Navigation – Plan du site
1996
Les Bonnes Feuilles du PIRVILLES

Comprendre le passé : une condition essentille pour la reconstruction des villes de l’après-apartheid et la compensation des victimes

Communication aux journées internationales du PIRvilles, La recherche sur la ville en Afrique du Sud, 12-13/11/1996
Susan Parnell et Owen Crankshaw

Texte intégral

1Seule une approche pragmatique et systématisée du passé peut satisfaire l'opinion publique qui réclame réparation pour les victimes du système de l'apartheid et la construction de cités plus équitables dans l'Afrique du Sud de l'après apartheid. Nous estimons que les politiques raciales, appliquées dans les villes ne doivent pas être considérées isolément dans la mesure où l'apartheid a complètement dénaturé les modèles d'urbanisation. L'héritage des manipulations pratiquées dans les villes au temps de l'apartheid se reflète dans le Programme de Reconstruction et de Développement (PRD) et notamment dans le programme d'assistance au logement. Nous concluons donc que les initiatives actuelles en matière de logement ne font qu'asseoir les modèles d'urbanisation et de migration qui ont caractérisé l'apartheid. Nous estimons que la reconstruction urbaine doit émerger d'une compréhension globale des retombées de l'apartheid sur la structure de la hiérarchie urbaine, sur les rapports entre les races et le développement des villes en Afrique du Sud.

INTRODUCTION

2La fin de l'apartheid ouvre des horizons uniques pour une reconstruction sociale, organisationnelle voire physique. Mais le succès des initiatives post-conflictuelles n'est possible que si celles-ci sont clairement définies. Deux textes présentent les projets du gouvernement en matière d'avenir urbain : le Programme pour la Reconstruction et le Développement (PRD) et le Document sur les Stratégies urbaines (1). La réalisation de ces objectifs dépend certes des ressources disponibles mais aussi et surtout d'une compréhension globale de l'environnement social, économique et politique - en d'autres termes d'une parfaite connaissance de la conjoncture dans laquelle s'inscrira la reconstruction. La reconstruction dans les conditions de l'après-apartheid ne sera couronnée de succès que si nous appréhendons les retombées de la politique passée. Nous nous efforcerons d'examiner cet aspect de la question. Nous considérons en effet que l'héritage du passé a été quelque peu sous-estimé au moment d'élaborer les initiatives de reconstruction urbaine. Il est par conséquent nécessaire de se pencher plus attentivement sur le caractère et le fonctionnement de la ville de l'après-apartheid.

3La politique urbaine actuelle tente d'effacer les traces de l'apartheid. La compensation et la reconstruction sont des réponses directes à l'inéquité et aux injustices des 40 dernières années. Ainsi les victimes de l'apartheid ont été classées comme suit : les sans abri, les mal logés, les victimes de déplacements forcés dictés par le racisme (2). C'est pour répondre à leurs besoins que le gouvernement a mis en place un vaste programme d'hébergement à prix modique de même qu'un Tribunal des affaires foncières. Pourtant la voie choisie pour réparer les injustices de l'apartheid pourrait en fait renforcer et perpétuer les iniquités. L'incapacité de rompre avec le passé découle, en partie du moins, de la compréhension incomplète des politiques de l'apartheid.

4En Afrique du Sud la suprématie des Blancs s'appuyait sur diverses stratégies avec un seul et même objectif : diviser pour mieux régner. Les plaies de l'apartheid ne sont pas toutes d'ordre racial et les cicatrices ne sont pas l'apanage des Noirs uniquement. Dans l'incapacité de reconnaître ce fait la réparation et la reconstruction risquent de reposer sur une approche sentimentale du passé, une vision naïve où l'harmonie raciale, l'équité sociale et le développement durable des villes dépendraient uniquement des bonnes intentions contenues dans le PRD.

5Les conséquences de l'apartheid ont été simplifiées à outrance. La ségrégation raciale ne fut qu'un des nombreux mécanismes visant à diviser la société sud-africaine et imposer une suprématie raciale. Il y a plus d'inégalités structurales que de racisme dans les villes d'Afrique du Sud (3). Aussi le gouvernement de l'après apartheid doit faire beaucoup plus qu'abolir la législation ségrégationniste pour atteindre les objectifs du PRD et assurer des logements et des emplois pour tous. L'essentiel est de reconnaître la hiérarchie du pouvoir social, économique et territorial au sein de la communauté noire.

6Identifier les mécanismes de l'apartheid pour diviser et régner est une tâche difficile et pourtant essentielle si l'on désire rompre définitivement avec le passé et mettre en place des stratégies de développement urbain équitable. Pour commencer il faut reconnaître que tous les Noirs ne vivaient pas dans les mêmes conditions et le gouvernement de l'apartheid n'en était que trop conscient malgré son idéologie et ses définitions en matière de race.

7La politique d'apartheid à l'égard des non Blancs n'a jamais été définie une fois pour toutes. Reconnaître les disparités dans la façon de traiter les différentes catégories raciales démontre qu'il est absurde de loger à la même enseigne toutes les populations désavantagées. D'aucuns ont du mal à reconnaître les privilèges même relatifs dont ils ont jouis sous l'apartheid, mais cette démarche est essentielle si nous voulons appliquer efficacement les programmes de réparation et de reconstruction. L'apartheid a complètement déformé les modèles d'urbanisation africaine, l'organisation et la gestion des villes et des cités. Les stratèges de l'apartheid étaient racistes mais l'efficacité de leurs actions dépendait aussi des divisions sociales et structurales. Dans les pages qui suivent nous examinons l'impact de la ségrégation raciale sur l'urbanisation et l'application des politiques urbaines et expliquons pourquoi la politique actuelle antiraciste échoue dans sa démarche pour liquider les séquelles du passé et assurer un espace urbain viable et équitable pour tous.

DIFFORMITÉS RACISTES, SOCIALES ET SPATIALES ENGENDRÉES PAR LES POLITIQUES URBAINES SOUS L'APARTHEID

8Le pouvoir de l'apartheid se fondait sur la réglementation de l'urbanisation africaine. Les planificateurs de l'apartheid avaient compris que la localisation des services aussi rudimentaires fussent-ils, était un mécanisme puissant de contrôle social. Nous comprenons maintenant ce qui distinguait les Africains des villes de ceux qui y furent interdits d'accès par le contrôle des flux migratoires (4). Les Africains des villes jouissaient de meilleures conditions comparés à ceux qui habitaient les campagnes. Mais les citadins ne formaient pas un groupe homogène. L'apartheid ne creusait pas seulement un fossé entre les Africains des villes et des campagnes, la classe ouvrière urbaine était également fortement divisée.

9Aux termes du Natives Act de 1923 (Loi sur les Indigènes des villes) les Africains ne bénéficiaient pas d'une résidence permanente dans les villes. Toutefois une partie des travailleurs des villes jouissaient de facto sinon de jure d'un statut de citadins. Un emploi stable et un logement loué - donc une relative stabilité - caractérisaient certaines familles nucléaires chrétiennes comparée à l'incertitude qui était le lot des résidants des foyers pour travailleurs, des sous-locataires et autres habitants des taudis dans les townships et les banlieues. Malgré leurs tribulations, suite à la destruction des taudis ou aux déplacements forcés au siècle dernier, certains Africains ont su acquérir des compétences, trouver du travail et un logement municipal dans les villes. Cette catégorie de travailleurs est la plus à même de profiter des possibilités, offertes par l'après apartheid. Habitant des HLM dont ils sont maintenant propriétaires, ces citadins peuvent mieux bénéficier des opportunités offertes par l'Afrique du Sud du post-apartheid que ceux restés dans les réserves, travailleurs journaliers non qualifiés ou travailleurs itinérants dans les villes. Certes, la dignité des citadins africains a été bafouée par l'application rigoureuse des lois sur les laissez-passer et l'accession à la propriété, toutefois de nombreux Africains considéraient les HLM comme leur maison (5). Cette stabilité relative s'est confirmée par le refus des locataires des townships de quitter leurs logements au moment du boycott des loyers de 1980 (6). Les habitants de townships tels que Claremont, Soweto ou New Brighton ont bénéficié d'une stabilité exceptionnelle : la plupart ont vécu plus de 50 ans avec les mêmes voisins. La communauté urbanisée et en particulier les descendants des premiers locataires de HLM représentent l'élite de la communauté africaine (7).

10Tout autre était le statut des travailleurs itinérants. Parqués dans des foyers ou dans les quartiers des domestiques, ces travailleurs africains occupaient et occupent encore des emplois subalternes et précaires. Le contrôle du flux migratoire, l'emploi et l'habitat dans les zones urbaines sont étroitement liés. Les travailleurs itinérants étaient rigoureusement surveillés par l'administration de l'apartheid et n'avaient pas d'autre choix que de s'établir hors des villes. Le statut de résidant urbain ne pouvait être acquis qu'après des années et des années de travail dans la ville (8).

11Dans les villes, les planificateurs de l'apartheid avaient mis en place une véritable pyramide hiérarchique dont la base se composait d'immigrants clandestins. Parqués dans des arrières cours et sous-locataires de taudis ces travailleurs occupaient les emplois les plus dévalorisés ou cherchaient du travail au noir, ne possédaient aucun permis et par conséquent échappaient aux règlements de l'apartheid, qui liait l'emploi au logement. Dès l'abolition du contrôle sur le flux migratoire les clandestins des villes squattèrent des campements ; ceux-ci pullulèrent à la fin des années 80 et au début des années 90 (9), et en particulier à Johannesburg, Durban et East London. Dans les années 70, le gouvernement de l'apartheid entreprit de décentraliser et déconcentrer l'industrie afin de déplacer les Africains des villes. Relégués dans des agglomérations déplacées, les Africains dépendaient entièrement de l'État pour les infrastructures et l'octroi de subventions susceptibles d'attirer des investisseurs et de créer des emplois (10).

12Les intérêts de cette catégorie de citadins différaient de ceux des autres résidants des métropoles ou Africains des villes, de même que de ceux jouissant de conditions plus ou moins favorables dans les bantoustans.

13Définir les bantoustans comme des réserves rurales c'est oublier que dès les, années 70 ceux-ci connurent une forte urbanisation et que les conditions de vie y variaient énormément. L'apartheid a nourri les différences sociales même dans les bantoustans. Les principaux bénéficiaires étaient les fonctionnaires des villes comme Thohoyandou ou Bisho qui recevaient des subventions pour acquérir des logements et jouissaient des infrastructures modernes dans ces villes nouvelles.

14Mais derrière les centres commerciaux rutilants, les rues éclairées et le réseau de canalisation des centres administratifs des bantoustans se cachait une toute autre réalité. Une réalité que l'on pouvait difficilement qualifier d'urbaine. Dans les villes sud-africaines des dizaines de milliers de personnes dormaient à même la rue, sur les grilles des égouts, sans accès aux emplois, aux services ou à la terre qui leur aurait permis de survivre (11). Dans les homelands tentaculaires (comme Bothshabelo qui comptait près de 500 000 habitants mais ne figurait pas sur les cartes), les conditions de vie étaient tout aussi abominables. Les agglomérations urbaines, déplacées par l'apartheid favorisaient l'apparition d'un habitat éloigné de l'emploi. La politique actuelle qui est d'équiper les campements d'eau courante et de fournir des logements, crée des emplois à court terme mais ne résout pas les problèmes à long terme. De plus on peut se demander s'il est opportun de faire dépendre les personnes ou les municipalités des subventions aux transports qui rendent acceptable la distance jusqu'au lieu de travail pour des communautés déplacées comme celle de Bothshabelo.

15Le débat porte donc sur deux aspects différents. Rappelons premièrement que l'apartheid résidentiel a élargi le clivage racial, social et spatial au sein de la communauté africaine. Deuxièmement nombre d'Africains étaient extrêmement pauvres faute d'accès à la terre et aux emplois dans les villes. Paradoxalement, le nouveau gouvernement semble avaliser la structure urbaine héritée de l'apartheid. Il investit largement dans la structure résidentielle léguée par l'Etat colonial et l'apartheid grâce au PRD et au programme de subventions au logement.

LA NOUVELLE AFRIQUE DU SUD ET LES POLITIQUES URBAINES HERITÉES DE L'APARTHEID

16L'objectif du Programme de reconstruction et de développement est de réparer les torts causés par l'apartheid. Toutefois le PRD peut perpétuer involontairement nombre de divisions sociales, engendrées par la politique du Parti National dans la mesure où le PRD ne prend en compte que l'inégalité raciale imposée par l'apartheid et occulte ainsi le principal objectif de l'apartheid qui était de creuser un fossé entre les Africains des villes et ceux des campagnes en limitant l'urbanisation des Africains et en créant le système de travail itinérant. Par conséquent le nouveau gouvernement a hérité d'une population nombreuse vivant dans des baraques à la campagne, des campements de rétablissement éloignés et des foyers déplacés. Pour satisfaire les besoins urgents de ces groupes désavantagés, le PRD fournit des logements à la campagne et rénove les foyers de travailleurs dans les villes. Pourtant le nouveau gouvernement peut-il simplement améliorer les conditions de vie d'une population défavorisée dont le dénuement est dû à l'impossibilité d'accéder au travail dans les villes. Le PRD ne devrait-il pas plutôt essayer de détruire les modèles d'habitat créés par l'apartheid au lieu de les “couler dans le béton” au sens propre du terme ?

POLITIQUE ET PRATIQUE

17Le nouveau gouvernement tente d'enrayer les inégalités engendrées par l'apartheid en subventionnant les logements et en fournissant des services aux plus démunis. Plus des deux tiers des subventions au logement sont octroyées aux ménages gagnant moins de 1500 rands par mois (12). Les aides au logement et les services sont également destinés aux paysans pauvres et aux travailleurs itinérants. Les fonds provinciaux qui régissent les dépenses pour l'habitat et les services bénéficient d'une prime de 25% en faveur des ruraux : un rand par citadin contre 1,25 rand par paysan (13). Le gouvernement s'est également et explicitement engagé à améliorer les conditions de vie des résidants des foyers. Ces derniers ont le choix entre un logement familial pour lequel ils reçoivent une subvention de 15 000 rands ou le foyer avec une subvention de 3 700 rands (14) Si un travailleur choisit de rester au foyer il peut quand même toucher la totalité de la subvention pour son logement permanent, que ce dernier soit en ville ou à la campagne (15).

18Les objectifs du gouvernement sont clairs : aider les personnes qui ont le plus souffert de la discrimination. Son action peut pourtant avoir des conséquences graves bien qu'involontaires. En accordant des subventions à l'habitat dans les districts ruraux et aux travailleurs itinérants le gouvernement avalise de fait les modèles d'urbanisation imposés par le Parti National grâce au contrôle du flux migratoire, aux déplacements forcés et aux bantoustans. Au lieu de trancher (en finir avec la politique d'urbanisation de l'apartheid ou la perpétuer), les initiatives du PRD ne font que maintenir le statu quo. Pourquoi en est-on arrivé là ?

POURQUOI LES INITIATIVES DU PRD N'ONT ELLES PAS MIS FIN A LA POLITIQUE D'URBANISATION DE L'APARTHEID

19Une des raisons qui explique l'absence d'une politique nouvelle d'urbanisation est que le gouvernement considère le travail itinérant comme un phénomène temporaire, engendré par la politique de l'apartheid. Il estime que l'abolition du contrôle du flux migratoire entraînera à terme l'établissement définitif de la population rurale dans les villes et les cités. Par conséquent au lieu de mettre en place une nouvelle politique d'urbanisation on a préféré satisfaire les besoins des migrants ruraux à court terme. Le PRD est formulé en ces termes :

20- la main d'oeuvre itinérante, conséquence de la politique de recrutement appliquée autrefois, persistera dans l'immédiat.

21- Certains type de logements sont donc nécessaires pour les travailleurs itinérants et pour ceux qui font la navette entre la campagne et la ville (16).

22La nouvelle Stratégie de Développement urbain ne contient pas non plus de nouvelle politique d'urbanisation et se demande si les villes sud-africaines ne se développent pas trop vite. Le document conclut que “... l'urbanisation de l'Afrique du Sud de l'après apartheid évoluera normalement... il n'y a donc pas lieu d'appliquer une politique interventionniste qui freinerait l'urbanisation (17).

23Une seconde raison pouvant expliquer l'absence de politique d'urbanisation est le lien qui unit le PRD et le ministère du Logement. Le ministère accorde peu d'importance à l'emplacement des logements à construire et des services à fournir dans la mesure où il doit résoudre d'autres problèmes importants. Laissant de côté la politique d'urbanisation, le débat a buté sur l'impasse de l'attribution des logements (18), les rôles respectifs du secteur public et du secteur privé dans le financement des logements à bas prix (19) et sur l'opportunité pour les plus démunis d'être locataires ou propriétaires (20). Peut-être est-ce trop demander au ministère que d'élaborer une politique d'urbanisation globale, mais en l'absence d'un mécanisme interministériel, aucun autre organe n'est à même de se charger de cette tâche cruciale (21).

24Un troisième élément qui pourrait expliquer l'incapacité du gouvernement à en finir avec l'urbanisation, héritée de l'apartheid est son attitude anti-urbaine. Pour preuve les propos du ministre du logement sur le schéma de l'habitat rural éloigné qui espère-t-elle : “...découragera les gens à se laisser tenter par les promesses douteuses qui scintillent dans les lumières éclatantes mais trompeuses des villes”.

POURQUOI AVONS-NOUS BESOIN D'UNE POLITIQUE URBAINE CLAIREMENT DEFINIE

25Le problème, et nous l'avons déjà souligné, est que le gouvernement déclare vouloir mettre en place de nouveaux modèles d'urbanisation alors qu'il se limite à l'octroi de subventions au logement. Nous essaierons de démontrer qu'à long terme cette approche pourrait miner de facto les objectifs du PRD et renforcer les inégalités parmi la population africaine. Quelles sont ces inégalités et comment peuvent-elles être aggravées par la politique actuelle du logement actuelle ?

26Nous considérons que la nouvelle tendance d'octroi de subventions dans les régions à “tenure” tribale porte préjudice aux Africains des campagnes qui aimeraient avoir leur part du marché du travail et du logement dans les villes. En autorisant les chefs des tribus à distribuer les subventions, l'État renforce les structures tribales traditionnelles et étaye la “tenure” tribale des terres. D'où le problème d'avoir associé subventions de l'État et “tenure” tribale.

27Et si cette forme de propriété favorise ceux qui optent pour un mode de vie rural, elle est un véritable obstacle pour ceux qui veulent participer à l'économie urbaine. “Posséder” une maison dans le système de la “tenure” tribale n'en fait pas un bien transférable. Il est impossible d'obtenir un prêt sur une propriété en “tenure” tribale pour essayer d'acheter un logement en ville. La “tenure” tribale court-circuite la mobilité de la main d'oeuvre. Pour posséder une maison en “tenure” tribale, elle doit être habitée par un membre de la famille : ainsi les ménages doivent-ils se séparer pour avoir simultanément accès à un logement et à un emploi. Dans le système patriarcal, les femmes et les hommes n'ont pas les mêmes droits vis à vis de la terre (22). Il est également possible que les hommes exigent des femmes qu'elles demeurent à la campagne, les privant ainsi de la chance de trouver un emploi dans les villes.

28La politique actuelle menace également de figer le modèle déformé de l'urbanisation de l'apartheid. Au temps de l'apartheid, les cités africaines furent déplacées vers les bantoustans qui se trouvaient à la périphérie du marché de l'emploi (23). Des agglomérations se sont formées soit en repoussant la population africaine loin des fermes et cités blanches vers les bantoustans, soit. par l'installation spontanée de paysans dans les bantoustans (24). Ainsi des agglomérations sauvages ont poussé à la périphérie des bantoustans : à proximité des métropoles mais hors de portée du contrôle des flux migratoires. Certaines de ces agglomérations se trouvent à une proximité raisonnable des emplois (25). La plupart toutefois en sont fort éloignées. Ce sont des cités dortoirs, pratiquement privées d'infrastructures urbaines, commerciales ou industrielles. Leurs résidants font la navette jusqu'à leur lieu de travail ou vivent loin de leurs familles et de leurs maisons. Bothshabelo (à 60km de Bloemfontein), Kanyamazane (à 20km de Nelspirit), Winterveld, Mabopane et de nombreuses autres agglomérations dans le KwaNdebele(entre 30 et 110 km au nord de Pretoria) sont des exemples de ce type d'habitat.

29Tous les résidants de ce type d'agglomérations peuvent bénéficier de subventions au logement pour acheter de vraies maisons ou rénover leur logement. Mais est-ce dans leur intérêt à long terme ? Il est évident que ces agglomérations déplacées ne seront jamais que des cités dortoirs. Et si les équiper d'eau courante et construire quelques vraies maisons peut fournir quelques emplois à court terme, il ne crée pas de perspectives à long terme. Les habitations peuvent être rénovées avec les subventions accordées par l'État, mais ces cités ne deviendront jamais des cités viables avec des emplois et des infrastructures. Et comme au temps de l'apartheid, les travailleurs seront condamnés à effectuer de longs trajets quotidiens ou connaîtront le sort des migrants. Et même si l'État est prêt à payer le prix pour assurer les transports nécessaires à ce type d'agglomérations, les travailleurs ne seront jamais vraiment dédommagés des inconvénients de ce mode d'urbanisation (26).

30Nous avons expliqué comment les politiques d'urbanisation de l'apartheid ont empêché les ruraux et les résidants des agglomérations déplacées de participer pleinement au marché de l'emploi. Les Africains ont été forcés de devenir des travailleurs itinérants. Nous avons également démontré que la politique actuelle ne fait que perpétuer les modèles urbains de l'apartheid. Pour réparer les injustices passées, l'État octroie aux travailleurs itinérants des fonds pour rénover les foyers. Au lieu de trancher l'Etat maintient le statu quo en fournissant des logements qui correspondent aux besoins des travailleurs migrants.

31L'État estime que l'abolition de l'apartheid fera disparaître progressivement le travail itinérant. Toutefois il est évident que ce modèle n'est pas spécifique à l'Afrique du Sud (27). Le travail itinérant existe dans de nombreux pays en développement qui n'ont pas tenté de freiner l'urbanisation par un contrôle du flux migratoire. Les responsables sont dans l'erreur s'ils considèrent que le travail itinérant disparaîtra avec l'abolition des contrôles. D'autres facteurs peuvent perpétuer cet état des choses : la “tenure” à bas prix de la terre, les subventions au transport et l'absence de logements familiaux abordables dans les villes.

32La nouvelle politique de l'État qui est d'octroyer simultanément des subventions pour des logements à la campagne et pour la rénovation des foyers ne fait qu'alimenter l'emploi itinérant.

33Nous ne doutons pas de la bonne foi du gouvernement qui condamne le travail itinérant et essaie par sa nouvelle politique du logement de réparer les torts subis par les travailleurs itinérants au temps de l'apartheid. Mais au lieu d'intégrer les itinérants des campagnes dans les marchés de l'emploi urbains, la nouvelle politique ne fait qu'encourager ce type de travail et perpétue les iniquités sociales qu'il engendre. En l'absence d'une politique d'État qui encourage ou facilite l'urbanisation permanente, le travail itinérant subsistera. Et d'ailleurs même si l'État ne subventionnait pas la rénovation des foyers ce mode de vie persistera certainement pendant un certain temps encore.

VERS UNE POLITIQUE D'URBANISATION DURABLE

34Ainsi les débats sur “le secteur public contre le secteur privé”, “ la propriété contre la location “ ne sont qu'un aspect de l'équation que devra résoudre un Programme de reconstruction et de développement durable, digne du XXIè siècle. Les débats doivent dépasser les termes spécifiques lancés par les différents ministères (par ex. celui du Logement) et se concentrer sur une stratégie de l'urbanisation de l'après apartheid. L'élaboration d'une telle stratégie doit tenir compte de l'héritage légué par l'apartheid. Il faut donc voir au-delà de la seule inégalité raciale et tenter d'enrayer toutes les inégalités entre travailleurs obligés d'effectuer de longs trajets, travailleurs itinérants et citadins. Cela impliquerait une remise en question de l'inégalité des sexes, de la viabilité de la “tenure” tribale des terres, de l'efficacité des transports subventionnés et de la politique du logement en vigueur.

Haut de page

Notes

1 The Reconstruction and Development Programme : A policy framework, Amnion Publications, Johannesburg,1994 ; “Urban Development Strategy of the Government of National Unity” Notice 1111 of 1995, Government Gazette 365(16679), 3 November 1995.

2 Western J., Outcaste Cape Town, George Allen Unwin, London, 1986 ; Pirie G.H. and Hart D. H., “The Transformation of Johannesburg's black Western Areas”, Journal of Urban History 11, 387-410, 1985.

3 S. Parnell and A.Mabin “Rethinking urban South Africa”, Journal of Southern African Studies, 21, pp. 39-61, 1995.

4 Posel, The Making of Apartheid, 1948-61, Clarendon, Oxford, 1992 ; D. Hindson, The Making of the Urban Proletariat, Ravan, Johannesburg, 1987 ; P. Bonner, “African Urbanisation on the Rand between 1930 and 1960 : its social character and its political consequences”, Journal of Southern African Studies, 21, 1995, pp. 115-130 ; Hindson D., Pass Controls and the Urban Proletariat, Ravan, Johannesbug, 1987.

5 Ginsberg R., “Making Home : renovating the matchbox houses in apartheid-era Soweto”, African Studies, in press.

6 Cheskalson M., Jochelson K. and Seekings J., “Rent boycotts and the urban political economy”, in Moss, G.Oberry, 1(eds.), South African Review 4, 53-74, Johannesburg, 1987.

7 Crankshaw O., “Social differenciation, conflict and development in a South African township”, Urban Forum 7., 53-67, 1996 ; O. Crankshaw, Race, Class and the Changing Division of Labour under Apartheid, Routledge, London, 1997.

8 Morris P., A History of Black Housing in South Africa, South Africa Foundation, Johannesburg, 1982.

9 Crankshaw O., “Squatting, apartheid and urbanisation on the Southern Witwatersand”, African Affairs, 92, 31-51,1993.

10 C.M. Rogerson, “Rethinking national urban policies, lessons for Africa”, South African Geographical Journal, 71, 1989, pp.134-141 ; R. Tomlunson and M. Adelson, Regional Restructuring under Apartheid : Urban and Regional Policies in contemporary South Africa, Ravan, Johannesburg, 1987.

11 Platzky L. and Walker C., The Surplus People : Forced Removals in South Africa, Raven, Johannesburg, 1985.

12 Financial Mail, 16 December 1994.

13 Statistics supplied to the authors by the Fiscal and Financial Commission.

14 Housing Subsidy Scheme and Other Housing Assistance Measures : Implementation manual ( Department of Housing, Pretoria, 1995), Vol. B. Part 2, pp.1-12

15 Ibid.

16 The Reconstruction and Development Programme. A policy framework (Umanyano Publications, Johannesburg, 1994). p. 26.

17 “Urban Development Strategy of the Government of National Unity”, Notice 1111 of 1995, Government Gazette 365 (166679), 3 November 1995, p.17.

18 Tomlinson M., From Rejection to Resignation : Beneficiaries views on the government's housing subsidy scheme, Centre for Policy Studies, Doorntontein, 1996 ; and Problems on the Ground ? Developers' perspectives on the government's housing subsidy scheme, Centre for Policy Studies, Doornfontein, 1996.

19 Bond B., Bremner L., Geldenhys G., Miller D., Swilling M., Response to the Government's Urban _development Strategy Document 2, Urban Forum 7(1), 1996, pp. 101-120.

20 Gilbert, A. and Watson V., forthcomoing in Social Dynamics.

21 Wackemagel M., “Private Sector Lays Housing Foundation”, Mail and Guardian, April 19-25, 1996, B4.

22 Sunde J. and Hamman J., “Entiteled to What ? Gender, land reform policy and the role of the law in mediating equal access to land”, Paper prepared for the South African Sociological Association Conference, University of Natal, Durban, July 1996.

23 Murray C., “Displaced Urbanisation : South Africa's rural slums”, African Affairs 86 (344), 1996, p.312.

24 Platzky L. and Walker C., The Surplus People : Forced removals in South Africa, Ravan Press, Johannesburg, 1985, pp. 30-35.

25 Par exemple, Inanda à la périphérie de Durban.

26 Au début des années 80, la subvention pour le bus de Kwa Ndebele était supérieure au PIB du Bantoustan tout entier et s'élevait à 1000$ par an, par personne. Cf. Badsha O., South Africa : The cordoned heart, Gallery Press, Cape Town, 1986, p. 34.

27 Mabin A., “Limits of Urban Transition Models in Understanding South African Urbanisation”, Development Southern Africa, (3), 1990, pp. 315-317.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Susan Parnell et Owen Crankshaw, « Comprendre le passé : une condition essentille pour la reconstruction des villes de l’après-apartheid et la compensation des victimes », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Dossiers, mis en ligne le 12 avril 1996, consulté le 27 avril 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/298 ; DOI : 10.4000/cybergeo.298

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page