Navigation – Plan du site
Enjeux européens

Elargissement de l’Union Européenne : résultats des référendums sur l’adhésion dans les pays d’Europe centrale et orientale

Violette Rey, Séverine Mulatier et Hélène Roth

Résumés

Cet article présente une cartographie des résultats des référendums sur l’adhésion à l’Union Européenne (2003), au niveau régional (NUTS 3). Il met en évidence un contraste entre des pays aux comportements référendaires spatialement très homogènes et d’autres où apparaissent de fortes variations régionales.

Haut de page

Texte intégral

1Malgré la faiblesse des taux de participation (56% en moyenne pour toute la zone), la victoire du oui a été massive (79%) lors des référendums sur l’adhésion à l’Union Européenne, organisés entre mars et septembre 2003 dans 8 pays d’Europe médianei (Estonie, Lettonie, Lituanie, Pologne, République tchèque, Slovaquie, Hongrie, Pologne). Jusqu’à présent, les analyses des résultats avaient été conduites pays par pays. Pourtant, le déroulement quasi synchrone de référendums nationaux portant sur la même question offre une occasion exceptionnelle d’analyse comparative des postures politiques face à l’entrée dans l’Union Européenne. La traduction spatiale des résultats des référendums suit-elle des logiques géographiques dépassant les cadres nationaux ? Peut-on déceler, à travers la cartographie des résultats, un comportement spécifique des grandes villes, des effets de niveau de développement socio-économique, ou encore un gradient Ouest-Est d’euroscepticisme, au fur et à mesure que l’on s’approche de la future frontière extérieure d’une Union Européenne élargie ?

2Le traitement et la cartographie des résultats au niveau régional (NUTS 3) ii constituent ici une première étape dans l’analyse de ces référendums. La représentation des résultats (cartes 1 à 4) met en évidence un contraste entre des pays aux comportements référendaires spatialement très homogènes et d’autres où apparaissent de fortes variations régionales. Les cartes 5 et 6 précisent la diversité interne des comportements propres à chaque pays.

Logiques supranationales, logiques nationales ou contrastes régionaux à l’échelle de tout l’espace promis à l’élargissement ?

3Que ce soit pour le taux de votes favorables ou pour la présence aux urnes, il n’existe pas de gradient Est-Ouest, sur l’ensemble de la zone, qui témoignerait d’une attitude d’autant plus favorable à l’Union Européenne qu’on est géographiquement proche de son bastion initial. En revanche, deux logiques apparaissent sur les cartes (1, 2 et 3). Logiques régionales dans certains pays, où les divergences politiques sur la question de l’adhésion ont pris, au sein de chaque Etat concerné, une dimension spatiale bien visible à ce niveau d’analyse (Pologne, Lettonie, dans une moindre mesure République tchèque) ; logiques d’appartenance nationale dans d’autres (Hongrie, Slovaquie, Lituanie, Estonie) où les résultats présentent une forte homogénéité spatiale. Ces logiques nationales sont particulièrement lisibles sur les cartes 2 et 3 (taux de votes favorables), où plusieurs pays s’individualisent très clairement ; elles peuvent révéler l’absence de véritable débat, ou bien des enjeux de politique intérieure dépassant la question des référendums (approbation ou opposition au gouvernement en place). Le contraste entre ces deux logiques peut toutefois aussi relever d’un effet de taille des pays (et donc du nombre d’unités statistiques), comme le suggère le cas polonais.

4En Pologne une double lecture géographique des comportements électoraux de 2003 est possible. D’une part un net gradient est-ouest opposant une Pologne occidentale, plus urbaine et industrialisée, mobilisée par la question de l’adhésion et votant massivement oui, à une Pologne plus rurale, agricole et pauvre, dont la réticence à l’entrée dans l’Union européenne peut être confortée par la perspective de la fermeture de la frontière orientale du pays – fermeture qui marquera la diminution des flux transfrontaliers avec la Biélorussie et l’Ukraine. D’autre part, un fort effet « grandes villes », suggérant l’existence d’un vote métropolitain, ce dernier y étant peut-être plus visible en Pologne que dans les autres pays du fait de la correspondance entre grandes agglomérations et unités statistiques de niveau NUTS 3.

5C’est par les taux de participation (carte 1) que les pays baltes apparaissent comme un ensemble cohérent de pays fortement mobilisés par la question de l’adhésion. Mais ils se différencient nettement par leurs taux de votes favorables (cartes 2 et 3) : alors que les Lituaniens ont massivement voté oui, les résultats sont plus modérés en Estonie et plus contrastés en Lettonie, seul pays de tous les candidats où une région s’est déclarée contre l’adhésion – il s’agit de la région orientale de Latgale, peuplée majoritairement de russophones.

6En République tchèque, où l’euroscepticisme est assez bien représenté dans plusieurs grands partis politiques, les Moraves, les Silésiens et les habitants des régions frontalières nord-occidentales du pays se sont peu déplacés pour le référendum (carte 1). Mais la Moravie et la Silésie s’individualisent par un oui plus franc qu’en Bohême. Prague ne se distingue pas par rapport aux régions environnantes.

7En Hongrie et en Slovaquie, le débat sur l’adhésion n’a guère d’assise régionale différenciée -  la proportion de vote favorables est homogène, avec toutefois en Hongrie une frange septentrionale aux taux particulièrement élevés (carte 2). C’est plutôt par l’importance de la participation que certaines régions se sont distinguées (carte 1), avec notamment un effet « capitale » mobilisateur dans les deux pays, les taux dépassant les 43%.

8La carte 3, rapportant le nombre de « oui » au nombre d’électeurs inscrits sur les listes électorales, montre que l’adhésion a mobilisé en premier lieu les Slovènes, les Lituaniens, les Lettons de l’ouest, les habitants des grandes villes et de la Silésie polonaise: plus d’un électeur sur deux a fait l’effort de se déplacer et de voter oui. Elle a en revanche faiblement mobilisé les Hongrois, les Polonais de l’est, les Tchèques, et les Estoniens. Cette carte fait apparaître en Hongrie une configuration qui n’était pas visible sur les deux premières cartes : une zone nord-occidentale, entre la frontière autrichienne et Budapest, se distingue par rapport au reste du pays.

9Certaines hypothèses interprétatives des comportements référendaires ont été formulées : la jeunesse, la richesse de la population et le taux d’urbanisation joueraient positivement sur l’attitude favorable des électeurs vis-à-vis de l’adhésion à l’Union Européenne. Testées sur l’ensemble de la zone, ces hypothèses se sont avérées peu concluantes. Les taux de corrélations sont en effet très faibles entre d’une part le taux d’urbanisation, la part des jeunes (18-30 ans) dans le corps électoral, le niveau socio-économique (PIB/habitant et taux de chômage) et d’autre part les résultats des référendums. Ces résultats indiquent qu’il n’y a pas de clés de lecture et d’interprétation géographiques simples des résultats sur l’ensemble de la zone, du moins à ce niveau de maille.

Aller voter pour quel vote ? Du type motivé au type réfractaire

10La combinaison du taux de participation et de la part des votes favorables individualise 5 types de comportements à l’échelle régionale (carte 4).

11L’Ouest et les grandes villes de Pologne, la Lituanie et la Slovénie constituent le groupe le plus motivé par l’adhésion, avec des taux de participation et de votes favorables relativement élevés. La Hongrie et la Slovaquie s’individualisent par une forte conviction pro-européenne mais un faible enthousiasme pour le référendum. L’Estonie, la Lettonie, la Bohême centrale et orientale, et un croissant de régions polonaises intérieures forment un groupe marqué à la fois par un certain civisme (fort taux de participation) et par une approbation limitée de l’adhésion.

12L’Est de la Pologne et les pourtours de la République tchèque (Silésie, Moravie et régions frontalières du Nord et de l’Ouest) constituent un groupe qui manifeste une certaine frilosité, avec des taux de participation et de vote favorable relativement bas. Enfin, les Lettons orientaux constituent à eux seuls le groupe réfractaire à la perspective de l’adhésion, avec un taux de participation moyen mais une victoire du non.  

13A l’exception des contacts Estonie/Lettonie et Slovaquie/Hongrie, il n’y a pas de comportement-type identique de part et d’autre des frontières (carte 4), ce qui témoigne de la force des discontinuités frontalières, créatrices de différences.

Gommer les différences nationales pour représenter des hétérogénéités intranationales

14La cartographie des écarts aux moyennes nationales précise les diversités internes aux Etats.

15Les cartes 5 et 6 ne font que confirmer les différences régionales fortes déjà constatées en Pologne et en Lettonie. Mais des pays aux comportements apparemment  homogènes sur les cartes 1 à 3 apparaissent ici plus différenciés régionalement. En Hongrie apparaît ainsi une opposition Est-Ouest concernant les taux de participation (carte 5) ; les écarts en terme de votes favorables à l’adhésion (carte 6) font ressortir une partie centrale du pays, autour et au sud de Budapest, plus réservée, et la partie nord-orientale, plus favorable à l’adhésion que le reste du pays (carte 6). En République tchèque apparaît un contraste, en terme de participation, entre les ‘pays noirs’ (fossé de l’Ohře au nord-ouest et Silésie) et le centre du pays. En Lituanie enfin, les cartes 5 et 6 font état d’une opposition entre la région capitale autour de Vilnius et la partie orientale du pays.

16Cette première analyse concernant tout l’espace centre-européen promis à l’élargissement porte sur des taux de forte amplitude. L’ampleur des différences entre Etats invite à conduire une analyse pays par pays, au niveau NUTS 4, afin de sonder des logiques plus fines à l’œuvre dans les comportements référendaires : un ‘zoom’ sur la Pologne et la République tchèque est en cours de réalisation. Cette étude plus fine tentera d’explorer une série d’hypothèses, portant sur le rapport entre les comportements référendaires et la structure de la population (âge, activité), les taux de population rurale, les niveaux de développement socio-économique, le poids des minorités ethniques et des religions, ou l’importance des IDE et des flux de subventions régionales européennes.

17Liens vers les sites des Commissions électorales nationales :

18Estonie : http://www.vvk.ee/​rh03/​tulemus/​enghaaletus.html

19Hongrie : http://www.valasztas.hu/​outroot/​en/​11_0.html

20Lettonie : http://www.cvk.lv/​cgi-bin/​wdbcgiw/​base/​sae8dev.aktiv03er.vis

21Lituanie : http://www.euro.lt/​index.php?LangID=7?TopMenuID=127&LangID=7

22Pologne : http://www2.ukie.gov.pl/​eng.nsf/​0/​D39E3D507607FEDAC1256D41002FEF52

23République tchèque : http://www.volby.cz/​pls/​ref2003/​re13?xjazyk=EN

24Slovaquie : http://www.vlada.gov.sk/​data/​eureferendum/​

25Slovénie: http://www.rvk.si/​rezultati-eu-nato/​p4.htm

Haut de page

Notes

i  L’adhésion à l’Union Européenne de Chypre n’a pas donné lieu à un référendum, mais a été ratifiée par le Parlement national. La superficie de Malte et la taille de ses unités statistiques ne permettent pas de prendre en compte cet Etat dans une étude au niveau NUTS 3.

ii  La Nomenclature des Unités Territoriales et Statistiques (NUTS) d’Eurostat définit 5 niveaux de maille, de l’Etat (NUTS 0) à la commune (NUTS 5). Le niveau NUTS 3, qui correspond en France aux départements mais que nous nommerons ici par commodité « région », a été ici retenu pour tous les pays de la zone étudiée (on dénombre 108 unités au total), à l’exception de la Slovénie. Dans ce pays, le découpage peu satisfaisant en 2 unités que nous avons retenu  résulte de la seule correspondance possible entre regroupements de circonscriptions électorales et regroupements d’unités administratives et statistiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Violette Rey, Séverine Mulatier et Hélène Roth, « Elargissement de l’Union Européenne : résultats des référendums sur l’adhésion dans les pays d’Europe centrale et orientale », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, Enjeux européens, mis en ligne le 09 avril 2004, consulté le 24 mai 2016. URL : http://cybergeo.revues.org/3389 ; DOI : 10.4000/cybergeo.3389

Haut de page

Auteurs

Violette Rey

vrey@ens-lsh.frGéophile  (UMR Géographie-cités), Lyon

Séverine Mulatier

severine.mulatier@univ-lyon2.frGéophile  (UMR Géographie-cités), Lyon

Hélène Roth

hsallard@ens-lsh.frGéophile  (UMR Géographie-cités), Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page