Skip to navigation – Site map
2016

Vanier M., 2015, Demain les territoires : capitalisme réticulaire et espace politique, Paris, Hermann, 213 p.

Dorian Bernadou

Full text

1Le titre de cet ouvrage le positionne sans ambiguïté dans le débat, désormais classique, relatif à l’avenir ou à « fin » des territoires. À l’inverse, son sous-titre est bien énigmatique. L’expression « capitalisme réticulaire » ne désigne pas ici le fait que les acteurs de la production de richesse soient structurés en réseau, ce qui semble aujourd’hui une évidence, mais plutôt « la mise en relation elle-même, la circulation qu’elle représente, qui est l’objet de valeur, donc de profit, plus précisément les technologies, les systèmes, les infrastructures et les infostructures qui permettent ces mises en relation et circulation, quelle qu’en soit la nature » (p. 108).

2Martin Vanier est un géographe qui ne cesse de réinterroger la notion de territoire, et en particulier de territoire politique. Même si son regard sur cet objet se fait, au gré de ces dernières publications, de plus en plus critique (Vanier, 2003, 2008, 2009), il semble difficile d’imaginer de sa part un discours prophétisant – voire prônant – leur disparition. Rappelons que l’auteur, qui a lui-même été élu local, joue un rôle actif au sein de la coopérative Acadie, se positionnant ainsi en tant que consultant et expert auprès des collectivités territoriales. L’objectif de l’ouvrage est, au contraire, de donner à voir la mutation possible de ces territoires par le renforcement et la politisation de leur dimension réticulaire. Le parti pris qui fait l’intérêt de l’ouvrage est de considérer que le capitalisme à la française est un capitalisme de services en réseau et que c’est cette dimension particulière qui vient remettre en cause aujourd’hui le paradigme territorial.

3L’essai est découpé en quatre chapitres qui correspondent en réalité à deux temps dans la construction de l’argumentaire de l’auteur. Les trois premiers chapitres exposent les raisons qui légitiment le dépassement de la perspective territoriale selon trois modalités différentes, alors que le quatrième et dernier chapitre est l’occasion pour Martin Vanier d’exposer ses solutions pour régénérer cette perspective territoriale, permettre qu’elle subsiste sous une autre forme. Dans le premier chapitre sont évoquées les raisons sociales et sociologiques du malaise vis-à-vis du territoire, qui ne permet plus aujourd’hui de dire, en tant qu’individu, ni qui on est, ni ce à quoi l’on a droit, ni même encore quelle est notre place dans la société. Le deuxième chapitre décline les raisons politiques de cet « épuisement » du territoire. Le chapitre 3, consacré aux raisons économiques, vise à faire prendre conscience de la puissance des opérateurs de réseau dans notre pays (de Vinci à Suez Environnement en passant par Orange, Eiffage, Véolia ou Bouygues) et légitime ainsi le sous-titre de l’ouvrage. Ce sous-titre, un peu étonnant au premier abord, « capitalisme réticulaire et espace politique », témoigne d’un positionnement qui fait écho aux thèses portées par l’ouvrage Ces réseaux qui nous gouvernent (Marié et Gariépy, 2000). Le paradoxe du message porté par cet ouvrage réside dans le fait que Vanier préconise de sortir du paradigme territorial tel qu’on le connaît aujourd’hui, mais pas de s’en passer totalement. Le chapitre 4 propose ainsi une réponse ou plutôt des pistes pour une « hybridation du pouvoir des territoires et de la puissance des réseaux » selon trois registres différents : celui de la démocratie, celui de l’action publique et celui de la pensée aménagiste. L’auteur y met clairement en doute la pertinence des réformes territoriales récentes, qui ne sont pour lui qu’un énième redécoupage, et propose de se pencher désormais sur une réforme des modalités et des règles (politiques, fiscales, juridiques et techniques) qui structurent les relations entre territoires. On peut cependant regretter que l’auteur ne soit pas allé plus loin dans la formalisation des solutions proposées, notamment vis-à-vis de la remise en question de la démocratie et de la fiscalité locale telles qu’elles existent aujourd’hui. De même, les concepts qu’il mobilise dans cette dernière partie (scalabilité, réciprocité, interterritorialité, réticularité, hybridité) ne sont pas assez précisément définis alors que le choix de proposer un essai plutôt qu’un ouvrage scientifique classique aurait pu lui permettre de le faire.

4Pour conclure, ce livre éclaire la dialectique territoire-réseau d’un regard neuf et la lecture en sera profitable, au-delà du public traditionnel des géographes, à tous les acteurs de ces territoires politiques que sont les collectivités territoriales, agents ou élus.

Top of page

Bibliography

Marié M., Gariépy M., 2000, Ces réseaux qui nous gouvernent ?, Paris / Montréal, L’Harmattan, 468 p.

Vanier M. (dir.), 2008, Le pouvoir des territoires : essai sur l’interterritorialité, Paris, Economica / Anthropos, 160 p.

Vanier M., 2003, « L’invention des territoires : de la dispute au bien commun », in : Beauchard J. (dir.), La mosaïque territoriale, enjeux identitaires de la décentralisation, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, p. 123-136.

Vanier M., 2009, Territoires, territorialité, territorialisation : Controverses et perspectives, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 228 p.

Top of page

References

Electronic reference

Dorian Bernadou, « Vanier M., 2015, Demain les territoires : capitalisme réticulaire et espace politique, Paris, Hermann, 213 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [Online], Book Reviews, Online since 13 December 2016, connection on 26 March 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/27854

Top of page

About the author

Dorian Bernadou

Université Paris Diderot – Paris 7, UMR 8504 Géographie-cités, France
dorian.bernadou@parisgeo.cnrs.fr

Top of page

Copyright

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Top of page