Navigation – Plan du site

Excursion à Clarens

A Journey to Clarens

Florence Deprest

Notes de l’auteur

Cette excursion a été organisée par Isabelle Lefort et Philippe Pelletier, à la suite du colloque Elisée Reclus et nos géographie. Textes et prétextes, qui s’est tenu à Lyon du 7 au 9 septembre 2005.

Texte intégral

1 Nous y voilà ! Dans cette maison de Clarens où il vécut de 1876 à 1889, Elisée Reclus écrivit presque toute sa Géographie Universelle. Ce “Beau Rivage” est une villa construite en front de lac, sur une parcelle en pente bordée par la route principale reliant Montreux à Genève. Une bâtisse originellement à deux étages, simple, dénuée de la fantaisie architecturale qu’exhibe la plupart de ses voisines. Au premier niveau, les communs donnent sur la route, tandis que la salle à manger, le salon et deux pièces plus petites, aujourd’hui des chambres, s’ouvrent sur un balcon surplombant le jardin où l’on descend sans décorum par un escalier extérieur. Les plans n’ont quasiment pas été retouchés depuis qu’Ermance l’a faite construire. C’est une maison fonctionnelle qui sied à la vie quotidienne d’une famille : simplicité et charme discret de la bourgeoisie protestante.

2 Comme la maison, le jardin ne semble pas avoir cédé à l’exotisme azuréen du voisinage, colonisé par les tamaris, pins, palmiers et autres bananiers. Là, rosiers et clématites grimpent jusqu’à la balustrade du balcon, d’où le regard se pose, par dessus la tonnelle au fond du jardin, sur le lac et les Alpes. Au bout, la pergola ne joue pas la clôture mais l’entre-deux : d’un côté, on est capté par le monde de la maison, de l’autre, on est déjà au cœur du panorama. Le bord de l’eau est à quelques mètres, une volée de marches encore et l’on accède en contrebas à la porte qui s’ouvre de plain-pied sur la promenade publique du lac. A quelques pas sur la gauche, il y a l’embarcadère de Clarens où, depuis 1860, arrivent et partent les bateaux-bus qui sillonnent le rivage.

Photo 1 : Clarens, côté jardin

Photo de Carine Fournier

Photo 2: Vue du lac et des montagnes depuis la terrasse

Photo Carine Fournier

  • 1  Cité par M. Enckel, Un exil très actif, in Itinéraire. Elisée Reclus, 1998. Lettre à Jacques Gross (...)

3 L’actuelle propriétaire appartient à la famille qui a acheté la villa aux Reclus lorsqu’ils ont quitté la Suisse. Elle nous apprend que des miroirs et les deux statues de la façade ont été conservés, mais elle ne sait pas où était le bureau d’Elisée. Je me demande où était sa bibliothèque et, en même temps, si cela a une réelle importance. Reclus n’écrivait-il pas à un compagnon qui lui donnait un rendez-vous à Genève : « Fixez l’heure, cela ne me dérange nullement, je travaille en bateau ou en wagon »1. Mais alors, si notre excursion ne veut pas être qu’un pèlerinage, être là peut-il nous apprendre quelque chose sur le géographe ou son œuvre ?

  • 2  E. Reclus, L’Europe méridionale, coll. Nouvelle Géographie Universelle. La Terre et les hommes, to (...)
  • 3  E. Reclus, L’Europe centrale, coll. Nouvelle Géographie Universelle. La Terre et les hommes, tome (...)

4 Face à cette vue qui embrasse l’autre rive et où j’aperçois une régate de voiliers glissant vers Montreux, je ne peux m’empêcher de penser que Reclus décrivit la Méditerranée comme une surface portante, « un sillage permanent où passent et repassent les navires, semblables aux bacs qui traversent les fleuves »2. Le Léman ceint de ses montagnes, parsemé de cités « littorales » anciennes et de villes nouvelles construites pour le plaisir des riches étrangers, divisé par une frontière politique et des oppostions religieuses, le Léman qui « comme la mer, [...] a ses redoutables tempêtes, ses vagues formidables, ses courants de houle »3, aurait-il pu inspirer Reclus comme une miniature ?

  • 4  Cité par M. Enckel, op. cit. Lettre à Henri Roorda, juin 1892, Correspondance, vol. III, p. 119.

5 Je me perds peut-être en conjectures. Reclus se disait « certain que le milieu favorise ou retarde l’éclosion de l’idée », cependant il émettait un jugement sévère sur le pays vaudois : « le protestantisme, la bonne graisse, le vin blanc et les discours après boire ne constituent pas un bon milieu. Ajoutez-y le rétrécissement de l’horizon, la perte journalière d’une ou deux heures de soleil, et vous expliquerez bien des choses »4. Comment la production reclusienne a-t-elle pu échapper à l’influence néfaste d’un si mauvais pays ?! Peut-être parce que Reclus ne vivait pas, à proprement parler, dans le pays des Vaudois... mais au cœur d’un lieu de villégiature touristique.

  • 5  J. B. Racine et C. Raffestin (dirs), Géographie de la Suisse et des Suisses, 1990, Lausanne, Payot (...)

6 Le Clarens de Reclus n’a rien à voir avec le paradis rustique de la Nouvelle Héloïse. S’il s’agissait encore d’un village par son nombre d’habitants5, je sais pour l’avoir étudié sur un terrain proche de là, qu’il jouissait de toutes les caractéristiques de la centralité urbaine des plus grandes métropoles de l’époque. Bien que le charme de la maison et du jardin évoque l’abri, la villa n’en était pas moins située dans le nœud de communication formé par l’embarcadère, la route et, non loin, la station de chemin de fer. Clarens était un lieu connecté, urbain. Reclus y croisait non seulement des exilés politiques comme lui, mais aussi toute une population cosmopolite trouvant là une autre sorte d’abri :

  • 6  E. Reclus, L’Europe centrale, coll. Nouvelle Géographie Universelle. La Terre et les hommes, tome (...)

7« Les riches visiteurs étrangers, Anglais, Russes, Américains, Français, ont également fait la prospérité des villes d’hôtels, Montreux, Clarens, Vevey, qui formeront bientôt une cité continue sur la rive septentrionale du Léman, en face de la bouche du Rhône valaisan. La splendeur du lac et du cercle de montagne qui s’y reflète, la Dent du Midi, flamboyant aux rayons du soleil couchant, un climat plus doux que celui des pays voisins, ont fait de ce coin abrité de la Suisse un des lieux les plus aimés des voyageurs, un de ceux où ils s’arrêtent le plus longtemps : par leur population cosmopolite, Montreux et Vevey sont devenus la propriété du genre humain »6.

8 Co-présence, et peut-être rencontres, possibilités d’élargir son réseau de connaissance(s)... En exil, Reclus élut domicile dans un lieu qui, par sa nature, était l’antithèse de l’éloignement du monde, et qui, sans doute mieux que la capitale d’un Etat et d’une seule nation, s’accordait à son désir d’universel.

Carte1 : Extrêmité orientale du Léman

Elisée Reclus, Géographie Universelle, Tome 3, 1878

Haut de page

Notes

1  Cité par M. Enckel, Un exil très actif, in Itinéraire. Elisée Reclus, 1998. Lettre à Jacques Gross, juin 1887, dépôt CIRA, salle des manuscrits, Bibliothèque publique et universitaire, Genève.

2  E. Reclus, L’Europe méridionale, coll. Nouvelle Géographie Universelle. La Terre et les hommes, tome 1. 1876, Paris, Hachette, p. 51.

3  E. Reclus, L’Europe centrale, coll. Nouvelle Géographie Universelle. La Terre et les hommes, tome 3. 1878, Paris, Hachette, p. 47.

4  Cité par M. Enckel, op. cit. Lettre à Henri Roorda, juin 1892, Correspondance, vol. III, p. 119.

5  J. B. Racine et C. Raffestin (dirs), Géographie de la Suisse et des Suisses, 1990, Lausanne, Payot, coll. Territoires, tome 2, p. 428-429. Cf. en particulier les cartes de la « baie » de Montreux en 1830, 1890, et 1914.

6  E. Reclus, L’Europe centrale, coll. Nouvelle Géographie Universelle. La Terre et les hommes, tome 3. 1878, Paris, Hachette, p. 86.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Deprest, « Excursion à Clarens », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], E-Topiques, mis en ligne le 10 février 2006, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/2913

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page