Navegación – Mapa del sitio
2017

A’urba, 2016, Atlas de l’espace métropolitain de Bordeaux, Bordeaux, Mollat, 135 p.

Guillaume Pouyanne

Texto completo

1Les cartes ont un pouvoir fascinant. Je me souviens, petit, avoir longuement rêvé devant les cartes des départements du Larousse en 6 volumes de mes parents, hypnotisé par le dessin du territoire, la toile d’araignée terriblement déformée du réseau viaire, ou la zone hachurée qui figurait les plus grandes villes : zone mystérieuse et insondable où, on le devinait, palpitait une vie si complexe qu’elle en décourageait le cartographe. Plus tard, je découvris les atlas, et je ne me lassais pas de les feuilleter : ce même fonds reproduit à l’infini, si rassurant – le monde ! – mais dont le motif changeait à chaque page ; les thèmes, les couleurs, les symboles se succédaient, immense kaléïdoscope dont la mise en cohérence lançait un défi à l’intelligence…

2Un atlas, c’est précisément ce dont il est question ici. L’Atlas de l’espace métropolitain de Bordeaux se présente comme un bel ouvrage, de qualité. Les cartes sont belles et le papier glacé. Il met tout de suite en appétit, surtout par son parti-pris méthodologique : il vise moins à décrire un territoire – Bordeaux – qu’à décortiquer un processus – la métropolisation. Celle-ci s’exerce à différentes échelles, c’est pourquoi les cartes ont parfois « des contours flous ». Elle recouvre une multitude de phénomènes, d’où la diversité des techniques graphiques (à-plats traditionnels, oursins, anamorphoses…). Le challenge relevé avec panache par cet ouvrage est, sur un support plat et fixe – la carte –, de pouvoir « schématiser des espaces relationnels » et « qualifier des dynamiques ».

3L’atlas n’essaie pas de préciser le concept de métropolisation, mais au contraire de l’enrichir, de le faire bourgeonner en une variété de thématiques et d’indicateurs. Le fondement scientifique est solide, sans concession : c’est l’outil qui s’adapte à la pensée, et non l’inverse, en « cartographiant (…) un très large spectre des modalités de l’échange [qui] révèle d’une manière inédite l’existence de réseaux qui font système », selon les mots de Nadine Cattan qui signe l’introduction.

  • 1 Voir Berroir et al., 2013. Le lecteur intéressé pourra aussi se référer à la revue de la littératur (...)

4On a trop souvent essayé de réduire la métropolisation à une tendance, un processus dominant : ville « apprenante » pour Glaeser (1999), « créative » pour Florida (2002)… mais la métropolisation, telle qu’elle est entendue par l’école française, est bien un « ensemble de processus » (Lacour, Puissant, 1999), qui implique un « changement de nature des espaces métropolitains » (Nadine Cattan)1. Saluons le courage de ce positionnement méthodologique de l’atlas, qui ne choisit pas la voie de la simplicité. « Comprendre, c’est compliquer » disait Lucien Febvre. Mais il ne s’agit pas tant, ici, de compliquer une réalité déjà épaisse, que de la découper en tranches suffisamment fines pour qu’elle en devienne transparente. Voici le challenge avoué de l’atlas : éclairer toutes les facettes de ce polyèdre à géométrie variable qu’est le processus de métropolisation.

5La première complexité de la métropolisation, c’est la question de l’échelle à laquelle elle se déploie. L’atlas en retient trois : le « foyer métropolitain », sorte de pôle urbain étendu ; « l’aire métropolisée », dessinée par les fonctionnements du quotidien ; les « systèmes relationnels », construits par l’insertion dans les réseaux régionaux, nationaux ou mondiaux.

6Mais c’est aussi une variété de phénomènes et de processus : concentration, accumulation, diversification… Dans la première partie, centrée sur le foyer métropolitain, l’ouvrage nous guide à travers ces différentes dimensions : emploi, population, équipements, tout est passé au crible de ces trois manières de voir. Régulièrement, une carte de synthèse résume les grandes tendances et permet de rythmer la lecture ; initiative intéressante car, comme dans tout ouvrage de ce genre, on est vite saturé d’informations.

7La deuxième partie dézoome à l’échelle de l’aire métropolisée ; échelle variable, qui va du département à la Nation en passant par la nouvelle Région : l’analyse de la « métropolisation démographique » se décline ainsi en extension métropolitaine (échelle départementale), attraction périphérique (échelle régionale) et échanges métropolitains (échelle nationale) : la différenciation scalaire est nécessaire, puisque l’analyse des flux migratoires révèle à la fois une attraction régionale (attraction d’habitants des villes moyennes de Nouvelle Aquitaine) et un desserrement départemental (périurbanisation lointaine et littorale). Enfin, la troisième partie, les « systèmes relationnels », décline l’insertion de la métropole dans différents réseaux : économiques avec les échanges entre établissements et sièges sociaux, scientifiques avec les co-dépôts de brevets ou les publications conjointes… Le portrait d’une métropole régionale, cosmopolite et dynamique, se dessine peu à peu sous nos yeux.

8Les auteurs sont pédagogues, pas démagogues. Ils mettent l’information à portée du béotien, sans aller jusqu’à simplifier outrancièrement. C’est ainsi qu’on trouve des indicateurs complexes, comme une intéressante « probabilité d’influence de chaque pôle [pour les équipements et les services] » ou un écart normalisé entre la densité locale et la densité maximale du département, qui permet de produire une superbe carte des spécialisations fonctionnelles métropolitaines.

9On pourra, bien sûr, regretter quelques points de détail : certaines cartes n’apportent qu’une information limitée, comme celle baptisée pompeusement « L’oenotourisme girondin » et représentant simplement… les différentes AOC viticoles du bordelais. Un excès d’enthousiasme que l’on retrouve à plusieurs endroits, comme lorsqu’il est dit que le port de Bordeaux « place l’espace métropolitain au cœur du système-monde » (p. 93). L’appréciation des réseaux scientifiques et techniques aurait gagné à être précisée par disciplines ; ou la carte des « services judiciaires » issue de la Base permanente des équipements (BPE), se révèle sans intérêt puisqu’elle recense les tribunaux… tous concentrés à Bordeaux – même si, après tout, l’information cartographique n’a pas forcément besoin d’être complexe pour être pertinente.

10Ce qui est réellement appréciable dans cet ouvrage, c’est son ambition scientifique. Il est guidé par un fonds théorique implicite certes, mais très solide. Ce n’est pas un « atlas de plus », mais bien une déclinaison du concept de métropolisation, et ce qui est encore plus intéressant, une déclinaison graphique. C’est par le motif, par le dessin, presque « au premier coup d’œil », que l’on identifie les processus et les tendances. Le court texte qui accompagne les cartes leur est complémentaire, précisant et approfondissant certains points. Car en plus d’être profond, l’ouvrage est utile : il est clair que tous ceux qui ont maille à partir avec le territoire, et les élus au premier chef, le liront avec profit.

11Saluons, pour terminer, à la fois la direction scientifique, rigoureuse, et la réalisation pratique, irréprochable. L’alliance de la profondeur de réflexion et de la qualité graphique était probablement l’objectif de cet ouvrage, et il est pleinement rempli. On ne peut qu’espérer que cette initiative, unique en son genre à ma connaissance, puisse être répliquée dans d’autres métropoles.

Inicio de página

Bibliografía

Berroir B., Cattan N., Guérois M., Paulus F., Vacchiani-Marcuzzo C., 2013, Les systèmes urbains français et leur métropolisation, Travaux en ligne, No.10, Datar.

Florida R., 2002, The rise of the creative class. And how it’s transforming work, leisure, and everyday’s life, New York, Basic Books.

Glaeser E. L., 1999, “Learning in cities”, Journal of Urban Economics, Vol. 46, No.2, 254-277.

Lacour C., Puissant S., 1999, La métropolisation. Croissance, diversité, fractures, Paris, Économica/Anthropos.

Lalanne A., Pouyanne G., 2011, La métropolisation entre approfondissement et détournement. Controverses économiques du début du XXIe siècle, Rapport de Recherche pour le PUCA, MAPA 1500945916.

Inicio de página

Notas

1 Voir Berroir et al., 2013. Le lecteur intéressé pourra aussi se référer à la revue de la littérature proposée par Lalanne, Pouyanne, 2011.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Guillaume Pouyanne, « A’urba, 2016, Atlas de l’espace métropolitain de Bordeaux, Bordeaux, Mollat, 135 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En línea], Revista de libros, Publicado el 30 enero 2017, consultado el 17 agosto 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/27935

Inicio de página

Autor

Guillaume Pouyanne

Université de Bordeaux, GREThA UMR - CNRS 5113, France
pouyanne@u-bordeaux.fr

Inicio de página

Derechos de autor

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Inicio de página