Skip to navigation – Site map
Les métiers de la ville

Meubler Paris. Professions et innovations dans le domaine du mobilier urbain

Furnishing Paris. Professions and innovations in the field of street furniture
Morgane Delarc and Jérôme Rollin

Abstracts

This article analyzes new forms of professional organizations. Those professionals select and manage street equipment in Paris. In connection with recent technical innovations within the field of street equipment (such as digital street equipment or reversible street equipment), the classical and normative process that aims to implant those pieces of equipment in Paris is quite destabilized. New professional figures with various skills have to work and collaborate with the municipal services of Paris. These, in return, have to learn doing with those professionals. Territorial skills and expertise face various skills embodied by professionals, sometimes far from urbanism, but less constrained in their practice. Finally, this article shows that professional practices are not so fluctuating but that they need to be analyzed through organizational transformations.

Top of page

Full text

1Cet article a pour objectif d’analyser des situations d’innovation urbaine. Il permettra de montrer que les nouvelles réalisations techniques s’accompagnent de transformations organisationnelles profondes qui affectent le « monde » des professionnels de l’urbain (Claude, 2009 ; Verpraet, 2005) concernés : des professionnels, jusqu’alors absents du jeu urbain, interviennent auprès de services techniques dits traditionnels, suscitant des échanges originaux. Notre démarche est alors d’appréhender les changements des organisations et des professions intervenant parallèlement aux innovations techniques.

  • 1 Blocparc 3.0 est affiliée à l’entreprise Récréation Urbaine, qui installe son mobilier en 2013 dans (...)

2Pour atteindre cet objectif, nous étudierons, d’une part, le cas de la gestion du mobilier urbain de la Ville de Paris. Il s’agit d'un domaine qui a la particularité d’englober tant des objets historiques tels que les traditionnels bancs en fonte, que des équipements modulables ou équipés de haute technologie. Par exemple, les bancs de l’entreprise Blocparc 3.01 sont présentés comme faisant la part belle au design, à la modularité et à la connectivité (ils sont dotés de puces et de QR codes coulés dans le béton et n’ont besoin d’aucune connexion filaire). Le mobilier urbain est à la fois contraint par un cadrage important (réglementaire, procédural, professionnel), concerné par une variété d’usages en constante augmentation et par des évolutions techniques considérables. Ce contexte se double d’une pluralisation du monde professionnel, où interviennent, de plus en plus souvent, des acteurs du design, de l’évènementiel, ou encore du numérique. Bien entendu, ces différentes figures professionnelles ont des activités traditionnelles qui leur sont propres. Mais désormais, certains de leurs représentants s’invitent dans la gestion des espaces publics et du mobilier urbain et se spécialisent dans ce domaine.

  • 2 Le corps des architectes-voyers est un corps de fonctionnaires de l’État. Actuellement, les archite (...)

3D’autre part, cette augmentation du nombre des techniques disponibles implique, pour les acteurs du mobilier urbain, de trouver des modes d’organisation permettant de faciliter le travail en commun. Cela implique des changements substantiels pour les intervenants traditionnels, notamment les services techniques de la Ville de Paris. Les évolutions peuvent être de plusieurs natures, mais il s’agit, dans la plupart des cas, de « questionner les formes éprouvées d’organisation de l’action collective, de bouleverser les montages juridiques, financiers, intra- et inter-organisationnels, de rompre avec des habitudes professionnelles » (Arab, 2014, p. 145). En cela, des services de la Ville (ingénieurs et architectes-voyers2) aux « acteurs de la création et de l’innovation » (Chaudoir, 2007), la place et le rôle de chaque professionnel sont remis en question. C’est ainsi que les innovations organisationnelles sont directement visibles lorsqu’on étudie concrètement le travail des personnes qui participent au choix et à l’installation du mobilier urbain au sein de la Ville de Paris.

4Enfin, le point de vue des professionnels sera pris en compte. La diversification du monde professionnel du mobilier urbain apparaît avec une multitude d’appels à compétences (Claude, 2006). Certains proviennent directement d’entités de la Ville de Paris. Par exemple, le plan stratégique de la Ville de Paris en matière de ville intelligente et durable fait de la « création de nouveaux mobiliers connectés, débutée par les abris-voyageurs, pour ouvrir à de nouvelles perspectives d’usage des services numériques dans l’espace public et les équipements » (Mairie de Paris, 2015a, p. 26), un objectif prioritaire. D’autres appels à compétences proviennent de processus de circulation (nationale ou internationale) des modèles et des bonnes pratiques (Bourdin, Idt, 2016), par exemple en termes d’éclairage urbain (Hernandez, 2016), de vélos en libre-service (Huré, 2014) ou de développement de l’événement dans l’espace public (Gravari-Barbas, Jacquot, 2007). L’origine de la transformation du mobilier urbain est ainsi double, interne et externe. Les agents et élus de la Ville de Paris peuvent aussi diffuser, en interne, les expériences qu’ils connaissent.

  • 3 Elles sont définies par des contextes d’action, des missions, des moyens d’agir, des responsabilité (...)

5Les évolutions techniques, organisationnelles et professionnelles, doivent être comprises de concert, les unes pouvant avoir des conséquences sur les autres. Cet article analyse ainsi les restructurations continues du monde professionnel du mobilier urbain, dans lesquelles de multiples figures professionnelles3, traditionnelles ou récentes, entrent en relation, en coopération, en concurrence, en compétition, etc. Dans un contexte où l’action publique institutionnelle est parfois considérée comme étant peu propice à l’innovation, qu’elle soit sociale ou urbanistique (PUCA, 2016), il s’agit d’interroger l’évolution des processus de production et d’installation du mobilier urbain. Quelles sont les caractéristiques des interventions et de l’organisation des nouvelles figures professionnelles ? Comment se réorganise le travail des équipes de la Ville de Paris ? Au final, comment les compétences s’agencent-elles pour concevoir, installer et gérer le mobilier urbain dans l’espace public parisien ?

  • 4 Ces éléments de réflexion sont nés à la fois d’une thèse en cours sur les savoirs et savoir-faire p (...)

6L'article s’appuie sur des recherches empiriques menées à Paris auprès des services techniques de la municipalité, d’entreprises du numérique, de designers et de professionnels de l’évènementiel4. En cela, il opte pour une grille de lecture interactionniste, la notion de « mondes » (Becker, 2006) permettant « d’interroger les limites, soit l’autonomie / l’hétéronomie, d’entités professionnelles qui ne font pas nécessairement "groupes" » (Claude, 2009, p. 63). Pour cela, il s’appuie sur la réalisation d’entretiens semi-directifs et sur l’observation de réunions de travail et de formation entre les différentes figures professionnelles. L’approche proposée est donc volontairement pragmatique, basée sur des études de cas. Elle permet ainsi d’appréhender finement l’évolution des pratiques des organisations et des individus, et d’interroger l’hypothèse selon laquelle les démarches des professionnels sont pragmatiques, adaptées à chacune des situations territoriales, porteuses de succès et susceptibles de se pérenniser (Jeannot, 2013).

7La démonstration s’attachera, dans un premier temps, à analyser la standardisation, par la Ville de Paris, de la gestion du mobilier urbain. Nous verrons qu’elle se formule selon différentes modalités, techniques, réglementaires, territoriales. Dans un deuxième temps, nous étudierons la pluralisation du monde du mobilier urbain en montrant qu’elle survient par le truchement d’injonctions multiples et qu’elle aboutit à l’apparition de nouvelles organisations. Enfin, nous verrons les mutations concrètes des pratiques organisationnelles et professionnelles et nous analyserons les règles qui les régissent.

Mobilier urbain : une activité standardisée

8La gestion du mobilier urbain est une pratique traditionnellement très codifiée à la Ville de Paris qui a en charge sa sélection et le choix des lieux d’implantation. Le service technique concerné est la Direction de la voirie et des déplacements (DVD). Les critères de standardisation qu’elle applique touchent essentiellement à des dimensions techniques et patrimoniales (figure 1). Cela se traduit par des formes de réglementation qu’il s’agit de faire respecter. Les agents de la Direction qui font le choix des types de bancs, de potelets ou encore de lampadaires, travaillent ainsi dans un cadre d’action précis, renforcé par des éléments concrets du territoire qui peuvent aussi contraindre certains choix (présence de réseaux souterrains par exemple).

9Dans cette première partie, nous verrons que la standardisation de la gestion du mobilier urbain s’effectue traditionnellement, d'abord lors de sa sélection, puis à l’occasion du choix des lieux d’implantation.

Figure 1 - Schéma figurant le processus classique de sélection du mobilier urbain

Figure 1 - Schéma figurant le processus classique de sélection du mobilier urbain

(Morgane Delarc et Jérôme Rollin, 2017)

La sélection standardisée du mobilier urbain parisien

  • 5 La Ville de Paris, afin de conserver une cohérence dans l’implantation du mobilier urbain, a réalis (...)

10La Ville de Paris se donne les moyens de contrôler les objets de mobilier urbain susceptibles d’être installés dans l’espace public. Pour cela, elle constitue des bases de données d’objets répondant à des règles et des normes précises. Cette régulation est réalisée par deux entités internes, aux expertises différenciées : le Laboratoire des équipements de la rue (LER) exerce un contrôle technique (dimensionnement, résistance aux chocs, protection à l’humidité résistance à l’humidité, consommation, etc.) et la Commission technique du mobilier urbain réalise, quant à elle, une vérification patrimoniale (contraintes de voirie, réglementaire et fonctionnelle, esthétique, etc.). Cette organisation a pour objectif de créer et d’assurer de la cohérence sur le territoire parisien. Par exemple, une des éditions du « catalogue de luminaires5 » en 2015 mentionne :

« Afin de préserver une cohérence sur l’ensemble de son territoire, la Ville de Paris a rassemblé au sein de ce catalogue ses prescriptions en termes de luminaires d’éclairage public. Pour pouvoir être installé sur la Ville de Paris (Paris intra-muros : berges de Seine, parcs et jardins, boulevard périphérique, tunnels et souterrains, voirie et espaces piétons), un luminaire doit répondre aux exigences techniques de la Ville de Paris et pour ce faire, être qualifié techniquement par le Laboratoire des Équipements de la Rue (LER). Le luminaire doit également être qualifié par la Commission Technique du Mobilier Urbain (CTMU) qui doit valider sa cohérence esthétique avec le reste du mobilier urbain. » (Mairie de Paris, 2015b, p. 2)

  • 6 Pris au sens large des règles ou procédures locales, nationales ou internationales.

11Cette procédure permet à la Ville de Paris d’établir ses propres normes, de les inscrire dans les cahiers des charges à l’occasion des marchés publics et de réaliser elle-même ses propres vérifications techniques et esthétiques. Elle lui permet de contrôler, par le droit6 (Bourdin et al., 2006), une activité soumise à des influences multiples, notamment techniques ou esthétiques. C’est aussi l’occasion de transcrire, au niveau local, les réglementations nationales, comme la nature et les niveaux d'éclairage des équipements publics.

12De cette standardisation du mobilier urbain émerge alors une liste stricte d’objets utilisables : seuls six luminaires décoratifs (pour les espaces piétonniers) et cinq luminaires de style (lanternes) sont par exemple validés par le LER et la CTMU pour l’ensemble du territoire parisien. Le contrôle et la standardisation de ces objets de mobilier portent sur les matériaux, les dimensions, la résistance aux chocs, à l’humidité, aux phénomènes électromagnétiques et sur l’ensemble des caractéristiques techniques. Que cela concerne de nouveaux luminaires équipés d’une source LED ou des dispositifs de connexion des candélabres (Donnaes, 2009, p. 28) ces services de la DVD encadrent ainsi l’activité globale en matière de mobilier urbain. Ils peuvent être amenés à faire évoluer leurs exigences, en fonction de l’évolution des réglementations, des innovations et des commandes, mais ces procédures encadrées garantissent tout de même une certaine stabilité.

L’emplacement du mobilier urbain dans l’espace public

13Le choix de l’emplacement du mobilier urbain est réalisé par les services opérationnels de la DVD. Pour autant, cette tâche n’est pas attribuée à un service en particulier. Il n’existe pas de service, mission ou agence dédiés. En réalité, cette activité est ventilée entre plusieurs d’entre eux, en fonction de la nature des projets, des lieux où ils sont implantés, des différentes contraintes techniques qu’ils peuvent rencontrer ou des compétences requises par type de mobilier. Les spécialistes de l’éclairage, des déplacements, de la mobilité et les autres agents mobilisés pour l’aménagement de la voirie sont amenés à donner leur avis. En revanche, tous n’interviennent pas sur l’ensemble des projets : les ingénieurs chargés de la veille et de l’expérimentation ne sont pas contactés à chaque aménagement. La section de l’éclairage public le sera davantage mais à des degrés divers (à titre consultatif lorsqu’il s’agit des normes ou comme concepteurs).

14Le choix de l’emplacement du mobilier urbain met en lumière des configurations dans lesquelles les services de la DVD interviennent à des degrés divers. Malgré cette multitude de situations, certains critères de choix sont récurrents. Quand ils s’impliquent dans la localisation du mobilier urbain, les agents de la DVD appliquent une grille de lecture à trois dimensions : technique (contraintes de tous ordres), patrimoniale (style du mobilier) et territoriale (intégration dans l'environnement urbain).

  • 7 EVESA est une société créée en 2011. Elle « a la responsabilité de l’exploitation et du maintien du (...)
  • 8 Réunion de septembre 2015, professionnel du service de l’éclairage public au sujet d’un modèle spéc (...)

15Le plus souvent, ces dimensions s’entremêlent, quand des logiques territoriales d’implantation rejoignent des contraintes techniques. Par exemple, lors de réunions internes aux services où il est question de la sélection de mobilier pour un espace public, certains ingénieurs sont en mesure de repérer les styles plus ou moins adaptés en fonction de l’environnement immédiat. D’autres vont faire valoir une expertise plus technique, en citant les noms de modèles figurant dans les bases de données et en précisant, de mémoire et sur l’instant, leurs caractéristiques techniques ou leur emplacement : « EVESA7 l’avait créé pour des squares. Mais il n’a jamais été posé à Paris. Il y en a à Arcueil et en Seine-Saint-Denis8. » Les interventions des agents sont liées à leurs connaissances techniques et patrimoniales, ainsi qu’aux caractéristiques précises du mobilier urbain.

16Ces connaissances ont des conséquences en termes de routines de travail. Mais, surtout, les ingénieurs ou techniciens qui travaillent à ces projets savent très rapidement quel mobilier sera le plus adéquat techniquement et esthétiquement à l’espace aménagé, en fonction de l’environnement urbain considéré et des bases de données qu’ils ont eux-mêmes élaborées. Certaines personnes de ces services connaissent donc par exemple les différents lieux d’implantation de chacun des objets techniques : tel luminaire se trouve déjà sur tel et tel site. Ils ont aussi une vision précise des problématiques d’installation, notamment en ce qui concerne les réseaux en sous-sol et les carrières, et sont en mesure de contacter les divers services et entreprises capables de les renseigner (Inspection générale des carrières, Compagnie parisienne de chauffage urbain…).

17Le développement de connaissances précises, de routines de travail et d’argumentaires experts participent à la standardisation du choix de l’emplacement du mobilier urbain. Il reflète les évolutions constantes de groupes professionnels spécialisés dans différents domaines de l’espace public. Ces groupes sont souvent soumis à des tensions et il est parfois difficile d’en saisir les frontières (Bercot et al., 2012) puisqu’ils sollicitent, en fonction des situations, tantôt des expertises techniques, tantôt des connaissances patrimoniales ou territoriales. Ces multiples compétences évoluent au gré de formations continues ou des différents projets.

  • 9 Par exemple, les lumières présentes dans le « catalogue des lumières » sont plus faciles à intégrer (...)

18En raison de ces processus de travail ancrés et des contraintes citées, la standardisation du mobilier urbain parisien s’effectue presque dans l’immédiateté, par les connaissances des ingénieurs de la DVD qui se réfèrent automatiquement au catalogue. Elle est d’autant plus forte qu’elle n’est pas contestable, puisque l’élaboration des bases de données et la programmation du mobilier urbain dans l’espace public propres à Paris se font pour des raisons de patrimoine (nécessaire adéquation entre les objets urbains et le paysage urbain souvent historique), de faisabilité (sous-sols très contraignants, les équipes doivent également être en mesure d’installer le mobilier au sol) et financières ou administratives9.

19Ce système semble fonctionner comme un circuit fermé dans lequel l’intervention d’acteurs extérieurs est difficile, exception faite des entreprises qui, comme EVESA, fournissent habituellement le mobilier à la Ville. Pourtant, le mobilier urbain est l’objet de nombreuses sollicitations politiques et sociétales. Il est, par conséquent, de moins en moins considéré dans sa seule dimension utilitaire (Deleuil, 2009). De nombreux usages festifs (Gravari-Barbas, 2009), évolutifs (Pillard, 2016) ou encore numériques, lui sont ainsi associés. Cette transformation fondamentale oblige la Ville de Paris à faire appel à des experts extérieurs pour bénéficier de compétences qui ne sont pas toujours détenues en interne.

La pluralisation du mobilier urbain

20Le schéma traditionnel de sélection et de programmation du mobilier urbain dans les espaces publics parisiens subit des transformations importantes liées à l’apparition de nouveaux acteurs porteurs de compétences spécifiques. Des expertises extérieures aux services opérationnels de la DVD sont sollicitées lors d’appels à compétences (Claude, 2006). Notre objectif est ici de comprendre les raisons et les modalités de l’arrivée de nouveaux professionnels dans la sélection du mobilier urbain.

Raisons sociétales, injonctions politiques

  • 10 Agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise, « Espace public : conception (...)

21Le mobilier urbain est un des objets privilégiés par la Ville pour incarner l’innovation de façon concrète dans l’espace public. Lors d’un colloque sur le sujet, l’une des porte-parole de la politique parisienne explique qu’il faut « prendre le mobilier urbain dans son sens large et ne pas se limiter à son sens "communiquant" […] L’idée de départ, c’est l’innovation de technologies de services, d’usages et de matériaux10. » Mais l’utilisation de technologies numériques est de fait presque incontournable dans la définition du mobilier urbain innovant. Les discours politiques mettent en avant les possibilités ouvertes par le déploiement croissant des nouvelles technologies dans l’espace public. Selon la Ville de Paris, elles doivent permettre de renforcer les liens sociaux, d’assurer la durabilité des services et de développer le commerce :

« Dans la rue, le numérique pose de nouvelles questions d’aménagement de l’espace public. Le mobilier urbain est de plus en plus connecté. La demande de wifi gratuit s’affirme chez les citadins et touristes de plus en plus "nomades". Il peut également être envisagé comme une partie d’une infrastructure socle, une dorsale, pour le déploiement de nouveaux outils au service de la ville intelligente et durable. L’affichage numérique dans l’espace public, dans les centres commerciaux et sur les vitrines des magasins appelle une maturation des usages et une régulation des pouvoirs publics » (Mairie de Paris, 2015a, p. 14)

22De la même façon qu’elle a très largement orienté la coopération entre les professionnels de l’aménagement de la place de la République à Paris (Delarc, 2016), la question des usages de l’espace public est sous-jacente à ce discours sur les technologies numériques. La gestion du mobilier urbain est aussi touchée par le succès du principe de réversibilité. En l’occurrence, cette dernière se caractérise par l’importance de l'événement et de la polyvalence des espaces et des usages (Gwiazdzinski, 2013). L’emblématique « Paris Plages », considéré depuis 2002 comme une réussite dans la mesure où il entraîne une véritable « balnéarité urbaine collective » (Pradel, Simon, 2014), plaide, selon la Ville de Paris, pour la multiplication de ce type de formules temporaires (Pradel, 2013).

  • 11 Propos de Michèle Zaoui rapportés dans : Xavier de Jarcy, « Les amoureux des bancs publics », Télér (...)

23À ces objectifs correspond l’introduction d’un mobilier urbain léger, ponctuel et mobile, que l’usager peut s’approprier facilement et qui transforme fortement l’identité de l’espace public. Par exemple, selon la conseillère pour l’architecture de la Maire de Paris, « les citadins ont une manière plus désinvolte d’utiliser l’espace public. Ils le détournent, s’y assoient, y mangent, viennent y travailler avec leur tablette11. » La gestion architecturale est moins importante, « la beauté compte donc moins que l’usage » et « les grands plans d’ensemble décidés d’en haut, c’est terminé ». Pour s’adapter à ces évolutions, notamment sociétales, la commande politique mise sur de nouvelles formes de mobilier urbain.

24Ces multiples injonctions se fondent sur l’espoir lié à l’intégration des technologies numériques en ville. Elles se fondent également sur les effets pour les usagers d’installations événementielles et festives dans l’espace public. Cela entraîne la mobilisation de professionnels extérieurs aux services techniques de la Ville. La pluralisation du monde du mobilier urbain conduit donc à une croissance du nombre de figures professionnelles.

La mise en œuvre par des dispositifs d'exception

25Les appels à compétences dans les domaines du numérique et de l’évènementiel sont à l’origine de dispositifs organisationnels originaux pour les services techniques de la Ville de Paris. De nouveaux professionnels se voient attribuer la charge de la gestion d’une partie du mobilier urbain. Cela correspond, la plupart du temps, à des démarches d’expérimentation et à des approches collectives pluridisciplinaires.

  • 12 Entretien avec un employé de l’association Paris&Co.

26Pour la collectivité territoriale, la pratique de l’expérimentation consiste à mettre en place une convention temporaire d’occupation des espaces publics, c’est-à-dire de permettre aux start-ups, PME ou entreprises de plus grande taille, de pouvoir tester des prototypes en situation réelle et sur une période de temps assez courte (APUR, Paris&Co, 2016, p. 78). La préférence donnée à la courte durée est encore notable. Par la même occasion, la collectivité met à disposition des usagers de nouveaux services sans passer par les procédures de marché public. La recherche de fluidité des procédures est tout à fait cruciale dans des secteurs d’activité où les innovations techniques sont nombreuses et fréquentes. Il n’y a donc pas forcément de logique de déploiement à plus large échelle après la réalisation de l’expérimentation. La passation de marchés publics avec les entreprises ayant participé à l’activité d’expérimentation est, en effet, relativement rare12.

27Appuyée par la structure Paris&Co, association chargée de promouvoir le développement des entreprises innovantes en Île-de-France par l’incubation de start-ups, la mise en relation entre ces dernières et les grands groupes,, la Ville de Paris favorise l’expérimentation. Cette activité commence à partir de 2010, quand les premiers appels à projets thématiques sont lancés (APUR, Paris&Co, 2016, p. 60) Ainsi, à la fin de cette même année, le premier de ces appels portait sur le « mobilier urbain intelligent. » À la suite de la consultation, 50 projets ont été auditionnés, 40 projets sélectionnés par un jury composé d’élus, de designers, d’architectes, de représentants de start-ups, de PME et de grandes entreprises. Sur ces 40 projets, 24 sont sélectionnés et déployés dans l’espace public parisien pendant 6 à 18 mois13 (figure 2) : des « totems digitaux » interactifs, des dispositifs de réalité augmentée, des plans tactiles, des capteurs urbains ou encore des bornes vidéomaton rencontrent alors des usagers plus ou moins intéressés.

Figure 2 - Carte de localisations des mobiliers urbains intelligents sélectionnés par Paris&Co

Figure 2 - Carte de localisations des mobiliers urbains intelligents sélectionnés par Paris&Co

(Source : expe.parisandco.com/projet/42)

  • 14 La Ville de Paris emploie le terme de « collectif de compétences pluridisciplinaires ».

28Cette recherche d’expérimentation et de souplesse des modes d’intervention se double de la volonté déjà présentée de réaliser des espaces publics modulables, qui peuvent faire l’objet d’une multitude d’appropriations de la part des usagers. Pour ce faire, des dispositifs de concertation sont installés dans les lieux des projets d’aménagement. Bien souvent, des conteneurs aménagés sont positionnés afin de recueillir les souhaits des usagers. Ils sont animés par des collectifs de professionnels14, chargés de faire le lien entre les demandes et les porteurs de projet. Concertation et pluridisciplinarité sont ainsi les deux autres principes directeurs de la gestion du mobilier urbain. Tout comme l’expérimentation, ils entraînent une rupture avec les précédentes méthodes de gestion, dans la mesure où ils ouvrent le champ de l’aménagement des espaces publics à des experts extérieurs aux services de la Ville et à des usagers.

  • 15 Équipement temporaire (caisse métallique généralement utilisée pour le transport de marchandises) f (...)
  • 16 Xavier de Jarcy, « Les amoureux des bancs publics », Télérama, n°3484, 19/10/2016, p. 46.

29Ce type d’animation est par exemple organisé sur la place des Fêtes dans le nord-est de Paris, entre juillet et novembre 2016 (figures 3 et 4). Durant cette courte période, le « collectif Faites ! », composé d’architectes, d’urbanistes ou encore de graphistes, a pour mission de programmer et de réaliser des actions de concertation. Son objectif est alors d’inviter les usagers de la place à venir participer à des activités autour et dans le conteneur15 spécialement installé à cette occasion. Ils sont amenés, à partir de différents types d’ateliers originaux « sur le son, le jeu, le végétal, les saveurs16 », à participer à la décoration du lieu, à donner leur avis sur la place et à construire du mobilier urbain léger et peu coûteux (parcours sportif, toboggan en bois, etc.). Ces installations ont pour visée d’être expérimentées. Elles peuvent ainsi être testées par les usagers puis conservées ou retirées de l’espace public.

Figure 3 – Le conteneur du collectif Faites !, Place des Fêtes

Figure 3 – Le conteneur du collectif Faites !, Place des Fêtes

(Crédit photo SG, 2016)

Figure 4 - Exemple de mobilier urbain construit par le collectif Faites ! Place des Fêtes

Figure 4 - Exemple de mobilier urbain construit par le collectif Faites ! Place des Fêtes

(Crédit photo SG, 2016)

30L’expérimentation, la co-construction avec les usagers-riverains par des collectifs pluridisciplinaires sont des dispositifs qui entraînent l’arrivée de nouveaux professionnels dans l’aménagement des espaces publics parisiens.

Nouvelles compétences et agilité des organisations

  • 17 La plupart des agents de la Ville de Paris, et notamment de la DVD, ont été formés à l’École des In (...)

31Plusieurs figures professionnelles apparaissent parallèlement aux appels à compétences sociétales, économiques, politiques. Lesdits professionnels sont sollicités puisqu’ils offrent des possibilités organisationnelles répondant aux dispositifs d’exception de l’expérimentation et des collectifs pluridisciplinaires. Ils ont des formations diverses (management, sciences politiques, critique d’art, scénographie, graphisme, etc.) et des appartenances institutionnelles ou « de groupe » variées – depuis la start-up assez indépendante à la recherche de financement jusqu’au scénographe salarié d’une collectivité. Ils ont des parcours de formation et des expériences très différentes de la plupart des agents des services techniques de la Ville de Paris17.

32Les entreprises du numérique présentent des profils liés au management, au marketing et à l’activité purement commerciale. Le travail est alors de rechercher de nouveaux clients, d’adapter le produit aux exigences de la collectivité et des financeurs. Ces entreprises ont aussi dans leurs rangs des ingénieurs, souvent informaticiens (Marty, 2002). Bien qu’ils appartiennent au même corps de métier que les ingénieurs de la Ville de Paris exerçant à la DVD, ils n’exercent pas du tout les mêmes activités, n’ont pas les mêmes compétences ni les mêmes connaissances. Parfois, certains socles de connaissances peuvent toutefois être partagés, mais cela reste exceptionnel.

33De la même façon, l’introduction des designers de services, des designers industriels ou urbains, des artistes, des graphistes, des professionnels de l’événementiel ou de la concertation dans les processus de choix et de programmation du mobilier urbain, est d’une grande originalité. Elle l’est d’autant plus que ces nouveaux acteurs ont des formations et des expériences variées, puisqu’ils peuvent avoir été formés dans des écoles de design, d’art, d’urbanisme, de paysagisme mais aussi être tout à fait autodidactes.

  • 18 Ce terme, de plus en plus utilisé, est emprunté au vocabulaire des start-ups et professionnels du n (...)

34Les nouvelles figures professionnelles prennent place dans une pluralité d’organisations aux statuts, logiques, stratégies et contraintes multiples. Par exemple, les start-ups se caractérisent par la nécessité d’innover (souvent dans le domaine des nouvelles technologies), de trouver des niches économiques et de s’appuyer sur des investisseurs : « les start-ups seraient ainsi comme autant de petites expéditions menées au travers de ces terres inconnues : chacune s’avance avec une innovation – qu’il s’agisse d’un produit ou d’une méthode de vente – qui lui permettrait de s’implanter sur de nouveaux marchés » (Marty, 2002, p. 6). Ce fonctionnement permet aux start-ups de bénéficier d’une certaine agilité18, particulièrement appréciée par la Ville de Paris.

35Les collectifs pluridisciplinaires intervenant dans la gestion du mobilier urbain présentent aussi une grande agilité. Ils ont la possibilité de développer certaines compétences rapidement, en particulier par des collaborations ponctuelles avec d’autres experts. D’autres professionnels ont un statut de consultant indépendant, ce qui leur permet de faire valoir réactivité et créativité. Pour expérimenter différentes formes de mobilier urbain, les collectifs peuvent facilement organiser des « chantiers ouverts » avec les habitants (il est parfois simplement nécessaire de faire une demande à la préfecture).

36Pour mettre en place ces nouveaux principes de gestion du mobilier urbain, la Ville de Paris a ainsi besoin de compétences externes à ses services techniques et d’organisations agiles, capables de gérer des dispositifs d’exception. Pour autant, la coordination de ces mondes professionnels, traditionnel ou innovant, est nécessaire, leurs compétences et expertises étant complémentaires. L’évolution de ce système organisationnel entraîne alors des mutations profondes des interactions professionnelles. Peuvent en effet émerger d’importants décalages ou des zones d’inconnus et d’incertitudes dans l’action, entre nouveaux et anciens acteurs, ce qui rend leur coopération compliquée lorsqu’il s'agit de mettre en place de nouveaux mobiliers urbains.

Les recompositions organisationnelles et professionnelles

37Porté par des évolutions techniques et des transformations organisationnelles, le mobilier urbain est à la source d’une recomposition des métiers et des systèmes d'acteurs. Une analyse des échanges entre les principaux protagonistes de la gestion du mobilier urbain permet de l’appréhender avec précision. C’est en effet dans les interactions entre les acteurs traditionnels et ces « nouveaux » professionnels – nouveaux par l’influence et la participation qu’ils ont dans le choix du mobilier urbain – que se cachent les modalités des recompositions organisationnelles liées au mobilier urbain.

38Cette analyse apporte des éléments de réflexion sur la nature des métiers de l’aménagement et de l’urbanisme, soumis à des injonctions et à des influences externes de tous ordres. Mais, s’ils sont évolutifs, doit-on uniquement les considérer comme des « métiers flous » (Jeannot, 2005) s’appuyant uniquement sur l’improvisation (Lévy, 2016) ? Ne peut-on pas trouver des récurrences, des règles régissant les recompositions organisationnelle et professionnelle du monde du mobilier urbain ?

L’ancrage territorial des savoirs experts

39L’émergence de nouvelles problématiques dans le domaine du mobilier urbain conduit à des coopérations nécessaires entre professionnels aux compétences de natures différentes. Les acteurs du numérique, de l’évènementiel, du design, font valoir des « savoirs experts ». Ce sont des savoirs qui sont propres à leur profession et qui sont reproductibles en de multiples circonstances. Les services techniques municipaux, quant à eux, se positionnent essentiellement sur la maîtrise de « savoirs territoriaux » et de savoirs techniques : connaissance fine du territoire dans ses dimensions géographiques, historiques, urbaines, techniques, réglementaires, etc. ; grilles de lecture spatiale et stratégique des enjeux et des actions menées ; maîtrise des outils et critères techniques. Dans cette optique, l’espace est alors considéré comme une ressource et une contrainte (Authier et al., 2016). Maîtriser la dimension spatiale d’une activité est un facteur primordial de distinction. Cette seconde catégorie de professionnels, davantage tournée vers des problématiques spatiales, a à cœur de relocaliser les savoirs experts (Giddens, 1994).

  • 19 Entretien avec le dirigeant d’une start-up, Paris, janvier 2016.

40La question technique cristallise les tensions entre les experts des thématiques récentes et les professionnels « territoriaux ». Ces derniers faisant valoir les contraintes locales à prendre en compte dans l’installation de mobilier urbain. Les normes techniques et réglementaires deviennent un outil permettant aux services techniques de freiner les velléités des nouveaux arrivants. Le dirigeant d’une start-up ayant développé un produit dans le domaine du stationnement intelligent explique : « quand on se dit qu’on va déployer du super light, on se dit que ça va être simple et en fait, il y a tout un tas de règles19. » Ces règles étant toujours liées à un espace particulier, il s’agit d’un levier d’action très puissant pour les services techniques :

  • 20 Ibid.

« Les services me disaient qu’il fallait que je rédige une instruction technique hyper longue parce que j’allais m’installer sur le trottoir et que tous les travaux sur le trottoir font l’objet de recherches de réseaux pour être sûr que l’on n’entre pas en conflit avec les réseaux, etc. Jusqu’au jour où on leur a dit que l’on ne va pas mettre de mâts électrifiés, mais que l’on met uniquement des sensors qui ont 4 cm de profondeur. Il m’a fallu plusieurs mois pour arriver à une conclusion qui était "ah bah non, en fait, il n’y avait pas besoin d’instructions techniques20. »

  • 21 Entretien avec un scénographe, novembre 2015.

41Le domaine de l’évènementiel soulève d’autres problèmes dans la mesure où le nouveau mobilier urbain se veut réversible, modulable, transportable. Les contraintes spatiales semblent alors moins fortes. L’analyse de réunions de travail regroupant des ingénieurs de la Ville de Paris et un scénographe pointent ces décalages de référentiel et de représentation du mobilier et de l’espace public. Le scénographe explique que les bancs peuvent être utilisés de diverses manières, orientés de telle façon de manière à créer une scène ponctuelle : « c’est pour ça que j’utilise beaucoup les moyens de l’évènementiel, du décor, du sentiment21» À l’inverse, les services de la Ville de Paris invoquent d’autres arguments, davantage fondés sur une standardisation traditionnelle (choix du mobilier urbain en fonction des différents catalogues préexistants et contraintes techniques et locales liées à la qualité des sous-sols, aux réseaux, etc.).

42Bien qu’étant dans une position marquée par de fortes incertitudes professionnelles, les acteurs traditionnels du mobilier urbain s’appuient aussi sur l’ancrage territorial pour faire entendre leur voix. Les échanges entre professionnels aboutissent à une forme d’hybridation des savoirs, territoriaux et experts (Bombenger et al., 2011). Celle-ci est à la base de l’installation du mobilier urbain innovant dans l’espace parisien.

Les solutions organisationnelles aux décalages de fonctionnement

43Les innovations techniques sont portées par des organisations et des professionnels qui, pour beaucoup, n'ont pas l’habitude de travailler dans le champ de l’urbanisme et de l’aménagement. La collaboration avec les services techniques des collectivités peut être rendue difficile par des décalages de contraintes, de logiques (Peynichou, Rollin, 2016), de culture professionnelle (Godier, 2009), etc. Par exemple, une start-up, un scénographe et une collectivité sont confrontés à des temporalités parfois opposées. Leurs représentations de l’espace et du territoire sont, de même, particulièrement différentes. De la même façon qu’ils mobilisent des solutions techniques légères et expérimentales, les nouveaux acteurs du mobilier urbain apportent avec eux beaucoup de fluidité et d’agilité dans le système d’acteurs qu’ils intègrent.

  • 22 Entretien avec une start-up, Paris, novembre 2015.

44L’un des start-upers interrogés se confie sur le Lean Management, méthode utilisée pour optimiser le mode de fonctionnement de l’entreprise en allégeant la structure notamment en procédures et ressources humaines : « Moi, je suis un adepte de la start-up "Lean Management". C’est-à-dire, je vais pas recruter plein de gens en espérant qu’ils vont savoir faire. Je vais contractualiser des sous-traitants qui me disent savoir faire et je vais leur définir une mission précise22. » Mais ce type de management, qui a pour objectif d’éviter tout gaspillage, doit faire face aux exigences procédurales des services techniques :

  • 23 Ibid.

« Ils nous rappellent à l’ordre en permanence, en nous disant "vous devez faire ci, vous devez faire ça"… ils peuvent complexifier à foison, sont parfois plutôt facteurs de blocages, mais peuvent aussi être très facilitateurs. Ça dépend des moments, ça dépend des individus, comme partout23. »

  • 24 Entretien avec un scénographe, Paris, novembre 2015.

45Ces décalages de fonctionnement n’entraînent pas qu’un ralentissement de l’action collective. À l’inverse, la réactivité des nouveaux arrivants du mobilier urbain a aussi pour conséquences de changer la donne. Du côté des experts de l’événementiel, les propositions peuvent être réalisées à un rythme soutenu, puisque les formes de mobilier urbain permettent des changements plutôt aisés. Selon l’un des scénographes interrogés : « nous travaillons sur la capacité de créer des systèmes extrêmement légers, extrêmement rapides à mettre en place et qui peuvent être du coup changés, adaptés, en fonction de la réalité du terrain24» La souplesse de l’action est ici montrée comme une façon de détourner les contraintes techniques représentées par les services municipaux, ces derniers mobilisant les arguments portant sur les contraintes du territoire et les complexités techniques. Pour les services, ces nouvelles relations professionnelles sont aussi une opportunité de développer de nouveaux échanges et de nouvelles façons de programmer un espace public.

46Face aux incertitudes et aux tensions liées aux différences de fonctionnement entre les organisations, l’improvisation n’est pas la seule solution pour les professionnels traditionnels du mobilier urbain. L’analyse plus précise du système d’acteurs permet ici de montrer que, à Paris et ailleurs en France, des innovations organisationnelles sont récurrentes : les dispositifs d’expérimentation et les structures comme Paris&Co se développent dans le pays. Les pratiques professionnelles tendent alors à se réguler autour de ces restructurations de l’action collective urbaine.

Conclusion

47Le schéma initial de la gestion du mobilier urbain au sein de la Direction de la voirie et des déplacements est ainsi régulièrement remis en cause. Il est largement transformé par de nouveaux acteurs et dispositifs (figure 5) permettant aux innovations urbaines d’être implantées plus rapidement et facilement dans l’espace public. Les étapes de cadrage (vérifications normatives, réalisation d’un catalogue) sont bien moins importantes, à l'image du domaine du design et de l’évènementiel où les collectifs pluridisciplinaires ont un accès direct à l’installation dans l’espace public. Ce cadrage peut aussi prendre une nouvelle forme, puisqu’il est davantage managérial, juridique, administratif, dans le domaine numérique. La pluralisation des acteurs (en nombre et en qualité) introduit de nouvelles règles dans l’évolution de l’action collective urbaine. Les pratiques professionnelles mutent alors dans le cadre de nouveaux dispositifs organisationnels où chacune des institutions, entreprises ou collectifs joue un rôle particulier.

Figure 5 - Schéma figurant les évolutions organisationnelles dans la sélection du mobilier urbain

Figure 5 - Schéma figurant les évolutions organisationnelles dans la sélection du mobilier urbain

(Morgane Delarc et Jérôme Rollin, 2017)

48Au final, notre article montre l’intérêt d’étudier l’articulation entre les évolutions des organisations et celles des pratiques professionnelles, puisque ces dernières ne sont pas complètement fluctuantes, malléables, plastiques, adaptables par rapport aux situations territoriales contingentes. Au contraire, il apparaît que leurs évolutions sont aussi régulées par les transformations des organisations d’appartenance des professionnels. L’article prouve aussi que les interactions entre les entités professionnelles ne sont pas uniquement productrices d’incertitudes, mais qu’elles enjoignent à structurer une identité collective (autour de la maîtrise du territoire par exemple). Il affirme enfin que l’avènement de nouvelles compétences dans un monde professionnel est un puissant facteur de transformation des systèmes organisationnels.

Top of page

Bibliography

APUR, Paris&Co, 2016, L’innovation à Paris et dans la Métropole du Grand Paris. Données sur les startups, les lieux, les méthodes, Paris.

Arab N., 2014, L’urbanisme en action. Pratiques et innovations, Habilitation à diriger les recherches, Vol. 2., Université Paris-Est.

Association Amicale et Professionnelle des Architectes Voyers de la Ville de Paris, 1998, Des architectes au service de la ville. L’exemple des architectes voyers de Paris de 1895 à nos jours, Paris, Les Éditions Générales, 1998, 195  p.

Authier J.-Y., Bourdin A., Germain A., Lefeuvre M.-P., 2016, « Penser l’espace en sociologie », SociologieS [En ligne], 16 juin 2016. URL : http://sociologies.revues.org/5434

Becker H. S., 2006, Les mondes de l’art, Paris, Flammarion.

Bercot R., Divay S., Gadéa C., 2012, Les groupes professionnels en tension : frontières, tournants, régulations, Toulouse, Octarès Éditions.

Bomberger P.-H., Christen G., Piquette E., (dir.), 2011, Du global au local. Connaissances expertes et savoirs territoriaux, Rennes, Espace et Territoires, PUR.

Bourdin A., Idt J. (dir.), 2016, L’urbanisme des modèles : Références, benchmarking et bonnes pratiques, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Bourdin A., Lefeuvre M.-P., Melé P. (dir.), 2006, Les règles du jeu urbain. Entre droit et confiance, Paris, Descartes & Cie.

Chaudoir P., 2007, « La ville événementielle : temps de l’éphémère et espace festif », Géocarrefour [En ligne], Vol. 82, No.3. URL : http://geocarrefour.revues.org/2301

Claude V., 2006, Faire la ville. Les métiers de l’urbanisme au XXe siècle, Marseille, Parenthèses.

Claude V., 2009, « Histoire des "mondes" des professionnels de l’urbain : quelques effets structurants », in : Biau V., Tapie G. (dir.), La fabrication de la ville : métiers et organisations, Marseille, Parenthèses, coll. Eupalinos, 63-72.

Delarc M., 2016, « Quelle prise en compte des "usages" dans la conception des espaces publics urbains ? Le cas de la place de la République à Paris », Métropolitiques [En ligne], 20 janvier 2016. URL : http://www.metropolitiques.eu/Quelle-prise-en-compte-des-usages.html

Deleuil J.-M., 2009, Éclairer la ville autrement, expérimentations et innovations en éclairage public, Lausanne, Presses Polytechniques Romandes.

Donnaes P., 2009, « Paris. Un site pilote pour la gestion intelligente de l’éclairage public », Le Moniteur, 24 avril.

Giddens A., 1994, Les conséquences de la modernité, Paris, L’Harmattan.

Godier P., 2009, « L’interprofessionnalité en actes : le cas des infrastructures de transport urbain », in : Biau V., Tapie G. (dir.), La fabrication de la ville : métiers et organisations, Marseille, Parenthèses, coll. Eupalinos, 129-139.

Gravari-Barbas M., 2009, « La "ville festive" ou construire la ville contemporaine par l'événement », Bulletin de l'Association de géographes français, No.3, 279-290.

Gravari-Barbas M., Jacquot S., 2010, « L’événement, outil de légitimation de projets urbains : l’instrumentalisation des espaces et des temporalités événementiels à Lille et Gênes », Géocarrefour [En ligne], Vol. 82, No.3. URL : http://geocarrefour.revues.org/2217

Gwiazdzinski L., 2013, « De l’hypothèse de réversibilité à la ville malléable et augmentée. Vers un néo-situationnisme », in : Scherrer F., Vanier M., (dir.), Villes, territoires, réversibilités, Actes du colloque de Cerisy-la-Salle, 4-10 septembre 2010, Hermann, 205-219.

Hernandez E., 2016, « La lumière urbaine, de Lyon au Mexique : les aléas de la diffusion d’un modèle », in : Bourdin A., Idt J., (dir.), L’urbanisme des modèles. Références, benchmarking et bonnes pratiques, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 73-93.

Huré M., 2014, « La différenciation des modèles standards urbains. Le cas de la réception d’un système de vélos en libre-service à Barcelone », Gouvernement & action publique, Paris, Presses de Sciences Po, No.4, 115-144.

Jeannot G., 2005, « Les métiers flous du développement rural », Sociologie du Travail, No.47, 17-35.

Jeannot G., 2013. « Un nouveau problème, un nouvel enjeu… un nouveau métier ? », M3 - Société urbaine et action publique, No.5, 87-89.

Lévy L., 2016, « L’urbaniste, professionnel de l’improvisation ? », Cybergeo : European Journal of Geography  [En ligne], 6 avril 2016. URL : http://cybergeo.revues.org/27563

Mairie de Paris, 2015a, Paris Ville intelligente et durable. Perspectives 2020 et au-delà, Plan stratégique, texte de la Mission Ville intelligente et Durable, Ville de Paris.

Mairie de Paris, 2015b, Le mobilier d’éclairage parisien. Catalogue des luminaires.

Marty O., 2002, « La vie de start-up. S’investir dans les entreprises innovantes », Gérer et Comprendre, Annales des Mines, No.67, 4-15.

Peynichou L., Rollin J., 2016, « Connecter la ville numérique au territoire : l’apport des sciences sociales », Métropolitiques [En ligne], 29 avril 2016. URL : http://www.metropolitiques.eu/Connecter-la-ville-numerique-au.html

Pillard C., 2016, La réversibilité des aménagements dans la production de l’espace public parisien : le cas berges de la rive gauche de la Seine, mémoire de master 1, sous la direction de T. Souami et M. Delarc, École d’Urbanisme de Paris.

PUCA, 2016, « Hors champ de la production urbaine, concevoir la ville autrement », Le journal d’informations du PUCA, No.34.

Verpraet G., 2005, Les professionnels de l’urbanisme. Socio-histoire des systèmes professionnels de l’urbanisme, Paris, Économica/Anthropos.

Top of page

Notes

1 Blocparc 3.0 est affiliée à l’entreprise Récréation Urbaine, qui installe son mobilier en 2013 dans le quartier Saint-Blaise dans le 20e arrondissement de Paris.

2 Le corps des architectes-voyers est un corps de fonctionnaires de l’État. Actuellement, les architectes-voyers sont au service de la municipalité et recrutés par concours. Le titre de « voyer » date de l’Ancien Régime. « Ils conçoivent, programment, conseillent, projettent, réalisent et contrôlent » (Association architectes-voyers, 1998, p. 9).

3 Elles sont définies par des contextes d’action, des missions, des moyens d’agir, des responsabilités et des ressources (Jeannot, 2013).

4 Ces éléments de réflexion sont nés à la fois d’une thèse en cours sur les savoirs et savoir-faire professionnels à partir du projet « Réinventons nos places » à Paris et d’une recherche collective portant sur les acteurs du numérique et de l’innovation à Paris, Lyon et Issy-les-Moulineaux.

5 La Ville de Paris, afin de conserver une cohérence dans l’implantation du mobilier urbain, a réalisé des catalogues. Ces livrets réunissent toutes les références de mobilier urbain, ici d’éclairage urbain, correspondant à tous les critères souhaités (esthétiques, sécuritaires, budgétaire, etc.). Toutes les références de luminaires qui peuvent être choisies par les agents de la Ville pour aménager un espace sont donc recensées dans ce catalogue. Le catalogue est mis à jour, notamment face à l’évolution des normes techniques et environnementales.

6 Pris au sens large des règles ou procédures locales, nationales ou internationales.

7 EVESA est une société créée en 2011. Elle « a la responsabilité de l’exploitation et du maintien du parc lumineux de Paris dont le périmètre d’exploitation couvre Paris intra-muros, le boulevard périphérique ainsi que les deux bois de Boulogne et Vincennes. En plus d’exploiter et de maintenir la totalité de ce parc, EVESA établit avec la Ville de Paris la stratégie, réalise les études et les travaux nécessaires afin de faire évoluer ce parc afin qu’il soit plus performant et moins énergivore » (source : http://www.evesa.fr/fr/ consulté le 29 décembre 2016). L’entreprise a donc plusieurs activités, depuis la conception, les études, la réalisation, l’Assistance à maîtrise d’ouvrage (AMO) jusqu’à la veille technologique et à l’innovation.

8 Réunion de septembre 2015, professionnel du service de l’éclairage public au sujet d’un modèle spécifique de luminaire.

9 Par exemple, les lumières présentes dans le « catalogue des lumières » sont plus faciles à intégrer dans un projet dans la mesure où leur coût est connu et que les marchés publics sont déjà validés.

10 Agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise, « Espace public : conception innovante, nouvelle technologie et convivialité », dossier « Pratiques européennes », janvier 2013.

11 Propos de Michèle Zaoui rapportés dans : Xavier de Jarcy, « Les amoureux des bancs publics », Télérama, n°3484, 19/10/2016, p. 46.

12 Entretien avec un employé de l’association Paris&Co.

13 Éléments sur l’appel à projet « Mobilier urbain intelligent » : http://expe.parisandco.com/projet/42 (consulté le 18 novembre 2016).

14 La Ville de Paris emploie le terme de « collectif de compétences pluridisciplinaires ».

15 Équipement temporaire (caisse métallique généralement utilisée pour le transport de marchandises) fourni par la Ville de Paris, installé Place des Fêtes. Il a été décoré par le collectif de professionnels et les habitants.

16 Xavier de Jarcy, « Les amoureux des bancs publics », Télérama, n°3484, 19/10/2016, p. 46.

17 La plupart des agents de la Ville de Paris, et notamment de la DVD, ont été formés à l’École des Ingénieurs de la Ville de Paris (EIVP). Leur formation, souvent commune, les inscrit dans un corps. Ils sont fonctionnaires municipaux.

18 Ce terme, de plus en plus utilisé, est emprunté au vocabulaire des start-ups et professionnels du numérique rencontrés. Il désigne la capacité de ces structures à répondre rapidement aux injonctions politiques, à s’adapter aux évolutions technologiques, à dépasser certaines contraintes techniques.

19 Entretien avec le dirigeant d’une start-up, Paris, janvier 2016.

20 Ibid.

21 Entretien avec un scénographe, novembre 2015.

22 Entretien avec une start-up, Paris, novembre 2015.

23 Ibid.

24 Entretien avec un scénographe, Paris, novembre 2015.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1 - Schéma figurant le processus classique de sélection du mobilier urbain
Credits (Morgane Delarc et Jérôme Rollin, 2017)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27987/img-1.png
File image/png, 129k
Title Figure 2 - Carte de localisations des mobiliers urbains intelligents sélectionnés par Paris&Co
Credits (Source : expe.parisandco.com/projet/42)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27987/img-2.png
File image/png, 1.1M
Title Figure 3 – Le conteneur du collectif Faites !, Place des Fêtes
Credits (Crédit photo SG, 2016)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27987/img-3.jpg
File image/jpeg, 104k
Title Figure 4 - Exemple de mobilier urbain construit par le collectif Faites ! Place des Fêtes
Credits (Crédit photo SG, 2016)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27987/img-4.jpg
File image/jpeg, 64k
Title Figure 5 - Schéma figurant les évolutions organisationnelles dans la sélection du mobilier urbain
Credits (Morgane Delarc et Jérôme Rollin, 2017)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27987/img-5.png
File image/png, 161k
Top of page

References

Electronic reference

Morgane Delarc and Jérôme Rollin, « Meubler Paris. Professions et innovations dans le domaine du mobilier urbain », Cybergeo : European Journal of Geography [Online], Current issues, Les métiers de la ville, Online since 22 March 2017, connection on 25 May 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/27987

Top of page

About the authors

Morgane Delarc

Doctorante en aménagement et urbanisme au Lab’Urba (EA 3482)
Monitrice d’enseignement à l’École d’Urbanisme de Paris, France
morgane.delarc@gmail.com

Jérôme Rollin

Docteur en urbanisme et aménagement
chercheur associé au Lab’Urba (EA 3482), France
jerome.rollin@ymail.com

Top of page

Copyright

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Top of page