Navigation – Plan du site
1996
Les Bonnes Feuilles du PIRVILLES

L’information routière : quel effet sur le trafic ?

Le courrier du CNRS, n ° 82, 1996, pp.142-144.
Simon Cohen

Texte intégral

1Première rocade autour de la capitale, le boulevard périphérique accueille chaque jour plus d'un million de véhicules - dont 10% de poids lourds - pour un trajet moyen de l'ordre de 7 km. Depuis mai 1994, date de la mise en place de l'opération "expérimentation temps de parcours", les usagers sont informés des conditions de circulation rencontrées sur l'ouvrage par le biais de panneaux à messages variables, répartis sur l'ensemble du corridor : sur le périphérique lui-même, à ses accès et sur les boulevards des Maréchaux.

2Depuis près d'une décennie, la Ville de Paris a progressivement mis en place un système d'affichage des longueurs de retenues observées par les opérateurs sur le boulevard périphérique.

Temps de parcours ou bouchon ?

3Cette stratégie a été modifiée afin d'expérimenter - dans le cadre d'un programme européen de démonstration - un affichage jusqu'ici inédit, fondé sur le temps de parcours. Cet affichage s'effectue entre six pôles de référence, correspondant aux principaux échangeurs autoroutiers. Ce choix du temps de parcours comme information de base repose sur des considérations diverses. Il s'agit d'une variable commune à tous les modes de transport, permettant de comparer les solutions alternatives pour un déplacement sur la base d'un même critère de temps. Le temps de parcours peut techniquement être diffusé via toute une panoplie de supports. Pour l'usager enfin, il s'agit d'un paramètre aisément compréhensible, ce qui n'est pas la moindre de ses vertus.

4Pour afficher des temps de parcours sur un itinéraire, l'exploitant doit disposer d'un algorithme de calcul permettant d'estimer cette variable en temps réel, à partir des données de trafic fournies par les systèmes de recueil. Le temps de parcours est ainsi approximé à partir des acquisitions de base : débit, taux d'occupation et vitesse moyenne. Avec ce procédé, l'erreur relative moyenne d'estimation est à peine supérieure à 10%, ce qui représente un niveau de précision tout à fait acceptable.

Des variations à la marge

5Une expérience destinée à comparer les effets de l'affichage a été mise en place par la Ville de Paris et divers partenaires. Les deux catégories de messages "bouchon" et "temps de parcours" ont été diffusés en alternance, une semaine sur deux, de mai à juillet 1994. L'évaluation comparative repose en premier lieu sur une analyse quantitative, fondée sur des critères de distance, de temps et de vitesse, habituellement utilisés par les exploitants de réseaux routiers.

6Un premier élément issu de cette analyse concerne la charge respective des diverses parties du corridor. Le périphérique écoule 80% du trafic contre 20% écoulés par les boulevards des Maréchaux. Il offre de plus à ses usagers une vitesse moyenne supérieure à 40 km/h, plus élevée de 16 km/h que celle observée sur les boulevards des Maréchaux.

7La comparaison des deux situations d'affichage, dans les conditions précédemment décrites, révèle les éléments d'appréciation suivants :

  • les variations de trafic entre les deux stratégies demeurent globalement faibles;

  • avec la stratégie "temps de parcours", le temps passé sur le boulevard périphérique augmente de 2,7% par rapport à l'affichage "bouchon". Il diminue de 2% sur les boulevards des Maréchaux. La figure 1 illustre bien ce phénomène sur la partie intérieure du périphérique : la chronique de vitesse moyenne reste généralement la plus élevée lorsque l'ouvrage est exploité avec l'affichage "bouchon";

  • la distance parcourue reste pratiquement constante. Ce constat vaut aussi bien pour l'ensemble du corridor que pour chacune de ses composantes. Il n'implique pas toutefois une absence totale de délestage ou de reports éventuels consécutifs à un mode d'affichage particulier;

  • les variations les plus marquées concernent la partie sud du corridor;

  • l'observation des reports de trafic entre le boulevard périphérique et les boulevards des Maréchaux suggère une diminution des sorties du boulevard périphérique en affichage "temps de parcours", essentiellement en cas de congestion.

8Si ces divers résultats sont statistiquement significatifs, il reste cependant difficile de conclure que les quelques variations observées -même marginales- sont imputables à la seule modification de la stratégie d'information.

La stabilité de l'écoulement

9Une appréciation qualitative de l'effet de l'affichage complète ces premières conclusions. Elle repose sur l'utilisation de la cartographie automatique du trafic comme outil de diagnostic global des conditions de circulation. Elle permet d'élaborer automatiquement des cartes synthétisant les conditions de circulation, de recenser les principales perturbations de trafic et de déterminer leurs caractéristiques essentielles. La figure 2 illustre la comparaison du fonctionnement de la chaussée intérieure, sur la partie nord du périphérique, exploitée en alternance avec chacune des deux stratégies d'affichage de l'information. Les contours de congestion sont déterminés à partir du tracé des courbes iso-taux d'occupation d'intervalle 25%, seuil de saturation de l'ouvrage.

10L'approche qualitative corrobore les conclusions de la première analyse. La physionomie des conditions de circulation apparaît dans l'ensemble peu modifiée. La localisation spatio-temporelle des principales pointes ne semble pas outre mesure affectée par la nature de l'information diffusée. Les caractéristiques de durée de congestion et de longueur de tronçons saturés restent assez stables. Un examen précis révèle toutefois une légère extension de certaines zones à forte densité de trafic sur le boulevard périphérique exploité avec l'affichage "temps de parcours". Ainsi par exemple, la pointe du matin entre Pantin et Bagnolet (numérotée 1 sur la figure 2) prend fin plus tardivement avec l'affichage "temps de parcours" qu'avec l'information "bouchon".

Un effet anti-stress

11Diverses enquêtes, réalisées auprès de plusieurs milliers d'automobilistes, en sortie du boulevard périphérique et sur les boulevards des Maréchaux, reflètent l'accueil favorable réservé au nouveau système d'affichage des temps de parcours. Ces nouveaux messages sont bien compris par la quasi-totalité des usagers. 49% des conducteurs interrogés jugent les informations diffusées tout à fait utiles, 22% les considèrent comme plutôt utiles. Quatre personnes sur cinq estiment les informations tout à fait fiables (43%), ou plutôt fiables (40%). Enfin, les trois quarts des personnes interrogées font état d'une amélioration effective de leur confort de conduite et d'un effet "anti-stress" patent.

12Par rapport aux conditions observées précédemment avec l'affichage "bouchon", la diffusion des temps de parcours n'entraîne pas, à court terme, d'incidence notable sur le trafic du corridor périphérique de Paris. Le succès de la formule tient davantage à la crédibilité de l'information diffusée et à ses effets bénéfiques sur le confort de conduite. Ces résultats, jugés probants par la Ville de Paris, l'ont incitée à pérenniser cette pratique d'affichage des temps de parcours sur les panneaux à messages variables.

13Diverses questions demeurent encore en suspens. Ainsi, comment apprécier à long terme l'impact de l'information routière sur la sécurité des usagers ? Comment étendre la pratique de l'affichage des temps de parcours sur les réseaux maillés offrant des itinéraires et des destinations multiples ? Comment procéder sur les artères urbaines équipées de carrefours à feux pulsant le trafic des véhicules et des piétons ? Autant de défis méthodologiques et organisationnels qui requièrent le concours des techniciens et des exploitants, sans oublier qu'en la matière, le mot de la fin reviendra tout naturellement à la grande communauté des usagers.

Haut de page

Bibliographie

Cohen S., Ingénierie du trafic routier. Eléments de théorie du trafic et applications., Paris, Presses de l'Ecole Nationale des Ponts et Chaussées, nouvelle édition, 1993.

Haj-Salem H., Cohen S., Papageorgiou M., Seddiki E., Field trial results of VMS travel time display on the "corridor peripherique" of Paris, Proceedings of Applications of Advanced Technologies in Transportation (AATT), Italy, Capri, June 1995.

James B., Lancelin C., L'affichage des temps de parcours sur le boulevard périphérique de Paris : une première européenne, Revue TEC, n° 126, p. 14-18, septembre-octobre 1994.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/279/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/279/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Cohen, « L’information routière : quel effet sur le trafic ? », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Dossiers, mis en ligne le 12 avril 1996, consulté le 18 août 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/279 ; DOI : 10.4000/cybergeo.279

Haut de page

Auteur

Simon Cohen

Directeur de recherche

Institut national de recherche sur les transports et leur sécurité, Département analyse et régulation du trafic, 2, avenue du Général Malleret-Joinville, 94114 Arcueil Cedex.

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page