Navegación – Mapa del sitio
2016

Gravari-Barbas M. et Renard-Delautre C. (dir), 2015, Starchitecture(s) : Figures d’architectes et espace urbain. Celebrity architects and Urban Space, Paris, L’Harmattan, coll. « Gestion de la culture », 270 p.

Odile Plattard

Texto completo

1Fréquemment employé dans la presse depuis la fin des années 2000, le terme starchitecture fait référence aux réalisations architecturales iconiques d’architectes très médiatiques et mondialement connus. Dans cet ouvrage bilingue qui rassemble une dizaine d’articles rédigés par des architectes, géographes, historiens de l’architecture, urbanistes et sociologues, la starchitecture est explorée à plusieurs échelles et selon une pluralité d’aspects. L’ouvrage s’organise en deux parties, s’intéressant dans un premier temps à l’architecte et sa position dans la mondialisation, puis dans un second temps, plus localement, à l’architecture iconique et à son insertion dans l’espace urbain.

2L’ouvrage s’ouvre en évoquant l’emblématique musée Guggenheim de Bilbao, construit par l’architecte Franck Gehry, et qui apparaît comme une référence incontournable quand on parle de starchitecture. Avec cet exemple sont très rapidement abordés plusieurs questionnements qui sont développés par la suite au fil des chapitres. La notion renvoie d’emblée au fait que l’élément architectural constitue un outil permettant aux villes de se démarquer internationalement et de trouver une place dans la mondialisation. L’ouvrage présente également l’apparition du phénomène comme venant conforter le passage de la société industrielle à une société culturelle, tout en précisant le rôle déterminant de la société capitaliste dans cette émergence. Le rôle de l’architecte, et plus spécifiquement des starchitectes, dans ce contexte est ensuite posé. En effet, à travers la starchitecture se développe l’idée d’identification iconique d’une ville et de son image de marque. Le bâtiment devient le symbole rendant unique et reconnaissable la ville sur le plan mondial. Sur fond de société consumériste, les bâtiments emblématiques comme les bibliothèques et musées permettent notamment une commercialisation de la marque et un rayonnement touristique de la ville. Ces ouvrages d’architectes apparaissent en définitive comme la vitrine d’un territoire et sont appelés à devenir des emblèmes territorialisés qui se rendent indispensables.

3La starchitecture n’est pas née du simple fait d’architectes avant-gardistes. L’ouvrage met aussi en avant le rôle qu’ont joué les médias dans l’émergence du phénomène. C’est en effet parce que cet avant-gardisme et l’audace architecturale des starchitectes sont médiatisés que les maîtres d’ouvrage (mairie, collectivité locale…) tendent de plus en plus à faire appel à un architecte célèbre. En s’interrogeant sur cette médiatisation et les incidences qu’elle peut engendrer sur le métier d’architecte, l’ouvrage se penche également sur le rôle social de l’architecte. En effet, par son œuvre architecturale, ce dernier est amené à intervenir sur l’urbain. La question se pose, dans le cas de la starchitecture, de la connexion de ces bâtiments « œuvres d’art » avec leur environnement urbain et les infrastructures territoriales. L’ouvrage met en évidence la rupture avec l’essence première de la profession qui « pour l’essentiel fonctionne en dehors de la zone d’attraction du star system mondial. Les architectes étant occupés à concevoir des projets destinés à s’insérer sans tambour ni trompette dans le tissu urbain quotidien » (p. 15).

4Enfin, le livre aborde le positionnement anti-starchitecture qui a commencé à poindre à la fin des années 2000. En effet, sur fond de crise économique, les critiques concernant les dépassements budgétaires deviennent de plus en plus récurrentes ces dernières années. À cela, l’ouvrage ajoute d’autres aspects comme un changement d’esthétique architecturale qui rend obsolètes les formes extravagantes, ou encore une plus grande attention portée aux aspects patrimoniaux et environnementaux. La question de la fin de la starchitecture est donc posée, plus spécifiquement d’ailleurs pour les pays occidentaux. Ainsi, l’ouvrage donne à voir le déplacement du phénomène vers les pays du Moyen-Orient et de l’Asie, comme en témoigne l’exemple des constructions de grands musées iconiques européens tels que le musée Guggenheim ou le Louvre à Abou Dabi.

5Tout au long de ses différents chapitres, ce livre donne au lecteur des clés indispensables pour analyser de manière approfondie la starchitecture et sa place dans la société contemporaine. Il ne s’interroge pas seulement sur la position de l’architecte, mais aussi sur celle des maîtres d’ouvrage désirant une création architecturale « phare » pour leur territoire et confortant ce faisant la starchitecture. Le style d’écriture est fluide et permet une mise en perspective rapide des éléments sollicités dans chaque chapitre. L’objectif de pluridisciplinarité est quant à lui pleinement atteint, en particulier entre l’architecture, l’urbanisme et la sociologie. Le lectorat, architecte ou non, urbaniste ou non, trouvera ici un ouvrage à la fois très accessible et suffisamment précis pour s’interroger sur l’architecture et sa place dans la société contemporaine.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Odile Plattard, « Gravari-Barbas M. et Renard-Delautre C. (dir), 2015, Starchitecture(s) : Figures d’architectes et espace urbain. Celebrity architects and Urban Space, Paris, L’Harmattan, coll. « Gestion de la culture », 270 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En línea], Revista de libros, Publicado el 14 diciembre 2016, consultado el 26 marzo 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/27856

Inicio de página

Derechos de autor

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Inicio de página