neuvième siècle dans la région indo-pacifique.

Figure 5 : Madagascar par Lislet Geoffroy, 1819

Figure 5 : Madagascar par Lislet Geoffroy, 1819

Carte réduite de l'archipel du nord-est de Madagascar / corrigée à partir des observations les plus récentes de Lislet Geoffroy ; gravée sous la direction de Arrowsmith, 1819. Extrait de la carte.

Source : Bibliothèque nationale de France, Département cartes et plans http://catalogue.bnf.fr/​ark:/12148/​cb407311046

Conclusion

42La production cartographique de Flinders en Isle de France repose sur le développement d’un savoir largement transnational où les motivations individuelles, nationales et universelles participaient conjointement à la construction de savoirs géographiques, sans s’exclure mutuellement.

43Cette production souligne le rôle de Londres comme un haut lieu d’accumulation de savoirs, où les institutions londoniennes encourageaient et utilisaient ces savoirs en fonction de la politique coloniale et impériale anglaise. Elles orientèrent et donnèrent ainsi sens aux cartes de l’Atlas du voyage de Flinders dans lequel les représentations des composantes géographiques essentielles à la navigation (écueils, hauts fonds, courants…etc.) et au développement colonial ou commercial britannique (sites portuaires potentiels par exemple) étaient privilégiées.

44Cette production révèle également le rôle de centre régional dynamique de l’Isle de France, où une société coloniale cultivée était à même de centraliser des connaissances sur l’océan Indien qui, en retour, permirent la construction de la carte de Madagascar et contribuèrent à la création d’un espace géographique saisi à partir des différentes circulations maritimes et terrestres, et des échanges commerciaux, y compris la traite des noirs, qui l’animaient.

  • 48 Laura Péaud (2014, pp. 59-60) montre dans le chapitre 1 de la première partie de sa thèse que « les (...)

45Ainsi, la production et la pensée cartographiques de Flinders participèrent d’une part au développement d’un espace indo-pacifique, permettant la mise en connexion de l’espace austral avec les mondes de l’océan Indien et de l’Asie des moussons, et d’autre part à la fabrication d’un savoir régional qui, selon les circonstances, pouvait aussi bien servir les intérêts des hommes d’affaires locaux que ceux de la couronne britannique. Les enjeux des cartes de Flinders se jouaient donc à différentes échelles qui se juxtaposaient. Ils se croisaient, en se rattachant à des espaces de savoirs et des sphères du pouvoir à vocation aussi bien locale que régionale ou nationale48.

46Ce faisant, pour tracer les côtes malgaches, Flinders utilisa son expérience de terrain pour évaluer les données nautiques qu’il avait à sa disposition. De même, pour produire les cartes nautiques de son voyage, il fit un travail critique de compilation sur les cartes et les journaux de bord de James Cook et des navigateurs qui avaient visité la Nouvelle Hollande, ce qui signifie qu’il n’existe pas nécessairement de différence entre une carte relevant d’un travail de terrain et une carte relevant d’un travail fait en cabinet.

47Plus généralement, la production et la pensée cartographique de Flinders rendent compte de la diversification des usages des cartes au début du dix-neuvième siècle tout en soulignant que si « une carte offre des images du territoire variables selon la communauté d’usagers à qui elle est destinée » (Laboulais, 2008), son objet pouvait aussi croiser d’autres utilisations et servir en définitive des intérêts plus étendus que ceux auxquels elle était initialement destinée.

Haut de page

Bibliographie

Archives

Cambridge, Cambridge University Library, The archives of the Royal Greenwich Observatory, Board of Longitude: papers.

Canberra, National Library of Australia, maps collection, British Admiralty charts of Australian waters, 1814-1861 - the circumnavigation of Australia.

Greenwich, National Maritime Museum Archives, Personal collections, Matthew Flinders.

Kew, The National Archives (TNA), ADM - Records of the Admiralty, Naval Forces, Royal Marines, Coastguard, and related bodies.

Londres, British Library, Map Collections, fonds Alexander Dalrymple.

Londres, British Library, Western Manuscripts, fonds Sir Walter Minto Farquhar.

Paris, Bibliothèque nationale de France (BNF), Département cartes et plans, Collection d'Anville

Sydney, State Library of New South Wales, James Fairfax Matthew Flinders Electronic Archive.

Sources imprimées

Capmartin J. A., 1810, « Notes sur la Baie de Saint-Augustin, située sur la côte occidentale de Madagascar », Annales des voyages, de la géographie et de l'histoire, Buisson, Paris, vol.11, No.31, 55-64.

D’Après de Mannevillette J.-B.-N.-D., 1775, Le Neptune Oriental dédié au Roi. Paris, Demonville

Didot P. l’aîné, 1799, Mémoires sur l'Égypte, publiés pendant les campagnes du général Bonaparte dans les années VI et VII., vol.1.

Dumaine M., 1810, « Idée de la côte occidentale de Madagascar, depuis Ancouala au nord, jusqu'à Mouroundava désigné par les Noirs sous le nom de Ménabé », Annales des voyages, de la Géographie et de l'Histoire, tome 11, No.31, 20-52.

Flinders M., 1805, “Concerning the Differences in the Magnetic Needle, on Board the Investigator, Arising from an Alteration in the Direction of the Ship's Head”, Philosophical Transactions, No.95, 186-197.

Flinders M., 1806, “Observations upon the Marine Barometer, Made during the Examination of the Coasts of New Holland and New South Wales, in the Years 1801, 1802, and 1803”, Philosophical Transactions, No.96, 239-266.

Flinders M., 1810, « Sur le banc du naufrage et sur le sort de M. de la Pérouse » Annales des voyages, de la Géographie et de l'Histoire, tome 10, No.28, 88-108.

Flinders M., 1814, A voyage to Terra Australis: undertaken for the purpose of completing the discovery of that vast country, and prosecuted in the years 1801, 1802 and 1803, G. & W. Nicol, London, vol I, II et atlas.

Gravier G., 1896, La cartographie de Madagascar, Paris, A. Challamel.

Lapie P., 1810, « Carte des Iles de Madagascar de Bonaparte et de France, de Comore et d'une partie des côtes d'Afrique dressée par P Lapie Géographe 1810 », Annales des Voyages, de la Géographie et de l'Histoire, tome 11, 4.

Bibliographie

Barritt M., 2014, “Matthew Flinders’s Survey Practices and Records”, The Journal of the Hakluyt Society, Mars 2014, 1-15.

Bellec F., 2006, « la cartographie nautique de l'Océan indien : une hydrographie d'excellence », in: Rivière, S. et Issur, K. . (Eds.), Baudin - Flinders dans l'océan indien: Voyages, découvertes, rencontre / Travels, discoveries, encounter, Actes du colloque international organisé par l’Université de Maurice, octobre 2003, Paris, L’Harmattan.

Bennett B., 2011, “Exploration or espionage? Flinders and the French”, The Journal of the European Association of Studies on Australia, 2, 14-23.

Besse J.-M., Blais H., et Surun I., 2010, Naissances de la géographie moderne (1760-1860). Lieux, pratiques et formation des savoirs de l’espace, Paris, ENS Éditions, coll.Societés.

Blais H., 2014, Mirages de la carte. L’invention de l’Algérie coloniale, Paris, Fayard

Blais, H., 2005, Voyages au grand océan. Géographies du Pacifique et colonisation, 1815-1845, Paris, CTHS.

Boistel G.,2006, « De quelle précision a-t-on réellement besoin en mer? », Histoire & mesure [En ligne], vol.21, No.2, mis en ligne le 01 décembre 2009. URL : http://histoiremesure.revues.org/1748

Bréelle D., 2013, “Matthew Flinders’s Australian Toponymy and its British Connections”, The Journal of the Hakluyt Society, November 2013, 1-41.

Bréelle D., 2014, “The Scientific Crucible of Île de France: the French Contribution to the Work of Matthew Flinders”, The Journal of the Hakluyt Society, June 2014, 1-24.

Brown A., 2004, Ill-Starred Captains: Flinders and Baudin, Fremantle, Fremantle Press.

Brown A. et Dooley G (eds), 2005, Matthew Flinders private journal from 17 December 1803 at Isle de France to 10 July 1814 at London, Adelaide, Friends of the State Library of South Australia.

Carter M., 2003, Companions of Misfortune Flinders and Friends at the Isle de France, 1803-1810, London, Pink Pigeon Press.

Certeau M., 1990, L'invention du quotidien : Arts de faire, Paris, Gallimard, coll. Folio Essais.

Chapuis O., 1999, À la mer comme au ciel Beautemps-Beaupré & la naissance de l'hydrographie moderne (1700-1850), Paris, Presses de l'Université de Paris-Sorbonne.

Cox N., 2015, “Armchair geography: The fabrication of an immobile culture of nineteenth-century geographical exploration”, International Conference of Historical Geography, Royal Geographical Society, London.

Dawson N.-M., avec la collaboration de Vincent C., 2000, L’atelier Delisle : l’Amérique du Nord sur la table à dessin, Sillery (Quebec), Éditions du Septentrion.

Deloughrey E. M., 2007, “Globalizing the Routes of Breadfruit and Other Bounties”, Journal of Colonialism and Colonial History, vol.8, No.3.

Estensen M., 2003, The Life of Matthew Flinders, Crows Nest (New South Wales), Allen & Unwin.

Filliozat M., 2003, « J.-B. d’Après de Mannevillette et la cartographie de la nouvelle route des Indes » Le Monde des Cartes, No.175, 6-16.

Fornasiero J., Monteath P., and West-Sooby J., 2004, Encountering Terra Australis: The Australian Voyages of Nicolas Baudin and Matthew Flinders, Adelaide, Wakefield Press.

Gascoigne J., 1998, Science in the service of empire: Joseph Banks, the British state and the uses of science in the age of revolution, Cambridge, Cambridge University Press, 1998.

Gould P. et Bailly A. (eds), 1995, Le pouvoir des cartes. Brian Harley et la cartographie, Paris, Anthropos.

Grataloup C., 2015, Introduction à la géohistoire, Paris, Armand Colin.

Grataloup C., 2009, L'invention des continents : comment l'Europe a découpé le monde, Paris, Larousse.

Haguet L., 2010, « Essor et déclin du lieu commun dans l’élaboration du discours cartographique : l’exemple de la cartographie de l’Égypte aux XVIIIe et XIXe siècles », in: Venayre, S. et Weber A-G. (Ed.), Cahiers du XIXe siècle, Montréal, Éditions Nota Bene, No5, 51-70.

Haguet L, 2012, « Les géographes de cabinet : de l’humaniste à l’érudit des Lumières », in: Hofmann, C. (Ed.), Artistes de la carte, de la Renaissance au XXIe siècle, Paris, Editions Autrement, 14-41.

Harley J. B., 1989, “Maps, knowledge, and power”, In D. Cosgrove & S. Daniels (Eds.), The iconography of landscape: Essays on the symbolic representation, design and use of past environments, Cambridge, UK: Cambridge University Press, 277-312.

Harley J. B. et Laxton P. (eds), 2002, The New Nature of Maps: Essays in the History of Cartography, Baltimore and London, Johns Hopkins University Press.

Ingleton, G. C., 1986, Matthew Flinders: Navigator and Chartmaker, Guildford (England), Genesis Publications.

Jacob C. (dir), 2007, Les lieux de savoir : Espaces et communautés, Paris, Albin Michel.

Jacob C. (dir), 2011, Les mains de l’intellect, Paris, Albin Michel.

Jacob C., 2014, Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ? Marseille, Open Edition Press.

Laboulais-Lesage I. (ed), 2004, Combler les blancs de la carte. Modalités et enjeux de la construction des savoirs géographiques (XVIe-XXe siècle), Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg.

Laboulais I. (ed.), 2008, Les usages des cartes (XVIIe-XIXe siècle) Pour une approche pragmatique des productions cartographiques, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg.

Latour B., 1995, La science en action. Introduction à la sociologie des sciences, Paris, Gallimard.

Latour B., 1991, Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, Paris, La Découverte.

Latour B., 2006, Changer de société. Refaire de la Sociologie, Paris, La Découverte.

Lecoq D. et Chambard A.(eds.), 1998, Terre à découvrir, terres à parcourir. Exploration et connaissance du monde, XIIe -XIXe siècles, Paris, L'Harmattan.

Licoppe C., 1996, La Formation de la pratique scientifique. Le discours de l'expérience en France et en Angleterre (1630-1820), Paris, La Découverte.

Livingstone D. N., 2010, Putting Science in Its Place Geographies of Scientific Knowledge. Chicago, Londres, University of Chicago Press.

Livingstone D. N. et Withers C. W. J.(eds.), 2011, Geographies of Nineteenth-Century Science, Chicago, University of Chicago Press.

Ly-Tio-Fane Pineo, H., 1988, In the grips of the Eagle. Matthew Flinders at Ile de France 1803-1810, Moka (Maurice), Mahatma Gandhi Institute.

Mack J., 1966, Matthew Flinders 1774-1814, Melbourne, Thomas Nelson (Australia) limited.

McClellan J. E. et Regourd F., 2011, The Colonial Machine: French Science and Overseas Expansion in the Old Regime, Turnhout, Brepols. 

Morgan K., 2016, Matthew Flinders, Maritime Explorer of Australia, London, Oxford, Bloomsbury Academic

Morgan K., 2015: Australia Circumnavigated The Voyage of Matthew Flinders in HMS Investigator, 1801-1803, Ashgate, pour la Hakluyt Society, Troisième Série: 28.

Morgan K., 2015, “From Cook to Flinders: The navigation of Torres Strait”, The International Journal of Maritime History, No.27, 41-60.

Péaud L., 2014, Du projet scientifique des Lumières aux géographies nationales. France, Prusse, Grande-Bretagne (1780-1860), thèse de doctorat en Géographie, Université Lyon 2 Lumière.

Pizzetti S. M., 2014, « Mare Indicum Temps et espaces d’une autre modernité », Annales historiques de la Révolution française, 375, 10-26.

Powell A., 2010, Northern voyages Australia's monsoon coast in maritime history, Melbourne, Australian Scholarly Publishing.

Regourd F., 2008, « Capitale savante, capitale coloniale : sciences et savoirs coloniaux à Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 55, 121-151.

Rigby N., 2006, “ ‘The whole of the surveying department rested on me': Matthew Flinders, hydrography and the Navy”. in: Rivière, S. et Issur, K. . (Eds.), Baudin - Flinders dans l'océan indien: Voyages, découvertes, rencontre / Travels, discoveries, encounter, Actes du colloque international organisé par l’Université de Maurice, octobre 2003, Paris, L’Harmattan, pp. 259-269.

Rivière, M. S., 2006, « A Degree of Reciprocity in Friendship: Flinders’ Correspondence with Thomi Pitot », in: Rivière, S. et Issur, K. . (Eds.), Baudin - Flinders dans l'océan indien: Voyages, découvertes, rencontre / Travels, discoveries, encounter, Actes du colloque international organisé par l’Université de Maurice, octobre 2003, Paris, L’Harmattan.

Roberts L., 2014, « 'Le centre de toutes choses': Constructing and managingcentralization on the Isle de France », History of Science, 52, 319-342.

Schaffer S., 2009. Newton on the beach: The information order of Principia mathematica. History of Science 47 243-276.

Schaffer S., 2014, La fabrique des sciences modernes, Paris, Seuil.

Schaffer S., 2014, « Taxinomie, discipline, colonies : Foucault et la Sociology of Knowledge », In: Bert, J.-F., and Lamy, J., (Eds.), Michel Foucault. Unhéritage critique, Paris, CNRS Editions.

Schaffer S., Roberts L., Raj K., et Delbourgo J., 2009, The Brokered World: Go‐Betweens and Global Intelligence, 1770–1820. Sagamore Beach, MA: Science History Publications.

Scott E., 2009, The Life of Captain Matthew Flinders R.N., Milton Keynes, UK, Dodo Press.

Taylor E. G., 1966, The mathematical practitioners of Hanoverian England, 1714-1840, Cambridge, Cambridge University Press for the Institute of Navigation, 1966.

Webb A., 2010, The Expansion of British Naval Hydrographic Administration, 1808-1829, Thèse de doctorat en Histoire, The University of Exeter, Exeter.

West-Sooby J., 2006, “Baudin, Flinders and the scientific voyage”. in: Rivière, S. et Issur, K. . (Eds.), Baudin - Flinders dans l'océan indien: Voyages, découvertes, rencontre / Travels, discoveries, encounter, Actes du colloque international organisé par l’université de Maurice, octobre 2003, Paris, L’Harmattan.

Withers C., 2007, Placing the Enlightenment: Thinking Geographically about the Age of Reason, Chicago, University of Chicago Press.

Withers C., 2009, “Place and the spatial turn in geography and history”, Journal of the History of Ideas, No. 70, 637-658.

Withers, C. et Mayhew, R., 2011, “Geography: Space, Place and Intellectual History in the Eighteenth Century”, Journal for Eighteenth-Century Studies, No. 34, 445-452.

Haut de page

Notes

1 Les journaux nautiques de Flinders, le journal qu’il a tenu de 1804 à 1814 ainsi que de très nombreux documents (sa correspondance notamment) peuvent être consultés en ligne sur les sites de la State Library of New South Wales (James Fairfax Matthew Flinders Electronic Archive), et des archives nationales à Kew (The National Archives : TNA). Les journaux tenus par Flinders au cours du voyage de l’Investigator ont été publiés en 2015 par la Hakluyt Society dans une édition commentée et illustrée. De nombreuses cartes de ses voyages sont consultables sur le site de la National Library of Australia. Le National Maritime Museum à Greenwich a aussi mis en ligne de nombreux documents sur sa correspondance. Le récit et l’atlas de son voyage ont aussi été publiés (Flinders, 1814).

2 Cependant, c’est la France qui publia la première carte générale de l’Australie, en 1811, dans l’atlas historique de l’expédition Baudin, édité par Louis Freycinet. L’atlas du voyage de Flinders où se trouve la carte de la figure 1 fut publié à Londres en 1814.

3 Flinders Private Journal, 13 novembre 1813.

La carte n’est pas listée à ce jour dans les divers catalogues des archives nationales à Kew (TNA). Elle ne figure pas dans le volume 3 sur l’Afrique de la série Maps and Plans du Public Record Office. Elle n’apparaît pas dans les séries du Colonial Office (par exemple celle qui regroupe la correspondance de l’Île Maurice). Elle n’est pas répertoriée à la British Library, ou aux archives du Service hydrographique de Taunton. Nous savons que le premier gouverneur colonial anglais de l’Isle de France, devenue Ile Maurice après la capitulation française de décembre 1810, Farquhar, réclama à plusieurs reprises la carte par lettres au directeur du Département colonial britannique, le comte Bathurst, en louant l’intelligence et la qualité du travail de Flinders (Ly-Tio-Fane Pineo, 1988, pp. 129-32). Je remercie Rose Mitchell, archiviste aux Archives Nationales de Kew (London), pour ses informations à propos de la recherche de cette carte.

4 Ces références bibliographiques ne sont qu’indicatives ; elles ne sont en aucun cas exhaustives.

5 Scientific practices and procedures operate in different way in different places, often in highly distinctive venues”.

6 Withers montre que pour concevoir la période des Lumières, il est fondamental de se pencher sur leurs lieux et les circulations entre ces lieux qui, en outre, sont de différentes natures, formes et échelles (Withers and Mayhew, 2011).

7 Christian Grataloup envisage que « l’hypothèse fondatrice d’un évènement ne peut être compris s’il n’est situé géographiquement, s’il n’est mis en position relative par rapport à d’autres lieux sociaux, et, réciproquement, qu’un lieu ne se comprend que dans un scénario l’articulant à d’autres moments », emplacement 3474 (format Kindle).

8 En cela, cette approche s’apparente partiellement à la démarche d’Hélène Blais dans son étude sur le Pacifique au XIXème siècle (Blais, 2005).

9 Voir Morgan K., 2014, “Sir Joseph Banks as Patron of the Investigator Expedition: Geographical Knowledge, Natural History and Australian Exploration”, The International Journal of Maritime History, 26, 235–264.

10 De cette manière, les institutions londoniennes telles que l’Amirauté et son service hydrographique, la direction du bureau des longitudes, l’observatoire astronomique de Greenwich, et la direction de la Compagnie anglaise des Indes orientales (EIC) jouaient le rôle de « centres de calcul », « d’accumulation » et de fabrication du savoir (Latour, 1991). Elles contrôlaient la production et la diffusion des cartes des navigateurs qu’elles contribuaient à envoyer en mission scientifique. Leurs bureaux, sièges administratifs et sociaux, étaient pour la plupart centralisés autour du Stand et de la Tamise à Londres, où des lieux comme la Somerset House près de Whitehall, la maison de Joseph Banks au 32 Square Soho et des clubs comme le Royal Society club ou le Bengal Club constituaient des espaces où les hommes de pouvoirs et de savoirs se rencontraient. Les décisions s’y prenaient et les différents savoirs s’y connectaient aux autres réseaux de savoirs et de pouvoirs.

11 Pour plus de détails sur cet épisode, voir Estensen, 2003, chapitre 27 ; Brown, 2004, pp. 379-385 ; Morgan, 2016, pp.151-163.

12 A l’exception du dernier où Flinders énumérait les raisons qui l’avaient mené à faire escale à l’Isle de France et qui resta saisi par le gouverneur de l’île, Charles Mathieu Isidore Decaen.

13 The National Archives (TNA), Kew, Adm/55/76/36-88.

Le titre exact du mémoire de Flinders est long mais précis: “A Memoir explaining the marks used in the charts of Australia constructed on board His Majesty Ship Investigator; and the manner in which the latitude, longitude, and variation of the compass were obtained, corrected, and applied in their construction, with some new facts and additional observations upon these and other nautical subjects connected with Australia”.

Flinders envoya deux versions du mémoire. La première version avait cinq chapitres finis à la hâte pour pouvoir les remettre à son maître d’équipage John Aken qui avait obtenu l’autorisation de quitter l’Isle de France en mai 1805 sur un navire américain. Flinders rédigea ensuite une nouvelle version de son mémoire plus complète, avec huit chapitres, qu’il remit à son serviteur Elder lorsque ce dernier fut à son tour autorisé à rentrer en Angleterre, en 1807, sur un autre navire américain. Nous utilisons dans cet article cette dernière version, qui se trouve maintenant aux archives nationales de Kew, et vient d’être transcrite dans le second volume de Australia Circumnavigated The Voyage of Matthew Flinders in HMS Investigator, 1801-1803 (Morgan, 2015).

14 Royal Greenwich Observatory Archives (RGO), Cambridge, 14/68/76.

15 Voir la transcription dans Morgan, 2015, vol. II, pp.447-48.

16 Les chapitres 3 et 4.

17 TNA Adm55/76/38.

Voir le chapitre 1 du mémoire, reproduit dans Morgan K., 2015, Australia Circumnavigated The Voyage of Matthew Flinders in HMS Investigator, 1801-1803, Ashgate, pour la Hakluyt Society, Troisième Série : 28, 2015, tome 2, p.405.

18 Nouvelle-Hollande était le nom que le navigateur Abel Tasman donna en 1644 à la terre australe, et qui fut renommée plus de 150 ans plus tard, par les Anglais, l’Australie.

19 Voir le chapitre 2 du mémoire de Flinders expliquant la construction des cartes marines de l’Australie.

20 TNA Adm55/76/40.

21 TNAAdm55/76/39.

22 Voir les chapitres 3 et 4 du mémoire.

23 Voir le chapitre 5 du mémoire de Flinders expliquant la construction des cartes marines de l’Australie TNA Adm55/76/58.

24 Après une première année difficile où il était détenu au café Marengo puis à la maison Despaux (plus grande et confortable), Flinders résida dans la plantation de madame d’Arifat, en ayant une vie sociale qu’il qualifia « d’agréable » avec un réseau « d’amis » qui l’appuyait dans son travail en lui fournissant des lectures, des informations, et du matériel cartographique, et discutait des questions scientifiques contemporaines. Pour se déplacer au-delà d’une distance d’un peu moins de 10 km, il lui fallait théoriquement une autorisation de Decaen. (23 août 1805).

Voir aussi Dooley, 2006, pp. 245-258.

25 Cette recherche à la fois théorique et expérimentale de Flinders aboutit ultérieurement à l’installation de barreaux de compensation magnétique sur les navires, appelés « Flinders ».

26 Voir les chapitres 6 et 7 du mémoire, sur les passages des détroits de Bass et de Torres.

27 Arrowsmith A., 1800, “A chart of Basses Strait between New South Wales and Van-Diemen's Land: surveyed by Lieut. Flinders of His Majesty's ship Reliance, by order of His Excellency Governor Hunter, 1798-9”, London: Published by A. Arrowsmith.
Disponible en ligne : http://nla.gov.au/nla.map-rm684
La carte fut publiée en français sous le titre : « Carte du Détroit de Basse entre la Nouvelle-Galles du Sud et la Terre de Diemen : levée par M. Flinders Lieutenant du vaisseau Anglais la Reliance par ordre de M. le Gouverneur Hunter en 1798 et 1799 ». Disponible en ligne : http://nla.gov.au/nla.obj-232139796.

28 TNA Adm55/76/69-70.

29 Flinders M., 1814, “Chart of Terra Australis. Sheet V, South coast by M. Flinders, Commr. of H.M. Sloop Investigator, 1798, 1802 & 3”, London, G. & W. Nicol.

30 TNA Adm55/76/70.

31 Voir par exemple les trois minutes que Flinders fit successivement de ce passage : TNA Adm352/483 (1804), TNA Adm352/481 (1806) et TNA Adm 352/479 (1807).

Pour le golfe de Carpentaria, voir les deux minutes : TNA Adm352/548 (18 Janvier 1804) et TNA Adm 352/549 (9 octobre 1806).

32 Voir aussi Powell, 2010.

33 Voir “The Scientific Crucible of Isle de France: the French Contribution to the Work of Matthew Flinders”, The Journal of the Hakluyt Society, 2014, 1-24.
Disponible en ligne : http://www.hakluyt.com/PDF/Flinders_Mauritius.pdf.

34 Le projet de cette société était « de se livrer en commun à l’étude des sciences, et aux charmes de la conversation », NMM/Fli/12 Journal and letterbook of Matthew Flinders 1806-1807.

35 Flinders Private Journal, 20 janvier 1809.

36 La Gazette nationale, ou le moniteur universel, mentionne l’adoption par la chambre des pairs du projet de loi sur l’abolition de la traite des noirs en mars 1807 (numéro 61). Des exemplaires de ce journal officiel du gouvernement français arrivaient avec un délai de quelques mois en Isle de France. Flinders le consultait par l’intermédiaire de ses amis, comme en témoigne son journal personnel. Il devait donc être au courant de l’acte d’abolition lorsqu’il travaillait à sa carte de Madagascar en 1808.

37 Flinders, 1814, vol2, p. 352.

38 Lucile Haguet souligne en s’appuyant sur l’exemple de l’Egypte ce « passage d’une cartographie savante relevant du vraisemblable à une cartographie relevant de la géographie positive » (Haguet, 2010).

39 Flinders Private Journal, 15 janvier 1808.

40 Flinders Private Journal, 15 janvier 1808.

41 Dans un article qui fut publié dans les Annales de voyages, Capmartin notait, à propos de la baie de Saint-Augustin cartographiée par Nichelson : « Les navigateurs qui, pour aller dans l’Inde, se décident à passer par le canal de Mozambique, ont coutume de relâcher à la baie de Saint-Augustin située dans la partie du sud-ouest de l’île de Madagascar […] Les vaisseaux anglais sont à peu près les seuls qui suivent cette route, et l’on voit rarement les autres nations aborder à Saint-Augustin. Il est étonnant, d’après cela, que les plans de cette baie levés par les Anglais soient aussi peu exacts que j’ai eu l’occasion de m’en convaincre pendant le séjour de la division du général Linois dans ce mouillage ». Capmartin, 1810, p. 55.

42 Quénot avait participé au volet scientifique de la Campagne d’Egypte de Napoléon, dans la section mathématique. Il fixa la longitude du phare d’Alexandrie Jomard, E.-F.: Didot, P. l. a.: Mémoires sur l'Égypte, publiés pendant les campagnes du général Bonaparte dans les années VI et VII., 1799, volume 1, pp. 330-333.

43 Flinders Private Journal, 1 décembre 1807.

44 Flinders Private Journal, 7 décembre 1807.

45 Flinders Private Journal, 27-28 janvier 1808; 11 janvier 1808.

46 British Library, Add MS 18128 1809, folio2.

47 British Library, Add MS 18128 1809, folio2.

48 Laura Péaud (2014, pp. 59-60) montre dans le chapitre 1 de la première partie de sa thèse que « les savoirs géographiques de la fin du XVIIIe siècle et du début du XIXe siècle se caractérisent donc par la coexistence de plusieurs ‘cultures‘ ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : « Carte générale de la Terre australe ou Australie montrant les parties explorées entre 1798 et 1803 par M Flinders, commandant du HMS Investigator »
Crédits Source : Flinders, M., 1814, Atlas of Terra Australis, G & W Nicol, London
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27847/img-1.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Figure 2 Extrait du mémoire de Flinders
Légende “A Memoir explaining the marks used in the charts of Australia constructed on board His Majesty’s Ship Investigator; and the manner in which the latitude, longitude, and variation of the compass were obtained, corrected, and applied in their construction, with some new facts and additional observations upon these and other nautical subjects connected with Australia”, chapitre 4, p. 33.
Crédits Source : The National Archives (TNA) ADM/55/66/54
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27847/img-2.png
Fichier image/png, 296k
Titre Figure 3 : Le détroit de Torres (Torres Strait)
Légende Extrait de la carte de la côte nord de l’Australie faite en Isle de France et reprise à Londres où figurent les routes suivies par les Cook, Bligh et Flinders. Très soucieux d’exactitude, Flinders y précisait la nature de ses observations astronomiques (avec les abréviations « Amp » et « Az » pour Amplitudes et Azimuts) et la direction du navire pendant les relevés (« Head SE by E » par exemple). Il y traçait aussi le dédale des îles et des récifs qui parsemaient dangereusement le passage.
Crédits Source : Flinders, M., 1814, Atlas of Terra Australis, G & W Nicol, London (North Coast, sheet I).
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27847/img-3.png
Fichier image/png, 2,5M
Titre Figure 4 : Madagascar par M. d'Après de Mannevillette
Légende Carte réduite de l'archipel du nord-est de l'Isle Madagascar depuis la Ligne Equinoctiale jusqu'au 21 d 30 m, de latitude méridionale. Le Neptune Oriental, dédiée au roi, par M. d'Après de Mannevillette. Paris : Brest, 1775, planche 22. Extrait de la carte.
Crédits Source : Bibliothèque nationale de France, Département cartes et plans http://catalogue.bnf.fr/​ark:/12148/​cb40596941q
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27847/img-4.png
Fichier image/png, 2,9M
Titre Figure 5 : Madagascar par Lislet Geoffroy, 1819
Légende Carte réduite de l'archipel du nord-est de Madagascar / corrigée à partir des observations les plus récentes de Lislet Geoffroy ; gravée sous la direction de Arrowsmith, 1819. Extrait de la carte.
Crédits Source : Bibliothèque nationale de France, Département cartes et plans http://catalogue.bnf.fr/​ark:/12148/​cb407311046
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27847/img-5.png
Fichier image/png, 504k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dany Bréelle, « Matthew Flinders et la mise en cartes d’un nouvel espace indo-pacifique », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Epistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, document 797, mis en ligne le 07 décembre 2016, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/27847

Haut de page

Auteur

Dany Bréelle

Associate researcher
Flinders University, South Australia
dmbreelle@gmail.com ; dany.breelle@flinders.edu.au

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page