Navigation – Plan du site
2017
809

Disparition du delta intérieur du Drac et naissance de la presqu’île grenobloise : signature de la fin du Petit Age Glaciaire

The disappearance of the Lower Drac Delta and the formation of the Grenoble Peninsula as markers of the end of the Little Ice Age
Dominique Dumas et Adrien Favillier

Résumés

A partir d’une grande variété de documents cartographiques et de sources iconographiques, corrigées spatialement, ce travail cherche à retracer les modifications hydromorphologiques qui affectent la confluence de deux grands cours d’eau alpins, le Drac et l’Isère. La connaissance de l’évolution morphologique de cette confluence, saisie sur plusieurs siècles, permet d’approcher les grandes modifications climatiques régionales enregistrées dans les Alpes occidentales. Retracer les transformations morphologiques de cet espace permet aussi de mieux comprendre le contexte physique dans lequel Grenoble, une des grandes villes alpines, a pu se développer au cours de ces derniers siècles. Entre le 16ème siècle et le 18ème siècle, la confluence se présente ainsi en un vaste cône torrentiel, que l’on peut nommer delta intérieur. Elle enregistre alors de nombreux changements morphologiques, consécutifs à la sortie progressive du Petit Age Glaciaire. Bien sûr l’anthropisation de ces rivières n’est pas sans conséquences sur la transformation des paysages fluviaux. Cependant, ce travail montre que c’est essentiellement vers la fin du 18ème siècle que les travaux d’endiguement du Drac viennent surtout sceller les grandes lignes d’un paysage fluvial mis en place antérieurement.

Haut de page

Texte intégral

Les auteurs remercient les relecteurs anonymes de Cybergeo pour leurs remarques qui ont contribué à améliorer ce manuscrit.

1Le Drac et l’Isère sont les deux grands cours d’eau qui traversent la région grenobloise (figure 1). Par leur situation à l’aval de grands bassins alpins, par leur dynamique hydromorphologique et leurs nombreuses crues au cours de l’histoire, ces deux grands cours d’eau alpins sont des marqueurs précieux de l’évolution des paysages aux abords de Grenoble et plus largement encore de ces régions alpines. Autour de la ville de Grenoble, beaucoup de cartes anciennes ou de documents iconographiques existent et permettent de retracer précisément l’évolution de la ville et de ses paysages depuis au moins la fin du 17ème siècle. La lecture attentive des transformations du cône de déjection du Drac, la "patte d’oie", barrant une partie des écoulements de l’Isère, offre l’occasion de retracer et situer dans le temps les grandes phases de l’activité morphodynamique et hydrologique de cette région alpine. Sur ces cours d’eau, la part des impacts et des conséquences hydromorphologiques des grands aménagements hydrauliques, mis en place progressivement à partir du milieu du 17ème siècle, peut être également mieux appréciée à partir de l’étude de la confluence. En effet, ces transformations fluviales, ou ces "métamorphoses" (Bravard, 1989), témoignent d’une multitude de facteurs, jouant le plus souvent en interaction et en synergie. Pour ces derniers siècles, de nombreuses études décrivent trois causes principales, la modification du contexte climatique, notamment aux variations hydroclimatiques consécutives au Petit Age Glaciaire (Gautier, 1992 ; Bravard et Peiry, 1993), les processus de déprise rurale du 19ème siècle et à la reforestation des versants, spontanée ou volontaire, lui faisant suite (Landon, 1999 ; Bravard, 2000), et enfin les travaux d’endiguement ou à la mise en place de grands ouvrages hydrauliques sur ces cours d’eau (Bouchayer, 1925 ; Vivian, 1969 ; Peiry, 1997 ; Vautier, 2000 ; Salvador, 1991 et 2005 ; Coeur, 2003 ; Salvador et al., 2004).

Figure 1. Situation de la confluence Drac-Isère et de la plaine de Grenoble

Figure 1. Situation de la confluence Drac-Isère et de la plaine de Grenoble

2A partir de documents d’archives, l’objectif de cette étude est donc d’évaluer et de définir ces transformations fluviales au niveau de la confluence Drac-Isère. De par sa capacité à intégrer et enregistrer les réponses hydromorphologiques de ces deux grands bassins alpins, cet espace est en effet représentatif des modifications opérées à une échelle régionale sur ces derniers siècles. Parmi les documents d’archives utilisés, certaines cartes présentent une représentation idéalisée du paysage et ne reflètent pas toujours la réalité paysagère du moment. Certaines, par exemple, présentent systématiquement des haies arborées sur les grandes plaines de la région dans une vision purement esthétique de l’époque, même si celles-ci pouvaient exister ponctuellement. Il convient donc de rester prudent dans les analyses, et surtout ne pas prendre en compte des sources trop incertaines. L’approche méthodologique de cette étude implique par ailleurs de ne retenir que des documents iconographiques susceptibles d’être géoréférençables, afin de pouvoir les corriger spatialement, et ainsi d’avoir l’occasion de les superposer les uns aux autres pour les comparer (Valette et Carozza, 2010 ; David et al., 2015). Une analyse diachronique des paysages fluviaux peut ainsi être établie et abordée sur une période pluriséculaire. Dans cette étude, l’analyse des transformations des paysages fluviaux est volontairement circonscrite autour de la confluence Drac-Isère. Le poids des corrections spatiales des documents est alors plus limité, mais surtout cet espace offre un site privilégié d’observation des évolutions hydromorphologiques liées aux modifications environnementales ou à l’anthropisation croissante des cours d’eau alpins.

Les documents sources et les archives disponibles

3Cet article propose une synthèse de l’évolution à partir d’un corpus documentaire large, aussi exhaustif que possible. Pour la région de Grenoble, 49 documents cartographiques et iconographiques ont été collectés, sur une période s’étendant de 1607 à 2013. Les documents cartographiques, présentant une précision susceptible de conduire un géoréférencement, apparaissent au début du 17èmesiècle. La carte en perspective établie en 1607 par Jean de Beines (figure 2), par exemple, ne peut guère être corrigée spatialement, ou il serait illusoire de le faire tant l’imprécision graphique de ce document est grande. En revanche, elle conserve un intérêt par la description qu’elle apporte et pour mieux saisir les transformations des paysages fluviaux de cette région (David et al., 2015).

Figure 2. Extrait de la carte en perspective de Jean de Beines montrant la région grenobloise en 1607 (Dainville, 1968)

Figure 2. Extrait de la carte en perspective de Jean de Beines montrant la région grenobloise en 1607 (Dainville, 1968)

4Ce document montre une confluence fortement marquée par la présence de dépôts alluviaux, avec aussi un bras du Drac, "le Draquet", venant s’écouler juste aux abords de Grenoble. La confluence actuelle est encore loin d’être en place. Au fil des siècles, avec les nécessités militaires, les besoins de cadastration des territoires, les réflexions sur les projets de protection des plaines vis-à-vis des inondations et la volonté de favoriser le développement économique des régions, les cartes et documents d’archives deviennent plus nombreux (Bravard et Bethemont, 1989). Dans la région grenobloise, cet essor cartographique s’amorce essentiellement au cours du 17ème siècle et est largement tributaire des progrès des instruments de mesure et des techniques de levés pour la cartographie qui permettent d’établir des cartes d’une précision accrue (Pelletier, 1990 ; Black, 2004 ; Rickenbacher, 2007). C’est probablement ce progrès technique qui favorise, voire sans doute incite, la réactualisation des documents.

5Dans le cadre de cette étude, 21 cartes ou documents ont été retenus. Ceux-ci possèdent des caractéristiques géométriques aptes à permettre une correction spatiale. Ainsi, il a été possible de reconnaître des amers, c’est à dire des lieux, des limites, des chemins ou des routes, encore parfaitement repérables dans le paysage contemporain. A partir de ces amers, une correction géométrique des documents pouvait être menée afin de les superposer à des cartes contemporaines, et d’évaluer ainsi les transformations des paysages fluviaux sur une période pluriséculaire.

6L’ensemble des documents utilisés proviennent de fonds et de sources variées. Les archives nationales (ANF) ont été utilisées en premier lieu, notamment leurs fonds en ligne disponibles à partir de la base de données bibliographiques Gallica et de la base ARCHIM. Les archives municipales de Grenoble (BMG) et départementales de l’Isère (ADI) ont également été investiguées, tout particulièrement les fonds indexés dans les registres "Travaux publics et aménagement du territoire" et "Ancien Régime de l’Administration Provinciale", couvrant essentiellement la période allant du 17ème siècle à nos jours. Le fonds de la cartothèque de l’Institut de Géographie Alpine (Grenoble), et le fonds Pardé ont également été consultés. Les cartes établies sur l’ensemble du territoire français, avec l’atlas Trudaine, les cartes Cassini, et les cartes dites « d’État-Major », sont accessibles depuis de nombreux sites Internet (bibliothèque du Congrès américain, CartoCassini, Géoportail, Gallica).

7Sur l’ensemble du corpus documentaire établi, certains documents n’ont pas une date clairement identifiée. Pour les situer dans le temps, ils ont été comparés à l’ensemble du corpus organisé, et ont été ainsi replacés dans une chronologie. La morphologie fluviale du Drac et de l’Isère, trop mouvante, ne permet guère de situer ces documents avec précision. Sur la zone étudiée, cette comparaison chronologique des sources a été surtout facilitée par les modifications successives et cohérentes de la morphologie urbaine de Grenoble avec notamment la mise en place de grands aménagements urbains, de remparts, et de différents ponts sur l’Isère. Il reste néanmoins difficile de retranscrire simplement et synthétiquement les dates de ces aménagements dans le cadre de ce travail. Par exemple, l’histoire des enceintes de Grenoble (Lesdiguière, Créqui, Haxo, etc.) illustre bien la difficulté de situer avec une date unique ces aménagements, ou plus encore leurs prolongations et leurs renforcements successifs (Mercier, 1976).

8L’ensemble de ces repères favorise néanmoins une estimation de la période associée au paysage décrit par un document d’archives dont la date est trop incertaine. Dans une démarche analogue, la vraisemblance des informations contenues dans les documents a été également vérifiée à partir d’intercomparaisons successives. Pour ce double objectif, de vérification et de datation de certaines sources, il a été nécessaire de construire un corpus de référence avec le plus grand nombre possible de documents. Ces documents étaient dès lors variés et pouvaient éventuellement présenter des imprécisions géométriques fortes pour peu qu’ils aient été parfaitement situés dans le temps.

9Paradoxalement, s’il est relativement aisé de situer chronologiquement les documents isolés cartographiant la région grenobloise ou plus largement la région dauphinoise, il est parfois plus délicat de situer avec précision les cartes couvrant l’ensemble du territoire national. Ces documents, comme les cartes Cassini ou d’État-Major, sont d’une part parus en plusieurs éditions. Chacune des éditions présente des modifications d’ordre esthétique, parfois d’ordre géométrique et géographique. Avec les cartes de Cassini, par exemple, qui constituent la première carte nationale à grande échelle, au moins quatre éditions différentes sont connues. Certaines sont en noir et blanc, d’autres sont en couleurs, et d’autres encore sont des cartes mises à jour (Berthaut, 1902). D’autre part, même si les dates de parution des feuilles sont disponibles, il est encore plus délicat d’obtenir la date des levés de ces documents. Dans la recherche d’un suivi de l’évolution d’un paysage, il est naturellement plus utile de connaitre la date des levés que celle de la publication de la carte. Or, sur ces grands projets cartographiques, le délai entre les levés et la publication varie fortement selon les cartes (Pelletier, 1990 ; Delsallen 1998 ; Vallauri et al., 2012). Pour les cartes Cassini, ce délai est en moyenne de 5 ans. Il a pu être nettement plus important sur certaines régions : plus de 20 ans, par exemple, pour la carte de Bergerac (Delsalle, 1998). Pour la feuille de Grenoble, les levés se placent en 1775, pour une publication en 1779 (Delsalle, 1998 ; Vallauri et al., 2012).

Méthodologie retenue

Sélection des documents utilisés

10Les documents ont par la suite été sélectionnés à partir d’un ensemble de critères. Le document devait d’abord couvrir la totalité de la confluence du Drac et de l’Isère. Les documents avec des paysages alluviaux détaillés ont été privilégiés. Certaines cartes ou documents iconographiques sont parfois des copies de documents plus anciens, avec éventuellement des détails mineurs ajoutés à visée esthétique. Une fois les documents redondants et trop imprécis écartés, le 17ème siècle n’est alors renseigné que par une unique source, malgré les nombreux documents iconographiques existant, notamment au milieu de ce siècle. Leur contenu présente cependant des similitudes fortes, ou avec des limites et des contours paysagers trop fortement dégradés pour permettre un géoréférencement cohérent.

11Le corpus documentaire retenu dans le cadre de cet article couvre ainsi systématiquement les alentours de la confluence, avec parfois avec des informations précises sur la structuration hydromorphologique du lit mineur, sur la présence ou non d’une ripisylve, et parfois même sur la nature du boisement. Sur de nombreux documents, la présence ou non d’un endiguement latéral est aussi indiqué. Avec une certaine irrégularité temporelle et des documents hétérogènes, l’ensemble du corpus couvre un paysage évoluant progressivement entre le milieu du 17ème siècle jusqu’à nos jours. Sur cette période, ce corpus offre donc l’occasion de traduire précisément et de comprendre les transformations progressives des paysages fluviaux.

Correction géométrique des sources

12Mener une approche diachronique implique de pouvoir mener des comparaisons fines et précises entre les documents. Cette démarche nécessite donc la possibilité de pouvoir parfaitement superposer la totalité du corpus documentaire. Dans cet objectif chaque document doit être calé sur un système de projection identique et corrigé géométriquement (figure 3). La carte de référence, sur laquelle les documents sont superposés, est la base de données raster « SCAN 25 » de l’IGN, mise à jour en 2008.

Figure 3. Transformation géométrique, exemple avec la planche de l’atlas de Trudaine sur la confluence Drac-Isère (a) avant correction géométrique et après (b) (Ministère de la Culture : base de données ARCHIM)

Figure 3. Transformation géométrique, exemple avec la planche de l’atlas de Trudaine sur la confluence Drac-Isère (a) avant correction géométrique et après (b) (Ministère de la Culture : base de données ARCHIM)

13La correction spatiale des documents s’appuie sur l’identification d’amers. Ils peuvent être des points remarquables situés sur des routes, au niveau des remparts, sur l’axe des ponts, ou sur une limite particulière de digues, ou encore des bâtiments isolés. Les lits des cours d’eau sont plus délicats à retenir. Parfois pour compléter le jeu d’amers, et afin d’en avoir suffisamment, le tracé des cours d’eau a été pris en compte, mais sur des tronçons hydrologiques bien identifiés et limités, et en retenant alors l’axe du cours d’eau. A partir des amers retenus sur les sources (figure 4), plusieurs fonctions de transformation ont ensuite été testées : fonction polynomiale du premier au sixième ordre, ou "spline", fonction par "ajustement". L’erreur quadratique moyenne, erreur spatiale représentant la moyenne d’écart entre la position des points d’amers et leur position sur le référentiel, a été utilisée pour retenir la méthode de transformation la plus adaptée, et pour qualifier la qualité de cette transformation.

Figure 4. Position des amers utilisés afin de corriger spatialement les documents

Figure 4. Position des amers utilisés afin de corriger spatialement les documents

14Dans la mesure où la correction des documents s’applique à un espace relativement restreint, la transformation géométrique la plus efficace a toujours été une fonction polynomiale. Elle a été optimisée en ajustant l’ordre de la fonction, en passant selon les sources du 3ème degré au 6ème degré. La fonction polynomiale avec l’erreur quadratique la plus faible a été retenue. Le choix définitif du type de fonction modifie légèrement le résultat final, mais la finesse de la correction géométrique réside surtout dans la qualité du document initial, du nombre d’amers retenus, et de leur répartition spatiale (figure 4). Le RMSE calculé pour chaque correction (Root Mean Square Error) reste systématiquement inférieur à 4 (valeur maximale de 3.98), et le plus souvent inférieur à 1.

Évolution du paysage fluvial

Disparition du delta intérieur du Drac

15Peut-être au cours du 16ème siècle (Bravard, 1989), sinon au cours du 17ème siècle, le Drac subit un changement important de son style fluvial, avec le passage d’un lit unique à un lit en tresse. Cette transformation est souvent décrite dans les Alpes (Bravard, 1989 et 2000 ; Marnezy, 1998 ; Landon, 1999). Elle est consécutive à une augmentation plus marquée de la charge de fond, c’est à dire de la charge solide, que celle des écoulements (Starkel, 1983).

16La carte du pays matheysin, établie par Jean de Beins en 1607 (Dainville, 1968 et 1969 : figure 2), montre assez distinctement la plaine de Grenoble parcourue alors par un Drac d’allure rectiligne, composé de deux bras principaux (le Drac et le Draquet). Le « plan d’inondation du Drac », établi en 1660 par César Savoye (figure 5), décrit en revanche une plaine largement occupée par le Drac, avec un lit composé d’une multitude de bancs alluviaux, montrant un système fluviatile en tresse. Dans la région grenobloise et à l’aval du bassin du Drac, il est donc envisageable que ce changement morphologique se soit d’avantage opéré au cours du 17ème siècle que sur le siècle antérieur. Cette transformation témoigne de conditions hydromorphologiques différentes. Elle pourrait dès lors caractériser régionalement la sortie progressive du Petit Age Glaciaire (Le Roy Ladurie, 1983 ; Bravard, 1989 ; Astrade et al., 2011).

Figure 5. Carte issue du « Plan d’inondation du Drac » de César Savoye, 1660 (BMG), après une transformation géométrique et un géoréférencement

Figure 5. Carte issue du « Plan d’inondation du Drac » de César Savoye, 1660 (BMG), après une transformation géométrique et un géoréférencement

17Cette période coïncide également avec des crises hydrologiques plus fréquentes, tout particulièrement entre 1632 et 1636 (Champion, 1861) où le Drac présente de nombreuses crues inondantes. Ainsi, au milieu du 17ème siècle, la charge de fond extrêmement abondante, libérée par la déglaciation des hauts bassins-versants, ainsi que la construction des premières digues à hauteur de la commune de Champagnier (la digue Marcelline), favorisent un exhaussement du lit du Drac par rapport à la plaine. Les détails du «Plan d’inondation du Drac», réalisé en 1660, illustrent indirectement l’ampleur des débordements au cours de cette période (figure 5). En revanche, l’Isère à Grenoble ne semble plus avoir une charge de fond importante. Située plus à l’aval de la production des matériaux des vallées alpines, sans doute aussi par la présence de la vallée du Grésivaudan, où la charge de fond peut se déposer progressivement sur un espace très important, elle n’arrive guère à repousser les alluvions apportées par le Drac. La confluence du Drac avec l’Isère, avec de nombreux bras actifs du côté du Drac, se dessine alors d’une manière relativement complexe (figure 5). Au niveau de la confluence du Drac, les dépôts du Drac forment un vaste cône de déjection alluviale de forme deltaïque, qui s’étend à l’ouest des enceintes de Grenoble, jusqu’à la hauteur de la commune de Fontaine et qui est souvent qualifié de « patte d’oie » (Bouchayer, 1925).

18La fin du 17ème siècle est également marquée par une phase de crises hydrologiques. Après 1660, de nombreuses grandes crues du Drac sont observées : en 1661, 1674, 1686 et 1692, parfois associées ou non à celles de l’Isère. Deux grandes crues de l’Isère sont observées en 1673 et en 1711, indépendamment du Drac. Sur ces deux cours d’eau, si les processus hydrogéomorphologiques se distinguent, notamment avec un apport plus marqué de la charge solide par le Drac, ils se caractérisent également par une relative indépendance hydrologique pour certains grands évènements. Ces grandes crues, centrées largement sur l’ensemble du 17ème siècle, provoquent des modifications successives de la morphologie de la confluence. Entre 1660 et 1718, la confluence principale du Drac avec l’Isère est ainsi repoussée à l’aval à environ 1 km. Le cône de déjection prend alors une forme deltaïque, avec de nombreux bancs alluvionnaires mobiles.

19Tout au long du 18ème siècle, la prolongation des digues sur le Drac limite de plus en plus les débordements sur la plaine de Grenoble. Ces constructions, même situées en amont de la confluence, modifient notablement sa morphologie avec l’apparition progressive d’un cône de déjection parfaitement identifiable sur plusieurs documents d’archives (figure 6). L’analyse de ces documents indique qu’entre 1718 et 1745, la confluence migre régulièrement vers l’aval. Concomitamment, le Drac repousse l’écoulement de l’Isère vers le nord, sur les contreforts du massif de Chartreuse. Entre 1718 et 1732, puis jusqu’en 1741, la digue en rive droite du Drac a été prolongée vers l’aval, et libère des terres cultivables aux portes de Grenoble. Ce gain d’espace est surtout lié à l’utilisation possible des grands bancs, situées au niveau de la confluence. Ils sont dès lors largement déconnectés du cours d’eau, de ses crues les plus fréquentes, et deviennent directement accessibles par les paysans grenoblois.

Figure 6. Transformation du delta intérieur du Drac au cours du 18ème siècle.

Figure 6. Transformation du delta intérieur du Drac au cours du 18ème siècle.

Position des transects utilisés, avec : wi : largeur de la bande active, ITi : indice de tresse = nombre de chenaux.

Sources : 1718-Etat des travaux réalisés le long du Drac, par Jean Verduc (AN) ; 1732-Plan de nivellement du Drac, par La Hire et Rolland (AN) ; 1737-Carte du cours de l’Isère et de la Grande route de Provence jusqu’à Moirans (AN) ; 1741-Carte des environs de Grenoble par Brunet (AN) ; 1745-Atlas de Trudaine n°359 (AN) ; 1747-Plan de la ville de Grenoble avec ses environs et ses projets (AG) ; 1779-Carte Cassini Noir et Blanc, édition de David Rumsey (ADI)

20Sur la première moitié du 18ème siècle, hormis ces grands bancs stabilisés, de nombreux bancs alluviaux stables peuvent être observés au niveau de la confluence. Certains de ceux-ci apparaissent parfois largement végétalisés, d’autres davantage dépourvus de végétation. Toutefois, la végétalisation ou non des bancs n’est pas toujours parfaitement représentée, ou d’une manière assez variable selon les sources. La dynamique morphologique rapide de ces petits bancs stabilisés laisse penser qu’une végétation herbacée vient tout au plus recouvrir les sédiments. Les nombreux bancs alluvionnaires présents sont mobiles, comme le prouvent les dissemblances morphologiques du cône de déjections au cours du temps sur cette même période (figure 6). En rive droite de l’Isère notamment, l’absence d’une couverture de végétation ligneuse est corroborée par une forte remobilisation des dépôts alluvionnaires.

21Entre 1718 et 1737, et plus particulièrement après 1732, à la suite de nombreuses crises hydrologiques les documents dévoilent un paysage fluvial largement remanié. En effet, entre 1732 et 1737, plusieurs crues exceptionnelles (Dumas, 2004 et 2011) favorisent de fortes transformations morphologiques et ne laissent guère le temps à une ripisylve de s’installer. L’évolution des largeurs de la bande active et des indices de tressage (Brousse et al., 2011) témoignent aussi clairement cette dynamique (figures 6 et 7). Cependant, simultanément, en rive gauche et à l’aval de la confluence, des bancs apparaissent plus pérennes et plus fréquemment accompagnés d’une couverture arborée (figure 6). Les berges attenantes à ces bancs, mieux stabilisées par la présence de cette ripisylve, présentent également une plus grande permanence dans le paysage.

22En 1737, la confluence prend l’allure d’un cône de déjection où l’axe principal du Drac n’est plus clairement identifiable. A l’image du fleuve Niger au niveau de Mopti, il est alors facile d’assimiler cette forme géomorphologique à un vaste delta intérieur. La partie orientale du cône s’est durablement stabilisée pour ne faire qu’un vaste îlot boisé. L’analyse des documents corrigés souligne un assèchement de petits chenaux, favorisé par des comblements alluviaux naturels ou volontaires. La partie occidentale de la confluence s’est en revanche plutôt fragmentée en un ensemble de bancs d’alluvions plus ou moins boisés. Le rôle de la grande crue de 1733 n’est peut-être pas à négliger dans cette transformation du paysage alluvial. Après 1737, aucun événement hydrologique majeur n’est enregistré, mais l’anthropisation du Drac s’accentue encore d’avantage. Une prolongation des digues est observée. En 1741, elles s’allongent ainsi sur près de 160 m, et amorcent un début de courbe, éloignant encore d’avantage l’axe d’écoulement du Drac de la ville. Les bancs alluviaux de la partie orientale du cône de déjection se sont de fait encore élargis. Les archives indiquent que ces terres sont rapidement occupées par une végétation arborée, associées à des zones plus ou moins marécageuses, et progressivement occupées par des terrains agricoles.

Figure 7. Evolution de la largeur de la bande active (wi) et de l’indice de tressage (ITi) correspondant au nombre de chenaux, au niveau de la confluence

Figure 7. Evolution de la largeur de la bande active (wi) et de l’indice de tressage (ITi) correspondant au nombre de chenaux, au niveau de la confluence

23En 1745, la morphologie de la confluence a subi encore des changements, avec de nouveaux dépôts sédimentaires, des bancs alluviaux remobilisés, toutefois les grandes lignes du paysage fluvial semblent maintenant en place. Au milieu du 18ème siècle, ces évolutions ralenties, ces paysages qui se fixent lentement, sont les signes d’une mobilisation plus faible des matériaux alluviaux liée à des crises hydrologiques moins intenses et moins fréquentes, combinée à un apport plus réduit de la charge solide. C’est peut-être aussi la marque d’une sortie définitive du Petit Age Glaciaire ?

24Le document de 1747 conserve des imprécisions au niveau des contours de tous les îlots sédimentaires (figure 6). A la place du cône de déjection, il laisse dès lors entrevoir l’apparition d’une presqu’île. Cependant, ce plan, dont l’objectif est probablement de représenter les aménagements existants et de projeter les aménagements futurs, ne cartographie pas tous les écoulements. En conséquence tous les chenaux actifs, ou susceptibles de l’être lors d’une crue, ne sont pas représentés alors qu’à cette date un ensemble de petits chenaux était encore présent. Ceux-ci auraient montré alors une presqu’île moins massive et encore constituée d’un ensemble complexe d’îles alluviales. Par ailleurs, deux siècles après, les photographies aériennes de 1944 réalisées par les services de l’armée de l’air américaine dévoilent encore parfaitement la trace d’anciens chenaux au sein de la presqu’île. Néanmoins, le document de 1747 témoigne parfaitement d’un paysage fluvial amorçant sa fixation. Au milieu du 18ème siècle, d’une manière plus générale au niveau de la confluence, les transformations morphologiques deviennent plus réduites (figure 6). La figure 7 souligne clairement cette évolution, ainsi que sa rupture repérée au milieu du 18ème siècle. Au niveau des transects 1 et 2, la largeur totale de la bande active passe alors de 1200/1500 m à 200/300 m. Le transect 3, situé plus à l’aval, met en évidence une rupture moins rapide, s’opérant plus progressivement. D’abord la largeur de la bande active passe de 800/900 m à un peu moins de 500 m vers la fin du 18ème siècle puis, au début du 20ème siècle, la largeur totale de la bande active se rétrécie durablement à 220 m. La figure 7 illustre ainsi clairement la stabilisation progressive vers l’aval de la morphologie de la confluence, corolaire de la baisse de l’alimentation du cours d’eau en charge de fonds.

25Cette stabilisation des îlots sédimentaires au niveau de la confluence rend désormais possible la poursuite et la prolongation des digues du Drac. Elles vont elles-mêmes à leur tour contribuer à supprimer les mobilités sédimentaires et à fixer le paysage fluvial. Au cours des deux décennies qui suivent, les travaux d’endiguement se poursuivent vers l’aval sur les deux cours d’eau. Les digues peuvent dès lors s’appuyer aisément sur le tracé des principales îles sédimentaires de la confluence. Elles dessinent ainsi définitivement les contours de la presqu’île. Le delta intérieur du Drac est alors totalement effacé du paysage, et laisse place à une vaste presqu’île venant dans la continuité de la plaine grenobloise.

Dynamique morphologique de la Presqu’île

26De la fin du 18ème siècle jusqu’au milieu du 19ème siècle, les travaux d’endiguement se poursuivent vers l’aval de la confluence sur le Drac et sur l’Isère. L’allure générale de la presqu’île n’est guère modifiée. Dans le détail cependant, la pointe de la presqu’île s’allonge légèrement au fil des années. La correction spatiale des cartes d’archives dévoile qu’entre 1835 et 1897, la flèche de la presqu’île s’allonge d’environ 300 m vers l’aval (figure 8).

27Avec cet accroissement, la fragmentation des îlots alluvionnaires situés à l’aval de la confluence et dans le lit du Drac, maintenant endigué, démontre une certaine mobilité des bancs alluviaux. Cependant, le paysage n’évolue guère. Le plan très détaillé des villes proches de Grenoble, établi en 1862 ("Plan des territoires des communes de Seyssins, Fontaine, Saint Martin-le-Vinoux et Grenoble", AMG), dessine d’ailleurs des contours paysagers relativement similaires à ceux observés en 1779 sur la Carte Cassini, soit quasiment un siècle auparavant.

28Les principales évolutions au cours du 18èmesiècle et du 19èmesiècle concernent finalement plus les aménagements et l’extension du tissu urbain grenoblois que véritablement les morphologies des deux grands cours d’eau. La presqu’île, désormais reliée à la plaine grenobloise, permet dans un premier temps l’extension de zones agricoles puis, à partir de 1835, la construction de différents bâtiments. Un polygone d’artillerie est notamment construit au sud-ouest de la presqu’île, puis les abattoirs, auxquels s’ajoutent progressivement divers bâtiments et des usines. Dans les années 1860, la construction d’un nouveau pont sur l’Isère, pour le chemin de fer reliant Grenoble à Lyon, désenclave encore d’avantage cet espace, et favorise son développement tourné vers l’industrie.

Figure 8. Evolution récente de la flèche de la presqu’île

Figure 8. Evolution récente de la flèche de la presqu’île

29Au cours du 20ème siècle, l’évolution morphologique de la presqu’île se poursuit toujours au niveau de sa flèche (figures 8 et 9). En fonction de la date des cartographies, on retrouve, sur le Drac et entre les digues, des bancs alluviaux diversement positionnés, plus ou moins végétalisés, sans que la confluence soit véritablement modifiée. La mobilité des îles sédimentaires, où le Drac apparaît toujours encombré de bancs alluviaux, s’observe tout au long du 20ème siècle. Dans le détail, au niveau de la confluence, la carte de 1928 (IGN) dessine le Drac légèrement dévié sur sa rive droite par la présence d’une île sédimentaire largement végétalisée par une ripisylve. La flèche de la presqu’île est alors légèrement infléchie et déviée vers la rive droite (figure 8).

30Après la seconde guerre mondiale, au début des années 50, avec la construction du Centre d’Étude Nucléaire de Grenoble, la pointe de la presqu’île est totalement endiguée. Cet endiguement vient définitivement stabiliser la pointe de la confluence et la place à environ 680 m à l’aval de sa position cartographiée en 1928. La carte de 1965 précise la morphologie de la flèche. Elle ne bougera plus par la suite.

Synthèse de l’évolution morphologique de la confluence

31Entre 1660 et aujourd’hui, la confluence Drac-Isère a subi de nombreux changements morphologiques. En se transformant, elle s’est aussi globalement déplacée vers l’aval. Sur cette large séquence pluriséculaire analysée dans ce travail, en plaçant le niveau de la confluence initiale à partir du document de 1660 (figure 5), les documents redressés et géoréférencés permettent ainsi de retracer et évaluer sa migration. Les dynamiques de cette mobilité morphologique traduisent indubitablement trois phases d’évolution, guidées en premier lieu par le contexte hydrosédimentaire de ces périodes, puis par la mise en place progressive des endiguements. Les figures 7 et 9 construites à partir d’une vingtaine de documents corrigés spatialement, permettent de cerner ces trois phases.

32De 1660 au milieu du 18ème siècle, la confluence forme un véritable delta intérieur, avec des déplacements réduits des principaux bancs sédimentaires. Au cours de cette phase, cette forme géomorphologique présente des bancs alluviaux de surface de plus en plus importante. L’évolution morphologique de la confluence précise donc encore d’avantage notre connaissance de la fin du Petit Age Glaciaire (PAG), tout du moins pour cette région alpine.

33Cette période du PAG est parfois controversée et fait débat dans la communauté scientifique, et tout particulièrement sur les dates proposées par la définir. Elle pourrait couvrir une vaste période allant d’environ 1400 AD à 1850 AD (Mann, 2002). Si certaines études signalent que son influence s’estompe après 1850 (Marti et al., 2015), d’autres placent sa terminaison un siècle auparavant (Mensing et al., 2016). Beaucoup d’études en revanche décrivent le lien étroit entre les évolutions des morphologies fluviatiles, ou la diminution des très grandes crues morphogènes, avec la fin du PAG (Starkel, 1983 ; Bravard, 1989, Salvador, 1991 et 2005 ; Marnezy, 1998 ; Garitte et al., 2007 ; Pichard et Ricaute, 2009 ; Astrade et al., 2011 ; René, 2012 ; Cossart, 2013 ; Böhm et al., 2015 ; Mensing et al., 2016).

34Autour de Grenoble, le climat n’explique pas tout. L’endiguement progressif du Drac favorise une stabilisation des îles situées entre l’Isère et le Drac. Mais ces aménagements arrivent après, et composent avec un paysage fluvial essentiellement mis en place antérieurement. Au milieu du 18ème siècle, les travaux d’endiguement sont largement favorisés au niveau de la confluence, voire peut-être rendus possibles, par la présence d’îles fluviales, elles-mêmes devenues plus importantes et moins mobiles. A partir du milieu du 18ème siècle, l’endiguement du Drac se poursuit vers l’aval, et stabilise définitivement les principaux îlots alluviaux. La flèche de la confluence s’allonge encore progressivement, 5 m par an environ au cours du 19ème siècle, mais l’essentiel du paysage fluvial est en place. Il faut attendre le milieu de 20ème siècle, avec de nouveau travaux d’endiguement, pour que cette dynamique de détail se fige définitivement. Il est certain que la construction du barrage de Monteynard, à partir de 1962, puis en 1964, du barrage de Saint Georges-de-Commiers, et plus en amont encore, le barrage du Grand-Maison, à partir 1988, viennent limiter le transit de la charge de fond. Mais, la construction successive de ces barrages en amont de Grenoble ne modifiera plus la confluence.

Figure 9. Evolution de la position de la confluence Dra-Isère depuis 1660 (position 0), à partir des documents d’archives corrigés spatialement

Figure 9. Evolution de la position de la confluence Dra-Isère depuis 1660 (position 0), à partir des documents d’archives corrigés spatialement

Sources :

1660

Plan d’inondation du Drac (BMG, Cd 556)

1718

Etat des travaux réalisés le long du Drac, par Jean Verduc (AN, F14 10063)

1732

Plan de nivellement du Drac, par La Hire et Rolland (AN, F14 10056)

1737

Carte du cours de l’Isère et de la Grande route de Provence jusqu’à Moirans (AN, F14 10063)

1741

Carte des environs de Grenoble par Brunet (AN, F14 10063)

1745

Atlas de Trudaine n°359 (AN, F14/8479)

1747

Plan de la ville de Grenoble avec ses environs et ses projets (AG, Article 8, Grenoble, Section 1, Carton 1, n°25)

1779

Carte Cassini Noir et Blanc édition de David Rumsey (ADI, 6 J 37 bis)

1840

Carte d’Etat Major (Géoportail)

1862

Terrain annexé par la mairie de Grenoble (AMG, T9 P3 5, 7)

1874

Projet de dérivation du Canal du Drac : plan général du Syndicat de la Rive Droite du Drac (ADI, 2 FI 1584)

1886

Carte Eleogard Marchand (IGA, cartothèque)

1897

Carte d’Etat Major, n°178, de Grenoble Sud-Est, v.1897 (IGA, cartothèque)

1903

Chemin de fer à Grenoble : plan dressé par l’architecte Jaussely (AMG, 2FI 794)

1919

Vallée de l’Isère : plan côté des rives et des terrains compris dans le champ d’inondation des communes de Grenoble (AMG, 2FI 1418)

1928

SGA – Carte IGA CAF 20 TP 3234 8 (IGA, cartothèque)

1965

Carte IGN Top 25 (IGN)

1978

Carte IGN Top 25 (IGN)

1991

Carte IGN Top 25 (IGN)

2003

Image Google Earth

2013

Dalles IGN

Conclusion

35Les transformations morphologiques des cours d’eau sont guidées par de nombreux facteurs, jouant le plus souvent en synergie ; déboisements, endiguements, et fluctuations climatiques (Mougin, 1931 ; Jorda, 1980 ; Bravard et Peiry, 1993 ; Bravard, 2000 ; Salvador, 2005 ; Cossart, 2013 ; Böhm et al., 2015 ; Mensing et al., 2016). Les modifications du cône alluvial du Drac témoignent ainsi de l’évolution de ces paramètres, en les intégrant notamment sur l’ensemble du bassin du Drac.

36Entre le milieu du 16ème siècle et la fin du 18ème siècle, la confluence Drac-Isère enregistre de nombreux changements morphologiques, consécutifs à la sortie progressive du Petit Age Glaciaire, avec une intensité accrue de la charge de fond et des crises hydrologiques plus fréquentes. C’est au milieu, voire vers la fin du 18ème siècle que la presqu’île se dessine véritablement. Cette dernière reste pour un temps encore marécageuse et parcourue par des débordements ponctuels du Drac. C’est la marque de la fin du Petit Age Glaciaire pour cette région. Ensuite, et surtout vers la fin du 18ème siècle, les travaux d’endiguement viennent sceller les grandes lignes d’un paysage fluvial mis en place antérieurement. Le résultat de ces modifications morphologiques est la constitution d’une véritable presqu’île, dont la genèse est issue des évolutions successives d’un véritable « delta intérieur » construit par le Drac.

Haut de page

Bibliographie

Astrade L., Jacob-Rousseau N., Bravard J.-P., Allignol F. et Simac, L., 2011, "Detailed chronology of mid-altitude fluvial system response to changing climate and societies at the end of the Little Ice Age (Southwestern Alps and Cévennes, France)", Geomorphology, Vol.133, Num.1, 100-116.

Berthaut H., 1902, Les ingénieurs géographes militaires (1624-1831) : étude historique, 2 tomes. Paris, Service géographique de l’Armée.

Black J., 2004, Regards sur le monde. Une histoire des cartes, Paris, Ed. Hachette.

Böhm O., Jacobeit J., Glaser R. et Wetzel K.-F.,2015, "Flood sensitivity of the Bavarian Alpine Foreland since the late Middle Ages in the context of internal and external climate forcing factors", Hydrology and Earth System Sciences, Vol.19, Num.12, 4721.

Bouchayer A., 1925, "Le Drac dans la plaine de Grenoble de 1250 à 1651", Revue de Géographie Alpine, Vol.13, Num.1, 115-172.

Bravard J.-P., Bethemont J., 1989, "Cartography of rivers in France" in: G.E. Petts (ed) Historical change of large alluvial rivers in Western Europe, New York, John Wiley & Sons, 95-111.

Bravard J.-P., Peiry J.-L., 1993, "La disparition du tressage fluvial dans les Alpes françaises sous l’effet de l’aménagement des cours d’eau (19-20èmesiècle)", Zeitschrift für Geomorphologie, Vol.88, Suppl. Bd., 67-79.

Bravard J.-P., 1989, "La métamorphose des rivières des Alpes françaises à la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne", Bulletin de la Société Géographique de Liège, Vol.25, 145-157.

Bravard J.-P., 2000, "Le comportement hydromorphologique des cours d’eau au Petit Âge Glaciaire dans les Alpes françaises et leurs piedmonts", 25èmes Journées scientifiques du GFHN, Meudon, 28-29 novembre, 105-110.

Brousse G., Arnaud-Fassetta G. et Cordier S., 2011, "Evolution hydrogéomorphologique de la bande active de l’Ubaye (Alpes françaises du Sud) de 1956 à 2004 : contribution à la gestion des crues", Géomorphologie: relief, processus, environnement, Vol.17, Num.3, 307-319.

Champion M., 1861, Les inondations en France depuis le VIe siècle jusqu’à nos jours : recherches et documents contenant les relations contemporaines, les actes administratifs, les pièces officielles de toutes les époques, Paris, CEMAGREF éd. 2000, 6 volumes.

Cœur D., 2003, La maîtrise des inondations dans la plaine de Grenoble (XVIIe-XXe siècle): enjeux techniques, politiques et urbains, Thèse en Histoire, Univ. Grenoble.

Cossart E., 2013, "Stocks et flux sédimentaires dans la France alpine", in : D. Mercier (coord.), Géomorphologie de la France, Paris, Dunod, collection Sciences sup’, 113-128.

Dainville de F., 1968, Le Dauphiné et ses confins vus par l’ingénieur d’Henri IV. Centre de recherches d’histoire et de philologie, Hautes études médiévales et modernes, Paris, CNRS, vol.7.

Dainville de F., 1969, "Le Dauphiné et ses confins vus par l’ingénieur d’Henri IV Jean de Beins",  Revue de Géographie alpine, Vol.57, Num.3, 623-625.

David M., Carozza J. M., Valette P., Llubes M., Py V. et Groparu T., 2015. "Évolution de la dynamique fluviale de la moyenne Garonne toulousaine: apport d’une approche multi-sources cartes historiques, stratigraphie et géophysique sur le site Grenade-Ondes", Géomorphologie: relief, processus, environnement, Vol.21, Num.1, 21-44.

Delsalle P., 1998, "L’étude du cadre de vie à travers les cartes de Cassini : notice d’utilisation et d’exploitation", Bulletin du Centre d’Histoire moderne et contemporaine de l’Europe méditerranéenne et de ses périphéries, Num.1, 17-34.

Dumas D., 2004, "The two memorable floods on the Isère in Grenoble (1651 and 1859): An analysis of estimates by M. Pardé", Revue de Géographie Alpine, Journal of Alpine Research, Vol.92, Num.3; 39-49.

Dumas D., 2011, "Influence des redoux dans la genèse des grandes crues alpines : cas de la dernière crue d’inondation de l’Isère à Grenoble en 1859", Journal of Water Science, Revue des Sciences de l’eau, Vol.24, Num.2, 147-158.

Favillier A., 2013, Confluence Drac-Isère 1660-2003. Evolution hydrogéomorphologique, mémoire de stage Master 1, Institut de Géographie Alpine, Université Joseph Fourier, Grenoble.

Garitte G., Lahousse P., Thénard L., et Salvador P. G., 2007, "Évolution contemporaine de l’activité torrentielle sur les cônes de déjection de la basse vallée de la Clarée (Briançonnais, Alpes françaises du Sud)", Géomorphologie: relief, processus, environnement, Vol.13, Num.4, 293-308.

Gautier E., 1992, Recherches sur la morphologie et la dynamique fluviales dans le bassin du Büech (Alpes du Sud), Thèse de Géographie, Université de Nanterre.

Jorda M., 1980, "Morphogénèse et évolution des paysages dans les Alpes de Haute-Provence depuis le tardiglaciaire. Facteurs naturels et facteurs anthropiques", Bull. A.G.F., Vol.57, Num.472, 295-304.

Landon N., 1999, L’évolution contemporaine du profil en long des affluents du Rhône moyen. Constat régional et analyse d’un hydrosystème complexe, la Drôme. Thèse de Géographie, Université Paris-Sorbonne.

Le Roy Ladurie E., 1983, Histoire du climat depuis l’An Mil, Paris, Flammarion, 2 tomes.

Mann M.E., 2002, Little Ice Age vol.1, in C. Michael MacCracken, S. Dr John Perry (Eds.), The Earth system: physical and chemical dimensions of global environmental change, Encyclopedia of Global Environmental Change, Chichester, John Wiley & Sons.

Marnezy A., 1998, L’Arc et les hommes. Etude spatio-temporelle d’une rivière anthropisée, Thèse de Géographie, Université de Savoie, Chambéry.

Marti R., Gascoin S., Houet T., Ribière O., Laffly D., Condom T. et Soubeyroux J. M., 2015, "Evolution of Ossoue Glacier (French Pyrenees) since the end of the Little Ice Age", The Cryosphere, Vol.9, Num.5, 1773-1795.

Mensing S., Tunno I., Cifani G., Passigli S., Noble P., Archer C. et Piovesan G., 2016, "Human and climatically induced environmental change in the Mediterranean during the Medieval Climate Anomaly and Little Ice Age: A case from central Italy", Anthropocene, Vol.15, 49-59.

Mercier, M., 1976, Histoire des fortifications de Grenoble de l’an 43 av. J.-C. à 1900, Grenoble, Guirimand.

Mougin P., 1931, La restauration des Alpes, Paris, imprimerie Nationale.

Peiry J.-L., 1997, Recherches en géomorphologie fluviale dans les hydrosystèmes fluviaux des Alpes du Nord, HDR, Univ. Joseph Fourier, Grenoble, 2 volumes.

Pelletier M., 1990, La carte de Cassini. L’extraordinaire aventure de la carte de France, Paris, Editions Presses de l’Ecole Nationale des Ponts et Chaussées.

Pichard G., Ricaute N., 2009, "Une déclinaison régionale du Petit Âge Glaciaire. Apport des archives historiques de Provence", Archéologie du Midi Médiéval, Vol.27, Num.1, 237-247.

René P., 2012, "Régression des glaciers pyrénéens et transformation du paysage depuis le Petit Âge Glaciaire", Sud-Ouest Européen, Num.32, 5-19.

Rickenbacher M., 2007, "L’extension de la carte de France vers la « Suisse » entre 1780 et 1815". Comité Français de Cartographie, Num.191, 25–39.

Salvador P.-G., 1991, Le thème de la métamorphose fluviale dans les plaines alluviales du Rhône et de l’Isère, Thèse de Géographie, Univ. Jean Moulin Lyon 3.

Salvador P.-G., 2005, Géomorphologie et géoarchéologie des plaines alluviales, HDR, Université Lille 1.

Salvador P.-G., Berger J.-F., Gauthier E. et Vannière B., 2004, "Holocene fluctuations of the Rhône river in the alluvial plain of the bouchage (Isère, France)", Quaternaire, Vol. 15, Num.1, 1-2.

Starkel L., 1983, "The reflection of hydrologic changes in the fluvial environment of the temperate zone during the last 15.000 years", in: KJ Gregory (ed) Background to Palaeohydrology, Chichester, Wiley, 213-235.

Valette P., Carozza J.-M., 2010, "Mise en œuvre d’une démarche géohistorique pour la connaissance de l’évolution des paysages fluviaux : l’exemple de la moyenne vallée de la Garonne", Géocarrefour, Vol.85, Num.1, 17-27.

Vallauri D., Grel A., Granier E. et Dupouey J.-L., 2012, Les forêts de Cassini. Analyse quantitative et comparaison avec les forêts actuelles. Marseille, Rapport WWF/INRA.

Vautier F., 2000, Dynamique géomorphologique et végétalisation des cours d’eau endigués : l’exemple de l’Isère dans le Grésivaudan, Thèse de Géographie, Univ. Joseph Fourier, Grenoble.

Vivian H., 1969, "Les crues de l’Isère à Grenoble et l’aménagement actuel des digues", Revue de Géographie Alpine, Vol.57, Num.1, 50-65.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Situation de la confluence Drac-Isère et de la plaine de Grenoble
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27976/img-1.png
Fichier image/png, 51k
Titre Figure 2. Extrait de la carte en perspective de Jean de Beines montrant la région grenobloise en 1607 (Dainville, 1968)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27976/img-2.png
Fichier image/png, 180k
Titre Figure 3. Transformation géométrique, exemple avec la planche de l’atlas de Trudaine sur la confluence Drac-Isère (a) avant correction géométrique et après (b) (Ministère de la Culture : base de données ARCHIM)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27976/img-3.png
Fichier image/png, 7,5M
Titre Figure 4. Position des amers utilisés afin de corriger spatialement les documents
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27976/img-4.png
Fichier image/png, 273k
Titre Figure 5. Carte issue du « Plan d’inondation du Drac » de César Savoye, 1660 (BMG), après une transformation géométrique et un géoréférencement
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27976/img-5.png
Fichier image/png, 632k
Titre Figure 6. Transformation du delta intérieur du Drac au cours du 18ème siècle.
Légende Position des transects utilisés, avec : wi : largeur de la bande active, ITi : indice de tresse = nombre de chenaux.
Crédits Sources : 1718-Etat des travaux réalisés le long du Drac, par Jean Verduc (AN) ; 1732-Plan de nivellement du Drac, par La Hire et Rolland (AN) ; 1737-Carte du cours de l’Isère et de la Grande route de Provence jusqu’à Moirans (AN) ; 1741-Carte des environs de Grenoble par Brunet (AN) ; 1745-Atlas de Trudaine n°359 (AN) ; 1747-Plan de la ville de Grenoble avec ses environs et ses projets (AG) ; 1779-Carte Cassini Noir et Blanc, édition de David Rumsey (ADI)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27976/img-6.png
Fichier image/png, 413k
Titre Figure 7. Evolution de la largeur de la bande active (wi) et de l’indice de tressage (ITi) correspondant au nombre de chenaux, au niveau de la confluence
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27976/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Figure 8. Evolution récente de la flèche de la presqu’île
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27976/img-8.png
Fichier image/png, 48k
Titre Figure 9. Evolution de la position de la confluence Dra-Isère depuis 1660 (position 0), à partir des documents d’archives corrigés spatialement
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27976/img-9.png
Fichier image/png, 27k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Dumas et Adrien Favillier, « Disparition du delta intérieur du Drac et naissance de la presqu’île grenobloise : signature de la fin du Petit Age Glaciaire », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Environnement, Nature, Paysage, document 809, mis en ligne le 03 mars 2017, consulté le 18 août 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/27976 ; DOI : 10.4000/cybergeo.27976

Haut de page

Auteurs

Dominique Dumas

Université Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3, CNRS, UMR 5600 EVS, F-69362, France
Professeur des universités à Lyon3, Géographie : dominique.dumas@univ-lyon3.fr

Adrien Favillier

Université Clermont Auvergne, CNRS, GEOLAB, F-63000 Clermont-Ferrand, France
Doctorant GEOLAB : adrien.favillier@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page