Navigation – Plan du site
2005
305

Le Bassin parisien. Une région métropolitaine

Regional integration. The Case of greater Paris
Frédéric Gilli
Traduction(s) :
The “Paris Basin”, a metropolitan region

Résumés

L’influence de Paris dépasse très largement les seules limites de son agglomération ou de son aire urbaine. Une région métropolitaine intégrée s’organise autour de la capitale. Les déplacements quotidiens à travers tous le bassin parisien et l’existence de groupes industriels similaires plaident pour l’existence d’une région fonctionnelle intégrant plusieurs régions administratives.

L’organisation économique de cette région économique fait apparaître une spécialisation des territoires doublée d’une concentration des activités. L’organisation des espaces économiques se fait de manière différente à l’échelle des aires urbaine et à celle de l’espace régional dans son ensemble. La présence de l’agglomération parisienne se fait toutefois sentir dans toutes les zones d’emploi du bassin, sans que cela signifie, bien au contraire, que la région soit à appréhender uniquement de manière hiérarchique.

Haut de page

Texte intégral

1Paris est une des toutes premières villes mondiales (Sassen, 1991). A ce titre, ses activités, populations et infrastructures ont souvent été comparées à celles des autres villes de son rang, que ce soit Londres, New York ou Tokyo. Son insertion dans le réseau des capitales contemporaines est très importante. Mais une ville n’est pas qu’un nœud dans un réseau mondial. Elle s’inscrit dans des territoires qui ont leurs logiques propres.

2Le positionnement de la ville mondiale dans son réseau local peut être déterminant pour son rayonnement. Evidemment, le dynamisme de la ville centre ne repose pas nécessairement sur celui d’espaces de rang inférieur ; de nombreux cas de villes isolats existent en Asie. Mais  dès que ces relations existent entre une ville et son territoire, elles conditionnent en partie l’efficacité et le positionnement de l’espace central. Elles rejaillissent aussi, évidemment, sur le dynamisme des espaces locaux en question. Nous nous interrogerons donc sur l’extension de la zone d’influence de Paris et sur l’organisation interne du bassin parisien. Pour cela, la structure de l’espace industriel (localisation des activités) et son fonctionnement au quotidien (migrations alternantes) seront mobilisés.

3Nous commencerons par exposer les mécanismes structurant les grandes régions métropolitaines mondiales pour comprendre l’échelle à laquelle cet espace fait sens. Nous nous pencherons ensuite sur l’organisation des flux quotidiens au sein de cette région fonctionnelle de manière à en faire apparaître la structure. Nous terminerons notre description par une étude du fonctionnement de cet espace économique intégrée.

Se positionner au coeur des réseaux internationaux

L’importance de l’hinterland de Paris

4Une métropole est une grande concentration d’hommes et d’activités dont l’espace est organisé suivant une logique commune. L’étalement urbain dessine ainsi de grandes régions urbaines aux contours et aux modes d’organisation flous. Des espaces historiquement monocentriques deviennent polycentriques. Des espaces polycentriques voient leurs trajectoires se fondre de plus en plus dans des ensembles univoques. Dans les deux cas, les logiques d’organisation spatiale qui apparaissent dépassent largement le cadre de la simple agglomération ou même de la région urbaine.

5Il est évident que plus le cœur sera important, plus ces phénomènes ont des chances de se produire à grande échelle. Si l’on se place au niveau des villes ‘mondiales’, ce sont de véritables régions économiques qui naissent du fait de la redistribution des populations entre les espaces. Les distances en jeu peuvent alors être gigantesques. Beaverstock et alii (2000) pensent ainsi que Chicago pâtit partiellement de la présence de New York à moins de 1000 km… Cet effet d’ombre tient, entre autres, à des logiques de desserte et d’aire de marché qui favorisent la concentration géographique des acteurs dans une économie oligopolistique et mondialisée (Krugman 1993). Il y aurait donc de vastes régions économiques gravitant autour d’un même centre, au sein desquelles l’émergence d’un second centre de premier rang serait impossible, ou gênée. Celles-ci s’organiseraient alors autour de la ville mondiale. Cela ne signifie évidemment pas que ces espaces régionaux sont exclusivement dans l’orbite de la ville centre. Ils sont également inscrits dans des réseaux parallèles dans lesquels ils sont en relation avec des villes de leur niveau (Cattan et alii, 1999). Toutefois, leur montée en puissance est gênée par la présence d’une ville de rang supérieur avec laquelle des relations privilégiées existent.

6Les exemples de la Randstad et de Chicago mettent en évidence deux éléments fondamentaux pour notre analyse du bassin parisien. Tout d’abord, l’organisation de l’espace structuré par les villes mondiales doit être pensée à travers leur insertion dans le réseau des villes mondiales (Taylor, 2001). C’est en effet de plus en plus les relations qu’une ville entretient avec les autres villes (types et intensité) qui vont caractériser son dynamisme et mesurer son statut de métropole. Mais alors que l’aire d’influence des métropoles s’étend de plus en plus, il faut aussi s’intéresser à des réseaux plus locaux. Si l’on reste au premier stade de l’analyse, nous  pourrons esquisser le monde des villes mondiales vu selon Paris ou Londres. Toutefois, ces villes globales s’inscrivent aussi dans des espaces de proximité et y dominent de véritables régions qui s’étendent bien au-delà des contours traditionnellement considérés de l’agglomération ou de l’aire urbaine. Au-delà du seul cercle des villes mondiales et du réseau qu’elles constituent entre elles, il nous faut donc nous intéresser à la zone d’influence de chacune. Dans les espaces entourant les villes mondiales, des villes plus petites profitent du rayonnement de la métropole principale. De la même manière qu’un port constitue le point d’ancrage d’un territoire (sa zone d’influence) dans le réseau des routes maritimes et irrigue un hinterland plus ou moins vaste, une ville mondiale constitue le point d’ancrage d’un territoire dans un réseau. L’organisation de ces hinterlands peut fortement varier. L’hinterland peut très bien être indistinct de l’espace central (comme c’est le cas dans la Randstad) ou, au contraire, la ville peut être totalement coupée de tout territoire (comme ce fût longtemps le cas de Hong-Kong). Ce que nous allons chercher à comprendre ici dans le cas du bassin parisien, c’est la manière dont les territoires situés autour d’une ville mondiale s’inscrivent dans un espace commun.

L’intégration des espaces locaux

7S’interroger sur le caractère métropolitain de l’espace gravitant autour de Paris, ce n’est pas uniquement se demander si l’agglomération parisienne ou son aire urbaine ont développé des modes d’organisation spécifiques. C’est se demander si la vaste région économique qui l’entoure constitue ou non un espace intégré, répondant à des logiques économiques communes et dont le fonctionnement est imaginé et géré comme un tout. Considérons qu’une métropole est la combinaison d’une agglomération humaine de taille critique, de centres d’activité spécialisés reconnus et d’une organisation répondant à des logiques propres. L’étalement des villes, l’éclatement des modèles résidentiels traditionnels (double résidence, navettes de centres à centres et non plus seulement de banlieues à centres), contribuent à troubler la vision traditionnelle de l’espace métropolitain. Un espace peut très bien ne faire sens qu’à une échelle englobant plusieurs ‘métropoles régionales’. Lorsque l’on pense à l’inscription de Paris dans un réseau mondial, il est possible de se demander si Orléans, Tours, Rouen ou encore Amiens et à une autre échelle Chartres, Beauvais ou Compiègne ont un positionnement spécifique dans ce réseau. Il est tout à fait envisageable que le rayonnement de ces agglomérations soit à inscrire dans un sous-réseau constitué à l’échelle du bassin parisien, dans lequel chacun des espaces, y compris le centre, est un nœud de compétences contribuant et vivant du dynamisme de ‘Paris ville mondiale’. Notons à nouveau que la particularité d’une géographie en réseau est qu’il n’y a pas d’appartenance univoque d’un lieu  à un ensemble de lieux. Que le bassin parisien constitue une région métropolitaine ne signifierait donc pas que chaque composante n’existe que dans et par ce réseau.

8Il n’y a en effet pas un mais plusieurs types d’intégration économique. Les travaux de la nouvelle économie géographique ont cerné analytiquement ceci, en distinguant des logiques de spécialisation et des logiques de concentration simultanément à l’œuvre. Lorsque deux espaces économiques voient croître leur degré d’intégration, des dynamiques cumulatives tendent à favoriser, dans une certaine mesure, la concentration des facteurs les plus productifs dans l’une des régions. Les logiques à l’œuvre sont multiples : ce peut être des effets de taille de marché au travers de liens verticaux en amont – fournisseurs, ou en aval – clients (Venables, 1996). Ce peut également être des logiques de concentration autour des structures déjà existantes (Krugman, 1991) : dans une économie à rendements croissants, tout écart de taille se traduit par des écarts de productivité. L’apparition d’une géographie centre-périphérie peut ainsi trouver une explication sur la seule base des activités et des dynamiques économiques (Puga, 1999). Les grandes politiques de délocalisation en province des années 1970 auraient par exemple permis de véritables transferts d’activité entre l’Ile-de-France et les régions voisines, mais auraient également débouché sur une hiérarchisation des espaces à base de concentration en un même endroit des emplois d’un même secteur et de spécialisation des lieux sur quelques activités spécifiques, à l’exclusion d’autres. Dans le Bassin parisien, il y a eu à la fois d’une part concentration des activités à forte valeur ajoutée à Paris et spécialisation de la capitale dans ces activités et d’autre part concentration des activités de production en périphérie dans des espaces qui se spécialisent sur ces activités. Cette double concentration assortie d’une double spécialisation est logique au sein d’espaces intégrés. Comme le remarquent Brunet et Dollfus (1990), la division du travail qui se met en place à l’échelle régionale prend des formes différentes de la division internationale du travail. Les différentes parties du territoire national sont en effet censées « concourir harmonieusement et selon leurs capacités à la performance globale ». Cela les conduit à observer qu’un centre est rarement seul au sein d’un espace régional et que la traduction spatiale des relations n’est jamais simple. Ils prennent ainsi l’exemple des campagnes Picardes ou Champenoises dont les schémas de décision s’imposent parfois aux « centre » parisien.

9Les activités mêmes de chaque ville dépendent ainsi de leur insertion dans ces espaces régionaux. Le raffinement de l’approche que permettent un traitement à une échelle locale et une nomenclature d’activité fine complexifie l’analyse de ces relations et introduit des situations plus diverses. Fujita et Hamaguchi (2001) ont saisi ce phénomène dans un cadre formalisé : l’augmentation des relations entre deux villes se traduit par une évolution de leurs spécialisations respectives et peut progressivement déboucher sur un réseau urbain hiérarchisé et spécialisé avec des villes industrielles et des villes tertiaires. Ce double mouvement peut se traduire par la disparition de toute notion de hiérarchie. Si il débouche sur une plus grande interdépendance entre les zones (qui prémunit à la marge contre un éclatement des espaces régionaux), il met chaque zone en position de tête sur son segment, en lui offrant la possibilité de s’ouvrir directement à d’autres réseaux régionaux. Se mettent ainsi en place des relations de « périphérie » à « périphérie » de la même manière qu’existent des relations de « centre » à « centre ».

Le Bassin parisien, un espace interrégional fonctionnel

10Tracer des frontières est un moment délicat de l’étude. En effet, comment ne pas penser que l’espace au sein duquel les frontières ont été tracées n’est pas trop étriqué. Si Paris est véritablement à opposer au désert français (Gravier, 1947), alors ne faut-il pas commencer par s’interroger à l’échelle nationale ? Les études de Hautreux et Rochefort (1964) ou Pumain (1986) vont d’ailleurs dans ce sens. Cela constitue en fait un travail en soi.

11Nous nous sommes ici seulement placés dans le cadre administratif de la mission Frémont (2002). Ce cadre a été instauré dans les années 1970 et plusieurs fois validé comme un espace pertinent pour se poser les questions sur l’aire d’influence directe de Paris, quelles qu’en soient les conclusions (Thiard, 2001). Il se compose donc de la région Ile-de-France, des régions Haute-Normandie, Picardie, Champagne Ardennes, Centre, Basse-Normandie et des départements de l’Yonne et de la Sarthe.

12Cet espace de plus de 21 millions d’habitants est majoritairement dominé par la capitale qui pèse pour moitié dans ce total. La région Centre (12%) arrive en seconde position devant la Picardie qui compte pour 9% du total. Cette disproportion se retrouve dans la répartition des emplois telle qu’elle apparaît dans le Tableau 1. Sur les dix premières zones d’emplois du bassin parisien qui en compte cent une, deux seulement ne sont pas situées dans l’Aire Urbaine de Paris, Rouen et Caen, et aucune n’apparaît dans les cinq premières qui sont toutes dans le centre de la région parisienne (Paris et première couronne de zones d’emplois). Cette dissymétrie apparaît clairement lorsque l’on se concentre sur les Aires Urbaines, puisque Paris compte 25 fois plus d’emplois que le deuxième plus important centre d’emplois, Rouen. Dans cette hiérarchie, il est à noter que seules les grandes villes du bassin parisien sont présentes en tête de classement. Toutefois, les villes avant-postes (Gilli 2003) Chartres, Evreux, Compiègne ou Beauvais pointent immédiatement après dans l’approche par aires urbaines et se situent au même niveau que certaines grandes villes dans l’approche par zones d’emploi. Ce sont des zones dans lesquelles la densité de l’emploi hors du centre est élevée, même si le centre d’emploi n’est pas forcément très important. Lorsque l’on fait le rapport entre l’emploi de l’Aire Urbaine et l’emploi dans la zone d’emploiii, les dix villes avant-postes ressortent dans les quatorze premières places.

        *Zone d’emploi incluse dans la Région Urbaine de Paris (définition ci-après);  ** Ville avant-poste

        Source : Recensement de la Population, 1999, exploitation principale.

Tableau 1 – Les emplois du bassin parisien : à Paris et dans les grandes villes

13Ces résultats plaident en faveur d’une intégration importante des espaces périphériques au sein d’une région fonctionnelle unique. Si tel est le cas, et l’utilisation des migrations alternantes permettra d’évaluer l’importance de cette intégration, cette intégration devrait se traduire dans l’espace économique.

14Les structures d’activité de ces espaces semblent d’ailleurs s’harmoniser et on y trouve les mêmes groupes nationaux et internationaux, ceux-ci étant moins dominants dans les autres régions. Au regard de la structure institutionnelle de l’appareil productif, le bassin parisien finit ainsi par constituer une exception à l’échelle nationale puisqu’il est le seul qui présente une économie fortement dominée par les grands groupes (Hecquet et Lainé, 1997). En dépit et même du fait de leurs spécialisations, les régions industrielles du bassin parisien feraient ainsi toutes partie d’une grande région économique très fortement intégrée. C’est sur cette base que le modèle centre-périphérie qui caractérise le bassin parisien dans les années 1970-1980 s’est développé. C’est à partir de là qu’il évolue aujourd’hui très rapidement, les espaces étant affectés de façon différente par les mutations structurelles de l’activité (Thiard, 2001).

15Cette apparente unité fonctionnelle du bassin parisien se retrouve également dans les grandes tendances démographiques qui l’animent. Que ce soient les déplacements domicile-travail, les migrations résidentielles, les structures par âge des populations locales ou leur composition socio-économique, les différents éléments du bassin parisien peuvent s’inscrire dans un modèle de fonctionnement unique (Gilli, 2002a). Même si l’on se cantonne aux critères socio-démographiques, qui valorisent pourtant la proximité au détriment des relations en réseau, la région parisienne déborde actuellement largement les limites administratives de l’Ile-de-France. Nous allons revenir sur ce point plus en détail de manière à comprendre comment cet espace s’organise. Car si l’on cherche à saisir un possible fonctionnement métropolitain du bassin parisien, il nous faudra tout d’abord mener un travail sur les frontières que l’on observe éventuellement au sein de la zone d’étude. Si l’on met en évidence des sous-espaces, il sera alors nécessaire de s’interroger la façon dont se fait leur insertion dans le bassin parisien. Il n’est pas neutre que les espaces soient, par exemple, polarisés autour d’une ville qui est la seule porte sur l’extérieur ou que les échanges avec les régions voisines se fassent par simple contact le long des bords de chacun des espaces.

16Au total, les deux grands enjeux qui apparaissent sont ainsi d’une part la question de l’extension des franges périurbaines de l’agglomération parisienne aux régions administratives voisines et d’autre part la nature et la localisation des concentrations spécialisées d’emploi dans le bassin parisien

Organisation des espaces vécus à l’aide des migrations alternantes

17Aux frontières de l’Ile-de-France, il y a donc des espaces dans lesquels de nombreux emplois sont localisés en dehors des centres urbains clairement identifiés. Il y a des limites administratives à la région francilienne, mais elles ne semblent correspondre que très partiellement à la réalité fonctionnelle de ces espaces. Cela se perçoit clairement à l’aide des déplacements domicile-travail.

Différents niveaux de cohérence territoriale

18Les déplacements domicile-travail constituent une donnée synthétique du fonctionnement des espaces locaux. En effet, ils sont le résultat d’une géographie des résidents, d’une géographie des emplois et d’une géographie des transports (modes de déplacement, propension à se déplacer et évidemment réseaux de transport). L’aire urbaine, utilisée par l’Insee, ou la région urbaine, utilisée au niveau européen les mettent d’ailleurs à profit. Comme nous visons une compréhension du bassin parisien, nous nous placerons pour la suite du travail au niveau des 101 zones d’emploi, qui permettent une meilleure lisibilité des résultats que les 11 000 communes. Les zones d’emploi étant également découpées suivant une logique de navettes, leur utilisation ne pose pas de problèmes méthodologiques cruciaux (sauf pour Paris, mais nous n’y reviendrons pas en détail ici)iii.

19Si l'on prend le critère de la région urbaine fonctionnelle (10% d’actifs au lieu de résidence travaillent dans le centre d’emploi principal) et qu’on l’applique aux zones d’emploi, on retrouve un découpage à peu près concentrique pour ce que nous appellerons la Région parisienne (Figure 1). Paris étant excentré en Ile-de-France, il n’y a pas coïncidence entre la région administrative et la Région parisienne.

Figure 2

20L’ensemble des zones d’emploi dont plus de 10% des actifs vont travailler à Paris ne recouvre pas la totalité de l’Ile-de-France, mais déborde en Picardie, à laquelle la zone d’emploi Sud-Oise  appartient.

21Si l’on considère maintenant l’ensemble des navetteurs vers la Région parisienne, nous mettrons en évidence des franges dites externes dans la mesure où elles n’appartiennent pas directement à l’espace central (Figure 2). S’y trouvent les trois zones d’emplois franciliennes qui n’appartiennent pas à la Région parisienne (Nemours, Provins et Monterau-Fault-Yonne) ainsi que toutes les zones d’emplois périphériques de la Région parisienne (à l’exception du Sud-Ouest Champenois dont seulement 7% des actifs vont travailler dans la région parisienne). Cette couronne de franges externes correspond aux zones centrées sur les villes avant-postes.

22Autour du centre de l’agglomération, un vaste espace graviterait. Cette approche descriptive présente l’avantage indéniable de fournir des frontières claires. Toutefois, elle ne permet pas de savoir si ces espaces correspondent effectivement à des espaces vécus comme proches par les actifs résidents. La construction d’un modèle gravitaire sur les navettes de commune à commune permet de faire ressortir ces préférences (Gilli, 2002a). Vu depuis la capitale, quatre types d’espace se distinguent (Figure 3iv). Depuis le centre de l’espace vers la périphérie, on trouve dans l’ordre :

  • Un espace fortement intégré où les flux sont importants et significatifs. Leur significativité est souvent négative (les flux négatifs étant rendus plus visibles sur la figure 2) dans la mesure où les déplacements sont plus difficiles dans des zones urbaines denses que dans des espaces ruraux. Le modèle étant calibré sur l’ensemble du bassin parisien, les flux intra-urbains feront apparaître cet effet de barrière, de frein aux déplacements, que constitue la ville. Notons que cet espace couvre les zones d’emplois de la Région parisienne.

  • On observe ensuite une couronne de centres organisant localement des faisceaux de flux convergents. Ces pôles locaux correspondent aux villes avant-postes de la Région parisienne identifiées précédemment. Elles font apparaître une relation privilégiée à Paris tandis qu’aucun effet de proximité n’est noté avec les grandes villes situées plus loin de Paris. Cela ne signifie évidemment pas que les relations entre ces villes sont nulles, sinon les flux ressortiraient négativement.

  • Ces grandes villes sont elles aussi reliées à Paris de façon privilégiée. Elles polarisent également leur espace local, mais entretiennent  aussi des rapports de proximité avec des villes de rang inférieur. A l’échelle des déplacements domicile-travail, on voit ainsi réapparaître des modes d’organisation de type Christallerien, l’exemple typique étant repérable autour de Caen, mais il existe également autour du Mans, de Reims et à une échelle moindre autour d’Orléans. Les seules relations de Centre à Centre que l’on observe en dehors de la relation à Paris concernent des villes relativement proches (Orléans-Blois-Tours ou Rouen et Le Havre). Notons que ce type d’organisation est profondément lié à la variable que nous mobilisons : les navettes mettent fortement en valeur les relations de proximité. Cela ne signifie donc pas nécessairement que l’espace productif suive un schéma de type Christallerien.

  • Enfin, des espaces sont faiblement connectés au reste du bassin parisien. Toutes les marges s’y trouvent, y compris une grande ville, Troyes.

23On observe donc une structure radio concentrique à deux niveaux autour la capitale, constitué d’un disque fortement intégré et d’une couronne reliée par l’intermédiaire de portes d’entrée. Au-delà, des espaces s’organisent autour de la majeure partie des grandes villes, à l’exception de Troyes (très faiblement reliée au reste du bassin parisien) et d’Amiens (fortement reliée à Paris mais ne polarisant qu’une petite zone au-delà de sa zone propre). Il ne s’agit pas de dire que d’importants flux domicile-travail sont un plus ou un moins , d’un point de vue normatif. Mais  compte tenu des tendances actuelles guidant l’organisation des espaces (étalement et métropolisation), la faiblesse de ces flux est plus le signe d’un manque de dynamisme métropolitain que celui d’une structure multipolaire équilibrée garantissant à chacun un emploi à proximité de son lieu de travail.

Figure 3

Des pôles structurant dans un bassin véritablement parisien.

24Pour bien comprendre comment cet espace fonctionne, il est donc nécessaire de différencier les relations existant à l’échelle du bassin parisien et celles existant dans la région parisienne. Le niveau urbain et le niveau régional répondent en effet à des logiques et à des niveaux de flux très différents. Les figures 4 et 5 représentent ainsi les flux observés entre zones d’emplois du bassin parisien, entre zones d’emploi du bassin parisien et zones d’emploi de la région parisienne et au sein de la région parisienne.

25Les premiers (flux en bleu) confirment les analyses précédentes : en dehors de la région parisienne, les zones d’emploi incluant d’importantes aires urbaines sont les seules à être concernés par des flux de zone d’emploi à zone d’emploi qui soient supérieurs à 2000 migrants quotidiens. On observe également les deux éléments précédemment soulignés, à savoir tout d’abord que les espaces locaux sont hiérarchisés, les petites zones d’emplois entretenant rarement des relations importantes (plus de 1000 déplacements) entre elles et les flux convergeant vers les ‘grandes’ zones d’emplois, ensuite, que ces zones d’emploi importantes entretiennent rarement des relations entre elles. Rouen est ainsi un contre exemple dans la mesure où la zone d’emploi émet un flux important en direction certes de Paris, mais aussi du Havre et d’Evreux. Orléans présente également un profil particulier dans la mesure où la zone d’emploi alimente le seul flux supérieur à 1000 personnes vers une zone non parisienne du cœur de l’agglomération centrale, Nanterre.

Figure 5

26En dehors des relations directes à Paris, les flux importants entre zones du bassin parisien et celles de la région parisienne sont surtout observés autour de celle-ci. C’est d’ailleurs le seul endroit du bassin parisien où il y a d’importants flux non hiérarchisés. C’est également le seul endroit où l’on observe des zones d’emplois à cheval sur deux aires d’influence. Des actifs de Vernon vont ainsi travailler à Paris tandis que d’autres vont à Rouen, de même on observe des flux importants d’actifs de Pithiviers ou Montargis à la fois vers Orléans et vers Paris. Ce type de profil reste cependant spécifique et de plus en plus les échanges vers Paris prennent le pas.

27De nombreux échanges apparaissent ainsi de part et d’autre de la frontière de la région parisienne, ce qui va totalement dans le sens de l’intégration de la première couronne de zones d’emploi (au moins) dans l’espace fonctionnel parisien. Si 22% des actifs de l’Oise travaillent en Ile-de-France, ce sont 50000 actifs de la seule zone d’emploi de Sud-Oise, soit le tiers de la population locale, qui va travailler en Ile- de- France, dont 14000 à Paris même. Même si l’on regarde au-delà de ce cas particulier (puisque le Sud-Oise appartient partiellement à l’agglomération parisienne), les franges externes se distinguent fortement. Les zones d’emploi des villes avant-postes sont ainsi, avec les grandes villes, les seules à échanger avec Paris et elles échangent toutes sans exception. Les seules villes Picardes à envoyer une part importante de leur population à Paris, en dehors d’Amiens, du Sud-Oise et du Santerre-Oise, sont Beauvais, Compiègne, Soissons et Château-Thierry. Le constat vaut également pour la Haute Normandie où Vernon et Evreux sont les deux seules villes à échanger avec Paris en dehors de Rouen et le Havre ainsi que pour la région Centre. De plus, des mouvements plus locaux se produisent au sein des franges externes et des franges internes de la région parisienne, avec des flux convergents depuis des zones d’emploi des franges externes vers des zones des franges internes qui jouent presque le rôle de sas. Versailles, Sud- Oise, Cergy ou même Melun accueillent ainsi de nombreux migrants provenant des franges externes, que ce soit Chartres, Dreux ou Beauvais.

28Ces franges internes s’insèrent également dans les flux observés à l’intérieur de la région parisienne. Dans cet espace, les navettes dessinent un cœur qui fonctionne en réseau. Les échanges entre les zones d’emploi de Paris et de la première couronne sont très importants et sont tout autant périphériques que radiaux. Par contre, dès que l’on considère les zones d’emploi de la deuxième et la troisième couronne, la logique radiale redevient prépondérante. Des flux entre zones voisines existent mais ne sortent pas de ce cadre et les flux principaux émanant de Cergy, Sud-Oise, Roissy, Lagny-sur-Marne, Meaux, Melun, Evry, Orsay et même Versailles sont en direction du centre (Paris, ou les zones de la première couronne).

29En conclusion (figure 6), on observe donc un espace central très important dont l’influence directe s’étend au-delà des limites administratives régionales et dont la présence se fait fortement sentir beaucoup plus loin encore. Le fonctionnement de cet espace repose en effet sur un hypercentre dont l’influence est relayée jusqu’à un réseau de villes avant-postes par le biais de pôles situés en bordure de l’aire d’influence directe de l’espace central. En dépit d’une rupture physique dans le tissu urbain (renforcée par le fait que les villes avant-postes se trouvent de l’autre côté de la ceinture verte entourant la région parisienne), ces villes s’inscrivent profondément dans les espaces vécus qui sont sous forte influence parisienne. On trouve ensuite, un réseau de métropoles d’importance inférieure qui jouent un rôle local significatif, dans la mesure où elles structurent véritablement l’espace qui les entoure.

30A l’aide des déplacements domicile-travail, nous avons donc traduit une organisation des espaces vécus pertinente à l’échelle du bassin parisien. Elle se base sur une région métropolitaine centrale qui s’étend dans un rayon de 70 km autour de Paris et sur des espaces régionaux qui s’organisent en fonction de la relation de leur centre au centre francilien.

Figure 6

Analyse de la structure des effectifs industriels

31Mais cette organisation ressort uniquement de l’analyse des déplacements domicile-travail, c’est- à-dire sur un indicateur synthétisant le fonctionnement des espaces à proximité immédiate des gens. Il est évident que, même si de forts liens organiques existent entre Orléans et Caen, peu de personnes vont faire la navette de façon quotidienne. Ces villes offrent des cadres de vie proches, ceux d’agglomérations de 250 000 habitants, sont assez distantes et ne sont pas reliées par des transports rapides. Il n’y aura donc pas de migrations alternantes significatives, mais cela ne présage de rien pour ce qui est des liens existant dans le système productif.

32Ces liens sont évidemment très difficiles à mettrent en évidence en l’absence de données de flux téléphoniques ou de flux marchands. Si l’on considère qu’il y a une répartition centre-périphérie, comme la théorie le laisse supposer, une façon d’entrer dans la question serait d’essayer de vérifier cette hypothèse en utilisant des informations sur la structure industrielle. Il est possible de choisir soit une approche par Catégories Socio-Professionnelles, soit une approche par activités.

33Si la distinction entre centre et périphérie se fait au niveau fonctionnel, le centre dirigeant et la périphérie exécutant, une approche par les Catégories Socio-Professionnelles devrait faire apparaître un gradient depuis le centre vers la périphérie (Thiard, 2001). Il sera alors possible de vérifier l’existence ou non d’une structure centre-périphérie, mais on perdra toute trace des relations pouvant exister entre les espaces étudiés. La perte des proximités sectorielles constitue un inconvénient majeur. L’avantage d’une approche par activités est ainsi de garder la possibilité d’analyser les relations possibles entre les espaces en utilisant les activités qu’ils hébergent. Cette variable présente en outre l’avantage de conserver une trace de la fonction à l’intérieur de l’activité, puisque les activités de fabrication sont distinguées des activités de direction et de conseil dans la nomenclature (Naf). Lorsque les activités étaient intégrées dans les mêmes entreprises, les fonctions directionnelles étaient gommées. Mais la vague d’externalisation des années 1980-1990 a conduit au développement d’un secteur spécifique qui se repère et se distingue des activités d’exécution ventilées par activité. C’est donc sur la structure par activité que nous allons travaillerv. Nous pouvons ainsi étudier la spatialisation de filières économiques dans le bassin parisien.

Une forte intégration économique

34Pour étudier cette spatialisation, nous mobilisons les résultats obtenus en utilisant des indices de répartition de l’activité en secteurs et zones géographiques construits à partir d’indices de Herfindahlvi . Elaborés dans un premier temps par Ellison et Glaeser (1997), des indices issus de celui de Herfindahl ont été repris avec quelques modifications par Maurel et Sedillot (1997) dans le cas français. Construits dans un cadre probabiliste, ils permettent de caractériser la concentration spatiale des activités une fois éliminés les biais de structure: la concentration d’un secteur est appréciée par rapport à une situation d’équirépartition entre les différents territoires.

35Les éléments qui éloignent de cette équirépartition sans relever de dynamiques d’agglomération économique peuvent être liés à la structure géographique de l’espace considéré au sein duquel l’ensemble de l’industrie peut-être plus ou moins concentrée. La concentration spatiale d’un secteur d’activité aura de fortes chances d’être plus grande en France, où la région parisienne pèse beaucoup dans l’emploi national, qu’en Hollande, où l’emploi est plus également réparti entre les régions. L’indice de Herfindahl d’un secteur i HCi est donc modifié en tenant compte de l’indice de Herfindahl calculé sur l’ensemble des secteurs HC. L’indice corrigé G est obtenu comme suit : G=(HCi-HC)/(1-HC). Il est positif si le secteur considéré est plus concentré dans l’espace que l’ensemble de l’activité.

36Les « biais » peuvent également être liés à la structure industrielle. C’est le cas lorsque la concentration spatiale est totalement expliquée par l’existence d’un ou deux très grands établissements employant la majeure partie de la main d’œuvre du secteur. L’industrie du pneumatique en France est ainsi concentrée en quasi totalité à Clermont-Ferrand. Mais plus que d’une dynamique d’agglomération (ce dont témoignerait une grappe d’entreprises), cela résulte du poids de l’établissement principal de Michelin dans l’emploi national du secteur. L’indice corrigé est donc modifié afin de prendre en compte l’effet de la répartition des emplois entre les différents établissements. Un indice de Herfindahl est à nouveau utilisé pour cela, mais au lieu d’être calculé à l’aide de l’emploi par zone rapporté à l’emploi total, l’indice H est obtenu à partir de l’emploi par entreprise rapporté à l’emploi total du secteur auquel elle appartientvii. L’indice obtenu est γ=(G-H)/(1-H).

37A partir de la répartition des effectifs entre les différents établissements, les indices permettent de caractériser la concentration spatiale d’une activité en la rendant comparable à celle observée sur d’autres espaces, de taille et de structure industrielle différente. En cela, ils sont des indicateurs très utiles du degré d’agglomération de l’activité économique dans un espace. Plus ils seront proches de 1, plus les activités seront concentrées en un seul point de l’espace. Des indices élevés seront donc l’indice qu’il n’y a pas deux pôles redondants sur les mêmes activités au sein de l’espace considéré.

38Vu que l’on utilise les mêmes indices que Maurel et Sedillot (1997), la première étape de l’analyse est de comparer les deux résultats . Ils sont cependant obtenus sur des bases différentes : l’ensemble d’activités considéré ici est composé de l’industrie (moins les activités d’extraction), à laquelle nous avons ajouté les services (moins les administrations et les commerces de détail). L’étude de Maurel et Sédillot (1997) ne prenait pas en compte les services. Les résultats obtenus sont donc difficilement analysables chiffre pour chiffre mais ils restent comparables : les résultats seront systématiquement affectés dans le même sens. Du fait même de l’introduction de ces services, plus concentrés, la concentration moyenne des activités du bassin parisien sera en effet toujours plus importante. Pour une même activité, la correction effectuée pour tenir compte de la concentration dans le bassin parisien sera donc plus forte que si les activités de services n’avaient pas été prises en compte, et l’indice de concentration d’une activité industrielle sera diminué par la prise en compte de la localisation des services. Les indices ‘bassin parisiens’ des secteurs industriels devraient en théorie être plus faibles pour le même type de répartition des activités dans l’espace. En dépit de cela, les indices observés pour les activités présentes dans les deux bases sont identiques, ou plus élevés dans le cas du bassin parisien. Cela signifie que, toutes choses égales par ailleurs, les activités sont plus concentrées dans cet espace.

39Une fois corrigés les biais évoqués plus haut, le niveau de concentration observé est inhérent au choix de localisation des entreprises. S’ils font apparaître une seule localisation privilégiée, alors l’activité sera concentrée ; s’ils font apparaître plusieurs localisations alternatives, l’activité sera déconcentrée. Dans une région économique intégrée, les logiques de concentration et spécialisation poussent à n’élire qu’un seul site. La présence d’un second site pour une industrie notoirement concentrée pourra être interprétée comme l’empiètement sur une seconde région fonctionnelle. Une plus forte intégration économique se traduisant en théorie par une augmentation de la concentration et de la spécialisation des espaces, le bassin parisien constitue une zone économique plus fortement intégrée que l’espace national.

40Dans la perspective d’une économie de plus en plus dépendante de dynamiques locales (Marshall, 1898, Jacobs, 1969, Barro et Sala-i-Martin, 1995), des indices de spécialisation calculés de manière similaire permettent de mettre en évidence les zones dans lesquelles l’activité est spécialisée dans quelques secteurs sans pour autant que cela se traduise par une structure industrielle déséquilibrée en faveur de quelques établissements. L’avantage de cette méthode est qu’elle permet de varier le niveau des zones que l’on étudie. Nous allons ainsi pouvoir étudier la spécialisation des départements, des zones d’emploi et même des communes du bassin parisien. Si les chiffres obtenus aux différents niveaux géographiques ne sont pas comparables, ils permettent toutefois de caractériser des organisations spatiales différentes.

Une organisation de type Centre-Périphérie

41Construits de manière totalement symétrique, les indices de spécialisation locale (Houdebine, 1999) s’interprètent de manière similaire et corrigent les mêmes biais que les indices de concentration. La spécialisation dans une zone est corrigée du poids d’un secteur dans l’ensemble de l’espace considéré et de la taille des établissements de celui-ci. Un indice de spécialisation élevé s’obtiendra soit à partir d’une très forte spécialisation non atténuée par les normalisations successives, soit à partir d’un emploi local a priori plutôt diversifié, mais au sein duquel des grappes d’entreprises sont mises en avant par les normalisations. Dans ce second cas, l’indice témoigne de l’importance potentielle d’économies d’agglomération : la spécialisation locale sera due non à un seul grand établissement mais à une multitude d’entreprises et sur la base d’un tissu objectivement varié.

42Les indices de spécialisation calculés au niveau des départements révèlent une structure centre-périphérie complète : le centre présente des indices élevés, la périphérie des indices plus faibles et les marges des indices à nouveau élevés (Figure 7).

Figure 7

43Les départements centraux (Paris, Hauts-de-Seine, Val-de-Marne, Essonne, Yvelines et Val d’Oise) doivent leurs indices à la combinaison d’emplois spécialisés dans quelques activités et d’effectifs répartis de façon homogène entre les différents établissements. Les indices sont ainsi naturellement assez élevés et ne subissent que de faibles corrections lorsque l’on tient compte des structures industrielles. Le niveau élevé de ces indices tient également aux activités qui sont concernées, ce sont généralement des activités fortement concentrées. Les emplois fictifs sur lesquels sont calculés les indices sont donc supérieurs aux emplois réels.

44On trouve ensuite une vaste périphérie englobant la quasi-totalité du bassin parisien dans laquelle les indices sont plus faibles. Cela tient au fait qu’en dépit d’une structure d’emploi relativement peu éloignée de celle du centre, les effectifs sont concentrés dans de grands établissements. La correction des indices de concentration par la structure industrielle affecte donc fortement le niveau des indices. Que les activités soient relativement similaires alors que les structures industrielles sont profondément différentes plaide en faveur d’une organisation centre-périphérie dans laquelle les activités seraient identiques dans toute la région, mais il y aurait à la fois spécialisation du centre dans des fonctions reposant sur de plus petites structures et de la périphérie sur des fonctions reposant sur des économies d’échelle, et une concentration de ces deux fonctions dans chacun des sous-espaces régionaux, les petites structures étant peu présentes dans la périphérie et les grands ensembles absents du centre.

45Enfin, aux marges du bassin parisien, on retrouve à nouveau des indices élevés. Ceux-ci sont liés à de très fortes spécialisations locales. La Manche, la Marne, les Ardennes ou la Haute-Marne sont des départements dont la structure industrielle diffère peu de celle des départements voisins, mais étant beaucoup plus spécialisés que ces derniers, leur indice pondéré reste élevé. Que ce soit la Construction navale (Manche) ou la Champagnisation (Marne), la double dynamique de concentration et spécialisation est également sensible. Ces activités marquent très fortement les espaces locaux de leur empreinte et les espaces locaux sont quasiment les seuls à être présents sur les activités considérées.

De fortes spécialisations des Zones d’Emploi

46Au niveau des zones d’emplois (Figure 8), le centre et les marges apparaissent toujours et pour les mêmes raisons. Le contour du centre est affiné : Paris, Nanterre, Boulogne, Orly, Orsay, Versailles et Roissy. Il inclut des marges également, puisque le sud de la région Centre apparaît. Mais les grandes caractéristiques de ces espaces varient peu. Le profil de la périphérie change au contraire profondément. Alors que les départements avaient tous des indices de spécialisation relativement voisins, les zones d’emplois présentent elles une variance beaucoup plus grande. Cette grande disparité était masquée au niveau départemental ; plusieurs zones hyper spécialisées chacune dans une activité différente produisent, lorsqu’elles sont agrégées, un département faiblement spécialisé. C’est ce qui se passe pour une grande partie des zones d’emploi entourant l’ouest de la région parisienne : de Beauvais à Pithiviers en passant par le Perche, les indices de spécialisation deviennent localement très élevés. On observe dans ces zones d’emploi des profils voisins de ceux des marges : des emplois spécialisés dans très peu d’activités regroupées dans de grands établissements. Toutefois, que les départements ne retraduisent pas cette spécialisation locale signifie que chaque zone d’emploi est spécialisée dans une activité différente de sa voisine. Sous l’apparence d’une structure Centre-périphérie relativement cohérente d’un point de vue fonctionnel se cachent donc de fortes hétérogénéités au niveau des activités. Les périphéries sont donc elles aussi spécialisées à un niveau local fin.

Figure 9

47Au niveau communal et  à l’exception des quelques communes rurales dépassant le seuil retenu de 250 emplois, c’est surtout dans les aires urbaines (dont le contour apparaît en rose sur la figure 9) que les emplois sont concentrés. Au sein de chaque aire urbaine, on observe à nouveau une structure centre-périphérie. Le centre accueille des activités diversifiées et présente une structure dans laquelle les grands établissements sont rares, tandis que la banlieue présente des profils plus spécialisés et plus dépendants de quelques établissements. Les espaces périurbains s’apparentent aux espaces ruraux, c’est à dire que lorsqu’il y a des emplois industriels, ceux-ci sont généralement concentrés dans un ou deux établissements et le tout dépasse rarement les 250 emplois.

48La seule exception, mais elle est de taille, est la région parisienne. L’espace central est fortement spécialisé mais dispose d’une structure industrielle diversifiée, la banlieue est, elle, caractérisée par de plus grands établissements et la périphérie est plus vide. Toutefois, sur le pourtour de l’aire urbaine, une couronne de communes dépassant les 250 emplois se dessine en pointillés. Ces communes n’étant pas agglomérées le long d’un axe (à l’exception de la vallée de l’Oise) ou autour d’un pôle, le seul élément commun de ces espaces est leur distance à Paris. On retrouve d’ailleurs ici ce que nous avons signalé plus haut : la densité d’emplois hors des aires urbaines caractéristique des zones d’emplois des villes avant-postes. Ce phénomène n’est d’ailleurs pas sans poser un problème pour celles-ci dans la mesure où cela questionne leur capacité à polariser l’emploi et la population provenant de l’extension de la région parisienne.

49Si l’on change d’échelle pour revenir à l’espace régional et non plus aux espaces urbains du bassin parisien, ce n’est plus une structure centre-périphérie qui apparaît mais plutôt l’armature d’une structure réticulaire. Car de fait, les agglomérations apparaissent comme les points d’ancrage de l’activité dans les régions périphériques. Il faut ainsi noter que dans le bassin parisien, les zones d’emploi spécialisées ne correspondent jamais à des zones incluant des agglomérations importantes. Parmi celles-ci, les zones de Caen, Le Mans ou Reims sont celles qui présentent les indices les plus élevés et elles se démarquent toutes de leur espace environnant par des indices inférieurs. Le niveau communal apporte une explication à cela : Dans les agglomérations, les activités sont relativement diversifiées et les structures industrielles équilibrées. En plus de la structure Centre-périphérie qui caractérise les relations de la région parisienne avec les zones d’emplois du bassin parisien, il y aurait donc un réseau de villes sous-jacent.

Conclusion

50Au total, le bassin parisien est une région articulée autour d’un espace central dont l’aire d’influence est très large (figure 10). Ce cœur, constitué de la région parisienne étendue aux zones sous l’influence des villes avant-postes, est en relation directe avec les grandes villes régionales qui structurent fortement les espaces locaux. La géographie issue de ces relations de proximité doit toutefois être fortement nuancée par une approche industrielle. Une étude de la répartition spatiale des activités confirme ainsi un fonctionnement intégré de l’ensemble du bassin parisien. Le schéma général auquel répond cette organisation est de type Centre-Périphérie. Le cœur de la région parisienne (zones d’emploi de Paris, Nanterre, Boulogne, Orly, Orsay, Versailles et Roissy) est spécialisé dans les activités les plus concentrées et est composé de petites structures. La structure industrielle de la périphérie est quant à elle généralement déséquilibrée en faveur de quelques grands établissements même si elle présente  globalement la même diversité que le centre, étant positionnée sur les mêmes activités (au moins industrielles). De fortes spécialisations peuvent apparaître localement, mais elles caractérisent plutôt des espaces fragiles car dépendant de très peu d’activités et de peu d’établissements. Ce résultat est classique et n’est pas nécessairement négatif dans la perspective d’un espace économique intégré (Henderson, 1988). En périphérie, les seuls espaces qui présentent des profils relativement équilibrés sont les grandes villes. Celles-ci constituent ainsi d’éventuels points d’appuis au dynamisme du centre, d’autant plus qu’elles entretiennent des relations préférentielles avec lui.

Figure 10

51     

Haut de page

Bibliographie

Barro R. , X. Sala-i-Martin, 1995, Economic Growth, MIT Press, Cambridge.

Beaverstock J., Smith R. , Taylor P., 2000, World city network: a new meta-geography?, Annals of the Association of American Geographers, 90, 123-34

Brunet R., Dollfus O., 1990, Géographie Universelle : Mondes nouveaux, Belin et Reclus.

Cattan N., Pumain D., Rozenblat C., Saint-Julien T., 1999, Le système des villes européennes, Anthropos, Paris, Economica.

Ellison G., Glaeser E., 1997, « Geographical concentration in US industries : A dartboard approach », Journal of Political Economy, 105, 889-927.

Evrard A., 2002, Projections de population à l'horizon 2030 : une croissance dans la dynamique du Bassin parisien, Insee Picardie relais, 102.

Frémont A., 2002, Le Bassin parisien, La Documentation française.

Fujita M., Hamaguchi N., 2001, Intermediate goods and the spatial structure of an economy, Regional Science and Urban Economics, 31, 79-109.

Gilli F., 2002a, « Déplacements domicile-travail et organisation du Bassin parisien », L’Espace Géographique, 2002-4, 289-305.

Gilli F., 2002b, Essai de caractérisation de l’espace industriel du bassin parisien, in Le Bassin parisien, La Documentation française.

Gilli F., 2003, Les villes avant-postes, une alternative à de nouvelles villes, Urbanisme, à paraître.

Gravier, 1947, Paris et le désert français, Flammarion, Paris.

Hautreux J., Rochefort M., 1964, La fonction régionale dans l'armature urbaine française, Ministère de la Construction, Paris

Hecquet V., Lainé F., 1999, Structures industrielles locales et formes d’organisation économiques, Economie et Statistiques, 326-327, pp 205-224.

Henderson V., 1988, Urban development; Theory, Fact and Illusion, Oxford University Press.

Houdebine M., 1999, Concentration géographique des activités et spécialisation des départements français, Economie et Statistiques, 326-327, pp 189-204.

Jacobs J., 1969, The economy of cities, Random House.

Kloosterman R.C., Lambregts B., 2001, Clustering of Economic Activities in Polycentric Urban Regions: The Case of the Randstad, Urban Studies, 38 (4), 717-732

Krugman P., 1993, First nature, second nature and metropolitan location, Journal of Regional Science, 33, 129-144.

Krugman P., 1991, Increasing returns in Geography, Journal of Political Economics, 99, 483-499.

Leroux L., 2002, Les déplacements domicile-travail en Picardie : mobilité intense et clivages entre les trois départements, Insee Picardie Relais, 103.

Marshall A.,1898, Principles of Economics, McMillan, London.

Maurel F., Sedillot B., 1997, « La concentration géographique des industries françaises », Economie et Prévision, 131, 25-45.

Puga D., 1999, The Rise and Fall of regional Inequalities, European Economic Review, 43, 303-334

Pumain D., 1986, Les migrations interrégionales de 1954 à 1982: directions préférentielles et effets de barrière. Population, 2, 378-388.

Sassen S., 1991, The Global City, Princeton, NJ: Princeton University Press

Taylor P., 2001, Visualizing a New Metageography: Explorations in World-City Space, in Dijkink G. et H. Knippenberg (eds), The territorial factor: political Geography in a globalizing world, Amsterdam: Vossiuspers UvA, 113-28.

Thiard P., 2001, Les dynamiques spatiales du bassin parisien (1975-1990). Un système spatial entre mutations du système productif et impact des politiques publiques, Thèse de doctorat, Université Paris 1.

Thisse J-F.,1997, De l’indétermination des régions et de quelques inconvénients qui en résultent, l’Espace Géographique, 2, 135-148.

Venables A., 1996, Equilibrium location and vertically linked industries, International Economic Review, 37, 341-359.

Haut de page

Notes

i  Ce travail a été réalisé alors que l’auteur travaillait à la Direction Régionale de l’Insee Picardie.

ii  une fois enlevé le cas épineux de Paris qui est la seule Aire Urbaine à être divisée en plusieurs zones d’emplois

iii  Il convient de noter que l’adoption du seul critère des migrations alternantes restreint la portée heuristique des « espaces vécus » ainsi dessinés. Les bassins d’emploi ne couvrent qu’un partie des activités (le travail) et n’ont pas de raison objective de correspondre parfaitement aux aires de chalandise ou à la desserte des équipements publics. Il s’agit malgré tout de la donnée la plus facilement mobilisable et qui concerne des déplacements réguliers et contraints sur lesquels de nombreuses activités annexes viennent souvent se greffer.

iv  Le modèle qui sert de base à ce graphique est un modèle gravitaire classique, calibré sur les migrations alternantes observées de commune à commune dans le bassin parisien au recensement de 1999. Il explique 35% des flux observés (en partie du fait de la présence des flux parisiens qui sont particuliers) et est significatif au seuil de 1/1000 :

log (flux) = 0,48.(Actifs au lieu de travail) + 0,04.(Actifs résidants) – 0,78.(distance) + log(1,55)

Cette figure, ainsi que la figure 6 ont déjà été publiées dans la revue Espace géographique (Gilli, 2002a)

v  Sans ignorer les inconvénients liés à ce choix : à un établissement est alloué une seule activité et il n’y a pas de logique claire dans la NAF qui permette de regrouper efficacement les activités liées entre elles. Sur ce dernier point, nous avons essayé de réagréger les activités de la NAF600 de manière à constituer des ensembles industriels cohérents.

vi  Partant de l’emploi E de chaque zone k de la région R, l’indice de Herfindahl vaut HC=Σ(Ek/ER)². Il varie entre 1/n et 1, où n est le nombre de zones de la région.

vii  Si Xz est le nombre d’emploi de l’entreprise z du secteur i et Ei est le nombre d’emploi du secteur i, l’indice de Herfindahl calculé sur les entreprises vaut H= Σ(Xz/Ei)².

Haut de page

Table des illustrations

Légende         *Zone d’emploi incluse dans la Région Urbaine de Paris (définition ci-après);  ** Ville avant-poste
Crédits         Source : Recensement de la Population, 1999, exploitation principale.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3257/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3257/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Figure 1
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3257/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3257/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3257/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 4
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3257/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3257/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3257/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3257/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 8
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3257/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3257/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Gilli, « Le Bassin parisien. Une région métropolitaine », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 305, mis en ligne le 15 avril 2005, consulté le 24 avril 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/3257 ; DOI : 10.4000/cybergeo.3257

Haut de page

Auteur

Frédéric Gilli

CERAS-ENPC et UMR Géographie-Cités1, Francefrederic.gilli@ensae.org

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page