Skip to navigation – Site map

Provincial et queer : refuser d’être invisible en créant un espace queer dans un monde non-queer

Regional & Queer: Refusing to be Invisible, Creating queer space in a non-queer world
Akkadia Ford
Translated by Karine Duplan
This article is a translation of:
Regional & Queer: Refusing to be Invisible, Creating queer space in a non-queer world

Abstracts

The Queer Fruits Film Festival experience demonstrated that there is a vitality in independent GLBTIQ film culture and an enthusiastic audience waiting to view films which show stories which reflect our lives on screen. Geographic isolation and fewer social and cultural resources, also underscore the importance of refusing to be invisible and the need to create public queer spaces where GLBTIQ lives can be celebrated - particularly in regional areas.
The shifting population demographics within the GLBTIQ communities in the Twenty-First Century needs to be carefully considered and respectfully represented in all spaces. Particularly, transgender communities internationally are increasing and require consultation and inclusion.
The responsibility to create a culturally relevant, just and responsive society falls upon each one of us, whatever your specialist area. In sharing the story of Queer Fruits Film Festival, it is hoped that you can be inspired to create, to change, to grow in the 21st century with a broader understanding of the complex society in which we all live.

Top of page

Full text

Note : Mes sincères remerciements vont au Professeur Baden Offord et à la Dr. Erika Kerruish, qui dirigent ma thèse de doctorat à l’Université de Southern Cross University, Australie, pour leurs commentaires généreux sur la version préparatoire de cet article.

Introduction

  • 1 Le terme de gay est souvent employé en anglais pour désigner de façon générique une personne homose (...)
  • 2 Le terme de queer est employé en anglais de façon inclusive pour désigner une personne remettant en (...)
  • 3 Cet acronyme est couramment utilisé pour désigner de façon englobante les Lesbiennes, Gays, Bisexue (...)

1Je n’ai pas toujours vécu en province. Toutefois, le fait d’être né et d’avoir grandi dans la plus importante et la plus gaie1 des villes australiennes, Sydney – également surnommée la cité émeraude – qui accueille tous les ans le Festival et la Parade de Mardi Gras gais et lesbiens, donne le sentiment que le monde entier est queer2 et tolérant. Les queers de Sydney sont des personnes socialement et culturellement privilégiées, quelque chose qui semble relever d’une évidence lorsque l’on y vit. Il y a le Mardi Gras, mais aussi des fêtes, des groupes de soutien et un important festival de films gais et lesbiens. On y rencontre de nombreuses autres personnes queers dans les rues et les cafés, ce qui fait que l’on ne s’y sent, en tant que personne queer, jamais isolée. L’atmosphère change pourtant rapidement dès que l’on quitte la ville. Une homophobie profondément enracinée se rencontre alors dès que l’on s’aventure en province (QFFF – Archives ; témoignages de la communauté et expérience personnelle), ainsi qu’une incompréhension au sujet des personnes gaies, lesbiennes, bisexuelles, transgenres, intersexes et queers (LGBTQI3). Le fait de quitter Sydney, après des années d’intégration sociale au sein de la communauté gaie, et de partir pour la région de Northern Rivers a provoqué une fissure profonde dans mon environnement social et culturel. Cette expérience rejoint ce que Halberstam (2005, p.16) définit comme le fait d’être « dé-situé » – dislocatedness - pour les personne queers, faisant alors l’expérience d’être en-dehors du temps et de l’espace lorsqu’elles quittent la ville et se retrouvent en contexte rural. Quitter Sydney relevait pourtant d’un rêve d’idylle rurale de longue date : vivre avec mon ami sur une petite propriété, planter des arbres fruitiers, vivre auprès de la nature. Nous avons ainsi décidé de nous installer à environ 35 minutes de voiture de Lismore (32 km), lieu de notre rencontre initiale, des années plus tôt. Quitter Sydney cette fois-ci, après avoir vécu dans le cœur de la communauté gaie de Newton (Sydney, Australie), s’est révélé être, de façon surprenante, particulièrement aliénant. Cela a d’ailleurs contribué à mon implication dans le développement régional d’une culture communautaire LGBTQI et au fait que je me lance alors dans un ambitieux projet : celui de créer un festival public permettant aux vies ordinaires queers d’être reconnues et célébrées par le cinéma. En effet, bien que les distances rendent les personnes queers relativement invisibles tout au long de l’année, la région de Northern Rivers possède le taux le plus important de population LGBTQI en Australie en-dehors des aires urbaines (Lismore City Council 2005).

2En 2009, un groupe de la communauté régionale gaie et lesbienne (Tropical Fruit Inc.) a personnellement pris contact avec moi, afin d’envisager la création d’un festival local de films LGBTQI. Je venais tout juste de finir de travailler en tant que directeur assistant dans un important festival de films indépendants à Sydney. Je disposais donc d’une vraie expérience dans l’industrie du cinéma et d’une bonne compréhension de la culture et de la direction cinématographique. Au cours de l’été, entre le nouvel an 2008 et la fin du mois de janvier 2009, j’ai réfléchi à cette invitation à créer un festival de films. Cela impliquait de la recherche ainsi que la prise en compte des questions clés de production : comment trouver des fonds pour un festival provincial de films LGBTQI ? Comment trouver les films ? Et, question essentielle : est-ce que les réalisatrices et réalisateurs internationaux soumettraient leurs films et soutiendraient un festival dans une région inconnue ? Après une série de réunions avec le groupe communautaire local et d’appels téléphoniques auprès d’organismes de financement de films, j’ai pensé que ce festival ne manquerait pas d’être un succès en raison de l’afflux annuel de touristes venant célébrer le Nouvel An dans la région.

3C’est ainsi que Queer Fruit Film Festival (QFFF) est né en février 2009 à Lismore, dans la région de Northern Rivers, New South Wales (NSW), Australie. Le dur labeur que constitue la production d’un festival dans le temps imparti pour une série de projections au Nouvel An de la même année, embraya rapidement. Le soutien principal vint immédiatement de la part de l’industrie du film australienne, avec notamment le soutien de l’agence gouvernementale Screen NSW pour l’édition 2009. De 2010 à 2012, les programmes de soutien provinrent d’une autre agence gouvernementale, Arts NSW. Le conseil municipal de Lismore soutint également les éditions 2010-2012. D’autres soutiens importants provinrent enfin de secteurs communautaires locaux, tel le Lismore and District Worker’s Club, ainsi que d’autres associations communautaires locales, qui fournirent d’importants avantages en nature au titre de partenaires et de sponsors. Le Lismore and District Worker’s Club compte plus particulièrement comme espace queer temporaire soutenant la communauté LGBTQI dans son ensemble, de façon inclusive. Le groupe Tropical Fruit Inc. de la communauté gaie et lesbienne de Lismore est reconnu en tant que partenaire fondateur du Queer Fruit Film Festival (QFFF). Le festival était initialement en partenariat avec ce groupe local puis, à l’issue d’une période de lancement conjointement validée, il est devenu entièrement indépendant (QFFF Archives 2009-2012).

4Mon propre rôle a été défini, dès la création, comme directeur indépendant du festival, avec la responsabilité de programmateur principal des films. Afin de relever le défi de la production de ce festival de cinéma, il importait alors de rassembler une équipe créative, qui s’emparerait collectivement de la mise en place de ce nouvel évènement queer à l’échelle régionale. Cette équipe a pris corps grâce à : Virginia Barrat, pionnière d’envergure en matière de production digitale, en tant que productrice Web ; Elka Kerkhofs, réalisateur primé, en tant que directeur d’animation ; Zan et de son soutien tout-azimut, en tant que coordinateur administratif. Cette petite équipe créative a poursuivi en partenariat la production du festival à chaque saison. Ces professionnelles et professionnels hautement qualifiés de l’art et de l’écran ont également fait partie des jurys de sélection des films, aux côtés des membres de la communauté locale LGBTQI. S’est formée également une équipe de volontaires LGBTQI, qui a joué un rôle non négligeable durant les jours de festivals, en endossant les fonctions d’hôtesses ou encore en participant à l’équipe de restauration.

5Dès le départ, le festival a appliqué une politique ouverte en matière de soumission de films de régionaux, nationaux (australiens) et internationaux. Les réalisatrices et réalisateurs du monde entier ainsi que l’industrie du New South Wales l’ont immédiatement adopté et soutenu en tant qu’événement régional clé. QFFF est donc le premier festival de cinéma queer produit et projeté de façon indépendante dans une aire provinciale en Australie, défiant et en conséquence prenant le contrepied d’une culture émergeant des villes et partant tourner en régions. Cette expérience de directeur d’un important festival de cinéma LGBTQI entre 2009 et 2012 a été le moteur de mon actuelle thèse de doctorat qui porte sur les représentations transgenres, à la fois dans les films de culture dominante et les films indépendants. Cet article constitue le début d’une exploration réflexive de la création de l’espace du Queer Fruit Film Festival.

Eléments de contexte

6Les populations et ressources gaies, lesbiennes, bisexuelles, transgenres, intersexes et queers (LGBTQI) se concentrent, à l’échelle du monde, dans les espaces urbains. Ceci a très souvent amené les populations LGBTQI résidant dans des environnements non-urbains, régionaux ou ruraux, à être privées de leurs droits civiques. L’invisibilité de ces populations au sein des médias et autres supports de diffusion culturelle contribue par ailleurs à leur mise à l’écart et à leur invisibilisation au sein de la société. Elle participe également à la diffusion d’une homophobie rampante ainsi qu’au renforcement de l’hégémonie hétéronormative que l’on rencontre au quotidien et qu’il importe de remettre en cause dans le but d’atteindre un équilibre au sein de la société. Créer un espace queer, tel qu’un festival de cinéma, rejoint les propos d’Halbertam (2005, p.1) selon lesquels il existe « un temps et un espace queer », séparés des lieux et attentes hétéronormatives. Un festival de films queer est un lieu qui offre et promeut intentionnellement et explicitement un événement inclusif, non-normatif, non-binaire en terme de genre, non-biaisé sexuellement ni culturellement en lien avec un engagement activiste.

7Dans cet article, le terme « queer » est utilisé tel qu’il l’a été lors de son utilisation et de sa circulation tout au long du Queer Fruit Film Festival, c’est-à-dire en tant que terme inclusif recouvrant l’ensemble des réalisatrices et réalisateurs LGBTQI. Cet usage suit ainsi la pratique établie au sein des festivals de cinéma queer nationaux et internationaux selon l’idée du queer comme forme « d’identité postmoderne » (Halperin 2003, p.340). Cette conception du queer coïncide également avec la culture cinématographique queer contemporaine indépendante LGBTQI. Le terme « queer » y est utilisé et reconnu en tant qu’identifiant et terme générique pour les films et les réalisatrices et réalisateurs LGBTQI. L’utilisation du terme « queer » au cours du festival peut ainsi être amenée à différer de nombreuses autres utilisations courantes, telles que celle de « non-hétéronormatif ». L’usage de cette acception inclusive du terme « queer » s’est révélé d’autant plus crucial en raison de la localisation du festival en rapport avec la circulation du queer comme label mondial de festival de cinéma LGBTQI, permettant d’être aisément reconnu et identifié parmi d’autres festivals de films indépendants. La mise en avant du terme « queer » se pose alors, vis-à-vis des réalisatrices et réalisateurs, comme un produit d’appel clairement identifiable dès lors que l’on effectue un appel international à candidatures. Il existe à l’échelle internationale de nombreux précédents quant à l’utilisation du terme « queer » dans cette acception inclusive LGBTQI. La légitimité du label queer en tant qu’abréviation pour LGBTQI au sein de la culture cinématographique est telle que des festivals de films prestigieux tels le London Lesbian and Gay Film Festival envisagent même de changer leur nom de façon à y inclure l’appellation « queer », en dépit même du fait que les termes « gay » et « lesbienne » soient eux-mêmes déjà suffisamment inclusifs et représentatifs (Robinson 2014). Une partie de la mission du Queer Fruits Film Festival visait alors à révéler l’importance des films réalisés par, à destination de et traitant de personnes LGBTQI (QFFF Archives 2009).

8Queer Fruits Film Festival s’est implanté dans la région de Lismore, qui « est une communauté mixte urbaine et rurale au cœur de la région de Northern Rivers. La ville est située sur la rivière Wilson et couvre une superficie totale de 1290 km2 » (Lismore City Council 2008, p.6). La région est connue pour sa culture populaire et est mise en avant par le conseil municipal de Lismore comme la « Région Arc-en-ciel » (Tansley 2010 ; Lismore City Council 2014). Les origines de cette appellation se réfèrent à un bateau du nom de « SS Rainbow », qui navigua sur la rivière Wilson à la fin des années 1800. L’idée d’une « Région Arc-en-ciel » a ensuite été renforcée en 1973 lors du déroulement du festival de contre-culture Aquarius, près de Nimby. Les gens voyagèrent alors de toute l’Australie pour assister à ce festival, s’installant par la suite dans les villages alentours, comme en témoigne l’implantation de la première commune locale gaie masculine, « Freecloud » (Wilson 2003). Les géographies queers de la région se trouvent à présent reconnues grâce à la réappropriation et au repositionnement de l’idée de la Région Arc-en-ciel dans les imaginaires locaux de la communauté LGBTQI. Cette communauté, qui représente une grande diversité de genres et de sexualités, utilise également le drapeau Arc-en-ciel international (et les couleurs arc-en-ciel) comme garantie de reconnaissance lors d’événements publics.

Figure 1 : En arrivant à Lismore, signe de bienvenue.

Figure 1 : En arrivant à Lismore, signe de bienvenue.

Photo : Akkadia Ford, 2013

9La population régionale comptait 44 225 habitants au recensement de 2006. Elle a ensuite augmenté de 1,89% entre les recensements de 2001 et 2006. Il importe de noter que 61,2% de la population vit en zone urbaine, 34,6% en zones rurales et 4,2% dans les villages alentours (Lismore City Council 2008, pp.6-7). Une croissance de population est attendue pour les dix prochaines années à Lismore (Lismore City Council 2008, p.7), créant ainsi un besoin continu en termes d’équipements sociaux et culturels pour l’ensemble des segments de la population.

10Lismore détient, de loin, la population LGBTQI la plus élevée d’Australie en-dehors des zones urbaines (Lismore City Council 2005). Fort heureusement, le conseil municipal de Lismore déploie une politique d’intégration claire et affiche un bilan exceptionnel en matière de soutien à la communauté queer de la région. Le conseil municipal de Lismore a ainsi apporté son soutien financier à divers évènements de la communauté LGBTQI locale, comme cela a été le cas pour le Queer Fruits Film Festival. La maire de Lismore, Jenny Dowell a également accueilli le public du festival lors de l’inauguration des éditions de 2010 à 2012.

11Le caractère provincial de Lismore et la faiblesse des opportunités économiques liées à son isolement géographique et sa position rurale, ont créé un fort taux de chômage et de pauvreté. « La région de Northern Rivers est montée en quatrième position dans la liste des trente zones les plus défavorisées du Victoria et du NSW » (Lismore City Council 2005, p.7), et l’aide financière gouvernementale (sous la forme de prestations sociales) est devenue un problème important au niveau local. Le revenu familial médian hebdomadaire à Lismore est de 22% inférieur à celui du NSW (Lismore City Council 2008, p.9). On notera à la fois que ce pourcentage demeure faible si l’on compare avec les contextes actuels de crise économique en Europe et que le taux de chômage des jeunes, qui peut monter jusqu’à 60%, est particulièrement dévastateur d’un point de vue local. Ces chiffres demeurent néanmoins significatifs si l’on compare avec les normes australiennes, ainsi que du fait de la position provinciale et des caractéristiques démographiques particulières de Lismore. Le gouvernement local a ainsi octroyé à Lismore la note de 964 pour ce qui est de l’Indice de marginalisation socioéconomique relative (Indice SEIFA), une note qui se trouve en-dessous de la norme australienne nationale de 1 000, tel que calculée à partir des variables du recensement liées à un désavantage, « comme le faible revenu, le faible niveau d’instruction, le chômage, l’emploi non qualifié et les foyers non motorisés » (Lismore City Council 2005 and the Department of Community Services).

12L’importante présence d’une communauté LGBTQI, couplée avec la faiblesse des indicateurs économiques, rend la création d’un espace queer encore plus crucial dans une zone de province telle celle de Lismore. Ce croisement de données a ainsi donné l’opportunité à un festival provincial de cinéma queer de venir combler le fossé culturel existant. Les organismes gouvernementaux de financement cinématographique ont en effet reconnu que Queer Fruits Film Festival pourrait jouer un rôle vital en promouvant le développement à l’échelle régionale d’un public de films LGBTQI tout en contribuant au niveau local à une diffusion impérieuse des cultures queers. Le festival pourrait non seulement jouer un rôle dans la dynamisation de l’économie locale à la fois comme étendard touristique et employeur à destination des créatifs locaux, mais également en apportant une reconnaissance publique et un soutien à la communauté locale LGBTQI. En tant que directeur du festival, je fus ainsi à même de négocier un partenariat unique entre le festival, la communauté LGBTQI locale, l’industrie cinématographique gouvernementale et les organismes de financement.

Le festival de film LGBTQI : un espace queer

13Les géographies des festivals internationaux de films queer et les recherches sur les festivals internationaux de cinéma queer ont en grande part été menées par Skadi Loist en Allemagne. Cet auteur a répertorié les festivals de cinéma queer pour la période 1977-2003 dans Queer Film Festivals Globally (Loist 2013). Cette cartographie compréhensive, qui recense actuellement 299 festivals de films LGBTQI existant à l’échelle mondiale depuis 1977, bénéficie d’une mise à jour régulière de la liste des festivals. Un système de marqueurs intégrant des codes couleur y est utilisé de façon à désigner les différentes phases de développement historique des festivals de cinéma queer, à partir des quatre phases proposées par Ragan Rhyne dans sa thèse de doctorat Pink Dollars : Gay and Lesbian Film Festival and the Economy of visibility (2007). Cette version en ligne de la carte est interactive : lorsque l’on clique ou que l’on passe sur un marqueur de couleur, le nom et le lieu du festival apparaissent :

« Un marqueur avec un point à l’intérieur montre un festival toujours d’actualité, tandis qu’un marqueur évidé représente un festival terminé. Le développement historique du circuit des festivals de films LGBT/Q est représenté par un code couleur, chaque couleur indiquant une période spécifique » (Loist 2013).

14Queer Fruits Film Festival a été ajouté sur ce projet cartographique international le 16 août 2012. Le festival est désigné par un marqueur violet, ce qui correspond à la phase actuelle de développement du festival, qui, selon Loist « est principalement caractérisée par la mise en place de réseaux » (Loist 2013, Map Addendum).

Figure 2 : Logo du festival. Conception originale par Elka Kerkhofs, directrice d’animation du Queer Fruits Film Festival.

Figure 2 : Logo du festival. Conception originale par Elka Kerkhofs, directrice d’animation du Queer Fruits Film Festival.

© Queer Fruits Film Festival 2009-2014.

15De manière significative, très peu de festivals, parmi les 299 recensés, sont, comme Queer Fruits film Festival, entièrement régionaux ou existent en dehors de zones ou de centres urbains majeurs. L’expression « entièrement régional » souligne la différence entre un festival de films queers qui est établi et produit régionalement de façon indépendante et un festival qui est programmé par le commissaire d’un évènement urbain et qui tourne ensuite en province. Si la différence est subtile, elle n’est pas des moindres, en particulier en ce qui concerne les stratégies qui devront être employées de façon à identifier les caractéristiques démographiques des publics régionaux et, plus encore, pour ce qui est des besoins spécifiques des publics LGBTQI, compte tenu de leur plus faible environnement socio-économique. La carte montre que la géographie des festivals de cinéma queer est essentiellement urbaine, localisée autour des centres les plus importants. Une combinaison de facteurs joue dans cette concentration urbaine, fondée sur les ressources et l’environnement économique de la production des festivals de cinéma, ainsi que sur les conditions ténues, rémunérations partielles voire non rémunérations, dans lesquelles les directrices et directeurs de festivals de films travaillent régulièrement (comme le soulignent Loist et Zielinsky 2012). Mon expérience personnelle lors de la direction de Queer Fruit Film Festival m’amène à penser qu’il s’agit d’une question de dévouement et de volonté pour produire un festival de la plus grande qualité qu’il soit, quand bien même l’on travaille avec des financements insuffisants, tout en s’appuyant sur des bénévoles et toutes autres sortes de soutien en nature. Cela implique de maintenir à chaque instant une position éthique à l’attention de chacun des participantes et participants, tout en étant à la fois pleinement responsable, en demeurant inspirée de façon créative, et en se demandant souvent si tout cela va arriver à fonctionner ensemble. Mais le fait est que cela fonctionne, soulignant la magie de la communauté queer à son meilleur niveau. Cela est également dû au travail d’une d’équipe dédiée, composé de partenaires créatifs dévoués, qui ont soutenu le processus depuis sa création.

16L’éthique de travail visant à « faire avancer le festival toujours plus avant » a en outre été d’une aide particulièrement importante dans les années de lancement du QFFF, au moment où les contrats venaient d’être mis en place avec les réalisatrices et réalisateurs, qu’un lieu avait été réservé en avance et que des fonds moins importants que ceux attendus furent tardivement versés à la mi-août par les organismes de financements, qui s’avérèrent finalement insuffisants pour mener à bien l’événement en décembre. À ce moment-là, une réunion d’urgence avec le groupe de la communauté LGBTQI permit de combler le déficit de fonds sous forme de prêt pour les frais de production du festival, garanti par (et devant être remboursé par) les entrées annuelles. Tout ceci était nécessaire afin de mener à bien le festival, mais a malencontreusement eu pour effet que l’ensemble du travail mené sur l’année n’a pas été à même de générer un quelconque revenu pour le financement des éditions suivantes (puisque toutes les recettes des entrées avaient servi au remboursement du groupe communautaire qui avait contribué à l’avance pour la production du festival). Bien que ce soit difficile à décrire, il est important de faire apparaître les pressions importantes auxquelles une directrice ou un directeur de festival se trouve soumis lors de la direction d’un festival de cinéma indépendant. Il y a les attentes de la communauté queer, celles des partenaires et sponsors de l’événement, celles encore des réalisatrices et réalisateurs et de l’industrie cinématographique, qui toutes et tous sont en contrat avec l’édition annuelle du festival.

17Toutefois, en dépit des différents obstacles et défis, les festivals de cinéma jouent un rôle important en montrant des représentations de genre et de sexualités culturellement, socialement et politiquement alternatives, venant troubler les paradigmes dominants en la matière et contrer l’hégémonie de l’hétéronormativité. Il ne s’agit donc pas simplement de « divertissement ». Les festivals de films queer sont particulièrement puissants d’un point de vue politique et mettent au centre la justice sociale et les questions des droits humains. En tant que directeur du festival, il importe alors de maintenir en permanence et de façon consciente les aspects réalistes des questions des droits humains LGBTQI, tels que l’égalité dans le mariage, les droits à la santé et au logement, avec des films au ton plus léger. Ainsi, le festival « prône (t-il) la nécessité de ‘travailler à amener des changements dans la matrice fondamentale de notre société’ » Hakeem (2010, p.150). Le film a le pouvoir de jouer un rôle unique en amenant ce changement et le film indépendant ouvre plus particulièrement la voie à l’innovation.

Figure 3 : Affiches du Queer Fruits Film Festival 2011 (gauche) et 2012 (droite). Réalisatrices et réalisateurs d’exception, 36 pays, premières australiennes et internationales.

Figure 3 : Affiches du Queer Fruits Film Festival 2011 (gauche) et 2012 (droite). Réalisatrices et réalisateurs d’exception, 36 pays, premières australiennes et internationales.

18La nécessité de représentations LGBTQI dans les communautés de province vivant en marge a été mise en évidence lorsque, chaque année, les affiche du Queer Fruits Film Festival ont été retirées des panneaux d’affichage publics dans la rue principale de Bangalow, un village voisin de Lismore (à environ 30 minutes de route), considéré pour être tout à fait « tolérant » par les populations queers locales vivant et travaillant dans la région, et en se basant sur le fait qu’aucun incident significatif d’homophobie n’ait été signalé. Cela ne signifie bien sûr pas que rien ne se soit jamais produit et ne diminue pas non plus les expériences négatives liées au fait d’être visiblement LGBTQI dans une petite ville. J’ai dû ainsi, à plusieurs reprises, comme une routine dans la promotion du festival, remplacer les affiches sur le « tableau d’information de la ville » de la rue principale, bien qu’il était clair que certains habitants n’aimaient pas le fait d’accueillir un événement queer « chez eux ».

19Il est également significatif que les réalisatrices et réalisateurs en provenance de pays non-occidentaux, en particulier les très remarquables cinéastes d’Europe de l’Est, ne reçoivent que très rarement la reconnaissance et les opportunités cinématographiques que leurs films méritent – y compris au sein de lieux critiques et engagés politiquement que sont les festivals de films queers. À cet égard, le travail de la cinéaste roumaine Florina Titz, qui a réalisé et produit le long métrage queer indépendant Trip (2010), est révélateur. Trip est un film queer de référence en termes de narration (il s’agit d’un road trip psychédélique post-communiste), mettant en scène des personnages très queers et non-normatifs, incluant toute une gamme nuancée de personnages gais, lesbiens, bisexuels, queers, et, très heureusement, une fin ouverte, puisque Florina Titz construit soigneusement le récit de façon à éviter toute contrainte menant à une fin tragique, convention narrative le plus fréquente du genre du road movie. Ce film prend plaisir à montrer le concept du queer comme un voyage ouvert et plus particulièrement la vie queer en Roumanie comme une vie créée par les personnes elles-mêmes. Le potentiel de ce film, qui semble destiné à devenir un film queer culte, et la qualité du travail de Florina Titz me sont immédiatement apparus en tant que directeur de festival. Queer Fruits Film Festival est d’autant plus fier d’être un des deux seuls festivals de films au monde qui a sélectionné Trip pour sa programmation : c’est-à-dire parmi 282 festivals de films queers existants à ce moment-là. Cette expérience semble faire écho à la marginalisation parallèle des chercheuses et chercheurs d’Europe de l’Est qui se trouvent souvent évincés au sein des publications académiques - un phénomène souligné par Robert Kulpa lors de son discours d’ouverture de la 2ème Conférence Européenne de Géographies des Sexualités qui s’est tenue à Lisbonne en 2013 (Kulpa 2013).

20La marginalisation des artistes du cinéma en provenance de pays non-hégémoniques est une réalité statistique décevante compte tenu de l’investissement des réalisatrices et réalisateurs queers indépendants qui consacrent des années entières à l’écriture, à la direction et la production de films et qui, très souvent, en financent personnellement les frais de production. En l’absence de toute garantie de programmation, elles et ils demeurent remplis d’espoir que la communauté LGBTQI au sens large soutiendra leur travail en leur proposant des espaces de programmation et des opportunités de diffusion.

21Au cours des quatre années du Festival (2009-2012), Queer Fruits Film Festival a reçu des contributions de réalisatrices et réalisateurs de plus de 36 pays du monde entier. Parmi cet ensemble de scripts tous très inspirants, des programmes de films exceptionnels, croisant tous les styles et genres, ont été sélectionnés, ouvrant à l’organisation de sessions extrêmement diversifiées et engagées. Un programme conscient sélectionnant des scénarios divers en provenance du monde entier, programmés en langue originale au sein du festival. Ces films n’ont jamais été classés en « art et essai » ou « langue étrangère » ni aucun autre des critères de différenciation usuellement utilisés dans les programmations de festivals qui tendent à marginaliser les productions non-occidentales, supposant un public incapable de comprendre autre chose que des programmes anglophones, une idée bien entendu totalement absurde. Le festival a programmé un grand nombre de premières australiennes et internationales, avec un Jury Spécial du Festival, indépendant, qui a sélectionné une large gamme de films pour les récompenses, incluant le prix du jury annuel QFFF. Les lauréats des prix des festivals sur ces années ont été les suivants : Waxie Moon (Prix du Jury 2009, dirigé par Wes Hurley, 2009) ; Resonance (Prix du Jury 2010, dirigé par Stephen Cummins et Simon Hunt, 1991) ; Kink Crusaders (Prix du Jury 2011, dirigé par Mike Skiff, 2010) ; Sexing the Transman (Prix du Jury 2012, dirigé par Buck Angel, 2012). Des prix spéciaux ont en outre été accordés pour des films tels Flamingo Pride, qui a remporté le prix de la meilleure animation en 2012 (Tomer Eshed, 2011) et Ms.Thing (Karen X. Tulchinsky, 2010), qui a remporté le prix du meilleur court métrage en 2010.

22Les films reflètent l’état et les préoccupations actuelles de la société. Ils jouent un rôle majeur dans l’éducation des publics et reflètent les attentes et aspirations de la société. Il est donc particulièrement significatif que la majorité des films produits soient basés sur le paradigme représentationnel dominant de l’hétéronormativité. Queer Fruits Film Festival a ainsi été à même d’amener une plus grande diversité de représentations à un public vivant en région.

23Le festival a reçu un très grand soutien de la part du public et une importante reconnaissance au moyen d’une large couverture médiatique. Comme mentionné précédemment, la maire de Lismore, Jenny Dowell, a gracieusement ouvert les éditions 2010 à 2012 du festival. Le Jury Spécial du Festival comprenait des personnalités de l’industrie cinématographique, tels Ross Grayson-Bell, Directeur de la réalisation au sein de l’Australian Film Television and Radio School (AFTRS). Le plus connu de toutes et tous était pourtant certainement le producteur du film hollywoodien Fight Club (qui met en scène Brad Pritt). Ce soutien de haut-vol illustre la diffusion du support que notre petit événement provincial a commencé à rassembler.

Figure 4 : Couverture médiatique locale : Une du pré-festival 2010.

Figure 4 : Couverture médiatique locale : Une du pré-festival 2010.

Source : The Northern Star, 18 décembre 2010.

24Le festival a également bénéficié d’une couverture médiatique régulière par les grands médias régionaux. Le Northern Star et le Northern Rivers Echo ont commencé à soutenir le festival en tant que partenaires de l’événement pour les éditions 2010 à 2012, offrant une couverture médiatique importante à la fois avant, pendant et après le festival. Les journaux locaux réguliers ont ainsi fourni d’importants contenus rédactionnels sur le festival et ont diffusé des informations sur les films LGBTQI à la communauté régionale dans son ensemble.

25Les industries créatives ont été identifiées en tant qu’axe prioritaire pour le développement régional, en particulier dans la région de Northern Rivers. Selon Henkel (2006) :

« En 2004, le Conseil de développement régional de Northern Rivers (NRRDB) a commencé à développer un Plan Industriel et Economique Régional (RIEP) qui doit servir de base pour déterminer les priorités du développement économique régional et gérer la croissance estimée de la population pour les 25 prochaines années. Le RIEP a identifié les industries créatives comme l’un des dix domaines prioritaires de croissance dans la région ».

26L’impact d’un événement tel que Queer Fruits Film Festival dépasse les seuls avantages économiques pour les entreprises locales en ce qu’il développe également un capital culturel. Il nous paraît significatif que le rôle et l’effet de la création culturelle sur les communautés marginales telles la communauté LGBTQI n’aient pas été inclus dans le Plan Industriel et Economique Régional (RIEP). Il est en effet difficile de comprendre pourquoi cela n’a pas été inclus, puisque la présence du groupe communautaire LGBTQI à Lismore préexiste à ce rapport.

27D’année en année, il est devenu de plus en plus évident que le public recevait de façon toujours plus enthousiaste les différents programmes des festivals, dont l’intérêt du contenu thématique a largement excédé la seule aire régionale. L’impact du festival s’est ainsi étendu bien au-delà de Lismore, incluant une importante campagne de diffusion. Queer Fruits Film Festival est parti en tournée dans d’importantes zones urbaines (à Coffs Harbour, à environ trois heures de route au sud-est de Lismore, en 2011 et à Sydney, environ dix heures de route au sud de Lismore, en 2012). Ces activités de diffusion ont pris le contrepied des tendances trop longtemps entretenues d’une culture créée dans la ville qui part ensuite « en tournée » en province. QFFF semble ainsi être un exemple unique de festival de films LGBTQI produit régionalement et tournant dans de grands centres urbains. Les festivals de cinéma reçoivent généralement un financement séparé pour la production de tournées en région, pour les films les plus « représentatifs ». Or, une des raisons pour lesquelles QFFF a été en mesure d’être programmé dans deux grandes villes est lié au fait que j’ai utilisé un ancien contact LGBTQI une fois de retour à Sydney de façon à obtenir une possibilité de programmation pour Kink Crusaders sans avoir besoin de financement pour la projection à l’écran. Nous avons ainsi été en mesure d’utiliser les recettes de cette projection pour récolter des fonds pour le groupe communautaire.

28En 2013, une invitation à organiser quatre épisodes d’une heure à l’écran sur une chaine communautaire câblée a conduit à une importante série de diffusion de programmes à l’antenne (4 épisodes de 52 chacun) qui se sont produites en même temps que le Mardi Gras Gai et Lesbien de Sydney de 2013 (SGLMG).

Figure 5 : Campagne de diffusion : tournée du Queer Fruits Film Festival, film lauréat du Prix du Jury Kink Crusaders (Mike Skiff, 2010), Sydney, prenant le contre-pied de l’idée d’une culture émergeant au cœur de la ville et partant ensuite en tournée en région.

Figure 5 : Campagne de diffusion : tournée du Queer Fruits Film Festival, film lauréat du Prix du Jury Kink Crusaders (Mike Skiff, 2010), Sydney, prenant le contre-pied de l’idée d’une culture émergeant au cœur de la ville et partant ensuite en tournée en région.

Source : Sydney Star Observer, 27 janvier 2012.

Figure 6 : Queer Fruits Film Festival, Aurora TV diffusion 2013. L’identité LGBTQI célébrée. Vanessa Wagner en couverture de l’affiche de promotion.

Figure 6 : Queer Fruits Film Festival, Aurora TV diffusion 2013. L’identité LGBTQI célébrée. Vanessa Wagner en couverture de l’affiche de promotion.

Source : Courtesy Queer Fruits Film Festival / Aurora TV 2013.

Représentations transgenres

29Début 2012, de façon à répondre à la visibilité croissante d’une population transgenre dans les régions de Northern Rivers et du South-East Queensland (une augmentation démographique non liée à la présence du festival, mais à une communauté trans de plus en plus favorable et de plus en plus visible dans les espaces publics au niveau local), l’accent a été mis sur la présentation d’un programme et d’un forum spécialement organisés sur les transgenres pour l’édition 2012 du festival. Les cinéastes transgenres et les participantes et participants des films ont été invités par QFFF à assister au festival et à créer un espace dialogue entre les cinéastes et les publics au sujet des récits transgenres alors représentés. Ce changement était une réponse de ma part en tant que directeur.trice du festival à la croissance de films trans au cours des quatre années de festival, ainsi qu’une façon de reconnaître que les récits trans étaient souvent programmés de façon inadéquate dans les festivals de films LGBTQI, tout en montrant le besoin d’ajuster la programmation de l’édition 2012 afin de l’adapter aux caractéristiques démographiques des auditoires assistant au festival.

30Le Queer Fruits Film Festival a ainsi pourvu au besoin crucial d’une représentation à l’écran et d’une reconnaissance pour ce segment de notre communauté locale. Un certain nombre de scripts ont été examinés, y compris ceux des films projetés lors de la session transgenre du festival, ainsi que les épisodes d’une série (« My Transsexuel Summer », Channel 4, Royaume-Uni, 2012) qui avait été diffusée plus tôt la même année sur l’antenne libre australienne (ABC 2, Australie, mai-octobre, 2012). Le forum a été bien reçu et les retours des participantes et participants du forum et de l’auditoire de la session ont clairement permis d’identifier le besoin de mener davantage de recherches académiques sur la question des représentations transgenre au cinéma. Ceci marque donc l’aboutissement de l’expérience collective du festival au cours de ces quatre années, une expérience qui a profondément influencé à la fois ma vie personnelle et académique et directement orienté le domaine de recherche de ma thèse en cours.

31Le paradigme dominant de l’imagerie des médias et des films développe une orientation hétéronormative sexuée de façon binaire. Cette orientation se retrouve également dans certains films « gais » ou « lesbiens » qui excluent d’autres types de diversité sexuelle ou de genre. Pour les personnes transgenres, la double invisibilité du genre dans le corps et du corps dans la société accentue le dilemme de l’existence. Programmer l’exclusion (que ce soit intentionnellement ou par négligence) ou la marginalisation des récits transgenres au sein de la programmation générale des festivals de films queers est une question qui mérite d’être abordée par toutes les directrices et tous les directeurs de festival.

32Les films transgenres sont des documents culturels importants. Certains auteurs soutiennent même que « les récits trans-produits sont l’un des trois champs révolutionnaires créant une interruption de discours et une éruption de discours (« le moment où de nouveaux discours et de nouvelles actions créent une brèche dans les paradigmes conventionnels de la pensée et de l’action, ouvrant ainsi à la création du changement ») » (Mackenzie 1999, p.196).

  • 4 Ce terme définit une personne assignée au sexe féminin à la naissance mais dont l’identité de genre (...)

33L’expérience de la direction d’un festival de cinéma queer dans une ville de province, celle d’être une personne queer de la ville déplacée dans l’espace et le temps, celle de s’identifier en tant que queer – genderqueer – dans un monde hétéronormatif, chacune de ces expériences a orienté le choix de mon sujet de recherche et la méthodologie et l’approche éthique de ma thèse de doctorat en cours. Grâce à ce projet de recherche, l’importance des films trans indépendants sera étudiée et mise en avant. Les stratégies d’autodéfinition qui apparaissent comme évidentes dans les films transgenres indépendants seront envisagées en tant que contra face aux tropes (outils, motifs, métaphores, clichés), arcs d’histoire négatifs et projections désincarnées présentés dans les films hollywoodiens et grand publics traitant de sujets transgenres. Une série de scénarios sera analysée, en mettant l’accent sur les films, réalisatrices et réalisateurs indépendants, ainsi que la « Nouvelle Vague Trans » du cinéma (Taormino 2008), avec un accent particulier sur les récits transmales4 et le travail du cinéaste, activiste et éducateur Buck Angel. Le rôle des systèmes officiels de classification et les problèmes de censure (et d’autocensure) sur les images et représentations des personnes transgenres y sera examiné tout comme l’obligation pour les films de coller à ces systèmes de « notation » de façon à attirer d’autres distributeurs et programmateurs du monde du cinéma. Le rôle et la place des festivals de cinéma dans la diffusion des représentations de genre et de sexualité culturellement, socialement et politiquement alternatives, perturbant les paradigmes dominants (normés en terme de genre), seront également examinés, à partir des archives du QFFF, de façon à contribuer à la construction du domaine internationalement croissant des études sur les festivals de cinéma.

Top of page

Bibliography

Filmographie

Flamingo Pride (Tomer Eshed 2011, Germany).

Kink Crusaders (Mike Skiff 2010, USA).

Handyman (Romney Jones 2011, Australia).

Ms. Thing (Karen X. Tulchinsky 2010, Canada).

Resonance (Stephen Cummins, Simon Hunt 1991, Australia).

Sexing the Transman (Buck Angel 2011, USA).

Trip (Florina Titz 2010, Romania).

Waxie Moon (Wes Hurley 2009, USA).

Bibliographie

Ford A., 2016, "Transliteracy and the Trans New Wave Independent Trans Cinema Representation, Classification, Exhibition", PhD Dissertation, School of Arts & Social Sciences, Southern Cross University, Australia.

Halberstam J., 2005, In a Queer Time and Place: Transgender Bodies, Subcultural Lives, NYU Press.

Halperin D., 2003, "The Normalisation of Queer Theory", Journal of Homosexuality, Vol. 45, Issue 2, 339-343.

Hakeem A., 2010, "Deconstructing Gender in Trans-Gender Identities", Group Analysis, The Group-Analytic Society International, vol.43, 2010, 141-154.

Henkel C, 2006, "Imagining the Future 2 - Screen and creative industries in the Northern Rivers region of NSW Development trends and prospects for the next decade", QUT Report.

Kulpa R., 2013, "Geographies of (Queer) Knowledge: Reflections on the critical epistemologies and the geo-temporal ‘knowlegde solutions’ in queer studies", Keynote Address (05/09/13), II European Geographies of Sexualities Conference, Lisbon, Universidade Nova de Lisboa.

Lismore City Council, 2008, Lismore Community Strategic Plan 2008-2018.

Lismore City Council, 2005, Social and Community Plan 2005-2009.

Lismore City Council, 2014, "Lismore the Rainbow Region", Viewed 2 May, 2014, http://www.smh.com.au/travel/beyond-the-pot-of-gold-20100318-qhcb.html.

Loist S., 2013, Map of Queer Film Festivals Globally (1977-2013), viewed 15/08/2013; 27/09/13; 27/02/14, http://www.academia.edu/2586566/Map_of_Queer_Film_Festivals_Globally_1977-2013_(goo.gl http://goo.gl/maps/6vdhL).

Loist S, 2012, "A Complicated Queerness: LGBT Film Festivals and Queer Programming Strategies", in Jeffrey Ruoff (ed.), Coming Soon to a Festival Near You: Programming Film Festivals, St. Andrews: St Andrews Film Books, 157–172.

Loist S., Zielinski G; 2012, "On the Development of Queer Film Festivals and Their Media Activism", in Dina Iordanova and Leshu Torchin (eds.), Film Festival Yearbook 4: Film Festivals and Activism, St. Andrews: St Andrews Film Studies, 49–62.

Mackenzie G., 1999, "50 Billion Galaxies of Gender: Transgendering the Millennium", in Kate Moore and Stephen Whittle (eds.) Reclaiming genders: transsexual grammars at the fin de siecle, Cassell, Great Britain, 193-200.

Robinson B., 2014, "Is the name ‘lesbian and gay’ right for our diverse film festival", viewed 27 February, 2014, British Film Institute, http://www.bfi.org.uk/news-opinion/news bfi/features/name-lesbian-gay-right-our-diverse-film-festival.

Rhyne R., 2007, "Pink Dollars: Gay and Lesbian Film Festivals and the Economy of Visibility", unpublished PhD thesis, New York University.

Taormino T., 2008, "The New Wave of Trans Cinema - The latest transporn breaks down both boundaries and inhibitions", viewed 24 February 2014, http://www.villagevoice.com/2008-04-08/columns/the-new-wave-of-trans-cinema/.

Tansley C., 2010, "Beyond the Pot of Gold", The Sydney Morning Herald, Viewed 2 May, 2014, http://www.smh.com.au/travel/beyond-the-pot-of-gold-20100318-qhcb.html.

Wilson H., 2003, Belonging in the rainbow region: cultural perspectives on the NSW North Coast, Southern Cross University, Lismore.

Queer Fruits Film Festival (2009-2012), www.queerfruitsfilmfestival.org.

Top of page

Notes

1 Le terme de gay est souvent employé en anglais pour désigner de façon générique une personne homosexuelle, homme ou femme. Je choisis dans ce texte de me baser sur l’acception française du terme et distinguerai les gays, homosexuels hommes, des lesbiennes, homosexuelles femmes. J’utiliserai ainsi le substantif gay et l’adjectif gai, à la façon dont Cynthia Kraus mobilise ces termes dans sa traduction de l’ouvrage de Judith Butler, Trouble dans le genre, 2005, p.23.

2 Le terme de queer est employé en anglais de façon inclusive pour désigner une personne remettant en cause les catégories binaires d’identité sexuelle (homme et femme), d’identité de genre (masculin et féminin) et d’orientation sexuelle (hétérosexuelle et homosexuelle). Afin d’aider à son usage par la langue française, et dans la lignée du partis pris de traduction du terme gay, je choisis dans ce texte de décliner l’adjectif selon les règles grammaticales en usage. Je parlerai ainsi de films queers.

3 Cet acronyme est couramment utilisé pour désigner de façon englobante les Lesbiennes, Gays, Bisexuel.le.s, Trans, Queer et Intersexes, soit l’ensemble de celles et ceux mettant en avant une sexualité non hétérosexuelle. Par extension, l’acronyme LGBTQI peut également être utilisé comme adjectif permettant de qualifier un sujet se rapportant aux thématiques lesbiennes, gaies, bisexuelles, trans, queer et intersexe. Un film LGBTQI est donc un film réalisé par, à destination de, ou mettant en scène des sujets LGBTQI.

4 Ce terme définit une personne assignée au sexe féminin à la naissance mais dont l’identité de genre est orientée de façon masculine, quel que soit son sexe et son orientation sexuelle. Par extension, l’adjectif qualifie un sujet traitant de ce parcours de transition.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1 : En arrivant à Lismore, signe de bienvenue.
Credits Photo : Akkadia Ford, 2013
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27962/img-1.png
File image/png, 1.5M
Title Figure 2 : Logo du festival. Conception originale par Elka Kerkhofs, directrice d’animation du Queer Fruits Film Festival.
Credits © Queer Fruits Film Festival 2009-2014.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27962/img-2.png
File image/png, 92k
Title Figure 3 : Affiches du Queer Fruits Film Festival 2011 (gauche) et 2012 (droite). Réalisatrices et réalisateurs d’exception, 36 pays, premières australiennes et internationales.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27962/img-3.png
File image/png, 692k
Title Figure 4 : Couverture médiatique locale : Une du pré-festival 2010.
Credits Source : The Northern Star, 18 décembre 2010.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27962/img-4.png
File image/png, 805k
Title Figure 5 : Campagne de diffusion : tournée du Queer Fruits Film Festival, film lauréat du Prix du Jury Kink Crusaders (Mike Skiff, 2010), Sydney, prenant le contre-pied de l’idée d’une culture émergeant au cœur de la ville et partant ensuite en tournée en région.
Credits Source : Sydney Star Observer, 27 janvier 2012.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27962/img-5.png
File image/png, 575k
Title Figure 6 : Queer Fruits Film Festival, Aurora TV diffusion 2013. L’identité LGBTQI célébrée. Vanessa Wagner en couverture de l’affiche de promotion.
Credits Source : Courtesy Queer Fruits Film Festival / Aurora TV 2013.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27962/img-6.png
File image/png, 420k
Top of page

References

Electronic reference

Akkadia Ford, « Provincial et queer : refuser d’être invisible en créant un espace queer dans un monde non-queer », Cybergeo : European Journal of Geography [Online], E-topics, Online since 10 February 2017, connection on 25 June 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/27962

Top of page

About the author

Akkadia Ford

PhD Graduate
School of Arts & Social Sciences
Southern Cross University, Australia

Top of page

Copyright

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Top of page