Navigation – Plan du site
2005
299

Comment je suis parvenu à la théorie des lieux centraux
Comment une théorie peut naître et comment elle est née dans mon cas : compte-rendu

Walter Christaller
Traduction de Mandana Covindassamy et Géraldine Djament

Texte intégral

1Je voudrais remonter loin dans le temps. Quand j’avais l’âge où l’on a besoin d’un atlas scolaire, ma mère proposa à notre riche tante de m’offrir pour Noël un atlas. Car dans la maison de mes parents, un presbytère en Forêt-Noire, l’argent étant rare et la famille grande, un atlas scolaire représentait une somme respectable. Ma tante fut certes déçue de ne devoir faire qu’un cadeau « utile », plutôt qu’un cadeau pour jouer, qui fait vraiment plaisir. Mais il en alla autrement : lorsque je vis sur la table des présents l’atlas et ses cartes multicolores, je fus comme ensorcelé. Je ne regardai pas le ballon ou les échasses ; je n’avais d’yeux que pour mon atlas, je me plongeai dans son étude.

2Ainsi l’atlas devint aussi un jouet, et non pas seulement un objet de contemplation et d’étude. J’inscrivais de nouvelles lignes de chemin de fer, plaçais n’importe où une nouvelle ville ou changeais les frontières en les changeant en droites ou en les plaçant sur les lignes de crêtes. Plus tard, je reçus le grand atlas de Debe, que je possède encore aujourd’hui. Il n’est pas de carte qui ne porte la trace de mes ajouts. J’échafaudais de nouveaux découpages administratifs et calculais leur nombre d’habitants – car je me livrais aussi avec passion aux calculs statistiques. Quand je trouvai un livre de poche de statistique à deux marks environ, je tourmentai mon père pour qu’il me l’achète. Lui que n’intéressaient que les lettres chercha à m’en détourner. J’éclatai en sanglots de déception et finis par obtenir le livre de statistiques. Quand, blessé durant la première guerre mondiale, j’arrivai au lazaret de Straslund et que ma mère me demanda ce que j’aimerais recevoir, je lui écrivis : un atlas de poche de Perthes. Au lit, je couvris cet atlas de dessins, et il m’accompagna toujours quand je fus rétabli et que je retournai au front.

3Aujourd’hui, je possède des douzaines d’atlas, des grands et des petits, des atlas de planification et des atlas historiques, des atlas anglais, hollandais et français. Et une foule de cartes de toutes échelles, y compris suédoises, et les merveilleuses cartes finnoises ; toutes les cartes au 1/100 000 et au 1/200 000 d’Allemagne, des cartes des associations alpines et des cartes routières de toute l’Europe.

4Cependant, je n’avais jamais pensé étudier la géographie. Je ne voulais pas devenir enseignant – et quel autre métier qu’enseignant pouvait-on exercer autrefois  en tant que géographe ?

5Je voudrais ici ajouter que j’ai eu à l’école de Darmstadt un excellent professeur de géographie. Souvent nous allions avec lui dans la forêt et dans les champs ; soudain il s’arrêtait et demandait : que voyez-vous ici ? Nous découvrions par exemple que tous les troncs de hêtre étaient verts de lichen d’un côté et pas de l’autre. Et l’explication venait : les lichens peuvent croître sur le côté exposé à l’humidité des intempéries, et non sur le côté sec, sous le vent. Völsing, notre professeur de géographie, nous a appris à observer et à chercher les causes. De ma classe est aussi sorti le géographe Hermann von Wimann – deux géographes venant d’une même classe !

6Mais revenons à mes études. Je m’intéressais non seulement à la géographie et aux statistiques, mais aussi à la sociologie, nouvelle science qui, à l’époque, quand je commençai mes études en 1913, commençait à percer. Aussi étudiais-je l’économie politique. La géographie était presque oubliée, tandis que je m’enthousiasmais pour la philosophie, l’histoire de l’art et la littérature. A l’époque, j’assistais aussi à Heidelberg aux efforts de mon professeur Alfred Weber en vue d’une théorie des localisations industrielles.

7Après la première guerre mondiale, je me suis marié, j’ai dû gagner ma vie et je n’ai pu poursuivre mes études. J’ai trouvé une activité intéressante dans l’Union pour la réforme agraire allemande d’Adolf Damaschke, dans le bâtiment et l’habitat. C’est ainsi que je m’essayai à la planification, et en particulier à la planification urbaine de Berlin.

  • 1  In : Festband Eugen Oberhummer. Geogr. Jahresbericht aus Österreich, 14, 15e tome Leipzig et Vienn (...)
  • 2  In : Geogr. Anzeiger, 30 Jgg. Gotha 1929. §381 et suivants.

8En 1930, je pus enfin achever mes études d’économie politique à Erlangen. Parallèlement, par intérêt personnel, je suivais les cours de Robert Gradmann. Mon vieil amour pour la géographie se réveilla dans toute sa force, et je succombai à son charme, à près de quarante ans. En 1931, j’ai eu à faire pour le séminaire de Gradmann un exposé sur deux articles : celui d’Hugo Hassinger, « Le capital, la richesse et le revenu national sont-ils des objets pour la géographie économique ? »1, et celui de Hans Mortensen, « Taux d’intérêt et paysage culturel dans le sud du Chili »2. J’intitulai mon exposé « Géographie de la valeur ». Je souhaiterais citer ici quelques passages de mon exposé de l’époque.

9« L’article de Hassinger en particulier revêt une importance tout à fait fondamentale. Ce que Hassinger propose ne représente pas une simple impulsion, ni un simple complément aux recherches de géographie économique. C’est bien plus le début d’une orientation tout à fait nouvelle dans la recherche en géographie économique. Au-delà du domaine de la géographie économique, la plupart des autres domaines de la géographie, en premier lieu la géographie humaine, devront s’occuper des questions soulevées ici. En intitulant ce travail « Géographie de la valeur », nous avons déjà exprimé l’essentiel par cette formule. Dans le courant de l’exposé, on expliquera ce qu’il faut entendre par ce terme. »

10« Hassinger parvient à cette conclusion : il faut répondre par la négative à la question soulevée au début, consistant à savoir si le capital, la richesse et le revenu national peuvent être objets de la recherche en géographie économique ; en revanche, il faut affirmer la nécessité de traiter spatialement, à des fins géographiques, et de rendre utiles à l’explication géographique les résultats des recherches en économie politique portant sur ces questions.  »

  • 3  Cf. Karl Muhs : Materielle und psychische Wirtschaftsauffassung. Versuch einer Begründung des Iden (...)

11« La signification fondamentale de la problématique de Hassinger, initialement mentionnée, devient peut-être plus claire si l’on conçoit à présent sa question d’une façon plus globale, plus générale et dans le même temps plus précise. Nous voulons donc poser la question suivante : les valeurs économiques peuvent-elles faire l’objet de considérations géographiques ? On pourrait même approfondir la question en la formulant ainsi : les valeurs en général, qu’elles soient économiques, intellectuelles ou autres, peuvent-elles faire l’objet de considérations géographiques ? La géographie, orientée de façon dominante vers les sciences de la nature, ne connaît dans l’ensemble que les choses matérielles, les forces naturelles, les êtres vivants, les aptitudes humaines – aussi bien d’ordre physique que psychique -, c’est-à-dire uniquement des éléments qui existent réellement, qui sont pour la plupart visibles, nous pouvons aussi les appeler les éléments de l’essence. A l’opposé des considérations sur l’essence, on trouve les considérations sur la fonction3. La différence la plus marquée entre la géographie et l’économie politique actuelles réside dans le fait que la géographie traite de l’essence des faits économiques, alors que l’économie politique traite de leur fonction. Un tel partage du travail n’est manifestement pas profitable aux connaissances acquises des deux côtés. Par exemple : la ville. La géographie considère surtout sa situation, son apparence extérieure en plan et en élévation, son plan, ses caractéristiques économiques – l’économie politique considère en revanche leur fonction dans la vie économique, donc en premier lieu leur fonction de marché. »

  • 4  Gottfried Pfeifer : Über raumwirtschaftliche Begriffe und Vorstellungen und ihre bisherige Anwendu (...)

12« Pfeifer, contrairement à la majorité des spécialistes de géographie économique, attire l’attention sur le fait qu’il faut aussi considérer4, à côté de l’habitus et de l’association au phénomène économique, leurs fonctions, les événements physiologiques de la vie économique. Économiquement, la signification des faits économiques est donc uniquement leur fonction dans la vie économique ; c’est cette signification fonctionnelle qui fait augmenter, transformer ou diminuer les phénomènes. Par exemple : si la fonction de marché d’une ville est paralysée par la fondation d’une ville concurrente, cette ville dépérit. Ou bien : une ville apparaît là où il y a besoin d’un marché. Si donc on cherche à examiner comment un fait économique agit géographiquement, comment il détermine, selon Hassinger, le paysage culturel, alors il faut en tout premier lieu reconnaître la fonction du fait économique ; c’est la fonction économique qui organise tout d’abord et façonne la forme extérieure du phénomène d’après certains principes d’utilité ; ce n’est qu’ainsi que la forme concrète du phénomène peut être comprise et expliquée, avec ses caractéristiques propres, ses transformations et ses possibilités. »

13« La connaissance géographique, dans la mesure où elle se meut exclusivement dans la sphère des sciences de la nature, doit travailler avec des lois, des causalités et des relations fonctionnelles, si elle veut expliquer les phénomènes naturels. Dès qu’elle se place dans la sphère anthropologique, elle a tendance à utiliser également de préférence les catégories des sciences de la nature. Le chercheur sérieux en géographie fait appel aux méthodes historiques au sens large, et obtient de cette façon un tableau correct des phénomènes concrets singuliers, mais il parviendra difficilement à obtenir des « normes » de type géoéconomique. Il est peu familier des catégories socio-économiques, aussi ne peut-il généralement pas expliquer véritablement les relations sociologiques et économiques, ni les introduire correctement dans son tableau géographique. »

  • 5  Alfred Hettner : Die Geographie, ihre Geschichte, ihr Wesen und ihre Methoden. Breslau 1927. §125 (...)
  • 6  Alfred Weber : Über den Standort der Industrien. Tübingen 1909, 2e édition 1922.

14« Par exemple : Alfred Weber construit dans sa théorie de localisation5 un espace abstrait ; ne l’intéresse, comme l’homo economicus,  que de savoir si cet espace représente un atout ou une contrainte, c’est-à-dire de connaître ce qu’il signifie pour les relations économiques, son utilité ou nocivité supposée – par l’homo economicus – qui se présentent pour l’homo economicus en termes de coûts de transport relativement hauts ou bas. C’est de cette façon que l’espace concret pénètre dans la conscience de l’homo economicus, qu’il est transformé en espace « représenté », et devient alors un maillon de la chaîne fonctionnelle économique. Lorsque l’on a construit une relation idéal-typique, pour ainsi dire en apesanteur – comme Alfred Weber dans sa théorie de localisation6 –, on a créé un schéma à l’aide duquel on peut interpréter la réalité concrète, comprendre les tendances, éclairer les développements et pressentir les possibilités futures.  Tout cela vaut tout d’abord uniquement dans la sphère purement économique, donc dans la mesure où ce n’est pas la nature qui détermine les déviations, ou que, de la sphère de la souveraineté, autrement dit de l’Etat, des interventions n’ont pas lieu, ou que des moments irrationnels ou des inhibitions liées au poids de la tradition ne s’y opposent pas, toutes choses qui déterminent plus ou moins le cas concret dans sa spécificité. »

  • 7  Robert Sieger : Forschungsmethoden in der Wirtschaftsgeographie. In : Verh. Des 14. Deutschen Geog (...)

15« Il est significatif que la géographie économique ait jusqu’à présent éludé le chapitre central de la théorie en économie politique, qui s’intitule : valeur, prix, argent et crédit – alors que les autres chapitres habituels sur la production, la consommation, le commerce et le transport trouvent leur pendant dans les manuels de géographie économique. R. Sieger le disait bien déjà lors de la journée géographique de Cologne, en 1903 : la géographie économique apporte « aussi bien le point de vue spatial caractéristique de la géographie que le point de vue économique qui considère la valeur d’usage »7 - mais il est rare de reconnaître quelque chose de cette théorie dans la pratique de la recherche en géographie économique. Sieger poursuit : « Nous devons nous demander à quelles manifestations à la surface de la terre conférer une valeur économique. » Nous devons même aller plus loin : la valeur économique ne doit pas seulement servir de principe pour sélectionner ce qui est pertinent d’un point de vue de géographie économique, mais elle doit elle-même fournir le noyau et le fondement de la géographie économique. Nous en venons ainsi à une géographie de la valeur. 

16 « Revenons en conclusion à notre point de départ, et tentons à présent de répondre à la question posée par Hassinger et élargie par nos soins : la valeur économique peut-elle faire l’objet de la géographie économique ? Nous souhaiterions y apporter la réponse suivante : ce sont les processus d’évaluation et les rapports des prix entre eux, en bref la valeur économique, qui déterminent l’économie humaine, la répartition de leurs infrastructures et de leurs manifestations à la surface de la terre, de leur structure et de leurs variations. Si la géographie économique veut expliquer un « tableau économique » de son point de vue, alors elle doit connaître les fonctions économiques des faits spécifiques, tout le mécanisme économique et ses moteurs. Aussi doit-elle utiliser avant tout, outre ses méthodes habituelles, la méthode socio-économique ; la méthode historique est un auxiliaire d’ordinaire indispensable à la vérification des connaissances acquises.  Une « formation économique » se déduit de la structure interne de l’économie et de son ancrage dans la terre, mais pas de son image extérieure ; il est sûr qu’il faut attribuer aux frontières politiques une plus grande importance dans la géographie économique qu’aux frontières naturelles. »

17« Ce qui est difficile et problématique dans la géographie économique, c’est – comme le montrent les articles de Hassinger et de Mortensen – qu’elle aime volontiers s’en tenir à la fiction des choses concrètes, d’un sol solide, et tient ainsi la forme extérieure des phénomènes pour l’essentiel. L’économie, discipline qui repose sur les valeurs humaines et le commerce humain, est bien plus changeante, labile, en mouvement perpétuel, que la surface de la terre ; ce n’est qu’à partir des lois de son évolution que l’on peut comprendre aussi ses manifestations et sa diffusion. »

18J’interromps ici la citation de mon exposé lors du séminaire de Robert Gradmann. Gradmann fut réputé avant tout en tant que géographe du peuplement. Il n’utilisa pas seulement, en la matière, la méthode historique, mais aussi la méthode proprement géographique : conclure à partir des manifestations de la nature et de l’action humaine en un lieu aux liens causaux et fonctionnels. Il est ainsi parvenu à la théorie connue sous le nom de « théorie de la lande », selon laquelle à l’endroit où l’on trouve un certain cortège floristique, à savoir la lande, une sorte de steppe a régné dans une période climatique antérieure, de sorte que ces territoires étaient non boisés ou pour le moins peu boisés. Ceci explique qu’ils aient été peuplés en priorité dans les temps anciens – on parle de « paysages anciennement peuplés » - contrairement aux paysages boisés, peuplés récemment par défrichement.

19Je plaçais donc, grâce à mes études d’économie politique, les vues économiques au premier plan de la géographie du peuplement. Mes intérêts en économie politique me portaient de préférence dans la direction théorique, comme celle d’Alfred Weber, Max Weber, Gustav Cassel, Friedrich von Wieser, et bien sûr Johann Heinrich von Thünen. L’école historique qui dominait auparavant l’économie politique avait été remplacée par une orientation de travail proprement « économique », qui cherche des lois ou des régularités économiques – ce n’était pas encore le temps de l’économétrie, même si cette tendance mathématique était présente dès les débuts.

20J’ai formulé les questions qui me préoccupaient au début des années trente à Erlangen et à Nuremberg dans l’introduction de mon livre sur les lieux centraux en Allemagne du Sud.  J’indiquerai ici mes développements de l’époque :

21« Mais comment trouvons-nous une explication générale de la taille, du nombre et de la distribution des villes, comment trouvons-nous des lois ? »

  • 8  Alfred Hettner : Die wirtschaftlichen Typen der Ansiedlungen. In : Geographische Zeitschrift. 8e a (...)

22« La recherche géographique pure peut-elle y conduire ? Elle part en principe de la situation topographique et géographique, et explique donc simplement qu’une ville « devait naître » ici, et, quand la situation est très favorable, que la ville « devait » se développer ici de façon particulièrement favorable. Cependant, on ne remarque pas qu’il y a d’innombrables situations au moins aussi favorables où l’on ne trouve aucune ville, et qu’à l’inverse l’on trouve des villes –parfois même de très grandes - dans des endroits très défavorables. Ce n’est pas leur situation, envisagée sous l’angle des données géographiques naturelles, qui permet d’expliquer le nombre, la répartition, et la taille des villes. Hettner a déjà souligné en 1902 l’importance d’une investigation portant sur le nombre et l’espacement moyen des habitats présentant les mêmes caractéristiques économiques8 ; depuis, de tels calculs font rarement défaut dans une monographie de géographie de l’habitat, mais on n’est pas parvenu de cette manière à des lois claires et universelles pour autant. »

23« La recherche historique pourrait-elle fournir une réponse générale ? Si l’on connaissait précisément le processus global, conduisant du premier stade jusqu’à l’état actuel de l’ensemble des villes, on pourrait déduire de ce matériau certaines règles, qui garderaient une coloration régionale et historique. On peut introduire un certain ordre dans la diversité, mais on ne peut jamais trouver le principe ordonnateur à l’aide de la seule recherche historique. C’est ce qu’on pouvait déjà remarquer dans l’école historique de l’économie politique : elle a mis au jour un matériau factuel très riche, mais elle n’a pas pu parvenir par la méthode historique à des lois économiques valables. »

  • 9  cf. Werner Sombart : Die drei Nationalökonomien. Geschichte und System der Lehre von der Wirtschaf (...)

24« Enfin, la méthode statistique peut-elle nous mener plus loin ? On calcule la densité urbaine d’un territoire, l’éloignement moyen entre deux villes, on forme des classes de taille et l’on additionne le nombre de villes qui se trouve dans chaque classe. On trouve de cette manière des fréquences et des moyennes, peut-être certaines régularités et certaines combinaisons d’événements particulièrement fréquentes ; mais la statistique seule ne peut en aucun cas apporter la preuve logique qu’il s’agit d’authentiques lois9. »

25« Peut-être faut-il commencer par se demander si ce sont d’ailleurs des « lois » qui régissent la taille et la répartition des villes, et s’il est possible d’identifier de telles lois. Si la géographie de l’habitat était une discipline relevant des sciences de la nature ou présentant des traits semblables, comme certains auteurs en donnent presque l’impression, la question de savoir si des lois relevant des sciences de la nature y règnent ne se poserait pas : car tout phénomène naturel repose sur de telles lois. Mais il nous semble que la géographie de l’habitat relève entièrement des sciences humaines. L’apparition, le développement et le déclin des villes sont indiscutablement déterminés par deux questions : les habitants y trouvent-ils leurs moyens de subsistance ? existe-t-il une demande envers ce que la ville peut offrir ? En conséquence, ce sont donc les faits économiques qui sont décisifs pour l’existence des villes –pour l’existence de l’habitat rural, dont les maisons sont en même temps déjà des lieux de production, les raisons économiques sont déterminantes de façon immédiate. La géographie de l’habitat est donc une partie de la géographie économique : il faut, comme d’habitude en géographie économique, mettre à contribution la théorie économique pour expliquer la nature des villes. S’il y a des lois en théorie économique, alors il doit également y avoir des lois en géographie de l’habitat, et d’ailleurs des lois économiques d’un type particulier, qu’on pourrait considérer spécifiquement comme des lois de géographie économique. La question de savoir si des lois économiques sont possibles ne peut naturellement pas être traitée ici. L’auteur y répond avec détermination par l’affirmative, en accord sur ce point avec la grande majorité des spécialistes allemands d’économie politique. Ces lois sont assurément d’un autre genre que les lois de la nature, mais n’en sont pas pour autant moins « exactes ». Il faut peut-être les décrire plus adéquatement non comme des lois, mais comme des « régularités », étant donné qu’elles ne se produisent pas avec la même inexorabilité ni la même inéluctabilité que les lois de la nature. Mais la terminologie n’est pas d’une importance si décisive pour notre propos : il ne s’agit pas d’une investigation de théorie de la connaissance. Il nous suffit de constater qu’il y a des lois économiques qui régissent la vie économique, par conséquent aussi des lois économico-géographiques qui régissent la taille, le nombre et la répartition des villes. C’est pourquoi il ne nous semble pas insensé de chercher de telles lois. »

26Mais lorsque j’étais à Erlangen, je ne m’occupais pas seulement de ces questions plus théoriques. En même temps, je continuais à jouer avec les cartes : je reliais des villes de même taille par des lignes droites, tantôt, pour voir si l’on pouvait reconnaître des règles précises dans le réseau ferré ou routier, s’il y avait des réseaux de communication réguliers, tantôt, pour mesurer les distances entre villes de même taille. Ce faisant, les cartes se couvraient de triangles, de triangles souvent équilatéraux – les distances entre les villes de même taille étaient donc sensiblement les mêmes – qui fusionnaient en hexagones. Je constatais ensuite qu’en Allemagne du Sud les petites villes de province se trouvaient très souvent et très précisément à une distance de 21 km les unes des autres. Ce fait était déjà connu auparavant, mais l’explication avancée reposait sur le fait que ces villes étaient des étapes du commerce à grande distance, et qu’au Moyen Age la distance moyenne parcourue en une journée était d’environ 20 km.

27Mon but était tout tracé : trouver des lois qui déterminent le nombre, la taille et la distribution des villes. Mais il fallait encore trouver la voie qui menait à ce but.

28Un jour, je me présentai devant Gradmann et lui demandai si je pouvais préparer une thèse sous sa direction avec un travail de ce type. Il accepta, sans que nous ayons fixé un titre précis, et sans que nous ayons discuté du plan de l’ouvrage. Mais, neuf mois plus tard, je lui présentai la thèse achevée et mise au propre.

  • 10  Par exemple Robert Gradmann : Die städtischen Siedlungen des Königsreichs Württemberg. In : Forsch (...)

29Le souvenir de Robert Gradmann reste associé en moi au plus profond respect et à la plus haute considération. Son centre d’intérêt était tout à fait différent du mien, l’orientation de son travail et ses méthodes étaient différentes des miennes, c’était un directeur de thèse redouté, mais il examinait et reconnaissait aussi la nouveauté, et abondait en louanges sur mon travail qui était pourtant tout à fait inhabituel pour l’époque, en 1932. Mon investigation se situait sur le plan du contenu comme de la méthode entre l’économie politique et la géographie, comme les recherches de Gradmann étaient à mi chemin entre la géographie, la botanique et l’histoire10 : c’est certainement pour cette raison qu’il s’est montré compréhensif envers le travail d’un « outsider ».

30D’emblée, j’ai su que ma recherche régionale nécessitait le développement d’un schéma théorique général, qui, comme il est d’usage en économie politique théorique, est obtenu en isolant les principaux facteurs actifs. Comme dans l’Etat isolé de Thünen, il s’agissait de faire abstraction avant tout des facteurs géographiques naturels, mais aussi en partie des facteurs relevant de la géographie humaine : il fallait considérer une plaine uniforme, sans obstacles, comme des fleuves ou des montagnes, avec une population uniformément répartie, pour pouvoir constater où, dans de telles conditions, un centre urbain ou commercial pouvait se localiser. J’empruntais donc le chemin de Thünen en sens inverse : il a posé l’existence de la ville centrale, et s’est demandé comment se répartissaient les productions agricoles dans le territoire environnant, tandis que j’ai posé l’existence de la surface habitée, et me suis demandé ensuite où devait se situer la ville, ou plus exactement, où devaient se situer les villes. J’ai donc d’abord développé un modèle économique abstrait, comme on dit maintenant. Ce modèle est en soi « juste », même s’il ne se rencontrait nulle part sous sa forme pure, dans la réalité territoriale du peuplement : les montagnes, les différences pédologiques, mais aussi les variations de densités de population, de revenus et la structure sociologique de la population, les développements historiques et les données politiques entraînent des déviations par rapport au modèle pur.  Dans la partie théorique de ma recherche, je ne me contentais pas d’établir un modèle pour un paysage économique immuable, donc statique, toujours semblable, mais je cherchais aussi à montrer comment le nombre, la taille et la répartition des lieux centraux se modifient, lorsque les facteurs économiques varient : le nombre, la répartition et la structure de la population, les besoins de biens et de services centraux, les coûts de production, le progrès technique, les communications etc.

31Mon but spécifiquement géographique devait être de vérifier la théorie abstraite en la confrontant à la réalité d’un territoire donné, de démontrer que le nombre, la taille et la répartition des lieux centraux correspondent effectivement dans une large mesure au modèle théorique. Je devais par conséquent évaluer toutes les implantations existantes pour savoir si et dans quelle mesure elles exerçaient des fonctions centrales pour leur zone d’influence, et jusqu’où s’étendait cette zone d’influence. Je ne pouvais en tout cas pas partir du concept juridique de ville, car certaines communes rurales sont aussi dotées de fonctions centrales. Aussi proposais-je le terme neutre de « lieu central », jusque là dépourvu de poids conceptuel. Le problème principal était de trouver pour ce lieu un nombre qui exprime sa signification de lieu central. Le simple nombre d’habitants ne signifie rien – il y a des villes industrielles de 50 ou 100 000 habitants qui ont une influence nulle ou quasi nulle sur le territoire environnant. J’aurais pu employer le nombre d’actifs du tertiaire – qui travaillent dans les métiers commerciaux, logistiques, culturels, médicaux, dans l’administration et l’enseignement. C’est ce qui a été fait ultérieurement par d’autres auteurs, mais la plupart du temps pour des territoires peu étendus. Pour ma part, je voulais que le champ d’application de ma théorie s’étende à l’ensemble de l’Allemagne du Sud, c’est-à-dire à un territoire dans lequel règne largement une exploitation presque purement agricole, tandis que dans d’autres parties c’est l’industrie qui est largement répandue, où il y a des montagnes et des plaines, et aussi une forte empreinte du trafic international. Je devais donc chercher le plus simplement possible à convertir la qualité d’un lieu – à savoir sa capacité à approvisionner une zone d’influence de taille et de nature variées – en une quantité équivalente. Pour toutes les prestations de services, il est particulièrement important de communiquer par téléphone avec la zone d’influence. C’est pourquoi j’ai choisi de prendre comme critère d’évaluation de la fonction centrale d’une implantation le nombre de ses connexions téléphoniques. Je l’ai rapporté à son nombre d’habitants, pour établir d’éventuels excédents positifs significatifs par rapport à sa zone d’influence, et je l’ai pondéré par un coefficient afin de mettre les territoires particulièrement gourmands en communications (par exemple le Palatinat rhénan) au même niveau que les territoires où la technique et le mode de vie sont en retard (comme la bordure orientale de la Bavière). Cette méthode téléphonique a souvent été la cible de la critique ; aujourd’hui, avec la diffusion beaucoup plus grande du téléphone, je ne pourrais évidemment plus utiliser cette méthode.

32Ainsi, je pouvais attribuer à tous les lieux centraux d’Allemagne du Sud les valeurs de 1 à 2825 (Munich) : de 1 à 2, ils seraient classés dans la classe inférieure, de 3 à 4 dans la suivante, de 5 à 10 dans la classe des petites villes de province, souvent aussi sièges administratifs, de 12 à 31, dans la classe des grosses communes rurales, jusquà environ 150 dans la classe des villes moyennes, au-delà dans la classe des grands centres. Les délimitations des seuils de classes ne sont pas arbitraires, mais choisies conformément au modèle.

33Désormais, je pouvais dessiner sur une carte les lieux centraux d’Allemagne du Sud suivant leur valeur de lieu central, mesurer la distance entre eux et établir la taille de leur « zone d’influence », c’est-à-dire du territoire qui les environne, correspondant à leur rang dans la hiérarchie. Les lieux centraux du niveau le plus bas ont un territoire environnant d’un rayon de 4-5 km et une nombre moyen de 3000 habitants  - lieu central + territoire environnant -, leur distance aux lieux centraux suivants, qui se trouvent conformément au modèle sur l’hexagone, s’élève à 7 km.  Dans un système hexagonal des lieux centraux parfaitement régulier, on peut en déduire les distances à tous les lieux centraux de rang supérieur, que l’on obtient en multipliant par 3 la distance entre les lieux centraux de rang immédiatement inférieur ; la série des distances est donc 7-12-21-36-62-108-185…km. Autour d’un lieu central plus grand, on trouve par exemple sur un cercle de 12 km et sur un cercle de 21 km à chaque fois 6 lieux centraux de rang inférieur.

34Ainsi ai-je pu trouver des concordances surprenantes entre la réalité géographique et le schéma abstrait des lieux centraux ou modèle théorique, en particulier dans les territoires majoritairement agraires situés au nord et au sud de la Bavière.

35On voudra peut-être savoir comment j’ai mené mes investigations, en particulier en ce qui concerne les considérations préalables à la partie théorique. Le dimanche, ou le samedi et le dimanche, je me promenais parmi les beaux paysages du Jura franconien. En me promenant je développais mentalement la progression de mon travail. Quand je trouvais une idée particulièrement neuve, je m’arrêtais et je prenais des notes.  Ainsi telle idée qui me fut utile par la suite, à laquelle je n’entendais rien auparavant, fut préparée par le plaisir de la découverte ; elle s’associa dans mon souvenir à tel chemin forestier, où je me trouvais précisément, où le soleil dardait ses rayons lumineux sur la terre à travers le feuillage, ou bien à telle vue d’une hauteur rocheuse, ou encore à tel chemin vicinal, peut-être sans importance. Le lundi suivant, je couchais sur le papier ce que j’avais médité la veille. Satisfait, je pouvais alors boire dans la soirée un verre de vin dans le vieux Nuremberg. Le mardi, je relisais ce que j’avais écrit, et je n’en étais pas du tout satisfait. Je raturais la majorité du manuscrit, et je réécrivais le chapitre. Parallèlement, pour me reposer de penser, j’effectuais le travail plus mécanique de décompte des connexions téléphoniques, le calcul de la centralité, le dessin cartographique du nombre d’habitants et le nombre des connexions téléphoniques pour l’ensemble de l’Allemagne du Sud. Et le samedi et le dimanche suivants, la promenade méditative reprenait. Ainsi en alla-t-il des semaines durant.

36Pour résumer à nouveau ma méthode : d’abord jouer, peindre sur des cartes, dessiner des traits et des points, de façon très ludique – c’est alors qu’émergent soudain des problèmes. On cherche alors à les éclaircir, à les résoudre en se promenant, en promenade les pensées bouillonnent. Et enfin vient le travail de mise au point, la formulation, phase durant laquelle la langue doit sonner juste, devenir audible, ne pas être seulement destinée à la lecture. L’opinion dominante veut que le travail scientifique créatif naisse à la table de travail. Ce n’est pas nécessaire. Le mien est né au gré des promenades, dans la nature. Je me compte aussi volontiers au nombre des géographes.

37Comment mon travail a-t-il été ensuite accueilli – parmi les géographes comme parmi les spécialistes d’économie politique ? Les uns dirent : c’est beaucoup trop abstrait, trop théorique, c’est de l’économie politique, ça ne nous concerne pas. Les autres dirent : c’est de la géographie, discipline avec laquelle, nous autres spécialistes d’économie politique n’avons pas besoin de nous commettre (c’était un temps où l’aspect spatial était encore peu considéré en économie politique). On riait de mes hexagones ; lors d’un repas de fête, un hexagone était dessiné sur le carton indiquant ma place. Alors que j’expliquai un jour la série numérique de la hiérarchie des lieux centraux, leur nombre et leur éloignement, j’entendis un des géographes les plus éminents murmurer : c’est un mystique des chiffres.

  • *  Nous avons tenté de rendre compte du jeu de mots entre l’anglais et le bavarois : la prononciation (...)
  • 11  Proceedings of the IGU Symposium in Urban Geography Lund 1960, éd. Par Knut Norborg. Lund 1962.
  • 12  William Bunge : Theoretical Geography. Lund 1962.
  • 13  August Lösch : Die raümliche Ordnung der Wirtschaft. Jena 1940. 2e édition 1944.

38 La reconnaissance vint précisément en Amérique (Ullman, Harris, Berry, Bunge), aux Pays-Bas – où mon exposé au congrès international de géographie rencontra encore plus de rejet que d’approbation – et en Suède (Kant, Hägerstrand, Godlund, Enequist). Mais même en Allemagne on reconnut que l’approche fonctionnelle a une signification décisive dans la géographie humaine. Au Symposium in urban geography de Lund, suite au congrès international de géographie de Stockholm en 1960, le « Christaller Model » (j’entendais « ma belle »*) se trouvait au cœur de la discussion11. J’étais quelque peu gêné, et songeais que « ma belle bavaroise » me plairait tout autant. William Bunge m’a dédié son livre publié à Lund en 1962, « Theoretical Geographie »12, à moi, le « father of theoretical geography ». Il est intéressant de constater que presqu’au même moment, mais totalement indépendamment de mon travail, August Lösch est parvenu en Amérique à des systèmes de lieux centraux comparables au mien – mon livre parut en 1933, le sien en 194013. Le problème devait donc être « dans l’air du temps ».

39Entre temps, de nombreux scientifiques de tous les pays ont continué à développer la théorie des lieux centraux, à la compléter et à l’approfondir. Mais ce n’est plus de mon ressort. Je voudrais cependant remarquer que je m’efforce de développer le pendant antipodique de la théorie des lieux centraux, une théorie des « lieux périphériques ». J’entends par-là avant tout les territoires de loisirs, du tourisme et les résidences secondaires. Des tentatives ont déjà été menées en ce sens par d’autres : Todt, Peucker et von Böventer par exemple en Allemagne. Je crois toutefois que l’on ne peut dans ce cas proposer un modèle aussi exact que dans le cas des lieux centraux. Quoique…

Haut de page

Notes

a  Tiré de de l’article de Walter Christaller "Wie ich zu der Theorie der zentralen Orte gekommen bin. Ein Bericht, wie eine Theorie entstehen kann, und wie in meinem Fall entstanden ist".  Geographische Zeitschrift, vol 56, n°2, 1968, 88-101.

1  In : Festband Eugen Oberhummer. Geogr. Jahresbericht aus Österreich, 14, 15e tome Leipzig et Vienne 1929. §58 et suivants.

2  In : Geogr. Anzeiger, 30 Jgg. Gotha 1929. §381 et suivants.

3  Cf. Karl Muhs : Materielle und psychische Wirtschaftsauffassung. Versuch einer Begründung des Identitätsprinzips der Wirtschaftstheorie. Jena 1921. §5.

4  Gottfried Pfeifer : Über raumwirtschaftliche Begriffe und Vorstellungen und ihre bisherige Anwendung in der Geographie und Wirtschaftswissenschaft. In : Geogr. Zeitschr. 34 Jgg. Leipzig et Berlin 1928. §321 et suivants, 411 et suivants.

5  Alfred Hettner : Die Geographie, ihre Geschichte, ihr Wesen und ihre Methoden. Breslau 1927. §125 et suivants.

6  Alfred Weber : Über den Standort der Industrien. Tübingen 1909, 2e édition 1922.

7  Robert Sieger : Forschungsmethoden in der Wirtschaftsgeographie. In : Verh. Des 14. Deutschen Geographentags zu Köln. Berlin 1903. §97 et 100.

8  Alfred Hettner : Die wirtschaftlichen Typen der Ansiedlungen. In : Geographische Zeitschrift. 8e année, Leipzig 1902, p.98.

9  cf. Werner Sombart : Die drei Nationalökonomien. Geschichte und System der Lehre von der Wirtschaft. Münich et Leipzig 1930.

10  Par exemple Robert Gradmann : Die städtischen Siedlungen des Königsreichs Württemberg. In : Forsch. Z. dt. Landes-u. Volkskunde, tome 21, n°2 Stuttgart 1913, 2e édition 1926.

*  Nous avons tenté de rendre compte du jeu de mots entre l’anglais et le bavarois : la prononciation anglaise du mot Model ressemble fortement au mot bavarois Madl, qui signifie « jeune fille ». L’expression « ma belle bavaroise » cherche à rendre une expression bavaroise (« a bayrischs Madl »), insérée dans le texte allemand. (NDT)

11  Proceedings of the IGU Symposium in Urban Geography Lund 1960, éd. Par Knut Norborg. Lund 1962.

12  William Bunge : Theoretical Geography. Lund 1962.

13  August Lösch : Die raümliche Ordnung der Wirtschaft. Jena 1940. 2e édition 1944.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Walter Christaller, « Comment je suis parvenu à la théorie des lieux centraux
Comment une théorie peut naître et comment elle est née dans mon cas : compte-rendu », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Epistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, document 299, mis en ligne le 25 janvier 2005, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/3153 ; DOI : 10.4000/cybergeo.3153

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page