Navigation – Plan du site
1996
Les Bonnes Feuilles du PIRVILLES

La densité a-t-elle une influence sur les comportements sociaux ? Des échelles territoriales différentes

Les Annales de la Recherche Urbaine, n° 67, 1995, pp. 15-22
Hervé Le Bras

Notes de la rédaction

Hervé Le Bras a publié notamment Les Trois France (Odile Jacob-Seuil, 1987), La Planète au village (Editions de l'Aube, 1993), Les limites de la planète (Flammarion, 1994) et La terre et le sang (Editions de l'Aube, 1994)

Texte intégral

1L'idée de densité a sans doute précédé celle de population. Pour Jean Bodin dont on cite sans vergogne le célèbre "Il n'est de richesses que d'hommes", la densité indiquait à la fois la cause et le critère du fonctionnement de l'État. Pour Montesquieu elle épousait le régime politique : les Républiques étaient densément peuplées ; dans les Monarchies, la population se groupait au centre du pouvoir et à la frontière, laissant l'espace intermédiaire presque vide, et dans les tyrannies, la densité très faible constituait un no man's land protégeant l'empire.

2Aujourd'hui, la densité alimente à la fois la crainte de la "surconcentration" et celle de la "désertification". La surconcentration est accusée de vider le pays de sa substance au profit d'un seul ou de quelques lieux où les vices prolifèrent. L'expérience des rats de Calhoun offrirait un parallèle naturel à ce qui attendrait les hommes entassés dans des cités géantes. La désertification, de son côté, devrait entraîner un dépérissement de la société par disparition de toutes les possibilités de créer ou d'entretenir des liens sociaux, qu'il s'agisse de commerces de voisinage, de services publics ou d'activités culturelles.

3Si la densité jouait un tel rôle, on devrait alors constater et mesurer ses effets néfastes. Il existerait un optimum de densité pour un certain nombre de comportements sociaux. La notion récente de "carrying capacity", traduite par capacité de charge, ou de portage, exprime la même idée à large échelle. Pour un écosystème et même pour toute la biosphère, il existerait des seuils critiques de population à ne pas dépasser sous peine de compromettre la survie ultérieure.

4La densité ne serait plus directement responsable au niveau individuel des troubles du comportement, qu'il s'agisse de la solitude de ceux qui vivent dans un désert ou de la promiscuité des citadins. Elle perturberait indirectement la vie en société en déréglant les équilibres physiques qui lui servent de cadre. Si tel est bien le cas on doit pouvoir saisir à une échelle ou à une autre un effet néfaste de la densité. Nous allons donc ici partir en quête de tels effets, en commençant au niveau des nations, puis en descendant progressivement à celui des individus dans leur vie quotidienne. Nous allons le faire directement en cherchant des corrélations entre la densité et des phénomènes variés.

Densités nationales et développement

5La récente conférence mondiale de la population qui s'est tenue en septembre 1994 au Caire a insisté sur l'obstacle que la surpopulation présentait au développement. Ce point est en principe facile à vérifier : si une forte densité constitue un handicap, alors, les pays très peuplés devraient présenter des signes défavorables. Comme les densités nationales varient d'une dizaine d'habitants par km2 en Angola, Australie ou Paraguay, à plusieurs centaines de personnes par km2 aux Pays-Bas, Bangladesh ou Salvador, on peut étudier sérieusement l'effet de la densité sur nombre de critères socio-économiques. Nous en donnons ici cinq exemples représentés sur les graphiques de la figure 1 :

6- Densité et revenu par habitant : aucune relation ne se dégage. La corrélation est presque nulle et, en tout état de cause, non significative. Tout le monde a d'ailleurs à l'esprit des exemples de pays riches très denses et très peu denses et de pays pauvres de densités également contrastées. La concentration permet des économies d'échelle mais elle accroît le coût de l'espace. Les économistes ne sont jamais parvenus à des conclusions fermes quant à savoir, de ces deux tendances contraires, de quel côté penchait la balance.

7- Densité et augmentation de l'espérance de vie entre 1950 et 1990 : I'espérance de vie ou la mortalité infantile ont souvent servi de critère du développement plus "humain" que le revenu. En effet, on peut trouver un revenu moyen élevé dans un pays où quelques personnes fabuleusement riches coexistent avec une masse de pauvres, tandis que là où l'espérance de vie est élevée, cela signifie nécessairement que la grande majorité des individus vivent vieux. Or, on constate à nouveau qu'il n'y a pas de relation entre les gains d'espérance de vie et la densité (l'expérience de Calhoun sur les rats aboutissait à une relation négative). Si l'on regarde de plus près les chiffres, on trouve que l'espérance de vie s'est un peu moins accrue dans les pays les moins denses. Mais comme ils se situent surtout dans la zone sahélienne, la cause ne peut être seulement attribuée au faible peuplement.

8- Densité et indice de développement humain (IDH) : malgré les critiques statistiques justifiées (pour les comparaisons intertemporelles), cet IDH construit par le PNUD est commode quand on l'utilise pour comparer des pays à un instant donné : il combine avec une importance égale trois points de vue, économique avec le revenu moyen, sanitaire avec l'espérance de vie et culturel avec le nombre d'années passées à l'école. Ce raffinement ne change rien à la comparaison avec les densités. Il n'y a ni relation visible, ni corrélation entre l'IDH et la densité.

9- Densité et libertés : I'Américain C. Humana a fabriqué en 1985 un indice des libertés en combinant quarante critères tels que la liberté de presse, le droit à prendre un avocat, le multipartisme, ou l'interdiction de la peine de mort, pour obtenir un indice de la liberté. Quand on croise cet indice et la densité, on ne voit pas plus de relation qu'auparavant, mais on distingue deux nuages différents Il s'agit bien évidemment de l'opposition entre des démocraties de type occidental et d'autres pays, notamment communistes à l'époque.

10- Densité et croissance économique sur les dix dernières années : c'était l'un des postulats du document discuté à la conférence du Caire sur la population mondiale en 1994. II ne résiste pas à l'examen empirique. Tous les cas de figure existent. La corrélation est cependant légèrement positive, signalant peut-être un très léger avantage des pays denses. Il se peut toutefois que la causalité varie en sens inverse comme dans l'aphorisme de Jean Bodin : les pays denses le sont devenus par suite d'un long développement propice à leur peuplement.

11Nous pourrions continuer de la sorte, voire affiner en remplaçant les densités par les densités par km2 arable sans plus trouver de relation entre les densités nationales et les autres critères. De surcroît, la notion de terre arable est fragile. La moitié ouest du delta du Nil était désertique avant que Mehemet Ali n'y fasse creuser des canaux et n'y attire des paysans. Devait-on compter ce bout dedésert comme terre arableà l'époque ?

12Une des principales raisons pour laquelle la densité ne joue pas de rôle à l'échelle nationale, tient à ce que les écologistes appellent le paradoxe des Pays-Bas : ce pays estcertes très dense, mais par son commerce, il utilise les productions de pays beaucoup moins denses, donc dispose indirectement des surfaces sur lesquelles ses importations ont été produites. Une autre raison importante est que, contrairement aux sociétés animales, les sociétés humaines changent de techniques et d'organisation pour s'adapter à leur environnement et notamment aux variations de longue période de la densité. Si l'homme en était resté au paléolithique, la France serait surpeuplée avec cent mille habitants et le monde ne pourrait pas nourrir plus de dix millions de personnes.

Densités régionales et comportements sociaux

13On peut penser que l'échelle nationale est beaucoup trop large pour saisir l'effet des différences de densité. On y mélange des situations très diverses, par exemple l'île de Java avec ses 500 habitants au km2 et celle de Bornéo avec 10 habitants au km2 qui toutes deux font partie de l'Indonésie, ou bien, plus près de nous, la région parisienne et le massif central. Passons donc à une échelle plus fine, celle des départements français. La carte actuelle des densités est relativement contrastée. Les évolutions au cours des trente dernières années sont aussi nettement tranchées. Si la densité ou sa variation à moyen terme influençaient la vie sociale, on devrait identifier des comportements qui suivent une géographie analogue. Or, aucune des 2 000 séries départementales que nous possédons sur la démographie, la structure sociale, les tendances politiques ou la vie économique ne présente de rapport avec la répartition des densités. Alors qu'il existe des lignes de force précises entre la plupart des indicateurs connus, soumis par exemple à l'opposition entre le nord et le sud, ou à la géographie de la pratique religieuse, jamais la densité ne semble jouer un rôle. Certes en ne gardant que les plus fortes densités, on tomberait sur les plus grandes villes, pour lesquelles quelques traits apparaîtraient (répartition des fortunes déclarées à l'IGF, intensité du divorce notamment), mais il serait abusif de réduire l'opposition entre la campagne et les grandes villes à une différence de densité. Puisque la carte des densités a été dessinée, on peut aussi se pencher un instant sur sa structure assez curieuse. A part les régions lyonnaise et parisienne, la population est concentrée sur les frontières terrestres et maritimes : sur les 44 départements qui comptent plus de 75 habitants au km2, 31 sont aux frontières, alors que pour les 90 départements représentés, seuls 38 sont sur les frontières. Inversement sur les 19 départements les plus centraux, ceux qui sont à plus d'un département de distance de la frontière, seuls 4 dépassent les 75 habitants par km2. La France satisfait ainsi aux critères que Montesquieu attribue aux Monarchies. Cette tendance se retrouve à échelle plus faible. Ainsi au niveau cantonal, quand on représente les densités en Bretagne, les côtes apparaissent beaucoup plus peuplées que l'intérieur. La raison est la même pour la Bretagne que pour la France : la population tend à se regrouper le long des grandes voies de communications, particulièrement le long des côtes et dans les vallées des grands fleuves. Elle déserte les régions plus escarpées ou d'accès difficile. La densité représente ainsi une adaptation. La carte des densités en 1856 le montre encore plus clairement puisqu'on y voit à l'oeuvre le modelage de la France moderne. Les vallées du Rhône et de la Garonne y apparaissent plus clairement que maintenant, la concentration dans les grandes capitales régionales s'est accentuée, et le nord-ouest du pays n'a pas encore dégorgé son excédent de population rurale.

14Comme les différences nationales et régionales de densité ne paraissent pas jouer de rôle discriminant, les responsables de l'aménagement du territoire préfèrent évoquer les contrastes de densité. Ils opposent souvent des pays comme l'Allemagne de l'Ouest où la population serait répartie de manière assez régulière, aux pays latins ou à la Grande-Bretagne où les contrastes seraient très importants. Malheureusement, Ia mesure de ces contrastes ou plus exactement des inégalités de répartition de la population soulève des problèmes méthodologiques complexes car elle dépend étroitement de l'échelle du découpage retenu (au niveau des communes françaises, 80 % de la population vit sur 20 % du territoire, mais au niveau des mètres carrés, 58 millions de Français vivent sur 58 millions de mètres carrés tout au plus alors qu'il y a 550 mille milliards de mètres carrés, donc seulement un mètre carré sur dix mille est occupé : 100 % de la population vit sur 0,01 % du territoire).

15La question de la densité se déplace donc en fonction du niveau auquel on doit l'observer. Nous n'avons rien trouvé au niveau national, rien au niveau régional ou départemental. Nous trouverions peu de choses au niveau cantonal et communal. Mais, c'est juste en dessous que la répartition de la population commence à exercer quelque influence.

Population éparse et population agglomérée

16C'est une vieille habitude de la statistique que de compter la population "agglomérée au chef-lieu de la commune" et la population "éparse" vivant dans des hameaux ou des fermes isolées. Avec ce critère, nous quittons en fait le niveau des statistiques agrégées, pour celui des individus. La distinction épars/aggloméré est en effet une tentative grossière de décrire les positions réciproques des individus, leur degré de groupement ou, pour employer le terme anglais plus spécifique, de clustering. .Elle évite cependant en première approximation des problèmes techniques que poseraient les analyses de Fourier à deux dimensions, les jittering,les corrélations écologiques ou les spectres d'auto-corrélation, notamment à cause de l'hétérogénéité des territoires (ou de la difficulté à admettre la distance euclidienne comme mesure universelle des rapprochements et éloignements des individus).

17Or, la France est très nettement séparée en pays de population agglomérée où tous les habitants vivent groupés en villages petits ou gros, et pays de population éparse où ils sont dispersés en fermes isolées ou en hameaux de deux ou trois familles. Deux cartes donnent la répartition de la population agglomérée à près d'un siècle de distance en France. On remarque la persistance de la coupure qui correspond presque exactement à l'opposition entre pays d'openfield et pays de bocage. Dans son beau livre sur les caractères originaux de l'histoire rurale française, Marc Bloch a insisté sur l'importance de la différence des deux modes de peuplement pour la constitution de la société : dans les pays agglomérés, le voisinage est source de très nombreuses règles de protection des individus, tant pour les droits de pâture et de glaner, que pour les relations à l'intérieur du village. Tandis que les habitants des openfields doivent résoudre les contraintes de commensalité, ceux du bocage doivent rompre leur isolement. Leurs coutumes sociales sont donc nettement plus prescriptives pour les regroupements liés aux travaux des champs ou au calendrier. Il n'est pas exagéré de dire que deux sociétés différentes se sont ainsi constituées. Cependant, la description en deux types d'habitat n'est qu'une première approximation. Marc Bloch prend bien soin de séparer, au sein de l'habitat groupé, le nord avec ses champs "en lanières", du sud où, malgré l'absence de haies, les parcelles sont cultivées assez irrégulièrement. De même, au sud, les villages sont beaucoup plus importants que dans les plaines du nord-est. Pour le bocage, les différences sont aussi sensibles entre des régions comme le Limousin ou le Huelgoat breton où la population vit en très petits hameaux, et la Vendée ou la Manche où elle est complètement dispersée comme André Siegfried l'avait souligné.

18Nous insistons sur ces différences, car elles ont produit nombre d'effets dans le domaine social et politique. Au contraire des cartes de densité, les cartes d'agglomération de population ont de nombreux répondants dans les moeurs et les attitudes politiques. Ainsi, la carte de la criminalité et celle de l'immigration suivent-elles assez précisément cette géographie. Ce n'est pas une surprise car, déjà à la fin du XlXe siècle, les traités de criminologie considéraient que la criminalité s'accroissait avec le degré d'agglomération. Pour la répartition des étrangers, l'origine de la corrélation est plus mêlée : proximité des frontières et plus grande stratification sociale dans les pays agglomérés s'y combinent.

19Les corrélations politiques sont encore plus intéressantes. Déjà pour le XlXe siècle, Maurice Agulhon a montré l'importance de la dimension des villages et petites villes de Provence pour l'apparition de cercles d'opinions contraires, donc pour la naissance de la démocratie. Inversement, André Siegfried, intrigué par le comportement républicain homogène qu'il rencontrait dans le Huelgoat avait supposé que le groupement en petits hameaux interdisait en pratique la constitution de groupes rivaux car le degré de coopération devait être total. Il est possible que cette même cause ait encore aujourd'hui un effet en faveur du vote des "paysans rouges" tant dans le Huelgoat que dans le Limousin où l'on retrouve le même type de groupement de la population.

20On ne postule pas un déterminisme entre habitat et opinion politique, mais on doit constater que le cadre qui structure les relations élémentaires de voisinage peut avoir des conséquences, et ce cadre est imposé depuis de nombreuses générations par le groupement des habitations. Autant le chiffre abstrait du nombre d'habitants au km2 ne dit rien sur la société, autant le fait de vivre isolé, en très petit groupe ou en masse plus compacte a des répercussions immédiates sur la sociabilité dont il constitue l'un des déterminants. Dit autrement, que Paris ait 100 000, 1 million ou dix millions d'habitants ne changera guère le niveau des rencontres que fait un habitant dans son quartier. Mais que l'on vive dans une ferme isolée, dans un hameau. ou dans un village de 200 habitants crée une grande différence dans le style des contacts sociaux.

21Une dernière corrélation politique accentue ce sentiment d'un rôle, sinon de la densité, du moins de la répartition locale de la population, c'est la géographie du vote pour le Front national. Dès le départ en 1984, la géographie des votes FN a suivi avec précision celle de l'agglomération de population, et tous les votes suivants y compris celui des présidentielles de 1995 l'ont confirmé. Quel rapport peut-il bien exister entre deux phénomènes en apparence si éloignés ? Pour le montrer, il faut adresser une dernière critique à la notion de densité : elle ne tient pas compte des déplacements des individus. Elle les immobilise à leur domicile. Or les changements de la mobilité locale des individus sont particulièrement importants depuis une vingtaine d'années. Par exemple, presque tous les commerces de villages ont cédé devant les grandes surfaces installées à la sortie des villes ou même en pleine campagne. De même, la mobilité alternante s'est considérablement accrue non en temps mais en distance : la distance moyenne entre domicile et travail a doublé du recensement de 1975 à celui de 1990.

22De tels changements ont été ressentis très différemment dans les pays de population agglomérée et éparse. En effet, dans les premiers, les règles sociales d'évitement pour cause de voisinage ont perdu leur signification transformant le voisin en étranger. On ne le rencontre plus ni au travail, ni dans les occasions de la vie quotidienne. On le croise seulement et on supporte la différence de son mode de vie. Sur le voisin se cristallise une haine de la différence qui finit par se déverser sur l'étranger. Au contraire, dans les régions de bocage, l'accroissement de mobilité est en phase avec une société qui cherchait à l'encourager pour entretenir des contacts que l'éloignement contrariait : le maraîchinage est possible et sans doute nécessaire en Vendée, mais non en Lorraine ni en Provence.

23On a tendance en France à ne prêter attention qu'à deux niveaux de la société, la famille, sur le rôle de laquelle des fantaisies sont souvent émises, et l'organisation administrative et économique qui se situe à une échelle élevée. On oublie le cadre de la vie courante, des rencontres et des collaborations quotidiennes hors de la famille et hors de la vie publique, là où l'on quitte le parfaitement connu sans pour autant pénétrer dans le complet inconnu, dans cette pénombre des liens sociaux qui constitue pour la plupart des individus l'image concrète de la société. C'est sans doute à ce niveau que les questions de densité, ou plutôt, comme on l'a vu, de répartition de population, entrent en relation avec les moeurs et les opinions politiques.

24On souhaiterait descendre à un niveau encore plus fin. Savoir par exemple comment l'individu parcourt l'espace concret où il vit, comment les rencontres ont lieu, dans les rues, les commerces, les immeubles, les associations. Suivre chacun mètre par mètre et seconde par seconde comme les cartes à l'échelle 1 que voulait dresser Borges. On connaît déjà quelques-uns de ces comportements par des observations comme celles de E.T. Hall, par exemple les places occupées dans un wagon de métro ou dans une salle de spectacle. Il y a un demi-siècle, Elias Canetti avait prêté une grande attention à ces formations sociales concrètes et temporaires, ces cliques, ces bandes, ces hordes, ces foules. C'est sans doute la bonne voie pour parler d'effets causés par les densités : ils sont entièrement médiatisés par les structures qu'ils empruntent.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

"World Population Prospects", Population studies n° 106, New York, Nations-Unies, 1989.

Rapport mondial sur le développement humain, PNUD, Paris, Économica, 1993.

The World Guide to Human Rights, New York, C. Humana, "Facts on file", 1986.

H. Le Bras, Les limites de la planète : mythes de la nature et de la population, Paris, Flammarion, 1994.

"Population density and social pathology", Scientific American, n° 2, pp. 139-148,1962.

J.-B. Calhoun, M. Eden, "Social welfare as a variable in population dynamics", Population Studies : Animal ecology and Demography, Cold Spring Harbor, 1957.

H. Le Bras, La planète au village, Paris, éd. de l'Aube, 1993.

J.-I. Clarke, "Geography, Demography and Population", in Geography and Population, Oxford, J.-I. Clarke ed., Oxford U.P., 1984.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

J. Bähr, C. Jensen, W. Kuhls, W. de Gruyter, Bevolkerungsgeographie, New York, Berlin, 1992.
DOI : 10.1007/978-3-642-57098-8_4

M. Bloch, Les caractères originaux de l'histoire rurale française, Paris, Armand Colin, 1930.

M. Agulhon, La république au village, Paris, Plon, 1970.

A. Siegfried, Tableau politique de la France de l'Ouest, Paris-Genève, Slatkine, 1980 (1ère éd. 1913).

G. de Tarde, Traité de criminologie, Paris, Félix Alcan, 1883.

H. Le Bras, Les trois France, Paris, éd. Odile Jacob, 1987 et 1995.

E. Canetti, Masse et puissance, Paris, Folio, Gallimard, 1988.

E.T. Hall, La dimension cachée, Paris, Le Seuil, 1974.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Le Bras, « La densité a-t-elle une influence sur les comportements sociaux ? Des échelles territoriales différentes », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Dossiers, Les Bonnes Feuilles du PIRVILLES, mis en ligne le 12 avril 1996, consulté le 01 juin 2016. URL : http://cybergeo.revues.org/288 ; DOI : 10.4000/cybergeo.288

Haut de page

Auteur

Hervé Le Bras

Laboratoire de démographie historique à 1'École des Hautes Études en sciences socialesDirecteur de recherche à 1'Institut national d'études démographiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page