Skip to navigation – Site map
2017
808

Inégalités socio-spatiales dans les villes et leurs évolutions récentes : comparaison de Besançon, Mulhouse et Strasbourg

Socio-spatial inequalities in the cities and their recent evolutions: comparison between Besançon, Mulhouse, and Strasbourg
Kawtar Najib
Translation(s):
Socio-spatial inequalities in the cities and their recent evolutions: comparison between Besançon, Mulhouse, and Strasbourg

Abstracts

This paper describes and analyzes socio-spatial inequalities in the cities of Besançon, Mulhouse, and Strasbourg and their evolutions, both from the categorization of spaces and from the urban heritage. The idea is not only to better understand how inequalities develop in cities, but also to measure and track the dynamics of these inequalities between 1990 and 2007, which reveal specific socio-spatial structures and evolutionary factors. Each of the three study areas has its own specific characteristics (from a geohistorical, cultural, socio-economic and political point of view) and its own evolutionary trends (towards varying degrees of socio-spatial mix). More exactly, the mobilization of spaces took place mainly around the historical center especially in Besançon and Strasbourg, but also within the most attractive zones initially favoured by the bourgeoisie. As for the recent general evolutionary trend, it is towards the improvement of the socio-economic conditions of Besançon, to the pauperization of Mulhouse and finally both to the gentrification and the degradation of Strasbourg.

Top of page

Full text

Introduction

1La répartition spatiale des fonctions et des populations urbaines n’est pas due au hasard, elle peut mettre en évidence des dynamiques de séparation importantes. En effet, les sociétés urbaines révèlent de multiples inégalités socio-spatiales qui traduisent des dysfonctionnements sociaux et territoriaux majeurs (Tissot et Poupeau, 2005). La séparation des différents groupes sociaux dans un même espace urbain peut être subie ou volontaire, et révéler des tensions plus ou moins importantes entre classes sociales qui s’opposent dans la hiérarchie sociale (Roncayolo, 1952 ; Brun et Chauviré, 1983 ; Pinçon et Pinçon-Charlot, 1989 ; Chauviré et Chauviré, 1990 ; Brun et Rhein, 1994). Ces inégalités socio-spatiales se traduisent notamment dans les villes par des différences d’accès à l’emploi, de qualité des logements ou encore d’intégration territoriale.

  • 1 La géographe Raymonde Séchet (2012) révèle que les politiques françaises et européennes de réductio (...)
  • 2 Le modèle communautaire consiste en un regroupement affinitaire des pairs. Éric Charmes (2009) expl (...)

2En raison de l’ampleur de ce phénomène, nous cherchons à mieux comprendre comment les inégalités socio-spatiales se construisent et se modifient dans les villes et ce, en lien avec leur propre histoire et particulièrement avec les actions politiques menées notamment en matière de logement et d’urbanisme. En effet, les inégalités socio-spatiales interrogent nos sociétés démocratiques qui sont fondées avant tout sur le principe d’égalité. Celui-ci fait référence, dans sa conception rawlsienne1, à la notion de justice sociale et spatiale. De plus, en France où le modèle communautaire2 est très souvent rejeté au nom de l’égalité républicaine, une des solutions proposées et adoptées par les politiques urbaines est le principe de mixité sociale. Or, les politiques qui prônent ce principe (notamment la Politique de la Ville, la loi Solidarité et Renouvellement Urbain, les Contrats Urbains de Cohésion Sociale…) n’ont pas réussi à réduire les divisions allant parfois même jusqu’à les accentuer (Commerçon, 1988 ; Simon, 1995 ; Subra, 2006 ; Bilek et al., 2008 ; Charmes, 2009 ; Giroud, 2015).

3La présente contribution étudie ces phénomènes de divisions ; elle prend appui sur l’analyse et la comparaison des différenciations et transformations socio-spatiales existantes au sein de trois villes, Besançon, Mulhouse et Strasbourg. Si l’on met en évidence leurs configurations urbaines et leurs facteurs d’évolutions (d’un point de vue historique, démographique, socio-économique et politique), la comparaison de ces trois villes se révèle alors très pertinente, notamment eu égard à leur contexte régional, leur taille et leur proximité géographique.

La dynamique des inégalités : analyse des différenciations et des transformations

Quel contexte théorique ?

4Au cours de ces derniers siècles, les espaces urbains ont grandement évolué et présentent des ensembles de populations, d’habitats et d’activités différenciés (Bourdeau-Lepage et Huriot, 2005 ; Grafmeyer et Authier, 2011). En effet, les différenciations socio-spatiales semblent être une constante de tout temps (Smith, 2010) et Rosanvallon (2011) explique qu’il faut bien sûr les admettre, mais qu’elles soient relativement limitées pour assurer un « vivre-ensemble » et une paix sociale. Le principe de mixité sociale étant privilégié, de nombreux chercheurs ont montré que la proximité spatiale n’est pas assurément un indice efficace d’intégration sociale (Chamboredon et Lemaire, 1970 ; Rhein, 2002). Autrement dit, la proximité spatiale n’engendre pas nécessairement une proximité sociale, les frontières entre classes sociales étant difficilement franchissables malgré leur cohabitation. Donzelot (2006), dans ce sens, explique aussi que la politique de redistribution des populations ne peut pas, à elle seule, lutter contre ces logiques de séparation socio-spatiales. Par ailleurs, les inégalités sont par essence dynamiques (socialement, géographiquement, économiquement, démographiquement, politiquement…) ; c’est pourquoi, il est également intéressant et original de comparer la dynamique de ces inégalités. Aussi, nous incombe-t-il de savoir comment ces inégalités évoluent dans le temps, tout en observant si l’écart entre les quartiers les plus précaires et les plus aisés se réduit ou s’accentue.

5Les structures urbaines peuvent être différentes d’une ville à l’autre, et elles peuvent présenter des différences majeures à l’intérieur d’une même ville. En effet, la ville possède plusieurs facettes et correspond, selon Berry (1964), à « un système dans un système de villes ». Ces diverses facettes varient généralement selon les populations, l’héritage urbain ou l’action politique. Par conséquent, les villes, par leur configuration spatiale, leur histoire, leur organisation économique et institutionnelle, peuvent présenter des inégalités socio-spatiales plus ou moins marquées. Ces différentes formes socio-spatiales, qu’elles aient été pensées politiquement ou qu’elles résultent spontanément de diverses dynamiques, cristallisent et reflètent les logiques des sociétés et des fonctions qu’elles abritent (Ascher, 2001). Ainsi, l’idée est de se focaliser sur l’espace urbain, plus à même de révéler les inégalités les plus fortes (Tissot et Poupeau, 2005), plus ou moins visibles selon l’échelle retenue.

Quels espaces ?

  • 3 Une précédente étude réalisée à l’échelle des grands quartiers bisontins a montré la nécessité de m (...)

6Dans cet article, la ville est donc privilégiée, mais il s’agit surtout de s’interroger sur les diverses échelles d’analyses possibles pour répondre au mieux à notre objectif. Le découpage territorial (ou délimitation spatiale) qui se rapproche le plus de la partie agglomérée d’une ville et qui possède des règles de découpage morphologique similaires d’une ville à l’autre est l’unité urbaine. Elle met en avant généralement une ville-centre et une banlieue. Ainsi, en partant de l’unité urbaine, nous pouvons étudier l’espace urbain d’abord dans son ensemble, pour ensuite se focaliser uniquement sur sa ville-centre qui est composée de plusieurs quartiers (plus précisément d’Îlots Regroupés pour l’Information Statistique3, IRIS).

7Afin de disposer d’exemples de villes à la fois comparables et diversifiés, nous avons sélectionné trois espaces urbains mobilisés dans une même zone géographique (le Nord-Est de la France), le but étant de limiter les disparités de contexte régional. Ces trois villes se sont développées selon le rythme de la croissance de la plupart des villes françaises, sur lequel l’histoire locale a renforcé les particularismes urbains. En effet, en prenant en compte la géohistoire des villes, on peut mieux comprendre leur fonctionnement contemporain, et en particulier les phénomènes d’inégalités qui peuvent émerger (annexe 1). Citons l’exemple de Besançon qui se distingue par son site environnemental remarquable, notamment avec la présence de la Citadelle construite par Vauban, située sur une colline de la vieille ville. La mobilisation des espaces s’est effectuée autour du centre bisontin et en fonction de la distance à ce centre. Mulhouse, quant à elle, présente deux zones bien distinctes (une colline résidentielle et bourgeoise au Sud et une zone plane populaire et industrielle au Nord) qui se dessinent avec l’influence de son fleuve, son passé industriel, ses nombreuses cités ouvrières, ainsi que son héritage germanique. Enfin, Strasbourg, en raison de sa position géographique (c’est-à-dire située à proximité de l’Allemagne Rhénane ainsi qu’au croisement de la route qui va de l’Italie à la Flandre et de la France vers l’Europe centrale) est rapidement devenu un centre économique très actif. Elle jouit également d’un patrimoine d’une grande diversité qui s’observe en priorité dans son centre-ville. Celui-ci ainsi que le prolongement vers les quartiers situés au Nord renferment des activités de prestige parfois à vocation européenne, et semblent s’opposer au reste de la ville (Najib, 2013). Par ailleurs, ces trois villes ont également été choisies en fonction de leur poids démographique différent afin de mesurer et comparer l’importance de ce critère dans les phénomènes d’inégalités socio-spatiales. Cela permet de présenter une étude approfondie sur des villes moyennes, alors que la plupart des travaux aborde plutôt de très grandes villes (Tabard, 1993 ; Brun et Rhein, 1994 ; Mansuy et Marpsat, 1994 ; Lajoie, 1998 ; Guilly et Noye, 2004 ; Schwabe, 2007). En effet, les villes moyennes ont fait l’objet de peu de travaux sur cette thématique (Commerçon, 1988 ; Rérat, 2012). Dans le cas présent, il s’agit d’étudier les deux unités urbaines moyennes de Besançon et Mulhouse ainsi que Strasbourg, une métropole au rayonnement plus large. Plus précisément, ces premières comptent, de nos jours, plus de 170 000 habitants et Strasbourg presque 500 000. De plus, Besançon concentre un fort taux d’emploi tertiaire, alors que Mulhouse est plus industrielle et Strasbourg possède des fonctions métropolitaines européennes. Ces divers points nous confortent dans l’idée de comparer ces trois organisations socio-spatiales, ainsi que leurs tendances d’évolution.

Quelles démarches et quelles données ?

8La mise en évidence de la dynamique des inégalités socio-spatiales amène à nous pencher sur les relations complexes entre la structure sociale et la structure spatiale ainsi que leurs recompositions. Autrement dit, on s’intéresse aux rapports que les groupes entretiennent avec leur espace ; cette relation est analysée non seulement à partir de la répartition spatiale des populations et de leur résidence, mais aussi selon la trajectoire socio-spatiale des quartiers de Besançon, Mulhouse et Strasbourg. Dans une optique comparative, il semble alors pertinent d’une part de mettre en avant des logiques résidentielles et de séparation, et d’autre part de suivre des tendances d’évolution vers plus de paupérisation, de gentrification ou de mixité socio-spatiale. Apparaît, en effet, un lien fort entre le type de ménage et le type de logement puisqu’en général les catégories aisées se distancent volontairement des quartiers paupérisés, et les catégories précaires sont de plus en plus reléguées dans des espaces enclavés et marginalisés (Maurin, 2004 ; Buisson et Mignot, 2005). Les classes moyennes, quant à elles, plutôt caractérisées par une plus grande diversité, occupent le reste de la ville ou cohabitent avec les autres catégories sociales (Bidou, 1984 ; Oberti et Préteceille, 2004). Dans ce sens, Donzelot (2004) parle de ville à trois vitesses qui correspond à un embourgeoisement des centres-villes, une fuite des classes moyennes vers une périphérie moins coûteuse et un ancrage des populations en difficulté dans les quartiers d’habitat social. Dans cet article, il s’agit également de voir si ce modèle s’applique aux trois villes dédiées à notre étude.

9Ici, les inégalités sont non seulement appréhendées à partir d’indicateurs statistiques classiques issus des recensements généraux de la population (RGP) faisant référence aux caractéristiques des ménages et des logements, mais aussi mises en relation avec l’héritage urbain des zones étudiées. Les données retenues, datant de 2007 (tableau 1), permettent d’individualiser des quartiers par groupes homogènes et donc de dégager, dans un premier temps, les différenciations socio-spatiales au sein des unités urbaines d’étude. Il faut, cela dit, préciser que le choix de ces données a été contraint par le panel existant à l’échelle de l’IRIS. Ces variables, qui sont des incontournables de la tradition écologique, ont été sélectionnées puisqu’elles cherchent à mettre en avant les rapports que les individus entretiennent avec leur territoire. Plus précisément, elles font référence au cycle de vie des habitants, ainsi qu’au cycle résidentiel d’urbanisation, et permettent d’identifier des catégories socio-spatiales spécifiques.

Tableau 1: Thématiques et description des indicateurs retenus

Thématiques

Indicateurs

Logement

Type de logement et statut d’occupation des résidences principales (RP) :

- Part des maisons individuelles dans l’ensemble des RP ;
- Part des appartements dans l’ensemble des RP ;
- Part des RP occupées par des propriétaires dans l’ensemble des RP ;
- Part des RP HLM occupées par des locataires dans l’ensemble des RP ;
- Part des RP non-HLM occupées par des locataires dans l’ensemble des RP ;

Période d’achèvement de la construction des résidences principales
 :

- Part des RP construites avant 1949 dans l’ensemble des RP ;
- Part des RP construites entre 1949 et 1974 dans l’ensemble des RP ;
- Part des RP construites entre 1975 et 1989 dans l’ensemble des RP ;
- Part des RP construites entre 1990 et 2004 dans l’ensemble des RP ;

CSP

Catégories socioprofessionnelles de la personne de référence du ménage :

- Part des artisans, commerçant, chefs d’entreprise dans l’ensemble des CSP ;
- Part des CPIS dans l’ensemble des CSP ;
- Part des professions intermédiaires dans l’ensemble des CSP ;
- Part des employés dans l’ensemble des CSP ;
- Part des ouvriers dans l’ensemble des CSP ;
- Part des retraités dans la population totale ;
- Part des autres, sans activité professionnelle dans la population totale ;

Démographie

L’âge des personnes dans la population totale :

- Part des personnes âgées de moins de 18 ans dans l’ensemble de la population ;
- Part des personnes entre 18 et 24 ans dans l’ensemble de la population ;
- Part des personnes entre 25 et 39 ans dans l’ensemble de la population ;
- Part des personnes entre 40 et 54 ans dans l’ensemble de la population ;
- Part des personnes entre 55 et 64 ans dans l’ensemble de la population ;
- Part des personnes entre 65 et 79 ans dans l’ensemble de la population ;
- Part des personnes âgées de 80 ans ou plus dans l’ensemble de la population ;

Famille

Situation familiale du ménage :

- Part des célibataires dans l’ensemble des familles ;
- Part des couples sans enfants dans l’ensemble des familles ;
- Part des familles monoparentales dans l’ensemble des familles ;
- Part des couples avec enfant(s) dans l’ensemble des familles ;
- Part des couples avec 0 enfant de moins de 25 ans dans l’ensemble des familles ;
- Part des couples avec 1 enfant de moins de 25 ans dans l’ensemble des familles ;
- Part des couples avec 2 enfants de moins de 25 ans dans l’ensemble des familles ;
- Part des couples avec 3 enfants et plus de moins de 25 ans dans l’ensemble des familles.

Source : INSEE

10Des planches de cartes dessinant la distribution spatiale des divers critères retenus ont mis en avant des modèles d’organisation spatiale des plus fréquents (modèles centre-périphérie, radioconcentrique, multi-polaire…) (Najib, 2013). Par la suite, nous décidons de synthétiser cet ensemble important d’informations en réalisant une typologie via une Analyse en Composantes Principales (ACP) et une Classification Ascendante Hiérarchique (CAH). Cette typologie montre, pour les trois unités urbaines d’étude, que la banlieue est plus homogène que la ville-centre et met en évidence les corrélations existantes entre la structure bâtie et la composition des ménages (ibid.). Ceci nous incite à focaliser la suite de nos analyses, c’est-à-dire l’étude des trajectoires socio-spatiales, à l’échelle de la ville-centre puisqu’elle présente une plus grande hétérogénéité entre IRIS (notamment d’un point de vue de l’âge de la population, de la situation familiale et de la catégorie socioprofessionnelle des ménages) et sans doute les plus fortes inégalités.

  • 4 Au moment de l’investigation, seul le recensement datant de 2006 était disponible.

11Cette analyse diachronique des trajectoires apporte, dans un second temps, des renseignements sur la transformation des structures urbaines. Il s’agit, en effet, d’une méthode d’analyse assez originale ; elle est réalisée à l’échelle de la commune et sur une période récente de près de vingt années (de 1990 à 20064) couvrant différentes évolutions des politiques urbaines. Rappelons que jusqu’à la fin des années 1980, on s’intéressait en priorité au problème du logement dans les grands ensembles d’habitation. À partir des années 1980-1990, la question sociale prend une place plus importante avec plusieurs programmes sur la délinquance, l’échec scolaire, la cohésion sociale, etc. (tels que le Développement Social des Quartiers : DSQ, les Zones d’Éducation Prioritaire : ZEP, les Zones Urbaines Sensibles : ZUS…). Puis, les années 2000 marquent une avancée car on reconsidère l’espace urbain dans sa globalité plutôt que de se focaliser sur certaines zones prioritaires, et les mesures prises sont plus directives. Au final, on pourra lire l’impact de ces diverses mesures sur le système urbain puisque l’analyse factorielle exploratoire multi-date, mobilisée à cet effet, permettra non seulement de décrire la configuration socio-spatiale des villes étudiées, mais aussi de suivre son évolution dans le temps.

12En définitive, cette démarche quantitative, rattachée à l’écologie urbaine, n’est pas nouvelle, à l’exception de l’approche multi-date qui reste encore aujourd’hui assez innovante. En effet, les premières études connues portant sur la mesure des inégalités socio-spatiales datent des années 1950 et ont pris corps aux États-Unis (en particulier à Chicago). L’analyse quantitative des formes prises par la division sociale dans les villes va se développer plus tard en France vers les années 1960-1970 ; elle est d’abord l’œuvre de chercheurs issus de la région parisienne (notamment la démographe Catherine Taisne-Plantevin et l’ingénieur Michel Barbier) ainsi que du Groupe Dupont (une association francophone de géographes fondée en 1971) et d’une équipe de recherche strasbourgeoise (comprenant les géographes Michel Pruvot et Henri Reymond) (Rhein, 1994 et 1997). De plus, les analyses factorielles sont généralement délaissées au profit de méthodes d’analyse strictes de la ségrégation telles que les indices de ségrégation, surtout aux États-Unis. Ceux-ci ont un fort écho dans l’action politique étatsunienne et notamment pour l’évaluation de leurs politiques déségrégatives (Rhein, 1994). Ils sont, en effet, très présents dans les débats d’ordre juridique sur la ségrégation résidentielle opposant les quartiers des Noirs et des Blancs. Cela dit, les analyses factorielles sont dans ce domaine bien connues, même si l’approche diachronique est plus rare. Des exemples d’analyse des trajectoires factorielles sont donnés dans Shevky et Bell (1955), Abu-Lughod (1969) et Johnston (1973) pour les études anglo-saxonnes, puis dans Piron et al. (2004 et 2006) pour les études françaises. Enfin, de nombreux travaux mobilisant ces méthodes factorielles ainsi que ces trois zones d’étude de Besançon, Mulhouse et Strasbourg existent (Weber, 1982 ; Pruvot et Weber-Klein, 1984 ; Gerber, 1999 ; Floch, 2007), mais ils ne mobilisent pas les mêmes échelles d’analyse ; ce qui donne, dans certains cas, des éléments de comparaison (par exemple, les poches de ségrégation mises en avant par Floch (2007)) mais bien souvent les échelles d’analyse divergent et la comparaison n’est pas possible.

La construction géohistorique des villes : logiques d’urbanisation différenciées

13Avant de s’intéresser à l’évolution des inégalités socio-spatiales des villes d’étude, il convient d’abord de les mettre en évidence. Il s’agit en effet ici d’observer les structures urbaines contemporaines, de voir si elles dégagent des différenciations spécifiques, de mieux comprendre comment elles se sont construites et enfin de les comparer.

14Rappelons qu’une première étape d’analyse reposant sur un travail cartographique multithématique (âge, situation familiale, catégorie socioprofessionnelle, type de logement, période d’achèvement des constructions et statut d’occupation) révèle des différenciations urbaines particulières ainsi que des corrélations plus ou moins fortes entre variables. La synthétisation de ces données descriptives se matérialise par des cartes typologiques – proposées dans la figure 1 – qui permettent de visualiser les résultats de la synthèse rassemblant les IRIS d’étude selon des critères de ressemblance. Les typologies dégagées sont associées aux contextes historique, géographique et urbanistique des trois agglomérations d’étude afin de mieux comprendre leur réalité socio-spatiale, une réalité représentée dans des schémas de synthèse globaux (figure 2).

Typologie des quartiers-IRIS d’étude

  • 5 Il s’agit, plus précisément, d’une ACP normée centrée réduite qui permet de s’affranchir de l’hétér (...)
  • 6

15Les typologies ci-dessous ont été construites à partir de CAH menées sur les deux premiers axes factoriels dégagés par les ACP5. La troncature automatique a permis d’identifier, pour l’ensemble des zones d’étude, une typologie en trois classes bien distinctes. Ces groupes de quartiers sont relativement homogènes (faible inertie intra-classe) et se différencient significativement les uns des autres (forte inertie interclasse)6. D’après les typologies, les classes des trois zones d’étude semblent se diviser de la même manière. La banlieue (en vert) comporte un nombre élevé de communes alors que les zones d’habitat social (en jaune) ne sont pas très nombreuses et sont présentes principalement dans la ville-centre. Les quartiers majoritairement centraux et péricentraux (en bleu) ainsi que certains quartiers périphériques se distinguent également. Ici, nous remarquons que le centre historique présente les mêmes caractéristiques que sa ceinture péricentrale et quelques IRIS périphériques au vu des variables retenues.

Figure 1 : Typologie des quartiers-IRIS d’étude en 2007

Figure 1 : Typologie des quartiers-IRIS d’étude en 2007

16L’unité urbaine de Besançon présente une banlieue en grande majorité composée de maisons individuelles, de résidences datant essentiellement de 1949 à 1989. On retrouve également des ménages spécifiques de ces zones de banlieue tels que des propriétaires, des retraités et des couples avec ou sans enfant(s). Bien que les banlieues soient en général plus homogènes par rapport aux villes-centres, on retrouve malgré tout un ensemble homogène à l’intérieur des villes-centres rassemblant le centre historique, le péricentre et une partie des quartiers périphériques. Pour l’exemple bisontin, il s’agit des quartiers périphériques Nord-Ouest. L’extension de la ville à partir du centre historique s’est faite dès le milieu du 19ème siècle avec notamment l’élan de l’activité industrielle horlogère. Cet ensemble bleu est surreprésenté par des logements non seulement anciens mais aussi datant des Trente Glorieuses. Il se distingue par la présence de célibataires, de couples sans enfant, et plus précisément de couples sans enfant de moins de 25 ans au domicile. Enfin, nous distinguons nettement la zone des grands ensembles de Planoise construite au début des années 1960 selon un plan corbusien. Il s’agit de la plus grande ZUS de Besançon. Les autres ZUS ou quartiers d’habitat social ne ressortent pas particulièrement ici. À Planoise, la part des locataires des Habitations à Loyers Modérés (HLM) est la plus élevée, tout comme celles des ouvriers, des familles monoparentales, des jeunes âgés de moins de 18 ans et des familles nombreuses.

17À Mulhouse, la classe des zones d’habitat social (en jaune) s’oppose aux deux autres classes, si l’on considère son individualisation précoce dans le dendrogramme et sa distance par rapport aux classes bleue et verte. Il s’agit principalement de zones sensibles définies par la Politique de la Ville à l’exception de quelques IRIS des communes d’Illzach et Rixheim, situées dans la banlieue Est. La banlieue mulhousienne ressemble, malgré tout, aux deux autres banlieues d’étude, mais elle est plus ancienne et plus ouvrière vu son important héritage industriel. La classe jaune englobe une grande partie des quartiers de la ville-centre puisque Mulhouse possède la particularité d’inclure des ZUS localisées aussi bien au centre-péricentre qu’en périphérie, contrairement à Besançon et Strasbourg qui ne recensent pas de ZUS dans leur centre-ville. On retrouve de forts taux de couples avec enfant(s), de logements datant de la période 1949-1974, d’ouvriers, de jeunes, de locataires d’HLM et de retraités. En outre, dans cette classe, les maisons unifamiliales ainsi que les logements dont la construction s’est terminée avant 1949 sont nettement plus nombreux qu’à Besançon et Strasbourg, ce qui s’explique par la présence non négligeable de cités ouvrières qui sont devenues aujourd’hui, pour certaines d’entre elles, des ZUS. En effet, Mulhouse a vu se développer sur son territoire, à partir de la moitié du 19ème siècle, les premières cités ouvrières de France (Jonas, 2003). En ce qui concerne la classe bleue (qui regroupe le centre historique ainsi qu’une partie du péricentre et de la périphérie), la majorité des constructions a également été achevée avant 1974. Les locataires du secteur privé, ainsi que les propriétaires sont très nombreux dans ces espaces, tout comme les célibataires, les couples sans enfant, les Cadres et Professions Intellectuelles Supérieures (CPIS) et les professions intermédiaires. Ce profil de quartiers est également présent dans quelques zones localisées dans la première couronne de la commune.

18Dernier exemple, l’unité urbaine de Strasbourg qui, elle, présente une banlieue moins pavillonnaire. En effet, la part des maisons individuelles y est plus faible avec une différence de près de 13 et 15 points respectivement pour les banlieues urbaines de Besançon et Mulhouse. L’agglomération strasbourgeoise doit offrir un logement à sa forte population (soit près du double par rapport à Mulhouse sur une superficie quasiment similaire et du triple par rapport à Besançon qui s’étend sur un espace deux fois plus petit). Ainsi, l’habitat collectif est dominant. Concernant les quartiers centraux et péricentraux ainsi que quelques quartiers périphériques, on note qu’ils forment également une seule et même classe affichant une surreprésentation des constructions anciennes. En effet, la part des constructions achevées avant 1949 y est de 37%, contre 31% pour Mulhouse et 26% pour Besançon. Les quartiers entourant les centres bisontin et mulhousien sont donc plus récents que ceux de Strasbourg. De même, les CPIS y sont les plus nombreux (avec un pourcentage de 17%, soit près de 6 points de différence avec les deux autres villes d’étude). Ceci constitue une des caractéristiques des grandes métropoles, de surcroît lorsqu’elles ont un rayonnement européen. Comme à Mulhouse mais à un moindre niveau, ces deux catégories de quartiers s’opposent aux zones d’habitat social qui correspondent également, en grande majorité, à des zones sensibles, excepté quelques IRIS aussi bien situés dans la ville-centre qu’en banlieue. Toutefois, ces derniers semblent présenter les mêmes caractéristiques de précarité généralement recensées dans les ZUS.

19En somme, on remarque que les caractéristiques urbaines et sociodémographiques des banlieues diffèrent de celles des villes-centres, excepté pour quelques quartiers aisés périphériques bisontins tels que Velotte, Bregille, Les Tilleroyes, etc. Il en est de même à Mulhouse et Strasbourg avec respectivement les quartiers de Rebberg Sud-Est et de la Robertsau. Cette ressemblance est en partie liée à la morphologie urbaine historique qui présente une structure du bâti essentiellement composée de maisons individuelles datant des 18ème et 19ème siècles. De plus, nous remarquons qu’il existe quelques communes de banlieue qui possèdent les mêmes caractéristiques que les classes bleue et jaune. Nous distinguons notamment les communes d’Illzach et Pfastatt pour la banlieue de Mulhouse et principalement les communes de Schiltigheim et Illkirch-Graffenstaden pour Strasbourg. Celles-ci s’inscrivent dans la continuité de l’urbanisme et du dynamisme de leur ville-centre. Elles accueillent, depuis le milieu du 20ème siècle, un certain nombre de fonctions urbaines (telles qu’un campus universitaire ou une zone commerciale…) qui joue un rôle important dans l’extension de Mulhouse et Strasbourg ainsi que dans leur propre développement.

20Au demeurant, les inégalités socio-spatiales sont assurément plus visibles et certainement plus fortes dans les villes-centres. Cette grande diversité se traduit principalement par la présence de morphologies urbaines différentes ainsi que par la coexistence de catégories socioprofessionnelles qui s’opposent dans la hiérarchie sociale, allant des plus aisées aux plus défavorisées. Ces diverses morphologies et catégories peuvent dans certains cas se regrouper ou apparaître plus éparpillées et isolées dans la ville.

Vers la synthèse d’une réalité observée et analysée

21Les résultats obtenus aident à mieux comprendre les structures socio-spatiales de Besançon, Mulhouse et Strasbourg. Il est possible de représenter ces éléments composant l’espace réel dans des schémas de synthèse (Brunet, 1980 ; Reymond et al., 1998). Ceux-ci permettent d’aller plus loin dans la synthèse en montrant le fonctionnement global des zones d’étude ainsi que les rapports de force qui émanent de l’usage du sol, des rapports révélant des divisions fortes entre les espaces.

22Les schémas présentés dans la figure 2 ne cherchent pas à rivaliser avec les modèles de référence connus, mais plutôt à décrire une composition plus ou moins cohérente de lieux en relation c’est-à-dire à représenter le territoire en termes de forme, configuration, dynamisme, diversité... Les différents éléments composant la légende ont été définis par le biais de l’analyse de divers documents d’histoire, de sociologie et de géographie urbaine (Chevalier et Scherrer, 1957 ; Folhen, 1982 ; Cuillier, 1994 ; Jonas, 1994 et 2003 ; Pinol, 1996 ; Borraz, 1998 ; Fabriès-Verfaillie et Stragiotti, 2000 ; Gaschy, 2011) ainsi que le traitement de données statistiques issues des recensements de la population de 1990 à 2007. D’une part, les recherches historiques, sociologiques et géographiques ont permis de comprendre comment les phases d’industrialisation ont marqué l’espace et la construction d’un parc de logement spécifique, comment la structure du bâti et du réseau routier reflète l’histoire de la ville et de la morphologie urbaine et enfin comment les fonctions urbaines conduisent à des logiques résidentielles d’urbanisation spécifiques. D’autre part, le travail cartographique issu des variables de l’INSEE (tableau 1) à différentes dates, préalable à la typologie, a permis de décrire les différenciations socio-spatiales dans le détail et de caractériser le dynamisme des espaces.

Figure 2 : Schémas d’organisation socio-spatiale des unités urbaines d’étude

Figure 2 : Schémas d’organisation socio-spatiale des unités urbaines d’étude

23Les organisations socio-spatiales des trois unités urbaines d’étude présentent à la fois des ressemblances et des différences. Tout d’abord, à l’image de la plupart des villes européennes, Besançon, Mulhouse et Strasbourg se sont toutes trois construites à partir d’un centre autour duquel se sont développées des ceintures périphériques puis une banlieue. Cette dernière est fortement attirée par la ville-centre pour ses diverses fonctions urbaines. Ainsi, le modèle principal de structure urbaine reste le modèle centre-périphérie, bien qu’à cela, s’ajoute, dans le détail, quelques axes radiants qui restructurent l’espace ainsi que quelques pôles de précarité.

24En ce qui concerne les différences, nous constatons certaines propriétés qui conduisent chacune des villes à se détacher des deux autres. À propos de Besançon, on peut voir qu’elle s’éloigne de Mulhouse et Strasbourg par sa banlieue restreinte (banlieue pavillonnaire de type « périurbain ») et par son modèle urbain purement radioconcentrique (Hoyt, 1939). En effet, les principaux axes de communication structurent fortement la ville de Besançon et l’urbanisation de sa banlieue s’est principalement faite le long de ces axes, ce qui est moins le cas pour les banlieues mulhousienne et strasbourgeoise. De plus, Besançon ne présente aucune dissymétrie Nord/Sud (ou Est/Ouest) contrairement aux villes alsaciennes étudiées. Le Nord de Mulhouse est fortement occupé par des ouvriers et autres inactifs alors que le Sud (plus précisément les quartiers de Dornach et de Rebberg) affiche une surreprésentation des CPIS et des professions intermédiaires. À l’inverse, à Strasbourg, les CPIS se localisent dans les quartiers du centre historique et de la Robertsau au Nord incluant le site du Wacken, un quartier d’affaires international. Ces quartiers forment un ensemble aisé qui s’oppose au reste de la ville.

25L’unité urbaine de Mulhouse, quant à elle, se différencie de Besançon et de Strasbourg par son ensemble « centre-péricentre ». En effet, le centre historique mulhousien a tendance à s’agréger à son péricentre et joue assurément un rôle moins structurant que les centres-villes bisontin et strasbourgeois. Il semble que les jeunes adultes (étudiants ou jeunes actifs) ont intensément structuré les villes de Besançon et Strasbourg et notamment leur centre historique (Najib, 2013), ce qui est moins les cas de Mulhouse. Cette dernière se distingue surtout par sa configuration socio-économique plus ouvrière. La part des CPIS est nettement plus faible qu’à Besançon et Strasbourg (près de 5 points de moins) alors que celle des ouvriers est beaucoup plus forte (près de 9 points de plus). Mulhouse s’apparente donc à une ville industrielle tandis que Besançon et Strasbourg relèvent davantage du secteur tertiaire. Son passé militaire et industriel, notamment la présence d’anciennes grandes cités ouvrières construites selon un plan en damier, lui confère une structure socio-spatiale particulière ; elle décrit une urbanisation moins en étoile qu’à Besançon et Strasbourg. Ces cités ouvrières mulhousiennes s’apparentent à des pôles homogènes qui se différencient du reste de la ville. Aussi, on retrouve un second pôle industriel depuis la découverte de mines de potasse en 1904 dans les communes de banlieue situées au Nord-Ouest de la ville-centre. Par la suite, avec le déclin de l’activité minière, cette partie de la banlieue a développé des zones commerciales offrant ainsi de nombreux emplois aux revenus modestes (Dassonville et al., 2011).

26Enfin, l’unité urbaine de Strasbourg se distingue des deux autres agglomérations d’étude, en commençant par son modèle urbain fortement concentrique. En effet, le noyau central est dominant (forte concentration de population, d’activités économique, de pouvoir…) et on peut observer son influence jusqu’en périphérie. L’important dynamisme démographique de Strasbourg peut susciter à la fois des inconvénients et des avantages. En effet, dans les grandes villes, subsistent généralement plus d’externalités négatives (Berroir, 1996 ; Thisse et Van Ypersele, 1999). Ainsi, on pourrait penser que Besançon et Mulhouse jouissent de caractéristiques communes correspondant à ce qu’il est convenu d’appeler « la qualité de vie en ville moyenne » (Commerçon, 1988 ; TNS-Sofres, 2007). Cela dit, Strasbourg – cette métropole dont la vocation européenne n’est plus à prouver – possède également de nombreuses fonctions métropolitaines qui permettent une importante quantité et diversité de l’offre d’emploi et de formation, de services publiques, d’équipements, etc., ce qui peut être très attractif pour diverses populations (étudiants, jeunes actifs, cadres…). Par conséquent, la ville de Strasbourg se caractérise par un plus fort besoin en logements. En effet, elle se différencie de Besançon et Mulhouse par son taux de logements collectifs plus élevé, surtout au sein même de sa banlieue. En outre, les propriétaires sont moins présents, sans doute du fait d’un marché immobilier plus tendu7 qui peut, en partie, engendrer des tensions plus importantes rendant délicates les trajectoires des ménages les plus démunis et des classes moyennes. C’est pourquoi une analyse complémentaire des transformations socio-spatiales a été menée en prenant toujours le soin d’identifier des facteurs d’évolution spécifiques qui se trouvent généralement être des facteurs historico-politiques.

Les transformations socio-spatiales et leurs facteurs d’évolution

  • 8 Plus précisément, nous avons gardé le type de logement, le statut d’occupation des résidences princ (...)

27Après avoir mis en évidence les différenciations socio-spatiales des trois villes d’études, il est désormais intéressant d’observer leurs évolutions récentes. Précédemment, nous avons montré que la banlieue constitue un ensemble plus homogène par rapport à sa ville-centre. Celle-ci fait preuve, au contraire, de dynamisme et hétérogénéité internes plus forts, ce qui nous conduit à mesurer uniquement les transformations socio-spatiales des villes-centres. De plus, nous avons diminué le nombre total d’indicateurs8 afin d’éviter les redondances et de disposer d’analyses plus robustes. Ainsi, avec cette réduction à la fois du périmètre d’étude et du nombre d’indicateurs, il devient envisageable d’enrichir la démarche en insistant sur la dimension temporelle par le biais d’une analyse diachronique. In fine, nous allons pouvoir vérifier si de grandes constantes se dégagent au sein des villes étudiées ou si, à l’inverse, les structures de différenciations se transforment considérablement.

Une méthode comparative originale : multi-thématiques, multi-dates, multi-échelles et multi-villes

28Ici, l’objectif est d’observer et analyser l’évolution des différentes organisations territoriales des trois villes considérées. Pour ce faire, nous retenons une méthode comparative, basée sur deux échelles d’analyse (à la fois la ville et ses IRIS) qui va dégager une vision simplifiée de la structure urbaine et fournir une représentation lisible des transformations selon un certain nombre d’indicateurs. Cette démarche s’appuie sur les trois recensements de la population de 1990, 1999 et 2006, ce qui garantit de disposer à la fois de bases de données relativement homogènes et d’un temps d’évolution suffisamment large (17 années) pour apprécier l’évolution des transformations socio-spatiales de Besançon, Mulhouse et Strasbourg.

29L’étude des trajectoires, souvent utilisée pour effectuer des comparaisons d’évolution interurbaines (Sanders, 1992 ; Pumain et Saint-Julien, 2001) a été peu mise en œuvre à échelle infra-urbaine. Elle suppose une nouvelle ACP menée sur les trois villes d’étude. Rappelons que cette démarche n’a de sens que si les données recueillies sont issues d’une mesure commune (Préteceille et al., 2005), ce qui est le cas ici (le pourcentage). Dans le détail, l’analyse se déroule à partir d’une seule ACP (normée centrée réduite) réalisée, pour chaque ville, sur les données-IRIS les plus récentes à savoir 2006. Dans ces ACP réalisées sans rotation, sont ajoutées, en individus supplémentaires, les données-IRIS des années précédentes (c’est-à-dire 1990 et 1999). Ces derniers, contrairement aux individus actifs (de 2006), n’interviennent pas dans la détermination des axes factoriels, mais sont projetés sur le plan factoriel. Ainsi, l’échelle des facteurs, définie à partir des données de 2006, est rigoureusement identique pour les deux autres dates d’analyse. En effet, une seule ACP a été réalisée pour chacune des villes d’étude, l’idée étant de déterminer d’abord la structure socio-spatiale la plus récente puis de dessiner la trajectoire des quartiers-IRIS à partir de la projection des données datant de 1990 et 1999.

30L’analyse du positionnement des IRIS est conduite sur les deux premiers facteurs (F1 et F2) puisque la rupture entre F2 et F3 (Najib et Griffond-Boitier, 2011) est relativement importante pour l’ensemble des villes considérées (figure 3). De plus, pour l’exemple mulhousien, F1 est nettement dominant et bien caractérisé, il est également inversé par rapport à ceux de Besançon et Strasbourg. Quant à la signification de ces deux axes F1 et F2, elle peut se lire à partir de la contribution des variables aux facteurs sur le tableau 2. On observe qu’elle est relativement similaire entre les trois villes. Ainsi, le premier axe décrit la situation socio-économique allant de la plus précaire à la plus confortable. Quant à F2, il s’interprète selon les caractéristiques liées à la taille des logements et/ou aux catégories socioprofessionnelles. Ainsi, on peut voir si un quartier s’embourgeoise ou se dégrade d’un point de vue socio-économique.

Figure 3 : Diagramme en bâton des valeurs propres en 2006

Figure 3 : Diagramme en bâton des valeurs propres en 2006

Tableau 2 : Coordonnées des variables sur les deux premiers facteurs en 2006

Besançon

Mulhouse

Strasbourg

F1

F2

F1

F2

F1

F2

1) Indice de vieillissement

0,626

0,062

-0,817

0,039

0,640

0,028

2) Part des étrangers

-0,785

-0,482

0,861

-0,235

-0,629

-0,390

3) Part des ménages sans voiture

-0,866

0,246

0,740

0,432

-0,739

0,523

4) Part des ménages d’une voiture

0,581

0,175

-0,078

0,205

0,284

-0,221

5) Part des ménages de deux voitures et plus

0,733

-0,451

-0,759

-0,581

0,631

-0,432

6) Part des logements en collectif

-0,551

0,529

0,530

0,589

-0,558

0,479

7) Part des petits logements

-0,470

0,804

0,176

0,802

-0,251

0,849

8) Part des grands logements

0,575

-0,620

-0,577

-0,527

0,593

-0,366

9) Part des logements vacants

-0,062

0,397

0,251

0,224

-0,037

0,188

10) Part des propriétaires

0,945

-0,109

-0,783

-0,329

0,793

-0,120

11) Part des ouvriers

-0,601

-0,711

0,873

-0,359

-0,540

-0,755

12) Part des CPIS

0,473

0,618

-0,774

0,246

0,408

0,736

13) Part des professions intermédiaires

0,592

0,685

-0,844

0,390

0,622

0,420

14) Part des retraités

0,646

-0,132

-0,762

-0,086

0,446

-0,110

15) Part des autres, sans activité

-0,700

0,209

0,805

-0,420

-0,539

0,059

16) Taux de chômage

-0,751

-0,428

0,933

-0,119

-0,743

-0,487

17) Part des femmes actives

0,660

-0,055

-0,707

0,515

0,670

0,011

Lecture : Les coordonnées les plus extrêmes apparaissent en rouge

Analyse des trajectoires des quartiers bisontins, mulhousiens et strasbourgeois

31L’analyse factorielle exploratoire multi-date permet d’apprécier la trajectoire non seulement des villes d’étude mais aussi de leurs IRIS. En effet, les valeurs moyennes des translations observées par l’ensemble des IRIS bisontins, mulhousiens et strasbourgeois (c’est-à-dire à l’échelle de la commune) montrent que les villes étudiées n’ont pas subi de transformations majeures (Najib et Griffond-Boitier, 2011), ce qui peut en partie s’expliquer par le fait qu’il s’agisse d’une ACP normée centrée réduite. Ainsi, les trois systèmes urbains considérés obéissent à une certaine inertie spatiale que connaît la majorité des villes (Tellier et Vertefeuille, 1995 ; Dodgshon, 1998 ; Boulanger et Trochet, 2005 ; Harari, 2005). À l’échelle des IRIS, les trajectoires sont plus saillantes. À partir des graphes factoriels (figure 4), on peut observer comment évolue un IRIS : la nature de l’évolution étant représentée par la direction de la flèche et l’intensité par sa longueur entre deux dates d’étude.

Figure 4 : Plans factoriels (1-2) des trajectoires des IRIS d’étude entre 1990, 1999 et 2006

Figure 4 : Plans factoriels (1-2) des trajectoires des IRIS d’étude entre 1990, 1999 et 2006
  • 9 Ici, le centre historique est, en effet, mixte par rapport à l’ensemble de la ville d’étude. Cela d (...)

32Pour faciliter la lecture de cette figure quelque peu compliquée, nous décidons de distinguer les quatre zones géographiques qui se dégagent des trois graphes et de les analyser. En fonction du positionnement des IRIS sur les plans factoriels, on se rend compte globalement que les grands principes d’organisation des systèmes urbains de Besançon, Mulhouse et Strasbourg sont relativement semblables. Dans le détail, on retrouve systématiquement un centre historique mixte9, un péricentre plutôt aisé (bien que le péricentre mulhousien soit beaucoup plus précaire dû à la présence de ZUS) et une périphérie à la fois précaire et favorisée.

33Cela dit, l’intérêt de cette figure est d’observer, d’un point de vue global, l’intensité et la tendance des évolutions socio-spatiales, évolutions qui se lisent selon certains critères. En effet, les parts des CPIS, des ouvriers, des autres inactifs, des petits logements, des propriétaires et des retraités semblent jouer un rôle important sur les trajectoires analysées puisque leur évolution est plus forte entre 1990 et 2006 que celle des autres variables sélectionnées. En observant l’impact de l’ensemble des variables sur les évolutions, on s’aperçoit que les variables avant tout sociales sont fortement significatives. En somme, l’analyse des trajectoires des IRIS montre que les quartiers centraux et péricentraux évoluent majoritairement très peu (petites flèches). On peut donc estimer que les centres et péricentres sont plus stables dans le temps. À l’inverse, les quartiers périphériques connaissent d’importantes transformations (grandes flèches). C’est notamment le cas des quartiers défavorisés (en majorité des ZUS) qui subissent des opérations de renouvellement urbain, parfois de très grande ampleur. En effet, les moyens d’intervention politiques concernent principalement les quartiers sensibles et améliorent, pour certains, leurs conditions socio-économiques, bien que l’écart avec les quartiers les plus aisés soit toujours important. À propos de ces quartiers aisés, la plupart d’entre eux évolue également fortement, mais peu en direction d’une plus grande mixité. Certains améliorent encore leurs conditions socio-économiques, ce qui va à l’encontre de l’objectif de mixité des politiques urbaines. Ainsi, on peut noter que la dynamique des inégalités est plus importante en périphérie. En outre, on remarque que la plupart des IRIS présente des trajectoires strictement inversées entre les deux périodes d’étude 1990-1999 et 1999-2006. On pourrait peut-être y lire l’impact du renforcement de la Politique de la Ville ou des opérations de renouvellement des centres et péricentres… puisque, rappelons-le, à partir des années 2000 les mesures politiques sont plus directives et avant tout ciblées sur l’espace urbain dans son ensemble.

34Finalement, ces analyses permettent d’ores et déjà d’observer l’évolution des structures urbaines d’étude. En plus de confirmer des structures de types centre-périphérie, elles servent également à mieux connaître le niveau de précarité ou de confort socio-économique des quartiers ainsi que leurs intensités et tendances d’évolution. Mais, ces résultats issus d’une lecture statistique restent difficilement lisibles géographiquement, c’est pourquoi une traduction sous forme de cartes typologiques est proposée ci-dessous.

Évolution typologique des trois villes d’étude : vers plus ou moins de mixité socio-spatiale

35En l’occurrence, il s’agit d’observer avec plus de clarté l’évolution des inégalités socio-spatiales via des cartes. Pour ce faire, nous avons réalisé une CAH sur l’ensemble des données, c’est-à-dire aussi bien les individus actifs (de 2006) que les individus supplémentaires (de 1990 et 1999). Ces classifications basées sur les résultats des analyses factorielles multi-dates ont distingué quatre types de quartiers que nous avons prédéfinis et approximativement représentés dans les graphes factoriels de la figure 4. Ce nombre de quatre classes a été choisi dans le but de caractériser les espaces urbains de Besançon, Mulhouse et Strasbourg tout en faisant référence aux quatre quadrants des graphes factoriels alors que la troncature automatique en distingue seulement trois. En prenant en compte le nœud suivant dans les dendrogrammes, les disparités socio-spatiales sont, de ce fait, mieux détaillées et plus visibles.

Figure 5 : Entre précarisation et embourgeoisement des villes d’étude de 1990 à 2006

Figure 5 : Entre précarisation et embourgeoisement des villes d’étude de 1990 à 2006

36Avant d’analyser l’évolution des inégalités entre IRIS (en termes d’augmentation, stagnation ou diminution) nous pouvons mieux observer les caractéristiques de la structure socio-spatiale pour chacune des villes d’étude. La lecture spatiale permise par la planche de cartes ci-dessus retrace nécessairement les mêmes types de quartiers observés via les graphes factoriels. En effet, les cartes montrent mieux la ressemblance entre les structures urbaines concentriques de Besançon et Strasbourg (même si le cas bisontin présente en 2006 deux axes radiants traduisant l’influence des principaux axes de communications, l’un allant du centre au Nord-Est de la ville et l’autre du centre au Nord-Ouest). Les dendrogrammes indiquent, dans ces deux exemples bisontin et strasbourgeois, que le centre historique et les zones d’habitat social ressortent fortement des systèmes urbains. Les quartiers périphériques aisés (ou modestes à aisés) et les quartiers péricentraux assez aisés se rapprochent et peuvent former une seule et même classe. La distinction de Mulhouse, quant à elle, s’explique par une structure plus polynucléaire et par une suite différente de partitions en classes emboîtées. En effet, le système urbain mulhousien est largement défini par ses zones sensibles et dans une moindre mesure par ses quartiers périphériques aisés. Le reste des quartiers peut constituer, selon un certain nombre de critères de ressemblance, un ensemble modeste à mixte.

37En ce qui concerne l’évolution des structures urbaines, on peut noter tout d’abord que celle de Besançon évolue relativement peu entre 1990 et 2006, à l’exception des quartiers précaires d’habitat social (en jaune) qui, progressivement, ressortent moins. En effet, l’analyse de la tendance d’évolution des IRIS est à cet égard plus lisible. Ainsi, on peut observer que globalement la ville présente une nette tendance à l’amélioration de ses conditions socio-économiques. L’évolution est donc plutôt positive à Besançon. Une première étude réalisée uniquement sur la ville de Besançon entre 1990 et 1999 avait mis en avant une dégradation importante de certains quartiers classés ZUS (Najib et Griffond-Boitier, 2010) et la question se posait de savoir si, dans le futur, cette situation perdurerait. En 2006, on note bien que la ZUS de Planoise apparaît toujours en jaune, tout comme le quartier de la Bouloie qui possède le campus universitaire. Tout bien considéré, d’une date à l’autre et surtout pendant la deuxième période d’analyse, le nombre de quartiers d’habitats sociaux diminue fortement. La ZUS des Clairs-Soleils, par exemple, passe d’un profil de quartier en difficulté en 1990 à un profil de quartier pavillonnaire aisé en 2006. Il améliore sa situation socio-économique dès 1999 du fait d’une opération de rénovation de grande envergure, contrairement aux autres ZUS qui connaissent une amélioration plus tardive.

38À Mulhouse, la structure urbaine en mosaïque est très nette et évolue faiblement au cours de la période d’étude. Cela dit, on note une accentuation globale de la paupérisation. Contrairement à Besançon, le nombre d’IRIS jaunes (correspondant, ici, tous à des ZUS) augmente. L’évolution s’avère dans le cas présent plus négative. Les IRIS apparaissent plus dispersés dans la ville avec malgré tout une concentration notable dans le péricentre. Les divisions spatiales peuvent également se lire à partir de la localisation des quartiers aisés principalement au Sud de la ville. En effet, on peut observer le rôle de séparateur spatial du canal Rhin-Rhône (plus nette sur la figure 2 ainsi que sur l’annexe 1) achevé en 1812, qui traverse le Sud-Est de la ville. Il oppose une zone plane, au Nord, industrielle et populaire à une zone Sud plus résidentielle où sont venues s’installer les familles aisées issues de la bourgeoisie industrielle. Ceux-ci souhaitaient, en effet, investir les versants de l’attirante colline boisée du Rebberg. De plus, dans le prolongement Ouest, apparaît un autre quartier aisé, l’ancienne cité ouvrière de Dornach, qui sépare elle aussi le cœur de la ville et la ZUS des Coteaux (créée dans les années 1960) située à l’extrémité Sud-Ouest.

39Enfin, à Strasbourg, on remarque que les quartiers centraux se sont développés au-delà du centre historique dès 1999, mettant en avant une forme de diffusion de type central. Les quartiers péricentraux assez aisés, quant à eux, semblent plus dispersés dans la ville. Les quartiers précaires sont un peu plus nombreux alors que la partie Nord aisée de Strasbourg se dessine mieux. Ces changements restent relativement minimes, mais sont néanmoins plus remarquables qu’à Besançon et Mulhouse. En somme, les trajectoires de l’ensemble des quartiers strasbourgeois conduisent tant à l’embourgeoisement qu’à la précarisation. L’évolution apparaît donc à Strasbourg plus mitigée.

40Cette planche de cartes affiche des résultats intéressants, mais qui restent avant tout globaux. En effet, elle permet d’offrir une vision générale et lisible des structures socio-spatiales ainsi que des transformations des quartiers composant les villes de Besançon, Mulhouse et Strasbourg. On peut également mieux remarquer les tendances d’évolution vers plus ou moins de mixité socio-spatiale. Toutefois, ces cartes présentent une limite non négligeable qui réside dans l’ampleur de l’évolution. L’estimation des transformations peut se faire uniquement lorsqu’un IRIS change de classe, contrairement à la figure 4 qui montre l’intensité réelle des trajectoires.

Conclusion

41Cette contribution propose une analyse globale des dynamiques d’inégalités inter-reliées de trois espaces urbains situés dans le Nord-Est de la France. Tout d’abord, les différenciations socio-spatiales des trois zones considérées montrent des structures urbaines relativement similaires. Elles décrivent toutes un modèle de type centre-périphérie (bien que dans le détail, Besançon dégage plutôt un modèle radioconcentrique et Mulhouse un modèle polynucléaire) ainsi qu’une forte hétérogénéité des villes-centres en comparaison de leur banlieue. Les différents secteurs géographiques mettent en évidence un centre historique mixte, un péricentre développé à la fin du 18ème siècle plus ou moins aisé, une périphérie bâtie essentiellement après la Seconde Guerre mondiale à la fois précaire (correspondant majoritairement à des ZUS) et favorisée ainsi qu’une banlieue pavillonnaire qui a émergé plus récemment. En somme, les exemples de Besançon, Mulhouse et Strasbourg se distinguent quelque peu de la ville à trois vitesses de Donzelot (2004) puisque les centres ne s’embourgeoisent pas nécessairement et la périphérie est également occupée par les classes aisées. Cela dit, l’ancrage des populations en difficulté dans les quartiers d’habitat social est bien lisible dans cet article. Ainsi, les inégalités socio-spatiales sont nettes dans ces espaces urbains et elles se traduisent par la coexistence des catégories les plus opposées surtout sur le plan socio-économique. De plus, les trois structures urbaines se sont développées aux mêmes rythmes que la plupart des villes européennes. Elles font suite à un héritage médiéval des centres-villes, puis à une urbanisation peu cohérente liée aux différentes phases d’exode rural, d’industrialisation, de restructuration hygiéniste et de planification prioritaire contemporaine. Une analyse plus fine montre que les configurations urbaines de Besançon et Strasbourg s’opposent quelque peu à celle de Mulhouse qui présente un modèle concentrique moins marqué. En effet, les centres historiques bisontin et strasbourgeois jouissent, à des degrés différents, d’un patrimoine architectural remarquable, d’un attrait touristique non négligeable, d’importants établissements d’enseignement supérieur et de recherche, d’une forte population étudiante et de fonctions urbaines très spécifiques liées à leur statut de capitale régionale.

42Quant aux transformations socio-spatiales évaluées dans un second temps au niveau de la ville-centre sur la période 1990-1999-2006, elles sont globalement peu importantes. En effet, les structures urbaines restent relativement semblables d’une date d’analyse à l’autre. Mais dans le détail, on s’aperçoit que les quartiers périphériques connaissent les plus grandes transformations qui traduisent des tendances d’évolution différentes. On peut remarquer d’une part que les quartiers précaires subissent des modifications manifestes dues à des opérations de renouvellement urbain et d’autre part que les quartiers aisés ne deviennent pas forcément plus mixtes malgré les objectifs de certaines mesures politiques, s’embourgeoisant parfois même de plus en plus. Les inégalités sont donc toujours présentes et leur dynamique renforce les fractures socio-économiques. Cela dit, la tendance d’évolution globale de Besançon révèle une amélioration de ses conditions socio-économiques, alors que Mulhouse montre plutôt une dégradation. Strasbourg, quant à elle, se paupérise autant qu’elle se gentrifie. Ces trajectoires traduisent donc des modifications internes, positives ou négatives, généralement révélatrices des comportements résidentiels des classes aisées ainsi que des politiques urbaines et notamment des politiques de logement, d’urbanisme et de développement territorial. En effet, ces trois villes ont fait preuve d’une volonté de développement urbain avec notamment des actions de rénovation des quartiers en difficulté ou de valorisation des centres historiques ou encore de redynamisation socio-économique, notamment avec la mise en place de zones commerciales, de tramway, etc.

43Finalement, la mise en relation de l’étude des différenciations socio-spatiales avec celle de leurs évolutions récentes a permis de constater que les facteurs explicatifs sont de diverses natures. En effet, afin de mieux comprendre comment les inégalités se sont construites dans les villes, il a fallu principalement aller chercher des informations historiques, géographiques et socio-économiques. À l’inverse, les facteurs expliquant comment ces inégalités ont évolué dans le temps contemporain relèvent plutôt des politiques urbaines. Par exemple à Mulhouse, on a pu noter que son histoire industrielle avait considérablement structuré la ville dégageant de fortes inégalités socio-spatiales, inégalités que l’on peut encore observer aujourd’hui, notamment avec le quartier bourgeois de Rebberg qui s’oppose toujours au reste de la ville. Ces fortes inégalités, qui sont d’abord le fait des plus aisés, ont donc perduré et l’action politique s’est installée dans ce contexte spécifique. Cette dernière a eu une réelle portée notamment au niveau des anciennes cités ouvrières qui ont bénéficié d’une valorisation symbolique dans le paysage urbain. Qu’elles soient devenues des ZUS ou des quartiers favorisés, le souci de prendre en compte et de préserver l’héritage industriel a toujours été présent.

44En définitive, les divers résultats de la comparaison entre deux villes moyennes et une grande ville, deux villes alsaciennes et une ville franc-comtoise, deux capitales régionales et une ville secondaire sont très intéressants, bien qu’ils décrivent avant tout une vision globale de la dynamique des inégalités socio-spatiales. Dans ce sens, malgré les nombreuses limites de cette méthode d’analyse en termes de pertinence des choix d’indicateurs, de lisibilité des plans factoriels, ainsi que de synthèse et d’interprétation des résultats factoriels, la prise en compte des facteurs spécifiques d’évolution (géographique, historique, culturel, socio-économique et politique) a permis de mieux comprendre les conséquences directes de cet héritage matériel et immatériel sur la morphologie socio-spatiale actuelle des territoires étudiés.

Top of page

Bibliography

Abu-Lughod J., 1969, "Testing the Theory of Social Area Analysis: The Ecology of Cairo, Egypt", American Sociological Review, Vol.34, No.2, 198-212.

Ascher F., 2001, Les nouveaux principes de l’urbanisme. La fin des villes n’est pas à l’ordre du jour, La Tour d'Aigues, L’Aube.

Berroir S., 1996, "L'espace des densités dans la ville : théories et modélisations", L’Espace géographique, Vol.25, No.4, 353-368.

Berry B., 1964, "Cities as Systems within Systems of Cities", Papers and Proceedings of the regional Science Association, No.13, 147-163.

Bidou C., 1984, Les aventuriers du quotidien : Essai sur les nouvelles classes moyennes, Paris, PUF, 200 p.

Bilek A., Costes N., Monmousseau F., 2008, "La loi SRU incite-t-elle les maires à construire du logement sociale? Les enseignements d'une analyse principal-agent", Économie publique/Public Economics, No.20, 207-237.

Borraz O., 1998, Gouverner une ville : Besançon, 1959-1989, Presses Universitaires de Rennes, 227 p.

Boulanger Ph., Trochet J.-R., 2005, Où en est la géographie historique ? Entre économie et culture, L’Harmattan.

Bourdeau-Lepage L., Huriot J.-M., 2005, "The metropolis in retrospect. From the trading metropolis to the global Metropolis", Recherches économiques de Louvain, Vol.71, No.3, 257-284.

Brun J., Chauviré Y., 1983, "La ségrégation sociale. Questions de terminologie et de méthode", Espace, populations, sociétés, No.1, 75-85.

Brun J., Rhein C., 1994, La ségrégation dans la ville. Concepts et mesures, Paris, L’Harmattan.

Brunet R., 1980, "La composition des modèles dans l’analyse spatiale", L’Espace géographique, Vol.9, No.4, 253-265.

Buisson M-A., Mignot D., 2005, Concentration économique et ségrégation spatiale, Bruxelles, De Boeck, 368 p.

Chamboredon J-P., Lemaire M., 1970, "Proximité spatiale et distance sociale. Les grands ensembles et leur peuplement", Revue française de sociologie, Vol.11, No.1, 3-33.

Charmes É., 2009, "Pour une approche critique de la mixité sociale. Redistribuer les populations ou les ressources ?", La Vie des idées : http://www.laviedesidees.fr/Pour-une-approche-critique-de-la.html, 13 p.

Chauviré C., Chauviré Y., 1990, "Des frontières invisibles dans la ville ?", Strates, No.5, 17-29.

Chevalier M., Scherer J-J., 1957, "Documents sur le développement urbain de Besançon, entre 1840 et 1940", Annales littéraires de l’université de Besançon, Paris, 35 p.

Commerçon N., 1988, La dynamique du changement en ville moyenne : Chalon, Mâcon, Bourg, Presse Universitaires de Lyon.

Cuillier F., 1994, Strasbourg, chronique d’urbanisme, L’Aube, 261 p.

Dassonville S., Flickinger V., Taverne D., 2011, Observation sociale des territoires alsaciens : Analyse des spécialisations territoriales et cohésion sociale en Alsace, Agence de développement et d’urbanisation de l’agglomération Strasbourgeoise (ADEUS), Agence d’urbanisme de la région mulhousienne (AURM), document de travail.

Dodgshon R., 1998, Society in Space and Time. A Geographical Perspective on Change, Cambridge University Press.

Donzelot J., 2004, "La ville à trois vitesses : relégation, périurbanisation, gentrification", Esprit, No.3, 14-39.

Donzelot J., 2006, Quand la ville se défait. Quelle politique face à la crise des banlieues?, Paris, Seuil, 185 p.

Fabriès-Verfaillie M., Stragiotti P., 2000, La France des Villes, Bréal, Rosny, 336 p.

Floch J-M., 2007, "Les choix résidentiels dans l’aire urbaine de Besançon", in : Mattei M-F., Pumain D. (dir.), Données urbaines 5, Anthropos, coll. Villes, 129-139.

Fohlen C., 1982, Histoire urbaine, de la conquête française à nos jours, Tome 2, 824 p.

Gaschy M., 2011, Le temps est venu, Mulhouse Alsace, Agence d’urbanisme de la région mulhousienne AURM, 95 p.

Gerber Ph., 1999, "Processus de gentrification et demande sociale citadine. Exemple du centre-ville de Strasbourg", Revue Géographique de l’Est, Vol.39, No.2-3, 107-117.

Giroud M., 2015, "Mixité, contrôle social et gentrification", La Vie des idées.

Grafmeyer Y., Authier J.Y., 2011, Sociologie urbaine, Paris, Colin.

Guilly C., Noye C., 2004, Atlas des nouvelles fractures sociales en France, Paris, Autrement.

Harari J., 2005, "Ségrégation territoriale : l'effet des politiques foncières et des stratégies d'aménagement", ContreTemps : Cité(s) en crise : ségrégations et résistances dans les quartiers populaires, 103-121.

Hoyt H., 1939, The Structure and Growth of Residential Neighbourhoods in American Cities Washington, DC: Federal Housing Administration, 178 p.

Johnston R.J., 1973, "Social Area Change in Melbourne", Australian Geographical Studies, Vol.11, 79-98.

Jolliffe I.T., 2002, Principal Component Analysis, New York Berlin Heidelberg, Springer-Verlag.

Jonas S., 1994, Le Mulhouse industriel, un siècle d’histoire urbaine, 1740-1848, Tome 1, Paris, L’Harmattan, collection villes et entreprises, 271 p.

Jonas S., 2003, Mulhouse et ses cités ouvrières, Perspectives historique 1840-1918, Strasbourg, Oberlin.

Lajoie G., 1998, "La ségrégation des populations urbaines de 1982 à 1990", in : Pumain D., Mattei M-F. (dir.), Données urbaines 2, Anthropos, coll. Villes, 191-208.

Le Tocqueux J-L., 2007, "Ségrégation ou mixité socio-spatiale : de quoi parle-t-on ?", in : Pumain D., Mattei. M-F. (dir.), Données urbaines 5, Anthropos, coll. Villes, 141-148.

Mansuy M., Marpsat M., 1994, "La division sociale de l’espace dans les grandes villes françaises, hors Ile-de-France", in : Brun J., Rhein C. (dirs.), La ségrégation dans la ville, L’Harmattan, 195-227.

Massey D-S., Denton N-A., 1988, "The Dimensions of Residential Segregation", Social Forces, Vol.67, No.2, 281-315.

Maurin É., 2004, Le ghetto français, Enquête sur le séparatisme social. La république des idées, Paris, Seuil, 96 p.

Najib K., 2008, "Le loyer ; un indicateur de ségrégation socio-spatiale. Le cas de la ville de Besançon", Colloque interdisciplinaire «La nouvelle question spatiale : Ségrégation urbaine et accès à l’emploi», université Paris Est, 15-16 septembre 2008, 32 p.

Najib K., Griffond-Boitier A., 2010, "Transformations socio-spatiales de Besançon : analyse exploratoire multi-date", Actes des Neuvièmes Rencontres de Théo Quant, Besançon, 4-6 mars 2009, 9 p.

Najib K., Griffond-Boitier A., 2011, "Socio-spatial Transformations of Three French Cities: Multi-date Exploratory Analysis", 17th European Colloquium on Quantitative and Theoretical Geography, Athènes, Grèce, 2-5 septembre 2011, ID 119, 381-389.

Najib K., 2013, Dynamiques socio-spatiales et modes d’habiter des espaces urbains : comparaison de Besançon, Mulhouse et Strasbourg, Thèse de doctorat de géographie, Universite de Franche-Comté, 386 p.

Oberti M., Préteceille E., 2004, "Les classes moyennes et la ségrégation urbaine", Éducation et sociétés, Vol.14, 135-153.

Pinçon M., Pinçon-Charlot M., 1989, Dans les beaux quartiers, Paris, Seuil.

Pinol J-L., 1996, Atlas historique des villes de France, Centre de culture contemporaine de Barcelone, Hachette, 318 p.

Piron M., Dureau F., Mullon C., 2004, "Utilisation de typologies multi-dates pour l’analyse des trasformations socio-spatiales de Bogota (Colombie)", Cybergeo : http://cybergeo.revues.org, No.256, 21 p.

Piron M., Dureau F., Mullon C., 2006, "Dynamique du parc de logements à Bogota : Analyse par typologie multi-dates", Cybergeo : http://cybergeo.revues.org, No.334, 26 p.

Préteceille E., Rakotomalala M-J., Resplandy M., Calzada C., 2005, "Structures sociales des espaces résidentiels et de travail en Ile-de-France en 1999", in : Buisson M-A., Mignot D. (eds.), Concentration économique et ségrégation spatiale, Bruxelles, De Boeck, 183-199.

Pruvot M., Weber-Klein C., 1984, "Ecologie urbaine factorielle comparée : essai méthodologique et application à Strasbourg", L’Espace Géographique, No.2, 136-150

Pumain D., Saint-Julien Th., 2001, L’analyse spatiale 2 : les interactions spatiales, Paris, Colin.

Rawls J., 1997, Théorie de la justice, Paris, Seuil.

Rérat P., 2012, "Choix résidentiel et gentrification dans une ville moyenne", Cybergéo : European Journal of Geography, No.579, 23 p.

Reymond H., Cauvin C., Kleinschmager R., 1998, L’espace géographique des villes. Pour une synergie multistrates, Anthropos, coll. Villes.

Rhein C., 1994, "La ségrégation et ses mesures", in : Brun J., Rhein C. (dirs.), La ségrégation dans la ville, L’Harmattan, 121-162.

Rhein C., 1997, "Territoire et exclusion : des mots de l’État-providence et des maux de la société civile", Cybergeo : http://cybergeo.revues.org, No.34, 11 p.

Rhein C., 2002, "Intégration sociale, intégration spatiale", L’Espace géographique, Vol.31, No.3, 193-207.

Roncayolo M., 1952, "Évolution de la banlieue marseillaise dans la basse vallée de l’Huveaune", Annales de géographie, Vol.61, No.327, 342-356.

Rosanvallon P., 2011, La société des égaux, Les Livres du nouveau monde, Seuil, 432 p.

Sanders L., 1992, Système de villes et synergétique, Paris, Antrhopos.

Schwabe M., 2007, "La ségrégation résidentielle dans les plus grandes villes françaises (1968-1999) : quel modèle urbain ?", Cybergeo : http://cybergeo.revues.org, No.398, 28 p.

Séchet R., 2012, "Préface", in : Caradec V., Ertul S., Melchior J-P. (dirs.), Les dynamiques des parcours sociaux, Presses Universitaires de Rennes, 7-10.

Shevky E., Bell W., 1955, Social Area Analysis. Theory, Illustrative Applications and Computational Procedures, Stanford University Press, 70 p.

Simon P., 1995, "La société partagée. Relations interethniques et interclasses dans un quartier en rénovation, Belleville, Paris 20ème", Cahiers internationaux de sociologie, No.98, 161-190.

Smith M.E., 2010, "The archaeological study of neighborhoods and districts in ancient cities", Journal of Anthropological Archaeology, No 29, 137-154.

Subra P., 2006, "Heurs et malheurs d'une loi anti-ségrégation : les enjeux géopolitiques de la loi Solidarité et Renouvellement Urbain (SRU)", Hérodote, No.122, 138-171.

Tabard N., 1993, "Des quartiers pauvres aux banlieues aisées : une représentation sociale du territoire", Économie et statistique, No.270, 5-22.

Tellier L.-N., Vertefeuille C., 1995, "Understanding Spatial Inertia: Center of Gravity, Population Densities, the Weber Problem, and Gravity Potential", Journal of Regional Science, No.35, 155-164.

Thisse J-F., Van Ypersele T., 1999, "Métropoles et concurrence territoriale", Économie et statistique, No.326-327, 19-30.

Tissot S., Poupeau F., 2005, "La spatialisation des problèmes sociaux", Actes de la recherche en sciences sociales, Vol.4, No.159, 4-9.

TNS-Sofres, 2007, Les Français et leur habitat. Perception de la densité et des formes d’habitat", Observatoire de la Ville, Rubrique Publications, Les Études TNS-Sofres.

Weber C., 1982, Écologie urbaine comparée. Essai d’application sur quatre villes de la plaine rhénane : Strasbourg, Mulhouse, Fribourg et Bâle, Thèse de doctorat en géographie, université Louis Pasteur de Strasbourg.

Top of page

Annex

Annexe 1. Les villes d’étude et leurs quartiers-IRIS

Annexe 1. Les villes d’étude et leurs quartiers-IRIS
Top of page

Notes

1 La géographe Raymonde Séchet (2012) révèle que les politiques françaises et européennes de réduction des écarts et de cohésion territoriale sont fortement teintées de la conception rawlsienne de l’équité plutôt que par une action sur les capacités personnelles d’agir des individus. Le philosophe américain John Rawls (1997) explique que la théorie de la justice doit servir l’équité et la démocratie constitutionnelle. La justice comme équité repose, selon lui, sur des principes d’égale liberté ainsi que d’égalité des chances et des différences.

2 Le modèle communautaire consiste en un regroupement affinitaire des pairs. Éric Charmes (2009) explique que ce modèle n’est pas nécessairement à rejeter car ce regroupement n’est pas uniquement source de repli communautaire et d’entre-soi. Il montre, au contraire, qu’il peut faciliter des liens sociaux importants, des liens de solidarité favorables à une insertion professionnelle ou à une intégration politique.

3 Une précédente étude réalisée à l’échelle des grands quartiers bisontins a montré la nécessité de mobiliser une échelle plus fine pour l’analyse des ségrégations (Najib, 2008). Les IRIS représentent, en effet, le zonage le plus fin disponible. Celui-ci est considéré, par de nombreux auteurs (Commerçon, 1988 ; Massey et Denton, 1988, Préteceille et al., 2005, Le Tocqueux, 2007…), comme l’unité de base décrivant le mieux la structure socio-spatiale d’une ville.

4 Au moment de l’investigation, seul le recensement datant de 2006 était disponible.

5 Il s’agit, plus précisément, d’une ACP normée centrée réduite qui permet de s’affranchir de l’hétérogénéité des unités urbaines et de normaliser les distributions statistiques (Jolliffe, 2002). Les ACP, réalisées sans rotation, montrent un pourcentage d’inertie totale pour les deux premiers facteurs atteignant 61% pour l’unité urbaine de Besançon, 56% pour celle de Mulhouse et 45% pour celle de Strasbourg. La rupture entre les deuxième et troisième facteurs est très grande surtout pour Strasbourg et Besançon. Concernant Mulhouse, le premier facteur se dégage fortement et suffit à décrire la structure urbaine.

6 Image 10000000000001B30000003CEF975BAF.png

7 www.meilleursagents.com

Image 10000000000001580000002EC5BAE0F8.png

8 Plus précisément, nous avons gardé le type de logement, le statut d’occupation des résidences principales ainsi que les catégories socioprofessionnelles des actifs. À cela, nous avons ajouté la taille et la vacance des logements, le taux de chômage et l’activité des femmes, mais aussi un indice de vieillissement, la population étrangère et la possession ou non de véhicules particuliers. Ces nouveaux indicateurs favorisent la lecture de la diversité des conditions de vie des populations et notamment des situations de précarité. Par ailleurs, le fait de réduire d’environ de moitié le nombre d’indicateurs permet non seulement d’atténuer les probabilités de déformation de la structure spatiale d’une ville, mais aussi de mieux mettre en évidence les inégalités socio-spatiales.

9 Ici, le centre historique est, en effet, mixte par rapport à l’ensemble de la ville d’étude. Cela dit, pris séparément, les quartiers centraux peuvent mettre en avant des processus de gentrification, comme l’a montré Gerber (1999) pour le cas de Strasbourg.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1 : Typologie des quartiers-IRIS d’étude en 2007
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27964/img-1.png
File image/png, 821k
Title Figure 2 : Schémas d’organisation socio-spatiale des unités urbaines d’étude
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27964/img-2.png
File image/png, 614k
Title Figure 3 : Diagramme en bâton des valeurs propres en 2006
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27964/img-3.png
File image/png, 27k
Title Figure 4 : Plans factoriels (1-2) des trajectoires des IRIS d’étude entre 1990, 1999 et 2006
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27964/img-4.png
File image/png, 1.3M
Title Figure 5 : Entre précarisation et embourgeoisement des villes d’étude de 1990 à 2006
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27964/img-5.png
File image/png, 841k
Title Annexe 1. Les villes d’étude et leurs quartiers-IRIS
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27964/img-8.png
File image/png, 1001k
Top of page

References

Electronic reference

Kawtar Najib, « Inégalités socio-spatiales dans les villes et leurs évolutions récentes : comparaison de Besançon, Mulhouse et Strasbourg », Cybergeo : European Journal of Geography [Online], Space, Society,Territory, document 808, Online since 23 February 2017, connection on 24 October 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/27964 ; DOI : 10.4000/cybergeo.27964

Top of page

About the author

Kawtar Najib

Postdoctorante Marie Curie
School of Geography, Politics and Sociology
Université de Newcastle (Angleterre), United Kingdom
Kawtar.Najib@newcastle.ac.uk

Top of page

Copyright

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Top of page