Navigation – Plan du site
2005
331

Le tourisme international en Afrique du Sud

International Tourism in South Africa
Marie-Annick Lamy-Giner et Jean-Louis Guébourg

Résumés

Avec 6,5 millions de touristes internationaux, l’Afrique du Sud apparaît comme la première destination du continent africain. Le pays s’est véritablement ouvert au tourisme à la fin des années d’apartheid, au seuil des années 90. Bien que récente, cette activité a connu un essor fulgurant, grâce notamment à une fréquentation marquée des touristes régionaux et européens. Les visiteurs africains se démarquent de ceux d’outre-mer par des pratiques d’activités différenciées et des saisonnalités décalées. Mais tous participent pleinement au développement du secteur touristique, même si certains handicaps menacent aujourd’hui cette euphorie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  On appelle les « cinq grands » : le buffle, le lion, le léopard, l’éléphant et le rhinocéros noir.

1L’Afrique du Sud, qui couvre une superficie de 1 219 912 km², offre une multitude de paysages variés ; aux étendues désertiques ou semi-désertiques de l’ouest du pays s’opposent les forêts tropicales ou les savanes du veld des régions orientales et septentrionales. Parcs nationaux où l’on peut apercevoir les big five1, grottes ou rochers tapissés de peinture dont les plus anciennes remontent à 28 000 ans, villages traditionnels zoulous ou ndebeles, font la richesse de ce vaste pays.

  • 2  L’Afrique du Sud a adopté la définition de l’Organisation Mondiale du Tourisme.
  • 3  À titre de comparaison, il est de 7,2 au Maroc en 2001 (le pays reçoit 4 millions de touristes int (...)

2L’Afrique du Sud a accueilli, en 2003, 6,5 millions de touristes internationaux2, dont 69,2% arrivent de pays africains et 30,8% d’outre-mer. Elle se classe au trentième rang mondial, derrière le Danemark et l’Irlande et se présente comme la principale destination touristique du continent africain. Le développement touristique du pays est relativement spectaculaire, la fréquentation a été multipliée par 6,4 entre 1990 et 2003. Durant la même période, le nombre d’habitants/touristes3 a connu un véritable saut, passant de 38 à 6,3.

  • 4  Les partisans de la liberté organisaient grèves et manifestations, qui se terminaient parfois dans (...)

3Le tourisme contribue à hauteur de 7,1% au PIB et emploie 510 000 personnes, soit 3% de la population active. La part du tourisme international dans les recettes touristiques du pays s’élève à 53,5% (6,79 milliards d’euros), contre 46,5% pour celle du tourisme national qui draine pourtant un plus grand nombre d’individus (28,8 millions). Si le tourisme international génère aujourd’hui d’importants revenus, il n’en a pas toujours été ainsi. En raison de sa politique ségrégationniste, appliquée officiellement avec l’arrivée au pouvoir des nationalistes en 1948, l’Afrique du Sud fut écartée du grand tourisme international. Durant plusieurs décennies, le pays, théâtre de nombreux affrontements4, fut potentiellement dangereux. L’abolition des principales lois d’apartheid, au seuil des années 90, devait permettre au pays d’entrer véritablement dans l’ère du tourisme.

4Depuis lors, le gouvernement travaille, par le biais de son département, à gommer l’image négative du pays. Des campagnes de promotion, visant surtout les clientèles africaines (des pays voisins), européennes et nord-américaines, mettent en avant tantôt le cachet européen des villes, tantôt le côté nature sauvage du pays.

5Une décennie après la fin du régime d’apartheid et le début du processus de touristification du pays comment se porte aujourd’hui le tourisme international en Afrique du Sud ?

De nombreux attraits touristiques mais une mise en tourisme tardive

6Parce qu’elle possède un véritable potentiel touristique, l’Afrique du Sud s’est rapidement imposée, au lendemain de son ouverture, comme une destination incontournable en Afrique.  

Un énorme potentiel touristique

7L’Afrique du Sud est dotée d’un capital touristique considérable. Le pays abonde en parcs nationaux et réserves (carte 1) où l’on peut observer les animaux en pleine nature. Les plages, où les vagues viennent mourir en rouleaux, comme à Jeffreys Bay ou Durban, sont un paradis pour surfeurs. Les montagnes recèlent des sentiers de randonnées, comme le Giant’s Cup (Drakensberg) ou le Blyderivierspoort (Blyde River Canyon).

  • 5  Le parc Kruger se situe à la frontière avec le Mozambique et le Zimbabwe. Couvrant  deux millions (...)
  • 6  Il se situe à une cinquantaine de kilomètres au nord de Port Elizabeth. Le nombre d’éléphants se m (...)
  • 7  Elle vise à la préservation des écosystèmes et au respect du milieu d’accueil (sensibilisation du (...)

8Les parcs et réserves constituent de loin les principaux attraits touristiques sud-africains. Le pays concentre plus de 140 parcs nationaux et réserves naturelles privées. Les plus connus et visités sont ceux où l’on peut voir les big five, tel est le cas du parc national Kruger5, dans le nord-est du pays. D’autres parcs, moins renommés, font également le bonheur des touristes, à l’instar d’Addo Elephant Park6 (photo 1), à côté de Port Elizabeth. L’ensemble des parcs nationaux, qui couvrent 6,3% du territoire, sont gérés par le South African National Parks (SANP). La plupart des parcs sud-africains proposent de nombreuses possibilités d’hébergement, du camping à la hutte entièrement équipée. La démarche écotouristique7, dont l’Afrique du Sud a fait une de ses priorités, trouve toute son application dans les réserves naturelles.

  • 8  La ville a bâti sa réputation sur les fermes d’autruches.

9Les attractions naturelles, comme le Cap de Bonne Espérance, la Montagne de la Table ou le canyon de Blyde River attirent également de nombreux touristes. Une partie ou la majorité de ces sites ont été transformés en réserves naturelles. Ils sont appréciés davantage pour leurs paysages que pour leur faune. On peut également citer comme attraction majeure les grottes de Cango Caves, à 30 km d’Oudthoorn8, qui furent habitées par les Bushmen pendant 5 000 ans. Des formations de stalactites et de stalagmites y sont visibles.

  • 9  À l’origine, cet itinéraire a été conçu pour les touristes sud-africains, en particulier pour ceux (...)
  • 10  On compte plus de 12 000 espèces de fleurs dans la seule province du Cap, dont 450 plantes indigèn (...)
  • 11  Effectivement jusqu’à la création de l’Union sud-africaine, en 1910, l’Afrique du Sud fut le théât (...)

10Des itinéraires relativement célèbres, comme les routes des vins et des jardins (carte 1), contribuent à la renommée touristique de l’Afrique du Sud. Suivre les routes des vins permet non seulement aux visiteurs de s’adonner à des dégustations, mais de découvrir l’histoire de la viticulture sud-africaine, grâce à des monuments (Huguenot Monument, Rhenish Complex) et musées (Stellenryck Museum, Huguenot Museum). La route des jardins9 suit le littoral, sur plus de 350 km, entre Mossel Bay et Port Elizabeth. Elle traverse des forêts indigènes, où poussent des éricacées, des protées ou des agapanthes qui appartiennent au royaume floral10 du Cap. Il existe d’autres itinéraires, moins célèbres mais nouvellement promus, comme la route des champs de bataille dans la région de Thukela au KwaZulu-Natal. Elle traverse des régions où eurent lieu les principaux conflits de l’histoire11 du pays entre les Voortrekkers (Boers) et les Zoulous (Blood River, 1838), ou entre les Britanniques et les Zoulous (Rorke’s Drift et Isandlwana, 1879).

  • 12  Johannesburg accueille environ 3,2 millions de touristes par an, contre 1,5 millions pour Cape Tow (...)
  • 13  Au Cap, les deux sites les plus visités sont la montagne de la Table (environ 600 000 visiteurs/an (...)
  • 14  Ce jardin, à l’origine un potager de dix-huit hectares, fut réalisé par van Riebbeeck pour ravitai (...)
  • 15  N. Mandela y fut prisonnier de 1964 à 1990.
  • 16  Les circuits touristiques dans les townships sont très controversés. D’aucuns critiquent le fait q (...)
  • 17  Débit de boisson illégal, à l’intérieur d’un township. Vestige de l’apartheid, le shebeen est souv (...)

11Les villes12 sud-africaines sont également attrayantes pour les touristes. Cape Town13, par exemple, peut se prévaloir de nombreux atouts (Newbould, 2000). La cité jouit d’un décor somptueux, au pied de la montagne de la Table et nichée au cœur d’une baie ouverte. Outre son site, elle renferme monuments historiques (le château de Bonne Espérance, l’église de Groot Kerk ou les Maisons du Parlement), musées (District Six, Bo-Kaap, Rust-en-Vreugd…) et jardins botaniques (Company’s Gardens14 et Kirstenbosch). Robben Island, une île15 située à une dizaine de kilomètres au large de la cité et qui est devenue célèbre depuis le long passage dans les murs de sa prison de Nelson Mandela, contribue également à l’attrait touristique de la cité. Dans les villes sud-africaines une sorte de tourisme culturel liée à la découverte des townships16 s’est développée. Ainsi à Johannesburg, plusieurs agences proposent des circuits à Soweto, incluant entre autres la visite de l’ancienne maison de N. Mandela, d’un shebeen17 et d’un camp de squatters.

Sources : South African National Parks ; SA Tourism

Carte 1 : La localisation des principaux parcs, itinéraires et sites d’excursion de l’Afrique du Sud

Carte 1 : La localisation des principaux parcs, itinéraires et sites d’excursion de l’Afrique du Sud

cliché de l’auteur

Photo 1 : La réserve naturelle d’Addo Elephant Park. Attroupement d’éléphants autour d’un des points d’eau du parc.

Une entrée récente mais remarquable dans l’ère du tourisme

12Bien qu’elle n’ait ni une ancienne, ni une riche tradition touristique, l’Afrique du Sud est devenue en l’espace de quinze ans une des destinations les plus prisées de l’Afrique sub-saharienne.

13Jusqu’au début des années 1990, le tourisme sud-africain, en raison de la politique  nationale d’apartheid qui fut institutionnalisée en 1948, ne connaît guère d’envolée. L’arrivée au pouvoir de Verwoerd en 1958, dont la politique consista à priver les Noirs sud-africains de tous leurs droits à la citoyenneté, les émeutes de Sharpeville en 1966, de Soweto en 1976 ou de Crossroad en 1984, contribuent à renvoyer une image négative de l’Afrique du Sud. Le nombre de touristes ne progresse que très lentement, il passe de 190 000 en 1960 à 403 000 en 1975 et à 702 000 en 1985.

Source : SA Tourism

Figure 1 : L’évolution du nombre de touristes internationaux entre 1990 et 2003

14La fin du régime d’apartheid accompagnée de la levée des sanctions économiques internationales, au seuil des années 1990, permettent au pays de s’ouvrir sur l’extérieur. À cette date, l’Afrique du Sud accueillait 1 million de touristes contre 6,5 millions en 2003 (fig.1), soit une croissance annuelle moyenne de 15,5 %. Deux phases se distinguent :

  • entre 90 et 95, le nombre de touristes croît régulièrement à un rythme soutenu. Le taux de croissance sur la période est de 403%. La fin institutionnelle de l’apartheid, la libération de N. Mandela et les premières élections libres font que le pays devient tout à coup très attractif ;

    • 18  Bien que le démantèlement de l’apartheid survint au début des années 90, les violences continuèren (...)

    entre 96 et 2003, la croissance moins appuyée est entrecoupée par une période de stagnation (1997) et de léger déclin (2001). La pauvreté de la stratégie marketing au niveau international, l’augmentation de la délinquance et de la criminalité, notamment dans les grandes métropoles, agissent alors comme des freins sur le développement touristique. Or on sait à quel point le tourisme international est sensible à la sécurité. Paradoxalement, c’est l’année où l’Afrique du Sud a été rayée de la liste des pays dangereux18 (en 1997) que l’on assiste à une légère décrue de la fréquentation.

15Entre 1990 et 2003, l’Afrique du Sud est passée du bannissement au plus grand pays d’accueil touristique du continent, devant la Tunisie (5 663 000 touristes en 2001), l’Egypte (4 431 000) et le Maroc (4 431 000). Elle est le parfait exemple que stabilité politique, développement économique et social riment avec développement touristique.

Les touristes : qui sont-ils, que font-ils et quand viennent-ils ?

16Parmi les flux touristiques qui convergent vers l’Afrique du Sud, plus des deux-tiers arrivent des pays voisins. Durant leur séjour, les touristes africains pratiquent surtout du shopping et profitent des distractions nocturnes. La fréquentation touristique outre-mer, quant à elle, largement dominée par une clientèle européenne, trouve sa raison d’être dans les réserves animalières et visites d’attraction naturelle. Si les pratiques ne sont pas les mêmes, l’ensemble des touristes affichent également des saisonnalités différentes.

Origines des touristes : la prédominance des Africains et des Européens

17Les deux principaux bassins émetteurs de tourisme pour la République Sud-Africaine (R.A.S.)  sont d’un côté l’Afrique et de l’autre l’Europe (fig.2).

Source : SA Tourism

Figure 2 : La provenance des touristes internationaux, en 2003 (en %)

  • 19  Pour ces même raisons, une majorité de Sud-africains ont tendance à partir en vacances en Namibie, (...)
  • 20  Mais la Namibie, administrée comme la cinquième province sud-africaine -la politique d’apartheid y (...)
  • 21  Organisation régionale de l’Afrique australe visant l’intégration économique des pays de la zone d (...)
  • 22  Les touristes mauriciens viennent surtout rendre visite à leurs familles ou amis installés au KwaZ (...)

18Sur les 6 500 000 touristes reçus en 2003, 63,1% arrivent des pays africains frontaliers ou enclavés dans l’Afrique du Sud (fig.3) et 6,1% de territoires africains plus éloignés géographiquement. Les deux États enclavés, le Lesotho et le Swaziland, avec respectivement 19,7% (1 280 000 touristes) et 12,3% (800 000) des flux totaux, se présentent comme les deux plus gros pays émetteurs. Le Botswana et le Zimbabwe constituent les deux autres plus gros foyers d’émission de la région. Le nombre de visiteurs botswanais s’élève à 799 000, celui des zimbabwéens à 580 000. La proximité explique cet afflux. Car ces touristes préfèrent se déplacer à l’intérieur d’aires culturelles familières19. Les mouvements touristiques intra-régionaux s’expliquent aussi par le poids des liens historiques et des rapports socio-économiques. Les pays frontaliers, en particulier la Namibie -qui fut annexée20 illégalement par l’Afrique du Sud en 1949-, le Lesotho et le Swaziland, ont longtemps constitué des foyers de main d’œuvre pour les mines et industries sud-africaines. Les autres pays africains constituent des foyers touristiques de plus petites tailles. Il s’agit essentiellement d’autres pays membres de la South African Development Community21 (SADC), comme la Zambie, le Malawi, l’Angola et la Tanzanie. Ces afflux ne sont pas étrangers aux mesures prises, par la SADC, pour promouvoir le tourisme entre les différents pays membres. Un organisme, le Regional Tourism Organization of Southern Africa (RETOSA), a été mis en place a cet effet. La principale mesure prise a été de créer un visa simplifié, visant à réduire les formalités d’entrée et de sortie. D’autres flux touristiques, plus secondaires, proviennent également du Nigeria (25 000 visiteurs), du Kenya (20 000) et de l’Ile Maurice22 (18 000).

Source : SA Tourism

Figure 3 : L’origine des principaux touristes africains en 2003

Figure 3 : L’origine des principaux touristes africains en 2003

Source : SA Tourism

Figure 4 : L’origine des principaux touristes européens en 2003

  • 23  Les Pays-Bas et l’Angleterre ont développé des colonies de peuplement en Afrique du Sud, notamment (...)

19Parmi la clientèle européenne, le Royaume-Uni (456 000 visiteurs) et l’Allemagne (257 000) se placent en tête. La France (128 000) et les Pays-Bas (121 000) arrivent en 3ème et 4ème position. L’Europe apparaît donc, de loin, comme le second pôle émetteur de touristes pour la R.A.S. (fig.4). Les liens historiques et héritages géopolitiques23 expliquent ici l’essentiel des flux. La fréquentation des touristes européens est également motivée par le faible, voire l’absence, de décalage horaire. L’Amérique du Nord se présente comme le troisième foyer d émission loin derrière l'Afrique et l'Europe. Les flux les plus massifs arrivent des Etats-Unis (187 000), un pays qui compte parmi les premiers contingents de touristes du monde.

20L’Asie, quatrième bassin émetteur, atteint difficilement la barre des 150 000 touristes. Trois pays constituent l’essentiel des flux : la Chine, l’Inde et le Japon. L’Asie reste un marché encore peu exploité par les Sud-africains, qui ont préféré axer leur politique de promotion touristique sur l'Europe. Enfin l’Australie et la Nouvelle-Zélande, avec respectivement 72 000 et 18 000 visiteurs, forment un cinquième pôle d’émission.

  • 24  Il s’agit d’une promenade en voiture, pratiquée dans les réserves, parmi les animaux sauvages.

21Les touristes outre-mer recherchent volontiers de l’exotisme (visite de réserves animalières : safaris-photos, game drive24) dans leur périple en terre africaine. Pour autant, le cachet européen des métropoles sud-africaines n’est pas pour déplaire à une majorité d’entre eux, rassurée par les coutumes anglo-saxonnes locales.

Les motifs de visite : le poids du voyage d’agrément et des déplacements d’affaires

22Sur les trois principaux motifs qui poussent les touristes à se rendre en Afrique du Sud (fig.5 et tab.1), deux relèvent du voyage d’agrément : les loisirs-détente-vacances (57,5% des visiteurs internationaux) et la visite à des parents ou à des amis (20,5%). Le troisième motif concerne les déplacements pour affaires (13,5%). Les motifs ayant trait aux sports (1,4%) apparaissent secondaires. La rubrique « autres » comprend les séjours liés à des préoccupations de santé, les voyages scolaires ou encore les déplacements religieux.

Source : SA Tourism

Figure 5 : Les motifs de visite des touristes internationaux, en 2003 (en %),

23Le groupe « loisirs, détente, vacances » réalise plus de la moitié des flux. Au total, 3 737 500 personnes viennent pour un véritable séjour de détente. Parmi elles, 60% sont des touristes régionaux, on dénombre surtout des ressortissants zimbabwéens, namibiens et angolais. Les vacanciers européens, optant pour les loisirs-détente-vacances, forment quant à eux un peu plus d’un quart des effectifs.

Source : SA Tourism

Tableau 1 : Les motifs de visite selon l’origine des touristes, en 2003, en %

  • 25  Entre 1860 et 1911, plus de 150 000 Indiens vinrent travailler dans les champs de canne à sucre du (...)

24Le nombre de touristes qui viennent rendre visite à des proches s’élève à 1 332 500. Les flux en provenance de l’Europe, notamment de l’Allemagne et des anciennes métropoles que sont le Royaume-Uni et les Pays-Bas, s’élèvent à 117 450 personnes. Si les visites des Indiens à leurs familles25 installées au KwaZulu-Natal sont secondaires (5000 personnes), en revanche, les flux en provenance des pays voisins se révèlent prépondérants : ils touchent 1 170 500 personnes. Entre 15 et 30% des touristes arrivant du Lesotho, du Swaziland, du Zimbabwe et du Botswana se rendent dans leurs familles vivant en Afrique du Sud. En provenance du Kenya, de l’Angola, de la Namibie et de la Zambie, les pourcentages des visiteurs pratiquant du tourisme affinitaire sont moindres, entre 8 et 12%.

  • 26  L’Afrique du Sud concentre 1500 centres de conférences, essentiellement répartis dans les villes d (...)

25Le tourisme d’affaires et de congrès, avec un peu plus de 877 500 individus, se porte bien. 61% de cette catégorie de touristes viennent en Afrique du Sud pour rendre visite à des clients. Les 39% restants viennent participer à des colloques26, réunions ou expositions. Un peu moins des deux-tiers de l’ensemble des touristes d’affaires sont des ressortissants de pays africains (Mozambique, Botswana, Kenya et Tanzanie). Les autres arrivent de pays industrialisés, en tête desquels la Grande-Bretagne, les Etats-Unis et l’Allemagne (Guébourg, 1999).

26Les manifestations sportives constituent des motifs de visite secondaires. Elles n’entraînent qu’une fréquentation touristique épisodique. En Afrique du Sud, ce sont les rencontres de rugby, et dans une moindre mesure les matchs de football qui attirent les touristes internationaux, en particulier régionaux. Ces activités drainent, en moyenne, 90 000 visiteurs étrangers par an. En 2003, le cricket fut à l’honneur. En effet, l’Afrique du Sud a organisé conjointement avec le Zimbabwe et le Kenya le championnat du monde de cricket. Près de 20 000 visiteurs internationaux ont fait le déplacement.

27Des pratiques d’activités et une fréquentation des espaces touristiques différenciées entre visiteurs africains et d’outre-mer

28En Afrique du Sud, les activités les plus pratiquées par l’ensemble des touristes étrangers sont par ordre décroissant le shopping, les sorties nocturnes, l’exploration de réserves naturelles, l’activité balnéaire et la découverte d’attractions naturelles (fig.6). Ces touristes sont peu friands, en revanche pour l’heure, des casinos et des parcs de loisirs, à l’exception toutefois de Sun City. Il s’agit d’un grand complexe de loisirs, né dans les années 1970, de l’imagination d’un riche sud-africain, Sol Ketzner. Il a été bâti dans l’ex-bantoustan du Bophutatswana. Lors de son ouverture en 1979, il se composait d’un hôtel et de son casino, d’un terrain de golf et d’un lac artificiel consacré aux sports nautiques. Depuis, il s’est enrichi de nouveaux hôtels, casinos, cinémas, restaurants et centres de loisirs (Entertainment Center, Lost City). Il reçoit trois millions de visiteurs par an, sud-africains et touristes étrangers confondus. Selon leur origine géographique, les individus affichent des comportements touristiques relativement différents.

  • 27  Effectivement, l’Afrique du Sud peut se targuer, en comparaison avec ses voisins, de disposer d’un (...)

29Principale puissance économique de la région, l’Afrique du Sud est considérée par les pays voisins comme un eldorado local. Ce n’est donc ni pour ses réserves, ni pour ses plages que les touristes régionaux viennent fouler le sol sud-africain, mais pour profiter de la richesse de ses activités commerciales27 (chalandage) et de ses distractions nocturnes (spectacles, boîtes de nuit, pubs). Parce qu’elle est une vitrine de l’Europe, la R.A.S. attire les élites botswanaises, zimbabwéennes ou encore swazilandaises. Les visiteurs africains profitent aussi de leur séjour pour s’adonner à la visite de musées et de monuments historiques.

Source : SA Tourism

Figure 6 : Les activités pratiquées par les touristes internationaux durant leur séjour en 2003 (en %)

Figure 6 : Les activités pratiquées par les touristes internationaux durant leur séjour en 2003 (en %)

Source : SA Tourism

Tableau 2 : Les provinces visitées par les touristes africains originaires des pays bordiers, en 2003 (en %)

30La proximité géographique est un facteur déterminant dans le choix de la destination (tab.2). Ainsi, la moitié des Botswanais voyageant en Afrique du Sud se rendent dans le Nord-Ouest, une des provinces sud-africaines frontalière, et dans le Gauteng, le cœur économique du pays. De même plus de 40% des contingents de touristes du Lesotho choisissent pour destination les proches provinces de l’Etat Libre et du Gauteng. C’est également pour des raisons de proximité géographique que les Namibiens préfèrent la destination du Cap et que les Mozambicains affectionnent la province limitrophe du Mpumalanga. Quoi qu’il en soit, un touriste régional sur deux passe ses vacances dans le Gauteng, à Johannesburg ou à Pretoria. Plus précisément, les provinces bordières sont en tête des destinations des touristes régionaux, car ces derniers choisissent de couvrir la distance en voiture ou en bus. 92,9 % des 4,5 millions de touristes africains entrent en Afrique du Sud par la route.

  • 28  Une partie de la chaîne montagneuse du Drakensberg (400 km) borde le KwaZulu-Natal et marque la fr (...)
  • 29  Le village de Lotlamoreng a été conçu par un prêtre et historien tsonga, pour sensibiliser les tou (...)

31Les touristes d'outre-mer adoptent des comportements dissemblables. Ils affectionnent surtout les visites de réserves et parcs naturels. Le parc Kruger, avec une fréquentation annuelle de 800 000 personnes, dont 50% d’ultramarins, reste la réserve la plus visitée du pays devant les parcs de Hluhluwe-Umfolozi et de Kgalagadi Transfrontier. Dans ces parcs, ils pratiquent des safaris-photos, des activités de randonnée et même du VTT. Durant leur séjour, plus d’un touriste outre-mer sur deux explore une réserve animalière. Au cours de leurs périples, ils privilégient également la découverte des attractions naturelles. Au Cap de l’Ouest, le Cap de Bonne Espérance et la montagne de la Table sont des sites incontournables. Au KwaZulu-Natal, le Drakensberg28 et la lagune de Sainte-Lucia, classée au patrimoine mondial de l’humanité, attirent un grand nombre de visiteurs. Les visites culturelles sont également au programme des touristes outre-mer. Le pays ne compte pas moins de cinq cents musées. Les plus visités sont ceux dédiés à l’histoire du pays, dont le South African Museum de Cape Town qui propose des vitrines consacrées aux cultures indigènes. Les circuits à l’intérieur des townships, les visites de monuments historiques et de villages culturels -permettant par exemple de découvrir le mode vie traditionnel de familles Tsonga (village Nyani dans la province du Cap Nord) ou Tswana (village de Lotlamoreng29 dans la province du Nord-Ouest)- sont également l’apanage des touristes d'outre-mer.

Source, SA Tourism

Tableau 3 : Les provinces visitées par les touristes d’outre-mer, en 2003 (en %)

  • 30  En réalité leur nombre est estimé à 4,5 millions, puisqu’un touriste se rendrait à deux ou trois r (...)

32Durant leur séjour, plus de la moitié des touristes d’outre-mer visitent le Cap de l’Ouest (tab.3). Cette tendance est surtout marquée chez les touristes européens puisque près des deux-tiers se rendent dans cette province. Au Cap de l’Ouest, le premier lieu de fréquentation des touristes, n’est ni le Cap de Bonne Espérance, ni la Montagne de la Table, mais le Victoria and Alfred Waterfront (V&A). Anciens docks réhabilités, le V&A a désormais une forte vocation récréative, il marie activités nautiques, ludiques et parcours historique et culturel. Il accueille près de 2 millions de visiteurs étrangers30 chaque année. Si plus de la moitié des touristes nord-américains, asiatiques, australiens et néo-zélandais font un séjour dans le Gauteng, une majorité d’Européens l’évitent, en raison notamment de la forte criminalité qui règne à Johannesburg, la principale ville provinciale. Pourtant la cité de l’or reste un point de passage obligé, son aéroport est une plaque tournante du trafic international. En somme, les touristes d'outre-mer portent surtout leur choix sur les provinces renfermant les sites touristiques les plus nombreux ou du moins les plus pittoresques.

La saisonnalité et la durée des séjours des touristes

33On distingue trois saisons touristiques en Afrique du Sud (Tourism Growth Strategy, 2002). La première s’étend de la fin septembre (début du printemps) à la mi-janvier. Les températures maxima oscillent durant cette période entre 19 et 25° au Cap, entre  21 et 24° à Johannesburg. La seconde saison, plus courte, a lieu en automne de la mi-mars à début mai. Une troisième saison se dégage, à la fin de l’hiver, de la mi-juillet à la fin août. La saison creuse intervient durant le début de l’hiver australe, à la mi-mai et se prolonge jusqu’à la mi-juillet. Une baisse notable de la fréquentation, en raison de la chaleur, est également visible de la mi-janvier à la mi-mars.

34Selon l’origine des visiteurs, il existe des variations en ce qui concerne la fréquentation et la durée du séjour (South African Tourism Index, 2002, 2003) :

    • 31  Dans la majorité des pays de la région, la fin de l’année scolaire a lieu au début du mois de déce (...)

    Les touristes Africains se rendent en Afrique du Sud, surtout durant les vacances scolaires31. Les pics les plus accentués ont lieu au mois de décembre. Ils viennent faire les achats de Noël, ou passer les fêtes chez des proches. Leur fréquentation est également soutenue durant les grandes vacances scolaires de juillet ou de août. Ces visiteurs d’origine africaine demeure en moyenne dix jours en Afrique du Sud. Leur séjour est certes plus court que celui des touristes d'outre-mer, par contre ils peuvent multiplier les voyages en raison de la proximité géographique. Parmi ces touristes régionaux, exception faite du Zimbabwe, il n’est pas étonnant de constater que le nombre de retraités (110 000 dont 65% de zimbabwéens) est infime.

  • La fréquentation des touristes d’origine européenne se concentre sur le printemps, de fin septembre à début décembre, puis à la fin de l’été de février à mars. On enregistre un pic pour les vacances de la Toussaint. En revanche, ils n’apprécient guère les chaleurs écrasantes des mois de décembre et janvier. Les touristes européens boudent également la saison hivernale. Comme les hivers peuvent être froids et pluvieux au Cap de l’Ouest, leur destination favorite, ils évitent donc cette saison. La durée moyenne des séjours des Européens est de 16,5 jours. Les séjours les plus courts sont à mettre à l’actif des Français et des Italiens, entre 12 et 13 jours. Les Britanniques et les Allemands, dont les effectifs touristiques se composent d’au moins 9% de retraités, réalisent, pour leur part, les vacances les plus longues (20 jours en moyenne).

  • La fréquentation des touristes nord-américains est à l’opposé de celle des touristes européens. Ils privilégient nettement la saison hivernale. Le pays, à l’exception du Cap de l’Ouest, jouit d’un climat sec et ensoleillé en hiver. Ils apprécient également les mois d’automne mais fuient la saison estivale, trop chaude. Les touristes nord-américains ne demeurent en Afrique du Sud en moyenne que quinze jours. Généralement, leur séjour à l’étranger est bref. Les retraités, en revanche, qui représentent entre 9 et 10% des effectifs, restent en moyenne plus longtemps entre 17 et 19 jours.

  • Quant aux touristes asiatiques et océaniens, leur fréquentation est assez régulière sur l’ensemble de l’année. Cependant si le mois d’octobre l’emporte nettement, nombreux sont ceux qui se rendent en Afrique du Sud au mois d’août. L’automne est aussi relativement prisé, la fréquentation ne diminuant véritablement qu’aux mois de mai et de juin à l’exemple des visiteurs européens. Les touristes asiatiques et océaniens réalisent les séjours les plus longs, d’une durée moyenne de 19 jours. Les Chinois et les Australiens, parce qu’il s’agit surtout de jeunes (un tiers de ces touristes ont entre 18 et 30 ans), sont au-dessus de la moyenne. Les Japonais en revanche, sont largement en-dessous, avec des séjours d’une durée de 13 jours. À l’image des nord-américains, les Japonais ont des congés de courte durée expliquant la brièveté de leur séjour à l’étranger.

Un secteur en plein essor mais encore perfectible

35L’activité touristique sud-africaine a réussi à rattraper son retard dans de nombreux domaines. Le parc hôtelier s’est amélioré et a suivi la demande, les politiques de valorisation se sont multipliées à l’étranger. Pourtant beaucoup reste à faire. Car la réussite de ce secteur passe entre autres par l’amélioration de la formation et une diminution de l’insécurité relevant de la petite ou grande criminalité.

Des structures d’hébergement satisfaisantes

  • 32  Il s’agit de petits complexes hôteliers de brousse.
  • 33  Protea Hotels a également développé des activités à La Réunion, en Egypte et au Nigeria.
  • 34  À ce jour, Accor possède un total de 2200 chambres en Afrique du Sud.

36En 2003, on a recensé en Afrique du Sud 11 500 centres d’hébergements touristiques, soit un total de 200 000 chambres comprenant 730 000 lits. La capacité d’hébergement a connu un accroissement de 21,5% entre 1995 et 2003. Dans le pays, l’offre d’hébergement est relativement diversifiée (tab.4), on compte, entre autres, 9 000 guest houses et Bed & Breakfast, 700 hôtels et 450 game lodges32 (Caniard, 2004). Les guest houses et les B&B enregistrent le développement le plus spectaculaire, leur nombre a été multiplié par 30 en l’espace de dix ans. En dépit de la prolifération des B&B, la Bed And Breakfast Association of South Africa (BABASA) espère maintenir un niveau élevé de services, sur lequel elle a fondé sa réputation (Boucher, Garbil, 2003). L’hôtellerie traditionnelle propose donc un total de 700 structures. Les catégories d’hôtels non classés sont les plus nombreux (59,8%), suivent les trois étoiles (22%) et les unes à deux étoiles (8%). Les parts des hôtels de catégorie supérieure (quatre étoiles) et de luxe (cinq étoiles) sont respectivement de 6,8% et de 3,4% (Hotels : Trading Statistics). Plusieurs groupes sud-africains dominent le secteur. Sun international possède un total de 6 600 chambres en Afrique du Sud. Protea33, autre leader local, détient une centaine d’hôtels, de trois à cinq étoiles, en Afrique australe. Enfin, le Southern Sun est également bien implanté avec ses 80 hôtels et ses 13 125 chambres, dont une majorité sous l’enseigne Holiday Inn. Le Souhern Sun a, de surcroît, établi un partenariat financier avec le groupe français Accor34, qui a implanté dans la région des hôtels de type Formule 1 ou Mercure. Une autre forme d’hébergement, le backpacker, mi-auberge de jeunesse, mi-chambre d’hôte, commence à fleurir, notamment dans les zones rurales. On en compte plus de 250 sur tout le territoire. Ces backpackers attirent surtout une clientèle jeune, en particulier européenne et australienne.

Tableau 4 : Le nombre de lits de certains types d’hébergement, en 2003

Source, SA Tourism

37Le poids de l’hébergement non marchand n’est pas négligeable en Afrique du Sud. Ainsi, 37% des touristes étrangers sont hébergés chez des proches (SA Tourism). Cette tendance est surtout marquée chez les touristes originaires du Lesotho (68,5%), de la Namibie (58,6%) et du Zimbabwe (55,9%). Parmi les touristes d'outre-mer, cette pratique est plus faible. Elle touche un peu moins de 10% d’entre eux. Le secteur marchand est surtout dominé par l’hôtellerie et le groupe guest house et B&B. 24,6% des touristes étrangers descendent à l’hôtel, contre 12% dans les guest houses et les B&B. Entre 40 et 50% des visiteurs en provenance du Malawi, de la Tanzanie, de l’Inde et du Japon choissent l’hôtel comme mode d’hébergement. Les B&B et guest houses attirent surtout les Mozambicains (32%), les Allemands (28%) et les Néerlandais (20,5%).    

38Le taux moyen d’occupation des chambres (des différents types d’hébergement marchand) a été de 57% en 2003, contre 53% en 2000 (Caniard, 2004) . En basse saison, ce taux ne dépasse pas les 50%. Trois villes, Johannesburg, Cape Town et Durban, enregistrent les plus forts taux annuels moyens d’occupation, compris entre 70 et 80%.

Des déplacements touristiques assurés par avion et automobile

39Sur les 6 430 000 touristes internationaux reçus en 2002, 29% sont arrivés par avion (Tourism and Migration, 2002). Ils ont été transportés sur les 60 compagnies aériennes desservant le pays, les principales étant la South African Airways (SAA) et la British Airways. Parmi ces touristes étrangers, 79% atterrissent à l’aéroport de Johannesburg, contre 19% à Cape Town et 1% à Durban.

40Sur les 4,5 millions de touristes africains, 7,1% utilisent l’avion comme moyen de transport (Tourism and Migration, 2002). Le reste entre en Afrique du Sud, comme déjà stipulé, par la route. Ils utilisent, pour l’essentiel,  leur propre véhicule.

41Un quart des touristes ultramarins choisissent de couvrir certains trajets, notamment entre Johannesburg et Cape Town, en avion. De nombreux vols intérieurs sont réalisés par la SAA, laquelle propose un vaste choix de vols quotidiens vers les sept aéroports régionaux (Port Elizabeth, East London, Kimberley, Upington…). Mais en réalité, les touristes d'outre-mer privilégient comme moyen de transport la voiture de location. On compte plusieurs dizaines d’agences de location en Afrique du Sud. De grandes enseignes internationales, comme Hertz, Avis et Budget, disposent de succursales dans tous le pays. Mais elles pratiquent des tarifs beaucoup plus onéreux que les nombreuses compagnies locales (Tempest,  Imperial). Les infrastructures routières sont généralement de bonne qualité, hormis dans certains ex-bantoustans.

  • 35  Non seulement les tarifs sont onéreux  : il faut compter 440 rands (55 euros) pour relier Johannes (...)

42Les touristes internationaux ne se déplacent que rarement en autocar35, sauf dans le cadre de voyages organisés. En moyenne chaque année, la trentaine d’autocaristes nationaux transporte 250 000 visiteurs. Ils travaillent en collaboration avec la centaine de tour-opérateurs locaux. InterCape, Greyhound et Translux, les trois plus gros exploitants de lignes d’autocar de la place, proposent un niveau de confort élevé (toilettes, air conditionné et vidéo).

  • 36  L’ensemble du parc ferroviaire est géré par la Spoortnet, une filiale de la société à capitaux pub (...)
  • 37  Plusieurs dizaines de milliers de touristes étrangers font en partie ou en intégralité le trajet c (...)

43Relativement peu de touristes voyagent par train36. Cette réticence peut s’expliquer par le fait que les gares ferroviaires sont souvent situées dans des quartiers malfamés, comme à Port Elizabeth ou Durban. La durée des trajets est également rédhibitoire. Il faut en moyenne 32 heures pour couvrir les 1 402 km séparant Johannesburg de Cape Town. Le circuit Pretoria-Cape Town est également effectué par le prestigieux Blue Train, qui remporte, en revanche, un franc succès auprès des touristes37 d’outre-mer. Peu de touristes régionaux (10 000 environ chaque année) utilisent le train pour se rendre en Afrique du Sud. Les liaisons restent peu fréquentes vers certaines destinations, un train circule entre Harare et Johannesburg une fois par semaine et entre Mbabane et Durban deux fois par semaine. Pour l’instant aucune liaison n’existe avec le Botswana. Seul le Mozambique (Maputo) dispose d’une liaison quotidienne vers Johannesburg.

Les recettes du tourisme international

44L’ensemble des touristes étrangers ont dépensé durant leur séjour en Afrique du Sud 6,8 milliards d’euros, notamment pour l’hébergement, le transport, les repas et les achats.

45Parmi les touristes d’outre-mer, les plus grosses dépenses sont réalisés par les Chinois. Ils déboursent en moyenne par jour, durant leur séjour, 189 euros soit 1494 rands (SA Tourism, 2003). Ils sont suivis des Brésiliens (151 euros), des Japonais (139 euros) et Européens (109 euros). Enfin, les dépenses journalières moyennes des touristes Africains sont comprises entre 1608 euros pour la Zambie et 100 euros pour le Lesotho.

46Qu’ils soient ressortissants japonais, brésiliens ou zambiens, les touristes les plus dépensiers sont les hommes d’affaires. Ils déboursent journellement une somme moyenne de 270 euros. Les touristes venus pour les loisirs et la détente dépensent environ 123 euros par jour, contre 80 euros pour ceux venus rendre visite à des proches.

47Sur les 6,8 milliards d’euros de recettes touristiques engrangées, 34,7% ont été réalisées par la seule province du Gauteng. Près de 60% des revenus de cette région (soit environ 4,1 milliards d’euros) ont été assurés par les touristes africains. Le Cap de l’Ouest et le KwaZulu-Natal contribuent respectivement pour 15,1% et 13,6% aux recettes touristiques. Dans ces provinces, entre 50 et 55% des revenus sont à imputer aux visiteurs européens. Avec des recettes s’élevant à 152 millions d’euros, le Cap Nord, est la province qui génère les plus petits revenus. Moins de 3% des touristes s’y rendent.

Structures d’encadrement et politiques de valorisation de l’activité touristique

  • 38  Ce ministère est également en charge de la protection de l’environnement, de la gestion des ressou (...)

48Pour gérer le secteur du tourisme en Afrique du Sud, le gouvernement a créé un office du tourisme (le South African Tourism Board [SATB]). Une des missions de ce département est de développer l’offre touristique, dans un but économique et social, en s’efforçant parallèlement de protéger l’environnement (Christie, Crompton, 2001). Cet office a été placé sous la houlette du ministère38 de l’Environnement et du Tourisme. À l’échelon provincial, il existe également des structures en charge du tourisme, à l’instar du Western Cape Tourism Authority ou du North West Parks and Tourism Board, dont le rôle est d’informer les visiteurs et de coordonner les actions et les projets touristiques qui émanent des décideurs locaux.

  • 39  Son slogan actuel : « Rendre possible l’impossible ».
  • 40  Signifie barbecue. Les Sud-Africains, en particulier blancs, aiment à se retrouver le week-end, en (...)

49  Depuis la mise en place d’un Livre Blanc en 1996, qui faisait état des forces et faiblesses de l’industrie du tourisme en Afrique du Sud (Department of Environmental Affairs and Tourism, 1996), le gouvernement s’est employé à transformer et à promouvoir ce secteur. C’est dans cette optique qu’a été créée la South African Tourism, dont le prédécesseur était la SATOUR, chargée de promouvoir le tourisme sud-africain au niveau international39. Elle mène des campagnes de promotions touristiques à l’étranger par le biais de ses neuf offices implantés en Australie (Sydney), en Asie (Beijing, Tokyo), en Europe (Paris, Francfort, Milan, Londres et Amsterdam) et aux Etats-Unis (New York). Ces campagnes visent à allonger la saisonnalité des touristes, notamment européens, et à augmenter la durée de leurs séjours. Dans les pays africains voisins, les charmes de l’Afrique du Sud sont vantés dans des spots publicitaires à la télévision. Ils mettent en valeur les villes sud-africaines qui y sont décrites comme des lieux privilégiés pour faire du shopping. On incite également les hommes d’affaires à venir y organiser des séminaires, colloques ou conférences. En Europe, en particulier, au Royaume-Uni, les actions de communication ont pris diverses formes. Plus de 80 taxis ont porté un petit drapeau sud-africain sur leur toit ou leur capot, à Manchester, Birmimgham et Londres. Certains chauffeurs de taxi ont été également chargés de distribuer des prospectus à leurs clients. Par ailleurs, plus de 60 000 brochures sont distribuées aux agents et tour-opérateurs anglais chaque année. Enfin, tous les deux ans se tient, à Londres, le « big braai40 ». Entre 17 000 et 20 000 visiteurs viennent découvrir, le temps d’un week-end, les délices de l’Afrique du Sud (dégustation de vin et de bière, braai, spectacle de danse et de chants). La SA Tourism dispose d’un budget de 38 millions d’euros, dont 69,1% accordés par le gouvernement, pour ces différentes campagnes de promotion.

  • 41  Une police touristique, sorte de groupe d’intervention, a été créée en 1995.
  • 42  En optant pour l’écotourisme, l’Afrique du Sud avait déjà pris des mesures en ce sens. Même si ces (...)

50Par ailleurs, le gouvernement, dans le cadre de son programme de lutte contre la pauvreté (Poverty Relief Fund), alloue 30 millions d’euros, chaque année, en partenariat avec le secteur privé, à l’amélioration de l’accueil touristique (formation de guides, sécurité des touristes41, perfectionnement des apprentissages des actifs du secteur) à travers le pays. Une partie de ces fonds sert également à financer des infrastructures touristiques notamment en milieu rural. Parallèlement, il a aussi annoncé la mise en place, dans le cadre de sa politique de valorisation d’un entrepreneuriat noir (Black Economic Empowerment), d’une étude visant à intégrer les communautés tribales42, et les populations noires en générale, dans le secteur touristique (Environmental Affairs and Tourism, 2003-04).

51La promotion du tourisme passe aussi par l’organisation de manifestations. Le salon Indaba, la foire sud-africaine du voyage et du tourisme, se tient chaque année au mois de mai à Durban. Il accueille 7 350 participants, dont des délégations de 79 pays. Le nombre d’exposants est de 1 300. Le « produit » Afrique du Sud est ainsi vendu au plus grand nombre mais surtout à des cibles prioritaires (Royaume-Uni, Allemagne, Etats-Unis), préalablement déterminées par le South African Tourism Board. Le salon Hostex, quant à lui, est dédié aux professionnels de l’hôtellerie et de la restauration. Il se déroule deux fois par an à Johannesburg et rassemble des responsables d’hôtels classiques, de Bed & Breakfast et de backpackers.

Faiblesses et handicaps du secteur touristique

52Pourtant aujourd’hui encore, en dépit des crédits alloués, des campagnes de promotion, subsistent d’énormes difficultés :

  • Le manque, voire l’absence, de sécurité, reste le problème le plus urgent à résoudre. Outre les petits larcins, comme les vols de portefeuilles ou d’objets de plus ou moins grande valeur (bijoux, montres, appareils photos), les touristes sont parfois victimes de hijackings (vols de voitures sous menace armée). En 2002, un touriste sur trente-sept a été victime d’une agression, ce qui représente tout de même 2,7% de la population touristique totale. Par ailleurs, près de 31,6% des touristes étrangers, qui se sont rendus en Afrique du Sud en 2003, estiment ne pas s’être sentis en sécurité durant leur séjour, notamment dans les grandes villes (SA Tourism). Pour lutter contre ce sentiment d’insécurité, le nombre de policiers a été augmenté dans les CBD. À Cape Town, les patrouilles se sont multipliées et des policiers à cheval ou en VTT sillonnent à longueur de journée les rues du centre-ville. Dans cette cité très prisée des touristes, la municipalité a mis un point d’honneur à ne pas laisser la délinquance prendre les mêmes proportions qu’à Johannesburg.

  • l’insuffisance des liaisons ariennes avec certains pays, notamment européens, peut également être un frein à l’essor de l’industrie touristique. Effectivement, l’évolution du trafic aérien ne suit pas le rythme croissant de la demande touristique. En l’état actuel des choses, il faudrait que le gouvernement accorde davantage de licences d’exploitation aux compagnies aériennes étrangères. Avec des mesures dans ce sens, La British Airways estime pourvoir augmenter de 30% le nombre de ses passagers (Boucher, Garbil, 2003).

  • le manque d’entretien des infrastructures routières en milieu rural constitue le troisième problème. Dans certains ex-bantoustans, les nids de poules, glissements de terrain et virages en épingles sont fréquents mais peu signalés. À proximité des villages, les animaux (vaches, chevaux), errant sur la chaussée, peuvent également représenter un danger.

  • le sous-équipement et la vétusté de certains hébergements touristiques, posent également problème. Beaucoup de chalets dans les parcs nationaux et de meublés ne répondent plus ni aux normes ni aux exigences de confort de la clientèle.

  • Enfin, la faiblesse de la formation constitue un handicap de poids. Sur les 512 000 personnes employées dans le secteur du tourisme, les deux-tiers n’ont pas suivi de véritables formations (Fontaine, 1999). Chaque année, en Afrique du Sud, 10 000 personnes sont formées, or les besoins sont estimés à plus de 25 000.

53Un certain nombre de facteurs limitent donc l’efficacité de l’activité touristique. L’Afrique du Sud se doit de rattraper au plus vite son retard pour s’imposer comme une destination phare.

54La mise en tourisme de l’Afrique du Sud est récente mais son développement a été spectaculaire. En moins de dix ans, elle a su s’imposer comme la première destination du continent africain. La fin du régime d’apartheid a permis au pays de renouer avec l’étranger et d’entrer dans l’ère du tourisme. Incontestablement cette politique d’ouverture a été couronnée de succès puisque le pays accueille aujourd’hui plusieurs millions de visiteurs étrangers. Les flux touristiques les plus massifs sont issus de pays limitrophes ou peu éloignés. Ils répondent à des logiques culturelles ou politiques. Des mouvements substantiels, souvent imputables à des liens historiques et héritages géopolitiques, proviennent également de l’Europe. Ce tourisme international est largement dominé par les séjours d’agrément et les déplacements pour affaires. Si les touristes africains sont attirés par les richesses commerciales de l’Afrique du Sud, les visiteurs d’outre-mer sont plutôt demandeurs de réserves animalières et de sites d’excursion célèbres. L’ensemble des touristes étrangers affichent des saisonnalités différentes selon leur nationalité. L’Afrique du Sud, en raison de ces saisonnalités décalées, connaît donc une fréquentation accrue une bonne partie de l’année.

55L’essor du tourisme est incontestable, mais beaucoup de chemin reste à parcourir. Certes, le gouvernement s’implique dans l’industrie du tourisme. Il mène, par le biais de la SA Tourism, diverses politiques de promotion touristique à l’étranger. Mais ces mesures seront-elles suffisantes quand le pays doit faire face à une insécurité grandissante, dont l’image négative est largement véhiculée par les médias internationaux ? La faiblesse de la  formation et le manque d’entretien des infrastructures routières en milieu rural sont autant d’handicaps à résoudre et de défis à relever.

56La décision de la FIFA d’organiser la coupe du monde de Football, en 2010, en Afrique du Sud devrait donner un second souffle au tourisme. Outre les retombées financières générées par les 250 000 visiteurs attendus et la mise en place de nouvelles infrastructures, le produit « Afrique du Sud », dont l’image flatteuse sera diffusée dans le monde entier, bénéficiera d’une vaste et ô combien profitable campagne de publicité.

Haut de page

Bibliographie

BOUCHER M., GARBIL B., 2003, L’hôtellerie en Afrique du Sud, Johannesburg, Mission économique. 4 p.

CANIARD M., 2004, Le secteur du tourisme en Afrique du Sud, au Botswana et en Namibie, Johannesburg, Mission économique. 5 p.

CHRISTIE T., D. CROMPTON, 2001, Tourism in Africa, African Working Paper Series, n°12, Banque Mondiale. 125 p.

Coast to Coast, 2002, Cape Town, Backpakers Guide, 219 p.

DEWAILLY J-M., FLAMENT E., 2000, Le tourisme, Paris, Sedes. 191 p.

Department of Environmental Affairs and Tourism, 1996, The Development and Promotion of Tourism in South Africa,White Paper, Government of South Africa, 39 p.

Environmental Affairs and Tourism, annual report, 2003-2004, 126 p.

DOR DE BERNONVILLE I., 1996, Afrique du Sud, Lyon, La Manufacture. 281 p.

DUHAMEL P., SACAREAU I., 1998, Le tourisme dans le monde, Paris, Armand Colin. 223 p.

FOLIO O., 1999, Articulation, connexité et linéarité des acteurs touristiques en espace capétonien, mémoire de maîtrise sous la direction de J-L Guébourg. 311 p.

FONTAINE G., 1999, « Étude générale du tourisme en Afrique du Sud  » in Tourisme, entreprises et espaces portuaires. p. 21-35.

GERVAIS-LAMBONY, P. (1997). L’Afrique du Sud et les États voisins, Paris, Masson et Armand Colin Ed. 255 p.

GUEBOURG J-L., 1999, « Le tourisme en Afrique du Sud : un développement récent » in Tourisme, entreprises et espaces portuaires. p. 5-20.

Hotels : Trading Statistics, 2003, Statistics South African, report P6441.

KNAFOU R., 1997, « Une approche géographique du tourisme », L’Espace géographique, n°3, p. 193-204

NEWBOULD S., 2000, Western Cape, a Tourism Blueprint Travel Guide, Minerlton, Tourism Blueprint. 128 p.

SINGLETON G., 1997, “The Ecotourism myth”, Earthyear, n°15, p. 30-34.

South African Annual Reports, 2003, South African Tourism, 59 p.

South African Tourism Index, quarterly reports, 2003

South African Tourism Index, quarterly reports, 2002

Tourism Annual Report, 2003, South African Strategic Research Unit, 105 p.

Tourism Growth Strategy, 2002, South African Tourism, 32 p.

Tourism and Migration, 2002, Stats SA, report n° 03-51-02

Haut de page

Notes

1  On appelle les « cinq grands » : le buffle, le lion, le léopard, l’éléphant et le rhinocéros noir.

2  L’Afrique du Sud a adopté la définition de l’Organisation Mondiale du Tourisme.

3  À titre de comparaison, il est de 7,2 au Maroc en 2001 (le pays reçoit 4 millions de touristes internationaux/an) et de 2,4 en Namibie en 2003 (700 000 touristes/an).

4  Les partisans de la liberté organisaient grèves et manifestations, qui se terminaient parfois dans des bains de sang, pour faire plier les suppôts de l’apartheid. Parallèlement, pour combattre le régime d’oppression, la lutte armée, qui donna lieu à des campagnes de sabotage, fut inévitable.

5  Le parc Kruger se situe à la frontière avec le Mozambique et le Zimbabwe. Couvrant  deux millions d’hectares, il s’étale sur deux provinces, celle du Mpumalanga et celle du Limpopo. Il abrite une faune variée (rhinocéros, buffles, lions, girafes, léopards…), on a recensé près de 150 espèces de mammifères, 507 d’oiseaux, 114 de reptiles.

6  Il se situe à une cinquantaine de kilomètres au nord de Port Elizabeth. Le nombre d’éléphants se monte à 320.

7  Elle vise à la préservation des écosystèmes et au respect du milieu d’accueil (sensibilisation du touriste). Mais elle passe aussi, le cas échéant, par une intégration et participation des populations locales dans l’activité touristique. Par exemple, le parc de Richterveld, à la frontière avec la Namibie, est co-géré par la South African National Parks et les Nama –beaucoup d’entre eux mènent encore sur ce territoire une vie plus ou moins traditionnelle de bergers semi-nomades. Les Nama reçoivent un loyer pour l’occupation des terres et ont pu bénéficier des emplois créés lors de la mise en place du parc.

8  La ville a bâti sa réputation sur les fermes d’autruches.

9  À l’origine, cet itinéraire a été conçu pour les touristes sud-africains, en particulier pour ceux vivant dans les étendues sèches du veld et susceptibles d’être attirés par le vert des forêts et le bleu de la mer. Il peut donc décevoir les touristes étrangers venus se dépayser.

10  On compte plus de 12 000 espèces de fleurs dans la seule province du Cap, dont 450 plantes indigènes.

11  Effectivement jusqu’à la création de l’Union sud-africaine, en 1910, l’Afrique du Sud fut le théâtre de nombreuses luttes pour la conquête du territoire. Des guerres Cafres (au nombre de huit, elles s’échelonnèrent de 1779 à 1853 et opposèrent les Xhosas aux  Boers), aux guerres anglo-boers (pour s’opposer à l’annexion britannique, les Boers prirent les armes, une première fois en 1881, puis une seconde fois entre 1899 et 1902), en passant par les batailles avec les Zoulous, toute l’histoire sud-africaine n’est ainsi qu’une succession de conflits pour la suprématie territoriale.

12  Johannesburg accueille environ 3,2 millions de touristes par an, contre 1,5 millions pour Cape Town et 1,2 millions pour Durban.

13  Au Cap, les deux sites les plus visités sont la montagne de la Table (environ 600 000 visiteurs/an) et Robben Island (400 000 visiteurs/an).

14  Ce jardin, à l’origine un potager de dix-huit hectares, fut réalisé par van Riebbeeck pour ravitailler en produits frais les navires de la Compagnie des Indes Orientales. Aujourd’hui métamorphosé en jardin d’agrément, il ne couvre plus qu’une superficie de six hectares.

15  N. Mandela y fut prisonnier de 1964 à 1990.

16  Les circuits touristiques dans les townships sont très controversés. D’aucuns critiquent le fait qu’on exploite la misère des gens pour le bon plaisir des touristes, d’autres au contraire estiment qu’il faut sensibiliser les touristes, par le biais de visites, aux problèmes des townships.

17  Débit de boisson illégal, à l’intérieur d’un township. Vestige de l’apartheid, le shebeen est souvent au programme des visites organisées dans les townships.

18  Bien que le démantèlement de l’apartheid survint au début des années 90, les violences continuèrent, notamment entre les partisans de l’African National Congress et de l’Inkhata Freedom Party. Ces conflits s’estompèrent après les premières élections démocratiques de 1994. Les luttes politiques ont fait plus de 15 000 morts dans l’ex-province du Natal.

19  Pour ces même raisons, une majorité de Sud-africains ont tendance à partir en vacances en Namibie, au Botswana ou au Zimbabwe.

20  Mais la Namibie, administrée comme la cinquième province sud-africaine -la politique d’apartheid y fut également appliquée-, n’accéda à l’indépendance qu’en 1990.

21  Organisation régionale de l’Afrique australe visant l’intégration économique des pays de la zone dans un marché commun (Gervais-Lambony, 1997). Elle comprend 13 pays : http://www.sadcreview.com/country_profiles/frprofiles.htm

22  Les touristes mauriciens viennent surtout rendre visite à leurs familles ou amis installés au KwaZulu-Natal, c’est-à-dire là où est concentrée la plus forte communauté indienne du pays.

23  Les Pays-Bas et l’Angleterre ont développé des colonies de peuplement en Afrique du Sud, notamment à Port Elizabeth et Durban. À East London, en revanche, les premiers colons, au nombre de 2 300 (dont 556 femmes et enfants), étaient allemands. Une poignée d’Huguenots français, chassée de France suite à la révocation de l’Edit de Nantes, s’installa également en Afrique du Sud et y créa des vignobles.

24  Il s’agit d’une promenade en voiture, pratiquée dans les réserves, parmi les animaux sauvages.

25  Entre 1860 et 1911, plus de 150 000 Indiens vinrent travailler dans les champs de canne à sucre du Natal. À la fin de leur engagement, une majorité d’entre eux décidèrent de rester en Afrique du Sud

26  L’Afrique du Sud concentre 1500 centres de conférences, essentiellement répartis dans les villes de Johannesburg, du Cap et de Durban.

27  Effectivement, l’Afrique du Sud peut se targuer, en comparaison avec ses voisins, de disposer d’un grand nombre de centres commerciaux, où sur plusieurs étages se côtoient boutiques de prêt-à-porter, cinémas, restaurants et fast food.

28  Une partie de la chaîne montagneuse du Drakensberg (400 km) borde le KwaZulu-Natal et marque la frontière naturelle avec le Lesotho. Le plus haut sommet culmine à 3 482 m (Ntabana Ntlenyana). Dans le Mpumalanga, le Drakensberg prend le nom de « Klein Drakensberg ».

29  Le village de Lotlamoreng a été conçu par un prêtre et historien tsonga, pour sensibiliser les touristes à des cultures traditionnelles en péril.  

30  En réalité leur nombre est estimé à 4,5 millions, puisqu’un touriste se rendrait à deux ou trois reprises, au cours de son séjour au Cap, au V&A.

31  Dans la majorité des pays de la région, la fin de l’année scolaire a lieu au début du mois de décembre et la rentrée s’effectue à la mi-janvier. Les cours sont entrecoupés par deux semaines de vacances au mois d’avril, trois à quatre semaines au mois de juillet-août et deux semaines au mois d’octobre.

32  Il s’agit de petits complexes hôteliers de brousse.

33  Protea Hotels a également développé des activités à La Réunion, en Egypte et au Nigeria.

34  À ce jour, Accor possède un total de 2200 chambres en Afrique du Sud.

35  Non seulement les tarifs sont onéreux  : il faut compter 440 rands (55 euros) pour relier Johannesburg au Cap, mais le voyage, de 19 heures, est particulièrement éreintant.

36  L’ensemble du parc ferroviaire est géré par la Spoortnet, une filiale de la société à capitaux publics Transnet.

37  Plusieurs dizaines de milliers de touristes étrangers font en partie ou en intégralité le trajet chaque année. Il faut débourser entre 16 000 et 18 000 rands pour un compartiment luxueux, comprenant deux couchettes, en  basse saison, et entre 19 000 et 20 000 rands en haute saison.

38  Ce ministère est également en charge de la protection de l’environnement, de la gestion des ressources marines, et de la biodiversité.

39  Son slogan actuel : « Rendre possible l’impossible ».

40  Signifie barbecue. Les Sud-Africains, en particulier blancs, aiment à se retrouver le week-end, en famille ou entre amis, autour d’un braai.

41  Une police touristique, sorte de groupe d’intervention, a été créée en 1995.

42  En optant pour l’écotourisme, l’Afrique du Sud avait déjà pris des mesures en ce sens. Même si ces dernières apparaissent encore pour l’heure insuffisantes.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Sources : South African National Parks ; SA Tourism
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/2954/img-1.png
Fichier image/png, 65k
Titre Carte 1 : La localisation des principaux parcs, itinéraires et sites d’excursion de l’Afrique du Sud
Crédits cliché de l’auteur
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/2954/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Crédits Source : SA Tourism
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/2954/img-3.png
Fichier image/png, 2,1k
Crédits Source : SA Tourism
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/2954/img-4.png
Fichier image/png, 3,2k
Crédits Source : SA Tourism
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/2954/img-5.png
Fichier image/png, 2,8k
Titre Figure 3 : L’origine des principaux touristes africains en 2003
Crédits Source : SA Tourism
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/2954/img-6.png
Fichier image/png, 2,8k
Crédits Source : SA Tourism
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/2954/img-7.png
Fichier image/png, 3,0k
Crédits Source : SA Tourism
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/2954/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Crédits Source : SA Tourism
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/2954/img-9.png
Fichier image/png, 2,8k
Titre Figure 6 : Les activités pratiquées par les touristes internationaux durant leur séjour en 2003 (en %)
Crédits Source : SA Tourism
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/2954/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Crédits Source, SA Tourism
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/2954/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/2954/img-12.png
Fichier image/png, 5,0k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Annick Lamy-Giner et Jean-Louis Guébourg, « Le tourisme international en Afrique du Sud », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 331, mis en ligne le 12 décembre 2005, consulté le 22 août 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/2954 ; DOI : 10.4000/cybergeo.2954

Haut de page

Auteurs

Marie-Annick Lamy-Giner

CREGUR, université de la Réunion, France
lamyann@hotmail.com

Articles du même auteur

Jean-Louis Guébourg

CREGUR, université de la Réunion, France
jean-louis.guebourg@univ-reunion.f

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page