Skip to navigation – Site map
2017

Pérouse J.-F., 2017, Istanbul Planète. La ville-monde du XXIe siècle, Paris, La Découverte, 220 p.

Ségolène Débarre

Full text

  • 1 Jean-François Pérouse a publié en 2011 un ouvrage sur Istanbul en turc chez İletişim (Pérouse, 2011 (...)

1Treize ans après La Turquie en marche, Jean-François Pérouse dresse un bilan des grandes mutations qui ont affecté Istanbul ces quinze dernières années. Si le « face-à-face » avec cette « ville-monde » est au cœur des préoccupations de l’auteur depuis une vingtaine d’années, il manquait une synthèse de ses travaux en un seul volume et en langue française1. C’est désormais chose faite avec Istanbul-Planète. La ville monde du XXIe siècle publié aux éditions de la Découverte.

2L’ouvrage présente les principales dynamiques urbaines à l’œuvre à Istanbul — les acteurs et les idéologies qui les sous-tendent, ainsi que leurs conséquences sociales, politiques et écologiques — et offre au lecteur un propos riche mais accessible, sortant de la perspective historico-patrimoniale trop souvent adoptée lorsque l’on s’intéresse à Istanbul. N’hésitant pas à mêler des vues d’Istanbul « au ras du sol », rédigées à la première personne, qui rendent compte d’une fréquentation quotidienne de la mégapole, à des analyses de surplomb, fondées sur une « accumulation documentaire », le livre rassemble en un volume les principales problématiques qui animent (ou devraient animer) les recherches sur Istanbul.

3Construit en trois mouvements, le livre présente dans un premier temps les principales évolutions contemporaines de la ville, puis analyse les mécanismes et les acteurs de ces transformations et montre enfin leurs conséquences environnementales, patrimoniales et sociales. Il s’ouvre sur une « introduction introspective » intitulée « Istanbul, fête et défaite de l’immensité urbaine » dans laquelle l’auteur revient sur son parcours — de Gazi à Gezi, et au-delà — présentant les lieux et les méthodes privilégiées de ses observations. Il réaffirme ici ses principales positions de recherche (l’objectif d’une « désorientalisation » d’Istanbul, la volonté d’un recentrement sur les périphéries, les interstices urbains et les « territoires oubliés ») et ses méthodes (la place centrale du terrain et de l’observation, l’importance accordée aux sources de presse et aux entretiens informels – reflets d’une nécessaire adaptation du chercheur à un contexte autoritaire).

4Dans la première partie, « Istanbul, ville mutante », trois dynamiques sont mises en avant : l’étalement, la verticalisation du bâti et la place accordée à la consommation dans la vie urbaine. Par rapport aux années 1990, les centres de gravité ont glissé vers les périphéries, comme par exemple dans les arrondissements d’Arnavutköy sur la rive européenne ou de Sultanbeyli sur la rive asiatique, « territoire pilote de l’Islam politique » (p. 18-19). La « banalisation du géant » dans l’urbanisme actuel (p. 23) va de pair avec une « capacité à construire vite » (p. 25) au détriment de la sécurité sur les chantiers et du respect des règlementations sociales, patrimoniales et environnementales. L’étalement et la verticalisation sont toutes deux justifiées par une « rhétorique de la conquête » qui dresse un parallèle entre les faits d’armes du sultan Mehmet II et la grandeur urbaine contemporaine (p. 26-27). Celle-ci passe, dans les discours des acteurs publics, par la valorisation d’une économie tertiarisée, nettoyée des « impuretés » de l’industrie. Parmi les mutations récentes, celles des pratiques et des objets du commerce sont les plus spectaculaires (p. 40-69). Les centres commerciaux, qui se sont répandus dans toute l’agglomération ces quinze dernières années, rythment le paysage urbain. Ces nouveaux « centres de commerce et de vie », dans lesquels le « citoyen-client » passe son temps libre et dépense son argent, incarnent, par leur mise en scène de l’abondance, la réussite économique du pays qui n’aurait plus rien à envier aux métropoles d’Europe, d’Amérique du Nord ou (et surtout) du Golfe. Les pratiques de consommation s’étendent à de nouveaux objets, notamment la santé et l’éducation, ce qui conduit à un fort endettement des ménages, plus élevé à Istanbul que dans le reste du pays. Les lieux de santé et d’éducation privés ont généralement bénéficié d’opportunités foncières de la part de la puissance publique, qu’il s’agisse de la création de cliniques ou zones médicales franches — comme à Başakşehir, Sancaktepe —, d’écoles ou d’universités privées (p. 55-58). Leur présence, particulièrement dense à Istanbul, participe d’une volonté de positionnement dans le tourisme médical et le marché international de l’éducation (voir Angey, Molho, 2015). Les nouvelles pratiques de consommation touchent également le secteur de la culture, clivé entre une offre internationalisée située dans quelques « territoires restreints et enclavés » et des formes culturelles « idéologiquement et moralement contrôlées et normatives » prédominantes dans le reste de la ville (p. 66-67) — un clivage territorial souvent occulté par des études qui ont tendance à se focaliser sur un marché de l’art occidentalisé (p. 59-62).

  • 2 Dans les années 2005-2006, deux zones furent particulièrement ciblées : Kartal, sur la rive asiatiq (...)
  • 3 Comme le souligne l’auteur, « un des paradoxes de la [transformation urbaine] réside dans la fait q (...)

5Dans la seconde partie, « Aux origines du monstre urbain », l’auteur présente les mécanismes, les acteurs et les idéologies sous-jacentes à ces transformations. Poursuivant des ambitions anciennes, le parti de la Justice et du Développement (AKP) a favorisé l’essor et la diversification des formes de tourisme, les touristes ouest-européens ayant désormais perdu leur situation de « quasi-monopole » (p. 71-83). À l’image du glissement des centres de gravité de la mégapole, l’offre hôtelière s’est étendue depuis la péninsule historique vers le nord en direction de Maslak et vers l’ouest, vers l’aéroport Atatürk, ainsi que tout le long du Bosphore. L’essor du tourisme régional (Iran, Balkans, Pays du Golfe…) et l’« affirmation d’un tourisme international spécifiquement musulman, qui replace en quelque sorte Istanbul dans son ancienne centralité historique et symbolique ottomane » (p. 81), a entraîné la spécialisation dans le tourisme non-occidental de certaines enseignes voire de certains quartiers, comme celui de Talimhane près de Taksim. La capacité d’Istanbul à jouer le rôle de hub repose sur l’essor de ses infrastructures de transport (p. 88) : les grands équipements – troisième pont du Bosphore, tunnels sous le Bosphore (routier et ferroviaire), métro, troisième aéroport, canal latéral au Bosphore… – participent de cette volonté de rayonnement international (p. 90-94) tout comme les grands événements, notamment sportifs (p. 94). L’auteur propose ainsi de voir dans « l’économie politique du football (…) une entrée stimulante pour la compréhension des modes de production de l’urbanisme stambouliote » (p. 96). La relocalisation des stades, par exemple, est un enjeu de redistribution foncière important, les présidents de club étant très impliqués dans l’économie immobilière et bénéficiant d’une « immunité bienveillante » (p. 98-99). Car « l’étalement [urbain] n’est pas le fait d’un développement désordonné échappant au contrôle de l’État, mais bien le résultat d’une politique impulsée par ses plus hauts représentants » (p. 18). Un des leviers d’action a été la politique dite de « renouvellement urbain » (kentsel dönüsüm), engagée dans les années 20002 et relancée « avec force et détermination » en mai 2012. S’appuyant sur un arsenal juridique très efficace, cette politique s’était donné pour objectif de renouveler la moitié du tissu urbain d’Istanbul en une vingtaine d’années au motif principal, depuis 2012, de lutter contre le risque sismique. Cette politique a, en réalité, très largement servi des intérêts spéculatifs3 et idéologiques en « éradiqu[ant] toute trace d’une strate du passé jugée négligeable ou embarrassante » (p. 138) qu’il s’agisse de symboles de la République kémaliste ou ceux de minorités jugées indésirables. Cette politique marquée par l’absence de concertation (p. 120) illustre pour l’auteur le « triomphe du design urbain sur la planification », c’est-à-dire « des projets ponctuels, opportunistes, de rapport symbolique ou financier immédiat, aux dépens d’une vision de développement territorial à moyen et long terme soucieuse des biens publics. » (p. 134)

6En dénonçant les (in)conséquences des choix opérés, l’auteur détaille dans la troisième partie, intitulée « Le tribut de la grandeur », leurs coûts écologiques, patrimoniaux et sociaux. Les enjeux environnementaux (recul de la couverture forestière, raréfaction des ressources en eau, pollutions atmosphériques, aquatiques et pédologiques) se conjuguent à des violences patrimoniales et à la vulnérabilité socio-économique extrême d’une partie de la population (femmes, pauvres, Tziganes, étrangers). On trouve dans cette partie des préoccupations de l’auteur sinon nouvelles, du moins beaucoup plus affirmées que dans ses précédents travaux – notamment en ce qui concerne la condition des femmes (p. 172-178). Au-delà de la réussite économique affichée et d’un « multiculturalisme de façade », l’auteur dénonce des quotidiens invisibles faits « de sueur, d’exploitation et d’humiliation » pour les populations laissées-pour-compte (Tziganes, Kurdes et aujourd’hui Syriens, cf. p. 178-193). Si l’auteur, qui suit de près les évolutions politiques du pays (voir Cheviron, Pérouse, 2016), dresse une cartographie riche des acteurs (entrepreneurs, décideurs politiques, lobbies) qui font la ville d’« en haut », à aucun moment, il n’oublie la production de la ville « ordinaire », celle des acteurs « d’en bas », des réseaux organisés aux habitants les plus modestes – et l’on se dit qu’un prochain livre serait à consacrer entièrement à ces figures subalternes.

7La conclusion, « Retour morose à la case départ ? », écrite après la tentative de coup d’État du 16 juillet 2016, est empreinte du climat « monochrome » qui s’est abattu sur Istanbul et affectée par la fin de la Movida qui fit de cette ville une place incontournable pour la jeunesse étudiante et artistique dans les années 2000. Refusant de « céder au désespoir », l’auteur réfute la thèse d’un retour aux sombres années 1980 et veut se convaincre — à défaut de vraiment convaincre le lecteur — d’un possible apaisement de la situation.

  • 4 Pour les photographies, le lecteur pourra se référer à l’ouvrage collectif paru chez İletişim en 20 (...)
  • 5 Il appréciera en revanche les références originales au cinéma turc (comme par exemple p. 15, p. 31, (...)

8Cet ouvrage, qui permet d’aborder Istanbul sous un angle critique, offrira des perspectives intéressantes et originales non seulement aux étudiant-es et chercheur-es intéressé-es par la Turquie, mais également, plus largement, à tous les curieux d’Istanbul. Si la construction du livre est efficace, on peut cependant regretter l’absence quasi complète d’iconographie — cartographique ou photographique4 — à l’exception d’une carte des arrondissements de la ville, qui ne suffira pas à orienter un lecteur peu averti des toponymies de la mégapole. Ce choix éditorial est sans doute à mettre en relation avec le coût raisonnable de l’ouvrage (18 euros). L’argument financier ne justifie pas, en revanche, l’absence de bibliographie : le lecteur sera frustré de ne pas trouver dans l’ouvrage les références (à l’exception de quelques notes de bas de pages) lui permettant d’approfondir et de prolonger son analyse5. Il devra pour cela se référer aux nombreux articles de l’auteur, pour certains facilement disponibles en ligne. En dépit de ces limites, l’ouvrage, par la clarté de ses analyses et la force de son propos, comblera opportunément un vide dans les rayonnages francophones consacrés à Istanbul.

Top of page

Bibliography

Akşeker S. et al., 2013, Milyonluk Manzara. Kentsel Dönüşümün Resimleri [Un paysage qui vaut des millions. Images de la transformation urbaine], Istanbul, İletişim.

Angey G., Molho J. (eds.), 2015, “Beyond Soft Power. The stakes and configurations of the influence of contemporary Turkey in the world”, European Journal of Turkish Studies, No.21, https://ejts.revues.org/5219.

Borie A., Pinon P., 2010, « Istanbul », Collection « Portrait de Ville », numéro spécial d’Archiscopie, Cité de l’Architecture et du Patrimoine.

Cheviron N., Pérouse J.-F., 2016, Erdoğan, Nouveau Père de la Turquie ?, Paris, Éditions François Bourin.

Pérouse J.-F. (dir.), 2010, « Istanbul », Urbanisme, No.374, 39-80.

Pérouse J.-F., 2004, La Turquie en marche, Paris, La Martinière.

Pérouse J.-F., 2011 [rééd. 2016], Istanbul’la Yüzleşme Denemeleri. Çeperler, Hareketlilik ve Kentsel Bellek [Essai de confrontation avec Istanbul. Périphéries, dynamiques et mémoire urbaine], Istanbul, Iletişim.

Top of page

Notes

1 Jean-François Pérouse a publié en 2011 un ouvrage sur Istanbul en turc chez İletişim (Pérouse, 2011).

2 Dans les années 2005-2006, deux zones furent particulièrement ciblées : Kartal, sur la rive asiatique, et Küçükçekmece, sur la rive européenne.

3 Comme le souligne l’auteur, « un des paradoxes de la [transformation urbaine] réside dans la fait qu’elle s’est opérée dans un premier temps au nom de l’utilité ou de l’urgence publique – ce qui a permis de multiplier les expropriations --, pour se terminer en concession ou en privatisation. » (p. 115)

4 Pour les photographies, le lecteur pourra se référer à l’ouvrage collectif paru chez İletişim en 2013 ou en français aux numéros thématiques de la revue Urbanisme (2010) et Archiscopie (2010).

5 Il appréciera en revanche les références originales au cinéma turc (comme par exemple p. 15, p. 31, p. 41-42, p. 45) qui lui offriront des prolongements inattendus et méconnus en France.

Top of page

References

Electronic reference

Ségolène Débarre, « Pérouse J.-F., 2017, Istanbul Planète. La ville-monde du XXIe siècle, Paris, La Découverte, 220 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [Online], Book Reviews, Online since 22 March 2017, connection on 26 June 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/28012

Top of page

About the author

Ségolène Débarre

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
UMR Géographie-cités, Paris, France
segolene.debarre@univ-paris1.fr

Top of page

Copyright

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Top of page