Navigation – Plan du site
2005
309

Les représentations sociales du paysage comme outils de connaissance préalable à l'action. L'exemple des Alpes du nord

Social representations as a prerequisite knowledge to support local action. The example of the French Northern Alps
Emmanuel Guisepelli

Résumés

Cette contribution s'attache à comprendre, en amont des pratiques de gestion, les représentations qui sous-tendent l'action. Nous cherchons à montrer que, suivant les représentations du paysage en jeu dans les actions et les débats locaux, les choix de développement ne sont pas de même nature et que les conséquences pratiques en terme de gestion sont elles-mêmes différentes. Cette analyse est effectuée dans une perspective d’évaluation de la dimension stratégique du paysage dans le développement local.

Haut de page

Texte intégral

Les travaux de recherche sur les représentations du paysage et de l’agriculture ont été financés dans le cadre :
-du Plan de Développement Rural Rhône-Alpes avec le soutien de la Communauté Européenne et du Conseil Régional Rhône-Alpes ;
-du Programme de Recherche « Politiques Publiques et Paysages. Analyse, évaluation, comparaisons » avec le soutien du Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement.

  • 1 Le local désigne ici des structures intercommunales constituées ou en voie de l’être.

1Les Alpes du nord, comme la plupart des autres massifs montagneux, connaissent des enjeux importants autour des pratiques de gestion du paysage. Ceux-ci émergent à la faveur des questions de développement durable où le « local »1 intervient comme une échelle de décision grandissante en induisant un partenariat accru entre des acteurs de plus en plus diversifiés.

2Dans cette perspective, le paysage, à l’interface entre Nature et Société (BERTRAND, 1995), semble être un objet de discussion privilégié pour cristalliser – au moins en partie – les enjeux sociaux, économiques et environnementaux que la notion de développement durable met en cohérence par principe. On constate en effet, dans les enquêtes auprès de différents acteurs et dans les projets locaux d’aménagement ou de développement, que le paysage ressort comme une préoccupation centrale et passe pour être un objet fédérateur de l’action locale parce qu’il permet de mobiliser les intérêts d’acteurs variés.

  • 2 Termes utilisés par les élus. Ces termes présentent une ambiguïté notoire puisque la notion d’envir (...)

3Pourtant, dans les débats locaux, l'acception donnée au terme de paysage a souvent tendance, sans définition collective préalable, à intéresser essentiellement les espaces agricoles au nom de la qualité de « l'offre environnementale »2 pour le tourisme (GUISEPELLI & al., 2000), tout en attribuant dans le même mouvement, une fonction centrale à l'agriculture et en particulier à l'élevage. Aussi, les débats insistent-ils souvent sur la nécessité de préserver des espaces agricoles ouverts et sans friche. Mais la volonté de conservation de paysages « propres » pour le tourisme, scandée par les discours politiques locaux, est-elle réellement partagée par les touristes à qui cette offre est destinée ? En outre, la notion de « paysage ouvert » dans l’action locale est-elle aussi consensuelle que les plans d’actions sur le paysage le laissent entendre ?

4L’absence de définition collective du paysage fait émerger des interrogations non seulement sur le statut et la validité du paysage dans l’action locale mais aussi sur le positionnement réciproque des acteurs qui le gèrent : que révèlent les réflexions locales sur le paysage en terme de stratégies de développement ? Quel(s) paysage(s) veut-on et quelles sont les pratiques - en particulier agricoles – qui en découlent ? Quelles sont la place, dans les représentations sociales du paysage, et les fonctions, dans l’action, attribuées à l’agriculture ?

5Nous proposons un éclairage de cette question de la place et du rôle attribués à l’agriculture à travers les représentations sociales du paysage. Par cette entrée, nous nous attachons à comprendre comment l’agriculture est perçue dans ses fonctions paysagères à différents niveaux de la société en mettant en exergue les convergences et les décalages pouvant exister entre ce qu’une société locale cherche à montrer et ce qui est perçu de l’extérieur. Nous formulons en conclusion quelques conséquences de cette analyse en termes de pratiques et de gestion des exploitations agricoles.

Place de l’agriculture dans le paysage : les modèles paysagers de la « société globale »3

  • 3 Nous entendons par « société globale », la société urbaine dans son ensemble ou les citadins nouvel (...)
  • 4 Modèle paysager : Schème cognitif permettant de lire un espace et de la qualifier en tant que paysa (...)

6Les paysages alpins sont, depuis plus deux siècles, objets de représentations sociales. Celles-ci émanent souvent des élites sociales et culturelles qui, par leur regard ont institué de véritables "modèles paysagers"4 qui ont été diffusés dans toutes les couches sociales par différents relais médiatiques au cours du XIXè et du XXè siècle (LUGINBUHL, 1989 ; de la SOUDIERE, 1991 ; CADIOU, LUGINBÜHL, 1995). Ces modèles paysagers « globaux » côtoient des représentations locales (qui peuvent parfois être des modèles) en se superposant plus ou moins avec celles-ci. Mais nous nous intéressons moins ici aux facteurs concourant à la formation des modèles paysagers qu'à leur expression dans le jeu social.

7Les acteurs locaux (élus, agriculteurs…) ont le présupposé que les « attentes de la clientèle touristique » (selon leurs propres termes) sont les mêmes que les leur. Un certain nombre d'actions intentées sur les paysages sont donc supposées répondre aux demandes de cette clientèle. Mais la manière dont les touristes parlent du paysage et le regardent intéresse en réalité d'autres objets de l'espace que ceux des acteurs locaux. De quoi parle-t-on lorsque l'on parle de paysage pour les touristes ? Pour les résidents ? Pour les élus ? Pour les agriculteurs ?

  • 5 Action « attentes et perceptions » du programme GIS II, 1995-1999. Enquêtes semi-directives auprès (...)

8Des enquêtes effectuées auprès de ces différentes catégories d’acteurs5 (GUISEPELLI, FLEURY, 2000 ; GUISEPELLI, 2001), nous ont permis de faire ressortir différentes modèles paysagers puisant leur racine dans des époques plus ou moins lointaines mais profondément liées aux rapports que chacun entretient avec le terrain. Ces modèles, plus ou moins esthétiques et symboliques, constituent la toile de fond de la plupart des débats locaux sur les paysages dans les Alpes du Nord.

Le modèle régional pastoral

  • 6 Touristes en situation de vacances, interrogés sur des chemins de randonnée. Cette méthode a l’avan (...)

9Parmi les types de paysage auxquels les touristes6 font référence, le modèle régional pastoral compte parmi les plus répandus. C’est le modèle de référence des touristes pour reconnaître le paysage type des Alpes du Nord. On y voit associées des composantes de paysage de la moyenne montagne (prairies, vaches, chalets, forêts) et de la haute montagne (neige, roche) en même temps qu’une évocation du caractère « authentique » des productions agricoles et de la typicité du bâti.

10Les critères principaux de reconnaissance pour qualifier le paysage sont : les sommets enneigés en toile de fond, les prairies et les alpages, les vaches (plus secondairement les chèvres) qui restent les éléments principaux pour repérer l’agriculture dans le paysage (notons que jamais les races ne sont mentionnées), les forêts de conifères essentiellement (les feuillus sont rarement évoqués pour qualifier la végétation de montagne), les chalets (il n’est pas fait référence à un style précis : les chalets savoyards, suisses, bavarois ou tyroliens sont indifféremment mis dans le même style architectural, sauf pour une minorité plus avertie), les fonds de vallée agricoles, les fleurs (rarement, toutefois, les espèces sont mentionnées).

11Ces éléments sont présentés ici de façon exhaustive, mais pour faire « Alpes », il suffit de faire figurer un sommet enneigé, une vache dans une prairie et éventuellement un chalet. Ce modèle paysager, qui embrasse donc la totalité des versants du sommet minéral au fond de vallée agricole, est assez universel au sens où il traverse toutes les catégories sociales : des professions libérales aux ouvriers en passant par les cadres moyens et supérieurs.

12La présence agricole est reconnue comme une nécessité sans constituer pour autant l’élément central. L’agriculture est une composante faisant partie d’un ensemble plus global ; elle est davantage perçue à travers le cheptel et ses produits qu’à travers son action d’entretien du paysage.

Photo 1 : Le modèle régional des touristes : un idéal de montagne pastorale reprise en masse par les cartes postales

13Les discours sur le modèle régional sont de plusieurs ordres. Ils relèvent autant de considérations paysagères visuelles que de considérations sur les odeurs (de l’air, des conifères, voire des bouses), les sensations tactiles (toucher la nature, les prairies, les arbres, les bestiaux d’élevage), le goût (les fromages sont considérés comme ayant meilleur goût dans les lieux de production) mais relèvent aussi de considérations d’ordre culturel même si elles sont souvent stéréotypées. En effet, le modèle régional souligne l’importance du maintien de l’activité agricole car c’est sur celle-ci qu’est fondée la vision d’une agriculture artisanale, traditionnelle et respectueuse d’un environnement qu’elle exploite sans le dégrader. Les discours que l’on peut relever chez les touristes en situation d’observation du paysage insistent sur un ensemble de composantes environnant l’agriculture plus que sur des éléments spécifiques de celle-ci :

« La montagne, c’est les chalets, les prairies, les glaciers, les vaches, la fondue, la tartiflette… du moins c’est ce que je m’attends à voir quand je viens dans les Alpes »

« J’ai le souvenir de vacances à la montagne quand j’étais gamine, j’avais l’impression d’être à la montagne, c’étaient des chalets en bois. En plus, il y avait toutes les odeurs, comme l’odeur du bois, du feu, du sapin… ».

14Ce modèle régional est plus ou moins repris aujourd’hui par les maires de communes touristiques, notamment les stations de ski cherchant à étendre leur activité à la saison d’été voire à l’intersaison, qui aménagent le paysage pour le faire ressembler à ces canons.

  • 7 Le style architectural emprunte à la fois aux chalets savoyards, bavarois et tyroliens (avec les ba (...)

15A titre d’exemple, Saint-Martin de Belleville (commune support des stations touristiques les Ménuires et Val Thorens) dans le massif de la Tarentaise (Savoie) dirige actuellement ses choix d’aménagement vers une urbanisation de chalets en bois7 qu’accompagnent des plantations de conifères pour faire correspondre les paysages de la vallée des Belleville - caractérisée par des feuillus - à cette représentation. La municipalité de Saint-Bon Tarentaise (commune support de Courchevel) s’oriente également vers une urbanisation, fort coûteuse, de chalets construits avec des planches d’anciennes granges pour effacer l’impression de neuf et créer une sensation d’authenticité et de rusticité. Un certain nombre de communes touristiques font actuellement des aménagements dans cette perspective :

« La commune fait des aides pour le fleurissement des villages et des maisons comme en Suisse ou au Tyrol, on a aujourd’hui besoin de faire comme eux »

« Les tour operators sont très demandeurs d’étables réaménagées » (élus de communes touristiques).

16Bien que ces aménagements puissent être considérés comme un luxe que s’offrent les communes qui en ont les moyens, il est notoire que les élus des communes touristiques sont sensibles aux représentations des touristes ; le modèle régional est une représentation qui converge plus ou moins avec celle des élus, comme nous le verrons plus loin. Mais cette convergence est partielle car, contrairement à ce que pensent les élus locaux et les représentants de la profession agricole, qui pour la plupart recherchent un paysage impeccable et sans trace d’abandon de l’agriculture, le modèle régional des touristes tolère des dynamiques liées à l’enfrichement.

  • 8 Nous définissons la friche comme une zone d’abandon de l’activité agricole caractérisée par une vég (...)

17En effet, ce modèle, fondé sur une vision à la fois pastorale et naturelle de la montagne, intègre des formes variées de nature, y compris la friche8. Celle-ci, peu perçue et rarement dénommée comme telle, n’est pas considérée comme un abandon de l’activité agricole mais comme « la nature qui reprend ses droits » et, de ce fait, n’altère en rien la qualité des paysages. Ainsi, le caractère de carte postale apparemment figé de ce modèle s’accommode, en définitive, très bien de dynamiques paysagères liées à l’embroussaillement des pentes, qui constitue l’une des principales évolutions contemporaines des paysages alpins

Photo 2 : le modèle régional : un modèle s’adaptant aux évolutions contemporaines des paysages.

18En revanche, l’urbanisation est la dynamique qui inquiète et qui risque de porter directement atteinte aux paysages, selon ce modèle. Elle est toujours perçue comme une menace, en particulier dans les endroits où elle apparaît en ordre dispersé (communes rurales de Haute-Savoie) où domine l’impression d’un mitage du paysage et d’une perte d’authenticité des lieux. Dans le modèle régional pastoral, la place de l’agriculture n’est pas centrale, elle s’inscrit dans un tableau plus vaste dont elle n’est qu’une partie. Aussi, si l’orientation vers une urbanisation de chalet marque les esprits des touristes, les actions de débroussaillement sont, en revanche, peu perçues voire considérées comme peu légitimes.

  • 9 Le modèle « hauts sommets » est porté essentiellement par des touristes mais pas seulement, il peut (...)

19Le modèle régional pastoral, très médiatisé à travers les magazines de presse courante de diffusion nationale, est centré sur l’idée d’une nature anthropisée et bucolique. Il commence aujourd’hui à être relégué au second plan par la montée en puissance de représentations se focalisant davantage sur les éléments naturels du paysage ; c’est le cas, par exemple, du modèle « hauts sommets » (GUISEPELLI, FLEURY – 2001), que nous n’exposons pas ici. Mentionnons toutefois que ce modèle-ci, pointant essentiellement sur la partie supérieure des versants (amonts, glaciers, alpages), est lié à la recherche de grande nature où les activités humaines sont absentes. La recherche de paysages de hauts sommets traduit, à l’évidence, une conception du paysage où l’activité agricole n’a absolument aucun rôle à jouer, si ce n’est faire acte de présence avec les troupeaux dans les alpages. Ces représentations relativisent davantage le rôle que l’agriculture peut jouer dans les paysages et révèlent un décalage fondamental entre ce que cherche à montrer la profession agricole et les élus locaux et ce que voient les individus extérieurs aux lieux9. (document 1)

20On pourrait penser que les nouveaux arrivants en zones rurales portent des représentations paysagères plus en lien avec l’économie agricole dominante locale. Il n’en est rien. Même si ces nouveaux arrivants, soucieux de leur cadre de vie et de la qualité de l’environnement confèrent à l’agriculture de montagne une place plus importante que les touristes en terme d’occupation de l’espace, il demeure que leurs représentations du paysage ne sont pas en phase avec ce que les élus locaux et les agriculteurs entendent montrer de leur activité.

Le modèle « agricole diversifié » ou modèle « nostalgique »

  • 10 Association « Vivre en Tarentaise » regroupant 150 membres actifs au moment de la période d’enquête (...)

21Ce modèle paysager, dans les Alpes du Nord, est le plus souvent porté par des catégories d’acteurs impliqués dans des associations de défense de la nature et du cadre de vie. Les enquêtes effectuées auprès des résidents de zones rurales appartenant à ce genre d’association ont fait ressortir une idée de la montagne en décalage total avec les modèles pastoraux. Bien que les paysages de référence n’existent plus, ce modèle n’en demeure pas moins une vision extrêmement forte qui imprègne non seulement les discours mais également les actions de préservation et de valorisation du paysage. Pour montrer ce à quoi ce modèle fait référence, nous proposons de nous reporter au dessin ci-après qui a fait la couverture du rapport d’activités de l’année 1998 d’une association de résidents pour la défense de la nature et du cadre de vie10.

22Il s’agit d’une représentation des paysages de montagne liée à une diversité des modes d’occupation du sol en référence à une image de polyculture élevage idéalisée et bucolique.

23Cette polyculture se caractérise par la présence de vignes et de vergers en terrasses, celles-ci étant bordées par des murets de pierres sèches (appelés localement les murgers) au premier plan, la présence de l’élevage figurée à travers un cheptel en train de pâturer, l’exercice de la fauche manuelle dont la précision va jusqu’à l’arrangement des gerbes de foin disposées en « cônes », la présence de petites parcelles de champs retournés à proximité du village desservi par un chemin de terre. Le village, caractérisé par des toits de lauzes (matériau traditionnel servant à constituer les toits des maisons de villages en Tarentaise et en Maurienne) est groupé autour de son clocher à « bulbe ».

Document 1 : le modèle nostalgique, ou la montagne/campagne réinventée

  • 11 Le modèle nostalgique est assez répandu chez les nouveaux résidents dans toutes les Alpes du Nord, (...)
  • 12 Le petit patrimoine tel qu’il a été avancé dans le cadre du CGD Tarentaise Vanoise (1996-1999) conc (...)

24Il va de soi qu’une telle représentation ne correspond plus aux réalités des Alpes du Nord et les individus portant ce modèle en sont bien conscients. Toutefois, force est de constater que cette représentation, pour idyllique qu’elle soit, guide un certain nombre d’actions qui cherchent à mettre en forme les paysages dans ce sens11. Concrètement, cela se traduit par des actions de protection des murgers, par exemple, qui entrent aujourd’hui dans les actions de développement d’un Contrat Global de Développement (CGD) au titre de la préservation « petit patrimoine » auquel les nouveaux résidents sont particulièrement sensibles12. Cette protection des murgers se heurte à une volonté des élus locaux de les voir disparaître parce qu’ils constituent le plus souvent la base des fronts de colonisations ligneuses, les machines à débroussailler ne pouvant passer dessus.

  • 13 En référence aux paysages de Suisse (Bassin Lémanique) et d’Italie (Val d’Aoste).

25D’autres actions sont menées pour rendre les paysages conformes à cette représentation agricole diversifiée. Des études ont été conduites par la même association (cf. note 9) avec le concours du Groupement d’Etude et de Développement Agricole (GEDA) de Bourg-Saint-Maurice et de quelques viticulteurs de renommée internationale sur la possibilité d’une réimplantation de la vigne en Tarentaise, en particulier sur les adrets du canton d’Aime (Haute Tarentaise), l’objectif étant de parvenir, à terme, à réimplanter en vigne tous les versants adrets13. Ce projet se traduit aujourd’hui par des interventions concrètes sur le terrain allant jusqu’au défrichement et à replanter des vignes avec des cépages anciens :

  • 14 Extrait d’un compte rendu du rapport d’activité 1998 de l’association « Vivre en Tarentaise ».

« La redécouverte récente des cépages anciens ouvre la possibilité d’aboutir à une production typique de la vallée et proche de celle obtenue dans le passé »14.

26On voit à travers ce type d’action la volonté d’affirmer des particularités locales en référence à un passé idéalisé où la recherche de cépages locaux dépasse la logique esthétique pour redonner une saveur - au plein sens du mot !- au paysage. Cette action est très emblématique, pour ses instigateurs, en ce sens qu’elle passe pour l’emblème de la réussite du mariage entre « environnement » et économie.

27Certains modèles paysagers, comme nous venons de le voir, sont parfois à l’origine d’actions ponctuelles s’inscrivant dans des objectifs de développement. La transformation des paysages matériels que ces modèles induisent est bien réelle et cette « motivation paysagère » contribue à créer des réseaux sociaux, de nouvelles formes sociales de gestion de l’espace et de l’occupation du territoire. En effet, l’intérêt paysager recherché par certaines catégories d’acteurs, surtout les nouveaux résidents soucieux d’embellir leur cadre de vie selon l’idée qu’ils s’en font, est indiscutablement créateur d’initiatives nouvelles et contribuent à redéfinir le pays en sens et en contenu.

28Ces différentes perceptions de l’agriculture montrent bien que l’élevage, activité pourtant la plus répandue, n’est pas considéré comme un élément central du paysage bien qu’il soit important sur le plan affectif. Ainsi, même quand l’agriculture est centrale dans le paysage, comme dans le cas du modèle « nostalgique », la perception que les résidents en ont est très différente de celle qui fait la toile de fond des débats locaux entre représentants des collectivités et ceux de la profession agricole. Ceux-ci, quand ils parlent de l’agriculture, sous-entendent les activités agropastorales avec les prairies de fauche, les pâturages, les alpages… Ceci pose la question du sens des pratiques de gestion concernant les espaces pastoraux comme le défrichement, par exemple.

29C’est un premier niveau de difficulté que la profession agricole – en particulier les éleveurs -doit affronter vis-à-vis de l’extérieur : son action n’est que très peu considérée dans le paysage. Mais, pour autant, même dans les cas où les espaces pastoraux sont au centre des discussions sur le paysage, il émerge un second niveau de difficulté qui tient au décalage fondamental entre les fonctions attribuées à l’agriculture par les élus, d’une part, et par les représentants de la profession agricole d’autre part.

Fonctions attribuées à l’agriculture dans le paysage par les acteurs locaux15

Le modèle emblématique de la profession agricole

30Les agriculteurs ont avant tout des représentations liées à leurs pratiques. Cependant leurs discours font également référence à des paysages avec des caractéristiques bien spécifiques ; celles-ci traduisent, à leur idée, la réussite de l’agriculture tant sur le plan économique et social et que sur le plan de la gestion du territoire. L’image la plus citée comme référence, le beau paysage par excellence, est le Beaufortain (Savoie). D’aucuns citent également parfois le pays de Thônes et certains secteurs de la vallée d’Abondance (Haute-Savoie).

31Les paysages de ces massifs réunissent, en effet, les signes de la réussite selon les agriculteurs : absence de friche dans les parcelles, part réduite de la forêt (de préférence contenue en haut des versants), délimitation prairie/forêt et haie/prairie bien démarquée, forte emprise agricole sur les versants les plus pentus, un bâti qui a su garder un caractère traditionnel. Le développement de résidences nouvelles, loin de signifier la dégradation des paysages, symbolise au contraire la santé économique de la région et son caractère attractif.

  • 16 Le pays de Thônes est aussi cité parfois comme référence. Situé dans le massif des Aravis (Haute-sa (...)

32Essentiellement intéressé par les portions de versant exploitées par l’agriculture, ce modèle se différencie assez nettement des autres en ceci qu’il est lié à une valeur de travail : un paysage ne vaut que s’il est travaillé par l’agriculture. La friche (cf. note 7) est le symbole par excellence de l’abandon, de la disparition du travail, de la pauvreté et de la dissolution de la vie locale. Les discours que l’on relève sur le Beaufortain16 sont légions et ils se retrouvent dans les discours de la plupart des agriculteurs dans les Alpes du Nord :

« Dans le Beaufortain, ils sont encore plus forts que nous, c’est bien plus raide, et il y a des endroits qui sont toujours fauchés, c’est joli. […], c’est beau à voir, je leur tire mon chapeau ! » ; « Ils ont des vieilles méthodes… mais c’est peut-être ce qui fait qu’ils ont réussi à maintenir le paysage qu’ils ont, des petites structures […]. C’est naturel, c’est encore des vieilles maisons, il n’y a rien qui a pris le dessus. » ; « Un beau paysage, c’est un beau relief, de temps en temps des haies comme en Haute-Savoie ou dans le Beaufortain, ils sont forts, ils ont respecté l’agriculture... »

33La photographie ci-dessous après représente le type de paysage auquel est attachée la profession agricole. La diversité des modes de gestion des prairies (pâtures en vert, fauches en jaune), l’exiguïté des parcelles sont lues par les agriculteurs comme autant de signes renvoyant à l’image d’une agriculture idéale : des petites exploitations familiales, prospères avec des modes de gestion rationnels et différenciés des parcelles agricoles.

34Les caractères paysagers de ces massifs ne valent jamais pour eux-mêmes, ils sont intimement liés à une situation sociale et économique qui passe pour ce vers quoi l’agriculture et les paysages de montagne doivent tendre aujourd’hui. Cette tenue des paysages est mise en relation avec une agriculture dynamique, saine et un esprit de discipline collective. A travers ce paysage, sont donc lues non seulement des activités agricoles à la réussite enviable mais également des valeurs morales de travail, de sacrifice, d’abnégation, de solidarité et de discipline. Le modèle emblématique est perçu comme la mise en scène d’une situation sociale agricole qui a réussi. Ce modèle est d’autant plus fort que l’AOC Beaufort dans les années 60-70 a permis le maintien d’une agriculture de montagne considérée comme condamnée en optant, sous l’influence de quelques leaders locaux (notamment Maxime Viallet), pour une mise en coopérative du lait et des choix favorisant la qualité, même au détriment de la production quantitative. Un choix de développement prenant totalement à contre-pied le productivisme de l’époque, adapté à un contexte territorial et parti d’une initiative locale…

« J’aime énormément le Beaufortain, le paysage est verdoyant, c’est tout à fait le contexte agro-pastoral qui me séduit. Vous y avez une discipline collective qui a remporté le morceau au niveau de l’appellation. Il y a des leaders de qualité (...) c’est très attachant, il y a un travail très sérieux de fait. » (un représentant de la profession agricole).

35Si les agriculteurs font référence à des types de paysages résiduels à l’échelle des Alpes, ils sont les premiers à être conscients que le modèle de réussite agricole n’est réalisable qu’à de très strictes conditions, peu reproductibles hors de ces zones emblématiques. Ainsi, avant de parler « paysage » dont ils se sentent les créateurs, c’est le fonctionnement des exploitations qui est au centre de leurs préoccupations. Mettre en valeur le paysage signifie, pour eux, favoriser le bon fonctionnement des exploitations. L’optimisation de ce fonctionnement en montagne consiste à mettre en valeur les prairies le mieux possible. Or, la valeur d’une prairie dépend d’abord de ses possibilités d’utilisation :

« La valeur d’une prairie, c’est de faire un bon produit, de le vendre et d’en vivre »

« La valeur d’un pâturage c’est d’abord de savoir qu’il y a un point d’eau et un accès facile » (un agriculteur bovin).

36Ainsi, ce modèle, cher aux agriculteurs, aux techniciens agricoles et aux élus des communes rurales, est pondéré par un certain nombre de jeunes agriculteurs aujourd’hui. Bien que la nouvelle génération d’agriculteurs (moins de 40 ans) fonde également ses représentations du paysage sur une valeur de travail, ces valeurs ne trouvent pas d’expression à travers les mêmes formes paysagères :

  • -l’emprise agricole n’a plus besoin d’être maximale sur les versants ; suffisent le maintien d’espaces ouverts et larges autour des villages et des sièges d’exploitation et une délimitation nette entre les zones forestières et prairiales. Les routes bien viabilisées et les larges espaces autour des villages sont des facteurs qui donnent la sensation d’un lieu vivant et dynamique.

  • -les secteurs les plus difficiles et non viables économiquement peuvent être laissés à l’abandon ;

  • - d’autres zones que celles à usages strictement agricoles, comme les pistes de ski, entrent dans la catégorie d’espaces ouverts dignes d’intérêt (esthétique, fonctionnel) pour une partie des agriculteurs ; ceci représente une évolution notoire, car d’autres acteurs du paysage commencent à trouver une légitimité de leurs actions.

37Des paysages comportant une part de forêt plus importante commencent aujourd’hui à faire sens pour les agriculteurs, même si le modèle emblématique du Beaufortain et du pays de Thônes reste la référence principale. Ce modèle, essentiellement « fonctionnel », est dynamique et s’adapte aux nouvelles nécessités impulsées par les nouveaux modes de fonctionnement des exploitations agricoles (prédilection pour les secteurs plats, abandon des secteurs improductifs et peu mécanisables) ; en ceci, l’évolution de ce modèle trouve un point de convergence inattendu avec le modèle régional des touristes exposé plus haut avec par exemple : le rejet de l’urbanisation (pour des raisons esthétiques de la part des touristes, pour des raisons de concurrence de la part des agriculteurs) mais aussi l’acceptation de dynamiques végétales sur les pentes (même si la friche reste inesthétique pour les agriculteurs).

38L’existence de ces modèles, plus ou moins esthétiques ou fonctionnels, ne signifie donc pas, pour ceux qui les portent, qu’il faille rechercher une mise en forme systématique du paysage selon les canons figés d’un tableau immobile. C’est ici qu’intervient le décalage entre la manière de voir de la profession agricole et celle des élus locaux.

Photo 3 : Le modèle emblématique des agriculteurs : un modèle voisin par ses caractères paysagers du modèle tyrolien des élus.

Le modèle tyrolien des élus : un jumeau du modèle emblématique mais aux valeurs différentes

39Ce type de paysage, très entretenu, correspond aussi à ce que recherchent les maires, en particulier des communes touristiques de montagne. Mais, alors que pour les agriculteurs, ce type de paysage est indissociable d’une région agricole aux pratiques bien identifiées, les maires des communes touristiques recherchent avant tout une conservation du paysage ouvert, en faisant référence à des régions de réussite touristique. Leur modèle reprend les mêmes canons paysagers que le modèle emblématique mais en les investissant de valeurs autres qu’agricoles. Ainsi, les références de ces élus locaux se rapportent à des régions de l’arc alpin telles que la Suisse et le Tyrol, connues pour leur paysages très entretenus et dont la composition est voisine des paysages emblématiques des agriculteurs. Ces régions n’ont, cependant, pas du tout les mêmes logiques de travail que dans les zones AOC Beaufort ou Reblochon.

40Le fait que les élus locaux fassent référence aux paysages de ces régions est lourd de sens car cela révèle une représentation structurée par l’idée que le paysage ouvert est une nécessité pour faire prendre corps à de nouvelles logiques d’aménagement ou de développement (modèle tyrolien de développement touristique, cf. ci-dessous) ? Ces logiques ne sont pas agricoles :

41-d’une part, à travers les caractères formels du paysage, ce qui est en jeu pour les élus réside moins dans l’image de la réussite agricole que dans l’image de leur capacité en tant qu’hommes politiques à tenir un paysage organisé.

42-d’autre part, une stratégie de développement local sous-tend cette représentation : les régions de référence des élus sont en effet celles qui ont su développer un tourisme à l’année. La recherche actuelle de diversification des activités touristiques dans les stations des Alpes du Nord françaises constitue une réponse à des activités de sports d’hiver qui croissent de plus en plus lentement, voire stagnent. Ce ralentissement tient en partie au fait que la capacité maximale d’accueil des stations est aujourd’hui atteinte pour la saison d’hiver. Par ailleurs, les élus de communes touristiques répercutent de nouvelles demandes de la part de la clientèle, qui commence à fréquenter les stations pendant la saison d’été (ce qui était peu le cas, sauf dans les stations ayant opté dès le départ pour un tourisme de double saison).

43Ainsi, la diversification des activités (randonnées, sport nature etc.), le développement d’un tourisme d’été voire d’intersaison, auxquels les élus tiennent particulièrement pour faire face à d’autres concurrents alpins (voire mondiaux), trouvent un modèle de référence en ces régions de la Suisse, de la Bavière et du Tyrol :

« Dans des zones comme la Bavière, le Tyrol et certaines autres parties des Alpes, ils ont réussi à développer un tourisme à l’année. En France, nous n’avons pas cette culture et je suis convaincu que c’est dans cette voie qu’il faut s’engager ».

  • 17 En ceci, les maires des communes touristiques des Alpes du Nord constituent une exception et s’enga (...)
  • 18 Ces aménagements sont accompagnés de diverses mesures comme l’amélioration de la qualité de l’accue (...)

44La qualité des paysages est interprétée par les élus de communes touristiques - et par certains élus de communes rurales de montagne cherchant à développer une petite activité touristique - comme l’une des conditions de cette réussite17. C’est en imitation à ce modèle de développement-là qu’il faut comprendre les actuels aménagements des paysages dans les grandes stations des Alpes du Nord françaises18 : orientation vers une urbanisation de chalets, entretien des abords d’exploitation et des pentes…

45Si ces aménagements correspondent, en partie, au modèle régional des touristes, ils traduisent, avant tout, de nouveaux choix de développement en temps même qu’un profond changement du rapport des communes touristiques au territoire, tant en ce qui concerne les zones à enjeux que les organisations d’acteurs.

46L’intérêt pour le paysage, en vue du développement d’un tourisme « vert » ou « doux » (selon les propos des élus locaux), donne une importance nouvelle aux zones d’altitude intermédiaire jusqu’alors laissées de côté (les regards des élus étaient traditionnellement tournés vers les pistes de ski et les sommets). Ce nouveau type de développement induit également une réflexion sur les paysages dépassant les frontières communales pour intéresser l’ensemble du territoire en donnant lieu, dans le même mouvement, à de nouveaux dialogues intercommunaux autour de ces enjeux territoriaux… Cependant ces dialogues sont encore embryonnaires.

47C’est dans le cadre de la requalification du territoire et de ses enjeux que les dialogues entre représentants des collectivités et représentants de la profession agricole prennent sens dans les zones touristiques de montagne aujourd’hui, en conférant des rôles spécifiques à l’agriculture. Comment celle-ci peut-elle se positionner par rapport à ces nouvelles demandes ? Est-elle en mesure à son tour de proposer une offre de service ?

Les fonctions de l’agriculture dans l’action locale

48Les fonctions attribuées à l’agriculture pour la conservation des paysages ouverts selon le modèle tyrolien n’ont pas du tout la même portée que dans le modèle emblématique : l’activité agricole sert, dans le premier cas, à l’esthétique du paysage vis-à-vis de la clientèle extérieure en même temps qu’elle doit être capable de figurer une certaine idée de la tradition, de l’artisanat et de l’authenticité… Un certain nombre de financements communaux (aides à l’entretien des abords d’exploitations, par exemple) et intercommunaux, vont dans ce sens (contrat global de développement finançant des aides au débroussaillement de secteurs visuels forts). Convaincus que le tourisme est susceptible d’améliorer les conditions de vie des agriculteurs et de l’ensemble de la population, les élus des communes touristiques misent en priorité sur les retombées positives qu’un paysage attractif pourrait avoir sur l’économie locale. Les actions sur le paysage concernant l’agriculture font partie d’une logique qui n’est pas agricole.

  • 19 Le fait que les communes rurales semblent plus sensibles aux intérêts directs des agriculteurs ne s (...)

49En revanche, ce que les agriculteurs appellent de leur vœux, à travers la notion de paysage entretenu, c’est un large débat sur leurs objectifs, leur métier, leurs contraintes, leurs difficultés, leur insertion dans le territoire, le sort des petites exploitations... Un certain nombre de maires de communes rurales rejoint cette position de la profession agricole. Ces maires invoquent également, pour l’entretien des paysages, des raisons sécuritaires (éviter les avalanches, les incendies) et de cadre de vie pour les habitants (« éviter que la forêt étouffe les hameaux »). Dans cette perspective, certaines communes rurales essaient de favoriser, par exemple, l’installation de jeunes agriculteurs19.

50Derrière le point d’accord apparemment consensuel de lutte contre la friche, se confrontent donc implicitement dans l’action, deux représentations du paysage, chacune étant elle-même liée à deux conceptions fondamentalement différentes - et souvent contradictoires aux yeux des acteurs - du développement local :

51-d’une part, un modèle de développement agricole fondé sur des impératifs sociaux et économiques. Le modèle emblématique sert de référence pour envisager le paysage comme un moyen de toucher les problèmes sociaux et économiques des agriculteurs.

52-d’autre part, un modèle de développement touristique fondé sur une vision « marchande » du territoire, où le paysage est envisagé selon des modèles importés et où l’agriculture est considérée comme le premier gestionnaire du paysage sans être acteur décisionnel. Les modèles paysagers des acteurs locaux, comme on peut le constater, sont bien plus que de simples modèles esthétiques ; ils recèlent des stratégies et des rapports au territoire pouvant être rapportés à des groupes sociaux et économiques bien spécifiques.

  • 20 GUISEPPELLI E., FLEURY Ph., LUGINBUHL Y. : Paysage et développement dans les Alpes du Nord. Organis (...)

53Ces divergences de fond ont tendance à être masquées par les discours collectifs et les débats sur le « paysage propre » (dans les contrats de pays, les opérations locales de gestion…) ; notamment à la faveur de la montée en puissance des expertises scientifico-techniques effectuées par des organismes publics ou privés. Celles-ci, dans les Alpes du Nord du moins, proposent souvent des diagnostics paysagers, selon des approches formelles qui, certes, cherchent les points d’accord entre les catégories d’acteurs, mais ne mettent pas en relief les différences de stratégies, le paysage étant le plus souvent approché, dans ces expertises, comme un point crucial du développement touristique20.

  • 21 Pour certaines communes de Moyenne Tarentaise, l’entretien n’est même plus effectué par des agricul (...)

54Il en ressort que la mise en œuvre d’actions de débroussaillement va souvent dans le sens d’un maintien d’une ouverture, sans être pensée en cohérence avec les systèmes d’exploitation agricole, sans que soit réellement posée la question de savoir comment les parcelles débroussaillées vont être gérées durablement dans le temps. La profession agricole est souvent invitée à suivre, moyennant rémunération, des actions décidées par d’autres. Dans cette logique, l’action de l’agriculture pourrait être remplacée par des entreprises paysagistes ou des moyens communaux21.

55L’attitude des représentants agricoles balance entre la satisfaction de voir leur action dans le paysage plus ou moins reconnue par les autres acteurs et le sentiment de frustration de ne pas voir leurs contraintes et leurs problèmes suffisamment pris en compte (temps et charge de travail, pénibilité, concurrence avec l’urbanisation sur les secteurs plats…) :

« Les élus, ils sont pas tellement au courant de comment on gère ça [sic]. Pour eux, on a toujours assez d’espace. C’est toujours assez grand. Les élus ont une manière différente de voir leur commune, cela se voit à travers leur POS ».

56Cette confusion sur le paysage est entretenue par le manque de définition collective claire de cette notion dans les débats, mais aussi par les jeux politiques locaux. En effet, une partie des agriculteurs réemploient le paysage « esthétique » - au sens des élus – pour accroître leur légitimité et se « faire reconnaître ». Une remise en cause des approches actuelles aurait pour effet de jeter le discrédit sur leur volonté de dialogue avec les autres acteurs. De plus, les représentants de la profession agricole ont des difficultés à se positionner dans des territoires où le tourisme, fournissant l’essentiel des activités et des revenus, est l’argument majeur dans les décisions collectives locales.

  • 22 « Domestique, civique, industriel, marchand » au sens où l’entendent BOLTANSKI L., THEVENOT L. – 19 (...)
  • 23 « Il faut commercialiser la Tarentaise » selon les propos d’un maire de commune touristique.

57Ce que les agriculteurs cherchent à dire de leur activité relève d’un registre à la fois domestique (condition de vie) et industriel22 (au sens de l’amélioration de l’outil de production) et ceci est en décalage avec les débats locaux où les questions du paysage concernent à la fois un registre civique (intérêt collectif) et un registre marchand (« vente » d’un territoire23)

58Ce tour d’horizon des modèles paysagers et leur expression dans les actions locales montrent que les acteurs ont, chacun, plusieurs niveaux de représentations du paysage. Mais il ressort que les modèles dominants qui émergent dans les débats locaux sont ceux qui portent en creux des modèles de développement. Par exemple, un agriculteur peut, individuellement, faire référence à un modèle de haute montagne pour ses loisirs, mais la manière dont il aborde le paysage dans les discussions locales se rapporte au modèle emblématique, qui touche plus particulièrement son activité et ses intérêts matériels. Mais au-delà de ces niveaux individuels, il existe également une superposition entre les diverses représentations dans les actions collectives d’aménagement ou de gestion : par exemple, le choix d’une urbanisation en chalet est à la fois une réponse au modèle régional des touristes et la recherche d’une imitation du modèle tyrolien ; le débroussaillage d’un secteur peut faire référence à la fois au modèle tyrolien pour faire « beau et propre » et au modèle emblématique pour faire « beau, propre et fonctionnel ».

Conclusion

59Une double difficulté apparaît lorsque l’on parle de paysage dans les Alpes du Nord. La première est que le paysage est objet de représentations fortes et diversifiées, depuis plusieurs siècles. Aborder le paysage dans une perspective de recherche comme de développement implique donc qu’une mise en exergue de ces représentations soit effectuée à travers des enquêtes. Ces représentations globales, dont certaines traversent toutes les couches sociales, se superposent aux représentations « locales », plus en lien avec un certain idéal de développement. Ces représentations « locales » peuvent être soit des modèles liés à l’histoire d’une société locale, comme le modèle emblématique qui est un modèle de développement agricole « exemplaire », soit des modèles importés comme le modèle tyrolien, mais réapproprié par les acteurs locaux et avancé par eux comme traduisant idéalement un modèle de développement économique de la montagne, soit des représentations en lien avec des pratiques concrètes et qui ne sont pas obligatoirement des modèles.

60Il existe une superposition de représentations du paysage qui s’effectue à la fois au niveau de chaque acteur, individuellement, mais aussi au niveau collectif, c'est-à-dire à dire au sein des débats locaux. Cette superposition des modèles amène une autre difficulté qui est celle de leur lisibilité dans les actions de développement ou de gestion. En effet, les discours unificateurs sur « le-paysage-sans-friche », le « paysage propre », la « bonne montagne à vache », qui chapeautent les décisions locales en matière de gestion de l’espace, ont tendance, dans un souci de rapprochement entre acteurs pour éviter le conflit, à privilégier des actions directes sur certains éléments du paysage, comme la friche. Cette lutte contre la friche est alors instituée comme une priorité absolue, sans débat sur les différences de représentations du paysage et surtout sur les différentes conceptions du développement dont elles sont les traductions.

61La connaissance des représentations sociales des paysages permet donc de comprendre les différentes perspectives de développement catégorielles des acteurs des Alpes du Nord. Une mise en débat de ces représentations permettrait, dans les discussions collectives locales, de rendre lisible, pour chacun, les différents modèles de développement en présence et les pratiques qu’ils sous-tendent. C’est peut-être là l’une des conditions pour une gestion durable des paysages de montagne.

Haut de page

Bibliographie

BARRUE-PASTOR M., BLANC-PAMARD C., DEFFONTAINES J-P. : Le paradoxe du paysage. In Sciences de la nature sciences de la société. Les passeurs de frontière. CNRS éditions, Paris, 1992, 297-306.

BERQUE A. : Du paysage en outre – pays in “ Au delà du paysage moderne ”, Le Débat, 65, 1991.

BERQUE A. : L’échelle et la limite. Logique et symbolique du paysage et de l’environnement. Communication aux journées de l’association Natures Sciences Société - Dialogue. Versailles, INRA 12-13 déc. 1991, 9p.

BERTRAND G. : Le paysage entre Nature et Société. In « La théorie du paysage en France 1974-1994 » sous la direction de A. ROGER coll. pays/paysage éd Champ Vallon, 1995 : 88-108.

BOLTANSKI L., THEVENOT L. : De la justification. Les économies de la grandeur, nrf, essais, Gallimard nrf, essais, Gallimard, 1991, 483 p

BRIFFAUD S. :Découverte et représentation d’un paysage. Les Pyrénées du regard à l’image (XVIIIè-XIXè siècle) In La théorie du paysage en France (1974-1994) sous la direction d’Alain Roger, coll. pays/paysage éd Champ Vallon 1995 : 224-259.

BRUNET R., FERRAS R., THERY H. : Les mots de la géographie. Dictionnaire critique. La documentation française, Paris, 1992, 520 p.

CADIOU N., LUGINBUHL Y.: Modèles paysagers et représentations des paysages en Normandie Maine. In Paysage au Pluriel. Pour une approche ethnologique des paysages. Coll. Ethnologie de la France, cahier 9, Edition de la Maison des Sciences de l’Homme, Paris, p 19-34, 1995.

CHASSAGNE M.-E. : Des ruraux face à leur paysage et à leur avenir. In « Le paysage une façon de vivre », revue POUR, n°89, Privat, Toulouse, mai-juin 1983 : 60-65.

CLOAREC J. : Des paysages, Etudes rurales 95-96 : 267-290.

DEBROUX J. : Enquête sur un étrange succès: l’analyse paysagère dans le massif de Belledonne, collection Ethnologie de la France, Cahier 9 ‘Paysage au pluriel’ Pour une approche ethnologique des paysages’, Edition de la Maison des Sciences de l’Homme, 1995 : 208-218.

DONADIEU P. : Pour une conservation inventive des paysages. In « La théorie du paysage en France 1974-1994 » sous la direction de A. ROGER coll. pays/paysage éd Champ Vallon, 1995 : 400-423.

FISCHESSER B., DUPUIS M.F. : L’identité du paysage, l’expérience du CEMAGREF, C.R Acad Agri Fr., .82, n°4, pp7-10, séance du 27 mars 1996 : 123-132.

FRIEDBERG C. : Représentation, classification : comment l’homme pense ses rapports au milieu naturel. In Sciences de la nature sciences de la société. Les passeurs de frontière. CNRS éditions, Paris, 1992, 357-371.

GUISEPPELLI E. : Le paysage comme objet et outil de négociation des actions de développement dans les Alpes du Nord. Thèse de doctorat, université Paris I, UMR /LADYSS CNRS, soutenue le 21 décembre 2001.

GUISEPPELLI E., FLEURY P., LUGINBUHL Y. : Paysage et développement dans les Alpes du Nord. Organisation entre acteurs et rôle des experts. Communication au colloque « Nouvelles urbanités, nouvelles ruralités en Europe », Strasbourg, 10-12 mai 2000, 7 p.( à paraître 2003 dans les actes du colloque).

GUISEPELLI E., FLEURY P., PAPY F. : Le paysage objet et outil de négociation entre acteurs du développement local. Le cas d’un territoire rural de Moyenne Tarentaise (Savoie). Appel d’offre 1998 : « Politiques publiques et paysages, Analyse, Evaluation, Comparaisons ». Ministère de l’Environnement et de l’Aménagement du Territoire. GIS Alpes du Nord – INRA SADIF, Rapport final, 80 p.

GUISEPELLI E., FLEURY P. : Paysage et agriculture dans les Alpes du Nord. Représentations et aspirations de la société. GIS Alpes Nord, Document technique à paraître 2003, 56 p.

JODELET D. : Représentations sociales : un domaine en expansion. In Les Représentations Sociales, sous la direction de Denise Jodelet, coll. Sociologie d’aujourd’hui, PUF, 5ème édition, 1997, 447 p : 47-78.

GORGEU Y., JENKINS C. (sous la direction de) : La Charte paysagère. Outil d’aménagement de l’espace intercommunal. Enquêtes et Rédaction : COUDRAY P., VOUC’H A., URBANIS (sté) en collaboration avec BOUILLON D. (ENSP, Caisse des dépôts et de consignation, Mairie-Conseil, Programme de Développement Rural des Parcs Naturels Régionaux de France. La Documentation Française, 1995, Paris, 188 p.

MASSON N., FLEURY P., PLAIGE V., : Alpages et prairies de montagne. Un patrimoine biologique et agricole. Parc de la Vanoise, SUACI MONTAGNE ALPES du NORD, GIS Alpes du Nord, Conseil général de la Savoie. Ministère de l’aménagement du territoire et de l’environnement. Cahier technique à l’attention des agriculteurs et des techniciens de l’environnement, 2000, 60 p.

MERMET  L. : La gestion concertée : un principe acquis, ses difficultés de mise en œuvre et ses limites. « Gestion concertée de l’espace rural : analyse et méthodes de résolution des conflits d’usage ». Synthèse des interventions. ENESAD, Dijon, 17 mars 2000, 18-24.

Rapport d’étude : “ Accès en Tarentaise et Enjeux paysagers ”, Schéma de cohérence de la Tarentaise par VERRIER C. (ASADAC), FABRE M., DDE / SAU 1 Savoie, 89 p, 1997.

ROGER A. : Histoire d’une passion théorique, ou comment on devient un Raboliot du Paysage. In « La théorie du paysage en France 1974-1994 » sous la direction de A. ROGER coll. pays/paysage éd Champ Vallon, 1995 : 438-453.

SAUTTER G. : Paysagismes. Etudes Rurales, « De l’agricole au paysage », janvier-décembre 1991, 121-124 : 15-20.

SOUDIERE M. (de la) : Paysage et altérité. En quête de « culture paysagère » : réflexions méthodologique. Etudes Rurales, « De l’agricole au paysage », janvier-décembre 1991, 121-124 : 141-150.

YTHIER B. : Pluralité du sens du mot paysage, qu’en est-il de l’action concrète ?, collection Ethnologie de la France, Cahier 9 Paysage au pluriel. Pour un approche ethnologique des paysages, Edition de la Maison des Sciences de l’Homme, 1995 : 184-194.

Haut de page

Notes

1 Le local désigne ici des structures intercommunales constituées ou en voie de l’être.

2 Termes utilisés par les élus. Ces termes présentent une ambiguïté notoire puisque la notion d’environnement est très souvent assimilé par eux à la notion de paysage.

3 Nous entendons par « société globale », la société urbaine dans son ensemble ou les citadins nouvellement installés (ou réinstallés) en zones rurales apportant avec eux des modèles globaux porteurs de valeurs paysagères et environnementales différentes des représentations locales, qui sont en lien avec des pratiques concrètes et une histoire collective.

4 Modèle paysager : Schème cognitif permettant de lire un espace et de la qualifier en tant que paysage (Cadiou, Luginbühl, 1995)

5 Action « attentes et perceptions » du programme GIS II, 1995-1999. Enquêtes semi-directives auprès de 110 personnes entre 1998 et 2001 dans les Alpes du Nord (Savoie, Haute-Savoie, Isère) : touristes en situation de vacances, élus municipaux, cantonaux, départementaux, éleveurs (bovins, ovins, caprins…). L'observation et le suivi de groupe locaux d'acteurs en situation de projet ainsi que des enquêtes directives fermées auprès de citadins lyonnais (200 environ) ont complété ce dispositif.

6 Touristes en situation de vacances, interrogés sur des chemins de randonnée. Cette méthode a l’avantage d’enregistrer les impressions et les descriptions paysagères sur les lieux mêmes des pratiques des individus, même si cela rend aléatoire l’échantillonnage, au cas où il serait recherché une représentativité particulière de différentes tranches d’âge ou de catégories socioprofessionnelles, par exemple. Toutefois, il ressort que la situation professionnelle, sauf dans certains cas où le métier est lié à la gestion du territoire, est peu pertinente pour comprendre les représentations sociales du paysage.

7 Le style architectural emprunte à la fois aux chalets savoyards, bavarois et tyroliens (avec les balcons festonnés par exemple). Ceci entraîne une confusion des styles qui font que, finalement, les chalets d’aujourd’hui sont difficiles à ranger dans un style précis.

8 Nous définissons la friche comme une zone d’abandon de l’activité agricole caractérisée par une végétation herbacée haute et de ligneux de la strate arbustive à arborescente. (C’est du moins à ces caractéristiques physiques que le terme de friche correspondait dans les endroits que nous avons prospectés).

9 Le modèle « hauts sommets » est porté essentiellement par des touristes mais pas seulement, il peut également constituer un registre de référence pour des agriculteurs qui ont une activité de guide de haute montagne par exemple. Ces modèles globaux ne sont donc pas uniquement portés par des individus extérieurs aux lieux, mais aussi par des acteurs locaux. Il semble, en fait, que chaque individu a plusieurs niveaux de représentations – plus ou moins « globales », plus ou moins « locales » - mais ces différents niveaux interviennent inégalement dans les enquêtes interpersonnelles et dans les débats locaux.

10 Association « Vivre en Tarentaise » regroupant 150 membres actifs au moment de la période d’enquête (1998-2000).

11 Le modèle nostalgique est assez répandu chez les nouveaux résidents dans toutes les Alpes du Nord, mais les actions visant à rendre le paysage conforme à ce modèle ont essentiellement été constatés dans le massif de la Tarentaise (Savoie).

12 Le petit patrimoine tel qu’il a été avancé dans le cadre du CGD Tarentaise Vanoise (1996-1999) concerne : les murgers, les chalets d’alpages (en ruine, le plus souvent), les vergers (rarissimes mais autrefois fort répandus en Tarentaise), les places de village, les anciens volumes fermiers vacants (anciennes fermes et granges), les ermitages…

13 En référence aux paysages de Suisse (Bassin Lémanique) et d’Italie (Val d’Aoste).

14 Extrait d’un compte rendu du rapport d’activité 1998 de l’association « Vivre en Tarentaise ».

15 Nous restreignons volontairement la notion d’acteurs locaux aux élus des communes rurales, touristiques de montagne ainsi qu’aux représentants de la profession agricole car c’est prioritairement entre ces catégories d’acteurs que s’effectuent le plus souvent les débats sur les paysages pastoraux dans les Alpes du Nord aujourd’hui.

16 Le pays de Thônes est aussi cité parfois comme référence. Situé dans le massif des Aravis (Haute-savoie), Thônes est la « capitale » de la zone AOC Reblochon.

17 En ceci, les maires des communes touristiques des Alpes du Nord constituent une exception et s’engagent, selon certains professionnels du secteur touristique, dans une mauvaise voie par à rapport à des stations comme Vail aux Etat-Unis, qui affiche une image « neige » en offrant une diversité d’activités d’hiver.

18 Ces aménagements sont accompagnés de diverses mesures comme l’amélioration de la qualité de l’accueil, l’équipement en matériels pour sports « extrêmes » pour ne citer que ces deux exemples…

19 Le fait que les communes rurales semblent plus sensibles aux intérêts directs des agriculteurs ne signifie pas qu’il n'y ait pas de conflit entre la profession agricole et les municipalités… notamment en ce qui concerne la localisation des zones à bâtir sur les secteurs plats, qui constituent, pour ces communes, des ressources importantes.

20 GUISEPPELLI E., FLEURY Ph., LUGINBUHL Y. : Paysage et développement dans les Alpes du Nord. Organisation entre acteurs et rôle des experts. Communication au colloque « Nouvelles urbanités, nouvelles ruralités en Europe », Strasbourg, 10-12 mai 2000, 7 p.(actes du colloque à paraître).

21 Pour certaines communes de Moyenne Tarentaise, l’entretien n’est même plus effectué par des agriculteurs mais par des employés municipaux.

22 « Domestique, civique, industriel, marchand » au sens où l’entendent BOLTANSKI L., THEVENOT L. – 1991.

23 « Il faut commercialiser la Tarentaise » selon les propos d’un maire de commune touristique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Guisepelli, « Les représentations sociales du paysage comme outils de connaissance préalable à l'action. L'exemple des Alpes du nord », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Epistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, document 309, mis en ligne le 03 mai 2005, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/3352 ; DOI : 10.4000/cybergeo.3352

Haut de page

Auteur

Emmanuel Guisepelli

SUACI Montagne - GIS Alpes du Nord, 11, rue métropole 73000 Chambéry, France
eguisepelli@suacigis.com

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page