Navigation – Plan du site
2017
806

Reconquérir les cours d’eau pour aménager la ville

Reclaiming the rivers to develop the city
Sylvain Rode

Résumés

Les projets actuels d’aménagement des deux cours d'eau qui traversent Perpignan dessinent une association étroite entre le processus de (re)valorisation des rivières et un certain nombre d’enjeux urbanistiques majeurs. L’aménagement des berges et leur requalification en espaces publics de qualité, s’ils doivent contribuer à changer l’image des rives urbaines mais aussi, plus largement, des quartiers environnants, interrogent les relations de la ville et des urbains à la nature. Cette mise en valeur n’est pas dénuée d’ambiguïtés. Elle est souhaitée par la collectivité publique pour servir des objectifs urbanistiques jugés importants (introduction d’espaces de nature en ville, densification urbaine, renouvellement urbain et atténuation des contrastes socio-spatiaux, etc.), mais aussi utilisée à leur profit par des acteurs privés dans le cadre des opérations d’aménagement urbain qu’ils conduisent. Cette mise en valeur des rivières, en se focalisant sur les berges et les espaces urbains riverains, et en privilégiant les enjeux d’aménagement urbain, ne contribue en revanche qu’assez peu à une gestion plus écologique des cours d’eau.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les projets d’aménagement urbain actuels, « instruments privilégiés de la transformation de l’espace et de l’organisation du développement urbain » (Arab, 2007), sont souvent présentés par leurs maîtres d’ouvrage comme emblématiques de la mise en œuvre de nouveaux référentiels en matière d’urbanisme, en phase avec le paradigme du développement durable. Cette vertu supposée des projets d’aménagement urbain contemporains se déclinerait sur deux plans distincts. Sur le plan procédural d'une part, à travers les négociations et interactions qui s’établissent entre les différents acteurs qui portent des projets et contribuent à leur conception (Ascher, 2010). Sur le plan substantiel d’autre part avec l’accent mis sur de nouvelles priorités dans le contenu du projet d’aménagement : « urbanisme écologique » (Paquot, 2010), renouvellement urbain et densification, développement des mobilités douces, mixité sociale, etc. C'est cette seconde dimension que nous souhaitons ici explorer afin de mettre en évidence la manière dont deux projets d'aménagement urbain mis en œuvre à l'interface ville-rivière peuvent contribuer à l'atteinte d'objectifs éminemment urbanistiques.

2A travers une analyse des projets actuels d'aménagement de la Têt (un fleuve méditerranéen caractérisé par son régime hydrologique très irrégulier) et de la Basse (une petite rivière urbaine) à Perpignan, nous nous interrogeons sur la place occupée par les cours d’eau dans le projet urbain, sur la nature du projet d’aménagement qui sous-tend ces opérations. Dans le contexte d'une ville moyenne (120 000 habitants) marquée par une forte dissymétrie spatiale et sociale de part et d'autre du fleuve qui la traverse, par la pauvreté et les difficultés économiques de son centre-ville, ainsi que par une volonté – exprimée par son PLU révisé – de favoriser le renouvellement urbain et la densification plutôt que l'extension urbaine, quels sont les objectifs urbanistiques assignés à l’aménagement des berges de ces cours d'eau ? Dans quelle mesure la reconquête et la mise en valeur des cours d'eau urbains sont-ils utilisés par les acteurs de la fabrique de la ville pour apporter des solutions à des enjeux actuels d'aménagement urbain qui n’ont souvent qu’un rapport lointain avec le cours d’eau et son fonctionnement ? C’est ainsi la question d’une valorisation du cours d’eau dans l’aménagement urbain non dénuée d’ambiguïtés (Carré, Deutsch, 2015) qui est explorée.

  • 1 Depuis le 1er janvier 2016, la communauté d'agglomération Perpignan Méditerranée Communauté d'Agglo (...)

3Nous nous fondons pour cela sur l’analyse de deux projets d’aménagement urbain mis en œuvre à Perpignan en lien avec les cours d’eau qui traversent la ville (figure 1). En juin 2015 y a été inaugurée une passerelle piétonne enjambant la Têt. La mairie et la communauté urbaine1 ont souhaité se saisir de l’arrivée de cet équipement comme d’une occasion pour poursuivre et amplifier le processus d’aménagement et de mise en valeur du fleuve dans sa traversée de l’espace urbain. Alors que des premiers aménagements ponctuels ont vu le jour durant les années 2000, le projet de territoire de la communauté urbaine a mis à l’agenda la poursuite de l’aménagement des berges de la Têt en rive gauche. Les travaux y ont démarré fin 2016. En mars 2014, c’est la Basse, un affluent de la Têt, qui était sous le feu des projecteurs locaux avec l’ouverture au public d’un parc urbain situé sur ses berges et baptisé les « Jardins de la Basse », témoin d’un processus de reconquête et de mise en valeur d’un tronçon de ce cours d’eau en amont de sa traversée du centre-ville. Un nouveau quartier est actuellement en cours de construction sur les rives de la Basse en bordure de ce parc urbain.

Figure 1 : Deux projets d’aménagement urbain à l’interface ville/fleuve

Figure 1 : Deux projets d’aménagement urbain à l’interface ville/fleuve

4La première partie est dédiée à un rapide état de l’art, qui permet de positionner ce travail dans le champ scientifique des relations entre villes et fleuves et du réaménagement des fronts d’eau urbains, ainsi qu'à une explicitation des méthodes de recherche mobilisées. Nous analysons ensuite la manière dont est mise en œuvre la requalification paysagère des berges de la Basse, puis montrons dans une troisième partie comment ces aménagements paysagers sont mis au service de l’aménagement urbain. La quatrième et dernière partie analyse la manière dont le processus de reconquête de la Têt dans sa traversée de Perpignan est mobilisé pour apporter des réponses à des enjeux majeurs d’aménagement urbain.

Les liens entre reconquête des cours d'eau et aménagement urbain saisis par des méthodes qualitatives

Un champ scientifique riche

5Ce travail s'inscrit dans un champ scientifique déjà ancien et largement investigué : la question des relations entre villes et fleuves et du réaménagement des fronts d'eau urbains. En Amérique du Nord, l'enjeu de la reconquête des waterfronts émerge dans les années 1960 lorsque les villes-ports entament la reconversion de ces espaces fluviaux ou littoraux délaissés par l'industrie et les activités portuaires (Gravari-Barbas, 1998). En France, comme le souligne S. Bonin (2007), « les espaces fluviaux sont arrivés dans les réflexions des urbanistes » dans les années 1980. A Lyon par exemple, C. Gérardot (2004) souligne que le point de départ de la reconquête du Rhône et de la Saône se situe en 1981 avec la création de la commission « Lyon, ville fluviale ». Cette question de la place nouvelle des cours d'eau en ville a ensuite donné lieu à de multiples travaux de recherche en géographie et aménagement. Parmi les travaux pionniers, on pourra citer ceux de Jean Labasse (1989), André Guillerme sur la Seine (1990), Jean Pelletier (1990) – qui mentionne, parmi bien d'autres exemples mobilisés pour sa démonstration, la Basse à Perpignan au titre des petites rivières urbaines – ou encore Jacques Bethemont et André Vincent sur le Rhône (1998). Nombre de travaux récents ont également été publiés sur cette question, chacun privilégiant un angle particulier : les discours (des élus : Gérardot, 2004 et 2007 ; de la presse : Comby, 2013), le risque inondation (Delahaye, 2004 et 2009 ; Rode, 2010), le paysage (Bonin, 2007 ; Romain, 2010a et 2010b ; Salles, 2011). Par-delà la diversité apparente des approches, tous ces travaux ont pour point commun d'interroger les objectifs et les modalités de la reconquête des fleuves en ville et du réaménagement des fronts d'eau urbains.

6Si cette question appliquée à la Têt dans sa traversée de Perpignan a déjà été traitée dans les travaux de Fanny Romain (2010a et 2010b), l'enjeu est ici de les prolonger en s’appuyant sur leurs apports et en intégrant à l’analyse l’aménagement des berges de la Basse. De fait, depuis ces travaux, le processus de reconquête et de réaménagement des berges de la Têt et de la Basse à Perpignan s’est poursuivi activement, de nouveaux projets ont vu le jour et de nouveaux aménagements ont été réalisés. Le long de la Basse, cours d’eau dont l’aménagement n’est pas au cœur des analyses de F. Romain et n’est mentionné qu’incidemment (p. 175-176 et p. 214 à 216 dans sa thèse), un parc urbain a été réalisé en amont du centre-ville et est désormais ouvert au public ; le nouveau quartier qui le jouxte en rive droite est en cours de construction. Pour ce qui est de la Têt, qui était elle au cœur des analyses de F. Romain, là aussi de nouveaux équipements ont été réalisés (théâtre de l’Archipel, passerelle piétonne) et un nouveau projet de valorisation des berges en rive gauche a été mis à l’agenda politique et conçu par l’équipe de maîtrise d’œuvre retenue. L’ensemble de ces nouveaux éléments et l’intégration d’un autre cours d’eau perpignanais dans les analyses sont de nature à justifier un travail nouveau, complémentaire, qui étudie ces aménagements récents au regard des travaux antérieurs de F. Romain (2010a et 2010b).

Des méthodes qualitatives pour saisir le sens des projets

7Du point de vue méthodologique, ce travail s'inscrit dans une approche privilégiant les méthodes qualitatives.

  • 2 Association créée en 1993 sous l'impulsion du nouveau maire de l'époque, Jean-Paul Alduy, et reconn (...)
  • 3 Cette « table ronde des acteurs du projet » a été organisée dans le cadre d’un enseignement du Mast (...)

8De fait, pour mener à bien cette étude, douze entretiens semi-directifs (d'une durée d'1h/1h15 en moyenne, l'un ayant duré près de 2h) ont été menés d’octobre 2014 à mars 2016 auprès d’acteurs-clés de ces deux projets d’aménagement. Nous avons privilégié les entretiens avec des techniciens représentant les collectivités publiques qui assurent la maîtrise d'ouvrage de ces projets. Sept entretiens ont ainsi été menés avec des représentants de quatre directions différentes au sein des services municipaux de Perpignan, en choisissant soit les chefs de projet soit les responsables de direction, tous investis dans les projets étudiés. Deux entretiens ont également eu lieu avec le chef de projet d'aménagement des berges de la Têt au sein des services de la Communauté urbaine. Un entretien a été mené avec l'ancien maire de Perpignan – mandat achevé en 2009 – et ancien président de la Communauté d'agglomération – mandat achevé en 2014. C'est en effet cet élu qui, au cours de ses mandats, a engagé la dynamique de reconquête et de réaménagement du fleuve dans la ville. Deux entretiens avec des bénévoles de l'Atelier d'urbanisme2 ont aussi été conduits. Par ailleurs, la parole des différents acteurs, qu'ils soient publics, privés (aménageur, architecte, paysagiste) ou associatifs, du projet d'aménagement de la Basse a pu être recueillie grâce à l'organisation d'une « table ronde des acteurs du projet »3 en mars 2015. Pour le projet d'aménagement des berges de la Têt, un travail d'observation a également été mené à travers la participation à trois réunions publiques (entre décembre 2014 et avril 2016). Celles-ci ont permis de saisir le processus collectif de conception du projet d'aménagement, les rôles et visions respectifs ainsi que les interactions entre les acteurs publics, privés et associatifs parties-prenantes. Grâce à l’analyse croisée de l'ensemble de ces discours, il s'est agi de comprendre la manière dont ces projets étaient envisagés par chacun de ces acteurs, les objectifs qu’ils leur assignaient, les représentations des cours d’eau urbains qu’ils véhiculaient.

  • 4 Daniel Hamelin, 2010, Du mythe à la réalité. Tome II, Chronique du projet urbain de la gare de Perp (...)

9Enfin, un corpus de documents iconographiques et cartographiques produits à l’occasion de ces deux projets d’aménagement a été analysé. Là encore, l’objectif était de cerner les représentations du projet que donnaient à voir ces documents. Pour le projet d'aménagement de la Basse, le corpus était constitué d'un ouvrage publié par la mairie de Perpignan sur le projet urbain d'ensemble de la gare TGV4, dans lequel s'inscrivent les opérations d'aménagement le long de la Basse analysées dans cet article. Il était aussi composé de multiples documents : études préalables, croquis d'aménagement paysager et de composition urbaine produits par la mairie, les bureaux d'études ainsi que par l'Atelier d'urbanisme, présentations du site et du projet de parc urbain réalisées à l'occasion de réunions publiques, plaquettes de présentation du nouveau quartier par l'aménageur, etc. L'ensemble de ce corpus permettait de saisir les objectifs de ce projet, ainsi que de reconstituer les évolutions qu'il a pu connaître au fil de son déroulement dans l'interaction des différentes parties prenantes. Pour ce qui est du projet d'aménagement des berges de la Têt, le corpus documentaire était moins étoffé (quelques études préalables, le cahier des charges de la consultation pour le choix de l'équipe de maîtrise d'œuvre, le projet de territoire de la Communauté urbaine). En effet, ce projet étant en cours de conception au moment des enquêtes, les documents étaient moins nombreux et plus difficiles d'accès, nous avons donc choisi de privilégier la rencontre avec les acteurs via les entretiens et l'observation directe via les réunions publiques.

La reconquête d'une marge urbaine via un aménagement paysager

Changer l’image du quartier grâce à la requalification paysagère des berges

  • 5 Notamment dans Daniel Hamelin, 2010, Du mythe à la réalité. Tome II, Chronique du projet urbain de (...)

10Se présentant jusque-là comme une marge urbaine délaissée au sein du tissu urbain, le tronçon de la Basse en amont du centre-ville (figure 1) a été débroussaillé, paysagé, ouvert sur l'extérieur à travers l'aménagement d'un parc urbain linéaire de 3,5 hectares baptisé les « Jardins de la Basse ». Afin de justifier et légitimer le processus de reconquête de cet espace par les pouvoirs publics via son aménagement, les documents diffusés par la mairie5 insistent sur les problèmes de sécurité et donnent à voir la situation avant intervention, à travers une série de photos mettant l'accent sur le caractère dégradé des lieux (épaisses broussailles, cabanes précaires type bidonville évoquant la présence de squatteurs, multiples détritus). Est ainsi brossé le tableau d'un espace qui, bien qu'au cœur de la ville, ne serait pas réellement intégré à celle-ci car échappant au fonctionnement ordinaire et quotidien des quartiers voisins et aux règles de la planification urbaine (Sierra, Tadié, 2008). Bref, une véritable marge urbaine, au sens spatial – un espace dégradé, non entretenu et difficilement accessible pour les riverains – comme social – un espace de marginalité. Ces caractéristiques renvoient aux dimensions de la marge énoncées par B. Prost (2004) : « la marge est excentrique à l'organisation territoriale (que cette excentricité soit spatiale ou fonctionnelle), elle est en rupture avec elle (de façon brutale ou progressive), il s'agit d'une situation temporaire ». Il serait donc légitime – eu égard aux représentations négatives qui s'y attachent – de résorber cette marge urbaine en l'aménageant et ainsi en l'intégrant au territoire urbain environnant. L'intervention publique sur les berges de la Basse, à travers l'aménagement d'un parc urbain, se donne ainsi pour objectif de mettre fin à cette situation de marginalité, en réinscrivant cet espace dans le système territorial et ses normes (Prost, 2004). L'aménagement paysager des berges du cours d'eau doit permettre d'inverser l'image de cette ancienne friche urbaine. De fait, « le traitement de l’espace public joue un rôle déterminant dans le renouvellement des représentations et des usages » (Duarte, Seigneuret, 2011). C'est bien ce qui justifie l'intervention de la collectivité, qui porte et finance cette opération d'aménagement d'un parc urbain. Ici comme pour les aménagements mis en œuvre sur les berges de la Têt dans les années 2000 à Perpignan ou sur le Lez vert à Montpellier, « l'utilisation de codes propres aux espaces verts rend possible l'identification des berges comme espace public » (Romain, 2010b). Il s'agit bien de transformer l'image et les usages des berges de la rivière, afin de les rendre accueillantes et accessibles pour les urbains.

  • 6 Expression utilisée par le paysagiste Michel Desvignes, Grand Prix d'urbanisme en 2011, http://www. (...)
  • 7 Entretien du 12 novembre 2014 (Direction du cadre de vie, mairie de Perpignan).

11Ce parc urbain, aménagé le long du cours d'eau avant le nouveau quartier voisin, peut par ailleurs être analysé comme une forme d'opération de préverdissement (Guinaudeau, 1987), voire comme un « paysage de préfiguration6 ». « Il fallait qu’on montre ce que ça pouvait devenir, […] il ne fallait pas attendre que ce soit urbanisé pour faire le parc »7. Ce parc doit donc donner à voir de manière anticipée un quartier agréable à vivre grâce à ses espaces publics naturels de proximité. Et ainsi participer à l'inversion de l'image négative des friches urbaines traitées dans le cadre de cette opération, en servant d'écrin vert pour le futur quartier.

Un aménagement doux des berges dans le cadre d’un gradient d’artificialisation

  • 8 Ibid.
  • 9 Ibid.
  • 10 Ibid.
  • 11 Ibid.

12L'aménagement des berges de ce tronçon de cours d'eau en un parc urbain s'est fait selon le principe de « gradient d'artificialisation »8 consistant à créer ici une séquence plus naturelle que celle, très artificialisée et entretenue de manière intensive par les jardiniers communaux, de la rivière dans sa traversée du centre-ville plus en aval (caractérisée ainsi par F. Romain (2010b) : aménagement « de type horticole : pelouse rase et composition de parterres floraux, non accessibles au public » ; fig. 2). De fait, le directeur du service de la mairie ayant assuré la maîtrise d'ouvrage de ce parc urbain, paysagiste de formation, revendique pour ce tronçon des choix d'aménagement doux, prenant résolument le contrepied des choix d'aménagement antérieurs en centre-ville. Il caractérise ainsi ce parc comme une « évocation des milieux aquatiques »9 où domine « la palette végétale d'une rivière méditerranéenne »10. Il ne s'agirait plus de dompter ou de refaçonner intégralement le milieu naturel pour en faire un décor aseptisé et pseudo-naturel, mais au contraire d'ouvrir cet espace au public en préservant au maximum les caractéristiques du milieu naturel (la ripisylve, par exemple, a été préservée) et en l'artificialisant le moins possible. Si des interventions de décapage du sol et de débroussaillement ont dû être menées, cela a été avec le souci de ne faire que des dégâts minimes et « réversibles »11 et de favoriser la résilience du milieu naturel. Cet aménagement de la Basse en séquences, selon un gradient d’artificialisation longitudinal, est directement inspiré des différentes séquences du Lez à Montpellier (Lez naturel, Lez vert, Lez urbain). Et pour cause, l’actuel directeur du service de la mairie de Perpignan ayant assuré la maîtrise d'ouvrage de ce parc urbain était jusqu’en 2008 paysagiste au sein du service Paysage Nature de la mairie de Montpellier et a travaillé sur l’aménagement du Lez vert. Il a ainsi appliqué à l’aménagement de ce tronçon de la Basse à Perpignan le principe mis en œuvre quelques années plus tôt dans une autre collectivité.

Figure 2 : Des tronçons de rivière aménagés différemment : un gradient d’artificialisation longitudinal

Figure 2 : Des tronçons de rivière aménagés différemment : un gradient d’artificialisation longitudinal
  • 12 La notion de continuité écologique, introduite par la Directive Cadre sur l’Eau de 2000, est défini (...)
  • 13 Entretien du 12 novembre 2014 (Direction du cadre de vie, mairie de Perpignan).

13Outre son acception longitudinale (distinguant différentes séquences de la rivière aux aménagements différenciés), le principe de gradient d'artificialisation est également décliné en travers ou en coupe (fig. 3). Si pour la rivière en elle-même et ses berges les enjeux majeurs sont de reconstituer une continuité écologique12 latérale grâce à la mise en œuvre de techniques de génie écologique (fascines, refuges pour la faune) et de préserver la naturalité des lieux par des aménagements doux (cheminement en mélange terre-pierre au bord de la rivière) et ponctuels (quelques pontons en bois pour permettre en certains points une proximité du public avec l'eau), plus on s'éloigne de la rivière pour se rapprocher des immeubles, plus les aménagements et équipements sont présents et leur artificialité marquée (fig. 3). C'est particulièrement net pour ce qui est des cheminements doux : « plus on s'éloigne [du cours d'eau], plus les cheminements sont soignés, plus ils sont éclairés, plus ils sont larges, plus ils sont aménagés »13.

Figure 3 : Les Jardins de la Basse : de la rivière au nouveau quartier, un gradient d’artificialisation latéral

Figure 3 : Les Jardins de la Basse : de la rivière au nouveau quartier, un gradient d’artificialisation latéral

14C'est bien une conception différente de l'insertion d'un espace de nature en ville que ses concepteurs proposent sur ce tronçon de la Basse. Cette évolution dans le traitement des berges selon les tronçons et les époques donne à voir un nouveau rapport de la ville à la nature, deux types d'espaces de nature distincts ayant vu le jour le long des berges de la Basse : le tronçon traversant le centre-ville illustre une forme de « nature aménagée [...] à caractère horticole » (Arnould et alii, 2011), tandis que le tronçon en amont du centre-ville illustre plutôt une forme de « nature entretenue » (ibid.), dans laquelle l'intervention humaine, bien plus mesurée, « est considérée comme positive parce qu'elle accroît la biodiversité » (ibid.). Cela correspond à un changement de représentation de la ville : longtemps envisagée comme « le milieu artificiel, l’anti-nature » (Arnould, 2006), elle est aujourd’hui reconnue « comme un “écosystème” à part entière » (Boutefeu, 2007), un espace de biodiversité riche. Désormais, les nouveaux modes d’aménagement des espaces de nature en ville se doivent de contribuer pleinement à cette biodiversité urbaine.

15Ces aménagements différenciés du cours d'eau et de ses berges sont également symptomatiques d'un changement progressif de paradigme dans l'aménagement des cours d'eau, de l'aménagement au ménagement (Rode, 2015), de l'artificialisation lourde à une artificialisation plus modérée. Toutefois, cet aménagement du cours d’eau et de ses berges, pour plus doux qu’il soit, ne va pas jusqu’à la renaturation (Scherrer, 2004 ; Brun, 2011), ne contribue que marginalement à la « restauration physique du cours d’eau » (Carré, Deutsch, 2015). De fait, tout comme à Montpellier pour le Lez (Romain, 2010a et 2010b), cet aménagement de la Basse en séquences, « selon une gradation du plus au moins naturel » (Carré, Deutsch, 2015), ne conduit pas à la mise en cause de sa canalisation dans la traversée du centre-ville. Si ce projet d’aménagement des « Jardins de la Basse » prend en charge la question de la continuité écologique latérale à travers un aménagement doux du lit et des berges, il éclipse en revanche totalement la question de la continuité écologique longitudinale de cette petite rivière urbaine très artificialisée sur certains tronçons (amont de l’A9 et dans la traversée du centre-ville, cf. fig. 1 et 2), se focalisant sur un réaménagement ponctuel des berges largement mis au service d’enjeux d’aménagement urbain.

La nature-agrément au service de l'aménagement urbain ?

16La réalisation de ce parc urbain le long de la Basse, décidée et portée par la mairie, semble servir les intérêts de plusieurs acteurs privés de l'aménagement du nouveau quartier développé à proximité, qui utilisent sa présence à leur profit.

La nature pour faire accepter la densité urbaine ?

  • 14 Réunion publique de présentation du PLU révisé du 17 décembre 2014.

17Dans la perspective de promotion d’un développement urbain durable – affichée comme un objectif central des politiques publiques d’aménagement en France depuis le début des années 2000 –, la lutte contre l’étalement urbain devient un enjeu majeur. Avec la loi Solidarité et Renouvellement Urbains (SRU) du 13 décembre 2000, le législateur souhaitait favoriser le renouvellement de la ville sur elle-même par la densification des tissus déjà urbanisés afin d’économiser l’espace et ainsi contribuer à freiner l’étalement urbain périphérique. Ainsi, « la lutte contre l’étalement devient un leitmotiv tout en faisant resurgir la problématique des densités » (Andres, Bochet, 2010). Cette volonté de réduire la consommation de foncier doit pouvoir s’articuler avec l’objectif de construire plus de logements pour répondre aux besoins. « Le manque de logements en zones denses est par ailleurs une réalité largement partagée, […] les politiques de renouvellement urbain et d’intensification résidentielle n’ont pas encore produit une offre de nature à calmer les processus d’étalement » (Djellouli et alii, 2010). La lutte contre l’étalement urbain périphérique apparaît ainsi indissociable d’une politique volontariste visant à « accroître l’offre foncière disponible dans la ville agglomérée » (Desjardins, 2007). Les villes adaptent progressivement leurs démarches d'aménagement et leurs documents d'urbanisme à ce nouveau paradigme. Ainsi le PLU nouvellement révisé de la ville de Perpignan (approuvé en 2016) met-il l'accent sur une utilisation économe de l'espace en priorisant un développement contenu dans le tissu urbain existant et dans les zones déjà ouvertes à l'urbanisation14. Dans cette perspective, la requalification des friches disponibles au sein du territoire urbanisé constitue un enjeu majeur.

18Le nouveau quartier développé en rive droite de la Basse (baptisé « Les Jardins de la Basse », tout comme le parc) participe de cette logique, comme en attestent explicitement les propos de l'aménageur privé en charge de cette opération : « on fait en sorte d'économiser le territoire et de favoriser la densité »15. Il s'agit en effet de construire, à l'emplacement d'anciennes friches ferroviaires et logistiques16, un nouveau quartier à la fois dense et mixte sur 5,5 ha. La densité prévue pour ce nouveau quartier est de l'ordre de 40 logements/ha. Dans le Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) Plaine du Roussillon17, ce secteur est identifié en Site de Projet Stratégique où la densité moyenne doit être supérieure à 30 logements/ha. Quant au PLU de Perpignan18, la densité préconisée est entre 30 et 60 logements/ha. La densité de ce nouveau quartier est à comparer à celles d’un lotissement pavillonnaire classique à Perpignan (entre 15 et 25 logements/ha) et dans les communes de la première couronne (entre 15 et 20 logements/ha). En situation péricentrale et proche de la gare TGV, ce quartier doit pouvoir bénéficier, dans l'esprit de ses concepteurs, d'un effet de centralité et d'une excellente connexion au territoire urbain environnant. Bien que guidés par des principes assez naturalistes, la reconquête et l'aménagement de ce tronçon de la Basse participent donc d'une opération de renouvellement urbain promouvant la densité et la mixité urbaines, mais souhaitant les rendre acceptables grâce à des aménités naturelles de proximité. Comme le souligne l'aménageur privé qui assure la maîtrise d'ouvrage de ce quartier, « on allie une densité urbaine qui est adossée à un espace paysager »19. Il s'agit bien ici de faire accepter la densité de ce quartier grâce à un espace public « naturel » de proximité. De fait, le parc créé le long de la Basse est conçu comme un équipement à vocation urbaine, géré comme tel (parc urbain géré par les services municipaux, ceint de grilles métalliques, avec des horaires d'ouverture et de fermeture). Il est fortement connecté au quartier en cours de construction (escaliers, cheminements piétons, pistes cyclables) et aux quartiers voisins existants (grâce à la construction prévue d'une passerelle piétonne). Par ailleurs, si l'aménagement de la rive droite de la Basse s'est fait de manière assez naturelle (simples cheminements, jardins à débordement, quelques pontons et bancs, débroussaillement pour ouvrir la vue sur l'eau), la partie des « Jardins de la Basse » aménagée en rive gauche et à proximité immédiate d'un quartier urbain préexistant se présente quant à elle sous la forme d'un parc urbain plus classique (jeux pour enfants, traitement végétal plus intensif, également ceint de grilles et fermé la nuit).

  • 20 Entretien du 12 novembre 2014 (Direction du cadre de vie, mairie de Perpignan).
  • 21 Ibid.
  • 22 Définie par Maurice Wintz (2015) comme une nature « conçue et mise en œuvre par les instances publi (...)

19Cette double dimension d'un espace de nature à la fois aménagé de manière douce mais géré de manière très urbaine illustre parfaitement les rapports ambigus des urbains à la nature, laquelle doit être présente mais contrôlée et maîtrisée : « Tout ce qui est nature en ville, c'est désiré mais en même temps ça fait peur. Les gens veulent de la nature en ville, mais ils veulent aussi de l'éclairage, de la sécurité, ils veulent que ce soit fermé la nuit, ils ne veulent pas la fréquentation, ils ne veulent pas tout ce qui est un peu interlope »20. De fait, en dépit d'un désir social de nature en ville avéré (Arrif, Blanc, Clergeau, 2011), « ramené au sauvage par la nuit qui le rend angoissant, investi par les populations marginales des exclus [...] le jardin public effraie aussi » (Veyret, 2006). Les choix en matière de conception et de gestion de ce parc urbain le long de la Basse procèderaient précisément de ce rapport ambigu : « Il y a une espèce de contradiction et de paradoxe dans les attentes, donc on joue avec ça, c'est-à-dire que dans l'aménagement c'est pas aussi naturel que ce qu'on aurait souhaité, mais c'est une nature qui peut être acceptée »21. Le paysagiste exprime là l'essence même de la nature institutionnelle22 urbaine, qui est nécessairement une transaction entre une vision naturaliste et les attentes sociales des urbains. Bref, une nature qui ne soit pas entièrement aseptisée et maîtrisée, tout en étant néanmoins policée pour être acceptable.

Le parc urbain, outil marketing et support de valorisation immobilière ?

  • 23 Entretien du 15 octobre 2014 (Direction de l'aménagement et de l'urbanisme, mairie de Perpignan).
  • 24 Entretien du 12 novembre 2014 (Direction du cadre de vie, mairie de Perpignan).

20Le parc récemment aménagé sur les berges de la Basse, en bordure duquel se développe le nouveau quartier, doit constituer un espace public destiné à l'ensemble des quartiers voisins, et améliorant la continuité des voies douces le long de la rivière à l'échelle de la ville. Mais c'est surtout le quartier immédiatement voisin de ce parc qui en bénéficiera, en lui offrant un « écrin vert »23. Inauguré en mars 2014, ce parc a ainsi été réalisé avant le quartier qui le jouxte en rive droite de la Basse (actuellement en cours de construction : les premiers logements ont été livrés en 2015) avec l'objectif assumé de le valoriser et de constituer un « argument de vente pour le quartier »24. Cet investissement préalable de la collectivité, qui a assuré la maîtrise d'ouvrage du parc, est destiné à doter le quartier d'externalités positives pour inciter les opérateurs privés à investir (Linossier, Verhage, 2009). Le rapport à l’eau et à la nature est ici mobilisé afin de requalifier l'image du nouveau quartier développé sur d'anciennes friches industrielles. Il s'agit de cette manière de contribuer à façonner une image positive du site sur lequel est développé ce quartier, en mettant l'accent sur les aménités paysagères et environnementales dont celui-ci bénéficiera.

Photo 1 : Un nouveau quartier dense qui bénéficie de la proximité du parc urbain

Photo 1 : Un nouveau quartier dense qui bénéficie de la proximité du parc urbain

Photographies : Sylvain Rode, 2015

  • 25 Brochure publicitaire du groupe GGL concernant l'opération Les Jardins de la Basse, octobre 2011.

21Cet aménagement végétal mobilise ainsi la « fonction de la nature agrément pour fournir un cadre de vie agréable aux citadins qu'on cherche à attirer » (Wintz, 2015). La communication de l'aménageur privé en charge de cette opération ne s'y est pas trompée et décline largement ce type d'argument (en plus de celui de la centralité et de la qualité de la connexion du quartier à la ville) en mettant en avant « un écrin de verdure au cœur de Perpignan », « les qualités naturelles du site et de son environnement », « l'aspect "sauvage" de la Basse »25. On voit comment, à travers le lien étroit établi entre densification urbaine et nature institutionnelle comme aménité, le discours sur le développement urbain durable tend « à favoriser un rapport citadin à la nature essentiellement centré sur le cadre de vie » (Wintz, 2015). Par ailleurs, la fonction d'écrin vert pour le futur quartier dévolue à cet espace de nature illustre le fait que « la nature en ville est encore aujourd’hui principalement un élément du décor urbain, de l’architecte et de l’urbaniste » (Arrif, Blanc, Clergeau, 2011).

  • 26 Source : Bouygues Immobilier, 4ème trimestre 2015.
  • 27 Entretien du 16 mars 2016 (Direction de l'aménagement et de l'urbanisme, mairie de Perpignan).

22Si cet écrin vert contribue indéniablement à transformer l'image des berges de la Basse et des quartiers environnants et est fortement mobilisé dans la communication sur les opérations immobilières en cours de construction et de commercialisation, est-il pour autant de nature à participer à leur valorisation immobilière ? De prime abord, la réponse peut sembler positive en comparant les prix de vente moyens au m² des deux premières résidences commercialisées par Bouygues Immobilier (2762 euros/m², Brette, 2015) aux prix de vente des quartiers voisins : 1553 euros/m² pour le quartier Saint-Assiscle, 1437 euros/m² pour le quartier gare et 1431 euros/m² pour le quartier Saint-Martin (Brette, 2015). Mais la comparaison est biaisée dans la mesure où l'on compare des prix de logements neufs norme RT 2012 à des logements anciens de bien moindre qualité. En réalité, en comparant les prix pratiqués par Bouygues Immobilier dans cette opération à ceux pratiqués par ce même promoteur dans d'autres opérations sur le territoire perpignanais, il apparaît que les prix de commercialisation des logements sont équivalents. Aucun effet de valorisation immobilière liée à la proximité du parc urbain n'est visible dans les chiffres26, ce qui est confirmé par un bon connaisseur du marché local et des politiques tarifaires pratiquées par les promoteurs27. Si la proximité du parc urbain est fortement utilisée comme outil de communication et de marketing, elle n'aurait donc aucun effet sur les prix des logements. Il s'agit surtout, en vantant les aménités environnementales de ce nouveau quartier, d'attirer des acheteurs potentiels vers ces logements, enjeu d'autant plus important que les prix des logements produits dans ce nouveau quartier apparaissent élevés au regard du revenu fiscal médian des ménages perpignanais inférieur à la moyenne nationale (19 286 euros contre 20 752 en 2011). De fait, les logements de ce quartier ont pu connaître quelques difficultés de commercialisation, les prix importants pour le marché du territoire communal ne correspondant pas au pouvoir d'achat des ménages locaux, ni peut-être à leurs aspirations. Pour de tels niveaux de prix, beaucoup d'acheteurs préfèrent en effet se diriger vers les communes de la banlieue ou de la couronne périurbaine de Perpignan et la maison individuelle. Les aménités naturelles que sont la présence de la rivière et d'un parc public paysager ne suffisent pas à faire accepter le logement collectif et à supplanter l'attractivité de la maison individuelle, d'autant moins que les prix des logements collectifs sont ici élevés. Face aux difficultés de commercialisation de ses appartements auprès de propriétaires occupants locaux, Bouygues Immobilier a modifié sa stratégie en ciblant les investisseurs, via le dispositif de défiscalisation Pinel. Une autre solution explorée par le promoteur serait de pouvoir profiter pour cette opération d'une TVA à taux réduit (5,5 %) pour les primo-accédants, qui permettrait de diminuer substantiellement le prix d'achat des appartements et ainsi de faciliter leur vente. La loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine du 21 février 2014, qui a arrêté les 1500 nouveaux quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) prévoit en effet une TVA à taux réduit pour l'accession sociale à la propriété dans les QPV et dans une bande de 300 m les environnant. L'opération immobilière dont il est ici question, jouxtant les quartiers prioritaires Saint-Assiscle et gare (cf. figure 4 infra), le promoteur souhaiterait pouvoir bénéficier de ce dispositif.

La reconquête des berges de la Têt, un enjeu majeur d'aménagement urbain

Reconquérir le fleuve, une priorité politique affirmée

  • 28 Si la présidence de cet Etablissement Public de Coopération Intercommunale change, Jean-Marc Pujol (...)
  • 29 Entretien du 13 avril 2015 (Perpignan Méditerranée Communauté d'Agglomération).

23Depuis le grand territoire intercommunal jusqu'à la ville-centre, l'aménagement des berges de la Têt est affiché comme un des projets-phares du mandat actuel, municipal comme communautaire. Il s'agit d'un des quatre projets structurants mis en avant dans le projet de territoire de la communauté urbaine, validé en 2015 et exprimant la vision de la nouvelle équipe communautaire élue en 201428. L'enjeu du projet baptisé Es Têt est de reconquérir et de mettre en valeur le fleuve et ses abords sur les 22 km de sa traversée d'ouest en est du territoire de l'Etablissement Public de Coopération Intercommunale (EPCI) afin de créer une continuité douce (une piste cyclable en site propre) entre l'intérieur et la mer. Au sein de ce linéaire fluvial de 22 km, la section urbaine de Perpignan a été retenue comme prioritaire : c'est par elle que doivent commencer les aménagements afin de constituer « la vitrine de l'agglomération »29.

  • 30 La notion d'agenda est définie par Philippe Garraud comme « l'ensemble des problèmes faisant l'obje (...)
  • 31 Le 31 décembre 2000, la communauté de communes Têt Méditerranée est devenue communauté d'agglomérat (...)
  • 32 Entretien du 21 novembre 2014.
  • 33 Entretien du 21 novembre 2014.

24La reconquête et la valorisation de la Têt dans la traversée de Perpignan sont apparues sur l'agenda30 urbain municipal au milieu des années 1990, et sur celui de la communauté d'agglomération nouvellement créée31 en 2001. A cette époque, d'autres villes fluviales ont déjà franchi le pas et une nouvelle valeur est désormais « reconnue à l'eau urbaine » (Gérardot, 2004). Le maire de l'époque, Jean-Paul Alduy, élu en 1993, souhaite refaire de la Têt un bien collectif dont les aménités environnementales et paysagères puissent profiter aux perpignanais. Il engage ainsi en 1995-199632 une réflexion sur le devenir du fleuve dans la ville. Jusqu'à ce moment, le fleuve n'a pas constitué le support d'une véritable réflexion quant à son insertion harmonieuse et sa valorisation au sein de l'espace urbain. Au milieu des années 1990, plusieurs publications aboutissent au même constat d'une Têt marginale et délaissée dans la traversée de Perpignan. « L'eau qui pourtant est un des éléments déterminants du paysage, urbain comme rural de Perpignan, est niée, rejetée, enterrée... La Têt perpignanaise, contenue dans de hauts murs de béton, sa fonction réduite à l'évacuation d'eau superflue et son lit partiellement annexé par une voie rapide, la Têt a aujourd'hui un aspect désolé... » (CAUE, 1995). « Le fleuve est devenu un étranger dans le paysage urbain. Il ne bénéficie pas d'un entretien régulier, ni n'a fait l'objet d'un aménagement particulier pour le mettre en valeur. [...] La Têt constitue aujourd'hui un chenal d'évacuation des eaux, [...] inconnue de la vie citadine » (Egéa, 1995). Quant à l'ancien maire de l'époque, il résume en trois mots les relations des édiles perpignanais avec la Têt : « du rejet, de l'ignorance, de l'incompétence33 ». Le travail universitaire de V. Egéa (1995) appelle à un aménagement paysager du fleuve dans sa traversée de Perpignan, indiquant un certain nombre d'orientations envisageables et soulignant déjà les bénéfices qu'il serait possible d'en tirer en matière d'aménagement urbain : « Il s'agit de réaliser une coulée verte en centre urbain pour remédier notamment au problème de coupure d'urbanisation entre les quartiers nord et sud de la ville. Des passerelles piétonnes devront être réalisées afin de faciliter les échanges entre les quartiers, et notamment dynamiser la fréquentation et l'animation de l'Espace Méditerranée, ainsi que l'avenue Torcatis » (Egéa, 1995). De fait, les aménagements progressivement réalisés ou en cours de réalisation, s'appuyant sur ce constat d'un fleuve délaissé, ont contribué à la mise en œuvre – par étapes – de ces orientations d'aménagement.

Les premiers aménagements des berges de la Têt au service d’une politique globale d’aménagement urbain

  • 34 Ces trois citations successives : entretien du 21 novembre 2014.

25A ce premier acte de la reconquête des berges de la Têt dans la traversée de Perpignan sont attachés – tout comme pour la Basse – des enjeux majeurs en termes d'aménagement urbain. Selon l'ancien maire de Perpignan, Jean-Paul Alduy, qui a impulsé au milieu des années 1990 la réflexion sur le fleuve dans la ville, les objectifs d'ensemble du projet d'aménagement de la Têt étaient de « préserver son caractère sauvage et protéger la biodiversité », de « l'embellir pour que les Perpignanais puissent l'aimer » grâce à des éléments d'appropriation (baladoir en encorbellement au-dessus de la digue et cheminements dans le lit endigué aménagés en rive gauche, livrés en 2008) et de faire de la Têt « un élément de couture et non de coupure »34 (construction d'un 4e pont routier inauguré en 2010 et d'une passerelle piétonne inaugurée en 2015).

Photo 2 : Baladoir en haut de digue et cheminements dans le lit endigué : une reconquête des berges de la Têt amorcée dans les années 2000

Photo 2 : Baladoir en haut de digue et cheminements dans le lit endigué : une reconquête des berges de la Têt amorcée dans les années 2000

Photographie : Sylvain Rode, 2015

26Au vu d'enquêtes sur la fréquentation et la perception de ces deux premiers aménagements réalisés en rive gauche que sont le baladoir sur le sommet de la digue et les cheminements dans le lit endigué (photo 2), il semblerait que l'inversion d'image de la Têt et son appropriation par les perpignanais comme espace public aient fonctionné. Les lieux sont désormais plus fréquentés qu'avant et perçus positivement (Sanchez, 2012).

Photo 3 : La passerelle piétonne : deux rives à relier, un tissu urbain à recoudre

Photo 3 : La passerelle piétonne : deux rives à relier, un tissu urbain à recoudre

Photographies : Sylvain Rode, 2015

27Outre la coupure physique qu'elle marque dans le tissu urbain, la Têt représente également une limite sociale au sein de l'espace urbain. Au nord du fleuve (rive gauche) se concentre une part importante des grands ensembles d'habitat social, cibles des opérations de rénovation urbaine financées par l'ANRU, hier dans le cadre du Programme National de Rénovation Urbaine (PNRU), aujourd'hui dans le cadre du Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain (NPNRU). Le centre-ville commerçant et animé se situe quant à lui au sud du fleuve (rive droite).

Figure 4 : Le fleuve, une limite sociale au sein de l’espace urbain ?

Figure 4 : Le fleuve, une limite sociale au sein de l’espace urbain ?
  • 35 Source : PLU de Perpignan, 2007.

28Au milieu des années 2000, 35 % des résidences principales des quartiers situés au nord de la Têt étaient constitués par du logement social, contre seulement 9,75 % pour les quartiers au sud du fleuve35. Si un véritable contraste socio-spatial se dessine donc de part et d'autre de la Têt, il convient toutefois de préciser qu'à Perpignan les quartiers populaires ne se limitent pas aux seuls grands ensembles d'habitat social péricentraux (situés pour une part au nord de la Têt), mais se trouvent aussi au centre-ville (avec les trois quartiers de Saint-Jacques, La Réal et Saint-Matthieu). Le quartier Saint-Jacques, en plein cœur du centre historique, apparaît ainsi à travers les statistiques de l'INSEE en 2015 comme le quartier le plus pauvre de France, avec un revenu médian de 2124 euros par an (hors prestations sociales). Il a également été classé en décembre 2014 parmi les 200 quartiers d'intérêt national (présentant les dysfonctionnements urbains les plus importants parmi les 1500 quartiers prioritaires de la Politique de la Ville) du NPNRU. C'est le seul quartier de Perpignan à avoir été désigné quartier d'intérêt national. La géographie sociale de la ville ne saurait donc se résumer à un clivage Nord/Sud de part et d'autre de la Têt, elle est à l'évidence bien plus complexe. Néanmoins, ces quartiers situés au nord de la Têt font plutôt figure de quartiers populaires périphériques, mal reliés au centre-ville et souffrant encore de représentations sociales très négatives.

  • 36 Entretien du 1er décembre 2014 avec l'ancien maire de Perpignan et ancien président de la communaut (...)
  • 37 Source : Direction de l'Habitat et de la rénovation urbaine, mairie de Perpignan.
  • 38 Citation relevée dans une exposition au Pavillon de l'Arsenal (Centre d'information, de documentati (...)
  • 39 Entretien du 16 mars 2016 (Direction de l'Habitat et de la rénovation urbaine, mairie de Perpignan)

29Malgré un coût élevé qui a fait débat localement (5,7 millions d'euros), la passerelle piétonne est présentée comme un symbole fort : en reliant la rive gauche et la rive droite de la Têt, elle doit participer à mieux connecter la partie Nord de Perpignan (et tout particulièrement les quartiers périphériques d'habitat social) au centre-ville, ce que résume l'ancien maire et ancien président de la communauté d'agglomération en une formule : « le quartier populaire n'a pas droit au centre-ville, il aura droit au centre-ville ! »36. Derrière une formule aux accents lefebvriens (Henri Lefebvre, Le Droit à la ville, 1968), s'exprime l'ambition politique d'œuvrer en faveur d'une réduction des clivages socio-spatiaux qui marquent la ville, la passerelle piétonne étant censée y contribuer. Bien sûr, ce n'est pas cette seule passerelle qui va atténuer les clivages sociaux au sein du territoire perpignanais. C'est là la mission de la politique de rénovation urbaine et d'habitat. De fait, le clivage entre Nord et Sud de la Têt en termes de répartition du logement locatif social (LLS) apparaît en voie d'atténuation. Si au 1er janvier 2006, 45 % des LLS que comptait la ville de Perpignan étaient situés au nord de la Têt, cette proportion n'était plus que de 36 % au 1er janvier 201537. La politique de la ville comme les documents de planification ont contribué à ce rééquilibrage qui s'est opéré en une décennie. Ainsi, dans le cadre du PNRU, les reconstructions de logements sociaux consécutifs à des démolitions se sont faites pour partie dans d'autres quartiers que ceux au nord de la Têt. Et le mouvement de rééquilibrage Nord/Sud devrait se poursuivre et s'intensifier dans le cadre du NPNRU puisque celui-ci prévoit de démolir des logements sociaux et de ne pas en reconstruire sur site. Les documents de planification, eux aussi, se sont employés à rééquilibrer le parc social de part et d'autre de la Têt. Ainsi, le Programme Local de l'Habitat (PLH) approuvé en 2006 réglementait la répartition Nord/Sud du logement social en prévoyant de ne pas construire de nouveaux logements sociaux au nord de la Têt. Le Plan Local d'Urbanisme (PLU) de Perpignan approuvé en 2007, document qui doit être compatible avec le PLH, prévoyait donc de ne plus construire de LLS au nord de la Têt mais en revanche, dans les zones urbaines au sud du fleuve, d'en produire 20 % minimum dans les opérations de plus de 1000 m² de surface de plancher dédiées à l'habitat. Si ces dispositions différenciant quartiers au nord et quartiers au sud de la Têt ont désormais disparues du PLH révisé (2013) et donc ensuite du PLU révisé (2016), elles n'en ont pas moins contribué à ce mouvement global de rééquilibrage du parc social entre le Nord et le Sud de la ville. En revanche, dans ce contexte général de rééquilibrage social du territoire, la passerelle piétonne est censée favoriser les liens, les connexions entre territoires et populations. De fait, « bâtir une passerelle est un acte politique, dont la signification est de relier les hommes entre eux38 ». L'ambition est ainsi que cette passerelle contribue à atténuer la coupure physique que représente la Têt au sein de la ville en favorisant les mobilités douces, mais aussi qu'elle transforme le rapport des populations des quartiers de logement sociaux au centre-ville. Une représentante de la mairie bonne connaisseuse de ces quartiers au nord de la Têt se dit persuadée que la passerelle piétonne, en facilitant considérablement l'accès des habitants de ces quartiers d'habitat social au centre-ville, élargira progressivement leur espace vécu et modifiera leur rapport au centre-ville et à l'espace urbain, notamment en les accoutumant progressivement à sortir de leur quartier pour fréquenter la ville située au sud du fleuve39. Le projet d'aménagement des berges de la Têt participerait donc de la dynamique d'ensemble de traitement des quartiers d'habitat social en contribuant à leur désenclavement.

30A l'évidence, la question de la reconquête et de l'aménagement du fleuve est pensée en étroite association avec des enjeux majeurs du territoire et de son aménagement, y compris sociaux (recoudre et rééquilibrer le territoire urbain, rendre accessible le centre-ville).

  • 40 Entretien du 21 novembre 2014 avec l'ancien maire de Perpignan et ancien président de la communauté (...)

31La valorisation du front d'eau est également passée par sa « monumentalisation » (Romain, 2010b), avec l'installation en bordure de la Têt d'un grand équipement structurant : le Théâtre de l'Archipel (conçu par Jean Nouvel et inauguré en 2011). En rive droite de la Têt, la passerelle piétonne est ancrée à proximité immédiate du théâtre (cf. photo 3), complétant ainsi la portée symbolique de cet objet architectural. Selon l'ancien maire, cette passerelle donnerait « au théâtre sa dimension urbaine, fédérateur de la ville, cohésion sociale »40 en reliant cet équipement culturel majeur à la partie de la ville située en rive gauche.

Le second acte de la reconquête des berges de la Têt : priorité à la requalification des espaces publics

32Si le processus de reconquête et de valorisation des berges de la Têt dans la traversée de Perpignan a donc été lancé par la précédente équipe municipale et communautaire, l'actuelle municipalité souhaite – dans le cadre d'un projet d'ensemble à l'échelle de la Communauté urbaine – poursuivre et amplifier le mouvement en réaménageant l'interface ville-fleuve sur deux kilomètres en rive gauche.

  • 41 Entretien du 7 janvier 2016 (Perpignan Méditerranée Métropole ; NB : la communauté d'agglomération (...)
  • 42 Entretien du 12 novembre 2014 (Direction du cadre de vie, mairie de Perpignan).
  • 43 Présentation du projet de la section urbaine de Perpignan par l'équipe de maîtrise d'œuvre lors d'u (...)

33Cet aménagement, qui « s'inscrit dans une vision globale et qui trouve des continuités »41 à l'échelle du grand territoire (la continuité douce sur les 22 km), doit constituer l'opportunité d'une mise en valeur des « potentialités en terme de façade urbaine »42, notamment à travers un réaménagement total de l'avenue Torcatis (décrite comme « un balcon exposé au Sud »), qu'on espère rendre plus agréable et plus dynamique économiquement. L'accent est mis sur le traitement et la requalification des espaces publics sur les berges hautes, urbaines. Il s'agit d'une part d'ouvrir la vue sur le fleuve et de valoriser l'espace situé entre le haut de la digue et l'avenue Torcatis (aujourd'hui occupé par des équipements disparates qui bouchent la vue sur le fleuve). L'équipe de maîtrise d'œuvre en charge de la conception détaillée du projet propose de développer sur les berges hautes la notion de passeig (promenade en Catalan), qui serait « un endroit où on peut se rencontrer, propice à la détente, mais surtout à la déambulation, mais dans un paysage »43 à la fois naturel et urbain (vue sur la Têt et le Canigou, vue sur le Théâtre de l'Archipel et la ville en rive droite). Le revêtement et le mobilier urbain seraient donc entièrement revus, mais le patrimoine arboré conservé. Il s'agit d'autre part de réaménager l'avenue Torcatis pour un meilleur partage de la voirie et une valorisation des pieds d'immeubles. L'avenue passerait en sens unique sur une partie importante de son tracé, permettant ainsi d'élargir les trottoirs en pied d'immeubles et les espaces de déambulation entre l'avenue et le fleuve.

  • 44 Entretien du 14 décembre 2015 (Direction des études et des travaux de l'espace public, mairie de Pe (...)

34De ce réaménagement complet de l'espace public est escomptée une mutation des commerces, avec notamment l'implantation de bars et de restaurants profitant de l'opportunité de positionner des terrasses sur des trottoirs élargis et dans un environnement plus agréable. Le directeur du service assurant la maîtrise d'ouvrage sur cette section urbaine s'appuie, pour imaginer la mutation de cette avenue qui longe la Têt, sur son expérience de réaménagement d'une autre avenue dans le centre-ville, l'avenue Leclerc, « devenue un lieu de vie intéressant, [...] ça a marché, on a vraiment eu une reconquête de ce territoire par l'aménagement de l'espace public et c'est ce qu'on va essayer de faire sur Torcatis »44. Dans les deux cas, il s'agit donc de requalifier l'espace public pour revaloriser et redynamiser (économiquement comme socialement) un espace urbain.

35Une autre ambition est de mieux ouvrir et connecter sur la Têt les quartiers en arrière de la façade urbaine, afin que la logique de valorisation de l'espace urbain produite par la mise en valeur de l'espace public et du paysage fluvial se diffuse au sein des quartiers environnants.

  • 45 Entretien du 21 novembre 2014.
  • 46 Présentation du projet de la section urbaine de Perpignan par l'équipe de maîtrise d'œuvre lors d'u (...)
  • 47 Lors de la crue historique des 17 et 18 octobre 1940, la Têt à Perpignan a enregistré un débit maxi (...)

36Pour ce qui est des berges basses, l'ambition est de préserver au sein du lit endigué l'espace naturel, la continuité écologique longitudinale ainsi que la continuité en modes de déplacements doux. L'équipe de maîtrise d'œuvre souhaite conserver et valoriser la diversité des milieux, en ayant plus recours pour les interventions dans le lit du fleuve au génie végétal qu'à des aménagements lourds. Cette volonté fait écho aux propos de l'ancien maire de Perpignan, pour qui tout projet de valorisation de la Têt dans Perpignan devrait « fondamentalement lui garder son caractère sauvage, sa biodiversité. Toute brutalité qui briserait ses équilibres écologiques serait une erreur »45. Ainsi, seuls des petits équipements ponctuels, nécessairement résistants aux crues du fleuve, seront installés. L'intention est de jouer sur la dichotomie nature sauvage dans le lit / nature aménagée sur les berges hautes : « on voit la force du fleuve dans le lit, et au-dessus des espèces végétales acclimatées »46. De fait, le régime hydrologique très irrégulier de la Têt, caractérisée par des crues qui « peuvent être très violentes et parfois catastrophiques » (Courtois et al., 2001) comme lors de l’ « aiguat » d’octobre 194047, contraint très fortement les interventions et aménagements dans le lit endigué. Est-ce pour cette raison, ou du fait du primat des considérations d’aménagement urbain qui tend à focaliser les interventions sur les berges hautes au détriment des berges basses, que rien ou presque n’est prévu concernant la « restauration physique du cours d’eau [… qui permettrait] de restaurer la fonction biologique des berges [… et] ainsi d’augmenter la diversité des peuplements animaux et végétaux » (Carré, Deutsch, 2015) ? La continuité écologique latérale n’est pas évoquée, probablement parce que la prégnance des enjeux liés à la protection de l’espace urbain contre les inondations interdit ici toute remise en cause de l’endiguement du fleuve dans la traversée de la ville. Et, s’agissant ici d’un espace urbain dense, les digues ne sont probablement pas considérées comme faisant obstacle avec des réservoirs biologiques dignes d’intérêt avec lesquels il conviendrait de reconnecter le lit endigué. Toujours est-il que ce projet d’aménagement des berges de la Têt dans la traversée de Perpignan ne semble pas vraiment constituer une occasion saisie pour contribuer à la restauration physique du cours d’eau en ville. Gageons que les phases ultérieures du projet global d’aménagement de la Têt sur les 22 km de la traversée du territoire de la Communauté urbaine prendront davantage en charge cet enjeu de la continuité écologique, l’échelle plus large et les territoires traversés moins urbanisés s’y prêtant davantage qu'un tronçon urbain de quelques kilomètres. La maîtrise d'ouvrage semble le souhaiter, ces enjeux liés à la gestion écologique du cours d’eau d’une manière générale et à la continuité écologique plus particulièrement étant mentionnés dans le cahier des charges : « l'objectif est de combiner transparence hydraulique, transport des solides, continuités halieutiques avec maintien des traversées piétons/cycles (passage à gué) ». L'équipe de maîtrise d'œuvre devra donc faire un certain nombre de propositions en la matière. La participation du Syndicat Mixte du Bassin Versant de la Têt – qui a en charge l'élaboration du Contrat de rivière – au Comité Technique organisé par le maître d’ouvrage du projet afin d’en définir les grandes orientations techniques accrédite cette perspective.

  • 48 Source : Division Exploitation et Développement des Réseaux Urbains, mairie de Perpignan.

37Le projet en cours d'aménagement des berges de la Têt ne concerne, dans l'immédiat, que la rive gauche. En effet, à Perpignan comme dans bien d'autres villes fluviales, les rives ont été « confisquées par la route » (Lechner, 2006), une voie sur berge ayant été aménagée en rive droite. Empruntée aujourd'hui par 23 500 véhicules par jour48, ce qui en fait un des principaux axes de transit pour traverser la ville d'Est en Ouest, cette voie sur berge pose un problème majeur de coupure et de nuisances au sein du tissu urbain, et rend très complexe la réflexion sur le réaménagement de cette rive droite. Une réflexion citoyenne est néanmoins engagée par l'Atelier d'urbanisme pour réfléchir aux possibilités de réaménagement de cet espace et faire des propositions à la mairie.

38Dans ce projet d’aménagement des berges de la Têt dans la traversée de Perpignan ce sont bien les enjeux d’aménagement urbain qui priment, conduisant à une forme d’instrumentalisation urbanistique du fleuve et du paysage fluvial. Le fleuve est alors davantage considéré comme une aménité à valoriser pour la mettre au service du réaménagement de l'espace urbain que comme un hydrosystème dont il conviendrait de restaurer un fonctionnement plus naturel.

Conclusion

39L'hypothèse formulée par Fanny Romain dans ses travaux en 2010 d'un « urbanisme fluvial », soulignant le « rôle structurant du fleuve dans le projet urbain » (Romain, 2010b) se trouve confortée par cette analyse des nouveaux projets d'aménagement de la Têt mis en œuvre entre 2010 et 2016 et des projets d’aménagement de la Basse à Perpignan. La volonté de valoriser les cours d'eau est étroitement arrimée par les acteurs qui portent et définissent ces projets à des enjeux urbanistiques de premier plan. Comme le note Alain Bourdin (2001) à propos du projet urbain, « il s’agit très souvent, à travers des formes, des objets et des aménagements, d’exprimer des valeurs politiques, une stratégie pour la ville, ainsi qu’une identité ou, du moins, une symbolique commune dans laquelle tous les habitants puissent se reconnaître. Cette expression passe par le projet d’ensemble du territoire, qu’on l’appelle projet urbain, de ville ou d’agglomération, et par sa cristallisation dans des opérations urbaines qui ne valent pas seulement par elles-mêmes ». De fait, de l'échelle locale des projets d'aménagement urbain jusqu'à l'échelle plus large du projet de territoire défini par une intercommunalité, la reconquête des cours d'eau est investie de significations multiples. Ces espaces naturels que sont les cours d'eau sont pleinement ancrés, par les discours des acteurs qui portent ces projets comme par les choix faits en matière d'aménagement, à une logique de projet urbain. L'aménagement des cours d'eau dans la traversée d'un territoire urbain sert (et s'insère dans) des objectifs urbanistiques, en faisant un ingrédient majeur d'une politique d'urbanisme se voulant en phase avec certaines composantes de l'urbanisme contemporain (Paquot, 2010). Les fleuves apparaissent bien comme des « réceptacles d'enjeux urbains montants » (Gérardot, 2004).

40Un point commun entre ces deux projets de valorisation des cours d'eau urbains est l'accent mis sur le traitement des espaces publics, envisagé et mobilisé par la collectivité publique comme un véritable levier de reconquête de certains territoires et d'inversion des représentations qui y sont attachées.

41Néanmoins, il convient de souligner à quel point les attentes placées dans ces projets de reconquête urbaine des cours d'eau peuvent parfois paraître démesurées. La valorisation des berges de la Basse grâce à l'aménagement d'un parc urbain, s'il a pu contribuer à améliorer l'image de cet espace, n'a pas été suffisant pour rendre attractifs et commercialiser facilement les appartements du quartier voisin. Et il est probable que la passerelle piétonne qui enjambe désormais la Têt, même si elle atténuera la coupure que représente le fleuve au sein du tissu urbain et pourra être un support intéressant de mobilités douces entre le Nord et le Sud de la ville, ne contribuera qu'à la marge à atténuer les contrastes socio-spatiaux qui marquent aujourd'hui fortement l'espace urbain.

42La reconquête des cours d’eau urbains semble donc avant tout servir des objectifs d’aménagement urbain qui, pour légitimes qu’ils soient, n’en sont pas moins partiellement déconnectés des considérations liées « à la reconstitution des fonctionnements des cours d’eau et des milieux » (Carré, Deutsch, 2015), pourtant aujourd’hui au cœur du nouveau paradigme de gestion plus écologique des cours d’eau (Rode, 2015 ; Carré, Deutsch, 2015) promu à l’échelle européenne par la Directive Cadre sur l’Eau (DCE) de 2000 et qui commence à être mis en œuvre, non sans résistances, à travers un certain nombre d’opérations de restauration écologique. La rhétorique de la reconquête des cours d’eau débouche essentiellement sur un réaménagement des berges et apparaît alors largement instrumentalisée à des fins d’aménagement urbain. Elle ne contribue en revanche qu’à la marge à la « renaturation des milieux aquatiques » (Brun et alii, 2014) en ville.

Haut de page

Bibliographie

Andres L., Bochet B., 2010, "Ville durable, ville mutable : quelle convergence en France et en Suisse ?", Revue d'Economie Régionale et Urbaine, No.4, 729-746.

Arab N., 2007, "Activité de projet et aménagement urbain : les sciences de gestion à l’épreuve de l'urbanisme", Management & Avenir, No.12, 147–164, consulté le 24/06/14. En ligne : http://www.cairn.info/revue-management-et-avenir-2007-2-page-147.htm

Arnould P., Le Lay Y.-F., Dodane C., Méliani I., 2011, "La nature en ville : l'improbable biodiversité", Géographie, économie, société vol. 13, No.1, 45-68.

Arnould P., 2006, "Biodiversité : la confusion des chiffres et des territoires", Annales de géographie vol. 5, No.651, 528-549 URL : www.cairn.info/revue-annales-de-geographie-2006-5-page-528.htm. DOI : 10.3917/ag.651.0528.

Arrif T., Blanc N., Clergeau P., 2011, "Trame verte urbaine, un rapport Nature – Urbain entre géographie et écologie", Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Environnement, Nature, Paysage, article No.574, mis en ligne le 08 décembre 2011, consulté le 07 juin 2012. URL : http://cybergeo.revues.org/24862 ; DOI : 10.4000/cybergeo.24862

Ascher F., 2010, Les nouveaux principes de l'urbanisme, La Tour d'Aigues, Editions de l’Aube, 275 p.

Bethemont J., Pelletier J., 1990, "Lyon et ses fleuves : des berges perdues aux quais retrouvés", Revue de géographie de Lyon, vol. 65, No.4, 300-307.

Bethemont J., Vincent A., 1998, "La revitalisation des fronts d’eau urbains dans la vallée du Rhône", Revue de géographie de Lyon, vol. 73, No.4, 331-335.

Bonin S., 2007, "Fleuves en ville : enjeux écologiques et projets urbains", Strates [En ligne], 13 | 2007, mis en ligne le 22 octobre 2008, Consulté le 30 septembre 2016. URL : http://strates.revues.org/5963

Bourdin A., 2001, "Comment on fait la ville, aujourd’hui, en France", Espaces et Sociétés, No.105-106, 147-166.

Boutefeu E., 2007, "La nature en ville : des enjeux paysagers et sociétaux", Géoconfluences, http://geoconfluences.ens-lyon.fr/doc/transv/paysage/PaysageViv.htm

Brette B., 2015, De l'ambition à la réalité. "Les Jardins de la Basse", Mémoire de recherche, Master 1 Urbanisme, Habitat, Aménagement, Université de Perpignan Via Domitia, non publié, 70 p.

Brun A., 2011, "Politique de l’eau et aménagement urbain La « Renaturation » de la rivière Saint-Charles à Québec", Norois [En ligne], 219 | 2011, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 30 septembre 2016. URL : http://norois.revues.org/3603 ; DOI : 10.4000/norois.3603

Brun A., Coursière S., Casetou E., 2014, "Eau et urbanisme à Lyon : le projet de renaturation du Ruisseau des Planches", Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], No.22|2014, mis en ligne le 15 juin 2014, consulté le 30 septembre 2016. URL : http://tem.revues.org/2475 ; DOI : 10.4000/tem.2475

Carré C., Deutsch J.-C., 2015, L’eau dans la ville. Une amie qui nous fait la guerre, La Tour d’Aigues, Editions de l'Aube, 320 p.

CAUE des Pyrénées-Orientales, 1995, Perpignan : l'eau dans la ville

Comby E., 2013, "Les discours de presse sur les reconquêtes du Rhône lyonnais (Le Progrès, 2003-2010)", Géocarrefour, vol. 88, No.1, 31-43.

Courtois N., Le Strat P., Marchal J.-P., 2001, Synthèse hydrogéologique de la vallée de la Têt (Pyrénées-Orientales), BRGM/RP-51321-FR

Delahaye E., 2009, Les espaces fluvio-urbains rhodaniens à l'aval de Lyon, Vienne, Valence, Avignon, Tarascon, Beaucaire et Arles : des territoires à la dérive ?, Thèse de doctorat en Géographie et Aménagement, Université Lumière Lyon 2, 293 p.

Desjardins X., 2007, Gouverner la ville diffuse. La planification territoriale à l’épreuve, thèse de doctorat en aménagement et urbanisme, Université Paris I - Panthéon Sorbonne, 526 p.

Djellouli Y., Emelianoff C., Bennasr A., Chevalier J., 2010, L’étalement urbain, un processus incontrôlable ?, Rennes, PUR, 258 p.

Duarte P., Seigneuret N., 2011, "Projet urbain et planification territoriale durables en Europe : négociation et itération", in : Zepf M., Andres L. (dir.), Enjeux de la planification territoriale en Europe, Lausanne, Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, 77-97.

Egea V., 1995, Projet d'aménagement de la Têt à Perpignan : la reconquête d'un fleuve en milieu urbain, mémoire de DESS d'urbanisme, d'habitat et d'aménagement, Université de Perpignan, 320 p.

Gérardot C., 2007, Fleuves et action urbaine : de l'objet à l'argument géographique. Le Rhône et la Saône à Lyon, retour sur près de 30 ans de « reconquête » des fronts d'eau urbains, thèse de doctorat en Géographie, université Lumière Lyon 2, 557 p.

Gérardot C., 2004, "Les élus lyonnais et leurs fleuves : une reconquête en question", Géocarrefour, vol. 79, No.1, 75-84.

Gravari-Barbas M., 1998, "La « festival market place » ou le tourisme sur le front d'eau. Un modèle urbain américain à exporter", Norois, No.178, Avril-Juin 1998, doi : 10.3406/noroi.1998.6868 http://www.persee.fr/doc/noroi_0029-182x_1998_num_178_1_6868, 261-278.

Guillerme A., 1990, "Le testament de la Seine", Revue de géographie de Lyon, vol. 65, No.4, 240-250.

Guinaudeau C., 1987, Planter aujourd'hui, bâtir demain : le préverdissement, Idf, collection mission du paysage, 480 p.

Labasse J., 1989, "Réflexions d’un géographe sur le couple ville/fleuve", in : La Ville et le fleuve, actes du colloque tenu à Lyon les 21-25 avril 1987, Paris, Ed. du C.T.H.S., 9-22.

Lechner G., 2006, Le fleuve dans la ville. La valorisation des berges en milieu urbain, Centre de documentation de l'urbanisme, Paris, 118 p.

Linossier R., Verhage R., 2009, "La co-production public/privé dans les projets urbains", Lyon. La production de la ville, Parenthèses, <halshs-00447534>, 144-171.

Paquot T., 2010, L'urbanisme c'est notre affaire !. L'Atalante, Nantes, 174 p.

Pelletier C., 2014, La reconquête des fronts d'eau en France. Etude de la ville de Perpignan, Mémoire professionnel, Master 2 Urbanisme, Habitat, Aménagement, Université de Perpignan Via Domitia, non publié, 89 p.

Pelletier J., 1990, "Sur les relations de la ville et des cours d’eau", Revue de géographie de Lyon, vol. 65, No.4, 233-239.

Prost B., 2004, "Marge et dynamique territoriale", Géocarrefour [En ligne], vol. 79/2 | 2004, mis en ligne le 25 octobre 2007, consulté le 30 septembre 2016. URL: http://geocarrefour.revues.org/695; DOI: 10.4000/geocarrefour.695

Rode S., 2015, "Managing streams carefully? Thoughts about an emerging paradigm and its contradictions", International Journal of Water Governance 4, DOI: 10.7564/14-IJWG67, 47-68.

Rode S., 2010, "Reconquête urbaine de la Loire et risque d’inondation : des représentations aux aménagements urbains", Géocarrefour, vol. 85, No.3, 221-228.

Romain F., 2010a, La construction contemporaine des paysages fluviaux urbains. Le cas de deux villes nord méditerranéennes : Perpignan et Montpellier, thèse de doctorat en Sciences et Architecture du Paysage, 15 novembre 2010, AgroParisTech, 310 p.

Romain F., 2010b, "Le fleuve, porteur d'images urbaines : formes et enjeux", Géocarrefour, vol. 85, No.3, 253-260.

Salles S., 2011, "Contraintes environnementales et opportunités paysagères : Nancy « Rives de Meurthe »", Espaces et Sociétés, No.146, 53-69.

Sanchez J.-R., 2012, Bilan du projet d'aménagement des berges de la Têt à Perpignan et analyse de l'opinion des usagers en vue de préconisations durables, Mémoire de recherche, Master 1 Urbanisme, Habitat, Aménagement, Université de Perpignan Via Domitia, non publié, 88 p.

Scherrer F., "L’eau urbaine ou le pouvoir de renaturer", Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Dossiers, Séminaire de recherche du GDR Rés-Eau-Ville (CNRS 2524) "L'eau à la rencontre des territoires", Montpellier, France, 27-28 et 29 mai 2004, mis en ligne le 16 décembre 2004, consulté le 06 janvier 2016. URL : http://cybergeo.revues.org/1496 ; DOI : 10.4000/cybergeo.1496

Sierra A., Tadié J., 2008, "La ville face à ses marges. Introduction", Autrepart, No.45, 3-13.

Veyret Y., 2006, "Ville et « nature » dans le monde occidental", in : Dorier-Apprill E. (dir.), Ville et environnement, SEDES, Paris, 61-81.

Wintz M., 2015, "Nature urbaine, nature distante, nature policée", in : Hajek I., Hamman P., Lévy J.-P. (dir.), De la ville durable à la nature en ville, Presses Universitaires du Septentrion, 155-169.

Haut de page

Notes

1 Depuis le 1er janvier 2016, la communauté d'agglomération Perpignan Méditerranée Communauté d'Agglomération est devenue communauté urbaine sous le nom Perpignan Méditerranée Métropole.

2 Association créée en 1993 sous l'impulsion du nouveau maire de l'époque, Jean-Paul Alduy, et reconnue par la mairie comme un interlocuteur légitime et comme un médiateur entre la société civile et la collectivité publique en matière de conception des projets d'aménagement. Les bénévoles de cette association ont été impliqués dans les deux projets d'aménagement analysés ici. Sur la base d'un large travail participatif, ils ont formalisé des propositions d'aménagement détaillées qui ont ensuite été soumises aux élus et services municipaux, et en partie intégrées par les équipes de maîtrise d'œuvre qui ont conçu les aménagements. Il s'agit donc d'un acteur majeur de ces deux projets d'aménagement.

3 Cette « table ronde des acteurs du projet » a été organisée dans le cadre d’un enseignement du Master 1 Urbanisme, Habitat, Aménagement de l’Université de Perpignan Via Domitia.

4 Daniel Hamelin, 2010, Du mythe à la réalité. Tome II, Chronique du projet urbain de la gare de Perpignan, Les Presses Littéraires, 149 p.

5 Notamment dans Daniel Hamelin, 2010, Du mythe à la réalité. Tome II, Chronique du projet urbain de la gare de Perpignan, Les Presses Littéraires, page 107 ; et présentation réunion publique du 22 septembre 2008 en mairie de quartier ouest.

6 Expression utilisée par le paysagiste Michel Desvignes, Grand Prix d'urbanisme en 2011, http://www.developpement-durable.gouv.fr/Je-crois-a-la-puissance-de-la.html

7 Entretien du 12 novembre 2014 (Direction du cadre de vie, mairie de Perpignan).

8 Ibid.

9 Ibid.

10 Ibid.

11 Ibid.

12 La notion de continuité écologique, introduite par la Directive Cadre sur l’Eau de 2000, est définie par le Code de l’Environnement comme « la libre circulation des organismes vivants et leur accès aux zones indispensables à leur reproduction, leur croissance, leur alimentation ou leur abri, le bon déroulement du transport naturel des sédiments ainsi que le bon fonctionnement des réservoirs biologiques » (article R214-109).

13 Entretien du 12 novembre 2014 (Direction du cadre de vie, mairie de Perpignan).

14 Réunion publique de présentation du PLU révisé du 17 décembre 2014.

15 Table ronde des acteurs du projet (10 mars 2015).

16 Les terrains sur lesquels ce nouveau quartier urbain voit le jour étaient majoritairement la propriété de la SNCF et du groupe STEF TFE spécialisé dans le transport frigorifique.

17 Consultable au lien suivant : http://www.scot-roussillon.com/approuve.html

18 Consultable au lien suivant : http://www.mairie-perpignan.fr/fr/demarches/urbanisme-amenagement-habitat/documents-durbanisme/plan-local-durbanisme-en-vigueur

19 Table ronde des acteurs du projet (10 mars 2015).

20 Entretien du 12 novembre 2014 (Direction du cadre de vie, mairie de Perpignan).

21 Ibid.

22 Définie par Maurice Wintz (2015) comme une nature « conçue et mise en œuvre par les instances publiques ».

23 Entretien du 15 octobre 2014 (Direction de l'aménagement et de l'urbanisme, mairie de Perpignan).

24 Entretien du 12 novembre 2014 (Direction du cadre de vie, mairie de Perpignan).

25 Brochure publicitaire du groupe GGL concernant l'opération Les Jardins de la Basse, octobre 2011.

26 Source : Bouygues Immobilier, 4ème trimestre 2015.

27 Entretien du 16 mars 2016 (Direction de l'aménagement et de l'urbanisme, mairie de Perpignan).

28 Si la présidence de cet Etablissement Public de Coopération Intercommunale change, Jean-Marc Pujol (Les Républicains) remplaçant Jean-Paul Alduy, en revanche la majorité communautaire reste à droite.

29 Entretien du 13 avril 2015 (Perpignan Méditerranée Communauté d'Agglomération).

30 La notion d'agenda est définie par Philippe Garraud comme « l'ensemble des problèmes faisant l'objet d'un traitement, sous quelque forme que ce soit, de la part des autorités publiques et donc susceptibles de faire l'objet d'une ou plusieurs décisions » (Garraud, 1990).

31 Le 31 décembre 2000, la communauté de communes Têt Méditerranée est devenue communauté d'agglomération.

32 Entretien du 21 novembre 2014.

33 Entretien du 21 novembre 2014.

34 Ces trois citations successives : entretien du 21 novembre 2014.

35 Source : PLU de Perpignan, 2007.

36 Entretien du 1er décembre 2014 avec l'ancien maire de Perpignan et ancien président de la communauté d'agglomération.

37 Source : Direction de l'Habitat et de la rénovation urbaine, mairie de Perpignan.

38 Citation relevée dans une exposition au Pavillon de l'Arsenal (Centre d'information, de documentation et d'exposition d'Urbanisme et d'Architecture de Paris et de la métropole parisienne) en janvier 2015.

39 Entretien du 16 mars 2016 (Direction de l'Habitat et de la rénovation urbaine, mairie de Perpignan).

40 Entretien du 21 novembre 2014 avec l'ancien maire de Perpignan et ancien président de la communauté d'agglomération.

41 Entretien du 7 janvier 2016 (Perpignan Méditerranée Métropole ; NB : la communauté d'agglomération s'appelait jusqu'au 1er janvier 2016 Perpignan Méditerranée Communauté d'Agglomération. Devenue communauté urbaine au 1er janvier 2016, elle s'appelle désormais Perpignan Méditerranée Métropole).

42 Entretien du 12 novembre 2014 (Direction du cadre de vie, mairie de Perpignan).

43 Présentation du projet de la section urbaine de Perpignan par l'équipe de maîtrise d'œuvre lors d'une réunion publique tenue le 18 février 2016.

44 Entretien du 14 décembre 2015 (Direction des études et des travaux de l'espace public, mairie de Perpignan).

45 Entretien du 21 novembre 2014.

46 Présentation du projet de la section urbaine de Perpignan par l'équipe de maîtrise d'œuvre lors d'une réunion publique tenue le 18 février 2016.

47 Lors de la crue historique des 17 et 18 octobre 1940, la Têt à Perpignan a enregistré un débit maximum de 3600 m3/s, « La Têt écoulait alors un volume dix fois supérieur au débit moyen de la Seine à Paris, soit près de 3000 fois plus qu’au début d’un automne normal » (G. Soutadé, « Les inondations catastrophiques d’octobre 1940 en Catalogne Nord. Le pourquoi d’une commémoration », hydrologie.org/ACT/Aiguat40/Aiguat40_055.pdf).

48 Source : Division Exploitation et Développement des Réseaux Urbains, mairie de Perpignan.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Deux projets d’aménagement urbain à l’interface ville/fleuve
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27933/img-1.png
Fichier image/png, 464k
Titre Figure 2 : Des tronçons de rivière aménagés différemment : un gradient d’artificialisation longitudinal
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27933/img-2.png
Fichier image/png, 581k
Titre Figure 3 : Les Jardins de la Basse : de la rivière au nouveau quartier, un gradient d’artificialisation latéral
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27933/img-3.png
Fichier image/png, 455k
Titre Photo 1 : Un nouveau quartier dense qui bénéficie de la proximité du parc urbain
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27933/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Crédits Photographies : Sylvain Rode, 2015
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27933/img-5.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Photo 2 : Baladoir en haut de digue et cheminements dans le lit endigué : une reconquête des berges de la Têt amorcée dans les années 2000
Crédits Photographie : Sylvain Rode, 2015
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27933/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Photo 3 : La passerelle piétonne : deux rives à relier, un tissu urbain à recoudre
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27933/img-7.png
Fichier image/png, 245k
Crédits Photographies : Sylvain Rode, 2015
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27933/img-8.png
Fichier image/png, 273k
Titre Figure 4 : Le fleuve, une limite sociale au sein de l’espace urbain ?
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27933/img-9.png
Fichier image/png, 267k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Rode, « Reconquérir les cours d’eau pour aménager la ville », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Aménagement, Urbanisme, document 806, mis en ligne le 30 janvier 2017, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/27933 ; DOI : 10.4000/cybergeo.27933

Haut de page

Auteur

Sylvain Rode

Maître de conférences en aménagement et urbanisme
Université de Perpignan Via Domitia
UMR 5281 ART-Dev, France
sylvain.rode@univ-perp.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page