Navigation – Plan du site
2017
828

Un patrimoine pour la marche. Les sentiers vignerons de Nancy

A heritage for pedestrians. The vineyards footpaths in Nancy, France
Xavier Rochel, Anne Hecker et Alexandre Verdier

Résumés

Les anciens sentiers vignerons de Nancy constituent un réseau autrefois utile à l’exploitation des vignobles sur les coteaux de la côte de Moselle. Des anciennes vignes, il ne reste que quelques carrés d’importance toute symbolique. Mais les sentiers sont restés en place et forment un patrimoine apprécié des Nancéiens. Dans le cadre d’un SIG historique, le réseau en question a été cartographié dans son étendue actuelle, et dans son étendue du XIXe siècle à l’époque du cadastre dit napoléonien, réalisé ici entre 1809 et 1833. Des 92 km de sentiers identifiables sur les plans anciens, ne restent que 49 km actuellement. La disparition de la vigne n’est pas directement en cause, car son remplacement par des jardins familiaux, ainsi que la pratique de la marche occasionnelle ont maintenu la fréquentation des sentiers. Mais les coteaux idéalement exposés au-dessus de l’agglomération nancéienne constituent des espaces convoités pour l’urbanisation. En outre, ils sont les seuls espaces disponibles pour la réalisation de voies de contournement entre les zones bâties et les espaces naturels protégés du pourtour de l’agglomération. Le réseau de sentiers, déjà fortement entamé par les équipements réalisés à partir des années 1970, est donc sous la menace constante d’une dislocation progressive.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1S’il existe une « urbanité durable », elle se définit en grande partie par l’importance des mobilités douces ; la marche, les réseaux piétonniers doivent y trouver leur place, la « marchabilité » doit être assurée (Pagnac-Baudry, 2015 ; Cervero et Kockelman, 1997 ; Gardner et al., 1996). Outre la création souhaitable de nouvelles connexités, il importe de tirer bénéfice des réseaux existants, qui peuvent constituer un véritable patrimoine piétonnier, comme dans le cas des traboules de Lyon.

2Les anciens sentiers vignerons de Nancy constituent un réseau autrefois utile à l’exploitation des vignobles sur les coteaux de la côte de Moselle. Des anciennes vignes, il ne reste que quelques carrés d’importance toute symbolique. Mais les sentiers sont restés en place et forment un patrimoine apprécié des Nancéiens. Le réseau permet la desserte de centaines de jardins familiaux, mais aussi la promenade au sein d’une mosaïque de vergers, friches et bois, à quelques pas de la ville ou en son sein même.

3Ce patrimoine se prête naturellement à une approche géohistorique destinée à en éclairer la genèse et les évolutions. Le réseau en question a été cartographié dans le cadre d’un SIG historique. L’état ancien du réseau a été établi à partir du cadastre napoléonien, réalisé ici entre 1809 et 1833. Le réseau actuel fait l’objet d’une double cartographie, à partir des sources cadastrales d’une part, pour permettre une comparaison cohérente avec les documents du XIXe siècle, et à partir de prospections pédestres d’autre part. Il apparaît que le réseau de sentiers identifiable sur les plans anciens s’est très nettement rétracté en deux siècles. La disparition de la vigne n’est pas directement en cause, car son remplacement par des jardins familiaux, ainsi que la pratique de la marche occasionnelle ont maintenu la fréquentation des sentiers. Mais les coteaux idéalement exposés au-dessus de l’agglomération nancéienne constituent des espaces convoités pour l’urbanisation. En outre, ils sont les seuls espaces disponibles pour la réalisation de voies routières de contournement entre les zones bâties et les espaces naturels protégés du pourtour de l’agglomération. Le réseau de sentiers, déjà fortement entamé par les équipements réalisés à partir des années 1970, est donc sous la menace constante d’une dislocation progressive.

Des réseaux piétonniers, un impératif pour la ville durable

4L’espace urbain s’est longtemps composé à l’échelle du piéton et de la pratique dominante de la marche, jusqu’à ce que l’évolution des moyens de déplacement en restreigne l’importance, et avec elle la place accordée aux espaces qui lui étaient associés. La ville médiévale compacte, aux rues étroites et aux métriques piétonnes, s’est ainsi progressivement desserrée, mais c’est la deuxième moitié du XIXème siècle qui enclenche une mutation profonde. Bien que piétons et marche aient été encore placés au cœur du dispositif urbain haussmannien (Ghorra-Gobin, 2010), les innovations techniques de la révolution industrielle conduisent à l’éclatement spatial de la ville. Elles amorcent la réduction du recours aux mobilités piétonnes au profit de transports collectifs, puis des modes individuels, plus efficaces et adaptés à une ville de moins en moins compacte.

5La prise en compte du piéton dans l’aménagement urbain se transforme radicalement dans la seconde moitié du XXème siècle, sous l’action conjuguée de la généralisation de la motorisation individuelle et de l’émergence de l’urbanisme fonctionnaliste. Au nom de la protection du piéton, la Charte d’Athènes puis le rapport Buchanan (Buchanan, 1964) l’isolent des autres usagers et des usages de la rue, au prix parfois d’un sentiment d’inconfort et de vulnérabilité (Pagnac-Baudry, 2015), et de la mort annoncée de la rue. L’urbanisme des réseaux, la rationalisation urbaine et la vitesse font disparaître l’idée même de « marche » au profit de « trajets » finaux, reliant la voiture au bâtiment. Les déplacements à pied font figure de mobilité résiduelle, « la figure du piéton s’efface au profit de la suprématie des réseaux » (Ghorra-Gobin, 2010).

6Ce n’est qu’à la fin du siècle que la marche revient au cœur de la ville au moment où émerge l’ambition de produire une ville « durable ». La nécessité de remettre le piéton au cœur des projets d’aménagement de villes denses, et surtout intenses, transparaît dans le Nouvel Urbanisme, notamment popularisé par Peter Calthorpe (Calthorpe, 1993) et formalisé dans la charte d‘Aalborg (1994). Cette dernière s’inscrit néanmoins dans une logique de réduction des mobilités contraintes et de report modal vers des modes de transport respectueux, au nombre desquels la marche se trouve associée au vélo et aux transports collectifs. La volonté de promouvoir réellement les mobilités piétonnes ne transparaît également que faiblement dans les injonctions législatives qui s’inspirent de la « durabilité » (Loi SRU 2000, notamment) et dans les documents d’urbanisme qui en découlent, particulièrement axés sur la pratique cycliste et le retour de transports collectifs qualitatifs.

7Le retour d’une mobilité piétonne utile, au-delà d’un simple élément de trajet intermodal, a toutefois été favorisé par la montée en puissance de l’argument « santé ». Lisible dans l’évolution sémantique qui place en avant davantage l’idée d’activité que celle de douceur (Reigner et al., 2013), il invoque des mobilités actives, économes et efficaces pour contrer la pollution engendrée par les modes motorisés et les conséquences néfastes de la sédentarité (Lavadinho et Pini, 2005). Néanmoins, l’argument santé et l'image de citadins responsables, délaissant la voiture pour choisir un mode doux, ne doit pas faire oublier que la marche est également un indispensable moyen de déplacement, parfois non-choisi par des catégories de citadins fragilisés par leur âge ou le niveau de leurs revenus (Reigner et al., 2013).

8Le retour de la marche en ville est également associé à l’idée de bien-être (Bailly, 2014), et à un changement d’image de la ville. Sécurisée, apaisée, moins polluée, embellie, elle s’ouvre d’autant plus favorablement aux mobilités piétonnes, et alimente en retour un marketing territorial axé autour de l’aménité, du « confort du cadre de vie » ou d’une meilleure « qualité de vie en ville » (Terrin, 2011). Si certains chercheurs voient dans cette recherche de la qualité des espaces urbains et dans la place accrue laissée aux piétons la mort d’une ville muséifiée (Deguy, 2007), d’autres y placent au contraire un enjeu majeur de la revalorisation, voire de la fabrique de l’espace public urbain (Ghorra-Gobin, 2010 ; Terrin, 2011). La coprésence et les interactions des marcheurs qui s’y déroulent représentent symboliquement le vivre-ensemble, tant dans ses aspects positifs que négatifs. Ainsi, le ressenti des ambiances urbaines se trouve au cœur du (non-) choix de la marche et des itinéraires favorisés, et alimente de nouvelles réflexions autour de la « marchabilité » de la ville (Cervero et Kockelman, 1997 ; Gardner et al., 1996 ; Piombini, 2006). Elles mettent notamment en exergue la nécessité de replacer le piéton au cœur de la réflexion urbaine, afin d’être en mesure de produire à nouveau des espaces qui lui soient amènes et favorables, « à échelle humaine » (Gehl, 2010).

9Seules les métriques piétonnes sont réellement favorables à la multifonctionnalité de l’espace public et aux interactions sociales (Lévy, 2005). Après la vive atteinte portée dans l’après-guerre à l’urbanité et à son expression spatiale - la rue -, on assiste jusque dans les espaces périurbains à un désir de retrouver « ce qui fait que la ville est ville », (Lévy, ibid.), un espace de rencontres et d’interactions dans des espaces publics plurifonctionnels. Ce désir d’urbanité conduit à réhabiliter la rue, apaisée mais vivante, lieu d’accueil d’activités sur place au-delà de ses fonctions de déplacement (Gehl, 2010). Une autre forme de marcheur, le flâneur, se réapproprie alors quelques parties de la ville, tandis que « l’Urbex » (urban exploration) et les randonnées urbaines amènent à découvrir des territoires souvent inattendus (Gal, 2015). La reconquête du centre-ville, des bords de rivières ou d’anciens sentiers favorise alors le développement d’une marche plaisir, au-delà d’une mobilité piétonne considérée comme un simple mode de déplacement.

  • 1 Cincinnati steps – promoting, exploring and preserving the public steps of Cincinnati” : https://c (...)

10L’existence de passages pédestres accessibles à un large public prend donc une importance considérable dans l’émergence d’une urbanité renouvelée. Leur valeur fonctionnelle, liée à la commodité des déplacements, se double éventuellement d’une valeur culturelle spéciale s’ils relèvent du patrimoine propre à un territoire, par exemple lorsqu’ils sont hérités de périodes reculées et d’activités révolues, ou quand ils appartiennent à l’identité paysagère d’une ville en particulier. On pense immédiatement aux traboules de Lyon, qui sont certes des passages utiles, mais aussi des formes urbaines identitaires qui renforcent l’attractivité touristique, ou plus largement la bonne image de la ville. Au-delà de la France, il semble pertinent de citer les réseaux patrimoniaux d’escaliers publics qui permettent une bonne desserte pédestre des pentes urbanisées dans certaines grandes agglomérations du Nord-Est des Etats-Unis. Les steps of Pittsburgh constituent ainsi un patrimoine reconnu et apprécié de plus de 700 escaliers (Regan, 2015). De même, les steps of Cincinnati représentaient à leur apogée, au XIXe siècle, un linéaire cumulé de presque 50 km (Dusablon, 2014). Après une phase d’abandon, ils sont aujourd’hui valorisés et défendus par des amateurs passionnés1. C’est à cette famille de patrimoines qu’appartiennent les sentiers de Nancy. Pour la plupart, ils ne font pas partie d’un réseau tracé aujourd’hui pour répondre aux besoins actuels, mais sont hérités de modes révolus d’exploitation des terres et de déplacements utilitaires, aujourd’hui remplacés par des fonctions nouvelles.

Les sentiers des coteaux nancéiens, un réseau patrimonial

11Les hauteurs de la Côte de Moselle qui surplombent l’agglomération nancéienne forment une ceinture verte, un horizon verdoyant très visible depuis le centre-ville et les communes de banlieue. Mais c’est une ceinture non bouclée, en réalité, car elle n’entoure pas l’agglomération de tous côtés : elle n’en surplombe que les marges ouest et nord (figure 1). Elle constitue néanmoins, d’évidence, un élément important de la trame verte urbaine. Sa situation en hauteur lui confère une grande importance paysagère.

Figure 1 : localisation des territoires étudiés.

Figure 1 : localisation des territoires étudiés.

Réalisation : X. Rochel, 2016. Sources : IGN, open data Métropole du Grand Nancy.

  • 2 Elles sont parfois appelées « calougeottes ».

12Si, de loin, ces coteaux paraissent verdoyants, c’est qu’ils sont largement occupés par des jardins, vergers, friches, et bois. Mais la ville ne s’est pas arrêtée au pied des pentes. Les coteaux sont pour partie urbanisés ; ainsi se réalise une imbrication entre ville et nature qui paraît à la fois précieuse et fragile, objet de débats sans fin. Au long des voies d’accès, qui sont assez peu nombreuses, une urbanisation désorganisée a pu escalader les pentes, parfois jusqu’aux surfaces sommitales des plateaux de Haye et de Malzéville. Mais on note assez peu de lotissements, pas de grands ensembles ; la présence du bâti est restée modeste, sous la forme de maisons et petits collectifs en général non jointifs, formant comme un mitage. A proximité des habitations, et tant que les voies d’accès sont proches, la friche est rare ; les jardins familiaux dominent le paysage, sous la forme de pelouses arborées ou de vergers, mais aussi de potagers inégalement entretenus. En s’éloignant des principaux axes et des espaces urbanisés, on rencontre de plus en plus de friches : parcelles encore herbacées à peine embroussaillées, fruticées et ronciers parmi lesquels meurent de vieux fruitiers, ou boisements en général d’origine spontanée (très peu de plantations). Des centaines de cabanes abandonnées2 marquent une ancienne occupation qui a progressivement reflué dans les cinquante dernières années.

13La forte présence des friches, boisées ou embroussaillées surtout, apporte sur les marges de l’agglomération, ou en son sein-même, un « tiers paysage » (Clément, 1997, 2004), ou cette « nature férale » souhaitée par les défenseurs d’une naturalité intra-urbaine (Génot, Schnitzler, 2012). Cette nature en ville ou autour de la ville n’aurait qu’un maigre intérêt social si elle était inaccessible ; elle acquiert une valeur particulière quand ville et nature, en quelque sorte, s’interpénètrent. Grâce à un réseau complexe de ruelles et de sentiers, les coteaux sont accessibles et fréquentés, et ils forment comme un balcon où les Nancéiens, de la ville centre ou de la banlieue, peuvent s’adonner à la promenade et accéder à des points de vue visiblement appréciés.

Figure 2 : du mitage périurbain aux friches, un paysage en mosaïque ; et de la ruelle aux sentiers informels, un réseau piétonnier multiformes.

Figure 2 : du mitage périurbain aux friches, un paysage en mosaïque ; et de la ruelle aux sentiers informels, un réseau piétonnier multiformes.

Photos : Xavier Rochel, 2014-2017.

14C’est là une pratique ancienne, fréquente par exemple à l’âge d’or de Nancy, entre les conflits de 1870 et 1914. La fréquentation des hauteurs permet alors d’échapper à une ville saturée. En 1899, l’érudit Emile Badel décrit ainsi une promenade ordinaire : « au sortir de la pinède odorante du ban de Dommartemont, on domine soudain l’étendue. On s’assied, face au val de Meurthe tout parsemé de maisons (…) voici les maisons, les villas de Nancy qui s’agrippent à toutes les pentes (…) et l’on n’en finit pas de voir et de regarder longuement… cherchant à reconnaître les clochers, les rues, les places, les maisons. » Le paysage urbain est alors, vu d’en haut, « un infini régal pour les yeux (…) un charme souverain pour la reposée bienfaisante du corps et de l’esprit ». Les hauteurs sont aussi un refuge pour échapper à une vallée industrielle, prospère mais polluée, qu’il vaut mieux voir d’en haut que de près : « fumées blanches de Varangéville, de Dombasle et de Rosières… fumées des salines et des soudières, répondant aux fumées noires de Champigneulles, de Frouard et de Pompey. » Sous la plume de Badel, l’élite régionale contemple avec satisfaction ce qui fait sa prospérité.

  • 3 Un demi-stier est une ancienne mesure utilisée pour les boissons.
  • 4 « Le funiculaire de la cure d’air », l’Est Républicain, 25 avril 1905. Il ne reste plus rien du fun (...)

15En ce temps du Nancy florissant et de l’Art Nouveau, le tramway mène facilement du centre-ville au pied des coteaux. En outre, une navette automobile spéciale amène, du Point Central, les citadins assoiffés vers une guinguette située sur les hauteurs de Malzéville : la Cure d’Air Trianon. Sur une structure métallique Art Nouveau construite en 1902, qui a depuis été inscrite aux Monuments historiques, les familles nancéiennes peuvent profiter d’un panorama très apprécié tout en s’adonnant à différents jeux. De l’autre côté de la ville, un établissement similaire, la Cure d’Air Saint-Antoine, est accessible par un funiculaire aménagé en 1904-1905. On y trouve l’essentiel de ce que peut attendre le citadin en goguette : parc avec balançoires, terrains de croquet et de « lawn tennis », piste de skating, buvette. Une chanson publicitaire de la même époque scande joyeusement : « en sortant de vot’bureau / pour vous délasser l’cerveau / au sortir de l’atelier / tra la laire / plutôt que d’prendre un d’mistier / prenez le funiculaire / qui vous monte à la Cure d’Air »3. Le soir venu, ceux qui veulent éviter la périlleuse descente du funiculaire peuvent descendre par les escaliers, sentiers et ruelles, un retour « infiniment pittoresque »4.

16Si le temps des guinguettes est révolu, la fréquentation des coteaux n’a pas cessé. La commune de Malzéville, par exemple, s’enorgueillit aujourd’hui de ses 37 km de sentiers (chiffre donné par le site de la ville de Malzéville5), desquels elle a réalisé un plan accompagné de circuits à destination des promeneurs (figure 3). Un jardin pédagogique a également été aménagé. La commune de Laxou revendique un total de 10,5 km de sentiers communaux, 2,5 km de sentiers privés praticables, et 1,1 km de sentiers privés fermés6. Elle organise annuellement un rendez-vous artistique et populaire, « en dehors des sentiers battus » ; à partir de 2003, des œuvres d’art ont été dispersées dans les coteaux, accessibles par les sentiers, suscitant ainsi une découverte ludique et enrichissante des marges verdoyantes de la ville7. Dans ces deux communes, les sentiers sont pour partie entretenus par le personnel communal, et leur fréquentation est facilitée par une signalétique appropriée. D’évidence, il y a là une aménité valorisée, sur laquelle comptent les communes et la Métropole du Grand Nancy pour faire apprécier leur territoire. Il faut néanmoins noter l’absence de valorisation des sentiers sur la commune de Saint-Max, ce qui s’explique au moins en partie par des projets d’urbanisation dont il sera question plus loin.

17Comment évolue ce réseau de sentiers ? Fréquenté, apprécié, valorisé, publicisé, artialisé, on l’imagine aussi défendu, surveillé, face aux fortes convoitises caractéristiques de l’espace urbain ou périurbain. Ainsi se justifie un examen géohistorique qui puisse ajouter aux observations actuelles la profondeur dans le temps nécessaire à un diagnostic complet.

Figure 3 : les sentiers des coteaux, une aménité valorisée.

Figure 3 : les sentiers des coteaux, une aménité valorisée.

Photos : X. Rochel, 2016. Graphiste (plan des sentiers) : J. Gerner.

Géohistoire d’un réseau : 1809-2017

18Le cadastre napoléonien constitue la seule source véritablement fiable pour une étude générale de ce qu’étaient les sentiers à Nancy et dans ses environs, avant la très grande croissance urbaine de la fin du XIXe siècle. Les cartes anciennes telles que la carte d’état-major ne sont pas pertinentes, étant donné leur échelle et l’absence de représentation des sentiers ; les plans de détail, tels que les plans de « campagnes » (maisons de campagnes) ou les plans d’alignement conservés aux archives municipales ou départementales autorisent des observations très locales, mais ne permettent pas d’avoir une vision complète du réseau.

19La figure 4 montre l’occupation du sol à Nancy et environs, d’après les cadastres napoléoniens des huit communes étudiées. Les plus anciens documents utilisés datent de 1809 ; les plus récents, de 1833. De faibles surfaces n’ont pu être traitées en raison du mauvais état de certains plans. Pour le reste, après digitalisation de 22979 polygones (parcelles et bâtiments), la reconstitution est suffisamment complète et précise pour bien connaître l’allure de Nancy et de ses environs au début du XIXe siècle.

Tableau 1 : sources utilisées pour la cartographie de l’état ancien des sentiers.

Cotes (A.D.M.-M.)

Dates

Surface concernée (ha)

Nancy

1926W 125/1-2, 3P 394/2

1830

1495

Villers-lès-Nancy

1926W 183, 3P 576/1

1810

992

Laxou

1926W 194, 3p 303/1

1810

1595

Maxéville

1926W 114, 3p 356/1

1809

564

Malzéville

1926W 108, 3P 338/4

1833

764

Saint-Max

1926W 156, 3p 482/1

1833

185

Dommartemont

1926W 51, 3p 164/1

1832

134

Essey-lès-Nancy

1926W 55, 3p 183/1

1832

574

Figure 4 : occupation du sol à Nancy et environs, 1809-1833

Figure 4 : occupation du sol à Nancy et environs, 1809-1833

Réalisation : X. Rochel, A. Verdier, 2014-2017. Sources : voir tableau 1.

20Autour des deux villes du vieux Nancy, « ville vieille » et « ville neuve », s’observe d’abord une ceinture de jardins qui ne sont généralement pas des jardins d’agrément (les états de sections du cadastre le précisent quand c’est le cas), mais des jardins maraîchers. Au-delà de cette classique ceinture maraîchère, que l’on retrouve à une autre échelle autour des villages voisins, les différentes classes d’occupation du sol respectent assez globalement une organisation liée au relief et aux sols, chacune générant un foncier particulier qui sera ultérieurement plus ou moins favorable à l’urbanisation (Prêcheur, 1953). Les espaces les plus humides sont occupés par des prés de fauche. Les zones planes, aisément labourables, sont des terres céréalières, ou parfois des pâtures sur les hauteurs sèches. Enfin, d’importantes surfaces de vignes s’observent sur les coteaux, principalement s‘ils sont orientés à l’Est et au Sud : ce sont là les espaces riches en sentiers qui nous intéressent.

21L’existence autour de Nancy d’un vignoble tout à fait considérable n’a rien de surprenant : la Lorraine était jusque vers 1900-1920 une grande région viti-vinicole. Une abondante littérature historique est consacrée aux anciens vignobles lorrains, dont l’histoire est globalement assez bien connue (Riston, 1914 ; Daum, 1932 ; Millet, 1935 ; Barthel, 1990 ; Arnould, 1997). En 1864, Jules Guyot évoquait en Lorraine un total de 40 000 hectares en vignobles. L’économie ainsi structurée ne survécut pas longtemps aux différentes crises survenues à partir de la fin du siècle. Dans ce vignoble paysan, où la vigne était aux mains de petits propriétaires économiquement fragiles et peu disposés à moderniser leurs pratiques, la raréfaction de la main-d’œuvre, prélevée par l’industrie en essor, puis plus dramatiquement par la guerre, fut probablement le facteur de disparition le plus radical. Il faut bien entendu y ajouter le phylloxéra qui obligea ceux qui le purent à reconstituer leur vignoble ; le mildiou, l’oïdium ; la concurrence des vins plus méridionaux, bien adaptés aux goûts du consommateur d’alors, produits dans le cadre d’une structure foncière et économique plus efficace, facilement transportés par chemin de fer. Enfin, le coup fatal fut porté par la fermeture de débouchés traditionnels dans les régions voisines, en Champagne et en Allemagne. Rien de surprenant donc, à voir les vignobles lorrains s’effacer presque complètement à partir de la fin du XIXe et dans la première moitié du XXe siècle. Dans la région Lorraine, considérée ici dans ses limites antérieures à la réforme territoriale, ne subsistent plus aujourd’hui que 230 hectares encépagés (Ministère de l’Agriculture, 2011).

  • 8 Il s’agit plus précisément de catégories fiscales d’usage du sol, qui ne peuvent être comparées san (...)

22A notre cartographie de l’occupation du sol8 ont été ajoutés les réseaux de sentiers identifiables sur les plans cadastraux (figure 5). On a défini comme « sentiers » les passages larges de moins de 2,5 m. En effet, l’observation du cadastre napoléonien fait assez clairement apparaître trois catégories de voies : des sentiers, particulièrement étroits, clairement inaccessibles pour les attelages ; des chemins, dont la largeur est habituellement de quatre mètres environ ; et des routes, toujours un peu plus larges et nommées comme telles. La cartographie réalisée montre l’existence d’un réseau complexe de sentiers, d’une largeur moyenne de 1,5 m environ, généralement dotés de noms (sentier des Grandes Vignes, de Mi-les-Vignes, des Ecoliers, etc.) et orientés soit dans le sens de la pente, soit perpendiculairement, formant donc assez souvent un maillage plus ou moins orthogonal bien qu’irrégulier. Le linéaire total tel qu’il apparaît sur les plans étudiés, représente un total de 92 009 m. Ce total est inférieur à ce qu’il aurait pu être si certains plans, et notamment celui de Malzéville, n’avaient été déchirés et incomplets. On peut établir que les sentiers du pourtour de Nancy dans la première moitié du XIXe siècle représentaient presque une centaine de kilomètres, d’après les sources utilisées.

Figure 5 : le réseau apparent de sentiers à Nancy et environs, 1809-1833.

Figure 5 : le réseau apparent de sentiers à Nancy et environs, 1809-1833.

Réalisation : Xavier Rochel, Alexandre Verdier, 2014-2017. Sources : plans cadastraux napoléoniens, cf. tableau 1.

23Par la comparaison des figures 4 et 5, il est d’emblée évident qu’il existe une corrélation entre la présence des vignes, et celle des sentiers qui apparaissent donc comme des sentiers vignerons. Le cas de Laxou permet d’affiner cette première impression.

24La figure 6 montre autour du village de Laxou l’étendue du vignoble en 1810 qui, localement, est un vignoble paysan, divisé en de multiples micro-parcelles d’une surface médiane de 238 m2 (mesure effectuée sur 2491 parcelles). Il apparaît nettement que les sentiers sont liés à ce vignoble. Sur les 12 826 m de sentiers identifiés sur le cadastre laxovien de 1810, 11 310 m (soit 88 % du linéaire) sont inclus dans les vignes ou, plus précisément, à moins de 3 m d’une parcelle en vignes d’après le SIG construit. En effet, l’éclatement du parcellaire génère nécessairement des problèmes d’accès bien particuliers, étant donné qu’on ne pourrait imaginer un réseau de chemins suffisamment dense pour donner accès à chacune de ces micro-propriétés : de précieuses surfaces seraient perdues. Aux chemins, il semble compréhensible de préférer les sentiers. Or, les voies d’accès larges ne sont pas absolument nécessaires dans le contexte du vignoble paysan lorrain du XIXe siècle : les ceps sont plantés en foule, aucun labour attelé n’est pratiqué. Entre les parcelles, on ne ménage donc que d’étroits sentiers, dont l’emprise foncière a ici une largeur moyenne de 1,58 m (mesure effectuée sur dix sections aléatoires sur la commune de Laxou). Pas de clôtures en ce XIXe siècle : sentiers et parcelles de vignes ne sont encadrés que de pierres plantées, parfois appelées pierres vignottes dans la région. Au contraire, sur la commune de Nancy, la vigne de la (localement) prestigieuse Côte des Chanoines, « ornement de la ville » (pour reprendre une expression de Roger Dion, reprise par Husson, 2012) est aux mains de la bourgeoisie. Parfois close de murs, elle est répartie en propriétés nettement plus vastes qui donnent toutes sur une route ou un chemin ; sans doute le labour attelé y est-il possible et pratiqué, comme il le sera dans la seconde moitié du siècle (Guyot, 1864 ; Riston, 1908). Les sentiers sont donc rares sur cette partie de la commune de Nancy (figure 6).

Figure 6 : le réseau de sentiers dans le vignoble de Laxou, 1810-1830.

Figure 6 : le réseau de sentiers dans le vignoble de Laxou, 1810-1830.

Réalisation Xavier Rochel, 2017. Source : cadastres napoléoniens de Laxou (1810) et Nancy (1830).

25Notons au passage que les sentiers sous couvert forestier sont généralement absents des plans cadastraux ; aucune comparaison avec l’actuel ne pourra donc être réalisée pour ce qui les concerne.

26De ce réseau, ou de ces réseaux anciens, que reste-t-il aujourd’hui ? On n’a pas ici cherché à faire une étude fine de la trajectoire géohistorique des sentiers. Sans doute certaines sources, comme les plans d’alignement et autres plans liés à l’urbanisme nancéien, ainsi que les photographies aériennes du XXe siècle, peuvent-elles permettre une telle approche diachronique sur une partie des territoires concernés ; mais cette approche ne pourrait être que très partielle. La comparaison des plans napoléoniens de 1809-1833 et des plans cadastraux actuels, complétée par des relevés de terrain, suffit à apporter différentes observations essentielles quant à l’évolution du réseau.

27Les sentiers de 2017 ont d’abord été cartographiés à partir de sources cadastrales (en particulier les flux WMS fournis par le Ministère de l’Economie et des Finances). Le résultat produit est présenté sur la figure 7, sous la forme d’une comparaison entre l’état ancien et actuel des emprises cadastrales de sentiers. Il apparaît clairement que le linéaire total identifiable sur les sources cadastrales s’est fortement réduit : il ne représente plus qu’un total de 53 276 m, contre 92 009m en 1809-1833. Encore ce linéaire est-il surévalué. En effet, certains des derniers grands aménagements ne sont pas pris en compte sur les sources utilisées : ni les plans cadastraux, ni les documents graphiques des PLU n’ont répercuté les effets fonciers des contournements routiers établis à Laxou et Malzéville. Si l’on pallie ce déficit d’information en éliminant les sections de sentiers sur l’emprise des aménagements en question (soit 4 002 m), le linéaire cumulé apparent de sentiers ne dépasse plus les 50 km (49 274 m mesurés).

28Comparer deux sources cadastrales à deux siècles de distance est pertinent dans le sens où la comparaison se fait sur des documents de nature similaire, tous deux imparfaits. Sans doute le réseau apparent de 1809-1833 était-il complété par des servitudes de passage, dont certaines ont pu créer des formes de sentiers informels dont on ne peut connaître le tracé. De même, les sources cadastrales actuelles ne prennent pas en compte la totalité du réseau réellement observable, puisque les sentiers en propriété privée (et les sentiers forestiers, exclus de l’étude) n’y apparaissent pas. Mais à n’utiliser que ce type de source, on se priverait d’une cartographie complète du réseau actuel, qui certes ne peut guère être directement comparée au réseau apparent du cadastre ancien, mais permet néanmoins d’utiles observations.

  • 9 En effet, certains sentiers anciens sont encore identifiables, mais ne sont plus parcourus, sinon p (...)

29Il n’y a donc pas d’alternative à une prospection de terrain. Celle-ci a été opérée en 2017 à l’aide d’un récepteur GPS, uniquement sur les communes au flanc de la butte de Malzéville : Dommartemont, Saint-Max, Essey, et Malzéville, au Nord-Est de l’agglomération. Ont été retenus pour le tracé du réseau actuel, les sentiers encore existants sur le terrain, de largeur inférieure au seuil défini de 2,5 m, et raisonnablement praticables pour une activité de marche occasionnelle ou quotidienne9. C’est ainsi que l’on aboutit aux données résumées par le tableau 2.

Tableau 2 : linéaires de sentiers sur quatre communes du Nord-Est de l’agglomération (en mètres).

Commune

1832-33 (cadastre)

Actuel (cadastre)

Actuel (praticable)

Malzéville

27 232

20 251

18 168

Dommartemont

3 822

2 401

432

Saint-Max

4 619

3 290

2 346

Essey-lès-Nancy

10 969

3 631

6 648

TOTAL

46 642

29 573

27 594

30Parmi les sentiers actuellement praticables, certains présentent une valeur patrimoniale particulière et doivent être mis à part dans nos mesures. En effet, les sentiers récemment créés n’ont évidemment pas l’allure particulière qu’ont les sentiers de plus ancienne origine. Ceux-ci, qu’on peut appeler sentiers vignerons par généralisation, ont la particularité d’être très souvent longés par des « pierres vignottes » ou « pierres de vigne » (figure 8), des moellons plats enterrés de chant aux quatre cinquièmes qui délimitaient autrefois les parcelles de vigne. Les sentiers vignerons ont également la particularité de former un réseau dense, orthogonal et irrégulier, au sein de parcelles de jardins et friches ; leur tracé autrefois adapté à la desserte locale du microparcellaire se distingue des linéaires récents, qui ne forment pas un tel maillage puisqu’ils sont destinés à relier des rues et des points d’intérêt pour la promenade.

31Parmi les 27,6 km de sentiers actuels sur les quatre communes prospectées, il faut donc distinguer pour leur intérêt et leurs formes particulières le linéaire des sentiers présents en 1809-1833, encore présents et praticables : soit à Malzéville, 15 866 m, à Essey 6001 m, à Saint-Max 2 124 m, à Dommartemont 432 m, donc un linéaire total « patrimonial » de 24 423 m (88% des sentiers actuellement praticables).

Figure 7 : évolution du réseau de sentiers dans quatre communes du Nord-Est de l’agglomération, 1832-2017.

Figure 7 : évolution du réseau de sentiers dans quatre communes du Nord-Est de l’agglomération, 1832-2017.

Figure 8 : les pierres de vignes, un patrimoine lithique, marqueur omniprésent des sentiers patrimoniaux.

Figure 8 : les pierres de vignes, un patrimoine lithique, marqueur omniprésent des sentiers patrimoniaux.

Photos Xavier Rochel, 2016-2017.

32La figure 9 synthétise les observations faites, et localise en outre la principale menace quant à la pérennité des sentiers, à savoir les grands aménagements de contournements routiers. En effet, les coteaux constituent le seul espace où puissent réellement se pratiquer de tels aménagements entre les espaces densément urbanisés, d’une part, et les hauteurs boisées ou occupées par des espaces naturels protégés d’autre part (forêt domaniale de Haye, classée « forêt de protection » en 2016 ; site Natura 2000 du Plateau de Malzéville ; ENS et site archéologique de la butte Sainte Geneviève). Rien ne permet donc d’affirmer que de nouveaux aménagements ne viennent, à l’avenir, empiéter encore sur les anciens terroirs viticoles. Or, ces voies routières brisent le réseau de sentiers et constituent entre la ville et son environnement semi-naturel (forêts, pelouses calcaires) des barrières dont le franchissement est difficile et déplaisant, voire dangereux. En outre, les projets d’urbanisation ne sont pas abandonnés, comme à Saint-Max où dans un proche avenir, une future Rue des Coteaux pourrait ouvrir à l’urbanisation ce qui reste de l’ancien terroir viticole, aujourd’hui principalement occupé par des friches et des jardins10.

Figure 9 : carte générale des sentiers recensés, 1809-2017.

Figure 9 : carte générale des sentiers recensés, 1809-2017.

Sources : open data Métropole du Grand Nancy (bâti, hydrographie), IGN (espaces forestiers), cadastre napoléonien, prospections de terrain 2017.

Conclusion

33Les sentiers de Nancy constituent un patrimoine clairement lié à une tradition viticole disparue, et plus particulièrement à un vignoble paysan sans labour attelé, éclaté en micro-parcelles, où les déplacements pouvaient autrefois être presque exclusivement pédestres. Ce réseau s’est pour partie protégé de lui-même, car l’accessibilité surtout piétonnière des coteaux ne permettait guère l’urbanisation, si ce n’est sous la forme d’un mitage très partiel. Il reste néanmoins menacé par les grandes opérations d’aménagement que le micro-parcellaire et la rareté des voies routières préexistantes ne peuvent suffire à empêcher.

  • 11 La fréquentation par les cyclistes est possible mais les pentes parfois fortes et surtout les angle (...)

34Le Grand Nancy bénéficie aujourd’hui d’une multitude de voies (presque) exclusivement piétonnes11 qui constituent un réseau de qualité exceptionnelle, également existant à Metz, mais pour le reste probablement sans égal en France. La particularité de ces « patrimoines piétonniers » est de former ensemble un tout indissociable. En effet, on conçoit bien que le patrimoine culturel n’est pas composé que de points, de lignes, ou d’aires, indépendants les uns des autres. De même que l’écologie du paysage a fait émerger la protection des réseaux dans les politiques publiques, au travers notamment de la trame verte et bleue, on devrait pouvoir envisager d’identifier et de protéger ensemble, au sein des territoires, des éléments de patrimoine qui forment un réseau dans le sens où leur mise en relation constitue une entité géographique fonctionnelle. Les sentiers dont il est ici question forment non seulement un patrimoine de voies ou d’axes considérés indépendamment, chacun ayant sa valeur propre, mais aussi un ensemble permettant, s’il est considéré dans sa totalité, une bonne desserte pédestre d’une partie de l’agglomération nancéienne, une multitude de choix pour le promeneur, et un témoin spatial de l’emprise des anciens vignobles villageois. Supprimer ne serait-ce qu’un sentier ou quelques sentiers, c’est prendre le risque de casser le réseau et, en conséquence, d’amoindrir la valeur des autres éléments qui le composent. Néanmoins, localement, la protection de ce patrimoine ne semble guère mobiliser au sein des associations et du grand public, contrairement à celle d'un patrimoine ponctuel mieux identifié ou à celle des espaces dits naturels.

Haut de page

Bibliographie

Arnould E., 1997, "Le vignoble de Lucey au début du XIXe siècle. Réflexions à propos de l’image restituée par le cadastre", in : Humbert A., Arnould E. (eds.) Pratiques anciennes et genèse des paysages. Mélanges de géographie historique à la mémoire du Professeur Jean Peltre, Nancy, Université Nancy 2 / CERPA, 181-194.

Badel E., 1899, A travers la Lorraine, excursions et souvenirs, Nancy, Crépin-Leblond.

Bailly A., 2014, Géographie du bien-être, Paris, Anthropos-Economica.

Barthel J., 1990, Vignerons, vigne et vin en pays messin, Metz, Serpenoise.

Buchanan C., 1964, Traffic in Towns. The specially shortened edition of the Buchanan Report, London, Penguin Books.

Calthorpe P., 1993, The Next American Metropolis, Ecology, Community, and the American Dream, Princeton Architectural Press.

Cervero R., Kockelman K., 1997, "Travel demand and the 3Ds: Density, diversity, and design", Transportation Research, No.2-3, 199-219.

Clément G., 2004, Manifeste du Tiers Paysage, Paris, Sujet/Objet.

Clément G., 1997, "Jardins en mouvement, friches urbaines et mécanismes de la vie", Journal d’agriculture traditionnelle et de botanique appliquée, No. 2, 157-175.

Daum V., 1932, "Une révolution de l’économie rurale dans le vignoble messin", Revue de Géographie Alpine, 1-20, 101-117.

Deguy M., 2007, "La destruction de Paris", Les Temps Modernes, No.642, 5-13.

Dusablon M. A., 2014, Walking the Steps of Cincinnati, Athens, Ohio University Press.

Gal N., 2015, "Sauvage de nos vi(ll)es, une quête de la nature dans les interstices urbains", Téoros [en ligne],No.34, 1-2, URL : https://teoros.revues.org/2745

Gardner K. et al., 1996, Developing a pedestrian strategy for London, London, ETC Proceedings.

Gehl J., 2010, Cities for people – 2012, pour des villes à échelle humaine, Montréal, Ecosociété.

Genot J.-C., Schnitzler A., 2012, La France des friches, de la ruralité à la féralité, Quae.

Ghorra-Gobin C., 2010, Promouvoir la figure symbolique du piéton, INRETS.

Guyot J., 1864, Sur la viticulture du Nord-Est de la France, rapport au Ministère, non publié.

Husson J.-P., 2004, "La vigne dans l’agglomération de Nancy, de l’objet relique au projet de renaturation", Revue géographique de l’Est, No.1-2, 81-87.

Husson J.-P., 2012, "Les anciens vignobles « ornements des villes » : legs, images, opportunités, perspectives", Projets de paysage [en ligne], URL : http://www.projetsdepaysage.fr/fr/les_anciens_vignobles_ornements_des_villes_legs_images_opportunites_perspectives

Lavadinho S., Pini G., 2005, "Développement durable, mobilité douce et santé en milieu urbain", in : Développement Urbain Durable,No.9, 8 p.

Lévy J., 2005, "Modèle d’urbanité, modèle de mobilité", in : ALLEMAND S. ASCHER F. LEVY J. (Ed.) Les sens du mouvement : Modernité et mobilités dans les sociétés urbaines contemporaines, Paris, Belin, 336 p.

Millet E., 1935, "Le vignoble du pays meusien", Annales de l’Est, No.3, 131-175.

Ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l’Aménagement du Territoire, 2011, "La viticulture lorraine en plein essor", Agreste Lorraine, 04/RA, 1-4.

Pagnac-Baudry H., 2015, "Environnement urbain et marchabilité : l’exemple du quartier des Aubiers à Bordeaux", Environnement Urbain [en ligne], No.9, URL : https://eue.revues.org/555

Piombini A., 2006, Modélisation des choix d'itinéraires pédestres en milieu urbain : approche géographique et paysagère, Thèse de doctorat, Besançon.

Prêcheur C., 1953, Nancy. Rapports de l'actuelle structure urbaine et de l'ancienne structure agraire, B.A.G.F., No.3, 106-115.

Regan B., 2015, Pittsburgh’s steps : the story of the city’s public stairways, Guilford, Globe Pequot Press.

Reigner H., Brenac T., Hernandez F., 2013, Nouvelles idéologies urbaines, dictionnaire critique de la ville mobile, verte et sûre, Rennes, PUR.

Riston J., 1908, La vigne à Malzéville, Malzéville, Thomas.

Riston J., 1914, Contribution à l’histoire de la vigne et de sa culture dans la région lorraine, Nancy : Sidot.

Terrin J.-J., 2011, Le piéton dans la ville : l’espace public partagé, Paris, Parenthèses.

Haut de page

Notes

1 Cincinnati steps – promoting, exploring and preserving the public steps of Cincinnati” : https://cincinnatisteps.wordpress.com/ (consulté le 03.03.2017).

2 Elles sont parfois appelées « calougeottes ».

3 Un demi-stier est une ancienne mesure utilisée pour les boissons.

4 « Le funiculaire de la cure d’air », l’Est Républicain, 25 avril 1905. Il ne reste plus rien du funiculaire en question.

5 http://www.villedemalzeville.fr/vie-locale/le-plan-des-sentiers/ (consulté le 05.01.2017).

6 « Les sentiers », site de la Ville de Laxou, http://www.laxou.fr/fr/les-sentiers.html (consulté le 05.01.2017).

7 En 2016-2017, la manifestation a perdu ce caractère dispersé original pour n’être plus qu’une exposition à ciel ouvert dans le parc de la mairie.

8 Il s’agit plus précisément de catégories fiscales d’usage du sol, qui ne peuvent être comparées sans précautions à l’occupation du sol réellement observable aujourd’hui.

9 En effet, certains sentiers anciens sont encore identifiables, mais ne sont plus parcourus, sinon par les chats et la faune sauvage abondante sur ces versants ; encombrés de ronces ou d’autres espèces, ils demandent pour être suivis un effort particulier qui ne permet pas de les inclure dans le réseau utilisable pour la marche en conditions normales.

10 Site de l’Agence de Développement des Territoires Nancy Sud Lorraine (ADUAN), http://www.aduan.fr/projets-urbains.html (consulté le 23 mars 2017). Portail d’Urbanisme de la Métropole du Grand Nancy, https://sig.grand-nancy.org/PLU/ (consulté le 23 mars 2017). PLUI du Grand Nancy, http://plui.grandnancy.eu/index/ (consulté le 23 mars 2017). Le projet de Rue des Coteaux, qui devait initialement concerner tout le flanc sud de la butte de Malzéville, a heureusement été abandonné sur les communes d’Essey-lès-Nancy et Malzéville, et remplacé par un projet de voie verte.

11 La fréquentation par les cyclistes est possible mais les pentes parfois fortes et surtout les angles à 90° la limitent fortement.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : localisation des territoires étudiés.
Crédits Réalisation : X. Rochel, 2016. Sources : IGN, open data Métropole du Grand Nancy.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/28517/img-1.png
Fichier image/png, 312k
Titre Figure 2 : du mitage périurbain aux friches, un paysage en mosaïque ; et de la ruelle aux sentiers informels, un réseau piétonnier multiformes.
Crédits Photos : Xavier Rochel, 2014-2017.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/28517/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre Figure 3 : les sentiers des coteaux, une aménité valorisée.
Crédits Photos : X. Rochel, 2016. Graphiste (plan des sentiers) : J. Gerner.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/28517/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Figure 4 : occupation du sol à Nancy et environs, 1809-1833
Crédits Réalisation : X. Rochel, A. Verdier, 2014-2017. Sources : voir tableau 1.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/28517/img-4.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 5 : le réseau apparent de sentiers à Nancy et environs, 1809-1833.
Crédits Réalisation : Xavier Rochel, Alexandre Verdier, 2014-2017. Sources : plans cadastraux napoléoniens, cf. tableau 1.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/28517/img-5.png
Fichier image/png, 361k
Titre Figure 6 : le réseau de sentiers dans le vignoble de Laxou, 1810-1830.
Crédits Réalisation Xavier Rochel, 2017. Source : cadastres napoléoniens de Laxou (1810) et Nancy (1830).
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/28517/img-6.png
Fichier image/png, 482k
Titre Figure 7 : évolution du réseau de sentiers dans quatre communes du Nord-Est de l’agglomération, 1832-2017.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/28517/img-7.png
Fichier image/png, 482k
Titre Figure 8 : les pierres de vignes, un patrimoine lithique, marqueur omniprésent des sentiers patrimoniaux.
Crédits Photos Xavier Rochel, 2016-2017.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/28517/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 812k
Titre Figure 9 : carte générale des sentiers recensés, 1809-2017.
Crédits Sources : open data Métropole du Grand Nancy (bâti, hydrographie), IGN (espaces forestiers), cadastre napoléonien, prospections de terrain 2017.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/28517/img-9.png
Fichier image/png, 786k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xavier Rochel, Anne Hecker et Alexandre Verdier, « Un patrimoine pour la marche. Les sentiers vignerons de Nancy », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 828, mis en ligne le 21 août 2017, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/28517 ; DOI : 10.4000/cybergeo.28517

Haut de page

Auteurs

Xavier Rochel

MCF, Géographie, EA 7304 LOTERR - Université de Lorraine, France
xavier.rochel@univ-lorraine.fr

Anne Hecker

MCF, Géographie, EA 7304 LOTERR - Université de Lorraine, France
anne.hecker@univ-lorraine.fr

Alexandre Verdier

Professeur agrégé, doctorant, EA 7304 LOTERR, France

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page