Navigation – Plan du site
2005
300

Les lieux centraux en Allemagne du Sud
Une recherche économico-géographique sur la régularité de la diffusion et du développement de l’habitat urbain (1933).a

Les textes seuils
Walter Christaller
Traduction de Mandana Covindassamy et Géraldine Djament

Texte intégral

Avant-propos

1Le présent travail était conçu à l’origine comme une étude de sciences politiques consacré à l’économie ; le fil directeur aurait consisté à rechercher les fondements économiques théoriques en vue d’une organisation rationnelle de l’Etat, ainsi qu’une réorganisation visant à simplifier la vie publique dans l’Empire allemand.

2Les idées que me donnèrent les conférences, les exercices de séminaires et les excursions du professeur Robert Gradmann, me firent voir clairement que la géographie, discipline à laquelle j’ai consacré l’essentiel de mon temps libre depuis 30 ans, depuis que j’ai appris à lire, était au centre du travail de ma vie. Ainsi la recherche fondamentale prit la place d’une recherche originelle plus pratique : il s’agit d’une recherche géographico-économique portant sur la régularité du nombre, de la répartition et de la taille de l’habitat urbain, exposée à partir de l’exemple de l’Allemagne du Sud.

3D’un point de vue spatial, il fallait définir le cadre de la recherche plus largement que de coutume dans les recherches de géographie du peuplement, pour ne pas courir le risque de généraliser un phénomène ou une régularité locale ; c’est pourquoi il était naturellement exclu de s’occuper de recherches spécifiques et d’entrer dans les détails. Mais l’objet lui-même devait également être défini plus largement, car il fallait tout d’abord élaborer les fondements économiques théoriques de l’organisation de l’espace, qui étaient encore fortement négligés par l’économie politique il y a peu, avant que l’on puisse comprendre et expliquer la réalité de la géographie du peuplement. Je vous prie de bien vouloir excuser l’ampleur du travail qui en résulte.

4Je voudrais ici remercier mon honoré professeur Robert Gradmann non seulement pour la richesse scientifique de ses encouragements, mais aussi et surtout pour m’avoir montré la tâche de ma vie : servir la science géographique.

5Erlangen, été 1932

Introduction

Y a-t-il des lois qui régissent le nombre, la taille et la répartition des villes ?

  • 1  Robert Gradmann : Das ländliche Siedlungswesen des Königreichs Württemberg. In : Forschungen zur d (...)
  • 2  Robert Gradmann : Süddeutschland. Tome 1, Stuttgart 1931, p.162.

6La littérature la plus récente en géographie du peuplement distingue nettement, sur le modèle de Gradmann1, l’habitat rural de l’habitat urbain. Avec raison, Gradmann parle de « deux choses aussi radicalement différentes que le village et la ville »2. L’origine de l’existence du village est évidente : elle réside pour l’essentiel dans l’exploitation du sol, à des fins agricoles ou autres. Le lien entre le nombre d’habitants des villages et des fermes et la superficie du territoire est alors connu : il y a autant d’habitants que l’exploitation extensive du sol peut en nourrir, en fonction des techniques agricoles utilisées et de l’organisation de l’exploitation. Déterminer si ces hommes se regroupent dans de grands habitats, c’est-à-dire dans de gros villages-tas ou dans des villages plus petits, dans des hameaux ou s’ils vivent dans des fermes isolées, n’a rien d’évident ; cependant, les recherches de Gradmann et alii ont entièrement expliqué ces relations : un mode spécifique d’implantation prédomine la plupart du temps dans un territoire donné.

7Il en va autrement des villes.  Nous voyons dans la même région, les unes à côté des autres, tout type de villes, grandes et petites. Tantôt elles sont entassées dans certaines régions d’une façon invraisemblable, apparemment dépourvue de sens, tantôt on trouve de vastes régions sans un lieu portant la dénomination de ville, ni même de marché. On souligne toujours l’existence d’un lien non aléatoire, fondé en nature, entre la ville et l’activité de ses habitants ; mais pourquoi y a-t-il donc de grandes et de petites villes, pourquoi sont-elles si inégalement réparties ?

8Nous cherchons une réponse à cette question ; nous cherchons la raison pour laquelle une ville est grande ou petite, nous croyons que quelque principe, que nous n’avons pas encore identifié, ordonne malgré tout leur répartition.

  • 3  Il se peut que la résolution de tels problèmes ait été déterminante pour Ratzel, lorsqu’il lança l (...)
  • 4  Ainsi Bücher : au Moyen Age, une ville avait droit en Allemagne à 4,3 lieues carrées ; 30 à 40 bou (...)
  • 5  Johann Georg Kohl : Der Verkehr und die Ansiedlungen der Menschen in ihrer Abhängigkeit von der Ge (...)
  • 6  Friedrich Ratzel : Anthropogeographie. 2e partie : « La répartition géographique des hommes ». Stu (...)
  • 7  Kurt Hassert : Die Städte geographisch betrachtet. Leipzig 1907, p.13.
  • 8  Alfred Hettner : Der gegenwärtige Stand der Verkehrsgeographie. In : Geographische Zeitschrift, 3e(...)
  • 9  Otto Schlüter : Über die Aufgaben der Verkehrsgeographie im Rahmen der « Reinen » Geographie. In : (...)
  • 10  Emil Sax : Die Verkehrsmittel in Volks- und Staatswirtschaft. 2e édition. 1er tome de Allgemeine V (...)

9 Ces questions n’occupent pas seulement le géographe3, mais aussi l’historien, le sociologue, le spécialiste d’économie politique4 et le statisticien. Mais une unique tentative globale fut faite pour trouver les lois effectives de la répartition et de la taille des villes : celle de Kohl, il y a presque cent ans5. Les avis portés sur cette tentative sont étonnamment contradictoires. La plupart du temps, on lui reproche de s’être trop éloigné de la nature. Ainsi Ratzel, pour qui l’on ne devrait pas trop s’éloigner de la « vérité » (conçue comme réalité), « pour pouvoir encore être de quelque utilité à la science »6, ou Hassert, selon qui la nature serait beaucoup trop variée pour se laisser enfermer dans un schéma élaboré à partir de constructions abstraites7. D’un autre côté, Hettner reconnaît son travail quand il dit que Kohl est parvenu à des règles « dont la plupart peut prétendre être valable encore aujourd’hui »8, Schlüter va même jusqu’à dire que Kohl est « parvenu une fois pour toutes »9 à induire des types théoriques du réseau de circulation, et Sax poursuit le travail développé par Kohl sur les « lois d’orientation de la circulation »10. En ce qui concerne le projet de trouver les lois qui régissent la taille et la répartition des villes, la tentative géniale de Kohl a également échoué. Non pas parce qu’il était allé trop loin dans l’abstraction, mais parce qu’il était parti de présupposés fondamentalement erronés ; le présent travail en fournit la preuve.

10Mais comment trouvons-nous une explication générale de la taille, du nombre et de la répartition des villes, comment trouvons-nous des lois ?

  • 11  Comme le disait Goethe de Regensburg.
  • 12  Les principaux représentants de la méthode géographique sont Friedrich Ratzel dans son anthropogéo (...)
  • 13  Alfred Hettner : Die wirtschaftlichen Typen der Ansiedlungen. In : Geographische Zeitschrift. 8e a (...)

11La recherche géographique pure peut-elle y conduire ? Elle part en principe de la situation topographique et géographique, et explique donc simplement qu’ici « devait naître » une ville, et, quand la situation est très favorable, qu’ici la ville « devait » se développer11 de façon particulièrement favorable. Cependant, on ne remarque pas qu’il y a d’innombrables situations au moins aussi favorables où l’on ne trouve aucune ville, et qu’à l’inverse l’on trouve des villes –parfois même de très grandes- dans des endroits très défavorables. Ce n’est pas leur situation, envisagée sous l’angle des données géographiques naturelles, qui permet d’expliquer le nombre, la répartition, et la taille des villes12. Hettner a déjà souligné en 1902 l’importance d’une investigation portant sur le nombre et l’espacement moyen des habitats présentant les mêmes caractéristiques économiques13 ; depuis, de tels calculs font rarement défaut dans une monographie de géographie du peuplement, mais on n’est pas parvenu de cette manière à des lois claires et universelles pour autant.

  • 14  Cf. la volumineuse littérature sur ce qu’on nomme Methodenstreit, résumée dans l’article « Volkswi (...)

12La recherche historique pourrait-elle fournir une réponse générale ? Si l’on connaissait précisément le processus global, conduisant du premier stade jusqu’à l’état actuel de l’ensemble des villes, on pourrait déduire de ce matériau certaines règles, qui garderaient une coloration régionale et historique. On peut introduire un certain ordre dans la diversité, mais on ne peut jamais trouver le principe ordonnateur à l’aide de la seule recherche historique. C’est ce qu’on pouvait déjà remarquer dans l’école historique de l’économie politique : elle a mis au jour un matériau factuel très riche, mais elle n’a pas pu parvenir par la méthode historique à des lois économiques valables14.

  • 15  Cf. Hans Jürgen Seraphim : Statistik und Sozialökonomie. In : Jahrbücher für Nationalökonomie und (...)

13Enfin, la méthode statistique peut-elle nous mener plus loin ? On calcule la densité urbaine d’un territoire, l’éloignement moyen entre deux villes, on forme des classes de taille et l’on additionne le nombre de villes qui se trouve dans chaque classe. On trouve de cette manière des fréquences et des moyennes, peut-être certaines régularités et certaines combinaisons d’événements particulièrement fréquentes ; mais la statistique seule ne peut en aucun cas apporter15 la preuve logique qu’il s’agit d’authentiques lois.

14Peut-être faut-il commencer par se demander si ce sont d’ailleurs des « lois » qui régissent la taille et la répartition des villes, et s’il est possible d’identifier de telles lois.

  • 16  Cf. Franz Eulenberg : Est-il possible que des « lois historiques » existent ? In : Hauptprobleme d (...)
  • 17  Franz Eulenberg, qui s’est surtout intéressé, de façon approfondie, aux questions de méthode et d’ (...)

15Si la géographie du peuplement était une discipline relevant des sciences de la nature ou présentant des traits semblables, comme certains auteurs en donnent presque l’impression, la question de savoir si des lois relevant des sciences de la nature y règnent ne se poserait pas : car tout phénomène naturel repose sur de telles lois. Mais il nous semble que la géographie du peuplement relève entièrement des sciences humaines. L’apparition, le développement et le déclin des villes est indiscutablement déterminé par deux questions : les habitants y trouvent-ils leurs moyens de subsistance ? existe-t-il une demande envers ce que la ville peut offrir ? Par conséquent, ce sont donc les faits économiques qui sont décisifs pour l’existence des villes –pour l’existence de l’habitat rural, dont les maisons sont en même temps déjà des lieux de production, les raisons économiques sont déterminantes de façon immédiate. La géographie du peuplement est donc une partie de la géographie économique : il faut, comme d’habitude en géographie économique, mettre à contribution la théorie économique pour expliquer la nature des villes. S’il y a des lois en théorie économique, alors il doit également y avoir des lois en géographie du peuplement, et d’ailleurs des lois économiques d’un type particulier, qu’on pourrait considérer spécifiquement comme des lois de géographie économique. La question de savoir si des lois économiques sont possibles ne peut naturellement pas être traitée ici. L’auteur y répond avec détermination par l’affirmative, en accord sur ce point avec la grande majorité des spécialistes allemands d’économie politique16. Ces lois sont assurément d’un autre genre que les lois de la nature, mais n’en sont pas pour autant moins « exactes ». Il faut peut-être les décrire plus adéquatement non comme des lois, mais comme des « régularités », étant donné qu’elles ne se produisent pas avec la même inexorabilité ni la même inéluctabilité que les lois de la nature. Mais la terminologie n’est pas d’une importance si décisive pour notre propos : il ne s’agit pas d’une investigation de théorie de la connaissance. Il nous suffit de constater qu’il y a des lois économiques qui régissent la vie économique, par conséquent aussi des lois économico-géographiques qui régissent la taille, le nombre et la répartition des villes17. C’est pourquoi il ne nous semble pas insensé de chercher de telles lois.

16Une deuxième question reste encore ouverte : que faut-il entendre par « ville », comment délimiter le concept ? C’est la première partie qui apportera la réponse à cette question.

Remarques sur la composition et les sources de la présente recherche

17Il faut ici nous justifier de nous être écartés dans la construction du présent travail du chemin qu’emprunte habituellement la recherche géographique. Le cheminement que nous suivons ici est plutôt synthétique dans la première partie, plutôt analytique dans la troisième. L’objectif de ce travail est très concret : il s’agit d’établir et d’expliquer la taille, le nombre et la répartition des villes en Allemagne du Sud. Nous ne commencerons pourtant pas par une description de la réalité, mais par une théorie générale, purement déductive. Malheureusement, il est nécessaire de reprendre les choses de si loin car il n’y a jusqu’à maintenant absolument aucune théorie générale portant sur les fondements économiques de la vie urbaine ; or nous ne pouvons faire l’économie de cette théorie si nous voulons rechercher des régularités.

  • 18  Cf. Werner Sombart : Die drei Nationalökonomien, opus cité, p.319 : « Les « lois » se présentent à (...)
  • 19  L’expression et l’ensemble sont empruntés à Max Weber, dans les chapitres introductifs à Wirtschaf (...)
  • 20  Schlüter développe une conception semblable, quoique de moindre portée, selon laquelle on devrait (...)
  • 21  Alfred Weber : Über den Standort der Industrien, 1e partie : Théorie pure de la localisation. 1e é (...)

18La raison qui nous pousse à commencer par la théorie est d’une part d’ordre pratique : il faut développer les concepts dont on ne pourra se passer dans la description et l’analyse ultérieures de la réalité, et introduire le lecteur à la perspective économique. D’autre part, une considération fondamentale s’est avérée déterminante pour l’organisation du travail : en sciences humaines, la théorie ne peut pas être obtenue de façon inductive, mais seulement de façon déductive. Il est donc superflu de la faire précéder de la description de la réalité18 ; la validité de la théorie est complètement indépendante de la façon dont se présente la réalité concrète, elle dépend seulement de sa logique et de sa « cohérence »19. Cette théorie valable en soi est ensuite confrontée à la réalité. Cette confrontation révèle dans quelle mesure la réalité correspond à la théorie et est donc expliquée grâce à elle. En ressortent également les points sur lesquels la réalité se trouve en désaccord avec la théorie, et ne peut donc être expliquée grâce à elle. Ces faits inexpliqués doivent alors être expliqués à l’aide des méthodes historiques et géographiques, car il s’agit là précisément de « résidus » spécifiques, historiques et naturels, de facteurs qui causent les décalages vis-à-vis de la théorie. Ils n’ont rien à voir avec la théorie elle-même, et ne peuvent en aucun cas être considérés comme une preuve suffisante pour invalider la théorie20. Alfred Weber, qui s’est engagé avec grand succès dans la même voie avec sa théorie des localisations21, a mis en usage le terme de « vérification de la théorie » pour qualifier ce procédé.

19Il faut aussi dire expressément que la théorie proposée ici n’est pas complète ; nous nous contentons de présenter des relations et des processus d’une portée considérable pour la question concrète ici posée. C’est pourquoi la théorie n’est pas appliquée strictement et systématiquement, mais d’une manière plus pragmatique.

20Entre la partie théorique et la partie régionale, on doit insérer une partie de transition dans laquelle développer les méthodes et les principes permettant de déterminer quels lieux, très concrètement, ont actuellement le rôle de ville, comment on peut mesurer leur taille et jusqu’où s’étend leur zone d’influence.

21Ainsi arrivons-nous à un travail en quatre parties : la première propose un essai de théorisation, la deuxième le développement d’une méthode, pour concevoir avec plus d’acuité la réalité, la troisième une présentation descriptive et explicative détaillée de la réalité. Enfin la dernière propose la vérification de la théorie et les résultats généraux concernant la géographie du peuplement.

22Sur l’origine des fondements théoriques proposés dans la première partie du présent travail, il faudrait ajouter quelques points : ils proviennent en grande partie de la nouvelle orientation théorique de l’économie politique. Située dans la lignée de l’école classique d’Adam Smith, Ricardo et Thünen, celle-ci se fonde dans une large mesure sur les travaux de l’école de l’utilité marginale (Menger, von Wieser), mais aussi sur l’orientation sociologique de la jeune école historique, et donc avant tout sur Sombart et Max Weber.

  • 22  Cf. Gerhard Menz : Irrationales in der Rationalisierung. Mensch und Maschine. Breslau 1928. Menz p (...)
  • 23  Eugen von Böhm-Bawerk : Positive Theorie des Kapitals, 1er volume, 4e édition Iéna 1921.
  • 24  Gustav Cassel : Theoretische Sozialökonomie. 4e édition : Leipzig 1927, en particulier p.528 et su (...)
  • 25  Voir par exemple Rudolf Stucken : Die Konjunkturen des Wirtschaftslebens. Iéna 1932.
  • 26  L’essentiel des publications se trouve dans Weltwirtschaftliches Archiv, Iéna, depuis 1913 égaleme (...)
  • 27  Bernhard Harms : Volkswirtschaft und Weltwirtschaft. Versuch der Begründung einer Weltwirtschaftsl (...)
  • 28  Hermann Lautensach cite dans sa « Allgemeine Geographie zur Einführung in die Länderkunde » écrite (...)
  • 29  Bernhard Harms : Strukturwandlungen in der Weltwirtschaft. In : Weltwirtschaftliches Archiv. 25e v (...)
  • 30  Hans Weigmann : Ideen zu einer Theorie der Raumwirtschaft. Ein Versuch zur Begründung einer realis (...)
  • 31  Eugen Dühring : Cursus der National- und Sozialökonomie. 2e édition Leipzig 1876. Voir en particul (...)
  • 32  Albert Schäffle : Das gesellschaftliche System der menschlichen Wirtschaft. 3e édition Tübingen 18 (...)
  • 33  Peter Heinrich Schmidt : Wirtschaftsforschung und Geographie. Iéna 1925.

23Malheureusement, l’économie politique théorique s’occupe encore beaucoup trop peu des interactions spatiales et des influences du spatial22, alors que l’élément temporel joue un rôle beaucoup plus important, déjà chez Böhm-Bawerk23, actuellement surtout chez Cassel24 et pour l’école de la conjoncture25. L’école de Harms s’efforce d’étudier les phénomènes spatiaux et de les incorporer à la théorie économique26, depuis que Harms a attiré l’attention sur la distinction entre une économie nationale et une économie mondiale (distinction qui existe déjà dans les fondements théoriques et qui provient en partie de la différence d’échelle spatiale)27. On pourrait au même titre en tirer une « théorie de l’économie locale »28, qui devrait englober avant tout les relations locales de marché, les relations sociologiques de voisinage et entre pays dans leur régularité propre. Les expressions introduites par ce groupe : « économie spatiale » et même « théorie des structures »29 (cette dernière ne s’est d’ailleurs pas imposée) sont en outre très confuses et donc déconseillées. Il s’agit du traitement économique théorique des relations et des événements spatiaux, il s’agit donc de prendre en compte le fait que tout ce qui est économique s’inscrit dans des relations spatiales, tout comme l’analyse théorique des phénomènes économiques concrets (« structures ») s’inscrit dans l’ensemble de leur contexte spatio-temporel concret. Plus récemment, poursuivant les idées et les pistes de Harms, Weigmann a publié les prometteurs Eléments pour une théorie de l’économie spatiale30, ouvrage dans lequel le concept de « territoire économique » par exemple prendrait place dans l’édifice de l’économie politique théorique. Eugen Dühring a examiné d’un point de vue théorique31 les questions spatiales soulevées par des auteurs plus anciens, tandis qu’Albert Schäffle met au jour des questions similaires, sans toutefois les concevoir d’un point de vue théorique32. En ce qui concerne le traitement des problèmes géographiques généraux par les représentants de l’école de l’économie nationale, nous attirons instamment votre attention sur le panorama remarquable proposé par P.H.Schmidt33.

  • 34  Johann Heinrich von Thünen : Der isolierte Staat in Beziehung auf Landwirtschaft und Nationalökono (...)
  • 35  Karl Sapper : Allgemeine Wirtschafts- une Verkehrsgeographie. Berlin 1925, p.159 et suivante.
  • 36  Hermann Lautensach : Allgemeine Geographie, opus cité, p.317 et suivante.
  • 37  Gottfried Pfeiffer :Über raumwirtschaftliche Begriffe und Vorstellungen und ihre bisherige Anwendu (...)
  • 38  P.H. Schmidt : Wirtschaftsforschung und Geographie, opus cité, p.68 et suivantes.

24En économie politique, peu d’auteurs sont conscients de ce que toute relation et tout événement économiques sont sans exception liés à l’espace, que la relation spatiale est par conséquent un élément constitutif de ces relations ou événements –qui ne peuvent tout simplement pas être décrits sans une telle relation spatiale. Mais, si cette relation spatiale est éclairée par la théorie économique et si ses lois spécifiques sont découvertes, alors on obtient des résultats d’une fécondité sans précédent, et d’ailleurs non seulement pour l’économie politique, mais tout autant pour la géographie. Aussi le spécialiste d’économie politique comme le géographe doit-il se reporter constamment à l’œuvre fondatrice de Thünen, l’Etat isolé34, s’il veut résoudre des problèmes économico-géographiques. Thünen traite principalement des conditions agraires ; il cherche une réponse à la question : quelles lois économiques régissent la répartition spatiale des différentes sortes de productions agricoles ? La méthode d’isolement et de traitement mathématique des éléments isolés qu’il a utilisée est devenue indispensable pour toute recherche théorique en économie. Etrangement, les géographes ne se réfèrent que rarement à cette œuvre de géographie économique pourtant si importante, à l’exception notable de Sapper, qui présente la théorie de Thünen dans sa géographie générale de l’économie et des transports35, et de Lautensach, qui s’y réfère dans sa Géographie générale36. Dans un essai de Pfeiffer37, qui a pour objet de résumer l’usage des concepts et représentations en « économie spatiale », Thünen n’est mentionné que rapidement, presque en passant. Dans le manuel largement diffusé d’Hermann Wagner, pas une référence à Thünen ! Au contraire, P.H. Schmidt38 propose une évaluation précise de la portée de ce classique de la théorie géographico-économique.

  • 39  Voir page 4, et en outre : Alfred Weber : Industrielle Standortlehre (allgemeine und kapitalistisc (...)
  • 40  Oskar Engländer : Theorie der Volkswirtschaft. Première partie : Preisbildung und Preisaufbau. Vie (...)

25En poursuivant les travaux et en complétant la théorie de Thünen, Alfred Weber a développé une théorie des localisations industrielles39 grâce à laquelle les relations spatiales pures retrouvent enfin, après une longue absence, une place dans la théorie économique. C’est sur ces fondements renouvelés que les économistes comme les spécialistes de géographie économique poursuivent leurs travaux. Mais seul Engländer est allé jusqu’à lier toutes les parties de la théorie économique aux relations spatiales ; c’est ainsi qu’il étudie avant tout la dépendance des prix, facteur-clé de la théorie économique, vis-à-vis de l’éloignement des marchés et d’autres facteurs spatiaux40.

  • 41  V. Furlan : Die Standortsprobleme in der Volks- und Weltwirtschaftslehre. In : Weltwirtschaftliche (...)
  • 42  A. Schilling : Die wirtschaftsgeographischen Grundgesetze des Wettbewerbes in mathematischer Form. (...)
  • 43  Emil Sax : Die Verkehrsmittel in Volks- und Staatswirtschaft. Voir en particulier le 1er volume : (...)

26Hormis ces trois auteurs, personne n’a fourni un travail d’envergure concernant la portée du spatial dans la théorie économique. Contentons-nous de mentionner des travaux moins importants : ceux de Furlan, concernant l’hinterland des ports41, et quelques contributions plus importantes de Schilling, P. Krebs, von Dobbeler et Schneider sur des problèmes plus spécialisés42, publiées dans le journal Technik und Wirtschaft sous la dénomination générale d’« économie des transports et géographie économique ». A certains égards, le « Moyens de transport dans l’économie nationale et publique »43 de Sax concerne aussi cette question.

  • 44  Franz Oppenheimer : System der Soziologie. Voir en particulier le troisième tome : « Théorie de l’ (...)

27Enfin, il convient encore de mentionner le « système de la sociologie » d’Oppenheimer44, qui s’intéresse particulièrement aux interactions spatiales, dans la mesure où il faut prendre chez Oppenheimer des concepts tels que « marché », « coopération » etc., dans un sens spatial concret. Même si cette œuvre est très stimulante, les nombreuses lois qu’Oppenheimer élabore, comme la « loi de la taille du marché », la « loi des flux », la « loi des obstacles aux transports », la « loi géocentrique fondamentale », etc. sont pour la plupart trop générales et donc trop imprécises pour être utilisées dans notre enquête.

28Pour remplir les objectifs de ce travail, il a fallu emprunter pour l’essentiel de nouvelles voies afin de démontrer les effets spatiaux des lois et règles économiques sur la géographie du peuplement. Cette voie a été tracée par Thünen, A. Weber et Engländer. Contentons-nous de nous référer ici à leurs travaux une fois pour toutes, afin d’éviter de nous y référer ensuite de façon récurrente. La théorie développée dans la première partie pourrait aussi bien être appelée « théorie de la localisation des installations et commerces urbains ». Cette théorie jouerait un rôle complémentaire à côté de la théorie de la localisation de la production agricole de Thünen et de la théorie de la localisation des industries d’A. Weber, pour lesquelles Engländer a réussi à fournir un cadre commun.

  • 45  Rudolf Stucken : Die obengenannte Konjunkturlehre, et aussi : Zur Lehre von den Bewegungsvorgängen (...)

29La division de la théorie en une partie statique et une dynamique vient principalement de Stucken45.

Conclusion

Vérification de la théorie

Les lois de répartition

30La partie régionale de notre recherche a montré très clairement à quel point les trois principes de marché, de circulation et de séparation régissent la répartition, la taille et le nombre des lieux centraux. Nous pouvons les appeler lois de répartition des lieux centraux, lois de l’habitat qui déterminent fondamentalement et souvent avec une étonnante exactitude la situation des lieux centraux.

31Si la situation des lieux centraux correspond au principe de marché, c’est-à-dire si les lieux centraux sont situés à des distances typiques déterminées, de taille égale de tous côtés, si leurs directions sont déterminées en relation avec un lieu central de niveau supérieur et s’ils se laissent classer en types déterminés avec le nombre déterminé des lieux qui en font partie, alors on peut conclure pratiquement sans exception à la pertinence du principe de marché. Son principal domaine d’application incontestable se trouve dans les espaces moins densément peuplés, relativement pauvres ou majoritairement agricoles, et ce qu’ils soient ouverts de nature, anciennement peuplés ou qu’il s’agisse de pays originairement boisés, de peuplement plus récent. Il en va ainsi presque dans toute la partie de la Bavière située à l’est du Rhin, en Lorraine, dans les zones situées en altitude des moyennes montagnes peu ou pas industrialisées comme dans le Jura souabe ou franconien, dans le Hunsrück et le Taunus. Souvent, le principe de marché, même dans les paysages de vallées des régions montagneuses, est plus fort que les relations orographiques, ainsi dans les forêts bavaroises et du Haut-Palatinat et dans le Rhön, où le principe de marché règne sans partage.

32Si la situation des lieux centraux correspond au principe de circulation, c’est-à-dire si les lieux centraux sont placés en lignes partant d’un lieu central de niveau supérieur et conduisant normalement à un autre lieu central de niveau supérieur, et si les intervalles entre eux sur cette ligne sont plus petits que ceux entre d’autres lieux centraux qui ne se trouvent pas sur cette ligne, si en outre leur nombre est beaucoup plus élevé que d’habitude et si les groupes de taille sont formés de façon moins typique, alors on peut en déduire deux points : soit c’est le principe de circulation qui s’exprime ici (cette conclusion est sans aucun doute permise, en particulier pour des terrains plats, de passage), soit il faut rendre les circonstances orographiques responsables de ce type de répartition des lieux centraux, par exemple les vallées fluviales ou les régions de piémont ; l’effet est le même, en dépit d’une cause différente. Dans le dernier cas, nous pouvons parler d’un pseudo-principe de circulation ; même si les voies de communication sont contraintes elles aussi de suivre les vallées fluviales ou le piémont, on ne peut pas dire toutefois que, dans ce cas, les avantages de la circulation ont déterminé ce type de répartition des lieux centraux, ce sont bien plus les conditions naturelles qui ont guidé de façon analogue les voies de communication et la situation des lieux centraux. La répartition des lieux centraux conformément au principe de circulation ne peut être véritablement expliquée par une orientation de la circulation que là où ce principe n’entre pas en contradiction flagrante avec les principes rationnels du marché, en ce qui concerne les biens centraux, donc dans des espaces riches, densément peuplés, industriels, notamment dans des territoires typiques de transition : ainsi au nord, au sud et sur les bords de la plaine du Rhin comme en Sarre ; ou là où il y a (ou il y a eu) effectivement une forte circulation à longue distance, due à l’existence d’une grande ville, de rang P ou L : ainsi faut-il expliquer les situations des lieux centraux liées à la circulation, à proximité de ce type de grandes villes sur les radiales qui en partent. Dans de rares cas, une telle ligne de circulation à longue distance, d’existence moderne ou médiévale, a également déterminé la situation des lieux centraux situés loin des grandes villes, ainsi en Haute Souabe, dans l’Allgäu et le Haut-Palatinat. Dans presque tous les autres cas, la situation considérée selon le principe de circulation n’est en fait pas déterminée par l’orientation des transports à proprement parler, mais par une détermination naturelle. Il ne s’agit donc que d’une pseudo-orientation de la circulation, comme c’est le cas dans les vallées du Haut Neckar, du Bas Main, de Kinzig en Hesse et de ses environs, de la région d’Odenwald, des Alpes, des forêts de Thuringe et des Fichtelgebirge, comme dans le coin septentrional des Alpes bavaroises.

33Le plus difficile est de mettre en évidence l’efficacité du principe de séparation simplement à partir de l’image de la répartition actuelle des lieux centraux ; on ne peut incontestablement le démontrer que par des études historiques. Quand un endroit qui devrait d’après le schéma du principe de marché accueillir un lieu central d’une certaine taille n’est pas occupé par un lieu de ce rang, mais par deux ou plusieurs lieux centraux proches de rang inférieur, alors c’est vraisemblablement le principe de séparation qui en est effectivement responsable. Dès que ce complexe de lieux centraux est découpé par des frontières actuelles ou antérieures de sorte que chaque région politiquement indépendante possède l’un de ces lieux centraux, on a là la preuve de l’efficacité du principe de séparation. Nous avons renoncé en général dans ce travail à de telles constatations historiques et nous nous sommes contentés de considérer les faits frontaliers actuels. Ainsi pouvons-nous tout particulièrement montrer que la distinction des lieux de rang P et G est déterminée par le principe de séparation. Bâle-Fribourg-Mulhouse, Linz-Passau-Budweis, Ulm-Augsbourg ou Plauen-Hof-Eger en fournissent d’excellents exemples. La répartition des places du schéma en plusieurs lieux centraux de rang inférieur peut aussi être nécessaire sans intervention du principe de séparation, et tout particulièrement lorsque le triangle formé par les trois lieux centraux du rang le plus élevé et au milieu duquel la place se trouve a une taille supérieure à la normale ; un grand nombre de lieux satisfont alors mieux au principe de séparation qu’un seul.

34Dans les cas où le principe de circulation ou le principe de séparation entrent en jeu, le principe de marché régit le plus souvent en même temps la répartition des lieux centraux de niveau inférieur ; c’est le cas de manière évidente pour Strasbourg.

35Conformément au primat si clair du principe de marché dans la répartition des lieux centraux en Allemagne du Sud, nous pouvons dire d’une manière générale : le principe de marché est la première et principale loi de répartition ; les principes de circulation et de séparation ne sont que des lois secondaires créant des écarts et dont l’action ne se traduit dans les faits que sous certaines conditions bien déterminées. En ce qui concerne le principe de circulation, il agit : a) s’il existe un besoin développé de biens centraux, qu’ils soient de niveau inférieur ou supérieur, seulement dans la répartition des lieux centraux de niveau respectivement inférieur ou supérieur ; b) si une voie de communication a une signification particulièrement importante à une époque ancienne ou moderne ; c) si les conditions naturelles le permettent ou le favorisent ; d) si à l’époque de consolidation du réseau des lieux centraux la circulation joue un rôle très important dans la vie économique et sociale. En ce qui concerne le principe de séparation, il agit : a) si les déterminants extra-économiques, socio-politiques sont plus importants que les déterminants économiques rationnels ; b) si cet état de faits existait déjà, en particulier à l’époque de la consolidation du réseau des lieux centraux ; c) si les conditions naturelles le permettent ou le favorisent. Nous trouvons dans la combinaison de ces trois principes une explication générale de la répartition, de la taille et du nombre des lieux centraux.

Exceptions tertiaires explicables par l’économie

36Mais il y a encore de nombreux résidus par rapport à la stricte détermination de la répartition, de la taille et du nombre des lieux centraux telle qu’elle doit se produire d’après la loi de répartition principale et les lois de déviations. Toutes les déviations doivent pouvoir s’expliquer à l’aide de la théorie économique, qu’il s’agisse d’exceptions purement locales ou d’exceptions qu’on observe dans toute la région. Les exceptions dues aux conditions naturelles telles que la topographie etc. doivent elles aussi s’intégrer dans une explication économique : si le facteur naturel a du poids, il en a aussi généralement sur le plan économique ; s’il est de peu de poids, c’est alors la situation économique plus ou moins favorable qui fera pencher la balance.

37Ces exceptions tertiaires peuvent être régionales et en rapport : 1- avec la taille des lieux centraux, de sorte que tout le système, ou seulement un secteur ou un élément du système est élevé à un niveau supérieur (bien-être général et peuplement dense) ou être abaissé à un niveau inférieur (pauvreté générale et faible peuplement) ; exemples du premier type : le système de niveau G de Stuttgart, Karlsruhe, Mannheim presque complètement, de Francfort en grande partie, les systèmes de niveau B de ces mêmes villes, outre Saarbrück, Eger, Hof, Koburg ; exemples du deuxième type : le système de niveau G de Bamberg et Ratisbonne, le système de niveau B d’Ansbach, Weiden et Bayreuth.

382- avec les distances au lieu central qui constitue le système, de telle sorte que tout un système est sous- ou surdimensionné en dépit de tailles conformes au modèle. Le sous-dimensionnement peut être dû à la petite taille relative du lieu central (Landshut, Ingolstadt, Bayreuth, Saarburg) ou à l’étroitesse due au voisinage de systèmes plus puissants (Pforzheim, Fribourg, Darmstadt) ; le surdimensionnement à la grande taille relative du lieu central (dans le cas des systèmes de niveau G de Munich, Augsbourg, Nuremberg, Strasbourg et du système de niveau B de Straubing) ou au manque de systèmes voisins, lorsque le besoin de biens centraux de niveau supérieur est dans le même temps inférieur (Passau, Salzbourg, Innsbruck).

39 3- avec le nombre de lieux centraux, et notamment avec :

40le nombre supérieur de lieux de rang G et P dans des régions particulièrement densément peuplées, aisées, industrielles ou viticoles : tout le Tiefland en amont du Rhin y compris sa bordure, le centre du Wurtemberg, le nord-est de la Bavière de rive droite du Rhin, la région du lac de Constance ;

41le nombre supérieur de lieux de rang B : dans les régions aisées qui manquent de lieux de rang G (Baar, le nord-est du Wurtemberg, le piémont alpin), sinon dans des régions aisées ou industrialisées (Fichtelgebirge, région du lac de Constance, environs de Stuttgart, Francfort, Mannheim ou Karlsruhe), dans des régions très industrialisées en cas de recul contemporain des lieux de niveau G (Sarre) ;

42le nombre supérieur de lieux de niveau K et A : dans les régions susdites, dans les montagnes propices à la circulation, notamment les environs du Tiefland en amont du Rhin (Forêt-Noire, Vosges, Odenwald, Vogelsberg), comme dans les régions de peuplement isolé (Haute Souabe, Allgäu, forêt bavaroise) ;

43le nombre supérieur de lieux de rang M : d’une part dans les régions richement dotées près du plus grand nombre de lieux centraux de taille moyenne ou supérieure : Palatinat, Hesse rhénane, Wetterau, Kaiserstuhl, toute la région du Gaü depuis le Haut Gäu jusqu’à Schweinfurt, ou d’autre part dans des contrées particulièrement démunies à la place des lieux centraux de niveau moyen dont elles sont dépourvues, comme dans certaines parties du Keuper, en Westrich, dans le Haut-Palatinat, ou dans des régions peu propices à la circulation mais néanmoins aisées : les Alpes, le sud-est de la Forêt-Noire.

44D’autre part, un nombre trop restreint de lieux centraux est à repérer :

45en ce qui concerne les lieux de rang G :

46dans des territoires agraires, dans les environs d’une grande ville, comme au sud de Nuremberg, à l’est de Munich ;

47lorsque la présence de lieux de rang B est comparativement suffisante, comme dans le système de rang L qu’on trouve au nord-est et au sud-ouest de Stuttgart, ou sur le piémont alpin septentrional ;

48dans le cas de territoires fortement limités par des frontières naturelles et politiques, qui n’autorisent que des systèmes B isolés, comme la forêt de Bohême, les Alpes

49en ce qui concerne les lieux de rang B :

50dans des contrées assez pauvres (Haut-Palatinat, forêt de Bohême), soumises à des influences qui produisent la répartition des lieux de rang B (région de Ratisbonne, dans la vallée encaissée du Rhin, au bord de la Nahe),

51dans les cas de densité proportionnellement élevée de lieux de rang G dans des territoires purement agricoles (Basse Bavière, Haut-Palatinat)

52en ce qui concerne les lieux de rang K et A :

53dans des régions particulièrement pauvres (Nordgau, Forêt du Haut-Palatinat, Keuperhöhen),

54dans des régions très boisées et peu peuplées (Spessart, Hardt, région de Bamberg et de Bayreuth),

55dans les environs de grandes villes (Munich, Ratisbonne, Würzburg)

56en ce qui concerne les lieux de rang M :

57dans les territoires déserts (Forêt-Noire, Haute Souabe, Allgaü, forêt de Bohême - en partie),

58dans la région de la Sarre, où est implantée l’industrie lourde, et dans les cantons de grande industrie de Francfort, Mannheim et Hof, dans des régions particulièrement pauvres comme le Münsinger Alb, dans le Nordgau, dans le Rhön.

59Les déviations tertiaires peuvent tenir aux spécificités locales :

60En ce qui concerne la taille des lieux centraux : un lieu isolé a une centralité supérieure à celle qui correspond à sa place dans un système de lieux centraux. C’est notoirement le cas pour les stations thermales, par exemple Wiesbaden, Baden-Baden, Kissingen, Bad Nauheim, Badenweiler – l’existence de ces lieux dépend d’une situation absolue à la surface de la terre – ; il en va de même en ce qui concerne les cités minières, dont Oberstein-Idar constitue la meilleure illustration, même si l’on y transforme aujourd’hui surtout des minerais importés. Les zones résidentielles recherchées pour leur paysage forment un intermédiaire notable entre le niveau local et régional des lieux centraux, en particulier dans les environs d’une grande ville : versant sud-est du Taunus, voisinage d’Heidelberg, région des lacs au sud-ouest de Munich, mais aussi à une plus grande distance des grandes villes : les Alpes, en particulier le Tegernsee, Garmisch-Partenkirchen, Berchtesgaden, chacun avec ses environs, ainsi que la rive du lac de Constance.

61Quant aux intervalles qui séparent les lieux centraux les uns des autres, les déviations locales sont conditionnées par la différence durable des prix des biens centraux par rapport aux lieux centraux voisins : les stations thermales avec leurs prix élevés ne font pas concurrence aux lieux centraux tout proches qui pratiquent des prix meilleur marché (Baden-Baden-Rastatt, Bad Nauheim-Frieberg). De même, la frontière renchérit les prix (à cause de la douane), ou au moins fait paraître dans les esprits l’éloignement plus grand, de sorte qu’un intervalle plus faible dans les faits que celui qui correspond, dans les esprits, à l’intervalle économique normal en résulte, par exemple pour Lörrach et Bâle, autour d’Eger, pour Freilassing et Salzbourg ; les barrières montagneuses peuvent avoir le même effet, comme c’est le cas entre Tegernsee et Schliersee.

62Les déviations locales qui concernent le nombre de lieux centraux ont pour l’essentiel la même cause que celles qui concernent leur taille : le fait que surgisse un lieu central supplémentaire du fait de la signification économique particulière d’un point précis de la surface terrestre. Les lieux de pèlerinage en relèvent également (Altötting, Walldürn).

Déviations non explicables par l’économie

63On ne fera qu’énumérer ici les déviations par rapport au schéma rationnel des lieux centraux qu’on ne peut expliquer par l’économie, car elles ne font pas directement l’objet de la présente recherche. Tout d’abord, on peut les expliquer par des causes très différentes, que nous résumons sous le nom de déviations explicables seulement par l’histoire. En relèvent les fondations des souverains (résidences dont la situation s’écarte souvent fortement du schéma, comme c’est le cas pour Ludwigsburg, Erlangen, Darmstadt, dans une moindre mesure pour Deux-Ponts, Pirmasens, Bayreuth, Koburg, Karlsruhe), ou les fondations d’émigrés, de sectes ou de communautés religieuses (Hanau, Neuendettelsau, Königsfeld) ; ou certains lieux industriels qui doivent leur épanouissement à l’esprit d’entreprise d’un seul homme, ou à d’autres circonstances historiques : Pirmasens, Kelkheim, Rüsselsheim, Gaggenau, Rheinfelden, Schramberg, Gmünd, Schwabach, Lauscha, Schweinfurt ; Pforzheim et Mulhouse en relèvent également.

64Les déviations physico-géographiques sont prépondérantes sur un espace restreint : la situation théorique d’un lieu central n’est qu’une indication assez générale ; le choix de la localisation précise, c’est-à-dire de la situation topographique, que ce soit un fond de vallée, un oppidum etc, dépend d’une part (dans une perspective défensive) de l’estimation de la situation en usage à l’époque de la fondation de la ville, d’autre part et surtout de la présence géographique d’une telle situation privilégiée. Mais ces questions tiennent une part réduite dans notre discussion, car nous nous interrogeons surtout sur la situation géographique ou, du point de vue interprétatif, sur la situation économique de la ville. A plus grande échelle, ces déviations sont prises en un sens positif, c’est-à-dire de sorte que les conditions géographiques attirent les lieux centraux, avant tout par les vallées fluviales, en particulier les vallées encaissées, par les embouchures, les gués, mais aussi par de larges replats en montagne ou par des piémonts, comme c’est le cas pour les vallées encaissées du Rhin, du Main et du Neckar, mais aussi pour les vallées alpines de l’Inn, du Salzach etc, ou pour le piémont des montagnes qui limitent les basses terres du Haut-Rhin, le piémont du Jura et des Alpes, la limite de la forêt bavaroise en direction du Danube ; en relèvent donc aussi tous les cas où nous avons parlé de pseudo-orientation par la circulation. Il faut voir des déviations négatives dans la non-occupation de places qu’on attendrait d’après la théorie dans le réseau des lieux centraux, lorsque ces places se situent dans des montagnes impraticables ou très peu peuplées, comme c’est le cas des trois lieux de rang B autour de Mulhouse, qui sont placés sur le ballon de Sulz, sur le ballon de la Forêt-Noire et sur le Mont Terri, ou dans le système de rang P de Kassel, dans lequel deux lieux de rang G devraient se trouver dans les montagnes de Knüll ou le Kahlen d’Astenberg.

65Conformément aux lois de la nature, les déviations physico-géographiques par rapport au schéma sont très importantes dans les hautes montagnes : les conditions naturelles y dominent tant que l’on peut souvent à peine parler de véritable système de lieux centraux. Mais il faut remarquer que les intervalles typiques n’en sont pas moins conservés en général, que donc les principes économiques s’imposent aussi dans la détermination de la répartition des lieux centraux autant que les conditions naturelles le permettent. A cause du manque de lieux de rang L en haute montagne, les systèmes limitrophes de rang L sont aussi déformés, par exemple celui de Stuttgart au sud-est et celui de Munich, en particulier au sud-ouest. De même, un territoire naturel caractérisé qui coïncide environ avec les contours d’un « territoire utile » peut aussi déterminer le réseau de répartition des lieux centraux, comme c’est le cas de la Bohême, dont le centre est absorbé par Prague et où donc un deuxième lieu de rang L ne peut aucunement exister ; les systèmes limitrophes de rang L s’en trouvent également déformés.

66Parmi les déviations que l’on ne peut expliquer ni par l’économie, ni par l’histoire, ni par la géographie physique, il faudrait avant tout mentionner celles qui sont déterminées par la nation : on trouve d’une part une tendance au centralisme, de l’autre une tendance au fédéralisme. Ainsi, le type de lieux centraux de rang L est très peu développé en France, contrairement au type de rang R – Paris –, qui domine largement, ainsi qu’évidemment le type de rang G (préfectures) ; au contraire, en Allemagne, le type de rang L est très présent, et par conséquent le type de rang P souvent plus faible – par exemple en Bavière et en Wurtemberg, on ne trouve aucun lieu de rang P au-dessus d’une centralité de 250, tandis que les lieux de rang L en ont une de 1400 et plus, soit une centralité 6 à 12 fois plus élevée que le lieu de rang P suivant.

67En dehors de telles déviations, explicables par le caractère national, il faut mentionner celles qui sont déterminées militairement. La situation de ville-frontière par exemple est très différente de la situation de pur marché, c’est-à-dire de ravitaillement, elle coïncide plutôt avec une situation de circulation idéale. Dans un pays à l’économie moderne et à la circulation libre, ces déviations antérieures sont largement compensées, mais ce n’est pas le cas des pays extra-européens, par exemple dans les pays asiatiques, dans lesquels les considérations sécuritaires doivent encore prévaloir au choix des situations urbaines.

Résultat méthodologique pour la géographie du peuplement

La méthode économique en géographie du peuplement

68Nous avons traité ici la géographie urbaine selon des méthodes purement économiques, et n’avons considéré qu’un caractère de la ville, son rôle de lieu central. Restait donc hors de propos notamment tout le complexe de détermination du développement urbain par l’industrialisation ; il est plus du ressort de la théorie des implantations industrielles, représentée entre autres par A. Weber et Creutzburg. Nous nous sommes donc contentés de développer le réseau primaire des lieux centraux, auquel se rattachent les manifestations de l’industrialisation. Il faut considérer sur ce point que l’industrie touche proportionnellement assez peu l’importance relative – la centralité – des lieux ; ceci a été jusqu’à maintenant masqué par le fait que nous nous sommes habitués à présenter la taille et l’importance d’une ville de façon univoque et schématique en fonction de son nombre d’habitants.

69La méthode économique n’avait pas été employée jusqu’à présent dans sa forme pure en géographie du peuplement, pas plus qu’en géographie économique. – Celui qui est allé le plus loin dans cette direction est Bobeck dans sa recherche sur Innsbruck. Encore a-t-il dû se contenter d’utiliser l’outillage restreint et incomplet de l’économie politique eu égard aux interactions spatiales. Bobeck dut renoncer à « forger » cet « outillage » pour une recherche portant sur l’essentiel de la géographie du peuplement. Les travaux d’Hassinger sur Vienne et plus récemment sur Bâlene sont pas d’une portée moins fondamentale : il a utilisé la distance économique (la distance-temps et -coût) des lieux environnant une ville pour définir sa zone d’influence et, par là-même, un facteur déterminant de façon décisive sa taille, ainsi que pour identifier la taille du complexe entier de cette ville. En conclusion, il faut encore mentionner la démarche de Schlüter, qui a considéré la valeur du sol, trouvée à partir de l’estimation de l’impôt foncier, et l’a combinée avec le développement des implantations – mais ce uniquement pour les implantations rurales. Mis à part cela, on n’a guère utilisé une méthode authentiquement économique en géographie urbaine. Si l’on a souligné à l’occasion la détermination économique du nombre, de la situation et de la taille des villes, cela ne signifie pas pour autant que la méthode économique a été employée, mais seulement par exemple la méthode historique (Gradmann), ou statistique (Olbricht, Schott, Hasse) ou bien encore les méthodes descriptives habituelles que l’on voit utilisées dans un grand nombre de « recherches » en géographie urbaine. La plupart du temps, cette géographie urbaine se limite à établir des types économiques, elle se contente donc d’un traitement largement systématique des phénomènes, sans pour autant poser vraiment les problèmes économico-géographiques, sans parler de les résoudre (il faut citer avant tout l’article de Hettner sur les types économiques des implantations humaines, qui pose pour la première fois cette question dans son intégralité ; citons également Marinelli et Aurousseau). Si cette systématique considérant uniquement les formes apparentes et visibles des implantations représente encore le point de vue dominant, sa valeur scientifique est souvent très mince (voir sur ce point Geisler). La géographie économique doit enfin sortir de la pure systématique à la Linné !

Autres méthodes en géographie du peuplement

70Si nous avons presque exclusivement utilisé dans la présente recherche la méthode économique – sous laquelle nous subsumons aussi bien les méthodes plus sociologiques, « interprétatives », que les méthodes plus mathématiques et objectives ; la forme est superficiellement mathématique (calculs avec des tailles), mais le contenu comprend les relations psychologiques – ; nous ne nions aucunement le bien-fondé d’autres méthodes en géographie du peuplement. Au contraire : elles sont absolument nécessaires, d’une part pour vérifier la validité des résultats obtenus par la méthode économique, d’autre part pour expliquer les déterminants extra-économiques du nombre, de la répartition et de la taille des villes.

71Aussi la méthode historique est-elle indispensable des deux points de vue, d’ailleurs non seulement pour des recherches spécifiques à caractère monographique, mais aussi pour des recherches générales, au sens où c’est par la méthode historique que nous parvenons à nous représenter la disposition d’esprit économique qui a régné au temps de l’apparition des villes, et le système économique concret qui en est né. Dans ce cas, nous avons eu aussi recours à la méthode historique dans cette étude, même si c’est de façon secondaire. Sous ces deux angles, le travail de Gradmann sur l’habitat dans le Wurtemberg restera exemplaire, puisque le résultat obtenu par la méthode historique coïncide fortement avec celui qu’on a trouvé ici par la méthode économique, par exemple en ce qui concerne la signification de la fonction de marché des villes pour leur développement, ou bien la surestimation de l’influence de la circulation sur l’apparition des implantations. Cela va de soi, étant donné que, quelle que soit la méthode employée, il ne peut y avoir qu’un seul résultat scientifique.

72De même, la méthode statistique est indispensable, non seulement pour établir si les relations théoriquement attendues sont effectives, mais également pour soulever les problèmes. Dans ce cas, c’est la méthode interprétative qui résout ce type de problèmes. Dans la présente recherche, nous avons usé abondamment de la méthode statistique : en effet, la méthode des flux téléphoniques est purement statistique.

73La méthode géographique, c’est-à-dire la mise en relation d’une série de phénomènes avec une autre qui se produit au même endroit ou à un autre endroit de la surface terrestre, ne peut naturellement jamais être supplantée par la méthode économique. Nous en avons fait aussi un usage décisif en élaborant dans une certaine mesure le schéma théorique des lieux centraux à la surface terrestre, en l’élargissant et en comparant alors la situation réelle avec l’idéale (avec « l’idéal-type » selon Max Weber). Nous menons cette comparaison comme il se doit, à échelle très réduite, de façon graphique, c’est-à-dire cartographique. Remarquons en passant qu’une grande prudence est requise quand le réseau concret de répartition des lieux centraux doit être comparé avec des données naturelles de la surface terrestre, par exemple avec la fertilité du sol : il faut d’abord ramener les deux séries de faits à comparer au dénominateur commun, c’est-à-dire les rendre tout simplement comparables ; comme la répartition des lieux centraux est un phénomène économique précis, on ne peut prendre pour base de la comparaison que les jugements de valeur économiques des hommes concernant la fertilité du sol – une fertilité du sol inaccessible est sans valeur, tandis qu’une fertilité faible en soi mais située à proximité des grandes villes en a beaucoup – et non la fertilité objective, naturelle. A cet égard, trop d’erreurs sont encore commises. Soit il en résulte seulement la vacuité d’un tel traitement de la géographie du peuplement, ce qui fait souvent sourire le non-géographe, soit le résultat est directement faux, si des séries de faits incomparables sont mises en relation causale. C’est pourquoi la méthode « géographique » en géographie du peuplement (Ratzel, von Richthofen, Hassert) est tombée dans un grand discrédit, ce qui ne peut néanmoins concerner une utilisation logiquement correcte de la méthode géographique.

Economie politique ou géographie économique

74Ce qui a été présenté dans cette étude relève-t-il de la géographie économique ou de l’économie politique ? Plus d’un lecteur se posera la question. Le géographe aura tendance à considérer qu’il relève de l’économie politique, et l’économiste de la géographie. En revanche, l’auteur ne s’intéresse absolument pas à cette question, car la dénomination et la classification sont indifférentes au résultat particulier recherché. C’est la problématique qui est l’essentiel, et elle est ici sans aucun doute géographique. Les problèmes ici posés sont donc géographiques, même si l’on ne peut les résoudre qu’à l’aide de la théorie économique et des méthodes économiques.

75Il est généralement admis que le morphologue a besoin de connaissances géologiques de base, ou le phytogéographe de connaissances botaniques. Mais le spécialiste de géographie économique croit la plupart du temps pouvoir se dispenser de connaissances économiques théoriques, il se contente de statistiques, de bases d’économie et d’histoire économique. Ce n’est qu’en cessant d’être une « discipline essentiellement descriptive qui n’explique les faits que dans quelques cas et en devenant une discipline qui vise fondamentalement à découvrir des lois » que la géographie économique avec ses subdivisions deviendra « l’égale des disciplines de la géographie physique ». Puisque les lois de la géographie économique sont économiques, de même que celles de la phytogéographie sont physiologiques, et celles de la morphologie physico-chimiques, seule la théorie économique peut indiquer la voie qui mène à la découverte de ces lois. Et si la théorie économique s’intéresse moins au conditionnement spatial et à la répartition des phénomènes et des processus économiques, c’est alors précisément la tâche incontournable de la science économico-géographique de chercher elle-même ces lois économico-géographiques, ce pour quoi elle est d’ailleurs au plus haut point habilitée dans la mesure où elle constitue une part de la science chorologique – la géographie – , et où elle possède de ce fait une conception bien plus globale et synthétique des faits spatiaux. Une telle conception fait d’autre part défaut à l’économie si bien que ses schémas rationnels – comme notamment ceux d’A. Weber relatifs aux localisations industrielles – manquent souvent d’une nécessaire conception spatiale et paraissent donc « dénaturés », ce qui amoindrit leur portée économico-géographique. Cependant, peu importe à la géographie économique de savoir d’où elle tire ses lois, pourvu qu’elle les utilise et qu’elle soit ainsi à même d’expliquer vraiment les phénomènes économico-géographiques complexes (et les processus, qu’il faut également, à mon avis, inclure dans le domaine de la géographie économique) et d’être utile in fine à la praxis économique et politique.

Haut de page

Notes

1  Robert Gradmann : Das ländliche Siedlungswesen des Königreichs Württemberg. In : Forschungen zur deutschen Landes- und Volkskunde, 21e tome, 1er cahier, 2e édition Stuttgart 1926 (1e édition : 1913).

Robert Gradmann : Die städtischen Siedlungen des Königreichs Württemberg ; ibidem, 2e cahier, 2e édition Stuttgart 1926 (1e édition : 1913).

2  Robert Gradmann : Süddeutschland. Tome 1, Stuttgart 1931, p.162.

3  Il se peut que la résolution de tels problèmes ait été déterminante pour Ratzel, lorsqu’il lança l’exigence d’une « science de la distance » qui devait expliquer les « dispositions spatiales à la surface de la terre ». (Friedrich Ratzel : Anthropo-Geographie oder Grundzüge der Anwendung der Geographie auf die Geschichte. Première partie, Stuttgart 1882, page 177). Ratzel s’y réfère à la formule de Ritter d’une « géographie relationnelle » (Carl Ritter : Einleitung zur allgemeinen vergleichenden Geographie und Abhandlungen zur Begründung einer mehr wissenschaftlichen Behandlung der Erdkunde. Berlin 1852, page 137). La tentative de Götz visant à développer une telle science de la distance a néanmoins complètement échoué. (Wilhelm Götz : Die Verkehrswege im Dienste des Weltshandels. Eine historisch-geographische Untersuchung, samt einer Einleitung für eine « Wissenschaft von den geographischen Entfernungen ». Stuttgart 1888, pages 1 à 28).

4  Ainsi Bücher : au Moyen Age, une ville avait droit en Allemagne à 4,3 lieues carrées ; 30 à 40 bourgs, villages et hameaux à une ville. « Cette division des implantations témoigne d’un ordre social », dans lequel les villes jouent un rôle très déterminé ; la ville et la campagne sont autonomes l’une vis-à-vis de l’autre, mais ont des relations fonctionnelles entre elles. (Karl Bücher : Die Grostädte in Gegenwart und Vergangenheit. In « Die Grostadt », Jahrbuch der Gehestiftung. Dresde 1927, p. 21 et suivante).

Surtout, les spécialistes d’économie politique ignorent la question plus géographique de la répartition des villes : il n’y a pas de « théorie de localisation des villes » ; au contraire, la dépendance de la taille des villes est fréquemment considérée. Ainsi Werner Sombart dit-il (Der moderne Kapitalismus, premier volume, 2e édition, Munich et Leipzig 1916, p.130) : « La taille d’une ville se détermine à partir de la taille du produit de sa zone d’influence et l’importance de sa quote-part, que nous nommons plus-value » ; déjà Adam Smith disait (livre III, chapitre 1, cité d’après Sombart) : « It is the surplus produce of the country only…that constitutes the subsistence of this surplus produce ». Cette phrase ne vaut au sens propre qu’à condition d’un développement très restreint des transports ; dans la situation économique actuelle de la sphère culturelle européo-américaine, il faut le comprendre seulement dans un sens plus figuré.

Hans Bobek, dans son remarquable traité sur les « questions fondamentales de la géographie urbaine » (in : Geogr. Anzeiger, 28e année, Gotha 1927, p.213 et suivantes) qui coïncide largement avec la conception exprimée dans la présente recherche, entend par « plus-value » au sens large tous les surplus agricoles remis en circulation ; plus-value et besoins supplémentaires agricoles créent la « surcharge du trafic » qui détermine alors la taille possible et effective de la ville (p.221).

5  Johann Georg Kohl : Der Verkehr und die Ansiedlungen der Menschen in ihrer Abhängigkeit von der Gestaltung der Erdoberfläche. 2e édition, Leipzig 1850 (1e édition : 1841).

6  Friedrich Ratzel : Anthropogeographie. 2e partie : « La répartition géographique des hommes ». Stuttgart 1882, p.466.

7  Kurt Hassert : Die Städte geographisch betrachtet. Leipzig 1907, p.13.

8  Alfred Hettner : Der gegenwärtige Stand der Verkehrsgeographie. In : Geographische Zeitschrift, 3e année, Leipzig 1895, p.628.

9  Otto Schlüter : Über die Aufgaben der Verkehrsgeographie im Rahmen der « Reinen » Geographie. In : Hermann Wagner Gedächtnisschrift. Fascicule supplémentaire n°209 aux communications de Petermann. Gotha 1930, p.298-309, citation p.307. Voir également : Die Stellung der Geographie des Menschen in der erdkundlichen Wissenschaft. In : Die Geographie als Wissenschaft und Lehrfach. Berlin 1919, p.25 et suivantes.

10  Emil Sax : Die Verkehrsmittel in Volks- und Staatswirtschaft. 2e édition. 1er tome de Allgemeine Verkehrslehre. Berlin 1918, p.71 et suivantes.

11  Comme le disait Goethe de Regensburg.

12  Les principaux représentants de la méthode géographique sont Friedrich Ratzel dans son anthropogéographie et Kurt Hassert dans l’ouvrage cité : Die Städte geographisch betrachtet.

13  Alfred Hettner : Die wirtschaftlichen Typen der Ansiedlungen. In : Geographische Zeitschrift. 8e année, Leipzig 1902, p.98.

14  Cf. la volumineuse littérature sur ce qu’on nomme Methodenstreit, résumée dans l’article « Volkswirtschaft und Volkswirtschaftslehre » in Hdwb. d. Staatswissenschaften, 8e tome, 4e édition Jena 1928.

Et récemment voir avant tout le positionnement critique de Werner Sombart : Die drei Nationalökonomien. Geschichte und System der Lehre von der Wirtschaft. Munich et Leipzig 1930.

15  Cf. Hans Jürgen Seraphim : Statistik und Sozialökonomie. In : Jahrbücher für Nationalökonomie und Statistik, 3e série, 76e volume, 1929, II, p.321 et suivantes.

16  Cf. Franz Eulenberg : Est-il possible que des « lois historiques » existent ? In : Hauptprobleme der Soziologie, Erinnerungsgabe für Max Weber, 1er volume, Munich et Leipzig 1923, p. 21 et suivantes.

Mais voir avant tout : Werner Sombart : Die drei Nationalökonomien, opus cité, en particulier p.248 et suivantes, une explication fondamentale et novatrice sur tous les présupposés épistémologiques et méthodologiques de l’économie politique.

17  Franz Eulenberg, qui s’est surtout intéressé, de façon approfondie, aux questions de méthode et d’objet en économie, fait découler du « fait que toutes les relations sociales ont besoin de diffusion dans l’espace » un groupe particulier de lois sociales : il y aurait des « lois de l’implantation », « une composition régulière naturelle du trafic » (Gesellschaft und Natur. Discours inauguraux de l’Académie, imprimés dans Archiv für Sozialwissenschaft und Sozialpolitik, 21e volume (nouvelle série : 3e volume), Tübingen 1905, p.537.

18  Cf. Werner Sombart : Die drei Nationalökonomien, opus cité, p.319 : « Les « lois » se présentent à nous non pas à la fin, mais au début de nos recherches ».

19  L’expression et l’ensemble sont empruntés à Max Weber, dans les chapitres introductifs à Wirtschaft und Gesellschaft, in Grundri der Sozialökonomie ; Tübingen ; 1925.

20  Schlüter développe une conception semblable, quoique de moindre portée, selon laquelle on devrait « s’habituer à voir dans de telles considérations déductives des systèmes de questionnement grâce auxquelles on approche la réalité, et non pas des présentations de la réalité elle-même ». A ces « systèmes de questionnement » correspondent à peu près les « schémas rationnels » de Sombart ou l’« idéal-type » de Max Weber (Otto Schlüter : Die Stellung der Geographie des Menschen etc, opus cité, p.267).

21  Alfred Weber : Über den Standort der Industrien, 1e partie : Théorie pure de la localisation. 1e édition Tübingen 1909 (2e ibidem 1922).

22  Cf. Gerhard Menz : Irrationales in der Rationalisierung. Mensch und Maschine. Breslau 1928. Menz pense aussi que le problème de « l’espace économique rationnel » est encore peu élucidé, contrairement à la rationalisation de la temporalité de la vie économique. Il manque ici justement la détermination des faits fondamentaux et contextuels.

23  Eugen von Böhm-Bawerk : Positive Theorie des Kapitals, 1er volume, 4e édition Iéna 1921.

24  Gustav Cassel : Theoretische Sozialökonomie. 4e édition : Leipzig 1927, en particulier p.528 et suivantes.

25  Voir par exemple Rudolf Stucken : Die Konjunkturen des Wirtschaftslebens. Iéna 1932.

26  L’essentiel des publications se trouve dans Weltwirtschaftliches Archiv, Iéna, depuis 1913 également dans le recueil Probleme der Weltwirtschaft, Jena.

27  Bernhard Harms : Volkswirtschaft und Weltwirtschaft. Versuch der Begründung einer Weltwirtschaftslehre. Jena 1912.

28  Hermann Lautensach cite dans sa « Allgemeine Geographie zur Einführung in die Länderkunde » écrite avec une grande compréhension anthropogéographique comme « étapes spatiales indépendantes de la portée des flux commerciaux » : 1. Economie familiale, 2. Economie de voisinage, 3. Economie nationale, 4 : Economie mondiale.

29  Bernhard Harms : Strukturwandlungen in der Weltwirtschaft. In : Weltwirtschaftliches Archiv. 25e volume, Iéna 1927, p.4.

30  Hans Weigmann : Ideen zu einer Theorie der Raumwirtschaft. Ein Versuch zur Begründung einer realistischen Wirtschaftstheorie. In : Weltwirtschaftlisches Archiv. 34e volume (1931 : II) Iéna 1931, p.1-40.

31  Eugen Dühring : Cursus der National- und Sozialökonomie. 2e édition Leipzig 1876. Voir en particulier p.81 et suivantes.

32  Albert Schäffle : Das gesellschaftliche System der menschlichen Wirtschaft. 3e édition Tübingen 1873, 2e volume.

33  Peter Heinrich Schmidt : Wirtschaftsforschung und Geographie. Iéna 1925.

34  Johann Heinrich von Thünen : Der isolierte Staat in Beziehung auf Landwirtschaft und Nationalökonomie. 1e édition 1826, 2e édition Rostock 1842 (Réédition Iéna 1910).

35  Karl Sapper : Allgemeine Wirtschafts- une Verkehrsgeographie. Berlin 1925, p.159 et suivante.

36  Hermann Lautensach : Allgemeine Geographie, opus cité, p.317 et suivante.

37  Gottfried Pfeiffer :Über raumwirtschaftliche Begriffe und Vorstellungen und ihre bisherige Anwendung in der Geographie und Wirtschaftswissenschaft. In : Geographische Zeitschrift, 34e année, Leipzig et Berlin 1928, p.321.

38  P.H. Schmidt : Wirtschaftsforschung und Geographie, opus cité, p.68 et suivantes.

39  Voir page 4, et en outre : Alfred Weber : Industrielle Standortlehre (allgemeine und kapitalistische Theorie des Standortes). In : Grundri der Sozialökonomik, 6e section, p.54 et suivantes, Tübingen 1914.

40  Oskar Engländer : Theorie der Volkswirtschaft. Première partie : Preisbildung und Preisaufbau. Vienne 1929.

Oskar Engländer : Theorie des Güterverkehrs und der Frachtsätze. Iéna 1924.

Oskar Engländer : Volkswirtschaftliche Theorie des Personenverkehrs. In : Archiv für Sozialwissenschaften und Sozialpolitik, tome 50, Tübingen 1923, p.653 et suivantes.

41  V. Furlan : Die Standortsprobleme in der Volks- und Weltwirtschaftslehre. In : Weltwirtschaftliches Archiv, 2e volume, Jena 1913, p.1 et suivantes.

42  A. Schilling : Die wirtschaftsgeographischen Grundgesetze des Wettbewerbes in mathematischer Form. In : Technik und Wirtschaft, 17e année, 7e cahier, Berlin 1924, p.145 et suivantes.

P. Krebs : Die Frachtgrenze der deutschen Braunkohle. Ibidem, cahier 9, p.213 et suivantes.

C. von Dobbeler : Mathematische Beiträge zur Wirtschaftsgeographie. Ibidem, cahier 9, p.201 et suivantes.

Erich Schneider : Mathematische Betrachtungen über den nationalen Gütertransport. Ibidem, cahier 9, p.204 et suivantes.

43  Emil Sax : Die Verkehrsmittel in Volks- und Staatswirtschaft. Voir en particulier le 1er volume : « Connaissance générale des transports », Breslau 1918.

44  Franz Oppenheimer : System der Soziologie. Voir en particulier le troisième tome : « Théorie de l’économie pure et de l’économie politique », 1er demi-volume, Prolégomènes, Iéna 1923, p.272 et suivantes. Ainsi que Theorie der Reinen und Politischen Ökonomie parue auparavant à Berlin (1910).

45  Rudolf Stucken : Die obengenannte Konjunkturlehre, et aussi : Zur Lehre von den Bewegungsvorgängen des Wirtschaftslebens. In : Zeitschrift für die gesamten Staatswissenschaften ; volume 89, 2 ; Tübingen 1932.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Walter Christaller, « Les lieux centraux en Allemagne du Sud
Une recherche économico-géographique sur la régularité de la diffusion et du développement de l’habitat urbain (1933).a », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Epistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, document 300, mis en ligne le 26 janvier 2005, consulté le 28 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/3198 ; DOI : 10.4000/cybergeo.3198

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page