Navigation – Plan du site
2005
327

Bengladesh ou Medina ? Espaces urbains périphériques et représentations : deux exemples à Annaba et à Guelma (Algérie)

Bengladesh ou Medina ? Urban suburbs and spatial representation : two examples in Annaba and in Guelman (Algeria)

Nadia Kerdoud

Résumés

Au cours des dernières décennies, de vastes périphéries se sont constituées autour des villes algériennes. Spontanées ou planifiées, ces dernières sont variées. Ce travail soulignera l'opposition entre deux d’entre elles en analysant les perceptions que les habitants se font de leurs espaces de vie respectifs. Surnommée Bengladesh, la Cité des 600 logements est incluse dans le grand ensemble planifié de la Plaine Ouest, situé en périphérie d’Annaba. Dans les années 1980, ce programme a permis de reloger une partie de la population antérieurement installée sur un site informel. Aujourd'hui considérée comme la vraie Médina de Guelma, Oued Skhoun est au contraire un espace urbain spontané et informel qui concentre une véritable dynamique commerciale.
Bengladesh ou Médina, les perceptions liées à ces deux espaces sont donc radicalement contradictoires. Rationnellement planifiée, la cité des 600 logements concentre pourtant pauvreté et mal-vivre. À l'inverse, Oued Skhoun propose des formes d'urbanité spontanées qui profitent à l'ensemble de l'agglomération de Guelma.

Haut de page

Texte intégral

1Dans les extensions périphériques de la ville algérienne, l'urbanisme volontaire voisine avec les productions spontanées. Localisé en marge des agglomérations ou dans les interstices des discontinuités urbaines, l'habitat spontané est devenu une forme d'urbanisation ordinaire. L'habitat planifié, quant à lui, "dresse ses grands ensembles stéréotypés, s'inspirant du modèle occidental qui masquent les vieux centres et banalisent la ville" (Côte, 1988).

2Dans les villes de l'Algérie contemporaine, ce type d'habitat occupe des superficies énormes et il est désigné sous le terme de "villes nouvelles". C'est le cas d'Ali Mendjeli à proximité de Constantine, de la Médina El-Djedida à Oran ou de Sidi Abdellah à Alger. Les pouvoirs publics encouragent ce type d'urbanisation car il contribue à atténuer la crise du logement et à résorber une partie de l'habitat précaire. Arrivé au pouvoir depuis quelques années, le président Bouteflika a renforcé les moyens accordés à cette politique, promettant la construction d'un million de logements avant le terme de son second mandat, soit une moyenne de 200 000 logements par an. Selon les observateurs, le défi s'avère difficile au regard des difficultés que rencontre le pays, notamment dans le secteur de l'habitat. La cité-dortoir est donc un modèle de référence qui se perpétue, bien qu'il soit disqualifié par de nombreuses contraintes :

  • enveloppe financière limitée

  • urgence dans la réalisation des logements

  • refus d'utiliser les matériaux les plus récents

  • absence de qualification professionnelle dans les entreprises du bâtiment

  • absence de structures publiques aptes à gérer les processus constructifs

3Construits rapidement et à bas prix, les grands ensembles d'habitat collectif dénommés Zones d'Habitat Urbain Nouvelles (ZHUN) dans la terminologie administrative traduisent une vision réductrice des pouvoirs publics sur les questions d'urbanisme. Il s'agit de loger des populations de manière standard, sans fournir un cadre de vie de qualité. Les plans-masse ne tenant pas compte des réalités, un grand ensemble algérien se présente comme un regroupement de blocs d'habitation entre lesquels s'étendent de grands terrains vagues où les aménagements sont absents.

4À l'inverse, des formes illégales d'habitat spontané émanant de la société civile peuvent avoir un rôle positif dans l'organisation des villes algériennes. Quoique non planifiés, ces espaces urbains peuvent être particulièrement adaptés aux besoins quotidiens comme aux sociabilités qui y sont associées. C'est en ce sens que l'on va présenter deux cas antagoniques (l'un situé en secteur planifié, l'autre en secteur spontané) situés dans deux villes de l'Est algérien.

  • Annaba, ville portuaire est classée au rang de deuxième métropole de la région Nord- Est de l'Algérie (352 523 habitants). De vocation industrielle, elle dispute ce territoire avec sa concurrente, Constantine considérée comme la capitale culturelle de la région.

  • Guelma, est une ville de taille moyenne (109 779 habitants) est située à environ 60 km de la Méditerranée et à 150 km de la frontière tunisienne. Considérée comme un centre local dont dépendent cinq chefs-lieux de wilaya. Cette agglomération des métropoles suscitées de la région s’intercale entre Annaba à 60 km au nord et Constantine, 120 km au sud (carte n°1).

La cité des 600 logements : le Bengladesh d’Annaba

Des 600 logements au Bengladesh

5Située à l'ouest de la ville d'Annaba, non loin du centre ville, la ZHUN Plaine Ouest a été créée afin de recevoir logements et fonctions de centralité. Sur une surface totale de 304 ha, elle regroupe des équipements d'importance régionale: un parc public, une cité universitaire, un institut de formation des formateurs (carte n°2). Les " zones d’habitat urbain nouvelles" (ZHUN) sont composées de grands ensembles de logements collectifs construits par l’État à partir de 1975. Conçue dans le cadre du Plan d'Urbanisme Directeur d’Annaba (PUD), la Plaine Ouest sort de terre à partir de 1978 et constitue la première ZHUN réalisée dans cette ville. Elle est composée d’immeubles à R+4 et comprend une série de programmes juxtaposés les uns aux autres couramment dénommés " cités ". Ces cités adoptent une toponymie administrative impersonnelle : cité des 1 172 logements, des 500 logements, des 240 logements. Le nom des entreprises ou leur origine est également source de dénomination. Par exemple, la cité des 1172 logements édifiée par l'entreprise allemande BUM (Beton und Monierbau) est couramment désignée sous le nom de "cité des Allemands". Avec la cité des Allemands, la Cité des 600 logements constitue une des premières tranches réalisées à la Plaine Ouest. Commencée en 1978, sa construction est presque achevée en 1981.

6La ZHUN de la Plaine Ouest compte 9 438 logements pour une population de 44 370 habitants. À partir des années 1970 se développe une forte immigration rurale à destination du pôle industriel d'Annaba. Cherchant de l'emploi, ces migrants proviennent majoritairement de Wilayates rurales et isolées (Tarf, Jijel, Guelma Tébessa, Souk- Ahras, etc.) Sur les 27 ménages enquêtés (voir annexe méthodologique), 10 sont originaires de Guelma, 8 de Souk- Ahras, 9 de Tébessa, Jijel ou Tarf.

7Déracinés, ces ruraux s’installent d’abord dans des habitations précaires aux abords de l'Oued D'Hab. La pauvreté conjuguée à la prolifération des maux sociaux générés par la ville (drogue, alcool, délinquance, prostitution) conduit à ce que ce lieu soit péjorativement dénommé « Bengladesh ». En 1981, les inondations qui dévastent Annaba occasionnent d'énormes dégâts, détériorant particulièrement les zones d'habitat précaire de l'Oued D'Hab. À l'initiative de l'État, ses habitants sont relogés dans les 600 logements de la Plaine Ouest, alors en cours d’achèvement. Devant l’ampleur de la catastrophe, les autorités réagissent dans l'urgence. Leur promettant un relogement ultérieur ; la Wilaya (Préfecture) et l’Assemblée Populaire Communale (municipalité) regroupent les familles à deux ou trois ménages par appartements. Se déplaçant avec ces familles, le surnom de Bengladesh commence à désigner cette partie de la Plaine Ouest dans le courant des années 1980. Les conditions miséreuses de ce relogement accentuent encore l’image péjorative toujours attachée à ces populations.

8Aspirant à une quiétude d’amoureux dans des endroits paisibles, les jeunes couples d’Annaba avaient pris l’habitude de venir se dissimuler dans les chantiers en cours. À la fin des années 1970, ils trouvaient souvent refuge dans la cité des 600 logements en cours de construction, qui constituait une des extrémités de la ville. Ils étaient alors pourchassés voire agressés par les habitants de l’Oued D’Hab récemment déplacés. Ces agressions visaient à préserver l’intimité de ces familles rurales et à conserver la Horma (norme). Se désignant elles-mêmes comme Ärouchs, (littéralement « population de formation tribale ou de groupement de plusieurs tribus), ces gardiens de la norme ne pouvaient tolérer de tels comportements risquant de rejaillir sur leur réputation. Arrivés de fraîche date de la campagne, les habitants du Bengladesh étaient encore très attachés à la Horma, qui, fondée sur le code de l'honneur, instaure le respect de la femme et de la vie familiale dans lequartier (Dris, 2001). Causés par la rencontre de deux populations aux références culturelles antagoniques, ces troubles contribuèrent à construire l'image d'un quartier voué à l'insécurité.

9L'avènement du multi-partisme et les changements que connaît le pays à partir de 1988 apaisent quelque peu la situation. Les jeunes ruraux les plus agressifs du Bengladesh adhèrent alors au Front Islamique du Salut (FIS) qui, dans ces années, prône la tolérance. Progressivement cerné par des constructions nouvelles, le Bengladesh donne désormais l'impression d'être entré dans la ville et d'en faire partie intégrante.

10Aujourd’hui la situation est cependant loin d’être normalisée et la précarité subsiste. Beaucoup d’appartements demeurent occupés par plusieurs ménages, les relogements ayant été peu nombreux et tardifs (délais de neuf à douze ans). Vingt ans après l’installation des sinistrés, la situation demeure alarmante dans les appartements que j'ai eu l'occasion de visiter. Certains sont dépourvus des commodités minimales : une télévision, un réfrigérateur, un réchaud à butane, quelques matelas pour dormir constituent le maigre équipement de base. Déplacée avec les habitants du bidonville de l'Oued D'Hab, l'image miséreuse du Bengladesh exprime la pauvreté qui se développe dans cette partie de la Plaine Ouest à partir des années 1980. Les Annabis sont unanimes à dénoncer l'image négative attachée à ce quartier. Pour eux, il symbolise le saccage de la ville attribué à une population étrangère à Annaba, les Baraniyas. Issus du monde rural, ces ruraux mal dégrossis sont réputés user de l'espace urbain sans discernement. Leurs comportements sont explicitement décrits comme incompatibles avec l'urbain et l'urbanité, portant ainsi atteinte à la qualité du cadre de vie. "Personne ne peut imaginer un coiffeur-barbier tenant son salon à l'intérieur d'une cave, et pourtant c'est au Bengladesh que ça existe", m’ont ainsi expliqué les jeunes de la cité voisine des Allemands. En renvoyant ces images négatives, les Annabis expriment leurs craintes d'une cohabitation avec des populations venues de l'extérieur. Dans les entretiens que j'ai mené avec quinze personnes résidant à Annaba, il est fréquemment rappelé que les habitants des 600 logements sont majoritairement originaires des parties les plus reculées des Wilayates de Souk Ahras, Guelma, Tébessa, etc.

11Regroupés selon leur origine géographique et répartis dans les étages des immeubles suivant leurs liens de parenté (cas des blocs 46 et 47), ces ruraux exilés ont cependant inventé des modes inédits d'appropriation spatiale correspondant à leurs sociabilités antérieures et répondant à l'impuissance des pouvoirs publics.

L'occupation illégale de l'espace.

12Au cours des années 1980, le transfert des habitants de l'Oued D'Hab s’est accompagné de celui de la mosquée. Installée illégalement sur un espace libre, cette dernière a conservé son nom et son Imam. Hadj Ammar, respecté par les habitants de l'ancien bidonville, a pris l'initiative de déplacer la mosquée pour l'édifier sans autorisation au cœur de la cité. D'abord construit de manière informelle, le bâtiment cultuel a été durci à partir de 1983, les fonds nécessaires ayant été recueillis auprès des fidèles par le biais de quêtes. Au début du Ramadan de 2002, la nouvelle mosquée des 600 logements à la Plaine Ouest, El-Takoua, a été officiellement inaugurée par le Wali d'Annaba, qui, par ce geste, accorde une légitimité à l'accaparement illégal du terrain d'assiette. Imam mais également président du comité de quartier, Hadj Ammar utilise cette mosquée comme lieu de discussion lorsqu'il s'agit de résoudre les problèmes nés de la cohabitation forcée entre les ménages.

13Devant la défaillance des pouvoirs publics, se multiplient les initiatives des habitants pour occuper illégalement les espaces communs de la cité. Les nombreux terrains vagues ou espaces en déshérence sont progressivement colonisés en vue de renforcer la sécurité ou d'améliorer l'intimité des familles. Des terrains jamais aménagés servent d'égouts à ciel ouvert du fait de la déficience des réseaux d'assainissement et de la stagnation des eaux pluviales. Les décharges publiques sauvages, les pâturages, les poulaillers, une multitude d'activités spontanées occupent les espaces communs et surprennent le visiteur. Des ateliers de mécanique automobile prennent place sur des espaces attenants aux immeubles tandis que les vides sanitaires surcreusés accueillent des commerces. "Le coiffeur n'éprouve aucune gêne à installer son salon dans une cave, c'est une honte" nous ont ainsi déclaré des jeunes gens résidant dans des cités voisines de la Plaine Ouest (photos I et II, III et IV).

Photo IV

14Servant d'étals aux marchands ambulants, les charrettes en bois pullulent devant les bâtiments, à l'intérieur des cages d'escalier ou au milieu des aires de jeux réservées aux enfants. Ce mobilier urbain d'un nouveau genre est devenu l'une des références du Bengladesh. Par ailleurs, les kiosques commerciaux sont nombreux et occupent souvent les espaces de stationnement. Autoconstruites, ces baraques sont progressivement consolidées (chapes de ciment, matériaux plus solides que le carton ou le bois, etc).

Photo VI

15Convoitant tout espace où il peut exercer une activité en vue d'améliorer son sort, l'habitant du Bengladesh n'accorde aucune attention à l'environnement immédiat de son logement. Au tout-est-permis implicitement prôné par les habitants répond le laisser-aller des autorités qui interviennent a minima dans cet espace de relégation. Contrevenant aux textes en vigueur sur la domanialité publique qui interdit l'occupation ou le détournement d'un espace (articles 12, 60, 64 de la loi 90-30 et article 162 du décret n° 91-454, Codes du foncier et de l’urbanisme, 2000), de telles appropriations se font dans la plus totale illégalité. Esquissant un ensemble d'isolats fonctionnels fragmentés et isolés, elles contribuent à construire une poche de misère et de pauvreté à l'intérieur de la Plaine Ouest, justifiant toujours le nom de Bengladesh donné à cette cité par les Annabis.

16Une telle appropriation des espaces communs va plus loin que les bricolages couramment observés dans d'autres ZHUN. En Algérie, il est fréquent que, dès la livraison des logements, apparaissent des phénomènes d'appropriation sauvage : annexion de garages, privatisation de cours, constructions verticales ou horizontales à partir des logements ou de leurs abords, etc. Dans la cité des 600 logements à la Plaine Ouest, l'observateur est cependant confronté à un degré supérieur dans l'appropriation illégale, puisque ce sont les espaces communs qui sont attaqués. Identifiable par le passant, cette appropriation sauvage contribue au marquage négatif de l'espace et de ses habitants. "Passer par là serait tenter une aventure déplorable" nous ont confié des habitants de la Cité des Allemands. Deux jeunes sœurs de la cité des 600 logements s'abstiennent de déclarer leur appartenance au quartier. "Nous ne disons jamais aux habitants des autres quartiers où nous habitons, car nous éprouvons de la gêne et de la honte, à cause de sa réputation". Lorsqu’elles rentrent du centre ville en taxi, elles m’ont en outre confié qu’elles arrêtaient le chauffeur avant d’arriver à leur domicile, de peur de révéler leur lieu réel d’habitation.

L'insertion économique via l'activité informelle

17Négative sur de nombreux points, l'appréciation collective portée sur le Bengladesh présente cependant un aspect positif. Les Annabis sont unanimes pour reconnaître l'esprit de combativité de ses habitants. Chômage et mal-vie ont amené ces derniers à développer deux activités : le commerce non sédentaire des fruits et des légumes (réseau de Debbabat El-khachabia) et la formation professionnelle des plâtriers (ou Charikat El-ghabra). Sur les 27 ménages  enquêtés, 16 pratiquent le commerce ambulant spécialisé dans la vente des fruits et légumes travaillent dans le quartier ou dans la ville. On trouve en outre 11 plâtriers, qui sont tous de jeunes actifs.

18Si les plus jeunes vendeurs traînent leur charrette d'un quartier à l'autre (photos VII et VIII), ceux qui les précèdent de quelques années peuvent connaître une réelle ascension sociale. Capables d'investir, certains d'entre eux n'hésitent pas à acquérir une flotte de véhicules utilitaires afin d'augmenter leur rayon d'action. La multiplication des chantiers de construction a par ailleurs permis de former de jeunes plâtriers réputés dans l'ensemble du pays. Initialement formés par des Constantinois de passage, ces jeunes sont demandés sur des chantiers très éloignés, jusqu'à Alger ou Oran. Se dénommant Charikat El-ghabra (littéralement "la société de poussière"), cette communauté professionnelle a contribué à la décoration intérieure de la mosquée El-Takoua ainsi qu'à la décoration de nombreux appartements de la Plaine Ouest.

Photo VIII

19Ces deux métiers sont devenus des éléments d'identification propres aux habitants du Bengladesh. La volonté des jeunes est reconnue, notamment par leurs homologues des cités voisines qui admirent cette capacité à s'ancrer dans la vie économique par le biais d'une activité informelle.

Oued Skhoun : la médina de Guelma

Restructuration d’un secteur informel et émergence d’un quartier commerçant

20Situé au nord-ouest de la ville de Guelma à une cinquantaine de kilomètres au sud d’Annaba (carte n° 3), le quartier spontané de Oued Skhoun s’étale sur une superficie de 127 ha. Il regroupe environ 50% de la population guelmoise dans un parc estimé à 8 766 logements. Phénomène rare dans les autres villes algériennes, ce quartier spontané est situé à proximité du centre ville.

21Dans les années 1950, seules quelques exploitations agricoles occupaient les rives de l’Oued Skhoun. Vingt ans plus tard, le fond de la vallée est colonisé par une multitude de baraques illégales dans lesquelles tout confort est absent. D’après l’étude du Bureau d’étude français ERES (Etudes et Réalisations Économiques et Sociales) menée en 1977, Oued Skhoun qui s’étendait alors sur 70 hectares, était peuplé de 35 000 habitants occupant 3 600 logements informels. Dans les années 1960 et 1970, le statut juridique privé des terrains de la vallée facilite l’accession à la propriété pour les ruraux qui migrent vers la ville. Des transactions foncières informelles sont avalisées par un notaire mais elles ne sont pas enregistrées par les services de l’État. Elles contribuent à la diffusion d’un habitat spontané soumis aux menaces de destruction jusqu’à la reconnaissance administrative, obtenue par une ordonnance du 13 Août 1985. La crainte des épidémies et l’absence d’assainissement poussent alors les autorités à réagir et à annoncer une restructuration de l’ensemble du secteur (mai 1986).

22Cette restructuration est marquée par la réalisation d’un grand boulevard, le boulevard du Volontariat, qui prend place dans le lit de l’oued. Ce nom est donné pour rappeler l’opération à laquelle ont concouru tous les habitants du secteur. Ne pouvant prendre à leur charge les travaux, l’APC et la Willaya mettent à la disposition des habitants des matériaux et des outils leur permettant de les effectuer eux-mêmes. Le remblaiement de l’oued est notamment effectué par travail volontaire. Jusqu’à aujourd’hui, le nom du Wali ayant milité pour la réalisation de cette opération est toujours évoqué avec reconnaissance par les habitants de Oued Skhoun. Ainsi, l’action de "Méziani Cherif, le Kabyle" a été souvent évoquée au cours des entretiens que j’ai effectué (voir annexe méthodologique). Édifié ensuite, un mur à arcades longe le boulevard du Volontariat et cache les constructions qui couvrent les deux berges (photo n°IX). Le quartier est en outre doté d’équipements sociaux qui occupent une position périphérique.

Photo IX : Oued Skhoun rive droite : le mur à arcades.

23Aujourd’hui Oued Skhoun joue un rôle prépondérant dans le développement de la ville de Guelma. Bien équipé, relié au reste de l’agglomération grâce à son boulevard structurant et ses axes de liaison transversaux, ce quartier est très attractif pour l’ensemble des Guelmis. Situés au cœur de Oued Skhoun, les marchés de Bourara et de Hadj M’barek sont fréquentés par une clientèle nombreuse. Outre les marchés périodiques, Oued Skhoun regroupe 3 232 commerces et activités regroupés par spécialités. Les boutiques occupent les rez-de-chaussée des maisons dont le nombre de niveau varie entre un et deux étages.

La Médina : une imagibilité forte mais contestée

24Composé de 23 cités qui portent chacune le nom du propriétaire foncier initial, le quartier de Oued Skhoun s’étage sur les versants de la vallée. Constituant l’œuvre des habitants, les constructions organisées autour d’une cour forment un tissu urbain comparable à celui d’une Médina. Vu de l’extérieur, le quartier Oued Skhoun apparaît comme une masse compacte et homogène rappelant en effet les médinas des grandes villes algériennes. La morphologie du bâti, sa fermeture et sa concentration ; la multiplication des impasses contribuent à renforcer cette image. D’ailleurs, la référence à la médina est régulièrement évoquée par les habitants de Oued Skhoun : " Vous êtes venue voir notre Casbah ", nous ont-ils répété au cours de nos enquêtes de terrain (photos X et XI plus annexe méthodologique). Guelma ne possédant pas de ville traditionnelle, Oued Skhoun joue donc le rôle d’une médina installée dans un tissu urbain récent d’origine spontanée.

Photo X : Des ruelles étroites donnent sur des impasses et rappellent les tissus urbains traditionnels de Medina.

Photo X : Des ruelles étroites donnent sur des impasses et rappellent les tissus urbains traditionnels de Medina.

Photo XI : Oued-Skhoun rive gauche : l’activité commerciale des rez- de- chaussée en plein essor

25C’est surtout dans la cité Bencheghieb, au centre du quartier, que les habitants et particulièrement les jeunes, évoquent cette similitude. " Nous avons l’impression que la rive droite est perchée sur un rocher en altitude. Vous avez vu ces vignes qui percent de temps à autre le quartier ? N’est-ce pas que c’est la Casbah ? " m’a ainsi expliqué un jeune cordonnier de la cité Seddiki, faisant allusion à la Casbah d’Alger. La prépondérance de l’artisanat, la spécialisation commerciale des ruelles, leur étroitesse, leur sinuosité, les odeurs qui s’en dégagent, la fréquentation du lieu et sa popularité, tout concourt à accentuer l’imagibilité de la  médina, pour reprendre l’expression de Kevin Lynch (Lynch, 1994).

26Si, pour les Oueds Skhouniens, la figure de la médina semble appropriée pour décrire leur espace de vie, ce type de représentation n’est pas partagé par le reste de la population de Guelma. Pour les Guelmis, Oued Skhoun constitue un secteur marginal, marqué par la saleté et l’insalubrité. Ils assimilent Oued Skhoun au versant miséreux de Guelma qu’ils souhaitent voir éradiqué. Pour eux, cette partie de la ville est assaillie par des ruraux qui, ayant du mal à s’intégrer, se sont nichés sur les berges de l’Oued. En maintenant leurs pratiques rurales (élevage, abattage clandestin de poules et moutons), ils sont réputés nuire à l’image de la ville (Kerdoud, 2000). Ces représentations ne semblent pas avoir de réalité puisque l’enquête de terrain a révélé la marginalité de ces pratiques. Dans un échantillon de 763 ménages enquêtés, seuls 11 ménages pratiquent l’élevage à l’intérieur de leur maison comme activité d’appoint. En outre, mon enquête de terrain a révélé la présence, dans ce quartier, de nombreuses professions libérales qui tirent vers le haut le profil social du quartier : avocats, huissiers de justice, cartographes, architectes, médecins, vétérinaires, moniteurs d’auto-école etc. (Kerdoud, 2000).

De la déqualification à la revanche : une tentative d’accès à la reconnaissance

27Les témoignages recueillis attestent d’une prise de conscience des Oueds Skhouniens par rapport à l’image négative que leur renvoient les Guelmis. Ils y répondent par la production de codes et de normes qui leur sont propres, en développant des pratiques sociales et spatiales spécifiques (Kerdoud, 2000). La création d’une équipe de football (la JSO) constitue par exemple un signe de citadinité (Claval, 1981) visant à répondre au qualificatif péjoratif de Baraniya, terme quidésigne les populations venues d’autres régions (voir plus haut).

28Au contraire, les Oued Skhouniens se considèrent comme Ouled El Bled c’est-à-dire, littéralement, fils de la ville et donc vrais citadins. Ils évoquent leur ancienneté dans le quartier ainsi que leur parfaite connaissance de l’ensemble de la ville de Guelma. "  Nous sommes les vrais Ouled El Bled, en se comparant à ceux qui habitent actuellement le centre ville, car en réalité, c’est eux qui sont venus s’installer dans la ville et habiter le centre bien après nous, à partir de 1965 " m’ont par exemple affirmé les héritiers des grands propriétaires fonciers ayant vendu une partie de leurs terres dans les années 1960 et 1970. Ils suggèrent ainsi que beaucoup des Guelmis d’aujourd’hui sont citadins de fraîche date, arrivés en ville pour occuper les logements laissés vacants au lendemain de l’Indépendance. Ayant progressivement acquis leurs biens fonciers au cours de la colonisation, les premiers Oued Skhouniens s’estiment davantage enracinés à Guelma que ces nouveaux citadins.

29Cette urbanité est logiquement évoquée par les personnes les plus âgées, qui résident depuis longtemps à Oued Skhoun. Depuis peu, elle est reprise par les jeunes générations qui revendiquent un esprit de revanche vis-à-vis des Guelmis. Ces jeunes ambitionnent de se faire une place dans la ville, en s’affirmant sur le plan sportif ou par l’intermédiaire de mouvements associatifs. Court-circuitant les rivaux guelmis les plus proches, les supporters de la J.S.O. mettent un point d’honneur à comparer les prouesses de leur équipe à celle du Constantine Sporting Club ou bien à celles des clubs étrangers, notamment italiens.L’encadrement de la J.S.O est assuré par des éducateurs recrutés parmi les jeunes. En plus du football, la JSO propose d’autres disciplines sportives comme le karaté, le judo ou le handball. Outre le club de football, deux associations importantes sont également présentes à Oued Skhoun : l’association de la culture, la J.S.O.S (Jiil E-ssâad de Oued Skhoun, littéralement, la génération montante de Oued Skhoun) et l’association des aveugles.

Conclusion

30Depuis trois décennies, les processus d’évolution de la Cité des 600 logements de la Plaine Ouest et ceux de Oued Skhoun à Guelma sont radicalement opposés.

31Conçue de manière volontaire, la cité des 600 logements de la Plaine Ouest aurait dû proposer une urbanité idéale, conforme aux préceptes du mouvement moderne en architecture. Dans la pratique, le Bengladesh d’Annaba offre des modes de vie très dégradés et marqués par une forte pauvreté. Réduits à l’appropriation sauvage des espaces interstitiels, ses habitants tentent d’inventer une " urbanité de la misère "  qui rencontre la désapprobation du reste de la population. Plébiscités pour leur volontarisme économique, les jeunes actifs de la Plaine Ouest tentent cependant de trouver une issue à la pauvreté par le développement des activités informelles.

32À Oued Skhoun, l’urbanité n’a été ni planifiée, ni figée sur une planche à dessin. Édifié de manière totalement spontanée, ce quartier d’habitat dense s’est pourtant imposé comme vecteur de centralité en moins d’une génération. Retournant l’espace urbain, les habitants de la médina de Oued Skhoun utilisent l’image de la médina en vue de s’approprier l’ensemble de la citadinité guelmie.

Annexe méthodologique

33Oued Skhoun

34Le travail de terrain sur Oued Skhoun constitue a été effectué à l’occasion d’une thèse de Magister soutenue en décembre 2000 et intitulée  Nouvelles Centralités et Périphéries Spontanées : le cas de Oued Skhoun à Guelma. Les méthodes empruntent à la fois à  l’observation, à l’enquête au moyen de questionnaires, aux entretiens ainsi qu’au  recensement des activités commerciales.

35L’enquête par questionnaire fermé.

36Cette enquête a été passée auprès de 763 ménages, soit une population estimée à 6 200 habitants (environ 15 % de la population totale). Elle avait pour objectif de déterminer : la composante sociale du secteur (dénombrement de la population, des logements, des statuts d’occupations, origine des chefs de ménage, secteurs d’activité, nombre d’actifs à l’intérieur du ménage)

37les conditions d’habitabilité (densités et taux d’occupation par pièce et par logement)

38les pratiques commerciales, les problèmes vécus par les habitants dans le quartier

39leurs propositions et suggestions.

40Les entretiens

41Pour saisir la perception qu’ont les habitants, on a procédé à des entretiens auprès d’un échantillon équilibré par âge et par sexe. Réalisés auprès de 240 personnes du troisième âge ou de jeunes (30 personnes de chaque sexe), ces entretiens ont été effectués dans les rues de la ville (120 à Oued Skhoun et 120 répartis dans les autres secteurs). Le dialogue mettait l’accent sur l’image construite par les uns et les autres. Il a été orienté comme suit :

42Comment vous représentez-vous le quartier de Oued Skhoun ?

43Citez-nous ses points forts ? ses points négatifs ?

44Vous y rendez-vous pour une raison quelconque ?

45Voudriez-vous y habiter ? le quitter ? pourquoi ?

46Bengladesh

47Les méthodes d’enquête sont identiques, à l’exception de la taille réduite de l’échantillon. Médina pour qualifier un secteur informel.

48L’enquête par questionnaire fermé

49L’enquête a été passée auprès de 27 ménages soit 253 habitants. Communiqués par l'Office de la Promotion et de la Gestion Immobilière (OPGI), les adresses ainsi que la détermination des blocs concernés par le relogement nous ont permis de procéder à un questionnement direct. Ce dernierportait sur l’origine des ménages, leurs trajectoires résidentielles, leur secteur d’activité, leur date d’installation dans le quartier, les motifs d’installation, leur statut d’occupation, les problèmes liés à la vie quotidienne.

50Les entretiens

51L’objectif était de vérifier l’existence du surnom "Bengladesh" ainsi que son origine. 7 entretiens ont concerné quelques-uns des ménages précédemment enquêtés de manière formelle, notamment ceux qui continuent de subir les affres de la cohabitation. Ces entretiens ont fait appel à la participation de tous les membres de la famille afin de relater l’histoire du quartier, les conditions spécifiques de l’installation, la vie dans le quartier, l’origine de sa toponymie. Concernant l’image produite par les Annabis, j’ai par ailleurs dialogué avec 15 personnes parmi lesquels des jeunes et des personnes âgées des deux sexes.

Haut de page

Bibliographie

Codes du Foncier et de l’Urbanisme, 2000, Recueil de textes législatifs et réglementaires de la république algérienne. Alger, Berti Editions, 569 p.

CÔTE M., 1988, L’Algérie ou l’espace retourné. Paris, Flammarion, 362 p.

CLAVAL P., 1981, La logique des villes. Essai d’urbanologie. Paris, Litec, 633 p.

DRIS N., 2001, La ville mouvementée, Espace public, Centralité, Mémoire urbaine à Alger. Paris, L’Harmattan, 435 p.

ERES, 1977, Restructuration de Oued Skhoun. Guelma, 25 p.

KERDOUD N., 2000, Nouvelles centralités et périphéries spontanées. Thèse de Magister, Université de Constantine, 195 p.

LYNCH K., 1994, L’image de la cité. Paris, Dunod, 221 p.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3000/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Photo I
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3000/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Photo II
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3000/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Photo III
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3000/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3000/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Photo V
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3000/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3000/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Photo VII
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3000/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3000/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3000/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre Photo X : Des ruelles étroites donnent sur des impasses et rappellent les tissus urbains traditionnels de Medina.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3000/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadia Kerdoud, « Bengladesh ou Medina ? Espaces urbains périphériques et représentations : deux exemples à Annaba et à Guelma (Algérie) », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Aménagement, Urbanisme, document 327, mis en ligne le 25 novembre 2005, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/3000 ; DOI : 10.4000/cybergeo.3000

Haut de page

Auteur

Nadia Kerdoud

Département d'architecture. Faculté des Sciences de la Terre, Géographie et Aménagement du Territoire, Université de Constantine, Algérie.
nadia_kerdoud@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page