Navigation – Plan du site
2005
298

Traduire Christaller en français.
Textes seuils, réception, récit de découverte

Translate Christaller in French

G. Djament et M. Covindassamy

Résumés

Cet article présente le recueil de textes-seuils de la thèse de Christaller et de textes de réception ici traduits en français, auxquels a été adjointe la traduction du récit de découverte publié par Christaller en 1968. Il évoque également les difficultés de traduction rencontrées, et justifie les solutions proposées pour les surmonter.

Haut de page

Texte intégral

1« Le père de la géographie théorique » : c’est ainsi que William Bunge désigne Walter Christaller dans sa Theoretical Geography de 1964. La célébrité universitaire que connaît en France à partir des années 1970 ce géographe allemand atypique (1893-1969) témoigne du statut paradigmatique qu’a fini par acquérir sa « théorie des lieux centraux ». Pourtant, son contenu reste dans le détail peu connu dans notre pays, dépourvu de traduction de la fameuse thèse soutenue à l’Université d’Erlangen sous la direction de Robert Gradmann en 1932, et publiée à Iéna dès 1933. L’adoption tardive des méthodes nomothétiques et hypothético-déductives en France, explique largement cette lacune historiographique. L’utilisation courante par nos épistémologues de la traduction anglaise de 1966 illustre la filiation anglo-américaine de la « nouvelle géographie » française.

  • 1 Celles-ci constituent l’aboutissement d’un travail commencé en 2001 dans le cadre du DEA ATEG (Anal (...)

2Dans ce contexte, nous proposons au lecteur des traductions françaises de textes de Christaller et/ou sur Christaller1. Notre corpus se caractérise par sa réflexivité : nous avons choisi les textes-seuils de la thèse de Christaller – son avant-propos, son introduction et sa conclusion (précisons que seule la deuxième partie de cette dernière forme réellement une conclusion, qui fait écho aux préoccupations méta-disciplinaires de l’introduction ; la première achève en réalité la présentation des déviations par rapport au modèle, et nous donne ainsi à la fois un résumé et un aperçu de l’argumentation centrale de l’ouvrage). Quant aux autres textes sélectionnés, ils en appellent à une histoire de la réception de Christaller. Nous publions à part, dans cette même revue, un ensemble d’extraits de son livre Die zentralen Örte in Süddeutschland. Eine ökonomisch-geographische Untersuchung über die Gesetzmäigkeit der Verbreitung und Entwicklung der Siedlungen mit städtischen Funktionen (1933), inédits en français, ainsi qu’une traduction de son « récit de découverte », Wie ich zu der Theorie der zentralen Orte gekommen bin. Ein Bericht, wie eine Theorie entstehen kann, und wie in meinem Fall entstanden ist, publié en 1968 dans la Geographische Zeitschrift et réédité en traduction anglaise en 1972 dans Man, Space and Environment : Concepts in Human Geography, dirigé par P.W. English et R.C. Mayfield. Nous reprenons également ci-dessous un ensemble de compte rendu et de discussions suscités par le livre de Christaller parus dans la Geographische Zeitschrift, la Geographische Wochenschrift et la Zeitschrift der Gesellschaft für Erdkunde zu Berlin, et par sa contribution au congrès international de géographie d’Amsterdam en 1938.

Christaller par Christaller

Le récit de découverte de Christaller : une auto-fiction géographique

3Réflexif par excellence, le récit de découverte rédigé par Christaller en 1968 nous permet de retracer dans ses grandes lignes, de sa venue tardive à la géographie à la notoriété dans les années 1960, la carrière de celui qui se pose en outsider autodidacte (MC. Robic in B. Lepetit ; C. Topalov ; 2001). Cependant, nous attirons l’attention du lecteur sur la reconstruction a posteriori inhérente au genre du récit de découverte (J. Carroy ; N. Richard ; 1995). Le récit christallérien passe ainsi sous silence la participation de l’auteur à la planification nazie dans le cadre du Commissariat pour le renforcement de l’ethnie allemande (Reichskommissariat zur Fertigung deutschen Volkstum) mis en place par Himmler (M. Rössler ; 1988), qui a lieu entre sa soutenance de thèse et sa reconnaissance internationale.  Plus généralement, il cherche à légitimer l’œuvre. Par exemple, la référence poétique à la promenade introduit la pratique reconnue du terrain dans un travail très théorique. Retenons surtout de cette auto-fiction sa tendance systématique à développer sous des prétextes biographiques des thèmes proprement épistémologiques, notamment la fonction heuristique de la cartographie.

Les textes-seuils de la thèse de Christaller : une recherche extraordinaire (T. Kuhn ; 1962/1983) de Siedlungsgeographie

4Une mise en scène similaire de la volonté de rupture et de fondation qui anime Christaller se trouve déjà dans les paratextes de sa thèse. Dès son introduction, Christaller oppose à l’exceptionnalisme et à l’inductivisme dominants une recherche des lois de l’espace, et une démarche hypothético-déductive. Le sous-titre de l’ouvrage introduit d’emblée la dimension fondamentalement théorique de cette étude de cas. Celle-ci s’inscrit pleinement dans le contexte du Methodenstreit, qui oppose au tournant du 19e et du 20e siècle les partisans de l’idiographie et de la nomothétie en histoire économique et plus généralement en sciences sociales. 

5Aussi Christaller prône-t-il la « méthode économique », soucieuse de ce que nous appelons les « relations horizontales », face à la « méthode géographique », dont il critique le déterminisme. Nous pouvons faire l’hypothèse que le transfert disciplinaire constitue le moteur du changement de paradigme christallerien. L’auteur insiste d’ailleurs sur sa première formation économique, et rappelle dans l’avant-propos que son premier projet de thèse relevait de l’économie politique. Le recours à l’économie, discipline nomothétique, permet à Christaller de justifier la recherche de lois économico-géographiques. La référence à l’économie joue le rôle de contrepoids et d’alternative à la traditionnelle référence aux sciences naturelles, attaquées dans la pointe sur laquelle s’achève l’introduction, appel au dépassement de la taxinomie linnéenne, refus de la démarche purement descriptive et typologique.

L’interdisciplinarité moteur du changement de paradigme : économie et/ou géographie ?

6Dès l’introduction, Christaller reconnaît sa dette à l’égard des nouvelles orientations théoriques de l’économie. Son état de la question initial constitue ainsi une véritable généalogie de ce qui deviendra l’analyse spatiale : sa rupture se fonde, comme toute ré-volution, sur la reconstruction d’une continuité, sur une « invention de la tradition » (E. Hobsbawn ; T. Ranger ; 1983). Des économistes de l’école classique (Adam Smith et Ricardo sont cités en introduction), Christaller retient les présupposés de l’homo œconomicus et de la loi du marché comme facteur d’équilibre. Mais il s’inspire surtout de l’école de l’utilité marginale (représentée notamment dans la première moitié des années 1870 par K. Menger et von Wieser), qui affirme que la valeur dérive de l’utilité subjective, prend pour principe la recherche individualiste de la maximisation du profit, et abstrait les échanges des phénomènes de production. Christaller s’intéresse également à l’économie spatiale naissante. Il situe son propre travail dans la lignée de von Thünen (1783-1850), A. Weber (1868-1958) et O. Engländer, trois auteurs situés à la frontière de l’économie et de la géographie.

  • 2  Comme l’illustre la récurrence de l’adjectif composé « économico-géographique ».

7Dans cet entre-deux disciplinaire, Christaller propose plusieurs variations sur la question des rapports consubstantiels2 entre économie et géographie. Tantôt il parle de géographie économique, dont il considère la Siedlungsgeographie comme une partie, tantôt il se réfère littéralement à une « économie orientée spatialement ». Il s’agit à la fois pour lui de montrer « la portée du spatial dans la théorie économique », et de « démontrer les effets spatiaux des lois économiques », même si la conclusion reconnaît le rôle de facteurs extra-économiques : l’hésitation entre la contamination de la géographie par l’économie et de l’économie par la géographie illustre une tentation – une tentative ? – de fusion, ou pour le moins un manifeste en faveur du rapprochement des deux disciplines. Le troisième paragraphe de la conclusion, significativement intitulé « économie ou géographie économique », élude la question par une apparente pirouette. En réalité, la thèse se clôt sur une autonomisation de la géographie, fondée sur une problématique spatiale. Et Christaller d’ouvrir sur une théorie du transfert en géographie, discipline qui se nourrit de connaissances empruntées à d’autres.

La réception complexe de la théorie des lieux centraux

  • 3  Présidée par Charles Biermann.

8Les quelques textes de réception ici rassemblés permettent de comprendre pourquoi la révolution scientifique dont la thèse de Christaller était porteuse a été différée. Ils relativisent également le mythe du génie méconnu : la « théorie des lieux centraux » a été discutée, et certains géographes ont reconnu son importance dès les années 1930. En particulier, la section IIIa de géographie urbaine3 de l’Union Géographie Internationale, réunie en 1938 à Amsterdam, fait une large part à la communication de Christaller, qui étend sa problématique aux « rapports fonctionnels entre les agglomérations urbaines et les campagnes », objet de la question 2.

9Les résistances de la géographie idiographique s’y expriment, à côté de prises de position favorables. Quant aux comptes rendus de Dörries, Wunderlich et Bobek, ils témoignent également d’une conscience de l’importance et de l’originalité méthodologique de la thèse de Christaller.

La réception de Christaller au congrès d’Amsterdam (1938) :

  • 4  Le Drang nach Osten fournit à Christaller l’occasion de dresser la carte des lieux centraux des te (...)

10Bobek fera d’ailleurs partie des principaux géographes allemands des années 1930 qui approfondiront la théorie des lieux centraux. Vouée explicitement par Christaller à des applications, cette dernière connaît également des prolongements normatifs : elle inspire notamment la planification nazie dans les territoires occupés de l’Est4 (M. Rössler ; 1988). Aussi la création, en 1996, d’un prix de géographie Walter Christaller, a-t-elle entraîné un débat dans la communauté géographique allemande (J. Lévy ; M. Lussault ; 2003 ; p. 157).

11En France, le cours de géographie urbaine de J. Tricart témoigne dès 1952 d’une bonne connaissance de la géographie allemande, dont témoigne la bibliographie, et même d’une assimilation de l’œuvre de W. Christaller, explicitement présentée dans le chapitre consacré aux semis urbains, et implicitement ou ponctuellement convoquée dans le chapitre précédent (« Les rapports des villes entre elles »). J. Tricart se livre à une évaluation de la théorie, dont il admet la thèse principale (« il existe effectivement, par suite de la concurrence des villes entre elles, une tendance (…) à s’ordonner de façon plus ou moins régulière, à s’espacer selon un certain rythme » p. 260), et qu’il loue pour son insistance sur la situation urbaine, qui contrebalance l’intérêt français pour le site. Il exprime une réserve méthodologique de fond, en refusant la démarche hypothético-déductive : « Le principal danger de ce schéma est d’être théorique, de partir d’une conception géométrique que l’on applique aux faits pour les interpréter au lieu de suivre la méthode inverse. », mais il n’en fait pas un obstacle dirimant : « Pour conclure, nous pouvons donc reprocher à la théorie de Christaller sa rigidité géométrique. Elle n’est cependant pas sans valeur. » (p. 260). Aussi prend-il la peine de réellement la discuter, critiquant « l’insuffisance de la place faite aux routes et à l’industrie », à la suite de Dickinson (p. 259), mais aussi de la place dévolue à « l’influence du relief » et à celle des densités de population. Ces critiques, loin de disqualifier la théorie, l’affinent. L’importance qui lui est accordée se manifeste dans la reproduction du « schéma de répartition des villes, en semis hexagonal » (figure 50, p. 262), et dans l’indication de la méthode téléphonique de Christaller dans l’annexe destinée aux travaux pratiques (p. 289).

12Mais, c’est de l’étranger que Christaller recevra la consécration, diffusée à partir des Etats-Unis. Et c’est en héritier que le géographe lit en 2004 sa thèse. Aussi sa lecture – et sa traduction - se trouvent prises dans la tension entre le passé et le présent, et confrontées au dilemme de la lecture historique ou de la lecture « présentiste » (F. Hartog ; 2003).

Les traductions de Christaller

  • 5 Nous tenons sur ce point à remercier M.-C. Robic, qui nous a guidées dans la compréhension du conte (...)

13Les étapes de sa traduction font partie intégrante de l’histoire de sa réception. Pour notre part, nous nous contenterons de rappeler les traductions préexistantes, qui nous ont à la fois aidées et posé problème (comment se positionner face à certaines traductions quasi consacrées ?), et de préciser nos propres choix de traduction5.

14Dès les années 1930, la discussion internationale de la thèse de Christaller donne lieu à des traductions de ses concepts-clés, même si le néerlandais Van Vuuren se contente d’évoquer dans son texte français un Standorts-problem, ou un Standortslehre. Ainsi R. Musset, même s’il choisit de citer plusieurs paragraphes en allemand, parle-t-il d’agglomérations centrales ou de l’échange de denrées centrales.

  • 6  Note 1 p. 22.
  • 7  S. Adam (1992) cite pour les deux derniers auteurs des communications de 1989 et 1990 non publiées

15Ultérieurement, des doctorants américains, Carlisle Baskin en 1966 pour la thèse, James Thomas Meyer en 1984 pour le récit de découverte (S. Adam ; 1992), s’attachent à traduire systématiquement Christaller. La géographie italienne, en dépit de sa faible lisibilité institutionnelle, bénéficie elle aussi depuis 1980 d’une traduction du premier texte. En revanche, vulgarisateurs et chercheurs français ont en général analysé Christaller à partir des traductions anglaises qui en avaient été réalisées même s’ils évoquent souvent quelques termes allemands. Ainsi S. Adam cite-t-elle dans sa thèse (1992) une traduction de traduction, et mentionne l’aide de sa sœur aînée en allemand. Cependant, elle déplore le « manque d’authenticité »6 de la traduction anglaise, déjà relevé par B. Berry (1967), G. Nicolas et R. E. Preston7.

Les caractéristiques stylistiques du corpus traduit

16Notre propre consultation nous a confortée dans cette idée : la traduction anglaise nous semble fluidifier à l’excès une écriture très dense, limiter à tout prix la complexité des constructions, supprimer systématiquement les apparentes redondances, pour privilégier la facilité de lecture. Face à cette écriture conceptuelle caractérisée par de lourdes périodes soucieuses de systématicité typologique, qui oscille entre style philosophique et style scientifique, sans oublier un goût de la polémique et une tentation messianique, nous nous sommes efforcées de rendre compte de ces spécificités en français. Nous avons procédé de même pour la traduction des comptes rendus de Dörries et de Bobek, qui paraissent avoir été écrits très, voire trop rapidement.

17Néanmoins, le passage au français contemporain – et à ses normes propres - et le souci de la lisibilité de la traduction nous ont conduites à aérer les passages les plus compacts, par de légères modifications de ponctuation, ou à l’aide d’un système de tirets, par moments adopté par Christaller lui-même : cette solution hiérarchise plus clairement les critères et les types urbains.

De quelques choix de traduction

18Nous nous sommes tout d’abord heurtées au problème de traduction du concept-clé de Siedlung, qui trouve son équivalent dans l’anglais settlement, alors que le français, dépourvu de catégorie englobant à la fois la ville et le village, hésite entre implantation, établissement (utilisé en 1938 par R. Musset) et habitat.

  • 8  « J.G. Kohl et la géographie des communications » ; Bulletin de la Société royale belge de géograp (...)
  • 9  Article Christaller : p. 156-158.

19S. Adam (1992, note 1 p. 14.) évoquait déjà la question de l’appartenance intra-disciplinaire à la Siedlungsgeographie : elle citait les propositions anciennes d’E. Cammaerts8, « géographie des communications » ou « géographie des établissements », et proposait de conserver l’expression allemande ou de traduire par « géographie des lieux habités ». Les trois dernières possibilités nous paraissent envisageables, contrairement à la première. Pour notre part, nous avons hésité entre géographie du peuplement, proposé par J. Lévy et M. Lussault dans leur dictionnaire (2003)9, et géographie de l’habitat. Sur les conseils de Marie-Claire Robic, nous avons adopté la deuxième solution, qui évoque la géographie française des années 1930. En revanche, nous n’avons pas traduit uniformément le concept de Siedlung, hors composition : pour le singulier, le concept, nous avons gardé habitat, mais pour le pluriel, le dénombrable, nous avons préféré implantations.

  • 10  D’après S. Adam (1992, p. 16), qui s’appuie sur la recherche de L. King (1985), le concept serait (...)

20Nous avons conservé la traduction du néologisme10 de zentrale Orte par "lieux centraux" (de préférence à l’ancienne appellation de places centrales, décalquée de l’anglais, que l’on trouve par exemple dans l’ouvrage pionnier de M.F. Cicéri, B. Marchand et S. Rimbert (1977)), de même que la traduction d’Ergänzungsgebiet par région complémentaire, notion légèrement différente des concepts de zone d’influence ou d’hinterland, qui ont une connotation hiérarchique. En ce qui concerne les principes de localisation de ces lieux centraux, nous avons traduit Versorgungsprinzip par "principe d’approvisionnement", Verkehrsprinzip par "principe de circulation", et Absonderungsprinzip par "principe de séparation", de préférence aux principes de marché (notion plus vague, proposée dans l’Introduction à l’analyse de l’espace (1977), qui se dirait en allemand Marktprinzip), de trafic et d’administration évoqués par S. Adam (1992, p. 13). La présentation des concepts dans leur contexte, assortis de leur définition, nous a permis de rester plus précises que les résumés de la théorie christallerienne. Soucieuses d’éviter la confusion entre modèle théorique et modèle normatif, nous avons préféré traduire Abweichung par "déviation" plutôt que par le terme de déviance utilisé par J. Scheibling (1994). Après réflexion sur la notion de Fernsprechanschlu, nous avons qualifié classiquement le fameux indicateur de centralité christallerien, utilisé ensuite par le rapport Hautreux-Rochefort (1963) pour l’aménagement du territoire français, de méthode des connexions téléphoniques.

  • 11  Le mot semble cependant introduire une idée de plus court chemin.

21Face aux synonymes allemands d’Abstand et d’Entfernung11 (Christaller n’utilise pas le terme de Distanz), nous avons choisi d’utiliser le mot « distance », qui appartient en français à la fois au langage courant et à la langue scientifique, tant que les termes d’« intervalle » ou d’« éloignement » ne s’imposaient pas dans le contexte. Conformément au même principe - un même mot ne se traduit pas nécessairement de la même façon lorsque son contexte change - nous avons choisi dans les comptes rendus de traduire Gewerbe tantôt par « activités », son sens ancien, tantôt, par « entreprises », lorsqu’il s’oppose aux « professions libérales » ou constitue un véritable concept économique.

  • 12  Le lecteur en trouvera une autre, plus simplifiée, dans l’ouvrage de J. Scheibling (1994, p. 40) : (...)

22Le dernier grand problème de traduction que nous ayons rencontré résultait de la non-correspondance entre la hiérarchie administrative allemande, sur laquelle se calque la hiérarchie des lieux centraux, et la hiérarchie française. Nous avons donc cité les concepts allemands, dont les initiales servent de lettre de référence aux niveaux christalleriens, suivis d’une approximation française12, l’important consistant sur le plan théorique dans l’ordre hiérarchique descendant. Nous reproduisons à titre de comparaison les équivalents proposés sous forme de tableau par J. Tricart (1952, p. 258), qui souligne les obstacles à la comparaison des hiérarchies urbaines française et allemande : à la dissymétrie administrative s’ajoute l’opposition des deux réseaux urbains.

Conclusion

23Au total, nous vous invitons à lire ces textes qui réfléchissent sur les fondements, la méthodologie et les frontières de la géographie, présentent et/ou discutent de nouveaux concepts et d’une nouvelle démarche. La théorie kuhnienne nous semble susceptible d’éclairer ce corpus traduit. Quoi qu’il en soit, ce travail, accompagné de la reproduction, dans la langue d’origine, d’un appareil critique assez fourni, espère inciter le lecteur à redécouvrir à la fois la modernité et l’historicité de Christaller, voire à mener des recherches sur les sciences sociales allemandes de l’entre-deux-guerres.

La réception de Christaller

24CHRISTALLER’S reviews

25CHRISTALLERS REZENSIONEN

Erich Ernst Wunderlich, Geographische Wochenschrift, 1933, 1, p. 957-958.

26Christaller, Walter : Les lieux centraux en Allemagne du sud. De l’existence de lois régulant l’extension et le développement des habitats à fonction urbaine : une étude économique. (7 illustrations et 5 cartes), Iéna, Fischer, 1933, 331 p.

  • a  Les subdivisions sont classées par ordre croissant ; on proposera comme équivalent approximatif : (...)

27Un essai remarquable (bien que parfois un peu trop ambitieux) visant à étudier l’extension, le développement de la taille et la signification des grandes implantations d’un point de vue d’économie (politique) en s’appuyant sur l’exemple de l’Allemagne du sud. Le travail se divise en une partie théorique déductive et en une partie pratique régionale. Dans la première, les définitions fondamentales sont d’abord établies : le concept baptisé « lieu central » sert de point de départ à l’analyse. Sont considérés comme tels les centres de vastes territoires qui sont fournis en biens et en services par ces centres (par conséquent, il ne s’agit bien entendu pas nécessairement de grandes villes). Les relations qu’il convient de prendre en compte pour la formation de domaines d’approvisionnement de ce type sont analysées dans le détail. Il s’avère que les lieux centraux et les habitats qu’ils incluent forment des systèmes déterminés (systèmes des lieux centraux) et qu’ils sont répartis sur le territoire selon des lois déterminées. La portée des biens est le critère le plus décisif (c’est le « principe d’approvisionnement »), tandis qu’il se montre plus réservé à l’égard du rôle des transports (« principe de circulation ») est réévalué d’un œil critique. Il faut y ajouter les effets du principe politico-social (principe de séparation des communautés humaines). Ces relations sont envisagées non seulement d’un point de vue statique, mais aussi d’un point de vue dynamique (p. 86 et suivantes) ; dans ce dernier cas, Christaller étudie la variabilité des facteurs afin d’évaluer leur rôle sur le rayonnement et le développement des différents systèmes ; malheureusement, l’évolution historique n’est que très peu considérée. Dans la partie pratique qui suit, la théorie est appliquée aux lieux de l’Allemagne du Sud (p. 137 et suivantes). Le nombre de connexions téléphoniques est alors pris comme premier critère permettant de juger de l’importance des lieux centraux. Mais il apparaît par la suite que d’autres traits caractéristiques à déduire de la pratique administrative et de la position  économique existent également, bien qu’il faille les appréhender d’un point de vue physionomique. Ce n’est que par la nomenclature choisie par Christaller pour désigner les lieux pleinement centraux : rang M(arkt), A(mts), K(reis), B(ezirks), G(au), P(rovinzial), L(andeszentralen) et R(eichshauptstadt)a qu’ils sont rendus pleinement intelligibles. Si l’on compare le développement des lieux d’Allemagne du Sud, il s’avère bel et bien qu’un certain ordre régulier du réseau, des écarts typiques déterminés et une certaine relation au système administratif existent. La disposition est étudiée dans le détail par les exemples de Munich, Nuremberg, Stuttgart, Strasbourg et Francfort-sur-le Main, mais le plus souvent de façon très abstraite et sans lien étroit avec le paysage. Puis le schéma établi de façon déductive est comparé avec la réalité. Des lois de répartition sont alors établies. En s’appuyant sur les distances séparant les lieux et sur leur situation réciproque, Christaller conclut à l’importance primordiale du principe d’approvisionnement. Les déviations de type économique, historique, physique ou autre sont rapidement analysées. Relativement peu d’ouvrages sont cités et, dans l’ensemble, ils ne sont pas toujours entièrement exploités.

28La critique de détail qui n’a bien entendu pas sa place ici devra s’intéresser à cet ouvrage de manière approfondie. On pourra être certainement d’un avis divergent sur certains points, ainsi que sur diverses assertions théoriques qui témoignent parfois d’un jugement quelque peu unilatéral. Néanmoins, cette étude infléchira dans l’ensemble sans aucun doute les développements des problématiques de la géographie de l’habitat vers une autre direction et les fera grandement fructifier.

H. Dörries. Geographische Zeitschrift, XL (1934, p. 233-234)

  • 13  La circulation et les implantations humaines dans leur dépendance par rapport à la configuration d (...)
  • 14  Les lieux centraux en Allemagne du Sud. (NdT)

29Les avis des spécialistes sur l’œuvre classique de Joh. Gg. Kohl « Der Verkehr und die Ansiedlungen der Menschen in ihrer Abhängigkeit von der Gestaltung der Erdoberfläche »13 (Dresde 1841) ont toujours été partagés et le sont encore aujourd’hui. Il est probable que l’ouvrage de Walter Christaller « Die zentralen Orte in Süddeutschland. Eine ökonomisch-geographische Untersuchung über die Gesetzmäigkeit der Verbreitung und Entwicklung der Siedlungen mit städtischen Funktionen »14, lui aussi délibérément théorique, rencontre un accueil mitigé chez les géographes. Qui tient les analyses théoriques fondamentales pour une pure perte de temps académique se détournera vraisemblablement avec insatisfaction de Christaller comme de Kohl auparavant et poursuivra avec un zèle accru son travail de recherche concret. Qui se contente de parcourir les nouveautés peut avoir l’impression qu’il s’agit d’un travail d’économie ou de science politique dont certains chapitres pourraient peut-être intéresser quelques géographes spécialistes de l’économie ou de l’habitat. Cependant, si on lit en détail ce livre, en dépit de sa tendance chronique à s’étendre et à se perdre dans les détails, et qu’on se permet, sur la base d’un tel travail, de formuler un jugement personnel sur cet exploit scientifique (notons toutefois qu’il pêche par des formulations parfois excessives, des jugements de valeur injustes envers certains ouvrages géographiques, par une connaissance ou une utilisation incomplètes des écrits de géographie de l’habitat et qu’il semble surestimer la nouveauté et la portée des vues qu’il dégage – espérons qu’il n’en est rien), alors, on suivra sans doute l’auteur avec un intérêt croissant. C’est avec grand profit que l’on achèvera le livre et qu’on lui donnera la place qu’il mérite dans la géographie humaine en général et la géographie de l’habitat en particulier. L’auteur, économiste de formation et spécialiste de science politique, a traité son sujet en cette qualité. L’enseignement du géographe R. Gradmann l’a incité à mener une « recherche économico-géographique sur la régularité du nombre, de la répartition et de la taille des implantations urbaines, présentée à partir de l’exemple de l’Allemagne du Sud ». Il n’y a pas que la problématique qui soit géographique ; la méthode l’est également, bien qu’elle soit définie comme purement économique, par opposition à d’autres (méthodes historique, statistique, descriptive). La première partie tente une théorie générale purement déductive de la localisation des activités et des équipements urbains (qui fait pendant à la théorie de la localisation agricole de Thünen et industrielle d’A. Weber). Elle se fonde sur les recherches antérieures de Menger, von Wieser, Sombart, M. Weber, et nous introduit ainsi à l’approche économique caractéristique de la nouvelle orientation théorique en économie politique. Ensuite, la deuxième partie développe la méthode et les axiomes qui permettent de comprendre et d’expliquer la réalité géographique de l’habitat (« la fonction principale de la ville, ou encore sa caractéristique principale, est d’être le centre d’un territoire »). La troisième partie examine en détail de façon inductive cette réalité en Allemagne du Sud (on ne s’y intéresse pas à l’apparence de la ville, mais exclusivement à sa fonction dans la vie de la communauté humaine). Elle étudie donc les « lieux centraux », et établit que les principes d’approvisionnement, de circulation et de séparation sont les lois qui régissent leur répartition, leur taille et leur nombre (le principe de marché est le principal d’entre eux). Parmi les types de lieux centraux qui existent réellement en Allemagne du Sud, on trouve, par ordre décroissant, les quatre grands centres régionaux de Munich, Francfort, Stuttgart, Nuremberg-Fürth (le cinquième serait Strasbourg !), les capitales provinciales, les préfectures, les chefs-lieux de cantons, les chefs-lieux, les villes-marchés et les petits lieux centraux auxiliaires, découverts suivant la méthode des connexions téléphoniques, d’une exactitude satisfaisante (l’annexe cartographique en couleur n°II représentant la répartition des connexions téléphoniques en Allemagne du Sud met mieux en évidence les lieux véritablement centraux que la carte I de la répartition de la population). Ce livre instructif, stimulant et véritablement scientifique s’achève sur la revendication pressante, formulée depuis longtemps par A. Hettner, et renouvelée entre autres par R. Gradmann, L. Waibel, de dépasser le stade linnéen de la pure systématique dans les différentes branches de la géographie humaine.

H. Bobek. Zeitschrift der Gesellschaft für Erdkunde zu Berlin (1935, p. 125-130)

30Brèves.

31Une nouvelle recherche de géographie urbaine.

32Cela fait bien longtemps que les villes ne sont plus considérées dans les travaux de géographie régionale comme des « corps étrangers ». On ne savait pas les aborder correctement sous l’angle « géographique ». Aujourd’hui, on ne peut plus accuser la « géographie urbaine » de négligence, notre méthodologie s’est considérablement développée, et partout les descriptions des implantations urbaines prolifèrent. On peut y distinguer, comme dans la géographie rurale, deux tendances : l’une met plus l’accent sur les formes, notamment dans leur relativité historique, tandis que l’autre, à la façon de la géographie économique, s’efforce de mettre en pleine lumière, grâce à une investigation systématique, l’aspect fonctionnel des implantations. En la matière, les monographies dominent, y compris dans la littérature étrangère. Le point de vue synthétique, panoramique sur la part urbaine du paysage humanisé est encore peu répandu, quoiqu’il représente le mode d’approche le plus précieux d’un point de vue géographique. Or ces monographies ne constituent en réalité que les pierres de cet édifice.

  • b  W. Christaller, Die zentralen Orte in Süddeutschland. Eine ökonomisch-geographische Untersuchung ü (...)

33Or voici un livre qui a l’ambition de fournir une telle vue d’ensemble de l’aspect fonctionnelb. La tâche qu’il s’assigne est assez vaste. Il s’agit en effet de répondre à la question suivante : y a-t-il des lois qui déterminent absolument le nombre, la taille et la distribution des villes ? L’accent est mis sur le général et le fondamental ; l’univers urbain si différencié de l’Allemagne du Sud ne sert que de champ d’expérimentation pour vérifier la validité des propositions générales. C’est là que réside également la principale caractéristique de l’œuvre : la théorie est première, et la partie « pratique », régionale ne sert en fait qu’à « vérifier la théorie ». Le plan de l’étude, ainsi que la terminologie et la méthode d’analyse de détail, trahiraient, même sans l’indication liminaire, l’origine de l’auteur, issu de l’économie politique.

  • c  Cf. Bobek, Grundfragen der Stadtgeographie. Peterm. Mitteilungen, 1927.

34La présentation de la théorie occupe près de la moitié du travail. Elle découle logiquement de la thèse initiale selon laquelle c’est par leur fonction de « centre de leur environnement rural et d’intermédiaire entre la circulation locale et le monde extérieur » (Gradmann) que les villes se distinguent. Les grandes villes remplissent la même fonction dans de plus grandes proportions. Ce résultat obtenu empiriquement n’est pas nouveau. Mais Christaller, dans sa construction logique, va bien au–delà des esquisses dont nous disposions jusqu’à présent (par exemple un essai de l’auteur du compte-rendu qui va dans la même directionc) jusqu’à atteindre d’intéressants résultats. La raison qui explique l’existence de telles implantations réside dans l’existence de certaines entreprises centrales, et, partant, de biens et de services centraux, qui, contrairement aux entreprises, biens et services dispersés (par exemple dans le cas d’une économie agraire et de ses produits), ne peuvent exister ou être produits que dans des points centraux spécifiques. Ce sont pour l’essentiel des équipements, des biens et des services liés au commerce, à certaines entreprises, aux professions libérales, à l’organisation culturelle et politique etc. Ils correspondent à mes « secteurs et produits typiquement urbains », dans l’essai mentionné. Christaller parle plus loin dans sa théorie de « lieux centraux », pour remplacer l’expression polysémique de « ville » par un nom correspondant au concept, mais il reste conscient que ceux-ci sont globalement identiques aux implantations urbaines. Quant au domaine des biens et des services centraux d’un lieu central, il le décrit à l’aide de l’expression moins heureuse de « territoire complémentaire ». Christaller détaille alors les relations qu’entretiennent la consommation et la portée des biens centraux et donc la taille possible du lieu central avec la distribution, la densité et la structure sociale du peuplement des territoires complémentaires, puis avec le prix du marché, le type, la quantité des biens eux-mêmes, avec la taille, l’accessibilité et la dotation naturelle du territoire, enfin avec l’état et le type de relations de communication, d’abord d’un point de vue statique, puis dynamique, c’est-à-dire en considérant que tous ces facteurs se transforment continuellement. Le concept de « portée » d’un bien, c’est-à-dire la distance au centre au-delà de laquelle il ne trouvera plus preneur, est très important. Ainsi peut-on distinguer des biens centraux de haut niveau, à grande portée, de biens de niveau inférieur, à portée modeste. La grande masse de biens centraux possède autant de portées différentes. Bien que ces considérations théoriques soient menées par endroits de façon un peu trop large et formaliste, sans pour autant pouvoir épuiser la richesse des possibilités, il en résulte néanmoins de très importantes relations, qui ne peuvent être approfondies ici.

35Au cœur de l’ouvrage, Christaller déduit le déploiement d’un schéma idéal de répartition pour les lieux centraux de leur caractère fonctionnel, qui détermine une pyramide des lieux centraux suivant leur taille. Elle dépend de la portée des biens offerts. Dans ce schéma, qui permet le plus rationnellement possible de pourvoir un territoire en biens centraux, tout lieu central de niveau supérieur est entouré de six lieux de rang inférieur, ordonnés en cercle, et pouvant donc approvisionner un cercle extérieur du territoire complémentaire en biens centraux, qui, conformément à leur portée réduite, ne peuvent plus être fournis par le centre. De tels systèmes territoriaux, dans lesquels les lieux satellites des  grands centres voisins coïncident, se jouxtent comme les alvéoles d’une ruche d’abeille. Ce schéma est, suivant l’envie et le besoin, à insérer dans des systèmes de rangs supérieurs, ou à décomposer en systèmes de rangs inférieurs. L’amplitude des classes est déterminée par l’échelle des lieux centraux mise à disposition (et celle-ci l’est précisément par le degré de différenciation des biens et services centraux, remarque de l’auteur du compte-rendu). Christaller croit pouvoir considérer comme typiques les niveaux suivants :

  • R = Reichshauptstädte (capitales nationales) avec environ 4 000 000 habitants

  • RT = Reichsteil-Hauptstädte (grandes villes rayonnant sur une partie du pays) avec environ 1 000 000 habitants

  • L = Landeshauptstädte (capitales régionales) avec environ 500 000 habitants

  • P = Provinzialhauptorte (capitales provinciales) avec environ 100 000 habitants

  • G = Gaubezirkshauptorte (préfectures) avec environ 30 000 habitants

  • B = Bezirkshauptorte (chefs-lieux d’arrondissement) avec environ 10 000 habitants

  • K = Kreisstädtchen (chefs-lieux de canton) avec environ 4 000 habitants

  • A = Amtsstädtchen (chefs-lieux) avec environ 2 000 habitants

  • M = Marktorte (villes-marchés) avec environ 1 200 habitants

  • H = hilfszentrale Orte (lieux centraux auxiliaires) avec environ 800 habitants.

36Partant de l’observation selon laquelle dans de nombreuses parties de l’Allemagne la distance moyenne entre les lieux centraux de type M s’élève à environ 7-9 km (selon la densité de population etc.), le rayon d’un territoire de rang M par conséquent à environ 4 km, Christaller calcule logiquement, d’une façon irréprochable, les pondérations internes de son schéma idéal. Il en résulte par exemple un intervalle moyen de 36 (à 45) km pour les lieux de rang B, pour un territoire de rayon 20,7 km ; pour les lieux de rang P un de 108 (à 135) km, avec un rayon de 62,1 km. Chaque intervalle supérieur correspond à la racine troisième de l’intervalle immédiatement inférieur. A cause de la masse de facteurs actifs, il faut bien sûr en pratique en venir à des déviations, par exemple l’accroissement des intervalles dans des territoires faiblement peuplés etc.

37A côté de ce schéma fondamental conforme au principe d’approvisionnement, Christaller distingue encore un schéma, construit d’après le principe de la circulation la plus rationnelle (à l’intérieur d’un territoire donné). Dans ce cas, les lieux les plus significatifs quittent la situation mutuelle qu’ils ont dans le schéma d’approvisionnement, pour s’aligner sur les voies de communication qui rayonnent autant que possible du centre, cas dans lequel un surplus de lieux centraux devient nécessaire. Enfin, il construit encore un schéma suivant le « principe de séparation », dans lequel les modifications dues aux divisions politiques du territoire sont prises en compte.

38Avant d’entamer la partie régionale, il faut encore résoudre la question de savoir comment concevoir pratiquement les lieux centraux et quantifier leur signification en vue d’une comparaison. L’ordre de grandeur des équipements centraux n’est pas immédiatement totalisable. Christaller choisit une issue d’une simplicité époustouflante : prendre le nombre de connexions téléphoniques comme indicateur de la centralité. En effet, la comparaison de la carte de répartition de la population et du téléphone montre une certaine accentuation de la tendance à la concentration de ce dernier dans les lieux plus importants, c’est pourquoi Christaller considère cette méthode comme particulièrement adaptée. Cependant, Christaller ne se contente pas de prendre pour indicateur de centralité le nombre de connexions : il considère le surplus (réparti en 10 classes) par rapport au nombre de connexions qui devrait correspondre à la moyenne du territoire (délimité approximativement) environnant un lieu donné, en fonction de sa population. Ainsi des valeurs de centralité déterminées sont attribuées aux classes de lieux centraux mentionnées supra, par exemple une valeur de 12-30 est attribuée au type de rang B, une de 150-1200 au type de rang P.

39En Allemagne du Sud se trouvent cinq systèmes de rang L, dont les centres sont Munich, Nuremberg-Fürth, Stuttgart, Francfort et Strasbourg. Dans la partie régionale, qui occupe la moitié de l’ouvrage, chaque système de rang L est examiné, pour savoir dans quelle mesure la situation et la taille de leurs lieux centraux correspondent au schéma. On y trouve aussi un essai de délimitation des « territoires complémentaires » de ces centres principaux, et leur effectif en lieux centraux se voit comparé avec les nombres du schéma normal. Un vaste tableau de l’ensemble des lieux centraux d’Allemagne du Sud comprenant les indications nécessaires, et quelques cartes complètent un texte un peu aride. Il est impossible ici de rentrer dans les nombreux détails, ne serait-ce que partiellement.

  • d  Christaller entend par là la direction la plus ancienne de la géographie urbaine, qui considère pr (...)

40La conclusion constate que des lois de répartition existent effectivement, sous la forme des schémas obtenus par déduction. Il faut concevoir le principe d’approvisionnement comme première loi fondamentale, les deux autres comme des variations du même principe. A cela s’ajoute une brève présentation des autres déviations, tantôt explicables par l’économie, tantôt autrement, qu’il faut évaluer au cas par cas. Il faut prendre en compte comme résultat pour la géographie de l’habitat le fait que la méthode économique a fait ses preuves, même si à coup sûr les autres méthodes (appelées historique, statistique et « géographique »d) conservent leur pertinence.  

41Seule une critique générale qui renonce à entrer dans les détails pourrait rendre compte de l’ambition du questionnement et de la réponse apportée, dont l’impact pâtit hélas quelque peu de l’ampleur du texte. Il s’agit avant tout d’une question de méthode. Sa discussion menace de réveiller une vieille et fâcheuse querelle en géographie. Quand on s’est persuadé que la théorie comme l’expérimentation, la déduction comme l’observation ont pleinement leur place dans la recherche géographique, et doivent collaborer étroitement, reste encore à décider si la voie empruntée ici, qui consiste à donner le primat à la théorie pure (l’expérimentation n’est convoquée que pour les aspects quantitatifs du schéma – comme pour le point de départ de la théorie elle-même) et à en chercher simplement confirmation a posteriori dans la réalité (« vérification de la théorie ») peut être pleinement satisfaisante d’un point de vue géographique, au lieu d’acquérir progressivement de nouvelles connaissances de fond en partant de la confrontation du schéma et de la foule des phénomènes réels. J’en doute, sans pour cela vouloir en aucune façon nier la possibilité de parvenir également par cette voie à des résultats géographiques importants. Au contraire, je considère ses « fondements théoriques » comme l’irruption précieuse d’un nouveau domaine et tiens les résultats de cette partie aussi pour fondamentalement justes et solides. – Mais à l’intérieur de sa méthode même Christaller ne me semble pas avoir procédé de façon conséquente. Alors qu’il procède à juste titre dans l’élaboration de sa théorie par distinctions conceptuelles - ainsi il ne prend pas pour base le concept complexe de « ville », mais le concept pour ainsi dire « distillé » de « fonction centrale », ou de « lieux, implantations et biens à fonction centrale » -, il procède de façon sommaire lors de l’application de la théorie dans la partie régionale et prend pour entités de l’investigation les agglomérations urbaines comme telles. La méthode téléphonique n’y change fondamentalement rien. Etant donné qu’une ville est une création complexe, il doit s’accommoder de trop grandes sources d’erreur, ou plutôt il prend toute une masse de phénomènes ressortissant à d’autres lois, étrangères à la théorie fondée, qui ne peuvent ou ne doivent pas être conçues comme des « déviations ». C’est pourquoi la « vérification » de sa théorie demeure insatisfaisante. L’optimisme du texte ne peut atténuer l’image incontestable de la carte. Cette carte montre que la partie orientale agraire de l’Allemagne du Sud présente des similitudes avec le schéma de répartition conforme au principe d’approvisionnement, d’une ampleur étonnante, comme autour de Munich. Mais elle montre également qu’il ne joue absolument aucun rôle manifeste dans l’Ouest industriel, et qu’on n’aboutit à aucune conclusion essentielle à partir des variations du schéma fondamental. A cet endroit, d’autres forces régissent la répartition et la taille des implantations urbaines. Sa mise hors circuit aurait dû s’ensuivre à l’aide d’une analyse économico-fonctionnelle des organismes économiques urbains.

  • e  Cf. Bobek, Grundfragen der Stadtgeographie.
  • f  A. Weber, Über den Standort der Industrien. Partie I : Théorie pure de la localisation. 2e édition (...)
  • g  J. G. Kohl, Der Verkehr und die Ansiedlungen der Menschen in ihrer Abhängigkeit von der Gestaltung (...)
  • h  Cf. la bibliographie dans Christaller, & 19 et suivants.

42Indépendamment de cela, la partie théorique garde sa valeur car c’est la première fois qu’une théorie de localisation des lieux dotés de fonctions centrales, ou en d’autres termes une théorie de la force de localisation, qui considère dans leur complexité fonctionnelle nos implantations urbaines modernes, est développée de façon conséquente. Cette force se trouve parfois en contradiction et en concurrence avec les forces de localisation des autres éléments, parmi lesquelles il faut citer en premier les diverses industries, et en second les fonctions des grandes lignes de transport (dans le cadre de l’échange économique avec des espaces étatiques et des continents entiers). Mais il faut ici remarquer que l’élément industriel n’est en aucun cas généralement et nécessairement lié aux conurbations, et par conséquent n’est pas aussi typiquement urbain que les fonctions centralese.  Pour l’élément industriel, nous avons déjà une théorie de localisation par A. Weberf pour les fonctions des grandes lignes de transport seulement la tentative de J. G. Kohlg, trop formaliste et insuffisamment économique, également des travaux préparatoires du côté de l’économie politiqueh et quelques études de géographie régionale. Nous devons désormais à Christaller une théorie de localisation portant sur les fonctions centrales.

  • 15  il s’agit des deux directions détaillées dans le premier paragraphe du compte-rendu (NDT).
  • i  Un exemple de ce mode d’approche pour l’élément industriel : N. Creutzburg, Das Lokalisationsphäno (...)
  • j  Cf. Gerhard Menz, Irrationales in der Rationalisierung. Mensch und Maschine. Breslau 1928.

43A ces forces qui se combinent s’ajoute le facteur historique. De même que la géographie agraire doit prendre en considération dans les deux directions15 les héritages historiques dans l’état présent, la géographie urbaine doit le faire dans sa direction fonctionnellei.  Ainsi la géographie urbaine orientée vers l’économico-fonctionnel, qui considère les espaces plus grands, d’un caractère englobant, constitue une tâche du plus grand intérêt encore inaccomplie. Son accomplissement peut de plus fournir des bases cruciales pour résoudre le problème éminemment pratique de la « rationalisation de l’espace économique »j, dont nous avons l’habitude de désigner les débuts par l’expression de « planification territoriale ».

Compte rendu du Congrès international de géographie d’Amsterdam, 1938

44T. II, Travaux des sections.

45Section IIIa : Géographie humaine (Président : Prof. A. Demangeon)

46Séance du 21 juillet

  • 16  Nous ne reproduisons de cette présentation que ce qui traite de la réception de Christaller. L’int (...)

47Question 2 : Rapports fonctionnels entre les agglomérations urbaines et les campagnes (Président : Prof. Ch. Biermann, qui remplaça le prof. A. Demangeon)16

(…) Je suis parfaitement d’accord avec mon collègue de Musset que les 15 communications que nous avons reçues sont très différentes par la longueur, par les points de vue, on peut même dire par les sujets traités, qui ont des rapports variés avec le problème proposé. Il a divisé ces communications en deux parties. Les unes d’un caractère d’ensemble général, les autres régionales ou locales et des études de faits particuliers.

Le système de notre collègue Christaller me semble trop rigide. L’homme devient dans ce système une machine qui obéit aux lois de la science naturelle et dans lequel les agglomérations urbaines se rangent selon une série géométrique. Je ne crois pas que le procès humain s’accomplisse dans cet ordre mathématique. En outre la communication de M. Christaller s’occupe seulement avec les agglomérations urbaines et je ne trouve pas un mot de la vie et de la société et des problèmes de la campagne.

J’ai été étonné du point de vue de M. Christaller que les fonctions urbaines et des campagnes ne seront pas traitées dans son rapport, parce que ces problèmes se trouvent sur le terrain des économistes et des sociologues et pas des géographes.

Cela m’étonne de plus, parce que surtout en Allemagne les grandes villes comme Berlin, etc., seraient dépeuplées dans un demi-siècle quand elles manqueraient l’immigration des campagnes. C’est un fait purement géographique.

Je me suis étonné de plus qu’aussi bien M. Christaller que M. Bobek parlent tous les deux d’un Standorts-problem, qui n’existe pas. Ni un Standortslehre.

Certes, on peut analyser postérieurement les facteurs qui ont eu une certaine influence sur le choix d’une certaine région pour une industrie ou pour l’habitat, mais on ne peut prédire quelque chose concernant le standort. (…)

48Discussion

Le Docteur J. Haliczer loue la méthode déductive de Christaller, et considère que son schéma ouvre de nouvelles voies à la recherche en géographie humaine. Mais il faut opposer au schéma le fait que la loi des « lieux centraux » ne peut s’appliquer à tous les faits géographiques, dans l’espace et dans le temps.

Le docteur W. Hartke souligne que, dans cette tentative de définition du concept de ville, on doit considérer le fait qu’aujourd’hui lieu d’habitat et lieu de travail sont souvent disjoints. Dans le territoire du Rhin-Main par exemple, ce phénomène est très répandu. Les déplacements quotidiens/migrations pendulaires produisent les relations ; cela confère une signification particulière à la distance-temps. Personne n’appellera les lieux d’habitat ruraux « ville », bien qu’ils aient une certaine taille et que les métiers centraux y dominent.

Le docteur G. Pfeifer loue également la méthode déductive du Dr Christaller. Cependant, l’on ne doit pas en rester à cette méthode, mais il faudra accorder les vues de Christaller avec la situation géographique d’un pays. La théorie est nécessaire, mais elle doit s’ajuster à la réalité historiquement donnée.

Le Professeur et Docteur G. Niemeier reconnaît la signification fondamentale des idées de Christaller, mais il lui reproche également une formulation trop abrupte. Une application schématique n’est pas possible en tout temps et en tout lieu ; impossible aussi l’utilisation schématique des indications d’éloignement pour les différents niveaux de lieux centraux. Il vaut mieux ne pas parler de « lois », mais de « règles ». Les règles de disposition des lieux centraux varient selon les lieux, les peuples et l’époque.

Le Professeur et Docteur W. Geisler comprend les recherches du Dr Christaller de telle sorte qu’il veut utiliser ce résultat, mais pas pour faire violence à la réalité. Sa loi ne peut concerner qu’une partie du problème. Si l’on veut saisir la réalité, il faut partir de l’observation. On reconnaîtra précisément aux formes paysagères s’il s’agit d’une implantation rurale ou urbaine.

Le Docteur W. Christaller réfute les remarques des Professeurs van Vuuren et Bierman, selon lesquels son système serait trop « rigide » et trop abstrait. Une théorie doit être rigide. Elisée Reclus et Ratzel se sont déjà occupés de l’effet de la distance, considérée abstraitement, sur les phénomènes anthropogéographiques.

  • 17  En français dans le texte.

Le Professeur A. Gilbert17 remarque que les organismes où se déroule l’activité des hommes n’ont point la régularité géométrique. La volonté, la fantaisie, les innombrables résultats d’un passé historique très divers, les diversités ds conditions physiques, donnent au paysage humanisé une variété telle, qu’il paraît vain de vouloir l’enfermer dans des lois. C’est ce qui donne à la géographie humaine son sens et son intérêt.

Le Docteur H. Bobek remarque que la théorie et la recherche empirique sont nécessaires. La recherche matérielle ne fait pas la science. Mais la théorie de Christaller est trop étroite et il est nécessaire de concevoir toute la richesse des fonctions urbaines qui se présentent.

  • 18  En français dans le texte.

Le Professeur L. van Vuuren18 approuve les remarques du prof. Gilbert. On ne peut pas donner des lois, parce que l’homme a son âme.

49                  

Haut de page

Bibliographie

Textes de Christaller et leurs traductions

W. Christaller ; Die zentralen Orte in Süddeutschland. Eine ökonomisch-geographische Untersuchung über die Gesetzmäigkeit der Verbreitung und Entwicklung der Siedlungen mit städtischen Funktionen; Jena; Fischer Verlag ; Dissertation ; 1933.

Nouvelle édition : Darmstadt ; Wissenschaftliche Buchgesellschaft ; 1968.

C. Baskin ; Central Places in Southern Germany ; Englewood Cliffs ; Prentice-Hall ; 1966.

E. Malutta ; Paola Pagnini ; Le Località centrali della Germania meridionale ; Milan ; Franco Angeli ; 1980.

W. Christaller ; « Wie ich zu der Theorie der zentralen Orte gekommen bin » ; Geographische Zeitschrift vol. 56, n°2 ; 1968 ; pp. 88-101.

J. T. Meyer ; « How I discovered the theory of central places : a report about the origin of central places » ; in P.W. English et R.C. Mayfield (dir.) ; Man, Space and Environment : Concepts in Human Geography ; Londres ; Oxford University Press ; 1972 ; pp. 601-610.

Prolongements de la théorie des lieux centraux

K. Beavon ; Central Place Theory : A Reinterpretation ; Londres-New York ; Longman ; 1977.

B.J.L. Berry ; Geography of Market Centers and Retail Distribution ; Englewood Cliffs, Prentice-Hall ; 1967 ; traduction française : Géographie des marchés et du commerce de détail ; Paris ; A. Colin ; 1971 ; 255 pages. 

B.J.L. Berry ; William L. Garrison ; « Recent Development of Central Place Theory » ; Proceedings of the Regional Science Association ; 1958 ; vol. 4, pp. 145-154.

B.J.L. Berry ; « Central Places in Southern Germany » ; Economic Geography ; juillet 1967 ; pp. 275-276.

E. Kant ; Bevölkerung und Lebensraum Estlands ; Tartu ; Akadeemiline Kooperatiiv ; 1935.

A. Lösch ; Die raumiche Ordnung der Wirtschaft ; Iena ; G. Fischer ; 1940 ; traduction anglaise : The Economics of Location ; New Haven ; Yale University Press ; 1954 ; 520 pages.

E. Ullmann ; « A Theory of Location for Cities » ; American Journal of Sociology ; 1941 ; pp. 853-864.

Analyse spatiale

W. Bunge ; Theoretical Geography ; Londres ; Gleerup ;1962.

M. F. Ciceri ; B. Marchand ; S. Rimbert ; Introduction à l’analyse de l’espace ; Paris ; Masson ; 1977 ; 173 p.

P. Haggett ; Locational Analysis in Human Geography ; Londres ; Edward Arnold ; 1966

(Traduction française : L’analyse spatiale en géographie humaine ; Paris ; Armand Colin ; 1968).

Géographie urbaine

S. Adam ; La trame urbaine. Hexagone et analyse théorique des semis urbains ; thèse de l’Université de Rouen ; 1992 ; 203 pages.

G. Chabot ; Les Villes ; Paris ; A. Colin ; 1948.

P. Claval ; La logique des villes ; LITEC ; 1981.

P.H. Derycke ; J.M. Huriot ; D. Pumain (dir.) ; Penser la Ville. Théories et modèles ; Anthropos ; 1996 : chapitre 4 (« Théoriser la ville »).

J. Tricart ; Cours de géographie humaine. L’habitat urbain ; Paris ; CDU ; 1952.

Commentaires de l’œuvre de W. Christaller

H. H. Blothvogel ; « Zentrale Orte : Zur Karriere und Krise eines Konzepts in Geographie und Raumplanung » ; Erdkunde, 50, 1 ; 1996 ; pp. 9-25.

E. von Böventer ; « Walter Christaller’s Central-Place Theory and Peripherial Areas : The Central-Place Theory in Retrospect » ; Journal of Regional Science ; vol. 9 ; 1969 ; pp. 117-124.

W. Bunge ; « Walter Christaller was not a fascist » ; Ontario Geography ; vol. 37 ; 1977 ; pp. 84-86.

P. Claval ; « La théorie des lieux centraux » ; Revue géographique de l’Est, n°1-2 ; 1966 ; pp. 131-152.

P. Claval ; « La théorie des lieux centraux revisitée » ; Revue géographique de l’Est, n°1-2 ; 1973 ; pp. 225-251.

Geographische Zeitschrift n°2 ; numéro spécial Christaller ; 1968.

K. H. et R. Hottes ; « Walter Christaller, 1893-1969 » ; Geographers Biobliographical Studies ; 1983 ; vol. 7 ; pp. 11-16.

L. King ; Central Place theory ; Londres ; Sage ; 1984.

M. Michalakis et G. Nicolas ; Le cadavre exquis de la centralité, Lausanne, Eratosthène Sphragide 1 ; 1986.

C. Müller-Wille ; « The forgotten Heritage : Christaller’s Antecedents » ; in B. Berry ; The Nature of Change in Geographical Ideas ; 1978 ; pp. 37-64.

R. Preston ; « Christaller’s neglected Contribution to the Study of the Evolution of Central Places » ; Progress in Human Geography ; vol. 9 ; 1985 ; pp. 177-193.

M.-C. Robic ; « W. Christaller et la théorie des ‘lieux centraux ‘ : Die zentralen Orte in Süddeutschland. Eine ökonomisch-geographische Untersuchung über die Gesetzmäigkeit der Verbreitung und Entwicklung der Siedlungen mit städtischen Funktionen (1933) » ; in B. Lepetit ; P.Topalov ; La ville des sciences sociales ; Paris ; Belin ; 2001 ; pp. 151-188.

M.-C. Robic ; « Cent ans avant Christaller… Une théorie des lieux centraux » ; L’Espace Géographique ; 1982 ; pp.5-12.

Radeff et G. Nicolas ; « Omissions et distorsions d’un classique de la traduction scientifique : conséquences pour comprendre l’histoire des ‘villes-centres’ » ; Bulletin de liaison de la société d’histoire des petites villes; III, 2004, juin ; pp. 7-11. Texte également paru sur le site : http://www.cyberato.org.

M. Rössler ; Die Geographie an der Universität Friburg 1933-1945. Ein Beitrag zur Wissenschaftsgeschichte des Faches im Dritten Reich ; Freiburg ; Staatsexamensarbeit ; 1983

M. Rössler ; « Die Institutionalisierung einer « neuen » Wissenschaft im Mazionalsozialismus. Raumforschung und Raumordnungs 1933-1945 » ; Geographische Zeitschrift ; Heft 3 ; 1987.

M. Rössler ; « Géographie et national-socialisme. Remarques sur le processus de reconstruction d’une relation problématique » ; L’Espace Géographique n°1 ; 1988 ; pp.5-14.

M. Rössler ; « Applied Geography and Area Research in Nazy Society : Central Place Theory and Planning, 1933-1945 » ; Environment and planning, D. Society and space, vol.7, n°4 ; 1989 ; pp. 419-431.

M. Rössler ; Wissenschaft und Lebensraum. Geographische Ostforschung im National-Sozialismus ; Berlin ; Dietrich Reimer ; 1990.

Autres ouvrages

J. Carroy ; N. Richard (dir), La découverte et ses récits en sciences humaines. Champollion, Freud et les autres ; Paris, L'Harmattan, 1998.

F. Hartog ; Régimes d’historicité. Présentisme et expérience du temps ; Seuil ; Paris ; 2003.

E. Hobsbawn ; T. Ranger (dir.) ; The Invention of Tradition ; Cambridge ; Cambridge University Press ; 1988.

T. Kuhn ; La structure des révolutions scientifiques ; Paris ; Champ Flammarion ; 1983. 

J. Lévy ; M. Lussault (dir.) ; Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés ;Paris ; Belin ; 2003 

J. Scheibling ; Qu’est-ce-que la géographie ?; Paris ; Hachette ; 1994.

Haut de page

Notes

1 Celles-ci constituent l’aboutissement d’un travail commencé en 2001 dans le cadre du DEA ATEG (Analyse théorique et épistémologique en géographie), Paris, Universités de Paris I, Paris VII, ENS Lettres&sciences humaines, en vue d’un exposé d’épistémologie, et poursuivi grâce à une collaboration entre une géographe et une germaniste, sous la direction de Marie-Claire Robic.

2  Comme l’illustre la récurrence de l’adjectif composé « économico-géographique ».

3  Présidée par Charles Biermann.

4  Le Drang nach Osten fournit à Christaller l’occasion de dresser la carte des lieux centraux des territoires orientaux.

5 Nous tenons sur ce point à remercier M.-C. Robic, qui nous a guidées dans la compréhension du contexte conceptuel de la géographie allemande des années 1930.

6  Note 1 p. 22.

7  S. Adam (1992) cite pour les deux derniers auteurs des communications de 1989 et 1990 non publiées.

8  « J.G. Kohl et la géographie des communications » ; Bulletin de la Société royale belge de géographie (1904).

9  Article Christaller : p. 156-158.

10  D’après S. Adam (1992, p. 16), qui s’appuie sur la recherche de L. King (1985), le concept serait en fait né en 1931 sous la plume du géographe américain Mark Jefferson.

11  Le mot semble cependant introduire une idée de plus court chemin.

12  Le lecteur en trouvera une autre, plus simplifiée, dans l’ouvrage de J. Scheibling (1994, p. 40) : Land=Etat, Gau=région, Bezirke=département, Kreise=arrondissement, A=canton, M=commune rurale.

a  Les subdivisions sont classées par ordre croissant ; on proposera comme équivalent approximatif : ville-marché (M), chef-lieu (A), chef-lieu de canton (K), chef-lieu d’arrondissement (B), préfecture (G), capitale provinciale (P), capitale régionale (L), capitale nationale (R).

13  La circulation et les implantations humaines dans leur dépendance par rapport à la configuration de la surface terrestre. (NdT)

14  Les lieux centraux en Allemagne du Sud. (NdT)

b  W. Christaller, Die zentralen Orte in Süddeutschland. Eine ökonomisch-geographische Untersuchung über die Gesetzmäigkeit der Verbreitung und Entwicklung der Siedlungen mit städtischen Funktionen. Jena, Gustav Fischer, 1933. Avec 7 figures et 5 annexes cartographiques.

c  Cf. Bobek, Grundfragen der Stadtgeographie. Peterm. Mitteilungen, 1927.

d  Christaller entend par là la direction la plus ancienne de la géographie urbaine, qui considère prioritairement la situation géographique et topographique des villes.

e  Cf. Bobek, Grundfragen der Stadtgeographie.

f  A. Weber, Über den Standort der Industrien. Partie I : Théorie pure de la localisation. 2e édition. Tübingen 1922.

g  J. G. Kohl, Der Verkehr und die Ansiedlungen der Menschen in ihrer Abhängigkeit von der Gestaltung der Erdoberfläche. Leipzig 1850.

h  Cf. la bibliographie dans Christaller, & 19 et suivants.

15  il s’agit des deux directions détaillées dans le premier paragraphe du compte-rendu (NDT).

i  Un exemple de ce mode d’approche pour l’élément industriel : N. Creutzburg, Das Lokalisationsphänomen der Industrien. Am Beispiel des nordwestlichen Thüringer Waldes. Forschungen zur deutschen Landes- und Volkskunde, 23e tome, 4e cahier, Stuttgart 1924.

j  Cf. Gerhard Menz, Irrationales in der Rationalisierung. Mensch und Maschine. Breslau 1928.

16  Nous ne reproduisons de cette présentation que ce qui traite de la réception de Christaller. L’introduction est faite par le professeur L. Van Vuuren, organisateur de la section, qui remplace ici le rapporteur désigné, R. Musset, auteur d’un rapport également publié en 1938 avant l’ouverture du congrès (Comptes rendus…., Rapports, 1938). Nous avons corrigé les fautes d’orthographe les plus manifestes de ce texte en mauvais français. La contribution  de Christaller, rédigée en allemand, porte le titre « Rapports fonctionnels entre les agglomérations urbaines et les campagnes ».

17  En français dans le texte.

18  En français dans le texte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

G. Djament et M. Covindassamy, « Traduire Christaller en français.
Textes seuils, réception, récit de découverte », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Epistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, document 298, mis en ligne le 25 janvier 2005, consulté le 27 avril 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/3144 ; DOI : 10.4000/cybergeo.3144

Haut de page

Auteurs

G. Djament

Université Paris VII
geraldine.djament@wanadoo.fr

M. Covindassamy

Université Paris IV
covindas@clipper.ens.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page