Navigation – Plan du site
2017
822

Des îles grecques à la géographie coloniale : Marcel Dubois à la conquête de la Sorbonne (1876-1895)

Becoming a major colonial geographer : the early career of Marcel Dubois between Paris, Nancy and the Mediterranean Sea (1876-1895)
Nicolas Ginsburger

Résumés

La figure de Marcel Dubois est fondamentalement liée à la géographie coloniale qu’il enseigna à la Sorbonne pendant près de 20 ans, à partir de 1893. Cette spécialisation n’était en rien évidente et il s’agit de l’expliquer, de même que la précocité et l’éclat de ce parcours professionnel, finalement jusqu’ici relativement peu connu dans le détail. Nous allons donc ici préciser certaines conditions de cette ascension, révélatrices de l’itinéraire personnel, des réseaux professionnels et de l’activité savante de cet universitaire, afin de tracer de lui une image conforme à ce qu’il fut dans le Paris de la IIIe République triomphante, juste avant sa rupture avec Paul Vidal de la Blache et les Annales de géographie en 1895.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Archives Nationales (désormais AN), AJ/16/4752, annonce du décès de Dubois, p. 95 et hommage du doy (...)

1Disparu le 23 octobre 1916, Marcel (Edmond) Dubois (1856-1916) était depuis 1893 professeur de géographie coloniale à la faculté des lettres de l’université de Paris. Dans le contexte de la Grande Guerre, il fut honoré par ses pairs comme un « professeur aimé et apprécié1 », après presque 25 ans de titulariat, auxquels il faut rajouter ses huit années de maîtrise de conférences au même endroit, de 1885 à 1893 : trois décennies donc à la Sorbonne, suscitant plusieurs nécrologies (Gallois, 1916 ; Perret, 1916 et 1916-1917 ; Pfister, 1917), une longévité quasi unique dans l’élite académique parisienne de l’époque, plus courante dans les universités de province, une carrière brillante, étudiée depuis à plusieurs reprises, après un long purgatoire de plus d’un demi-siècle (Broc, 1978 ; Berdoulay, 1995 ; Soubeyran, 1997 et 1998 ; Clout, 2011a ; Clerc, 2014).

Photographie 1 : portrait de Marcel Dubois, l’air relativement âgé et malade – sans date, sans doute peu d’années avant sa mort (source : Coll., 1932, p. 318)

Photographie 1 : portrait de Marcel Dubois, l’air relativement âgé et malade – sans date, sans doute peu d’années avant sa mort (source : Coll., 1932, p. 318)
  • 2 On n’étudiera pas cet événement en lui-même, faute de source directe nouvelle. Certains éléments qu (...)

2Avec lui, la géographie coloniale avait trouvé une légitimation académique inédite à la fin du XIXe siècle, bien que relativement partagée avec son cadet Maurice Zimmermann (1869-1950)à Lyon (Clerc, 2014 et 2017), tous deux témoignant d’une certaine maturité scientifique et surtout institutionnelle des « savoirs coloniaux » (Singaravélou, 2011), antérieure au cas allemand par exemple en ce qui concerne la discipline géographique (Ginsburger, 2014). La géographie coloniale s’installait dans le lieu le plus légitime de l’enseignement supérieur français et de la discipline, menée par Paul Vidal de la Blache (1845-1918), pour sa part encore maître de conférences mais directeur adjoint de l’Ecole normale supérieure (ENS) jusqu’en 1898 (Sanguin, 1993). Dubois était alors en bonne intelligence avec son maître, co-fondateur et directeur des Annales de géographie en 1891, avant que n’intervienne une rupture spectaculaire entre les deux hommes, abondamment évoquée quoique finalement assez peu étudiée et encore largement inexpliquée, sinon par l’opposition entre « géographie coloniale et géographie des vidaliens » (Robic, 1993 ; Soubeyran, 1997 et 1998 ; Deprest, 2009, p. 85-88 ; Clerc, 2014)2.

  • 3 En général, les études sur Dubois sont consacrées soit à l’ensemble de sa vie d’universitaire (Broc (...)

3C’est qu’au total, et malgré la nouveauté institutionnelle que représenta cette promotion, relativement peu d’études ont été consacrées en propre à la réalité et aux coulisses de l’ascension rapide de Dubois au sommet de la hiérarchie académique, à un poste où lui, comme beaucoup d’autres historiens et géographes, élève de Fustel de Coulanges à l’ENS, ancien membre de l’Ecole française d’Athènes (EFA) et savant docteur en histoire antique, n’était pas vraiment attendu. Etait-ce seulement que, mû par l’enseignement de Vidal et par le contexte colonial, il s’était « improvisé » géographe, comme d’autres savants du premier cercle des vidaliens, nommés sur les chaires de géographie générale qui étaient alors créées dans les universités de province (Berdoulay, 1995 ; Robic, 1998 et 1999) ? La situation semble plus complexe et la trajectoire de Dubois moins linéaire qu’il n’y paraît, ce que confirment les archives que nous avons pu consulter, ainsi que diverses sources imprimées jusqu’ici peu citées dans les écrits, relativement nombreux, traitant de Dubois, rarement pourtant de façon frontale et sur une période aussi courte3.

  • 4 Dubois rentre à l’ENS en 1876, Vidal de la Blache enseigne à Nancy jusqu’en 1877, puis rue d’Ulm.
  • 5 Date de la rupture de Dubois vis-à-vis de Vidal et des Annales de géographie, deux ans après son él (...)
  • 6 Ceci correspond certes à un « domaine mineur, mais bien intégré à l’historiographie de la France (… (...)

4Il s’agit donc ici de revenir sur ces deux décennies, entre 18764 et 18955, fondamentales dans l’histoire de l’institutionnalisation de la géographie française (Broc, 1974 ; Berdoulay, 1995) et de la légitimation académique de la « question coloniale » dans les années de fondation de la IIIe République6. On le fera en adoptant une approche à la fois actorielle, interactionniste et structurelle, sous l’angle de Dubois précisément, autant du strict point de vue de ses nominations académiques que de son activité pédagogique et organisationnelle, marquée en particulier par la fondation d’un premier « institut de géographie » à Paris. Pour cela, on s’attachera ici à insister sur trois aspects : d’abord l’aspect documentaire, en particulier à travers des archives directes et inédites, complétant celles que l’on connaît déjà mais depuis peu de temps (Clout, 2011a), en particulier des extraits de correspondances et de dossiers administratifs, ainsi que plusieurs portraits peu connus de notre géographe ; ensuite l’aspect historique, en insistant sur le contexte, interne et externe à la discipline, par un effort particulier de comparaison avec ses contemporains et ses pairs français ; enfin l’aspect contingent de la carrière de Dubois, sans téléologie quant à sa « vocation » de géographe, plus encore colonial, en insistant sur les obstacles et critiques qu’il connut pendant cette période plus difficile qu’on ne le croit.

  • 7 Je remercie les trois lecteurs anonymes de Cybergéo pour leurs propositions d’amélioration de ce te (...)

5Dubois, géographe colonial ? Oui, mais comment, pourquoi et selon quelle trajectoire ? Pour répondre à ces questions et proposer un nouveau « regard » sur les débuts de la géographie coloniale française (D’Alessandro, 2003), on étudiera d’abord ses années de formation à Paris et en Grèce, qui ont pu contribuer à sa connaissance d’un certain terrain sinon colonial, du moins méditerranéen, voire à sa « vocation » complexe de géographe. On considérera ensuite la façon dont, à Nancy puis dans la capitale, il s’est peu à peu imposé comme une personnalité jeune mais importante de l’enseignement universitaire et du mouvement colonial, notamment à travers la fondation et l’organisation d’un institut de géographie novateur. On verra enfin les circonstances précises de sa nomination comme professeur de géographie coloniale, en 1893, point culminant de sa trajectoire professionnelle mais aussi objet d’oppositions qu’on détaillera ici7.

Le « noviciat » de Dubois : de l’Ecole normale supérieure à la maîtrise de conférences

Formation normalienne, terrain grec et tremplin lorrain

  • 8 Même s’il faut distinguer leurs parcours : Auerbach fut un géographe universitaire « traditionnel » (...)
  • 9 Dans l’argot normalien, « turne » signifie « chambre », et « cube » élève de troisième année, soit (...)
  • 10 Il décrit ainsi le Dubois normalien comme un anglophobe précoce (refusant de porter du textile angl (...)

6Elève de l’ENS de la rue d’Ulm à Paris, dans la promotion 1876, Dubois y acquiert traditionnellement des réseaux académiques importants, horizontaux comme verticaux. Au niveau horizontal, il compte parmi ses condisciples (23 en lettres, 14 en sciences) Bertrand Auerbach (1856-1942) et Paul Dupuy (1854-1948), tous deux devenus géographes par la suite8, mais aussi les futurs historiens Georges Lacour-Gayet (1856-1935), Salomon Reinach (1858-1932) et Gustave Lanson (1857-1934), amitiés souvent durables et solides, formant, dans le petit milieu des universitaires de la fin du XIXe siècle, des appuis tout autant efficaces que la filiation par les maîtres (Charle, 1994 ; Waquet, 2008 ; Darmon, Waquet, 2010). Dubois est particulièrement proche d'Auerbach, sorte d’alter ego à Ulm comme dans les premières années de leurs carrières respectives : c’est alors son « compagnon de « turne » au « palais des cubes »9 », témoin de ses passions et humeurs d’étudiants10.

Photographie 2 : portrait collectif de la promotion 1876 de l’ENS (source : http://www.bib.ens.fr/​avril-2013-Fustel.656.0.html).

Photographie 2 : portrait collectif de la promotion 1876 de l’ENS (source : http://www.bib.ens.fr/​avril-2013-Fustel.656.0.html).

Si Reinach est assis au premier rang (deuxième à droite), il est plus difficile de situer Dubois, Auerbach et Dupuy, aucune indication ne figurant au dos de la photographie (information de la Bibliothèque centrale de l’ENS). Une certaine ressemblance avec la photographie 3 pourrait situer Dubois au premier rang, le troisième en partant de la droite.

  • 11 A cet égard, Dubois a pu entendre son cours sur Sparte de 1876, édité récemment (Duchêne, 2013).
  • 12 Pour sa part, Reinach, dans la même situation, s’en fait scrupule, craignant d’être à ce niveau un (...)
  • 13 Cos (orthographe actuelle : Kos) fait partie de l'archipel du Dodécanèse, dans le sud de la mer Égé (...)
  • 14 Il s’agit de « deux mémoires présentés à l’Institut pendant le séjour à l’Ecole d’Athènes : (1) His (...)
  • 15 AN, AJ/16/4747, p. 188.

7Au niveau vertical, il reçoit à l’ENS, comme beaucoup de ses pairs historiens, l’enseignement particulièrement marquant11 de Numa Denis Fustel de Coulanges (1830-1889), maître de conférences depuis 1870 (Hartog, 1988), qui écrit à son propos, au troisième trimestre de l’année 1876-1877 : « [il] a fait preuve non seulement de beaucoup d’ardeur au travail, mais d’un véritable sens historique, j’augure bien de lui » (Robic, 1999, p. 38, note 9). Au moment de la préparation de l’agrégation d’histoire et géographie, en troisième année de scolarité, il fréquente également, comme tous ses condisciples historiens, les cours de Vidal, très récemment nommé maître de conférences (Robic, 1999, p. 38). Major au concours (1879) immédiatement nommé élève de l’EFA, Dubois n’a donc pas d’expérience d’enseignement dans le secondaire, au contraire d’Auerbach par exemple12 (Robic, 1999, p. 38), mais il acquiert une expérience de voyage, comme archéologue et épigraphe, dans le cadre d’un itinéraire relativement typique bien que pas du tout général, après l’ENS et l’agrégation, pour un normalien de son époque (Valenti, 1996). Arrivé à Athènes mi-janvier 1880, sans doute après un séjour à Rome, obligatoire pour les « Athéniens » (Duchêne, 1996, p. 275), il trouve un établissement prestigieux et dynamique, stimulé par « l’entreprise de redressement national » universitaire et scientifique développée notamment par deux antiquisants éminents, Albert Dumont (1842-1884), récent directeur de l’EFA (1875-1879), puis de l’enseignement supérieur (1879-1884), et Fustel à celle de l’ENS (1880-1883) (Gran-Aymeric, 2007, p. 213-214). A Athènes, Dubois commence par s’initier à l’archéologie, à l’épigraphie et à la technique des fouilles en première année, puis voyage en deuxième année. Il fait un séjour sur l’île de Cos13 dès septembre 1880 avec son camarade Amédée Hauvette-Besnault (1856-1908) (promotion 1878 de l’EFA), relevant les inscriptions et rencontrant les érudits locaux (Dubois, 1881, p. 201), et parcourt ainsi en 1881, avec Hauvette et Michel Clerc (1857-1931) (promotion 1880), l’Anatolie maritime, les Cyclades, les Sporades et la Carie. Il en rapporte classiquement de nombreuses inscriptions nouvelles, publiées entre 1880 et 1884 dans le Bulletin de correspondance hellénique en pas moins de quatorze articles mêlant la publication du texte, sa traduction et son commentaire, ainsi que des travaux non publiés analysés dans les Rapports de la Commission des Ecoles d’Athènes et de Rome14. Il rentre en France à l’automne 1882 avec les éléments nécessaires à sa thèse, soutenue deux ans plus tard, le 3 novembre 188415 et consacrées pour celle en latin à l’île de Cos, pour celle en français aux Ligues antiques étolienne et achéenne (Dubois, 1884 et 1885).

8La Grèce et l’Asie mineure ont-elles été son « chemin de Damas » disciplinaire (Perret, 1916, p. 481-482) ? Son camarade historien Lacour-Gayet, lui-même membre de l’Ecole française de Rome mais plutôt moderniste, affirme pour sa part :

« Il fut très content [d’aller à l’EFA], non pas parce que le goût de l’épigraphie et de l’archéologie l’attirait en Grèce d’une manière particulière ; je crois que c’était plutôt l’instinct du géographe qui s’éveillait en lui. (…) Il s’occupa surtout, au cours de ces trois belles années de jeunesse, de visiter les îles de l’Archipel et les côtes de l’Asie mineure. Dans ces croisières répétées (…), il sentit naître en lui l’attirance de la mer ; elle allait bientôt le conduire à l’étude des questions coloniales, à l’étude des questions économiques. L’Ecole d’Athènes contribua ainsi à orienter l’ancien élève de Fustel dans une direction à laquelle il devait rester fidèle jusqu’à sa dernière heure. » (Lacour-Gayet, 1916, p. 150)

  • 16 Sa thèse de doctorat porte sur les cultes d'Arcadie et leur genèse. Il a enseigné la géographie de (...)
  • 17 En 1898, il consacre sa thèse principale d’Etat à l’étude des mines du Laurion et sa thèse latine à (...)
  • 18 Sa thèse, soutenue en 1885, est consacrée à la géographie physique de Grèce en rapport avec l’Antiq (...)
  • 19 Il en devint le grand spécialiste international dans la première moitié du XXe siècle, comme profes (...)
  • 20 D’autres géographes français visiteront plus tard, autour des guerres mondiales, les mêmes lieux, d (...)

9La Grèce et l’Empire ottoman occidental des années 1880 comme lieu de découverte, d’initiation, voire de « conversion » véritablement religieuse, d’éveil d’une vocation d’historien à la toute nouvelle science géographique, voilà qui n’est pas si original que cela. Plusieurs autres personnalités majeures de la géographie européenne peuvent également être associées à ce tropisme, en particulier du côté français Vidal, lui aussi élève de l’EFA entre 1867 et 1870, Elisée Reclus (1830-1905) qui s’y rend, relativement tardivement dans son existence, en 1884-1885, Victor Bérard (1864-1931) en 1887-189016 et Edouard Ardaillon (1867-1926) en 1891-189317, eux aussi normaliens et athéniens, et du côté allemand, Joseph Partsch (1851-1925)18 et Alfred Philippson (1864-1953)19 à partir de 1887. Peu de régions européennes ont été aussi importantes dans la formation de cette génération des années 1860 de futurs géographes universitaires européens dominants. Mais dans le cas français, il est peut-être « excessif de prétendre repérer [une telle] vocation géographique » dans ces activités de voyage archéologique20. Par l’héritage antique et la culture classique, le monde grec oriente peut-être certains érudits vers la géographie historique, mais à l’époque, le voyage en Allemagne est également particulièrement important pour comprendre la science académique moderne (Charle, 1994), ainsi que le fait Auerbach pour ses thèses d’histoire moderne et antique (Robic, 1999, p. 38). Notons cependant que les thèses de Dubois concernent un aspect très singulier de l’histoire grecque antique : les confédérations de cités grecques, entre l’Empire macédonien d’après Alexandre le Grand et l’Empire romain à ses débuts, au IVe et IIIe siècle avant J.-C. De plus, il en cherche les traces dans un autre empire, ottoman cette fois, alors encore très puissant dans cette région. Multiples redondances impériales donc, celle de l’histoire et celle de la culture de la fin du XIXe siècle, au moment où la France de la IIIe République s’engage elle-même dans l’aventure coloniale. Importance de la montagne et de la mer également sur l’histoire politique des cités grecques, dans une vision déterministe des rapports entre histoire et géographie, comme son élève tardif Robert Perret (1881-1965) le note :

  • 21 Etymologiquement « trou en bas », le terme de « catavothre » désigne dans un relief calcaire « diff (...)

« Comment n’eût-il pas saisi, dans un pays de bassin fermés et de katavothres21, l’influence de la division du sol sur le statut des républiques grecques, toutes enfermées pas des montagnes qui leur servaient de limites naturelles et de frontières politiques ? En voguant au milieu des Cyclades, comment n’eût-il pas discerné le rôle de la mer, seule voie de communication entre des ports épars ? » (Perret, 1916, p. 481)

  • 22 Il s’agirait surtout de déterminer l’influence de la pensée de Fustel de Coulanges contenue dans La (...)
  • 23 Les vents « étésiens » ou meltémi sont des vents puissants qui soufflent périodiquement (en particu (...)

10L’effet de l’intuition déterministe du sol et de l’eau sur la pensée de géographie politique et économique est possible22, d’autant qu’à l’été 1884, dans un second voyage, Dubois se rend à nouveau, sur la côte d’Asie mineure, pour y faire non plus de l’archéologie, mais des études météorologiques, en particulier sur les vents étésiens23. Il continue cependant son itinéraire sur la rive sud de la Méditerranée orientale, où il a des contacts avec les populations arabes locales de pêcheurs, de marins et sans doute de bédouins dans les oasis : il va en Cyrénaïque et en Marmarique, c’est-à-dire en Afrique du Nord orientale, entre la Libye et l’Egypte. Il en rapporte manifestement une expérience de terrain importante et souvent évoquée par la suite dans ses cours, nourrie de souvenirs pittoresques et de son talent oratoire, profondément marquée par un imaginaire orientaliste très actif, fait d’images et de chants maritimes (Perret, 1916, p. 483-484).

  • 24 Contrairement à ce que Perret écrit dans sa nécrologie, dans une vision très déterministe de la car (...)
  • 25 AN, F/17/25762, notice individuelle de l’académie de Nancy. En fait, son titre exact est « maître d (...)
  • 26 Il a alors quatre conférences par semaine, avec 21 élèves, et reçoit un traitement de 5000 francs p (...)

11De retour de Grèce, en 1882, le premier poste de Dubois est à la faculté des lettres de l’université de Nancy, comparable en cela à son maître et aîné de dix ans Vidal de la Blache, qui y avait enseigné de 1873 à 1877, demandant que son poste soit dédié à la seule géographie « moderne », et qui le recommande d’ailleurs pour le poste, ce qui est une indication sur la « vocation » géographique de Dubois, en tout cas aux yeux de son maître (Andrews, 1986 ; Bonnefont, 1993). Sa nomination intervient alors qu’il a vingt-six ans, précocité témoignant de « l’avantage aux plus jeunes d’entre les candidats » qui caractérise dans une certaine mesure les années 1870 et 1880, pendant lesquelles « la capacité d’adaptation et d’innovation » pédagogiques est particulièrement valorisée par un pouvoir républicain désireux de rénover l’enseignement supérieur (Karady, 1983, p. 108). Il convient cependant de distinguer à cet égard deux périodes24. Ainsi, entre novembre 1882 et février 1884, il est d’abord officiellement maître de conférences d’histoire ancienne à la faculté des lettres25. Il trouve à Nancy une société de géographie récente et dynamique, fondée en 1879, qui atteint en 1882 son maximum d’adhésions (574 membres) (Bonnefont, 1999) et dans laquelle il trouve rapidement sa place. Il y prononce par exemple le 22 décembre 1882 une conférence sur « les îles turques de l’Archipel », puis, le 29 juin 1883, une « conférence sur la géographie commerciale » (Bulletin de la Société de géographie de l’Est, 1884, p. 215 et 222). A compter de février 1884, Dubois est ensuite officiellement délégué dans les fonctions de « chargé de cours d’histoire et de géographie », jusqu’en octobre 188526. Il y remplace Alfred Rambaud (1842-1905), qui y était professeur titulaire depuis 1879, sur une « chaire d’histoire, mais plus spécialement de géographie » (Allain, 1884, p. 135), et qui est nommé professeur d’histoire moderne et contemporaine à la Sorbonne en 1884. A cet égard, l’intervention directe de Fustel de Coulanges est certaine, lui qui écrit début 1884 :

  • 27 AN, F/17/25762, lettre de Fustel de Coulanges au directeur de l’enseignement supérieur, 12 janvier (...)

« La chaire de Mr. Rambaud à Nancy devient libre. Ne pourriez-vous la donner à Dubois, comme chargé de cours ? Je sais qu’il désire vivement rester à Nancy où il s’est marié.
Il n’est pas docteur ; mais ses deux thèses sont déposées. La française, dont j’ai l’examen, est excellente. Vous pouvez le considérer comme docteur, et très bon docteur27. »

  • 28 Il est marié dès 1883, désormais « allié à une vieille famille de Lorraine » (Lacour-Gayet, 1916, p (...)

12Motifs personnels donc, liés à son état conjugal28, mais aussi professionnels et scientifiques. Sans doute à la suite de ce courrier, un membre du cabinet du recteur de l’académie de Nancy écrit :

  • 29 Théophile Homolle (1848-1925), normalien et ancien membre de l’EFA, enseigne à la faculté des lettr (...)
  • 30 AN, F/17/25762, lettre anonyme à en-tête du cabinet du recteur de l’académie de Nancy, sans date [1 (...)

« M. Rambaud est nommé à Paris et M. Homolle29 nous quitte prochainement.
La chaire qui va ainsi devenir vacante est dite d’histoire et de géographie, mais c’est surtout une chaire de géographie.
Nous avons la bonne fortune – bien rare, je crois – d’avoir ici un maître de conférences qui a un goût très prononcé, très vif, pour les études géographiques ; c’est M. Dubois, qui a été formé par M. Fustel de Coulanges et par M. Vidal-Lablache. Nous serions heureux de l’attacher définitivement à la Faculté des lettres de Nancy et je prends la liberté d’appeler votre attention sur son nom, pour le moment où il vous conviendra de pourvoir à la succession de MM. Rambaud et Homolle30. »

  • 31 En 1882, il existe au moins sept chaires spéciales de géographie, occupées par des historiens de fo (...)

13Son « goût » affirmé pour la géographie est donc ici souligné, et conduit bien à sa nomination, pour remplacer deux historiens cependant, et de manière relativement brève (un an et demi) : il est remplacé immédiatement à son départ par Auerbach, depuis 1883 enseignant d’histoire ancienne à l’université de Caen après plusieurs années en lycée (Robic, 1999, p. 38), ce qui confirme toute l’ambivalence de cette charge, entre antiquité et géographie. Cette expérience à Nancy, qu’il qualifie par la suite de « noviciat » (Dubois, 1914, p. 833) et qui dure donc bien plusieurs années (Perret, 1916, p. 484), marque son inscription dans un paysage académique où la géographie est encore relativement peu présente dans les universités quoique de plus en plus institutionnalisée, toujours enseignée par des historiens de formation31 : rien de vraiment original donc pour Dubois, dont la soutenance des thèses, à Paris en novembre 1884, donne lieu à une appréciation très positive de ses qualités de jeune savant historien. Ainsi, l’inspecteur Larrens écrit :

  • 32 AN, F/17/25762, lettre de Larrens au recteur de l’académie de Paris, Paris, 23 novembre 1884.

« M. Marcel Dubois est tenu en grande estime par la Faculté. De physionomie intelligente, sympathique, doué d’une parole facile, ferme, sûre, qui, comme la Faculté le remarque, dénote le professeur, premier agrégé d’histoire, il est allé se mûrir au soleil de l’Attique, et il en revient avec une érudition solide.
Ses thèses sont de celles qui ne prêtent guère à la critique, parce que le cercle en est étroitement circonscrit, et qu’il est rempli de choses nouvelles ou peu connues de la Faculté, [qui] n’a contesté ni les faits ni les conclusions. (…) Si quelquefois on a pu regretter qu’un travail trop médiocre ait été admis à la soutenance, ce n’est assurément pas le cas avec M. Marcel Dubois32. »

  • 33 Cette chaire illustre, créée en 1809 comme chaire « d’histoire et de géographie moderne » à la Sorb (...)
  • 34 Celui de Larrens est destiné à informer l’institution, en particulier le directeur de l’enseignemen (...)

14Le titulaire de la chaire de géographie depuis 186233 et doyen de la Sorbonne depuis 1881 (Vidal de la Blache, 1906 ; Berdoulay, 1995, p. 100-103), Auguste Himly (1823-1906), est quant à lui plus précis dans son propre rapport de thèse, en particulier sur le fond des travaux savants du jeune homme (encadré 1). Ces deux documents, quoique de nature un peu différente34, identifient donc bien Dubois comme historien et archéologue érudit, méthodique et éloquent, tenu en haute estime par ses maîtres et ses pairs, mais jamais considéré comme géographe dans ce texte.

Encadré 1 : Rapport d’Himly, président du jury, sur la soutenance des thèses de doctorat de Marcel Dubois :

  • 35 Georges Perrot (1832-1914) est alors professeur d’archéologie grecque à la Sorbonne depuis 1879, Ma (...)

« Le jury était composé, sous la présidence du doyen, de MM. Perrot, Fustel de Coulanges, Pigeonneau, Collignon et Paul Girard35.

Dans la thèse latine, le candidat se proposait surtout de mettre en lumière les faits nouveaux qu’il avait pu recueillir au cours de trois voyages faits par lui dans l’île de Cos et a limité ses investigations à deux points particuliers : 1) la topographie de l’île au point de vue de l’emplacement des villes et des principaux sanctuaires ; 2) l’histoire des institutions religieuses, d’après les inscriptions. Par un scrupule fort louable, M. Dubois s’est appliqué à faire aux travaux de ses devanciers le moins d’emprunts possibles ; on a regretté cependant que le poussant trop loin, il se soit interdit d’exposer au moins brièvement l’état de la question sur certains points antérieurement traités, le développement aurait gagné en ampleur et en clarté, s’il avait pris soin de présenter aux lecteurs sous une forme moins sèche les questions qu’il éclaire de documents nouveaux. La composition de la thèse aurait également gagné à être modifiée ; en répartissant dans le corps de l’opuscule sous des numéros d’ordre les inscriptions qui servent de points de départ à ses commentaires. M. Dubois s’est privé de la liberté nécessaire pour grouper les faits avec aisance : la seconde partie, surtout de la thèse a plutôt le caractère d’un recueil épigraphique que celui d’un mémoire dont le développement continu doit aboutir à un ensemble de conclusions. La Faculté n’en a pas moins rendu pleine justice aux qualités très réelles dont témoigne ce travail. Il se recommande par la nouveauté des faits, qui y sont exposés avec une excellente méthode scientifique ; il indique les points sur lesquels il y a lieu d’attendre de nouvelles découvertes, et il met en pleine lumière certaines particularités de l’histoire religieuse de Cos qui étaient jusqu’ici peu connues ou tout à fait ignorées.

Le sujet de la thèse française de M. Dubois avait déjà été étudié en Allemagne, en Angleterre, en France, mais toujours avec des documents insuffisants. Plusieurs inscriptions découvertes dans ces quinze dernières années lui ont permis de le traiter avec plus d’étendue et de sûreté que ses prédécesseurs. (…) Il avait eu d’abord la pensée de traiter séparément l’histoire des deux confédérations dans deux thèses différentes. Sur le conseil du doyen, il s’est décidé à mener de front les deux histoires dans la seule thèse française. Cela a valu à la Faculté non seulement le bon travail sur l’île de Cos dont je viens de parler, mais aussi dans celui que j’analyse en ce moment, une comparaison perpétuelle qui ajoute à l’intérêt du livre, et fait mieux comprendre les faits. (…) Le jury a été unanime à reconnaître que la méthode de M. Dubois était bonne et vraiment scientifique ; qu’aucun document n’avait été négligé par lui, et que ses conclusions étaient généralement justes. On ne lui a guère objecté que d’avoir été trop affirmatif sur certains points, alors qu’il y a place au moins pour le doute dans l’état actuel des documents.

  • 36 AN, F/17/25762, rapport d’Auguste Himly sur la soutenance des thèses de Marcel Dubois, non daté.

Le candidat a soutenu ses deux thèses avec autant de mesure que de vigueur d’esprit. Sa parole est ferme et nette, et il joint évidemment aux qualités de l’érudit celle du professeur. La Faculté a déclaré, à l’unanimité, M. Dubois digne du grade de docteur ès Lettres36. »

  • 37 Il faut peut-être y voir l’empreinte de l’Allemand Ferdinand von Richthofen (1833-1905), alors prof (...)
  • 38 Dans cet ouvrage, absolument pas illustré, la géographie physique est très présente, puis le contin (...)

15Pourtant, l’expérience d’enseignement de Dubois dans l’université nancéenne, déjà relativement prestigieuse (Livet, 1954), montre qu’il commence bien à se positionner comme tel au sein même de l’institution académique. On sait ainsi que « l’ouverture de son cours a eu lieu avec un grand succès », et que le thème traité était en 1885 « l’Asie orientale » (Revue de géographie, 1885, p. 160), sujet qui surprend un peu tant il semble loin de son champ de spécialité37, tandis qu’il publie également des manuels, l’un sur les « notions élémentaires de géographie générale » (Dubois, 1884b), l’autre sur la géographie de l’Europe38 (Dubois, 1886 et 1888b), puis de la France (Dubois 1887), publié par l’éditeur Masson avec qui il commence une très longue collaboration. La société de géographie de Nancy lui donne l’occasion de développer de nouveaux thèmes : la géographie militaire, économique et coloniale (de même que l’exploration, qualifiée de géographie « militante »), en plus de la géographie générale, régionale et physique, y est abondamment abordée. Cette orientation est approuvée par Dubois : membre du Bureau de la société-mère nancéenne en 1884 et 1885 et de sa « commission de géographie commerciale », il fonde, de sa propre initiative, « un cours de géographie commerciale à l’Ecole professionnelle de l’Est » en 1885 (Bulletin de la Société de géographie de l’Est, 1885, p. 195). Le 26 décembre 1884, il donne enfin à la société une conférence sur Madagascar, « au point de vue géographique et historique, non sans aborder la question de la politique coloniale de la France » (Bulletin de la Société de géographie de l’Est, 1885, p. 250).

16Ce séjour lorrain aurait donc été fort important pour Dubois, qui y rencontra à la fois un début de tradition académique (la trace de Vidal) et un milieu social et politique favorable au développement de la géographie moderne, encouragée par des intérêts municipaux, industriels et coloniaux. Il y prend également place dans le cadre de la valorisation institutionnelle de sciences de terrain en plein développement, l’archéologie d’abord où il fut formé, la géographie ensuite, par lequel il entre par les voyages d’observation, mais aussi par les textes d’histoire grecque. Son élève tardif Perret brode sur l’inspiration que la Lorraine a pu avoir sur le jeune professeur, et écrit : « [s]a réputation croissante (…) avait franchi les murs de la capitale lorraine. On le saluait comme un chef d’école » (Perret, 1916, p. 485). On ne peut que s’étonner de cette affirmation, écrite trente ans après les faits par quelqu’un qui était alors à peine né, et la regarder avec méfiance : comme est-il possible que Dubois, à l’époque auteur d’une seule thèse de doctorat d’histoire grecque antique et de quelques articles érudits d’épigraphie, comme tant d’autres universitaires de son jeune âge, ait pu acquérir si vite une telle aura ? Et quels disciples a-t-il bien pu s’attirer, si jeune et dans une université de province où il a malgré tout peu d’élèves ? Le commentaire de la Société de géographie de Nancy sur son manuel sur la géographie de la France peut cependant nous donner une indication en la matière :

« Il n’est pas besoin de dire que l’œuvre récente de l’ancien professeur à la Faculté de Nancy, devenu professeur à la Sorbonne, réunit les mêmes qualités de clarté, de méthode et de sobriété, que ses devancières. On sait que, tout en s’adressant exclusivement à l’enseignement, les ouvrages géographiques de M. Dubois sont imprégnés de la triple source scientifique, économique et historique qui alimente la géographie bien comprise. M. Dubois est de l’école de M. Vidal-Lablache, qui compte encore trop peu d’adeptes : la géographie mathématique et la géologie leur sont aussi familières que la géographie historique et économique, et leurs œuvres se ressentent de ces qualités aussi rares qu’essentielles. » (Bulletin de la Société de géographie de l’Est, 1886, p. 673)

  • 39 AN, F/17/25762, notice individuelle de l’académie de Nancy, non daté.
  • 40 Jules(-Sylvain) Zeller (1820-1900), agrégé d'histoire en 1844 et docteur ès lettres en 1849, est in (...)

17On note également la mention à Emile Louis Poirel, lauréat de l’agrégation d’histoire et géographie en 1887, nommément disciple de Dubois et Vidal, mais c’est peu pour faire véritablement école. Pourtant, en 1883, on sait que le jeune enseignant donne trois conférences d’histoire ancienne semestrielles, pour 10 étudiants et un nombre variable de 40 à 90 auditeurs dans son cours public39. L’Inspecteur général de l’enseignement supérieur Jules Zeller (1820-1900)40 écrit alors à son propos :

« M. Dubois est un jeune professeur instruit et zélé qui se multiplie pour se rendre utile à la Faculté des lettres et y faire goûter les connaissances historiques et géographiques qu’il possède, en vue surtout des examens de la licence et de l’agrégation d’histoire. Il fait à la fois l’histoire des institutions grecques, la Grèce au IIIe et au IIe siècle, la géographie de l’Asie et de l’Afrique, et aide, pour sa part, un candidat à l’agrégation d’histoire à préparer les questions données. M. Dubois suffit à ces tâches avec du travail, de la mémoire et de la facilité. Il n’y a pas encore de qualité maîtresse dans son enseignement, et il n’accuse pas lui-même ses préférences entre l’histoire et la géographie ou bien entre les différentes périodes de l’histoire, l’ancienne, celle du Moyen-Âge et la moderne. Tel qu’il est, son enseignement est intéressant et utile, il répond aux besoins de la Faculté. »

  • 41 AN, F/17/25762, rapport du recteur de l’académie de Nancy, 31 mai 1884.
  • 42 AN, F/17/25762, rapport du recteur de l’académie de Nancy, 6 juin 1885.

18Le jeune homme est donc polyvalent, historien et géographe de façon indifférenciée, ce qui est déjà avantageux pour son public. Les années suivantes, le recteur de l’académie de Nancy ne manque pas d’éloges lorsqu’il commente ses cours. Pour 1884, le professeur est décrit comme d’un caractère « excellent », d’une « nature ouverte et sympathique », « apport[ant] beaucoup d’ardeur à ses conférences », avec une élocution « élégante et agréable, avec beaucoup de force et de précision », donnant quatre conférences sur les institutions grecques, l’histoire grecque et romaine et des conférences de géographie pour vingt élèves en tout41. En 1885, le recteur écrit que le jeune chargé de cours « s’est promptement acquis l’estime et les sympathies de tous », il est « sagace et ferme, exact et zélé, [avec la] parole facile, ferme et de l’autorité dans l’accent », donnant un « cours public sur la Chine et deux conférences d’histoire ancienne et de géographie pour la licence et l’agrégation d’histoire », pour 13 élèves inscrits en conférences (10 élèves pour l’une, 3 élèves pour l’autre, sans doute celle de l’agrégation) et un public mêlé dans la leçon publique42. Le doyen de l’université précise que sa conduite est « sans reproche », qu’il présente « de l’ardeur, [et] aime passionnément la géographie », que son élocution est « nette et agréable » et qu’il « mérite d’être nommé titulaire ». Avec cette bonne appréciation, comme son maître Vidal et selon le même pedigree d’excellence (ENS, agrégation, EFA, doctorat, expérience d’enseignement en province), Nancy est alors un tremplin rapide pour la suite de sa carrière, à Paris.

  • 43 A une date indéterminée, Dubois tombe gravement malade, peut-être à cause du paludisme contracté pe (...)

19Que retenir de ces « entreprises vagabondes » de Dubois (Perret, 1916, p. 484) en Méditerranée orientale et en Lorraine au début des années 1880 ? Sans doute une expérience concrète et personnelle de terrain, dont on doit considérer qu’elle a influencé profondément et sur le long terme le jeune savant, qui y fait souvent référence tout au long de sa vie, et qui est en partie responsable de sa propre disparition43. Ensuite une expérience d’enseignement, certes brève et sans doute essentiellement nourrie d’une hybridation entre connaissances historiques, lectures antiques et modernes et souvenirs récents de Méditerranée orientale, mais lui ouvrant la voie de la capitale.

Maître de conférences à la Sorbonne et à Sèvres

  • 44 Eminemment politique et non académique, la décision conjointe de création du cours et de nomination (...)

20En effet, par arrêté du 13 octobre 1885, à l’âge de 29 ans, Dubois devient maître de conférences de géographie « sans étiquette » (Clerc, 2014, p. 136, note 6) à la faculté des lettres de l’université de Paris. Le jeune savant, à l’origine archéologue et helléniste, est alors de plus en plus identifié comme géographe. La nomination, immédiatement prononcée avec la création du poste nouveau de « conférence », a été décidée sur intervention directe et un peu précipitée du ministre de l’Enseignement supérieur44. C’est Himly qui l’annonce à ses collègues titulaires mi-novembre, presque par surprise et en s’excusant du coup de force ministériel : quelques protestations sur la forme n’empêchent pas que la nomination de Dubois soit jugée tout à fait favorablement (encadré 2).

  • 45 AN, AJ/16/4747, séance du conseil de la Faculté du 14 novembre 1885, p. 238.

Encadré 2 : La nomination de Marcel Dubois comme maître de conférences à la Sorbonne (1885)45

« [Le doyen Himly] annonce à la réunion la création d’une conférence de géographie et la nomination, comme maître de conférences, de M. Marcel Dubois, chargé de cours d’histoire à la Faculté de Nancy.

Le Doyen explique à ses collègues qu’il aurait désiré pouvoir réunir la Faculté afin de lui demander son avis et ses propositions relativement à la nouvelle conférence, mais M. le Ministre de l’Enseignement supérieur ne lui en a pas laissé le temps, et l’a mis en demeure, vu l’éventualité d’un changement ministériel, d’accepter séance tenante la création nouvelle, ainsi que la nomination du candidat. M. Wallon ne peut s’empêcher de regretter que l’initiative ministérielle ait devancé, dans la circonstance, la présentation de la Faculté, et il craint qu’il n’y ait là un précédent fâcheux. M. J. Girard fait observer que si la Faculté n’a pas été saisie officiellement, du moins un certain nombre de ses membres avaient été approchés à cet égard, et que tous s’étaient montrés très favorables à la candidature de M. Marcel Dubois. »

  • 46 Fondé en 1881, il devient en 1894 le ministère des Colonies, et participe activement au financement (...)

21Le poste n’est pas fléché en géographie coloniale, et on doit considérer avec prudence et sans téléologie les rapports directs avec le récent sous-secrétariat d’Etat aux colonies46, d’une part, et, d’autre part, avec le mouvement d’expansion coloniale marqué notamment par l’affaire de Lang-Son et la crise du Tonkin, aboutissant à la chute du ministère Ferry, le 30 mars 1885. A ce niveau, Dubois lui-même évoque dix ans plus tard cet événement et ses conséquences directes :

« Le jour où le grand ministre Jules Ferry tomba, victime de sa rude loyauté, à la suite de la rencontre douteuse de Lang-son, nous étions réunis, professeurs d’histoire, de géographie, ou d’autres sciences, chez un haut fonctionnaire de l’Université. L’émotion de cette nouvelle, qu’on n’avait pas eu le temps ni les moyens de contrôler, se traduisit sur-le-champ, avec une violence dont j’ai gardé le souvenir, par des reproches adressés aux partisans de l’expansion coloniale, spécialement aux professeurs d’histoire et de géographie de notre enseignement public. Nous avions allègrement payé de nos personnes dans les conférences de la Société de géographie, de la Ligue de l’enseignement et d’autres associations. (…) Nous reçûmes alors, nous et les institutions sous le patronage desquelles nous nous étions engagés, un des plus rudes assauts dont j’ai gardé la mémoire ; peu d’amis osèrent nous défendre. Pendant plusieurs mois il fallut vraiment quelque courage pour plaider la cause du Tonkin et de l’apôtre de sa reconquête ; pendant plusieurs années, les précautions furent nécessaires pour ramener l’opinion publique de son égarement. » (Dubois, 1897, p. 8)

  • 47 Est-ce le doyen Himly ? Il n’aurait sans doute pas été désigné ainsi par Dubois. Est-ce Louis Liard (...)
  • 48 En 1884, Vidal, membre depuis 1881 de la société de géographie de Paris (SGP), fait partie de la «  (...)

22Si le haut fonctionnaire de l’université de Paris n’est pas facile à identifier47, Dubois, avant même sa nomination effective à la Sorbonne, semble donc bien intégré dans le milieu parisien des universitaires, en particulier des historiens, ainsi que de diverses organisations influentes (sociétés de géographie48, Ligue de l’enseignement). Ceci n’a rien d’étonnant, tant le fait d’être normalien crée alors des réseaux forts dans le milieu des élites intellectuelles, politiques et sociales des débuts de la IIIe République, même s’ils sont en concurrence avec d’autres groupes professionnels, idéologiques ou confessionnels, comme les avocats ou les francs-maçons. Le tableau qu’il livre ici est cependant beaucoup plus celui d’une crise conjoncturelle de l’idée et de l’idéologie coloniales (Girardet, 2001), en particulier dans le milieu académique et dans les sociétés savantes colonialistes, que d’un mouvement conquérant, même si les débats de 1885 mènent quelques années plus tard à la « construction d’un consensus colonial » (Houte, 2014, p. 137) dont Dubois profitera, avec l’appui du « parti colonial français » (Brunschwig, 1959). Dans ce contexte, on s’explique donc très bien que le nouveau poste ne renvoie pas à la géographie coloniale, d’autant que Dubois n’est alors pas vraiment spécialisé en la matière.

  • 49 Dans les facultés des lettres (Auerbach en 1885 à Nancy, Camena d’Almeida (1865-1943) en 1889 à Cae (...)

23Il s’agit cependant d’une indéniable nouveauté dans la vénérable institution parisienne : si la chaire de Himly était étiquetée « géographie », mais en fait comprise du point de vue de l’histoire et de la géographie historique, le choix de Dubois à la Sorbonne, outre les titres prestigieux qu’il peut faire valoir, est un geste politique pour promouvoir une géographie sinon déjà « moderne », du moins renforcée, comparable en cela avec la nomination (comme maître de conférences lui aussi) de Vidal à l’ENS en 1877 et à celle du géologue Charles Vélain comme chargé de cours de géographie physique à la faculté des sciences en 1886 (Broc, 1974, p. 562), mais aussi avec le mouvement de créations de postes spécialisés de professeurs de géographie dans les universités provinciales49. La Sorbonne est cependant clairement favorisée, avec ses deux postes permanents, et Himly aurait évidemment eu grand tort de refuser le cadeau ministériel, même un peu forcé. Pourtant, Perret, pourtant tout en dithyrambes pour son maître, concède que cette innovation n’a pas été consensuelle :

« Les idées un peu hardies ne rencontrent jamais l’indifférence. Elles forcent l’attention en troublant les habitudes et provoquent des éloges et des blâmes également passionnés. Si les étudiants furent enthousiastes, le corps professoral ne fut pas unanime. Parmi ses membres, les uns, comme le doyen Himly, témoignèrent à leur collègue la plus délicate bienveillance et encouragèrent son effort de leur approbation ; mais les autres éprouvèrent quelque surprise. (…) Ce fut peut-être afin de répondre aux critiques de Marcel Dubois se résolut à publier son Examen de la Géographie de Strabon. » (Perret, 1916, p. 486)

  • 50 Cette question de l’agrégation de géographie, « véritable « serpent de mer » des congrès nationaux (...)

24On ne sait pas qui, parmi les titulaires de Sorbonne, a pu exprimer à l’encontre de Dubois des critiques internes ouvertes, mais on connaît bien celles, externes, de Ludovic Drapeyron (1839-1901) en la matière. Directeur-fondateur de la Revue de géographie en 1877, secrétaire général de la Société de topographie de France et professeur au lycée Charlemagne, Drapeyron se présente comme particulièrement attaché à l’indépendance de la discipline manifestée par ses demandes répétées de création d’une agrégation propre et d’une « Ecole de géographie » autonome (Drapeyron, 1889 ; Broc, 1974, p. 553-562 ; Berdoulay, 1995 ; Robic, 1998). De concert avec son camarade Auerbach lors de son cours inaugural de 1887 à Nancy (Robic, 1999, p. 39), Dubois lui répond longuement en 1888 dans la Revue internationale de l’enseignement : il se prononce à la fois contre la séparation de l’histoire et de la géographie50, et contre l’importation d’un modèle allemand qu’il juge excessivement naturaliste (Dubois, 1888a). Ceci correspond plus généralement à la politique de la IIIe République concernant l’enseignement supérieur, préférant donner à la géographie une place renouvelée dans l’institution universitaire, dans les facultés de lettres (Dubois) et de sciences (Vélain), plutôt que créer des « écoles spéciales », malgré le lobbying actif de Drapeyron. Si Dubois avoue avoir d’abord été tenté par la solution du professeur de Charlemagne, il se range finalement du côté de l’historien Ernest Lavisse (1842-1922) (Leduc, 2016), probablement en partie par opportunisme et carriérisme.

Photographie 3 : portrait de Marcel Dubois (source : Bulletin de la société normande de géographie, 1897, t. 19, p. 337, cité in Clout, 2011a) : on peut douter du fait que cette photographie date de la fin des années 1890, tant Dubois a l’air ici d’un jeune professeur.

Photographie 3 : portrait de Marcel Dubois (source : Bulletin de la société normande de géographie, 1897, t. 19, p. 337, cité in Clout, 2011a) : on peut douter du fait que cette photographie date de la fin des années 1890, tant Dubois a l’air ici d’un jeune professeur.
  • 51 Rappelons que la même année, Vidal de la Blache publie son traité de géographie politique, égalemen (...)

25C’est que le jeune maître de conférences fait alors beaucoup d’efforts pour se donner une réelle dimension géographique, en particulier à partir de la fin de la décennie 1880. Cela se traduit d’abord par une stratégie éditoriale visant à inscrire dans sa bibliographie sa nouvelle spécialité selon une perspective pédagogique. Il se positionne ainsi comme auteur d’un manuel de géographie de la France en 1887, puis d’un cours sur la géographie économique de la France, des Etats de l’Europe et des autres continents (Dubois, 1889a, b et c), ouvrage présenté comme une « tentative de réforme de la géographie économique » en mettant « en relief le rapport qui unit la terre à l’homme » et en présentant l’ensemble de façon raisonnée, pour aider la mémorisation (Dubois, 1889)51. Il publie enfin un Précis de la Géographie économique des cinq parties du monde (Dubois, 1890), compilation de chiffres économiques et commerciaux du monde, saluée par ses pairs. Il est donc alors de plus en plus spécialisé sur le marché des manuels scolaires et dans le domaine de la géographie économique, à dimension coloniale. Il densifie aussi ses réseaux personnels et professionnels, adhère à la SGP en 1889, participe aux manifestations liées à l’Exposition universelle de Paris et au rassemblement des sociétés de géographie françaises en leur Congrès national dans la capitale, puis est nommé en 1890 (pour plus de 25 ans) maître de conférences à l’Ecole normale supérieure de jeunes filles de Sèvres (Ginsburger, 2015). C’est alors, en 1891, qu’il participe à la création des Annales de géographie, co-fondateur et directeur avec Vidal. A ce titre, on doit le créditer, avec son maître, de l’article inaugural de la revue (Dubois, Vidal, 1891c), puis, à titre personnel, de plusieurs longs articles, en particulier consacrés à l’océanographie et aux littoraux, à l’hydrographie des eaux douces et aux îles (Dubois, 1891d et e, 1892b et d). Il est d’ailleurs possible que, pendant cette période où Vidal est occupé par la rédaction de son Atlas Général, ce soit Dubois qui « assure la direction de fait » des Annales (Sanguin, 1993, p. 130), y fait écrire nombre de ses élèves et choisit de publier par exemple des récits d’explorateurs. Dans tous les cas, il prend alors une dimension, dans la réflexion et la visibilité disciplinaires, qu’il n’avait pas vraiment précédemment, avec un net pic d’activité en 1891-1892 (Dubois, 1891h et 1892a). Il poursuit par ailleurs sa stratégie de rédaction de manuels scolaires, de mise à jour en fonction des nouvelles statistiques économiques et des changements de programmes scolaires, ce qui fait de lui la « locomotive commerciale » de la maison d’édition Masson sur ce marché très concurrentiel, et lui procure sans doute des revenus complémentaires conséquents. Entre édition scolaire, géographie pratique et exploration, société de géographie et revue savante, Dubois se fait donc en quelques années (1885-1892) un nom de plus en plus visible dans sa nouvelle spécialité.

Une rénovation pédagogique ? Institut de géographie et enseignement disciplinaire

Les premières installations et le projet de modernisation de la « section de géographie »

  • 52 Dès 1888, Auerbach réclame au conseil de la faculté des lettres de Nancy des fonds pour acheter des (...)

26A l’intérieur de l’institution académique parisienne, Dubois contribue, en collaboration avec Himly, à la rénovation de l’organisation pratique et matérielle de l’enseignement géographique à la Sorbonne, en y créant un premier lieu spécifique, indiquant plus tard : « Nous devons [à Himly] la fondation du premier laboratoire de notre Faculté des lettres, notre « Institut de géographie », installé jadis dans deux modestes salles (…). Il m’en confia généreusement la direction » (Dubois, 1914, p. 839). Que sait-on précisément sur ce premier institut de géographie ? Finalement peu de choses : doit-on supposer qu’il parle ici d’un premier institut de deux pièces, fondé entre 1885 et 1888 (Robic, 2001, p. 83) ? Ou bien fait-il référence à celui, plus grand, dont on connaît précisément l’inauguration, en 1891 (Anonyme, 1892) ? Toujours est-il que les premiers signes connus de la réflexion spécifique de Dubois sur l’organisation de cet institut nouveau datent de la fin de l’année 1890, à un moment où la question de l’équipement matériel de l’enseignement de la géographie se pose en plusieurs lieux52. Il écrit en effet à Lavisse :

  • 53 Bibliothèque nationale de France (désormais BNF), NAF 25167, f. 70-71, lettre de Dubois à Lavisse, (...)

« Voici les propositions très ambitieuses que vous avez bien voulu m’autoriser à vous présenter. Avec ces ressources, je m’engage à vous seconder fructueusement, parce que les jeunes gens qui, grâce à vous, sont mes élèves, mettront, je le sais, tout leur cœur à reconnaître les sacrifices consentis par l’Etat. Je sens, quoique devant tout à mes maîtres et entendant rester à mon rang, le poids de la nouvelle responsabilité que nous assumons ; je tâcherai de payer la dette simplement et en bonne besogne pour ma faible part53. »

27Lavisse semble donc à la manœuvre pour la mise en place de ce nouvel organisme. Titulaire de la chaire d’histoire moderne depuis 1888, à l’époque également directeur des études littéraires à la Faculté des lettres de Paris, ami intime de Vidal de la Blache, il s’est prononcé dans les années 1880 pour un renforcement de l’enseignement de la géographie dans l’enseignement scolaire et supérieur (Leduc, 2016, p. 99-102) : porte-parole très politique de l’université auprès des instances ministérielles, « patron » institutionnel de la discipline historique, il pourrait avoir joué un rôle (mal identifié cependant) dans la nomination à la Sorbonne de Dubois qui semble lui devoir beaucoup. Le projet du jeune maître de conférences s’exprime d’ailleurs au moment où les travaux de la « nouvelle Sorbonne », entrepris depuis 1886 (Hottin, 2015), permettent d’envisager l’installation de nouvelles salles de travail dans des locaux plus vastes. Le plan consiste dans la définition des objectifs de ce qu’il appelle alors la « section de géographie » :

  • 54 BNF, NAF 25167, f. 66-69, devis de Dubois pour la future « section de géographie », sans date.

« Le premier et le plus gros bénéfice de l’établissement matériel d’une section de géographie résidera dans l’encouragement donné ainsi aux étudiants de plus en plus nombreux qui marquent un goût particulier pour cet ordre de connaissances. Ce témoignage, si modeste qu’on l’accorde, leur sera très précieux : il confirmera des vocations jusque-là hésitantes. Il donnera aux maîtres le moyen de diriger leurs élèves avec plus de suite, et de transformer peu à peu les « exercices pratiques » en « travaux scientifiques ». Cette œuvre, en réalité, est déjà commencée ; en nous donnant un lieu de réunion et de conférences particulières, on décuplera nos chances de succès. Nous aurons une place pour nos archives ; et ces archives, absolument nécessaires au travail géographique, nous nous chargerons de les enrichir54. »

28On a donc bien la trace d’un premier établissement de taille restreinte et d’une documentation déjà existante :

  • 55 Ibid.

« Quelques-uns de ces éléments [revues, cartes, livres] existent déjà, soit à la bibliothèque Albert Dumont, soit au secrétariat de la Faculté des Lettres ; on pourrait transférer dans les salles nouvelles une partie de ces livres. (…) Ces grandes cartes, nous les avons, grâce à un don du service géographique de la guerre ; nous aurions donc besoin, à l’origine, de ressources pour en faire coller sur toile un certain nombre55 ».

29Cependant Dubois voit plus grand et affirme l’ambition d’une double fonction pour le futur : une efficacité pédagogique accrue pour les professeurs, responsables des « exercices pratiques » d’étudiants en nombre croissant, et une concentration de documentation (archives) permettant les « travaux scientifiques » : lieu d’enseignement et centre de recherche à la fois donc. Pour cela, l’organisation et les besoins matériels imaginés par le jeune maître de conférences sont précisément et longuement détaillés, conformément au vœu de Lavisse :

  • 56 Ibid.

« Nous n’avons besoin que d’une installation matérielle très modeste au début. Peu ou point de bibliothèque particulière ; deux ou trois revues importantes, des cartes, quelques collections de manuels comme celle de Ratzel, voilà ce qui nous suffirait à l’origine. (…) Avec 500 ou 600 francs de livres, on aurait une première installation fort convenable. Il faudrait une grande table de travail dans l’une des salles avec des rayons, une ou deux armoires à cartes (à planches glissantes), des pupitres (5 ou 6), des chevalets, des tableaux noirs et des toiles noires (2 ou 3 de grandeurs diverses).
Dans la plus petite salle une table de dimensions moyennes, des rayons, un tableau noir.
Dans la grande salle, nous réserverions pour les cartes de grandes dimensions, suspendues à des rouleaux, une face au moins des murs. Obtenir un éclairage qui permette à l’occasion l’emploi d’un réflecteur en face des cartes. (…)
J’ignore la valeur exacte de quelques objets mentionnés ci-dessus ; mais je crois que l’installation n’exigerait pas une somme supérieure à 3 ou 4000 francs en supposant le crédit de bibliothèque réduit aux proportions les plus modestes.
Il nous faudrait enfin un crédit annuel de quelques centaines de francs pour acquisition de cartes et achat de matériaux (toiles, crayons, couleurs), enfin à l’occasion [pour les] honoraires d’un dessinateur auquel nous demanderions parfois conseil et aide.
Ainsi installée, notre section géographique donnerait vite, j’en suis sûr, des preuves d’activité scientifique56. »

30Le budget est donc justifié : 3-4000 francs d’investissement initial, dont 500 à 600 francs de livres ainsi que des meubles (tables, armoires, pupitres, tableaux, éclairage) et un crédit annuel de plusieurs centaines de francs pour les fournitures. Ceci montre également comment Dubois imagine son enseignement de géographie de cabinet ; cette proposition n’est cependant pas encore tout à fait suffisante pour imaginer y faire de recherche, tant la politique d’achat de livres et de documentation semble réduite, en tout cas dans un premier temps. Il s’agit donc essentiellement d’un lieu d’études pour les étudiants de la Sorbonne.

  • 57 BNF, NAF 25167, f. 72-73, lettre de Dubois à Lavisse, Paris, 30 décembre 1890.
  • 58 BNF, NAF 25167, f. 74-75, lettre de Dubois à Lavisse, Paris, 24 octobre 1891.

31Après discussions avec Lavisse et corrections (inconnues) du devis « adapté au nouveau local, et accompagné d’estimations financières aussi proches que possible de la vérité », ce dernier est soutenu par le directeur des études, puis transmis le 30 décembre 1890 à Himly par Dubois qui déclare à cette occasion sentir « toute l’étendue des bienfaits dont la géographie (et les géographes) sont redevables » à l’historien, moteur dans cette initiative57. L’affaire suit son cours : l’équipement est acquis par la faculté des lettres, sans que l’on ait de traces plus précises sur les variations du projet qui, en octobre 1891, n’est plus celui d’une « section », mais bien d’un « institut » de géographie, dont Dubois certifie que lui et ses élèves « sauron[t] payer en bonne besogne le témoignage de confiance qu’on donne à la géographie58 ». C’est que la version finale semble dépasser les premiers espoirs du jeune géographe qui, par ailleurs, a manifestement un peu surestimé le besoin de financement de son nouveau projet pour en avoir une partie, mais qui sait déjà comment utiliser le reliquat :

  • 59 Ibid.

« Ayant étudié de près nos besoins, j’estime que nous pourrons vivre avec un crédit annuel de 1200 francs. Mais si le Ministre voulait être plus généreux, nous serions bien fiers d’avoir un jour, comme les Ecoles d’Athènes, de Rome et des Hautes Etudes, de quoi subventionner l’impression de thèses et de travaux, qui formerait la « bibliothèque de l’Institut », signe visible de notre activité scientifique. Cela coûterait moins cher et vaut mieux qu’une revue59. »

  • 60 Dubois se fait un peu prier, se disant « troublé » par cette demande, mais évidemment, il s’y résou (...)

32Dubois, ancien élève de l’EFA et ayant publié ses thèses, moins de dix ans plus tôt, dans la collection des écoles françaises supérieures, sait ce dont il parle. Il a sans doute aussi en tête le modèle allemand où on trouve alors couramment ce principe d’une série d’ouvrages spécifiquement produits par l’institut de géographie, sans dépendre d’un éditeur privé et commercial. On ne peut cependant que s’étonner de la fin de la phrase, préférant cette collection à une revue, au moment même où il fonde avec Vidal les Annales de géographie… Voici cependant que Dubois touche alors au but, à tel point que Lavisse lui demande d’écrire pour lui le discours d’inauguration du nouvel institut60.

L’Institut de géographie, laboratoire et vitrine de la géographie en Sorbonne

  • 61 Cette date est donc particulièrement précoce. A Nancy, Auerbach, réclamant encore en 1898 des appar (...)

33Sous le nom d’« atelier de géographie », voire d’« Institut géographique de la Sorbonne » (Drapeyron, 1892, p. 1) ou officiellement de « section de géographie », la nouvelle installation est inaugurée par le ministre de l’instruction publique et des Beaux-Arts lui-même, Léon Bourgeois (1851-1925) et par le philosophe Louis Liard (1846-1917), alors directeur de l’enseignement supérieur depuis 1884. Cette inauguration a lieu à la rentrée universitaire de l’année 1891, « le jour même de l’inauguration à la Sorbonne du buste d’Albert Dumont » (Le Temps, 2 juin 1893), dans la bibliothèque des étudiants61. Lors de la séance de rentrée de la faculté des lettres de Paris, Lavisse et Himly sont à l’initiative, le premier comme directeur des études historiques de la faculté, le second comme titulaire de la chaire de géographie et doyen. Devant les quelques 600 étudiants réunis dans l’amphithéâtre de la vieille Sorbonne, Lavisse prononce bien les mots écrits par le « vaillant maître de conférences de géographie, qui est aussi un historien sagace » (Drapeyron, 1892) et qui assume « la direction savante et affectueuse » du nouvel institut (Anonyme, 1892, p. 62) :

« Je suis chargé de vous entretenir de quelques innovations qui viennent d’être ou vont être introduites à la Faculté.
M. le ministre a inauguré tout à l’heure nos salles de géographie. C’est un petit appartement composé de cinq pièces : un cabinet du professeur ; une salle meublée de grandes tables, d’une armoire à cartes et d’une bibliothèque ; deux petits ateliers cartographiques. Là, vous pourrez prendre votre part d’un travail qui occupera de nombreuses générations : l’étude scientifique de notre sol et de notre domaine colonial. Des cartes, des monographies faites par les étudiants seront conservées, si elles méritent de l’être, dans nos archives. Ces études ne demeureront pas toutes manuscrites. Déjà notre enseignement géographique manifeste au dehors son activité. Dans la préface de livres pour l’enseignement secondaire, un de nos collègues a nommé plusieurs de ses élèves, qui ont été ses collaborateurs. Le premier numéro d’une revue toute récente, les Annales de géographie, dirigée par M. Vidal-Lablache et par M. Marcel Dubois, contient un travail d’un de nos étudiants. Des thèses de géographie sont en préparation à la Sorbonne. Nous sommes donc autorisés à espérer que nous contribuerons avec l’Ecole normale au progrès, si considérable depuis quelques années, d’une science qui, après avoir été longtemps française, semblait avoir émigré. » (Lavisse, 1891, p. 11-12)

  • 62 Publié d’abord chez Armand Colin, puis dans la Revue internationale de l’enseignement du 15 novembr (...)
  • 63 En particulier les Petermanns geographische Mitteilungen, revue cartographique du fameux Institut P (...)
  • 64 Sans doute pas encore d’étudiants en diplôme d'études supérieures (DES), dont celui d’histoire et g (...)

34La visée patriotique de l’institut de géographie est donc clairement énoncée ici, de même que l’enseignement de l’histoire, rénové au même moment, ou de l’histoire de l’art dont Lavisse parle très abondamment par la suite dans ce discours solennel et très diffusé62. Mais c’est l’aspect concret et pratique de l’ensemble qui nous intéresse surtout ici. Dans une autre description, il est noté que : « les salles de géographie ont été aménagées dans les nouveaux bâtiments de la Faculté, au premier étage » (Anonyme, 1892, p. 61). Dans la bibliothèque, on trouve en particulier des volumes signés par des auteurs allemands (Richthofen, Supan, Penck), des revues germaniques prestigieuses63 et, d’autre part, la Nouvelle géographie universelle de Reclus et des monographies sur les colonies françaises. Remarquons donc que ce témoignage n’indique pas d’abonnement à des revues françaises, ni aux Annales, ni à la revue de la SGP par exemple, ce qui fait dire à Dubois en 1893 que cette bibliothèque est « encore pauvre » (Le Temps, 2 juin 1893). Les cartes sont cependant assez nombreuses, bien classées ; elles concernent surtout la France et ses colonies, même si on y trouve également l’Atlas de l’Allemand Heinrich Berghaus (1797-1884), aux éditions Perthes de Gotha, référence cartographique de l’époque. Laboratoire d’étude, il s’agit aussi d’un lieu de production de matériel pédagogique, où on trouve « sur les murs, des cartes peintes à la gouache par [les] étudiants eux-mêmes ; l’atelier de cartographie, sommairement mais commodément installé » (Le Temps, 2 juin 1893). « Quinze étudiants y ont accès, issus surtout de la faculté parisienne des lettres (agrégés et agrégatifs, boursiers ou candidats libres), mais aussi de facultés de province » (Anonyme, 1892, p. 62). Il s’agit donc d’une part d’aider les étudiants et chercheurs en thèses de doctorat64, d’autre part de permettre aux explorateurs de préparer leurs voyages, « d’éclairer ainsi par la science les routes périlleuses où [ils] s’aventurent », sur le modèle allemand, leur permettant ainsi de « passer de l’étude à l’action » (Anonyme, 1892, p. 62). Tirant la couverture à lui, Drapeyron y voit une victoire personnelle, comme réalisation de son projet d’« Ecole de géographie » proposée en 1875 sous forme d’une « section de géographie » à l’ENS, précisée en 1884 et en 1889 (Drapeyron, 1889 et 1892, p. 1). C’est sans doute en partie vrai, mais c’est aussi un succès pour Himly (qui n’a plus rien à prouver), Lavisse et surtout Dubois qui en est directement à l’origine. Ceci provoque une sorte d’alliance objective entre Dubois et Drapeyron. Le jeune professeur invite son collègue du lycée Charlemagne à visiter « l’atelier » et ce dernier s’y rend le 8 décembre 1891 :

« Accompagné de deux jeunes licenciés ès-lettres, M. Albert Milhaud, son ancien élève, actuellement élève de M. Marcel Dubois et un autre excellent élève de la Faculté des lettres, M. Paul Ernest-Picard, fils de l’ancien ministre de la Défense nationale, il s’est entretenu avec tous les élèves présents (le nombre en est aujourd’hui, paraît-il, de vingt-cinq), avec M. Parmentier, agrégé d’histoire, et avec M. Marcel Dubois, lequel s’est plu à proclamer devant ses disciples que la conception de l’Ecole de géographie et de l’agrégation de géographie, qui seule pourra imprimer à « l’Atelier » un élan vigoureux, était due » à Drapeyron, « le père » comme il l’a appelé publiquement. » (Revue de géographie, 1892, p. 315)

  • 65 Dubois fait une référence directe à cette récente « visite à nos salles de géographie » de l’homme (...)
  • 66 Cette visite, dont on va voir qu’elle a une importance certaine pour Dubois, peut être datée relati (...)
  • 67 Médecin et journaliste franc-maçon, il est ministre de l'agriculture de Jules Grévy en 1882, puis m (...)
  • 68 BNF, NAF 24529, f. 538, lettre de Marcel Dubois à Germain Bapst, 12 janvier 1893.

35Dubois semble donc s’être réconcilié avec Drapeyron et opérer une synthèse entre ses propositions et l’institutionnalisation de la discipline dans l’université. Le « petit » institut (Dubois, 1894a, p. 122) devient rapidement une sorte de curiosité et une vitrine, visité notamment, sans doute au printemps de l’année 189265, par Emile Jamais (1856-1893) en personne, alors sous-secrétaire d’Etat chargé des colonies66, et par François Césaire de Mahy (1830-1906), député de la Réunion67. Ceci montre évidemment la proximité du jeune géographe avec le pouvoir et le « lobby colonial », dès cette époque. Il en fait également la présentation et la publicité à la séance du 4 mars 1892 à la SGP. En janvier 1893, il donne rendez-vous à l’historien érudit Germain Bapst (1853-1921), pour une démarche inconnue partagée avec Jules Simon (1814-1896), « à la Sorbonne (cabinet de l’Institut géographique) », pendant ses heures de présence, c’est-à-dire « les Lundi, Mardi et Mercredi de 9h à 11h et de 2h à 5h68 ». Le 1er juin 1893, Dubois le fait visiter en personne au journaliste du Temps qui vient l’interviewer, visite retranscrite dans un article à tonalité fortement publicitaire (Le Temps, 2 juin 1893). Enfin, au congrès national des sociétés françaises de géographie de Lyon, en 1894, il est fait une longue présentation de « ce laboratoire d’études spéciales [où] ont été commencés et menés à bonne fin, par M. Marcel Dubois et ses élèves, un certain nombre de travaux relatifs à la géographie, ayant pour but de faire progresser la pédagogie et la science » (Bulletin de la Société de géographie de l’Est, 1894, p. 511). Sont ainsi évoqués, « pour la pédagogie », tous les ouvrages (manuels, cours de Saint-Cyr, Album géographique, cartes d’études) publiés par Dubois en collaboration avec ses étudiants avancés, ainsi que ses propres cours, les thèses, terminées ou en cours (sur la Nouvelle-Calédonie, l’Oubangui, le Cotentin), et « les travaux bibliographiques, notamment dans les Annales de géographie », « pour la science ». En juin 1893, Dubois parle également d’autres travaux de doctorat en voie d’achèvement, sur « la Guyane, les pêcheries françaises de Terre-Neuve » et sur « l’étude du sol métropolitain, (…) l’Auvergne, la Champagne » (Le Temps, 2 juin 1893). C’est donc un véritable centre universitaire d’études géographiques qui est mis en place et largement présenté non seulement aux milieux académiques et savants, mais aussi à une opinion publique intéressée par le mouvement colonial.

Une nouvelle façon d’enseigner ? « La méthode » selon Dubois

  • 69 Himly avait publié en 1876 un ouvrage de géographie historique et politique, intitulé Histoire de l (...)
  • 70 AN, AJ/16/4747, p. 243 et 246.
  • 71 AN, AJ/16/4748, p. 2 et 5 ; p. 27 et 31.
  • 72 Ibid, p. 46 et 49.

36La rénovation de l’enseignement universitaire de la géographie par Dubois entre 1885 et 1893 est moins évidente que celle des institutions. A titre d’exemple, considérons précisément les programmes de cours de cette période. Pour l’année universitaire 1885-6, Himly enseigne essentiellement « la géographie physique, historique et politique de l’Italie69 » et Dubois fait « un cours de géographie générale, le vendredi explique Strabon, le samedi dirige les exercices pratiques en vue de l’agrégation d’histoire et traite de la géographie de l’Asie70 », thème déjà traité à Nancy, qu’il semble donc particulièrement apprécier. En 1887, Himly évoque la géographie générale de l’Europe, tandis que Dubois étudie la géographie de l’empire russe et que Vélain a un programme chargé et hétéroclite, puisque le géologue parle « des phénomènes volcaniques, des sources thermales et geysériennes, des tremblements de terre et des mouvements lents de l’écorce terrestre. Il étudiera la formation des récits de coraux, des tourbières, et terminera par l’exposé des caractères qui permettent de diviser le sol français en régions naturelles » (Revue de géographie, 1887, p. 481). En 1888-89, Himly traite de l’Afrique et assume la conférence de géographie pour les candidats à l’agrégation, tandis que Dubois, dans le cadre des conférences, « continue le vendredi le cours d’histoire de la géographie ; le samedi, il traitera différentes questions de géographie, et dirigera les exercices pratiques des étudiants71 ». En 1889-90, Himly s’occupe de « l’histoire des découvertes du XIXe siècle dans l’Afrique intérieure » et Dubois de « différentes questions d’histoire de la géographie, des voies de communication de la France et des exercices pratiques72 ». Enfin, en 1892, Himly fait un cours sur l’Amérique, dans l’amphithéâtre de la faculté des lettres, en des cartes murales (géologiques ou hypsométriques) préétablies ou réalisées ad hoc dans « l’atelier de géographie » de la Sorbonne (Anonyme, 1892, p. 62). Pas vraiment trace donc de géographie coloniale dans l’enseignement de Dubois marqué à l’époque par l’histoire de la géographie, des thèmes généraux (la France, l’Asie, la Russie) et des exercices pratiques (lecture de cartes peut-être). Ses thèmes d’enseignement se reflètent finalement dans l’ouvrage qu’il consacre alors au géographe grec antique Strabon (Dubois, 1891a et b), vénérable savant grec de l’époque augustéenne dont il partage l’intérêt avec Auerbach qui avait soutenu en 1888 ses thèses, en histoire diplomatique du XVIIe siècle pour sa thèse principale, sur Strabon pour la thèse latine (Robic, 1999).

  • 73 Les témoignages de Perret et de Lacour-Gayet sur son éloquence et sa bienveillance pédagogique (Per (...)

37Pourtant, il semble que malgré tout, la pédagogie de Dubois ait été considérée comme novatrice, même si on peine à en saisir les contours véritables pour cette période73, au-delà du fait que Dubois accepte de donner des travaux pratiques alors que Himly semble s’y refuser pour en rester au seul cours magistral, et que le jeune maître de conférences semble personnellement proche de ses étudiants : il intervient par exemple aussi devant leur association générale, en 1892 (Dubois, 1892e), comme Lavisse à la même époque (Lavisse, 1890). Dans le livre du Cinquantenaire de l’Ecole normale de jeunes filles, Jeanne Ben-Aben (épouse Crouzet) (décédée en 1960), reçue en 1888, agrégée de lettres en 1891, indique à ce niveau : « [Dubois] était l’inventeur d’une méthode nouvelle en géographie, toute brillante de logique, et qui séduisait mon esprit amoureux de méthode. Il l’exposait avec une passion entraînante, irrésistible » (Collectif, 1932, p. 230). Le souvenir collectif est marqué, bien que peu précis : « Les premières promotions avaient été séduites par l’enseignement de M. Marcel Dubois, lumineux, animé jusqu’à la passion, méthodique et pittoresque et formulé en termes d’une si sobre élégance ! » (Collectif, 1932, p. 269). « La méthode » est donc le point commun ici, c’est-à-dire, dans l’interprétation de l’époque, l’attention aux documents et leur critique, sur le modèle historique, et peut-être un effort de systématisation, voire de théorisation relativement nouveau et paraissant moderne (Soubeyran, 1994, p. 201). Dubois en fait un véritable système dont il théorise le principe pour décrire le modèle de fonctionnement de l’Institut de géographie, véritable laboratoire :

« Comme comprenez-vous, monsieur, [votre] enseignement ? On dit que vous allez y porter une méthode nouvelle.
- Oh ! la méthode que je tâche, de toutes mes forces, d’introduire dans les études géographiques, est vieille comme la science. Pour ma part, je l’ai reçue de mes maîtres, MM. Vidal de Lablache et Fustel de Coulanges, dont le nom, même en géographie, est dans les questions de méthode une précieuse recommandation. C’est la méthode qui règne, depuis le début, dans notre communauté, et qui a été appliquée dans tous ses travaux ; méthode essentiellement scientifique, bien que nous soyons encore par une antique coutume rattachés à la Faculté des lettres. Je dis : scientifique ; car il ne s’agit point pour nous d’ajouter quelques descriptions nouvelles, plus ou moins pittoresques, écrites avec plus ou moins d’agréments, à celles qui existent sur la France et ses colonies. Nous voulons procéder à l’inventaire sérieux et systématique, à la concentration vigoureuse de la somme de nos connaissances actuelles. En un mot, la méthode de la philosophie et des sciences naturelles est celle que nous réclamons pour la géographie et que nous appliquons. Surtout, nous voulons être actifs, pour être utiles ; déjà, nous avons travaillé beaucoup ; plusieurs thèses, qui seront sans doute d’excellents travaux, car elles sont préparées avec patience et science, sont sur le métier (…). De plus, notre séminaire compte déjà des explorateurs (…) ; je suis persuadé que, dans un avenir prochain, le pays trouvera parmi nos étudiants des explorateurs bien préparés. Vous le voyez, monsieur, l’Institut n’a pas un caractère purement professionnel, et je désire, j’espère qu’aux étudiants réguliers viendront s’adjoindre des travailleurs de bonne volonté, voyageurs militaires, etc. réunis par le souci de la grandeur coloniale du pays. (…) S’inspirant d’une méthode sévère, rigoureusement scientifique, recherchant, non les descriptions qui amusent parfois, mais la philosophie des faits bien établis, qui instruit toujours, surtout et avant toute chose s’inquiétant du rapport de ces faits avec l’intérêt national, de leur conséquence pour la prospérité nationale, notre chaire ne servira qu’à grouper toutes les volontés désireuses de servir la grande cause coloniale. En un mot, monsieur, toute notre ambition et tout notre programme, c’est que l’enseignement que nous allons inaugurer soit utile au pays. » (Le Temps, 2 juin 1893).

  • 74 Thalamas a enseigné au lycée Condorcet, puis Charlemagne. Plus tard directeur général de l’Instruct (...)

38Si une telle description évoque finalement autant le credo méthodique d’un Fustel ou d’un Gustave Monod pour l’histoire que d’un Claude Bernard ou d’un Louis Pasteur, et le mêle au patriotisme civique colonial et national de la République, elle n’est pas très précise sur la pédagogie véritable du jeune maître de conférences. Notons cependant que cette « méthode » est ici revendiquée comme l’héritage de Vidal, mais est proche de celle des sciences naturelles et se pose comme essentiellement « active pour être utile », pratique et donc appliquée au service de « la grande cause coloniale » : la géographie « pour l’action » politique donc (Clerc, 2014). Elle ne semble cependant pas complètement faire l’unanimité. Ainsi, Amédée Thalamas (1867-1953), ancien élève de Dubois devenu agrégé et professeur de lycée à Saint-Quentin74, collaborateur pour l’écriture de ses manuels (Dubois, Thalamas, 1891), ne se prive pas de l’égratigner sur ce plan :

« Les géographes sont encore trop souvent comme des naturalistes qui feraient de la biologie sans classer (…) ; ils ne peuvent que décrire des individus, sans méthode fixe, mais suivant la fantaisie de chacun. M. Reclus dépeint éloquemment le monde ; M. Vidal de la Blache décrit pittoresquement des régions, sans ordre logique entre les phénomènes ; M. Dubois disserte sur les phénomènes généraux, sans les localiser suffisamment. Les Allemands seuls ont ouvert la voie. » (Thalamas, 1893, p. 55)

  • 75 BNF, NAF 24529, f. 542, lettre de Marcel Dubois à Germain Bapst, 1er février 1893.
  • 76 A la bibliothèque de l’Institut de France à Paris, dans les papiers de Dehérain, on trouve ses note (...)

39Toujours est-il que Dubois occupe bien une position, partagée avec Himly, où il acquiert, encadre et pousse un certain nombre de disciples, exerçant sur eux « une si profonde influence » (Gallois, 1931). C’est dans cette période qu’on doit placer l’émergence du Strasbourgeois Henri Schirmer (1862-1931), « conquis à la Géographie » et « passionné pour les voyages », en particulier en Algérie, « sur les conseils sans doute de Marcel Dubois » (Gallois, 1931), auteur d’études sur le Soudan dans les Annales (1891 et 1892) et d’une thèse sur le Sahara algérien soutenue en 1893, qui remporte le prix Duveyrier de la SGP et est remarquée par Vidal comme le premier exemple d’étude de géographie régionale en France (Vidal de la Blache, 1893 ; Deprest, 2009, p. 91-92). Henri Froidevaux (1863-1954) est également important. Agrégé d’histoire et géographie en 1888, docteur en 1892 avec des thèses d’histoire médiévale, professeur au lycée de Vendôme, c'est un collaborateur prolixe des Annales de géographie où il signe toutes les notes bibliographiques. On repère également le nom de Camille Guy (1860-1929), agrégé d’histoire et géographie et enseignant à l’école Monge puis au lycée Carnot, ou bien celui d’André Parmentier (1865- ?) qui devient professeur agrégé d’histoire et de géographie au lycée de Troyes puis de Reims et qui illustre, par son talent de dessinateur, la Géographie générale du monde de Dubois (Dubois, 1891g). Augustin Bernard (1865-1947), étudiant à Alger, à Dijon et à Paris (1881-1887), jeune agrégé d’histoire et géographie (1889) et boursier de la faculté de 1890 à 1892 (Deprest, 2009, p. 92 et 132), est son élève personnel sans doute le plus proche ainsi que celui de Lavisse (Suton, 1979 ; Deprest, 2009, p. 132 ; Singaravélou, 2011, p. 235-266). Dans une lettre à Germain Bapst de février 1893, son maître géographe le présente ainsi comme : « un de [s]es meilleurs élèves et amis, esprit fin et distingué, écrivain de talent. Il est au courant des désirs de M. Jules Simon sur les explorations polaires ; et je le crois très capable de leur donner satisfaction75. » Le normalien (promotion 1884) Emile-Félix Gautier (1864-1940) fait également partie de son cercle : il échoue à l’agrégation d’histoire en 1887, va par la suite trois ans en Allemagne puis travaille à Nancy où il rencontre Zimmermann (Zimmermann, 1942, p. 180), l’année même où il est finalement reçu, « contre toute attente » (Deprest, 2009, p. 134), à l’agrégation d’allemand (1891). Enfin, en 1894, un dénommé Vaillant, élève direct de Dubois, est pour sa part « appelé au poste de professeur d’histoire et de géographie de la Réunion », tandis qu’Armand Rainaud (1863-?) soutient la même année ses thèses, consacrées au continent austral pour sa thèse principale (prix Jomard de la SGP), à la Cyrénaïque pour sa thèse latine, thèses dédiées à Dubois et louées avec chaleur dans ses comptes rendus des Annales (Dubois, 1894b et c). Un peu plus jeune, Henri Dehérain (1867-1941) est pour sa part étudiant libre en licence d’histoire (1886-1888) puis en licence libre (1890-1892) comme officier d’infanterie et professeur d’histoire et de géographie à l’Ecole Monge (1891-1894), voyageant beaucoup en Europe et surtout en 1891 en Tunisie et en Algérie76. En juillet 1894, Dubois écrit à son propos :

  • 77 BNF, NAF 25167, f. 14-15, lettre d’Henri Dehérain et Marcel Dubois au Ministre de l’Instruction pub (...)

« J’ai suivi, dans nos cours et conférences de la Faculté, les études géographiques de M. Henri Dehérain. Doué d’une remarquable aptitude pour les sciences naturelles aussi bien que pour les sciences morales et politiques, capable de bien observer et d’exposer avec talent les résultats d’observations rigoureuses, il est l’un des plus remarquables élèves en géographie dont s’honore l’enseignement de la Faculté. (…) J’ajoute qu’à ses qualités intellectuelles s’ajoute une valeur de haute moralité dont j’ai pu faire l’épreuve. M. Dehérain aime sincèrement la science et saura la faire avancer77. »

  • 78 BNF, NAF 24529, f. 543, lettre de Marcel Dubois à Germain Bapst, 5 février 1893.

40Dès lors, on compte une dizaine d’étudiants très avancés (agrégation, doctorat) sous la direction de Dubois et dans son institut de géographie, plus évidemment des étudiants en cours d’apprentissage, à l’exemple d’Alcide Bétrine (?- ?), recommandé par Dubois à Bapst comme « un [des] plus brillants écrivains de la jeune Sorbonne, [s]on élève parce qu’il veut bien se dire tel, en réalité un jeune maître de la parole et du style (…) auquel [l]’unit une profonde affection, excelle à dépeindre les pays nouvellement découverts, connaît à merveille les explorations, (…) curieux talent fait de science exacte et de finesse littéraire78 ». Jamais en reste d’un compliment et d’un coup de pouce pour placer ses élèves dans le monde académique ou celui des lettres, Dubois construit donc, au début des années 1890, une sorte d’école personnelle de jeunes géographes, explorateurs et hommes de lettres, qui deviendront eux-mêmes le plus souvent enseignants du secondaire ou du supérieur, parfois aussi bibliothécaires ou journalistes, des personnes qui lui doivent beaucoup et disposent donc d’une relative influence et d’un rayonnement social non négligeable au tournant du siècle, quoique souvent hors de l’institution universitaire.

La « majorité du professeur » : obtenir et organiser un enseignement de géographie coloniale

Critiques et résistances : l’« affaire Bernard », l’exploration de Madagascar et les « géographes amateurs »

  • 79 Le comité des Missions est officiellement créé en 1842 au sein de la division des sciences et lettr (...)
  • 80 Soit peu de temps après le retour du médecin Louis Catat (1859-1933), qui avait lui-même exploré un (...)
  • 81 BNF, NAF 25167, f. 76-77, lettre de Dubois à Lavisse, Paris, 26 mars 1892.

41Relativement contesté par ses collègues historiens et géographes au début de son enseignement de maître de conférences, mais obtenant l’indéniable succès de l’institut de géographie en 1891, Dubois n’est cependant pas tout à fait triomphant. En 1892, il est ainsi impliqué dans la question de l’exploration de Madagascar. Un de ses élèves, Augustin Bernard, demande en effet une subvention au Comité des missions du ministère de l’Instruction publique79 pour se rendre dans l’île, où se trouve déjà l’explorateur Henri Louis Douliot (1859-1892) : ce dernier, élève de l’ENS (1879), docteur ès sciences (1889), entré comme préparateur au Muséum d'histoire naturelle, avait été en effet subventionné pour partir à Madagascar en 1890, y étudier la géologie et la botanique et examiner les possibilités de cultures tropicales dans l'ouest de l'île, et était arrivé à Nosy Be en juin 189180. Dubois avait fait à son propos une longue note dans les Annales à partir de son journal de voyage (Dubois, 1891f, p. 309-323), et souhaitait manifestement envoyer Bernard le rejoindre, sinon le remplacer sur le terrain, peut-être dans le cadre du projet de voyage du jeune étudiant en Nouvelle-Calédonie, mieux documenté (Nordman, 2008). En mars 1892, Dubois va à cet effet à la rencontre de Jamais à la Chambre des députés, et discute avec Deloncle, chargé spécialement des Missions, qu’il convainc de soutenir la candidature de son élève, malgré un soupçon, partagé avec Lavisse, qu’il y ait des « résistances » à ce projet, jugé imprécis81.

42La nouvelle tombe cependant en avril : le Comité des missions émet un vote défavorable, malgré la présence d’Himly en son sein ; celui-ci l’annonce à Bernard et rapporte à Dubois la teneur du débat, ce qui le rend furieux, mais surtout le fait réfléchir sur la fragilité de sa position professionnelle et institutionnelle, et sur les fractures disciplinaires encore fortes dans le milieu de la géographie savante :

  • 82 BNF, NAF 25167, f. 78-79, lettre de Dubois à Lavisse, Paris, 7 avril 1892.

« M. le doyen a résumé les phrases du débat en disant que le comité des missions ne donnerait jamais rien « aux géographes amateurs » ; le mot a été prononcé à plusieurs reprises.
S’il est insultant pour notre œuvre, il est instructif. Nous avons de francs ennemis, c’est déjà quelque chose, et je sais d’où viennent les coups. Dans un certain monde on ne veut admettre comme géographes que des fidèles du Muséum, de l’Observatoire ou du laboratoire de géologie du Collège de France. Or tant que nous ne serons rien dans aucun corps enseignant ou délibérant, tant qu’à défaut d’un patron convaincu comme vous, nous serons réduits à osciller de l’histoire aux sciences, nous serons désarmés. Je regrette de n’avoir pas dix ans de plus pour dire avec autorité ce que cette condition d’hybrides a de lamentable pour les géographes. Mais vous savez que je ne suis pas homme à me décourager ; et je vous prie d’examiner s’il ne serait pas utile que je dise publiquement dans le second semestre ce que nous pensons de la science géographique et de sa méthode. Ce sera libre ou officiel, peu m’importe ; je vais employer ces deux semaines de vacances à mettre mes notes en état.
Bernard renonce à demander de nouveau ; j’approuve sa fierté. Pour des « amateurs » ce sera du moins un sentiment rare. Et puis nous travaillerons de nouveau, non pour gagner l’estime de ceux qui nous jugent ainsi, ce qui serait inutile et indigne de nous, mais pour conserver celle de nos maîtres, et la vôtre en particulier.
Excusez, mon cher maître, cette franchise. Je souffre plus d’être humilié tant en la personne de mes élèves qu’en la mienne ; et je prends ma part de la défaite82. »

  • 83 Notons que la même expression est utilisée par la suite par les universitaires de terrain pour dési (...)
  • 84 Normalien (1849), il est devenu en 1877 titulaire de la chaire de professeur d’histoire naturelle d (...)
  • 85 Après des voyages en Amérique du Sud et en Inde, Grandidier se consacre presque exclusivement à l’é (...)
  • 86 BNF, NAF 25167, f. 80-81, lettre de Dubois à Lavisse, Paris, 10 mai 1892.
  • 87 BNF, NAF 25167, f. 82-83, lettre de Dubois à Lavisse, Paris, 13 mai 1892.
  • 88 BNF, NAF 25167, f. 80-81, lettre de Dubois à Lavisse, Paris, 10 mai 1892.
  • 89 Il est élu à l'Académie des sciences en 1885 et est très présent et actif à la SGP, dont il est pré (...)

43Plus encore peut-être que par le refus d’aider Bernard dans son projet, Dubois est donc affreusement vexé et humilié par ce mot de « géographes amateurs », terme ici utilisé pour désigner des géographes universitaires83 ; il provient de lieux scientifiques bien précis : le Collège de France avec le géologue Ferdinand Fouqué (1828-1904)84 et le Muséum d’histoire naturelle avec Alfred Grandidier, lui-même explorateur de Madagascar85. Bernard, « froissé du refus du Comité des missions, et plus encore des termes désobligeants qu’on nous y avait appliqués au cours de la discussion (géographes amateurs, petit club de la Sorbonne, etc…) est rentré sous la tente et n’en veut plus sortir86. » Achille de l’exploration malgache, il est « découragé, nerveux, et capable [selon Dubois], de faire quelque coup de tête, ce qui [le] navrerait sans émouvoir beaucoup ni M. Fouqué, ni M. Grandidier87 », et semble incapable, dans un premier temps, de réagir. Ceci « navre » Dubois et désole ses deux collègues étudiants, qualifiés d’« enfants géographiques » des professeurs de la Sorbonne, surtout d’« acolytes du « petit Club de Sorbonne », comme dit M. Grandidier88 », à savoir Emile-Félix Gautier et Camille Guy, eux aussi à la recherche de financement pour leurs travaux géographiques et de situations professionnelles stables. Dubois y voit surtout la faiblesse de la géographie et de sa position dans l’édifice académique. L’origine du « coup » est ici bien identifiée : Fouqué et Grandidier, deux personnalités éminentes dans le paysage des naturalistes de la fin du XIXe siècle, tous deux cependant non intégrées dans l’institution universitaire parisienne. Est-ce une question de rivalités corporatistes entre facultés (celle des sciences d’un côté, liée à la géologie et au Muséum, contre celle des lettres) ? de personnes ? de défense d’un pré carré, d’un domaine réservé, celui de Madagascar par Alfred Grandidier ? ou encore de projet mal présenté et mal conçu de la part de Bernard et de Dubois, en tout cas jugé peu sérieux par les membres du Comité ? Ceci rend dans tous les cas beaucoup moins claire la proximité supposée entre Dubois et le monde de l’exploration, en particulier la SGP dont Grandidier est alors l’une des figures dominantes89. Notons enfin que, dans sa lettre à Lavisse, Dubois est pour le moins sévère avec ses aînés, Himly et Vidal, qu’il juge incapables d’affirmer la place des géographes universitaires (« à défaut d’un patron convaincu »).

  • 90 BNF, NAF 25167, f. 80-81, lettre de Dubois à Lavisse, Paris, 10 mai 1892.
  • 91 BNF, NAF 25167, f. 82-83, lettre de Dubois à Lavisse, Paris, 13 mai 1892.

44Que faire ? D’abord trouver une solution pour Bernard mais pour cela, il faut d’abord le convaincre de reprendre les démarches, ce que Dubois échoue à obtenir (« J’ai fait hier une dernière tentative, et, ma foi… j’ai été fort mal accueilli : il est butté90 ») et demande à Lavisse d’intervenir91. Mais Gautier est également sur ce projet, qui demande rendez-vous à Lavisse le 10 mai, précisant :

  • 92 Cette plaine se trouve au Nord-Ouest de Madagascar, Gautier la décrit peu après de façon détaillée (...)
  • 93 BNF, NAF 25167, f. 233-234, lettre de Gautier à Lavisse, Paris, 10 mai 1892.

« Je me permets d’insister sur le fait que je serais très désireux de rejoindre là-bas [à Madagascar] avant son départ M. Douliot, qui est en mission dans la plaine Sakalava92, et que par conséquent j’ai le plus grand intérêt à obtenir la réponse ministérielle dans le plus bref délai possible. En effet, le paquebot ne partant qu’une fois par mois, et Mr. Douliot devant vraisemblablement quitter Madagascar en décembre, un retard en apparence insignifiant peut me mettre dans l’impossibilité d’arriver en temps utile93. »

45Le sous-secrétariat aux colonies paraît prêt à subventionner le voyage, mais à une condition :

  • 94 BNF, NAF 25167, f. 80-81, lettre de Dubois à Lavisse, Paris, 10 mai 1892.

« J’aimerais mieux les 3000 francs pour Bernard : et M. Jamais, dans sa visite à nos salles de géographie, m’a demandé où était ce missionnaire calédonien dont nous lui avons tant parlé. (…) Sûrement M. Jamais donne en dehors de son domaine ; mais je ne crois pas que le ministre des affaires étrangères donne quelque chose… surtout pour Madagascar. Ce sera déjà bien d’obtenir la permission d’y aller ; et M. Jamais a promis de donner quand nous aurions cette permission hiérarchique. Il m’a paru beaucoup y tenir.
Je l’ai revu hier toujours aussi décidé à nous appuyer dans l’œuvre de développement des études géographiques. Je savais bien que, vous présent, nous serions bien jugés et je ne vous en remercie plus parce que ce serait trop peu.
Nous allons donc envoyer sans retard la demande au ministère des affaires étrangères. J’espère qu’avec votre appui nous réussirons94. »

46Une note est donc envoyée au ministère des affaires étrangères, relue par Himly, Perrot et Lavisse qui soutient immédiatement le projet. Dubois fait une lettre de recommandation très louangeuse en faveur de Gautier, déclarant en particulier :

  • 95 BNF, NAF 25167, f. 229-230, lettre de recommandation de Gautier par Dubois, Paris, 14 mai 1892.

« Il a particulièrement étudié, dans les salles de notre section de géographie, tous les livres et cartes, relatifs à Madagascar. Nous pouvons le déclarer bien préparé à la mission qu’il sollicite, et très capable de servir la science, tant en raison de son éducation générale que de ses recherches approfondies sur la géographie malgache. Nous nous reprocherions de ne pas ajouter que M. Emile Gautier est un homme droit, loyal, estimé de ses maîtres comme de ses collègues et que son caractère lui vaudra sûrement une sympathie méritée dans le pays de protectorat français qu’il se propose de visiter à ses frais. Il est encore à ce titre très digne de patronage de Monsieur le Ministre des affaires étrangères95. »

47Peu de temps après, le ministre des affaires étrangères, Gabriel Hanotaux, indique à ce sujet à Lavisse :

  • 96 BNF, NAF 25167, f. 307-308, lettre de G. Hanotaux à Lavisse, Paris, non datée.

« Cher ami, j’ai vu M. E. Gautier, il y a déjà une huitaine de jours. La chose a été décidée après une conversation d’une demi-heure. Je pense qu’il a reçu la lettre qui lui a été adressée il y a quelques jours. Il pourra partir le 11 juin. Ainsi, il n’y aura pas d’interruption dans les missions de nos savants à Madagascar, puisque M. Douliot ne rentrera que dans trois mois environ96. »

  • 97 Il est possible que Gautier ait été versé dans des activités d’espionnage en Allemagne à la fin des (...)
  • 98 En janvier 1896, Gautier est nommé directeur de l'enseignement à Madagascar. Lors de l'établissemen (...)

48Voilà donc Gautier envoyé le 3 juin à Madagascar, pour une mission d’exploration géographique et sans doute également de reconnaissance pour le compte de l’action de « pacification » de l’armée française97 (Zimmermann, 1942, p. 181 ; Desprest, 2009, p. 134) : il n’y retrouve pas Douliot, mort le 2 juillet « par un accès de fièvre » (Dubois, 1892c et 1893) ; mais il poursuit l’exploration de l’île lors d’une mission de trois ans, se terminant en 1895 par l’occupation du pays par la France, puis par les charges administratives qu’il y occupe ensuite, enfin dans le cadre de sa thèse98. Bernard, quant à lui, soutient finalement sa thèse sur la Nouvelle-Calédonie en 1895, sans y être allé puis se tourne vers la géographie de l’Afrique du Nord (Nordman, 2008 ; Deprest, 2009). Mais c’est Dubois qui connaît alors son évolution la plus déterminante.

Comment enseigner la géographie coloniale à la Sorbonne ?

49A l’issue de cet incident révélateur des conflits d’intérêts entre disciplines et légitimités tout autant que d’une certaine hostilité interpersonnelle (essentiellement en avril-mai 1892), Dubois obtient très rapidement (au plus tard en juin) de Jamais et du sous-secrétariat d’Etat des Colonies la promesse de subvention d’une chaire personnelle de géographie coloniale. Ceci ne se fait pas cependant simplement, et il déplore de nouveaux obstacles :

  • 99 BNF, NAF 25167, f. 84-87, lettre de Dubois à Lavisse, Paris, 29 juin 1892.

« J’ai vu hier M. le doyen [Himly] qui m’a fait part de « certaines difficultés » relatives à la création d’une chaire de géographie des colonies françaises. Les difficultés administratives, je ne les saisis pas bien : puisque M. Jamais offre les fonds, ce qu’il peut pour un cours, il le peut pour une chaire. Un recours à la Chambre n’a rien d’aléatoire ; car les députés des colonies et le rapporteur du budget des colonies M. Chautemps nous sont absolument acquis, je le sais. Craint-on que ce succès assuré de la géographie coloniale ne compromette celui de la géographie physique ? Je ne crois pas qu’il y ait lieu, vu le caractère « extraordinaire » du projet de MM. Jamais et Bourgeois : il n’y a concurrence ni entre les deux enseignements, ni entre les deux hommes. Je crois avoir montré cette année toute la cordialité possible à mon collègue M. Vélain ; j’ai conduit, je puis dire entraîné mes élèves à son cours du lundi, prêché d’exemple par ma présence et par mes applaudissements. Je souhaite son succès ; mais je ne crois pas me louer beaucoup en disant que j’ai fait autant que lui pour les études géographiques.
Enfin, M. Jamais veut me confier une réorganisation de l’Ecole coloniale, un rôle que je considère comme très grave, une responsabilité sérieuse. Peut-être faut-il à cette tâche, pour remplacer ce qui me manque d’âge et d’expérience, le rang de professeur ? Un cours complémentaire serait une défense pour l’Etat ; et l’introduction timide du nouvel enseignement semblerait d’autant mieux une faveur personnelle à mon adresse. Eh bien ! mon cher maître, je puis continuer, je vous le jure, en qualité de maître de conférences aussi longtemps qu’on voudra et de bon cœur. Je recherche dans le titre de professeur non un avantage personnel, mais un instrument pour agir sur la jeunesse, pour faire aimer nos études, et une compensation d’honneur à une responsabilité que j’ai pesée bien avant mes 35 ans dont notre cher doyen m’a beaucoup parlé hier.
Si vous comprenez mes sentiments, mon cher maître, je vous serai très reconnaissant d’insister auprès de M. Liard pour éviter ce rétrécissement du projet de nos ministres. M. Jamais pourrait même en concevoir quelque amertume ; et la cause serait perdue.
J’ai peu servi, c’est vrai : 7 ans en Sorbonne et 2 à Nancy. Mais en la circonstance, je ne fais tort à aucun ancien ; et mes collègues ne me connaîtront pas mieux dans deux ou trois ans qu’aujourd’hui.
Pardon, mon cher Maître, de cette ennuyeuse confidence ; où l’aurais-je mieux placée ? Le doyen m’a complètement interloqué hier… Que voulez-vous que j’objecte à mon acte de naissance, sinon que dans un mois j’aurai 36 ans au lieu de 3599. »

  • 100 L'École coloniale est fondée en 1889 pour succéder à un centre de stage en activité depuis 1885 sou (...)

50Faute de réelle résistance politique, le problème est ici sans doute de nouveau la rivalité de la faculté des sciences, avec le géologue Vélain (que Dubois semble un peu mépriser…), sans doute aussi toujours celle de Fouqué et de Grandidier, même si le prétexte, évoqué par Himly, est la question de l’âge (35 ans) et de l’expérience de Dubois, jugés insuffisants pour accéder à une chaire universitaire, même nouvelle et créée pour lui. Ce dernier y répond par une affirmation marquante de volontarisme et de patriotisme, d’autant qu’en plus de la Sorbonne, il lui est promis une place très active au sein de l’Ecole coloniale100. Sans doute que le reste de l’année 1892 est marqué par des négociations intenses pour faire accepter la subvention ministérielle au profit du géographe. Revenant sur ce processus, Dubois ne dit évidemment pas un mot de ces résistances internes, déclarant notamment :

« L’histoire de la nouvelle chaire, nous dit-il, est liée intimement à celle de notre section de géographie. (…) Quelques temps après la visite [du ministre de l’Instruction publique], dans l’été dernier, nous reçûmes celle du sous-secrétaire d’Etat aux colonies, M. Jamais. Le premier, il eut l’idée de consacrer les efforts des maîtres et des élèves, dans le séminaire nouveau, à l’application dans les études coloniales de méthodes rigoureusement scientifiques. C’est la conversation de ce jour-là, en présence de M. Himly, notre doyen, qui est, vous ne l’ignorez pas, un professeur de géographie, et de M. Lavisse, historien qui comprend et qui approuve les géographes, c’est cette conversation qui fut le point de départ de la fondation de la nouvelle chaire. M. Delcassé, successeur de M. Jamais, MM. Dupuy et Poincaré, successeurs de M. Bourgeois, approuvèrent l’idée ; M. Chautemps, rapporteur du budget des colonies pour 1893, et dont le groupe colonial de la Chambre lui firent l’accueil le plus favorable. Les vicissitudes du budget retardèrent la création jusqu’à présent.
- Ainsi, monsieur, les colonies et l’instruction publique, par un exemple rare d’entente administrative, ont coopéré à cette création ?
- Parfaitement, ces deux administrations ont marché d’accord ; l’initiative est partie du sous-secrétariat et du rapporteur des colonies, tandis que l’instruction publique mettait à la disposition des études coloniales un de ses maîtres et une partie de ses locaux. » (Le Temps, 2 juin 1893)

  • 101 AN, AJ/16/4748, séance du 15 mars 1893, p. 166. Contrairement à ce qui est parfois affirmé (Clerc, (...)
  • 102 Himly en informe le conseil le 15 mai, sans plus de commentaire : c’est que la faculté est autremen (...)
  • 103 Au même moment, certains de ses proches collègues se voient également attribuer des postes. Ainsi, (...)
  • 104 AN, AJ/16/4748, séance du conseil de la Faculté du 28 novembre 1898, p. 390-396.

51Dubois affiche donc ici très ouvertement ses soutiens académiques et politiques et la continuité de son activisme et du projet ministériel ; la démission de Jamais, en janvier 1893, ne change rien à la décision confirmée par son successeur Théophile Delcassé, continûment en charge de ce portefeuille de janvier à décembre de cette même année. Par décret du 16 mai 1893, une chaire de géographie coloniale est donc finalement créée à la faculté des lettres de l’université de Paris : c’est la vingt-deuxième de l’établissement. Dubois en est immédiatement nommé titulaire101, poste qu’il occupe jusqu’à sa mort, c’est-à-dire pendant plus de 20 ans, et cette nomination ne fait manifestement plus l’objet d’opposition102, même s’il ne se sent pas, en la matière, complètement légitime103. Cinq ans plus tard, il raconte ainsi : « au jour de la création de la chaire de géographie coloniale, j’offris [à Vidal] de m’effacer devant lui et même de rester ici en même temps que lui, car j’y serais resté dans mon ancien emploi sans aucun regret. Il refusa et j’en témoignai ma gratitude dans ma leçon d’ouverture qui a été rigoureusement imprimée telle qu’elle a été dite104 ».

Photographie 4 : portrait de Marcel Dubois comme personnage public (source : L’Eclair, XIIe année, n°3735, 17 février 1899, p. 2).

Photographie 4 : portrait de Marcel Dubois comme personnage public (source : L’Eclair, XIIe année, n°3735, 17 février 1899, p. 2).
  • 105 Du point de vue de la Sorbonne. En ce qui concerne la discipline géographique en elle-même, le cont (...)
  • 106 AN, AJ/16/4748, séance du conseil de la Faculté du 28 juin 1893, p. 170.
  • 107 AN, AJ/16/4748, p. 187.
  • 108 C’est d’ailleurs Schirmer qui remplace alors Gallois à Lyon, signe de cette appartenance commune au (...)

52La création d’une nouvelle chaire parisienne, phénomène relativement rare105, est cependant considérée comme un événement public. Une réception (« un punch ») est offerte le 1er juin, « à l’hôtel des sociétés savantes, par une centaine d’étudiants, au jeune et sympathique professeur ». Ce dernier fait l’objet d’une interview, dans son bureau de la section de géographie, par un journaliste du Temps, journal des élites intellectuelles de l’époque, qui publie le lendemain un long article où Dubois précise les circonstances de la fondation de la chaire et ses objectifs (cf. supra). Remarquons enfin que Dubois (et Lavisse) demande le 28 juin 1893 que son remplaçant au poste de maître de conférences soit Lucien Gallois, alors professeur de géographie à Lyon, « à qui son talent et la distinction de ses services ont créé des titres exceptionnels106 » ; Gallois accepte et renonce donc « à sa chaire (…) pour venir, même sous un titre plus modeste, enseigner » à Paris107. Cela montre la bonne entente qui semble alors régner entre les deux hommes, sensiblement du même âge et tous deux élèves de Vidal, malgré peut-être déjà des différences de conceptions scientifiques :on est alors manifestement très loin d’une quelconque rupture108.

53Les modalités de l’organisation des cours de Dubois liés à cette nouvelle chaire sont très précisément définies par une lettre du ministre de l’Instruction publique au sous-secrétaire d’Etat aux colonies, datée du 25 novembre 1892 :

  • 109 AN, AJ/16/4748, p. 167.

« 1° Un cours ouvert à tous, traitant des questions générales de géographie coloniale et destiné à répandre dans le public qui fréquente les amphithéâtres de la Faculté, les idées qu’il importe de voir pénétrer en France dans toute la Société ;
2° Des conférences fermées, dans lesquelles les professeurs, étudiants, élèves de l’Ecole Coloniale travailleraient, en commun, au développement de la connaissance précise de nos différentes colonies et prépareraient des publications savantes sur cet objet ;
3° Constitution, dans l’Institut de Géographie de la Sorbonne, d’une sorte de Bureau, où seraient réunis, à la disposition de tous les intéressés et tenus à jour, les renseignements géographiques sur les Colonies de la France, qui pourraient être fournies par les différentes Administrations, l’Armée, la Marine, les Voyageurs et explorateurs.
Cette constitution, tout en plaçant la création projetée dans les cadres de l’enseignement de la Sorbonne, lui donnerait le caractère spécial, à la fois théorique et pratique, qu’il importe de lui assurer109. »

54L’enseignement de Dubois n’est donc pas du tout neutre : un cours public, ouvertement de propagande coloniale ; sa première leçon est prononcée le 14 décembre 1893 et publiée intégralement dans les Annales de géographie en 1894 (Dubois, 1894a), puis plusieurs autres sont résumées dans l’ouvrage Systèmes coloniaux et peuples colonisateurs (Dubois, 1895) ; des cours « fermés », en petit comité, sortes de séminaires plus scientifiques, destinés aux membres de la « section de géographie » de la Sorbonne et de l’Ecole coloniale ; enfin un centre de documentation, pas tout de suite mis en place cependant. Dubois indique à ce niveau que

  • 110 AN, AJ/16/4748, séance du conseil de la Faculté du 26 janvier 1895, p. 235-236.

« l’idée première de cette création remonte à l’époque où (…) Emile Jamais visita nos salles de géographie et promit de favoriser, par le concours actif du sous-secrétariat des Colonies, des études auxquelles nos élèves s’adonnaient déjà avec ardeur. (…) Plusieurs rapports furent présentés (…) dans le but de préciser l’organisation et le fonctionnement de ce « bureau » d’études coloniales. (…) Au mois de décembre 1894, une première somme de 1500 francs était allouée à titre personnel à M. Marcel Dubois pour préparer les meubles, répertoires, catalogues du bureau scientifique de géographie coloniale et pour enrichir de quelques ouvrages indispensables la bibliothèque de nos salles de géographie. Enfin le ministère des Colonies vient d’affecter un crédit de 3000 francs au traitement d’un secrétaire-archiviste qui assistera le professeur de géographie coloniale dans le travail d’organisation de répertoires, de préparation des voyages d’explorateurs, de direction des études coloniales. (…) Nous avons lieu d’espérer que le ministère de l’Instruction publique, sollicité par nous (…) contribuerait volontiers pour une somme de 1500 francs par exemple. On aurait ainsi un traitement suffisant pour nous assurer le concours d’un collaborateur autorisé110. »

  • 111 AN, AJ/16/4748, séance du conseil de la Faculté du 30 novembre 1895, p. 276. Notons que l’institut (...)
  • 112 En 1897, Himly traite de « la géographie physique et historique de la péninsule des Balkans », Dubo (...)

55Cet « institut de géographie » est, en 1895, divisé en deux instituts, celui de géographie coloniale et celui de géographie générale, qui sont installés au deuxième étage de l’aile Sorbonne qu’ils occupent tout entier, avec les instituts d’art moderne et d’archéologie111. Cette dualité correspond aux deux professeurs titulaires de géographie actifs à la Sorbonne, à égalité, malgré leur différence d’âge et de prestige, avec des centres d’intérêt très différenciés. En 1895 justement, Himly fait deux cours hebdomadaires sur « l’histoire sommaire des grandes découvertes après le XVIe siècle », tandis que Dubois, désormais complètement converti à la géographie coloniale, traite au même rythme de « la colonisation française dans les contrées de climat tempéré (Algérie-Tunisie) » (Revue de géographie, 1895, p. 482). C’est la reconduction du même cours qu’en 1894 pour Himly, tandis que Dubois avait traité cette année-là « les causes géographiques du développement de l’empire colonial français112 ». En raison, sans doute, de tous ces services rendus à la cause coloniale et à l’enseignement de la géographie, Dubois est nommé en 1895 membre du comité supérieur consultatif de l’instruction publique des colonies le 26 mars (Le Temps, 1895, n°12356, p. 2), et fait partie de la promotion du 14 juillet des chevaliers de la Légion d’honneur du contingent du Ministère des colonies (Le Temps, 1895, n°12464, p. 2).

Conclusion

  • 113 A commencer par Vidal et Lavisse, Himly et Fustel.
  • 114 En 1900, le géographe normalien Raoul Blanchard (1877-1965) visite l’institut de géographie de Lill (...)

56La conférence inaugurale du cours de géographie coloniale de Marcel Dubois, décrite comme le jour de sa « majorité de professeur » (Dubois, 1894a, p. 123), est consacrée à remercier les autorités politiques et académiques qui ont permis la mise en place de sa chaire, puis à définir son objet de façon relativement précise, ouvrant la voie à « des connaissances pour l’action » (Clerc, 2014) : on peut aussi y relever, derrière le ton solennel du texte et la référence très appuyée aux plus grandes autorités académiques de l’époque113, certaines contorsions rhétoriques destiner à justifier une chaire éminemment politique, singulière dans l’institution parisienne. C’est qu’en l’espace de vingt ans, de 1876 à 1895, Dubois a parcouru, grâce à ses soutiens divers, toute la distance académique de l’histoire à la géographie, et à la géographie coloniale, distance à la fois faible si l’on pense à la proximité institutionnelle des deux disciplines, et importante avec l’émergence d’une géographie qui se définit comme « moderne », « méthodique » et scientifique. Il est à ce titre typique de sa génération, « intermédiaire », plus tout à fait pionnière et autodidacte comme celle de Vidal, pas encore éduquée directement dans la discipline géographique (Robic, 1999, p. 37). Seul cependant parmi ses collègues, il fait la conquête de la Sorbonne et d’une position académique parisienne non seulement stable (pour plus de 20 ans) mais surtout dominante, comme maître de conférences à l’ENS de jeunes filles et professeur titulaire à l’université de Paris, fondateur d’un institut de géographie inauguré dès 1891 et décrit comme particulièrement riche et dynamique au milieu des années 1890114. Nous avons montré cependant que cette trajectoire n’a pas été si évidente, soumise notamment à certains aléas politiques (en particulier le soutien du ministère des colonies) et à des oppositions récurrentes (par exemple du côté des naturalistes).

  • 115 Le « comité de patronage » des Annales de géographie apparaît en effet au moment où, à la direction (...)
  • 116 Sur ce document exceptionnel, quoique ne donnant que le point de vue d’un géographe normalien à bie (...)
  • 117 Lacour-Gayet indique pour sa part que Dubois est resté directeur des Annales jusqu’au 15 octobre 18 (...)

57La publication de sa conférence inaugurale précède de peu sa rupture retentissante avec les Annales de géographie et Vidal de la Blache. Faut-il y voir la conséquence d’une rivalité académique, le professeur titulaire Dubois étant désormais hiérarchiquement supérieur à son ancien professeur, toujours maître de conférences à l’ENS ? D’une divergence plus profonde d’orientation théorique à propos de la géologie et des sciences naturelles dans leurs relations avec la géographie ? D’un refus de voir intégrer dans le « comité de patronage » de la revue115 ceux qui l’avaient insulté peu avant, notamment Grandidier et Vélain ? Toujours est-il que Zimmermann écrit dans son journal intime116 à la date du 10 janvier 1895 : « Vidal me fait prévenir qu’il a à me parler. (…) Dubois le quitte (…). Je refais la chronique des Annales » (Clerc, 2014, p. 138, note 12117). Ceci est sans doute une autre histoire, difficilement documentée jusqu’à aujourd’hui, mais il nous semble que nous avons donné ici des éléments pour mieux la comprendre dans ses aspects personnels et scientifiques.

58A partir de 1895, Dubois est donc à la fois installé définitivement à la Sorbonne, et en situation de rupture par rapport au premier cercle des vidaliens, y compris avec son maître Vidal lui-même : commence pour lui une période de vingt ans plus complexe, peut-être plus solitaire, marquée par des engagements politiques et des positionnements scientifiques originaux que l’on retracera dans un prochain texte, spécifiquement consacré à la deuxième moitié de sa carrière.

Haut de page

Bibliographie

Allain R., 1884, "Réponse au questionnaire soumis par M. L. Drapeyron au septième groupe (méthodologie) du congrès géographique international de Venise (1881) (1883)", Revue de géographie, t. XIV, janvier-juin, 126-141.

Andrews H. F., 1986, "Les premiers cours de géographie de Paul Vidal de la Blache à Nancy (1873-1877)", Annales de géographie, Vol.95, N.529, 341-361.

Anonyme, 1892, "L’"atelier de géographie" de la Sorbonne", Revue de géographie, 16e année, t. XXX, janvier-juin, 61-62.

Baudelle G., 2001, "L’assise bretonne. Emmanuel de Martonne et la fondation du Laboratoire de géographie de Rennes (1899-1905)", in Baudelle G., Ozouf-Marignier M.-V., Robic M.-C. (dir.), Géographes en pratiques (1870-1945). Le terrain, le livre, la Cité, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 37-54.

Berdoulay V., 1995 [1981], La formation de l’école française de géographie, 1870-1914, Paris, CTHS.

Bonnefont J.-C., 1993, "La Lorraine dans l’œuvre de Paul Vidal de la Blache", in Claval P. (dir.), Autour de Vidal de la Blache : la formation de l’Ecole française de géographie, Paris, CTHS, 81-88.

Bonnefont J.-C., 1999, "La Société de Géographie de l’Est. Une géographie militante et conviviale à la Belle Époque", Revue géographique de l'Est [En ligne], Vol. 39, mis en ligne le 08 septembre 2013 (http://rge.revues.org/4551).

Broc N., 1974, "L’établissement de la géographie en France : diffusion, institutions, projets (1870-1890)", Annales de géographie, t. 83, N.459, 545-568.

Broc N., 1977, "La géographie française face à la science allemande (1870-1914)", Annales de géographie, t. 86, N.473, 71-94.

Broc N., 1978, "Nationalisme, colonialisme et géographie : Marcel Dubois (1856-1916)", Annales de géographie, t. 87, N.481, 326-333.

Broc N., 1982, "Les explorateurs français du XIXe siècle reconsidérés", Revue française d'histoire d'outre-mer, tome 69, N.256, 3e trimestre, 237-273.

Broc N., 1988, Dictionnaire des explorateurs français du XIXe siècle, t. 1 : Afrique, Paris, CTHS.

Brunschwig H., 1959, "Le parti colonial français", Revue française d’histoire d’outre-mer, tome 46, N.162, 49-83.

Caplat G. (dir.), 1986, Les Inspecteurs généraux de l'instruction publique. Dictionnaire biographique, 1802-1914, Paris, Institut national de recherche pédagogique, CNRS.

Charle C., 1994, La République des universitaires, Paris, Seuil.

Clerc P., 2014, "Des connaissances pour l’action. La géographie coloniale de Marcel Dubois et Maurice Zimmermann", Revue germanique internationale, 20, "Géographies entre France et Allemagne. Acteurs, notions et pratiques (fin XIXe siècle-milieu XXe siècle)", 135-146.

Clerc P., 2017, "Le journal retrouvé. Les spatialités d’un géographe normalien en 1893", Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Epistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, document 811, mis en ligne le 23 mars 2017, consulté le 06 juin 2017 (http://cybergeo.revues.org/27999).

Clout H., 2011a, "Marcel Dubois", Geographers : biobibliographical Studies, Vol.30, 134-151.

Clout H., 2011b, "Geographical Pioneers in Lyon, 1874-1927 ; a biobibliographical essay", Géocarrefour [En ligne], vol. 86/3-4, mis en ligne le 29 mars 2012, consulté le 17 avril 2017 (http://geocarrefour.revues.org/8390)

Cohen W. B., 1973, Empereurs sans sceptre. Histoire des administrateurs de la France d’outre-mer et de l’École coloniale, Paris, Berger-Levrault.

Collectif (Ecole normale supérieure de jeunes filles de Sèvres), 1932, Le Cinquantenaire de l’Ecole de Sèvres, 1881-1931, Paris, Printory Presses.

Condette J.-F., 1999, "Le développement des études d’histoire-géographie à la faculté des lettres de Lille de 1887 à 1914", Revue du Nord, t.91, N.330, avril-juin, 329-366.

Condette J.-F., 2001, "La création et le développement du laboratoire de géographie de l’Université de Lille (1898-1939)", in Baudelle G., Ozouf-Marignier M.-V., Robic M.-C. (dir.), Géographes en pratiques (1870-1945). Le terrain, le livre, la Cité, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 55-80.

Coquery-Vidrovitch C., 2009, Enjeux politiques de l’histoire coloniale, Marseille, Agone.

D’Allessandro C., 2003, "Un regard sur la géographie coloniale française", Annales de géographie, Vol.112, N.631, 306-315.

Darmon J.-C., Waquet F., 2010, L’Amitié et les Sciences. De Descartes à Lévi-Strauss, Paris, Hermann.

Deprest F., 2009, Géographes en Algérie (1880-1950). Savoirs universitaires en situation coloniale, Paris, Belin.

Drapeyron L., 1889, "Projet de constitution de l’enseignement géographique soumis au Congrès international de géographie par M. Ludovic Drapeyron le 10 août 1889", Revue de géographie, t.XV, 161-167.

Drapeyron L., 1892, "L’union des géographes", Revue de géographie, 16e année, t.XXXI, juillet-décembre, 1-7.

Dubois M., 1884a, De Insula Co, Paris, Berger-Levrault.

Dubois M., 1884b, Notions élémentaires de géographie générale, Paris, G. Masson.

Dubois M., 1885, Les ligues étolienne et achéenne. Leur histoire et leurs institutions, nature et durée de leur antagonisme, Paris, Ernest Thorin, bibliothèque des Ecoles françaises d’Athènes et de Rome, fascicule 40.

Dubois M., 1886, Géographie de l’Europe, Paris, G. Masson.

Dubois M., 1887, Géographie de la France. Géographie physique, géographie historique, politique et économique, éléments de géographie coloniale, Paris, G. Masson.

Dubois M., 1888a, "L’avenir de l’enseignement géographique", Revue internationale de l’enseignement, XV, 449-477.

Dubois M., 1888b, Géographie générale de l’Europe : cours de géographie pour l’enseignement secondaire spécial, Paris, G. Masson.

Dubois M., 1889a, Géographie économique de l’Europe, Cours de géographie pour l’enseignement secondaire spécial, Cinquième année, Paris, G. Masson.

Dubois M., 1889b, Géographie économique de la France, Cours de géographie pour l’enseignement secondaire spécial, Quatrième année, Paris, G. Masson.

Dubois M., 1889c, Géographie économique de l’Afrique, l’Asie, l’Océanie et l’Amérique, Cours de géographie pour l’enseignement secondaire spécial, Quatrième année, Paris, G. Masson.

Dubois M., 1890, Précis de la Géographie économique des cinq parties du monde, Paris, G. Masson.

Dubois M., 1891a, "Strabon et Polybe", REG, Vol.4, N.16, 343-356.

Dubois M., 1891b, Examen de la géographie de Strabon, Paris, Armand Colin.

Dubois M., 1891d, "Océanographie et Océanie. I. Progrès les plus récents de notre connaissance de l’Océanie", Annales de géographie, t. 1, N.1, 81-101

Dubois M., 1891e, "Le rôle des articulations littorales : étude de géographie comparée", Annales de géographie, t. 1, N.2, 131-142.

Dubois M., 1891f, "Notes sur l’exploration de M. Henri Douliot à Madagascar (côte occidentale)", Annales de géographie, Vol.1, N.3, 309-323.

Dubois M., 1891h, Géographie élémentaire de la France et de ses colonies, classe de septième, Paris, G. Masson.

Dubois M., 1892a, Géographie de la France et de ses colonies, Paris, G. Masson.

Dubois M., 1892b, "L’hydrographie des eaux douces. Méthodes employées pour l’étudier : recherche d’une meilleure classification I", Annales de géographie, Vol.2, N.5, 1-10.

Dubois M., 1892c, "Nécrologie : Henry-Louis Douliot", Annales de géographie, Vol.2, N.5, 114.

Dubois M., 1892d, "L’hydrographie des eaux douces. Méthodes employées pour l’étudier : recherche d’une meilleure classification II", Annales de géographie, Vol.2, N.7, 296-305.

Dubois M., 1892e, "Conférence", Bulletin de l’Association générale des étudiants, juin-novembre, p. 89, et décembre, p. 108.

Dubois M., 1893, "Notes sur les explorations à Madagascar par E. F. Gautier", Annales de géographie.

Dubois M., 1894a, "Leçon d’ouverture du cours de géographie coloniale", Annales de géographie, N.10, 121-137.

Dubois M., 1894b, "Commentaire de Rainaud (A). Quid de natura et fructibus Cyrenaïcae Pentapolis antiqua monumenta cum recentioribus collata nos tradiderint, Paris, A. Colin, 1894", AG, t. 4, N.13, bibliographie de l’année 1893-1894, 42-43.

Dubois M., 1894c, "Note sur Le continent austral d’A. Rainaud", Annales de géographie, N.11, 386-387.

Dubois M., 1895, Systèmes coloniaux et peuples colonisateurs. Dogmes et faits, Paris, Plon.

Dubois M., 1897, "Science et propagande", RDC, 1, 8-13.

Dubois M., 1914, "Géographie et géographes (à propos d’une thèse)", Le Correspondant, avril-mai, 2, 833-863.

Dubois M., Hauvette-Besnault A., 1881, "Inscriptions de l’île de Cos", Bulletin de Correspondance Hellénique, Vol.5, N.1, 201-240.

Dubois M., Parmentier A., 1891g, Géographie générale du monde, Europe, Asie, Afrique, Océanie, Amérique, étude spéciale du bassin de la Méditerranée, classe de Sixième, Paris, G. Masson.

Dubois M., Thalamas A., 1891, Géographie élémentaire des cinq parties du monde, classe de huitième, Paris, G. Masson.

Dubois M., Vidal de la Blache P. [Les Directeurs], 1891, "Avis au lecteur", Annales de géographie, t. 1, N.1, 3-6.

Duchêne H., 1996, "Un Athénien : Salomon Reinach", Bulletin de correspondance hellénique, Vol.120, t. 1, 273-284.

Duchêne H. (éd.), 2013, Numa Denis Fustel de Coulanges, Leçons sur Sparte, Paris, Editions de l’EHESS, coll. "Audiographie".

Dumoulin O., 1994, "A l'aune de Vichy ? La naissance de l'agrégation de géographie", in Gueslin, André (dir.), Les Facs sous Vichy. Étudiants, universitaires et universités de France pendant la seconde guerre mondiale, Clermont-Ferrand, Institut d'études du Massif Central, 23-38.

Dussaud R., 1942, "La contribution de Henri Dehérain à l’histoire de l’activité scientifique française en Syrie", Syria, Vol.23, N.3, 258-267

Ferretti F., 2016, "Geographies of peace and the teaching of internationalism: Marie-Thérèse Maurette and Paul Dupuy in the Geneva International School (1924-1948)", Transactions of the Institute of British Geographers, 41(4), 570–584.

Foncin P., 1892, Rapport général sur le fonctionnement de l'École coloniale, présenté à M. le sous-secrétaire d'État des colonies, Impr. des journaux officiels, Paris.

Gallois L., 1916, "Nécrologie : Marcel Dubois", Annales de géographie, Vol.25, N. 138, 466.

Gallois L., 1931, "Nécrologie : Henri Schirmer", Annales de géographie, Vol.40, N.228, p. 678.

Gautier E. F., 1895, "L’ouest malgache", Annales de géographie, t. 4, N.16, 310-324.

Ginsburger N., 2014, "Une école allemande de géographie coloniale ? Géographes universitaires et fait colonial dans l’enseignement supérieur allemand (1873-1919)", Revue germanique internationale, Vol.20, 147-166.

Ginsburger N., 2015, "Les premières géographes universitaires en France : enquête sur les débuts d’une féminisation disciplinaire (1913-1928)", Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Epistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, document 734, mis en ligne le 09 septembre (URL : http://cybergeo.revues.org/27138).

Ginsburger N., 2017, "Historiens et géographes au scalpel de Vichy", Revue d’histoire des sciences humaines, N.31, à paraître.

Girardet R., 2001 [1972], L’idée coloniale en France de 1871 à 1962, Paris, Hachette.

Gran-Aymerich E., 2007, Les chercheurs de passé, 1798-1945. Aux sources de l’archéologie, Paris, CNRS Editions.

Hartog F., 1988, Le XIXe siècle et l’histoire. Le cas Fustel de Coulanges, Paris, PUF.

Hottin C., 2015, Les Sorbonne. Figures de l’architecture universitaire à Paris, Paris, Publications de la Sorbonne.

Houte A.-D., 2014, Le triomphe de la République, 1871-1914, Paris, Seuil, Histoire de la France contemporaine, tome 4.

Joly G., 2013, Dictionnaire biographique de géographes français du XXe siècle, aujourd’hui disparus, Paris, Grafigéo.

Karady V., 1983, "Les professeurs de la République. Le marché scolaire, les réformes universitaires et les transformations de la fonction professorale à la fin du 19e siècle", Actes de la recherche en sciences sociales, Vol.47-48, juin, 90-112.

Kraentzel F., 1911, "La géographie en France", Bulletin de la Société royale belge de géographie, 35ème année, N.4, juillet-août, 259-300.

Lacour-Gayet G., 1917, "Marcel Dubois", Annuaire de l’Association Amicale des Anciens Elèves de l’Ecole Normale Supérieure, 148-152.

Lavisse E., 1890, Etudes et étudiants, Paris, Armand Colin.

Lavisse E., 1891, "Discours pour la séance de rentrée à la faculté des lettres de Paris", in Inauguration du buste d’Albert Dumont et séance de rentrée à la faculté des lettres de Paris, Paris, Armand Colin, 11-20 [extrait de la Revue internationale de l’enseignement, 15 novembre 1891].

Le Goff A., 2005, Ministère de l’Instruction publique. Service des missions. Missions scientifiques et littéraires. Index nominatif des voyageurs et index géographique des destinations de leurs missions, Paris, CHAN.

Leduc J., 2016, Ernest Lavisse. L’histoire au cœur, Paris, Armand Colin.

Lejeune D., 1993, Les sociétés de géographie en France et l’expansion coloniale au XIXe siècle, Paris, Albin Michel.

Livet G., 1954, "La Faculté des Lettres de l’Université de Nancy. Son enseignement et ses étudiants de 1871 à 1914", Annales de l’Est, 211-239.

Manceron G., 2007, 1885 : Le tournant colonial de la République, Paris, La Découverte.

Nordman D., 2008, "Une soutenance à la Sorbonne en 1895 : les thèses d’Augustin Bernard", in Singaravélou P. (dir.), L’Empire des géographes. Géographie, exploration et colonisation (XIXe-XXe siècles), Paris, Belin, 69-79.

Perret R., 1916, "Un grand géographe. Marcel Dubois", Le Correspondant, 10 novembre, 476-501.

Perret R., 1916-1917, "Marcel Dubois", La Géographie. Bulletin de la Société de Géographie, XXXI, 4, 279-280.

Pfister C., 1917, "Chronique : nécrologie de Marcel Dubois", La Revue historique, 4, 216-217.

Robic M.-C., 1993, "La creacion de los Annales de géographie (1891) : Estrategia universitaria y geografia humana", Documents d’analisi geografica, N.22, 47-64.

Robic M.-C., 1998, "Le fardeau du professeur", Espaces-Temps, 68-70, Histoire/géographie, 2. Les promesses du désordre, 158-170.

Robic M.-C., 1999, "Bertrand Auerbach (1856-1942), éclaireur et 'sans grade' de l’école française de géographie", Revue géographique de l’Est, no39 (1), 37-48.

Robic M.-C., 2001, "Des services et laboratoires de la Sorbonne à l'Institut de la rue Saint-Jacques (1885-1930) : divergences et non-convergences", in Baudelle G., Ozouf-Marignier M.-V., Robic M.-C. (dir.), Géographes en pratiques (1870-1945). Le terrain, le livre, la Cité, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 81-101.

Sanguin A.-L., 1993, Vidal de la Blache. Un génie de la géographie, Paris, Belin.

Singaravélou P., 2011, Professer l'Empire. Les "sciences coloniales" en France sous la IIIe République, Paris, Publications de la Sorbonne.

Sivignon M., 1999, "Cinquante ans de géographie de la Grèce, d’Elisée Reclus à Jules Sion (1883-1934)", Bulletin de correspondance hellénique, Vol.123, N.1, 227-243.

Société de géographie (SGP), 1913, Liste des membres (janvier 1913), Paris, Société de géographie, Masson.

Soubeyran O., 1994, "La géographie coloniale au risque de la modernité", in Bruneau M., Dory D. (dir.), Géographie des colonisations (XVe-XXe s.), Paris, L’Harmattan, 193-214.

Soubeyran O., 1997, Imaginaire, science et discipline, Paris, L’Harmattan.

Soubeyran O., 1998, "Les occasions manquées", Espaces Temps, 68-70, 171-186.

Sutton K., 1979, "Augustin Bernard (1865-1947)", Geographers, Vol.3, 19-27. 

Valenti C., 1996, "Les membres de l’École française d'Athènes : étude d'une élite universitaire (1846-1992)", Bulletin de Correspondance Hellénique, 120-1, 157-172.

Vidal de la Blache P., 1889, Autour de la France : Etats et nations de l'Europe, Paris, C. Delagrave.

Vidal de la Blache P., 1893, "Le Sahara par Henri Schirmer", Annales de géographie, Vol.3, 99-100.

Vidal de la Blache P., 1906, "Nécrologie : Auguste Himly", Annales de géographie, Vol.15, N.84, 479-480.

Waquet F., 2008, Les Enfants de Socrate : filiation intellectuelle et transmission du savoir, XVIIe-XXIe siècle, Paris, A. Michel.

Wolff D., 1998, "Une rupture non consommée", Espaces Temps, Vol.66, N.1, p. 80-93.

Zimmermann M., 1942, "Nécrologie : Emile-Félix Gautier", Etudes rhodaniennes, Vol.17, N.3, 180-182.

Haut de page

Notes

1 Archives Nationales (désormais AN), AJ/16/4752, annonce du décès de Dubois, p. 95 et hommage du doyen A. Croiset, conseil de la faculté du 4 novembre 1916, p. 96.

2 On n’étudiera pas cet événement en lui-même, faute de source directe nouvelle. Certains éléments que l’on va évoquer peuvent cependant contribuer à en expliquer les causes et les enjeux.

3 En général, les études sur Dubois sont consacrées soit à l’ensemble de sa vie d’universitaire (Broc, 1978 ; Clout, 2011a), soit à sa position singulière au sein de « l’Ecole française de géographie », représentant du courant de géographie coloniale et dissident de la branche « orthodoxe » de géographie régionale (par exemple Berdoulay, 1995 ; Soubeyran, 1997 et 1998 ; Clerc, 2014).

4 Dubois rentre à l’ENS en 1876, Vidal de la Blache enseigne à Nancy jusqu’en 1877, puis rue d’Ulm.

5 Date de la rupture de Dubois vis-à-vis de Vidal et des Annales de géographie, deux ans après son élection comme professeur titulaire à la Sorbonne.

6 Ceci correspond certes à un « domaine mineur, mais bien intégré à l’historiographie de la France (…), [dont] l’objet est la politique coloniale française vue de France » (Coquery-Vidrovitch, 2009, p. 47), mais Dubois n’y est jamais étudié en tant que tel et en profondeur, malgré sa position académique très exposée, seul professeur d’une discipline coloniale à la Sorbonne dans les années 1890.

7 Je remercie les trois lecteurs anonymes de Cybergéo pour leurs propositions d’amélioration de ce texte, ainsi que Marie-Claire Robic et Denis Wolff pour leurs avis toujours si pertinents et stimulants.

8 Même s’il faut distinguer leurs parcours : Auerbach fut un géographe universitaire « traditionnel » (Robic, 1999), tandis que Dupuy, élève de Vidal et géographe scolaire, fut surtout surveillant général de l’ENS de 1885 à 1925, très actif dans le camp dreyfusard aux côtés du bibliothécaire Lucien Herr, ami internationaliste et socialiste de Jean Jaurès et de Maurice Genevoix, par ailleurs père de Marie-Thérèse, épouse du géographe et haut fonctionnaire du Bureau international du Travail Fernand Maurette (1878-1937), directrice de l’Ecole Internationale de Genève (Ferretti, 2016).

9 Dans l’argot normalien, « turne » signifie « chambre », et « cube » élève de troisième année, soit de classe préparatoire, soit de scolarité à l’Ecole.

10 Il décrit ainsi le Dubois normalien comme un anglophobe précoce (refusant de porter du textile anglais et non français) et un grand mélomane. Resté probablement son ami proche malgré les prises de position de chacun à propos des Annales de géographie et de l’Affaire Dreyfus, Auerbach témoigna de cette période dans l’hommage posthume de l’ENS à Dubois (Lacour-Gayet, 1917, p. 151).

11 A cet égard, Dubois a pu entendre son cours sur Sparte de 1876, édité récemment (Duchêne, 2013).

12 Pour sa part, Reinach, dans la même situation, s’en fait scrupule, craignant d’être à ce niveau un « universitaire de contrebande » (Duchêne, 1996).

13 Cos (orthographe actuelle : Kos) fait partie de l'archipel du Dodécanèse, dans le sud de la mer Égée, à proximité des côtes de l’Asie mineure.

14 Il s’agit de « deux mémoires présentés à l’Institut pendant le séjour à l’Ecole d’Athènes : (1) Histoire et institutions de la Ligue étolienne ; (2) Les institutions de la seconde ligue achéenne » (in AN, F/17/25762, notice individuelle de l’académie de Nancy).

15 AN, AJ/16/4747, p. 188.

16 Sa thèse de doctorat porte sur les cultes d'Arcadie et leur genèse. Il a enseigné la géographie de 1896 à 1914 à l'École supérieure de marine et à l'École pratique des hautes études. Sénateur du Jura de 1920 à 1931, il fut président de la commission des affaires étrangères du Sénat jusqu’en 1929. Traducteur de l’Odyssée, il entreprit de retrouver, par une reconstitution des anciennes conditions de navigation, les rivages de Méditerranée fréquentés par Ulysse.

17 En 1898, il consacre sa thèse principale d’Etat à l’étude des mines du Laurion et sa thèse latine à l’étude de l’implantation des ports grecs. À partir de novembre 1896, il est chargé d'un cours de géographie à la faculté de Lettres de Lille puis devient titulaire de la chaire de géographie en 1899. En 1905, il devient recteur de l’académie de Besançon. Il termine sa carrière comme recteur de l'Université d'Alger de 1908 à sa mort en 1926 (Joly, 2013, p. 31).

18 Sa thèse, soutenue en 1885, est consacrée à la géographie physique de Grèce en rapport avec l’Antiquité.

19 Il en devint le grand spécialiste international dans la première moitié du XXe siècle, comme professeur titulaire à Bonn.

20 D’autres géographes français visiteront plus tard, autour des guerres mondiales, les mêmes lieux, de manière proprement géographique, notamment Jean Brunhes (1869-1930) en 1913, Jacques Ancel (1879-1943) en 1916-1919 et 1929 et Jules Sion (1879-1940) en 1934 (Sivignon, 1999, p. 232).

21 Etymologiquement « trou en bas », le terme de « catavothre » désigne dans un relief calcaire « différents gouffres ou entonnoirs par lesquels s’écoulent temporairement les eaux des lacs » (Vivien de Saint-Martin et L. Rousselet, Nouveau Dictionnaire de Géographie universelle) : ils sont aujourd’hui appelés ponors, et les bassins fermés poljés, selon une nomenclature rationalisée plus tard par le géographe serbe Jovan Cvijic.

22 Il s’agirait surtout de déterminer l’influence de la pensée de Fustel de Coulanges contenue dans La Cité antique, son ouvrage le plus déterminant publié en 1864, après son Etude sur la conquête de la Grèce par les Romains en 1858, qui a sans doute directement influencé le travail de Dubois sur les ligues hellénistiques, où ces deux études sont pratiquement les seules sources en français.

23 Les vents « étésiens » ou meltémi sont des vents puissants qui soufflent périodiquement (en particulier l’été) sur la Méditerranée orientale. Il s’agit d’un flux de nord, souvent soutenu, s'établissant entre les mois de mai à octobre, par période de deux à quatre jours, voire plusieurs semaines d'affilée. Ces vents sont évoqués par Théophraste dans son ouvrage Des Vents.

24 Contrairement à ce que Perret écrit dans sa nécrologie, dans une vision très déterministe de la carrière de Dubois.

25 AN, F/17/25762, notice individuelle de l’académie de Nancy. En fait, son titre exact est « maître de conférences d’histoire et d’antiquités grecques et latines », ou encore « d’institutions grecques et romaines ».

26 Il a alors quatre conférences par semaine, avec 21 élèves, et reçoit un traitement de 5000 francs par mois (AN, F/17/25762, notice individuelle de l’académie de Nancy).

27 AN, F/17/25762, lettre de Fustel de Coulanges au directeur de l’enseignement supérieur, 12 janvier [1884]. Rappelons que le directeur de l’enseignement supérieur est alors Albert Dumont, jusqu’à son décès brutal, le 12 août 1884, à l’âge de 42 ans ; il est dès lors remplacé par Louis Liard. Dumont n’était plus directeur de l’EFA au moment du passage de Dubois, mais le courrier de Fustel montre que le destinataire connaît son nom et son profil.

28 Il est marié dès 1883, désormais « allié à une vieille famille de Lorraine » (Lacour-Gayet, 1916, p. 150), et a rapidement un premier enfant (AN, F/17/25762, notice individuelle de l’académie de Nancy).

29 Théophile Homolle (1848-1925), normalien et ancien membre de l’EFA, enseigne à la faculté des lettres de Nancy, à l’École normale supérieure et au Collège de France, avant d’être nommé à la direction de l’EFA en 1890, où il développe les fouilles archéologiques de Delphes (1892-1903).

30 AN, F/17/25762, lettre anonyme à en-tête du cabinet du recteur de l’académie de Nancy, sans date [1884].

31 En 1882, il existe au moins sept chaires spéciales de géographie, occupées par des historiens de formation : Paris (depuis 1809 à la faculté des lettres de la Sorbonne, tandis que l’abbé Durand est actif à la faculté libre des lettres), Nancy (créée en 1872, occupée par Rambaud), Caen (créée en 1873, occupée par Théophile Alphonse Desdevises du Dézert (1822-1891)), Bordeaux (crée en 1876, alors occupée par le médiéviste Achille Luchaire (1846-1908)), Lyon (créée en 1876, occupée par Etienne-Félix Berlioux (1828-1910)), et Toulouse (créée en 1881, occupée par l’antiquisant Paul Guiraud ( ?- ?)) (Allain, 1884, p. 135).

32 AN, F/17/25762, lettre de Larrens au recteur de l’académie de Paris, Paris, 23 novembre 1884.

33 Cette chaire illustre, créée en 1809 comme chaire « d’histoire et de géographie moderne » à la Sorbonne, était devenue en 1812 une chaire de géographie, avec quatre titulaires successifs : Jean-Denis Barbié du Bocage (1760-1825) (1812-1825), son fils Alexandre Barbié du Bocage (1798-1835) (1826-1835), Joseph-Daniel Guigniaut (1794-1876) (1835-1862), enfin Himly (Broc, 1974, p. 558).

34 Celui de Larrens est destiné à informer l’institution, en particulier le directeur de l’enseignement supérieur, celui d’Himly est de nature plus académique et scientifique.

35 Georges Perrot (1832-1914) est alors professeur d’archéologie grecque à la Sorbonne depuis 1879, Maxime Collignon (1849-1917) est son suppléant depuis 1883, Henri Pigeonneau (1834-1892) est professeur d’histoire romaine et Paul Girard (1852-1922) maître de conférences de langue et littérature grecque à Toulouse depuis 1881.

36 AN, F/17/25762, rapport d’Auguste Himly sur la soutenance des thèses de Marcel Dubois, non daté.

37 Il faut peut-être y voir l’empreinte de l’Allemand Ferdinand von Richthofen (1833-1905), alors professeur à Leipzig et déjà auteur de nombreux travaux sur la Chine, mais surtout celle de Reclus, très admiré par Dubois (Dubois, 1914), et dont les volumes de la Géographie universelle consacrés à l’Asie (les tomes VI à IX) sont justement publiés entre 1880 et 1883. On peut aussi y voir bien sûr l’effet d’une forte actualité, marquée tant par le partage de l’Afrique (traité de Berlin) que par le renforcement de la présence française en Indochine, véritable « tournant colonial de la République » (Manceron, 2007).

38 Dans cet ouvrage, absolument pas illustré, la géographie physique est très présente, puis le continent (sans la France) est étudié par région (Europe centrale, méridionale, orientale, septentrionale et du Nord-Ouest).

39 AN, F/17/25762, notice individuelle de l’académie de Nancy, non daté.

40 Jules(-Sylvain) Zeller (1820-1900), agrégé d'histoire en 1844 et docteur ès lettres en 1849, est inspecteur général de l'enseignement supérieur de 1876 à 1888. Il est élu membre de l'Académie des sciences morales et politiques en 1874 et président de l'Institut de France en 1886 (Caplat, 1986, p. 655-656).

41 AN, F/17/25762, rapport du recteur de l’académie de Nancy, 31 mai 1884.

42 AN, F/17/25762, rapport du recteur de l’académie de Nancy, 6 juin 1885.

43 A une date indéterminée, Dubois tombe gravement malade, peut-être à cause du paludisme contracté pendant ses années en Grèce, peut-être aussi du fait d’une attaque, le privant de la parole (Perret, 1916, p. 480 et 500-501). Il est déjà « gravement malade » en 1912, en convalescence en Auvergne, et « le mal qui a fini par l’emporter l’a miné sourdement pendant plusieurs années » (Lacour-Gayet, 1916, p. 149). Il est cependant sans doute excessif de dire que Dubois « dut ralentir ses activités pour des raisons de santé après 1900 » (Berdoulay, 1995, p. 180).

44 Eminemment politique et non académique, la décision conjointe de création du cours et de nomination de Dubois est donc prise entre mars et octobre 1885, soit sous Armand Fallières (ministre de l’Instruction publique jusqu’au 6 avril 1885), soit sous René Goblet (du 6 avril 1885 au 11 décembre 1896) qui est à l’origine de cette décision.

45 AN, AJ/16/4747, séance du conseil de la Faculté du 14 novembre 1885, p. 238.

46 Fondé en 1881, il devient en 1894 le ministère des Colonies, et participe activement au financement des expéditions et à la promotion du colonialisme, avec le ministère de la Marine et les gouverneurs des colonies (Broc, 1982, p. 264).

47 Est-ce le doyen Himly ? Il n’aurait sans doute pas été désigné ainsi par Dubois. Est-ce Louis Liard (1846-1917), directeur de l’enseignement supérieur depuis 1884 ?

48 En 1884, Vidal, membre depuis 1881 de la société de géographie de Paris (SGP), fait partie de la « section de publication » de sa commission centrale, aux côtés d’Emile Levasseur (1828-1911) et de Pierre Foncin (1841-1916) notamment, mais pas Dubois, qui n’adhère à la SGP qu’en 1889, un an avant Auerbach (1890), alors qu’Alfred Grandidier (1836-1921) est membre depuis 1867, Charles Vélain (1845-1925) depuis 1875, Paul Dupuy depuis 1882 et Lucien Gallois (1857-1941) depuis 1886 (SGP, 1913, p. 18 et 46).

49 Dans les facultés des lettres (Auerbach en 1885 à Nancy, Camena d’Almeida (1865-1943) en 1889 à Caen, Gallois à Lyon en 1889) et des sciences, avec la création de cours de géographie physique et de géologie en 1887 à Nancy avec Gustave Bleicher (1838-1901), à Lille avec Jules Gosselet (1832-1916) (Broc, 1974, p. 563).

50 Cette question de l’agrégation de géographie, « véritable « serpent de mer » des congrès nationaux de géographie depuis 1878 » (Broc, 1974, p. 561) et obsession quasi personnelle de Drapeyron, connaît des opposants (Himly, Lavisse, Dubois) et des partisans résolus (Drapeyron, les historiens Langlois et Seignobos également) (Broc, 1974, p. 562, note 1). Evoquée de nouveau par Albert Demangeon (1872-1940) en 1903 (Wolff, 1998) et par Vidal de la Blache à la veille de la Grande Guerre, elle ne se réalise que pendant la Seconde Guerre mondiale, créée en 1941 et mis en œuvre en 1943 (Dumoulin, 1994 ; Ginsburger, 2017).

51 Rappelons que la même année, Vidal de la Blache publie son traité de géographie politique, également organisé par Etats (Vidal, 1889), issu de ses cours à l’Ecole normale supérieure de Fontenay aux Roses. Il s’agit donc d’un manuel de l’enseignement supérieur, beaucoup plus ambitieux que le manuel de Dubois, exclusivement à destination de l’enseignement secondaire.

52 Dès 1888, Auerbach réclame au conseil de la faculté des lettres de Nancy des fonds pour acheter des cartes, des atlas, des reliefs et des revues pour son enseignement (Robic, 1999, p. 40).

53 Bibliothèque nationale de France (désormais BNF), NAF 25167, f. 70-71, lettre de Dubois à Lavisse, Paris, 10 décembre 1890.

54 BNF, NAF 25167, f. 66-69, devis de Dubois pour la future « section de géographie », sans date.

55 Ibid.

56 Ibid.

57 BNF, NAF 25167, f. 72-73, lettre de Dubois à Lavisse, Paris, 30 décembre 1890.

58 BNF, NAF 25167, f. 74-75, lettre de Dubois à Lavisse, Paris, 24 octobre 1891.

59 Ibid.

60 Dubois se fait un peu prier, se disant « troublé » par cette demande, mais évidemment, il s’y résout par ces mots : « Je suis convaincu que vous comprenez nos idées et approuvez nos sentiments. Dès lors comment dire à votre place ce qui vous est parfaitement familier. C’est de la témérité. Eh bien ! quitte à solliciter vos traits de plume et vos coups de ciseaux, je me soumets de grand cœur à cette nécessité, parce que je devine sous votre demande beaucoup de confiance, de bonté, et un peu de cet abandon des anciens qui donne courage aux jeunes. » Il lui promet ainsi de « maigres phrases qui dépareront votre allocution d’ouverture » (BNF, NAF 25167, f. 74-75, lettre de Dubois à Lavisse, Paris, 24 octobre 1891). Notons en passant la révérence affichée de Dubois pour Lavisse, qu’il appelle continûment « mon cher maître », qualifie d’« ancien » et oppose au « jeune » Dubois, alors que seulement quatorze ans les séparent, mais surtout le fossé statutaire entre le professeur titulaire (Lavisse, depuis 1888) et le maître de conférences (qui ne fut cependant pas l’élève de Lavisse, mais de Fustel de Coulanges).

61 Cette date est donc particulièrement précoce. A Nancy, Auerbach, réclamant encore en 1898 des appareils photographiques et de projections, équipe un laboratoire qui ne devient un institut de géographie qu’à partir de 1904, mais surtout de 1909 (Robic, 1999, p. 40). A Lille, Edouard Ardaillon (1867-1926) parvient à imposer la constitution d’un « service de géographie » de trois salles, en octobre 1898, qui, pour être particulièrement bien équipé, ne devient un institut qu’en 1920 (Condette, 2001). A Rennes, Emmanuel de Martonne fonde son propre laboratoire en 1902 seulement (Baudelle, 2001). Il convient cependant de bien différencier ici les « laboratoires », « services » et « instituts » d’avant 1914, liés à une chaire, et les « instituts d’université » d’après-guerre (en particulier celui de Paris, rue Saint Jacques), avec un statut particulier de relative autonomie (Robic, 2001).

62 Publié d’abord chez Armand Colin, puis dans la Revue internationale de l’enseignement du 15 novembre 1891.

63 En particulier les Petermanns geographische Mitteilungen, revue cartographique du fameux Institut Perthes de Gotha (Broc, 1977).

64 Sans doute pas encore d’étudiants en diplôme d'études supérieures (DES), dont celui d’histoire et géographie n’est institué qu’en juillet 1894.

65 Dubois fait une référence directe à cette récente « visite à nos salles de géographie » de l’homme fort des colonies (BNF, NAF 25167, f. 80-81, lettre de Dubois à Lavisse, Paris, 10 mai 1892).

66 Cette visite, dont on va voir qu’elle a une importance certaine pour Dubois, peut être datée relativement précisément, dans la mesure où cet avocat réputé brillant, député radical du Gard, qui devient en février 1892 sous-secrétaire d’État aux Colonies du gouvernement Loubet, démissionne de ce poste en janvier 1893 et décède prématurément (36 ans) en novembre de la même année, non pas, comme le dit Dubois dans son hommage posthume « au champ d’honneur du travail » (Dubois, 1894, p. 122), mais probablement de maladie vénérienne. Dubois semble le connaître personnellement comme ami d’enfance (Berdoulay, 1995, p. 64 ; Robic, 2001, p. 84, note 2).

67 Médecin et journaliste franc-maçon, il est ministre de l'agriculture de Jules Grévy en 1882, puis ministre de la Marine et des Colonies en 1883 et en 1887 dans le premier gouvernement Tirard. Il soutient alors particulièrement activement le projet de colonisation de Madagascar.

68 BNF, NAF 24529, f. 538, lettre de Marcel Dubois à Germain Bapst, 12 janvier 1893.

69 Himly avait publié en 1876 un ouvrage de géographie historique et politique, intitulé Histoire de la formation territoriale des Etats de l’Europe centrale.

70 AN, AJ/16/4747, p. 243 et 246.

71 AN, AJ/16/4748, p. 2 et 5 ; p. 27 et 31.

72 Ibid, p. 46 et 49.

73 Les témoignages de Perret et de Lacour-Gayet sur son éloquence et sa bienveillance pédagogique (Perret, 1916 ; Lacour-Gayet, 1917), très souvent cités (Broc, 1978 ; Robic, 2001 ; Clout, 2011a), ne nous semblent pas suffisamment bien situés chronologiquement et sont trop hagiographiques (il s’agit de nécrologies, écrites par un élève et un proche ami) pour être considérés ici comme des sources certaines pour le début des années 1890.

74 Thalamas a enseigné au lycée Condorcet, puis Charlemagne. Plus tard directeur général de l’Instruction publique en Indochine, il fut député radical de Seine-et-Oise de 1910 à 1914, et publia en 1922 un ouvrage sur « la géographie d’Eratosthène ».

75 BNF, NAF 24529, f. 542, lettre de Marcel Dubois à Germain Bapst, 1er février 1893.

76 A la bibliothèque de l’Institut de France à Paris, dans les papiers de Dehérain, on trouve ses notes sur plusieurs cours de Dubois concernant l’Afrique (Ms 5648). Très abondantes, elles sont cependant très descriptives et n’apportent que peu d’informations utilisables ici.

77 BNF, NAF 25167, f. 14-15, lettre d’Henri Dehérain et Marcel Dubois au Ministre de l’Instruction publique, 15 juin 1894. Dehérain entre comme sous-bibliothécaire à la Bibliothèque de l’Institut en 1899 et est secrétaire de la rédaction du Journal des Savants en 1903. Il est nommé conservateur en 1919 et y reste jusqu’à sa retraite en 1934 (Dussaud, 1942, p. 258).

78 BNF, NAF 24529, f. 543, lettre de Marcel Dubois à Germain Bapst, 5 février 1893.

79 Le comité des Missions est officiellement créé en 1842 au sein de la division des sciences et lettres du ministère de l’Instruction publique, pour « encourager et subventionner les voyages dirigés vers des recherches », en particulier géographiques. En 1874, la « Commission des voyages et missions scientifiques et littéraires » « formée de sommités scientifiques de différentes spécialités, se voit confier l’examen du bien-fondé et du sérieux des demandes de missions et donne ensuite au ministre son avis sur le choix des missions à soutenir » (Broc, 1982, p. 264 ; Le Goff, 2005, p. 3).

80 Soit peu de temps après le retour du médecin Louis Catat (1859-1933), qui avait lui-même exploré une partie de la région en 1889-1890 (Broc, 1988, p. 68-69), en particulier avec les jeunes Casimir Maistre (1867-1957) et Georges Foucart (1865-1943), le ministère de l'instruction publique les chargeant d’étudier les ressources de l'île en vue de sa colonisation.

81 BNF, NAF 25167, f. 76-77, lettre de Dubois à Lavisse, Paris, 26 mars 1892.

82 BNF, NAF 25167, f. 78-79, lettre de Dubois à Lavisse, Paris, 7 avril 1892.

83 Notons que la même expression est utilisée par la suite par les universitaires de terrain pour désigner justement les « amateurs » des sociétés de géographie. La notion de professionnalisation, qui s’oppose clairement à celle d’« amateur », est donc ici inversée, dans une vision encore forte de l’explorateur civil entraîné, préparé à son aventure dans les institutions du Muséum, où le directeur Alphonse Milne-Edwards met en place une école, un centre de préparation à l’exploration en avril 1893 (Broc, 1982, p. 259-260).

84 Normalien (1849), il est devenu en 1877 titulaire de la chaire de professeur d’histoire naturelle des corps inorganiques au Collège de France, succédant notamment à Élie de Beaumont et à Charles Sainte-Claire Deville. En 1881, il est élu membre de l’Académie des sciences, après s'être particulièrement intéressé aux phénomènes volcaniques et aux séismes, en Méditerranée (Corse, Santorin) et à la Réunion.

85 Après des voyages en Amérique du Sud et en Inde, Grandidier se consacre presque exclusivement à l’étude de Madagascar à partir de 1865, et y fait de fréquents séjours avec le soutien du Muséum national d'histoire naturelle de Paris et de la SGP, avant de rentrer définitivement en France en 1870.

86 BNF, NAF 25167, f. 80-81, lettre de Dubois à Lavisse, Paris, 10 mai 1892.

87 BNF, NAF 25167, f. 82-83, lettre de Dubois à Lavisse, Paris, 13 mai 1892.

88 BNF, NAF 25167, f. 80-81, lettre de Dubois à Lavisse, Paris, 10 mai 1892.

89 Il est élu à l'Académie des sciences en 1885 et est très présent et actif à la SGP, dont il est président de 1901 à 1905 (Lejeune, 1993).

90 BNF, NAF 25167, f. 80-81, lettre de Dubois à Lavisse, Paris, 10 mai 1892.

91 BNF, NAF 25167, f. 82-83, lettre de Dubois à Lavisse, Paris, 13 mai 1892.

92 Cette plaine se trouve au Nord-Ouest de Madagascar, Gautier la décrit peu après de façon détaillée (Gautier, 1895, p. 314).

93 BNF, NAF 25167, f. 233-234, lettre de Gautier à Lavisse, Paris, 10 mai 1892.

94 BNF, NAF 25167, f. 80-81, lettre de Dubois à Lavisse, Paris, 10 mai 1892.

95 BNF, NAF 25167, f. 229-230, lettre de recommandation de Gautier par Dubois, Paris, 14 mai 1892.

96 BNF, NAF 25167, f. 307-308, lettre de G. Hanotaux à Lavisse, Paris, non datée.

97 Il est possible que Gautier ait été versé dans des activités d’espionnage en Allemagne à la fin des années 1880 (Deprest, 2009, p. 134).

98 En janvier 1896, Gautier est nommé directeur de l'enseignement à Madagascar. Lors de l'établissement du protectorat à Tananarive, en août, il occupe la direction des Affaires indigènes, avant l'arrivée de Joseph Gallieni (1849-1916), résident général à partir de septembre. Puis il reprend son poste au service de l'enseignement dont il démissionne en 1899. Durant ce séjour, il rédige l'essentiel de sa thèse de doctorat, Géographie physique de Madagascar, soutenue en 1902 (Deprest, 2009, p. 134-135).

99 BNF, NAF 25167, f. 84-87, lettre de Dubois à Lavisse, Paris, 29 juin 1892.

100 L'École coloniale est fondée en 1889 pour succéder à un centre de stage en activité depuis 1885 sous le nom d’« École cambodgienne ». Le premier directeur (1889-1926) est Étienne Aymonier (1844-1929), saint-cyrien, explorateur, anthropologue et archéologue, spécialiste de la civilisation cambodgienne. Les débuts sont difficiles, (une vingtaine d’élèves en 1892, cambodgiens ou africains), notamment à cause de la concurrence de l'École libre des sciences politiques où Émile Boutmy a créé une section pour former les administrateurs pour l’Indochine, section qui ferme en 1892. C'est également en 1892 que Paul Dislère, ancien polytechnicien et conseiller d’Etat, prend la direction du conseil d’administration et l’exerce avec énergie, jusqu’à sa mort en 1928 (Cohen, 1973 ; Singaravélou, 2011), et que le normalien, géographe et inspecteur général Pierre Foncin publie un rapport consacré spécifiquement au fonctionnement de l’Ecole coloniale : peut-être est-ce sur son conseil que le sous-secrétariat d’Etat aux colonies pense à Dubois pour réorganiser l’Ecole et y introduire un enseignement spécifique de géographie (Foncin, 1892).

101 AN, AJ/16/4748, séance du 15 mars 1893, p. 166. Contrairement à ce qui est parfois affirmé (Clerc, 2014, p. 136), ce n’est donc pas une chaire issue de la transformation du poste de maître de conférences occupé par Dubois précédemment, qui persiste et est immédiatement proposé à Gallois.

102 Himly en informe le conseil le 15 mai, sans plus de commentaire : c’est que la faculté est autrement plus préoccupée par des « incidents tumultueux » entre étudiants qui ont eu lieu lors du cours d’Aulard… (AJ/16/4848, p. 166).

103 Au même moment, certains de ses proches collègues se voient également attribuer des postes. Ainsi, Schirmer, qui vient de soutenir sa thèse de doctorat, est nommé maître de conférences de géographie à la faculté des lettres de Lyon en 1893 (Gallois, 1931 ; Clout, 2011b). Auerbach devient pour sa part professeur-adjoint en 1892, puis obtient la transformation de sa chaire d’histoire et géographie en une chaire spécialisée de géographie en janvier 1893 (Robic, 1999, p. 40).

104 AN, AJ/16/4748, séance du conseil de la Faculté du 28 novembre 1898, p. 390-396.

105 Du point de vue de la Sorbonne. En ce qui concerne la discipline géographique en elle-même, le contexte est bien alors celui d’une institutionnalisation académique systématique, en province en particulier.

106 AN, AJ/16/4748, séance du conseil de la Faculté du 28 juin 1893, p. 170.

107 AN, AJ/16/4748, p. 187.

108 C’est d’ailleurs Schirmer qui remplace alors Gallois à Lyon, signe de cette appartenance commune au groupe des vidaliens de l’époque (Clout, 2011b).

109 AN, AJ/16/4748, p. 167.

110 AN, AJ/16/4748, séance du conseil de la Faculté du 26 janvier 1895, p. 235-236.

111 AN, AJ/16/4748, séance du conseil de la Faculté du 30 novembre 1895, p. 276. Notons que l’institut de géographie de la Faculté des lettres a progressivement changé et s’est agrandi : en 1910, il comporte sept pièces (quatre bureaux pour les professeurs, un « auditoire » et deux salles d’exercices). Un observateur belge note alors que l’organisation même de l’espace est marquée par la séparation matérielle entre les deux camps, les étudiants de De Martonne, Gallois et Schirmer d’une part, de Bernard d’autre part, et « M. Dubois fait ses cours dans une autre partie de l’édifice » (Kraentzel, 1911, p. 279). Evidemment, on sait qu’en 1914, la décision d’édifier l’institut de géographie de la rue Saint-Jacques est prise, mais ne se réalise qu’au milieu des années 1920, avec un statut très différent de celui de l’institut de Dubois (Robic, 2001),

112 En 1897, Himly traite de « la géographie physique et historique de la péninsule des Balkans », Dubois de la géographie économique de l’Algérie d’une part, et de « diverses questions de géographie coloniale » d’autre part (Revue de géographie, 1897, p. 159). En décembre, Dubois commence son nouveau cours sur « les colonies et la colonisation allemandes » (Le Temps, 01 décembre 1897, n°13330, p. 3).

113 A commencer par Vidal et Lavisse, Himly et Fustel.

114 En 1900, le géographe normalien Raoul Blanchard (1877-1965) visite l’institut de géographie de Lille. En 1963, il écrit que celui-ci était « le premier établissement de ce genre à être installé en France dans une faculté des lettres car celui de la Sorbonne était encore embryonnaire » (cité in Condette, 1999, p. 356). Compte tenu des témoignages directs cités dans notre étude, on ne peut que remettre en cause ce jugement, à mettre sur le compte du temps passé comme de la tendance de Blanchard à minorer l’action des géographes parisiens.

115 Le « comité de patronage » des Annales de géographie apparaît en effet au moment où, à la direction, Dubois est remplacé par Gallois et Emmanuel de Margerie. Il compte notamment, en plus de Grandidier et Vélain, le météorologue Alfred Angot, les botanistes Gaston Bonnier (Paris) et Ch. Flahault (Montpellier), les explorateurs Ed. Blanc, G. Bonvalot et Casimir Maistre, l’Inspecteur général Pierre Foncin, l’anthropologue E.-T. Hamy, le géologue A. De Lapparent, l’archiviste Gabriel Marcel, le colonel De la Noë, directeur du service géographique de l’armée, ainsi que Schirmer, encore chargé de cours de géographie à la faculté de lettres de Lyon, et Thoulet, professeur à la faculté des sciences de Nancy (Robic, 1993).

116 Sur ce document exceptionnel, quoique ne donnant que le point de vue d’un géographe normalien à bien des égards très singulier, voire marginal : cf. Clerc, 2017.

117 Lacour-Gayet indique pour sa part que Dubois est resté directeur des Annales jusqu’au 15 octobre 1894, date trop précise pour être fortuite (Lacour-Gayet, 1917, p. 151).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie 1 : portrait de Marcel Dubois, l’air relativement âgé et malade – sans date, sans doute peu d’années avant sa mort (source : Coll., 1932, p. 318)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/28368/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Photographie 2 : portrait collectif de la promotion 1876 de l’ENS (source : http://www.bib.ens.fr/​avril-2013-Fustel.656.0.html).
Légende Si Reinach est assis au premier rang (deuxième à droite), il est plus difficile de situer Dubois, Auerbach et Dupuy, aucune indication ne figurant au dos de la photographie (information de la Bibliothèque centrale de l’ENS). Une certaine ressemblance avec la photographie 3 pourrait situer Dubois au premier rang, le troisième en partant de la droite.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/28368/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Photographie 3 : portrait de Marcel Dubois (source : Bulletin de la société normande de géographie, 1897, t. 19, p. 337, cité in Clout, 2011a) : on peut douter du fait que cette photographie date de la fin des années 1890, tant Dubois a l’air ici d’un jeune professeur.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/28368/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Photographie 4 : portrait de Marcel Dubois comme personnage public (source : L’Eclair, XIIe année, n°3735, 17 février 1899, p. 2).
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/28368/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Ginsburger, « Des îles grecques à la géographie coloniale : Marcel Dubois à la conquête de la Sorbonne (1876-1895) », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Epistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, document 822, mis en ligne le 15 juin 2017, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/28368 ; DOI : 10.4000/cybergeo.28368

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page