Navigation – Plan du site
2005
323

Une sélection de 90 sites web sur les diasporas

90 Selected Diasporas Web Sites
Françoise Rollan

Résumés

Cet article a pour objectif de présenter les sites Web les plus stables et les plus utiles à la recherche sur les diasporas. Il fournit un complément d’informations aux ouvrages et articles sur le sujet. Quelque 90 sites web allant des sites publics aux sites privés et des généraux aux plus hautement spécialisés ont été sélectionnés durant une période de cinq ans. La première partie traite essentiellement du concept de diaspora accompagné d’exemples d’application ; les autres parties couvrent les principales diasporas, à savoir : la diaspora arménienne, grecque, juive, africaine, indienne et chinoise, kurde et diverses autres diasporas

Haut de page

Notes de l’auteur

Dernière mise à jour du texte le 21 décembre 2011
Nous invitons les lecteurs à nous joindre (adresse mail ci-dessous) pour toute information complémentaire sur les sites de d’autres diasporas. Par ailleurs nous nous proposons de mettre régulièrement à jour cet article.

Texte intégral

1Notre article se veut un complément aux références des nombreux ouvrages et articles sur les diasporas, qui n’intègrent pas de liste de sites web. Or le web offre aux chercheurs en sciences sociales de nombreuses informations qui ne se retrouvent pas dans les livres. L’ouvrage (à paraître), coordonné par Robin Cohen, qui doit être un guide bibliographique et d’étude des diasporas, actuellement sur le web en version provisoire ne comporte pas encore une liste de sites web. Les ouvrages généraux en sciences sociales, publiés récemment, présentent des bibliographies de sites Web (Tze-chung Li, 2000 ; Mann C. and Stewart F., 2000 ; O Dochartaigh N., 2001), mais sont trop généraux pour s’intéresser aux diasporas. Il nous a semblé utile de réunir une sélection de quelque 90 sites spécialisés sur les diasporas. Il s’agit donc ici de combler un vide. Mais tout d’abord qu’est-ce qu’une diaspora ? Pour G. Scheffer (1993), une diaspora présente trois caractéristiques : la conscience et le fait de revendiquer une identité ethnique ou nationale ; l’existence d’une organisation politique, religieuse et/ou culturelle du groupe diasporé (richesse de la vie associative) ; l’existence de contacts sous diverses formes, réelles ou imaginaires avec le territoire ou le pays d’origine. Les membres de la diaspora peuvent être intégrés mais non assimilés car sinon ils auraient perdu toute conscience identitaire (Bruneau M., 2004, p.23-24). Les références aux migrations transnationales sont donc exclues de cet article, même si certains sites fournissent aussi des informations sur ces dernières. Compte tenu de la définition retenue, les sites web sont aussi le moyen le plus approprié choisi par les diasporas qui cherchent à promouvoir la mémoire de leur propre culture et à rassembler toute la communauté dans le pays d'accueil et de par le monde. Le web permet ainsi, à la diaspora et à la communauté internationale, de se tenir au courant des activités de chacun des groupes.

2Comment extraire de la masse d’information produite sur Internet du matériel scientifique ? Il s’agit d’une étude raisonnée de 90 sites qui peuvent avoir un intérêt pour les chercheurs s’intéressant aux diasporas, tant pour l’étude théorique que pour les études de cas. Ces sites ont été sélectionnés en fonction de leur stabilité au cours du temps. La recherche de sites passe par l’interrogation des moteurs de recherche. Le 21 octobre 2004, en inscrivant le mot « diaspora » (au singulier), Altavista donnait 1 700 000 réponses, Google 623 000 et Lycos 358 764. Avec « diasporas » (au pluriel) Altavista fournissait 101 000 résultats, Google 80 300 réponses, et Lycos 14 962. Le dépouillement de cette information est très long et délicat. Certains sites sont officiels (gouvernementaux), d'autres sont issus de la recherche universitaire et d'autres sont le fait de particuliers ou d'associations ou même d’entreprises commerciales ou de partis politiques. Il existe des sites ou des pages pour toutes les diasporas du monde, des plus anciennes, y compris celle du néolithique, qui marque l'origine du développement de l'agriculturei, aux plus récentes comme les nouvelles diasporas européennes issues du nouveau tracé des frontières en Europe de l'Estii. Un site parle même des diasporas du Sentieriii.

3Aux chercheurs, la toile offre déjà la possibilité de se constituer une bibliographie à partir des librairies virtuelles qui possèdent toutes, un moteur de recherche. A titre d’exemple, chez amazon.com, l’interrogation à partir du mot diaspora(s) signale 1579 références (le 27 octobre 2004). En interrogeant Google, nous avons appris la sortie, le 30 Novembre 2004, chez Springer d’une Encyclopédie des Diasporas, Encyclopedia of Diasporas. Immigrant and Refugee Cultures around the World, dirigée par Ember Melvin, Ember Carol R., Skoggard Ian et qui comprend 1 200 pages.

4http://www.springeronline.com/​ <consulté le 10 octobre 2005>

5Cet article ne prétend pas à l’exhaustivité, mais il se veut un guide. Nous avons choisi de présenter ici, les sites les plus riches en informations et ceux qui peuvent être les plus utiles pour la recherche académique. Nous avons également tenté de donner une information sur les principales diasporas. Par ailleurs, il faut noter que l’information sur Internet est assez volatile, des sites naissent et disparaissent, ainsi en est-il de leurs informations. Les sites dont les adresses sont fournies ici ont été vérifiés et fonctionnent parfaitement en mai 2005. Cette recherche ayant débuté en 2000, ceux qui avaient été repérés depuis cette date et qui ne répondent plus aujourd’hui, ont été supprimés. Nous n’avons donc conservé que les sites qui s’inscrivent dans la longue durée et qui sont maintenus régulièrement.

6Seront donc présentés dans cet article, les sites généralistes qui fournissent aussi des travaux sur le concept, puis ceux pour les diasporas arménienne, grecque, juive, africaine, asiatiques (indienne et chinoise), et ceux pour quelques autres diasporas (kurde, tatare, meshkète, caucasienne).

Les sites généralistes

Les bibliothèques virtuelles

7• WWWVirtual Library

8Avant de commencer les recherches, il faut se souvenir que la WWWVirtual Library, la Grande Bibliothèque Virtuelle Mondiale, est le plus ancien catalogue sur le web (1994), quelle contient des centaines de pages de liens dans tous les domaines, qu’elle est régulièrement mise à jour par des spécialistes de chaque domaine. Elle concerne tous les domaines scientifiques. La partie Regional Studies  offre des entrées par zone géographique et l'on peut y retrouver des informations sur les diasporas. Il en est de même pour l’entrée Social Sciences. Son adresse générale, est :

9http://vlib.org/​ <10 octobre 2005>

10• Data Program Library Service

11Le Data Program Library Service, développé depuis 1996, par l'université Madison-Wisconsin se dit être le carrefour Internet des Données en Sciences sociales (Internet Crossroads in the Social Science Data). DPLS' Internet Crossroads contient plus de 720 liens annotés vers des ressources Internet dont un vers Migration.

12http://dpls.dacc.wisc.edu/​newcrossroads/​index.asp <10 octobre 2005>

13• Social Science Information Gateway-SOSIG

14Le site portail d’information en sciences sociales (SOSIG) se veut le guide du meilleur sur le Web pour les sciences sociales. Un moteur de recherche permet d’interroger la base de données. Le mot « diaspora » apparaît dans 25 sites et le mot « diasporas » dans 8 sites.

15http://www.sosig.ac.uk/​<10 octobre 2005>

Les centres de recherches universitaires

16Deux sites universitaires particulièrement importants font état d'un projet de recherche sur les diasporas dans le monde, financé par l' "Economic and Social Research Council". Un grand nombre de centres de recherche travaillent sur les migrations et présentent parfois des articles sur les diasporas. Nous ne pouvions tous les citer, nous avons donc choisi de ne présenter que les principaux.

17• L'Université d'Oxford, Faculté d'Anthropologie et de Géographie, au Royaume Uni propose un programme sur les communautés transnationales (Transnational Communities financé par l'Economic and Social Research Council)

18L'adresse de la page d'accueil est :

19http://www.transcomm.ox.ac.uk/​<10 octobre2005>

20C'est le site le plus complet. Il constitue une véritable mine pour la recherche sur les diasporas. Le programme comprend quelques 20 projets de recherche qui sont menés dans diverses universités britanniques avec une recherche multi-sites à travers le monde. Dans chacun de ces projets, les diasporas sont étudiées et comparées.

21• Un autre programme : "Global Diasporas" du Département de Sociologie de l'Université de Warwick, Royaume-Uni, doit produire une vingtaine d'ouvrages sur les diasporas, dont un, entièrement consacré à la bibliographie sur les diasporas. Cinq ouvrages sont déjà parus dans cette série (chez UCL Press/ Routledge) ainsi qu'un bref descriptif de leur contenu, sont donnés à la page :

22http://www.transcomm.ox.ac.uk/<10 octobre2005>

23Un guide bibliographique "Diasporas and Transnational Communities : a Bibliographical and Study Guide" sous la direction de Robin Cohen, est accessible sur le Web. Il rassemble des références (ouvrages, articles et sites web) sur toutes les diasporas du monde ainsi que sur des thèmes comme"Religion et diaspora". Les références citées sont principalement en anglais, mais aussi en français et en allemand.

24http://www.transcomm.ox.ac.uk/​wwwroot/​bibliogr.htm <10 octobre2005>

25• Dans une autre collection "The International Library of Studies on Migration" publiée chez Edward Elgar, le volume 8 "Migration, Diasporas and Transnationalism" coordonné par Steven Vertovec et Robin Cohen, rassemble des articles sur les théories récentes, des recherches comparatives et des études de cas, réalisés par des chercheurs de différentes disciplines.

26• D'autres programmes de recherche sur les "Transnational Communities" sont menés, dans lesquels les diasporas en général et des cas particuliers sont traités comme ceux des Allemands du Kazakhstan, des Arméniens de Los Angeles, de Syrie, des Juifs allemands et des Russes.

27• L'Université d'Oxford, l’Institut d’Anthropologie sociale et Culturelle et le Centre d’Etudes sur les Réfugiés, ont développé le "Centre on Migration Policy and Society (COMPAS) ", dirigé par Steven Vertovec, financé principalement par l’"Economic and Social Research Council", qui bien que spécialisé sur les migrations, l’intégration et les politiques migratoires publie aussi des recherches théoriques et des études de cas sur les diasporas.

28http://www.compas.ox.ac.uk/​index.html <11 octobre2005>

29• L'Université de Warwick au Royaume-Uni

30Le centre de recherche sur les relations ethniques "Centre for Research in Ethnic Relations" travaille aussi sur les diasporas.

31http://www.warwick.ac.uk/​fac/​soc/​CRER_RC/​ <10 octobre2005>

32Il possède une collection unique de documents britanniques de littérature grise couvrant tous les aspects des relations ethniques. Il a aussi ses propres publications (Research Papers, Policy Papers, Bibliographies, Monographs, Occasional Papers, Census Statistical Papers Series).

33• L’Université d’Hawaii

34Elle est spécialisée sur l’aire Pacifique et présente un certain nombre de publications importantes sur les diasporas du Pacifique, mais surtout sur le concept de diaspora et celui de diasporas et mondialisation. Ces concepts sont développés et publiés sur Internet par Fred W. Riggs. Ils peuvent servir de base à toute recherche sur les diasporas.

35http://www2.hawaii.edu/​~fredr/​diaglo.htm <10 octobre2005>

36Un colloque organisé à Washington, par l’Association des Etudes Internationales groupe « Ethnicité, Nationalisme et Migration » portait sur les diasporas dans la politique mondiale présente les résumés des communications à la page suivante :

37http://www2.hawaii.edu/​~fredr/​diaspora.htm <10 octobre2005>

38L’université de Hawaii édite des ouvrages ayant trait à la zone Pacifique (Iles et Asie du Sud-Est). Parmi eux, 6 ouvrages intéressent les diasporas. Plusieurs revues éditées par l’Université contiennent des articles ou des références sur les diasporas. Ce sont : Journal of World History et China Review International.

39http://www.uhpress.hawaii.edu/​ <10 octobre2005>

40• L'Université de Iowa

41Elle a ouvert un site portail (Border Crossings) qui permet d'accéder à une liste de liens de pages ayant trait entre autres, aux cultures des diasporas africaine, arménienne, chinoise, grecque, juive, indienne, irlandaise, mexicaine et d'Asie du Sud.

42http://www.uiowa.edu/​~commstud/​resources/​bordercrossings/​diaspora.html <10 octobre2005>

Les revues scientifiques

43Il existe de nombreuses revues qui publient de temps en temps des articles sur les diasporas, nous n’avons retenu ici que les revues les plus spécialisées sur le sujet.

44• Diaspora. A Journal of Transnational Studies

45C’est la principale revue scientifique dévolue aux diasporas. Cette revue, qui paraît 3 fois par an, est publiée par les presses de l'Université de Toronto, au Canada. Elle est dédiée à l'étude pluridisciplinaire de l'histoire, de la culture, de la structure sociale, de la politique et de l'économie à la fois des diasporas traditionnelles –Arménienne, Grecque et Juive– et des dispersions transnationales qui dans les trente dernières années ont choisi de s'appeler "diasporas". Celles-ci englobent des groupes qui vont des Afro-Américains aux Ukraino-Canadiens et des Caraïbo-Britanniques aux nouvelles diasporas de l'Asie du Sud et de l'Est.

46http://www.utpjournals.com/​jour.ihtml?lp=diaspora/​diaspora.html <10 octobre2005>

47Elle donne directement accès à des résumés des articles parus de 1991 à 1996. A partir de 1997, les articles sont indexés et résumés dans Sociological Abstracts. Il s’agit soit d’articles de fond soit d’articles se rapportant à une diaspora en particulier soit d’articles comparant plusieurs diasporas. Dans presque tous, on peut trouver des éléments de réflexion qui peuvent servir à toutes les diasporas.

48• Diasporas. Histoire et sociétés

49Il s’agit d’une revue semestrielle interdisciplinaire publiée par le Centre Interdisciplinaire de Recherches et d'Études sur les Juifs et les Diasporas  de l’UMR du CNRS 5136 FRAMESPA localisée à l’université de Toulouse 2. Chaque numéro se veut thématique. La revue paraît depuis 2002.

50http://www.univ-tlse2.fr/​framespa/​equipe_6/​accueil_equip6.php <10 octobre2005>

51• Migration. A European Journal of International Migration and Ethnic Relations 

52Cette revue paraît 4 fois par an, à Berlin, au Berlin Institute for Comparative Social Research dont elle publie les travaux. Dans presque tous les numéros, paraissent des articles qui ont trait aux diasporas. A titre d’exemple, le N°33/34/35 est un numéro spécial sur mondialisation et diasporas, Globalisation and Diasporas. Il contient dix articles dont un de John Rex sur Communities, Diasporas, and Multiculturalism et un autre de Gabriel Sheffer, Defining Ethno-National Diasporas.

53http://www.emz-berlin.de/​migratio/​migratio.htm <10 octobre2005>

54Certaines revues scientifiques peuvent de temps à autre publier des articles sur les diasporas.

55• Revue Européenne des Migrations Internationales (REMI) a publié des articles sur les diasporas. A titre d’exemple, nous pouvons citer l’article de chercheurs russes V.S. Belozerov, T.A. Galkina, V.A. Kolossov, PP. Touroun qui ont notamment travaillé sur "Les diasporas arménienne et grecque dans la mosaïque ethnique du Caucase du Nord" (Vol.14, n°3, 1998).

56http://www.mshs.univ-poitiers.fr/​migrinter/​remi/​remi.htm <10 octobre2005>

57• Cahiers d’Etude sur la Méditerranée Orientale et le Monde Turco-Iranien (CEMOTI) publié par l’AFEMOTI (Association Française pour l’Etude de la Méditerranée orientale et du Monde Turco-Iranien) dont le siège est au CERI (Sciences Po Paris) ont publié un numéro consacré aux diasporas de la Méditerranée orientale (n°30, 2000).

58http://www.ceri-sciences-po.org/​publica/​cemoti/​presente.htm <10 octobre2005>

Les sites pour la diaspora arménienne

59• Le Centre de Recherche Arménien (Armenian Research Center) de l’Université de Michigan-Dearborn

60Le Centre détient un fonds documentaire sur tous les domaines, y compris des revues et des archives. Il publie la revue : Journal of the Society for Armenian Studies, il abrite le secrétariat de la Société des Etudes Arméniennes (Society of Armenian Studies). Il fournit des liens notamment sur l’histoire, la liste des bibliothèques des universités qui ont des programmes d’Etudes arméniennes, des liens gouvernementaux et intergouvernementaux, des liens avec les organismes séculiers arméniens, avec l’Eglise, avec d’autres diasporas (grecque, kurde), avec les principaux médias américains.

61http://www.umd.umich.edu/​dept/​armenian/​ <10 octobre2005>

62• L'Institut National Arménien de Washington (Armenian National Institute)

63Ce site fournit l'histoire la plus complète du génocide arménien avec des articles de presse de l’époque, des photos, des bibliographies, un article introductif, des cartes précises et une chronologie détaillée (1914-1939) :

64http://www.armenian-genocide.org/​ <11 octobre2005>

65• Le Centre de Recherches sur la Diaspora Arménienne

66Il s’agit d’une association loi de 1901, à but non lucratif, située à Paris dont le but est d’étudier la vie quotidienne passée et contemporaine de la diaspora arménienne dans le monde et du peuple arménien, de constituer, de maintenir et de développer un fonds documentaire, de créer un musée sur l’Arménie et les Arméniens, d’organiser des voyages, de veiller au respect des droits de l’Homme en Arménie et en diaspora, de promouvoir les relations avec l’Arménie. Il cite les lieux s’intéressant à l’arménologie en France, possède une page sur la vie arménienne et l’arménité en diaspora (patrimoine, mémoire, transmission de la culture, etc.), sur la culture arménienne et l’art, sur l’histoire, sur l’Arménie(s), sur le Génocide de 1915, sur l’inconscient(s) collectif(s), la mémoire(s) et 1915, sur la religion(s) et la théologie(s).

67http://armeniandocumentationcenter.com/​ < 21 décembre 2011>

68• Un site indépendant : The Hellenic Resources Network

69Ce site, bien que spécialement créé pour la diaspora grecque, a une page qui donne accès aux informations sur l’Arménie (gouvernement et médias) mais aussi sur l’histoire (génocide, etc.). Mais ce qui est nouveau par rapport aux autres sites, c’est qu’il fournit des documents turcs qui apportent un autre éclairage sur le génocide ainsi que des témoignages d’étrangers comme celui du Consul de Grande-Bretagne d’Erzurum.

70http://www.hri.org/​nodes/​armenia.html <11 octobre2005>

71• Le site officiel de la diaspora arménienne

72Il donne les nouvelles de la diaspora et du pays dans tous les domaines, et les archivent :

73http://www.armeniadiaspora.com/​ <11 octobre2005>

74Ses liens ouvrent sur un site portail dédié à la diaspora arménienne permet aussi un grand nombre d'accès aux informations pour la diaspora comme par exemple l'annuaire international des Arméniens sur le Net, la plate-forme d'accès à plus de 1000 sites arméniens du monde entier, classés par ordre alphabétique, et par catégorie. La catégorie « diaspora » permet d’accéder à 77 sites.

75• Plusieurs sites donnent accès aux nouvelles et à de nombreuses informations

76Ce site américain fournit des nouvelles (archivées depuis 1997) et d’autres informations utiles à la diaspora arménienne :

77http://groong.usc.edu/​index.html <11 octobre2005>

78Un autre site francophone ancien donne aussi des nouvelles, des informations sur la diaspora, l’histoire, les associations, les cours de langue. Il donne aussi de nombreux liens vers divers autres domaines intéressants la diaspora.

79http://netarmenie.com/​accueil/​index.php <11 octobre2005>

80Un site spécialisé donne les nouvelles d’Arménie en français, (archives depuis janvier 2000).

81http://www.armenews.com/​ <11 octobre2005>

82• Un site pour la diaspora arménienne de France et de nombreux liens

83Ce site permet d'accéder à des informations utiles à la vie de la diaspora (activités culturelles et de loisirs organisées par les Arméniens de France, liste des associations, histoire du génocide à partir de documents, nouvelles d’Arménie, prospections commerciales, annuaire des Arméniens du monde entier, etc.).

84http://www.armenweb.org/​ <11 octobre2005>

85A partir de ce site de nombreux liens existent, notamment avec les cartes de l’Arménie historique qui peuvent être consultées à :

86http://www.armsite.com/​maps/​ <11 octobre2005>

87Les liens permettent d’accéder à un site portail sur le génocide, à l’attention des internautes francophones. Ce site met en ligne un grand nombre de documents et d’articles ainsi que trois livres.

88http://www.imprescriptible.fr/​ <11 octobre2005>

89Un site, particulièrement intéressant pour la diaspora, est celui qui concerne la généalogie arménienne et qui permet éventuellement de retrouver des parents et amis. En particulier, on accède à la liste des réfugiés arrivés en France à partir de 1922 qui sont passés par les camps d'Odo et Sainte-Marthe à Marseille.

90http://www.geocities.com/​Paris/​Palais/​2230/​index2.html <11 octobre2005>

91• Un des plus anciens sites arméniens

92Depuis 1996, il atteint 1 000 pages web et encore plus d’images et il est consulté par plus de 4 millions de personnes. Ce site fournit la liste de toutes les églises arméniennes par pays. Il a un moteur de recherche.

93http://www.cilicia.com/​ <11 octobre2005>

94Il donne accès à l’Encyclopédie Arménienne en ligne qui compte plus de 2300 articles  :

95http://www.armeniapedia.org <11 octobre2005>

Les sites pour la diaspora grecque

96• Le Centre pour l’étude de l’Hellénisme (The Speros Basil Vryonis Center for the Study of Hellenism) établi à Sacramento en Californie.

97Ce centre est une institution culturelle, à but non lucratif, dédiée à l'étude, à la compréhension et à la promotion de l'hellénisme et à son rôle, sa signification dans la société et la culture contemporaine. Une autre mission du centre est de montrer le rôle social et culturel joué par les Grecs de la diaspora et notamment de la communauté grecque américaine. Ce centre existe depuis 1985. La nouvelle adresse sur le web est :

98http://www.loc.gov/​rr/​european/​GrkColl/​jcoles.html <11 octobre2005>

99La bibliothèque riche de quelques 65 000 volumes a pour but de fournir les ressources nécessaires pour l'étude de la civilisation grecque ancienne et moderne et l'étude des relations de la Grèce avec ses voisins. Outre les livres, les revues, les journaux, elle renferme des matériaux audiovisuels, des archives et des objets culturels.

100• Un site officiel : celui du Ministère des Affaires Étrangères

101Le site général est à l'adresse suivante :

102http://www.mfa.gr/​ <11 octobre2005>

103Il peut être atteint également à partir du site Hellenic Resources Institute (HRI) dont l'adresse générale est :

104http://www.hri.org/​ <11 octobre2005>

105Il publie, sous la forme de courts articles ou rapports, des informations sur la politique étrangère, sur les relations avec la Turquie, avec les pays balkaniques, sur le problème chypriote, sur la minorité grecque orthodoxe en Turquie et sur la minorité musulmane turque en Thrace grecque. Il donne des liens intéressant la Grèce, l’Arménie, Chypre, l’Union Européenne, les Balkans, les Etats baltes, l’Europe de l’Est, le Moyen-Orient, la Russie, la Turquie, les Etats-Unis, la religion, la politique, le droit, etc.

106Il dispose d'archives diplomatiques historiques accessibles au public de chercheurs, sous certaines conditions. Ces archives couvrent la période qui s'étend de la guerre de libération (1821) à nos jours. Les archives diplomatiques grecques sont ouvertes au public après 30 ans et non plus 50, comme cela était le cas précédemment.

107http://www.mfa.gr/​english/​the_ministry/​historical_archive/​ <11 octobre2005>

108Le Service des Archives Historiques est engagé dans une série de publications en collaboration avec le Département de Sciences Politiques de l'Université d'Athènes. Un volume a été consacré aux Juifs Grecs. Un autre retrace la fondation de l'État Grec moderne à travers les principaux traités et conventions signés entre 1830 et 1947.

109Le Secrétariat Général des Grecs à l'Étranger (General Secretariat for Greeks Abroad-GGAE) établi en 1983 s'occupe de la diaspora. Il publie un manuel pour les Grecs de l'étranger et les candidats au retour, ainsi que des études sur les migrations et la diaspora hellénique.

110http://www.ggae.gr/​ <11 octobre2005>

111Les Grecs de la Diaspora ont créé en 1995, un Conseil mondial des Hellènes à l'étranger (World Council of Hellenes Abroad (SAE)),

112http://www.saeworld.org/​ <11 octobre2005>

113• Un site indépendant pour l'union des politiques, des membres de la diaspora et de la communauté internationale : "The Hellenic Resources Institute"

114C'est un site portail qui donne accès non seulement aux informations utiles aux Grecs mais aussi à différents ministères étrangers, et à des informations pour la diaspora arménienne (Cf. § 4.1). L'institut a été fondé par un groupe de jeunes Grecs universitaires et professionnels en mai 1993. Il est basé à Cambridge, Massachussetts et à Athènes, Grèce. C'est un organisme indépendant à but non lucratif. Il espère pouvoir influencer les politiques publiques de la Grèce de façon constructive en faisant appel aux compétences des Grecs de la diaspora.

115http://www.hri.org/​hri <11 octobre2005>

116Il publie des ouvrages. Pour le moment une publication de 400 pages donne des informations à partir de recherches sur le terrain sur le Sud-Est Européen en 1996-97 "Southeast European Factbook and Survey 1996-1997". Il publie une revue "Emphasis. A Journal of Hellenic Issues".

117• Un site spécialisé sur la cartographie des Grecs en diaspora

118Il fournit des cartes et des informations sur les Grecs par zone géographique : Amérique du Nord, Amérique du Sud, Europe, Asie/Europe de l’Est, Afrique, Australie. Sur chaque carte sont indiquées les villes où des Grecs sont établis et en cliquant sur le point de la ville, une page s’ouvre et donne entre autre la taille de la communauté dans la ville. C’est donc un site très précieux pour avoir des informations chiffrées sur la diaspora grecque.

119http://www.greece.gr/​GLOBAL_GREECE/​DIASPORA_FACTBOOK/​global_diaspora_index.htm <11 octobre2005>

120• Une revue donnant des nouvelles et des adresses utiles pour la diaspora (Newsletter) est publiée par le Centre national pour les études et recherches helléniques (National Centre for Hellenic Studies and Research) à l'Université de La Trobe en Australie.

121http://www.latrobe.edu.au/​nhc/​ <11 octobre2005>

Les sites pour la diaspora juive

122• Academic Jewish Studies Internet Directory

123L’Academic Jewish Studies Internet Directory est le premier portail d’accès à 442 centres de ressources (360 en mai 2002) de haute qualité pour l’étude du judaïsme y compris l’accès aux catalogues de bibliothèques et aux bases de données telles que "RAMBI - Index d’articles sur les Études juives".

124http://www.jewish-studies.com/​ <11 octobre2005>

125Il donne accès directement aux associations académiques, aux bibliothèques, aux archives, aux études juives menées dans les universités, aux instituts de recherche et à diverses autres ressources (groupes de discussion, revues universitaires, bases de données, outils Internet en hébreu). La liaison est assurée avec 45 sites de revues universitaires.

126A partir du site portail de l’Academic Jewish Studies Internet Directory on peut accéder à de nombreux sites intéressants la diaspora juive, nous en avons choisi trois issus d’organisations diverses, et qui nous ont semblé très bien documentés et très stables dans le temps.

127• National Foundation for Jewish Culture

128Cette fondation créée en 1960 a pour but d’encourager la qualité de la vie juive en Amérique. Pour cela elle travaille avec des artistes, des institutions culturelles, des étudiants et des communautés. Elle annonce les manifestations culturelles, elle finance des études juives, distribue des prix pour des œuvres mettant en valeur la culture juive.

129http://www.jewishculture.org/​ <11 octobre2005>

130• Jewish Virtual Library

131Elle appartient à une entreprise coopérative israélo-américaine, créée en 1993, en tant qu’organisation non gouvernementale, apolitique et à but non lucratif pour resserrer les liens entre Israël et les Etats-Unis, assurer une meilleure compréhension entre les deux Etats, promouvoir les recherches et les études juives, réécrire les livres d’histoire. La bibliothèque qui sert de centre de recherche en ligne pour les étudiants juifs, couvre tous les domaines de l’anti-sémitisme au sionisme (23 thèmes). La documentation de ce centre est unique au monde. Chaque thème est interactif et permet d’accéder à d’autres sites qui fournissent l’information soit une bibliographie de sites de 60 pages. C’est dire la richesse de cette bibliothèque.

132http://www.jewishvirtuallibrary.org/​ <11 octobre2005>

133• Le Centre pour les études juives et hébraïques (The Oxford Centre for Hebrew and Jewish Studies), Université d’Oxford

134Outre les études, il offre un riche fond documentaire (archives sur les personnalités de l’histoire moderne juive, un grand nombre d’ouvrages spécialisés), il publie une revue (The Journal of Jewish Studies). Le centre héberge l’Association européenne des Etudes Juives.

135http://users.ox.ac.uk/​~ochjs/​ <11 octobre2005>

136• Le Centre d'Études Judaïques (Center for Judaic Studies), Université de Denver, Colorado, vise à la fois le campus (par les programmes d’étude en liaison avec le département des Etudes religieuses et celui des Etudes internationales) et la communauté.

137http://www.du.edu/​cjs/​ <11 octobre2005>

138L’Université de Denver abrite aussi l’Institut de l’Holocauste.

139• Le Centre d'Études Juives (Center for Jewish Studies), Université de Princeton.

140Il permet d’accéder à des bases de données (articles de revues sur les études juives, données démographiques, manuscrits microfilmés, films, bibliographies, etc.) ; à des nouvelles sur Internet, à des bibliothèques, des archives et autres centres de recherche dans le monde entier.

141http://www.princeton.edu/​~pressman/​jewish.html <11 octobre2005>

142• La revue Jewish Political Studies Review publiée par le Jerusalem Center for Public Affairs présente des articles sur la diaspora juive. Par exemple le numéro spécial sur l’Expérience politique Sépharade (Vol 5, n°3-4, 1993) ou encore le numéro sur la politique juive et la construction des communautés juives en Union Soviétique (Vol14, n°1-2, 2002). http://www.jcpa.org/​jpcont.htm <11 octobre2005>

Les sites pour la diaspora africaine

143La diaspora africaine étant particulièrement bien représentée sur le Web (plus de 58 000 citations sur le moteur de recherche Google le 20 décembre 2004), seuls quelques sites ont été retenus.

144• L'Université de Columbia aux États-Unis

145Elle possède un site portail sur la diaspora africaine et les études afro-américaines. C’est le meilleur site du domaine.

146http://www.columbia.edu/​cu/​lweb/​indiv/​africa/​cuvl/​diaspora.html <11 octobre2005>

147Cette page donne accès à 13 pages de liens commentés, pour des sites aux USA, en Europe et en Afrique, y compris quelques sites francophones. Ce site est tenu à jour.

148En outre, la bibliothèque de l'université de Columbia possède des ouvrages de références dans le domaine des Études afro-américaines sur tous les thèmes.

149• L'Université de Berkeley, Californie

150Elle présente une bibliographie d'ouvrages sur la diaspora africaine par zones géographiques et de revues contenant des articles sur la diaspora africaine pour la période 1970-2003.

151http://www.lib.berkeley.edu/​Collections/​Africana/​diaspora.html <11 octobre2005>

152• L’Université de Pennsylvanie

153Elle possède un centre d’études africaines. Une page est dédiée aux études africaines et à la diaspora. Cette page fournie 18 liens dont certains renvoient vers d’autres universités américaines. Des pages, qui fournissent aussi des liens, existent pour chaque pays d’Afrique.

154http://www.sas.upenn.edu/​African_Studies/​About_African/​ww_afdis.html <11 octobre2005>

155• Le Central Oregon Community College

156Il présente une page de liens pour la diaspora africaine concernant tous les domaines.

157http://web.cocc.edu/​cagatucci/​classes/​hum211/​linksgeneral.htm <11 octobre2005>

158On y enseigne l’histoire de l’Afrique. Le plan du cours très détaillé fournit aussi un grand nombre de liens et de références bibliographiques sur chacune des périodes de l’histoire de l’Afrique. (Cf. la partie III sur le commerce des esclaves et l’impérialisme européen)

159http://web.cocc.edu/​cagatucci/​classes/​hum211/​timelines/​htimelinetoc.htm <11 octobre2005>

160• Le centre pour la recherche afro-américaine et africaine de l’Université d’Harvard (W.E.B. Du Bois Institute for African and African American Research)

161Il héberge un certain nombre de projets de recherches concernant les études afro-américaines et africaines.

162http://www.fas.harvard.edu/​~du_bois/​RESEARCH_OUTREACH/​research_outreach.html <11 octobre2005>

163Il a publié un guide de l’histoire afro-américaine (Harvard Guide to African American History). Ce ne sont pas moins de 25 chercheurs spécialistes qui ont participé à l’établissement de ce guide de 800 pages et 150 000 citations.

164http://www.fas.harvard.edu/​~du_bois/​RESEARCH_OUTREACH/​Harvard_Guide_to_African
_Ameri/harvard_guide_to_african_ameri.html
<11 octobre2005>

165La base de données du commerce transatlantique des esclaves, établie par des universitaires, fournit les informations détaillées sur 27 227 voyages transatlantiques entre 1650 et 1867, ce qui représente les 2/3 du commerce des esclaves. Elle est publiée sur un CD-ROM aux Presses Universitaires de Cambridge.

166http://www.fas.harvard.edu/​~du_bois/​RESEARCH_OUTREACH/​Trans-
Atlantic_Slave_Trade_Dat/trans-atlantic_slave_trade_dat.html
<11 octobre2005>

167• Le Centre de Recherches sur la Diaspora Africaine (Kennedy Center : African Odyssey)

168Il fournit des ressources sur la danse, la musique, le théâtre, la littérature, les arts plastiques, les études africaines. Il se veut un lieu d’échange d’idées, d’informations et de ressources entre les artistes, les enseignants et les étudiants aux Etats-Unis et en Afrique.

169http://artsedge.kennedy-center.org/​aoi/​artsedge.html <11 octobre2005>

170Une page commente les routes de la diaspora africaine et fournit même une cartographie et des références bibliographiques, en particulier celle de l’ouvrage dirigé par Joseph E. Harris, Global Dimensions of the African Diaspora, publié par l’université d’Howard.

171http://artsedge.kennedy-center.org/​aoi/​history/​ao-map.html <11 octobre2005>

172• L’UNESCO et la diaspora africaine

173A l’initiative de l’UNESCO, un site de collecte d’informations sur les ressources humaines de la diaspora africaine pour la promotion de l’éducation et une base de données sur les experts et spécialistes africains de la diaspora est en cours de constitution.

174http://www.africanressource.org <11 octobre2005>

175L’UNESCO a jugé le thème de la diaspora africaine capital et a décidé de traiter la question de manière globale et interdisciplinaire, en abordant tous ses aspects, de la période historique aux relations entre l’Afrique et la diaspora.

176http://www.unesco.org/​culture/​dialogue/​slave/​html_fr/​diaspora.shtml <11 octobre2005>

177• Le site de l’histoire scientifique du continent africain

178Le site a pour vocation de vulgariser l’histoire scientifique du continent africain et de valoriser les découvertes et inventions faites par les personnes d’ascendance africaine à travers le monde.

179http://www.africamaat.com <11 octobre2005>

180Ce site est animé par des universitaires de renom international : historiens, archéologues, linguistes, scientifiques, etc. Des articles sont en ligne et peuvent être commentés et argumentés par les lecteurs. Parmi les articles en sciences humaines, l’un d’entre eux présente un exemple de rejet d’Egyptologue noir à la télévision française, un autre pose le problème des origines africaines de la langue Kreyrol de Gwada. Les rubriques esclavage et colonisation sont particulièrement bien fournies (7 articles pour chacune d’elle) étayées de documents officiels des puissances européennes.

181• Le site africain de discussion sur l’Afrique, sur la diaspora africaine

182Il se veut l’annuaire Internet de l’Afrique Noire. Le site guide par thèmes et par pays, des sites Internet relatifs à l’Afrique Noire : l’art africain, l’actualité africaine, le sport africain, la musique africaine, le tourisme et les voyages en Afrique, les commerces et les services africains. La page des sites communautaires est plus spécialement dédiée aux diasporas africaines.

183http://www.afriqueindex.com/​Categories/​communautaires.htm <11 octobre2005>

184• Le site du quotidien de toute l’Afrique

185Il est destiné à la diaspora africaine. Il fournit un éditorial, des informations sur la société, l’économie, les sites africains sur Internet, la culture, le sport, les découvertes. Les informations sont aussi présentées par thèmes, par régions, par pays. Le site donne une carte de l’Afrique interactive qui renvoie aux informations par pays. Des dossiers sur des thèmes importants comme la prostitution rassemblent tous les articles parus sur le sujet. Des archives des articles les plus importants sont accessibles depuis avril 2000. Ce site, outre son rôle de journal d’information quotidien peut aussi être utilisé pour la recherche.

186http://www.afrik.com/​ <11 octobre2005>

187• Le site portail de la diaspora africaine permet d’obtenir des informations pour tous les pays d’Afrique (télévisions, radios, presse internationale et journaux locaux par pays).

188http://www.isa-africa.com/​ <11 octobre2005>

189Une page est réservée plus spécialement aux membres de la diaspora africaine qui possèdent un site Web, afin d’identifier leur domaine professionnel :

190http://www.isa-africa.com/​diaspora/​index.htm <11 octobre2005>

191• Journal of African History, une revue de Cambridge publie des articles sur la diaspora africaine et l’histoire de l’Afrique, notamment sur l’esclavage, le commerce des esclaves, les relations de la période précoloniale entre l’Afrique et la diaspora. Cette revue paraît depuis 1960 à raison de trois numéros par an.

192http://journals.cambridge.org/​action/​displayJournal?jid=AFH <11 octobre2005>

193• Le site et la revue de référence des cultures africaines : « Africultures »

194Il concerne tout ce qui touche la culture africaine : arts, cinéma, danse, histoire et société, littérature, medias, musique, photo, théâtre.

195http://www.africultures.com/​index.asp <11 octobre2005>

196Tous les évènements dans ces domaines sont annoncés. La boutique permet d’acheter des articles, des dossiers complets. Il est possible de s’abonner pour un an, à la revue pour avoir accès à tous les dossiers. Car Africultures, c’est 3 194 articles avec 61 dossiers. Mais aussi 797 disques, 839 films, 976 livres, 3 614 évènements recensés. Chaque parution d’Africultures est composée de trois parties : le dossier, les diapos et le cahier critique. Il est possible de faire de la publicité sur ce site.

Les sites pour les diasporas asiatiques

Un site généraliste : L'Université de Berkeley, Californie

197Elle abrite des archives de la diaspora sud-asiatique, des liens existent vers des articles de Vinay Lal sur la diaspora indienne, et vers d’autres ressources en ligne.

198http://www.lib.berkeley.edu/​SSEAL/​SouthAsia/​diaspora.html <11 octobre2005>

199Elle possède des guides bibliographiques sur les diasporas sud asiatiques par pays ou régions de destination et par thèmes (anthropologie, architecture, démographie, langues, religion, sociologie, etc.)

200http://www.lib.berkeley.edu/​SSEAL/​SouthAsia/​resource.html <11 octobre2005>

201Surtout, elle présente une base de données sur la diaspora sud-asiatique. Le 10 mai 2005, la base contenait 164 projets de recherche sur ce domaine. Toute nouvelle recherche peut être rentrée directement dans la base.

202http://sunsite.berkeley.edu/​SouthAsianDiaspora/​ <11 octobre2005>

La diaspora indienne

203•  Le FICCI est sans doute un des sites, le plus complet pour la diaspora indienne.

204http://www.indiaday.org/​index.htm <11 octobre2005>

205Il donne toutes les informations sur les principaux évènements, la politique du gouvernement indien, la double nationalité, les divers Etats de l’Inde. Une page est destinée à établir un réseau entre les membres de la diaspora à travers 110 pays du monde. L’enregistrement se fait directement en ligne.

206La présidence du Comité de la Diaspora Indienne recommande que des liens soient établis entre les médias ethniques et les organisations indiennes ainsi qu’avec les Indiens qui travaillent dans les médias étrangers.

207Ce site présente aussi quelques articles, des liens vers toutes les associations indiennes dans 66 pays et vers les organisations gouvernementales.

208• Manas, le site maintenu à l’université de Los Angeles (UCLA) présente des informations générales sur l’histoire de la diaspora indienne, les Indiens des Etats-Unis, ceux de Chicago, ceux de la Caraïbe, ceux de l’Ile Maurice

209http://www.sscnet.ucla.edu/​southasia/​Diaspora/​diaspora.html <11 octobre2005>

210• Le site officiel pour les Indiens de la Diaspora fournit toutes les informations officielles nécessaires aux expatriés (investissements, banques, etc.), ainsi que le rapport du Haut Comité pour la diaspora qui comprend un chapitre pour chaque pays ou région d’implantation d’une communauté indienne.

211http://indiandiaspora.nic.in/​contents.htm <11 octobre2005>

La diaspora chinoise

212• Le site de la Fédération Mondiale des Huaren. C’est le principal site qui veut rassembler tous les Chinois de la diaspora. Huaren est la translittération en Pinyin standard de Chinois. Elle rassemble les associations des Chinois d’Afrique, d’Asie, d’Australie et d’Océanie, d’Europe, d’Amérique latine et d’Amérique du Nord. Elle a son siège à San Francisco. Son but premier est d’assurer le bien être et la reconnaissance des communautés chinoises éparpillées autour du monde, d’éviter leur discrimination comme cela se produit en Asie du Sud-Est.

213http://www.huaren.org/​ <11 octobre2005>

214Le site doit servir de forum de discussion, assurer l’entente entre les communautés chinoises et non chinoises, promouvoir des politiques multiculturelles non discriminantes, encourager les Huaren à s’investir dans la vie politique, culturelle, sociale, économique et l’enseignement dans leur pays d’adoption. Elle renvoie aussi à des publications importantes sur la diaspora chinoise dont par exemple celle de Marie-Paule Ha (Ohio State University) (1998).

215L’organisation publie le Huaren E-Magazine, revue de la Communauté Chinoise pour les Communautés Chinoises et non-Chinoises. Elle fait appel à tous ceux qui pourraient fournir des informations.

216• Le site Web des « Chinatown »

217L’Université de Los Angeles-Californie donne les liens pour atteindre les sites des Chinatown dans le monde et aux Etats-Unis, ce qui permet aux Chinois de la diaspora et aux chercheurs d’avoir des informations précises sur chacune des communautés. De là on accède aussi à d’autres sites intéressant la diaspora chinoise.

218http://www.gseis.ucla.edu/​faculty/​chu/​chinos/​diaspora.html <11 octobre2005>

219• Le site des Chinois de France

220C’est le site d’un géographe, Pierre Picquart, qui est devenu le spécialiste de la diaspora chinoise. Ce site a pour objectif d'être un lien entre la Chine, l'Europe et la France pour les organismes internationaux, cabinets de consultants, Etats, entreprises, Universités et particuliers. Chinois de France est un espace d'échange international consacré au monde chinois : Chine, Chinois d'Outre-Mer, communautés chinoises, sans-papiers chinois, immigration chinoise et intégration des Chinois. Il fournit des liens y compris avec les médias chinois et le monde économique chinois.

221Ce site présente une mine d’informations sur les Chinois de la diaspora en France et en Europe, mais pas exclusivement. Outre des articles et des rapports d’expertises sur le sujet, il présente les ouvrages de l’auteur, les actualités utiles à la diaspora chinoise (organisation du Nouvel An chinois, les visites des hommes politiques français en Chine), des informations économiques sur la Chine.

222http://www.chinoisdefrance.com <11 octobre2005>

Sites pour d’autres diasporas

Les sites pour la diaspora kurde

223• L'Institut Kurde de Paris

224L'Institut Kurde de Paris a été fondé en 1983 et depuis 1993 il est devenu une fondation reconnue d'utilité publique. Il est animé par les membres de la diaspora occidentale. Il donne des informations à la diaspora et s'intéresse à la normalisation du kurde le plus parlé en Turquie, le Kurmancî, et à sa diffusion par les cours, la langue kurde n'étant pas enseignée en Turquie. Il abrite une bibliothèque en ligne, la plus importante du monde occidental qui rassemble tout ce qui est publié sur les Kurdes, la langue et la région. Cette bibliothèque compte plus de 6500 monographies, plusieurs dizaines de milliers de documents écrits. Il fait de la recherche. Il assure plusieurs types publications : un bulletin mensuel d’information, qui donne les principales nouvelles, une revue de linguistique Kurmanci et une revue en kurde Hêvî (Espoir). Il produit aussi des cassettes audio de musique kurde et des cassettes video spécialement destinées à la diaspora. L'adresse du site qui est bilingue est :

225http://www.institutkurde.org/​ <11 octobre2005>

226• American Kurdish Information Network (AKIN ) de Washington

227Il donne des informations sur les évènements concernant les régions kurdes de Turquie, d’Irak, d’Iran et de Syrie et permet l’accès du public américain aux matériaux collectés, ainsi qu’une liste de liens.

228http://www.kurdistan.org <11 octobre2005>

229Le quotidien kurde en langue turque, publié en Allemagne "Özgür Politika". Ce quotidien a des archives qui remontent à 1999 qui vient d’être interdit à Berlin est relayé sur Internet par le site suivant qui donne les nouvelles en kurde, en turc, en anglais, en allemand, en français et en italien.

230http://www.kurdishinfo.com/​ <11 octobre2005>

231Un autre site cherche des documents pour le travail de mémoire des Kurdes ainsi que l’identification d’un certain nombre de photographies. Il présente aussi une carte précise du Kurdistan tel que le revendique les Kurdes.

232http://www.akakurdistan.com/​ <11 octobre2005>

233• Les autres adresses

234• L'Institut Kurde de Washington poursuit les mêmes buts que celui de Paris : la recherche, l'information, l'enseignement des langues Kurmandji et Sorani et l'éducation des kurdes de la diaspora. Le site donne accès aux nouvelles en langue anglaise archivées depuis juin 1997 et régulièrement mises à jour toutes les semaines.

235http://www.kurd.org/​ <11 octobre2005>

236• Un site finlandais donne accès à un grand nombre de ressources sur et pour les Kurdes (nouvelles, organisations, presse, etc.)

237http://www.abo.fi/​~owahlbec/​kurds.htm#resources <11 octobre2005>

La diaspora tatare

238• Un site qui s'intitule Tatarstan on the Internet de l'Université d'État de Kazan offre dans le thème de la politique "Politics", une page sur la diaspora tatare (près de 5 000 000 de personne) dont l'adresse est :

239http://www.kcn.ru/​tat_en/​politics/​dfa/​diaspor/​diaspor.htm <11 octobre2005>

240On y trouve dans un premier tableau, la répartition des Tatares dans la Fédération de Russie et les diverses régions. Le deuxième tableau donne par pays le nombre de Tatares dans les pays de la Communauté des États Indépendants (CIS) et le troisième fournit les statistiques dans les pays hors CIS. D’autres pages donnent des informations sur la politique, l’histoire, l’économie, l’éducation, la culture, la science et les religions au Tatarstan.

La diaspora meskhète

241Les Meskhètes, peuples turcophones et musulmans, originaires du Nord de la Géorgie, ont été déportés par Staline, en Asie centrale, lors de la Seconde Guerre mondiale. Aujourd’hui ils ont beaucoup de difficultés pour revenir sur leurs terres.

242• Plusieurs articles sont accessibles sur le Web à partir du site MINELRES (Minorities Electronic Resources) du centre de recherche sur les minorités et les relations ethniques en Europe centrale et orientale, dont le site est à Riga et le site miroir à l'université de Waterloo au Canada). Il donne accès à des liens, aux organisations de recherche et non gouvernementales s’occupant des minorités, des migrations et des réfugiés, des peuples indigènes de l’Europe de l’Est.

243http://arts.uwaterloo.ca/​MINELRES/​ <11 octobre2005>

244Un article, particulièrement important, traite du problème du retour de Meskhètes sur leur territoire à la frontière turco-géorgienne. (Les Meskhètes ont été déportés par Staline en Asie centrale, principalement en Ouzbékistan et au Kirghizstan).

245http://arts.uwaterloo.ca/​MINELRES/​min/​meskh/​FUEN_Meskh.htm <11 octobre2005>

246Un autre article tente d'alerter l'opinion publique du nettoyage ethnique dont sont victimes les Meskhètes dans la région de Krasnodar (Fédération de Russie) où ils se sont installés en 1989-1990.

247http://arts.uwaterloo.ca/​MINELRES/​min/​meskh/​memrep1.htm <11 octobre2005>

La diaspora Caucasienne

248• La diaspora caucasienne a une fondation Kafkas Vakfı qui s’occupe d’elle afin de l’aider à la reconnaissance et à la préservation de son identité culturelle. La population caucasienne en diaspora est plus importante que celle du Caucase aujourd’hui. Il y a environ 7 millions de Turcs d’origine caucasienne en Turquie. La diaspora se retrouve aussi aux Etats-Unis, en Allemagne, en Jordanie, en Syrie, en Israël, en Libye, en Iran, en Irak et même en Mandchourie.

249http://www.kafkas.org.tr/​english/​diaspora/​index.html <11 octobre2005>

250• La diaspora Nord-Caucasienne

251Un long article d'Egbert Wesselink étudie à partir d'enquêtes la diaspora Nord-Caucasienne en Turquie. "The North Caucasian Diaspora in Turkey" (May 1996). Il est publié dans le réseau WRITENET, un réseau de chercheurs et d'écrivains sur les droits de l'homme, la migration forcée et les conflits ethniques et politiques.

252http://www.refugee.4t.com/​The%20North%20Caucasian%20Diaspora%20In%20Turkey.htm <11 octobre2005>

253Un autre article pose la question de savoir si le rapatriement massif des Adygues est possible. "Is Mass Repatriation of Adygeis Feasible".

254http://www.minelres.lv/​minelres/​archive/​11221998-14:21:57-8130.html <11 octobre2005>

Conclusion

255L'étude scientifique des diasporas à partir des sites Web est possible quel que soit la diaspora et les thèmes étudiés. Les sites, d’origines très variées (universitaires, gouvernementaux, associatifs, commerciaux, politiques, religieux, privés) apportent donc des informations de nature différente mais qui peuvent intéresser les recherches académiques.

256Les sites sont très nombreux pour les trois diasporas traditionnelles qui sont très anciennes : la grecque, l'arménienne et la juive. Les communautés transnationales qui s'appellent parfois "diasporas" se multiplient aujourd'hui. Elles peuvent n'être que des migrations de travail (départ volontaire) et dans ce cas, le retour au pays est toujours possible même pour les congés alors que dans le cas des diasporas, il y a, à la base, un départ obligatoire non voulu, une fuite due aux conditions politico-religieuses dans le pays d'origine et il y a non assimilation au pays de résidence. Les problèmes politiques qui ont obligé ces communautés transnationales à s'expatrier ont une vingtaine ou tout au plus une trentaine d'années. Ces communautés ne sont pas encore très bien organisées et les diasporas vraies ne s'adressent qu'à une fraction de la population expatriée. Des interférences entre les différents groupes peuvent contrarier leur organisation, les groupes se surveillant les uns les autres. Ces différents faits peuvent expliquer que les sites spécialisés sont peu nombreux pour les diasporas turque, iranienne et afghane.

Haut de page

Bibliographie

Bruneau M., 2004, Diasporas et espaces transnationaux, Paris, Anthropos, 249 p.

Cohen R., 1997, Global Diasporas. An introduction. Routledge Publishers, 240 p.

Cohen R., (edited by), Diasporas and Transnational Communities: a Bibliographical and Study Guide, http://www.transcomm.ox.ac.uk/wwwroot/bibliogr.htm

Mann C. and Stewart F., 2000, Internet Communication and Qualitative Research : A Handbook for Researching Online, Thousand Oaks (CA), Sage Publications, 272 p.

O Dochartaigh N., 2001, The Internet Research Handbook : A Practical Guide for Students and Researchers in the Social Sciences, Thousand Oaks (CA), Sage Publications, 274 p.

Rollan F., 2001, Les diasporas : quelques sites Web, Cahiers d'Études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien, n°31, p.241-256.

Sheffer G., 1993, Ethnic Diasporas : a threat to their hosts ? , International migration and security, Weiner M. ed., Boulder, Westview Press, p.263-285.

Tze-Chung Li, 2000, Social Science Reference Sources: A Practical Guide, Westport (Connecticut), Greenwood Press, 3rd edition, 528 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Rollan, « Une sélection de 90 sites web sur les diasporas », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 323, mis en ligne le 07 novembre 2005, consulté le 27 avril 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/3046 ; DOI : 10.4000/cybergeo.3046

Haut de page

Auteur

Françoise Rollan

Directeur de recherche
UMR 6588-MITI-équipe TIDE, CNRS
Francoise.Rollan@msha.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page