Navigation – Plan du site
Les métiers de la ville

Les formations universitaires en urbanisme en France : un nouveau gouvernement des corps (de métiers)

University training in urban planning in France: a new government of trades
Guillaume Faburel

Résumés

Plus que toute autre discipline, l’urbanisme interagit avec l’état du monde qu’il souhaite rendre intelligible par ses savoirs, et appréhendable par ses formations. Or, les enjeux qui président aux devenirs urbains ont changé de nature et d’envergure. Nous montrons comment les formations en urbanisme, principalement en master, se sont écartées de perspectives analytiques et d’orientations critiques, pourtant à ce jour plus que requises.
Ces formations ont connu sur les trente dernières années une véritable torsion, que le climat concurrentiel pour la reconnaissance des diplômes ne saurait expliquer. Elles composent à ce jour un champ technique spécialisé, entre référentiels de métiers et normalisation des carrières, entre fédération des instituts de formation et normalisation des savoirs par le CNU.
A l’articulation entre pluridisciplinarité et savoirs pratiques, structurée dans les années 1970 et 1980 autour de pensées remarquées, s’est globalement substitué un autre couple, à la fois comme position et processus de formation : l’agir de l’hyper-urbanisme et son entendement actionniste (fondé sur les processus de fabrication et leur management), les savoir-faire techniques et leur position développementaliste (fondée sur les projets et leurs instruments).
Par cette torsion, non seulement le courant des études urbaines (pourtant très largement déployé à l’étranger) s’est fort peu développé en France. Plus encore, par cette torsion, les formations en urbanisme demeurent frappées d’un large impensé socio-écologique.

Haut de page

Texte intégral

La réflexivité à l’ère de l’urbain généralisé

  • 1 Texte tiré et largement actualisé de « La ville moderne, entre Prométhée et Orphée. Pour une mise e (...)

1Plus que toute autre discipline, l’urbanisme interagit avec l’état du monde qu’il souhaite rendre intelligible par ses savoirs et appréhendable par ses formations1. Or, les enjeux qui président aux devenirs urbains ont changé d’envergure et surtout de nature. Que l’on juge les mutations des systèmes productifs et leurs nouvelles polarisations spatiales ; la transformation des pratiques sociales, les formes renouvelées de l’habiter et la question des communs territorialisés ; les crises écologiques, la raréfaction biologique et les enjeux de ladite transition énergétique de nos sociétés ; ou encore le gouvernement des villes, les nouvelles formes de l’engagement citoyen et l’évolutivité des métiers en regard… Des mutations profondes sont à l’œuvre, et l’urbanisme se trouverait alors autrement acteur, entre espaces métropolisés et nouvelles périurbanités, entre villes-mondes qui peuplent des classements internationaux et « dé-croissance » des bourgs, voire devenir « alternatif » de quelques villes moyennes…

2Dans ce cadre, parmi les enjeux et problématiques qui conditionnent de tels à-venir pour les territoires urbains et leurs environnements, voire qui fondent quelques partis pris de l’aménagement, les crises écologiques se sont imposées comme de tout premier rang. Elles adressent des questions saillantes à nos manières de construire et d’équiper, de bâtir et d’ériger… bref d’urbaniser. Ces crises commanderaient même, par la finitude des ressources et donc l’irréversibilité de nos actes, de faire de l’incertain un certain, pour paraphraser Jonas.

3Par ces enjeux et ruptures annoncées, un nouveau vocabulaire a même éclos dans les écrits de et sur l’urbanisme, depuis maintenant plus de 15 ans. Il émane tant de la littérature académique que des différents discours opérationnels. Labile (serait la décision), réversible (serait le plan d’action), mutable (serait l’espace public), adaptable (l’habitat), éphémère (le jardin), ordinaire (le savoir), dialogique (le dispositif)... Quelle que soit la puissance du tournant néolibéral des politiques territoriales, ce vocabulaire traduirait une certaine prise de conscience, singulièrement lorsque l’urbanisme participe lui-même assez largement de ces crises écologiques, par l’augmentation des concentrations humaines et l’artificialisation des sols, notamment.

4Ainsi, après l’ère de la modernité des savoirs et savoir-faire construits autour d’une vision irénique d’un monde maîtrisable par la rationalité instrumentale de l’aménagement, d’autres manières de penser et de faire l’urbanisme seraient dorénavant en germes, notamment sous le joug de risques devenus globaux. Les métiers de la ville connaîtraient même des évolutions remarquées, par l’affirmation rapide de nouvelles habiletés : réflexivité et responsabilité, coopération et médiation, expérimentation et accompagnement... (Viala, 2014). Ces habiletés reposent davantage sur de nouveaux objets (Biau et Tapie, 2009) et de nouvelles capacités des individus à « faire avec » (Younès, 2015), que sur les seuls régimes d’expertise hérités et sur leurs compétences opérationnelles formalisées.

  • 2 La réflexion ici proposée est le fruit de dix-huit années d’enseignement et de recherche en Institu (...)

5Dès lors, si, comme savoir pratique de l’action, l’urbanisme est directement interpellé dans ses modalités d’intervention. Si, comme science dite de l’action, il est en théorie impliqué dans ses propres critères d’objectivation du réel. Il est raisonnable de penser que les formations universitaires en urbanisme ont refondé leurs projets pédagogiques à cette aune afin de répondre aux nouveaux besoins capacitaires à satisfaire, dont témoignent les quelques termes recensés ci-dessus. Et pourtant…2

De quelques décalages avec les réalités de métiers

6Certes, des initiatives pédagogiques ont été prises en France, par exemple dans quelques instituts d’urbanisme. Émanant de formations en urbanisme, des cours, voire même des parcours de formation, sont depuis peu dédiés notamment aux alternatives socio-écologiques (par exemple, à l’École d’urbanisme de Paris). Toutefois, ces initiatives demeurent largement secondaires dans les grilles pédagogiques des quelque quatorze instituts existant à ce jour en France. Au point que, bien que les effectifs étudiants demeurent assez constants — fruit d’une autre crise tout aussi globale et économique, poussant à la sécurisation des trajectoires individuelles par le surcroît de spécialisation — ces formations apparaissent selon nous de plus en plus en décalage avec une somme de mouvements, qu’ils soient engagés dans les domaines dits professionnels… ou dans d’autres filières de formations.

7Dans les cultures de métiers et savoir-faire de l’action territoriale tout d’abord, souvent depuis des organisations en prise très directe avec les enjeux évoqués, des évolutions professionnelles sont remarquées :

    • 3 Pour quelques exemples de paroles d’acteurs dans ce domaine (Centre national d’expertise territoria (...)

    depuis les Conseils architecture urbanisme environnement (CAUE), les Agences d’urbanisme ou encore, dans un autre registre territorial, les Parcs naturels régionaux, avec par exemple un questionnement engagé sur l’implication des sociétés locales dans les modalités productives de l’aménagement (par exemple, les démarches et méthodes)3 ;

  • jusqu’aux Directions régionales de l’environnement, de l’aménagement et du logement, de plusieurs directions du CEREMA, aux services centraux du ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer (par exemple, le Commissariat général au développement durable), au Commissariat général à l’égalité des territoires... où des réflexions ont été conduites sur les mutations de l’ingénierie territoriale dans le domaine des études, par l’expérimentation notamment ;

  • en passant par des métiers de l’action sociale sur la ville (CR DSU, 2014) ou plus largement du développement territorial (PFMET, 2013) qui impliquent directement les praticiens (par des ateliers ponctuels jusqu’à des plateformes dédiées) dans la qualification de la recomposition de leurs métiers (délimitation du champ d’action, connaissances spécifiques, relations interprofessionnelles [Jeannot, 2005 et 2007]).

8Dans d’autres formations que l’urbanisme, des changements sont apparus sur les dix dernières années, en lien avec ce qui précède :

  • que ces formations soient consacrées aux carrières dites sociales et à l’insertion, avec ici une évolution constatée des pédagogies (par exemple dans les IUT — Instituts universitaires de technologie), notamment à partir d’épreuves de professionnalité (Ravon, 2012) ;

  • qu’elles émanent des domaines de l’architecture et/ou du paysage (Chadoin, 2013 ; réseau PAPIER4), avec notamment le mouvement du Design Thinking, ou encore le tournant dit proxémique ou immersif dans les formations en paysage ;

  • ou qu’elles aient emprunté le virage des études urbaines et leurs perspectives critiques, aux frontières de la géographie et de la sociologie, et, plus précisément ces dernières années, en science politique… avec les écoles urbaines dans les Instituts d’études politiques5 ou des parcours de formation dédiés6.

9En fait, à l’exception des quelques cours disséminés et de parcours quelque peu esseulés, point de refonte en profondeur des formations proprement dites en urbanisme, pas même à l’occasion récente, en France, de la réforme officielle des masters (nouvelle nomenclature pour de nouvelles accréditations) :

  • à la « labilité » croissante des décisions et au « dialogisme » grandissant des processus répondent encore principalement un apprentissage du maniement des outils réglementaires de la participation et des développements, toujours plus fournis, sur les concertations officielles, et ce malgré un social foisonnant et, théoriquement, une multitude de prises de l’engagement habitant/citoyen et de leur infrapolitique ;

  • à la « mutabilité » des espaces publics ou encore à la « réversibilité » des plans d’action répondent encore très souvent la présentation analytique d’évolutions au fil de l’eau dans les politiques sectorielles (politiques du logement, de la ville, des quartiers…) et l’examen scrupuleux de processus de projets (urbains, d’aménagement, de territoires…), et ce malgré l’enjeu de nouveaux communs de l’urbain ou encore du nouvel agir métropolitain ;

  • à l’« éphémère » du jardin et à l’« ordinaire » des savoirs répondent pour beaucoup la renaturation des espaces et la quête de bien-être, les nouvelles esthétiques et les politiques de durabilité… ainsi que des balades urbaines comme entremises des désirs sociaux, et ce malgré des ruptures dans les imaginaires de la ville, des changements fondamentaux des rapports à l’espace, sans compter les mutations dans les connaissances éligibles aux savoirs de l’urbain.

10Ces formations auraient-elles manqué le tournant réflexif et capacitaire, dans les contenus avancés et savoirs prodigués, les activités proposées et formats développés, les compétences auxquelles former et les habiletés visées ? Ceci serait somme toute étonnant lorsqu’elles puisent leur essence dans leur entremêlement avec les savoirs pratiques de l’action, donc qu’elles sont théoriquement directement stimulées par de telles réalités évolutives de métiers, y compris dans leur torsion néolibérale (Frébault et Pouyet, 2006).

La normation à tout prix d’une professionnalisation à tous crins

11Pour rappel, l’urbanisme tire sa propre légitimité disciplinaire des ambitions originelles de sa création officielle comme formation aux savoirs pratiques de l’urbain, donc d’un adossement aux carrières, et ce faisant à des débouchés autres qu’académiques (Scherrer, 2010).

12Il est vrai que, dans cet ordre, l’urbanisme ne pouvait revendiquer d’être une science. Trop jeune pour y briguer une place, bien que la « pensée urbanistique » ait éclos dès la fin du XIXe siècle en lien au développement de l’ère industrielle (Claude, 2006). Et surtout, pas assez singulier par rapport à l’architecte et l’ingénieur dans ses appareils conceptuels et modalités de production pour en assurer, dès cette époque, ostensiblement la position (Blanc, 2010). Tout ceci sans même compter sa dépendance étroite à l’ordre décisionnel du politique qu’allaient incarner les tentatives réitérées d’institutionnalisation disciplinaire des savoirs de gouvernement des villes tout au long de la première moitié du XXe siècle (Payre, 2007).

  • 7 Six des quatorze instituts ont vu le jour dans les années 1970.
  • 8 Huit des quatorze instituts ont vu le jour dans les années 1980.

13Devenu professionnalisation, cet adossement aux carrières n’a jamais quitté les ambitions de l’urbanisme universitaire et n’a jamais cessé de se renforcer tout au long du siècle écoulé, plus encore ces quarante dernières années, par les grandes évolutions de l’arsenal législatif et, ce faisant, les politiques d’aménagement… et d’urbanisme. Dans cette période contemporaine, les différents actes de la décentralisation se sont affirmés comme véritables sentiers de dépendance, justifiant le développement de nombreux foyers et pôles de formations en France7, voire leur multiplication dans plusieurs grandes villes8. Tout ceci, au point que cette professionnalisation est plus que jamais matricielle tant dans la justification que dans le fonctionnement des pédagogies.

14Concernant en premier lieu la justification, au seul titre d’exemple, tant les cas pourraient être déclinés à l’excès, l’Institut d’aménagement et d’urbanisme de Lille (Lille 1) présente sur son site internet, pour chacune de ses formations et spécialités, une liste des « qualifications acquises, savoir-faire envisagés, métiers visés, codes ROME, domaines professionnels et familles professionnelles ». Concernant maintenant le fonctionnement, un rapide décompte des praticiens officiant dans les équipes des instituts d’urbanisme en 2015 est sans ambigüité : 40 % des enseignants sont des intervenants extérieurs obtenant le statut temporaire d’associés, de vacataires… à qui l’on va jusqu’à confier la responsabilité de formations entières. De même, là aussi, preuve parmi bien d’autres, cette réalité se lit particulièrement dans le modèle économique de ces formations, avec des budgets croissants de fonctionnement grâce au poids non moins croissant des commandes publiques et privées. En période de disette budgétaire, cette orientation fait même des formations en urbanisme le modèle de plus en plus à suivre pour celles consacrées de près ou de loin à l’espace (par exemple en géographie).

  • 9 Par exemple, la fondation de la Société française des urbanistes en 1911, par des membres de la sec (...)

15Toutefois, cet adossement ne pouvait, seul, suffire à sa reconnaissance. Malgré bien des efforts, y compris tôt entrepris9, il n’assurera pas toujours sa promotion, singulièrement lorsque, en France, le diplôme sert à ce point la reconnaissance sociale et, corolaire, la discipline académique de reconnaissance scientifique. Il est vrai également que, dans le domaine de l’urbain, le milieu des formations n’est pas neutre, encore moins inerte, loin de là. Il a très tôt fallu à l’urbanisme exciper de sa propre utilité vis-à-vis de formations plus installées, en l’occurrence celles d’architecte et d’ingénieur, elles-mêmes accolées à des savoirs. Entre d’une part les sciences de l’ingénieur et, de l’autre, l’aura stéréotypique de l’artiste encore vive dans les mondes de l’architecture, avec quelques retours remarqués de la figure de l’esthète, il faudra à l’urbanisme façonner dans une compétition croissante sa propre légitimité en construisant un abri institutionnel.

16Or, puisque l’un était structuré en ordre (des architectes), pour « réguler » les pratiques du champ professionnel, et l’autre en corps (des ingénieurs), pour « assurer » quelques débouchés de moins en moins dans l’administration, et que tous deux s’appuyaient sur des écoles de formation, l’urbanisme va finalement, dans un paradoxe qui n’est qu’apparent, assurer sa propre reconnaissance, formative, certes en développant des fonctionnements se proclamant de plus en plus autonomes dans les institutions universitaires (cf. instituts), mais surtout en embrassant une carrière… technico-scientifique.

17Après les vagues réglementaires de la décentralisation et les puissantes stimulations par la demande des années 1970 et surtout 1980, l’offre par les formations se verra à la suite, dans un climat concurrentiel durci, de plus en plus normée techniquement et même labélisée scientifiquement, sans discontinuer :

  • depuis la création dès 1984 de l’Association pour la promotion de l’enseignement et de la recherche en aménagement et urbanisme (APERAU) qui, accueillant progressivement tous les instituts d’urbanisme, « labellise » les formations par l’adhésion à une charte de qualité des diplômes, des évaluations quelque peu autoproclamées, et décerne également des récompenses de recherche (par exemple, les prix de thèse, du « meilleur » article scientifique…) ;

    • 10 Nous renvoyons, dans ce dossier, au texte de Mathilde Girault sur les enjeux relatifs au titre d’ur (...)

    jusqu’au foisonnement des référentiels techniques de compétences (s’imposant logiquement comme référentiels de formation) avec, notamment, la création d’organismes certificateurs, tel, en 1998, l’Office professionnel de qualification des urbanistes (OPQU), soutenu par le ministère en charge de l’Urbanisme, l’association des Maires de France et le Conseil français des urbanistes (regroupant des associations professionnelles)10 ;

    • 11 A l’inverse, par exemple, du CNRS qui détermine son recrutement en dépassant cette disciplinarité e (...)

    en passant par la création d’une section dédiée du Conseil national des universités, la 24e section (Aménagement de l’espace, urbanisme, dernière-née du domaine Lettres et sciences humaines)11, pour définir les critères de concours à des postes d’enseignants-chercheurs en France et en pré-selectionner les candidats qui officieront principalement dans les instituts susmentionnés (« Qualification »).

18C’est donc à une volonté forte de former certes opérationnellement, mais surtout de manière « scientifique » et « normée » des « professionnels » de l’urbanisme qu’il a été progressivement donné d’assister. C’est par ce biais que, dans un climat concurrentiel croissant pour les formations, parfois stimulé par quelques revirements règlementaires (accès aux concours de la fonction publique territoriale), l’urbanisme se verra acquérir les lettres de noblesse tant recherchées. Pour quelles participations dans les décalages évoqués précédemment ?

Inclination processualiste et managériale… pour une représentation instrumentale de l’action et une torsion des formations

19De prime abord, les 2e cycles universitaires en urbanisme (i.e. masters) présentent de belles ressources et de grands potentiels d’adaptation face à la somme des enjeux rappelés au préalable, et, ce faisant, face à des incertitudes devenues radicales. Il en va ainsi de la construction pluridisciplinaire de ces formations, qui permettrait, par la diversité des entrées proposées, de coller à l’évolutivité des enjeux et sujets de l’urbain. Prennent ici place tous les cours de propédeutique, encore très largement proposés : histoire urbaine, géographie des villes, développement local, sociologie urbaine… Voilà ce que nous livre une définition présentée comme canonique de l’urbanisme : « On retiendra la définition suivante de l’urbanisme : champ d’action, pluridisciplinaire par essence, qui vise à créer dans le temps une disposition ordonnée de l’espace en recherchant harmonie et efficacité, c’est-à-dire à concilier commodité et économie » (Merlin in Choay, Merlin, 2015, p. XVIII).

20En fait, n’étant pas une discipline mère, donc accueillant des enseignants-chercheurs longtemps issus d’autres sensibilités, l’urbanisme a, tout au long de son parcours, façonné un corpus en empruntant à d’autres, notamment tôt à la sociologie urbaine, ainsi qu’à l’histoire et à la géographie, comme, depuis lors, à l’économie et de plus en plus aujourd’hui à la science politique. Cette pluridisciplinarité lui a d’ailleurs permis de se faire reconnaître comme producteur de savoirs hybrides (Pinson, 2004), parfois critiques, et, dans la même séquence, de lui apporter une caution scientifique pour ses formations pratiques. Non sans du coup interpeller sur ses propres cadres théoriques de recherche, singulièrement en France, mais fort récemment (par exemple le séminaire Champ Libre organisé en 2017). « L’urbanisme n’est-il pas à la fois théorie et pratique […] tributaire de savoirs multiples, scientifiques ou non, de savoir-faire, traditionnels ou novateurs, de coutumes et d’habitudes ? Éclaté donc, dans ses démarches, entre ses acteurs, dans son enseignement et jusque dans sa terminologie » (Choay in Choay, Merlin, 2015, p. XIII).

21C’est ainsi que, hissé au rang de totem dans les fonctions visées par la professionnalisation proposée, l’urbaniste sera, par cet univers symbolique du pluriel converti un temps en étalon de mesure des formations (années 1980), le « chef d’orchestre » de l’urbanisme. Non sans quelques prétentions vis-à-vis de formations plus historiques, qui elles-mêmes se revendiquent de la pluralité (cf. architecture), il fera ses gammes dans la pluridisciplinarité et se placera comme dépositaire de la diversité des connaissances requises pour ce faire. Par le biais de ce pluriel, il sera « généraliste » voire « médiateur » de la complexité. Ce sera à la fois son pedigree « scientifique » et son Graal « professionnel ».

22Cependant, la normalisation croissante des 25 dernières années a également introduit un tournant dans les pédagogies. Et ce tournant n’est pas sans lien avec les décalages pointés. Certes, le découpage propédeutique des entrées disciplinaires de la tradition universitaire trouve encore à se perpétuer. Mais, ces cours sont dorénavant dits de rappels, alors même que placés de plus en plus tôt dans les cursus (puisqu’il faudrait former des urbanistes toujours plus précocement) : en début de première année de master, ou, plus encore dorénavant, dès la licence. La reconnaissance institutionnelle de la spécialisation voulue impose de faire un peu de place dans des grilles peu extensibles en volumes horaires et crédits européens (ECTS).

  • 12 Ce constat repose sur l’analyse des cursus issus de la nouvelle accréditation des masters (2016-201 (...)

23Surtout, ces enseignements ne rivalisent plus avec d’autres qui, dans ces grilles, vont considérablement trouver à se développer. Abritée derrière un nouveau statut, celui de savoir technique certifié, une certaine représentation, instrumentale, de l’agir va trouver à se revigorer et considérablement œuvrer à une normation des formations. Tout ceci dans un contexte, celui dit d’urbanisation généralisée, qui n’est justement pas sans modifier cadres formels et paysage globaux de l’action. Cette représentation devenue dominante va trouver à s’incarner par au moins deux attributs remarqués : un tropisme processualiste et son inclinaison managériale12.

24Tout d’abord, suivant et alimentant une évolution globale présentée comme « urbanisme de dispositifs » (Ascher, 2001), les connaissances sur les démarches et processus, sur les instruments de mise en œuvre et les outils de réalisation, se sont affirmées, ces vingt dernières années, comme le centre de gravité des formations à la posture de « chef d’orchestre » et de « médiateur ». Cette polarisation s’incarne particulièrement dans des pédagogies dédiées aux processus de projets (urbains, de territoire, de développement…), singeant au moins sémantiquement de plus en plus les écoles d’architecture (par exemple, L’atelier de projet urbain [Trotta-Brambilla, 2015])... Il est vrai que certains collègues voient allègrement dans le projet l’identité première de l’urbanisme (Pinson, 2004).

25Ces pédagogies se sont même affirmées comme doctrines à part entière de formation (par exemple, l’Institut d’urbanisme de Grenoble – Université Grenoble Alpes), que ce soit par les enseignements consacrés aux montages d’opérations (« Ingénierie financière et montage des projets d’aménagement ») ou conduite de projet (par exemple : « Méthodologie de la conduite de projets urbains »), aux instruments budgétaires et financiers en général (« Financement de projet ») et aux politiques foncières en particulier (« Programmation de l’action foncière »), aux modalités de gestion (« Gestion de l’espace ») et de régulation de l’espace (« Modes de régulation de la production et de la gestion de la ville »), aux dispositifs participatifs dans ses liens à la gouvernance (« Gouvernance des espaces publics et participation des habitants ») ou à l’expertise (« La participation et les expertises partagées »). Et, là aussi, cette orientation intervient de plus en plus tôt, dès la licence (analyse morphologique, outils de la concertation… cf. Université Lyon 2).

26Dès lors, puisqu’il s’agirait, par ce « processualisme », de former à la conduite de projet, et ce dans un univers où cette conduite est déjà par ailleurs largement revendiquée comme creuset professionnel (cf. architectes), alors le « chef d’orchestre » est plus encore devenu ici « manager », que ce soit :

    • 13 Fusionné avec l’Institut d’urbanisme de Paris pour donner naissance, en 2014, à une école, celle d’ (...)

    par des formations dédiées, par exemple feu la formation « Opérateurs et managers urbains » du non moins feu Institut français d’urbanisme13 ou, exemples parmi tant d’autres de ce jour, à l’École d’urbanisme de Paris, le groupe transversal « Programmation, projet, management urbain », à l’Institut d’aménagement, de tourisme et d’urbanisme (Université Bordeaux 3), le cours de « Management appliqué de projet territorial durable »…  ;

    • 14 A noter, dans le classement SMBG des masters en 2014 et 2015, la rubrique des masters « Management (...)

    ou par celles, en plein développement, touchant à l’urbanisme dans les écoles de commerce (chaire Économie urbaine à l’ESSEC, cours à HEC portant sur « Sociétés urbaines et politiques publiques »)14.

27Justifié par l’apprentissage opérationnel des conduites professionnelles, le fait remarqué est, ici comme ailleurs, le tournant managérial auquel l’urbanisme a collé durant les dernières décennies. Ce faisant, on ne connaît pas de formation qui, dans ses cursus (première ou deuxième année de master), ne dispense pas toujours plus d’enseignements sur les outils méthodologiques, qu’il s’agisse :

  • de méthodes disciplinaires appliquées à l’urbanisme (par exemple : « Comprendre les mobilités par les statistiques » ; « Outils juridiques et projet d’urbanisme » « Outils informatiques à l’appui des stratégies urbaines » ; « Méthodes qualitatives et quantitatives pour l’urbanisme ») ;

  • de méthodes qui lui seraient propres (« Démarches et outils du développement territorial » ; « Méthodologies et outils de connaissances des territoires [diagnostic, observation, évaluation, veille, prospective] » ; « Conceptions de projets et outils de diagnostic » ; « Outils de valorisation de stratégies foncières ») ;

  • voire de méthodes s’inscrivant directement dans le New Public Management (par exemple : « Outils de diagnostic et de communication » ; « Organiser et mettre en œuvre : outils et management »…).

28Tout ceci toujours à des fins « opérationnelles », « appliquées », « concrètes », « pratiques », « efficaces »… de valorisation et d’insertion rapide (selon les protagonistes de cette évolution), et destiné à des étudiant-e-s forcément « motivé-e-s ».

29Or, assez naturellement, cette orientation a eu quelques effets notoires sur les contenus avancés et plus encore, par les positions dont elles témoignent, sur les cheminements intellectuels proposés aux publics étudiants. Ce tropisme processualiste et cette inclination managériale pour l’actualisation, par le projet et les outils méthodologiques, de la représentation instrumentale de l’action ont conduit sinon au rétrécissement de la diversité affichée des emprunts historiques (les termes disciplinaires sont bien encore spécifiés dans quelques intitulés d’enseignement), du moins à l’orientation de ses contenus :

  • les outils de développement, les politiques économiques de polarisation spatiale et leurs branches de création, d’innovation… vont de plus en plus orienter les connaissances livrées sur l’économie urbaine, sa mesure (par exemple : statistique), ses préceptes… ;

  • les outils culturels et les actions sociales dans l’urbain, ainsi que leurs espaces de réalisation (logement, quartiers, espaces publics…) vont progressivement conditionner le déploiement de la sociologie urbaine et de ses savoir-faire (par exemple : enquêtes) ;

  • les outils techniques du champ des transports, leurs domaines d’intervention et les politiques de déplacements qu’ils vont structurer vont devenir les véhicules premiers de l’acculturation aux savoirs ingénieurs, au génie urbain et à leurs approches techniques (par exemple : modèles) ;

  • les outils de protection environnementale et leurs politiques vont conditionner l’ouverture à quelques pans de la géographie et à ses prolongements réglementaires dans l’aménagement (classements, zonages…).

De quelques limites de l’inclination processualiste et managériale : le développement de la ville historique comme mantra des formations

30À la fois preuve de « professionnalisme » par la normation technique et gage de « scientificité » par la reconnaissance académique de ses différents sceaux, cette orientation déploie en fait un entendement (actionniste) et une position (développementaliste).

31Abritée derrière la professionnalisation, cette orientation globale déploie, en premier lieu, par le processus de projet et les méthodes de sa conduite, un registre d’entendement préférentiellement actionniste. Exemples parmi tant d’autres, mais tout récents, du poids de cet entendement dans ce qu’il est convenu d’appeler un périmétrage de champ, voici deux fragments, l’un du 3e appel à articles de la Revue internationale d’urbanisme, revue qui après cinq années d’exercice peine toujours à trouver sa marque de fabrique dans le domaine de l’urbanisme universitaire, l’autre d’un appel à articles de la revue Territoires en mouvement, sous la houlette d’enseignants-chercheurs de la 24ème section :

  • « Nous attendons des auteurs que les articles proposés s’inscrivent dans la ligne éditoriale, celle d’une revue internationale de recherche sur et pour l’urbanisme. Les articles sur des “questions urbaines”, qui relèvent plutôt d’une revue d’études urbaines, ou d’urban affairs ne seront acceptés que dans la mesure ou ils s’efforceront d’interroger ou d’alimenter l’action qui fait la ville et les objets que produit cette action » (2017).

  • « La dimension pluridisciplinaire et le rapport à l’action vont créer les conditions d’une grande diversité de pratiques pédagogiques marquées par l’organisation d’ateliers qui mettent les étudiants en situation de réponse à une commande professionnelle (réelle ou fictive), la réalisation de stage en milieu professionnel ou encore la réalisation de mémoires dont les objectifs peuvent souvent s’éloigner des canons traditionnels du monde universitaire » (2017).

32Or, ce registre actionniste a, dans le même temps, conduit non pas au rétrécissement de la perspective analytique de l’urbanisme (puisqu’il a ouvert quelques pans réflexifs par et sur les processus), mais au détournement de sa trajectoire critique (axiologique et symbolique, phénoménologique et pratique), pourtant clairement engagée dans les années 1960 et 1970 (avec notamment les travaux de Castells ou encore de Coing en sociologie, de Lefebvre ou encore de Radkowski en philosophie…).

33Surtout, dans ce registre du détournement, et ce sans plus de rappel tant la réalité est tenace, rappelons juste que la notion même de projet, à ce jour tant vantée dans les formations, est tout sauf neutre (cf. Boltanski et Chiapello, 1999). Même parés de toutes les vertus de neutralité des processus, dans nombre d’endroits, les projets, singulièrement les grands, participent de l’attractivité différenciée et du gouvernement phare des pouvoirs urbains (Pinson, 2009). Tout ceci non sans quelques effets sur les mutations rappelées en début de propos, qu’ils soient socio-spatiaux, économiques ou écologiques. Mais, l’antienne est que tout projet est strictement processus d’action, donc malléable à façon, flexible à foison, adaptable à loisir… bref ressort premier d’une « neutralité » politique des formations par l’accompagnement du « faire » et de l’« agir ». Et, nous ne nous étendrons pas non plus, tant ceci est également convenu, sur le tournant managérial qui n’est pas sans lien avec celui, néolibéral, des politiques urbaines. « En tant que tel, il [l’urbanisme] est, par excellence, un véhicule d’idéologies et de mystifications. Il importe donc, dès qu’on s’y engage, d’être vigilant, tant en ce qui concerne le poids des savoirs invoqués qu’en ce qui concerne la nature des valeurs occultées » (Choay, Merlin, 2015, p. 2).

34Cet entendement par l’actionnisme a, assez logiquement, conduit à des positions que l’on pourrait qualifier de développementalistes, la ville s’étant, de nouveau particulièrement par le projet, largement affirmée dans la même séquence comme totem des formations. Lieu de tous les commandements et de tous les gouvernements, espace de concentration des pouvoirs et de l’action, la ville, singulièrement la grande (dans laquelle sont justement basés tous les instituts), et plus encore ses cadres axiologiques et véhicules symboliques, sont à ce jour omniprésents dans les formations universitaires en urbanisme, au moment où pourtant il est convenu de parler de mutations radicales dans et par l’urbain généralisé, de remise en cause fondamentale des catégories historiques ville/campagne, urbain/rural… et nature/culture.

  • 15 Puisque nous avons ouvert le propos par quelques mentions de dictionnaire, nous renvoyons alors dan (...)

35Or, par les imaginaires productivistes qu’elle déploie encore souvent, par les croyances iréniques qu’elle peut parfois véhiculer, et, quoi qu’il en soit, par les symboles prométhéens qu’elle charrie, i.e. le régime bâtisseur du monde, la (grande) ville, les mutations qui l’affectent et les devenirs qu’elle annonce, sont justement à ce jour questionnés pour leur rôle dans la coalescence des crises et leurs effets socio-écologiques. Ceci est même au fondement d’interrogations croissantes dans plusieurs professionnalités installées (Faburel, 2014), ainsi que, justement, à l’origine en France d’un retour remarqué depuis une décennie de l’analyse critique, mais quasi exclusivement en dehors de l’urbanisme universitaire15.

36Ce faisant, là aussi cas parmi tant d’autres, nous ne ferons pas l’article sur quelques questions dès lors progressivement écartées des formations, du fait même de la torsion instruite et de la position progressivement adoptée. En substance, c’est le cas du périurbain, en rupture avec les travaux sociologiques et géographiques séminaux des années 1970 et 1980, par exemple sur l’habitat pavillonnaire (Raymond et al., 1966) ou encore les styles de vie (par exemple Bidou, 1984). Certes, les lectures proposées ont évolué durant la dernière décennie. Elles suivent en cela les analyses de la géographie (par exemple : Cailly, Dodier, Lévy, Morel-Brochet, Rivière, Rougé, Vanier…), de la sociologie (par exemple : Cusin, Coste, Girard, Marchal, Préteceille, Stébé…) ou encore de l’anthropologie/ethnologie… ainsi que parfois de l’aménagement (cf. travaux de Devisme ou encore de Dumont, ainsi que les appels à projets de recherche depuis 2013 du PUCA).

37Mais, dans les formations en urbanisme, le périurbain brille encore très souvent par sa disqualification. Alors qu’il est l’un des trois faits morphologiquement, socialement, écologiquement… saillants de l’urbain dit généralisé, il a longtemps été présenté comme : de peu d’intérêt économique (faible qualification des emplois, absence de services…), creuset d’une anomie sociale (désolidarisation et règne de l’entre-soi), vecteur d’une déprédation environnementale (usage de la voiture et gaspillage écologique), porteur d’une très faible valeur esthétique (par exemple : uniformité des lotissements pavillonnaires), et surtout, dans ce tournant actionniste des savoirs de formation, caractéristique d’un défaut persistant de construction institutionnelle de ses politiques.

38Comment ne pas voir que le tropisme processualiste (dans les conduites de la fabrique urbaine) et son accompagnement de projet (urbain), que l’inclination managériale (des politiques urbaines) et sa représentation instrumentale (pour l’agir urbain), bref que l’entendement actionniste et que la position développementaliste détournent justement de telles réalités au point d’exclure quelques situations pourtant bien implantées dans les paysages… de l’urbain. Comment ne pas relier ceci au fait que, par ailleurs, le périurbain ne crée au final qu’assez peu d’emplois pour l’urbanisme professionnel, ses savoir-faire techniques et son mantra de la ville-centre monde ?

39Ainsi, de savoir ayant pu, un temps, revendiquer une perspective critique, l’urbanisme universitaire s’est, sur ces 30 dernières années, progressivement mu en champ technique de formation spécialisée. À l’articulation, agile, entre pluridisciplinarité et savoirs pratiques, structurée dans les années 1960 et 1970 autour d’une propédeutique et de corpus analytiques remarqués, s’est globalement substitué un autre couple, à la fois comme position et processus de formation : l’agir de l’hyper-urbanisme et les expertises de ses savoir-faire techniques. Le tout mâtiné de processus… de projet, de management… de conduite, d’ateliers… de programmation… et, bien sûr, dorénavant, de participation… citoyenne.

L’avènement d’une science de gouvernement par la neutralisation critique des formations

40Il découle tout d’abord de ce qui précède que, par la normation technico-scientifique décrite, l’urbanisme universitaire n’a pas, en France, globalement connu le rebond des perspectives critiques dont le courant des études urbaines est devenu le vecteur principal à l’étranger depuis plus de 30 ans (Urban Studies). Et ce même si, c’est de bonne guerre, ces termes sont fréquemment utilisés dans les intitulés mêmes des formations en urbanisme.

41Le courant des études urbaines est justement né du constat de la nécessité d’amplifier les stimulations disciplinaires et, ce faisant, de réviser quelques habitudes subjectuelles et objectuelles, comme plus largement les pratiques pédagogiques, dans les formations universitaires, face aux mutations qui affectent l’urbain, ses trajectoires et métiers.

42Aux seuls titres d’exemples, dans ce pluriel tant revendiqué, où est l’archéologie pour comprendre que les villes peuvent aussi disparaître ? Où est l’anthropologie ou, différemment, la psychologie sociale pour saisir les ressorts expérientiels des imaginaires de l’urbain ? Où sont la science politique ainsi que la philosophie pour saisir les enjeux démocratiques des nouvelles prises infrapolitiques ? Tout ceci sans même parler d’écologie pour ce qui concerne les enjeux rappelés en début de propos, ni de santé publique et environnementale pour le fameux bien-être urbain et se percepts aménitaires.

43Les formations universitaires en urbanisme se sont peu à peu éloignées, en France, de telles ouvertures. Elles ne font pas intervenir les savoirs qui, reconnus dans leurs disciplines d’origine, apportent justement une perspective actualisée et critique, seul gage d’une pluralité radicale par les objets que ces frontières font advenir tout à la fois comme sujets de recherche et singularités de formation… pour des professionnalités parfois renouvelées.

44Or, cette sélectivité ne cesse de s’accroître si l’on en juge, dans le registre institutionnel qui est dorénavant d’abord le sien, non pas le nombre de candidatures, mais celui des qualifications octroyées par la section 24 du CNU à d’autres profils que ceux sortis des Instituts pour les grades de maître de conférences et de professeur (cf. rapport d’activités 2016)16. La géographie critique de l’urbain ou encore la science politique investie dans les perspectives sociales, sont parmi les courants et profils éloignés des podiums. « Au nom de la visibilité des cursus auprès des étudiants et des employeurs, nous restons très attachés à cet intitulé [“urbanisme et aménagement”] et interrogatifs face à d’autres tels que “villes et environnement urbain”, “gestion des territoires et développement local”, ou “architecture, urbanisme et paysage”. Il y a un risque de brouillage au moment même où une nouvelle étape de la décentralisation, mais aussi la poursuite des démarches de territorialisation du développement durable (SCOT Grenelle, PLUI, TVB…) renforcent considérablement le besoin d’avoir des professionnels bien formés, au service de la décision publique et de la société » (Demazière et Goze, 2015, p. 42).

45Par ce biais, la perspective critique de l’urbanisme et, ce faisant, ses propres sillons épistémologiques et axiologiques, se sont vus peu à peu infléchis, bloquant largement tout questionnement interne sur :

  • la présence devenue hégémonique des savoir-faire instrumentaux dans les formations, accompagnés de leur justification institutionnelle par le prédicat de la « fabrique »… urbaine ;

  • les régimes de savoirs proposés (et donc leurs conditions socio-historiques de production), ainsi que les positions dès lors plus ou moins visiblement défendues dans ces mêmes pédagogies (i.e. les concentrations urbaines) ;

  • et, ce faisant, les effets de ces pédagogies sur les réalités contemporaines de l’urbain généralisé et des crises socio-écologiques… crises auxquelles l’urbanisme a pu et continu largement de participer par les connaissances livrées.

46La fameuse capacité prospective de l’urbanisme, souvent vantée comme attribut premier de la discipline (Pinson, 2004), demeure ainsi plus que jamais contenue dans l’épistémologie du régime de plan, soit la capacité de l’action à disposer en avance (Sawyer, 1983), et donc étranger à ce qui pourrait lui échapper (Soubeyran, 2015). « Les effets non intentionnels sont anesthésiés, voire amnésiés, et les effets voulus non atteints sont oubliés » (Soubeyran, 2007, p. 147).

47Ce faisant, en arrière-plan de l’infléchissement de la trajectoire critique, la normation engagée apparaît selon nous de plus en plus comme celle d’une science de gouvernement, et ceci certes par les greffes institutionnelles historiques classiques (Van Damme, 2013) et ses dépendances croissantes aux mondes économiques, mais plus encore par leur actualisation de ce jour, celle des gages recherchés de « scientificité » et leur véhicule vanté et institutionnalisé de professionnalisation.

48Nous avons bien affaire ici à un conditionnement des pratiques humaines et sociales de formation et, incidemment sans doute, de normalisation technique des corps (de métiers) pour ses propres actions de développement (filières et débouchés). Les formations en urbanisme en développent tous les attributs, que ce soit le pas pris sur le politique par les savoir-faire techniques, leur rationalisation scientifique, ou encore la participation de cette dernière au tournant académique de l’expertise sociale. La tension qui a pu un temps être présentée comme vive entre l’assujettissement à l’action et le refus de l’utilitarisme (Scherrer, 2010, p. 187) s’est selon nous peu à peu effacée.

49C’est ainsi que, bien que les débats au sein même des mondes de la pratique puissent être ce jour alertes voire vigoureux sur les connaissances et savoir-faire requis dans certains domaines d’activités (Matthey, 2016), les termes de « labilité », « réversibilité », « mutabilité », « adaptabilité », « ordinarité », « dialogisme »... accompagnés de tous leurs arrière-plans parfois réflexifs des réalités et savoir-faire de l’urbain d’aujourd’hui, ne sont globalement pas questionnés dans les formations en urbanisme, y compris, logiquement, dans leur construction néolibérale. Au mieux, ces termes sont-ils, là aussi, ingérés dans quelques intitulés ou lovés dans quelques niches pédagogiques somme toute assez isolées : un cours sur le renouveau des utopies urbaines, un intervenant extérieur en doute sur ses pratiques, un atelier consacré à la France dite périphérique…

50Là serait au final la raison première pour laquelle l’urbanisme universitaire n’a pas, en France, malgré les ouvertures a priori pratiquées par la professionnalisation, véritablement accompagné plusieurs des mutations évoquées en début de propos au sein des métiers. Ceci serait aussi le produit de cette quête, normative, de reconnaissance et la neutralisation de savoirs critiques qui l’accompagne.

51Mais, dès lors, est-il possible et surtout plausible, du fait de la puissance des mécanismes décrits, de renouer, de l’intérieur des formations, avec quelques trajectoires critiques ? Est-il envisageable d’engager le tournant réflexif dans les contenus : activités et formats, compétences et habiletés… ? Et, pour commencer, comment concrètement mettre véritablement les formations en urbanisme en débat ? Comment les indiscipliner, pour reprendre quelques termes largement employés (Lawrence, 2004) ?

En guise de conclusion temporaire : la nécessité socio-écologique première dans et pour les formations

52Les enjeux auxquels nos sociétés urbaines font face interrogent en théorie directement les orientations et découpages décrits comme compositions et frontières de formation, accompagnées de quelques catégories historiques dès lors largement à remiser.

53Certains publics étudiants, contrairement à cette ardente nécessité que commanderait le marché des métiers, ne sont pas toujours intéressés par la seule employabilité dans les champs techniques, mais bien aussi par quelques perspectives analytiques, réflexives, voire critiques, d’une recherche à ce jour largement revisitée dans ses fonctions, cadres et rationalités de production. En outre, les évolutions très rapidement décrites dans certaines organisations attestent de questionnements forts sur les valeurs de métiers, sur le sens des actions conduites voire sur les finalités mêmes de l’urbanisme de ce jour. Ces évolutions mettent alors en lumière de nouvelles professionnalités (Ravon, 2012), entendues comme la capacité des praticiens à mobiliser d’autres connaissances, relevant aussi bien d’échanges (par exemple : débat sur le sens des valeurs au sein des normes professionnelles) que d’expériences vécues (ressentis, affects, modes de vie…) et d’investissements personnels (convictions, imaginaires de la ville, etc.) (Lévy, 2016).

54Ici, ces formations ont peut-être plus que tout, par les inflexions et torsions décrites, par les inclinations et positions dès lors promues, globalement raté la portée interrogative des crises écologiques et enjeux socio-environnementaux, par-delà l’approche là aussi essentiellement managériale des problématiques induites (exemples de cours : « Intégrer la biodiversité dans un projet d’aménagement », « Gestion des natures urbaines »…). Mentionné comme pierre de touche de notre questionnement initial, ce manque a considérablement nuit au rebond en leur sein de lectures diversement critiques de la modernité aménagiste et des mutations induites par l’urbain généralisé (Faburel, 2012). Plus encore, cet angle encore très largement mort dans les formations, que l’enseignement des risques urbains ou des politiques environnementales ne saurait résumer, apparaît en fait comme le produit direct du mouvement décrit d’institutionnalisation.

55Il en va ici selon nous certes de l’advenue d’une culture de la complication, mais plus encore d’une mise en controverse des savoirs prodigués. Il est vrai que, par-delà les sujets qu’ils mettent en théorie à l’agenda du fameux agir, crises écologiques et enjeux socio-environnementaux interpellent, comme opérateur réflexif de notre modernité, la construction démocratique des savoirs, et ce faisant leurs cadres de référence et conditions de validation, notamment par et dans les formations.

56Comme bon nombre de travaux de philosophie et de sociologie, de géographie et de psychologie, d’anthropologie et de science politique ont pu le montrer, et ce de longue date (cf. Geddes) comme fort récemment (courant des cosmopolitiques), ils et elles ouvrent des perspectives axiologiques et symboliques, praxéologiques et épistémologiques à la fois pour l’action et pour les savoirs, y compris pratiques, qui sont censés y former.

57C’est sous cet angle qu’une École urbaine a été créée en 2017 à Lyon, sur financement de l’Agence nationale de la recherche dans le cadre des Instituts Convergence. Elle a pour thème les Mondes urbains anthropocènes. Par des fabriques, plates-formes et studios, il s’agira de se saisir de dilemmes à la fois scientifiques et pratiques, à l’interface, nous l'espérons, d’une pédagogie reconfigurée, d’une recherche renouvelée et d’une action que nous souhaitons autrement embarquée.

Haut de page

Bibliographie

Ascher F., 2001, Les nouveaux principes de l’urbanisme. La fin des villes n’est pas à l’ordre du jour, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Biau V., Tapie G. (dir.), 2009, La fabrication de la ville. Métiers et organisations, Marseille, Éditions Parenthèses.

Bidou C., 1984, Les aventuriers du quotidien. Essai sur les nouvelles classes moyennes, Paris, PUF.

Blanc M., 2010, « Métiers et professions de l’urbanisme : l’ingénieur, l’architecte et les autres », Espaces et sociétés, Vol. 142, No.2, 131-150.

Boltanski L., Chiappelo E., 1999, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Bourdin A., Lévy J., Scherrer F., Wachter S., 2000, Repenser le territoire : un dictionnaire critique, Paris, Éditions de l’Aube/Datar.

Centre de ressources et d’échanges pour le développement social et urbain Rhône-Alpes, 2014, Participation et initiatives habitantes dans les quartiers : quel renouvellement des démarches ? Synthèse du cycle d’échanges et de qualification, Les Échos des ateliers du CR DSU, No.12.

Chadoin O., 2013 (1ère édition 2007), Être architecte : les vertus de l’indétermination. Une sociologie du travail professionnel, Limoges, Presses universitaires de Limoges.

Choay F., Merlin P. (dir.), 2015, Dictionnaire de l’urbanisme et de l’aménagement, Paris, PUF.

Claude V., 2006, Faire la ville. Les métiers de l’urbanisme au XXe siècle, Marseille, Éditions Parenthèses.

Faburel G. (dir.), 2014, Imaginaires de la ville, valeurs de l’action et évolution des compétences/formations professionnelles en urbanisme, Séminaires entre praticiens, étudiants et chercheurs, UMR Triangle et LabEx Intelligences des Mondes urbains.

Faburel G., 2012, « La ville moderne, entre Prométhée et Orphée. Pour une mise en controverse politique des formations en urbanisme en France », Colloque de l’École spéciale d’architecture : Quelle formation pour un urbanisme innovant, 23 novembre.

Frébault J., Pouyet B, 2006, Renforcer les formations à l’urbanisme et l’aménagement, Paris, Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche & Ministère de l’équipement, des transports, du logement, du tourisme et de la mer.

Girault M., 2016, « L’urbanisme comme nouveau corporatisme. Analyse des discours des associations professionnelles », Cybergeo : European Journal of Geography, Débats, Les métiers de la ville. URL : http://cybergeo.revues.org/27579

Jeannot G., 2005, Les métiers flous. Travail et action publique, Paris, Éditions Octarès.

Jeannot G., 2007, « À quoi ne se réfèrent pas les référentiels métier des agents de développement local ? », Formation Emploi, Vol. 100, 121-135. 

Lawrence R.J., 2004, « Housing and health: from interdisciplinary principles to transdisciplinary research and practice », Futures, Vol. 36, No.4, 487-502.

Lévy L., 2016, « L’urbaniste, professionnel de l’improvisation ? », Cybergeo : European Journal of Geography, Débats, Les métiers de la ville. URL : http://cybergeo.revues.org/27563

Matthey L., Mager C., 2016. « La fabrique des urbanistes. Une identité professionnelle controversée ? », Cybergeo : European Journal of Geography, Débats, Les métiers de la ville. URL : http://cybergeo.revues.org/27553

Payre R., 2007, Une science communale ? Réseaux réformateurs et municipalité providence, Paris, CNRS Éditions.

Pinson D., 2004, « Urban Planning: An “Undisciplined” Discipline ? », Futures, Vol. 36 No.4, 503-513.

Pinson G., 2009, Gouverner la ville par projet. Urbanisme et gouvernance des villes européennes, Lyon, Presses de Sciences Po.

PFMET – Plateforme des métiers du développement territorial, 2013, Prospective « Métiers », Rapport final, Paris, PFMET.

Ravon B., 2012, « Une tradition de l’alternative, entre recherche et professionnalité : l’exemple d’ANACIS, master 2 pro de sociologie pour des professionnels du travail social », Tracés – Revue de Sciences humaines. URL : http://traces.revues.org/5521

Raymond H., Haumont N., Raymond M.-G., Haumont A., 1966, L’habitat pavillonnaire, Paris, Centre de recherche d’urbanisme et Institut de sociologie urbaine.

Reigner H., Brenac Th. et Hernandez F., 2013, Nouvelles idéologies urbaines. Dictionnaire critique de la ville mobile, verte et sûre, Rennes, PUR.

Sawyer G.C., 1983, Corporate planning as a creative process, Oxford O.H., Planning Executives Institute.

Scherrer F., 2010, « Le contrepoint des études urbaines et de l’urbanisme : ou comment se détacher de l’évidence de leur utilité sociale », Tracés — Revue de sciences humaines. URL : http://traces.revues.org/4805

Soubeyran O., 2007, « Pensée aménagiste et tautologies », in : Lolive J., Soubeyran O. (dir.), L’émergence des cosmopolitiques, Paris, La Découverte, 125-153

Soubeyran O., 2015, Pensée aménagiste et improvisation, Paris, Éditions des archives contemporaines.

Trotta-Brambilla G., 2015, « De l’application du modèle à la transposition raisonnée de l’exemple : quelle(s) modalité(s) d’enseignement de l’urbanisme durable ? », Cahiers Ramau, No.7, 201-219.

Viala L. (dir.), 2014, L’urbanisme en partage, Montpellier, Éditions de l’Espérou.

Van Damme S., 2013, « Une histoire des savoirs urbains est-elle possible ? », Métropolitiques, 28 juin 2013. URL : http://www.metropolitiques.eu/Une-histoire-des-savoirs-urbains.html

Younès C., 2015, Architecture et existence : vers une écosophie des milieux habités, Les Lilas, Eterotopia.

Haut de page

Notes

1 Texte tiré et largement actualisé de « La ville moderne, entre Prométhée et Orphée. Pour une mise en controverse politique des formations en urbanisme en France », Colloque de l’École spéciale d’architecture, Quelle formation pour un urbanisme innovant, 23 novembre 2012.

2 La réflexion ici proposée est le fruit de dix-huit années d’enseignement et de recherche en Instituts d’urbanisme, en l’occurrence à l’Institut d’urbanisme de Paris – Université Paris Est (devenu École d’urbanisme de Paris après fusion avec l’Institut français d’urbanisme), puis à l’Institut d’urbanisme de Lyon (UFR Temps et Territoires de l’Université Lyon 2). Cette expérience repose notamment : sur sept années de responsabilité de formation de master sur les questions liant, non sans difficultés, l’urbanisme à l’environnement et aux paysages (2005-2012), ainsi que, depuis 2014, sur le projet puis la coordination d’une mention de master en études urbaines, Ville et environnements urbains, soutenue par l’Université de Lyon et labélisée par le LabEx Intelligences des Mondes urbains.

3 Pour quelques exemples de paroles d’acteurs dans ce domaine (Centre national d’expertise territoriale, Pôle métropolitain, Pôle métropolitain, Agence d’urbanisme, Bureau d’études…), voir l’enquête menée dans le cadre de l’Atelier Formations du LabEx Intelligences des Mondes Urbains (http://25images.ish-lyon.cnrs.fr/Portails/metiers-urbain/fr).

4 <reseaupapier.wordpress.com>

5 Cf. notamment <www.sciencespo.fr/ecole-urbaine/fr>

6 À l’exemple du parcours Altervilles (Université Jean Monnet de Saint-Étienne et Sciences Po Lyon) dorénavant parcours de la mention de master Ville et environnements urbains déjà mentionnée.

7 Six des quatorze instituts ont vu le jour dans les années 1970.

8 Huit des quatorze instituts ont vu le jour dans les années 1980.

9 Par exemple, la fondation de la Société française des urbanistes en 1911, par des membres de la section « Hygiène rurale et sociale » du Musée social.

10 Nous renvoyons, dans ce dossier, au texte de Mathilde Girault sur les enjeux relatifs au titre d’urbaniste en France, et sur le nouveau corporatisme pouvant en découler, concomitamment au sein des formations et des associations de praticiens (souvent vacataires dans ces mêmes pédagogies). Dans ce registre, voir l’activisme du Collectif national des jeunes urbanistes : <www.jeunes-urbanistes.fr/?p=3305>.

11 A l’inverse, par exemple, du CNRS qui détermine son recrutement en dépassant cette disciplinarité et inclut alors l’urbanisme dans les domaines traitant de l’espace sur la base de problématiques scientifiques elles-mêmes dites transversales (section 39 : Espaces, territoires et sociétés).

12 Ce constat repose sur l’analyse des cursus issus de la nouvelle accréditation des masters (2016-2017), en première et deuxième années, de l’Ecole d’urbanisme de Paris (Université Paris Est), des Instituts d’urbanisme/aménagement de Bordeaux (Bordeaux 3), Grenoble, Lille (Lille 1), Lyon (Lyon 2), Brest ou encore d’Aix-Marseille.

13 Fusionné avec l’Institut d’urbanisme de Paris pour donner naissance, en 2014, à une école, celle d’urbanisme de Paris, sur le modèle de bien d’autres, de commerce notamment.

14 A noter, dans le classement SMBG des masters en 2014 et 2015, la rubrique des masters « Management en urbanisme », avec deux écoles de commerce sur les trois premiers masters reconnus nationalement (Essec et EuroMed).

15 Puisque nous avons ouvert le propos par quelques mentions de dictionnaire, nous renvoyons alors dans cette autre perspective, à celui, de sensibilité politiste, de Reigner, Brenac et Hernandez, intitulé les Nouvelles idéologies urbaines, Dictionnaire critique de la ville mobile, verte et sûre (2013), ou, dans une moindre mesure critique, à celui principalement d’analyse sémantique et de prospective dite innovante, en 2000, et de sensibilité plus géographique et sociologique (Bourdin et al., 2000).

16 <www.cpcnu.fr/web/section-24/rapport-d-activites-et-documents>

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Faburel, « Les formations universitaires en urbanisme en France : un nouveau gouvernement des corps (de métiers) », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, Les métiers de la ville, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 18 août 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/28473

Haut de page

Auteur

Guillaume Faburel

UFR Temps et Territoires, Université Lyon 2, UMR Triangle et LabEx Intelligences des Mondes Urbains, France
guillaume.faburel@univ-lyon2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page