Navigation – Plan du site

Christaller en Chine : de la campagne à la ville au cinéma

Christaller in China: from the country to the town on the screen

Roland Courtot

Texte intégral

1Le film du metteur en scène chinois Zhang Yimou " Quiu Ju, une femme chinoise" (1992), qui a été salué par la critique comme un très bon "docudrame" sur la place de la femme dans la société chinoise et dans le cadre de l'administration communiste , est aussi une illustration du contact de la société rurale avec le monde de la ville, et d'une certaine façon (c'est ce qui retient mon attention ici), une petite leçon de géographie sur la théorie des lieux centraux.

2L'histoire du film est celle d'une jeune paysanne chinoise, qui veut obtenir réparation morale pour son mari, frappé par le chef du village "là où c'est vital". La jeune femme, pour atteindre ce but, et mécontente des décisions et jugements successivement rendus, va devoir "remonter" les échelons administratifs de la Sécurité publique.  Le scénario est donc rythmé par les voyages successifs de Quiu (enceinte et accompagnée de sa jeune belle-soeur Meiji), qui se déplace pour cela de plus en plus loin, et vers des agglomérations de plus en plus grandes.

3Elle se rend tout d'abord "à la commune", en empruntant un chemin de terre, sur une bicyclette, puis une remorque de tracteur sur un "grand chemin de terre", dont le trafic est exclusivement rural: dans une sorte de poste de gendarmerie rustique, où on fume et boit le thé, elle y rencontre le responsable local de la sécurité.

4Elle se déplace ensuite jusqu'au centre du district. Pour payer ce voyage  elle doit vendre des piments rouges séchés au marché communal. Elle atteint le district à partir de la commune en triporteur bâché (transportant de 2 à 6 passagers, l'inconfort croissant avec le nombre de passagers, le prix par personne varie de 2,5 à 7,5 yuans) par une route en terre, où la circulation est encore très "rurale". Elle y dépose plainte dans un grand "commissariat", en utilisant les services d'un écrivain publique qui rédige sa requête. Le cadre de l'agglomération est urbain, et le contact avec la culture de la ville se fait par les affiches, la presse, la rue...

5Le troisième et dernier voyage franchit une autre étape et l'emmène du district à la "ville", en autobus et par une grande route goudronnée. Cette fois elle affronte le tribunal de la Sécurité publique, avec l'aide d'un avocat, dans une procédure hiérarchique beaucoup plus complexe. Le cadre urbain est celui d'une ville millionnaire (immeubles tours, grands magasins, nombreux signes de la société de consommation) et la situation de Quiu Ju y est celle, souvent présentée au cinéma, du contact des gens de la campagne avec "la ville", à travers des comportements "profiteurs" (le cylopousse) ou "solidaires" (l'hôtelier).

6Ces voyages par étapes (Quiu repart chaque fois de son village et parcourt une étape de plus que le voyage précédent) peuvent donc être lus à travers la théorie des lieux centraux, qui associe distance et taille des agglomérations (support de leur "centralité") dans la structure des réseaux urbains (Christaller, 1934). La distance, faite de kilomètres et de temps (les deux premiers voyages sont des allers-et-retours dans la journée, le dernier oblige à dormir à l'hôtel en ville) est suggérée dans le film par la hiérarchie des voies de communication (chemin, route de terre, route goudronnée...) et des moyens de locomotion (vélo, charette, tracteur, triporteur, autobus...). La taille et la centralité des villes transparaissent dans les images que le réalisateur nous donne du cadre urbain et des services que celui-ci peut offrir (marché, restaurant, magasins, hôtel). Enfin la hiérarchisation administrative de la sécurité publique est clairement lue à travers la hiérarchisation des locaux, des procédures et des uniformes des fonctionnaires..

7On imagine donc sans difficulté dans cette province de la Chine du nord, un réseau de lieux géographiques à 4 niveaux au moins (Le cinquième est évoqué au détour d'une réplique, sous la forme de la capital de l'état, Beijing, qui pourrait être l'ultime recours de Quiu Ju) :

  • le village,  lieu d'habitat paysan, sous l'autorité d'un chef,

  • le chef-lieu,  centre de la commune,

  • la petite ville (= chef-lieu du district),

  • la grande ville(= chef-lieu de la province).

8Elle est en conformité avec celle que nous présentent les ouvrages de Géographie actuels sur l'organisation de l'espace chinois, fruit combiné de l'histoire et de l'organisation administrative du régime communiste; par exemple P. Triollet et JP. Béja dans “ L’empire du milliard ” (Colin, U, 1986, p.67), ou P. Gentelle dans la nouvelle Géographie Universelle (“ Chine, Japon, Corée, Belin-Reclus, 1980), soulignent bien le poids des différentes unités socio-spatiales en Chine:

  • le village, base de la vie paysanne

  • la commune (“ xiang ”) ou canton rural, base du gouvernement local depuis la réforme de 1984,

  • le district (“ xian ”) entité administrative qui prend ses racines dans l’histoire,

  • la ville ("shi": pour des raisons historiques, peu d’agglomérations ont le “ statut ” de “ villes ” dans la Chine actuelle, alors qu’elles en ont largement la taille et les fonctions).

9Sans intention de nous faire une leçon de géographie, Zhang Yimou se révèle bon pédagogue des formes d'organisation de l'espace chinois, des réseaux et des pôles, et somme toute bon géographe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roland Courtot, « Christaller en Chine : de la campagne à la ville au cinéma », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], E-Topiques, mis en ligne le 27 juin 2006, consulté le 28 mai 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/2911

Haut de page

Auteur

Roland Courtot

courtot@mmsh.univ-aix.fr

UMR Telemme, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page