Navigation – Plan du site
2000-2010
233

Impacts de la réalisation d'un atlas électronique en région : le cas du Saguenay-Lac-Saint-Jean au Québec

Impacts of the Realization of an Electronic Atlas in Regions : the Case of the Saguenay-Lac-Saint-Jean in Quebec

Majella-J. Gauthier, Martin Dion, Carl Brisson, Claude Chamberland et Alain Roch

Résumés

Depuis le démarrage du projet de l'Atlas du Québec et de ses régions, l'implantation d'atlas régionaux se fait timidement mais sérieusement. Les expériences du Bas-Saint-Laurent et du Saguenay-Lac-Saint-Jean constituent assurément les initiatives qui ont non seulement amené à utiliser des moyens nouveaux de communication d'information mais aussi ont contribué à élaborer des savoirs géographiques utiles. Le Projet de l'Atlas électronique du Saguenay-Lac-Saint-Jean, en marche depuis quelques années, peut témoigner de l'importance du rôle que joue une équipe de chercheurs dans une région où les problèmes socio-économiques, les questions de développement et d'aménagement, d'épuisement des ressources, de restructuration municipale sont au menu quotidien.

Haut de page

Entrées d’index

Keywords :

atlas on line, Canada
Haut de page

Notes de l’auteur

SOUTIEN FINANCIER : Ministère des Régions du Québec, Développement des ressources humaines Canada, Ministère de l’Industrie et du Commerce du Québec, Université du Québec à Chicoutimi, Fondation de l'Université du Québec à Chicoutimi, Conseil régional de concertation et de développement, les quatre Centres locaux de développement, Table des préfets des MRC. Ministère des Ressources naturelles du Québec (données).

Texte intégral

Introduction

1La réalisation d'un projet de recherche faisant intervenir la cartographie et le Web est quelque chose de nouveau. Cela est encore plus vrai quand il s'agit de couvrir une région géographique, et ce, sous plusieurs aspects. C'est le défi que s'est donné l'équipe de géographes de l'Université du Québec à Chicoutimi En effet, cette équipe a décidé de produire de l'information géocartographique sur la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Comment peut-on s'y prendre pour décrire et comprendre la réalité géographique, économique, sociale et environnementale d'un territoire deux fois plus grand que la Nouvelle-Écosse et habité par 287 000 personnes ? Voilà une question fondamentale.

2Cependant, la question des impacts d'un tel projet mérite déjà d'être considérée. En effet, les activités et les produits accomplis depuis un an peuvent témoigner du rôle important que peut jouer un tel projet autant au plan scientifique que dans la communauté. Voyons ensemble les liens qui ont été tissés entre le projet et la population, à la fois en amont et en aval des cartes.

Répondre au pourquoi et au pour qui

3L'idée d'entreprendre un atlas électronique de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean n'est en fait que la poursuite de l'atlas imprimé qui a été produit au début des années 80. Déjà, une équipe de chercheurs avait élaboré une analyse et une synthèse régionale en 98 planches qui couvraient les dimensions de la géographie physique et de la géographie humaine. Les moyens modernes de communication, de cueillette de l'information, de son traitement, de sa représentation graphique sont autant de raisons qui ont motivé cette même équipe à mettre à jour des cartes dépassées et à illustrer de nouvelles réalités. D'ailleurs, il faut indiquer que cette préoccupation est partagée par plusieurs chercheursdu Québec, notamment dans le projet de l'Atlas du Québec et de ses régions (Carrière, Grégoire et Klein 1997; Carrière et Klein 2000).

4Essentiellement, les raisons qui expliquent le démarrage du projet sont diverses. D'abord, il y a la mission que doivent accomplir les chercheurs universitaires dans leur milieu: décrire la réalité, essayer de l'expliquer, dégager des problèmes de développement et envisager des pistes de solution. Ils sont sans doute les mieux placés pour circonscrire des thématiques, des problématiques et pour sélectionner les meilleurs moyens pour les analyser.

5Ensuite, il y a les besoins exprimés par la population et les acteurs sociaux. Ils ont besoin d'information sur le territoire. Bien souvent, ils n'ont pas les compétences ni le temps pour en faire l'acquisition, pour la traiter et pour en faire une interprétation. On n'a qu'à penser aux questions qui sont percutantes, notamment dans les régions périphériques et éloignées des grosses agglomérations urbaines: sous-développement, économie basée sur l’exploitation des ressources naturelles, baisse démographique, émigration des jeunes, éloignement du Québec de base. Ce projet vise également à rassembler de l'information «utile» parmi le déluge de données disponibles dans le monde (Gauthier 1999). L'information mise dans Internet est obligatoirement constituée de cartes, cela va de soi. Elle peut aussi prendre la forme de tableaux, de diagrammes, de photographies et surtout de textes. Ces derniers expliquent les objectifs de la carte ainsi que la méthodologie utilisée en plus de faire un commentaire qui facilite la découverte et l’interprétation du message cartographique.

Concertation

6Un tel projet d'atlas nécessite la participation de plusieurs intervenants non seulement dans le milieu universitaire mais aussi dans la population. Pour ce faire, le projet opère selon une structurequi permet de déterminer les grandes orientations des recherches Cette structure, nommée Table de concertation, regroupe plus d'une vingtaine d'intervenants régionaux de différents milieux (social, économique, environnemental, scolaire). De plus, un comité de direction, d'un nombre plus restreint de membres, dont le rôle est de suivre attentivement la progression des dossiers. Enfin, l'équipe de production est constituée à la fois de chercheurs, d’assistants et de partenaires ad hoc c'est-à-dire des personnes qui prennent part momentanément à la production.

Etablir des priorités

7L'établissement de la charte de production se calque sur les grandes catégories déterminées par le projet Atlas: territoire, environnement, population et société, activités et ressources, moyen-Nord, et événements à souligner. Pour alimenter ces catégories en thèmes et en sujets, deux stratégies parallèles se sont imposées: premièrement, établir l'état des lieux, autrement dit couvrir tous les aspects qui doivent se retrouver dans un atlas régional (actuellement plus de 450 titres de cartes composent la charte de production) ; deuxièmement se pencher sur des dossiers plus pointus, ceux pour lesquels des besoins ont été manifestés.

8En ce qui concerne plus particulièrement la «priorisation», ce sont les sources de financement, les besoins exprimés par la population et l'acuité de certains problèmes spatiaux qui ont guidé les activités.

9L'analyse des besoins ressentis par la population et par les acteurs qui ont à cœur le développement socio-économique (et durable) de la région a été effectuée de deux manières. D'abord, ce fut une analyse attentive du plan stratégique élaboré par le CRCD (Conseil régional de concertation et de développement) ; on y a relevé une cinquantaine de propositions où le territoire était impliqué. Puis, ce fut une série d'entrevues avec les dirigeants des quatre CLD (Centres locaux de développement) au cours desquelles de grandes thématiques de recherche ont été exprimées. Finalement, la distribution d'une centaine de questionnaires auprès de personnes et d'organisations de la région a permis de préciser davantage les thèmes qui pourraient être traités en priorité.

10L’implication des partenaires de recherche s’est exercée sur plusieurs plans. Disons d’abord qu’ils ont été rencontrés lors de la préparation de ce projet de recherche sur la région. À la suite de cela, ils ont estimé que l’aventure leur serait profitable. Les manifestations d’appui se sont accumulés à un tel point que toute la communauté régionale s’en est vue vite informée.

11Dans tous les cas de ces partenariats, le besoin d’information et ses résultats de la recherche faisaient partie de leurs intérêts. Plusieurs d’entre eux n’ont pas hésité à soutenir la publication des rapports de recherche, l’impression des grandes cartes et à animer des conférences de presse. Ils ont prodigué des sous à des niveaux divers (c’est le CRCD qui est encore le plus gros pourvoyeur de fonds). La moitié des partenaires a procuré des données à l’équipe: que cela soitdes bases de données, des fonds numériques topographiques et thématiques. Dans plusieurs cas, les partenaires étaient des interlocuteurs spécialistes dans leur domaine, notamment en économie, en sociologie, en ressources naturelles, en développement. Leur expertise, couplée à celle du laboratoire, ne pouvait que créer une synergie positive.

12Le premier dossier sur lequel le projet s'est vraiment penché concernait la cartographie des entreprises manufacturières. Il correspondait à une attente jumelée du bureau régional du Développement des ressources humaines Canada et du ministère de l'Industrie et du Commerce du Québec. Le second dossier n'est pas étranger aux interrogations du bureau régional du ministère des Régions du Québec sur le rôle que jouent les centres urbains sur la structuration de l'espace régional. C'est là que l'analyse des flux de migrations de travailleurs, de l'interaction entre les centres urbains et la confection de modèles gravitationnels sont intervenues.

13Somme toute, l'opération de «priorisation» combine surtout l'illustration de problèmes vécus présentement et la réalisation d'un portrait régional le plus complet possible.

14C'est «sentir le vent» en même temps que faire avancer le projet dans son ensemble.

Impacts des dossiers mis de l'avant

15Les dossiers qui ont été traités depuis un an révèlent des situations qui bien souvent ne sont que des appréhensions de la part des chercheurs et des acteurs sociaux. Le Projet Atlas en fait la démonstration et favorise également la découverte de réalités insoupçonnées.

La cartographie des entreprises manufacturières selon les types d'activité

16La cartographie des entreprises manufacturières selon les types d'activité montre deux phénomènes intéressants: la présence de plus en plus évidente d'un axe urbano-industriel allant d'Alma à La Baie (Alma était auparavant à l'écart) et d'une dépendance monstre à l’égard de l'industrie de l'aluminium et du bois. De plus, plusieurs collectivités rurales sont l'objet d'une fragilisation économique, notamment à cause de leur relation étroite avec l'industrie du bois. Il est bon de mentionner que, dès la parution de ces cartes dans Internet, la nécessité de programmer l'implantation d'entreprises de 2e et de 3e transformation s'est imposée. Et même, on nous a littéralement arraché les cartes papier des mains afin de développer une argumentation pour de nouveaux programmes collégiaux professionnels en technologie forestière!

Le dossier du rôle des centres urbains dans l'organisation de l'espace

17Le dossier du rôle des centres urbains dans l'organisation de l'espace est sans doute celui qui a eu le plus d'impact. Le tout a commencé par la cartographie des flux de travailleurs qui se dirigent vers les sept centres urbains de la région ou qui en proviennent. De là, ont suivi des études sur les migrations de travailleurs, les taux de rétention, les taux d'attraction, la détermination des bassins de main-d'œuvre et un patron régional des migrations de travail. Ce dossier a tellement plu aux intervenants qu'il a conduit à la cartographie des migrations de travail pour les 51 autres municipalités rurales de la région (Gauthier, Dion et Roch 2000). Plus encore, afin d'illustrer le navettage à l'aide d'exemples concrets, nos partenaires (CLD) ont entrepris la cartographie de la répartition des travailleurs chez de gros employeurs (Munger 2000).

18Pour expliquer la structuration de l'espace, des modèles d'interaction entre les centres urbains de même que des modèles gravitationnels autour de ceux-ci ont été élaborés. Il en résulte deux grandes constatations : les villes de Chicoutimi et de Jonquière confirment leur monopole en tant qu'agglomération urbaine majeure; l'axe Alma-La Baie forme un môle, c'est-à-dire un corridor continu à fort potentiel d'activité. Cela est une nouvelle représentation qui laisse pour compte les trois autres centres urbains du Lac-Saint-Jean.

Un avis sur la restructuration municipale dans la MRC du Fjord-du-Saguenay

19Au même moment où une volonté gouvernementale de réduire le nombre de municipalités au Québec faisait surface, le projet Atlas saisissait l'occasion pour alimenter le mandataire chargé de fournir un avis sur la restructuration municipale dans la MRC du Fjord-du-Saguenay. Un mémoire a été produit et présenté au juge Bergeron. Il a été accueilli avec grand intérêt en raison de son objectivité ainsi que de la qualité et de la pertinence des informations (Gauthier, Brisson, Dion, Roch et Chamberland 2000). Les conclusions du mémoire ont été reprises intégralement dans le rapport remis au gouvernement (Bergeron 2001) (voir la figure 1). La presse régionale a fait grand état du mémoire préparé par l'équipe de l'Atlas et les réactions ont été enthousiastes de la part des «fusionnistes» et très vives de la part des élus qui ne partageaient pas les mêmes vues (Bouchard 2001) (voir la figure 2). De plus, le projet Atlas s'est prononcé, à l'aide d'un rapport, sur l'inclusion d'une municipalité rurale périurbaine à la future ville (Ville de Saguenay) (il est question ici de Larouche (Gauthier, Dion, Brisson et Lemieux 2001). Puisque la re-structuration municipale nécessite des informations utiles à l'harmonisation entre les municipalités qui doivent être fusionnées, un dossier sur l'évaluation municipale et les finances municipales a été préparé très rapidement et a été mis sans délais dans le Web.

La production connexe

20Parmi la production connexe (ce qui inclut les deux rapports précédents), il y a le rapport que l'équipe de recherche a préparé avec les CLD sur les flux de travailleurs (municipalités rurales), rapport qui sera mis intégralement sur le site de l'Atlas. Il y a aussi une étude centrographique réalisée sur les entreprises manufacturières (déjà sur cédérom et mise sur le site) (Gauthier et autres 2001).

Impacts scientifiques et impacts sur la communauté

21Les recherches accomplies par l'équipe de l'Atlas ont permis et permettront toujours, il faut l'espérer, de constituer une expertise régionale en termes d'analyse géographique. Des partenaires, surtout économistes, font appel à l'équipe pour effectuer des études, notamment sur l'interdépendance des pôles urbains de tout le Québec et leur interland. Ils adorent que l'on exprime par cartes et par diagrammes les fuites commerciales des municipalités de la région ainsi que la représentation des activités du tertiaire privé. D'autres s’intéressent aux questions de déplacement de la population lors de déménagements ; certains aimeraient coupler directement les cartes de l'atlas avec leur base de données. Enfin, des organisations de promotion industrielle vont utiliser les cartes de l'atlas dans leur portefolio afin d'attirer des investissements étrangers dans la région. Bref, le projet Atlas est devenu un carrefour où se concentre de l'information sur le territoire, un point d'où émane une production scientifique, un lieu ressource pour des partenaires intéressés ; chacun y trouve donc son compte.

Figure 1 : Modèle gravitaire de Ville de Saguenay: un regroupement de municipalités proposé notamment par la mairie de Chicoutimi. / Gravity model of Ville Saguenay: a new municipality amalgamation as proposed by the Chicoutimi City Hall

Figure 1 : Modèle gravitaire de Ville de Saguenay: un regroupement de municipalités proposé notamment par la mairie de Chicoutimi. / Gravity model of Ville Saguenay: a new municipality amalgamation as proposed by the Chicoutimi City Hall

Figure 2 : Première page du journal Le Quotidien faisant état du mémoire que le projet Atlas a transmis au mandataire Me Bergeron. / Front page of the daily newspaper Le Quotidien reporting the study submitted to the attorney Bergeron by the Atlas Project.

22Les recherches du projet Atlas favorisent la réflexion scientifique et essaient de répondre à des questions telles que: où, quoi, qui, pourquoi et comment. On décrit le territoire et les activités qui s'y passent tout en essayant de les comprendre. Il est passionnant de découvrir comment telle théorie géo-économique s'applique, comment des modèles spatiaux se dégagent, comment tel système fonctionne et comment telle structure se présente. Au hasard de l'observation des cartes, par exemple, il n'est pas surprenant de constater que le patron régional des migrations de travail, que l'indice municipal de diversification industrielle et que la typologie municipale de la scolarité, épousent un modèle en couronnes comparables.

23La dimension scolaire du projet Atlas s'exprime par la consultation de la production cartographique, soit pour les travaux d'étudiants, soit dans les leçons des professeurs. Par exemple, des étudiants dans un cours d'analyse spatiale ont élaboré une étude centrographique sur la distribution des entreprises manufacturières. Cela a été possible grâce à la base de données que le projet Atlas avait construite. Cette étude est disponible dans Internet. De plus, certaines personnes profitent de leur travail à l'Atlas pour rédiger leur mémoire de recherche (Roch 2000).

24Il ne faut pas non plus négliger le rôle que joue l'Atlas comme source d'information à tous les niveaux d'enseignement. À ce propos, il fournit directement, sur le site, des cartes de base (cartes muettes par exemple) pour les écoles. De plus, la rubrique «événements à souligner» permet à tous de se mettre au courant de l'actualité qui touche au territoire.

25Le projet crée aussi de l'emploi soit pour les étudiants diplômés, soit pour ceux encore aux études. Actuellement, à part les professeurs, un géographe travaille à plein temps et six personnes travaillent à temps partiel (deux géographes, deux médiagraphistes, un informaticien et une linguiste). Depuis le début du projet en 1997, pas moins de 160 000$ y ont été investis.

Conclusion

26Voilà un tableau encourageant de l'expérience vécue au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Les impacts des activités du projet Atlas couvrent à la fois le monde scientifique, mais sont surtout profitables aux intervenants, aux décideurs et à la population.

27Le projet Atlas est en train de devenir le guichet incontournable pour quiconque désire consulter ou utiliser de l'information sur le territoire. En plus de colliger des données et de rassembler une expertise, il produit de l'information nouvelle et originale. Le projet prend la forme d'un outil de surveillancedu territoire en maintenant une vue toujours actuelle de l'état des lieux, en évaluant les tendances dans le temps et en proposant des scénarios d'avenir à l'aide de modèles et de simulations.

28Il n'est pas toujours souhaitable que l'équipe de recherche prenne position, notamment dans des litiges politiques. Cependant, il est de son devoir de communiquer aux intervenants de l'information géographique objective, de qualité et pertinente de manière à éclairer les prises de décision.

29L’aventure de l'Atlas électronique du Saguenay-Lac-Saint-Jean n'est pas terminée et elle ne s'arrêtera probablement jamais. Cependant, elle est rendue possible grâce à la générosité des organismes et des partenaires qu'il a fallu convaincre et qui sont maintenant fiers du travail accompli.

Haut de page

Bibliographie

Angers, B., L. Gagné et J.-M. Gagnon, (2001), Rapport de situation: Ville Saguenay, Chicoutimi, 23 avril, 64 p.

Bernier, Y., (2000), «Une main-d'oeuvre très mobile au Saguenay», Le Quotidien, 1nov.

Bernier, Y., (2001), «Le maire de La Baie réagit vivement», Le Quotidien, 25 janv., p. 4.

Bergeron, P., (2001), Rapport du mandataire du gouvernement du Québec sur la réorganisation municipale au Saguenay, 30 janv., 78 p.

Bouchard, D., (2001), «La fusion justifiée», Le Quotidien, 24 janv., p. 1-3.

Bouchard, D., (2001), «Le maire Tremblay se réjouit», Le Quotidien, 25 janv., p. 4.

Carrière, J. et J.-L. Klein 92000), «L’Atlas du Québec et de ses régions : mettre la carte au service du développement», Bulletin du Comité français de cartographie, Nos 164-165, p. 6-15.

Carrière, J., G. Grégoire  et J.-L. Klein, (1997), «L’atlas du Québec et de ses régions: vers une gestion territoriale sur l’autoroute de l’information», Université du Québec, Réseau, vol. 28, no 7, p. 14-18.

Comité français de cartographie, (1993), «Les atlas régionaux: conception, réalisation, utilisation», Colloque franco-polonais de mars 1992 à Paris, Bulletin du Comité français de cartographie, nos 136-137.

 Delisle, C., (2001), «Giguère ne trouve rien de neuf dans l'étude», Le Quotidien, 25 janv., p. 4.

Gauthier, M.-J. et Cl. Chamberland, (2000), «Quelques défis dans la réalisation d'un atlas régional ;  les besoins, les partenaires et les choix technologiques :  le cas du Saguenay-Lac-Saint-Jean», Bulletin du Comité français de cartographie, nos 164-165, p. 57-62.

Gauthier, M.-J. et L.-M. Bouchard (codirecteurs), (1981), Atlas régional du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Chicoutimi, Gaétan Morin Éd., 98 planches.

Gauthier, M.-J. et M. Dion, (2000), «Nouvelles vues sur l'espace et l'économie du Saguenay-Lac-Saint-Jean», Journal Le Faisceau (Association des évaluateurs, municipaux du Québec, vol. 28, No 3, p. 4-8, et no d'automne 2000, [http://www.aemq.qc.ca].

Gauthier, M.-J., C. Brisson, M. Dion, A. Roch et C. Chamberland, (2000), La place des centres urbains dans l'organisation de l'espace régional du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Université du Québec à Chicoutimi, Mémoire présenté à Me Pierre Bergeron (mandataire pour la restructuration municipale), 30 p., cédérom.

Gauthier, M.-J., (1999), «La démocratisation des cartes ou les cartes pour tous et chacun», in Actes de la conférence : Images du passé, Vision d'avenir, Edité par Peter C. Keller, Ottawa, 19ième conférence de cartographique internationale ACI, p. 1811-1826.

Gauthier, M.-J., Cl. Chamberland, et autres, (2000), Atlas électronique du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Université du Québec à Chicoutimi, Site Internet, [http://www.uqac.ca/atlas/saguenay-lac-saint-jean].

Gauthier, M.-J., D. Bouchard, P.-M. Côté, J.-P. Lalancette, N. Lavoie, A. Roch et C. Simard, (2001), Analyse centrographique des entreprises manufacturières du Saguenay-Lac-Saint-Jean en 1999,  Laboratoire de télédétection et de géomatique, Université du Québec à Chicoutimi, cédérom.

Gauthier, M.-J., M. Dion, C. Brisson et G.-H. Lemieux, (2001), L'intégration de la municipalité de Larouche à la future Ville de Saguenay, Université du Québec à Chicoutimi, Rapport remis au président du comité de conciliation, 16 p.

Gauthier, M.-J., M. Dion et A. Roch, (2000), Mobilité de la main d'oeuvre de municipalités du Fjord-du-Saguenay, Chicoutimi, Centre local de développement du Fjord-du-Saguenay et Université du Québec à Chicoutimi, sans pagination, 60 cartes.

MANZAGOL, C., (1998), «L’Atlas du Québec et de ses régions : les territoires sur l’autoroute de l’information», Cahiers de géographie du Québec, vol. 42, no 116, p. 263-267.

MUNGER, F., (2000), Étude sur la mobilité de la main d'ouvre au Saguenay, Rapport d'analyse, Chicoutimi, Centre local de développement du Fjord-du-Saguenay et Université du Québec à Chicoutimi, 42 p.

Roch, A., (2000), Contribution à la cartographie des entreprises manufacturières du Saguenay-Lac-Saint-Jean en 1999, Université du Québec à Chicoutimi, Mémoire de baccalauréat non publié, 22 p.

Tremblay, B., (2000), «Le Saguenay continue à se tirer dans le pied», Le Quotidien, 4 nov., p. 3.

Haut de page

Notes

*Essentiel de la communication présentée au congrès conjoint de l’Association canadienne de cartographie et de l’Association des cartothèques et archives cartographiques du Canada tenu à l’Université du Québec à Montréal, juin 2001.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3447/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 1 : Modèle gravitaire de Ville de Saguenay: un regroupement de municipalités proposé notamment par la mairie de Chicoutimi. / Gravity model of Ville Saguenay: a new municipality amalgamation as proposed by the Chicoutimi City Hall
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/3447/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Majella-J. Gauthier, Martin Dion, Carl Brisson, Claude Chamberland et Alain Roch, « Impacts de la réalisation d'un atlas électronique en région : le cas du Saguenay-Lac-Saint-Jean au Québec », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Science et Toile, document 233, mis en ligne le 29 janvier 2003, consulté le 26 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/3447 ; DOI : 10.4000/cybergeo.3447

Haut de page

Auteurs

Majella-J. Gauthier

docteur en géographie, professeur au Département des sciences humaines, Coordinateur du Projet de l'Atlas électronique du Saguenay-Lac-Saint-JeanDépartement des Sciences humaines, Université du Québec à Chicoutimi, Québec, Canada, G7H 2B1

Martin Dion

Assistant de rechercheDépartement des Sciences humaines, Université du Québec à Chicoutimi, Québec, Canada, G7H 2B1

Carl Brisson

Assistant de rechercheDépartement des Sciences humaines, Université du Québec à Chicoutimi, Québec, Canada, G7H 2B1

Articles du même auteur

Claude Chamberland

Assistant de rechercheDépartement des Sciences humaines, Université du Québec à Chicoutimi, Québec, Canada, G7H 2B1

Alain Roch

Assistant de rechercheDépartement des Sciences humaines, Université du Québec à Chicoutimi, Québec, Canada, G7H 2B1

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page