Navigation – Plan du site
2017
814

Géographie des prix immobiliers à Mexico : variabilité et hétérogénéité des valeurs enregistrées dans les annonces en ligne

Geography of housing prices in Mexico City: variability and heterogeneity of values recorded in on-line advertisements
Geografía de los precios inmobiliarios en la zona metropolitana de México: variabilidad y heterogeneidad de los valores almacenados en los anuncios en línea
Antonine Ribardière et Jean-François Valette

Résumés

Cet article rend compte de l’exploitation d’une base de données originale, construite à partir des annonces immobilières en ligne durant l’été 2014. La base autorise une appréhension du marché immobilier visible par ce canal à l’échelle de l’ensemble de la zone métropolitaine de la vallée de Mexico, à l’échelon fin des unités de recensement et au prisme des différents types de peuplement. Le contexte du marché immobilier résidentiel au début des années 2000 à Mexico est tout d’abord rappelé, notamment les éléments relatifs aux différentes formes de production immobilière. La variabilité spatiale des prix est ensuite analysée, renvoyant dans ses grandes lignes aux formes de la division sociale de l’espace métropolitain, mais soulignant également les segmentations internes aux différents types de peuplement. Au total, les fourchettes très étendues des prix annoncés rendent compte des fortes tensions qui traversent l’espace résidentiel de la capitale du Mexique.

Haut de page

Texte intégral

Remerciements
Ce travail s’est inscrit dans le groupe de travail 2.4 « Produire la ville ordinaire » du LabEx DynamiTe, ainsi que dans le programme PICS RESUM « Ressources urbaines et trajectoires familiales dans le Mexique des années 2010 », dont les membres sont ici remerciés.

Introduction

  • 1 Prix indiqués pour novembre 2015.
  • 2 La zone métropolitaine de la vallée de Mexico (ZMVM) est constituée des 16 délégations de la Ciudad (...)
  • 3 Société nationale de crédit qui s’est substituée depuis 2001 à la Banque Nationale du Mexique pour (...)
  • 4 Exemple à Cuautitlán. Reconstitution à partir d’enquêtes réalisées entre 2009 et 2014 – cf. Valette (...)

1Combien faut-il compter pour se loger à Mexico ? Environ 320 000 US$ – plus de 6.5 millions de pesos (MXN) – pour un appartement de 120 m² nous indique le site Global Property Guide1. Un peu plus d’un million de pesos, telle est la valeur médiane d’un logement dans la Ciudad de Mexico2 selon la Sociedad Hipotecaria Federal3, valeur chutant aux alentours de 500 000 MXN dans l’État de Mexico. Enfin, un travail empirique exploratoire sur un des fronts d’urbanisation au nord de la métropole permet de reconstituer un exemple de prix de revient de l’ordre de 300 000 pesos4, comprenant l’achat du terrain, l’autoconstruction de la maison et les démarches de régularisation a posteriori des titres de propriété.

2Ces fourchettes de prix sont considérables. Elles témoignent des inégalités de richesses qui traversent la zone métropolitaine de la Vallée de Mexico (ZMVM) et qui façonnent, au moins en partie, les espaces résidentiels ; elles renvoient également à la diversité des régimes de production et des segments du marché du logement.

3Les travaux récents sur les enjeux associés aux prix immobiliers ont mis en évidence les transformations de la production immobilière résidentielle, sous le double effet d’investissements massifs de capitaux nationaux et internationaux dans le secteur immobilier et d’une poussée de l’endettement des ménages. Ce double mouvement s’inscrit dans le processus plus large de financiarisation des économies et des sociétés urbaines, qui s’étend jusqu’aux stratégies et pratiques des ménages eux-mêmes (Le Goix, 2016). L’instabilité et le niveau accru de spéculation qui caractérisent les marchés immobiliers se comprennent dans ce contexte (Aveline, 2008) ; la standardisation des formes urbaines produites également – condominiums dans les espaces péricentraux, lotissements géants sur les fronts d’urbanisation. Ainsi, les périphéries du Caire, ou encore celles des métropoles indiennes ont accueilli d’immenses programmes immobiliers de standing, sur des terrains publics cédés à des promoteurs privés (Denis, 2011).

4On observe des schémas similaires dans les périphéries des métropoles mexicaines, transformées par l’implantation massive de lotissements sur des terres anciennement collectives (Salazar, 2014), à destination des classes moyennes, voire moyennes-inférieures cette fois (Duhau, Jacquin, 2008 ; Rivière d’Arc, 2014 ; Bidou Zachariasen, 2014). Les arrangements et stratégies d’acteurs à l’œuvre ont fait l’objet de travaux spécifiques, tant dans le champ de la promotion immobilière résidentielle (Isunza, Mendez, 2011) que dans celui de l’immobilier commercial (David, Halbert, 2013 ; David, 2014) : le rôle des acteurs publics et des configurations politiques locales est souligné, facilitant dans les deux cas l’accueil des grands projets dans les municipes conurbés de l’Etat de Mexico – plutôt que dans les délégations centrales de la Ciudad de Mexico. Les espaces centraux ne sont pas pour autant délaissés, des opérations de prestige, mais de plus petite taille accompagnent les processus de transformations sociale et économique, déclinaisons latino-américaines de la gentrification des centres historiques (Diaz, 2014 ; Janoschka, Sequera, 2014). Les espaces résidentiels populaires – centre dégradé, mais aussi péricentre en cours de densification et fronts d’urbanisation – se voient donc largement pris dans les processus de financiarisation du secteur immobilier.

  • 5 Cette grille de lecture binaire, basée sur la reconnaissance juridique ou non de la légalité de la (...)

5C’est dans ce contexte de fortes tensions sur les marchés de l’immobilier résidentiel que nous proposons d’observer les liens entre les variations spatiales des prix et les formes de division sociale de l’espace. Les différences de prix enregistrent les caractéristiques des biens, mais aussi les qualités des contextes résidentiels – tels qu’ils sont appréciés par les vendeurs et les acheteurs –, et participent en cela à la reproduction et au renouvellement des formes de division socio-spatiale. Si ces liens ont d’ores et déjà été formalisés relativement à d’autres cas d’études (Mouillart, 1998 ; Renard, 2000, 2003 ; Boulay, Guérois, Le Goix, 2011 ; Le Goix et al., 2016), ils ne sont pourtant pas linéaires : les jeux de valorisation immobilière et les mécanismes de rente foncière ne s’appliquent pas uniformément ; dans le cas de métropoles telles que Mexico, ces liens sont en outre structurés par la coexistence de marchés du logement formels et informels5. Dans quelle mesure les prix immobiliers permettent-ils de saisir l’hétérogénéité des contextes résidentiels ? Tel est le premier questionnement à l’origine de ce travail.

6Pour capitales qu’elles soient dans l’appréhension des dynamiques urbaines, les études sur les prix immobiliers se heurtent au problème des sources. La généralisation de la mise en ligne d’annonces immobilières, sur des sites regroupant l’offre de multiples agences, constitue une source nouvelle dont nous souhaitons ici examiner la portée. C’est là le deuxième objectif de ce travail, méthodologique cette fois : évaluer la qualité d’une base de données constituée à partir des annonces immobilières en ligne.

  • 6 Par segment, on entendra une partie spécifique du marché immobilier, issue de processus de différen (...)
  • 7 Traduction de colonias populares. Il s’agit d’espaces urbains nés d’une production plus large de lo (...)
  • 8 Entendu comme l’ensemble des processus d’amélioration donnant un caractère durable au quartier.

7Au Mexique, bien que peu investie par les géographes, l’analyse des prix immobiliers du logement a déjà fait l’objet d’investigations. Les premiers travaux majeurs sur le marché immobilier résidentiel, articulé aux enjeux fonciers, ont été conduits par O. Terrazas (1996) et par M. Perló et I. Kunz. On doit à ces derniers un diagnostic des mécanismes de la production, des financements, des régulations et des politiques de logement (Perló, Kunz, 1994 ; Perló, 2002). Dans la lignée de ces travaux, une première identification systématique des différents segments6 du marché immobilier résidentiel a été réalisée à la fin des années 1990, à partir des annonces papier publiées dans les journaux, sur un échantillon de terrains et de plusieurs séries d’enquêtes empiriques (Kunz el al., 2001). La variété des segments du marché est mise en évidence, mais également leur porosité : en particulier dans les colonies populaires7, le processus de consolidation8 peut permettre l’intégration dans la sphère légale d’un bien né dans l’illégalité (cf. également les démonstrations effectuées par Azuela, Tomas, 1997 ; Connolly, 2008 ; Valette, 2014). Une autre approche des prix immobiliers, plus économique cette fois, relève de la modélisation hédonique – autrement dit de « l’explication » statistique des prix selon les caractéristiques du bien (intrinsèques, liées à sa situation et à son environnement) et des services qu’il rend. Cette approche a permis d’identifier les sous-marchés à l’échelle de la métropole (Sobrino, 2014) ; à l’échelle de la seule production neuve également (Valdivia, 2014). Enfin, les prix fonciers et immobiliers du logement ont été ponctuellement mobilisés dans l’analyse de processus socio-spatiaux complexes, comme l’étude de la fermeture résidentielle (Guerrien, 2004), celle de la pauvreté (Eibenschutz, Benlliure, 2009), ou plus généralement de l’accès au logement des catégories pauvres (Azuela, Tomas, 1997 ; Iracheta, Medina, 2008). En particulier, la question des marchés populaires du logement a fait l’objet d’investigations spécifiques, en colonies populaires (Jaramillo, 2008) ou relativement à l’habitat social (voir à ce sujet les travaux fondateurs de M. Schteingart, 2001).

  • 9 À ce titre, un remerciement va à l’entreprise Metros Cúbicos pour son aide, et particulièrement à S (...)
  • 10 On retrouve ce même annonceur dans les travaux effectués par R. Le Goix sur Los Angeles (Le Goix, 2 (...)
  • 11 Premièrement, une douzaine d’entretiens exploratoires longs auprès des acteurs de la production lég (...)

8Pour notre part, nous souhaitons explorer la possibilité de considérer la variabilité des prix immobiliers à l’échelle de l’ensemble de la ZMVM, en considérant les différents segments accessibles, visibles par le canal des annonces en ligne. Pour ce faire, nous nous appuierons principalement sur une base de données construite à partir des annonces de ventes immobilières d’un annonceur majeur au Mexique, Metros Cúbicos, communiquée dans le cadre d’un partenariat construit lors d’un séjour de terrain fin 2014 –  17 900 enregistrements d’annonces de biens en vente exploitables pour juillet 20149. De manière à apprécier la qualité de cette base, au-delà du nombre d’enregistrements, nous l’avons confrontée à une autre base d’annonces, collectée cette fois directement auprès du site Internet d’un autre annonceur, Realtor10 – 1 950 enregistrements pour une journée de collecte à l’automne 2014. Enfin, afin de comprendre plus finement le marché immobilier du logement dans la métropole, plusieurs enquêtes empiriques ont été conduites auprès d’acteurs de la production immobilière dans la ville centrale et péricentrale d’une part (consultants des secteurs publics et privés), et auprès d’habitants-constructeurs et vendeurs dans des quartiers populaires périphériques d’autre part11.

9Il s’agira d’abord de rappeler brièvement le contexte du marché résidentiel à Mexico au début des années 2010, en termes de types de logements, de statuts et de modes de production. Puis, les sources à partir desquelles on appréhende ce marché en 2014 seront présentées. Les données ainsi disponibles permettent de mettre au jour la variabilité des prix immobiliers dans l’espace métropolitain, notamment à travers l’entrée des différents types de peuplement.

Contexte : modes de production de logements à Mexico

10Sans aborder de front la question des régimes de production des logements dans la métropole, il convient d’en souligner les lignes principales qui permettent d’appréhender la grande variété des segments du marché immobilier résidentiel à Mexico.

11Des traits communs à l’Amérique latine fournissent les premiers éléments de cadrage : la logique d’une forte consommation d’espace, privilégiant la propriété privée et le logement en maison individuelle. Cependant, Mexico reste une ville dense : 2 529 hab./km² si l’on considère l’ensemble de la superficie administrative de la ZMVM, 8 545 hab./km² si l’on considère la seule surface urbanisée – soit l’équivalent de la densité recouvrant Paris et la petite couronne. Les densités les plus fortes se retrouvent dans les quartiers populaires centraux de l’agglomération, mais aussi dans les colonies populaires consolidées du péricentre à Nezahualcóyotl, Iztapalapa, Ecatepec et Naucalpan, où les densités dépassent le plus souvent les 20 000 hab./km² – soit l’équivalent de Paris intra-muros.

  • 12 Bien que le bilan soit principalement dû au non-respect des normes antisismiques – révélant par ail (...)

12Cette densité tranche avec le paysage urbain majoritairement horizontal de la ville, héritage d’une croissance urbaine réalisée en grande partie sous la forme de colonies populaires nées dans l’illégalité – impliquant un processus lent et limité de verticalisation – d’une part, du traumatisme du séisme de 1985 dont le bilan humain et politique avait été désastreux, notamment relativement aux constructions verticales12, d’autre part.

Une ville de maisons

13Malgré les fortes densités, la maison individuelle reste le type de logement majoritaire de la ville à hauteur de 76 % en 2010. La répartition des stocks souligne le poids des municipes péricentraux les plus peuplés – Iztapalapa, Nezahualcóyotl, Gustavo A. Madero et Ecatepec –, comptant chacun plus de 200 000 unités (figure 1A). Avec des stocks moindres, la maison individuelle reste toutefois la forme de logement quasi exclusive dans les municipes populaires du Nord et de l’Est – Chimalhuacán ou Ixtapaluca. À l’opposé, seules 4 délégations centrales voient la part des maisons représenter moins de la moitié du stock total de logements – Cuauhtémoc, Benito Juárez, Miguel Hidalgo et Azcapotzalco.

Figure 1. Les types de logements dans la ZMVM en 2010

Figure 1. Les types de logements dans la ZMVM en 2010
  • 13 Au Mexique, on parle de logements « d’intérêt social » pour faire référence au logement social, le (...)

14Le parc de 4 millions de maisons renvoie à plusieurs types de production, qu’il s’agisse de villas de luxe, de lotissements pour les catégories moyennes et supérieures, de lotissements de maisonnettes « d’intérêt social »13, ou de maisons issues de la production populaire.

15Les appartements en immeuble représentent près de 19 % des logements métropolitains en 2010. Leur répartition dans l’espace métropolitain combine l’ancienneté de peuplement et la densité, mais ne s’y limite pas (figure 1B). Un gradient centre-périphérie classique souligne ainsi particulièrement l’hypercentre, où les appartements constituent plus de la moitié du total des logements. Leur surreprésentation est moindre dans le péricentre – Iztapalapa – et en plus lointaine banlieue – comme à Cuautitlán Izcalli. La variété des localisations dans l’agglomération renvoie à celle des parcs de logements concernés : appartements du secteur privé, immeubles de logement social, immeuble de standing, etc.

  • 14 Littéralement « voisinage », le terme désigne à l’origine des unités d’habitation du centre-ville d (...)

16Au total, en 2010 près de 95 % des logements de la zone métropolitaine entrent dans les catégories « maisons » ou « appartements ». Entre ces deux types principaux, on retrouve une figure du logement caractéristique de Mexico : la vecindad14, notamment décrite dans les travaux d’O. Lewis (1961), ainsi que d’autres types très minoritaires, comme les chambres sur le toit, les locaux non résidentiels, les refuges ou les logements mobiles.

Une ville de propriétaires

17On compte 69 % de propriétaires parmi les 5,3 millions de ménages résidant dans la ZMVM en 2010 (INEGI, 2010). Si Mexico est historiquement une ville de propriétaires (Tomas, 1995), c’est entre autres parce que les différentes politiques d’accès au logement ont avant tout visé l’accession à la propriété et non le développement d’une offre locative sociale (Coulomb, 1988 ; Bidou Zachariasen, 2014).

18La propriété n’est pas l’apanage des classes moyennes ou aisées : les propriétaires pauvres sont nombreux, en particulier dans le parc résidentiel des colonies populaires (Duhau, 2004). La répartition spatiale du poids des propriétaires suit ainsi un net gradient centre-périphérie (figure 2A). Les plus fortes valeurs relatives s’observent dans des municipes périurbains, qu’il s’agisse de villages de la grande couronne septentrionale et orientale ou de municipes plus marqués par la construction récente de logements d’intérêt social en accession à la propriété – Tecámac, Huehuetoca. Au contraire, des fréquences moindres s’observent dans l’hypercentre.

Figure 2. Le statut d’occupation des logements dans la ZMVM en 2010

Figure 2. Le statut d’occupation des logements dans la ZMVM en 2010
  • 15 Mobilité mesurée par un changement de municipalité de résidence entre 2005 et 2010 (Valette, 2014, (...)

19Un marché locatif existe, aussi bien dans le centre, dans les condominiums des quartiers les plus aisés, que dans les périphéries populaires. Il ne concerne toutefois que 19 % des ménages. Notons que cette proportion augmente nettement si l’on considère la seule population ayant connu une mobilité résidentielle intra-urbaine récente, pour s’élever à 29 %15.

20Le statut de locataire peut faire écho à plusieurs types d’étapes résidentielles. La location peut renvoyer aux choix caractéristiques des classes moyennes urbaines (pour se rapprocher temporairement des zones d’emploi) et des classes supérieures (dans les résidences réservées du centre-ville et des programmes immobiliers collectifs de l’Ouest de la ville par exemple). Ainsi, on observe les taux de locataires les plus élevés dans les trois délégations centrales – Cuauhtémoc, Benito Juárez et Miguel Hidalgo (figure 2B). La location est moins visible dans les quartiers populaires périphériques et concerne une population moins nombreuse. Néanmoins, elle reste un marché relativement important, à la fois dans l’économie des ménages propriétaires qui proposent ce service, mais aussi pour les ménages n’ayant souvent pas les moyens d’accéder à la propriété dans ces mêmes zones (Coulomb, 1988 ; Dureau, 2000), en particulier les ménages dont l’installation dans la ZMVM est récente (Ribardière, 2017).

  • 16 Sur ce thème, on peut renvoyer notamment aux travaux de C. Paquette sur le statut d’hébergé dans le (...)

21Enfin, 12 % des logements de Mexico renvoient dans le recensement à un statut d’occupation « autre » en 2010. Derrière cette catégorie, transparait notamment le statut d’hébergé, témoignant des stratégies complexes où l’hébergement chez un tiers16 – de la famille ou non –, le prêt, ou encore le gardiennage constituent des statuts fréquents au cours des carrières résidentielles.

22Malgré la variété effective des statuts d’occupation du logement, ce sont prioritairement la propriété et les différentes modalités d’acquisition du logement qui marquent l’espace résidentiel de la métropole et la structuration du marché immobilier résidentiel. La diversité des modalités d’acquisition est significative : seuls 40 % des ménages propriétaires en 2010 ont acheté leur logement déjà construit ; plus de la moitié sont à l’origine de la construction de leur logement, qu’il s’agisse d’une construction « sur commande » (29 %) ou d’autoconstruction (27 %). Cette diversité des modes d’acquisition renvoie à la diversité des formes de production, qu’il s’agit maintenant de présenter.

Formes de la production immobilière

  • 17 Littéralement, un « fractionnement », que l’on peut traduire par lotissement. Le terme fait référen (...)
  • 18 Un changement majeur s’est en effet opéré en 1992 avec la réforme de l’article 27 de la Constitutio (...)

23Une première grille de lecture classique des formes de production de l’espace résidentiel tient au statut juridique (Schteingart, 2001). Depuis les années 1960 en effet, l’espace résidentiel de la ZMVM se découpe schématiquement en lotissements formels approuvés et autorisés, sous l’appellation générique de fraccionamientos17, et en lotissements illégaux, les asentamientos irregulares. Toutefois, la frontière entre les deux catégories est ténue en raison des formes de régularisations possibles d’un logement né dans l’illégalité. En outre, cette seule grille de lecture ne permet pas de restituer les dynamiques récentes de densification des zones centrales et péricentrales, ni les formes de recomposition du peuplement périphérique – liées à la fois à la construction de lotissements de logements d’intérêt social et à l’abrogation de la protection foncière –, notamment dans l’État de Mexico18.

24En intégrant le statut juridique des logements au moment de la construction, les acteurs de la production et le type de logements, quatre types de production émergent, au carrefour de la littérature scientifique sur le champ (Turner, 1976 ; Connolly 1988 ; Connolly et al., 1991 ; Schteingart, 2001 ; Duhau, Giglia, 2008 ; Dureau, Paquette, 2006 ; Coulomb, 2010).

  • La production sur commande tout d’abord. Dans ce processus, l’habitant contrôle la production, la finance, mais n’investit pas de travail personnel. Ce mode de production renvoie avant tout aux constructions destinées aux classes supérieures, mais également à une partie de la production au sein des colonies populaires – la construction pouvant y être assurée par un tiers, soit un membre de la famille pour les plus modestes, soit une véritable entreprise, déclarée ou non.

  • La promotion capitaliste privée ensuite. Un individu ou une société investit dans le foncier et la construction dans l’objectif de vendre et de tirer une plus-value de l’opération. Production immobilière courante dans la sphère légale, elle renvoie à des modes d’accès à la propriété impliquant souvent pour les ménages un crédit et en cela, s’adresse aux catégories moyennes et supérieures (villas, immeubles de standing, opérations dans le centre). Toutefois, comme précédemment, elle ne s’y réduit pas. En effet, même au sein du marché illégal, la promotion capitaliste est possible et accompagne des stratégies de privatisation des terres et de spéculation immobilière.

  • L’autoconstruction sur des terrains occupés illégalement, aussi appelée « autoproduction » ou « production sociale de logement » [Diario oficial, 2006, Art. 4.I, 4.VIII]. Selon les cas, le lotissement peut être le résultat d’une transaction illégale avec le propriétaire terrien sur des terres non urbanisables, ou d’une « invasion » sans accord préalable. À Mexico, les modèles de construction sans promoteur, dans lesquels le maître d’ouvrage possède le terrain et est lui-même le futur utilisateur du logement, concernent principalement les colonies populaires.

  • Enfin, la production soutenue par l’État, englobant un ensemble complexe de modalités. Il s’agit d’abord de la production de logements sociaux pour les classes moyennes et populaires, en accession à la propriété aidée. Cette production renvoie à deux parcs : celui des grands ensembles construits par l’État entre les années 1950 et 1980, de forme verticale ; celui des grands lotissements construits par des promoteurs privés dans les années 2000, de forme horizontale cette fois. Ainsi, l’État, de constructeur dans les années 1950-1970, est devenu de plus en plus promoteur, voire simplement « facilitateur » (Dureau, Paquette, 2006). L’État octroie les crédits à l’accession à la propriété, mais ce sont les entreprises qui achètent les terrains, construisent et vendent l’habitat social. Cette production facilitée se rapproche ainsi de la promotion capitaliste dans le sens où l’État n’assure qu’une tutelle (Paquette, Yescas, 2009, Bidou Zachariasen, 2014). Seules les familles disposant d’un crédit immobilier (que l’on obtient dans la grande majorité des cas via un travail formel et déclaré) peuvent accéder à ce genre de logement.

  • 19 À Tecámac par exemple, dans le Nord de l’État de Mexico, l’entreprise Sadasi construit un immense e (...)

25Depuis la fin des années 1990, les périphéries de Mexico ont été investies par des groupes d’envergure nationale – citons Ara, Casa Geo ou encore Trovit – qui y ont construit des lotissements géants (conjuntos habitacionales) composés chacun de plusieurs centaines, voire plusieurs milliers de petites maisons en série19. Entre 1999 et avril 2017, selon le gouvernement de l’État de Mexico, on dénombrait dans les municipes intégrés à la ZMVM pas moins de 330 projets autorisés par les services du développement urbain, pour un total de 675 000 logements destinés à une population potentielle de plus de 3 millions de personnes (Secretaría del Desarrollo Urbano, Gobierno del Estado de México, 2017). Même si les colonies populaires restent le type de peuplement majoritaire, le gigantisme des opérations immobilières a marqué un réel tournant dans les formes de l’urbanisation des municipes de l’État de Mexico. Depuis 2012 toutefois, les nombreuses faillites des entreprises de construction ont conduit à un très net ralentissement de ce modèle.

  • 20 Entretien auprès d’une cadre du groupe Tinsa, compagnie internationale d’expertise immobilière. (Me (...)
  • 21 Entretien avec le directeur d’un cabinet d’architectes du DF. (Mexico, décembre 2014).
  • 22 Citons le Bando Dos, appliqué entre 2000 et 2006 puis annulé en 2009, qui visait à limiter les cons (...)

26En parallèle, le centre a connu une forte valorisation foncière et, particulièrement à l’échelle de la Ciudad de México, un processus de densification « diffuse »20, par petits projets d’une cinquantaine de logements, de haut standing le plus souvent. Dans un contexte de requalification et de gentrification des zones centrales (Hiernaux, 2003 ; Paquette, 2006 ; Hiernaux, Imelda, 2008 ; Diaz, 2014), « l’objectif dans le DF est désormais de construire haut, beaucoup et cher »21. L’État encadre partiellement cette densification, via les règlements d’urbanisme portant notamment sur la hauteur des bâtiments dans la zone centrale22 ou encore sur la délimitation de périmètres d’aménagement spécifiques (comme les ZODES – Zones de développement économique et social). Dans cette dynamique de densification-verticalisation, la spéculation conduit à une forte augmentation des valeurs immobilières et foncières dans les zones centrales et péricentrales de l’agglomération, impliquant un alignement des prix du centre sur la grille des villes « mondiales » et un processus d’exclusion progressive des plus pauvres des zones centrales, notamment lors des opérations immobilières neuves.

27Ville de propriétaires, dominée par la maison individuelle, Mexico n’en est pas moins caractérisée par un parc résidentiel très hétérogène, qui renvoie à des filières différenciées du marché du logement. Toutefois, la forme de production à l’origine du logement ne détermine qu’en partie le segment du marché dans lequel ce bien va être vendu. I. Kunz et al. (2001) ont précédemment souligné combien la forme juridique de la transaction n’est pas systématiquement liée à la forme de la production : des biens issus de la promotion privée légale peuvent, à la revente, faire l’objet d’une transaction informelle, tandis qu’un bien édifié de manière illégale sur des terres impropres à la construction, peut, une fois régularisé, être intégré dans le marché formel (Kunz et al., 2001 ; Abramo, 2008 ; Ward, 2008 ; Huamán, 2010 ; Valette 2014).

Du portail d’annonces en ligne aux bases de données

28Si quelques agences possèdent leur propre site d’annonces sur Internet (Century 21 par exemple), les sites les plus importants en termes de volume d’annonces correspondent à des portails réunissant l’offre de plusieurs agences, de promoteurs et éventuellement, de particuliers. Ce modèle correspond pour une part à la mise en ligne de la presse traditionnelle spécialisée (comme El Universal ou Encuentra tu casa à Mexico) ; il s’en distingue, pour une autre part, en proposant au vendeur comme à l’acheteur des facilités de comparaison inédites, à l’échelle de la ville, voire du réseau urbain national ou international. Les portails d’annonces, comme nouveau type d’intermédiaire entre vendeurs et acheteurs, modifient la structuration du marché immobilier, les modalités de prospection des acheteurs potentiels (Larceneux et al., 2014) et plus généralement, la construction de la valeur « d’opinion » décrite par M. Halbwachs au sujet des biens immobiliers (Halbwachs, 1908).

  • 23 Le terme « non-académique » fait ici sens par rapport aux bases de données produites par les organi (...)

29Les bases de données constituées à partir de telles sources réunissent les qualités et les limites des bases de données numériques non académiques23 : d’un côté, la possibilité de travailler sur une information exhaustive au moment de la collecte, qui décrit toutefois une population dont on ne maitrise pas l’échantillonnage ; de l’autre, la possibilité de disposer d’une information géolocalisée avec un niveau de précision très élevé, après un travail de correction et d’harmonisation cependant important (Kitchin, 2013).

Annonces en lignes et géoréférencement

  • 24 Nous remercions ici François Lelay pour son concours et son expertise lors de la phase de collecte (...)
  • 25 Seules 43 % des annonces Metros Cúbicos étaient correctement géolocalisées. Après vérifications et (...)

30La base de données exploitée dans cet article provient du portail d’annonces national Metros Cúbicos : elle nous a été communiquée dans le cadre d’une convention de recherche. Au cours du mois de juillet 2014, près de 49 000 annonces ont transité par le site Metros Cúbicos, dont environ 20 000 pour la seule zone métropolitaine de Mexico. En parallèle, une deuxième base de données est utilisée à titre de base de contrôle, constituée par nos soins24 à partir des annonces en ligne sur le portail international Realtor. La collecte de l’équivalent d’une journée d’annonces a permis de réunir 3 500 annonces pour la ZMVM. Ces deux bases de données ont nécessité un travail de nettoyage, de vérification et de correction important, notamment relativement à la géolocalisation de l’annonce25.

31Au total, 17 859 annonces ont été retenues dans la base Metros Cúbicos et 1 948 dans la base de contrôle (tableau 1).

Tableau 1. Nombre d’annonces immobilières enregistrées et couverture spatiale de la zone métropolitaine en 2014

Tableau 1. Nombre d’annonces immobilières enregistrées et couverture spatiale de la zone métropolitaine en 2014

* : nombre d’unités où l’on observe au moins une annonce. Entre parenthèses, est précisé le nombre total d’unités géographiques pour l’échelon donné à l’échelle de la ZMVM et la proportion représentée par la couverture spatiale des annonces.

Sources : Metros Cúbicos, 2014 ; Realtor, 2014 ; INEGI, 2013

32Aucun des deux sites n’étant développé avec une interface cartographique qui aurait pu permettre de collecter les coordonnées géographiques de l’annonce, le géoréférencement a été effectué à l’adresse dans la base Metros Cúbicos, à la colonie seulement dans la base de contrôle. Ainsi, seule la base Metros Cúbicos autorise une agrégation des annonces au niveau de l’ageb (área geoestadística básica), unité de recensement utilisée par l’Institut statistique national – l’INEGI.

Collecte exhaustive… d’une fraction du marché seulement

  • 26 L’enquête a été menée sur deux échantillons de quartiers (comprenant entre 126 et 149 colonies, soi (...)

33Une question essentielle est celle de la représentativité de la base, relativement à l’ensemble du marché du logement. À partir d’un travail d’enquête sur un échantillon de terrains au début des années 199026, Kunz et al. estiment que le canal des annonces (papier) de la presse spécialisée permet la lecture de 40 % de l’ensemble des sous-marchés métropolitains, 79 % des biens de haute valeur, mais quasiment aucune des plus faibles valeurs, et ce, même si 38 % des annonces renvoient au secteur informel (Kunz et al., p. 29). Il est difficile d’envisager de mener un travail d’enquête similaire à l’échelle de l’ensemble de la ZMVM, toutefois la simple spatialisation des annonces collectées via les portails en ligne permet de prendre la mesure de la surreprésentation de l’espace résidentiel des catégories supérieures (figures 3 et 4). Le déséquilibre Est/Ouest, forme majeure de la division sociale de l’espace métropolitain, apparaît dès l’échelon des municipes et des délégations : les municipes occidentaux – où se localisent principalement les parcs de logements pour les catégories aisées – sont très bien représentés dans la base de données, en valeurs absolues et relativement au nombre total de logements du municipe ou de la délégation.

Figure 3. Paysages urbains d’espaces résidentiels bien représentés dans les bases de données

Figure 3. Paysages urbains d’espaces résidentiels bien représentés dans les bases de données

Figure 4. L’inégale répartition des annonces Metros Cúbicos en juillet 2014 – échelon municipal

Figure 4. L’inégale répartition des annonces Metros Cúbicos en juillet 2014 – échelon municipal

34C’est dans les délégations d’Alvaro Obregón et de Cuajimalpa, au sein desquelles est construit le centre d’affaires de Santa Fe, que les densités d’annonces sont les plus élevées (figure 3). Miguel Hidalgo et Benito Juárez, deux délégations centrales et historiquement « favorisées », ainsi que la municipalité d’Huixquilucan dans le prolongement des Lomas, sont également bien renseignées. En revanche, les trois municipalités les plus peuplées de la ZMVM – Iztapalapa, Ecatepec et Nezahualcóyotl (1,2 million de logements pour 4,6 millions d’habitants) – sont très peu présentes dans la base, comme une grande part du Nord, de l’Est et du Sud-est de la métropole. Dans leur immense majorité, les parcs de logements de ces espaces peu représentés sont qualifiables de « populaires ».

35On peut dès lors émettre deux hypothèses. D’une part, le marché immobilier est moins vif dans les colonies populaires que dans les autres portions de la ville (Kunz et al., Duhau, 2004). En particulier, il est quasi inexistant dans les colonies les plus récentes, où l’accès au logement passe majoritairement par l’accès au sol puis l’autoconstruction et ce faisant, par le marché foncier plus qu’immobilier. D’autre part, le marché immobilier existant passe par d’autres canaux (réseaux de connaissances – familiales et/ou amicales – petites annonces dans la rue ou directement sur les immeubles, etc.). Les entretiens exploratoires menés auprès d’habitants de colonies populaires périphériques ont systématiquement éclairé la force de ces réseaux comme vecteur i) d’information, ii) de crédit et d’arrangements financiers, iii) de sécurité des transactions. Les possibilités de publicité offerte par Internet apparaissent peu adaptées aux modalités des transactions, comme en témoignent ces deux extraits d’entretiens menés fin 2014, au sujet des stratégies d’achat-vente des ménages.

36Juán, résidant à Tláhuac indique : « ce n’est pas dans les habitudes des gens d’ici [habitants des colonies populaires] que de chercher un logement par Internet (…) Habituellement, tu passes en taxi, en bus, à pied, et tu te renseignes ».

37Marisol, résidant à La Paz, déclare au sujet de sa maison qu’elle souhaite vendre à moyen terme : « je ne veux pas passer par Internet, je n’y pensais même pas (…) Je préfère vendre de la main à la main, en rencontrant les gens (…) À la rigueur, avec des affiches dans la rue, en posant des annonces ».

38Ainsi, le procédé des annonces directement apposées sur les biens ou dans la rue, comportant les caractéristiques principales du logement (taille, nom du quartier, prix et numéro de téléphone à contacter), reste important pour les zones d’habitat populaire (figure 5). Dans les colonies populaires – où les annonces ont davantage tendance à porter sur le foncier que sur l’immobilier – ou dans les ensembles d’habitat social, voire dans des zones résidentielles moyennes-aisées, la visibilité du marché par ce canal peut être très forte, minorant l’intérêt d’Internet pour la lecture du dynamisme du marché immobilier (figure 4). Toutefois, les zones d’habitat populaire ne sont pas absentes des bases de données, premier signe de la porosité entre les différents segments des marchés du logement.

Figure 5. Annonces immobilières dans l’espace public

Figure 5. Annonces immobilières dans l’espace public

39Si la couverture de la base de données est inégale, le grain d’observation peut néanmoins être affiné. À l’échelon des unités de recensement – ageb –, la surreprésentation du péricentre occidental et des zones résidentielles réservées aux catégories supérieures de l’Ouest de la ville apparaît de manière plus nette encore (figure 6).

Figure 6. L’inégale répartition des annonces Metros Cúbicos en juillet 2014 – échelon infra-municipal (ageb)

Figure 6. L’inégale répartition des annonces Metros Cúbicos en juillet 2014 – échelon infra-municipal (ageb)

40La concentration des annonces s’organise selon 3 grands axes : premièrement, celui correspondant à la zone très aisée des Lomas, partant du centre proche du Parc de Chapultepec jusqu’au centre d’affaires excentré de Santa Fe dans l’Ouest ; deuxièmement, un axe Sud-sud-ouest, partant du péricentre aisé (La Condesa) jusqu’au quartier bourgeois du Pedregal de San Angel, le long de l’avenue Insurgentes ; et enfin troisièmement, une zone un peu plus densément renseignée dans le Nord-ouest, correspondant à la ville nouvelle de Ciudad Satélite, construite dans les années 1950-1960 au nord de Naucalpan, où se logent majoritairement des catégories moyennes et supérieures.

41La couverture du reste de la ville est nettement moindre, même si les cartes témoignent de la présence d’annonces dans les trois quarts des municipes (tableau 1).

Les prix annoncés

42Si notre intérêt tient davantage dans l’analyse de la variabilité relative des prix que dans l’appréciation des prix immobiliers en tant que tels, il n’en reste pas moins qu’une limite importante des bases de données construites à partir des annonces réside dans la nature du prix enregistré : il s’agit du prix annoncé et non pas du montant effectif de la transaction conclue. Cette limite est d’autant plus importante que l’écart entre les deux valeurs varie selon les biens (Kunz et al., 2001) et également, selon les périodes et les dynamiques du marché. En outre, tous les biens proposés à la vente ne trouvent pas forcément un acheteur. Toutefois, dans le contexte mexicain comme dans tous les contextes marqués par une fraude fiscale généralisée, il s’avère très difficile de disposer du montant effectif des transactions. Les prix annoncés restent les seules sources accessibles de manière systématique (Scatigna et al., 2014).

  • 27 Les conversions ont été faites au taux en vigueur le 30 juillet 2014, 1 euro = 17,6 pesos (ou 1 MXN (...)

43En juillet 2014, le prix annoncé médian d’une maison en vente sur le site Metros Cúbicos s’élève à 6 300 000 pesos (tableau 2) – soit environ 358 000 euros27 – ce qui apparaît considérable au regard des niveaux de vie des ménages. En 2014, le salaire minimum dans la ZMVM est compris entre 1 900 et 2 020 MXN (soit aux alentours de 110 €) mensuels (SAT, 2014), tandis que le revenu médian mensuel des ménages s’élève en 2010 seulement à 7 300 MXN (440 €) (INEGI, 2010).

44Le prix médian d’un appartement s’élève à 3 800 000 pesos, ce qui est également très important. À travers ces valeurs statistiques basiques, on retrouve ici des fourchettes caractéristiques d’une métropole bien inscrite dans la mondialisation.

Tableau 2. Prix médians selon le type de bien en vente sur Metros Cúbicos à l’échelle de la zone métropolitaine de Mexico en juillet 2014

Tableau 2. Prix médians selon le type de bien en vente sur Metros Cúbicos à l’échelle de la zone métropolitaine de Mexico en juillet 2014

45La comparaison avec les valeurs relevées dans la base de contrôle est ici éclairante. Les prix médians annoncés y sont un peu moins élevés : 4 150 000 pesos pour une maison et 2 300 000 pesos pour un appartement. Autrement dit, les prix élevés sont surreprésentés dans la base de données Metros Cúbicos. Si les annonces sont beaucoup plus nombreuses dans cette dernière, elles sont aussi beaucoup plus concentrées dans les quartiers aisés (figure 6). On prend ici la mesure du biais principal des bases de données construites à partir des portails d’annonces en ligne : la surreprésentation des prix élevés. Augmenter la taille de l’échantillon ne réduit pas automatiquement ce biais, au contraire dans notre cas.

46Les valeurs annoncées peuvent être décrites par une autre variable que celle du prix du bien : le prix annoncé au mètre carré. De manière attendue, les appartements apparaissent cette fois-ci plus chers que les maisons (tableau 2). La base de contrôle renvoie ici à des valeurs beaucoup plus proches : autrement dit, les biens chers qui sont surreprésentés sur Metros Cúbicos sont aussi des biens de grande superficie ; leur poids se trouve pour une part rectifié par la pondération.

47D’une manière générale, la superficie des biens rend compte, statistiquement, de près de 60 % des variations des prix annoncés des appartements. La relation entre taille du bien et prix annoncé est plus faible en ce qui concerne les maisons (40 % de la variance seulement), témoignant de l’hétérogénéité du parc : c’est moins la surface qui fait le prix des maisons, que les autres caractéristiques du bien – dont la localisation.

48Au total, les portails d’annonces permettent de construire des bases de données à l’échelle de l’ensemble de la zone métropolitaine et ce faisant, de disposer d’une couverture inédite. Malgré le nombre d’annonces réunies (près de 18 000 pour décrire 55 délégations et municipes et 2 230 unités de recensement), les densités d’enregistrement sont très inégales : les bases ne décrivent qu’une portion de la ville seulement. Toutefois, ce renseignement sélectif n’implique pas une homogénéité des prix. Au contraire, la fourchette de variation est très large, et pose la question de l’inscription spatiale des écarts de prix.

Variations des prix immobiliers dans l’espace métropolitain

49La localisation des biens peut être approchée de deux points de vue : la situation dans l’agglomération d’une part, le type de peuplement dominant dans le quartier où l’annonce a été enregistrée, d’autre part. Quelques chiffres illustrent l’intérêt de telles approches : durant l’été 2014, le prix médian d’une maison dépasse 7,6 millions de pesos dans la seule Ciudad de México, contre 4,8 millions dans les municipes conurbés de l’Etat de Mexico. De même, les écarts entre le prix médian annoncé d’une maison dans les ensembles résidentiels d’intérêt social et celui d’une maison dans l’espace résidentiel supérieur sont de l’ordre de 1 à 8.

Variations selon la situation

50Les écarts entre les fourchettes de prix observées pour les maisons et les appartements justifient d’observer les deux parcs séparément, lorsqu’on considère le prix des biens. Les figures 7A et 7B représentent ainsi les prix médians annoncés à la vente dans chaque municipe et délégation de la ZMVM. Les différences observées dans la répartition des deux types de biens renvoient aux logiques mises en avant au niveau de l’ensemble des logements (figure 1), en particulier à la surreprésentation des appartements dans les zones centrales. Ceci étant dit, toutes choses égales quant au nombre d’annonces enregistrées, les variations de prix laissent apparaître une nette opposition Est/Ouest dans les deux cas.

Figure 7. Prix médians des maisons et appartements en vente sur Metros Cúbicos en juillet 2014 – échelon municipal

Figure 7. Prix médians des maisons et appartements en vente sur Metros Cúbicos en juillet 2014 – échelon municipal

51Le parc des maisons en vente est important dans l’Ouest, notamment dans les périphéries aisées qui entourent Santa Fe et au nord de Ciudad Satélite, vers Atizapán. Les cinq délégations et municipes d’Atizapán, Naucalpan, Huixquilucan, Alvaro Obregón et Miguel Hidalgo concentrent 46,5 % des annonces – contre 12,9 % du nombre total de maisons recensées par l’INEGI en 2010 (figures 7A et 1). Au sein de cette moitié Ouest où les prix annoncés sont les plus élevés, on retrouve un gradient centre-périphérie : les prix médians sont les plus élevés dans les deux délégations de Miguel Hidalgo et Alvaro Obregón, pour diminuer dans les zones plus péricentrales (Coyoacán, Benito Juárez) ainsi que dans le Sud-ouest (La Magdalena Contreras), tout un conservant un niveau très élevé en comparaison avec les prix annoncés dans l’Est et le Nord de la zone métropolitaine.

52Le parc des appartements en vente se concentre, en premier lieu, dans la zone centrale : les délégations de Miguel Hidalgo, Cuauhtémoc et Benito Juárez concentrent à elles seules 45,7 % des annonces – contre 28,8 % du total des appartements recensés en 2010 dans la ZMVM (figures 7B et 1). L’opposition Est-Ouest relevée au sujet des prix annoncés des maisons est ici encore plus marquée, en particulier à l’intérieur des limites de la Ciudad de México.

53La géolocalisation des annonces autorise des observations à l’échelon infra-municipal, en particulier au niveau des unités de recensement – ageb. Se pose toutefois le problème de la représentativité des annonces : en deçà de 3 enregistrements, nous considérons que l’information est insuffisante pour décrire une ageb donnée. De manière à observer le maximum d’ageb, nous considérons ici ensemble les deux parcs de logements, en pondérant les prix annoncés par la surface du bien (figure 8).

Figure 8. Prix médian du mètre carré des biens annoncés sur Metros Cúbicos en juillet 2014 – niveau ageb

Figure 8. Prix médian du mètre carré des biens annoncés sur Metros Cúbicos en juillet 2014 – niveau ageb

54Le premier niveau de lecture de cette carte renvoie aux « creux » et aux « pleins » déjà relevés à cet échelon fin, témoins de la manière dont sont renseignées les municipalités dans la base de données (figure 6). Par exemple, les zones de peuplement populaire à Alvaro Obregón et Naucalpan en sont quasiment exclues (cf. les zones urbanisées non renseignées du Pueblo Santa Fe ou de Jalalpa dans le premier cas, Chamapa, San Jose de los Leones ou Loma Colorada dans le second cas).

  • 28 Notamment marquée par une opposition politique : la Ciudad de Mexico est tenue par le PRD (Partido (...)

55Un deuxième niveau de lecture renvoie à la compacité des formes spatiales, malgré la finesse de la maille d’observation. Deux axes de très fortes valeurs apparaissent nettement. Premièrement, la zone des Lomas de Chapultepec, haut lieu des logements pour catégories aisées, dans des villas et des condominiums de luxe. Deuxièmement, l’axe Insurgentes (de la Condesa au Pedregal) ressort nettement : péricentral, il concentre également des valeurs très élevées du mètre carré. Autour de ces deux axes, les valeurs diminuent en gradient, renforcé par la coupure entre la Ciudad de México et l’État de Mexico : à la frontière administrative, très forte dans un État fédéral28, se superpose donc un différentiel marqué des valeurs de l’immobilier résidentiel, en faveur de l’entité capitale.

56À l’échelle de l’agglomération, la répartition spatiale des prix annoncés est structurée par une dichotomie Est/Ouest, couplée à un gradient centre-périphérie, soit deux lignes essentielles de la manière dont les divisions sociales s’inscrivent dans l’espace métropolitain à Mexico. Les différenciations spatiales induites par les valeurs immobilières renvoient effectivement à de multiples aspects des modes de production de l’espace résidentiel et de la morphologie du bâti, que l’on peut désigner sous l’appellation générale de « types de peuplement », pour reprendre la terminologie adoptée par l’Observatoire de la ville de Mexico en 2005 (Observatorio de la Ciudad de México – OCIM) (Connolly, 2005).

Variations selon les types de peuplement

  • 29 Sur les questions relatives à l’intérêt, mais aussi aux limites et à l’actualisation de cette typol (...)

57En considérant à la fois la morphologie des parcs de logements, leur ancienneté, leur densité, les conditions juridiques de leur production et les acteurs impliqués, l’OCIM a abouti à la publication de typologies décrivant la zone métropolitaine en 1990 et en 2000 à l’échelon des ageb – chaque ageb est caractérisée par le type de peuplement dominant de l’unité. Nous nous sommes appuyés sur cette typologie, que nous avons actualisée et ajustée pour 201029 (cf. annexe).

58Les annonces ventilées selon le type de peuplement de l’ageb où elles étaient localisées, la surreprésentation considérable de l’espace résidentiel supérieur apparaît nettement : ce type de peuplement représente à peine plus de 1 % du total des logements de la zone métropolitaine, mais plus du quart des annonces en ligne sur Metros Cúbicos (figure 9). Au contraire, la sous-représentation des colonies populaires est patente (45 % des logements et 15 % des annonces), tout comme celle des ensembles résidentiels « sociaux » (6 % des annonces contre plus du quart des logements).

Figure 9. Types de peuplement en 2010, répartition des annonces et prix des biens 2014

Figure 9. Types de peuplement en 2010, répartition des annonces et prix des biens 2014

59Les écarts de prix médians enregistrés dans chaque type de peuplement sont discriminants : le rapport entre les deux extrêmes – espaces résidentiels supérieurs d’un côté, ensembles résidentiels de l’autre – est de l’ordre de 1 à 10 (figure 10).

Figure 10. Prix médians des annonces de vente par types de peuplement selon le type de bien en juillet 2014

Figure 10. Prix médians des annonces de vente par types de peuplement selon le type de bien en juillet 2014

Sources : Metros Cúbicos, 2014 ; OCIM, 2005 (ajusté).

60Le prix annoncé des maisons est extrêmement élevé dans l’espace résidentiel des catégories supérieures : ce fait tient à la surface considérable des biens – rapportés au mètre carré, les prix se rapprochent de ceux de la zone centrale. En revanche, le prix des appartements reste très élevé, même considéré au mètre carré : le « ticket d’entrée » dans ces zones résidentielles est particulièrement cher. Ces niveaux de prix apparaissent exceptionnels, y compris relativement à ceux observés dans l’espace résidentiel « moyen » : l’écart entre le prix médian d’une maison dans les deux parcs dépasse celui du simple au double ; il est encore plus important si l’on considère le parc des appartements.

61Ensuite, l’examen des prix dans la zone centrale fait clairement ressortir un effet de taille. Les appartements y apparaissent moins chers que dans les espaces résidentiels supérieurs de la périphérie : ils sont surtout plus petits, tandis que les maisons y sont plus chères, si on considère leur prix au mètre carré. À côté de ces zones très valorisées, omniprésentes sur le site Internet, les quelques annonces enregistrées dans le vieux centre dégradé (« ville coloniale ») affichent des valeurs beaucoup plus faibles, du même ordre que celles enregistrées dans les colonies populaires.

62Du côté des deux parcs de logements de l’espace résidentiel populaire, les prix annoncés des biens dans les ensembles résidentiels renvoient à des valeurs plus faibles que celles enregistrées dans les colonies populaires – ce qui n’était pas forcément attendu. Plusieurs enquêtes exploratoires menées dans les périphéries populaires de Mexico entre 2009 et 2014 permettent de corroborer ces résultats : si l’on compare l’achat d’une maison ancienne en colonie populaire et l’achat d’un logement social formel, le prix du bien en colonie populaire peut être supérieur, du fait des surfaces et qualités du bâti supérieures. En outre, la comparaison entre les prix annoncés en ligne et les prix observés sur le terrain laisse penser que les prix élevés sont surreprésentés sur Internet, dans les colonies populaires, comme dans les ensembles résidentiels. Par exemple, au sein de colonies populaires à l’est de La Paz, on estime en 2014 que le coût d’une maison (sur un lot de 120 m²) s’élève à 1 million de pesos environ (contre une médiane de 3 millions dans la base Metros Cúbicos – figure 10A). De même, dans un ensemble résidentiel de Cuautitlán, les prix approchés empiriquement en 2014 sont moins élevés que ceux annoncés en ligne : à la Hacienda Cuautitlán, pour une maison de 96 m² à la revente, il faut par exemple compter 315 000 pesos, soit 3 fois moins que la médiane des maisons en ensembles résidentiels dans la base.

63Toutefois, au sein de la base des annonces en ligne, l’écart entre types de peuplement est moins fort si on considère les prix au mètre carré : ainsi, le différentiel entre ensembles résidentiels et colonies populaires est en partie dû à la taille très petite des biens proposés à la vente en ensemble résidentiel (un logement typique renvoie à un petit duplex de 60 m² environ). Il n’en reste pas moins que cet écart renvoie d’une part, à la dynamique de valorisation progressive des colonies populaires et aux processus de rattrapage mis en évidence à partir de critères sociodémographiques (Ribardière, Valette, 2013) et d’autre part, à la remise en cause du modèle des lotissements géants en accession à la propriété aidée et/ou à la diffusion du modèle en direction des catégories moyennes inférieures.

64Enfin, c’est dans les zones de peuplement les plus isolées et périphériques que l’on observe les valeurs les plus basses.

Tableau 3. Hétérogénéité des prix au sein des types de peuplement

Tableau 3. Hétérogénéité des prix au sein des types de peuplement

Sources : Metros Cúbicos, 2014 ; OCIM, 2005 (ajusté).

  • 30 Une décomposition de la variance a été effectuée sur les valeurs des prix transformés en logarithme (...)

65Au total, les écarts de prix observés au prisme des 11 grands types de peuplement restituent quasiment le tiers de la variation totale des prix30. Cela signifie donc que, comme on pouvait s’y attendre, les régimes de production des logements déterminent en partie la valeur des biens – mais en partie seulement. On observe également une hétérogénéité importante au sein de chaque grande catégorie.

66C’est dans le parc résidentiel supérieur que cette hétérogénéité est la plus faible – le rapport entre le premier décile de prix et le dernier est inférieur à 5 (tableau 3). On retrouve ici, à travers les annonces immobilières en ligne, la spécificité et l’homogénéité des espaces résidentiels des plus riches, qui apparaissent à travers d’autres critères (Guerrien, 2004 ; Ribardière, Valette, 2013 ; Capron, Esquivel, 2016). Si l’on considère le seul parc des maisons, les colonies populaires apparaissent également comme des espaces résidentiels homogènes – dans une moindre mesure que les espaces résidentiels supérieurs toutefois. En revanche, si l’on considère le parc des appartements, des écarts très importants sont mis au jour (écart entre le premier et le dernier décile supérieur à 13) : cette diversité renvoie, pour une part, au degré inégal de verticalisation des colonies populaires et ce faisant, de différentes trajectoires de maturation (Valette, 2014). Enfin, l’hétérogénéité des ensembles résidentiels correspond à la stratification du parc de logements, entre lotissements, mais aussi à l’intérieur des lotissements ; l’hypothèse d’une dévalorisation de ce parc lors de la revente peut également être formulée.

67À l’échelle de la métropole, l’éventail de variation des prix annoncés sur les sites de vente en ligne s’est révélé considérable – de l’ordre de 1 à 12 si l’on considère les seuls premier et dernier déciles, du parc des maisons comme du parc des appartements. Par construction, cet éventail ne prend pas en compte les biens en vente en dehors des portails d’annonces en ligne ; on peut aisément formuler l’hypothèse qu’il s’ouvrirait encore davantage du côté des valeurs basses s’il intégrait les autres formes de marché dominant dans les colonies populaires. L’inscription de cet éventail de prix dans l’espace métropolitain témoigne, sans surprise, des formes de la division sociale de l’espace que l’on peut mettre en évidence à partir des variables sociodémographiques classiques décrivant la population résidente. Toutefois, l’analyse des prix à l’échelon fin de l’ageb permet de faire ressortir des variations spécifiques à la géographie des prix immobiliers : gradients le long des axes principaux, effets de frontière entre les deux principales entités fédératives qui composent la zone métropolitaine – Etat de Mexico et Ciudad de México. La source utilisée, bien renseignée dans les zones résidentielles les plus aisées, révèle ainsi des nuances qui restent masquées à l’exploitation des seules variables sociodémographiques. Ces « effets de lieux » apparaissent également de manière prégnante au prisme des types de peuplement : au-delà de l’opposition attendue entre types de peuplement aisés et populaires, les écarts entre parcs résidentiels « moyen » et supérieur ont été mis en évidence – écarts dont la force est validée par le nombre d’annonces enregistrées dans chacun de ces types. Les variations entre prix médians se révèlent moins importantes entre les différents types de peuplement populaires, mais les faibles écarts entre valeurs médianes ne signifient pas homogénéité. Au contraire, les données observées témoignent de la diversité des prix enregistrés au sein du parc des colonies populaires, ou au sein des ensembles résidentiels en accession à la propriété aidée.

Conclusion

68Les annonces immobilières accessibles en ligne constituent une source fiable pour approcher la géographie des prix immobiliers à Mexico, comme l’atteste la confrontation de deux bases d’origines différentes. Elles permettent de suivre le marché légal à l’échelle de la ville, à plusieurs niveaux géographiques (municipalité, découpage censitaire, quartier). Toutefois, ce type de sources ne permet pas d’embrasser l’ensemble des segments du marché immobilier de la mégapole : le marché destiné aux catégories supérieures est clairement surreprésenté, tandis que le marché destiné aux couches populaires n’est représenté que de manière partielle. Ce biais n’apparaît pas lié au choix d’un annonceur en particulier, mais davantage au canal de diffusion de l’information. Les « vides » observés sur les cartes ne sont pas répartis au hasard : ils correspondent à des types de peuplement où la diffusion de l’information passe par d’autres canaux – annonces papier éventuellement, affiches directement apposées sur les façades, bouche-à-oreille.

69Cette expertise sur la qualité des données collectées est, d’un point de vue méthodologique, essentielle dans le cas de métropoles comme Mexico, où il n’existe pas d’autres sources qui permettent d’appréhender le marché immobilier à l’échelle de la ville elle-même. Si la mise en ligne permet la collecte exhaustive de l’information disponible et sa mise à jour régulière, il n’en reste pas moins que la mise en base des données requiert un travail de nettoyage et de mise en forme important – sur ce plan également, les données utilisées diffèrent grandement des sources académiques.

70Les apports thématiques de l’exploitation de telles bases de données ne sont pas négligeables. L’analyse des prix immobiliers annoncés complète la caractérisation des contextes résidentiels telle qu’elle peut être établie à partir des seules données issues des recensements. Non seulement l’ampleur des écarts entre les types de peuplement est mise en évidence à travers les différences de prix observées, mais deux autres éléments doivent aussi être soulignés. Premièrement, les zones résidentielles aisées, souvent abordées globalement, se révèlent traversées par des écarts considérables. Deuxièmement, au sein des parcs populaires, les écarts observés ne renvoient pas tant à une distinction entre colonies populaires et grands ensembles résidentiels qu’à une hétérogénéité au sein de chaque type de peuplement. Plus qu’à travers les formes de production immobilière d’origine, c’est à travers les trajectoires de valorisation ou de dévalorisation de chaque contexte résidentiel que nous sommes invités à interpréter cette hétérogénéité des prix. Si les différentiels de consolidation des colonies populaires constituent une première hypothèse pour expliquer les disparités au sein de ce type de peuplement, les écarts observés dans les ensembles résidentiels renvoient à des hypothèses plus ouvertes, en termes de qualité du bâti, mais aussi de vieillissement du parc et de validité de ce modèle de logement.

71Prendre la mesure de la valeur des espaces les plus cotés permet de mieux comprendre les logiques de production à l’œuvre, marquées par la spéculation, mais également par la pression exercée sur les espaces résidentiels populaires. Cette pression ne se traduit pas uniquement dans des formes de gentrification, elle s’incarne également dans la financiarisation de la production du logement à destination des classes populaires qui marque les paysages en périphérie de la ville, et dans la valorisation du parc le plus consolidé des colonies populaires. L’ensemble de ces mouvements concourt à des prix de vente annoncés qui posent de manière très crue la question de l’accès au logement pour tous dans cette mégapole de 21 millions d’habitants.

Haut de page

Bibliographie

Abramo P., 2008, "A Cidade COM-FUSA : a mão inoxidavel do mercado e a produção da estrutura urbana nas grandes metropoles latinoamericanas" in Iracheta C. A.X., Medina C. S., Irregul,aridad y suelo urbano: ¿Cómo incidir en las prácticas y hacia dirigir las políticas públicas en México para enfrentar dicho fenómeno?, El Colegio Mexiquense, 37-68.

Aveline-Dubach N., 2008, Immobilier, la mondialisation, l’Asie, la bulle, CNRS- Éditions, Paris, 319 p.

Azuela A., Tomas F. (dir.), 1997, Acceso de los pobres al suelo urbano, UNAM, México, 321 p.

Bertrand M. 2003, "Cohabitation et composition résidentielle dans la Région du Grand Accra (Ghana)". Autrepart, No.25, 69-85.

Bidou-Zachariasen C., 2014, "Mexico : de la ville moderne à la ville en cours de dé-modernisation" in Azaïs C., Pepin-Lehalleur M., Modes de gouvernance dans quatre métropoles latino-américaines (Buenos Aires, Caracas, Mexico, São Paulo). Entre logiques institutionnelles et acteurs, Bruxelles, PI.E. Peter Lang, 129-142.

Boulay G., Guérois M., Le Goix R, 2011, "Acquéreurs et vendeurs dans l’inflation immobilière à Paris et Marseille (1996-2006)" in Pumain D., Mattei M.-F. (eds), Données urbaines, Paris, Anthropos/Economica, 167-179, Collection Villes. <halshs— 00643569>

Capron G., Esquivel Hernández M.T., 2016, "El enclave urbano, lógica socioespacial de la periferia urbanizada y sus efectos sobre la segregación residencial y la fragmentación urbana". Cuadernos de Geografía: Revista Colombiana de Geografía, No.25, 125-149.

Connolly P., 1988, "Crecimiento urbano, densidad de población y mercado inmobiliario", Revista A, vol. XI, México, Universidad Autónoma Metropolitana-Azcapotzalco, 61-86.

Connolly P., 2005, Tipos de poblamiento en la Ciudad de México, reporte de investigación, Serie Metodología, OCIMSIG, UAM-A, México, 30 p. ; OCIM-SIG [en ligne] : http://www.ocim.azc.uam.mx.

Connolly P., 2008, "Urbanizaciones irregulares como forma dominante de ciudad" in Iracheta C. A.X., Medina C. S., Irregularidad y suelo urbano: ¿Cómo incidir en las prácticas y hacia dirigir las políticas públicas en México para enfrentar dicho fenómeno?, El Colegio Mexiquense, 143-169.

Connolly P., Duhau E., Coulomb R., 1991, Cambiar de Casa pero no de Barrio, Estudio sobre la reconstrucción en la Ciudad de México, CENVI, UAM, 470 p.

Coulomb R., 1988, "Logement locatif et dynamique de l’habitat dans la ville de Mexico". Revue de géographie de Lyon, Vol.63, No.1, 9-25

Coulomb R., 2010. "Evolución reciente y situación actual del derecho a la vivienda" in Garza G., Schteingart M. (dir.), Los grandes problemas de México. II. Desarrollo urbano y regional, El Colegio de México, México, DF, chap. 12, 552-584.

David L., 2014, La production urbaine de Mexico : entre financiarisation et production territoriale. Une analyse du réseau financier transnational dans les marchés d’immobilier d’entreprise. Thèse de doctorat d’aménagement et d’urbanisme, Université Paris-Est, 404 p.

David L., Halbert L., 2013, "Finance capital, actor-network theory and the struggle over calculative agencies in the business property markets of Mexico City metropolitan region", Regional Studies, No.48, Vol.3, 516-529.

Denis E., 2009, "Les sources récentes de l’observation foncière urbaine dans les pays en développement : vers l’harmonisation et la transparence ?". Études foncières, No.139, 33-36.

Denis E., 2011, "La financiarisation du foncier observée à partir des métropoles égyptiennes et indiennes", Revue Tiers Monde, Vol.2, No.206, 139-158

Diario oficial, 2006, "Ley de vivienda", Nueva Ley publicada en el Diario Oficial de la Federación el 27 de junio de 2006, Ultima reforma publicada DOF 16-06-2011 (en ligne) : www.diputados.gob.mx/LeyesBiblio/doc/LViv.doc

Diaz J., 2014, La gentrification négociée. Anciennes frontières et nouveaux fronts dans le centre historique de Mexico. Thèse de doctorat de géographie, Université Toulouse 2 Le Mirail, 460 p.

Duhau E., 2004, "Politiques du logement et intégration au Mexique : de la promotion publique à la promotion immobilière privée". Cahier des Amériques Latines, No.44, 119-136.

Duhau E., Giglia Á., 2008, Las reglas del desorden: habitar la metrópoli, México, UAM-A, 570 p.

Duhau E., Jacquin C., 2008, "Les ensembles de logement géants de Mexico. Nouvelles formes de l’habitat social, cadres de vie et reformulations par les habitants". Autrepart, No.47, 169-186.

Durand-Lasserve A., 2004, "La question foncière dans les villes du Tiers-Monde : un bilan". Économies et Sociétés, Série "Développement, croissance et progrès", No.42, 1183-1211.

Dureau F., 2000, "Bogotá : des stratégies résidentielles très diverses marquées par une inégale maîtrise de l’espace" in Dureau F., Dupont V., Lelièvre E., Lévy J-P., Lulle T., Métropoles en mouvement. Une comparaison internationale, Paris, Anthropos, IRD, Collection Villes, Paris, 165-174.

Dureau F., Paquette C., 2006, "Produire la ville : des logements en grande partie auto-construits" in Dureau F., Gouëset V., Mesclier E., Géographies de l’Amérique Latine, PUR, 237-262

Eibenschutz H. R., Benlliure P., 2009, Costos y beneficios de los mercados formal e informal de suelo para familias con bajos ingresos. Análisis de ocho ciudades. SEDESOL, UAM-X., 232 p.

Global Property Guide, 2015. "Gross rental yields in Mexico moderately good". URL : http://www.globalpropertyguide.com/Latin-America/Mexico/Rental-Yields, consulté le 5 janvier 2017

Guerrien M., 2004. L’enfance agitée d’une mégapole. Transition urbaine et fragmentation de l’espace dans la vallée de Mexico, Thèse de géographie, EHESS, Paris, 390 p.

Halbwachs M., 1908, "La politique foncière des municipalités", Brochure de la librairie du Parti socialiste, No.3, coll. "Les cahiers du socialiste", Paris, 31 p.

Hiernaux-Nicolas D., 2003, "La réappropriation des quartiers de Mexico par les classes moyennes : vers une gentrification ?" in Bidou Zachariasen C. (dir.), Hiernaux-Nicolas D., Rivière D’arc H., Retours en ville : des processus de "gentrification" urbaine aux politiques de "revitalisation" des centres, Paris, Descartes & Cie, collection "Les urbanités", 205-240.

Hiernaux-Nicolas D., Imelda Gonzalez C., 2008, "¿Regulación o desregulación?: De las políticas sobre los centros históricos". Centro H, Revista de la Organización Latinoamericana y del Caribe de Centros Históricos, No.1, 40-50.

Huamán, E.A., 2010, "La regularización territorial en la zona metropolitana de la ciudad de México (1970-2002): un instrumento desvinculado de la política de ordenamiento territorial" Scripta Nova. Revista Electrónica de Geografía y Ciencias Sociales, Vol.XIV, No.331 (32), Universidad de Barcelona, (en ligne), <http://www.ub.es/geocrit/sn/sn-331/sn-331-32.htm>.

INEGI (Instituto Nacional de Estadística y Geografía), 2010, XIII Censo general y conteo de Población y Vivienda 2010.

Isunza Vizuet G., Mendez Bahena B., 2011, "Desarrollo inmobiliario y gobiernos locales en la periferia de la Ciudad de México". EURE, Vol.37, No.111, 107-129 (en ligne) : http://redalyc.uaemex.mx/redalyc/pdf/196/19618425005.pdf

Janoschka M., Sequera J., 2014. "Procesos de gentrificación y desplazamiento en América Latina, una perspectiva comparativista" in Michelini J. J. (ed.), Desafíos metropolitanos. Un diálogo entre Europa y América Latina, Catarata. Madrid, 82-104.

Jaramillo G. S., 2008, "Reflexiones sobre la "informalidad" fundiaria como peculiaridad de los mercados del suelo en las ciudades de América Latina". Territorios : revista de estudios regionales y urbanos, No.18(0), 11 55.

Kitchin R., 2013, "Big data and human geography: Opportunities, challenges and risks". Dialogues in Human Geography, No.3, 262-267.

Kunz Balaños I., González Sánchez J., Valverde C. (dir.), 2001, El Mercado inmobiliario habitacional de la Ciudad de México, UNAM, 143 p.

Larceneux F., 2014, "La disparition de l’agent immobilier : utopies et réalités de l’intermédiation" in L’état des entreprises 2014, Paris, La Découverte, 17-30.

Le Goix R., 2016, Sur le front de la métropole. Une géographie suburbaine de Los Angeles, Paris, Publications de la Sorbonne, 318 p.

Le Goix R., Boulay G., Callen D., Derambure-Dutel F., Reys A., Giraud T., Cura R., 2016, "Marchés immobiliers et zones critiques : une analyse du changement social en relation avec la dynamique des valeurs immobilières". Actes du colloque du CIST "En quête de territoires(s) ? Looking for territories ?, Cité des Territoires, Grenoble, 17-18 mars 2016, 268-276

Lewis O., 1961, Les enfants de Sanchez. Autobiographie d’une famille mexicaine. Paris, Gallimard, 644 p.

Lincoln Institute, 2002, Access to Land by the Urban Poor, 2002 Annual Rountable, Lincoln Institute of Land Policy, MA Massachusetts, 52 p.

Maya Pérez E., Cervantes Borja J. (coord.), 2005, La producción de vivienda del sector privado y su problemática en el municipio de Ixtapaluca, UNAM, PyV, 208 p.

Melé P., 1998, Patrimoine et action publique au centre des villes mexicaines [en ligne]. Paris : Éditions de l’IHEAL, 324 p. <http://books.openedition.org/iheal/2018>. ISBN : 9 782 371 540 019. DOI : 10.4000/books.iheal.2018.

Mouillart M., 1998, "L’analyse économique du bien logement" in Segaud M., Bonvalet C., Brun J. (dir.). Logement et habitat, l’état des savoirs. Paris, La Découverte, "Textes à l’appui", 167-176.

Paquette C., 2003, "Hébergé : un statut d’occupation entre contraintes et arbitrages. Les allegados de Santiago du Chili", Autrepart, No.25, 37-51

Paquette C., 2006, "Des habitants pour le centre historique ? Mexico face à l’un des défis majeurs de la réhabilitation" in Rivière D’arc H., Memoli M. (dir.), Vivre dans le centre des villes, un pari urbain en Amérique latine, Paris, Armand Colin, 107-126.

Paquette C., Yescas S. M., 2009, "Producción masiva de vivienda en Ciudad de México: dos políticas en debate". Centro H. Revista de la organización latinoamericana y del Caribe de los Centros Históricos, No.3, 15-26

Perló M., 2002, "Análisis del comportamiento del mercado inmobiliario habitacional en la zona centro de la Ciudad de México" in Sánchez Almanza A. (coord.). Financiamiento para el desarrollo urbano regional en México: necesidades y perspectiva. Programa Universitario de Estudios sobre la Ciudad, UNAM, México, support CD-Rom.

Perló M., Kunz I., 1994, Investigación del mercado de ofertas para el suelo, venta y rentas de inmuebles. Secretaría de Planeación y Evaluación del Departamento del DF, México.

Renard V., 2000, "Marchés fonciers, marchés immobiliers et production de la ville" in Pumain D., Mattei M.-F. (dir), Données urbaines, Paris, Anthropos, 9-17.

Renard V., 2003, "Les enjeux urbains des marchés fonciers et immobiliers" in Prager J.-C., Ville et économie, Paris, La documentation française, 95-108.

Ribardière A., 2017, "Du Oaxaca à la ville de Mexico : accès aux ressources urbaines". EchoGéo, No.40.

Ribardière A., Valette J-F., 2013, "Évolution de la division sociale de l’espace urbain à Mexico. Approche à partir des structures démographiques et de l’accès au diplôme (1990-2010)", Problèmes d’Amérique latine, No.90, 99-126.

Ribardière A., Valette J-F., 2014, "La pauvreté urbaine à Mexico : une approche de la diversité des colonies populaires", EchoGéo, No.30, 21 p. [En ligne : http://echogeo.revues.org/14020?lang=en].

Rivière d’Arc H., 2014, "São Paulo et Mexico, "chasse aux espaces" ou nouvelle dictature du foncier urbain" in Azaïs C., Pepin-Lehalleur M., Modes de gouvernance dans quatre métropoles latino-américaines (Buenos Aires, Caracas, Mexico, São Paulo). Entre logiques institutionnelles et acteurs, Bruxelles, PI.E. Peter Lang, 61-80.

Salazar C., 2011, "La privatisation des terres collectives agraires dans l’agglomération de Mexico. L’impact des réformes de 1992 sur l’expansion urbaine et la régularisation des lots urbains", Revue Tiers Monde, No.206, 95-114.

Salazar C., 2014, "‘El Puño invisible’ de la privatización". Territorios, No.30, 69-90.

SAT (Servicio de Administración Tributaria), 2014, Salarios mínimos 2014 [en ligne] : http://www.sat.gob.mx/sitio_internet/asistencia_contribuyente/informacion_frecuente/salarios_minimos/default.asp

Scatigna M., Szemere R., Tsatsaronis K., 2014, Statistiques des prix de l’immobilier résidentiel dans le monde. Rapport trimestriel BRI, septembre 2014, 18 p.

Schteingart M., 2001 – [1ère ed. 1989], Los productores del espacio habitable: estado, empresa y sociedad en la Ciudad de México, Colegio de México, Centro de Estudios Demográficos y de Desarrollo Urbano, 415 p.

SEDUR – Secretaria del desarrollo urbano y metropolitano, 2017. "Autorizaciones de conjuntos urbanos", Gobierno del Estado de México, [en ligne] : http://sedur.edomex.gob.mx/autorizaciones

SHF – Sociedad Hipotecaria Federal, 2014,https://www.gob.mx/shf, consulté le 5 janvier 2017

Sobrino J., 2014, "Housing Prices and Submarkets in Mexico City: A Hedonic Assessment", Estudios Económicos, Vol.29, No.1, 57-84.

Terrazas O., 1996, Las mercancías inmobiliarias. Estudios Urbanos, UMA-A., Mexico, 67 p.

Tomas F., 1995, "Mexico : tous propriétaires !". Annales de la Recherche Urbaine, Paris, No.66, 72-80.

Turner J., 1976. Housing by people, Londres, Marion Boyars Publishers Ltd, 162 p.

Valdivia R., 2014, Modelo de precios hedónicos para la vivienda nueva en la ZMVM. Estudio de caso en la Zona metropolitana del Valle de México, Publicia, 257 p.

Valette J.-F., 2014, Mobilités et ancrages dans les quartiers populaires de la périphérie de Mexico : une approche de la maturation urbaine, thèse de géographie, Paris 1, 955 p.

Ward P.M., 2008, "Hacia una segunda etapa de la regularización de los títulos de propiedad en México (o, visto de otra manera) ‘¿Ay Mama, por qué moriste sin dejar un testamento? ¡Ya hay que hacer la regularización de nuevo!’" in Iracheta C. A.X., Medina C. S., Irregularidad y suelo urbano: ¿Cómo incidir en las prácticas y hacia dirigir las políticas públicas en México para enfrentar dicho fenómeno?, El Colegio Mexiquense, 123-139.

Haut de page

Annexe

Annexe méthodologique

La caractérisation des types de peuplement à l’échelon de l’ageb en 2010 a été élaborée à partir du croisement de plusieurs sources :

  • la typologie de peuplement de l’agglomération en 2000 réalisée par l’OCIM (Connolly, 2005, p.15-19),

  • une actualisation propre pour 2010.

Pour les besoins de cette étude, nous avons tenté de conserver la lecture de l’espace urbain de l’OCIM en 2000 et de garder la finesse de la structure urbaine identifiée – à la différence de travaux précédents (Ribardière, Valette, 2013, 2014). Toutefois, afin d’assurer l’actualisation de l’information – les données censitaires n’étant pas disponibles de manière strictement identique en 2000 et en 2010 –, des réajustements ont dû être opérés.

Agrégation des types de peuplement de l’OCIM de 2000

En 2000, l’OCIM établit 12 types de peuplement différents. Pour 2010, nous avons agrégé les 3 types non résidentiels d’ageb (cf. tableau A).

Tableau A. Agrégation de la typologie de l’OCIM

Tableau A. Agrégation de la typologie de l’OCIM

Affectation du type de peuplement en 2010 et modifications ponctuelles

Les espaces urbains et le maillage de l’ageb étant différents entre 2000 et 2010, il a été nécessaire d’affecter un type de peuplement aux unités géostatistiques qui n’en possédaient pas en 2000 – les nouvelles ageb identifiées entre 2000 et 2010 étant liées, d’une part, à l’urbanisation de zones non prises en compte en 2000, d’autre part, à des modifications occasionnelles entrainant un redécoupage des mailles. En outre, une vérification systématique des zones identifiées comme "non résidentielles" en périphérie en 2000 a été effectuée, celles-ci étant les plus susceptibles d’avoir changé (en termes d’urbanisation) pendant la décennie écoulée.

L’actualisation de la typologie de l’OCIM s’est opérée sur 923 ageb, à partir d’analyses de photographies aériennes ou d’images satellitaires via Google Earth et d’enquêtes de terrain répétées entre 2009 et 2011 (Valette, 2014, 828-829) : 882 ont fait l’objet d’une affectation directe d’un type de peuplement, et 41, d’une modification par rapport au type affecté en 2000. Seules 17 nouvelles ageb identifiées comme relevant du type "résidentiel moyen-supérieur" pour 2010 ont fait l’objet d’un classement "par défaut" dans la catégorie "résidentiel moyen" – les critères de distinction entre "moyen" et "supérieur" n’étant plus disponibles dans le recensement de 2010.

Haut de page

Notes

1 Prix indiqués pour novembre 2015.

2 La zone métropolitaine de la vallée de Mexico (ZMVM) est constituée des 16 délégations de la Ciudad de México (ex-District Fédéral – DF), 59 municipes de l’État de Mexico et un de l’État d’Hidalgo. On parle de « délégations » ou « divisions administratives » au sein du DF et de « municipes » dans le reste du pays.

3 Société nationale de crédit qui s’est substituée depuis 2001 à la Banque Nationale du Mexique pour les opérations liées à la construction, à l’acquisition et à l’amélioration des logements, en particulier dans le cadre des politiques d’accession sociale à la propriété. Valeur indiquée pour le dernier trimestre 2014.

4 Exemple à Cuautitlán. Reconstitution à partir d’enquêtes réalisées entre 2009 et 2014 – cf. Valette, 2014.

5 Cette grille de lecture binaire, basée sur la reconnaissance juridique ou non de la légalité de la tenure, de la construction et de l’occupation du logement, implique bien sûr des limites, notamment sur les questions relatives à la définition de la norme foncière au Mexique et à la porosité entre les deux marchés présentés comme tels. Ainsi une lecture de cette opposition classique comme un continuum fait aujourd’hui consensus dans la littérature sur le sujet. Sur ces questions, on renvoie entre autres aux travaux d’E. Denis (2009), d’A. Durand-Lasserve (2004) et du Lincoln Institute of Land Policy (2002).

6 Par segment, on entendra une partie spécifique du marché immobilier, issue de processus de différenciation et de hiérarchisation des caractéristiques du bien (même si ces processus ne sont pas basés sur des critères formalisés a priori).

7 Traduction de colonias populares. Il s’agit d’espaces urbains nés d’une production plus large de logements au sein du secteur informel, à savoir en marge du cadre légal au moment de la fondation et/ou toujours à l’heure actuelle. La colonie est le vocable usité pour désigner un quartier.

8 Entendu comme l’ensemble des processus d’amélioration donnant un caractère durable au quartier.

9 À ce titre, un remerciement va à l’entreprise Metros Cúbicos pour son aide, et particulièrement à Simon Dalgleish.

10 On retrouve ce même annonceur dans les travaux effectués par R. Le Goix sur Los Angeles (Le Goix, 2016).

11 Premièrement, une douzaine d’entretiens exploratoires longs auprès des acteurs de la production légale (entrepreneurs, agenceurs, architectes, cadres de la fonction publique) ont été réalisés dans le cadre de ce travail afin de mieux comprendre la dynamique, les mécanismes et le cadre juridique du marché immobilier résidentiel dans la métropole. À ce titre, un remerciement particulier va notamment à Jose Luis Parra Cabrera. Deuxièmement, en parallèle, des entretiens longs et répétés ont été conduits dans des quartiers populaires en périphérie afin d’appréhender plus finement les stratégies résidentielles d’un côté, les évolutions des prix fonciers et immobiliers de l’autre. Pour ce second volet, le travail empirique a été mené lors de séjours doctoraux entre 2009 et 2011 et d’un séjour postdoctoral en 2014 : d’une part, dans quatre groupes de colonies populaires – dans les délégations de Tláhuac et Milpa Alta et dans les municipes de La Paz et Cuautitlán – ; d’autre part, dans quatre ensembles résidentiels du municipe de Cuautitlán (Santa Elena, Real San Fernando, Villas Cuautitlán et Hacienda Cuautitlán). Dans ces quartiers, une trentaine d’entretiens ont été menés avec des habitants, notamment avec des chefs d’îlots ou de quartiers, mais aussi, des fonctionnaires des services de l’urbanisme et, lorsque cela était possible, des responsables des entreprises de construction. Dans les colonies populaires, les leaders et propriétaires des parcelles connaissent les prix approximatifs appliqués par les vendeurs alentour. Dans les ensembles résidentiels, les grilles de prix de vente des maisons sont plus officielles. Par ailleurs, l’arpentage de terrain fournit pléthore d’affichages sur les façades et d’autres types d’annonces.

12 Bien que le bilan soit principalement dû au non-respect des normes antisismiques – révélant par ailleurs des scandales de corruption dans les rouages de l’État mexicain –, l’effondrement d’une grande partie des bâtiments du centre-ville construits au moment de la croissance économique du « Miracle mexicain » des années 1950-1960 – en particulier les logements sociaux des grands ensembles verticaux du quartier de Tlatelolco où plusieurs centaines de personnes avaient trouvé la mort – a fortement marqué les consciences, impacté les politiques urbanistiques du DF et participé à ralentir la construction d’édifices verticaux dans le centre et le péricentre de Mexico jusqu’à la fin des années 2000. Voir aussi Melé (1998), Rivière d’Arc (2014) et Bidou Zachariasen (2014).

13 Au Mexique, on parle de logements « d’intérêt social » pour faire référence au logement social, le plus souvent en accession à la propriété aidée.

14 Littéralement « voisinage », le terme désigne à l’origine des unités d’habitation du centre-ville de Mexico, souvent occupées par des populations pauvres. Les vecindades sont le symbole du centre historique dégradé (notamment autour de la colonie Guerrero ou dans le quartier de Tepito), décrit en 1958 par l’INV (Institut National du Logement, Instituto Nacional de Vivienda) comme le « fer à cheval de taudis » (herradura de tugurios) autour du centre. Il peut s’agir d’anciens bâtiments coloniaux, avec un patio central, divisés en appartements exigus et souvent insalubres, destinés à accueillir des locataires aux moyens limités. La division d’une maison en logements d’une pièce unique, proposés en location, se rencontre également dans les colonies populaires et renvoie aussi à l’appellation « vecindad ».

15 Mobilité mesurée par un changement de municipalité de résidence entre 2005 et 2010 (Valette, 2014, p. 414).

16 Sur ce thème, on peut renvoyer notamment aux travaux de C. Paquette sur le statut d’hébergé dans le cas des quartiers populaires de Santiago du Chili (2003) ou encore à ceux de M. Bertrand sur l’analyse des cohabitations et des compositions résidentielles complexes dans le cas d’Accra (2003).

17 Littéralement, un « fractionnement », que l’on peut traduire par lotissement. Le terme fait référence à une subdivision du foncier pour obtenir une parcelle à bâtir. Celle-ci peut être légale ou illégale. Le fractionnement renvoie à la méthode classique au Mexique de découpage des propriétés en différents lots pour la construction. Le terme est resté pour désigner aujourd’hui la façon dont sont divisées les parcelles en plusieurs lots. La légalité du fractionnement dépend de l’existence de règles autour de la transaction et de la valorisation du sol urbain.

18 Un changement majeur s’est en effet opéré en 1992 avec la réforme de l’article 27 de la Constitution mexicaine, qui établissait auparavant l’inaliénabilité des terres au régime « social », redistribuées à partir de la réforme agraire de 1917. De grands volumes de terrains jusque-là officiellement invendables ont ainsi pu être privatisés et ont alimenté le potentiel de réserve foncière urbanisable en périphérie de la ville (Salazar, 2011, 2014).

19 À Tecámac par exemple, dans le Nord de l’État de Mexico, l’entreprise Sadasi construit un immense ensemble, « Los Héroes » : le projet de 2004 comprenait 25 910 maisons pour 116 595 occupants. À Ixtapaluca, dans l’est, le lotissement de San Buenaventura, peuplé dès 1998, laisse aussi prendre la mesure de ces ensembles : en 2010, on y comptait aux alentours de 21 000 logements pour une population de plus de 48 000 habitants. Sur cet exemple en particulier, voir les travaux d’E. Duhau, A. Giglia, (2008), de C. Jacquin, G. Capron (2010), G. Capron et M. Esquivel (2016) ou encore Maya, Cervantes (2005).

20 Entretien auprès d’une cadre du groupe Tinsa, compagnie internationale d’expertise immobilière. (Mexico, novembre 2014).

21 Entretien avec le directeur d’un cabinet d’architectes du DF. (Mexico, décembre 2014).

22 Citons le Bando Dos, appliqué entre 2000 et 2006 puis annulé en 2009, qui visait à limiter les constructions des ensembles résidentiels dans les délégations périphériques du DF, tout en les autorisant dans les délégations centrales ; la Norma 26, qui donnait la possibilité de construire des logements sociaux dans le centre afin de favoriser les grandes opérations de logement social pour redensifier en donnant la priorité aux catégories populaires ; les Normas 30-31, censées corriger les biais de la Norma 26, toujours pas rentrées en vigueur cependant en 2015, du fait de tensions politiques autour de leurs implications.

23 Le terme « non-académique » fait ici sens par rapport aux bases de données produites par les organismes officiels fournisseurs de données censitaires.

24 Nous remercions ici François Lelay pour son concours et son expertise lors de la phase de collecte de l’information.

25 Seules 43 % des annonces Metros Cúbicos étaient correctement géolocalisées. Après vérifications et tests sur les données, les principaux problèmes de localisation repérés étaient liés à des incohérences i) entre noms des quartiers et noms des municipalités, ii) entre coordonnées XY et noms des municipalités, iii) entre codes géographiques et toponymes ou encore iv) dans l’orthographe des toponymes. La correction a donc consisté à localiser le bien le plus précisément possible à partir des différents noms des lieux indiqués dans l’annonce.

26 L’enquête a été menée sur deux échantillons de quartiers (comprenant entre 126 et 149 colonies, soit entre 267 et 326 ageb), à partir du dépouillement de 4 périodiques, de la consultation de deux agences (Century 21 et Lomelín) et de la collecte des annonces directement sur les immeubles.

27 Les conversions ont été faites au taux en vigueur le 30 juillet 2014, 1 euro = 17,6 pesos (ou 1 MXN = 0,06 €)

28 Notamment marquée par une opposition politique : la Ciudad de Mexico est tenue par le PRD (Partido de la Revolución Democrática, orienté à gauche) depuis 1997, tandis que l’Etat de Mexico est un fief historique du PRI (Partido Revolucionario Institucional, parti populiste né au lendemain de la Révolution).

29 Sur les questions relatives à l’intérêt, mais aussi aux limites et à l’actualisation de cette typologie, voir Ribardière, Valette (2013 ; 2014).

30 Une décomposition de la variance a été effectuée sur les valeurs des prix transformés en logarithmes : la ventilation en 11 types de peuplement rend compte de 35 % de la variance totale pour ce qui est du parc des maisons, de 32 % de la variance totale pour ce qui est du parc des appartements.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les types de logements dans la ZMVM en 2010
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/28040/img-1.png
Fichier image/png, 471k
Titre Figure 2. Le statut d’occupation des logements dans la ZMVM en 2010
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/28040/img-2.png
Fichier image/png, 484k
Titre Tableau 1. Nombre d’annonces immobilières enregistrées et couverture spatiale de la zone métropolitaine en 2014
Légende * : nombre d’unités où l’on observe au moins une annonce. Entre parenthèses, est précisé le nombre total d’unités géographiques pour l’échelon donné à l’échelle de la ZMVM et la proportion représentée par la couverture spatiale des annonces.
Crédits Sources : Metros Cúbicos, 2014 ; Realtor, 2014 ; INEGI, 2013
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/28040/img-3.png
Fichier image/png, 76k
Titre Figure 3. Paysages urbains d’espaces résidentiels bien représentés dans les bases de données
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/28040/img-4.png
Fichier image/png, 3,7M
Titre Figure 4. L’inégale répartition des annonces Metros Cúbicos en juillet 2014 – échelon municipal
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/28040/img-5.png
Fichier image/png, 598k
Titre Figure 5. Annonces immobilières dans l’espace public
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/28040/img-6.png
Fichier image/png, 3,0M
Titre Figure 6. L’inégale répartition des annonces Metros Cúbicos en juillet 2014 – échelon infra-municipal (ageb)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/28040/img-7.png
Fichier image/png, 698k
Titre Tableau 2. Prix médians selon le type de bien en vente sur Metros Cúbicos à l’échelle de la zone métropolitaine de Mexico en juillet 2014
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/28040/img-8.png
Fichier image/png, 85k
Titre Figure 7. Prix médians des maisons et appartements en vente sur Metros Cúbicos en juillet 2014 – échelon municipal
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/28040/img-9.png
Fichier image/png, 505k
Titre Figure 8. Prix médian du mètre carré des biens annoncés sur Metros Cúbicos en juillet 2014 – niveau ageb
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/28040/img-10.png
Fichier image/png, 890k
Titre Figure 9. Types de peuplement en 2010, répartition des annonces et prix des biens 2014
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/28040/img-11.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 10. Prix médians des annonces de vente par types de peuplement selon le type de bien en juillet 2014
Crédits Sources : Metros Cúbicos, 2014 ; OCIM, 2005 (ajusté).
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/28040/img-12.png
Fichier image/png, 135k
Titre Tableau 3. Hétérogénéité des prix au sein des types de peuplement
Crédits Sources : Metros Cúbicos, 2014 ; OCIM, 2005 (ajusté).
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/28040/img-13.png
Fichier image/png, 196k
Titre Tableau A. Agrégation de la typologie de l’OCIM
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/28040/img-14.png
Fichier image/png, 156k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antonine Ribardière et Jean-François Valette, « Géographie des prix immobiliers à Mexico : variabilité et hétérogénéité des valeurs enregistrées dans les annonces en ligne », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 814, mis en ligne le 02 mai 2017, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/28040 ; DOI : 10.4000/cybergeo.28040

Haut de page

Auteurs

Antonine Ribardière

Maître de Conférences en Géographie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
UMR 8586 PRODIG – 2, rue Valette, 75 005 Paris, France
antonine.ribardiere@univ-paris1.fr

Jean-François Valette

Maître de Conférences en Géographie, Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis
UMR 7533 LADYSS – 2, rue de la Liberté, 93 526 Saint-Denis, France
jean-francois.valette02@univ-paris8.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page