Navegación – Mapa del sitio
2017
816

Métabolisme urbain et quartiers péricentraux dans la métropolisation. L’exemple du quartier de Saint-Michel à Montréal

Urban metabolism and inner suburbs in metropolitan areas. The case of Saint-Michel in Montreal
Violaine Jolivet y Marie-Noëlle Carré

Resúmenes

Les débats sur la promotion territoriale à l’échelle internationale mettent toujours plus largement en avant la qualité de vie et la durabilité urbaine comme des avantages concurrentiels. Or, peu de travaux ont exploré les interactions entre l’insertion des villes dans la mondialisation et le métabolisme urbain à l’échelle locale. À partir d’une approche en études urbaines et en écologie politique, cet article s’appuie sur le cas de Montréal (Québec, Canada), et explore les mutations du quartier péricentral de Saint-Michel sur plus d’un demi-siècle. Il interroge la métropolisation dans sa dimension spatio-temporelle à la lumière des relations entre économie, politique et environnement dans un espace marqué par l’activité extractive (carrières) et accumulative (déchets).

Inicio de página

Texto completo

Introduction

1En août 2015, Radio Canada consacrait un article aux transformations du Complexe Environnemental Saint-Michel à Montréal. Cette gigantesque carrière a été ouverte à la fin du XIXe siècle dans le quartier de Saint-Michel, puis transformée en dépotoir en 1968 et fermée en 2000. Le maire de Montréal, D. Coderre, comparait la métropole québécoise à Paris, Londres et New York, déclarant qu’elle aussi méritait un « parc d’envergure ». Le titre, « Un  »central park«  pour Montréal », informe sur l’objectif poursuivi par les élus de cette agglomération qui regroupe 88 municipalités et 4,1 millions d’habitants : attirer les investissements économiques sur ce site recyclé et, plus largement, dans l’ensemble de ses territoires métropolitains, pour s’imposer dans la course des villes globales à l’attractivité. La promotion d’une infrastructure aux lourds héritages environnementaux résonne avec les efforts déployés par d’autres villes pour valoriser des sites contaminés ou obsolètes. Présenté comme un exemple de « bonne pratique » à l’Exposition Universelle de Shanghai en 2010, le Complexe Environnemental Saint-Michel est aussi une réponse à l’intérêt grandissant que manifestent les investisseurs et les cabinets d’urbanisme internationaux pour le développement durable urbain. Plus largement, il interroge la métropolisation dans sa dimension spatio-temporelle à la lumière des relations entre économie, politique et environnement.

2La métropolisation est souvent analysée au Nord comme au Sud au prisme du réétalonnage de la centralité et du rôle décisionnel des villes de premier et de second rang (Brenner, 2002, 2004 ; De Mattos, 2010). À Montréal, les premières recherches sur la métropolisation ont d’abord mis l’accent sur la longue phase de déclassement régional (Higgins, et al., 1970 ; Linteau, 1992) de l’agglomération lors de la montée en puissance économique de Toronto et de la reconfiguration des moyens de transport entre 1970 et 2000 (Polèse, Coffey, 1993 ; Tellier, 1997). La centralité de Montréal, sa capacité à offrir « des biens et des services à une population extérieure, résidant dans la région complémentaire de la ville » (Pumain, 2006, p.45) et sa position comme nœud urbain dans le réseau des villes canadiennes s’en trouvent bouleversées (Sénécal, Manzagol, 1993).

3Des travaux récents sur le processus de métropolisation ont par ailleurs souligné le rôle que jouent les territoires périurbains ou suburbains (Hamel, Keil, 2015 ; Chaléard, 2014). Dotés de moindres fonctions de commandement mais tout autant connectés à des dynamiques d’interaction entre local et global, ces territoires ont un impact profond sur les transformations des agglomérations en raison de leur surface et de leur poids démographique et politique croissant. En outre, les recherches et les pratiques urbanistiques ont souligné l’importance donnée aux assemblages locaux dans les projets d’aménagement urbain : c’est à l’échelle de portions d’espaces infra-urbaines que se joue la course interurbaine à la compétitivité économique et territoriale (Robinson, 2006).

4À Montréal, bien qu’il existe des travaux contemporains sur les mutations des banlieues, ces derniers replacent rarement les changements observés dans ce double contexte de reconversion économique et d’insertion dans la mondialisation. Ceux qui portent plus spécifiquement sur Saint-Michel, situé dans l’arrondissement de Villeray-Saint-Michel Parc-Extension, traitent essentiellement de la mobilisation citoyenne et communautaire et des enjeux socio-économiques et environnementaux. Ils portent notamment sur les questions de revitalisation urbaine et de cohésion socio-territoriale (Ndiaye, 2004, 2005 ; Trudelle et al., 2011, 2016).

5Saint-Michel est un quartier tremplin pour les migrants récemment arrivés au Québec et un ancrage métropolitain pour les communautés haïtiennes et maghrébines de Montréal. L’urbanité du quartier est locale et transnationale à la fois. Il s’agit d’un quartier multiethnique qui entretient un rapport marginal avec la centralité urbaine et ses cercles de pouvoir. Néanmoins, le quartier de Saint-Michel joue aussi un rôle stratégique dans le développement de l’agglomération depuis la fin du XIXe siècle. Pivot vulnérable sur le plan socio-économique, et stratégique sur le plan écologique, le quartier fournit les ressources extractives (calcaire) et accumulatives (déchets), les infrastructures et la main d’œuvre nécessaires au fonctionnement des territoires métropolitains mieux reliés aux dynamiques mondiales. Par ailleurs, sa transformation fonctionnelle récente au sein de zones prioritaires de la revitalisation urbaine, et leur promotion à l’échelle internationale, suppose qu’à de multiples échelles, son rôle est amené à changer.

6Ce quartier péricentral représentatif de dynamiques observées dans d’autres métropoles, permet d’actualiser les débats sur les échelles de la gouvernance métropolitaine et l’insertion des grandes villes dans l’économie globale. Le propos de cet article consiste alors à souligner l’incidence des stratégies environnementales sur les décisions qui engagent le devenir des territoires suburbains à la lumière du métabolisme urbain– soit « l’ensemble des processus par lesquels les villes mobilisent, consomment et transforment les ressources naturelles » (Barles, 2008, p. 21). Il constitue autant un apport aux travaux sur la métropolisation qu’à ceux qui portent sur l’histoire environnementale de Montréal (Castonguay, Dagenais, 2011). Pour cela, il explore le positionnement des acteurs concernant la circulation des flux de matières, de populations et de capitaux dans les territoires métropolitains. La première partie s’attachera à décrire l’évolution de la position occupée par le quartier dans l’agglomération sur le temps long. La deuxième partie relira ces dynamiques au prisme d’une approche par la métropolisation et privilégiera une lecture en termes de rapports de pouvoir.

  • 1 Une dizaine d’entretiens avec des informateurs-clés ont été menés par Marie-Noëlle Carré entre 2015 (...)

7Ce travail s’appuie sur une revue de littérature sur les dynamiques métropolitaines ainsi que sur le métabolisme urbain afin de mieux comprendre les dynamiques socio-économiques, spatiales et environnementales du quartier Saint-Michel. Il mobilise du matériel de terrain récolté par les auteures qui fera l’objet d’analyses tout au long de cet article1.

De Cité Saint-Michel au quartier de Montréal : mobilités et urbanisation

8Le métabolisme urbain est une métaphore organiciste empruntée aux visions sur la ville comme « machine dynamique » ou comme « monstre vorace » qui se développent dès le XIXe siècle. Ce processus a fait l’objet d’une actualisation récente (Kennedy, Pincetl, Bunge, 2011), avec deux approches dominantes. Il a été mobilisé par le génie environnemental et l’urbanisme pour modéliser des configurations linéaires – dans lesquelles la ville prélève, consomme et rejette sans réutiliser les ressources – et des configurations circulaires – dans lesquelles la ville réemploie les matériaux et les lieux mis au rebut (Coutard, Rutherford, 2009). Au cœur des préoccupations sur la durabilité des villes, ces représentations soulignent que l’usage des ressources a « des conséquences amont et aval en termes de prélèvements d’énergie et de matières premières et de rejets de matières de rebut (vers l’atmosphère, l’eau et les sols, sous forme liquide, solide, gazeuse), avec de multiples impacts pour les écosystèmes et plus généralement la biosphère » (Barles, 2008, p.21). D’autre part, l’écologie politique, un courant qui examine les rapports étroits entre les questions environnementales et les enjeux de pouvoir politique et économique (Heynen, Kaika, Swyngedouw, 2006), met en évidence les impacts sociaux de ces conséquences. L’intersection « des dimensions sociales et biophysiques dans l’espace urbain » (Gandy, 2004, p.364), notamment la valorisation économique du capital naturel, peut aussi engendrer des vulnérabilités spatiales, environnementales, sociales, économiques et raciales.

9Les trajectoires environnementales et socio-spatiales du quartier de Saint-Michel sur le temps long sont indissociables. Analysées ensemble, elles permettent de modéliser le métabolisme linéaire de la ville et de problématiser le fonctionnement de cet espace-ressource dans une perspective relationnelle. En adoptant une vision non dualiste de la société et de la nature (Swyngedouw, 2004), cette première partie explore les connexions entre trois grandes dynamiques du quartier dans l’agglomération : son positionnement amont puis aval dans la chaîne de consommation des ressources ; sa situation de périphérie métrique urbaine ; son fonctionnement comme marge socio-spatiale.

Amont et aval

10Les activités d’extraction des matières premières et d’accumulation des matières résiduelles dans le quartier de Saint-Michel situent cet espace en amont puis en aval de la chaîne de consommation des ressources dans l’agglomération de Montréal. D’après les premiers travaux en histoire environnementale urbaine (Cronon, 1991), cet espace permet d’analyser les relations fonctionnelles qu’entretient Montréal avec son milieu sur le temps long au prisme des processus de transformation technique des ressources nécessaires à son développement. Il permet aussi de dresser une « écobiographie » urbaine (Locher, Quenet, 2009) qui met l’accent sur l’empreinte écologique, culturelle et économique du développement de la ville (Melosi, 1993 ; Rosen, Tarr, 1994). La spécialisation dans l’exploitation du calcaire dès la fin du XIXe siècle a donné au quartier un rôle décisif dans l’édification de l’agglomération de Montréal, et tout particulièrement de son centre. L’extraction de calcaire et d’argile marque les paysages urbains contemporains, la plupart des parcs publics étant édifiés sur d’anciennes excavations. Cependant, alors que la plupart de ces sites couvrent en moyenne entre 1 et 10 hectares, les carrières Miron et Francon mesurent respectivement 192 et 94 hectares, soit 42 % de la superficie du quartier de Saint-Michel. Par ailleurs, leurs cavités respectives atteignent 70 et 81 mètres de profondeur. A titre indicatif, on estime que 4 à 5 millions de tonnes d’agrégat ont été extraits de la carrière Francon. Les deux carrières sont le résultat d’une activité extractive ancienne, comme en témoignent les descriptions du naturaliste suédois Pehr Kalm, lors de son voyage au Canada en 1749. Cependant, à l’inverse des autres sites de moindre ampleur, elles sont restées en activité jusque dans la deuxième moitié du XXe siècle, fournissant du calcaire gris puis du ciment, utilisé dans la construction de bâtiments de grande ampleur, symboles de la ville moderne. Comme en témoignent deux ouvriers : « C'est de ce trou-là que sort Montréal. La gare centrale, l'hôpital Sainte-Justine, la voie maritime du Saint-Laurent, la place Ville-Marie et le complexe Desjardins, C'est notre béton. » (La Presse, 9 juin 1984). En 1947, lorsque la compagnie des frères Miron acquiert le site auquel ils donnent leur nom, ils procèdent à la fusion de différentes parcelles d’exploitation plus anciennes. Ils font de Saint-Michel le « grand centre minier de la région montréalaise » et le lieu de « la plus grande cimenterie d’Amérique du nord » (Fontaine, Thibault, 2008, p.13), laquelle emploie plus de 200 personnes en 1950.

11A partir de 1968, la trajectoire fonctionnelle des deux carrières dans l’agglomération diverge, et avec elle le positionnement du quartier dans le métabolisme urbain de Montréal. Les activités d’extraction de calcaire dans la carrière Miron cessent peu à peu et s’arrêtent définitivement en 1984, cédant la place à l’enfouissement des déchets. Le site se situe désormais à l’aval de la consommation des ressources naturelles, en bout de chaîne du métabolisme urbain, dans une position d’accumulation des matières résiduelles. Cette nouvelle activité est prise en charge par des exploitants privés. Elle complète le dispositif des déchets de l’île de Montréal, parachevant la modernisation de ce service, entreprise tardivement par rapport aux autres aménités urbaines (Dagenais, 2011 ; Olson, 2011) et par rapport à d’autres villes nord-américaines (Tarr, Dupuy, 1988). L’incinérateur des Carrières absorbe une partie des rebuts de la ville mais il ferme ses portes en 1998. Entre 1968 et 2000, la carrière Miron reçoit environ 40 millions de tonnes de déchets domestiques (OCPM, 2010, p.6) en provenance de la ville de Montréal, des 26 municipalités de la Régie Inter-municipale de Gestion des Déchets de l’Île de Montréal (RIGDIM), de Laval et de la rive Sud (voir partie 2). Dans les dernières années de son fonctionnement, jusqu’à sa clôture finale en 2000, les quantités annuelles disposées dans ce site s’accroissent en raison de la fermeture de l’incinérateur des Carrières. Elles atteignent jusqu’à 300 000 tonnes par an. Quant à la carrière Francon, ses activités d’extraction perdurent jusqu’en 1984, date à laquelle la Ville de Montréal exproprie et rachète les deux carrières. Ce site bascule aussi à l’aval de la chaîne métabolique urbaine, devenant un dépôt à neige encore en activité. En 1991, il recevait 24,5 % des quantités de neige annuelles éliminées par la Communauté Urbaine de Montréal, soit environ 1,8 millions de mètres cube (Ville de Montréal, 1991, p.37). En 2016, 40 % de la neige collectée sur l’île y est déversée (carte 1). Celle-ci est contaminée en raison de son contact avec les hydrocarbures, les métaux lourds et les déchets solides présents dans les rues de la ville. Néanmoins, son impact environnemental est minimal, en raison du traitement des eaux de fonte à la station d’épuration Jean-René Marcotte. En outre, l’utilisation de la carrière comme dépôt est considérée comme une amélioration environnementale notoire dans la mesure où, auparavant, une bonne partie des neiges étaient déversées dans le fleuve (Office de consultation publique de Montréal, 2008, p.77). Le site engendre toutefois des nuisances et des désagréments connexes. La sécurité et la qualité de l’air sont compromises lorsque, après les jours de tempête, près de 150 véhicules/heure circulent pour déverser leur chargement. Et surtout, la carrière contribue au fort enclavement du quartier, contraignant l’organisation des transports (Vivre Saint-Michel en santé, 2007).

Carte 1 : Le quartier Saint-Michel dans l’île de Montréal

Carte 1 : Le quartier Saint-Michel dans l’île de Montréal

Sur la frange urbaine

12Le rôle d’amont puis d’aval que joue le quartier de Saint-Michel dans le métabolisme urbain de Montréal est en partie lié à l’intégration tardive du quartier au tissu urbain et aux structures politico-administratives de l’agglomération. En 1915, le village de Saint-Michel est constitué en ville autonome. Cette fondation, tardive par rapport aux autres municipalités de l’île, semble paradoxale. Elle « survient à l’époque où plusieurs petites villes issues elles aussi d’anciens villages sont annexées à Montréal, incapables qu’elles sont d’assumer les coûts trop importants générés par l’implantation et par l’entretien des infrastructures citadines tels l’aqueduc et la voirie » (Fontaine, Thibault, 2008, p.19). De fait, entre 1883 et 1910, la Ville de Montréal mène une politique dynamique d’absorption des banlieues qui la conduit à intégrer dans son périmètre et à équiper pas moins de vingt municipalités limitrophes (Collin, 1994, p.21).

13La connexion de la ville autonome de Saint-Michel au tramway en 1925 accroît l’intérêt des spéculateurs fonciers qui achètent de grandes parcelles de terrain en vue de les transformer en lotissements. Le vrai boom de la construction se produit à l’issue de la Deuxième Guerre Mondiale. La population se multiplie par plus de dix, passant « d’environ 6 000 habitants en 1946 à un peu plus de 68 000, 20 ans plus tard » (Fontaine, Thibault, 2009, p.24). La ville de Saint-Michel est alors décrite comme une nouvelle banlieue à l’urbanisation très rapide, accueillant des populations venant du centre de Montréal ainsi que de l’extérieur de la ville et du Québec. L’activité des carrières attire les travailleurs à proximité des emplois, donnant un premier essor démographique au quartier. Puis les premières vagues d’immigration gagnent Saint-Michel. Une importante communauté italienne et, dans une moindre mesure, une communauté portugaise viennent s’installer dans le quartier dans les années 1960. En raison de cette augmentation rapide de la population, 75 % du bâti actuel est construit entre 1945 et la fin des années 1960 pour répondre à la demande de logements (figure 1). Il en résulte « une urbanisation mal planifiée, où les habitations côtoient trop souvent les zones industrielles. Ce problème est accentué durant les années 1960 par l’ouverture du boulevard Métropolitain » qui scinde littéralement Saint-Michel en deux, par ses voies rapides et suspendues (ibid, p.24). Ce bouleversement fait écho aux perturbations décrites par Claire Poitras dans ses travaux sur l’aménagement des axes autoroutiers sud-nord et est-ouest dans les années 1940 à 1960. Pour les aménageurs de Montréal, cette infrastructure parachève un vaste réseau autoroutier destiné à faire converger accessibilité, vitesse et sécurité du réseau intra et interurbain. Pour les habitants qui expérimentent ces transformations, la construction des autoroutes équivaut à un bouleversement profond du cadre de vie et de l’environnement vécu (Poitras, 2011, p.178). La progression continue de la tache urbaine participe de la constitution d’une vaste agglomération. Fusionné avec la ville de Montréal en 1968, Saint-Michel devient alors un quartier péricentral densément peuplé.

14Les dynamiques de ce quartier s’apparentent à celles décrites par A. Fleury et P. Donadieu (2003) dans leur analyse des espaces périurbains européens. Les auteurs soulignent qu’il est important de tenir compte de l’évolution du front d’urbanisation et de la succession d’anneaux périphériques « autour de la ville dense, par nature mobiles et recyclés en permanence pour répondre à l’expansion urbaine » (2003, p.19-20). Ces derniers sont « paradoxalement nécessaires et maintenus à l’écart. Nécessaires, car [ils sont] le siège d’équipements urbains utiles (zones industrielles, aéroports, stades, dépôts de transports, installations de traitement des déchets, rocades, etc). Mais on éloigne ces équipements parce qu’ils sont encombrants et de voisinage désagréable, tout au plus, cet espace à la médiocre habitabilité sera dédié au logement des classes sociales pauvres ou mal insérées (immigrants, gens du voyage, etc.) du fait du modeste coût d’accès au foncier » (ibid.).

Figure 1 : Photo aérienne des carrières de Saint-Michel, entourées de champs et de lotissements résidentiels récents (1958)

Figure 1 : Photo aérienne des carrières de Saint-Michel, entourées de champs et de lotissements résidentiels récents (1958)

Source : Archives Ville de Montréal.

Une marge socio-économique active

  • 2 L’île de Montréal est composée de 19 arrondissements et de 12 municipalités. L’arrondissement de Vi (...)
  • 3 Cette proportion peut atteindre plus de 14 000 habitants par km2 à l’est du Boulevard Pie IX, ce qu (...)

15Les flux de ressources et de populations qui traversent le quartier ainsi que la position périphérique qu’occupe Saint-Michel dans l’agglomération permettent de définir le quartier comme une marge « active » dans le métabolisme urbain de Montréal. Situé à l’est de l’arrondissement Villeray/Saint-Michel/Parc-Extension, au centre-nord-est de l’île de Montréal (carte 1), Saint-Michel est, en termes de superficie et de population, le plus important quartier de l’arrondissement, totalisant 10,31 km2 et 68 750 habitants2. Dans les années 2000, Saint-Michel figure parmi les quartiers les plus densément peuplés de Montréal avec environ 8 000 habitants au kilomètre carré sur l’ensemble du quartier3. Cette densité est d’autant plus ressentie que le quartier est enclavé et cumule les nuisances induites par les héritages industriels et la dévalorisation sociale. Avec l’autoroute métropolitaine, construite dans les années 1960, les deux sites extractifs accroissent l’enclavement local (Fontaine, Thibault, 2008). Ils constituent des accidents topographiques et des enceintes privées non franchissables (carte 1). Ils entravent la circulation quotidienne et conduisent les habitants à effectuer des détours importants pour accéder aux services (éducation, santé, alimentation).

Carte 2 : Revenus moyens à St Michel selon le recensement 2011

Carte 2 : Revenus moyens à St Michel selon le recensement 2011
  • 4 Les tables de concertation sont des organismes spécifiques au Québec. Ces instances regroupent des (...)

16A ces frictions entre usages résidentiel et industriel, s’ajoutent des vulnérabilités sociales et économiques fortes. Depuis les années 1970-1980 et la transition consommée vers une agglomération post-industrielle, le quartier affiche les indicateurs socio-économiques et environnementaux d’un espace urbain en crise. Comme le précisait l’équipe de direction de la Maison d’Haïti, relocalisée en 1983 sur le Boulevard Saint-Michel : « on est arrivé dans un quartier complètement abandonné, on avait l’impression que la Ville de Montréal avait oublié qu’il existait » (entretien du 16 mai 2016). Saint-Michel connaît un accroissement important de son taux de chômage et une paupérisation de sa population (Trudelle et al., 2016). La fermeture des activités industrielles et extractives et l’arrivée, à partir des années 1970-1980, de migrants internationaux venus d’Haïti et du Maghreb (Algérie et Maroc principalement) ont transformé le profil sociodémographique du quartier. Celui-ci passe du statut de banlieue ouvrière à celui de quartier défavorisé au cours des années 1980. Le revenu moyen par ménage est de 42 990$ dans le quartier contre 63 891$ sur l’île de Montréal (carte 2). La qualité du bâti est fortement dégradée. Ainsi, dans le rapport publié en 2016 par la table de concertation du quartier4, Vivre Saint-Michel en santé (VSMS), il est spécifié que près de 10 % des logements nécessitent des réparations majeures et que la question du logement est une priorité pour le bien être des Michelois (Vivre Saint-Michel en santé, 2016).

17Néanmoins, se limiter à cette appréciation conduit à un constat incomplet et partiellement erroné. Comme l’indiquent F. Giraut et M. Rochefort, « la notion de marge implique une focalisation sur le rapport au centre, mais elle ne renseigne pas sur la nature de ces rapports. La marginalité socio-spatiale qui renvoie à la notion de marge met donc également l’accent sur la dimension périphérique de certaines situations » (Giraut, Rochefort, 2006, p.14). Or ces situations de mise à l’écart ou de marginalité, vues de l’intérieur, peuvent aussi être appréhendées sous l’angle de ressources sociales, politiques et culturelles fortes. Aujourd’hui près de 50 % des Michelois sont nés à l’étranger (Vivre Saint-Michel en santé, 2016) et le quartier continue de jouer un rôle décisif d’espace d’accueil pour les nouveaux arrivants qui souhaitent s’insérer dans le tissu métropolitain (carte 3).

Carte 3 : Proportion d’immigrants à Saint-Michel selon le recensement de la Ville de Montréal de 2011

Carte 3 : Proportion d’immigrants à Saint-Michel selon le recensement de la Ville de Montréal de 2011

18Les migrants internationaux recherchent dans ce quartier des structures d’accueil communautaires, des réseaux d’entraide et des loyers abordables. En outre, c’est autour de la concentration des externalités négatives à Saint-Michel que se construit l’identité culturelle (Ndiaye, 2004) et politique (Martin, 2002) du quartier.

19La carrière Miron, en raison de la combinaison de l’extraction et de l’enfouissement des déchets, cristallise la construction de mouvements citoyens qui revendiquent l’interruption de ces activités. Les travaux sur les conflits urbains et sur la formation de l’identité politique relatent les fortes tensions qui traversent le quartier entre 1960 et 2000, date à laquelle le dépotoir est finalement clôturé. Ainsi, « la colère des citoyens face aux désagréments provoqués par les carrières remonte au début des années 1960, décennie durant laquelle ils dénoncent, à l’aide de plaintes et de pétitions : le bruit, les secousses provoquées par les explosions, l’extraction de nuit, la poussière, la pollution de l’air, les jets de pierre dus au dynamitage » (Trudelle et al., 2011, p. 20).

20Cette partie a permis de relever le rôle crucial que joue le quartier de Saint-Michel dans le métabolisme urbain de Montréal. Elle a mis l’accent sur la dimension linéaire de ce dernier en construisant le fonctionnement du quartier à partir des notions d’amont et d’aval de la consommation des ressources, de périphérie métrique urbaine et de cumul des vulnérabilités sociales et économiques. À la suite des travaux en écologie politique et en histoire environnementale, elle a montré que la combinaison de ces dimensions permettait d’émettre le constat problématique de la concentration et du renforcement mutuel des vulnérabilités sociales, économiques et environnementales. Elle a aussi permis de souligner que le rôle de pivot stratégique et vulnérable que joue le quartier de Saint-Michel, en gérant une partie des externalités environnementales négatives urbaines et en composant avec des situations sociales fragiles ainsi qu’un éclatement spatial fort, en fait aussi un lieu de résistance citoyenne important.

Penser le métabolisme urbain des territoires métropolitains

21L’interruption des activités d’enfouissement des déchets et le projet de re-fonctionnalisation de la carrière Miron sous forme d’un parc métropolitain, le Complexe Environnemental Saint-Michel (CESM), invite à examiner les dynamiques présentées précédemment sous un angle différent. La métropolisation est décrite comme le corollaire du processus de mondialisation néolibérale qui redéfinit les territoires dans un rapport à l’échelle planétaire. Cette redéfinition passe par des transformations morphologiques et qualitatives des agglomérations, comme la concentration des fonctions supérieures, la fragmentation sociale, politique, économique et la poly-nucléarisation (Dear, Flusty, 1997 ; Leroy, 2000 ; Cary, Fol, 2012). On observe de profonds contrastes entre les territoires métropolitains les mieux reliés aux dynamiques économiques globales et ceux qui le sont moins (Ghorra-Gobin, 2015). Mais leurs recompositions socio-économiques et spatiales rapides redéfinissent constamment leurs interdépendances. Ces processus sont indissociables des aspects décisionnels et fonctionnels qui sous-tendent l’aménagement des territoires et ses conséquences. De nombreux débats gestionnaires et académiques s’interrogent sur la meilleure organisation des services, la planification à long terme, et la distribution des spécialisations économiques territoriales (Klein, Tremblay, Fontan, 2003 ; Sénécal, 2016 ; Taylor et al., 2006). Dans ces discussions, les références internationales occupent une part importante, conduisant à une circulation des « modèles urbains » au sein des grandes métropoles et à un décalage des exigences énoncées au niveau supra-national avec les réalités et les intérêts locaux (Söderström, 2012 ; Fontan et al., 2006). Par ailleurs, la dématérialisation des échanges, la connectivité et la consolidation de nouveaux secteurs comme l’économie de la connaissance et de la créativité invitent à reformuler les modèles par lesquels appréhender les flux de personnes, de matières et de capitaux dans les territoires métropolitains. Enfin, la validité même des découpages et des identités au niveau local pourrait être bouleversée par les recompositions rapides des territoires et l’émergence de formes de circulation entre local et global.

22Cette deuxième partie explore donc les conséquences des stratégies de gouvernance et de promotion territoriale de Montréal sur la place de Saint-Michel dans la métropolisation. Elle abordera trois questions transversales : la mise en question des diagnostics de centralité et de marginalité ; l’émergence d’un métabolisme métropolitain à Montréal ; le redécoupage fonctionnel du quartier de Saint-Michel et sa métamorphose comme « fiction métropolitaine » (Sénécal, Bhérer, 2009).

De nouvelles « solidarités » territoriales

23Dans les débats sur la compétitivité des grandes agglomérations à l’échelle mondiale, la trajectoire institutionnelle du quartier de Saint-Michel permet de nuancer le diagnostic de marginalité sur le plan social, économique et environnemental.

24Dans les années 1960-1970, les arguments politiques favorables à la création de communautés métropolitaines soulignent que le gouvernement unitaire des régions métropolitaines permettrait d’accroître les performances des villes dans un contexte de compétition économique (Le Galès, 1995 ; Lefebvre, Jouve, 1999). En effet, à l’échelle régionale, la métropole est alors présentée comme un espace unifié qui fonctionne sur l’interdépendance des banlieues avec le centre et qui rentre en concurrence avec d’autres villes-régions du monde (Brenner, 2002 ; Boudreau, Collin, 2009). Aussi, les tenants de l’unification « insistent sur les problèmes que la fragmentation accentue en matière de fourniture de services urbains. [...] Face à ces externalités négatives les réformateurs proposent la création d’un gouvernement métropolitain qui réunirait la ville-centre et la banlieue sur une base de solidarité et de partage des coûts, pour offrir différents services et élaborer une planification commune. » (Douay, 2010, p.48). La région métropolitaine apparaît pour les partisans des fusions municipales et les réformateurs comme un outil de gouvernance pertinent, permettant l’avènement d’un nouveau maillage (rescaling) et favorisant un développement plus homogène et égalitaire des régions urbaines.

25C’est dans cet esprit que la petite cité de banlieue de Saint Michel est annexée à la Ville de Montréal, après plusieurs tentatives, et à la suite du référendum du 20 octobre 1968. Au niveau québécois, cette décision prend place dans le cadre du mouvement politique de l’annexionnisme, dont l’un des plus fervents porte-parole est alors le maire de Montréal, Jean Drapeau (1954-1957 et 1960-1986). Ce mouvement propose de fusionner les outils de gestion de la fiscalité et des services urbains au sein d’une entité, la Commission Métropolitaine de Montréal, qui devient La Communauté Urbaine de Montréal en 1970 (CUM). Cette nouvelle entité administrative regroupe l’ensemble des villes de l’île de Montréal. Suite au constat de la portée métropolitaine de plusieurs services et de nombreux équipements restant à la charge des seuls Montréalais (Collin, 1994, p.28), elle cherche à redistribuer plus équitablement « les coûts des services municipaux qui ont une incidence métropolitaine ». Sont notamment pris en compte : les services de police, la planification et la gestion des services de transport en commun, l’environnement, l’aménagement du territoire, avec notamment l’élaboration d’un schéma directeur, l’évaluation foncière, le développement économique et la promotion internationale de Montréal (Douay, 2010, p.53).

26À Montréal, ces changements coïncident avec la réorganisation des équipements de gestion des déchets. En 1968, la Ville de Montréal décide de construire le nouvel incinérateur des Carrières pour disposer d’un équipement plus moderne, d’une capacité plus importante. Cet établissement, construit sur le même site que l’ancien, absorbe 1 100 tonnes par jour jusqu’à 1992 (Ville de Montréal, 1991, p.136). Cependant, l’annexion de villes autonomes par la Ville de Montréal modifie aussi considérablement le nombre d’habitants à desservir. Celle de Saint-Michel, à elle seule, induit la prise en charge de près de 70 000 habitants. C’est en 1968 également, quelques mois avant la proclamation officielle de l’annexion, que les frères Miron obtiennent l’autorisation du gouvernement du Québec de transformer leur carrière en dépôt de déchets (Martin, 2002, p.10). Bien qu’aucun des documents consultés ne le mentionne explicitement, on peut émettre l’hypothèse que cette décision a convergé avec la stratégie politique de la Ville de Montréal de relocaliser – au moins temporairement – les déchets loin du centre. Au cours des années 1970 et 1980, la carrière Miron reçoit, avec la carrière Meloche de Kirkland, les déchets en provenance des 27 municipalités de banlieue de Montréal (Bureau des Audiences Publiques de l’Environnement, 1994, p.12). L’autoroute métropolitaine rend cet espace plus accessible que l’incinérateur, qui continue de traiter les déchets du centre de la ville, et permet de tenir à distance un équipement considéré comme l’un des plus polluants par une commission d’enquête environnementale tenue en 1974 (Bocquin, 2013, p.53). De plus, jusqu’à la fermeture du site, et dans cette logique unificatrice, la ville maintient des tarifs d’enfouissement très faibles par rapport à ceux appliqués dans les autres villes d’Amérique du nord afin d’inciter les municipalités de la rive Sud à déposer leurs déchets à la carrière Miron (12,5 $ en 1969 ; 12,44 $ en 1989) (Ville de Montréal, 1989), contre entre 30 et 100 dollars dans les villes ontariennes et étatsuniennes.

27Saint-Michel joue donc un rôle fonctionnel dans le développement de la métropole montréalaise. À partir de son annexion, le quartier est intégré dans le projet régional d’assainissement urbain.

Le métabolisme métropolitain de Montréal

28Cette organisation régionale n’en supprime pas pour autant les différences entre les territoires. Elle invite à prendre en considération l’impact de la dimension métropolitaine sur les choix guidant l’organisation territoriale du métabolisme urbain de Montréal. Ceux-ci peuvent tout d’abord être exprimés en termes de promotion territoriale.

29L’excentrement des infrastructures de gestion des déchets à la fin des années 1960 coïncide aussi avec les préparatifs de la ville pour l’exposition universelle de 1967 et les Jeux Olympiques de 1974. La Ville de Montréal adopte le règlement sur la pollution de l’atmosphère (Hétu, Duplessis, 1975, p.324), après de nombreux débats recensés dans le Rapport sur l’assainissement de l’air dans l’île de Montréal 1872-1980. Cette décision conduit à la fermeture de 1 800 incinérateurs privés de déchets, équipements auparavant utilisés en complément à l’incinérateur des Carrières (Vaillancourt, 1981).

30Au cours des années 1980-1990, la préoccupation pour la qualité de l’air s’étend aux questions environnementales en général. Elle coïncide aussi avec l’attention plus grande portée par les investisseurs aux territoires locaux. En effet, l’avènement de régions métropolitaines n’a pas fait disparaître les inégalités et les conflits d’intérêts au sein des agglomérations. Bien au contraire, la connexion différenciée des territoires métropolitains avec les dynamiques économiques globales aurait accéléré les processus de fragmentation urbaine par les infrastructures et les services (Graham, Marvin, 2001) et favorisé l’émergence de centralités multiples. À ces dernières seraient juxtaposées des zones subalternes, en position de marginalité fonctionnelle dans le tissu urbain.

31Dans le quartier de Saint-Michel, les groupes citoyens observent une disjonction croissante entre les préoccupations pour l’environnement et celles relatives à l’attractivité des territoires infra-urbains. L’activité d’enfouissement dans la carrière Miron est exposée au contrôle croissant qu’exercent les citoyens et les représentants politiques sur l’impact environnemental du site. Ils demandent des comptes au Ministre de l’Environnement pour les autorisations d‘exploitation délivrées à la compagnie Miron sans vérification de la conformité de ses activités. Comme le note une représentante de la commission permanente de l’environnement en 1984, des jeux d’articulation de niveaux administratifs sont menés au détriment des riverains, la Ville et le gouvernement se renvoyant la responsabilité du contrôle sur la compagnie (Assemblée nationale (Québec), 1968). Cette opposition est liée au changement progressif de la représentation du quartier et des intérêts locaux au sein de l’administration municipale et de la Communauté Urbaine de Montréal (Fontan et al., 2006). À partir de 1989, une consultation publique est préparée et organisée par le bureau de consultation de Montréal (Bureau de consultation de Montréal, 1992 ; Ville de Montréal, 1989 ; Sénécal, Saint-Laurent, 2000) et la Ville de Montréal décide d’exproprier la carrière, la rachetant donc à l’entreprise Miron. L’administration du maire Pierre Bourque (1994-2001) prend la décision publique de transformer le dépotoir en un parc métropolitain.

Carte 4 : Les lieux de traitement passés et actuels dans la Communauté Métropolitaine de Montréal

Carte 4 : Les lieux de traitement passés et actuels dans la Communauté Métropolitaine de Montréal

Cette carte des lieux de traitement passés et actuels dans la communauté métropolitaine de Montréal signale le glissement des sites d’enfouissement vers l’est et la périphérie de l’agglomération. Sans permettre de conclure à une corrélation systématique entre les deux activités, les données d’archives disponibles sur le site de la Ville de Montréal montrent toutefois que, dans de très nombreux cas, les carrières de calcaire de l’île ont été valorisées comme dépôts de déchets après leur épuisement.

32À partir des années 2000, la Ville de Montréal finance les opérations d’arrêt des activités accumulatives puis de transformation en site récréatif, et ce à hauteur de 180 millions de dollars. Cette impulsion montre une transition vers une économie post-industrielle et redéfinit le fonctionnement du métabolisme dans la métropole. Sous l’effet de la circulation des modèles urbains internationaux, les élites politiques tentent d’améliorer leur position dans les classements internationaux à travers des nouvelles orientations stratégiques. Celles-ci portent principalement sur le développement durable urbain et l’économie de la connaissance et de la créativité (Alvergne, Latouche, 2009). Le complexe environnemental Saint-Michel devient alors le lieu d’expérimentation de ces nouvelles dynamiques et un pôle d’innovation environnementale. Le site a désormais des fonctions plurielles dans le métabolisme métropolitain et celles-ci se déclinent à plusieurs échelles. Tout d’abord, l’ouverture d’un centre de tri des déchets recyclables coïncide avec l’émergence d’une économie du recyclage à Montréal et de nouveaux besoins en matière d’infrastructure. Il en va de même pour la création d’un écocentre où les citoyens déposent leurs déchets volumineux recyclables et d’une station de compostage des feuilles d’arbres collectées dans les rues de la ville à l’automne. La construction de la centrale Gazmont en 1996 permet la valorisation du méthane capté dans le site d’enfouissement. D’espace déchet, le site devient un espace ressource. En d’autres termes les mutations du métabolisme génèrent le passage d’activités d’accumulation vers des activités d’extraction, cette fois-ci dirigées vers un usage de proximité à l’échelle du quartier. Le CESM devient l’une des vitrines de la gestion environnementale des déchets pour la métropole montréalaise.

33Ce projet combine la volonté d’attirer, selon les préceptes de R. Florida (2002), de nouveaux savoirs et de nouvelles populations liées aux domaines de la créativité et de l’innovation, dans la perspective de transformer les caractéristiques socio-économiques du quartier. Montréal voit ainsi dans la requalification du site une opportunité de développer un pôle créatif sur ce foncier attractif, avec l’installation de la compagnie du Cirque du Soleil et de son école de cirque, lesquelles attirent des artistes du monde entier. La construction de la salle de spectacles et des arts du cirque, appelée la TOHU, complète ce cluster et soulève des défis stimulants pour l’innovation technique. Entre 1999 et 2004, un projet d’envergure voit le jour aux abords du CESM : « concentrer en un même lieu une masse critique d’infrastructures de création, de formation, de production et de diffusion en arts du cirque, posant ainsi les conditions pour faire de la métropole québécoise une capitale internationale des arts du cirque » (Trudelle et al., 2016, p.428). Le bâtiment de la TOHU, chauffé entre autres à l’aide de l’électricité produite à partir du biogaz extrait du dépôt de déchets (TOHU, 2016), combine les innovations environnementales et créatives, ce qui lui vaut d’être certifié LEED Or (Leadership in Energy and Environmental Design).

34L’ensemble de ce dispositif attire de nouveaux flux de personnes et de capitaux. Les spectateurs de la TOHU, les élèves et les employés du Cirque du Soleil, les citoyens remplacent les camions emplis de déchets destinés à l’enfouissement. Depuis l’ouverture d’une piste pour piétons, cyclistes et skieurs en hiver, les promeneurs peuvent circuler autour du Complexe Environnemental. Enfin, la fonction de corridor aérien d’atterrissage à l’aéroport international Pierre-Eliott Trudeau, perçue localement comme une externalité négative et une source de nuisance sonore pour les riverains, est exploitée par le gouvernement urbain comme une ressource territoriale. Ainsi, le CESM devient aussi un espace publicitaire des bonnes pratiques de la gouvernance urbaine qui permet de promouvoir la métropole de Montréal auprès de ceux qui la survolent, accueillant des œuvres de land art qui transfigurent les paysages. En 2000, le Jardin des Capteurs, œuvre éphémère de Jean-Paul Ganem, représentait de gigantesques fleurs visibles du ciel et composées de plantations aux couleurs diversifiées organisées autour des puits de captation du méthane.

Le local, un mythe métropolitain ?

35Ces mutations modifient les circulations sur et autour du CESM. Néanmoins, elles ne portent que sur une portion réduite du quartier de Saint-Michel. Cela invite à s’interroger sur leur impact dans un quartier où les dynamiques territoriales sont déjà fortement éclatées. A partir des années 1990, la vision surplombante de l’aménagement urbain est progressivement abandonnée au profit de nouvelles stratégies, tournées vers la réalisation de grands projets urbains (Pinson, 2009). Il s’agit de concentrer les efforts de financement et de transformation des territoires sur des portions réduites de l’espace urbain, choisies pour leur potentiel économique et social et leur capacité de rayonnement à l’échelle internationale. La faiblesse des connexions entre le quartier vécu et le quartier planifié, ainsi que les décalages entre les priorités des milieux communautaires investis au niveau local et le gouvernement urbain, permettent de s’interroger sur les retombées positives d’un tel projet et leurs bénéficiaires. Des enquêtes menées dans le quartier entre octobre et décembre 2016 montrent qu’une très faible part des habitants du quartier de Saint-Michel pratique l’espace. Certains ignorent même l’existence du projet du Complexe Environnemental Saint-Michel. La métropolisation en cours vient donc renforcer un éclatement de l’espace local et interroger l’identité du quartier. Cette identité s’est construite contre les deux carrières mais elle s’est disloquée avec la fin de l’activité d’enfouissement.. Les groupes citoyens et les organismes communautaires qui ont attiré l’attention des médias et mis en place des réseaux militants forts pour faire fermer le site Miron se sentent exclus des décisions qui concernent pourtant clairement le devenir du quartier (Trudelle et al., 2011).

36Du point de vue de l’organisation territoriale, la transformation de la carrière Miron en Complexe Environnemental appelle plusieurs remarques. Tout d’abord, la distribution des activités sur le pourtour du site est inégale. La plupart des investissements commerciaux, éducatifs et récréatifs se concentre à l’ouest, le long de l’avenue Papineau, au sud, sur la rue Jarry, à proximité de la bretelle d’accès à l’autoroute métropolitaine. D’autre part, si la fermeture du dépôt de déchets répond aux revendications des groupes citoyens locaux, les modalités de son aménagement sont décidées principalement par la Ville de Montréal, sans mécanisme de concertation avec les habitants. Les associations de quartier, et tout particulièrement la table de concertation de Vivre Saint-Michel en santé se font le relais d’inquiétudes émises sur l’impact des choix effectués, et notamment au sujet de la gentrification du quartier et de la concentration des aménités urbaines dans les secteurs Papineau et Jarry du CESM qui sont les plus éloignés de la majorité des habitants de Saint-Michel (Figure 2). Comme l’indique la mairesse de l’arrondissement, le Complexe Environnemental Saint-Michel est d’abord destiné à être un parc métropolitain, ouvert aux visiteurs de Montréal (entretien du 04 septembre 2015). La promotion du parc à l’exposition universelle de Shanghai en 2010 (OCPM, 2010) comme « bonne pratique » de recyclage urbain confirme cette ouverture internationale au détriment de la valorisation d’un aménagement pour les usagers locaux.

Figure 2 : Photos de presse, présentation du secteur Papineau sud - place de la rencontre

Figure 2 : Photos de presse, présentation du secteur Papineau sud - place de la rencontre

Source : Ville de Montréal (www.montreal2.qc.ca/photosdepresse/Parc-du-CESM/)

37En 2016, le parc métropolitain a reçu le nom de l’artiste et cinéaste Frédéric Back (1924-2013), un personnage important de la scène artistique montréalaise et mondiale. Il réalisa notamment une grande œuvre d’art dans le métro montréalais (la verrière Back, réalisée à la station de métro Place-des-Arts en 1967) et des films dont le plus célèbre est un film d’animation primé aux Oscars en 1987 : L’Homme qui plantait des arbres. Aussi, la nouvelle toponymie est exogène au contexte du quartier et des habitants de Saint-Michel. Ce choix coïncide avec les stratégies de promotion territoriale métropolitaine. Ces dernières visent à créer des hauts-lieux, aux référents lisibles pour un large éventail d’acteurs et de visiteurs métropolitains et internationaux. Elle « gomme » aussi le passé extractif et accumulatif du site, plaçant ce dernier sous le signe de l’engagement pour l’environnement dont a fait preuve Frédéric Back. L’ancienne carrière Miron bascule du statut d’espace fonctionnel localisé dans un quartier marginal, où s’accumulent les externalités négatives, à celui de haut-lieu de la métropole créative et durable, où sont appelés à se concentrer les investissements et la connaissance. Comme le soulignent F. Giraut, M. Houssay-Holzschuch et S. Guyot, « nommer un territoire est un acte politique, le renommer est tout aussi politiquement signifiant » (2008, p.97).

Conclusion

38La question des connexions entre processus de métropolisation et circulation des flux de personnes, de matières et de capitaux a apporté deux éclairages principaux. D’une part, cet article a montré que les questions environnementales et les mutations des agglomérations liées à la métropolisation devaient être lues ensemble pour comprendre l’évolution des espaces fonctionnels dans leur relation aux centres économiques des villes. D’autre part, il a suggéré que la notion de métabolisme pouvait désormais faire l’objet d’un approfondissement sous l’angle métropolitain. Les circulations de personnes, de matières et de capitaux dans les agglomérations sont étroitement imbriquées avec les pratiques d’urbanisme, la dimension performative des discours sur les territoires et les conséquences de leur promotion. L’exploration des transformations du Complexe Environnemental Saint-Michel a montré que ces circulations doivent aussi faire l’objet d’une approche élargie. Il est nécessaire d’y intégrer les flux de l’économie de la connaissance et de la créativité, les déplacements des élites cosmopolites et des visiteurs internationaux, ainsi que les services environnementaux rendus par les espaces verts aux milieux urbanisés.

39En nous interrogeant sur les conséquences de ces transformations sur le quartier, nous avons mis en évidence que les activités extractives et accumulatives avaient fédéré le quartier autour de revendications militantes et de références identitaires communes. Ces dernières sont autant composées de protestations contre la dégradation de l’environnement que des liens étroits entretenus avec les carrières et le dépôt de déchets par le biais des activités économiques que ces sites ont engendrées. D’un autre côté, la réponse à ces revendications s’est inscrite dans un cadre plus large que celui du quartier, ouvrant des attentes et des incertitudes en relation avec les dynamiques de la métropolisation et non avec celles propres au quartier de Saint-Michel.

40De fait, l’action publique territoriale et la gouvernance urbaine par projet (Pinson, 2009) sont confrontées à la gestion des conséquences de nouveaux découpages territoriaux, de stratégies de développement et de mise en application de modèles urbains génériques proposés au niveau supranational. Or les acteurs publics ne disposent pas toujours pour autant des outils pratiques leur permettant d’activer les principes de solidarité et de justice territoriale et d’adapter ces modèles aux réalités locales qu’ils connaissent. Cette question a été abordée par les philosophes politiques (Young, 1990 ; Fraser, 2008 ; Rawls, 1974) et elle recoupe les débats sur la « bonne échelle » de gestion métropolitaine présentés dans ce travail. Néanmoins, cette réflexion ouvre des problématiques plus spécifiques, qui engagent fortement à tenir compte des aspects environnementaux dans la formulation d’une éthique politique métropolitaine. Les contraintes liées au réaménagement du site – économiques, aménagistes, techniques, paysagères – contrastent avec les efforts déployés pour les contourner et réinventer cet espace comme territoire métropolitain. Le devenir des territoires non-métropolitains pose la question du « clash » avec les territoires mieux intégrés dans les dynamiques de la mondialisation et les personnes qui y circulent (Ghorra-Gobin, 2015, p. 105).

41La carrière Miron avait fédéré une identité locale et citoyenne forte, qu’elle soit dans l’adhésion ou la confrontation. La requalification du site et les transformations métropolitaines impactant le métabolisme urbain sont vécus par les habitants et les organismes communautaires comme une forme de dépossession. Ce sentiment provient d’une perte d’agentivité dans la procédure de transformation du site et de sa vocation. Les projets de revitalisation dans le quartier privilégient en effet une approche segmentée, par secteur ou corridor, qui ne donne pas à voir une intégration réelle du CESM à l’ensemble du quartier Saint-Michel. Les plans d’aménagement actuels autour de cette nouvelle infrastructure ne prévoient pas de moyens de transports ou une réorganisation des circulations citadines permettant une meilleure desserte de cette aménité récréative pour les habitants du quartier. Enfin, il n’est pas anodin de constater que la majorité des installations récréatives et sportives (skatepark, stade de soccer) et la porte d’entrée principale du CESM, avec sa place de la rencontre (figure 2), sont orientées du côté d’Ahuntsic, qui est un quartier pavillonnaire plus aisé5, situé de l’autre côté du CESM.

42À Saint-Michel, la carrière jumelle, le site Francon, ouvre encore la possibilité de déployer une démarche d’aménagement qui laisse une part plus importante à la consultation et à la participation citoyenne. Elle a déjà fait l’objet d’un projet de centre commercial Smart!Centres en 2008 soumis à la procédure d’audience publique de l’Organisme de Consultation Publique de Montréal (OCPM) mais cet aménagement n’a finalement pas vu le jour. Le principal enjeu consiste à intégrer les besoins des habitants du quartier dans le processus de revitalisation urbaine intégrée. Les services alimentaires de proximité, le logement de qualité à un prix abordable, l’accès à la culture et à l’économie sociale et solidaire, le meilleur aménagement des transports constituent des priorités centrales sur lesquelles il sera important de laisser la parole aux acteurs locaux pour réduire les vulnérabilités et faire de cet ancien espace d’accumulation une ressource pour et par la communauté locale.

Inicio de página

Bibliografía

Alvergne C., Latouche D., 2009, « La métropolisation et la richesse des villes. L'énigme métropolitaine montréalaise » in : Sénécal G., Bhérer L. (dir.), La métropolisation et ses territoires, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Assemblée nationale (Québec), 1968, Journal des débats de l’assemblée législative, vingt-huitième législature, troisième session, volume sept, numéro cent-six, 17 décembre 1968 [en ligne]. URL: http://www.assnat.qc.ca/fr/travaux-parlementaires/assemblee-nationale/28-3/journal-debats/19681217/119753.html

Barles S., 2008, « Comprendre et maîtriser le métabolisme urbain et l'empreinte environnementale des villes », Annales des Mines - Responsabilité et environnement, No.52, 21-26.

Bocquin C., 2013, Action collective conflictuelle et cohésion sociale : le cas du quartier Saint-Michel à Montréal, Montréal, Université du Québec à Montréal mémoire de maîtrise en géographie.

Boudreau, J.A, Collin J.-P., 2009, « Épilogue. L’espace métropolitain comme espace délibératif? » in : Sénécal G., Bhérer L. (dir.), La métropolisation et ses territoires, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Bureau de consultation de Montréal, 1992, Vers une gestion intégrée des déchets, projet de la ville de Montréal, rapport de consultation publique.

Bureau des Audiences Publiques de l’Environnement, 1994, Le projet de la Régie Intermunicipale de Gestion des Déchets sur l’île de Montréal, rapport d’enquête et d’audience publique.

Brenner N., 2002, « Decoding the newest “metropolitan regionalism” in the USA: A critical overview », Cities, Vol.19, No.1, 3-21.

Brenner N., 2004, « Urban governance and the production of new state spaces in western Europe, 1960–2000 », Review of International Political Economy, Vol.11, No.3, 447-488.

Cary P., Fol S., 2012, « Introduction. Les métropoles face aux dynamiques de ségrégation et de fragmentation », Géographie, économie, société, Vol.14, 113-126.

Castonguay S., Dagenais M. (eds.), 2011, Metropolitan Natures. Environmental Histories of Montreal, Pittsburgh, Pittsburgh University Press, 321 p.

Chaléard J.-L. (dir.), 2014, Métropoles aux Suds, Le défi des périphéries ? Paris, Karthala.

Coffey W.J., Polèse M., 1993, « Le déclin de l'empire montréalais : regard sur l'économie d'une métropole en mutation », Recherches sociographiques, Vol.34, No.3, 417-437.

Collin J.-P., 1994, « Les stratégies fiscales municipales et la gestion de l'agglomération urbaine: le cas de la Ville de Montréal entre 1910 et 1965 », Urban History Review / Revue d'histoire urbaine, Vol.23, No.1, 19-31.

Coutard O., Rutherford J., 2009, « Les réseaux transformés par leurs marges : développement et ambivalence des techniques « décentralisées », Flux, no.76-77, 6-13.

Cronon W., 1991, Nature’s Metropolis, Chicago and the Great West, New York, W. W. Norton & Company.

Dagenais M., 2011, “At the Source of a New Urbanity. Water Networks and Power Relations in the Second Half of the Nineteenth Century”, in : Castonguay S., Dagenais M. (eds.), 2011, Metropolitan Natures. Environmental Histories of Montreal, Pittsburgh, Pittsburgh University Press, 101-114.

Dear, M., Flusty S., 1997, « Postmodern Urbanism », Annals of the Association of American Geographers, Vol.88, No.1, 50-72.

De Mattos C., 2010, Globalización y metamorfosis urbana en América Latina, Quito, OLACCHI-Quito Distrito Metropolitano, 374 p.

Donadieu P., Fleury A., 2003, « La construction contemporaine de la ville-campagne en Europe », Revue de géographie alpine, Vol.91, No.4, 19-29.

Douay N., 2010, « La réforme territoriale en contexte métropolitain : éclairages canadiens », L'Information géographique, Vol.74, 47-70.

Florida R., 2002, The Rise of the Creative Class. And How It's Transforming Work, Leisure and Everyday Life, Basic Books.

Fontaine J., Thibault S., 2008, La petite histoire de Saint-Michel. De la campagne à la ville, Montréal, Bibliothèque de Saint-Michel.

Fontan, J. M., Hamel, P., Morin, R., Shragge, E., 2006, « Le développement local dans un contexte métropolitain: La démocratie en quête d’un nouveau modèle? », Politique et sociétés, Vol.25, No.1, 99-127.

Gandy M., 2004, « Rethinking urban metabolism: water, space and the modern city », City, Vol.8, No.3, 363-379.

Ghorra-Gobin C., 2015, La métropolisation en question, Paris, PUF, 116 p.

Giraut F., Houssay-Holzschuch M., Guyot S., 2008, « Au nom des territoires ! Enjeux géographiques de la toponymie », L’Espace géographique, No.37, 97-105.

Giraut, F., Rochefort, M., 2006, « Discussion la marginalité socio-spatiale: une notion à déconstruire dans le contexte des villes du sud ? » Revue Tiers Monde, No.1, 14-16.

Graham S., Marvin S., 2001, Splintering Urbanism: Networked Infrastructures, Technological Mobilities and the Urban Condition, London, Routledge.

Hamel P., Keil R. (eds.), 2015, Suburban Governance: a Global View, Toronto, University of Toronto Press.

Hétu J., Duplessis Y., 1975, « La pollution de l’air et les cours municipales du territoire de la communauté urbaine de Montréal », Revue Juridique Thémis, No.II, 323-375.

Heynen N., Kaika M., Swyngedouw E., 2006, In the Nature of Cities. Questioning Urban Political Ecology and the Politics of Urban Metabolism, London, Routledge.

Higgins B., Martin F., Raynauld A., 1970, Les orientations du développement économique régional dans la province de Québec, Ottawa, Ministère de l'expansion économique régionale.

Kennedy C., Pincetl S. & Bunge P., 2011, « The study of urban metabolism and its application to urban planning and design », Environmental Pollution, Vol.159, No.8-9, 1965-1973.

Klein, J.-L., Tremblay, D.-G., Fontan, J-M., 2003, « Systèmes locaux et réseaux productifs dans la reconversion économique : le cas de Montréal », Géographie, Économie, Société, Vol.5, No.1, 59-75.

La Presse, 1984, article sans titre, La Presse, 9 juin 1984, sans page.

Lefebvre C., Jouve B., 1999, Villes, métropoles. Les nouveaux territoires du politique, Paris, Anthropos.

Le Galès P., 1995, « Du gouvernement des villes à la gouvernance urbaine », Revue française de science politique, Vol.45, No.1, 57-95.

Leroy S., 2000, « Sémantiques de la métropolisation », L’espace géographique, Vol.29, no.1, 78-86.

Linteau P.-A., 1992, Histoire de Montréal depuis la Confédération, Montréal, Les Éditions Boréal.

Locher F., Quenet G., 2009, « L'histoire environnementale : origines, enjeux et perspectives d'un nouveau chantier », Revue d’histoire moderne et contemporaine, No.56-4, 7-38.

Martin A., 2002, La construction politique d'un quartier : St-Michel et la controverse sur la carrière Miron, Québec, Université du Québec, Institut national de la recherche scientifique, Maîtrise en études urbaines.

Melosi M., 1993, “The Place of the city in environmental History”, Environmental History Review, Vol.17, Spring, 1-23.

Ndiaye, S., 2005, Projet de recherche sur les quinze ans de la table de concertation Vivre Saint-Michel en santé (VSMS). Montréal Phase II : Monographie organisationnelle de VSM, Montréal, Cahiers Aruc-Économie sociale (UQÀM).

Ndiaye, S., 2004, Projet de recherche sur les quinze ans de la table de concertation: Vivre Saint-Michel en santé, VSMS: phase I: profil de la communauté. Montréal: Alliances de recherche universités-communautés en économie sociale. Montréal, Cahiers Aruc-Économie sociale (UQÀM).

OCPM 2010, Le complexe environnemental Saint-Michel, un projet d’aménagement exemplaire, Ville de Montréal, 39 p. [en ligne]. URL : http://ocpm.qc.ca/sites/ocpm.qc.ca/files/pdf/P60/3m.pdf

Office de Consultation Publique de Montréal, Consultation publique. Projet de développement d’un centre commercial et d’espaces verts thématiques sur le site de l’ancienne carrière Saint-Michel. Première partie – Vol.1, 20 mai 2008, 117 p.

Olson S., « City Streets as an Environmental Grid. The Challenge of Private Use and Municipal Stewardship », in: Castonguay S., Dagenais M. (ed.), 2011, Metropolitan Natures. Environmental Histories of Montreal, Pittsburgh, Pittsburgh University Press, 148-167.

Pinson G., 2009, Gouverner la ville par projet, Paris, Presse de Sciences Po.

Poitras C., 2011, « A City on the Move. The Surprising Consequences of Highway », in : Castonguay S., Dagenais M. (eds.), 2011, Metropolitan Natures. Environmental Histories of Montreal, Pittsburgh, Pittsburgh University Press, 168-183.

Pumain D., 2006, « centralité », in : Pumain D., Paquot T., Kleinschmager R (dir.), Dictionnaire La Ville et l’Urbain, Paris, Anthropos-Economica.

Radio Canada, « Un  »central park«  pour Montréal », Radio Canada, ICI Grand Montréal, 28 août 2015 [en ligne]. URL : http://ici.radio-canada.ca/regions/montreal/2015/08/28/005-carrierre-miron-central-park-complexe-environnemental.shtml

Robinson J., 2006, Ordinary cities: Between Modernity and Development, London, Routledge.

Rosen C. M., Tarr J. A., 1994, « The Importance of an Urban Perspective in Environmental History », Journal of Urban History, Vol.20, No.3, 299-310.

Sénécal G., Manzagol C., 1993, « Montréal ou la métamorphose des territoires », Cahiers de géographie du Québec, Vol.37, No.101, 351-370.

Sénécal G., Saint-Laurent D., 2000, « La géographie face au défi de la requalification des espaces à contraintes environnementale », in : Sénécal G., Saint-Laurent D. (dir.), Les espaces dégradés : contraintes et conquêtes, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Sénécal G., Bherer L. (dir.), 2009, La métropolisation et ses territoires, Québec : Presses de l’Université du Québec.

Sénécal, G. (dir.), 2016, Revitalisation urbaine et concertation de quartier, Québec, Presses de l’Université Laval.

Söderström O. (ed.), 2012, Modèles urbains, Revue Urbanisme, No.383, mars-avril [en ligne]. URL : https://www.urbanisme.fr/modeles-urbains/dossier-383/EDITO

Swyngedouw E., 2004, Social Power and the Urbanization of Water, Oxford, Oxford University Press.

Tarr J. A., Dupuy G. (eds.), 1988, Technology and the Rise of the Networked City in Europe and America, Philadelphia, Temple University Press.

Taylor, P., Derudder, B., Saey, P., Witlox, F. (eds.), 2006, Cities in Globalization: Practices, policies and theories, London, Routledge.

Tellier L.-N. (ed.), 1997, Les défis et les options de la relance de Montréal, Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec.

TOHU, 2016, « la TOHU, bâtiment vert » [en ligne]. URL : http://tohu.ca/fr/a-propos/la-tohu-batiment-vert/

Trudelle, C., Klein, J. L., Fontan, J.-M., Tremblay, D.-G., Bocquin, C., 2016, « Conflits urbains, compromis et cohésion socio-territoriale: le cas de la Tohu à Montréal », Revue d’Économie Régionale & Urbaine, No.2, 417-446.

Trudelle C., Klein J.-L., Fontan J.-M., Tremblay D.-G., 2011, Conflits urbains et cohésion socioterritoriale : concertation et compromis dans le quartier Saint-Michel à Montréal, Montréal, Les Cahiers du CRISES, Collection « Mouvements sociaux ».

Vaillancourt J.-G., 1981, « Évolution, diversité et spécificité des associations écologiques québécoises : de la contreculture et du conservationisme à l’environnementalisme et à l’écosocialisme », Sociologie et sociétés, Vol.13, No.1, 81-98.

Ville de Montréal, 2011, Recensement de la population de l’île de Montréal – 2011 [en ligne]. URL : http://donnees.ville.montreal.qc.ca/dataset/population-recensement

Ville de Montréal, 1991, L’environnement à la ville de Montréal : un premier bilan, Montréal, service de la planification et de la concertation/service de l’habitation et du développement urbain, septembre.

Ville de Montréal, 1989, L’aménagement du site de l’ancienne carrière Miron : un grand projet d’urbanisme, énoncés d’orientation d’aménagement, avril.

Vivre Saint-Michel en santé, 2016, Rapport annuel d’activités, 34 p. [en ligne]. URL : http://www.vivre-saint-michel.org/à-propos-de-vsms-1/rapports-annuels/

Vivre Saint-Michel en santé, 2007, Annexe 1 - Le transport et la mobilité dans le quartier Saint-Michel : des enjeux locaux en lien avec le plan de transport de Montréal, Rapport présenté à l’Office de Consultation Publique de Montréal, 28 août 2007.

Inicio de página

Notas

1 Une dizaine d’entretiens avec des informateurs-clés ont été menés par Marie-Noëlle Carré entre 2015 et 2016 dans le cadre d’un post-doctorat sur l’éthique de la gestion des grands dépôts de déchets fermés avec le soutien du Centre de Recherche en Éthique et le département de géographie de l’Université de Montréal. Par ailleurs, elle coordonne le travail d’étudiants du DESS « environnement et développement durable » de l’Université de Montréal sur la revitalisation urbaine intégrée de la carrière Francon en collaboration avec Vivre Saint-Michel en santé [2017].
Depuis 2014, Violaine Jolivet mène un programme de recherche avec les populations d’origine haïtienne à Saint-Michel qui a notamment pris la forme d’une trentaine d’entretiens auprès des habitants et acteurs de la communauté, mais aussi de plusieurs ateliers avec les participant.e.s de la Maison d’Haïti dans le cadre d’une recherche collaborative. Cet article s’est également nourri d’un travail d’analyse des plans d’aménagement et de développement urbain pour comprendre les effets de la métropolisation et de la revitalisation sur ce quartier d’immigrants à travers la direction de groupes d’étudiants dans le cadre du cours de géographie urbaine de l’UdeM [2014 et 2016].

2 L’île de Montréal est composée de 19 arrondissements et de 12 municipalités. L’arrondissement de Villeray/Saint-Michel/Parc-Extension couvre 16,1 km2 et sa population est de 142 211 habitants (Ville de Montréal, 2011).

3 Cette proportion peut atteindre plus de 14 000 habitants par km2 à l’est du Boulevard Pie IX, ce qui est remarquable à l’échelle de la ville de Montréal (4517 hab/km² et 3870 hab/km² pour l’île) et de manière générale dans le contexte des villes nord-américaines.

4 Les tables de concertation sont des organismes spécifiques au Québec. Ces instances regroupent des partenaires locaux issus de divers secteurs et réseaux d’intervention (santé, éducation, emploi, intégration sociale, environnement, etc.) qui œuvrent ensemble à rendre meilleures les conditions de vie de la communauté et luttent contre les inégalités socio-économiques au sein du quartier.

5 http://ville.montreal.qc.ca/pls/portal/docs/PAGE/MTL_STATS_FR/MEDIA/DOCUMENTS/PROFIL_SOCIODEMO_AHUNTSIC_CARTIERVILLE.PDF, consulté le 30 mars 2017.

Inicio de página

Índice de ilustraciones

Título Carte 1 : Le quartier Saint-Michel dans l’île de Montréal
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/28067/img-1.jpg
Ficheros image/jpeg, 344k
Título Figure 1 : Photo aérienne des carrières de Saint-Michel, entourées de champs et de lotissements résidentiels récents (1958)
Créditos Source : Archives Ville de Montréal.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/28067/img-2.png
Ficheros image/png, 374k
Título Carte 2 : Revenus moyens à St Michel selon le recensement 2011
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/28067/img-3.jpg
Ficheros image/jpeg, 236k
Título Carte 3 : Proportion d’immigrants à Saint-Michel selon le recensement de la Ville de Montréal de 2011
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/28067/img-4.jpg
Ficheros image/jpeg, 240k
Título Carte 4 : Les lieux de traitement passés et actuels dans la Communauté Métropolitaine de Montréal
Leyenda Cette carte des lieux de traitement passés et actuels dans la communauté métropolitaine de Montréal signale le glissement des sites d’enfouissement vers l’est et la périphérie de l’agglomération. Sans permettre de conclure à une corrélation systématique entre les deux activités, les données d’archives disponibles sur le site de la Ville de Montréal montrent toutefois que, dans de très nombreux cas, les carrières de calcaire de l’île ont été valorisées comme dépôts de déchets après leur épuisement.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/28067/img-5.png
Ficheros image/png, 433k
Título Figure 2 : Photos de presse, présentation du secteur Papineau sud - place de la rencontre
Créditos Source : Ville de Montréal (www.montreal2.qc.ca/photosdepresse/Parc-du-CESM/)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/28067/img-6.jpg
Ficheros image/jpeg, 37k
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Violaine Jolivet y Marie-Noëlle Carré, « Métabolisme urbain et quartiers péricentraux dans la métropolisation. L’exemple du quartier de Saint-Michel à Montréal », Cybergeo : European Journal of Geography [En línea], Ordenación del Territorio, Urbanismo, documento 816, Publicado el 17 mayo 2017, consultado el 20 agosto 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/28067 ; DOI : 10.4000/cybergeo.28067

Inicio de página

Autores

Violaine Jolivet

Professeure adjointe en géographie
Université de Montréal, Canada
violaine.jolivet@umontreal.ca

Artículos del mismo autor

Marie-Noëlle Carré

Chercheuse associée au CREDA
Chargée de cours à l’Université de Montréal, Canada
carre.marienoelle@gmail.com

Inicio de página

Derechos de autor

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Inicio de página