Navigation – Plan du site
Quelle langue pour le dialogue scientifique ?

Monolinguisme anglais et diversité culturelle, une illustration des lois des marchés.

Jean-Pierre Chevalier

Entrées d’index

Mots-clés :

langue, monolinguisme
Haut de page

Texte intégral

1"On English as a vehicle to preserve geographical diversity", tel est le point de vue d'Andrès Rodriguez-Pose, publie en position éditoriale dans le n°1/2004 de Progress in Human Geography. Il s'agit d'une réponse à Maria Dolors Garcia-Ramon. Celle ci dans un article intitulé "Are international journals of geography really international ?" (n°1/2003), exprimait dans cette même revue les difficultés des chercheurs non anglophones confrontés à l’hégémonie de la géographie anglo-américaine, la langue anglaise étant le véhicule de cette domination.

2Maria Dolors-Ramon formulait ce constat : la langue est le condensé (épitomé) et l’articulation d’une façon de penser ; l’usage dominant de l’anglais dans les débats scientifiques favorise ceux dont l’anglais est la langue maternelle et rend difficile la participation des non-anglophones aux débats académiques. L’usage hégémonique de la langue anglaise, concluait-elle, est un obstacle à l’altérité, à l’expression de « l’Autre ». Elle proposait trois pistes :  favoriser la connaissance des langues étrangères, traduire plus de livres étrangers (en anglais) et développer des revues réellement internationales, et ce en utilisant d’autres langues que l’anglais.

3A l’inverse Andrès Rodriguez-Pose soutient la thèse que l’usage de l’anglais permet l’expression des minorités. Certes il reconnait lui aussi les difficultés des non anglophones pour publier dans les revues internationales de langue anglaise, parce que leurs comités de rédaction sont composés à 90% d’anglophones de naissance qui ont en commun, ne serait-ce que de façon informelle, la même culture scientifique. Il en résulte un cloisonnement entre communautés de chercheurs en fonction des langues d’usage ce qui est dommageable. Mais vouloir combattre le développement de l’anglais en tant que lingua franca de la communauté scientifique est contre-productif. Andrès Rodriguez-Pose rappelle que l’anglais est déjà la langue commune des chercheurs en science et en médecine. Les résistances rencontrées dans les sciences sociales seraient liées à des sentiments nationalistes. Mais dit-il, il est plus simple d’apprendre une seule langue étrangère que plusieurs et surtout s’exprimer en anglais est le moyen pour les petites communautés scientifiques de se faire reconnaître internationalement et de participer au développement général des recherches. Il illustre ceci avec l’exemple de la revue hollandaise Tijdscrift voor Economische en Sociale Geografie et celui de la revue suédoise Geografiska Annaler qui publient actuellement en anglais. Enfin il rejette la proposition de journaux multilingues formulée par Maria Dolors-Ramon, en s’appuyant sur le fait que des revues telles qu’International Journal of Urban and Regional Research ou Regional Studies, conçues comme multilingues à l’origine, sont devenues au fil des ans uniquement anglophones, tout en conservant un tiers d’auteurs non anglo-saxons. Ainsi l’usage de l’anglais stimulera la recherche, bousculera, pense-t-il, les cocons endogames des communautés scientifiques linguistiquement fermées et contribuera à leur rayonnement international. Andrés Rodriguez-Pose en conclut donc que c’est l’usage de l’anglais qui préservera la « diversité géographique ».

4Ce débat nous intéresse particulièrement à Cybergéo car l’enquête comparative que publie Andrès Rodriguez-Pose montre que les revues de géographie de langue française, allemande, espagnole ou italienne, publient moins d'articles d'auteurs étrangers que les revues en langue anglaise. Certes on pourrait contester le choix de ne retenir que le seul BAGF comme caractéristique des revues de langue française, mais un rapide constat montre que les autres revues de langue française ne publient guère plus d'articles de chercheurs rattachés à des laboratoires étrangers. Ceci est d'autant plus remarquable que dans les sciences "dures", l'anglais s'est imposé. Le fait que ce ne soit pas (pas encore ?) le cas en géographie mérite réflexion épistémologique et linguistique, scientifique et économique.

5Une réflexion linguistique parce que "épistémologie" et "epistemology" ne sont pas synonymes. Une réflexion épistémologique car en sciences sociales, plus que pour les sciences exactes ou expérimentales l'aspect littéraire est important. La géographie se pense et s'énonce dans une langue, dans des concepts nécessairement mis en mots. Plus qu'en science exacte, la traduction n'est pas une transcription sémiotique pure, mais une adaptation du sens. La géographie est plus littéraire dans la plupart de ses expressions que la médecine ou la chimie. Notons à ce propos, que c'est dans le domaine de la géographie quantitative que la part des articles écrits en anglais dans Cybergéo est la plus importante.

6On pourrait aussi regretter qu'Andrès Rodriguez-Pose, en tant que géographe, ne distingue pas les langues utilisées par des communautés de géographes relativement nombreuses (francophones, hispanophones, germanophones...) de celles dont les locuteurs sont moins nombreux (suédois, néerlandais...). Mais notre propos n'est pas ici de faire une géographie générale de l’usage des langues étrangères en fonction des langues maternelles, l'article de Rodriguez-Pose nous invite à juste raison à nous interroger sur les cloisonnements entre les communautés de chercheurs en fonction de leur langue d’expression. Simplifions : d'un côté se trouveraient réunis les anglophones et des locuteurs des langues (très) minoritaires, de l'autre on rencontrerait les communautés dispersées des grandes langues internationales "secondaires" : français, espagnol, allemand... chinois, demain pourrions-nous ajouter.

7Mais peut-on constater sans angélisme que les géographes hollandais, suédois ou polonais publient plus souvent dans les revues de langue anglaise que dans celles en espagnol, allemand ou français, sans évoquer les systèmes de cotations de ces différentes revues et leur retentissement matériel sur la carrière personnelle des chercheurs ? Or nous connaissons quelques-uns des obstacles que les revues scientifiques non anglophones doivent franchir pour être reconnues par le système anglo-saxon dominant de cotation dont l’usage tend à devenir hégémonique. Au total cet ostracisme de fait permet d’interpréter un effet: les jeunes chercheurs des langues "minoritaires" choisissent de publier dans les revues anglo-saxonnes seules cotées dans leur pays, comme une prétendue cause : l'usage de l'anglais préserve la diversité culturelle.

8Peut-on aussi ne pas évoquer à cette occasion l’existence des groupes éditoriaux plus ou moins puissants sur le marché des industries culturelles ? Les rivalités linguistiques sont aussi des moyens pour conserver des positions dominantes sur les marchés locaux ou mondiaux de l’édition.

9Aussi, pour des raisons scientifiques, économiques et nécessairement politiques, Cybergeo a fait le choix du plurilinguisme.Nous pensons pouvoir combiner, et non opposer, la diversité des langues porteuses d'identités et la construction d'une communauté scientifique mondiale de géographes. Nous partons du principe que la pluralité des langues, quelle que soit la langue la plus utilisée, permet une plus grande ouverture que l'a priori du monolinguisme, quelle que soit cette langue.

10Aujourd'hui, la majorité des articles de Cybergeo sont pensés et écrits en français, demain la majorité seront peut-être pensés et écrits en anglais, pourquoi pas ? C'est l'esprit d'ouverture culturelle qui importe d’abord.

11Jean-Pierre Chevalier, Versailles le 11 mars 2004

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Chevalier, « Monolinguisme anglais et diversité culturelle, une illustration des lois des marchés. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, Quelle langue pour le dialogue scientifique ?, mis en ligne le 02 avril 2004, consulté le 23 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/3361

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page