Navegación – Mapa del sitio
2017

de Bélizal E., Fourault-Cauët V., Germaine M-A., Temple-Boyer E., 2017, Géographie de l’environnement, Paris, A. Colin, Coll. Portail, 276 p.

Émilie Lavie

Texto completo

1Ce manuel destiné aux étudiants de premier cycle universitaire est un ouvrage vraiment bienvenu. L’équipe pédagogique de géographes de l’université Paris Nanterre nous propose ici une géographie de l’environnement intégrée, systémique, qui permet – dans la veine de manuels publiés récemment – de moderniser la géographie physique. Elle amène les étudiants à se poser de bonnes questions sur les relations entre environnement et sociétés dès le début de leur cursus.

2Sur le plan formel, il répond aux attendus d’un manuel : des cours accessibles, une iconographie de qualité, des études de cas très diverses, des exercices et leurs corrigés. Les plus jeunes – ciblés – apprécieront aussi sans doute les ressources numériques avec notamment les corrigés en ligne accessibles via un QR code.

3L’introduction (p. 14-25) présente la philosophie des auteurs : « la géographie de l’environnement dépasse donc la seule idée de nature, et s’est constituée comme une science sociale hybride, au croisement des données physiques dites « naturelles » et des données sociales, économiques et politiques, au-delà des clivages entre géographie physique et géographie humaine » (p. 16). Les termes sont expliqués dans une synthèse intéressante de l’évolution de l’environnement comme objet d’étude des géographes, puis définis dans un glossaire final. Les auteurs invitent donc très vite le lecteur-étudiant à se saisir de la complexité des processus naturels et des interactions avec et entre les sociétés.

Les cours sur les objets géographiques

4L’ensemble de ces chapitres de cours sont très accessibles à des étudiants de licence. L’ouvrage peut accompagner l’étudiant au fur et à mesure des cours en géographie de l’environnement et/ou physique sur l’ensemble de sa licence. Il pourra aussi être utile pour synthétiser des connaissances avant l’entrée en master plus spécialisé ou pour une mise à niveau. Les explications des processus et leurs interactions sont relativement pédagogiques.

5Surtout, il faut reconnaître à cet ouvrage d’être précis sur les impacts des sociétés sur leurs environnements sans tomber dans un quelconque catastrophisme. C’est bienvenu dans un contexte où d’une part beaucoup d’étudiants arrivent à l’université avec une image assez catastrophiste des actions anthropiques, abreuvés de discours alarmistes, et où d’autre part des chercheurs nient encore les effets des mêmes actions.

6Le premier chapitre intitulé L’environnement et ses ressources (p. 26-59) présente les types de ressources naturelles (eaux, énergies, sols, biomasse, etc.) de manière peut-être un peu catalogue, mais c’est sûrement nécessaire étant donné la nouveauté pour de jeunes étudiants. Il met aussi en avant l’impact des activités humaines sur la durabilité de ces ressources et les enjeux de gestions. Les interactions entre réserves, gestion à court et long termes, types de ressources et géopolitique sont bien synthétisées, malgré la complexité des phénomènes. Ce chapitre s’intéresse aussi à un objet de recherche plus actuel : la transition écologique, enjeu également développé dans l’étude de cas finale sur l’Allemagne.

7S’il est bien un objet géographique qui intéresse les étudiants, c’est celui de la gestion des risques. Ainsi, le chapitre Les sociétés face aux risques (p. 60-85) synthétise l’évolution des recherches dans la géographie des risques : de l’aléa à la vulnérabilité et la résilience, en s’appuyant sur des exemples à différentes échelles. Ainsi, de l’échelle régionale (la catastrophe de Fukushima) à l’échelle fine (le pied des volcans Merapi et Montagne Pelée, les quartiers de la Nouvelle Orléans suite aux inondations du Mississipi), les auteurs montrent le rôle des sociétés et notamment celui de la culture du risque, dans la gestion de la vulnérabilité. Ce cours ne s’arrête pas aux processus et propose une courte présentation des acteurs impliqués dans la gestion, insistant là encore sur l’échelle locale. L’étude de cas porte sur une catastrophe récente, celle des crues éclair sur la Côte d’Azur en 2015.

8Le Paysage des géographes (p. 86-113) propose une synthèse épistémologique du concept de paysage chez les géographes, avec les principaux auteurs et les écoles qui ont fait avancer la recherche. L’entrée sur le lien entre nature et culture est justifiée ici, illustrée par une série d’anecdotes historiques ou relevant de la culture populaire. On voyage ici entre arts et géographie, ce qui est logique étant donné le caractère esthétique du paysage. Le chapitre insiste sur les dynamiques des paysages, objets non figés, et sur leur gestion. Il termine par une synthèse des politiques liées à la mise en valeur des paysages (extra-)ordinaires et propose une étude de cas sur la fermeture des paysages.

9Ces trois objets – ressources, risques, paysages – sont traités suivant une même grille de lecture par les auteurs (définitions et enjeux, gestion), ce qui permet de mettre en lumière les interactions entre eux. À titre d’exemple, on voit bien comment les risques et les paysages peuvent faire ressource ou comment les ressources et les paysages sont soumis à des risques. Une mise au point sur ces objets et l’enjeu de leur gestion permet naturellement de basculer sur celui de la protection des espaces et des espèces.

10Protéger l’environnement, enjeux géographiques (p. 114-141) s’intéresse à l’enjeu – voire au paradoxe – de protéger tout en valorisant. Après une mise au point sur les étapes de la protection et la définition des termes les plus importants (conservatisme, naturalisme, renaturation, restauration, patrimonialisation, etc.) qui insiste sur la construction sociale des dynamiques de protection de la nature, les auteurs abordent la complexe question des types d’acteurs et surtout de réglementations. Cette sous-partie descriptive reste utile pour des étudiants de licence. Suivent quelques pages sur les conflits liés au paradoxe précité, assez riches en exemples précis, puis une discussion relativement accessible sur la biodiversité en tant qu’indicateur de protection des milieux. L’étude de cas finale porte sur le Parc national des Calanques.

Les cours sur les grands enjeux internationaux du XXIe siècle

11Après avoir abordé de grands objets géographiques et la question de leur protection, cet ouvrage s’arrête sur deux enjeux globaux : les changements environnementaux et le développement durable.

12Les chapitres 5 et 6 portent donc sur les changements globaux, d’abord climatiques dans Un défi environnemental planétaire : le changement climatique (p. 142-171), puis les débats autour des mutations de l’environnement dans Répondre aux changements environnementaux : débat et enjeux (p. 172-197).

13Appuyé sur le rôle du géographe dans l’observation des évolutions du climat et de ces effets, le chapitre 5 aborde en premier lieu les évolutions temporelles du climat. Sont expliqués les processus principaux mais aussi la mesure des évolutions, cette insertion de méthodologies de recherche permettant aux étudiants de prendre peu à peu conscience de la pluralité des sources et de la métrologie. Puis viennent les liens entre le climat et les changements globaux, où l’approche historique permet de présenter les responsabilités des sociétés. Présentés de manière très pédagogique, les processus liés aux dynamiques et les débats autour des modalités de changements permettent d’ouvrir en fin de chapitre la question du futur. L’étude de cas sur l’Arctique propose aux étudiants de travailler en mêlant processus physiques, adaptation des sociétés et géopolitique ; c’est un sujet classique mais efficace sur le plan des apprentissages.

14Le chapitre 6 se distingue du précédent (malgré quelques redites) par son approche plus politique. Plus difficile d’accès, il s’adresse à des étudiants plus avancés selon moi (L3 ou M). Les débats autour de la finitude des ressources, sur l’anthropocène, sur les paradoxes économiques de certains pays et la géopolitique internationale permettent de mieux comprendre la complexité de la mise en place d’une gouvernance internationale. Le lecteur entrevoit aussi dans ces débats la complexité de la question pour les scientifiques qui étudient ces dynamiques globales. Ce chapitre, il me semble, sera aussi utile aux enseignants moins spécialistes de ces questions, qui trouveront ici une synthèse très actualisée des débats et des acteurs. Il se termine par une discussion évidemment géographique sur les échelles d’action. L’étude de cas sur les émissions de CO2 semble s’adresser à des étudiants confirmés.

15Le dernier chapitre s’intitule Le développement durable : des discours à l’opérationnel (p. 198-221). Après avoir explicité l’histoire de l’expression, les auteurs proposent ici une série d’exemples précis (notamment sur la ville) démontrant la difficile mise en place d’un modèle unique et unanime de gestion durable. Les paradoxes et les intérêts divergents des acteurs et des échelles d’action, ainsi que la pluralité des méthodes utilisées, sont présentés ici dans un chapitre, que je recommanderais également à partir de la 3ème année de licence. L’étude de cas s’intéresse à un exemple urbain, les éco-quartiers.

16L’ensemble des sept chapitres de cours monte ainsi en puissance, depuis des grands questionnements géographiques très accessibles vers des synthèses plus poussées et bien positionnées dans le paysage scientifique actuel. Les exemples sont plus ou moins précis. Les études de cas en fin de chapitres illustrent les questions traitées avec une iconographie et des textes de médias bien choisis. Les corrections sont assez pédagogiques et synthétiques.

Les méthodes universitaires en géographie

17Se voulant manuel universitaire, l’ouvrage se termine logiquement par un guide méthodologique (p. 222-273). Y sont traités : la dissertation, le commentaire de carte topographique, le croquis de synthèse, le commentaire de paysage, le schéma fléché et le commentaire de statistiques. Les éléments relevant du cours sont très bien organisés, pédagogiques. Un encart présente les écueils à éviter et chaque méthode est illustrée d’un exemple avec son corrigé ; les corrigés des croquis par exemples sont clairement faits pour être réalisables à la main. Cette partie peut donc être un bon appui à la fois pour les enseignants et les étudiants.

Conclusion

18Le manuel, dont la couverture porte les inscriptions « cours, études de cas, entrainements, méthodes commentées », s’adresse aux étudiants de licence, voire de master. Contrairement à beaucoup d’ouvrages de 1er cycle portant sur des questions environnementales, il s’attache moins aux processus qu’aux débats et aux grands enjeux : les enseignants trouveront donc ici une approche complémentaire aux ouvrages de référence sur les processus. Traiter les questions environnementales en liant processus physiques, enjeux sociétaux et géopolitique n’est certes pas novateur, mais cet ouvrage apporte un peu d’actualité au paysage des manuels de géographie, en s’appuyant notamment sur des exemples récents, accessibles et bien illustrés.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Émilie Lavie, « de Bélizal E., Fourault-Cauët V., Germaine M-A., Temple-Boyer E., 2017, Géographie de l’environnement, Paris, A. Colin, Coll. Portail, 276 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En línea], Revista de libros, Publicado el 05 septiembre 2017, consultado el 23 septiembre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/28544

Inicio de página

Autor

Émilie Lavie

Université Paris-Diderot, ComUE Sorbonne-Paris-Cité
UMR PRODIG
emilie.lavie@univ-paris-diderot.fr

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Inicio de página