Navigation – Plan du site
2005
297

Impact des dynamiques agraires sur les paysages de montagne au nord du Vietnam au cours de la décennie 1990

Impact of land use changes on mountain landscapes in northern Vietnam during the 1990s

Jean-Christophe Castella, Nathalie Rachel Tronche et Nguyen Vu

Résumés

L’extrême diversité des écosystèmes de montagne au nord du Vietnam est à l’origine d’un impact différencié des politiques agricoles nationales selon les situations locales. Une approche géographique régionale, combinée avec des études monographiques locales, permet d’analyser les relations entre l’évolution des paysages et le développement rural. Elle met en évidence le rôle déterminant des caractéristiques structurelles des paysages sur le fonctionnement des agrosystèmes villageois. Les villages où dominent les vallées rizicoles irriguées sont généralement compacts et facilement accessibles alors que les villages où domine la forêt sont beaucoup plus étendus et difficiles d’accès. Les réformes économiques du Doi moi, durant les décennies 1980 et 1990, ont touché essentiellement les villages du premier type, peuplés majoritairement de familles des groupes ethniques Tày et Kinh, alors que les seconds, principalement Dao et H’Mong, ont été marginalisés.
Des critères discriminants entre villages aux trajectoires contrastées permettent de classer les villages, à l’échelle du district, en fonction des thèmes d’intervention proposés.

Haut de page

Texte intégral

1Les zones de montagne au nord du Vietnam font aujourd’hui l’objet d’une attention particulière de la part de l’Etat vietnamien car elles sont restées à l’écart du développement économique qui a accompagné la politique du Doi moi (rénovation) adoptée à la fin des années 1980 (Jamieson, 1998 ; Dao, 2000). Après quinze années, le taux de pauvreté a chuté de 58% à 37% à l’échelle du pays mais il s’élève encore à 60% dans les montagnes du Nord, ce qui place ces zones au rang des plus pauvres du pays (Poverty Task Force, 1999). Ces provinces rurales, difficiles d’accès, ont bénéficié dans une moindre mesure des fruits de la croissance. On y trouve toujours une agriculture de subsistance comme base de l’activité économique et les activités productives dépendent donc directement des disponibilités en ressources naturelles mobilisables par les agriculteurs. L’extrême diversité écologique des zones de montagne entraîne des disparités considérables en terme de répartition des ressources entre villages. La qualité de ces ressources ainsi que leur distribution géographique font partie des critères employés par les institutions gouvernementales pour définir les zones d’intervention prioritaire (CEMMA, 1997). Les programmes de lutte contre la pauvreté sélectionnent leurs communes cibles en fonction de leur isolement, de la proportion des différents groupes ethniques, de la qualité des infrastructures, de l’état de l’environnement et du revenu des familles classées selon trois catégories : riche / moyen / pauvre. Mais ces classifications, fondées sur des variables structurelles, ne peuvent suffire à orienter les actions de développement (Minot et Baulch, 2002).

2Pour définir les thèmes d’intervention adaptés à la diversité des situations locales il est essentiel de prendre en compte les trajectoires des évolutions en cours et de comprendre leurs mécanismes. Dans cet article, nous faisons l’hypothèse qu’une même politique agricole appliquée à des espaces hétérogènes de montagne a conduit à une diversité de trajectoires locales. Ainsi, les politiques de distribution des terres de bas-fonds puis de forêt dans les années 1990, appliquées à une mosaïque de situations initiales en termes de ressources naturelles, répartition de la population, etc., ont conduit à une diversité de ré-interprétations et d’adaptations locales contribuant à la complexité des systèmes agraires de montagne (Le et Rambo, 2001). Les paysages jouent un rôle de révélateur des dynamiques agraires. Ils témoignent de l’histoire du peuplement, de la gestion des ressources naturelles et de la mise en valeur du territoire par les populations (Baudry et Thenail, 2002 ; Deffontaines, 1994). A l’inverse, les décisions des agriculteurs quant à leurs stratégies de production sont influencées par leur perception de l’état du milieu et leurs conditions sociales et économiques sont souvent définies par leur accès différencié aux ressources.

3Pour évaluer l’état des ressources naturelles il est indispensable de prendre en compte à la fois la structuration des paysages et l’usage qui en est fait par les communautés villageoises. Après avoir caractérisé la diversité des paysages de notre site de recherche dans la province de Bac Kan (Figure 1), nous décrirons leurs transformations récentes sur la base d’une série chronologique de cartes d’utilisation des sols. Nous verrons ensuite comment ces paysages sont façonnés par leur utilisation agricole mais aussi comment leur transformation influe sur les pratiques paysannes. Une typologie des villages fondée sur leurs dynamiques paysagères permet d’améliorer la définition géographique de zones prioritaires d’intervention et de mieux hiérarchiser les actions de développement en fonction des conditions locales et de leurs évolutions probables.

4L’hypothèse fondatrice est que les dynamiques paysagères observées résultent des interactions entre (i) l’organisation spatiale des ressources naturelles, (ii) leur qualité (capacité de régénération, intérêt économique, etc.) et (iii) les règles d’usage qui leurs sont associées. Les paysages agraires sont abordés selon deux perspectives complémentaires : structurelles et fonctionnelles. La première décrit les unités paysagères et leurs dynamiques sur de grands espaces géographiques alors que la seconde renseigne, sur la base d’études locales, les mécanismes qui ont présidé aux transformations observées.

5Approche structurelle

6Une base de données géographique a été constituée. Elle comporte des données provenant de trois sources différentes.

7(i) Des données géographiques statiques : hydrographie, sols, géomorphologie, etc., issues ou dérivées d’une base de données disponible sur la province de Bac Kan (Brabant et al., 2004). Elles ont peu varié au cours des 10 années que couvre l’étude. Le croisement de ces variables dans un SIG apporte des éléments d’explication de la diversité des paysages.

8(ii) Une série chronologique de cartes d’utilisation des terres issues de l’interprétation d’images satellite SPOT 1990, 1995, 1998.

9(iii) Une enquête socio-économique effectuée en 2000 sur les 231 villages du district de Cho Don a permis de caractériser leur accessibilité au marché, à l’éducation et aux services de santé, et de collecter des données sur la population, la proportion des foyers de différents groupes ethniques, les taux d’analphabétisme et de pauvreté, l’accès au réseau d’électricité, les mode d’accès à l’information (nombre de téléviseurs, radios, téléphones).

10Approche fonctionnelle

11Parallèlement, l’usage des ressources naturelles par les acteurs locaux a donné lieu à des enquêtes de type monographique. Associées à l’interprétation de séries chronologiques de photographies aériennes et à des méthodes de diagnostic participatif, elles ont permis de comprendre les règles locales d’usage de l’espace agricole et leur impact sur l’environnement (Castella et Dang, 2002). Une attention particulière a été portée à la perception par les acteurs de l’état des ressources et à la façon dont elle influence leurs stratégies de production. Ces enquêtes n’ont généralement pas dépassé l’échelle du village mais étant donné la diversité des situations locales elles ont été répétées sur un échantillon représentatif de villages (n = 35). Les sites d’étude ont été sélectionnés à partir du SIG pour couvrir la variabilité des systèmes agro-écologiques et un gradient d’intégration au marché (Castella et Dang, 2002). Les études monographiques ont montré que le village - entité sociale (communauté villageoise) et entité écologique (petit bassin versant) - constitue l’unité élémentaire de gestion des ressources naturelles (Castella et al., 2004 ; Mellac, 2000).

12Finalement, l’analyse des relations statistiques entre les variables structurelles caractéristiques des villages du district aboutit à une typologie des agro-écosystèmes villageois. Les études monographiques ont permis d’interpréter ces relations et de formuler des hypothèses quant aux modes de gestion des ressources naturelles qui correspondent aux différents types de villages identifiés.

13Un gradient biophysique nord-sud. Le territoire du district, qui s’étend sur environ 900 km2, se situe dans une zone de transition jouxtant au Sud le Delta du Fleuve Rouge et au Nord une zone montagneuse. Il se subdivise en trois principaux ensembles morpho-pédologiques (Figure 2-A) qui, en raison de leur altitude contrastée (de 200 à 1500 m) (Figure 2-B), s’accompagnent d’un gradient bioclimatique. Le district se caractérise donc par une différenciation nord-sud avec les montagnes du nord aux conditions bioclimatiques rigoureuses et le relief collinaire du sud au climat plus doux (Brabant et al., 2004 ; Mellac, 2000). Le district est sillonné par des vallées alluviales, dont les principales, les vallées de la Song Phó Dáy au Sud et de la Khuay Vao au Nord, constituent un couloir de communication qu’emprunte la route principale (Figure 2-C).

14Distribution des ressources naturelles à l’échelle du district. La légende des cartes d’utilisation des terres de Cho Don comporte six classes (Figure 3).

  • Les terres cultivées : Les rizières se situent dans les bas-fonds des vallées et sur les terrasses. Les cultures de pentes apparaissent sur nos classifications d’images satellites comme des sols nus ou recouverts de végétation rase non ligneuse (culture en place, recrus ou résidus de la culture précédente). La mosaïque de bas de pente est une auréole de cultures intensives située à proximité des habitations et des rizières de bas-fond.

  • Les terres non cultivées: Les friches sur pentes, correspondent à des formations végétales inférieures à 5 m de hauteur d’une densité moyenne à forte, pouvant être pourvues d’une strate herbacée. La définition de la classe forêt est large : elle correspond à une strate arborée supérieure à 5 m, ayant un taux de couverture allant de moyen à fort. Elle se trouve sur les pentes les plus fortes et les sommets les plus élevés. Enfin, les zones résidentielles ont été délimitées à partir de photographies aériennes.

15Le gradient morpho-pédologique nord-sud influence la proportion des différentes classes d’utilisation des terres dans les paysages agraires pour obtenir, en simplifiant : (i) au nord, des versants recouverts d’une mosaïque de végétation caractéristique des systèmes d’abattis-brûlis entre deux classes stables que sont les rizières de bas-fond et la forêt au sommet des massifs montagneux et (ii) au sud, un paysage collinaire aux classes plus imbriquées les unes aux autres.

16Le territoire villageois coïncide généralement avec un petit bassin versant qui concentre les eaux de pluies en ruisseaux qui se jettent, au bas de la vallée, dans une rivière parcourant les bas-fonds rizicoles irrigués. On observe une mise en valeur agricole étagée de l’écosystème selon un gradient d’intensification décroissante à mesure que l’on s’éloigne des zones d’habitation, c’est à dire lorsqu’on progresse vers les étages supérieurs du bassin versant. Les zones d’habitation s’étirent le long du chemin ou de la route qui serpente le long des bas-fonds rizicoles. Autour des maisons on trouve les rizières, en contrebas, ainsi que les jardins et vergers situés sur les colluvions de bas de pente au même niveau ou au-dessus de la zone d’habitations. Derrière les jardins, sur le versant, la mosaïque de bas de pente correspond à des systèmes de culture intensifs sur pentes (à base de maïs et manioc pour l’alimentation des porcs et de la volaille) caractérisés par des jachères courtes et l’utilisation d’intrants. Sur les hauteurs du bassin versant, on retrouve la combinaison entre les cultures sur pentes et les formations végétales naturelles. La capacité productive de ces systèmes d’abattis-brûlis est maintenue grâce à des jachères longues qui conduisent à une régénération forestière. La présence de ces jachères et l’éloignement des zones de culture intensive en font une zone privilégiée pour le pâturage des gros ruminants (buffles et bovins). C’est aussi dans les hauteurs du bassin versant que les villageois collectent les produits de la forêt, ligneux (bois de chauffe et de construction) et non ligneux (pousses de bambou, feuilles, champignons et plantes médicinales).

17L’utilisation des terres est régie dans une large mesure par la topographie (Mellac, 2000 ; Erout et Castella, 2004). Les analyses paysagères menées sur les villages du district de Cho Don ont montré une homogénéité des règles d’organisation spatiale des ressources naturelles, autour des axes constitués par les vallées rizicoles – réseau hydrographique – routes. Par contre, on note une nette opposition entre des villages organisés autour de leurs bas-fonds rizicoles et des villages dont le territoire, plus large, est caractérisé par des pentes fortes cultivées et boisées. La présence des rizières de bas-fond est un élément clé de la structuration spatiale du village avec des superficies de villages d’autant plus importantes que la surface rizicole est faible (Figure 4).

18Les évolutions spatiales et temporelles du couvert végétal ont été analysées sur la base des cartes d’occupation des terres de Cho Don (Figure 3). Les variables suivantes ont été retenues pour l’analyse des dynamiques paysagères : (i) la proportion respective des classes d’occupation des sols de 1990, 1995 et 1998 (Figure 5), (ii) la stabilité des classes « culture sur pente », « friche » et « forêt » sur les trois dates (Figure 6) ainsi que (iii) l’évolution de ces classes entre les dates.

19Après avoir atteint un minimum en 1995, le couvert forestier a retrouvé en 1998sa surface de 1990 (Figure 5). Malgré ses fluctuations la forêt représente la classe la plus stable sur la période étudiée (Figure 6), notamment dans les zones les moins accessibles (massifs forestiers d’altitude du nord du district et forêt des hautes collines au centre et à l’ouest). Depuis 1995, on constate également une diminution des cultures sur pentes qui atteignaient en 1998 leur niveau le plus bas en 8 ans (8% du territoire d’après la Figure 5). L’évolution de la classe « culture sur pente » de 1990, montre un processus de régénération des zones cultivées puisque 76% étaient revenues à l’état de friche ou de forêt en 1998. Ce résultat souligne indirectement l’instabilité de ces cultures sur pente et leur dynamique de déplacement. La surface de friche restait importante en 1998 (27%) même si elle a diminué un peu depuis 1995 (Figure 5). Cette classe correspond à un stade de régénération des parcelles agricoles abandonnées, mais sa dynamique s’avère complexe. L’observation de l’évolution de la classe « friche » sur la Figure 6 montre une relative stabilité (20% de la surface de friche de 1990 subsiste aux 3 dates), qui conduit à l’hypothèse que cette classe constituerait dans certains cas un stade dégradé du couvert végétal. Les cultures sur brûlis perturbent parfois irrémédiablement des milieux déjà fragiles, tels que les versants aux pentes fortes et aux sols peu profonds du nord du district, compromettant la régénération de la forêt lorsqu’un seuil de résilience est dépassé. On peut également émettre l’hypothèse d’un entretien des friches par l’exploitation du bois et du bambou. La friche pourrait donc aussi représenter un stade d’éclaircissement de la forêt (dégradation qualitative), que l’on peut relier à l’extraction des produits ligneux.

20A partir des données d’utilisation des terres extraites des cartes de 1990, 1995 et 1998 nous avons calculé pour chaque classe et pour chaque village la variation des proportions de surfaces entre les dates prises deux à deux (90-95, 95-98 et 90-98). Nous avons ainsi obtenu de nouvelles variables qui témoignent des évolutions (positives ou négatives) des classes « forêt, friches, rizières et cultures sur pente ». Les variables caractéristiques des changements survenus entre 1990 et 1998 ont été associées aux variables d’utilisation des terres de 1998 dans une nouvelle ACP. Les résultats présentés aux Figures 7 et 8 montrent que la politique d’allocation des terres a eu un impact très rapide sur les dynamiques paysagères, puisque ses effets sur la forêt sont statistiquement significatifs sur une période de trois ans seulement (1995-1998). L’année 1995 marque clairement une transition, qui correspond à la mise en oeuvre à Cho Don de la politique d’allocation des terres de pentes (Castella et al., 2004). On observe d’importantes disparités entre les villages, pour lesquels on relève deux tendances opposées. L’expansion des cultures sur pentes s’est jouée dans une large mesure avant 1995 dans les villages à dominante rizicole alors qu’elle s’est accentuée après 1995 dans les villages à dominante forestière. On observe donc des dynamiques forestières positives dans les premiers et négatives dans les seconds après l’allocation des terres de pentes.

21Les disponibilités en ressources naturelles ont historiquement influencé la colonisation des différents étages de l’écosystème par différents groupes ethniques (Mellac, 2000 ; Sadoulet et al., 2001). La présence de bas-fonds aménageables en rizières est un élément déterminant de l’installation des familles Tày alors que la présence de forêts denses justifie l’occupation des groupes Dao et H’mong qui dépendent des ressources forestières pour leur système d’abattis-brûlis. Les stratégies de production développées dépendent essentiellement de l’accès aux ressources en terres, lui-même directement lié à l’appartenance ethnique des familles (Castella et al., 2004 , Erout et Castella, 2004). Les politiques agraires qui ont accompagné le Doi moi ont changé les règles qui régissent l’accès aux ressources et, par conséquent, ont influencé les dynamiques d’exploitation des écosystèmes cultivés.

22La crise environnementale majeure annoncée au début des années 1990 n’a pas eu lieu. A l’époque, les agriculteurs, confrontés à une situation de famine sans précédent, étaient engagés dans une course au brûlis que seules les fortes pentes des bassins versants défrichés pouvaient arrêter (Sadoulet et al., 2001 ; Castella et al., 2004). Cette gestion minière des ressources forestières mettait en péril les capacités productives du milieu sur le long terme. Mais en quelques années la situation s’est inversée et l’on a assisté, nous l’avons vu, à une amélioration des conditions environnementales. Comment interpréter ce phénomène remarquable ? Les systèmes de culture non durables ont-ils conduit à leur propre perte par épuisement des ressources, les paysans se sont-ils enrichis grâce au passage à l’économie de marché ou s’agit-il des effets positifs des réformes politiques sur la gestion de l’environnement ? Les études menées dans la province de Bac Kan ont montré qu’il s’agit d’une combinaison de ces trois facteurs (Castella et Dang, 2002). A la fin des années 1980 toutes les terres de pentes qui avaient un potentiel agricole avaient déjà été mises en valeur et les agriculteurs de Bac Kan avaient atteint les limites écologiques des zones cultivables (Sadoulet et al., 2001 ; Castella et al., 2004). Les réformes foncières successives de la période du Doi moi ont sécurisé certains groupes dans leur accès aux ressources naturelles mais ont contribué à en marginaliser d’autres (Boissau et al., 2003). Ces derniers, qui n’ont pas accès aux terres de bas-fond, pratiquent des systèmes d’abattis-brûlis sur des espaces villageois trop limités pour assurer leur viabilité. Ils sont restés en marge d’une vague de croissance économique sans précédent (Erout et Castella, 2004).

  • 1  Dans les années 1960, les agriculteurs Kinh originaires des provinces surpeuplées du delta du Fleu (...)

23En effet, parmi les facteurs qui ont influencé l’impact local des politiques agricoles, l’accessibilité a joué un rôle essentiel (Figure 9). Van de Walle (2002), Nagendra et al. (2003) ont montré que les zones accessibles offrent des opportunités de développement que les zones non accessibles ne peuvent offrir : débouchés commerciaux pour la production agricole, accès aux projets d’aide au développement, etc. Nous avons cherché à caractériser les villages de Cho Don selon des critères de développement socio-économiques : accès au marché, aux services de santé, à l’information (radio, TV, etc.), au réseau électrique national, taux de pauvreté, d’analphabétisme, etc. Une ACP réalisée sur cette base de données met en relation les structures spatiales et les dynamiques paysagères avec les variables d’accessibilité et les groupes ethniques (Figure 10). Sur l’axe 1, les groupes Tày (TAY) et Kinh (KINH), sont associés aux variables qui témoignent d’une forte proportion de surfaces rizicoles (RIZ98), d’une bonne accessibilité (ACCES), et d’une régénération forestière sur la période 1990-1998 (CFO08). Ils sont opposés aux autres groupes ethniques, Dao et H’Mong (DAOHMONG), dont les villages sont caractérisés par leur éloignement et leur forte proportion de cultures sur pentes (CSP98) et friches (FRI98) en 1998. Ces villages sont caractérisés par une progression des friches au détriment de la forêt au cours de la période d’étude. On retrouve par ailleurs des relations structurelles entre l’accessibilité et la présence de terres de bas-fonds. Les routes construites sur les colluvions de bas de pentes serpentent le plus souvent au-dessus des rizières (Figures 2-C et 9). La colonisation ancienne de l’ethnie Tày dans les zones aménageables en rizières et l’arrivée des familles Kinh dans les zones rizicoles pendant les coopératives (Boissau et al., 2003 ; Castella et al., 2004), contribuent à expliquer les relations entre variables mises en évidence du côté positif de l’axe 1 (Figure 10). La distribution des terres de rizières puis de pentes a sécurisé la propriété foncière des groupes Tày qui ont pu concentrer leurs activités de production dans les rizières et diminuer la pression agricole sur les terres de pentes, favorisant ainsi la régénération forestière. Les groupes ethniques Dao et H’Mong, marginalisés à la fois par leur éloignement physique et par les règles d’allocation des terres se sont réfugiés pour un temps dans l’exploitation en abattis-brûlis des terres de pente, sachant qu’elle n’est pas durable dans les conditions agro-écologiques qui prévalent actuellement (Boissau et al., 2003 ; Castella et al., 2004). Enfin, les familles Kinh, bien que dépossédées des terres de rizière au sortir de la période des coopératives, ont profité de leur bonne accessibilité au marché et aux centres de décision pour développer des activités non agricoles qui contribuent largement à leur revenu actuel ou à leur capacité d’achat de nouvelles rizières. Le second axe de la Figure 10 oppose les villages à dominante Tày (TAY) à ceux qui présentent une forte proportion de familles Kinh (KINH). Les villages Tày sont associés à la présence de la forêt (FOR98) et à sa régénération (CFO08) alors que les villages Kinh sont associés à une progression des cultures sur pentes. Ces résultats sont conformes à ceux des monographies, à savoir que les Kinh, privés de terres de rizières au moment du retour aux terres des ancêtres en 19901, ont largement contribué à l’expansion des cultures sur brûlis entre 1990 et 1995 (Castella et al., 2004). Ils sont nombreux à avoir développé dans un second temps des activités non agricoles.

24Les résultats présentés ci-dessus confirment les relations fortes entre les variables biophysiques (sol, relief, etc.) et socio-économiques (proportion de familles des différents groupes ethniques, pauvreté) ainsi que celles de l’accessibilité, dont on a montré qu’elle fait le lien entre ces deux derniers aspects (Alther et al., 2002). On retrouve l’opposition entre deux types de villages : (i) des villages de petite superficie, rizicoles et facilement accessibles, peuplés principalement de Tày ou de Kinh, et (ii) des villages plus grands, aux pentes largement cultivées et embroussaillées, pauvres et peu accessibles, peuplés de Dao ou de H’Mong. Les villages d’essarteurs enclavés, au territoire accidenté, dominent dans la partie nord du district alors que les villages de riziculteurs sont répartis le long des vallées et le long des axes de communication. Les proportions respectives des classes d’utilisation du sol (surfaces de rizières, de forêt, de friches et de cultures sur brûlis) et leur évolution au cours du temps discriminent fortement ces villages. Si les facteurs structurels (hérités de l’histoire du peuplement humain) ont été déterminants au cours de la période qui a précédé le Doi moi, les variables fonctionnelles (règles d’usage des ressources, normes locales, différenciation des systèmes de production, etc.) ont été les principaux moteurs des dynamiques récentes (Castella et al., 2004).

25La diversité actuelle des agro-écosystèmes villageois dépend à la fois de leur structure (taille relative des différentes unités paysagères) et de leurs trajectoires, ces deux facteurs étant liés entre eux par l’histoire de l’occupation de l’espace, les réformes foncières, etc. La connaissance locale acquise au travers des monographies a permis d’aborder l’organisation du paysage en termes de gestion des ressources naturelles. Les approches « géographiques » et « monographiques » menées à deux échelles distinctes convergent à l’échelle du village, l’unité de gestion des ressources naturelles. Elles permettent de comprendre les dynamiques d’occupation du sol observées à l’échelle du district à partir des dynamiques d’usage des ressources et du fonctionnement des systèmes de production étudiés localement.

26Nous avons mis en évidence à Cho Don la succession d’une phase de déforestation généralisée puis d’une phase de régénération forestière. L’effet positif de l’allocation des terres de forêts sur les dynamiques paysagères est indéniable. Mais cette tendance générale masque d’importantes disparités entre villages. L’identification à large échelle des villages les plus défavorisés a permis de mieux cibler les activités de développement pour accompagner la transformation de leurs systèmes de production (Bal et al., 2000 ; Boissau et al., 2003). L’amélioration en cours des infrastructures routières et de communication va rapidement désenclaver les villages les plus isolés et devrait faire évoluer les critères de classification présentés ci-dessus. Tous les villages n’étant pas égaux quant à leur potentiel de développement, il est essentiel de connaître et d’anticiper ces facteurs d’inégalités dont les trajectoires d’usage des terres ne sont que le révélateur.

Figure 1: Carte de localisation de la province de Bac Kan et du site de recherche de Cho Don.

Figure 1: Carte de localisation de la province de Bac Kan et du site de recherche de Cho Don.

Figure 2: Cartes du district de Cho Don, Bac Kan. A : morpho-pédologie, B : topographie, C : hydrologie, routes et limites des villages.

Figure 2: Cartes du district de Cho Don, Bac Kan. A : morpho-pédologie, B : topographie, C : hydrologie, routes et limites des villages.

Figure 3: Carte d’occupation des terres du district de Cho Don en 1990, 1995 et 1998

Figure 3: Carte d’occupation des terres du district de Cho Don en 1990, 1995 et 1998

Figure 4: Relation entre la surface des villages de Cho Don et leur proportion de surface de rizières

Figure 4: Relation entre la surface des villages de Cho Don et leur proportion de surface de rizières

Figure 5 : Proportion des classes d’occupation du sol en 1990, 1995, 1998.

Figure 5 : Proportion des classes d’occupation du sol en 1990, 1995, 1998.

Figure 6: Proportion de « cultures sur pentes », « friches » et « forêt » stables sur les trois dates (1998=100%)

Figure 6: Proportion de « cultures sur pentes », « friches » et « forêt » stables sur les trois dates (1998=100%)

Figure 7 : Analyse en composante principale sur les variables d’utilisation des terres des 231 villages du district de Cho Don.

Figure 7 : Analyse en composante principale sur les variables d’utilisation des terres des 231 villages du district de Cho Don.

Figure 8 : Analyse en composante principale sur les variables caractérisant les changements d’utilisation des terres des 231 villages de Cho Don au cours des trois périodes : 1990-1995, 1995-1998, et 1990-1998.

Figure 8 : Analyse en composante principale sur les variables caractérisant les changements d’utilisation des terres des 231 villages de Cho Don au cours des trois périodes : 1990-1995, 1995-1998, et 1990-1998.

Figure 9 : Les relations structurelles entre réseau routier, bas-fonds rizicoles et accessibilité.

N.B. L’indicateur d’accessibilité a été calculé en fonction de la qualité du réseau routier.

Figure 10 : Analyse en composante principale combinant les principales caractéristiques biophysiques et socioéconomiques des villages de Cho Don.

27       

28-----------

Haut de page

Bibliographie

Alther C., Castella J.C., Novosad P., Rousseau E., Tran T.H., 2002, “Impact of accessibility on the range of livelihood options available to farm households in mountainous areas of northern Vietnam”, in Castella J.C., Dang D.Q. (eds.), Doi Moi in the Mountains. Land Use Changes and Farmers’ Livelihood Strategies in Bac Kan Province, Vietnam, Hanoi, The Agricultural Publishing House. < http://www.knowledgebank.irri.org/sam/sam/pdf/chap05_E.pdf>

Bal P., Castella J.C., Le Q.D., Husson O., Tran D.L., Dang D.Q., Ha D.T., Duong D.V., 2000, “Diagnostic systémique, recherche agronomique et appui au développement : exemple d’une intervention concertée dans la province de Bac Kan”, in VASI-GRET (eds.) Appui à l’Organisation de la Production Agricole dans le Nord du Vietnam, Hanoi, Maison des Editions de l’Agriculture.

Baudry J., Thenail C., 2002, “La nécessaire articulation de l'écologie et de l'agronomie pour la gestion des paysages agricoles”, Comptes Rendus de l'Académie d'Agriculture, Vol.87, No.4, 155-163

Boissau S., Castella J.C., Nguyen H.T., 2003, “La distribution des terres de forêt au nord du Vietnam. I : droits d’usage et gestion des ressources”, Cahiers Agricultures, Vol.12, No.5, 297-305.

Brabant P., Darracq S., Nguyen C.V., 2004, Trois Atlas Environnementaux au Viêt-nam. Provinces de Bac Kan, Thai Nguyen, Lam Dong, IRD Editions, Paris, CD-ROM.

Castella J.C., Dang D.Q. (eds.), 2002, Doi Moi in the Mountains. Land Use Changes and Farmers’ Livelihood Strategies in Bac Kan Province, Vietnam, Hanoi, The Agricultural Publishing House. http://www.knowledgebank.irri.org/sam/sam/pdf/2002_BacKanBook_E.pdf

Castella J.C., Tran Q.H., Husson O., Vu H.N., Dang D.Q., 2004, “Appartenance ethnique, accès aux ressources foncières, et stratégies paysannes dans une zone de montagne au nord du Vietnam”, Cahiers Agricultures, Vol.13, No.5, 403-411.

CEMMA, 1997, Identification of Three Zones in Upland and Mountain Areas, Committee for Ethnic Minorities and Mountainous Areas. Decision No. 42/UB-QD, 1997, Hanoi, Journal Officiel du 23/05/1997.

Dao T.T., 2000, “The agrarian systems of the northern uplands”, in Nori M. et al. (eds.), Proceedings of a Workshop on Sustainable Rural Development in the Southeast Asian Mountainous Region, 28-30 November 2000, Hanoi, Delegation of the European Commission to Vietnam.

Deffontaines J.P., 1994, “L'agriculteur artisan producteur de formes”, Natures Sciences Sociétés, Vol.2, No.4, 337-342.

Erout A., Castella J.C., 2004, “Riz d’en bas - riz d’en haut: éléments structurant des systèmes de production agricole d’une province de montagne au nord du Vietnam”, Cahiers Agricultures, Vol.13, No.5, 413-420.

Jamieson N., Le T.C., Rambo A.T., 1998, The Development Crisis in Vietnam’s Mountains, Honolulu, East-West Center.

Le TC, Rambo A.T., 2001, Bright Peaks, Dark Valleys: A Comparative Analysis of Environmental and Social Conditions and Development Trends in Five Communities in Vietnam’s Northern Mountain Region, Hanoi, National Publishing House.

Mellac G.M., 2000, “Des forêts sans partage – Dynamique de l’espace et utilisation des ressources dans un district de montagne au Nord Vietnam”, Thèse de doctorat, Bordeaux, Université Michel de Montaigne – Bordeaux III.

Minot N., Baulch B., 2002, The Spatial Distribution of Poverty in Vietnam and the Potential for Targeting, Policy Research Working Paper 2829, Washington D.C., The World Bank and IFPRI.

Nagendra H., Southworth J., Tucker C.M., 2003, “Accessibility as a determinant of landscape transformation in western Honduras: linking pattern and process”, Landscape Ecology, Vol.18, 141-158.

Poverty Task Force, 1999, Vietnam: Attacking Poverty. Joint Report of the Government of Vietnam, Donor, NGO Poverty Working Group presented to the Consultative Group Meeting for Vietnam, Hanoi, Banque Mondiale.

Sadoulet D., Castella J.C., Nam V.H., Quang D.D., 2001, “Dynamiques agraires, gestion des ressources naturelles et différenciation des exploitations agricoles dans une zone de montagne du Nord Vietnam”, Cahiers Agricultures, Vol.10, No.5, 307-318.

Van de Walle D., 2002, “Choosing rural road investments to help reduce poverty”, World Development, Vol.30, No.4, 575-589.

Haut de page

Notes

1  Dans les années 1960, les agriculteurs Kinh originaires des provinces surpeuplées du delta du Fleuve Rouge avaient migré dans les zones de montagne, encouragés par la politique gouvernementale d’appui aux coopératives agricoles des zones agricoles marginales. Ils étaient censés former les ethnies minoritaires à la production rizicole intensive dans les bas-fonds (Castella et al., 2004) et contribuer à la diffusion à large échelle des technique de la Révolution Verte. Lors du démantèlement des coopératives, ils ont été tenus à l’écart de la distribution des terres de rizière car ils n’avaient pas d’ancêtre ayant donné des terres aux coopératives dans les villages qui les avaient accueillies durant la période collectiviste.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/2831/img-1.png
Fichier image/png, 7,0k
Titre Figure 1: Carte de localisation de la province de Bac Kan et du site de recherche de Cho Don.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/2831/img-2.png
Fichier image/png, 45k
Titre Figure 2: Cartes du district de Cho Don, Bac Kan. A : morpho-pédologie, B : topographie, C : hydrologie, routes et limites des villages.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/2831/img-3.png
Fichier image/png, 43k
Titre Figure 3: Carte d’occupation des terres du district de Cho Don en 1990, 1995 et 1998
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/2831/img-4.png
Fichier image/png, 7,4k
Titre Figure 4: Relation entre la surface des villages de Cho Don et leur proportion de surface de rizières
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/2831/img-5.png
Fichier image/png, 1,3k
Titre Figure 5 : Proportion des classes d’occupation du sol en 1990, 1995, 1998.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/2831/img-6.png
Fichier image/png, 992 octets
Titre Figure 6: Proportion de « cultures sur pentes », « friches » et « forêt » stables sur les trois dates (1998=100%)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/2831/img-7.png
Fichier image/png, 10k
Titre Figure 7 : Analyse en composante principale sur les variables d’utilisation des terres des 231 villages du district de Cho Don.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/2831/img-8.png
Fichier image/png, 16k
Titre Figure 8 : Analyse en composante principale sur les variables caractérisant les changements d’utilisation des terres des 231 villages de Cho Don au cours des trois périodes : 1990-1995, 1995-1998, et 1990-1998.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/2831/img-9.png
Fichier image/png, 22k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/2831/img-10.png
Fichier image/png, 4,0k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Christophe Castella, Nathalie Rachel Tronche et Nguyen Vu, « Impact des dynamiques agraires sur les paysages de montagne au nord du Vietnam au cours de la décennie 1990 », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Environnement, Nature, Paysage, document 297, mis en ligne le 13 janvier 2005, consulté le 24 juin 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/2831 ; DOI : 10.4000/cybergeo.2831

Haut de page

Auteurs

Jean-Christophe Castella

Institut de Recherche pour le Développement (IRD), 213 rue Lafayette, 75480 Paris Cedex 10, France
International Rice Research Institute (IRRI), DAPO Box 7777, Metro Manila, Philippines
j.castella@ird.fr

Nathalie Rachel Tronche

Institut de Recherche pour le Développement (IRD), 213 rue Lafayette, 75480 Paris Cedex 10, France

Nguyen Vu

Vietnam Agricultural Science Institute (VASI), Thanh Tri, Hanoi, Vietnam

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page