Navigation – Plan du site
2005
324

Les statistiques astigmates et la recomposition de la géographie francilienne

Astigmatic Statistics and the Evolution of the Economic Geography of Greater Paris
Frédéric Gilli

Résumés

La géographie économique de la région parisienne a profondément évolué au cours des 25 dernières années. Tertiarisation et montée en gamme des qualifications ont eu un impact sur la répartition des emplois et des activités dans l’espace. Dans ce contexte extrêmement changeant, la sensibilité de l’analyse à l’outil utilisé est particulièrement vive.
Ainsi les analyses menées sur la base des données disponibles entre 1975 et 1990 laissaient croire à une accentuation de l’écart historique entre l’Est et l’ouest de l’agglomération. L’analyse des mêmes données (1990) codées différemment suite à l’adoption d’une nouvelle nomenclature en 1993 permet de constater que les territoires ont muté en parallèle mais que l’outil statistique a capté certaines évolutions et en a manqué d’autres.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 2  A titre d’exemple, la région accueillait, en 1975, 169 000 emplois dans la construction mécanique (...)

1Depuis 1975, la région parisienne a vécu une formidable mutation de son appareil productif. D’une région où l’emploi dans l’industrie lourde était important, elle est devenue une métropole tertiaire. La Région comptait plus d’un million d’emplois industriels en 19752. Dans tous les secteurs traditionnels, c’est près de 40% des emplois qui ont disparu au cours de la période. Elle est devenue une région caractérisée par une forte présence d’emplois administratifs et surtout une prépondérance des emplois de haute technologie et de services aux entreprises (Hecquet, 2003).

2Cela pose des problèmes de deux natures si l’on cherche à étudier comment la géographie de l’emploi a évolué sur cette période. Un problème de découpage spatial d’une part. Il faut localiser les emplois, définir des seuils de significativité et des critères d’analyse (qu’est-ce qu’un pôle d’emploi ? Doit-on définir un pôle à partir de ce qu’il contient ou de ce qu’il attire ? etc.). Un problème statistique d’autre part. Il faut se pencher sur le contenu en emplois de la région, or le point de départ de l’interrogation est que l’activité a profondément changé au cours de la période. Elle a changé de localisation, de types d’emplois et aussi d’organisation. De nouveaux métiers sont apparus, d’anciens ont disparu. L’objet de cet article n’est pas de présenter l’évolution de la géographie économique de la région parisienne. Il s’appuie sur une étude ponctuelle de cette évolution pour montrer à quel point notre regard et nos analyses peuvent dépendre des appareils de mesure statistiques utilisés.

3Le cadre méthodologique sera d’abord présenté, afin de préciser les données utilisées et les évolutions des nomenclatures. Un tableau de la géographie économique de la région parisienne sera ensuite brossé. Les variations observées dans la typologie depuis 1975 seront ensuite détaillées et analysées.

Les données et leur rapport à la « réalité » du terrain :

4L’étude de l’évolution de la géographie d’une région pose, en plus du traditionnel choix de la méthode statistique à retenir, un problème spécifique d’outil de mesure. Lorsque l’objet mesuré change, il se peut que l’appareil de mesure finisse par ne plus être adapté. Dans ce cas, les analyses peuvent être rigoureusement menées et donner des résultats qui ne correspondent pas à la réalité. La solution est alors une adaptation des nomenclatures utilisées aux nouvelles logiques observées dans la société. Le seul problème est de garantir que la transition entre les deux systèmes de données soit aisée et que le changement ne rende pas impossible tout travail de longue période au motif de permettre une meilleure analyse de l’actualité. Si le système de mesure change tout le temps, aucune connaissance n’est possible. S’il ne change que trop rarement, les mesures sont vite faussées.

Constitution des données

5Plusieurs méthodes d’analyse et de découpage sont possibles pour déterminer les frontières de la région d’étude et les pôles en son sein (Beckouche, 2000,Berroir et al., 2003). Le but de cet article n’est pas de discuter les différents critères retenus dans cette première phase d’interrogation pour déterminer les pôles. Les pôles utilisés sont issus d’un découpage réalisé par ailleurs (Gilli, 2004) dont le point de départ était la concentration d’emplois de tous types au lieu de travail. Les contours étant différents à chaque période, celui de 1999 a été retenu (voir encadré: définitions).

Définitions :

6Région Urbaine de Paris : définie comme l’ensemble des zones d’emploi qui envoient plus de 5% de leur population active travailler à Paris intra-muros ou 10% de leur population active travailler dans les zones d’emplois qui envoient elles-mêmes plus de 10% de leur population active travailler à Paris (Gilli, 2002)

7Pôles : Une fois que le principe de découpage a été retenu, le contour des pôles évolue au cours du temps. Le problème est donc le même que pour comprendre l’évolution des aires urbaines (Julien, 2001) : le contenant change en même temps que le contenu et il est nécessaire de fixer l’un ou l’autre. Dans le cadre de cette étude, le contour retenu pour effectuer les comparaisons est le même pour toutes les périodes, il s’agit de celui de 1999. Il s’agit du contour qui englobe le plus de communes (voir les annexes pour le libellé des pôles).

8Emplois : Les effectifs utilisés sont ceux au lieu de travail, agrégés par pôle et croisant le secteur d’activité (Naf36) et la PCS. Ce croisement est utile car il permet de faire apparaître comment les fonctions et les secteurs d’activité s’imbriquent dans les territoires. Utilisés entre autres par Beckouche et al. (1997) pour la région parisienne, ils permettent de mettre en évidence une division spatiale du travail. C’est, par exemple, en se focalisant sur certaines fonctions au sein de secteurs précis que Julien et Pumain (1996) élaborent la grille des emplois métropolitains ou stratégiques.

9Une fois ce découpage effectué, une étude de la structure relative des emplois entre les différents pôles de la Région Urbaine de Paris est nécessaire pour évaluer les conséquences de cette transformation radicale de l’emploi sur la géographie économique de la région parisienne. Si l’on analyse les pôles du point de vue de leur appareil productif ou plus largement de leurs emplois, croisant donc l’approche sectorielle et l’approche socioprofessionnelle, les grandes oppositions que l’on connaît aujourd’hui sont-elles les descendantes directes des oppositions territoriales de 1975 ou bien l’espace économique s’est-il profondément recomposé entre-temps ?

10C’est ici qu’interviennent les nomenclatures statistiques. Un système productif est nécessairement évolutif, des activités se développent, d’autres disparaissent. La question se pose pour le statisticien de suivre au plus près ces oscillations ou de fournir un cadre stable mais qui risque à terme de devenir inopérant. Les données collectées pour analyser l’évolution de l’emploi dans la Région Urbaine de Paris entre 1975 et 1999 nous permettent d’observer les conséquences des choix de nomenclature, en l’occurrence sectorielle.

11Les données des recensements de 1975, 1982, 1990 et 1999 au lieu de travail (exploitation complémentaire) ont été utilisées. Chaque individu ayant indiqué son activité et sa fonction, nous pouvons renseigner la composition sectorielle et socioprofessionnelle de chaque pôle.

12Les secteurs retenus sont ceux de la Nomenclature d’activité de niveau 2 (Nap40 puis Naf36). Les catégories socioprofessionnelles utilisées in fine sont les 5 catégories d’actifs du niveau 1 (ouvriers, employés, professions intermédiaires, cadres, professions libérales). Afin de pallier au problème posé par le changement de nomenclature de 1978, les données du recensement 1975 ont été recodées en utilisant une table de passage mobilisant, elle, les CPS et les PCS de niveau 2, à 24 postes (ouvriers qualifiés, ouvriers non qualifiés, ouvriers agricoles, etc.).

13Au final, le croisement de 35 activités (Naf) et 5 PCS débouche sur 175 types d’emplois différents possibles dans la région parisienne.

Données utilisées :

14Données sectorielles : les secteurs retenus sont ceux de la Nomenclature d’activité de niveau 2 (Nap40 puis Naf36). Le changement de nomenclature de 1993 est trop important pour que les catégories puissent être reconstituées. Il y a donc une rupture de série en 1990 et les chiffres sectoriels de 1999 ne sont pas comparables à ceux de 1982.

15En revanche, le recensement de 1990 disponible initialement en Nap a été recodé (grâce à une table de passage construite sur la base Sirene en 1993). Sans travail supplémentaire, on a donc choisi de considérer en parallèle les données du recensement 1990 en Nap et en Naf comme deux ensembles de données différents, complémentaires. Leur comparaison nous renseignera sur l’effet propre de l’instrument de mesure utilisé sur la perception des dynamiques territoriales. On disposera au final de deux séries chronologiques successives, l’une couvrant 1975, 1982 et 1990 et l’autre couvrant 1990 et 1999.

16Données socioprofessionnelles : les catégories socioprofessionnelles ont également changé pendant la période puisqu’en 1978 elles sont devenues les professions et catégories socioprofessionnelles (PCS). Les contours des 5 catégories principales (ouvriers, d’employés, professions intermédiaires, cadres et professions libérales) ont changé sur la période et il est nécessaire d’utiliser un niveau de décomposition plus fin que le niveau 1 (PCS à 8 positions et CSP à 10 positions) pour assurer une continuité des séries.

  • 3  Noter que des CSP de niveau 2 constitutives d’une même CSP de niveau 1 dans l’ancienne nomenclatur (...)

17Les anciennes CSP de niveau 2 (36 positions) ont été utilisées pour ventiler les anciennes catégories au sein des nouvelles PCS. La marge d’incertitude reste forte à ce niveau d’agrégation : si environ 90% des effectifs d’une CSP de niveau 2 se retrouvent généralement dans une même PCS de niveau 2, il y a plusieurs cas pour lesquels une CSP de niveau 2 est éclatée à parité ou presque dans plusieurs PCS de niveau 2. Cependant, les effectifs de toutes ces anciennes CSP de niveau 2 se retrouvent à plus de 95% dans une même PCS de niveau 13. Les effectifs obtenus ont donc ensuite été agrégés au niveau 1 (PCS) pour reconstituer une image la plus fidèle possible des données 1975 codées en PCS. Au niveau d’agrégation finalement retenu (les 5 catégories d’actifs utilisées habituellement, professions libérales, cadres, professions intermédiaires, employés, ouvriers) l’effet du changement est neutre sur la fiabilité des données. A l’exception d’une seule CSP de niveau 2 qui ne se retrouve qu’à 50% dans la PCS majoritaire et de trois autres qui ne s’y retrouvent qu’aux deux-tiers, l’incertitude concernant l’attribution des 36 CSP à l’une ou l’autre des PCS (niveau 1) porte sur moins de 10% des emplois recensés.

Le changement de nomenclature

18D’importantes transformations ont affecté l’organisation économique des métropoles occidentales au cours des années 1980. La tertiarisation et l’amoindrissement de l’emploi industriel conduisent à gonfler les effectifs de certaines activités. Symétriquement des postes de la nomenclature comptant peu d’emplois apparaissent.

19Ce premier problème se complique encore si l’on ajoute le phénomène d’externalisation des activités qui a commencé en milieu de période. Touchant d’abord les activités supérieures puis se généralisant à l’ensemble des emplois, il induit la multiplication de nouvelles activités qui correspondent à des travaux auparavant masqués car internalisés dans toutes les entreprises.

20De ces deux écueils, découle une difficulté intrinsèque à suivre précisément les évolutions de l’emploi tertiaire, en dehors des catégories déjà clairement identifiables auparavant. Le poids des services de logistique et de gestion, par exemple, s’est fortement accru du fait du mode de production en flux tendus et d’un éclatement des sites de production. Dans les secteurs industriels, les emplois délocalisés ont ainsi été en partie remplacés par des emplois tertiaires. Or, ces emplois à mi-chemin entre l’industrie et les services étaient très peu visibles dans l’ancienne nomenclature. Ils ont été d’autant plus aisément confondus avec l’activité industrielle, dont ils dépendaient indirectement, que leur externalisation est survenue plus tard que celle des services supérieurs.

21L’inadéquation progressive de la nomenclature (Nap) à l’actualité économique, perçue en amont par l’Insee, a débouché sur une rénovation de la grille d’analyse en 1993. Le changement de nomenclature affecte particulièrement les activités industrielles dans la mesure où il vise à prendre mieux en compte la tertiarisation d’une partie de plus en plus importante du travail au sein même des activités industrielles.

22Mais le recensement de 1990 a été effectué avec l’ancienne nomenclature et les données sectorielles collectées ont donc été étudiées suivant la Nap. Une erreur d’appréciation a donc été possible, créant un fort biais en faveur des emplois industriels dans les fonctions d’exécution : les emplois de beaucoup d’établissements de grands groupes pouvaient déjà recouvrir des métiers plus tertiaires, mais l’inadaptation de la grille de lecture a alors fait que ces emplois ont conservé leur affiliation industrielle antérieure.

La région parisienne : division du travail est-ouest et centre-périphérie

23Approchée en termes statistiques, la question de la stabilité dans le temps de la spécialisation économique des territoires se résume à savoir si les classes de pôles, obtenues sur des critères économiques, sont restées stables entre 1975 et 1999.

Méthode :

Caractérisation des pôles et de l’espace économique de la Région Urbaine de Paris :

24On mène tout d’abord à chaque date une Analyse en Composantes Principales sur la structure de l’emploi des différents pôles. Cette première analyse permet de caractériser le positionnement de chacun des pôles dans l’espace économique régional. Les 175 variables issues du croisement des 35 activités avec les 5 catégories socioprofessionnelles sont normées : on retient la part de chaque secteur dans l’emploi total et non le nombre d’emplois. A l’issue de l’analyse menée sur l’ensemble des variables, on conserve les coordonnées sur les 5 premiers axes (qui expliquent entre 30 et 35% de la variance observée). Les variables « emploi » permettent de caractériser chacun des axes. Il est alors possible de positionner chaque pôle dans les différents plans factoriels, interprétés grâce aux variables.

Classification des pôles et évolution :

25Les coordonnées de chaque pôle dans les plans factoriels issus de l’ACP sont ensuite utilisées dans une classification ascendante hiérarchique. Réalisées sur chacune des 5 ACP (emplois de 1975, 1982 et 1990 issus du croisement Nap-PCS et emplois 1990 et 1999 issus du croisement Naf-PCS) les CAH permettent de constituer des classes de pôles à chaque date et dans les deux codifications possibles en 1990 (voir les annexes pour les différents arbres de classification). Les types obtenus sont ensuite caractérisés en fonction des activités qui déterminent le plus les classes et nommés en fonction de ces activités et de la situation géographique des pôles présents dans chacune des classes.

26L’étape finale (Tableau 1) consiste à retracer, pour chaque pôle, la classe dans laquelle il se trouve à chacune des étapes (1975, 1982, 1990 en Nap, 1990 en Naf et 1999). Il est alors possible de constater comment, historiquement, le positionnement relatif d’un pôle évolue par rapport aux déterminants de la géographie économique de la Région Urbaine de Paris à chaque date.

Un espace économique où les différences territoriales sont importantes

27En 1999, l’espace économique régional est caractérisé par une double opposition spatiale entre d’une part des pôles centrés sur l’industrie et d’autres sur les services et d’autre part entre des pôles « domestiques » et des pôles « productifs », pour reprendre le vocabulaire de Davezies (2002a). De manière peu surprenante le cœur de l’agglomération (Paris, Boulogne, Courbevoie) est très fortement caractérisé par le poids du tertiaire. Les pôles techniques de la région parisienne (Orly, Roissy, Massy, etc.) et quelques villes nouvelles présentent un profil plus productif que domestique. Les pôles de la grande périphérie offrent quant à eux un visage plus industriel. Les anciens centres-villes de banlieue (Saint-Germain, Fontainebleau, Chantilly) sont eux beaucoup plus caractérisés par leur orientation domestique.

Figure 1 : Les pôles dans l’espace économique régional en 1999 (nuage des individus dans le premier plan factoriel issu d’une ACP sur l’emploi localisé)

  • 4  Les termes de « Centre » et « Périphérie » renvoient ici uniquement à la localisation des pôles da (...)

28Dans l’espace économique constitué par la région parisienne, les pôles d’emploi se positionnent donc les uns par rapport aux autres suivant un double clivage fonctionnel et sectoriel. A la seule analyse de l’ACP et sans effectuer de classification à ce stade, trois grands groupes de pôles émergent : des pôles dits « centraux » pour leur position dans l’agglomération4, des pôles de banlieue et des pôles périphériques.

29Dans le Centre (Paris, Boulogne, La Défense) et les pôles du sud-ouest de l’agglomération (qui s'étend entre Evry et Cergy), les cadres et les activités de tertiaire à destination des entreprises (en particulier les activités de conseil et assistance) dominent l'emploi et expliquent que ces pôles se distingue dans l’espace économique. Ils sont fortement surreprésentés dans l’ensemble des secteurs présents dans les pôles. Au sein de cette classe au profil fonctionnel homogène, les différences entre pôles sont donc avant tout sectorielles :

30- Paris, Boulogne et la Défense sont caractérisés par la forte présence des services supérieurs (à destination quasi exclusive des industries pour ces deux derniers pôles, plus diversifiés car également orientés vers le tourisme et le luxe pour la capitale).

31- Les pôles du sud-ouest concentrent, eux, les emplois de cadres de l'industrie. Les activités de conseil côtoient les cadres des NTIC, de l’aéronautique ou de l’automobile.

32De manière générale, on note une forte auto-corrélation spatiale qui se traduit par la spécialisation commune de grappes de pôles. Ces grappes de pôles s’insèrent dans une géographie en quadrants (Davezies, 2002b). Les pôles ‘NTIC’ sont tous regroupés à proximité du plateau de Saclay (Guyancourt, Versailles, Les Ulis). Le même constat vaut pour les industries aéronautiques, mécaniques ou automobiles qui sont très présentes dans l’emploi des pôles de la Basse vallée de la Seine.

33Les pôles situés en Banlieue Est concentrent plutôt des emplois de techniciens. Leur activité est relativement diversifiée et s'articule autour des services professionnels et d'activités industrielles variées. L’organisation en grappes est beaucoup moins marquée que pour les emplois de cadres. Les pôles du Sud-Est, de Evry à Melun et le long de la vallée de l’Orge sont tout de même caractérisés par la prédominance d’emplois dans l’industrie mécanique, tandis que le commerce de gros est concentré autour des aéroports Orly (dont le pôle comprend aussi Rungis) et Roissy.

  • 5  Les « villes avant-postes » sont les villes historiques de 50 000 à 100 000 habitants, situées à u (...)

34Plus en périphérie les pôles s'articulent autour des services domestiques ou administratifs. Les employés y sont particulièrement présents. Parmi ceux-ci, il convient de distinguer entre les pôles résidentiels ‘purs’ (Chantilly, Senlis, Fontainebleau) et les anciens pôles industriels. Ces derniers sont encore caractérisés par la présence d’industries de fabrication. Si l’industrie lourde a presque toute disparu, on note encore une présence forte d’ouvriers des industries de biens d’équipement ou d’électronique. Les « villes avant-postes5 » (Gilli, 2003) suivent presque toutes ce schéma dans la mesure où elles conservent une trace encore vive de l'ancienne structure économique. Mais à l’image de toute la grande périphérie, elles sont également caractérisées par la présence de services domestiques et par le poids de l’emploi administratif.

Figure 2b (zoom sur le cœur de l’agglomération)

L’évolution du contexte régional : tertiarisation des activités et diversification des pôles.

35Si l’emploi évolue dans tous les pôles entre 1975 et 1999, on observe pourtant une relative stabilité des éléments structurant l’espace économique francilien. Les grandes oppositions entre industrie et services et entre activités domestiques et productives demeurent. La période est pourtant marquée par une modification très importante de la composition socio-économique de l’activité.

36Ce constat alimente celui effectué à propos de la tertiarisation des activités industrielles. S’il y a de très importantes mutations dans la Région Urbaine de Paris entre 1975 et 1999 et qu’elles affectent la grande majorité des pôles (mais à des moments différents), ceux-ci évoluent toutefois de manière assez parallèle, compte tenu de leurs caractéristiques de départ.

37La proximité des typologies de 1975 et 1999 ne doit cependant pas masquer la forte variabilité des classifications au cours des trente dernières années. Au sein de l’évolution générale, des classes entières de pôles semblent ainsi avoir fortement divergé, en particulier entre 1982 et 1990, avant de converger à nouveau en fin de période. La classe contenant les pôles de la banlieue Est, par exemple, est instable au sein de la typologie. Proche des pôles du Centre en 1975, elle présente un profil voisin des pôles périphériques en 1990 (Nap). Ce constat irait dans le sens des analyses effectuées au début des années 1990, sur la divergence des trajectoires de l’est et l’ouest francilien. Mais compte tenu des réserves faites sur l’utilisation de la Nap, cette divergence peut tout aussi bien n’être qu’une apparence, due à l’inadaptation de la Nap aux nouvelles conditions de production.

38Le ‘décrochage’ supposé de la banlieue est par rapport à l’ouest, selon l’idée véhiculée par les acteurs de l’aménagement du territoire en Ile-de-France, serait alors en grande partie artificiel. Selon cette thèse, les pôles occidentaux de la région auraient réussi leur ‘révolution tertiaire’ alors que les pôles de l’Est auraient raté leur reconversion industrielle et subiraient aujourd’hui les conséquences de cela (taux de chômage plus élevé, plus forte dépendance à Paris, emplois beaucoup moins qualifiés et plutôt industriels, etc.). Cette vision s’ancre en partie dans les travaux de F. Damette. Réalisés sur les seules activités industrielles, ils ont nourri l’idée que l’ouest devenait de plus en plus un espace productif industriel alors qu’il était initialement surtout un espace à vocation résidentielle, tandis que l’Est concentrant historiquement les activités productives perdait ses emplois industriels pour, supposait-on, réorienter sa structure d’activité vers les services aux populations.

39Or, d’une part, l’introduction des activités domestiques permet de relativiser fortement ces conclusions. Les études de L.Davezies, en particulier sur les villes nouvelles (Davezies, 2002b) le montrent particulièrement bien. Et d’autre part, même en se focalisant sur le secteur industriel, les tissus industriels historiquement très différents entre l’Est et l’ouest semblent avoir évolué en parallèle au cours de la dernière période, ainsi que le montre le traitement du recensement 1990 recodé en Naf. Dans une période marquée par d’importantes évolutions industrielles, la mesure de leur divergence s’avère intimement liée aux instruments utilisés. La recodification du recensement 1990 à l’occasion du changement de nomenclature de 1993 permet d’éclairer ce point. En même temps qu’elle réactualise les oppositions économiques structurant l’espace, elle invite à nuancer le diagnostic de divergence. Ces deux aspects apparaissent clairement si l’on complète l’analyse de l’espace économique par une classification des différents pôles et que l’on étudie son évolution au fil du temps.

De 1975 à 1999, une mutation de tous les territoires en parallèle

40Sur la base des résultats d’ACP comparables à celle commentée ci-dessus, mais effectuées sur l’ensemble des recensement disponibles (1975, 1982, 1990 en Nap, 1990 en Naf et 1999), il est possible de réaliser une série de classifications positionnant les pôles les uns par rapport aux autres à chaque recensement. L’emploi d’un pôle peut être très voisin de celui d’un autre pôle en 1975, mais profondément différent en 1999 après 25 ans d’évolutions économiques. Ils seront alors dans les mêmes classes en 1975 mais dans des classes différentes en 1999. En rassemblant l’ensemble des résultats obtenus, il est possible de dresser un tableau regroupant les appartenances successives de chaque pôle. Le tableau 1 permet ainsi de visualiser, à chaque date, la composition des différentes classes que l’on observe sur toute la période et, pour chaque pôle, l’évolution de sa position relative dans l’espace économique francilien.

41Il ne s’agira pas, ici, de décrire l’ensemble des transformations qui peuvent caractériser la Région Urbaine de Paris sur longue période (Gilli, 2004). Elles seront mentionnées dans la mesure où elles contribuent à l’analyse de l’adéquation entre l’objet étudié et l’instrument de mesure.

Une tertiarisation aux effets contrastés, mais la typologie est stable sur le long terme

42Une classification statistique effectuée sur les résultats des ACP met en évidence trois principaux types de pôles. Ces trois types sont pérennes entre 1975 et 1999, mais leurs contours varient et ils font apparaître des économies différentes de celle qui ressort de l’ACP menée en 1999.

  • 6  Ces pôles constituent une branche de la classification à part entière en 1975 et 1990 (en Nap et e (...)

43Si les pôles 'centraux' (localisés au centre et au sud-ouest de l’agglomération) se distinguent à chaque période des pôles ‘périphériques’ situés dans la très grande banlieue, les pôles de banlieue sont, eux, alternativement rattachés à l’un ou l’autre de ces deux types. Alors que la différence socioprofessionnelle joue un rôle important dans la discrimination entre les deux premiers types, le troisième type est constitué de pôles ‘sectoriels’. Ces pôles se distinguent des deux précédents à la fois par la spécificité de leurs activités (industrielles ou logistiques) et par la présence indifférenciée de toutes les catégories socioprofessionnelles relatives à ces activités6.

44Les principales variations dans la typologie concernent donc les pôles de banlieue. C’est à l’aune de leurs positions successives que l’on analysera le lien entre pertinence de la nomenclature et acuité de l’analyse spatiale.

45En 1975, les pôles de banlieue ont des profils similaires, qu’ils soient au sud-ouest (Boulogne, Guyancourt, etc.) ou à l’est (Saint-Denis, Noisy-le-Grand, etc.) et appartiennent tous au type central. La classe ‘cadres de l’industrie’ à laquelle ils appartiennent (qui regroupe 80% des emplois de la région) contient en effet Paris, Boulogne et Courbevoie aussi bien que Saint-Denis, Montreuil et Guyancourt. Ils se distinguent des pôles de la grande banlieue (Brétigny, Meaux,…) et de la périphérie de la région parisienne (Beauvais, Chartres,…) qui sont tous de type ‘périphérique’ à la fois par leur dominante industrielle plus marquée (les autres pôles ayant de nombreux emplois de services) et par l'importance des cadres dans l'emploi (les autres pôles concentrant surtout une population d’ouvriers et d’employés).

46La transition de la structure d’emploi de ces pôles vers les services se fait progressivement. Elle se traduit par l’apparition de différences croissantes au sein de l’agglomération entre banlieue est, banlieue ouest et Paris, qui semblent se développer jusqu’en 1990.

47La spécificité des pôles ‘centraux’ (ceux du centre et du sud-ouest de l’agglomération) de plus en plus tertiaires et atypiques s'affirme, conduisant à un écart croissant entre leurs structures en emplois et celles des autres pôles, de banlieue comme hors de l’agglomération. Ce processus se lit dans le positionnement relatif des pôles de banlieue au sein de l’économie régionale. Entre 1975 et 1982, les pôles de Saint-Denis, Montreuil, Ivry-sur-Seine, Créteil, Noisy-le-Grand, Argenteuil, Viry-Châtillon, de même que Dreux et Noyon passent ainsi d’une classe de type ‘central’ à une classe de type ‘périphérique’. Ces pôles, qui recouvrent une large moitié Nord-Est de la banlieue parisienne (de Viry-Châtillon à Argenteuil) semblent suivre une évolution qui les rapproche des villes industrielles de la grande périphérie et les éloigne des pôles de l'ouest francilien. Les positions relatives des pôles de l’agglomération parisienne changent ainsi au gré des évolutions économiques, entre une industrie qui se tertiarise à l’ouest et une industrie qui semble ne pas évoluer à l’est, dont les effectifs traditionnels diminuent et sont compensés par une augmentation des services particuliers et des emplois administratifs. Ce constat, effectué dans les années 1980 et renouvelé dans les années 1990 a pu conduire à l’idée d’un décrochage de la banlieue Est.

48En 1990, cette tendance à l’externalisation des services supérieurs est particulièrement perceptible à Courbevoie et en fait un pôle spécifique. Dans le même temps, les structures également particulières de l’emploi à Paris (de tertiaire supérieur, mais où tourisme et services aux personnes occupent une place importante), conduisent à isoler une autre classe atypique, composée de Paris, Fontainebleau, Chantilly ainsi que Combs-la-Ville. Les pôles industriels spécialisés demeurant à part, tous les autres pôles sont rassemblés dans une même classe.

49Le changement de nomenclature permet alors non seulement de dissocier des sous-ensembles au sein de cette classe et de redécouper différemment un ensemble de pôles rendus homogènes par la généralisation des services. Les effets du changement de nomenclature sont particulièrement surprenants et la classification obtenue à partir des données de 1990 codées en Naf diffère très profondément de celle obtenue à partir des données codées en Nap :

50- Paris n’est plus dans la même classe que Fontainebleau, Chantilly et Combs-la-Ville. La capitale rejoint La Défense au sein d’une vaste classe centrale recomposée, issue en partie de la scission de la classe qui, dans l’approche en Nap, regroupait presque tous les pôles.

51- Plus étonnants encore sont les contours de cette classe centrale. A deux exceptions près (Melun et Noisiel remplacent Dreux et Noyon), elle recoupe les contours de la classe centrale de 1975 ! Les pôles qui avaient disparu de la classe centrale en 1982 (Saint-Denis, etc.) s’y retrouvent donc à nouveau en 1990 suite à l’adoption de la nouvelle nomenclature.

Tableau 1 – Evolution des pôles d’emploi au sein de la typologie

52Trois types de pôles se dégagent. Les pôles 'centraux' apparaissent dans les cases blanches, les pôles 'périphériques' dans les cases jaunes, les pôles 'sectoriels' en gris. Seul le pôle « Courbevoie » présente un profil atypique en 1990 (Nap).

53Dans chacune de ces branches principales, les sous catégories sont précisées en fonction des classifications plus fines obtenues à chaque date. Les libellés précisent ces sous-catégories.

Explication des résultats et analyse des exceptions

54En Nap, la période 1975-1990 est donc caractérisée par une apparente uniformisation des profils des pôles, faisant apparaître une très vaste classe centrale qui englobe la quasi-totalité des pôles à l’exception de Paris et de Courbevoie dont les particularités s’affirment. L’adoption d’une grille d'analyse plus cohérente avec la réalité des activités (la recodification par l'Insee des nomenclatures d'activité en 1993) se traduit par une image des positions respectives de chaque pôle en 1990 quasiment identique à celle de 1975 : la CAH, sur les activités et les catégories socioprofessionnelles, obtenue en ventilant les emplois de 1990 suivant la Naf, est ainsi plus proche de la classification obtenue avec les emplois de 1975 (Nap) que de la classification obtenue en 1990 en Nap : seuls quatre pôles ont changé de classe entre 1975 (en Nap) et 1990 (en Naf) !

55Lorsque l’on considère les activités en Nap, deux profils de pôles différents émergent : des pôles de type ‘central’ avec des activités industrielles spécifiques dans lesquelles les emplois cadres ou techniciens sont importants ; des pôles de type ‘périphériques’ où coexistent services domestiques et industrie lourde ou fabrication. Dans une nomenclature qui n’est pas construite de telle sorte qu’elle rende bien compte de la tertiarisation de l’industrie, le glissement de l’activité vers les emplois tertiaires se traduit par un gonflement des emplois de services traditionnels mais où l’évolution interne des secteurs industriels est masquée.

56Dans la division urbaine du travail, les pôles périphériques accueillent généralement les emplois d’exécution et les seules activités tertiaires sont les services de proximité (services domestiques et administration). Ils bénéficient de l’augmentation des services de proximité (suite au desserrement de la population) mais sont peu affectés par ce changement.

57Les pôles de banlieue, eux, le subissent pleinement. Comme la tertiarisation des activités industrielles n’apparaît pas dans les statistiques, la seule évolution que l’ont perçoit dans les chiffres est l’augmentation de l’emploi de services de proximités. L’emploi industriel, lui reste stable et en apparence inchangé dans un contexte de tertiarisation générale. Ces pôles glissent donc vers un profil ‘industrie et services de proximité’ qui les rapproche des pôles de périphérie. Dans le même temps l’évolution de l’hypercentre a été mieux saisie, puisqu’il se positionne sur des services spécifiques, d’où l’impression d’une divergence.

58Ce double effet apparaît clairement en 1982. Les pôles dont l'emploi était particulièrement dominé par les cadres continuent de se distinguer tandis que ceux dont l'emploi présentait le moins de spécificités fonctionnelles se retrouvent finalement très proches d'une classe de plus en plus importante, composée des pôles où dominent les employés et les services aux personnes au sens large. Les premiers pôles à subir l'amalgame entre les services industriels et l'industrie sont ceux de la banlieue Est.

59La poursuite de cette réorganisation de l’activité francilienne entre 1982 et 1990 place la Nap de plus en plus en porte-à-faux. La tertiarisation de l’industrie n’apparaît finalement dans les statistiques que dans un cas extrême, celui de Courbevoie. La Défense s’étant spécialisée en partie dans l’accueil de ces services externalisés constitue une classe à part en 1990.

60Lorsque l’on change de nomenclature, c’est à dire que l’on conserve la même structure industrielle mais qu’on la regarde en faisant plus attention au développement du tertiaire au sein même de l’industrie, la position des pôles périphériques change peu. Par contre on voit émerger plus nettement les services opérationnels qui se sont développés en banlieue : les emplois de services aux industries qui étaient auparavant masqués sont révélés et entrent dans la définition des classes. Mécaniquement, le profil de la banlieue se rapproche de celui du centre et s’éloigne de celui des pôles périphériques.

61Les conclusions sur la banalisation (au sens de la théorie de la base) des activités de banlieue ne sont donc très vraisemblablement que le fruit d’un mirage statistique que le changement de nomenclature permet de dissiper. Il y a eu une très importante mutation de l’activité entre 1975 et 1999 qui s’est traduite par des évolutions marquées de tous les pôles, mais ces évolutions ont conduit à un renforcement des particularismes et à un clivage autour d’oppositions qui n’étaient pas forcément aussi marquées en 1975 plutôt qu’à une homogénéisation des activités des différents pôles.

62D’ailleurs, si l’on revient sur les quatre pôles qui ont changé de classe entre 1975 et 1990, tous présentent des profils atypiques qui justifient leur changement de classe.

63Melun et Noisiel sont passés de la classe des 'employés' à celle du 'tertiaire supérieur'. Ce sont deux villes nouvelles dont le développement a commencé après celui des autres villes nouvelles de la région parisienne. Noisiel correspond aux secteurs 3 et 4 de Marne-la Vallée et Melun n’a pris son véritable essor qu’une fois la dynamique d’Evry stabilisée. De pôles secondaires situés en grande périphérie (employés), ces villes rejoignent le profil de l’ensemble des villes nouvelles et des pôles plus centraux de la région.

64A l’inverse, Dreux et Noyon ont fait le chemin de la classe 'Cadres de l'industrie' vers la classe 'Employés et commerçants'. Ce changement se comprend dans la mesure où ce sont deux centres industriels dont la reconversion a tardé et s’est plutôt mal passée (fermetures sèches, non reconversion des sites, déqualification de la population résidente).

Retour sur les évolutions de la dernière décennie

65Dans cette perspective, comment comprendre l’évolution de la dernière décennie : faut-il y voir l’amorce d’un nouveau décrochage de l’est francilien ?

66Sur la dernière période, les pôles de la zone centrale observée en 1975 et en 1990 (Naf) ont des dynamiques divergentes et la classe se scinde en deux, comme au cours de la première période inter-censitaire observée, 1975-1982. La première partie de la classe de 1990 est de type ‘central’ et comprend deux sous ensembles ; l’un tertiaire est ancré sur l’hypercentre (Paris, Boulogne, Courbevoie), l’autre rassemblant des pôles technologiques est essentiellement composé de pôles du sud-ouest francilien.

67A l’image de ce qui s’était passé entre 1975 et 1982, la seconde partie contient les pôles de la banlieue est et leur profil se rapproche de celui des pôles de type ‘périphérique’. Ils présentent un emploi plus riche en professions intermédiaires et employés qu’en cadres. On retrouve donc le même type d’évolution que celles constatées entre 1975 et 1982 et le phénomène concerne exactement les mêmes pôles : Saint-Denis, Montreuil, Ivry-sur-Seine, Créteil, Noisy-le-Grand, Argenteuil, Melun, Viry-Châtillon.

68On peut imaginer que, alors que l’ouest francilien a renforcé sa spécialisation dans les cadres, l’Est francilien n’a pas suivi le même mouvement. La banlieue se retrouverait alors rattrapée par les pôles périphériques qui se sont profondément transformés dans les années 1990 (dans certains pôles, l’activité phare de 1990 a perdu la quasi totalité de ses emplois en moins de dix ans tandis que se développaient très fortement de nombreuses activités tertiaires).

69On peut également penser qu’il s’agit d’un début d’inadaptation des nomenclatures utilisées. Sans doute la nomenclature d’activités de 1993 n’est-elle déjà plus que partiellement adaptée à l’activité économique. Mais le rapprochement de la banlieue est et de la périphérie ne se fait pas de la même manière entre 1990 et 1999 qu’entre 1975 et 1982. Si dans les deux cas les pôles de la banlieue Est constituent un groupe homogène identifiable au sein des pôles de type périphérique, ils contribuent plus à la variance intra-classe du type périphérique en 1999 qu’en 1982 (comme cela apparaît sur les arbres de classification qui figurent en annexe).

70Il n’y aurait donc pas de convergence des pôles de banlieue vers les pôles périphériques entre 1990 et 1999 mais plutôt un profil spécifique, celui des ‘techniciens’, qui s’affirmerait. Les modalités du changement de classe des pôles de la banlieue Est révèleraient leur spécialisation plus que leur convergence vers un profil périphérique moyen. Comme les professions intermédiaires sont aussi bien présentes dans les pôles centraux (où elles côtoient les cadres) que dans les pôles périphériques (où elles côtoient ouvriers et employés), les pôles de banlieue peuvent changer régulièrement de type de classe. Leur appariement au centre (1990 Naf) ou à la périphérie (1999) pourrait venir de ce que les professions intermédiaires sont prépondérantes dans ces pôles : selon que, après les professions intermédiaires, ce sont les employés ou les cadres qui sont les plus nombreux dans tel pôle de banlieue, alors il sera alternativement classé avec les pôles de type périphérique ou les pôles de type central.

71Le basculement des pôles de banlieue du centre vers la périphérie observé entre 1990 et 1999 s’interprèterait dans cette perspective comme un renforcement relatif du poids des employés au sein de ces pôles, au détriment des cadres et professions intermédiaires. Toutefois, la compétence technique de nombreux nouveaux métiers du tertiaire a notoirement été sous-évaluée. C’est leur part croissante au cours des dernières années qui a suscité le toilettage des PCS en 2000 : de nombreux ouvriers ou employés ont alors été requalifiés en techniciens (Amosse, 2001). Une nouvelle analyse menée sur des données recodifiées suivant la nouvelle grille de catégories socioprofessionnelles permettrait sans doute de relativiser le nouveau basculement des pôles de banlieue.

Conclusion

72Dans un contexte économique très changeant, les statistiques ne rendent pas nécessairement compte des évolutions qui traversent les territoires. Alors qu’une analyse sur des données de 1975 à 1990 semble plaider pour une déqualification d’un grand nombre de pôles d’emplois de la région parisienne, l’analyse des mêmes données recodées offre un angle de vue tout à fait différent.

73Les pôles d’emplois de la Région Urbaine de Paris ont donc traversé ensemble les profondes mutations des vingt-cinq dernières années. Il se sont tous plus ou moins adaptés aux nouvelles conditions économiques en fonction de leur structure économique historique, sans que les uns ou les autres ne 'décrochent'.

74Cela ne signifie pas, évidemment, que la banlieue est a un profil voisin de celui de Paris et que toute différenciation ne serait qu'un effet de grille de lecture. L'hyper sensibilité de la position des pôles de banlieue dans la typologie est en elle-même une information. Ces pôles sont dans une position intermédiaire, ni identiques au centre, ni similaires à la périphérie. Le yo-yo qu'ils effectuent dans les classifications, méthodologiquement justifié, témoigne de la difficulté à cerner les métiers sur lesquels ils se spécialisent.

75----------

Haut de page

Bibliographie

Amosse T., 2001, ‘L’espace des métiers (recensement 1999)’, Insee Première

Beckouche P., Damette F., Vire E., Géographie économique de la région parisienne, Paris : CNRS, Univ. Paris I, STDE, DREIF, CDU 36 212 ou IA 39 066, 1997.

Berroir S., Sanders L., Saint-Julien Th., 2003, « Spécialisation économique des pôles d’emploi et polarisation de la mobilité dans l’aire urbaine de Paris », in Pumain D. Mattei M.-F. (dir.) 2003, Données urbaines, 4. Paris, Anthropos, coll. Villes, 433 p.

Davezies L., 2002a, « Les secteurs d'activité privés à Paris. Evolution depuis 1982, contraintes de développement et éléments prospectifs », Les cahiers du PLU, n°3

Davezies L., 2002b, « Evolution des villes nouvelles depuis 20 ans : accueillir, produire, servir – desservir », L’OEIL.

Gilli F., 2002, « Déplacements domicile-travail et organisation du bassin parisien », L’Espace Géographique, 4 ; 289-305.

Gilli F., 2003, « Plaidoyer pour les villes avant-postes », Urbanisme, 333.

Gilli F., 2004, Le desserrement de l’emploi dans la Région Urbaine de Paris, DREIF

Hecquet V., 2003, « Les structures productives des régions : spécialisation de l’Ile-de-France, convergence accrue des autres régions », Insee, document de travail.

Julien P., Pumain D., 1996, « Fonctions stratégiques et image des villes », Economie et Statistiques, n°294-295.

Julien P., 2001, « Mesurer un espace urbain en expansion », Economie et Statistiques, n°336

Haut de page

Annexe

Tableau 2 : Libellé des pôles

Tableau 2 : Libellé des pôles

Figure 3 : Arbre de classification 1975

Figure 3 : Arbre de classification 1975

Figure 4 :  Arbre de classification 1982

Figure 4 :  Arbre de classification 1982

Figure 5 : Arbre de classification 1990 (Nap)

Figure 5 : Arbre de classification 1990 (Nap)

Figure 6 : Arbre de classification 1990 (Naf)

Figure 6 : Arbre de classification 1990 (Naf)

Figure 7 : Arbre de classification 1999 des classifications

Figure 7 : Arbre de classification 1999 des classifications

Tableau 3 : Caractérisation des classifications

Haut de page

Notes

1  Ce travail a été réalisé alors que l’auteur travaillait à la Direction Régionale de l’Insee Picardie, il est inspiré d’un rapport d’étude pour la DREIF sur le desserrement de l’emploi dans la Région Urbaine de Paris, 1975-1999, disponible auprès de la DREIF ou en ligne http://gilli.ensae.net/rapport_rup.pdf.

2  A titre d’exemple, la région accueillait, en 1975, 169 000 emplois dans la construction mécanique (96 000 en 1990), 186 000 emplois dans l’automobile et le matériel ferroviaire (98 000 en 1990), 130 000 dans la fonderie et le travail des métaux (86 000), 56 000 dans les Caoutchouc et plastiques (37 000), 48 000 dans la chimie de base (27 000), 17 000 dans le travail des métaux non ferreux (10 000) et 13 000 dans la sidérurgie (8 500).

3  Noter que des CSP de niveau 2 constitutives d’une même CSP de niveau 1 dans l’ancienne nomenclature pourront ainsi se retrouver dans plusieurs PCS de niveau 1. En utilisant les CSP de niveau 2, il est ainsi possible de reconstituer une image de la population de 1975 en fonction des PCS ‘nouvelles’ reconstituées au niveau 1.

4  Les termes de « Centre » et « Périphérie » renvoient ici uniquement à la localisation des pôles dans la Région Urbaine de Paris, sans que cela soit à relier nécessairement avec une organisation centre/périphérie de la Région Urbaine de Paris dont la validité reste à démontrer à cette échelle et dans le cas de la région parisienne.

5  Les « villes avant-postes » sont les villes historiques de 50 000 à 100 000 habitants, situées à une centaine de kilomètres de Paris hors d’Ile-de-France, polarisant fortement leur espace local tout en entretenant une relation privilégiée au cœur de la région parisienne : Beauvais, Creil, Compiègne, Soissons, Château-Thierry en Picardie, Vernon ou Evreux en Normandie, Dreux, Chartres, Montargis, voire Pithiviers dans la région Centre, ou encore Sens en Bourgogne.

6  Ces pôles constituent une branche de la classification à part entière en 1975 et 1990 (en Nap et en Naf). Il est d’ailleurs remarquable que le positionnement relatif de ces pôles ne soit pas affecté par le changement de nomenclature. Ils ne sont ventilés entre ‘centre’ et ‘périphérie’ qu’en 1982 et 1999. A ces deux dates, ils restent toutefois clairement identifiables comme des sous-ensembles spécifiques à l’intérieur de chacun des deux types principaux comme cela apparaît dans le tableau ci-après.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3045/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3045/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 2a
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3045/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3045/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3045/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Tableau 2 : Libellé des pôles
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3045/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 3 : Arbre de classification 1975
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3045/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 4 :  Arbre de classification 1982
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3045/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 5 : Arbre de classification 1990 (Nap)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3045/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 6 : Arbre de classification 1990 (Naf)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3045/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 7 : Arbre de classification 1999 des classifications
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3045/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Gilli, « Les statistiques astigmates et la recomposition de la géographie francilienne », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 324, mis en ligne le 09 novembre 2005, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/3045 ; DOI : 10.4000/cybergeo.3045

Haut de page

Auteur

Frédéric Gilli

CERAS-ENPC et UMR Géographie-Cités1, Francefrederic.gilli@ensae.org

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page