Navigation – Plan du site
2004
290

Analyse d’un front pionnier par images satellitales multidates de 1987 à 2002. Le cas du nord-ouest du Petén (Guatemala)

Analyse of a pioneer front by multidate satellite images 1987 - 2002. The case of the North-West of Petén (Guatemala)
Gilles Selleron

Résumés

Comprendre les processus et la vitesse des mutations spatio-temporelles sur les fronts pionniers en Amérique Latine commande aujourd’hui le recours aux images satellitales à fines résolutions et à des méthodologies adéquates pour décoder les informations multispectrales et multidates, afin d’assurer une traduction thématique utile, des cartographies actualisées d’un environnement bouleversé. Tel est l’objet de cette démonstration qui prend corps sur l’étude détaillée d’un site-test pratiquement vierge en 1987, localisé dans le nord-ouest du Petén au Guatemala.
Des analyses combinées de photographies aériennes et d’une séquence d’images Spot au cours de la période 1987-2002, permettent de mesurer graduellement la déforestation, l’impact des flux migratoires de populations, les modes d’appropriations illégales des terres. Cette étude permet également de mettre en évidence différents modes de production et de territorialisation en fonction de l’origine des colons.

Haut de page

Texte intégral

Introduction et objectifs

  • 1  La question des causes et des formes du  « colapso maya » reste toujours un sujet de controverses (...)

1En Amérique centrale, la région des basses terres tropicales qui va du Chiapas au Yucatan central, en passant par le Petén (Guatemala) et le Belize, représente une des dernières grandes masses forestières du continent. Son histoire est relativement bien connue aujourd’hui. En effet, la région a été le lieu d’épanouissement de la civilisation maya et les premiers impacts agricoles significatifs sont repérés dès le IIème millénaire avant J-C. (Islebe et al., 1996 ; Jones, 1994 ; Métailié et al., 2003). L’époque dite « Classique » (IIIème-Xème siècle ap. J-C.) correspond à la phase d’occupation la plus intensive, qui voit l’édification de grandes cités (Tikal, Calakmul, Caracol, Ceibal, etc.) et la création d’un paysage probablement largement déboisé et agricole. Puis, aux IXème-Xème siècles, l’effondrement de la civilisation maya des basses terres provoque le dépeuplement de la région et son reboisement rapide1 ; cités et temples vont être peu à peu enfouis sous la jungle. Durant la période qui précède la conquête espagnole, les sociétés mayas vont surtout se développer au sud, sur les hautes terres, et au nord du Yucatan. Dans la région centrale, au Petén, un noyau de population ne se maintiendra qu’autour du lac Petén-Itza, qui sera d’ailleurs la dernière zone d’Amérique conquise par les espagnols, en 1697.

2Au début du XXème siècle, les basses terres sont très peu peuplées, isolées, couvertes d’une forêt dense où n’est pratiquée qu’une exploitation extensive pour le bois (acajou) et le chicle (gomme à mâcher) et qui est à peine entamée par une agriculture de subsistance à faible impact et un peu d’élevage (Schwartz, 1990). Tout change à partir des années 1960 : des fronts de colonisation agraire très rapides et actifs se sont développées dans toute la région, mettant rapidement en danger ces forêts (Sader et al., 2000) ; plusieurs réserves et parcs nationaux ont donc été créés dans les années 1980-90 pour protéger ce qui est considéré comme un patrimoine biologique d’intérêt mondial : Réserve de Biosphère Maya au Guatemala, réserves de Montes Azules et de Calakmul au Mexique, réserve des Maya Mountains au Belize. De nombreuses ONG environnementalistes sont impliquées dans la gestion et l’accompagnement de ces réserves. En dépit de ces réglementations, la colonisation et la déforestation se poursuivent actuellement, dans un contexte local souvent très conflictuel (Milián et al., 2002).

3La région d’étude se situe dans le département du Petén, au Guatemala ; longtemps resté à l’écart dans le pays, le Petén a fait l’objet d’une politique de colonisation des terres forestières étatiques, à partir des années 1960. Très vite, le projet s’est transformé en dynamique spontanée incontrôlée, qui s’est traduite par une augmentation très rapide de la population, passée de 21 000 hts en 1959 à plus de 500 000 en 1998, du fait de la migration de populations depuis le reste du pays, principalement des ladinos (métis) de l’Oriente et des indigènes Q’eqchi’s de la Verapaz (Grünberg, Ramos, 1998). Cette colonisation a tout d’abord affecté le sud et le centre du Petén, évitant les zones éloignées du nord du département, d’autant plus que la guerre civile en a fait un terrain de guerrilla durant une quinzaine d’années. La Réserve de Biosphère Maya (RBM) a été créée en 1990, englobant tout le nord du Petén (ce qui aboutit, avec les autres réserves, à mettre 65% du département en aires protégées), afin de préserver de la colonisation ces régions peu peuplées. La RBM est subdivisée en plusieurs espaces aux statuts différents : une zone noyau, à protection intégrale (Parcs nationaux et Biotopes), une zone d’usages multiples, où la forêt peut notamment être exploitée sous forme de concessions, et une zone tampon, destinée à stabiliser la colonisation agraire. En fait, dans les années 1990, cette dernière entité s’est très vite transformée partout en espace de colonisation illégale intensive, tandis que des fronts de défrichement se propageaient loin à l’Ouest au sein même de la zone noyau, à la faveur des pistes tracées pour l’exploitation pétrolière (Parc national Laguna del Tigre) ( Schwartz, 2000).

4Le caractère récent de la colonisation dans cette région permet un suivi, une cartographie et une analyse par télédétection, en utilisant une série d’images satellitales multidates, à partir des premières étapes de l’installation des colons. Où et à quel moment s’installent les nouveaux colons ? Quel est l’ampleur et l’orientation des mutations paysagères ? Quelles organisations spatiales se font jour, à travers quels modes de production ? Quelles discriminations peut-on atteindre par le traitement d’images satellitales de ces processus en cours ? Quel impact ont les nouvelles activités humaines sur leur milieu et quel diagnostic peut-on porter sur les transformations environnementales actuelles ? Nous nous proposons d’apporter des réponses à ces questions en développant une méthodologie d’analyse d’images spatiales axée sur la fusion multitemporelle des données et leur interprétation visuelle.

  • 2  Programme archéologique « Proyecto Petén- Noroccidente La Joyanca » sous la direction de M.C. Arna (...)
  • 3  Programme PEVS-CNRS « La Joyanca : anthropisation et dynamiques de l’environnement dans les basses (...)

5Ce travail a été réalisé dans le cadre d’un programme de recherches archéologiques mis en place sur le site maya de La Joyanca2, accompagné d’un programme environnemental qui englobe les aspects paléoécologiques et géoarchéologiques ainsi que l’étude des dynamiques contemporaines3. L’approche par télédétection s’est donc appuyée constamment sur un travail de terrain interdisciplinaire, associant l’archéologie, la botanique, la biogéographie, l’histoire de l’environnement et la géomorphologie ainsi que l’analyse sociale et agro-écologique (Métailié et al. 2002, 2003). Cela a permis une validation et une vérification au sol très précises des données satellitales, tout au long des années du programme.

Le site-test : la région de La Joyanca et du Rio San Pedro Mártir

Figure 1

6Le site-test choisi de la région de La Joyanca ne doit rien au hasard (Fig.1) : situé au nord d’un précédent front agraire actif depuis vingt ans, dénommé la « Ruta del Naranjo », il en est à la fois une prolongation et une bifurcation géographique. La rivière San Pedro Mártir y délimite deux unités de la Réserve Biosphère Maya (RBM) : le Parc national Laguna del Tigre au nord (noyau « central ») et la zone tampon au sud (Fig. 2).

Figure 2

7Contrairement au reste du Petén qui connaît une colonisation régulière légale et illégale depuis 40 années, le front de colonisation n’a atteint que tardivement le nord-ouest du Petén et la région d’étude :

« Les localités frontalières du site archéologique du même nom [La Joyanca] présentent la particularité d’être établies depuis moins d’une décennie et de former le front agraire de la Ruta del Rio San Pedro Mártir, progressant au sud du fleuve, dans la zone tampon de la RBM. Au nord de celui-ci, commence la zone dite « centrale » de la RBM, où l’installation humaine était interdite dans un premier temps, mais actuellement négociable. Ainsi l’enjeu de la stabilisation des migrants de la zone tampon, comme le cas des localités de La Joyanca, est donc important du point de vue de la politique de conservation. » [Effantin, 2004]

8L’espace étudié, situé de part et d’autre du Rio San Pedro Mártir, vide d’hommes en 1987, va connaître –et connaît toujours- des vagues migratoires successives. Les populations colonisatrices initiales sont de cultures différentes :

9indigènes Q’Eqchi’s d’une part, qui pratiquent surtout l’agriculture selon le système traditionnel maïs-courge-haricot (la milpa) ;

10population ladinos d’autre part, qui recherchent avant tout à mettre en place un élevage bovin.

11A ces paysans très pauvres, il faut rajouter les grands propriétaires qui mettent en œuvre de gros moyens pour constituer des domaines d’élevage.

12Caractériser et suivre la construction du territoire sur ce front pionnier à travers les formes diversifiées d’appropriation et de gestion des terres devient possible grâce à une mission de photographies aériennes et une série d’images satellitales Spot acquises sur une durée couvrant plus d’une décennie comme le retrace la chronologie du tableau 1.

Tableau n°1 : Séquence d’images Spot et de photographie aériennesacquises sur le site de La Joyanca.

Pour toutes les figures relatives aux images Spot : « Données SPOT / Programme ISIS, © CNES 2003, distribution Spot Image S.A.»

Une colonisation datée, illégale et rapide

La photographie d’un pays vide d’homme

  • 4  Jusqu’à cette époque, la seule exploitation locale de la forêt est celle du Chicle (résine pour la (...)

13Nous sommes le 15 février 1987. Comme en atteste la mosaïque des quatre photographies aériennes assemblées et géoréférencées (Fig. 3), aucun défrichement, aucune colonisation n’est visible4. Sous ce climat tropical humide à saison sèche, la forêt -gris moucheté- recouvre la presque totalité de l’espace, dégageant seulement quelques lacs et rivières en noir ; les zones humides et basses à végétation hygrophile sont, elles, marquées en gris clair. La fusion de la mosaïque photographique avec une carte géomorphologique du secteur (Fig. 4) permet à la fois de replacer les composantes du paysage naturel dans leur environnement physique et d’indiquer la dimension du site étudié, soit 106 km². Ainsi, du lac à l’ouest de Tuspán au Rio San Pedro Mártir, la forêt se développe sur un revers de côte au substrat karstique légèrement incliné du sud vers le nord, l’alto. Elle apparaît relativement homogène bien qu’elle soit nettement plus dense sur le revers (moucheté gris clair), mieux drainé et plus fertile, que dans les zones basses –les bajos- (gris plus foncé) aux sols médiocres et inondables. L’alto est strié d’un ensemble de paléo-chenaux se dirigeant vers la rivière au nord.

Figure 4

Apport et méthode de traitement d’une séquence d’images Spot

14Nous disposons de sept scènes Spot sur la contrée - images panchromatiques et couleurs -, toutes enregistrées pendant la saison sèche. Elles s’échelonnent sur les années 1991-2002 et sont traitées au moyen du logiciel Er-Mapper. Sur chacune d’elles est extrait la zone géographique du site analysé. L’ensemble est géoréférencé selon le mode en vigueur au Guatemala (NAD 27, UTM 15 NORD) afin que n’importe quelle image soit géographiquement superposable aux autres indépendamment de sa résolution spatiale initiale, 10 ou 20 mètres. Ces dernières sont ensuite rassemblées et fusionnées dans un unique fichier multispectral large, très maniable, autorisant ainsi tous les multiples arrangements multispectraux entre les 18 canaux des dites images. La méthode valorise au mieux l’atout de la télédétection vers une acception multitemporelle des phénomènes étudiés. Cette façon d’opérer est là pour atteindre l’objectif méthodologique axé d’emblée sur l’analyse multidate, méthode autorisant la fourniture de plus amples informations thématiques que l’analyse séparée - monotemporelle - de chacune des images satellitales.

15La combinaison colorée de la figure 5, traduite en mode infrarouge couleur (Canaux Spot XS3, XS2 et XS1 respectivement affichés sur les plans couleur R/V/B), fait apparaître l’état de l’environnement en mars 1991. Malgré un certain nombre de nuages facilement repérables (tâches blanches et leurs ombres portées noires), on perçoit nettement des quadrilatères vert clair environnés de rouge (la forêt). Ces figures géométriques très réfléchissantes et de dimensions variées - même très petites au sud-ouest de l’image -, correspondent aux tous premiers défrichements de la forêt dense. Par comparaison avec les photographies aériennes de 1987, on peut en déduire que les premiers colons ont commencé leurs défrichements simultanément sur la berge nord du San Pedro Mártir et aux abords est du lac de Tuspán courant 1989-1990. Ainsi, sans aucun soucis de la légalité ni du zonage administratif en vigueur (Fig. 2), se sont-ils appropriés des terres dans le noyau de la RBM et dans la zone tampon. En ce mois de mars 1991, en pleine saison sèche, les valeurs radiomètriques très élevées du canal rouge (XS2), nous conduisent à interpréter la physionomie de ces nouvelles parcelles comme étant encore fortement dénudées ou dominées par une végétation herbacée sèche.

16On remarquera que ces dernières s’égrènent au long du Rio San Pedro Mártir mais que seul les rivages nord légèrement surélevés sont occupés ; ceux de la rive sud, trop humides, étant délaissés. Par conséquent, dans les deux cas repérés, on en conclut aisément que l’eau est ici à la fois source de vie et de circulation pour ces nouveaux colons.

Figure 5

17Entre 1991 et 1994 : la figure 6 est une combinaison d’informations spectrales de l’image Spot de 1991 (plan bleu) et du canal Spot panchromatique d’avril 1994 (plans rouge et vert). Tout ce qui apparaît jaune vif symbolise l’ensemble des changements intervenus entre les deux dates. Cette méthode permet de distinguer trois nouveaux phénomènes :

  • au nord du Rio San Pedro Mártir les toutes premières parcelles perçues dès 1991 ont été agrandies pour constituer de vastes ensembles en l’espace de trois années ; à Tuspán  le phénomène est identique mais les parcelles résultantes sont de dimensions plus modestes ;

  • au nord, apparaît une abondance de « clairières » jaunes, aux formes géométriques, plus ou moins éloignées du rivage : les colons sont donc entrés dans un processus d’accaparement disséminé de la forêt, fruit d’un défrichage volontairement intensif, transformant celle-ci en de nouvelles parcelles discontinues ;

  • au centre-sud de l’image, apparaissent quatre premiers essarts disjoints (jaune) localisés sur les bonnes terres de l’alto. Cette pénétration relativement profonde à l’intérieur des terres est le signe d’un nouveau comportement vis à vis de l’environnement puisque ces parcelles ne jouxtent ni une rivière ni un lac comme auparavant (avant 1991). Des enquêtes de terrain nous confirment que de nouveaux colons viennent effectivement de s’installer dans la zone tampon et y fondent le village El Tambo le long du lac (trop petit à cette date pour être perceptible). La séquence d’images Spot autorise donc la datation de ce changement : après mars 1991 (Fig. 5),sans doute entre 1992 et 1993.

Figure 6

18De 1994 à 1998 : la figure 7, conçue selon le même procédé que précédemment, fusionne les données multispectrales de l’image de 1994 (canal panchromatique en bleu) aux canaux XS2-XS1 de 1998 (plans rouge et vert). La lecture en est immédiate :

  • aux bleu-vert correspondent les espaces demeurés relativement stables dans le temps jusqu’en février 1998 : la forêt dense -en vert foncé-, les faciès forestiers plus ou moins dégradés -en différentes teintes bleutées- ;

  • au jaune, les espaces ayant subi un changement entre les deux dates ;

  • au bleu, ceux modifiés juste avant avril 1994 ;

  • au blanc, ceux ayant déjà été modifiés plusieurs fois, avant 1994 et avant 1998 ;

  • au rose, les zones basses – bajos - à végétation hygrophile ;

  • au noir, les étendues d’eau.

Figure 7

19Cet arrangement spectral autorise donc une perception graduelle des transformations radicales opérées en quelques années au détriment de l’environnement forestier. Ainsi, au nord du Rio San Pedro Mártir, les parcelles anciennement déforestées entre mars 1991 et avril 1994 (Fig.6), éparses, étaient apparemment sans lien entre elles. En réalité l’image n°7 permet d’affirmer l’existence d’une certaine logique dans la déforestation puisqu’en 1998, les anciennes parcelles jaunes de 1994  (devenues blanches en 1998), sont à leur tour entourées de jaune : cela signifie que les nouveaux défrichements réalisés en 1996-1997 (jaune), parce qu’ils jouxtent les précédents, expriment une création délibérée de parcelles relativement vastes et homogènes. A cette étape, parce qu’elles sont localisées aux bords de la rivière, on est logiquement conduit à penser à de vastes pâturages plus ou moins humides. Une évolution comparable s’observe à Tuspán au sud du lac, mais sur de plus petites superficies.

20En revanche, au centre-sud de l’image, les quatre essarts perçus dès 1994 (bleu) étaient bien les premiers d’une série puisqu’en 1998 s’y sont adjoints une multitude de parcelles (quadrilatères jaune et vert) de petites dimensions, relativement régulières, mais surtout connaissant une très grande dispersion spatiale tout au long de la partie sommitale de la cuesta, se propageant en quelque sorte toujours plus vers l’est. Conséquemment -fait décisif-, ces nouvelles parcelles s’éloignent continuellement des points d’eau. Quant au linéament rectiligne formant un coude et traversant toute la combinaison colorée du nord-ouest au sud-est, c’est l’empreinte d’un oléoduc pétrolier prenant son origine au cœur de la RBM ; la seule infrastructure artificielle visible à cette date.

21Enfin, au sud-est, un îlot forestier vert-foncé entouré de tâches jaunes semble demeuré intacte : il s’agit du site archéologique de La Joyanca courant 2,5 km², lui réellement protégé.

22Globalement, cette combinaison colorée de 1994-1998 dévoile un accroissement considérable de la déforestation aussi bien dans le noyau de la RBM (il s’agit ici du Parc National Laguna del Tigre) que dans la zone tampon.

23Mais le plus frappant sur cette combinaison d’images multidates, c’est la nette distinction spectrale de deux modes différenciés d’appropriation et de mise en valeur des terres. Les colons se sont donc appropriés territoire et ressources en fonction de leurs objectifs propres en les adaptant aux conditions pédo-géomorphologiques. Deux logiques culturales, matérialisées par deux formes de colonisation introduisant simultanément deux modes de production différents, sont donc en cours de construction depuis 1991 :

  • Au nord du Rio San Pedro Mártir et à Tuspán : aux terres proches de l’eau correspondent des pâturages afin d’introduire un élevage extensif. Ils sont pérennes. Sans doute leurs dimensions s’apparentent aux grandes propriétés d’élevage -les fincas-, appartenant à de grands propriétaires, tandis qu’à Tuspán, les pâturages aux dimensions plus petites ont été durant cette période l’œuvre de petits éleveurs ;

  • Au sud, la morphologie de parcelles culturales et l’assemblage coloré qui en résulte est la signature spectrale type de la milpa, les champs de maïs traditionnels. La dispersion de ces derniers et les changements des valeurs radiomètriques de leurs signatures spectrales au cours du temps démontrent que cette culture est cyclique. En effet, au Petén, le champs de maïs créé au sein du massif forestier n’est utilisé que pendant deux années consécutives (4 récoltes en tout), puis, après épuisement des sols, est mis en jachère pendant au moins 4 à 5 ans. C’est pourquoi le système de la milpa oblige les colons à défricher de nouvelles terres, produisant la mosaïque colorée apparaissant sur les combinaisons d’images satellitales.

24A cette date et sur ces images, on en déduit la présence de deux types de population :

  • des éleveurs au nord et à Tuspán, dont l’habitat individuel n’est pas perceptible ;

    • 5  D’après les travaux de Macz et al. (1999), « la terre n’a pas qu’une simple fonction concrète de s (...)

    des agriculteurs dont le village groupé à El Tambo commence à apparaître sur la rive est de la lagune nord par le pointillé orangé des habitations. La population du village est -à cette époque- largement dominée par les Q’eqchi’s5.

25De février 1998 à février 2000. La composition colorée Spot multidate de la figure 8, réalisée toujours selon la même méthode décrite précédemment mais comportant les canaux XS2/Rouge et XS1/Vert de mars 2000, XS1-1998/Bleu, met à jour un accroissement considérable des teintes jaunes, par conséquent, une continuité et une amplification des modifications subies par l’environnement au cours de ces deux années. Aussi, le processus décrit précédemment se poursuit, inexorable.

Figure 15 (citée dans la note )

Figure 15 (citée dans la note )

Figure 8

26Ce constat est d’autant plus frappant que, par rapport à toutes les combinaisons colorées précédentes, les teintes jaune affectent cette fois quasiment tout l’espace. Outre les nouveaux essartages au nord, à Tuspán comme sur le revers de côte, rivière et lacs sont également jaunes. Logiquement ce phénomène exprime donc aussi un changement : la variation et la diminution importante du niveau d’eau disponible au début de l’année 2000. On peut en déduire qu’il s’agit d’une année de forte sécheresse. Corrélativement, une part considérable de pixels antérieurement forestiers est aussi traduit en jaune. Ce fait visuel corroboré par une augmentation des valeurs spectrales dans les canaux XS2 et XS1 de février 2000, traduit une modification physionomique de la forêt, une ouverture de la canopée, une perception d’une partie de sol plus ou moins dénudé. Par conséquent, l’année 2000 marque une nouvelle phase de dégradation environnementale dont le facteur principal est le passage réitéré et annuel du feu -dès la saison sèche de 1998-. Il affecte essentiellement les bajos. En effet, le feu –maîtrisé ou non- constitue l’instrument naturel des populations pour la mise en culture du milieu forestier initial comme en attestent certaines images du satellite GEOS 8 –AVHRR- (Fig. 9) détectant à la fois fumées et points de départ des incendies. Ces derniers ont particulièrement sévis pendant la saison sèche de 1998 (année du phénomène Niño très fort).

Figure 9

27Ainsi la lecture de la figure 8 –1998-2000- quant au milieu forestier est la suivante : plus la teinte jaune domine la zone géographique à dominante « vert-jaune », plus la forêt a connu le passage du feu. On peut aisément en conclure que, depuis ces années, ces espaces sont devenus des formations secondaires basses et ouvertes, parsemées d’arbres survivants. Inversement, la forêt demeurée intacte (bleu et vert foncé) s’amenuise petit à petit. Dorénavant, elle ne semble bien réduite qu’à la partie sommitale de l’alto, à la partie nord-ouest de l’image et à l’îlot protégé de La Joyanca.

28De 2000 à 2002 : (Fig. 10) les deux phénomènes de construction de la milpa et des pâturages continuent mais le rythme d’abattis semble beaucoup moins soutenu. Les trois secteurs de forêt dense délimités précédemment se sont encore amoindris dans des proportions assez fortes (teinte noir). Les incendies de l’année 2000 (autre année de forte saison sèche) ont profondément défiguré le paysage forestier ; les formations dégradées sont le prélude des futurs abattis-brûlis. Sur le plateau, les habitants d’El Tambo ont poursuivi l’extension vers l’est de nouveaux essarts (jaune) mais aussi au nord-ouest de leur village (longue bande jaune-brun). Les limites du site archéologique apparaissent nettement.

29Plus au sud un linéament jaune très réfléchissant matérialise l’apparition de la première  infrastructure routière -à l’état de piste carrossable- désenclavant ce village et la région.

Figure 10

La perception du cycle cultural sur les images Spot multitemporelles

30Par l’observation visuelle des figures 6, 7, 8 et 10 prises deux à deux dans un ordre chronologique, on peut d’ores et déjà statuer que les images spatiales Spot peuvent rendre compte de certaines métamorphoses environnementales et sociétales sur un front pionnier tropical. Les méthodes de déforestation ainsi que leurs résultats –la construction de nouveaux modes de production- y sont nettement perceptibles par ce mode de visualisation appropriée, via le repérage, pas à pas, des permutations de certains aplats colorés d’une date à l’autre. En effet, il suffit de prendre quelques repères sur le plateau pour comprendre que les parcelles colorées connaissent un cycle. En effet, elles passent successivement du jaune au bleu puis disparaissent comme entité spatiale remarquable. Autrement dit, ce phénomène multispectral est la traduction thématique du passage d’essarts (abattis-jaunes) à des champs de maïs constitués (bleu ou vert selon leurs états physionomiques, leurs taux de couverture au sol…) et enfin, après épuisement des sols, à un stade pré-forestier appelé guamil. Ce faciès particulier –constaté sur le terrain- correspond à une formation végétale arbustive spontanée, relativement homogène, caractérisée le plus souvent par le Cecropia peltata (« Guatumo ») dont la croissance, très rapide, dépasse très souvent le mètre annuellement (Veliz, 1996). On tient là, spectralement, le cycle complet de la culture itinérante.

31Allons plus loin : une seule composition colorée suffit à condenser ce parcours spatio-temporel typique. Aussi la figure 11 rassemble-t-elle les trois canaux rouges (XS2) des trois années 1998, 2000 et 2002 respectivement affichés en Bleu, Vert et Rouge. L’expression thématique de cet arrangement multispectral est la suivante : en rouge, les essarts de 2001 ; en vert, les essarts de 1997 devenus milpa en 1999-02 ; en bleu, les essarts de 93 devenus guamil en 2002.

Figure 11

32Quant aux pâturages, eux ne connaissent aucun cycle sinon une variation de teintes au cours du temps sur les mêmes figures citées précédemment. Cette fluctuation spectrale est tributaire et indicatrice de leurs qualités, de leurs différentes physionomies dans le temps dues au plus ou moins fort entretien, aux brûlages, aux réensemencements artificiels ou encore aux désherbages chimiques ou manuels. Les photographies obliques prises en juillet 1997 lors d’une mission aérienne survolant la région permettent d’en rendre compte : le long du Rio San Pedro Mártir (Fig 12a) et aux abords du lac de Tuspán  (Fig. 12b) - Figures 12 : © J-P. Métailié.-

Figure 12b

Un environnement forestier naturel dégradé

33La figure 13 autorise une appréhension plus fine de la dynamique de l’environnement et de l’impact des colons sur ce dernier, qu’il s’agisse des essartages ou des incendies réitérés. En effet, cette combinaison colorée contient l’information multispectrale simultanée des 7 canaux des années 1991-1998-2000. Pour ce faire, les trois canaux des deux premières dates ont subi un traitement similaire : en leur appliquant l’algorithme mathématique suivante [(XS1+XS2+XS3) / 3], on réduit, on condense les données multispectrales d’origine en un seul canal traduit en niveaux de gris. Respectivement placés sur les plans couleur suivants : R/ 2000 panchromatique, V/ 1998 - « 3 canaux » - et B/ 1991 - « 3 canaux » - ce résultat globalisant atteint une autre discrimination paysagère. Il a pour effet de restituer aux éléments biotiques une certaine variabilité de leurs textures propres ; éléments relativement absents des figures antérieures. Ainsi les lambeaux de forêt dense se singularisent nettement à partir du moutonnement textural de leur canopée. Comparée à la carte géomorphologique (Fig. 4), cette méthode révèle particulièrement bien les conditions géomorphologiques présentes par le fait que les contours des différents types de végétation y sont davantage soulignés : sur la côte sommitale, le résidu de forêt dense subsistant en l’année 2002 ; dans les bajos, l’étendue et la variété des espaces forestiers -de dégradés à très dégradés (bruns)- autorisant en quelque sorte la cartographie des zones incendiées et soulignant davantage les paléo-chenaux (cônes et linéaments verts) rejoignant le Rio San Pedro Mártir.

Figure 13

Une légalisation des terres agricoles surimposée à l’organisation territoriale des colons

34Ainsi aura-t-il fallu moins de dix années pour qu’apparaissent deux stratégies d’appropriation d’un territoire ; chacun des groupes colonisateurs, en fonction de leurs héritages culturels, créant leur propre système de répartition de la terre pour satisfaire leurs besoins spécifiques : agriculteurs d’un côté, éleveurs de l’autre. Le front pionnier de colonisation s’est développé de façon spontanée et illégale, aussi bien dans la zone tampon que dans la zone noyau de la RBM.

35Dix ans plus tard, en 2000, la volonté de stabiliser les populations et de maîtriser leur occupation du sol, également de les contrôler, s’est traduit par la création d’un cadastre dans la zone tampon. Comme le montre la figure 14, ce dernier, géoréférencé, est superposé sur l’image Spot de février 2002 visualisée en infrarouge couleur. Cette superposition fournit maintes informations.

Figure 14

36La confrontation spatiale du tracé cadastral avec la délimitation des essarts cultivés (bleu-vert), prouve que le géomètre ne s’est pas imposé brutalement en traçant des limites arbitraires. Bien au contraire, il a pris soin de caler le cadastre sur les limites des parcelles établies par cette population à partir de 1994. Les travaux de terrain conduits régulièrement permettent de souligner cette singularité et de lui donner une dimension spatiale via les images : « A ce processus local de construction du territoire, s’est superposée la légalisation foncière, supervisée par l’INTA. Elle a été effectuée en priorité dans la zone tampon de la Réserve de Biosphère Maya, afin de stabiliser les occupants, en sécurisant la ressource foncière. Ici, elle a pris la forme d’octroi de titres individuels pour les possessions de fait : en d’autres termes, les paysans ont créé leur propre système de répartition de la terre et le gouvernement a été forcé de suivre. » [Effantin, 2004.]

37Ainsi ce parcellaire quadrangulaire présentant des superficies égalitaires - 45 ha – ne fait qu’entériner et se conformer à la culture traditionnelle des premiers habitants de El Tambo où prédominait un contexte d’organisation communautaire, contrairement au cadastre des éleveurs de Tuspán où la dimension des pâturages est variable (polygones tout le long du lac) Les colons ont accepté ce cadastre car il les sécurise et leur sert de protection juridique quant aux éventuels futurs colonisateurs désirant s’installer dans cette région du Petén.

38Dès lors, on devine aisément sur la figure 14 que le cycle cultural de la milpa est pratiqué à l’intérieur de chacune des parcelles par chacun des propriétaires. A cette date, deux stades de déforestation sont perceptibles : entre El Tambo et La Joyanca, les essarts sont de petites dimensions, loin de couvrir l’intégralité des parcelles alors que, au nord et à l’est de La Joyanca, la milpa recouvre déjà la presque totalité des parcelles.

  • 6  Au delà de cette étude qui prend fin en 2002, précisons que ce front agraire, ni figé, ni stable, (...)

39Mais qu’en est-il de la stabilisation du front pionnier ? L’implantation du cadastre empêche-t-il de nouvelles déforestations dans la zone tampon ? On peut penser que non puisqu'une bande et des quadrilatères verts et roses apparaissent -en 2002- dans la partie ouest de l’image (repère 1 : du village de El Tambo jusqu’à la rivière San Pedro Mártir, et le long de l’oléoduc), comme au nord du site archéologique (repère 2 : tâche bleuté au-delà du parcellaire jaune) Ce phénomène semble être la traduction spatiale d’une pression redoublée sur la terre du fait de nouveaux flux de populations poussées à rechercher de nouveaux espaces à cultiver, à posséder, en dehors des limites de la zone cadastrée.6

Conclusions

40Pour comprendre la genèse, dater et mesurer les métamorphoses environnementales brutales qu’un front pionnier tropical contemporain du Petén (Guatemala) peut augurer, et face à un manque de données actualisées, l’utilisation d’images satellitales à fines résolutions spatiales revêt un grand intérêt. La télédétection représente une approche irremplaçable pour quantifier et spatialiser les dynamiques dont l’interprétation s’appuie sur un travail de terrain régulier.

41Ainsi, la méthode du traitement numérique d’une séquence de sept images Spot et de photographies aériennes enregistrées au cours des années 1987-2002 a été corrélée avec les travaux parallèles de diverses disciplines –géographie, archéologie, anthropologie, palynologie. Elle autorise une perception graduelle de l’anthropisation un milieu forestier encore pratiquement vierge à la fin des années 1980.

42La méthode du couplage d’images multidates et l’interprétation visuelle des résultats permet d’exprimer pas à pas les dynamiques spatio-temporelles environnementales comme l’apparition et la structuration de sociétés paysannes au départ nettement séparées : agriculteurs et éleveurs. Différents diagnostics nous font mesurer l’ampleur et la vitesse des mutations radicales opérées sur ce front pionnier spontané et très actif, aboutissant à la permutation d’un milieu forestier dense en un système complexe agro-syslvo-pastoral en évolution constante, non achevée.

43L’imbrication des images Spot permet de comprendre le rôle et les orientations économiques majeures des colons dans leur processus d’accaparement et de mise en valeur de nouvelles terres en relation étroite avec les conditions pédo-géomorphologiques présentes. Elle met également en évidence les contradictions entre le mouvement propre des colonisateurs et la volonté du législateur affirmant à la fois vouloir protéger l’environnement forestier initial et installer des colons, en créant un cadastre rural.

44Enfin, le croisement de l’étude environnementale contemporaine avec les travaux archéologiques et paléo-écologiques permet de construire des hypothèses sur le mode d’exploitation du milieu pendant l’apogée de la cité maya de La Joyanca ( Classique : 400-900 ap.J-C.) et d’en proposer une image territoriale (Métailié et al, 2002, 2003)

Haut de page

Bibliographie

APESA., 1992, «Plan de desarrollo integral de Petén. Diagnostic general de Petén”, Vol. 1 : Diagnostico general del Petén.Santa Elena, 437 p.

BARRIENTO Ch., 1999, “Estudio de la dinamica de la zona de Recuperacion en el Parque Nacional Laguna del Tigre de la Biosfera Maya, Petén”, Informe final, CONAP y ProPetén, 38 p.

CARRERA, F. and PRINS, K., 2002, “Desarrollo de la politica en concesiones forestales comunitarias en Peten, Guatemala: el aporte de la investigacion y experiencia sistematizada del CATIE”; Revista Forestal Centroamericana  N° 37 ; pp. 33-40.

CLARK C., 1996, “Seeking Legitimacy. The story of land tenure in Petén, Guatemala. Democratic institutions awaken amidst, Rapid deforestation and spontaneous colonization”, Post Graduate, University of Montana, 153 p.

CONAP (Consejo nacional de areas protegidas)
- Plan maestro de la Reserva de la Biòsfera Maya. Presidencia de la Repùblica, Guatemala, 1992.
- Normas para el otorgamiento de concesiones de aprovechamiento y manejo de recursos naturales renovables en la RBM . Guatemala, 21 p., 1998.

DEMAREST, A.A. ; O’MANSKY, M. ; DUNNING, N. ; BEACH, T. 2004. ¿Catastrofismo, procesos ecológicos o crisis política ? Hacia una mejor metodología para la interpretación del « colapso » de la civilización Maya Clásica. In : XVII Simposio de investigaciones arqueológicas en Guatemala, 2003. Guatemala ; Ministerio de cultura y deportes, IDAEH, Asociación Tikal, pp. 551-563

EFFANTIN R., 2000, « Frontière agraire et aire protégée dans les basses terres Mayas (Petén, Guatemala). Les conditions d'appropriation et d'exploitation des "terres neuves" par les paysans migrants », DEA ETES, Paris INA-PG/GEODE, 190 p.

EFFANTIN R., 2004, « La place des conditions d’installation dans la construction de territoires locaux et l’exploitation agricole des terres neuves par les paysans migrants. Le cas de la petite région de La Joyanca ». Revue Caravelle ; 35 p. (à paraître en 2004.)

GIL, R.B. 2000. “The great maya droughts : water, life and death. Univ. Of New Mexico Press, Albuquerque. 484 p.

GRÜNBERG, G. 2003. « Tierras y territorios indígenas en Guatemala » Guatemala ; FLACSO, MINUGUA, CONTIERRA (Colección Dinámicas agrarias, VI). 166 p.

GRÜNBERG, G. ; RAMOS, V.H. 1998. «Base de datos sobre población, tierras y medio ambiente de la Reserva de Biósfera Maya ». Database, Guatemala, CONAP. 21 p.

HAYES, D.J. AND SADER, S.A., 2001, “Comparison of change-detection techniques for monitoring tropical forest clearing and vegetation regrowth in a time series”, Photogrammetric Engineering and Remote Sensing,-Volume 67, N°9 - pp. 1067-1075.

ISLEBE, G. A.; HOOGHIEMSTRA, H.; BRENNER, M.; CURTIS, J.H.; HODELL, D.A. 1996. “A Holocene vegetation history from lowland Guatemala.” The Holocene, 6 : 265-271

JONES, J. 1994. “Pollen evidence for early settlement and agriculture in northern Belize”. Palynology, 18 : 205-211

KAIMOWITZ D., 1996, “Livestock and Deforestation Central America in the 1980’s and 1990’s: A Policy Perspective”, Center for International Forestry Research.Indonesia. (CIFOR), Paper N°12, 88 p.

LEGEAY D., 1994, « Diagnostic agro-économique en zone de frontière agricole. Le cas de la Réserve de Biosphère Maya au Guatemala», Mémoire ESAT, Montpellier, 1994, 44 p.

MACZ PACAY E., GRÜNBERG G., 1999, « Manual para las comunidades de Petén, Guatemala », CARE-Petén / cooperacion austriaca para el desarrollo, 167 p.

METAILIE J.P., SELLERON G., EFFANTIN R., CAROZZA J-M., GALOP D., 2002, « La fin de la forêt au Petén ? Continuités et ruptures au cours des deux derniers millénaires dans les basses terres mayas (Nord-Ouest du Petén, Guatemala) » In : Equilibres et ruptures dans les écosystèmes durant les 20 derniers millénaires en Europe de l'Ouest, Actes du colloques international de Besançon, septembre 2000. Presses Universitaires Franc-Comtoises, Direction H. Richard, A. Vignot. pp. 473-488.

MÉTAILIÉ, J.-P., GALOP, D.; CAROZZA, J.-M ; SELLERON, G. ; EFFANTIN, R. ; VANNIÈRE, B. ; BOSSUET, G.. VELIZ PEREZ, M. 2003. “Dynamiques et ruptures dans l’histoire des basses terres mayas. Questions et méthodes à partir du programme « La Joyanca » (Nord-ouest du Petén, Guatemala) ». In : Des milieux et des hommes : fragments d’histoires croisées.Elsevier, pp 125-136.

MILIÁN, B. ; GRÜNBERG, G. ; MATEO CHO, B. 2002. “La conflictividad agraria en las tierras bajas del norte de Guatemala: Petén y la franja transversal del Norte. » Guatemala ; FLACSO, MINUGUA, CONTIERRA (Coll. Dinámicas agrarias, II). 192 p.

ORDONEZ W., GRÜNBERG G., PALMA E., 2001, « El contexte socioambiental de Petén en relaciòn con la zona de amortiguamiento de la Reserva de Biosfera Maya ». Rapport, CARE - Guatemala, 111 p.

Plan de Acción Forestal Guatemala; Enero-Agosto 1998,Impacto de los Incendios Forestales en Peten » Boletín informativo 7 del PAF, Guatemala.

PONCIANO I., 1999, “La política forestal y de áreas protegidas en el Petén, Guatemala”, La Selva Maya. Conservación y  desarrollo. Primack et el (Eds). México DF, Siglo XXI editores, pp. 136-150.

PONCIANO E., ARNAULD C., 2000, “Relaciones con las comunidades” Proyecto Petén Noroccidente – La Joyanca.” Informe n°2 – Segunda temporada de campo en el sitio arqueológico La Joyanca y su región (Libertad, Petén, Guatemala); pp. 343-347.

PRINS EM., SCHMIDT CC.,FELTZ JM.,REID JS.,  WESTPHAL DL, RICHARDSON K., 11-15 january 2004, “A two-year analisis od fire activity in the western hemisphere as observed with the GOES wildfire automated biomass burning algorithm”, 12th Conference on Satellite Meteorology and Oceanogrphy; Seattle - WA. 10 p.

SADER SA., BERNALES MARTINEZ E., IRWIN DE., TUY YAX H., 2000, « Estimacion de la deforestation en la reserva de la Biosfera Maya, 1997-1999 », Nuevas perspectivas de desarrollo sostenible en Petén. FLACSO-Guatemala, pp 321-324.

SADER S.A., SMOOT J.C., 1996 « Time-series Tropical Forest Change Detection : a Visual and Quantitative Approach.  » in SPIE,2818-1 - Multispectral Imaging for Terrestrial Applications-. Editors: Huberty, Brian; Lurie, Joan B.; Coppin, Pol; Caylor, Jule A.; Robert, Pierre. Published : 11/1996 ; 234 p.

SADER S.A., WINNE J.C., 1992,  “RGB-NDVI colour composites for visualizing forest change dynamics”, International Journal of Remote Sensing, 13:3055-3067.

SADER, S.A. ; BERNALES MARTINEZ, E. ; IRWIN, D.E. ; TUY YAX, H.  2000. « Estimacion de la deforestación en la reserva de la Biosfera Maya, 1997-1999. » In Nuevas perspectivas de desarrollo sostenible en Petén. FLACSO-Guatemala, 2000, pp 321-324

SCHWARTZ, N.B. 1990. “Forest society : a social history of Petén, Guatemala ». Univ. of Pennsylvania Press, Philadelphia, 367 p.

SCHWARTZ, N.B. 2000. “El avance de la frontera organizacional. Notas para una nueva "Historia del Petén" (1960-1998)". In Nuevas perspectivas de desarrollo sostenible en Petén. FLACSO-Guatemala, pp 27-50

VELIZ PEREZ, M.E., 1996 « La vegetacíon del área de inflencia del Campo Xán » (Contracto 2-85), Parque nacional Laguna del Tigre, Guatemala, Informe Final, 51 p.

Haut de page

Notes

1  La question des causes et des formes du  « colapso maya » reste toujours un sujet de controverses scientifiques, notamment entre les hypothèses catastrophistes (rôle du climat) et historiques (crise politique et économique). Voir : Demarest et al., 2004 ; Gil, 2000.

2  Programme archéologique « Proyecto Petén- Noroccidente La Joyanca » sous la direction de M.C. Arnauld, E. Ponciano, V. Breuil, E. Arredondo (1998-2003)

3  Programme PEVS-CNRS « La Joyanca : anthropisation et dynamiques de l’environnement dans les basses terres mayas », sous la dir. de  J.P. Métailié (2000-2002)

4  Jusqu’à cette époque, la seule exploitation locale de la forêt est celle du Chicle (résine pour la gomme à mâcher).

5  D’après les travaux de Macz et al. (1999), « la terre n’a pas qu’une simple fonction concrète de sécurité alimentaire : il s’agit d’une extension organisée d’une communauté (…) La qualité de la terre est prioritaire sur les conditions dans le choix du territoire. (…) La notion de qualité de la terre correspond à une classification q’eqchi’ : le sol recherché est noir, bien drainé et léger, favorable à la milpa ; seront délaissés les sols défavorables à cette pratique culturale : les terres inondables.», on comprend que ces colons aient opté et conquis les terres hautes du plateau calcaire répondant à leurs critères de choix, tout en réservant aux basses terres le statut de terres communautaires. Par ailleurs, c’est aussi au long de l’alto que se retrouvent les vestiges archéologiques mayas (Fig. 15).

6  Au delà de cette étude qui prend fin en 2002, précisons que ce front agraire, ni figé, ni stable, connaît de nouvelles évolutions. Un tournant semble s’opérer avec de nouvelles arrivées de colons qui ont pour conséquences de diversifier et de mélanger les populations d’origine diverses entre elles comme de modifier leurs stratégies vis à vis des terres mises en valeur. Ainsi les premiers colons de Tuspán ont vendu leurs pâturages à de grands éleveurs des environs, tandis que les bajos commencent à être cultivés…en riz. (Enquêtes de terrain 2004 - entretiens avec J-P. Métailié.)

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3280/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3280/img-2.png
Fichier image/png, 89k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3280/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3280/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 3
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3280/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3280/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3280/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3280/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3280/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 15 (citée dans la note )
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3280/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3280/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3280/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3280/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3280/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 12a
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3280/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3280/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3280/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Selleron, « Analyse d’un front pionnier par images satellitales multidates de 1987 à 2002. Le cas du nord-ouest du Petén (Guatemala) », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Environnement, Nature, Paysage, document 290, mis en ligne le 28 octobre 2004, consulté le 28 juin 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/3280 ; DOI : 10.4000/cybergeo.3280

Haut de page

Auteur

Gilles Selleron

GEODE, Géographie de l’environnement ; CNRS - UMR 5602 ;5, allées A. Machado  31058 Toulouse cedex1 – France
selleron@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page